Introduction. LCN, volume 4, n , pages 9 à 16

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction. LCN, volume 4, n 1-2003, pages 9 à 16"

Transcription

1 Introduction Depuis le milieu des années quatre-vingts, la financiarisation des économies, l industrialisation des marchés financiers, la diversification des produits financiers, la transformation des métiers de la finance, la mutation des acteurs sur les marchés, etc., ne cessent de bouleverser la sphère financière (Scialom, 1999). Ces modifications importantes prennent place dans un contexte de construction d un espace monétaire européen, d une globalisation financière et d une internationalisation des paiements qui imposent peu à peu de nouvelles règles du jeu aux systèmes de paiement (Aglietta et de Boissieu, 1999). Toutes ces transformations affectent les politiques de réglementation structurelle et prudentielle du système bancaire ainsi que les politiques monétaires des banques centrales dont le pilotage est rendu d autant plus difficile que les contours de la monnaie deviennent moins aisés à cerner (Lavigne et Villieu, 1996). Ces évolutions sont à l origine d un renouveau des travaux dans les champs de l économie bancaire et monétaire conciliant une approche microéconomique de la firme bancaire avec une approche macroéconomique du système bancaire, monétaire et financier (Boutillier et al., 1998). C est ainsi que d importants travaux centrés sur le comportement des banques, sur l efficacité des réglementations du secteur bancaire, sur la stabilité du système financier, sur la privatisation-nationalisation de l offre de monnaie de premier rang sont apparus ou réapparus en vue de coller aux réalités des évolutions constatées. Dans ce contexte, l électronisation des flux monétaires et financiers consacrée par l expression de «finance électronique» (BIS, 2001) apparaît comme une nouvelle étape de ce processus de transformation et d innovations et comme autant de nouveaux défis à relever pour les acteurs LCN, volume 4, n , pages 9 à 16

2 10 La finance électronique. LCN, n du système financier. Pour comprendre la nature et la portée de ces innovations, le présent numéro se propose de circonscrire trois évolutions particulièrement significatives. La première porte sur la mutation des systèmes de paiement de détail. Depuis plusieurs décennies, les établissements de crédit tentent d adapter les technologies de l information à leur processus de production et de distribution en général et aux systèmes de paiement en particulier. Les systèmes de paiement constituent le système nerveux des économies dans la mesure où ils contribuent à assurer le règlement définitif des positions débitrices et créditrices des participants découlant de leur participation sur les marchés interbancaires, boursiers et monétaires et des relations de leurs clients, par l intermédiaire des instruments de paiement, dans le cadre de leurs relations marchandes. Longtemps négligés par les praticiens de la banque et les théoriciens de l économie bancaire et monétaire, les systèmes de paiement ont suscité ces dernières années un regain d intérêt en raison des conséquences économiques liées aux dysfonctionnements potentiels de ces systèmes. Mais, si les intérêts se sont concentrés essentiellement sur les systèmes de paiement de gros montant en raison des risques de système que présentent ces derniers, les attentions se focalisent en grande partie aujourd hui sur les systèmes de paiement de détail. Cette orientation des réflexions s explique par la nature même des changements que connaissent ces systèmes : évolution des formes monétaires, transformation des instruments de paiement, contestation des prérogatives légales et historiques des établissements de crédit, remise en cause des standards spécifiés par les banques, convergence des métiers entre sociétés informatiques, opérateurs de télécommunications et établissements de crédit, mutation des réseaux sur lesquels sont véhiculés les ordres de paiement, etc. C est précisément à ces évolutions que sont consacrées les quatre premières contributions de ce numéro. Tout d abord, Y. Randoux expose le processus d électronisation des paiements scripturaux au sein des pays de l Union européenne. L auteur nous invite à une analyse comparative de l usage des instruments de paiement au sein des pays de l Union européenne en soulignant à cette occasion les différences culturelles en matière de paiement. Cette dernière réalité est sans doute à l origine des difficultés relatives à la construction d une Europe des paiements scripturaux une Single European Payment Area ainsi que des partis pris technologiques de certains pays autour d instruments de paiement spécifiques comme la carte bancaire, le virement, le prélèvement, etc. Mais, en dépit d une hétérogénéité des coutumes de paiement au sein des pays de l Union européenne, Y. Randoux souligne une tendance commune dans le

3 Introduction 11 processus d électronisation des paiements de détail : la «contestabilité» des prérogatives bancaires en matière de gestion des instruments de paiement. L une des originalités de la contribution d Y. Randoux consiste alors à montrer que si l électronisation des paiements permet une meilleure efficacité productive, elle favorise en même temps l entrée de nouveaux acteurs non bancaires dans la chaîne de la valeur ajoutée du paiement. Cette problématique est également présente dans la contribution de J.-C. Paillès qui expose avec soin une typologie des systèmes de paiement électronique sur internet. Cette typologie est composée des télépaiements classiques par carte bancaire sur internet mais également des micropaiements et des paiements sur téléphone mobile. L auteur présente distinctement les évolutions des paiements avec des systèmes articulés autour de l usage de la carte bancaire dans lesquels les banques sont très impliquées et des systèmes de micropaiement et de paiement sur téléphone mobile à l instigation des fournisseurs d accès à internet et des opérateurs de télécommunications. La dynamique des innovations en matière de paiement électronique sur internet constitue donc un puissant levier de mutation pour les systèmes de paiement de détail. Les évolutions s accompagnent certes de nouvelles procédures de paiement adaptées à une évolution du commerce mais elles s accompagnent surtout de l apparition de nouveaux acteurs des paiements qui maîtrisent les progrès technologiques. En conclusion, si jusqu à présent les banques ont conservé la maîtrise des paiements, le développement du télépaiement sur internet et sur mobile se traduit par une rupture majeure : les banques perdent l exclusivité de la gestion des procédures de paiement au profit de nouveaux acteurs non bancaires. Mais l originalité des évolutions dans les systèmes de paiement de détail n ont pas seulement trait à la contestation des prérogatives bancaires. D. Bounie et S. Soriano montrent également que les évolutions techniques en matière de paiement dans le commerce de proximité s attachent à transformer les formes monétaires et les instruments de paiement. L originalité de la contribution de D. Bounie et S. Soriano est alors d établir, d une part, qu une nouvelle forme de monnaie coexiste à côté des traditionnelles monnaies fiduciaire et scripturale, la monnaie électronique et, d autre part, que les unités monétaires électroniques sont véhiculées à l aide de nouveaux instruments de paiement qui n appartiennent ni à la classe des moyens de règlement de type pièces et billets ni à la classe des moyens d échange de type chèque et carte bancaire. Une troisième classe d instrument de paiement vient alors compléter la typologie des instruments de paiement établie par Shackle (1971) et Goodhart (1990).

4 12 La finance électronique. LCN, n A la lumière de ces quelques évolutions, il convient d identifier les risques potentiels pour les économies monétaires et d apprécier, autant se faire que peut, leurs effets potentiels. C est précisément à cette problématique que répond la contribution de P. Gazé. L idée force exprimée par l auteur est qu un risque de système n est pas à exclure des dysfonctionnements des systèmes de paiement de détail en raison d une dilution progressive du rôle des banques dans l organisation des paiements. La problématique du risque systémique ne concerne donc pas seulement les systèmes de paiement de gros montant mais également les systèmes de paiement de masse. Dans cette perspective, il conviendrait alors de poursuivre les réflexions engagées et consacrées par le rapport Lamfalussy sur le risque systémique et sa prévention dans les systèmes interbancaires de paiement de gros montant dans le cadre, cette fois, des systèmes de paiement de masse. En l absence d une telle analyse, des contributions d experts de la profession bancaire sont proposées dans de précieux repères techniques à propos de la gestion de la sécurité dans le cadre des instruments de paiement et des systèmes interbancaires de paiement de masse et de gros montant. Tout d abord, P. Trescases décrit comment l évolution des technologies a conduit le Groupement des Cartes Bancaires «CB» à accroître les mesures de sécurité des cartes à puce françaises qui adoptent, en même temps, un standard européen (EMV). Des paiements par carte bancaire, S. Omnès nous invite à une description des procédures de compensation des positions financières des clients des établissements de crédit à travers notamment une présentation du Système Interbancaire de Télécompensation (SIT), l unique système existant en France pour l échange et la compensation des instruments de paiement. Au cours de dette description, l accent est porté sur les mesures de sécurité mises en place par le SIT afin de se prémunir des risques de système et de lutter contre les dysfonctionnements techniques. Aux procédures de compensation des positions des clients bancaires succèdent le règlement définitif des soldes des établissements de crédit par l intermédiaire des systèmes interbancaires de gros montant. Dans ce cadre, J. Vanhautère expose avec un parti pris pédagogique les exigences bancaires en matière de sécurité des virements de gros montant et leurs réalisations concrètes dans le cadre de la mise en place de systèmes multilatéraux organisés sous l égide de la Centrale des règlements interbancaires. La deuxième évolution significative abordée dans ce numéro a trait à l impact des technologies de l information et de la communication (TIC) sur la banque de détail. La diffusion des TIC et, plus particulièrement, le développement d internet était censé transformer les règles de la

5 Introduction 13 concurrence dans l industrie bancaire en donnant la possibilité aux clients bancaires d arbitrer entre les nouveaux entrants les pure players internet développant des stratégies agressives en prix et les acteurs traditionnels peu réactifs à l intégration des TIC dans leur système de production. Mais la réalité atténue quelque peu les utopies économiques. L intégration des TIC dans la banque de détail ne constitue nullement un facteur différentiant et un avantage stratégique à terme pour les nouveaux entrants. Les acteurs traditionnels comme les pure e-players sont confrontés à des problématiques similaires de rentabilité des investissements, de verrouillage de la demande, de fidélisation de la clientèle, etc. Les analyses développées par N. Daley et B. Lecat s inscrivent précisément dans ce contexte. La contribution de N. Daley, tout d abord, s attache à remettre en cause les idées reçues quant aux effets attendus des TIC sur l intensification de la concurrence sur le marché de la banque de détail. Les TIC permettent certes a priori de diminuer les coûts de recherche et de transaction en accédant plus facilement aux informations bancaires par l intermédiaire notamment des comparateurs de prix. Mais, ces facilités n affectent pas seulement les banques traditionnelles mais aussi et surtout les «banques virtuelles» de sorte que les clients ne vont pas tant arbitrer entre une banque traditionnelle et une banque virtuelle que diversifier leur relation en adoptant des stratégies de multibancarisation. En conséquence, l intensification de la concurrence entre les acteurs bancaires ne serait pas tant due à une baisse des coûts de sortie pour les clients des banques qui s avère en outre contestée par l auteur qu aux comportements multi-bancaires des ménages. Cette problématique est également prolongée par l analyse de B. Lecat qui s interroge sur les enjeux économiques du multi-canal pour les banques françaises. Pour l auteur, si les nouvelles technologies permettent d instituer des canaux de relation entre la banque et sa clientèle à un coût inférieur à celui du fonctionnement d une agence bancaire, en revanche, les TIC ne favorisent pas une stabilité des relations avec la clientèle. Dans ce cas, comment concilier une stratégie multi-canal moins coûteuse mais moins riche en information pour les banques à une stratégie mono-canal centrée sur l agence plus coûteuse mais plus riche en information? Au chapitre des convergences, nous pouvons rapprocher ces deux analyses de celles traitées plus généralement dans le cadre de l économie du commerce électronique et dont l un des résultats peut être résumé de la manière suivante : en rendant l information plus fluide, on rend imprévisible la réalisation des plans de production des marchands qui font face à une demande de plus en plus aléatoire, ce qui porte atteinte à l attractivité même des TIC pour les marchands. L explication est intuitive :

6 14 La finance électronique. LCN, n contrairement aux processus routiniers où les acheteurs ont tendance à consommer auprès des mêmes marchands, les TIC en général et les comparateurs de prix en particulier permettent de sélectionner de manière aléatoire des marchands qui ne seront plus nécessairement sollicités lors de nouvelles sessions, ce qui conduit, in fine, à rendre aléatoires les profits, empêchant ainsi une masse critique d acheteurs d assurer une rentabilité suffisante pour certains marchands. En conclusion, alors qu on s attendait à ce qu une meilleure diffusion des informations relatives aux prix et à la qualité des produits contribue à une meilleure efficacité de la production et de la consommation, les TIC conduisent en réalité les marchands à diversifier leur stratégie, à différentier leurs services, à complexifier leurs offres, à bundler les produits, etc., afin de verrouiller la demande et conserver un pouvoir de marché sur la clientèle. Les stratégies multi-canal des banques historiques s inscrivent dans cette logique pour N. Daley. Enfin, la troisième et dernière évolution considérée dans ce numéro concerne l impact des TIC sur le marché de la bourse. Là encore, les évolutions sont importantes que ce soit du côté des offreurs de capitaux (accès à des informations financières sur les entreprises, outils simplifiés de passation d ordre, suivi en temps réel des cours, etc.), du côté des demandeurs de capitaux (stratégie du lieu de cotation, choix des marchés ou des compartiments pertinents), des intermédiaires qui assurent la coordination des plans de financements, d épargne ou d investissements (concentration des places de marché, émergence des courtiers en ligne, développement des réseaux électroniques de communication, etc.), ou bien des autorités de régulation (fragilité des réglementations locales, coordination des politiques nationales, harmonisation des régimes fiscaux, etc.). Ces évolutions sont remarquablement décrites dans l article de M. Ruimy. De l histoire de la bourse en passant par l introduction des nouvelles technologies, de l organisation en salle au fonctionnement en réseau, des incidences économiques à l analyse des risques financiers, M. Ruimy dépeint avec justesse la transformation de l intermédiation financière assurée en partie aujourd hui par le courtage en ligne et les plates-formes de transactions électroniques. Mais, si la révolution du numérique dans le système financier permet d accroître généralement l efficience des marchés, M. Ruimy nous invite à une lecture plus prudente des gains des évolutions technologiques à travers notamment les questions de risque dans les marchés financiers. L ensemble des contributions de ce numéro des Cahiers du numérique atteste donc de l importante significative de l impact des TIC sur le système financier et suscite de nombreuses interrogations qui n ont pu toutes être

7 Introduction 15 explorées dans ce numéro. Au titre des recherches à poursuivre figurent par exemple, dans le prolongement des réflexions conduites par Y. Randoux et P. Gazé, les questions relatives à la transformation de la firme bancaire avec les questions cruciales de sous-traitance du cœur de métier de la banque et de dépendance des banques envers les prestataires techniques dans la gestion des instruments et des procédures de paiement. En d autres termes, la prérogative légale de gestion des instruments de paiement est-elle une fonction stratégique pour les établissements de crédit? Quelles sont les spécificités des intermédiaires financiers en matière de paiement et les frontières de la firme bancaire en ce domaine? La déréglementation de l offre bancaire des instruments de paiement peut-elle être envisagée? Au-delà des questions sur l offre d instruments de paiement, celle de leur adoption apparaît également avec force dans la contribution de J.C. Paillès et soulève le problème traditionnel des facteurs explicatifs de leur adoption, de leur utilisation et de leur diffusion (Humphrey et al., 1996). Mais à côté des déterminants classiques de la demande des instruments de paiement que sont les prix relatifs (Shy et al., 1998), les effets de réseau (Gazé, 1999), etc., les analyses économiques gagneraient à intégrer le rôle de la confiance dans la théorie de la demande : a-t-elle une incidence sur l appropriation individuelle et collective des instruments de paiement? Existe-t-il une relation entre confiance dans les instruments de paiement et développement des échanges électroniques? Une structure de marché particulière de l offre de systèmes de paiement favorise-t-elle l émergence de la confiance? Dans le contexte également de l impact des TIC sur la banque et l industrie bancaire, les contributions de N. Daley et B. Lecat ont également peu abordé les problématiques de l échec des nouveaux entrants, de la concentration du secteur bancaire, des nouvelles stratégies bancaires de fidélisation, de la difficile équation entre segmentation client, canaux de commercialisation et profitabilité de la clientèle, des implications sociales de la substitution progressive des réseaux électroniques aux réseaux d agence, des incidences économiques de la suppression des surcapacités bancaires, etc. Ainsi, il conviendrait par exemple d expliquer pourquoi les banques virtuelles n ont pas réussi à s imposer sur le marché dans le cadre même d un avantage du premier joueur : quelles sont les réelles barrières à l entrée? De même, si les TIC permettent par la numérisation un accroissement des gains d efficacité, la course à la taille critique et aux parts de marché qu induisent le financement des coûts fixes ne conduisent-elles pas à une concentration du secteur qui fait peser des risques sur l ensemble du système financier?

8 16 La finance électronique. LCN, n Pour poursuivre sur les risques, la mutation du système financier décrite par M. Ruimy suscite également de nombreuses interrogations quant aux incidences potentielles de leur concurrence sur la stabilité des marchés financiers. Dans ce contexte, se pose avec acuité la question écartée dans ce numéro de l enjeu d une régulation mondiale des marchés financiers ou, à tout le moins, d une coordination accrue des politiques nationales de régulation des marchés financiers. Autant de problématiques importantes qui questionnent les métiers des praticiens et qui augurent des pistes de recherche stimulantes pour les chercheurs. Remerciements Ce numéro n aurait pas vu le jour sans la participation active de Jocelyne Béchu, Karine Elvire-Ramette et Fabienne Pesty. Je les remercie vivement pour leur collaboration. Bibliographie Aglietta M., de Boissieu C., (1999), Le prêteur international en dernier ressort, Rapport pour le Conseil d Analyse Économique, La documentation Française, Paris. Bank for International Settlements (2001), «Electronic Finance: a new perspective and challenges», BIS Papers, Monetary and Economic Department, Basel, Switzerland. Bounie D. (2003), «Lorsque la sécurisation des paiements par carte bancaire sur Internet conduit à une concurrence entre les banques et les opérateurs de réseau», Annales des Télécommunications, Tome 58, n 1-2, janvier-février, p Boutillier M., Diatkine S., Plihon D., (1998), «Introduction», Revue Française d Économie, numéro spécial, vol. XIII, printemps Gazé P. (1999), «Le porte-monnaie électronique : quelques aspects stratégiques pour l industrie bancaire», Revue d Économie Financière, n 53. Humphrey D.B., Pulley L.B., Vesala J.M.,(1996), «Cash, Paper, and Electronic Payments : a Cross-Country Analysis», Journal of Money, Credit and Banking, vol. 24, n 2, mai. Goodhart C.A.E. (1990), The Evolution of Central Banks, Cambridge, MIT Press. Lavigne A., Villieu P., (1996), La politique monétaire : nouveaux enjeux, nouveaux débats?», Revue d Économie Politique, n 4 (juillet-août). Scialom L. (1999), Économie bancaire, collection Repères. Shackle G.L.S. (1971), Theoretical Foundations of Monetary Policy, in Clayton G., Gilbert J.C., Sedgwick (eds.), Monetary Theory and Monetary Policy in the 1970s. London: Oxford University Press. Shy O., Tarkka J. (1998), «The Market for Electronic Cash Cards», Bank of Finland, Discussions Papers n 21.

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain

L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain L argent et les nouvelles technologies : monnaie électronique, e-facturation et services de paiement la banque de demain Le 24 avril 2009, le Parlement européen a adopté deux propositions de la Commission

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

FACULTE DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION AUTOMNE 2005 UNIVERSITE LAVAL

FACULTE DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION AUTOMNE 2005 UNIVERSITE LAVAL FACULTE DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION AUTOMNE 2005 UNIVERSITE LAVAL Professeur : Jean-Michel SAHUT, Ph.D. Directeur de la Recherche du Groupe Sup de Co La Rochelle sahutjm@esc-larochelle.fr INTRODUCTION

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

I / Un marché planétaire de la devise

I / Un marché planétaire de la devise I / Un marché planétaire de la devise Le marché des changes est le plus important des marchés. Pour beaucoup, il apparaît également comme le plus parfait des marchés, sur lequel l information circule vite

Plus en détail

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy

S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens. Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy S PA : les enjeux des nouveaux moyens de paiement européens Délégation Alsace - Lorraine Conférence du mardi 23 novembre à Nancy Agenda Présentation générale du S PA Rappel des caractéristiques du SCT,

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT

ORGANISATION ET SURVEILLANCE DES SYSTÈMES DE PAIEMENT n 4 Note d information systèmes et moyens de paiement au maroc rôle et responsabilités de bank al-maghrib L une des principales missions confiées à Bank Al-Maghrib est de veiller au bon fonctionnement

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE

STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE STRATÉGIE POUR LA MODERNISATION DE L INFRASTRUCTURE DU SYSTÈME DE PAIEMENT EN RÉPUBLIQUE DE GUINÉE La qualité du système de paiement d un pays (ou d une union monétaire et économique) est un bon indicateur

Plus en détail

Le commerce électronique et la banque

Le commerce électronique et la banque Le commerce électronique et la banque Auteur : Jérôme CAPIROSSI - Juin 2000 1 Introduction A moyen terme, les banques françaises vont devoir faire face à une intensification de la concurrence tout azimut,

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Les Marchés boursiers émergents

Les Marchés boursiers émergents Benjamin Ndong Les Marchés boursiers émergents Problématique de l efficience Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

SESSION 2013 UE2 FINANCE

SESSION 2013 UE2 FINANCE DSCG SESSION 2013 UE2 FINANCE Éléments indicatifs de corrigé Réseau CRCF - Ministère de l'éducation nationale - http://crcf.ac-grenoble.fr 1/6 1 DOSSIER 1 : ÉTUDE DE CAS LE CAS PRIC Sous-dossier 1 1. Après

Plus en détail

1 Les forces motrices de la mondialisation : entre vouloir et pouvoir... 12

1 Les forces motrices de la mondialisation : entre vouloir et pouvoir... 12 TABLE DES MATIÈRES Remerciements... 5 Préface... 7 Introduction... 11 1 Les forces motrices de la mondialisation : entre vouloir et pouvoir... 12 A De l idéologie à la volonté politique... 12 B L enjeu

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont

Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives. Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont Intégration monétaire et financière Bilan et perspectives Samuel Guérineau Sylviane Guillaumont 1 Deux volets : L intégration monétaire L intégration financière 2 L intégration monétaire Une intégration

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT

CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT CHAPITRE VI : MODERNISATION DE L'INFRASTRUCTURE DES SYSTEMES DE PAIEMENT Après une phase de diagnostic et d'études, la Banque d'algérie et les banques de la place ont entrepris, à partir de 2003 et d'une

Plus en détail

Revue Économique, 52, p 313-331 QUELQUES INCIDENCES BANCAIRES ET MONETAIRES DES SYSTEMES DE PAIEMENT ELECTRONIQUE

Revue Économique, 52, p 313-331 QUELQUES INCIDENCES BANCAIRES ET MONETAIRES DES SYSTEMES DE PAIEMENT ELECTRONIQUE Revue Économique, 52, p 313-331 QUELQUES INCIDENCES BANCAIRES ET MONETAIRES DES SYSTEMES DE AIEMENT ELECTRONIQUE David Bounie Dans le cadre du développement de l Internet, des centaines de systèmes de

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Les paiements de détail : enjeux stratégiques

Les paiements de détail : enjeux stratégiques Les paiements de détail : enjeux stratégiques Sean O Connor L e système de paiement des transactions de détail joue un rôle crucial dans l activité commerciale au Canada. Grosso modo, ce système regroupe

Plus en détail

- Seul le prononcé fait foi -

- Seul le prononcé fait foi - Colloque du Conseil scientifique de l AMF «La résilience des infrastructures des marchés financiers» Discours de clôture de Gérard Rameix, président de l AMF 26 mai 2014 Maison du Barreau Paris Mesdames,

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse.

L espace SEPA comprend les Etats membres de l Union européenne ainsi que l Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. SEPA, mode d'emploi tout savoir sur l'espace unique de paiement en euros Qu'est-ce que SEPA? Qu est-ce que SEPA change pour les entreprises? [Qu est-ce que SEPA?] SEPA (SingleEuroPaymentsArea - Espace

Plus en détail

Comprendre la Bourse sans prise de tête!

Comprendre la Bourse sans prise de tête! Comprendre la Bourse sans prise de tête! Anton Reuter Editions Men3 M3 Editions Numériques SAS au capital de 30 000 Route de Combovin 26120 Chabeuil - France Tél. 04 75 58 97 55 Fax. 04 75 58 97 56 www.men3.fr

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Avant-propos 5. Introduction 6

Avant-propos 5. Introduction 6 L ESPACE UNIQUE DE PAIEMENT EN EUROS (SEPA) UN MARCHé INTéGRé DES PAIEMENTS DE DéTAIL Sommaire Avant-propos 5 Introduction 6 1. La création de l espace unique de paiement en euros 7 > Vue d ensemble du

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base

Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base Novembre 2010 Réponse des autorités françaises à la consultation de la Commission européenne sur l accès à un compte de paiement de base La France partage pleinement le souci de la Commission européenne

Plus en détail

1. L étude des sources de documentation à l international

1. L étude des sources de documentation à l international Chap 9 : Evaluer et suivre les risques liés aux échanges à l international I. Effectuer un diagnostic export A. L objectif du diagnostic export L assistant de gestion peut déceler le potentiel de la PME

Plus en détail

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations L Univers SWIFTNet Transformons l essai Multiplexons les relations High performance. Delivered. High performance. Delivered.* Globalisation de la communication bancaire Vincent.Lebeault Partner Accenture

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique

Nouveau Programme 2010. Formation Monétique EESTEL vous propose en cette année 2010 une formation à la monétique rénovée, en fonction : - D une part, des nouvelles architectures fonctionnelles issues du SEPA et de l irruption de nouveaux Opérateurs

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Introduction: Régulateurs. Investisseurs. Marchés. Réseaux nationaux, internationaux. Acteurs. Systèmes (réseaux) Marchés financiers.

Introduction: Régulateurs. Investisseurs. Marchés. Réseaux nationaux, internationaux. Acteurs. Systèmes (réseaux) Marchés financiers. Introduction: Régulateurs (Réglementation) Réseaux nationaux, internationaux Investisseurs (Comportements des investisseurs ) Finance comportementale Marchés financiers Systèmes (réseaux) Acteurs Produits

Plus en détail

Solutions de Trésorerie Next Generation

Solutions de Trésorerie Next Generation Solutions de Trésorerie Next Generation Maximilien de Dieuleveult Sales Manager Management Corporates France Cyril Blas Director Head of Trade Finance France Le cycle de vie de la Trésorerie Compensation

Plus en détail

Programme «Société et Avenir»

Programme «Société et Avenir» Programme «Société et Avenir» Rapport final volet «Synthèse de recherche» 1 CONTRAT DE RECHERCHE : TA/00/23 ACRONYME DU PROJET : REFBARIN TITRE : «RÉFORME DU MARCHÉ DES BIENS ET SERVICES, NÉGOCIATION SALARIALE

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Chapitre 5 : Les paiements et le change.

Chapitre 5 : Les paiements et le change. I) Les instruments de paiement. A. Les instruments de paiement classique. 1. La notion de paiement scriptural. Chapitre 5 : Les paiements et le change. Les billets de banque (monnaie fiduciaire) ne sont

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Comité sur les systèmes de paiement et de règlement. Orientations générales pour le développement d un système national de paiement

Comité sur les systèmes de paiement et de règlement. Orientations générales pour le développement d un système national de paiement Comité sur les systèmes de paiement et de règlement Orientations générales pour le développement d un système national de paiement Janvier 2006 Pour obtenir des exemplaires des publications, s adresser

Plus en détail

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire.

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Glossaire Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Agrégat monétaire Un agrégat monétaire est un indicateur statistique qui reflète

Plus en détail

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé.

Plan du cours. I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. 1 Plan du cours I. La création monétaire dans un système bancaire non hiérarchisé. II. Les échanges interbancaires. III. La création monétaire et les échanges interbancaires dans un système bancaire hiérarchisé.

Plus en détail

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE

Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier. Christine LAGARDE. Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER DE PRESSE CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Frais bancaires : Réunion du Comité consultatif du secteur financier Christine LAGARDE Bercy, le mardi 21 septembre 2010 DOSSIER

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE

L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE MINISTERE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI DIRECTION GENERALE DE LA COMPETITIVITE DE L INDUSTRIE ET DES SERVICES L IMPLANTATION DES FIRMES CHINOISES ET INDIENNES EN EUROPE DERNIERES TENDANCES

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition SOMMAIRE Chapitre 1 Introduction 9 Chapitre 2 L organisation de l activité bancaire

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro?

Quel rôle pour la Banque de France depuis l avènement de l euro? Florian Colas Conférence d économie approfondie Note sur un point technique, élaborée à partir d un entretien avec Madame Claudine Cortet, Conseiller auprès du Directeur général des Etudes et Relations

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012

Rapport. Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Rapport Examen des méthodes de paiement et des tendances des paiements au Canada Octobre 2012 Remerciements Plusieurs organismes ont fourni des données et de l information à l ACP, l ont aidée à formuler

Plus en détail

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA

SEPA info. Single Euro Payments Area * Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA Comment nous allons vous accompagner dans cette évolution vers SEPA SEPA info Nous avons anticipé les impacts de ces évolutions de Place sur nos relations «banque à client». Nous vous tiendrons donc périodiquement

Plus en détail

la Banque de France, mars. C. Bordes, «La politique monétaire» chapitre II de «Politique économique» ellipse.

la Banque de France, mars. C. Bordes, «La politique monétaire» chapitre II de «Politique économique» ellipse. 12.2 Canaux de transmission de la politique monétaire Il s agit d une section tout à fait importante dans le cadre de la compréhension de la réalisation du dispositif monétaire. Cependant, comme le reconnaît

Plus en détail

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE L ordonnance n 10-04 du 26 août 2010, modifiant et complétant l ordonnance n 03-11 relative à la monnaie et au crédit, stipule que la Banque d Algérie est

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

De l économie d endettement à l économie de marchés financiers

De l économie d endettement à l économie de marchés financiers Cet article est disponible en ligne à l adresse : http://www.cairn.info/article.php?id_revue=rce&id_numpublie=rce_003&id_article=rce_003_0054 De l économie d endettement à l économie de marchés financiers

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Europe P aiements en

Europe P aiements en Paiements en Europe Payer en Europe comme si vous étiez dans votre pays 2 Grâce à la construction de la zone de paiement européenne unique SEPA (Single Euro Payments Area), la différence entre les paiements

Plus en détail

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro?

Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Virginie Coudert avril 2000 Quepeut-ondiredelavolatilitédel euro? Contribution au rapport du CNCT 2000 La création de l'euro et la disparition des monnaies sous-jacentes ont profondément modifié la structure

Plus en détail

Les cartes entreprises en 2014 et demain

Les cartes entreprises en 2014 et demain 2014 Les cartes entreprises en 2014 et demain Analyse prospective du marché des cartes entreprises L APECA accompagne depuis 10 ans le développement de la carte achat en France et se consacre, plus largement,

Plus en détail

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE

L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE L ESSENTIEL CARREFOUR BANQUE INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER ARANTIR INFORMER PRÊTER PROTÉGER ADAPTER PARGNER FIDÉLISER DÉVELOPPER ACCOMPAGNER INANCER CONSEILLER FACILITER SIMPLIFIER ASSURER

Plus en détail

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement

En quelques années dans les. Les Due dilligences. le magazine de L investisseur. Capital-Investissement Les due diligences sont un passage obligé pour tout entrepreneur désireux de lever des fonds, d ouvrir son capital ou de vendre sa société. Il s agit surtout d une étape cruciale car elle se situe, juste

Plus en détail

La gestion du compte de l État

La gestion du compte de l État FINANCES PUBLIQUES TRÉSORERIE Nouvelle convention MINÉFI/Banque de France La gestion du compte de l État Article d Olivier Cuny, administrateur civil à l Agence France Trésor, en collaboration avec Dominique

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Formations certifiantes dans le domaine du paiement électronique

Formations certifiantes dans le domaine du paiement électronique Trophée 2013 des Solutions Bancaires Innovantes Formations certifiantes dans le domaine du paiement électronique Sommaire : Electronic Payment System Manager... 3 Acquiring Electronic Payment Officer...

Plus en détail

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004

Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 10 Quelle rémunération pour les dépôts à vue? (EB) Professeur Didier MAILLARD Octobre 2004 Avertissement La chaire de

Plus en détail

L espace unique de paiement en Euros

L espace unique de paiement en Euros L espace unique de paiement en Euros octobre 2010 Septième rapport D étape de la théorie à la pratique FR L'ESPACE UNIQUE DE PAIEMENT EN EUROS SEPTIÈME RAPPORT D ÉTAPE En 2010, toutes les publications

Plus en détail

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour

choix de la banque tirée choix de la date de rédaction du chèque absence de frais bancaires à ce jour III. Les conditions bancaires 1. La problématique du choix de la banque 2. Les principaux instruments de paiement domestiques 3. Les jours de valeur et les jours de banque 4. Les taux d intérêt 5. Les

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines Avec une masse salariale s élevant à 4,3 milliards d euros en 2003, le secteur de l assurance est une «industrie de main-d œuvre» qui offre un produit en grande partie immatériel : la couverture d un risque.

Plus en détail

DÉPARTEMENT CARTES PRÉPAYÉES FORMATION-RECRUTEMENT. HOBUX Consulting SARL

DÉPARTEMENT CARTES PRÉPAYÉES FORMATION-RECRUTEMENT. HOBUX Consulting SARL HOBUX Consulting SARL INFORMATIQUE-MONÉTIQUE Audit-Conseil-Assistance-Sécurité-Intégration Ingénierie logicielle-formation-recrutement DÉPARTEMENT FORMATION-RECRUTEMENT CARTES PRÉPAYÉES Version 1,0 - Novembre

Plus en détail

Paris Europlace, Forum financier international à Tokyo 27 novembre 2007 --------------------------- «Mondialisation des marchés financiers»

Paris Europlace, Forum financier international à Tokyo 27 novembre 2007 --------------------------- «Mondialisation des marchés financiers» Paris Europlace, Forum financier international à Tokyo 27 novembre 2007 --------------------------- «Mondialisation des marchés financiers» Discours de Christian Noyer Gouverneur de la Banque de France

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DE TRADITION (*)

POLITIQUE D EXECUTION DE TRADITION (*) POLITIQUE D EXECUTION DE TRADITION (*) Cette politique d exécution s applique aux services d intermédiation financière, qui vous sont fournis par les Sociétés du Groupe de Tradition (collectivement connues

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Royaume-Uni. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Royaume-Uni. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Royaume-Uni Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE N I - 532 (3 ème rect.) 14 octobre 2010 LOI DE FINANCES POUR 2011 - (n 2824) (Première partie) Commission Gouvernement AMENDEMENT présenté par M. Mallié, M. Debré et Mme Branget ----------

Plus en détail

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur

Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur La force de l engagement MD ÉTUDE TECHNIQUE Tirer parti des renseignements sur les clients : leçons tirées des réalisations en matière de services bancaires au consommateur Les entreprises de commerce

Plus en détail