ANALYSE DE L UNITE COMMERCIALE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DE L UNITE COMMERCIALE"

Transcription

1 ANALYSE DE L UNITE COMMERCIALE Afin de caractériser au mieux l évolution de la BRED au sein de son environnement, nous allons tout d abord présenter l ensemble du réseau de la BRED, puis de son positionnement et enfin faire état de la concurrence. 1. Présentation de réseau La Bred est la banque régionale la plus importante du réseau Banque Populaire. Autrefois «Banque Populaire fédérale de développement» jusqu en 1982, elle a été remplacée par «La BRED» le 1 er mars Elle rassemble sociétaires. Son capital est de euros. Plus de 300 agences sont implantées sur les territoires d île de France, de Normandie et d Outre-mer. La Bred ne cesse d évoluer et d innover. Elle fonde son action sur des valeurs liées à son identité coopérative, son ancrage régional et sa capacité d innovation. Annexe carte du monde, annexe résultat Structure de l agence L île de la Réunion compte 21 agences. L agence dans laquelle j ai pu élaborer mon projet se situe au cœur du centre ville de Saint-Denis. Elle regroupe 35 salariés dont 8 sont dédiés à la force de vente (front office). Annexe carte de la Réunion. 3. Organisation du réseau a. Positionnement La Bred est passée d une stratégie commerciale fondée sur la masse et l augmentation de ses clients à une volonté de rentabilisation de chacune de ses relations établies. La diversification de l offre a conduit au début des années 1990 à une segmentation de l offre et de la distribution par marché. La segmentation est devenue un concept d ordre stratégique plus qu opérationnel. Elle peut être définie comme le regroupement ou le rassemblement des clients en fonction de leurs caractères sociodémographiques, socioculturels, géographiques, comportementaux ainsi que leur valeur potentielle et leur souscription aux produits financiers. Annexe profil b. L offre Une grande diversité de produits et services sont proposés par la Bred : - l accueil en agence et au téléphone, la relation avec les conseillers privé/professionnel, la communication ; les assurances/retraites ; les réclamations. - les opérations de base : comptes de dépôt à vue, compte épargne, les cartes, les épargnes bancaires et financières, les prêts immobilier et personnels. - des services périphériques : les assurances vie, les assurances IARD*, les services multimédias. c. La demande Les principales caractéristiques sont : - Les clients sont multi bancarisés et ils n hésitent pas à faire jouer la concurrence. - Les clients veulent une transparence accrue au niveau des conditions de facturation. - Les clients recherchent des placements procurant des rendements plus élevés que les comptes à terme classiques. 2

2 - La crise économique rend les personnes plus soucieuses de leur avenir et les oriente vers des produits d épargne-retraite. - Particuliers et entreprises cherchent une gestion financière optimale de leurs affaires. Ils veulent obtenir les meilleures conditions de financement, pouvoir choisir et être informés sur tous les produits et services. d. Les prix En matière de prix la banque se situe en général dans une politique d alignement car les produits et les tarifs sont quasi-identiques d une agence à une autre. Exemples : (cotisations annuelles ; conventions ; frais divers ; frais de tenue de compte etc. ). Il en est de même pour les assurances proposées par la banque dont les tarifs sont régis par le code des assurances. e. La concurrence Le secteur bancaire est de plus en plus concurrentiel. La Bred est située dans une zone ou la pression concurrentielle est très forte et fait face à un climat de concurrence de plus en plus exacerbé : mouvement de concentration sur le marché, développement de produits complémentaires, nouveaux entrants sur le marché. 5 grandes caractéristiques du marché : - Un marché déjà très équipé (7 produits bancaires par client en moyenne) et avec une faible croissance naturelle. - L'arrivée de nouveaux concurrents : assureurs ; acteurs internet ou encore grand distributeurs. - Une pression accrue sur les prix pour les offres fortement génératrices de PNB et donc une rentabilité moindre. - Une offre insuffisamment différenciée qui pose la question de la réelle capacité du réseau à maîtriser et à vendre l offre. Parallèlement à cette mutation du marché, le comportement des clients à évolué : plus exigeants, mieux informés, ils deviennent plus difficiles à conquérir ou à fidéliser. 5 besoins essentiels des clients : - Besoins de gérer son argent de tous les jours ; - Besoins de financer sa consommation ; - Besoin de préparer son avenir ; - Besoin de valoriser son épargne ; - Besoin de se loger. Conformément aux axes définis par son plan à moyen terme pour les années , la Bred continuera à mettre en œuvre une politique de croissance équilibrée et durable fondée notamment sur l ancrage régional, le maillage du territoire et la proximité avec la clientèle. *L assurance I.A.R.D. se spécialise dans les risques touchant les biens et la responsabilité. Les exemples typiques sont l assurance habitation (incendie, vol, etc.) et l assurance automobile (collision, feu, vol, vandalisme, etc.). On y retrouve également des branches plus spécialisées telles que l assurance responsabilité civile, l assurance maritime, l assurance cautionnement. 3

3 1. Les grandes lignes du diagnostic. a. Le contexte du projet LE DIAGNOSTIC DE L UNITE COMMERCIALE A l'instar des autres banques, la BRED a multiplié les canaux de contact à distance avec la clientèle via des automates bancaires ou encore son site Internet. Cette démarche permet normalement aux clients de devoir moins fréquenter les agences tout en multipliant les possibilités d'interactions avec la banque. Cependant, j'ai pu observer que les clients continuent en grande majorité de se rendre aux agences pour des opérations qu'ils pourraient facilement réaliser à distance. L'encombrement qui en résulte engendre un réel mécontentement de la clientèle. Je me suis alors demandé de quelles manières il était possible d'agir auprès de la clientèle pour l'inciter à davantage utiliser ces outils de banque à distance. Pour réaliser mon diagnostic, j'ai utilisé plusieurs outils : - Des recherches documentaires qui m'ont permis de comprendre pourquoi ces outils restaient peu utilisés. - Une étude auprès de la clientèle: administration d'un questionnaire (100 clients) pour déterminer la place qu occupent les outils à distance et les freins à leur utilisation. - Des entretiens avec le personnel : qui m ont permis d avoir leurs opinion sur le développement des outils à distance. - Du benchmarking des différents sites et tarifs pour étudier et analyser les modes d organisations des autres banques afin de s en inspirer et d en retirer le meilleur. L'ensemble des ces analyses ainsi qu'un diagnostic globale de la BRED est résumé dans une matrice S.W.O.T.. 2. La matrice S.W.O.T. b. Les opportunités et les menaces du marché : Diagnostic de l environnement externe. OPPORTUNITES La Bred à de grandes opportunités d accroître sa notoriété. Demande : Le marché : La banque en ligne aide beaucoup de personnes. - Internet est l'un des moyens de communication les plus utilisé par toutes les tranches d âge, facile et accessible pour tous. L offre -Elle propose divers produits et services ainsi que différents canaux représentant les multiples voies d accès possible au service bancaire. -La BRED adopte une stratégie de MENACES Une concurrence directe et proche ; ainsi qu une conjoncture alertant. Demande : Le marché : Internet reste un outil pas toujours fiable : risques de piratage, fraude. Une clientèle méfiante, qui a besoin d être sécurisé ; le site est très peu connu (29%). L offre -Parmi les clients interrogés, beaucoup restent insatisfait du site en général. * Annexe analyse des sites bancaires. - Des connexions représentant un coût 4

4 développement 7 agences ouvertes en deux ans ; une clientèle privilégiant la proximité. Juridique : Des sites entièrement protégés avec des normes de sécurité. Environnement Une clientèle exigeante mais très réceptive et sensible à la diversité des moyens de communication entre la banque et le client. - Les clients recherchent la nouveauté et l innovation. marchand, des clients qui restent sceptiques et qui ont besoin d être confortés et rassurés Environnement Les autres formes de concurrences tels que : Boursorama.com ; Monabanq Reconnue par la presse, classé 1 er banque du magazine revenu, a obtenu un «label d excellence 2009 pour le compte de dépôt». c. Les forces et les faiblesses du marché : Diagnostic de l environnement interne. FORCES Depuis son rapprochement avec La Caisse d Epargne la banque populaire se positionne en deuxième banque française. Le groupe : Le mariage avec la Caisse d Epargne renforce l image et le pouvoir du groupe par l effet d expérience. Services proposés à la clientèle : Elle propose régulièrement de nouvelles offres comme la secur-e card bred ; Ipab. Le personnel de l agence fait preuve de professionnalisme et de motivation. Management Les personnel suivent régulièrement des formations internes afin d approfondir leurs connaissances sur les nouveaux produits. Une bonne évolution : une augmentation de 7% de son PNB qui s établit à 445 millions d en FAIBLESSES Une clientèle de plus en plus pointilleuse et exigeante ainsi des offres quasi-identiques aux réseaux concurrentes. Une absence de communication média : Elle est restreinte et limitée provient de la centrale : cela ne permet pas de développer la communication sur le plan local. Technologie : Le coût internet représente un frein pour les clients. L actualisation du site est lente, avec un manque d informations. * Annexe tableau comparatif Management Il y a un manque de personnels, les conseillers ont beaucoup de clients par portefeuille. Ce qui laisse beaucoup de clients sans suivi. Concurrence : Politique d alignement : Les prix et tarifications sont quasi-identiques à celle des concurrents. 4. Le bilan Grâce à cette analyse on peut voir que la clientèle se déplace encore en agence pour des opérations qui pourraient être réalisées à distance. De plus, les solutions technologiques développées et notamment le site Internet sont nettement en retard par rapports aux autres banques. La concurrence est donc agressive ; la clientèle de plus en plus exigeante ; communiquer est nécessaire mais cela représente un poids financier pour l entreprise. Ainsi pourrait-on se demander : Comment la BRED pourrait développer «les outils à distance» tout en gardant cette proximité de relation avec la clientèle? 5

5 1. Rappel de la problématique LES PRECONISATIONS ET CHOIX D UNE ACTION Comment la BRED pourrait développer «les outils à distance» tout en gardant cette proximité de relation avec la clientèle? a. Les choix possibles Inciter les clients à davantage utiliser internet Développer le système «message plus» Développer la borne informatique PRECONISATION N 1 Moyens et objectifs Faisabilités Limites Réduire le flux de Sensibiliser les Coût moindre. clients conseillers. Les clients restent Faire face à la Mise en place de méfiant vis-à-vis de concurrence qui est postes informatiques l outil internet. moins chers. pour aider les clients Les clients Permettre à l agence à aller sur bred.fr. veulent être de se centrer sur des Développer le confortés et tâches plus précises. contact par mail. sécurisés. PRECONISATION N 2 Moyens et objectifs Faisabilités Limites Eviter le déplacement aux clients. Réduire le flux de clients. rendre message plus explicite. Pas de réel coût pour la Bred mais coût pour la clientèle. Mise à jour régulière des dossiers clients cela permet un contact régulier avec la clientèle. En l état actuel des choses, le système message plus n est pas forcément explicite. PRECONISATION N 3 Moyens et objectifs Faisabilités Limites Réduire l attente Faire connaître la Le client n aura Renseigner les borne (ses fonctions). sa pièce justificative clients sur leurs La mettre plus en que plus tard. comptes, et leurs avant car elle n est permettent de faire les pas visible. transactions courantes. b. La solution retenue Pour répondre à la problématique j ai préféré opter pour une approche générale, qui permet d englober au mieux les différentes solutions préconisées : J ai décidé de me tourner vers «l incitation des clients à davantage utiliser internet» qui semble la solution la plus adaptée pour plusieurs raisons : - Le projet ne nécessite pas de coûts important - Cela permettra de décharger les tâches des conseillers et des agents de l accueil : gain de temps pour les clients et pour l agence. - C est un moyen d accroître le chiffre d affaires de l agence : une meilleure rentabilité. 6

6 Eléments Nom du projet Période Origine Objectifs Plans d action PRESENTATION DU PROJET (note de cadrage) Le contenu Bred OnLigne Résultat significatif à atteindre en 2009, puis développement du projet progressivement. J ai constaté qu il y avait un flux important de clients tout au long de la journée au sein de l agence : - Beaucoup de clients se plaignaient de l attente au guichet. - Du manque de personnel. - Des voies d accès possible pour ne pas passer par l accueil. L agence compte 7000 clients, seuls 30% d entres eux ont internet, avant la fin de l année 2009 elle devrait atteindre au moins 50% de clients abonnés à la banque à distance. Cela permettra de réduire le flux d attente au guichet. Cela va éviter les déplacements des clients pour certaines opérations. Cela donnera plus de possibilité aux conseillers de s occuper de dossiers qui nécessite plus d attention. Cela déchargera l accueil. C est un moyen qui permettra à l agence d augmenter son chiffre d affaires car les transactions en ligne sont payantes. Cela donnera également la possibilité aux conseillers et aux clients de communiquer à travers des mails. Communiquer davantage sur la banque en ligne (communication media et hors media ex : publipostage, e- mailing). Tenir compte des pratiques instaurées par les réseaux concurrentes pour en faire autant ou mieux. Mettre en place un service de qualité qui est un élément de différenciation vis-à-vis de la concurrence : o Le personnel prend part au projet *Annexe argumentaire du «Oui-Mais» Développer davantage la possibilité de rester en contact avec son client par mail. Mettre en place un «stand test» au Bred café *Annexe Bred Café. Etudes préalables - Questionnaire auprès de la clientèle. - Benchmarking et veille sur internet sur les conditions tarifaires et la comparaison des différents sites bancaires. - Préparation d une fiche objection «oui-mais». - Entretien avec le personnel de l agence ainsi que la directrice de marketing et communication. Cible visée La clientèle jeune dans un premier temps 2. Conclusion Internet apparaît donc comme la solution la plus adéquate. Néanmoins, on a constaté que le fait de réduire l attente au guichet et limiter le flux des clients au sein de l agence risque d avoir des répercussions sur la relation entre «la Banque et le client». 7

7 ANALYSE DES REPERCUSSIONS DU PROJET Le développement de l outil INTERNET va engendrer de profonds changements en termes de flux de clientèle : tant au niveau de l accueil que pour les conseillers. On peut analyser les répercussions sous différents angles : 1. Les répercussions Humaines et managériales - Les conseillers verront de moins en moins leurs clients, cela leur permettra de se centrer sur des tâches plus importante et non répétitif ; ils pourront étudier les fichiers cas par cas et contactés ceux qui ont besoin de conseils. - Ils prennent par au projet en sensibilisant un maximum de clients à faire leurs transactions en ligne à chaque entretien ; afin que le projet se développe de plus en plus. - Un employé ou un stagiaire ayant une bonne connaissance du site sera présent afin de renseigner au mieux les clients sur les différentes transactions. Assurer une meilleure efficacité pour la mise en place du projet. 2. Les répercussions Matérielles - Le projet nécessite d un ou deux nouveaux postes informatiques, qui leur permettra d aider les à effectuer leurs consultations et à poser des questions directement. 3. Les répercussions Financières - La communication nécessitera un certain coût pour l agence : PLV, ILV - Internet représente un frein pour un certain nombre de clients par son coût. - Le coût des postes informatiques. Les résultats du projet ne seront obtenus que sur du long terme. 4. Les répercussions stratégiques - Chaque conseiller fera l effort de parler de la banque en ligne à chaque entretien avec ses clients, ils devront être efficaces et productif car c est l image de l agence qui est en jeu. - Trouver de nouvelles idées et innovations pour fidéliser davantage les clients actuels mais aussi les clients potentiels. 5. Les répercussions organisationnelles - Cela permettra de réduire les problèmes récurrents. A titre d exemple les clients ne savent jamais à qui s adresser quand ils ont des questions à poser. - Développer la possibilité de communiquer avec les conseillers par mail sera aussi une façon de réduire le flux d attente à l accueil. - Accompagner les clients et les aider lors de leurs consultations. - Les conseillers feront davantage l effort de répondre aux attentes et aux questions de leurs clients par mail. 8

8 6. Les répercussions commerciales Qualitatives Quantitatives - Un client satisfait est celui qui va revenir Inciter de nouvelles personnes à faire leurs transactions bancaires en ligne. - Un meilleur résultat de fidélisation De moins en moins de clients seront mécontents donc moins de réclamations. - Les conseillers et le personnel se centre sur des tâches moins répétitifs - Un gain de temps, aspect positif tant pour le client que pour la banque Cela leurs permet de traiter les transactions et les tâches plus importantes (traiter des dossiers de prêt). Réduit considérablement le flux de clients au sein de l agence. La meilleure publicité n est t elle pas de bouche à oreilles? 7. Les éventuelles contraintes Temps : Le fait de sensibiliser et d inciter les clients à souscrire demande du temps de la part les conseillers. Il sera difficile pour les conseillers de répondre régulièrement aux attentes des clients par mails. Personnel : L équipe commerciale devra faire preuve de patience, pour répondre aux éventuelles objections et pour convaincre le client. Au départ, ce ne sera pas toujours évident d inciter les clients à souscrire à bred.fr à chaque entretien ; cela pourrait devenir un reflexe après quelque temps. Clientèle : Le coût internet représente un frein pour les clients. Les clients non habitués auront des difficultés à s adapter, il faudra un temps d adaptation. La mise à jour du site très lente (source questionnaire). Concurrence : La concurrence est forte et pour certaines banques l accès à internet est gratuit alors que la Bred prélève des frais. (Annexe tableau comparatif). Il faudra tenir compte des avantages que proposent les réseaux concurrents, afin d apporter des actions correctrices et innover le site. (Annexe benchmarking) Il faudra également essayer d appliquer une politique d alignement en matière de prix pour faire face à la concurrence. L agence : Il y aura des difficultés à mettre le site en valeur et le rendre attrayant car en faisant du benchmarking sur les autres sites, on peut voir qu ils sont plus développés et mieux organisés. Le site est national, cela ne permettra pas à l agence d être flexible, de le personnaliser pour un marché local et s adapter à la demande. L application du projet ce fera petit à petit afin d assurer de sa réussite. 9

9 REFLEXIONS SUR LA MISE EN OEUVRE 1. L avis global Le projet a déjà débuté et continuera à se développer. De plus, les conseillers ont pris conscience de l importance de favoriser cet outil et prennent part au projet à chaque entretien en incitant les clients à souscrire. Par ailleurs, plusieurs clients ont déjà souscrit à dans le cadre de l étude du projet. Sachant que 57% des clients ont souhaité s inscrire, après deux mois j ai décidé de faire un phoning pour avoir leurs avis personnels. Cela m a pris trois jours. 2. Préparation du phoning - Avant chaque appel, je consultais le compte du client pour déterminer le profil. - Aucun objectif ne m était assigné, donc avant de commencer mon phoning j ai établi un argumentaire pour bien déterminer les questions à poser ainsi qu un reporting. - Et enfin je faisais en sorte d appeler les clients en temps et en heure. Ni trop tôt ni trop tard. 3. Les résultats du phoning a. Le phoning Critères Résultat sur 57 personnes - Très satisfait 26 - Satisfait 19 - Assez satisfait 7 - Pas satisfait 3 - Pas joignable 3 b. L analyse en termes de chiffre d affaires CSP Nombre de pers Frais mensuel Frais annuel - Retraité 2 6,54 78,48 - Sans profession 3 9,81 117,72 - Lycéen ou étudiant 10 Gratuit Gratuit - Employé ou ouvrier 27 88, ,51 - Fonctionnaire 2 6,54 78,48 - Cadre, prof libéral 13 42,51 510,12 TOTAL , ,31 c. Commentaire le phoning - Très satisfait : 26% des clients déclarent qu ils sont plutôt satisfait et content de faire leurs transactions sur internet. C est un moyen très pratique. Ce sont des clients qui ne se déplacent presque plus. - Satisfait : 19% des clients apprécient le site, par contre déclarent que la mise à jour est plutôt lente, le site ne donne pas beaucoup d informations sur les produits. Ce sont des clients qui se déplacent de moins en moins. 10

10 - Assez satisfait : 3% des clients vont parfois sur bred.fr juste pour consulter leurs comptes. Ce sont de petits utilisateurs d internet. - Pas satisfait : 7% des clients sont mécontents car le mot de passe pour accéder à internet était erroné et les chéquiers commandés ne sont pas arrivés. - Injoignable : 3% des clients ne décrochaient pas, ils avaient changé de numéro. l analyse CA - On peut voir que les nouveaux adhérents rapportent environ 150 à l agence mensuellement ce qui fait un chiffre d affaires annuel de presque ce qui n est pas négligeable. - On constate également que l accès à internet est gratuit et intégré dans la convention «DEDIE JEUNES» pour toutes personnes âgées entre 18 et 25 ans. 4. Commentaires sur l organisation du projet POINTS FORTS - L étude a permis de mieux analyser les problèmes récurrents. - Les conseillers ainsi que les agents de l accueil gagnent un temps considérable. - Les conseillers accordent plus de temps au suivi des clients qui ont besoin d être conseillés. - L ensemble des employés est prévenu et prend part au projet. - Confort supplémentaire pour le client, il peut faire ces transactions à tout moment sans réel déplacement. POINTS FAIBLES - L agence étant grande, le projet continuera à se développer progressivement. - Les résultats seront obtenus que sur du long terme. 5. Conclusion a. Analyse sur du long terme - Vu la mondialisation, internet reste un moyen de communication facile et accessible à tous, il suffit tout simplement d un «click» pour accéder à son compte bancaire à tout moment et partout dans le monde. - De plus en plus de clients s intéressent à la banque en ligne et recherche la facilité et la praticité. - En effet, La Bred propose de plus en plus de services intéressants par exemple la possibilité d avoir un contact direct par mail avec son conseiller financier. b. Perspectives d évolution La bred est en constante évolution et s implique beaucoup dans son système d information commerciale. Elle ne cesse d évoluer, d innover et propose de plus en plus de produits liés à la banque en ligne notamment la «secur-e card bred» ainsi que De plus, depuis sa fusion avec la Caisse d Epargne ; le réseau Banque Populaire s est élargi considérablement et se positionne à l heure actuelle comme deuxième banque française. 11

Customer feedback management Management de la satisfaction client

Customer feedback management Management de la satisfaction client Customer feedback management Management de la satisfaction client La meilleure des publicités est un client satisfait. Vos clients les plus mécontents sont votre plus grande source d'enseignement. Bill

Plus en détail

L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle»

L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle» Exemple de dossier de PDUC L unité commerciale X&Y «Fidéliser la clientèle» NB1 : Le dossier doit comporter 10 pages : passer en annexes les documents qui prennent trop de place dans le dossier (ex : Etude

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse

La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse 17 Avril 2013 La signature électronique en agence une étape clé de la banque numérique Conférence de presse Jean Yves FOREL, directeur général, membre du directoire de BPCE en charge de la Banque commerciale

Plus en détail

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020

ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Jean-Louis DELPÉRIÉ Directeur ENJEUX ET PERSPECTIVES DU MODÈLE DE BANCASSURANCE NON-VIE À L AUNE DES ANNÉES 2020 Antoine FOURNIER Directeur LES DEUX DERNIÈRES DÉCENNIES ONT VU L ÉMERGENCE EN FRANCE DES

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Assistant de clientèle

Assistant de clientèle 1. Analyse commerciale de l unité commerciale. 1.1 Analyse de l agence. 1.1.1 Présentation du front office Dans le front office on trouve l agent d accueil, mais le circuit client est agencé de façon a

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012

Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Les principales difficultés rencontrées par les P.M.E. sont : «La prospection et le recouvrement des créances» Petit déjeuner du 26 juin 2012 Tour de table d une dizaine d indépendants et gérants de P.M.E.

Plus en détail

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES Septembre 2012 Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES 1 Qu elle vise à protéger nos biens ou à garantir notre santé, l assurance est aujourd hui une dépense contrainte pour la majorité des

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay

Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Baromètre des courtiers de proximité APRIL/OpinionWay Edition 2012 Toute publication, même partielle de cette étude, est soumise à autorisation de la part d APRIL Courtage Contactez Nathalie RAVET nravet@april.fr

Plus en détail

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale

Banque de détail. Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale Banque de détail Dynamiser votre réseau de distribution et accroître son efficacité commerciale L évolution de l environnement et les enjeux dans la Banque de détail CENTRES D'APPELS Intensification du

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0

Le Marketing Relationnel Universitaire : 2010.2011 0 Universitaire : 2010.2011 0 Introduction : Chaque jour à travers le monde, des managers déplorent la baisse de fidélité de leurs clients qui sont courtisés plus fébrilement par des concurrents offrant

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

L Evènement Assurance Automobile de GT Motive

L Evènement Assurance Automobile de GT Motive L Evènement Assurance Automobile de GT Motive Résultats de l étude satisfaction des assurées : 27,8% des assurés sont susceptibles de changer d assurance après la gestion d un sinistre Lancement de la

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux

DOSSIER DE PRESSE. Services de change et de gestion des paiements internationaux DOSSIER DE PRESSE Services de change et de gestion des paiements internationaux Janvier 2014 Fiche d identité de FX4Biz Date de création 2012 : FX4Biz Belgique Type de société SA de droit Belge au capital

Plus en détail

SOLUTION GLOBALE DE FIDÉLISATION FIDÉLISEZ EN TOUTE SIMPLICITÉ

SOLUTION GLOBALE DE FIDÉLISATION FIDÉLISEZ EN TOUTE SIMPLICITÉ SOLUTION GLOBALE DE FIDÉLISATION FIDÉLISEZ EN TOUTE SIMPLICITÉ la carte multi commerces et multi services qui s adapte à tous les secteurs FidelPass vous accompagne dans la mise en place d un système de

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Chapitre trois : Etude Empirique CHAPITRE TROIS ETUDE EMPIRIQUE Section I : Méthodologie de l étude 100 Section II : Analyse des résultats de recherche.. 106 99 Chapitre trois : Etude Empirique 100 Après

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44

SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 SYNERGIE Associés Confidentiel Reproduction interdite sans autorisation préalable Page 1 de 44 Le CRM (GRC) est la clef de votre succès Les Principes généraux de la Gestion de la Relation Clients Confidentiel

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

Les Français et les moyens de paiement. Mai 2015. Présentation synthétique

Les Français et les moyens de paiement. Mai 2015. Présentation synthétique MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Les Français et les moyens de paiement Etude de l Institut CSA pour le Ministère des Finances et des

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

Gestion de la Relation Client (GRC)

Gestion de la Relation Client (GRC) Techniques de DM pour la GRC dans les banques Page 2 I.1 Introduction La gestion de la relation client est devenue un processus essentiel dans les institutions bancaires. Ils essaient toujours d améliorer

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Agence Centrale. Foire aux questions. Version du 12/12/14

Agence Centrale. Foire aux questions. Version du 12/12/14 Agence Centrale Foire aux questions Version du 12/12/14 1 Table des matières 1. Modalités pratiques de mobilité bancaire... 4 1.1. Quelles démarches dois-je entreprendre pour fermer mon compte?... 4 1.2.

Plus en détail

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne.

Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. www.audirep.fr Bientôt plus d'1 Français sur 10 client d'une banque en ligne. Restitution des résultats d une étude menée par internet sur un échantillon de 1 001 personnes représentatives de la population

Plus en détail

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable 01 SOMMAIRE 100% UTILE p 4 Le 1 er compte sans banque 0% TOXIQUE p 6 Ce que Compte-Nickel vous épargne MAÎTRISEZ À 100% p 8 Les tarifs des

Plus en détail

CORRECTION BANQUE DUPONT-DURAND

CORRECTION BANQUE DUPONT-DURAND CORRECTION BANQUE DUPONT-DURAND DOSSIER A : GESTION DES COMPTES 20 points A.1 Conservation des relevés de compte 2 A.2 Démarche en cas d anomalie sur relevé 3 A.3 Calcul montant des agios (annexe A) 7

Plus en détail

Évolution des réseaux sociaux dans la banque (US et France) et place dans la distribution multicanale

Évolution des réseaux sociaux dans la banque (US et France) et place dans la distribution multicanale conseil organisation management Réussir ensemble Évolution des réseaux sociaux dans la banque (US et France) et place dans la distribution multicanale Salon e-commerce, Paris, 14 septembre 2011 csa consulting

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment

Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Le Régime volontaire d épargne-retraite (RVER) du Québec Aperçu du régime d épargne-retraite offert par l employeur dévoilé récemment Voici un résumé du projet de loi n o 80 Loi sur les régimes volontaires

Plus en détail

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien - 1 - Compte sur livret Mots clés :! Compte! Epargne! Versements! Rémunération! Livret! Fiscalité Sommaire : 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 1.1 Un produit d épargne ouvert à tous 1.2 Les

Plus en détail

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication

De ces définitions qui précèdent, Quels liens pouvons nous relever entre ces deux notions? La force de vente et la communication De nos jours, la force de vente et la communication apparaissent comme des fers de lance de toute entreprise. En effet leur prise en compte engendre des chiffres d affaires notoires. La force de vente

Plus en détail

Business Card BCVs. La carte de crédit pour PME

Business Card BCVs. La carte de crédit pour PME Business Card BCVs La carte de crédit pour PME Laissez-vous convaincre En adéquation avec vos besoins La performance économique et le pouvoir d innovation de la Suisse sont le plus souvent attribuables

Plus en détail

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing

DEMARCHE MARKETING MODULE : Aouichaoui Moez BTS : Conseiller d apprentissage. moez.aouichaoui@atfp.tn. Démarche Marketing 2012/2013 Démarche Marketing MODULE : BTS : DEMARCHE MARKETING Aouichaoui Moez Conseiller d apprentissage moez.aouichaoui@atfp.tn - Janvier 2014 www.logistiquetn.me.ma, Tunis Aouichaoui Moez 1 Plan N.B

Plus en détail

GUIDE DE TARIFICATION. Tarifs en vigueur au 2 janvier 2014

GUIDE DE TARIFICATION. Tarifs en vigueur au 2 janvier 2014 GUIDE DE TARIFICATION Tarifs en vigueur au 2 janvier 2014 monabanq. est l un des leaders français de la banque en ligne depuis 15 ans. Elle a été la première banque 100% en ligne à proposer une gamme bancaire

Plus en détail

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite

PERP Gaipare Zen. Prévoir le meilleur pour votre retraite PERP Gaipare Zen Prévoir le meilleur pour votre retraite On a tous une bonne raison d épargner pour sa retraite Composante de votre avenir, la retraite s envisage comme une nouvelle vie, synonyme de liberté.

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002

GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 GESTION DE LA RELATION CLIENT (CRM) Etat actuel et perspectives du marché suisse en 2002 CONSULTING KPMG Consulting SA La «gestion de la relation client» (ou, en anglais, Customer Relationship Management,

Plus en détail

Préparez-vous à changer d avis sur la banque.

Préparez-vous à changer d avis sur la banque. - 1 - Préparez-vous à changer d avis sur la banque. Votre carte Visa offerte pendant 1 an ou votre carte Visa Premier offerte pendant 6 mois pour toute 1ère ouverture d un compte monabanq. avant le 30/09/2010.

Plus en détail

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels.

Zurich Invest SA. Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA Le placement de vos valeurs patrimoniales est une activité exigeante et délicate. Confiez-la à des professionnels. Zurich Invest SA à l écoute des investisseurs. Zurich Invest SA, filiale

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

des clients pour la 16 septembre 2008 Contact BVA Xavier PACILLY 01 71 16 88 00 xavier.pacilly@bva.fr

des clients pour la 16 septembre 2008 Contact BVA Xavier PACILLY 01 71 16 88 00 xavier.pacilly@bva.fr Les attentes des clients pour la banque de demain 16 septembre 2008 Contact BVA Xavier PACILLY 01 71 16 88 00 xavier.pacilly@bva.fr Quelques constats 2 Une décennie de fortes innovations qui perturbent

Plus en détail

CRM & architecture centrée client - Page 1 sur 5

CRM & architecture centrée client - Page 1 sur 5 CRM & architecture centrée client - Page 1 sur 5 LES DOSSIERS MADWATCH.net CRM & SIMK CRM et architecture centrée client Novembre 2003 Nb de pages : 5 CRM & architecture centrée client - Page 2 sur 5 Le

Plus en détail

Argumentaires Contre

Argumentaires Contre Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.095 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Contre Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l énergie. Initiative populaire

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET. Christian Poirier

NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET. Christian Poirier NOTRE STRATÉGIE DE BANQUE DE DÉTAIL SUR INTERNET Christian Poirier Journée Société Générale - 20 juin 2000 Sommaire Analyse F.F.O.R. (forces, faiblesses, opportunités et risques) Positionnement / Objectifs

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

bpce assurances L ESSENTIEL 2012

bpce assurances L ESSENTIEL 2012 bpce assurances L ESSENTIEL 2012 I ÉDITO Pierre Garcin Président du conseil d administration Paul Kerangueven Directeur général Sommaire Faits marquants ÉDITO p. 1 à propos de BPCE Assurances p. 2 l assurance

Plus en détail

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015 8 formations carrément commerciales Catalogue 2015 8 formations pour : vendre plus et mieux Vendre ses prestations intellectuelles page 4 La relation client dans la gestion de projet page 5 Apprendre à

Plus en détail

Assurances Auto AXA Canada (AAAC 1 ) 2 Partie A 3

Assurances Auto AXA Canada (AAAC 1 ) 2 Partie A 3 Volume 5 Numéro 1 Avril 2007 en partenariat avec la Chaire internationale CMA d étude des processus d affaires Assurances Auto AXA Canada (AAAC 1 ) 2 Partie A 3 Cas produit par Johanne CASSIS 4 et par

Plus en détail

Le déroulement de l animation

Le déroulement de l animation 10020_GererAnimer_p076p087 Page 83 Vendredi, 12. août 2005 9:00 09 Le déroulement de l animation DOSSIER 15 Correspondance référentiel Dossier Page livre élève Compétences professionnelles Savoirs associés

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing

Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing Passage du marketing par e-mail à l automatisation du marketing L automatisation du marketing est une technologie qui permet de fidéliser les prospects grâce à des campagnes automatisées. Étant donné que

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous

Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82. La communication : un outil de vente ouvert à tous Route d Illins 38200 Luzinay Vienne 04.74.57.05.01 06.89.23.26.82 La communication : un outil de vente ouvert à tous jeudi 6 mars 2008 Go Between - Christian Fabre Plan de la présentation Pourquoi communiquer?

Plus en détail

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1

AGEFOS PME Nord Picardie Appel à propositions MutEco Numérique Picardie 2015 1 APPEL A PROPOSITIONS MUTECO NUMERIQUE 2015 PICARDIE Le présent cahier des charges s adresse aux organismes de formation souhaitant se positionner sur le projet mutations économiques porté par AGEFOS PME

Plus en détail

Les outils classiques de diagnostic stratégique

Les outils classiques de diagnostic stratégique Chapitre I Les outils classiques de diagnostic stratégique Ce chapitre présentera les principaux outils de diagnostic stratégique dans l optique d aider le lecteur à la compréhension et à la manipulation

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DE L ORDRE DES MASSEURS KINESITHERAPEUTES SOLUTIONS BANQUE POPULAIRE

ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DE L ORDRE DES MASSEURS KINESITHERAPEUTES SOLUTIONS BANQUE POPULAIRE ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DE L ORDRE DES MASSEURS KINESITHERAPEUTES SOLUTIONS BANQUE POPULAIRE 1. AVANCE DE TRESORERIE 1. AVANCE DE TRESORERIE Votre demande : Vous souhaitez bénéficier d une avance de trésorerie

Plus en détail

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi

COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS. Mme. Zineb El Hammoumi COM 300 / CHAPITRE 5: COMMUNICATION HORS MEDIAS Mme. Zineb El Hammoumi Communication hors médias Marketing direct Définition Objectifs Moyens Outils SOMMAIRE PLV (Publicité sur lieu de Vente) Définition

Plus en détail

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT

CRM MANAGER LES SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER S SOLUTIONS POUR BOOSTER VOTRE RELATION CLIENT CRM MANAGER plus que jamais, un outil d actualité et de conquête Votre connaissance du et de vos clients est fondamentale pour assurer vos succès.

Plus en détail

JOURNEE DE FORMATION : CONNAITRE LES TENDANCES EN RESTAURATION

JOURNEE DE FORMATION : CONNAITRE LES TENDANCES EN RESTAURATION JOURNEE DE FORMATION : CONNAITRE LES TENDANCES EN RESTAURATION Dans le cadre du contrat de filière de l industrie agroalimentaire coordonné par la Région Nord-Pas de Calais et la DRAAF, le pôle d excellence

Plus en détail

Gérer son patrimoine Demande d ouverture de comptes

Gérer son patrimoine Demande d ouverture de comptes Gérer son patrimoine Demande d ouverture de comptes Compte à la carte Compte Oligo Livret AXanque Je demande l ouverture d un Compte à la carte ou d un Compte Oligo 1 er titulaire Mme Mlle M. individuel

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Assurance et Internet : Comment agissent les internautes?

DOSSIER DE PRESSE. Assurance et Internet : Comment agissent les internautes? DOSSIER DE PRESSE Assurance et Internet : Comment agissent les internautes? 5 avril 2007 Contact presse : Hmael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 Empruntis.com en partenariat avec Market Audit a mené

Plus en détail

Lic. Pro Assurance, banque, finance / Développement et gestion des clientèles professionnelles

Lic. Pro Assurance, banque, finance / Développement et gestion des clientèles professionnelles Nombre de diplômés 101 Nombre de répondants 85 Situation au 01/12/11 En emploi 81 En études 2 Recherche d'emploi 2 85 Activités de services administratifs et de soutien Chargé de mission Charge de la gestion

Plus en détail

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité?

Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? Relations banques et clients Fidélité, vous avez dit fidélité? 4 e édition Avril 2014 Sommaire Baromètre Confiance 2014 : statu quo Fidélité clients : mythe ou réalité? 2 Relations banques et clients édition

Plus en détail

Solution et services associés aux Cartes Multi-commerce

Solution et services associés aux Cartes Multi-commerce Solution et services associés aux Cartes Multi-commerce Notre savoir-faire : augmenter votre chiffre d affaires Notre métier : Optimiser les stratégies client par des actions marketing à fort impact Spécialiste

Plus en détail

:Réalisé par BELHASSAN Selma

:Réalisé par BELHASSAN Selma :Réalisé par BELHASSAN Selma Introduction Le Plan Première partie: Présentation de l entreprise 1) Bref aperçu 2) Historique 3) Répartition géographique 4) Le développement durable Deuxième partie: L étude

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

Contexte. Description de l offre

Contexte. Description de l offre Offre combinée EN GESTION DE PATRIMOINE Protection du rêve de retraite Présentation de l offre Contexte Dans une optique de rapatriement et de développement des affaires, l offre combinée «Protection du

Plus en détail

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel

LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL. Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel LE MARKETING DU CINEMA et de l AUDIOVISUEL Présentation du Marketing appliqué au cinéma & à l audiovisuel Sommaire PRESENTATION GENERALE DU MARKETING: Qu est-ce que le Marketing? Introduction et définition

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

La demande de logement social en Ile de France. Le portail en ligne

La demande de logement social en Ile de France. Le portail en ligne PREFET DE LA REGION ILE DE FRANCE Direction Régionale et Interdépartementale de l'hébergement et du Logement La demande de logement social en Ile de France Le portail en ligne www.demande-logement-social.gouv.fr

Plus en détail

LA RELATION CLIENT BOOSTEZ VOTRE DEVELOPPEMENT AVEC RING OUTSOURCING EN FRANCE ET A L INTERNATIONAL

LA RELATION CLIENT BOOSTEZ VOTRE DEVELOPPEMENT AVEC RING OUTSOURCING EN FRANCE ET A L INTERNATIONAL LA RELATION CLIENT BOOSTEZ VOTRE DEVELOPPEMENT AVEC RING OUTSOURCING AGENCE LA SEYNE SUR MER 159 chemin de Bremond 83500 La Seyne Sur Mer 06 25 601 602 09 54 39 03 07 www.ringoutsourcing.fr contact@ringoutsourcing.com

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

PREMIERE PARTIE DESCRIPTION DE L'UNITE COMMERCIALE

PREMIERE PARTIE DESCRIPTION DE L'UNITE COMMERCIALE TS2 MUC PREMIERE PARTIE DESCRIPTION DE L'UNITE COMMERCIALE 2009-2010 I. IDENTIFICATION DE L'UNITE COMMERCIALE Le Crédit Mutuel de Thérouanne est le bureau relié à l'agence d'aire sur la Lys. Il fait parti

Plus en détail