Anne-Marie SCHLOSSER, Professeur à l EAP-Ecole Européenne des Affaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Anne-Marie SCHLOSSER, Professeur à l EAP-Ecole Européenne des Affaires"

Transcription

1 RELATIONS À DISTANCE, RELATIONS AUTOMATISÉES OU RELATIONS PERSONNALISÉES : LES ÉVOLUTIONS DE LA RELATION BANQUE-CLIENTS Anne-Marie SCHLOSSER, Professeur à l EAP-Ecole Européenne des Affaires RÉSUMÉ La relation banque-clients s établit à partir de nombreux modes de contact : en agence, avec du personnel et/ou avec des automates, hors agence avec des modes de contact à distance. Nous verrons dans un premier temps que ce que l on appelle agence recouvre en fait une multiplicité de modes de contact avec la clientèle, intégrant plus ou moins de technologies et de fonctions spécialisées. De plus, les nouveaux modes de relation hors agence assurent aux clients un niveau de service flexible et compétent jusqu alors seulement disponible en agence. Il est vraisemblable que la centralisation de la compétence disponible, soit, dans le cadre des plates-formes d accueil téléphonique, soit, dans le cadre des systèmes de vidéoconférence, pose à terme la question de la diminution du nombre d agences. Il sera nécessaire de repenser la configuration des réseaux sur la base des fonctions qui pourront être centralisées et de celles qui resteront à proximité des clients. L évolution des technologies de contact introduit un nouveau critère de choix d une banque : la disponibilité du service sera prise en compte dans le choix d une banque et non plus seulement sa proximité. La nature de l activité bancaire des banques de détail (retail banking) avait fait l objet d une première description dans une typologie proposée par Lovelock (1983). Il décrivait les services bancaires comme : des services de nature essentiellement intangible ; appliqués à des biens ; mettant en jeu une relation formelle pour un service continu ; très adaptés, mais dans lesquels la compétence du personnel en contact est faible ; des services multi-sites pour lesquels les consommateurs se déplacent. Cette typologie adaptée à la situation des Etats- Unis des années 80 ne correspond plus que partiellement à la situation européenne actuelle. Si l on considère le métier principal de la banque, l intermédiation bancaire, on peut définir l ensemble des services bancaires comme des ser- 53

2 A D E T E M vices de mise à disposition, au bénéfice de clients particuliers ou entreprises, de la capacité d intermédiation, traduite en capacité à collecter des fonds, à les gérer, à les prêter, et en capacité à apporter des conseils sur la gestion de l argent. Le mode de contact avec les clients peut reposer sur des équipements, sans requérir nécessairement la participation du personnel (Guichet Automatique, Minitel...). La plupart des services bancaires sont liés à un contrat (ouverture de compte), et leur fréquence d utilisation varie selon les caractéristiques des services offerts (utilisation de moyens de paiement, services de conseil en gestion de patrimoine) et les segments de clients. Certains services sont multi-sites, ce sont les services standard, facilement reproductibles, d autres sont mono-sites, ce sont en général des services peu facilement reproductibles (conseils en gestion de patrimoine exigeant un fort niveau de compétence, coûteux dans leur mise en œuvre). Leur réalisation implique de mettre à la disposition des clients du personnel plus ou moins formé pour répondre aux attentes hétérogènes des clients. En fait, l activité du personnel en contact permet d apporter des services extrêmement standardisés pour la majorité des occasions de contact avec la clientèle, mais également de répondre à des attentes de services très spécifiques (gestion de patrimoine) pour quelques segments de clientèle. Les relations banque-clients peuvent avoir des objectifs très différents. Il peut s agir : d initialiser une relation, (c est le cas de l ouverture d un compte, d une souscription de produit) et donc de vendre un droit d accès au service ; de gérer les événements liés à la réalisation opérationnelle du service pour lesquels la présence du client est nécessaire ; d apporter des informations qui permettent de faire évoluer les relations existantes (informer les clients sur les réglementations, sur l état de leurs comptes et les possibilités offertes par les produits détenus ou d autres produits) ; de proposer de nouveaux produits. L organisation des relations banque-clients repose donc sur le fait que les services à rendre varient en degré de standardisation ou d adaptation, et que leur objectif varie dans le temps de la relation. Ils commencent par une initialisation, mais sont suivis de nombreux épisodes de gestion d événements liés à la nature du produit, à la nature du client, à l importance du risque, soit pour le client, soit pour la banque. Les banques commerciales se préoccupent depuis longtemps de mettre en œuvre différents modes de contact avec leurs clients (face-à-face avec le personnel, téléphone, courrier, automates, Minitel, ou plus récemment Internet et les réseaux d ordinateurs). Leur nombre et leur coût posent la question de la complémentarité des modes de relation entre la banque et ses clients et celle de la possible substituabilité entre ces modes de contact. Il est à noter qu au Etats-Unis, le nombre de branches continue d augmenter malgré la mise en place des nouvelles technologies dans les relations banque-clients (Efma, 1998). Les banques commerciales ont tout d abord créé des réseaux afin de mettre à la disposition de leur clientèle les éléments visibles du service : un emplacement, des équipements et du personnel à proximité des clients, premier critère déclaré dans le processus de choix d une banque. Le niveau de compétence du personnel en contact dépendait du niveau de complexité du service à proposer à des clients parfois très différents dans leurs attentes. L hétérogénéité des clients conduisait à disposer, dans une même agence, de différents types de personnels pour assurer plusieurs niveaux de service : services courants, banalisés, tels que les opérations de caisse, et services plus complexes comme les activités de conseil. Les réseaux ont été conçus au départ pour répondre à l attente de proximité. D une façon générale, dans le domaine des services, le choix des clients s effectue dans le cadre d un trade-off entre la valeur ajoutée du service et son accessibilité mesurée en proximité géographique ou en temps passé. 54

3 Relations à distance, relations automatisées ou relations personnalisées :les évolutions de la relation banque-clients Anne-Marie Schlosser La multiplicité des modes de relation mis en œuvre dans la banque pose la question de l optimisation des réseaux qui assurent la relation banqueclients, notamment l agence et les modes de relation à distance. L évolution des canaux de distribution bancaire est l objet de nombreuses publications de l EFMA. À leur lecture, il apparaît que les relations banqueclients s organisent autour de 2 axes, selon que le client se déplace ou ne se déplace pas, selon que le mode de contact met en œuvre du personnel, en face-à-face ou à distance, ou des modes de contact sans personnel. mode de contact se déplace le client ne se déplace pas personnel 1) agence classique 4) force de vente personnel à distance 2) vidéoconférences 5) plate-forme téléphonique sans personnel 3) GAB, DAB, Bornes 6) mailing, Minitel, ordinateur, boîte à réponse vocale Ce schéma permet de dégager 6 quadrants dans lesquels on trouve les différents canaux de distribution utilisés par les banques. Quadrant n 1 : le client se déplace, l interface est assurée par du personnel, c est le contact classique en agence, avec du personnel dont les fonctions et les niveaux de compétence varient. Quadrant n 2 : le client se déplace, le contact est assuré par des systèmes de vidéoconférences expérimentés au Portugal et en Grande-Bretagne. Ils permettent la mise en relation de personnel qualifié dans des agences situées, par exemple, dans des hypermarchés. Quadrant n 3 : le client se déplace, le contact est assuré par des automates, les GAB ou les DAB, les bornes interactives. Quadrant n 4 : le client ne se déplace pas, le contact est personnel, il peut s agir de forces de vente mobiles, relativement peu utilisées dans le sec- teur bancaire, mais existant dans la vente de produits financiers par des institutions financières. Quadrant n 5 : le client ne se déplace pas, le contact est réalisé par du personnel, ce sont les systèmes de plates-formes téléphoniques, ou de marketing direct téléphonique. Quadrant n 6 : le client ne se déplace pas, il n y a pas du tout de personnel en interface, ce sont les relations par les systèmes de boîtes à réponse vocale, Minitel ou ordinateur. Les contacts en agence peuvent présenter différents degrés de complexité tant pour l utilisateur que pour le personnel en contact. Les opérations de guichet ressemblent aux opérations de routine comme la vente de billets d avion. Au contraire, la vente de certains crédits ou les conseils sur les produits de placement requièrent l emploi de personnel qualifié, proche des activités de conseil. La tendance dans la banque est d essayer de reporter sur les modes de contact sans personnel des opérations qui étaient confiées à du personnel. Tour à tour, le marketing direct (mailing et téléphone) dans les années 70-80, les automates (GAB, DAB, Bornes interactives), le Minitel dans les années et plus récemment les différentes formes de banque à domicile (Platesformes téléphoniques, Boites à réponse vocale, Internet) ont été ou sont encore expérimentées dans l objectif plus ou moins déclaré de les substituer au contact coûteux en face-à-face... et donc de les voir se substituer aux réseaux d agences. Une étude réalisée (AM Schlosser, 1996) auprès de 122 agences de l Ouest de la France, sur les départements de l Ille-et-Vilaine et de la Loire- Atlantique, a permis d identifier les modes de contact utilisés, puis, pour chaque mode de contact cité, les fonctions attendues de ce mode de contact. Les différentes fonctions identifiées dans le cadre des relations banque-clients sont : l information, la prise de rendez-vous avant la vente ; le conseil ; 55

4 A D E T E M la vente ; le suivi d opérations, transactions, transferts, la production après-vente ; le suivi de clientèle ; les opérations courantes. contact est de 49 % pour les opérations liées à l information, la prise de rendez-vous avant la vente, 57 % pour les opérations de conseil, 64 % pour la vente, 49 % pour le suivi d opérations après la vente (transactions, transferts, la production après-vente, 51 % pour le suivi de clientèle et 43 % pour les opérations courantes. Ces valeurs montrent que le faceà-face est utilisé systématiquement pour tous les Les fonctions confiées aux différents modes de contact (nombre de citations) Avant-vente Conseil Vente Après-vente Suivi Opérations courantes Face-à-face Marketing Direct Banque à Domicile Bornes Interactives Automates Internes Automates Externes Ensemble hors face à-face TOTAL À partir de ce tableau sur lequel figure le nombre de citations, il a été possible de calculer, pour chacune des fonctions identifiées, le taux de substitution du face-à-face par rapport aux autres modes de contact. Nous avons utilisé le ratio : nombre de citations du face-à-face / nombre de citations des autres mode de contact. Le rapport face-à-face / autres modes de types de fonctions, mais que c est pour la vente de produits bancaires et le conseil que l on a le moins systématiquement recours à d autres modes de contact. Nous avons également cherché à identifier, pour chaque fonction, la part assurée par chacun des modes de contact non personnel. 56

5 Relations à distance, relations automatisées ou relations personnalisées :les évolutions de la relation banque-clients Anne-Marie Schlosser Utilisation des différents modes de contact non personnels dans les relations banque-clients Avant - vente Conseil Vente Après-vente Suivi Opérations courantes Marketing Direct 48% 36% 57% 24% 54% 8% Banque à domicile 38% 51% 39% 59% 34% 49% Bornes interactives 8% 9% 3% 4% 6% 1% Automates Internes 3% 1% - 7% 4% 14% Automates Externes 3% 3% 1% 6% 2% 28% Total 100% 100% 100% 100% 100% 100% Deux types d activités apparaissent : Celles dans lesquelles le face-à-face n est pas prépondérant. Il s agit des opérations courantes, de l aprèsvente et de l information avant la vente. Pour les opérations courantes, les autres modes de contact sont cités plus souvent que le face-à-face, dans un rapport de 1,5 à 1 (161 citations contre 120). La banque à domicile et les automates sont les premiers concurrents du face-à-face. Il s agit surtout d automates externes. De même, dans les fonctions d après-vente et d avant-vente, les autres modes de contact sont cités plus fréquemment que le face-à-face. Dans le cas de l après-vente, on constate la forte présence de la banque à domicile avec 59 % des citations, suivie par le marketing direct et les automates internes et externes. Dans le cas de l avant-vente, le marketing direct est cité le plus fréquemment (48 %), suivi par la banque à domicile (38 %). Celles dans lesquelles le face-à-face est prépondérant. Il s agit alors des activités de conseil, de vente et de suivi. Dans le cadre du suivi, les autres modes de contact sont cités moins fréquemment que le face-àface (111 contre 117). Parmi les modes de contact techniques, le marketing direct recueille 54% des citations, et la banque à domicile 34%. Pour les activités de conseil, les autres modes sont cités 90 fois contre 120 pour le face-à-face, et, pour la vente, le rapport est de 69 contre 121. Les autres modes de contact importants pour ces deux fonctions sont la banque à domicile pour le conseil (51 % des citations des autres modes de contact) et le marketing direct pour la vente (57 % des citations). Il apparaît à l analyse de ces informations une sorte de hiérarchie des fonctions selon qu elles sont plus ou moins réalisées par d autres modes de contact que le face-à-face. Le conseil et la vente sont les deux fonctions 57

6 A D E T E M les moins concurrencées par les autres modes de contact et demeurent un véritable point fort du personnel commercial. Par contre, dans le suivi et l information avant la vente, le face-à-face est concurrencé par les autres modes de contact. L après-vente mais surtout les opérations courantes sont les points forts des modes de contact technologiques. L ORGANISATION DU FACE-À-FACE Le face-à-face est assuré en agence par des personnes dont les niveaux de responsabilité sont très divers. On constate l existence de nombreuses fonctions, plus ou moins présentes selon la taille de l agence, ou plutôt selon le concept d agence. En effet, on parle d agence bancaire comme s il existait un seul format d agence, mais on constate sur le terrain une très forte disparité des formats. Le concept d agence a évolué, puisqu il intègre aujourd hui non seulement du personnel, mais, dans près de 1 cas sur 2, un ou plusieurs automates (la référence en termes de nombre d agences comprend les agences des banques, des caisses d épargne et de la Poste), du marketing direct, des systèmes de banque à domicile. L évolution de l architecture des agences a permis de dégager des modèles qui intègrent des automates à l intérieur de l agence au lieu de les reporter exclusivement à l extérieur de l agence. On s est en effet rendu compte qu il était nécessaire, pour vendre ou pour apporter un conseil préalable à la vente de produits bancaires, de garder un contact physique avec la plupart des clients, de pouvoir les solliciter. L agence se présente donc en majorité aujourd hui comme un lieu où se croisent différents modes d accès aux services bancaires. On identifie plusieurs types principaux d agence, en fonction de leur taille, exprimée en nombre de personne et de clients, du degré de complexité des services qu elles proposent et de leur degré d équipement en modes de contact automatisés. On distingue ainsi : des petites agence traditionnelles, sans automates, avec une à deux personnes assurant les contacts avec les clients et apportant des services relativement standardisés ; des petites agences disposant d automates, avec 2 à 3 personnes, un nombre relativement faible de clients par agence, proposant des services spécialisés et des produits standardisés ; des agences moyennes, proposant des services standardisés, peu équipées en automates, avec en moyenne 6 personnes en contact ; de grosses agences, bien équipées en automates internes et externes, avec 10 personnes en contact, proposant tous types de services, depuis les services standard jusqu aux services à forte valeur ajoutée (conseil en gestion de patrimoine) et une forte proportion d entreprises dans leur clientèle. Dans la façon de gérer le portefeuille de clientèle, on constate l importance du mode de gestion avec des chargés de clientèle auxquels on attribue un certain nombre de clients. 87 % des agences déclarent ce mode de suivi. Parmi celles-ci, 92 % déclarent ce mode de suivi exclusif. Le mode de suivi par chargé de clientèle est prépondérant. Il correspond à la nécessité d analyser plus précisément les attentes individuelles des clients ou, parfois, de certaines catégories de clients, afin d y répondre par une offre composée de produits diversement adaptés (Courpasson, 1995). À une offre de services adaptés aux attentes correspond la mise en œuvre généralisée d un suivi de clientèle par l intermédiaire de chargés de clientèle. LES SYSTÈMES DE BANQUE À DISTANCE De nombreuses modalités d organisation et de service correspondent à la dénomination de banque à distance. 58

7 Relations à distance, relations automatisées ou relations personnalisées :les évolutions de la relation banque-clients Anne-Marie Schlosser Les services de banque à distance varient en fonction de leurs objectifs et des techniques sur lesquelles ils s appuient. Le Minitel, technique la plus ancienne dans cette fonction, permet de suivre les opérations sur des comptes, et de réaliser des transferts de compte à compte dans certaines situations prédéterminées. Il correspond essentiellement aux fonctions d après-vente et aux opérations courantes. La banque à distance s appuie sur deux possibilités d utilisation du téléphone : les serveurs vocaux, technologie relativement nouvelle, permettant de réaliser à partir du téléphone des opérations courantes, standardisées, de type consultation de solde ; les conseillers, chargés de clientèle, qui suivent les clients dans une relation à distance plus ou moins exclusive, et plus ou moins accessible en termes d amplitude horaire. Ce mode de relation existait déjà, depuis longtemps, en complément du guichet, pour les clients de la Poste. Pour la Banque Directe, ce mode de relation téléphonique et la mise à disposition de conseillers 20h sur 24 sont quasi exclusifs. Les autres banques ajoutent un service complémentaire, plus largement disponible, à l ensemble des modes de contact existants. Les stratégies des banques se différencient ainsi selon le degré d exclusivité accordé à ce mode de relation. On rencontre des stratégies centrées sur : un usage quasi-exclusif : Banque Directe, First Direct ; un usage complémentaire : le C.C.F. et la Société Générale qui, les premiers, ont étendu la disponibilité horaire de leurs conseillers ; Plusieurs banques mettent ainsi des conseillers compétents à la disposition de leur clientèle. Le lancement en France de la Banque Directe du Groupe Paribas, copie plus ou moins conforme de First Direct, a mis en lumière le positionnement spécifique de ce mode de contact. Les clients ouvrent leurs comptes avec un dossier demandé ou proposé par téléphone. Par la suite, l ensemble des relations se fait sans agence, par téléphone, avec une large amplitude de disponibilité : 20 h/ 24h. un usage alternatif : la Poste qui propose soit un conseil en face-à-face avec un conseiller financier soit une relation personnalisée, à distance, avec un conseiller accessible par téléphone, avec les mêmes horaires que les bureaux de Poste. Les différentes modalités d utilisation de la banque à distance Parmi les innovateurs, le C.C.F. a proposé d ajouter à ses contacts traditionnels par les agences, les services de conseillers accessibles par téléphone. Il a été suivi d autres banques (par exemple la Société Générale, mais aussi certaines Caisses d épargne) qui proposent ce type de service sur la base d une disponibilité horaire très large (20 h/ 24 h). L utilisation des technologies de contact permet donc aux banques de résoudre la question de la localisation de la compétence mise à disposition des clients et donc, par là même, de son coût par rapport au nombre de clients susceptibles de l utiliser. En effet, une agence classique offre, d une part, des services standardisés dont la réalisation réclame peu 59

8 A D E T E M de compétence et, d autre-part, des services plus adaptés dont la réalisation réclame un niveau de compétence plus élevé. Dans un système classique, la compétence est délocalisée dans des agences situées à proximité des clients, les services standardisés sont produits par des automates en relation avec les clients. De la même façon, l utilisation de systèmes de boîtes à réponse vocale permet aux clients d accéder à des services informationnels standardisés sans se déplacer. L utilisation de plates-formes téléphoniques à valeur ajoutée permet aux clients d accéder à des services adaptés sans se déplacer. On peut donc analyser les différents types d interfaces à partir des degrés de standardisation ou d adaptation du service et selon que le client se déplace ou non. le client se déplace ne se déplace pas niveau de service service standardisé personnel, guichet boîte à réponse vocale GAB, DAB Minitel, mailing, phoning service à valeur ajoutée personnel conseil plate-forme téléphonique vidéoconférence On retrouve ici le modèle d organisation des opérations de service en Hub and Spoke, modèle de centralisation de la compétence en fonction du nombre d utilisateurs. Les technologies de l information permettent donc d améliorer l accessibilité du service dont finalement la proximité (distance ou temps passé) n est qu une des représentations possibles. L élément nouveau est la mise à disposition de services à valeur ajoutée sans le face-à-face direct (Pinheiro, 1999). À ce titre, les expérimentations d agences équipées de systèmes de vidéoconférences, en Espagne (Banco Central Hispano), au Portugal (Expresso! Atlantico) et en Belgique (Générale de Banque) méritent d être suivies attentivement (EFMA, 1997). En Espagne, la BCH a conclu un accord avec la chaîne d hypermarchés Alcampo (filiale de Auchan) autorisant l ouverture de dix agences bancaires à l intérieur des magasins. Ces agences, dotées d une infrastructure légère, offriront l ensemble des services proposés dans les agences traditionnelles de la banque. Elles seront équipées d un système de vidéoconférences permettant un contact direct avec le personnel spécialisé d une agence centrale, les horaires d ouverture seront calqués sur ceux du magasin. La BCH vise surtout la clientèle active qui peut difficilement se rendre à l agence aux heures d ouverture. Dans ces formules, le client n est pas en contact direct avec le conseiller et doit néanmoins se déplacer sur un site d où il peut accéder, avec sa carte, au système de vidéoconférence. L agence, située dans des hypermarchés, ne dispose que de personnel peu formé, laissant l accès au personnel spécialisé par système de liaison à distance. Au Portugal, la première banque de supermarchés d Europe a fait son apparition en novembre 1996, avec l ouverture de 28 boutiques bancaires installées dans les supermarchés Pingo Doce. La banque Expresso!Atlantico propose un accès à ses services, 7 jours sur 7, de 9h à 21h. Les services de base sont apportés par une équipe de 3 à 6 personnes, dans des agences équipés de GAB et de bornes permettant d effectuer des transactions en temps réel. L agence est également équipée d un espace privé, d où l on peut avoir recours à des spécialistes accessibles en permanence grâce à un système de vidéoconférence. En Belgique, la Générale de Banque lance de nouvelles formules d agences en supermarché, les agences Plaza reliées par un système de vidéoconférence à des conseillers. On peut également noter que la Générale de Banque donne à ses agences une dénomination particulière et structure ainsi son réseau par enseigne. Il existe ailleurs de nombreux systèmes de banque on-line, grâce aux liaisons par Internet. En Grande-Bretagne, la Royal Bank of Scotland lance un service bancaire en ligne sur Internet direct banking by PC en garantissant la sécurité des tran- 60

9 Relations à distance, relations automatisées ou relations personnalisées :les évolutions de la relation banque-clients Anne-Marie Schlosser sactions (Bedos, Lavallière, Chopin, 1998). Sur ce système, les clients ont accès aux détails des comptes sur 6 mois, au transfert de données sur un logiciel de gestion financière, au paiement de factures auprès de 750 sociétés, aux virements de compte à compte pour les particuliers. L évolution des réseaux d agences dépendra du degré d adoption de ces formes de contact par les différents segments de clients et de la rapidité d évolution des coûts de mise en œuvre des technologies de transfert de l information. À l heure actuelle, on peut constater en France deux perspectives identifiées dans l analyse de la banque à distance : l offre exclusive et l offre de relations multiples. Mais une des caractéristiques actuelles du marché français est l absence d une vraie différenciation par les prix, essentiellement due à l absence de transparence sur les tarifs et les coûts (Bryan, 1989). En fait, l information existe, mais elle est assez difficile à utiliser. Sans véritable différenciation financière, on se demande pourquoi un client choisirait de se priver de la possibilité d utiliser de multiples clefs d accès aux services de sa banque. Une véritable différenciation tarifaire existe en Espagne avec le groupe Argentaria et au Portugal avec la Banco Comercial Portugues. Ce groupe dispose de 7 réseaux différents pour 7 types de clients, dont la Banco 7, banque téléphonique destinée à une clientèle moderne et exigeante et Nova Rede, petites agences automatiques pour la clientèle à revenus moyens. Chaque réseau dispose d une politique de tarification différente. En France, seul le segment de client qui ne souhaite pas de contact en agence choisit l exclusivité du service à distance. Mais, comme on l a constaté, ce n est pas le raz-de-marée qui menace à court terme de balayer les réseaux d agences. Il s agit plutôt d un transfert assez lent, d une évolution graduelle des comportements, qui, alliée aux évolutions des techniques de transfert de l information, annonce néanmoins le déclin des agences traditionnelles, celles qui répondaient au critère de la proximité, au profit de formules qui correspondent au critère d accessibilité des services. Il est vraisemblable que la centralisation de la compétence disponible, soit dans le cadre de platesformes d accueil téléphonique, soit dans le cadre de systèmes de vidéoconférence, pose à terme la question de la diminution du nombre d agences. Il semble évident que l adoption des nouvelles technologies conduit à repenser la configuration des réseaux sur la base des fonctions qui pourront être centralisées et de celles qui resteront à proximité des clients. L étude des fonctions assurées par le face-àface et celles qui, de plus en plus, sont assurées par d autres modes de contact, montre que les réseaux bancaires risquent de devenir des réseaux allégés. On trouvera des agences consacrées à la vente et au conseil, appuyées par des sites d automates et par des plates-formes téléphoniques dont la localisation dépendra de l évolution des coûts des appels téléphoniques nationaux. C est la disponibilité du service qui sera prise en compte dans le choix d une banque et non plus seulement sa proximité. Pour le moment, les banques françaises optent pour la multiplicité des modes de contact sans diminuer le nombre de leurs agences, mais c est dans un environnement exceptionnel dans lequel la tarification des coûts ne s applique pas aux relations banque-clients. La mise en place de l Euro, la création d un véritable univers financier européen risquent de sonner le glas de cette situation et d entraîner le bouleversement attendu depuis l arrivée des premiers automates. Il semblerait que la France soit un pays dans lequel l échéance ait été relativement retardée. Jusqu à quand? 61

10 A D E T E M BIBLIOGRAPHIE Armistead C.G., Killeya J.C., (1984) - Transfer concepts between manufacture and service, International Journal of Operations and Production Management Badoc M., Lavayssière B., Copin E.(1998) - e-marketing de la banque et de l assurance, Editions d organisation, 1998 Bandt de J., Gadrey J. (1989) - Relations de service, marchés de services, CNRS Editions, 1994 Bryan L. (1989) - La banque éclatée, Interéditions, 1989 Courpasson D. (1995) - La modernisation bancaire, sociologie des rapports profession-marchés, L Harmatan, 1995 EFMA , 1997, 1998 : Actes des congrès. Lovelock C.H. (1983) - Classifying services to gain strategic marketing insights, Journal of Marketing, vol 47, n 3, p 9-20, Eté 1983 Pinheiro S. (1999) Supermarket Branching, European Research Project, EAP. Schlosser A.M. (1996) - La distribution bancaire aux particuliers, l évolution du concept d agence, Thèse, Doctorat HEC 62

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage,

Les critères de segmentation Critères Variables retenues Description Exemple Pays, région, ville, Chauffage, SYNTHÈSE DU CHAPITRE 11 : LA SEGMENTATION DE LA DEMANDE. La segmentation. La segmentation de la demande consiste à définir des groupes de clients (des segments de clientèle) ayant des comportements homogènes

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Nous associons technologie et service pour vous guider dans l optimisation de votre budget voyages

Nous associons technologie et service pour vous guider dans l optimisation de votre budget voyages Lauréat des trophées du voyage d affaires 2006 pour «la meilleure conduite du changement»! Nous associons technologie et service pour vous guider dans l optimisation l de votre budget voyages Expertise

Plus en détail

Projet U-Boutique / Miroir Magique. Description détaillée du projet

Projet U-Boutique / Miroir Magique. Description détaillée du projet Projet U-Boutique / Miroir Magique Description détaillée du projet 1 Contexte du projet U-Boutique Un contexte économique et commercial difficile La VAD connaît des difficultés commerciales et économiques

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

E-COMMERCE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 E-COMMERCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU E-COMMERCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU E-COMMERCE... 4 L'ACTIVITÉ DU E-COMMERCE... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DU E-COMMERCE... 9 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 11 1 LE MARCHÉ

Plus en détail

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client

CRM Banque. Fonctionnalités clés. Vision complète de la performance de la banque. Optimisation fondamentale de la relation client CRM Banque Fonctionnalités clés Vision complète de la performance de la banque Suivi des indicateurs clés de performance de la banque avec des tableaux de bord en temps réel, des rapports prédéfinis, une

Plus en détail

IBM Tivoli Identity Manager

IBM Tivoli Identity Manager Automatise la gestion du cycle de vie des identités IBM Tivoli Identity Manager Points forts Gérer l accès aux systèmes hérités et e-business Un moteur de dimensionnement intégré pour automatiser la Permet

Plus en détail

CENTRE NATIONA L DU REGISTRE DU COMMERCE (CNRC)

CENTRE NATIONA L DU REGISTRE DU COMMERCE (CNRC) République Algérienne Démocratique & Populaire Ministère du Commerce CENTRE NATIONA L DU REGISTRE DU COMMERCE (CNRC) ENTRE TELEMATIQUE ET GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS Présentée par madame ABDELLAOUI

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES

LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES LE CLIENT AU CENTRE DE LA STRATEGIE DES COMPAGNIES D ASSURANCES Le contexte du marché algérien Les motifs d une bonne gestion de la relation client Les principes structurels de l Entreprise Les objectifs

Plus en détail

Solutions. Une expertise au service de vos besoins logiciels.

Solutions. Une expertise au service de vos besoins logiciels. Solutions Une expertise au service de vos besoins logiciels. SIX Financial Information Solutions offre une combinaison parfaite des données, des process et du logiciel pour développer des produits sur

Plus en détail

EDI et commerce électronique

EDI et commerce électronique EDI et commerce électronique Table des matières 1. L Echange des Données Informatisées «EDI»... 2 1.1 La naissance du Besoin à L'EDI... 2 1.2 L objectif de L EDI... 2 1.3 Définition de L EDI... 2 1.4 Mise

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE. Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting

UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE. Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting UNE RELATION CLIENT DE QUALITÉ AU SERVICE DE LA CROISSANCE Olivier Ducass, Vice-Président et responsable du secteur Banque, Capgemini Consulting LA BANQUE DE DÉTAIL : UN MARCHÉ A MATURITÉ ET TRÈS CONCURRENTIEL

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Communiqué de Pré-Lancement. Sage CRM.com Version 5.7

Communiqué de Pré-Lancement. Sage CRM.com Version 5.7 Communiqué de Pré-Lancement Sage CRM.com Version 5.7 Nouvelle offre produit Présent sur le marché de la Gestion de la Relation Client (CRM) depuis 3 ans en France, Sage compte environ 7000 clients qui

Plus en détail

Le concept FAH (ou ASP en anglais)

Le concept FAH (ou ASP en anglais) Le concept FAH (ou ASP en anglais) Présentation FAH signifie Fournisseur d Application Hébergé ASP signifie Application Service Provider L utilisation d un logiciel de gestion classique peut se révéler

Plus en détail

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions Sage CRM Solutions Sage CRM SalesLogix Gagnez en compétitivité Sage CRM SalesLogix est une solution complète, conçue pour permettre à vos équipes commerciales, marketing et service d optimiser la gestion

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

GarantBox : pour aller plus loin

GarantBox : pour aller plus loin 1 Sommaire Sommaire GarantBox : pour aller plus loin Les acteurs en présence et les intérêts qu ils trouvent dans GarantBox Les utilisateurs Les banques partenaires du projet Les commerces partenaires

Plus en détail

Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik?

Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik? Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik? Nuukik est un moteur de recommandation de produit aidant les e-commerçants à dynamiser et personnaliser leur offre commerciale afin de

Plus en détail

Assurance automobile et. nouvelles technologies (TIC) Intervenant(e): Raqui Wane

Assurance automobile et. nouvelles technologies (TIC) Intervenant(e): Raqui Wane Assurance automobile et nouvelles technologies (TIC) Intervenant(e): Raqui Wane S O M M A I R E ANALYSE ENVIRONNEMENTALE: Etat des lieux Le marché africain Les apports des tic LES NOUVEAUX COMPORTEMENTS

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires

Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires Le spécialiste du crédit à la consommation au service des réseaux bancaires banque de financement & d investissement / épargne / services financiers spécialisés Le spécialiste du crédit à la consommation

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

5th Financial Infrastructure & Risk Management Training

5th Financial Infrastructure & Risk Management Training 5th Financial Infrastructure & Risk Management Training Modèles de Credit Bureau Cas du Maroc 22 Septembre 2014 par : M. Abdelmajid BENALI - Bank Al- Maghrib Session 2B Sommaire I. Caractéristiques du

Plus en détail

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement

ANNEXE N 3. Médiateur de la Société générale. Historique du dispositif de médiation. Description. Fonctionnement ANNEXE N 3 Médiateur de la Société générale Le rapport d activité de la médiation est uniquement interne, nous n avons donc pas pu en avoir connaissance Historique du dispositif de médiation C est le 15

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Septembre 2015 UAF LIFE PATRIMOINE : BILAN ET PERSPECTIVES DOSSIER DE PRESSE

Septembre 2015 UAF LIFE PATRIMOINE : BILAN ET PERSPECTIVES DOSSIER DE PRESSE Septembre 2015 UAF LIFE PATRIMOINE : BILAN ET PERSPECTIVES DOSSIER DE PRESSE Sommaire I. DES RÉSULTATS EN PHASE p. 3 AVEC LES AMBITIONS II. QUATRE ENJEUX MAJEURS p. 5 DE DÉVELOPPEMENT 1- Une nouvelle donne

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales Spécialisation E-Business 120 crédits ECTS (60 crédits par année de formation)

BTS Management des Unités Commerciales Spécialisation E-Business 120 crédits ECTS (60 crédits par année de formation) BTS Management des Unités Commerciales Spécialisation E-Business 120 crédits ECTS (60 crédits par année de formation) Langue d enseignement : Français ALTERNANCE ou INITIAL Fonctions Le titulaire du BTS

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

«La caisse automatique à recyclage d espèces Vertera. Banco Popular, Espagne

«La caisse automatique à recyclage d espèces Vertera. Banco Popular, Espagne Banco Popular, Espagne La technologie avancée des caisses automatiques améliore l efficacité, et préserve la santé et la sécurité de l employé «La caisse automatique à recyclage d espèces Vertera a contribué

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements La gestion de fortune par des professionnels, pour tous les investisseurs Edition pour la Suisse Fonds de diversification des actifs BFI Dynamic (CHF)

Plus en détail

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO

Crédit Bureaux. des PME. Alger, le 12 mars 2009 Margherita GALLARELLO Le rôle des Crédit Bureaux pour l accès au crédit des PME 2009 Agenda L activité des Crédit Bureaux Sujets critiques pour les PME Crédit Bureaux: quels avantages pour les PME? Exemple d évaluation Conclusion

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Avaya IP Office Centre de contacts

Avaya IP Office Centre de contacts Avaya IP Office Centre de contacts Un centre de contacts multicanal simple et fiable pour IP Office Le centre de contacts Avaya IP Office déploie l innovation Avaya dans les centres de contacts pour les

Plus en détail

Groupe de travail n 3. «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014

Groupe de travail n 3. «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014 Groupe de travail n 3 «Réseau de Relais Visio Accueil sur le Pays Marennes Oléron» 07 février 2014 Groupe Visio-Accueil 07/02/2014 Ordre du jour Présentation de l étude pour le déploiement d un réseau

Plus en détail

La Société Générale lance le premier service de banque par téléphone

La Société Générale lance le premier service de banque par téléphone DOSSIER DE PRESSE La Société Générale lance le premier service de banque par téléphone CONFÉRENCE DE PRESSE - 13 MARS 2007 Communiqué de Presse - L évènement Fiche Produit SOGETEL - Présentation du service

Plus en détail

KBC-Online for Business

KBC-Online for Business KBC-Online for Business Découvrez KBC-Online for Business. L automatisation ne peut plus être dissociée de la vie quotidienne, ni surtout de la vie économique. KBC prend les devants et met à la disposition

Plus en détail

Axe International Offre Produits & Services. Paris, le 11 juin 2012

Axe International Offre Produits & Services. Paris, le 11 juin 2012 Axe International Offre Produits & Services Paris, le 11 juin 2012 Axe International En bref Spécialiste des technologies VoIP Indépendant des constructeurs et éditeurs, Environnement Open Source, R&D

Plus en détail

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL

Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Aide au développement sur le Marché Américain CHAMBRE DE METIERS DES HAUTS DE SEINE / ALTIOS INTERNATIONAL Comment assurer le développement de vos activités aux Etats-Unis? Vous pouvez développer vos activités

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction réalisée auprès des usagers. du 17 septembre au 7 octobre 2015. Préfecture de la Vienne

Résultats de l enquête de satisfaction réalisée auprès des usagers. du 17 septembre au 7 octobre 2015. Préfecture de la Vienne Résultats de l enquête de satisfaction réalisée auprès des usagers du 17 septembre au 7 octobre 2015. Préfecture de la Vienne Résultats de l enquête de satisfaction réalisée auprès des usagers de la Préfecture

Plus en détail

Symposium du STTP sur les services bancaires postaux Ottawa, les 26 et 27 avril 2014

Symposium du STTP sur les services bancaires postaux Ottawa, les 26 et 27 avril 2014 «L offre de marché des Postes Italiennes : principaux produits et résultats économiques» Communication sous la direction de SLP CISL Italie (deuxième partie) Symposium du STTP sur les services bancaires

Plus en détail

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR

TÉMOIGNAGE CLIENT ELIOR Afin d améliorer la qualité de son information client, le groupe Elior a doté les forces commerciales de son activité de restauration collective d une solution basée sur Pivotal CRM. Souple et ergonomique,

Plus en détail

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Irlande Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée des études DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le BTS Management des unités commerciales a pour perspective de vous permettre de prendre la responsabilité de tout ou partie d une unité commerciale. Une unité commerciale est

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité

Gestion commerciale. Une réponse fonctionnelle quel que soit votre secteur d activité Gestion commerciale La rentabilité d une entreprise passe par l augmentation du chiffre d affaires et la maîtrise des coûts de gestion. Avec Sage 100 Gestion Commerciale, vous contrôlez votre activité

Plus en détail

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Nouveaux horizons pour l industrie énergétique La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Industrie énergétique Les solutions logicielles SIG de Geocom : flexibles,

Plus en détail

I. COMPREHENSION DU CONTEXTE

I. COMPREHENSION DU CONTEXTE I. COMPREHENSION DU CONTEXTE L informatisation du système de gestion des activités hôtelières constitue un facteur majeur de réussite pout tout projet d implantation et de gestion des établissements hôteliers.

Plus en détail

La Gestion de la Relation Client n est pas un luxe : c est une nécessité pour gagner en efficacité

La Gestion de la Relation Client n est pas un luxe : c est une nécessité pour gagner en efficacité SAGE CRM EXPRESS La Gestion de la Relation Client n est pas un luxe : c est une nécessité pour gagner en efficacité Titre de la rubrique Pourquoi un logiciel de Gestion de la Relation Client? Découvrir

Plus en détail

La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse

La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse 17 Avril 2013 La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse Jean Yves FOREL, directeur général, membre du directoire de BPCE en charge de la Banque commerciale

Plus en détail

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains!

Sage CRM. La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME. Précision et efficacité à portée de mains! Sage CRM Précision et efficacité à portée de mains! La solution complète de Gestion des Relations Clients pour PME Alliant l innovation pragmatique, la souplesse d utilisation et l efficacité Living Your

Plus en détail

Diagnostic CRM en 2 parties. Votre organisation a-t-elle besoin d un CRM? Quels sont vos besoins?

Diagnostic CRM en 2 parties. Votre organisation a-t-elle besoin d un CRM? Quels sont vos besoins? Diagnostic CRM en 2 parties Votre organisation a-t-elle besoin d un CRM? Quels sont vos besoins? Votre organisation a-t-elle besoin d un CRM? Perspective courte durée. L important c est la vente L approche

Plus en détail

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK Présenté par Stephanie Diakité, CATEK FINANCEMENT A COURT TERME Le financement nécessaire pour couvrir le coût d achat ou de production, de conditionnement et d expédition des produits finis pour livraison

Plus en détail

Dossier de presse. Skandia Liberté

Dossier de presse. Skandia Liberté Dossier de presse Skandia Liberté nos talents à votre mesure SKANDIA / DOSSIER DE PRESSE / MARS 2008 0 Sommaire Communiqué de presse... 2 Skandia diversifie son offre produits... 4 La clientèle patrimoniale,

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Dossier de presse Novembre 2015

Dossier de presse Novembre 2015 LA COMMUNAUTÉ DE CEUX QUI DÉCIDENT À QUEL PRIX ACHETER! Dossier de presse Novembre 2015 Contact presse Camille Fagart Dealon.fr +33 (0) 6 83 38 01 81 camille.fagart@dealon.fr Dealon SAS 24 boulevard Hennecart

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

E-commerce. Le logiciel de gestion pour votre métier

E-commerce. Le logiciel de gestion pour votre métier E-commerce Le logiciel de gestion pour votre métier Spécialement développé avec et pour les entreprises de négoce, la gestion commerciale CODIAL répond à l ensemble des besoins en gestion d une PME. CODIAL

Plus en détail

Découvrez une offre unique sur le marché

Découvrez une offre unique sur le marché bourse de Négociateurs indépendants Découvrez une offre unique sur le marché 15 responsables de région recrutent + de 400 négociateurs indépendants bourse de «Deux phénomènes majeurs impactent le marché

Plus en détail

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012

Les banques en ligne et les services bancaires par internet modèle économique et évolution des plaintes de consommateurs de 2008 à 2012 N 15 Juin 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Les banques en ligne et les services bancaires

Plus en détail

Autres appellations du métier

Autres appellations du métier Le métier aujourd'hui Autres appellations du métier Téléopérateur(trice) Téléacteur(trice) Téléconseiller(ère) Conseiller(ère) clientèle à distance Télévendeur(euse) Technicien(ne) de vente à distance

Plus en détail

Solocal Group Solocal Group pilote ses audiences via un ensemble de tableaux de bord complètement automatisés grâce à l API AT Internet.

Solocal Group Solocal Group pilote ses audiences via un ensemble de tableaux de bord complètement automatisés grâce à l API AT Internet. Online Intelligence Solutions Solocal Group Solocal Group pilote ses audiences via un ensemble de tableaux de bord complètement automatisés grâce à l API AT Internet. Case study Case study INTRODUCTION

Plus en détail

GENERALI ESPACE LUX. La Solution FID Expert

GENERALI ESPACE LUX. La Solution FID Expert GENERALI ESPACE LUX La Solution FID Expert Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? est une offre exclusive dédiée à une

Plus en détail

REXEL, PARTENAIRE DE VOTRE QUOTIDIEN

REXEL, PARTENAIRE DE VOTRE QUOTIDIEN REXEL, PARTENAIRE DE VOTRE QUOTIDIEN Chaque jour, Rexel accompagne Quel que soit le secteur d activité, habitat, tertiaire ou industrie, Rexel accompagne les professionnels dans toute la France. Rexel

Plus en détail

ITSM - Gestion des Services informatiques

ITSM - Gestion des Services informatiques Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ ITSM - Gestion des Services informatiques Copyright 2011 CXP. 1 ITSM - Gestion des Services informatiques L'étude a été réalisée par : Dalila Souiah OBJECTIF DU DOCUMENT.

Plus en détail

SOLUTIONS DE SÉCURITÉ BANQUE ET FINANCE

SOLUTIONS DE SÉCURITÉ BANQUE ET FINANCE SOLUTIONS DE SÉCURITÉ BANQUE ET FINANCE PACOM a développé une réputation solide en tant que leader mondial dans le domaine de la gestion de la sécurité à distance pour le marché des banques et de la finance.

Plus en détail

Les Ateliers de l Epargne, une nouvelle approche financière, originale et pertinente.

Les Ateliers de l Epargne, une nouvelle approche financière, originale et pertinente. DOSSIER DE PRESSE Georges BILLAND Lieu dit Bouharée 35 230 ORGERES Tél : 02 99 83 46 77 Rennes, le 25 Mars 2011 Port : 06 29 23 08 32 Email : georges.billand@hotmail.fr En résumé : Les Ateliers de l Epargne,

Plus en détail

Olfeo a choisi, depuis sa création, de distribuer ses produits et les services qui leur sont associés à travers un réseau de partenaires.

Olfeo a choisi, depuis sa création, de distribuer ses produits et les services qui leur sont associés à travers un réseau de partenaires. Sécuriser / Optimiser / Analyser l utilisation d internet Alliance opérateur Olfeo Business Transparence Compétence Dynamisme Olfeo a choisi, depuis sa création, de distribuer ses produits et les services

Plus en détail

Tunisie : Nouveautés d Attijari Bank rendent la banque innovante, pragmatique et populaire

Tunisie : Nouveautés d Attijari Bank rendent la banque innovante, pragmatique et populaire Tunisie : Nouveautés d Attijari Bank rendent la banque innovante, pragmatique et populaire Lors de sa participation au Salon International Bancaire, Financier et de la Monétique, sous l égide de la Banque

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Septembre 2005 Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Cette étude permet de quantifier ce qui avait été mis en évidence par l étude qualitative

Plus en détail

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES QUI SOMMES-NOUS? MEJT, dont le siège est basé à Champagne au Mont d Or (69) a été créée en 1994 par Gilles GUILLERME. A sa création, MEJT

Plus en détail

Secteur Finance - Assurance

Secteur Finance - Assurance Secteur Finance - Assurance isatech est spécialiste des solutions de gestion d entreprise Microsoft Dynamics ERP, CRM et Office365 Les problématiques du secteur financier Selon l INSEE, en 2011, le secteur

Plus en détail

C I R C E O. Les hommes qui la composent ont depuis 40 ans implanté, créé, géré, fusionné ces activités dans de nombreuses régions du monde

C I R C E O. Les hommes qui la composent ont depuis 40 ans implanté, créé, géré, fusionné ces activités dans de nombreuses régions du monde C I R C E O Une entreprise qui réunit l ensemble des expériences de l univers du Crédit aux particuliers : > Les Banques > Les Acteurs spécialisés du crédit > Les Fournisseurs de solutions informatiques

Plus en détail

ALD Automotive ouvre ALD carmarket, site de vente privé de véhicules d occasion sur Internet

ALD Automotive ouvre ALD carmarket, site de vente privé de véhicules d occasion sur Internet Communiqué de presse Le 5 janvier 2008 ALD Automotive ouvre ALD carmarket, site de vente privé de véhicules d occasion sur Internet ALD Automotive diversifie ses canaux de revente de véhicules l occasion

Plus en détail

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente

CRM Service. Exemples de secteurs concernés. Fonctionnalités clés. Gestion de l activité quotidienne. Gestion complète de la force de vente CRM Service Exemples de secteurs concernés Société de commerce et de négoce Société de services informatiques Cabinet de formation Cabinet de recrutement Société de sécurité et de nettoyage Société de

Plus en détail

Le numérique dans la stratégie de La Poste Les enjeux pour l immobilier d exploitation La transformation des métiers de Poste Immo

Le numérique dans la stratégie de La Poste Les enjeux pour l immobilier d exploitation La transformation des métiers de Poste Immo Table ronde du 3 mars 2015 L immeuble augmenté : ce que le numérique induit comme évolution dans l usage des bâtiments? Le numérique dans la stratégie de La Poste Les enjeux pour l immobilier d exploitation

Plus en détail

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE

IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE IPÉSUP ADMISSIONS PARALLÈLES 2015 FICHE-MÉTIER : LA FONCTION COMMERCIALE Ø Panorama du secteur de la grande distribution en France o Les grands chiffres o Typologie de la grande distribution o Les mutations

Plus en détail

Présentation du 30 septembre 2010 «SÉMINAIRE ET RENCONTRES D AFFAIRES MAROC : Le réseau de Finances et Conseil Méditerranée au service du

Présentation du 30 septembre 2010 «SÉMINAIRE ET RENCONTRES D AFFAIRES MAROC : Le réseau de Finances et Conseil Méditerranée au service du Présentation du 30 septembre 2010 «SÉMINAIRE ET RENCONTRES D AFFAIRES MAROC : Le réseau de Finances et Conseil Méditerranée au service du développement des PME» Le Groupe Crédit du Maroc 1 Le Groupe Crédit

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Air Transat. Contexte. Buts. Défis. Solution. Industry Travelling, Transport

Air Transat. Contexte. Buts. Défis. Solution. Industry Travelling, Transport Air Transat www.airtransat.ca Industry Travelling, Transport Partner r42 communication Cooper Building 3981 boul. Saint-Laurent, suite 215 Montreal H2W1Y5 Quebec, Canada Ralph Spandl ralph@r42.ca Contexte

Plus en détail

GROUPE BARID AL MAGHRIB. Barid eshop

GROUPE BARID AL MAGHRIB. Barid eshop GROUPE BARID AL MAGHRIB Barid eshop GROUPE BARID AL MAGHRIB Barid Al Maghrib: Quelques chiffres Clés: Chiffre d affaires: 1,4 MM DH Collaborateurs: 8000 Nombre d agences 1800 Flotte: ~ 600 véhicules GROUPE

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

SYSDE. NOM DU PRODUIT SYSDE SAF v 3.0 NOM DU FOURNISSEUR RÉSUMÉ. Évaluation 2009* Septembre 2009. Évaluations précédentes 2005. Impression générale

SYSDE. NOM DU PRODUIT SYSDE SAF v 3.0 NOM DU FOURNISSEUR RÉSUMÉ. Évaluation 2009* Septembre 2009. Évaluations précédentes 2005. Impression générale NOM DU PRODUIT SYSDE SAF v 3.0 NOM DU FOURNISSEUR SYSDE Évaluation 2009* Septembre 2009 Évaluations précédentes 2005 RÉSUMÉ Impression générale SYSDE SAF est une solution intégrée comprenant des fonctionnalités

Plus en détail

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Au fidèle tableau noir, de plus en plus d écoles ajoutent aujourd hui les services de l informatique. Place aux TICE, Technologies de l Information

Plus en détail

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital?

Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Observatoire Orange Terrafemina vague 15 Banques nouvelle génération : les Français sont-ils prêts pour le tout digital? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail