École Doctorale Mécanique, Physique et Modélisation Université de Provence, Marseille ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "École Doctorale Mécanique, Physique et Modélisation Université de Provence, Marseille ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX"

Transcription

1 DEA MÉCANIQUE ÉNERGÉTIQUE École Doctorale Mécanique, Physique et Modélisation Université de Provence, Marseille ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX Maxime NICOLAS Groupe Écoulements de Particules IUSTI 2003

2 2 Table des matières 1 Introduction 4 2 Quelques exemples de milieux poreux Milieux poreux naturels Milieux poreux artificiels Description géométrique La porosité Aire spécifique Autres paramètres La loi de Darcy Propriétés de l écoulement de Darcy La cellule de Hele Shaw Modèles de perméabilité Le réseau de capillaires parallèles Le modèle de Saffman Modèle des canaux tortueux Canaux à section variable Modèle de Carman-Kozeny Limites de ces modèles Conductivité éléctrique dans les poreux Facteur de formation des canaux à section variable Loi empirique d Archie Écoulements diphasiques non miscibles Approche classique Modèle de Buckley-Leverett Écoulements diphasiques miscibles Équations de base Détermination expérimentale des coefficients de diffusion Dispersion de Taylor Modèle de Saffman Validations expérimentales Écoulement à l interface d un poreux Références 30

3 3 11 Exercices Le perméamètre instationnaire Le barrage poreux Annexe 32

4 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 4 1 Introduction Dans le catalogue des milieux divisés, les milieux poreux désignent des matériaux pour lesquels la phase solide, fortement imbriquée avec la phase fluide, est fixe. On trouve de nombreux matériaux naturels dans cette catégorie : les sols, les couches sédimentaires, la plupart des roches, ainsi que certains matériaux vivants. Certains matériaux artificiels requièrent d être poreux soit dans le processus de fabrication soit dans leur finalité pour jouer un rôle de filtre ou apporter des propriétés macroscopiques particulières (conductivité thermique par exemple). D une manière générale, les milieux poreux sont définis par deux critères : (1) le matériau doit contenir de petits espaces vides, appelés pores, délimités par une matrice solide ; (2) le matériau doit être perméable à un écoulement de fluide (gaz ou liquide). Ces deux critères renvoient à deux caractéristiques essentielles d un milieu poreux : la porosité la fraction de vide et la perméabilité qui indique l aptitude d un milieu poreux à être traversé par un écoulement. Ces deux quantités sont des variables macroscopiques, c est-à-dire estimées sur un volume contenant de nombreuses entités microscopiques composant le matériau: les pores. Quelques exemples de matériaux poreux sont présentés dans la section suivante. La section 3 se rapporte aux propriétés géomètriques des milieux poreux. Les sections 4 à 6 sont consacrées aux écoulements monophasiques dans les milieux poreux. La section 7 est consacrée aux écoulements diphasiques non miscibles tandis que la section 8 est consacrée aux écoulements diphasiques miscibles. La section 9 s intéresse au problème de la condition d écoulement sur une paroi poreuse. Enfin des exercices sont proposés dans la section Quelques exemples de milieux poreux 2.1 Milieux poreux naturels Dans la nature, les roches et les sols sont certainement les milieux poreux les plus exploités. L étude géologique des sous-sols permet de classifier les différentes couches géologiques selon la perméabilité à un écoulement de fluide. Les couches d argile constituent en général les parois imperméables de réservoirs naturels d eau ou d hydrocarbures. On nomme aquifère un réservoir qui non seulement contient de l eau mais qui peut aussi être le lieu d écoulement, par gravité ou par pompage. Une schématisation d un aquifère est proposée sur la figure 1. Les roches poreuses peuvent contenir également des hydrocarbures. La figure 2 montre qu un tel réservoir peut contenir de l eau, du pétrole et du gaz, avec des couches de mélange intermédiaires. C est pourquoi la compréhension des écoulements multiphasiques est très importante pour l industrie de l extraction pétrolière. La porosité des roches est très variable selon les conditions de température et de pression lors de la formation et de l évolution géologique. Les roches denses

5 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 5 FIG. 1 Schéma d un aquifère (Bear, 1972). FIG. 2 Schéma d un réservoir naturel d hydrocarbures (Bear, 1972). FIG. 3 Coupes d échantillons de grès poreux obtenues à différentes profondeurs P : (a) ε = 27 %, P= m ; (b) ε = 23 %, P= m ; (c) ε = 18 %, P= m ; (d) ε = 16 %, P= m ; (e) ε = 13 %, P= m ; (f) ε = 10 %, P > 3000 m ;

6 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 6 comme le granit ont des porosités inférieures à 2 %. Au contraire, les roches volcaniques formées à la surface (faible pression) ont des porosités élevées à cause des processus de dégazage associés au refroidissement. Certaines roches atteignent ainsi une porosité de 60 %. Les roches sédimentaires se sont formées à partir d agglomération de grains cimentés entre eux. Les shistes argileux ont une porosités de l ordre de 10 à 25 %. Le grès, formé en général de grains de quartz, a une porosité qui dépend fortement du matériau de cimentation des grains (entre 10 et 45 %). De plus, la compaction géologique peut réduire considérablement la porosité : la figure 3 montre différentes coupes d échantillons de grès poreux prélevés dans un même forage mais à des profondeurs différentes. On remarque que la porosité diminue nettement avec la profondeur de forage. 2.2 Milieux poreux artificiels Lors de la fabrication des bétons et des ciments, une certaine porosité est nécessaire pour permettre un séchage lent et progressif et l obtention d un matériau robuste. Parfois, la porosité fine est complétée par un réseau de fractures qui fragilise le béton. La porosité d un bon béton est comprise entre 6 et 10 %. Le contrôle de la porosité et de la structure poreuse joue un grand rôle dans l industrie du papier. Selon les méthodes de fabrication, on peut obtenir un papier filtre très absorbant avec une porosité de 80 %, ou au contraire un papier très serré et transparent (le papier calque) avec une porosité proche de 0. On a alors des pores de diamètres compris entre 0,2 à 4 µm. Une méthode de réalisation de poreux de formes diverses est le frittage. Un empilement de grains en contact est chauffé de manière à ce que les contacts entre grains fondent et réalisent une soudure. Le frittage peut se réaliser avec des grains en métal (bronze, cuivre par exemple), en plastique ou en verre. 3 Description géométrique Les milieux poreux ont une géométrie complexe. Pour illustration, la figure 4 montre l espace des pores d un grès de la mer du Nord, obtenu par des mesures tomographiques. 3.1 La porosité Le paramètre principal décrivant un milieu poreux est la porosité définie par ε = V p volume des pores = V 0 volume total (1) qui varie donc entre 0 (solide plein) et 1 (volume complétement vide). Ce paramètre de porosité est complémentaire de la fraction volumique de solide φ telle que ε + φ = 1. (2)

7 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 7 FIG. 4 Espace des pores d un grès de la mer du Nord (données Statoil). La définition (1) de la porosité est une définition tridimensionnelle. Elle peut être transposée à un rapport de surfaces. En effet, une coupe d un échantillon poreux (un exemple est donné sur la figure 5) montre une surface composée de deux phases. On définit alors la porosité surfacique (à deux dimensions): ε S = A p surface des pores = A 0 surface totale Pour chaque section effectuée à la cote z, on peut mesurer l aire A p (z) occupée par les pores. Si le milieu est homogène (donc la porosité surfacique ne dépend pas de la cote z), on peut écrire que cette aire vaut ε S A 0, où A 0 est l aire totale de la section. À partir de ces mesures, on peut calculer le volume des pores de l échantillon par Z Z V p = A p (z)dz = A 0 ε S dz = ε S V 0. Par conséquent, on obtient une égalité entre la porosité volumique et la porosité surfacique : ε S = ε (4) La définition peut être appliquée à une dimension, en introduisant une porosité linéïque ε L, calculée par des mesures de longueurs de segments occupés par le solide ou le vide. Si le matériau est homogène et isotrope, on peut montrer que (3) ε = ε L = ε S. (5)

8 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 8 FIG. 5 Exemple de coupe d un poreux (grès). 3.2 Aire spécifique La grande surface interne de la matrice solide est une caractéristique des milieux poreux. À partir d un échantillon de volume V 0, on peut définir par S la surface interne des pores. L aire spécifique d un poreux est définie comme le rapport A S = S/V 0, avec une dimension de l inverse d une longueur. Les méthodes classiques de mesures d aire spécifique sont : adsorption d un gaz ; analyse de coupes. 3.3 Autres paramètres La porosité et l aire spécifique sont des propriétés macroscopiques pour le matériau poreux. Mais d autres paramètres peuvent être importants au niveau microscopique, en particulier quand un fluide circule dans l espace des pores. On peut citer la connectivité, qui caractérise le nombre de voisins pour un pore, la présence de bras morts (pores bouchés), ou encore la topologie du volume des pores. Le désordre géométrique est un caractère essentiel des milieux poreux. Cela empêche toute trajectoire en ligne droite incluse dans le volume des pores. On peut alors définir une tortuosité, qui représente le caractère non rectiligne des trajectoires. Cette notion sera précisée au paragraphe 5.3 lors de la modélisation des milieux poreux. 4 La loi de Darcy On considère dans cette section que le milieu poreux est totalement imbibé, c est-à-dire que le volume des pores est entièrement rempli de fluide. L étude fondatrice des écoulements dans les poreux a été réalisée par l ingénieur Darcy en 1856 avec un Mémoire sur les fontaines publiques de la ville de Dijon. Il a mis en évidence une relation linéaire entre la vitesse et le gradient de pression

9 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 9 PSfrag replacements L A FIG. 6 Bloc poreux soumis à un écoulement. appliqué de part et d autre du matériau poreux. La loi de Darcy s applique à un milieu poreux homogène et isotrope parcouru par un écoulement à faible vitesse. Avec ces hyptohèses, la vitesse moyenne de l écoulement est v f = k p η L, (6) avec η la viscosité dynamique du fluide, P/L le gradient de pression appliqué à un échantillon de longueur L (voir figure 6), et k la perméabilité du milieu poreux. Il est important de noter que ce paramètre est indépendant de la nature du fluide. Il ne dépend que de la structure du réseau de pores du matériau. Nous nous attacherons dans la suite à relier cette perméabilité aux propriétés géométriques du matériau. Il ne faut pas confondre la vitesse de filtre et la vitesse du fluide dans les pores. En effet, la vitesse de filtre est bien une vitesse moyenne de l écoulement, moyenne effectuée sur un volume comprenant une partie de solide immobile. Par conséquent, la vitesse du fluide dans les pores, appellée vitesse interstitielle est vitesse supérieure à la vitesse de filtre (car ε < 1). 4.1 Propriétés de l écoulement de Darcy v i = v f ε, (7) D une manière plus générale, on peut écrire la loi de Darcy sous forme vectorielle en tenant compte de la gravité : v f = k η ( p ρ g). (8) On peut remarquer que le champ de vitesse v f est irrotationnel. En effet, v f = k η ( p ρ g) = 0. On peut donc décrire ce champ de vitesse par un potentiel Φ = (k/η)(p + ρgz), avec v f = Φ. On a par conséquent Φ = 0 et le champ v f est celui d un fluide parfait, ce qui paraît surprenant. En effet, les détails de l écoulement microscopique dans chaque pore sont gommés par la loi de Darcy, qui ne prend en

10 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 10 PSfrag replacements z y L 2a x FIG. 7 Cellule de Hele Shaw. compte que la vitesse moyenne de l écoulement. Même si à petite échelle les effets visqueux sont dominants, l écoulement moyen à l échelle de l échantillon a les caractéristiques d un écoulement potentiel. Ceci peut de vérifier par une étude détaillée d un modèle de milieu poreux très courant ; la cellule de Hele Shaw. 4.2 La cellule de Hele Shaw Un écoulement en cellule de Hele Shaw prend place entre deux plaques parallèles de dimensions L séparées d un faible espacement 2a L (voir figure 7). En toute généralité, un écoulement stationnaire est décrit par un champ de vitesse tridimensionnel v(x,y,z). La connaissance du champ de vitesse est apportée par la résolution des équations de conservation de la masse et de la quantité de mouvement : v = 0, (9) p + η v = 0 (10) La différence d échelle entre les directions z et (x,y) autorise à écrire d après (9) v z = a L (v x + v y ) 0, ce qui correspond à un écoulement parallèle bidimensionnel confiné par les deux plaques. La même analyse sur l équation (10) permet d écrire que l opérateur laplacien se limite au seul terme 2 / z 2, et cette équation devient : p + η 2 z 2 v = 0 (11) avec = ( / x, / y) et v = (v x,v y ). Les variations lentes de la vitesse selon les directions x et y par rapport aux variations rapides selon z permettent d écrire v (x,y,z) = v (x,y,0) f (z)

11 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 11 où f (z) est une fonction que l on détermine ci-dessous par intégration de l équation (11), en tenant compte des conditions aux limites v(x,y, a) = v(x,y,a) = 0. La fonction f (z) trouvée est le profil parabolique de Poiseuille, et on a finalement le champ de vitesse et une vitesse moyenne v = a2 2η (1 z2 a 2 ) p, (12) v m = 1 Z a v 2a dz = a2 a 3η p. (13) On retrouve dans cette expression la relation linéaire entre la vitesse et le gradient de pression. Si le champ de vitesse décrit par (12) n est pas irrotationnel, le champ moyen de vitesse décrit par (13) peut être dérivé d un potentiel. De plus, l équation (13) est analogue à l équation de Darcy, avec un facteur de perméabilité k = a 2 /3. 5 Modèles de perméabilité Les modèles de perméabilité cherchent à établir une expression pour le paramètre k en fonction de la géométrie du réseau de pores. Une modélisation classique consiste à considérer le milieu poreux comme un assemblage de canaux connectés les uns aux autres. La brique élémentaire est constituée de l écoulement d un fluide au travers d un canal cylindrique de rayon a soumis à un gradient de pression d p/dx. C est l écoulement de Poiseuille cylindrique, avec un profil de vitesse v(r) = a2 d p 4η dx (1 r2 a 2 ), (14) une vitesse moyenne et un débit volumique v m = a2 d p 8η dx, (15) q = πa4 d p 8η dx. (16) 5.1 Le réseau de capillaires parallèles Dans ce modèle, le milieu poreux est constitué d un assemblage de canaux cylindriques parallèles entre eux. Si n est la densité de canaux par unités de surface, on peut écrire en utilisant l égalité (5) que la porosité est ε = nπa 2.

12 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 12 PSfrag replacements L FIG. 8 Modèle de capillaires parallèles. PSfrag replacements z y n ϕ θ x FIG. 9 Définition des axes et des angles pour le modèle de Saffman. La vitesse moyenne (de filtre) au travers de ce réseau de canaux est et par identification, on trouve v f = nq = nπa4 8η d p dx = k d p η dx, k = a2 ε 8. (17) Ce premier modèle décrit la perméabilité comme une fonction linéaire de la porosité et une fonction quadratique de la taille des canaux, donc de la taille caractéristique des pores. Ce modèle est insatisfaisant car il n autorise qu un écoulement unidimensionnel. 5.2 Le modèle de Saffman Dans ce modèle, aucune restriction n est faite quant à l orientation des canaux. Le milieu poreux est considéré homogène et isotrope, avec une vitesse moyenne d écoulement alignée selon le gradient de pression macroscopique G e x = ( p/l) e x. Au sein de chaque pore, la pression est p = Gx + ˆp

13 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 13 où ˆp est une fluctuation aléatoire de valeur moyenne nulle (< ˆp >= 0). Le gradient de pression local est donc G e x + ˆp et la vitesse interstitielle dans chaque pore est v i = a2 8η G e x + < ˆp > = a2 8η (G e x + < ˆp >) n où n = (cosθ,sin θcos ϕ,sinθsin ϕ) est le vecteur directeur du pore. On écrit la vitesse sous la forme [( v i = a2 G + ˆp ) cosθ + p ] p sinθcos ϕ + sin θsinϕ 8η x y z = a2 G 8η [(1 + p 1)cos θ + p 2 sinθcos ϕ + +p 3 sinθsin ϕ] avec p 1 = (1/G)( ˆp/ x), p 2 = (1/G)( ˆp/ y) et p 3 = (1/G)( ˆp/ z). Les p i (i = 1,2,3) sont des variables aléatoires à moyenne nulle : < p i >= 0). Avec les conditions d homogénéité et d isotropie, on prend en compte des distributions gaussiennes pour le triplet des p i. La probabilité d avoir un triplet dont les valeurs sont comprises entre p i et p i + d p i est donc λ i π e λp2 i = ( ) λ 3/2 e λ(p2 1 +p2 2 +p2 3 ) d p 1 d p 2 d p 3, π où le paramètre λ (inverse de la variance de la distribution) ne dépend que de la structure du milieu poreux. La valeur λ = est associée à une probabilité unité d avoir des p i = 0. La probabilité de trouver un pore dans l angle solide compris entre (θ,ϕ) et (θ + dθ,ϕ + dϕ) est (1/4π)sin θdθdϕ. Par suite, la probabilité de trouver un pore orienté en (θ,ϕ) avec les fluctuations (p 1,p 2,p 3 ) est ( ) 1 λ 3/2 4π sinθ e λ(p2 1 +p2 2 +p2 3 ) dθdϕd p 1 d p 2 d p 3. π La vitesse moyenne dans un pore est v i = v i n, donc la vitesse moyenne dans la direction du gradient de pression macroscopique est < v i > x = < v i cosθ > θ,ϕ,p1,p 2,p 3 Z π Z 2π Z Z Z = θ=0 = a2 G 8η ϕ=0 1 4π ( λ π ) 3/2 I v i cosθ 1 4π sinθ ( ) λ 3/2 e λ(p2 1 +p2 2 +p2 3 ) dσ. π

14 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 14 L FIG. 10 Modèle de capillaire tortueux. La longueur effective L e du capillaire est repliée sur une longueur L (flèche). avec dσ = dθdϕd p 1 d p 2 d p 3 et Z I = cosθsin θ[(1 + p 1 cosθ + p 2 sinθcos ϕ + p 3 sinθsin ϕ)] e λ(p2 1 +p2 2 +p2 3 ) dσ Σ = 4π 3 ( ) λ 3/2 π Le calcul détaillé de l intégrale I est présenté en annexe ( 12). Finalement, on obtient < v i > x = a2 G 24η et on a donc une vitesse de filtre v f = ε < v i > x et par suite la perméabilité de ce modèle est k Sa f f man = a2 ε 24. (19) On peut vérifier que la vitesse moyenne interstitielle de l écoulement dans les directions y et z est nulle : < v i > y =< sinϕ > 2π = 0, et < v i > z =< cos ϕ > 2π = 0. On retrouve dans ce modèle la même loi d échelle pour la perméabilité que dans le modèle des capillaires parallèles ( 5.1). Seul le facteur numérique change, avec un rapport 1/3 par rapport à celui de l équation (17). En effet, dans le modèle des canaux parallèles, toute la porosité participe à l écoulement, alors que le modèle de Saffman prend en compte une porosité active sur une des trois directions de l espace. La perméabilité est donc trois fois moindre. 5.3 Modèle des canaux tortueux Ce modèle permet de corriger l approximation de canaux rectilignes fait jusque là. On peut en effet considérer que dans un échantillon de longueur L, un canal qui traverse l échantillon de part et d autre a une longueur effective L e > L du fait d une certaine tortuosité (voir figure 10). La tortuosité est définie comme le rapport entre ces deux longueurs : τ = L e L. (20) (18)

15 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 15 Muni de ce nouveau paramètre, on peut modéliser le milieu poreux comme un assemblage de ce genre de canaux tortueux. Reprenant la même démarche que pour les capillaires parallèles, on écrit la porosité sous la forme ε = nπa 2 τ, et le débit dans chaque pore est (d après la loi de Poiseuille) q = πa2 p 8ητ L. La vitesse de filtre est donc (en tenant compte d une porosité active ε/3) v f = nq = et la perméabilité associée à ce modèle est εa2 p 24ητ 2 L k tort = εa2 24τ 2 (21) On peut remarquer que la perméabilité d un réseau de canaux tortueux et toujours inférieure à celle d un réseau de canaux rectilignes, car τ > 1 par définition. On peut aisément critiquer le fait que les canaux décrivant la porosité sont tous de la même taille. Il est évident que ce n est pas le cas pour les matériaux poreux réels. Si on a accès à la distribution de taille des canaux β(a), il est est facile de calculer la perméabilité avec k = ε Z 24τ 2 a 2 β(a)da. Enfin, et c est peut-être la principale limite, la taille des pores n est pas une quantité facilement mesurable. La surface spécifique est une quantité plus aisée à mesurer, et il est nécessaire d établir un modèle incluant ce paramètre. Le modèle de Carman-Kozeny est de ceux là. 5.4 Canaux à section variable Dans ce modèle, le milieu poreux est constitué d un assemblage de cellules élémentaires identiques contenant chacune deux canaux coaxiaux contigus de deux diamètres différents. On note par a le rayon du gros canal, et αa le rayon du petit (avec α < 1). Les deux canaux ont une longueur égale L/2 (voir figure 11). Le volume du pore est V p = πa 2 L(1 + α 2 )/2 et la porosité est ε = V p L 3 = πa2 2L 2 (1 + α2 ). (22)

16 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 16 PSfrag replacements L/2 L/2 FIG. 11 Modèle de capillaire à section variable. Comme le débit est conservé dans chaque pore, on sépare le gradient de pression en deux parties p = p 1 + p 2, et le débit s écrit : q = πα4 a 4 8η Le gradient de pression global est donc p = 4qLη πa 4 p 1 L/2 = πa4 p 2 8η L/2. ( 1 + α 4 et par identification avec la loi de Darcy et grâce à la relation (22), on obtient une perméabilité k = a2 2 ε α 4 (1 + α 4 )(1 + α 2 ). (23) On retrouve bien que k = a 2 ε/8 pour α = 1, et que la perméabilité tend vers zéro quand α 0 (canaux obstrués). La situation α 1 correspond à des pores de grande taille connectés par des passages étroits, ce qui est représentatif de milieux poreux formés d assemblages de grains, naturels (grès) ou artificiels (frittés). 5.5 Modèle de Carman-Kozeny La description géomètrique du milieu poreux est identique à celle du modèle des tubes tortueux. Mais on va chercher à exprimer la perméabilité en fonction de l aire spécifique A S plutôt qu en fonction de la taille des pores a. Dans un échantillon de longueur L et de section A comprenant n pores tortueux par unité de surface (dans le plan perpendiculaire à l écoulement), la surface de contact solide/fluide est S = (na)(2πal e ), α 4 ), et l aire spécifique est Avec ces notations, la porosité est A S = 2πnaτ. ε = nπa 2 τ

17 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 17 PSfrag replacements zone morte FIG. 12 Illustration d un bras mort de l écoulement. et on a donc A S = 2ε a. En reprenant l expression de la perméabilité (21), on obtient k CK = ε3 KA 2. (24) Sτ2 avec K = 6. La constante 6 qui intervient dans cette formule provient des hypothèses sur la géomètrie du réseau. Cette constante K peut être mesurée expérimentalement. Pour des empilements de billes de verre (empilements aléatoires) de diamètre allant de 250 µm à 1 mm, la porosité est 0,35 ε 0,39, et on trouve 4,85 K 5,2. Il est d usage de considérer K 5 pour ces milieux. 5.6 Limites de ces modèles Un poreux réel comprend en général des canaux obturés, zones sans écoulement (fig. 12) qui ne peuvent participer à la perméabilité bien qu elles contribuent à la porosité. De plus, la condition d homogénéité requise n est pas toujours réalisée en pratique. En effet, des poreux naturels comme les roches sont parfois constitués de différentes échelles de réseaux de pores. À l échelle microscopique peut venir se superposer un réseau de fractures par lequel un écoulement préférentiel va s établir. Dans ce cas, les modèles décrits ci-dessus ne peuvent s appliquer. 6 Conductivité éléctrique dans les poreux Il existe une forte analogie entre les lois de la mécanique des fluides et celles de la conduction électrique. En effet, la différence de pression dans une conduite est l analogue d une différence de potentiel aux bornes d un conducteur, tandis que le débit de fluide est l analogue du courant électrique. Dans les deux cas, les relations entre différence de pression/débit et différence de potentiel/courant dépendent de la géométrie (forme et longueur) de la conduite ou du conducteur. Si le milieu poreux est imbibé d un fluide conducteur caractérisé par sa viscosité η et sa conductivité σ f, on est en présence de deux types de transport : le transport de fluide par la différence de pression, et le transport de charges électriques si une différence de potentiel est appliquée de part et d autre du poreux. Dans les deux cas, la géométrie interne du milieux poreux joue un rôle important. La mesure

18 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 18 de la conductivité équivalente σ p du milieu poreux apporte donc une information supplémentaire sur la structure. La conductivité électrique des milieux poreux est caractérisée par un nombre sans dimension appelé facteur de formation Pour un simple canal cylindrique, le courant électrique est F = σ f σ p. (25) δi = σ f πa 2 V L, ce qui correspond à une résistance ohmique R = L/(σ f πa 2 ). En reprenant le modèle des capillaires parallèles de section uniforme ( 5.1), on peut déterminer que le facteur de formation est F = 1/ε. D après le modèle des canaux tortueux ( 5.3), ce facteur vaut F = τ/ε. 6.1 Facteur de formation des canaux à section variable En appliquant l analogie électrique à la géométrie décrite au 5.4, on peut écrire que la différence de potentiel se répartit entre les deux canaux, avec une conservation de l intensité du courant I = πα 2 a 2 σ f V 1 L/2 = πa2 σ f V 2 L/2. La loi d Ohm appliquée à la cellule contenant les deux canaux donne V = V 1 + V 2 = Le facteur de formation σ f /σ p est donc F = L2 1 + α 2 2πa 2 α 2 I Lσ p. En utilisant l expression de la porosité (22), on obtient finalement F = 1 (1 + α 2 ) 2 4π α 2. (26) Avec l hypothèse d une grande différence de taille entre les deux canaux (α 1), on peut écrire, d après les relations (22), (23) et (26) : ε πa2 2L 2, F 1 4εα 2, k εa2 α 4. 2 En éliminant la variable porosité, on peut déterminer les deux échelles de longueur caractéristiques du milieu poreux : αa 2 2Fk, (27)

19 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 19 FIG. 13 Variation de la perméabilité en fonction du facteur de formation (a), et variation de la perméabilité normalisée par le carré du diamètre des grains (b). et L 4F πk (28) en fonction de paramètres mesurés k et F. Aux facteurs numériques près, on peut donc établir que L F k et αa Fk. Ces relations sont bien vérifiées expérimentalement pour des milieux poreux frittés formés par des assemblages de grains (voir figure 13). Ces relations sont valables pour des frittages modérés (porosité 0.1 < ε < 0.39). Pour des frittages plus importants (porosité moindre), des effets de porosité fermée modifient le résultat. 6.2 Loi empirique d Archie La loi empirique d Archie (1942) relie le facteur de formation à la porosité : F = ε m. (29) Ce type de relation est très utilisée en pratique mais n est valable que pour des types de roches voisines, qui ont une histoire géophysique commune. Pour une roche comme le grès, l exposant est m = 3/2. La validité de la loi d Archie peut être testée pour des empilements frittés de billes de verre. La figure 14 montre que cette loi est valide pour les fortes porosités. 7 Écoulements diphasiques non miscibles Les roches pétrolifères sont des milieux poreux saturés, en général avec deux types de fluides : de l eau et des hydrocarbures (huiles). L extraction de l huile nécessite de s intéresser au déplacement de l huile par l eau. En effet, il est courant d injecter de l eau sous pression pour faire remonter les hydrocarbures par un puits de forage. Un autre situation est celle des sols non saturés. Dans ce cas, il faut prendre en compte une interface eau/air pour comprendre l écoulement.

20 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 20 FIG. 14 Variation du facteur de formation avec la porosité pour des échantillons de billes de verre frittés. Dans ces deux exemples, les paramètres physiques d importance sont la tension interfaciale et la mouillabilité. La tension de surface entre deux fluides non miscibles est reliée à la forme de l interface par la loi de Laplace : ( 1 p = γ + 1 ), R 1 R 2 où p est la différence de presssion de part et d autre de l interface, et R 1 et R 2 sont les rayons de courbure principaux. La mouillabilité indique la capacité d un liquide à se répandre sur une surface solide. Ce critère résulte de la comparaison de la tension de surface solide/gaz et de la somme des tensions de surface solide/liquide et liquide/gaz. Si γ SL + γ LG < γ SG, alors le liquide a tendance à s étaler et à mouiller complétement le substrat solide (situation de mouillage total). Il faut noter que l état de surface du substrat (en particulier la rugosité) modifie considérablement la mouillabilité. Dans la configuration eau/huile, l eau mouille le solide tandis que l huile est non mouillante. 7.1 Approche classique On désigne par S w et S o les pourcentages respectifs des volumes occupés par l eau (w) et l huile (o) respectivement. La saturation complète du milieu poreux impose S w + S o = 1. On déplace l huile en injectant de l eau dans le milieu poreux (figure 15) L approche classique consiste à écrire une équation de Darcy pour chaque phase : Q w A = k k rw η w ( p w ρ w g), (30)

21 ÉCOULEMENTS DANS LES MILIEUX POREUX 21 PSfrag replacements Injection huile résiduelle FIG. 15 Schéma du déplacement non miscible. PSfrag replacements k ro k rw S w 0 S wi 1 S oi 1 FIG. 16 Variations des perméabilités relatives en fonction de la saturation en eau. Q o A = k k ro η o ( p o ρ o g), (31) en introduisant des perméabilités relatives k rw et k ro et des champs de pression différents pour chaque phase. En première hypothèse, on suppose que les perméabilités relatives ne dépendent que des saturations S w et S o. Les pressions p w et p o peuvent être différentes à cause de la différence de pression à l interface entre les deux liquides. C est le cas pour un écoulement quasistatique (à faible vitesse). À forte vitesse, la pression locale est dominée par les pertes de charge visqueuses. Il faut noter également que les équations (30) et (31) ne sont valables que pour des phases continues, c est-à-dire en l absence d huile résiduelle. Les variations typiques des perméabilités relatives sont tracées sur la figure 16. k rw s annule pour une valeur finie non nulle S wi de la saturation. En effet, une trop faible saturation ne permet pas de créer un chemin continu. L eau résiduelle est présente sous forme de goutelettes. De même, il faut une saturation minimum en huile (1 S oi ) pour créer un chemin et mettre l huile en mouvement.

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak

Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak Ex1: Variation de la tension de surface et mouvements Film1: On chauffe la surface

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES

Source : www.almohandiss.com INTRODUCTION ET GENERALITES INTRODUCTION ET GENERALITES I. INTRODUCTION La décomposition du titre de cette matière laisse deviner qu il doit s agir de l étude du mouvement de l eau dans le sol : - Hydraulique : Etude des écoulements

Plus en détail

ÉCOULEMENT DE FLUIDE DANS UNE ROCHE

ÉCOULEMENT DE FLUIDE DANS UNE ROCHE A 2005 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE

Plus en détail

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie

Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie Chapitre 5 Premier principe de la thermodynamique - conservation de l énergie 5.1 Bilan d énergie 5.1.1 Énergie totale d un système fermé L énergie totale E T d un système thermodynamique fermé de masse

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

III CAPILLARITE TENSION SUPERFICIELLE

III CAPILLARITE TENSION SUPERFICIELLE III CAPILLAITE TENSION SUPEFICIELLE La «tension de surface» est un phénomène qui fait apparaître une grandeur intensive propre aux liquides qui peut revêtir une grande importance dans des problèmes spécifiques

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires BLOT Alexis BOULESTEIX Vincent DEGURSE Jean-François PRÉSENTATION ET ANALYSE DES TRAVAUX SUR

Plus en détail

Chapitre 1 : propriétés physiques des fluides. Mécanique des fluides Christophe Ancey

Chapitre 1 : propriétés physiques des fluides. Mécanique des fluides Christophe Ancey Chapitre 1 : propriétés physiques des fluides Mécanique des fluides Christophe Ancey Chapitre 1 : propriétés physiques des fluides Définition physique d un fluide Définition rhéologique d un fluide Propriétés

Plus en détail

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique

COMPOSITION DE PHYSIQUE. Quelques aspects de la fusion contrôlée par confinement magnétique ÉCOLE POLYTECHNIQUE FILIÈRE MP CONCOURS D ADMISSION 2007 COMPOSITION DE PHYSIQUE (Durée : 4 heures) L utilisation des calculatrices est autorisée pour cette épreuve. Quelques aspects de la fusion contrôlée

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie

Hydrogéologie [idʀoʒeɔlɔʒi] : science qui étudie Eau souterraine [o sutɛʀɛñ] : Eau sous tension hydrostatique présente dans les vides interconnectés de la zone de saturation. Cette eau émerge à la surface sous forme de sources et pénètre dans des puits.

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

Écoulements internes et calcule de h et de température

Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Écoulements internes et calcule de h et de température Objectifs Mettre en évidence les différences entre écoulements externes et internes Calcul de h local et moyen Calcul de température locale

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

G.P. DNS05 Octobre 2012

G.P. DNS05 Octobre 2012 DNS Sujet Impédance d'une ligne électrique...1 I.Préliminaires...1 II.Champ électromagnétique dans une ligne électrique à rubans...2 III.Modélisation par une ligne à constantes réparties...3 IV.Réalisation

Plus en détail

Plan du chapitre «Milieux magnétiques»

Plan du chapitre «Milieux magnétiques» Plan du chapitre «Milieux magnétiques» 1. Sources microscopiques de l aimantation en régime statique 2. Etude macroscopique de l aimantation en régime statique 3. Aimantation en régime variable 4. Les

Plus en détail

1 Outils mathématiques pour la Physique

1 Outils mathématiques pour la Physique Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier TUE 302 : Outil Physique et Géophysique 1 Outils mathématiques pour la Physique k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION

TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION TRANSMISSION THERMIQUE PAR CONDUCTION 1) définition de la conduction La conduction est le mode de propagation de l'énergie thermique à travers la matière. Elle se produit par contact entre les particules

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur

5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur 5 CONDUCTEURS À L ÉQUILIBRE 5.1 Équilibre électrostatique d un conducteur Dans un isolant, les charges restent à l endroit où elles ont été apportées (ou enlevées). Dans un conducteur, les charges sont

Plus en détail

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires C. Rigollet To cite this version: C. Rigollet. Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires. J. Phys.

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques

Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Conductivité thermique apparente d un milieu granulaire en fonction des contraintes mécaniques Mohamed filali*, Bruno Ladevie**, Fudym** Alain De Ryck**, Olivier * IUT Cherbourg-Manche, Antenne de Saint-Lô

Plus en détail

Tomographie de la résistivité électrique (ERT)

Tomographie de la résistivité électrique (ERT) Tomographie de la résistivité électrique (ERT) 1 Principe de la mesure Le sondage électrique est une méthode d exploration du sous-sol qui repose sur la mesure de la résistivité électrique ρ (en Ω.m).

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR

TRANSFERT DE CHALEUR TP - L3 Physique - Plate-forme TTE - C.E.S.I.R.E. - Université Joseph Fourier - Grenoble TRANSFERT DE CHALEUR Document à lire avant de commencer TOUT TP de Thermodynamique Ce document est un résumé des

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

Repérage d un point - Vitesse et

Repérage d un point - Vitesse et PSI - écanique I - Repérage d un point - Vitesse et accélération page 1/6 Repérage d un point - Vitesse et accélération Table des matières 1 Espace et temps - Référentiel d observation 1 2 Coordonnées

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Spé ψ 1-11 Devoir n ÉLECTROMAGNÉTISME LINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Ce problème s intéresse à certains aspects du blindage électromagnétique par des conducteurs La section A rassemble quelques rappels destinés

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014

Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 DA 5 pour le 15 avril 2014 Devoir de Physique en autocorrection n 5 pour le 15 avril 2014 Problème : Essuie-vitre à détecteur de pluie Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie

TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Lycée François Arago Perpignan M.P.S.I. 2012-2013 TD de thermodynamique n o 3 Le premier principe de la thermodynamique Bilans d énergie Exercice 1 - Influence du chemin de transformation. Une mole de

Plus en détail

A. Chauffage d une maison en hiver

A. Chauffage d une maison en hiver Banque Agro - Véto A - 0711 PHYSIQUE Durée : 3 heures 30 minutes L usage d une calculatrice est interdit pour cette épreuve. Si, au cours de l épreuve, un candidat repère ce qui lui semble être une erreur

Plus en détail

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE

M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE M4 OSCILLATEUR HARMONIQUE I Modèle de l oscillateur harmonique (O.H.) I. Exemples Cf Cours I. Définition Définition : Un oscillateur harmonique à un degré de liberté x (X, θ,... ) est un système physique

Plus en détail

EPREUVE DE TIPE PARTIE D

EPREUVE DE TIPE PARTIE D EPREUVE DE TIPE PARTIE D Titre : La percolation 5 Temps de préparation : 2H15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien avec le jury : 10 minutes 10 GUIDE POUR LE CANDIDAT : Le dossier

Plus en détail

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ROYAUME DU MAROC Ministère de l Éducation Nationale et de la Jeunesse Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Concours National Commun d Admission

Plus en détail

TD Thermodynamique. Diffusion de particules

TD Thermodynamique. Diffusion de particules TPC2 TD Thermodynamique Diffusion de particules Exercice n o 1 : Diffusion du CO 2 On observe la diffusion du CO 2 dans l air, en régime stationnaire, à l intérieur d un tube de longueur L = 0, 25 m et

Plus en détail

Cours n 15 : Champ magnétique

Cours n 15 : Champ magnétique Cours n 15 : Champ magnétique 1) Champ magnétique 1.1) Définition et caractérisation 1.1.1) Définition Comme nous l avons fait en électrostatique en introduisant la notion de champ électrique, on introduit

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir 238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir Huile Eau Huile de saturation résiduelle Toit de la nappe Pompe d écrémage Huile flottante Pompe de rabattement Figure 4.15

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Précession du périhélie de Mercure

Précession du périhélie de Mercure Préparation à l Agrégation de Sciences Physiques ENSP - Montrouge François Levrier Problème de mécanique Précession du périhélie de Mercure 1 er décembre 25 Ce problème, qui est basé en partie sur celui

Plus en détail

EPFL - Travaux pratiques de physique. Hydrodynamique. Résumé

EPFL - Travaux pratiques de physique. Hydrodynamique. Résumé Hydrodynamique Résumé L étude de la dynamique des fluides (liquides et gaz) permet de déterminer les caractéristiques du fluide lui-même ainsi que celles d un objet plongé à l intérieur de celui-ci. Il

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique

ELECTROSTATIQUE - 2. 1. Rappels. 2. Outils mathématiques. 3. Distribution de charges. 4. Exemples de calculs de champ électrique ELECTROTATIQUE - 2 1. Rappels 2. Outils mathématiques 2.1. ystèmes classiques de coordonnées 2.2. Volume élémentaire dans chaque système de coordonnées 2.3. Intégrales des fonctions de points 2.4. Circulation

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS

INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS INTRODUCTION À LA THÉORIE DE STABILITÉ DES SYSTÈMES CONSERVATIFS David Ryckelynck Centre des Matériaux, Mines ParisTech David.Ryckelynck@mines-paristech.fr Bibliographie : Stabilité et mécanique non linéaire,

Plus en détail

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11

SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 SPE PSI DL 8 Pour le 05/12/11 CONDUCTION DANS LES METAUX: L'espace est rapporté à un repère O muni d'une base cartésienne ( e, e, e ). Données numériques: - charge de l'électron: -e = - 1,6.10-19 C. -

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

M1/UE CSy - module P8 1

M1/UE CSy - module P8 1 M1/UE CSy - module P8 1 PROJET DE SIMULATION AVEC MATLAB RÉGULATION DU NIVEAU ET DE LA TEMPÉRATURE DANS UN BAC En vue de disposer d un volume constant de fluide à une température désirée, un processus

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Description du programme de physique et estimation horaire

Description du programme de physique et estimation horaire Description du programme de physique et estimation horaire Description du programme de physique première année et estimation horaire En italiques : les points incertains. 1. Description des états de la

Plus en détail

Test d auto-évaluation 2010

Test d auto-évaluation 2010 SwissPhO Olympiade Suisse de Physique 2010 Test d auto-évaluation 2010 Ce test permet aux intéressés d évaluer leurs capacités à résoudre des problèmes et de reconnaître des lacunes dans certaines notions.

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

TRANSFERTS THERMIQUES

TRANSFERTS THERMIQUES TRANSFERTS THERMIQUES I. RAYONNEMENT 1. Connaissances a. Qu est-ce qui véhicule l énergie thermique par rayonnement? b. Quelle est la propriété du modèle idéal du corps noir? c. Imaginons que vous exposiez

Plus en détail

Automatisation d une scie à ruban

Automatisation d une scie à ruban Automatisation d une scie à ruban La machine étudiée est une scie à ruban destinée à couper des matériaux isolants pour leur conditionnement (voir annexe 1) La scie à lame verticale (axe z ), et à tête

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME

Concours CCP 2001 PSI PREMIER PROBLEME c A vos cours 2001 1 Concours CCP 2001 PSI PREMIERE COMPOSITION DE SC. PHYSIQUES (Durée : 4 heures) Les calculatrices programmables et alphanumériques sont autorisées, sous réserve des conditions définies

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

Gisements et production

Gisements et production Plan du cours Page 1 Thème Gisements et production Source Pétrole et gaz naturel, pages 24-25, 26-27 Objectif Les élèves apprendront que la porosité désigne le pourcentage de trous (pores) dans la roche.

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa annuel - I. Vecteur champ magnétique : a) Détection : si l on saupoudre de limaille de fer un support horizontal au-dessous

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail