Gestion globale d actifs CIBC Inc. Être rémunéré pour le risque en devises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion globale d actifs CIBC Inc. Être rémunéré pour le risque en devises"

Transcription

1 Recherche institutionnelle A V R I L G e s t i o n g l o b a l e d a c t i f s C I B C Gestion globale d actifs CIBC Inc. Être rémunéré pour le risque en devises Résumé L investisseur qui achète un actif libellé dans une monnaie étrangère ajoute une position de change à son portefeuille. Nous sommes d avis que bon nombre d investisseurs institutionnels et les comités de placement qui y sont liés ne prennent pas suffisamment en compte le risque et le potentiel de rendement inhérents aux placements dans une monnaie étrangère. Nous encourageons les investisseurs à prendre des décisions éclairées quant à la façon de gérer cette composante additionnelle de leur portefeuille. Selon les antécédents empiriques de cette catégorie d actif, une gestion active des devises ajoute de la valeur de façon régulière. Par ailleurs, nous pensons qu une approche visant à maximiser la valeur en matière de devises représente un objectif de placement sensé, malgré les difficultés à réaliser ce positionnement idéal. Les investisseurs institutionnels devraient au moins prendre en compte les relations entre les principales devises ainsi que le profil risque-rendement du portefeuille. Il existe trois principales variables qu un investisseur doit prendre en compte pour déterminer la part de l exposition aux devises à couvrir, quelle exposition conserver et à quelle fréquence ce ratio doit être rééquilibré. Risque Rendement Corrélation La principale difficulté liée à l objectif de maximisation de la valeur en matière de gestion des devises vient du fait que ces variables sont dynamiques et qu elles changent en fonction des conditions du marché. Nous avons utilisé la méthode du rétroviseur pour déterminer l efficacité de l extrapolation des données historiques sur le risque, le rendement et la corrélation pour élaborer la stratégie de. Comme on pouvait s y attendre, nous avons constaté qu il faut éviter de se fier aux tendances historiques pour prendre des décisions en matière de positions de change. Il est crucial de procéder à une analyse fondamentale du marché actuel et de son évolution tendancielle. En gardant à l esprit ces points essentiels, nous espérons que l investisseur qui décidera de conserver ou d augmenter l exposition de son portefeuille aux monnaies étrangères sera adéquatement rémunéré pour le risque en devises. 1

2 Recherche institutionnelle A V R I L G e s t i o n g l o b a l e d a c t i f s C I B C Groupe consultatif des investisseurs institutionnels : Série sur la Gestion des devises 2013 Être rémunéré pour le risque en devises Auteur : Michael Lewis, CFA 1 Vice-président, Répartition de l actif et Gestion des devises, Gestion globale d actifs CIBC inc. Collaborateurs : Kerry Stirton, directeur principal, Groupe consultatif des investisseurs institutionnels et chef d équipe, Relations avec la clientèle; Sarah Aves, CFA, directrice, Communications sur les placements Gestion globale d actifs CIBC inc. (GGAC) publie une série de rapports de recherche présentant nos analyses et nos recommandations pour la gestion de l exposition aux monnaies étrangères. Le présent rapport de recherche, intitulé Être rémunéré pour le risque en devises, est le premier de la série sur la Gestion des devises 2013 à être publié par l équipe de gestion des devises en collaboration avec le Groupe consultatif des investisseurs institutionnels. Il privilégie les éléments fondamentaux et décrit les éléments de base à prendre en compte pour assurer une bonne compréhension ainsi qu une saine gestion des positions de change du portefeuille, soit le risque, le rendement et la corrélation selon diverses conditions du marché. La plupart des investisseurs institutionnels au Canada possèdent d importants placements dans des actifs internationaux par conséquent, en devises, mais souvent, ils ne tiennent pas suffisamment compte des risques et des rendements inhérents à ces actifs. Les répercussions des fluctuations des taux de change sur un portefeuille d actifs internationaux peuvent être considérables, surtout en période de crise. Le risque dépend en grande partie de la corrélation entre les positions de change résultant de la possession des actifs internationaux et du portefeuille d actifs internationaux. Autrement dit, le risque supplémentaire imputable aux positions en devises étrangères varie selon que l actif et la monnaie évoluent dans la même direction ou en directions opposées dans diverses conditions du marché, et selon l ampleur de ces variations. Un examen portant uniquement sur le risque pourrait laisser dans l ombre d importants facteurs de rendement ainsi que la corrélation entre les catégories d actifs. Le rendement, le risque et la corrélation forment donc un cadre intégré pour l analyse de l exposition aux devises et de la probabilité d être bien rémunéré pour le risque assumé. Ces trois éléments varient dans le temps, ce qui complique l analyse et la gestion des devises. Il est prouvé que l ajout d une stratégie de gestion active des devises s appliquant aux placements en titres internationaux peut être efficace et ajouter de la valeur. Dans les prochains rapports de recherche de la série Gestion des devises 2013, nous examinerons en profondeur les sujets suivants : 1. les facteurs déterminant le rendement des marchés de devises: moyens pratiques pour le suivi et la gestion des facteurs pertinents. 2. les monnaies refuges : gestion active des rapports entre les principales monnaies dans un contexte en mutation. 1 Ont aussi fait part de leurs opinions et analyses : Luc de la Durantaye, CFA, premier vice-président, Répartition globale de l actif et Gestion des devises; Martin Turgeon, CFA, vice-président adjoint, Répartition de l actif et Gestion des devises. 2

3 Incidence de l augmentation de l exposition aux devises À GGAC, nous discutons habituellement d un ratio de fondé uniquement sur le risque, mais nous prenons aussi en compte les rendements et les corrélations en ce qui a trait aux positions de change. Il y a dix ans, les problèmes liés à la liquidité et aux coûts auraient pu empêcher les opérations de à l égard de certains marchés émergents; toutefois, la liquidité s est récemment accrue et les coûts ont diminué, au point où la majorité des positions de change peuvent être couvertes. Comme nous le verrons par la suite, il existe encore des coûts (mais aussi des avantages) indirects aux opérations de, mais nous partons du principe que l investisseur qui augmente son exposition au risque des devises le fait en toute connaissance de cause. Un investisseur achète un actif international risqué (par exemple, l indice MSCI Monde tous pays, un indice boursier international), sachant qu il est possible que la valeur de l actif baisse. L investisseur accepte de prendre ce risque s il croit qu avec le temps, il recevra un rendement pour compenser ce risque. Si l actif est libellé dans une monnaie étrangère (l indice MSCI Monde tous pays représente une exposition à 32 monnaies différentes), il doit décider quelle part de l exposition aux devises il entend conserver : Rendement total = rendement de l actif couvert contre le risque des devises + P_Devises * rendement des devises P_Devises = Portion de l actif non couvert contre le risque des devises Si l investisseur s intéresse uniquement au rendement total, sa stratégie de change sera fondée sur le rendement prévu des devises pendant la période où l investisseur conservera l actif international. L élaboration de prévisions sur les devises est difficile, surtout sur de longues périodes, et déborde habituellement le champ de recherche d un stratège en placement. En outre, le risque doit être examiné en tenant compte du rendement. Dans le cas de l indice MSCI Monde tous pays, un indice boursier international, l équation du risque tient compte de trois variables : le risque lié aux actions (pour lequel l investisseur estime être suffisamment rémunéré); le risque de devises (un risque souvent considéré comme non rémunéré); la corrélation entre le rendement des actions couvertes et le rendement des devises. En termes simples : En termes simples : Risque total 2 = risque de l actif couvert contre le risque des devises + P_Devises * risque des devises + P_Devises *Corrélation(rendement de l actif couvert contre le risque des devises, rendement des devises) Le dernier segment est fonction de la covariance, soit la corrélation, ou la direction et l ampleur de la variation de la monnaie par rapport à l actif couvert, avant rajustement en fonction du risque. Nous ignorons les exposants de l équation au long, laquelle est indiquée en bas de page. Compte tenu de ces rapports, il a trois questions de base qu il convient de se poser pour établir le cadre d une gestion éclairée de l exposition aux devises: 1) Dans quel sens évoluent les devises dans lesquelles l actif est libellé? 2) Le risque lié à l actif est-il supérieur ou inférieur au risque de change? 3) Quelle est la corrélation entre les devises et le rendement de l actif en monnaies locales? L investisseur préfère habituellement une exposition aux devises qui est susceptible d enregistrer des rendements positifs, dont le niveau de risque est inférieur à celui de l actif international couvert et qui affiche une corrélation négative avec l actif international couvert. Dans la pratique, les réponses à ces questions ne mènent pas toujours aux mêmes conclusions. Prenons le cas d un placement en actions des marchés émergents. Tout d abord, comme ces économies affichent un taux de croissance supérieur et des taux d intérêt élevés (mis à part les pays aux prises avec une inflation exagérément élevée), le rendement des devises devrait être positif, ce qui donne à penser qu il serait avantageux de conserver l exposition aux devises. Ensuite, le risque de change est très élevé : il serait donc préférable de couvrir l exposition aux devises. Enfin, il existe généralement une corrélation positive entre les monnaies des marchés émergents et les marchés boursiers de ces pays, ce qui milite également en faveur d une des positions de change. Nous nous pencherons maintenant sur le rôle de la corrélation. Le risque des actions accroît le risque total. Le risque de devises accroît le risque total. Le risque total augmente lorsqu il existe une corrélation positive ou élevée entre l indice boursier international et les devises; il diminue lorsque la corrélation est peu élevée ou négative. 2 L équation au long est la suivante : ; E représente l actif étranger couvert (par exemple, l indice MSCI Monde tous pays) et FX, l exposition aux devises étrangères. 3

4 Le dilemme de la corrélation Trois investisseurs résidant respectivement au Canada, dans la zone euro et aux États-Unis, effectuent un placement dans le même actif international, soit l indice boursier MSCI Monde tous pays. Le tableau ci-dessous montre la fluctuation des actions entièrement couvertes, la fluctuation des devises et la corrélation entre ces deux variables pour la période de 10 ans allant du 1er janvier 2003 au 31 décembre Tableau 1 Fluctuations de 2003 à 2012 des rendements de l indice boursier et des devises, du point de vue de différentes monnaies 3 Pays de résidence de l investisseur Volatilité du placement en actions entièrement couvert Volatilité du rendement des devises Corrélation entre les rendements des devises et des actions Volatilité du placement en actions non couvert visant à réduire le risque Canada 14,15 % 7,73 % -0,542 11,97 % 0,007 Europe (zone euro) 14,07 % 7,32 % -0,374 13,32 % 0,281 États-Unis 14,16 % 4,47 % 0,499 16,79 % 1,000 Les rendements de l indice boursier entièrement couvert ont davantage fluctué que les rendements des devises, mais ont varié en fonction du pays de résidence des investisseurs, comme le montrent les deux premières colonnes. Fait plus important, la corrélation entre l indice boursier et les devises a fortement varié d un pays à l autre, comme le montre la troisième colonne du tableau 1. Cette colonne indique la corrélation entre le rendement moyen pondéré des devises (les 32 devises comprises dans l indice MSCI Monde tous pays) et le rendement de l indice boursier entièrement couvert. Pour l investisseur canadien et pour la plupart des autres investisseurs, la corrélation est principalement fonction du rendement relatif de la monnaie locale par rapport au dollar américain, étant donné que les actions américaines représentent la composante la plus fortement pondérée de l indice boursier MSCI Monde tous pays. Une corrélation négative signifie que lorsque l indice boursier recule, les devises (en particulier le dollar américain) s apprécient par rapport à la monnaie du pays de résidence de l investisseur. Dans le cas de l investisseur résidant aux États-Unis, la corrélation est fonction de l évolution des monnaies autres que le dollar américain par rapport au billet vert. Habituellement, les monnaies autres que le dollar américain s apprécient ou se déprécient dans la foulée de l indice boursier international, c est-à-dire qu elles sont positivement corrélées à l indice. Pour sa part, l investisseur de la zone euro se trouve dans une situation intermédiaire et fait face à un dilemme. L euro a toujours présenté un risque légèrement élevé par rapport au dollar américain, mais a offert une sécurité relative par rapport à la plupart des autres monnaies. Soulignons toutefois que cette relation a commencé à changer au cours des cinq dernières années, de sorte que même les résultats de la présente étude effectuée ces dix dernières années sont sujets à caution. Du point de vie de l investisseur américain, les résultats globaux font ressortir que l exposition aux devises représente un risque accru et n apporte qu une diversification limitée, en raison de la corrélation positive. Cette situation s explique du fait que le dollar américain fait figure de valeur refuge en période de crise; lorsque les marchés boursiers reculent, les investisseurs se tournent vers les monnaies qui leur semblent plus sûres. En outre, le rapatriement d actifs spéculatifs a favorisé le yen japonais et le dollar américain. Pour l investisseur canadien, qui utilise une monnaie considérée «à risque», les devises procurent une bonne diversification, étant donné que le huard s est apprécié en périodes de crise alors que les marchés boursiers ont reculé (corrélation négative). La dernière colonne du tableau 1 montre le ratio de visant à réduire le risque pour la période de dix ans. Nous constatons que pour l investisseur résidant aux États-Unis, la stratégie visant à réduire au maximum le risque aurait consisté à couvrir la valeur totale de l exposition aux devises; par contre, pour l investisseur canadien, réfractaire au risque, il aurait été préférable de ne recourir à aucune. Pour sa part, l investisseur de la zone euro, préoccupé uniquement par le risque (et s appuyant sur des prévisions parfaites) aurait couvert environ le quart de son exposition aux devises liée à l indice MSCI Monde tous pays. (Évidemment, si ses prévisions étaient parfaites, il aurait aussi vendu sa villa en Espagne et pris la route de Genève.) Pour l investisseur qui effectue un placement dans des actifs internationaux, il est crucial de prendre en compte la corrélation entre les rendements de l actif international entièrement couvert et les rendements des devises pour déterminer la proportion de l exposition aux devises qu il devra couvrir. Les refuges ne sont pas éternels Il peut être intéressant de déterminer si une monnaie étrangère représente une valeur refuge, mais la sécurité qu elle procure peut s estomper avec le temps. La crise financière qui a éclaté en 2008 représente une bonne ligne de démarcation pour jauger de la stabilité d une monnaie sur une échelle allant de «valeur refuge» à «monnaie à risque». Le tableau 2 illustre des décisions de prises selon une stratégie de gestion passive avant la crise, selon le critère du caractère sûr ou risqué des devises. Tableau 2 Fluctuation des monnaies et avant et après la crise financière de 2008 Pays de résidence de l investisseur Réduction de la volatilité** avant la crise* attribuable à la Réduction de la volatilité après la crise attribuable à la visant à réduire le risque avant la crise visant à réduire le risque après la crise Canada 0,20 % -4,13 % 0,53 0,00 Europe (zone euro) 1,89 % -2,29 % 1,00 0,00 États-Unis 0,54 % 3,86 % 0,93 1,00 ** La période précédant la crise financière va du 1er janvier 2003 à mars 2008 (plan de sauvetage de Bear Sterns); la période suivant la crise va d avril 2008 au 31 décembre ** Réduction de la volatilité = volatilité du placement entièrement couvert moins volatilité du placement non couvert. 3 Vous pouvez obtenir sur demande les résultats pour les 30 monnaies prises en compte dans la version intégrale de l étude. 4

5 Pour l investisseur résidant en zone euro, les statistiques précédant la crise militaient en faveur d une complète, en raison du statut de valeur refuge de l euro. Lorsque les lacunes de cette monnaie relativement nouvelle sont apparues, son évolution est devenue celle d un actif à risque. La corrélation sur périodes mobiles ainsi que le ratio de visant à réduire le risque de l euro illustrent la perte de son statut de valeur refuge. qui minimise le risque pour un investisseur européen Le risque avant la crise 1 0,8 0,6 0,4 0, Le graphique illustre le ratio de qui aurait permis de réduire le risque pour les trois années précédentes pour l investisseur résidant en zone euro et ayant fait un placement dans l indice MSCI Monde tous pays. Ce ratio aurait été d environ 100 % pour chaque période de trois ans jusqu au milieu de Autrement dit, l exposition aux devises aurait dû être entièrement couverte pour réduire le risque. En 2008, le ratio de visant à réduire le risque fléchit fortement; pour réduire le risque, l investisseur en zone euro aurait alors mieux fait de ne pas couvrir l exposition aux devises de l actif international. Corrélation pour un investisseur Corrélation européen 0,8 0,4-0,4-0, Le deuxième graphique illustre la corrélation sur périodes mobiles entre l indice MSCI Monde tous pays et l euro pour les trois années précédentes. Elle est positivement corrélée avec le ratio de visant à réduire le risque; en effet, une corrélation positive milite en faveur d une stratégie de, et une corrélation faible ou négative, pour une exposition aux devises non couverte. Pour l euro, la crise de 2008 a perturbé la tendance, d une corrélation forte à faible entre l indice MSCI Monde tous pays et les monnaies étrangères (du statut de valeur refuge à celui de monnaie à risque). Il peut paraître intéressant d élaborer une stratégie de fondée uniquement sur l évolution passée de la monnaie de base d un investisseur; cependant, comme une telle caractéristique ne peut être toujours stable, nous devons aussi recourir à une méthode qui tient compte des changements dans les relations entre certaines monnaies. Le prix de la sécurité Il semble que la sécurité relative d une monnaie nous fasse perdre de vue l importance du rendement; or, comme le montre le cadre susmentionné, le rendement est un élément clé dans la gestion de l exposition aux devises. Du point de vue de l investisseur canadien, le rendement des devises (y compris les coûts indirects des opérations de ) de l indice MSCI Monde tous pays a été de -0,70 % en moyenne au cours des dix dernières années. Autrement dit, le dollar canadien a représenté un meilleur placement que le panier de devises de l indice. Il en va autrement pour l investisseur américain : dans son cas, les devises ont contribué au rendement, ajoutant 4,20 % par année au cours des dix dernières années. Il va sans dire que, dans un portefeuille contenant d importants placements en actifs étrangers, les résultats de placement pourraient diverger substantiellement en raison d exposition à différentes devises et des critères de valorisation qui y sont associés en évolution constante. L incidence des taux de change sur le portefeuille comprend les gains ou les pertes sur les positions en devises étrangères (c.-à-d., les variations du cours au comptant) ainsi que l écart entre les taux d intérêt d un pays et ceux de pays étrangers. Nous tenons compte du différentiel de taux d intérêt, étant donné qu un placement couvert s appréciera (ou se dépréciera) de l écart entre les taux d intérêt d un pays et ceux de pays étrangers. Lorsqu une monnaie est couverte, l investisseur renonce à l exposition aux taux d intérêt en vigueur dans le pays où cette monnaie est utilisée, ce qui peut représenter un coût important. L opération de implique la vente de la devise à une date future, mais à un prix convenu d avance. Le prix convenu est rajusté pour tenir compte de l écart entre les taux d intérêt des deux pays; l investisseur peut donc tirer parti d un taux supérieur uniquement s il accepte le risque de change. Par exemple, si le taux à court terme est de 1 % au Canada et de 3 % en Australie, l investisseur canadien qui couvre son placement dans des actions australiennes perdra 2 % par année à cause de l opération de (en supposant que le cours au comptant reste le même). Pour un investisseur habitant un pays où les taux d intérêt sont bas, comme le Japon, le prix de la sécurité peut être élevé. Le prix de cette sécurité varie selon la monnaie et est au moins aussi instable que les avantages de la. Il existe toutefois des monnaies à risque appartenant à des pays où les taux d intérêt sont élevés (voir l annexe A). Le tableau 3 indique l incidence des taux de change de même que les taux d intérêt moyens afin de déterminer la part du rendement qui est perdue par la d une monnaie caractérisée par un risque élevé et une forte croissance. Par ailleurs, nous constatons une forte corrélation entre les rendements de et les taux d intérêt dans un pays au cours de la période de dix ans qui a pris fin en Autrement dit, si l on en juge en fonction du rendement seulement, il était plus avantageux pour les investisseurs de privilégier les placements libellés en monnaies de pays où les taux d intérêt étaient élevés. 4 4 Selon l étude de GGAC portant sur 30 monnaies, la corrélation entre les rendements des devises et les taux d intérêt au pays était de -0,71. Cela signifie que si les taux d intérêt locaux étaient élevés, l investisseur faisait mieux d éviter les opérations de, du point de vue du rendement seulement. Dans le cadre d une stratégie de gestion active des devises, on parle d opérations de portage ou «carry». Ce ne sont pas tous les investisseurs qui estiment que le rendement obtenu est suffisamment élevé pour justifier le risque couru. 5

6 Si nous poussons l examen plus loin, nous tenterons de déterminer l exposition aux devises idéale pour l investisseur qui se préoccupe à la fois du risque et du rendement (nous supposons que c est le cas pour la plupart des investisseurs). La dernière colonne du tableau 3 sert à calculer le ratio de visant à maximiser le ratio d information (rendement par unité de risque) pour les investisseurs résidant au Canada, en zone euro et aux États-Unis. Tableau 3 Incidence des rendements des devises et des taux d intérêt sur le ratio de Pays de résidence de l investisseur Taux d intérêt moyen au pays Rendement moyen dû à l exposition aux devises visant à réduire le risque visant à maximiser le ratio d information* Canada 2,109 % -0,70 % 0,007 1,000 Europe (zone euro) 2,232 % 1,47 % 0,281 0,000 États-Unis 1,639 % 4,20 % 1,000 0,000 Calculs pour la période allant du 1er janvier 2003 au 31 décembre * Le ratio de visant à maximiser le ratio d information sert à déterminer le rendement maximal par unité de risque pour l ensemble de la période de dix ans. Reportez-vous à l annexe B pour connaître la formule permettant de le calculer. Pour certains investisseurs (notamment l investisseur canadien), la décision de (avec le recul) serait bien différente si elle prenait en compte les rendements. L investisseur canadien qui effectue des opérations de tire profit des taux d intérêt de son pays (lesquels étaient supérieurs au taux directeur américain pendant cette période) et de l appréciation du huard (qui était supérieure au taux de rendement moyen des devises, de -0,70 %). Au cours de cette période, l investisseur canadien a optimisé le ratio d information ainsi le rendement maximal par unité de risque en couvrant entièrement son exposition aux devises étrangères. Cette stratégie peut faire une grande différence pour l investisseur qui accepte un certain risque. En revanche, un investisseur réfractaire au risque pourrait tenter d obtenir le ratio de visant à réduire le risque, même s il lui faut pour cela renoncer à une partie des rendements. Les risques de la méthode du rétroviseur Nous avons déjà fait valoir que les rendements, les risques relatifs et la corrélation devraient faire l objet d un examen global afin de déterminer la pondération en devises étrangères et la proportion devant être couverte. Nous avons aussi montré que ces variables évoluent avec le temps. Dans cette section, nous tenterons d évaluer l efficacité d une stratégie de fondée sur des données historiques relatives à ces trois éléments clés, selon la «méthode du rétroviseur». Nous avons donc mis à l essai une stratégie fondée sur les données des trois années précédentes. Nous voulions savoir si les principaux éléments d une stratégie de évoluaient trop rapidement pour qu on puisse se fier aux données récentes pour élaborer une stratégie de de change prospective. Nous ne nous attendions pas à des résultats spectaculaires, mais nous avons été surpris de la piètre qualité des résultats obtenus. Dans le cas de l investisseur canadien, nous avons utilisé deux méthodes : l une fondée sur le ratio de visant à réduire le risque (afin de réduire la volatilité) et l autre, sur le ratio d information maximal (afin de maximiser le rendement par unité de risque). Au début de chaque année civile, nous avons utilisé les données des trois années précédentes afin de déterminer le ratio de selon chacune de ces méthodes, et avons conservé ce ratio de pendant une période d un an. Nous avons utilisé des périodes d un an et de trois ans à titre de comportement hypothétique d un comité de placements d un régime de retraite passant en revue chaque année sa stratégie de et s appuyant sur les données des trois dernières années pour rajuster cette stratégie. La plupart des professionnels recommandent d utiliser une approche à plus long terme, mais les examens annuels sont courants et les décisions sont largement influencées par les données récentes. Un ratio de de 50 % nous sert de mesure de référence, ce qui élimine le risque d avoir tout à fait tort (ou tout à fait raison) et convient au décideur qui accorde plus d importance au risque de subir des pertes relativement à ses pairs qu aux gains. Une telle stratégie est parfois appelée stratégie «sans regret». Tableau 4 Résultats pour un investisseur canadien d un placement couvert dans l indice MSCI Monde tous pays selon la méthode du rétroviseur visant à réduire le risque Rendement total Couverture selon un ratio d information maximal Couverture de 50 % Rendement excédentaire par rapport au ratio de de 50 % visant à réduire le risque Couverture selon un ratio d information maximal Rendement 4,26 % 3,76 % 5,11 % -0,84 % -1,35 % Risque 13,57 % 11,94 % 12,45 % 4,12 % 3,10 % Ratio d information -0,20-0,44 Du 1er janvier 2003 au 31 décembre La mise en œuvre en tout ou en partie de la méthode du rétroviseur est entravée par le caractère épisodique de la relation entre les actions internationales et le dollar canadien pendant la période. Autrement dit, ce qui a fonctionné au cours des trois années précédentes ne permet pas de déterminer de façon efficace ce qui donnera les meilleurs résultats au cours de l année suivante. La méthode fondée sur le ratio de visant à réduire le risque a produit un écart plus grand que la de 50 %, alors que la méthode fondée sur le ratio d information maximal a donné des rendements négatifs par rapport à la de 50 %. Pour être efficace, la gestion des devises doit prendre en compte les conditions actuelles du marché. Ainsi, dans notre exemple, il est très important que l investisseur détermine si sa monnaie de base est plus ou moins risquée que les devises de l indice MSCI Monde tous pays ou positivement corrélée avec celles-ci, et tienne compte des taux d intérêt dans son pays par rapport à ceux des autres pays. Ces caractéristiques peuvent toutefois changer après la mise en place de la stratégie de. Par ailleurs, les données disponibles (taux d intérêt en vigueur, balance des paiements courants) ne permettent pas toujours de prévoir ces changements. Seul un examen approfondi des données relatives à la monnaie et à l économie du pays qui l utilise peut fournir le contexte global susceptible de fournir des renseignements utiles. 6

7 Autres stratégies de gestion active des devises Jusqu ici, nous avons discuté de certains éléments de notre cadre de gestion des devises (rendement, risque relatif et corrélation) et nous avons fait mention des taux d intérêt ainsi que de l évolution des devises en périodes de crise. Nous avons aussi démontré que les facteurs dont nous avons parlé ne sont pas statiques et que leur liste n est pas exhaustive. Notre cadre fournit les bases d une méthode de gestion des devises en fonction des placements internationaux d un investisseur et de sa monnaie de base. Toutefois, une méthode active, qui va au-delà d un ratio de rajusté chaque année, est nécessaire pour faire face à l inconnu qui nous attend. Outre la place qu occupe une monnaie sur une échelle allant de «valeur refuge» à «monnaie à risque», les professionnels et les universitaires ont cerné d autres facteurs susceptibles d influer sur le rendement relatif des devises, notamment la valorisation, le portage (différentiel de taux d intérêt), la balance des paiements courants, les termes d échange et le momentum. On peut utiliser ces facteurs pour élaborer des portefeuilles de devises rentables, toutefois leur efficacité varie d une période à l autre et selon les conditions du marché. Par exemple, nous avons examiné les rendements de portefeuilles construits pour procurer une exposition aux principaux facteurs déterminants du rendement des devises en périodes d appétit ou d aversion pour le risque, comme l illustre le graphique 1 ci-après. Les périodes d appétit et d aversion au risque sont déterminées au moyen d un indice exclusif de mesure de la volatilité pour l ensemble des marchés mondiaux. Le différentiel de taux d intérêt, la valorisation et les facteurs cycliques ont donné de bons résultats pour l ensemble de la période de référence, mais ces bons résultats relatifs (et, par conséquent, la vigueur relative de certaines devises) peuvent dépendre des conditions du marché. Les méthodes défensives fondées sur la balance des comptes courants et le momentum ne sont efficaces que dans un contexte d aversion pour le risque, selon la période et les hypothèses utilisées dans l exemple. Ces facteurs doivent être pris en compte, selon l évolution des marchés, et être intégrés dans des stratégies de gestion active des devises allant au-delà d un ratio de optimal. Compte tenu du caractère changeant des éléments dictant l évolution des marchés des changes, de nombreux gestionnaires proposent des stratégies de gestion active des devises en sus d un programme de ou d une stratégie de rendement absolu. La gestion active des devises a ajouté de la valeur de façon régulière. 5 Nous pouvons comparer l incidence d une stratégie type de gestion active des devises par rapport à la méthode du rétroviseur et constatons que l ajout d un volet de gestion active aurait été avantageux. Certaines raisons permettent de croire que la gestion active des devises continuera de procurer des rendements positifs : les gouvernements continuent de manipuler les marchés des changes, ce qui crée des inefficiences; l information relative à l ensemble des devises n est pas disponible immédiatement et est dispendieuse, ce qui favorise les rendements de ceux qui sont en mesure d obtenir rapidement l information; la complexité de la mise en œuvre d une stratégie de change (par exemple, en ce qui concerne les contrats de change à terme sans livraison) crée des barrières à l entrée qui se traduisent par des rendements cumulés pour les gestionnaires de taille suffisante. Graphique 1 Ratio d information d un portefeuille de devises par facteur 1,5 1 0,5 0-0,5-1 Différentiel de taux d intérêt Conclusion Valorisation Ratio d information Balance des Momentum comptes courants Les devises représentent une composante importante, mais souvent négligée, du portefeuille des investisseurs qui effectuent des placements en actifs étrangers. Cette composante procure un potentiel de rendement, mais accroît aussi le risque. Les facteurs de rendement et de risque varient avec le temps, mais le cadre décrit dans le présent rapport peut aider à composer avec ces changements. Il peut être dangereux de gérer l exposition aux devises en tenant compte uniquement des données historiques. En revanche, certaines méthodes de gestion active des devises ont donné de bons résultats. Selon nous, une gestion efficace des devises nécessite un processus en deux volets : 1) examen des principales caractéristiques des placements internationaux, notamment le rendement prévu en devise locale, le rendement projeté des devises, ainsi que le risque relatif et la corrélation; 2) mise en place d une stratégie de gestion active ou dynamique visant à composer avec l évolution de ces caractéristiques. Série Gestion des devises 2013 Facteurs cycliques Modèle (de 1997 à 2012) Appétit pour le risque Aversion pour le risque Les facteurs et les périodes d appétit et d aversion au risque sont déterminés selon des analyses de GGAC. Les prochains rapports du Groupe consultatif de Gestion globale d actifs CIBC seront l occasion d approfondir les principes de base exposés dans le présent rapport et porteront sur les sujets suivants : 1. les facteurs déterminants les rendements dans le marché des devises : des moyens pratiques d effectuer le suivi et la gestion des facteurs pertinents; 2. les monnaies refuges : gestion active des rapports entre les principales monnaies dans un contexte en mutation. 5 Les indices HFRX Currency, Barclay Currency Traders, MercerInsight Currency Universe et evestments (au 30 juin 2012) de rendements réels de gestionnaires actifs de devises ont tous enregistré des rendements positifs pour les périodes de 5 ans et de 7 ans terminées le 31 décembre Le gestionnaire de devises médian du MercerInsight Currency Universe fait état de rendements et de ratios d information positifs pour toutes les périodes de trois ans entre 1996 et le 31 décembre Sources : Thompson Reuters Datastream, BarclayHedge et MercerInsight. 7

8 Annexe A Relation entre les taux d intérêt et corrélation avec les marchés boursiers 18,0 16,0 TK 14.0 BR 12,0 RU Moyenne 10,0 taux d intérêt à 10 ans (%) 8,0 SA HU ID PH 6,0 AU PO MX NZ IN CH 4,0 2,0 KO SDCN NW CL DK EU CZ IL UK MY SW SG TA US JP HK ,0 % -60,0 % -40,0 % -20,0 % 0,0 % 20,0 % 40,0 % 60,0 % Du 1er janvier 2003 au 31 décembre Corrélation entre les devises et les marché bousiers L axe horizontal montre la relation entre les devises de l indice MSCI Monde tous pays et le rendement d un placement dans l indice entièrement couvert. Certains pays, comme le Brésil (BR) et la Turquie (TK), se caractérisent par des taux d intérêt élevés et une corrélation négative entre les devises et les placements en actions couverts. Autrement dit, lorsque l indice boursier recule, les devises étrangères s apprécient. Par contre, les pays caractérisés par des taux d intérêt peu élevés, comme les États-Unis (US) et le Japon (JP) font figure de refuges, car leur monnaie s apprécie (les monnaies étrangères se déprécient) lorsque le marché boursier recule. 8

9 Annexe B Formules pour calculer le ratio de visant à maximiser le ratio d information et le ratio de visant à réduire le risque Supposons qu un investisseur couvre un placement en actions internationales et qu il se demande quelle exposition aux devises il devrait ajouter pour obtenir le meilleur rapport entre le rendement et le risque (selon la variance du portefeuille). Variables : w E = Pondération des actions étrangères couvertes w FX = Pondération des devises (montant non couvert) e E = Rendements prévus des actions étrangères couvertes Cette équation a du sens : en effet, l exposition aux devises diminue lorsque l aversion pour le risque et la variance des devises augmentent. L exposition aux devises diminue lorsque la covariance des actions étrangères et des devises augmente, car les avantages de la diversification sont alors réduits. Le choix du paramètre d aversion au risque est plutôt arbitraire. Dans le présent rapport, nous utilisons un lambda (l) de 1 car, pour les 10 dernières années, il correspond au comportement largement répandu des investisseurs canadiens, qui ont utilisé un ratio de de 50 %. Le ratio de visant à réduire le risque est calculé comme suit : e FX = Rendements prévus des devises s 2 E = Variance de rendement des actions étrangères couvertes s 2 FX = Variance de rendement des devises s E,FX = covariance des rendements des devises et des actions étrangères couvertes l = Paramètre d aversion au risque 9

10 Le présent document a pour but d informer nos clients; il ne faut pas le considérer comme une offre ou une sollicitation visant l achat ou la vente d un titre, d un produit ou d un service quelconque, ni l interpréter comme un conseil de placement précis. L information qui s y trouve provient de sources jugées fiables, mais nous ne pouvons en garantir l exactitude, l exhaustivité ni la fiabilité. Toutes les opinions et estimations figurant dans le présent document datent du moment de sa publication et peuvent changer. Gestion globale d actifs CIBC inc. utilise plusieurs styles de placement pour ses différentes plateformes de placement. Les opinions exprimées dans le présent document sont celles de l équipe Répartition globale de l actif et peuvent différer des opinions des autres équipes, au sein de la plateforme de placement intégrée de la Banque CIBC. Le contenu du présent document est la propriété exclusive de Gestion globale d actifs CIBC inc. et ne doit pas être distribué sans son consentement préalable. G e s t i o n g l o b a l e d a c t i f s C I B C

Portefeuilles Symétrie

Portefeuilles Symétrie s Concentrez-vous sur vos priorités du moment Samedi, 14 h 09 Admirer le panorama avec ma famille Votre temps est précieux et, comme la plupart des Canadiens, vous préférez vous concentrer sur vos priorités

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Options call et put 3 2. Acheteur et vendeur 4 3. Standardisation 5 Valeur sous-jacente

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS OBLIGATIONS CANADIENNES FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds obligations canadiennes

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés

Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés INVESTIR Cinq stratégies pour tempérer l effet de la volatilité des marchés Nous traversons présentement une période de grande volatilité, c est-à-dire une période où les cours des marchés boursiers varient

Plus en détail

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées

PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées PORTEFEUILLES SÉLECT RBC Des solutions de placement savamment orchestrées Grâce aux Portefeuilles sélect RBC, vous pouvez dormir en paix, en sachant que RBC Gestion mondiale d actifs gère vos placements

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM

PARTIE 3 Impact total sur le capital des modifications proposées inclues dans l ébauche de la ligne directrice sur le TCM Résumé de l impact sur le capital des modifications que l on propose d apporter au cadre de capital réglementaire 2015 des sociétés d assurances multirisques Le présent rapport, qui expose l impact total

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

L énigme des titres à revenu fixe Que faire?

L énigme des titres à revenu fixe Que faire? Que faire? La faiblesse des rendements en revenu étant devenue une réalité dans le marché obligataire depuis un certain temps, de nombreux investisseurs parlent d une «nouvelle norme» qui se révèle à la

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

UNE APPROCHE DIFFÉRENTE À L ÉGARD DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Stratégie améliorée de Sprott à l égard des actions

UNE APPROCHE DIFFÉRENTE À L ÉGARD DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Stratégie améliorée de Sprott à l égard des actions UNE APPROCHE DIFFÉRENTE À L ÉGARD DES PLACEMENTS DANS LES ACTIONS Stratégie améliorée de Sprott à l égard des actions M. Wilson adhère à une approche différente à l égard des placements dans les actions

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta PICTET STRATEGIC ADVISORY GROUP JUIN 2004 Une prise de risques à calculer En

Plus en détail

L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT

L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES SOLUTIONS GÉRÉES GRANITE SUN LIFE GUIDE DE L ÉPARGNANT L ART DE BIEN FAIRE LES CHOSES V O U S Ê T E S MAÎTRE D E VOTRE ART (et nous aussi) Chaque personne a au moins un talent

Plus en détail

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël

Conseil économique et social. Document établi par le Bureau central de statistique d Israël Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.2/214/3 Distr. générale 12 février 214 Français Original: russe Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe d

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 30 juin 2015

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 30 juin 2015 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 30 juin 2015 Le présent Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds monétaire FMOQ (le «Fonds») contient

Plus en détail

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs.

Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. Définissez vos attentes. Établissez vos objectifs. En tant qu investisseur, vous êtes unique. Vos objectifs financiers, votre situation financière actuelle, votre expérience en matière de placement et

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 0 1 5 RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 Le premier rapport sur la confiance des investisseurs (fondé sur un sondage mené auprès de 1 502 Canadiens ayant au

Plus en détail

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890

Votre Énoncé de politique de placement. exemple. Date : 21/03/10. Téléphone : (123) 456-7890. Téléphone : (123) 456-7890 Votre Énoncé de politique de placement Date : 21/03/10 Préparé pour : Adresse : Province : Code postal : Jean Untel 123, rue Untel Ontario A1B 2C3 Téléphone : (123) 456-7890 Préparé par : Adresse : Province

Plus en détail

Diversifier les portefeuilles à l aide d obligations américaines et internationales

Diversifier les portefeuilles à l aide d obligations américaines et internationales Diversifier les portefeuilles à l aide d obligations américaines et internationales Le placement dans une vaste gamme de catégories d actif, comme des actions, des obligations et des effets de trésorerie,

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds d actions canadiennes Fonds de croissance de dividendes TD Fonds de valeurs sûres canadiennes TD Fonds d actions canadiennes TD Fonds d actions canadiennes optimal TD

Plus en détail

Rapport annuel du rendement du portefeuille

Rapport annuel du rendement du portefeuille 2013 Rapport annuel du rendement du portefeuille Présenté à la SCHL PRÉPARÉ POUR LE SITE WEB DE L AGENCE PRINCIPALES CONCLUSIONS Principales conclusions Objectif de l accord : hausse de la conformité dans

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 :

Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : Exercice financier se terminant le 31 décembre 2007 : POUR DIFFUSION IMMÉDIATE CNW LA CAISSE DE DÉPÔT ET PLACEMENT DU QUÉBEC OBTIENT UN RENDEMENT DE PREMIER DÉCILE DE 5,6 %, AJOUTANT 7,9 MILLIARDS DE DOLLARS

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

Un moment historique La bulle des actifs prescrits

Un moment historique La bulle des actifs prescrits Un moment historique La bulle des actifs prescrits Mars 2013 Sommaire La bulle historique des prix des obligations a entraîné, en raison de la réglementation, une hausse du financement exigé des caisses

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Foire aux questions Troisième trimestre de 2008

Foire aux questions Troisième trimestre de 2008 Foire aux questions Troisième trimestre de 2008 1. On entend dire que la Banque CIBC pourrait procéder à une nouvelle émission d actions. Êtes-vous à l aise avec la position de la Banque à l égard des

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS

AVERTISSEMENT SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME CLIENTS NON PROFESSIONNELS Avant d utiliser un contrat à terme (produits dérivés, contrat à terme ferme ou contrat d option) le client (l investisseur) doit apprécier les risques liés a l utilisation de contrats à terme. Il doit

Plus en détail

Option de souscription en dollars américains

Option de souscription en dollars américains Option de souscription en dollars américains Qu il s agisse de fonds d actions canadiennes, américaines ou étrangères, de fonds de titres à revenu ou de fonds équilibrés, Fonds communs Manuvie est heureuse

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT. Portefeuilles NEI Sélect

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT. Portefeuilles NEI Sélect DES SOLUTIONS DE PLACEMENT Portefeuilles NEI Sélect Des solutions de placement sophistiquées. Une décision de placement simple. CHEZ PLACEMENTS NEI, NOUS VIVONS DANS LE MONDE RÉEL Nous définissons le

Plus en détail

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE Dr. Jean Benetti, Dr. Andreas Reichlin 13 FEVRIER 2002 La gestion du risque au niveau stratégique dans les caisses de pension Introduction Plusieurs

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme

Commentaires. Michael Narayan. Les taux de change à terme Commentaires Michael Narayan L étude de Levin, Mc Manus et Watt est un intéressant exercice théorique qui vise à extraire l information contenue dans les prix des options sur contrats à terme sur le dollar

Plus en détail

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement

Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Note éducative révisée Conseils sur la prise en compte des frais dans les évaluations de provisionnement Commission des rapports financiers des régimes de retraite Septembre 2014 Document 214101 This document

Plus en détail

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale

La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale La baisse du prix du pétrole améliore les perspectives de croissance mondiale L année 2015, qui s'est amorcée deux semaines auparavant, s avère déjà mouvementée. Le pétrole a poursuivi sa chute brusque

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %.

D ici 2019, le rendement annuel moyen composé, y compris les dividendes, se situerait approximativement entre 6 et 14 %. LE RAPPORTEUR PERSPECTIVES 2015 Le jeu des prévisions est inévitable et toujours très captivant. Toutefois, avec les années, nous avons appris à les mettre en perspective, particulièrement les prévisions

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

Recherche institutionnelle

Recherche institutionnelle Recherche institutionnelle INSTITUTIONNEL Février 2016 Équilibrer le bêta et l alpha Comprendre la gestion passive enrichie des titres à revenu fixe Carlo DiLalla, CFA Vice-président et gestionnaire principal

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE?

PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? PRINCIPES D INVESTISSEMENT FICHE D INFORMATION POUR INVESTISSEURS MES ÉPARGNES GÉNÈRERONT UN REVENU DE RETRAITE DE COMBIEN PAR ANNÉE? AVERTISSEMENT Dans le présent contexte, le terme conseiller financier

Plus en détail

L investisseur Point de vue

L investisseur Point de vue Aon Hewitt Solutions de retraite L investisseur Point de vue Juillet 2015 Gestion de placements mondiaux Dans cette édition Actions mondiales Quel est l indice de référence? 1 Résumé 1 Quels sont les principaux

Plus en détail

Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014

Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014 Investir en vue d'obtenir un revenu d'actions sur les marchés d aujourd hui Juin 2014 Animatrice : Jennifer McClelland, CFA Vice-présidente et première gestionnaire de portefeuille, Actions canadiennes

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Coûts des régimes d assurance maladie. I. Introduction

Cent dixième session. Rome, 19-23 septembre 2005. Coûts des régimes d assurance maladie. I. Introduction Août 2005 F COMITE FINANCIER Cent dixième session Rome, 19-23 septembre 2005 Coûts des régimes d assurance maladie I. Introduction 1. À sa cent quatrième session, le Comité financier a examiné trois questions

Plus en détail

Questionnaire de l investisseur

Questionnaire de l investisseur Questionnaire de l investisseur La somme que vous décidez d allouer aux actions, aux obligations et à une réserve à court terme est un élément important qui déterminera le rendement et la volatilité à

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

Questionnaire Profil d investisseur

Questionnaire Profil d investisseur SECTEUR : ASSET MANAGEMENT T +41 (0)21 634 30 88 F +41 (0)21 560 41 11 info@skm-sa.com Questionnaire Profil d investisseur Nom, Prénom du client Nom, Prénom du conseiller Lieu et date Question 1 Quand

Plus en détail

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Travail de gestion des investissements internationaux Présenté Kodjovi Assoé Par Patrick Drouot Etienne Desmarais Jean-François

Plus en détail

Bons aujourd hui, meilleurs demain

Bons aujourd hui, meilleurs demain Fonds d investissement BMO Portefeuilles de retraite Bons aujourd hui, meilleurs demain Vous le savez, une saine alimentation et la pratique de l exercice physique vous aideront à vivre plus longtemps

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Stratégie de vente d options d achat couvertes

Stratégie de vente d options d achat couvertes Stratégie de vente d options d achat couvertes La stratégie de vente d options d achat couvertes, également connue sous le nom de stratégie d achat-vente, est mise en œuvre par la vente d un contrat d

Plus en détail

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise.

Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET. Gestion budgétaire. Prévoir et contrôler les activités de l entreprise. Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion budgétaire Prévoir et contrôler les activités de l entreprise Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3251-2 Chapitre 3 Optimiser

Plus en détail

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC

Options. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext. p. 2 Index 1. Introduction 3 2. Options sur devises 4 Trois contrats d options sur devises 4 Pourquoi

Plus en détail

Risque ou rendement :

Risque ou rendement : Risque ou rendement : un choix essentiel! 1. Votre profil de risque constitue la pierre angulaire d un bon conseil en investissement. Le service de conseil en investissement personnalisé de KBC se base

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements

Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements Baloise Fund Invest: donnez des ailes à vos placements La gestion de fortune par des professionnels, pour tous les investisseurs Edition pour la Suisse Fonds de diversification des actifs BFI Dynamic (CHF)

Plus en détail

L assurance vie universelle

L assurance vie universelle L assurance vie universelle ASSURANCE VIE UNIVERSELLE L assurance vie universelle vise deux objectifs. Protéger au moyen d une assurance à long terme le patrimoine que vous créez à l intention des personnes

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Catégorie Portefeuille Fidelity Revenu de la Société de Structure de Capitaux Fidelity

Catégorie Portefeuille Fidelity Revenu de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Catégorie Portefeuille Fidelity Revenu de la Société de Structure de Capitaux Fidelity Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds 31 mai 2015 Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Plus en détail

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109 Note éducative Les hypothèses de taux d actualisation relatifs à l achat de rentes pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité avec date de calcul entre le 31 juillet 2009 et le

Plus en détail

Politique de placement de la FCO

Politique de placement de la FCO Politique de placement de la FCO FONDATION COMMUNAUTAIRE D OTTAWA POLITIQUE POLITIQUE DE PLACEMENT La Fondation communautaire d Ottawa (FCO) est une fondation publique ayant pour mandat de subventionner

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

Auteur : Michael Lewis, CFA Vice-président, Répartition de l actif et Gestion des devises, Gestion globale d actifs CIBC inc.

Auteur : Michael Lewis, CFA Vice-président, Répartition de l actif et Gestion des devises, Gestion globale d actifs CIBC inc. Recherche institutionnelle D É C E M B R E 2 0 1 3 G E S T I O N G L O B A L E D A C T I F S C I B C Groupe consultatif des investisseurs institutionnels : Série sur la Gestion des devises Même thème,

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

Chronique. Planification financière. La vraie nature du REÉR. Éric Brassard

Chronique. Planification financière. La vraie nature du REÉR. Éric Brassard hronique Planification financière Chronique La vraie nature du REÉR Le régime enregistré d épargne-retraite («REÉR») est un type de véhicule de placement particulier qui, le plus souvent, fait l objet

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail