Investir à long terme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Investir à long terme"

Transcription

1 Investir à long terme Fonds Scotia Rapport semestriel aux porteurs de parts 30 juin 2009

2 Table des matières 1 Aperçu de l économie mondiale États financiers Fonds d équivalents de liquidités 4 Fonds Scotia des bons du Trésor 6 Fonds Scotia privilégié des bons du Trésor 8 Fonds Scotia du marché monétaire 13 Fonds Scotia du marché monétaire en $ US Fonds de revenu 16 Fonds Scotia hypothécaire de revenu 19 Fonds Scotia de revenu canadien 23 Fonds Scotia d obligations en $ US 26 Fonds Scotia d obligations mondiales Fonds équilibrés 30 Fonds Scotia de revenu mensuel diversifié 35 Fonds Scotia canadien équilibré 43 Fonds Scotia canadien de répartition tactique d actifs Fonds d actions Portefeuilles Scotia Portefeuilles Sélection 142 Portefeuille de revenu et de croissance modérée Sélection Scotia 145 Portefeuille de revenu et de croissance équilibrés Sélection Scotia 148 Portefeuille de croissance moyenne Sélection Scotia 151 Portefeuille de croissance dynamique Sélection Scotia Portefeuilles Partenaires 154 Portefeuille de revenu et de croissance modérée Partenaires Scotia 157 Portefeuille de revenu et de croissance équilibrés Partenaires Scotia 160 Portefeuille de croissance moyenne Partenaires Scotia 163 Portefeuille de croissance dynamique Partenaires Scotia Fonds d actions canadiennes Portefeuilles Scotia 55 Fonds Scotia de dividendes canadiens 166 Portefeuille Scotia Vision prudente Fonds Scotia de valeurs canadiennes de premier ordre 169 Portefeuille Scotia Vision dynamique Portefeuille Scotia Vision prudente Fonds Scotia de croissance canadienne 175 Portefeuille Scotia Vision dynamique Fonds Scotia d actions canadiennes à faible 178 Portefeuille Scotia Vision prudente 2020 capitalisation 181 Portefeuille Scotia Vision dynamique Fonds Scotia des ressources 184 Portefeuille Scotia Vision prudente Portefeuille Scotia Vision dynamique 2030 Fonds d actions américaines 74 Fonds Scotia de croissance américaine 78 Fonds Scotia d actions américaines de valeur Fonds d actions internationales 81 Fonds Scotia d actions internationales de valeur 84 Fonds Scotia européen 88 Fonds Scotia de la région du Pacifique 92 Fonds Scotia d Amérique latine Fonds d actions mondiales 95 Fonds Scotia de croissance mondiale 99 Fonds Scotia de croissance mondiale à faible capitalisation 103 Fonds Scotia potentiel mondial 108 Fonds Scotia mondial des changements climatiques Fonds indiciels 111 Fonds Scotia indiciel obligataire canadien 122 Fonds Scotia indiciel canadien 126 Fonds Scotia indiciel américain 133 Fonds Scotia indiciel 136 Fonds Scotia indiciel Nasdaq 139 Fonds Scotia indiciel international Portefeuilles INNOVA 190 Portefeuille de revenu INNOVA Scotia 192 Portefeuille de revenu équilibré INNOVA Scotia 194 Portefeuille de croissance équilibrée INNOVA Scotia 196 Portefeuille de croissance INNOVA Scotia 198 Portefeuille de croissance maximale INNOVA Scotia Fonds Scotia Cassels 200 Fonds d obligations gouvernementales à court et moyen termes Scotia Cassels 203 Fonds à revenu avantagé Scotia Cassels 207 Fonds d obligations de sociétés canadiennes Scotia Cassels 211 Fonds d actions canadiennes Scotia Cassels 214 Fonds d actions nord-américaines Scotia Cassels 218 Fonds d actions américaines Scotia Cassels 222 Fonds d actions internationales Scotia Cassels 228 Fonds de potentiel cyclique Scotia Cassels 232 Notes afférentes aux états financiers

3 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Aperçu de l économie mondiale L économie mondiale montre des signes de reprise, la presse économique indiquant que la situation s améliorera vraisemblablement dans les mois à venir. Un important plan de relance budgétaire a mis la Chine à l avant-garde des pays engagés sur la voie de la reprise, les États-Unis semblant être en tête des pays développés. Les plans de relance de grande envergure mis de l avant par le gouvernement américain devraient bientôt donner des résultats, comme rehausser le revenu et soutenir les dépenses pendant que les ménages réduisent leur endettement et reconstituent leur épargne. Les pertes d emploi mensuelles semblent avoir atteint un sommet, les consommateurs et les entreprises étant plus optimistes face aux perspectives pour le reste de l année. Les constructeurs automobiles redémarrent des usines qui avaient été fermées maintenant que les stocks se situent dans leur zone de confort et que les ventes ont repris. Le secteur de l habitation aux États-Unis a également touché le fond après une longue descente qui a duré trois ans. Bien que la reprise sera plus visible, la croissance que connaîtront les États-Unis en 2010 ne comblera que partiellement le trou créé par la récente baisse abrupte de l activité. Il faudra beaucoup plus de temps pour inverser la baisse de 22 % enregistrée dans l avoir net des ménages américains depuis la moitié de 2007, revitaliser le marché de l habitation et restructurer les secteurs des services financiers et de l automobile. La réforme réglementaire et des pratiques d octroi de prêts plus rigoureuses limiteront l endettement et hausseront les coûts d emprunt des activités à risque plus élevé. Les plans musclés de relance gouvernementaux seront également limités dans la prochaine année, puisque Washington est contraint de réduire son déficit fiscal de 2 billions $ US, les États luttent pour équilibrer leur budget et la Réserve fédérale hausse les taux d intérêt qui avaient atteint des creux sans précédent. Les économies d Europe et du Japon montrent aussi de légers signes de reprise. Dans les deux régions, cependant, le repli économique au cours de l hiver a été beaucoup plus profond qu aux États-Unis et la période de convalescence sera, selon toute vraisemblance, beaucoup plus longue et difficile. Dans ces régions, les récentes pertes du PIB ne seront récupérées que bien après Dans ce contexte, les marchés émergents seront à l origine d une grande part de l activité économique mondiale. Même si, au cours de l année, la production mondiale s est contractée de près de 3 %, on prévoit qu en Chine et en Inde, elle augmentera de 5 % à 7 %. Dans ces pays, la croissance de la production stimulera les marchés des marchandises, et les investissements provenant des excédents de change faramineux auront de plus en plus d incidence sur les devises et les taux d intérêt mondiaux. États-Unis De plus en plus de données financières et économiques indiquent que le pire de la récession aux États-Unis est maintenant passé. Des rebonds marqués des marchés boursiers et des marchés des marchandises depuis le début de mars laissent croire de plus en plus que les problèmes dans le secteur bancaire américain ont été maîtrisés. Bien que certains indicateurs macroéconomiques continuent de montrer des signes de repli les dépenses de consommation, la construction résidentielle et les investissements des entreprises, par exemple le rythme du déclin a clairement ralenti. Dans d autres secteurs, comme les ventes de maisons existantes, les données indiquent une nouvelle stabilité après une longue période de faiblesse. Mais pour d autres indicateurs, comme les ventes de véhicules automobiles et les commandes de biens durables, une reprise progressive est en cours. Comme le financement massif et accru de Washington pour la création d emplois commence à porter ses fruits, tout est en place pour une reprise de la croissance dans la seconde moitié de l année, même dans les secteurs les plus durement touchés comme celui de l automobile. Bien que l économie américaine soit sur la voie de la reprise, il y a fort à parier que les Américains resteront des consommateurs prudents. Les ménages américains surendettés cherchent à assainir leurs bilans en épargnant plus et en dépensant moins. Soutenues par des marchés de l emploi toujours en difficulté, par un resserrement général des conditions de crédit et, plus récemment, par de nouvelles hausses des prix de l énergie, le taux d épargne des particuliers est passé à un sommet de 6,9 %, du jamais vu en 15 ans. Cependant, un grand nombre d emprunteurs surendettés ont profité des taux d intérêt nettement plus bas pour refinancer leurs dettes et, dans certains cas, accroître leur emprunt. Le principal moteur de la croissance américaine dans les mois à venir sera l élan donné par les dépenses publiques massives. Nous estimons que les dépenses publiques représenteront environ 50 % des gains prévus dans le PIB réel des États-Unis à la fin de 2010, créant ainsi un contexte de croissance économique qui facilitera ce qui devrait être une longue période de convalescence. Dans ce contexte, les risques de récession et de déflation beaucoup plus profondes sont considérablement réduits. C est donc dire que les nouvelles préoccupations inflationnistes associées à l assouplissement énergique des politiques monétaire et fiscale ne sont probablement pas justifiées. Le marché de l emploi et le secteur industriel demeurent encore passablement ralentis aux États-Unis et dans les économies mondiales, et la récente hausse des prix du pétrole pourrait contribuer à maintenir une période d inflation très faible si elle freine la reprise. Quoiqu il en soit, les initiatives stratégiques 1

4 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 très stimulantes entreprises aux États-Unis devraient permettre de rétablir la demande et créer des pressions inflationnistes, mais plus tard. Canada L économie canadienne s est contractée à un taux annuel de % au premier trimestre de 2009, la baisse la plus importante au cours d un trimestre depuis la récession du début des années 1990, et une autre baisse, bien que plus modérée, est prévue au deuxième trimestre. Une des économies du G7 les plus tournées vers les exportations, le Canada est durement frappé par la chute marquée du commerce mondial et des flux d investissements. La détérioration de l activité économique est plus généralisée, le ralentissement étant plus évident dans les secteurs de la production de biens et de services. Pour l avenir, les perspectives sont plus encourageantes. Les stocks étant maintenant considérablement réduits, la production canadienne devrait profiter d une reprise de la demande aux États-Unis et partout dans le monde pour des biens manufacturés et liés aux produits de base. Cependant, le facteur qui contribue le plus à l amélioration des perspectives de croissance est la multitude de programmes de relance fédéraux et provinciaux qui devraient représenter 3 % du PIB à l exercice Les gouvernements se sont engagés à mener d importantes initiatives de financement dans les secteurs des infrastructures, du logement social et de la formation, en plus d offrir un allègement fiscal permanent et temporaire substantiel, ainsi que des stabilisateurs automatiques améliorés comme les prestations d assuranceemploi. Bien qu elles demeurent faibles, les ventes de véhicules automobiles et d habitations ont affiché des gains stables au cours des derniers mois, ce qui permet de croire que les coûts d emprunt qui n ont jamais été aussi bas et les prix concurrentiels stimuleront les dépenses de consommation et les mises en chantier. Les entreprises se délestent encore d employés, mais les mises à pied se font moins nombreuses au fur et à mesure que l année avance. Néanmoins, la reprise dans les secteurs des biens de consommation et de l habitation devrait se faire lentement par rapport aux cycles passés, les ménages endettés étant occupés à reconstituer leur épargne et à redresser leur bilan. Les entreprises vont vraisemblablement demeurer prudentes dans leurs dépenses, la reprise des investissements des entreprises étant freinée par l importante surcapacité de production et la faiblesse des bénéfices des sociétés. La hausse des taux d inoccupation dans les secteurs commercial et industriel empêchera la construction non résidentielle, bien que les dépenses accrues dans les infrastructures devraient relancer véritablement le secteur de la construction, ce qui aura des retombées sur les secteurs de la fabrication et des services. Mexique et Amérique latine La plupart des pays en développement de l hémisphère occidental sont bien positionnés pour gérer les incidences économiques néfastes du repli cyclique. Les pays qui entreprennent des réformes institutionnelles et structurelles, comme le Brésil, le Pérou et le Chili, sortiront de la crise plus forts pour affronter les défis concurrentiels du nouveau cycle des affaires/de crédit. Parmi les grandes économies latino-américaines, le Mexique a été le plus gravement touché par le repli cyclique des États-Unis et le stress financier systémique qui en a découlé. Selon les prévisions, le PIB réel du Mexique reculera de 6 % cette année. Toutefois, le pays est bien positionné pour connaître une croissance modérée en 2010, parallèlement à la reprise dans le secteur industriel aux États-Unis. Le Brésil, qui s est imposé comme une force puissante dans l hémisphère, est devenu un véritable aimant qui attire les investissements de capitaux étrangers dans la région. Son cadre institutionnel robuste, son bassin de sociétés multinationales puissantes dans de nombreux secteurs et ses partenariats publics-privés efficaces sont tous des facteurs qui placeront le pays sur la voie d une croissance à long terme soutenue. Le Chili et le Pérou récolteront les fruits d une reprise soutenue de la demande mondiale de marchandises, des retombées positives de la vigueur économique du Brésil et d une approche des affaires plus synchronisée dans les secteurs comme les mines, les services financiers, l énergie et les services publics. Europe et Asie Des plans de relance monétaire, conjugués à des mesures budgétaires gouvernementales directes et à l arrêt de la baisse des stocks, agiront comme catalyseur d une reprise modeste de l économie en Europe de l Ouest au deuxième semestre de Cette reprise se fera lentement sentir en 2010, en même temps qu un retour graduel aux dépenses dans le secteur privé. Néanmoins, le rebond attendu dans les mois à venir sera trop faible et se produira trop tard pour prévenir une contraction marquée de la production pour l ensemble de l année; nous prévoyons que l économie de la zone euro se contractera d environ % en 2009, et celle du Royaume-Uni d à peine plus de %. La gravité de la récession mine les bilans du secteur public partout en Europe de l Ouest. D ici la fin de 2010, le ratio dette publique-pib pour l ensemble de la zone euro sera bien supérieure à 80 %. Le Royaume-Uni, dont les finances du secteur public ont été décimées par les coûts exorbitants des plans de sauvetage du secteur financier, verra son ratio dépasser 80 % (soit le double d il y a trois ans) et selon les prévisions, il atteindra 90 % en La reprise de l économie commence à se faire sentir dans la majeure partie de la région Asie-Pacifique, bien que le modèle soit inégal et vulnérable à des revers intermittents. La relance dans le secteur industriel et des exportations est maintenant évidente. Avec la correction des stocks à l échelle mondiale qui tire à sa fin, les marchés du crédit qui commencent à dégeler et les mesures de relance gouvernementales qui commencent à porter leurs fruits, les fondements d un renouveau économique sont en place. Le moment et la vigueur du rebond de l activité économique dans la seconde moitié de 2009 ne suffiront pas à empêcher l obtention de données de production nettement plus faibles pour l ensemble de l année dans la région. 2

5 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 La République populaire de Chine et l Inde demeureront les figures de proue; nous prévoyons que les deux économies connaîtront respectivement une croissance de 8 % et %en Bien que les exportations représentent une proportion relativement petite du PIB du Japon, le potentiel de croissance générée sur le marché intérieur a été limité par des facteurs démographiques et des contraintes fiscales. Par conséquent, l activité économique japonaise s est révélée démesurément sensible au repli du commerce mondial, problème qui a été aggravé par l appréciation du yen. Warren Jestin Premier vice-président et économiste en chef Groupe Scotiabank 3

6 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia des bons du Trésor (non vérifié) FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS ÉTATS DE L ACTIF NET Aux 30 juin décembre 2008 ACTIF Placements à la juste valeur $ $ Encaisse Revenu de placement à recevoir PASSIF Distributions à verser Charges à payer Actif net $ $ ACTIF NET PAR CATÉGORIE Parts de catégorie A $ $ PARTS EN CIRCULATION Parts de catégorie A ACTIF NET PAR PART Parts de catégorie A 10,00 $ 10,00 $ ÉTATS DES RÉSULTATS Pour les semestres terminés les 30 juin REVENU DE PLACEMENT Intérêts $ $ Prêts de titres CHARGES Frais de gestion (note 4) Honoraires des vérificateurs Honoraires versés au comité de révision indépendant Frais de garde Frais de dépôt Honoraires des avocats Charges liées à l information des porteurs de parts Frais d administration, autres charges et TPS Charges absorbées ( ) ( ) Revenu de placement net (perte nette) Augmentation (diminution) de l actif net liée à l exploitation $ $ L EXPLOITATION Parts de catégorie A $ $ L EXPLOITATION PAR PART Parts de catégorie A 0,01 $ 0,11 $ ÉTATS DE L ÉVOLUTION DE L ACTIF NET Pour les semestres terminés les 30 juin ACTIF NET AU DÉBUT DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A $ $ L EXPLOITATION Parts de catégorie A DISTRIBUTIONS AUX PORTEURS DE PARTS Du revenu de placement net Parts de catégorie A ( ) ( ) OPÉRATIONS SUR PARTS Produit de l émission de parts Parts de catégorie A Distributions réinvesties Parts de catégorie A Montants versés pour le rachat de parts Parts de catégorie A ( ) ( ) ( ) AUGMENTATION (DIMINUTION) DE L ACTIF NET Parts de catégorie A ( ) ACTIF NET À LA FIN DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A $ $ ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Valeur nominale ($) BILLETS À COURT TERME 76,5 % Bons du Trésor 76,5 % Gouvernement du Canada 0,13 %, échéant le 9 juill Gouvernement du Canada 0,21 %, échéant le 23 juill Gouvernement du Canada 0,18 %, échéant le 6 août Gouvernement du Canada 0,92 %, échéant le 3 sept Gouvernement du Canada 0,34 %, échéant le 10 déc OBLIGATIONS À COURT TERME 23,5 % Fiducie du Canada pour l habitation 4,65 %, échéant le 15 sept Province d Ontario 6,20 %, échéant le 19 nov TOTAL DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS AUTRES ACTIFS, MOINS LES PASSIFS 0,0 % ACTIF NET 100,0 % SOMMAIRE DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Pourcentage de l actif net (%) Catégorie de placement 30 juin décembre 2008 Bons du Trésor 76,5 74,1 Billets 0,7 Billets de trésorerie 1,9 Obligations à court terme 23,5 23,3 4

7 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia des bons du Trésor (non vérifié) (suite) RISQUES LIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS A. Gestion du risque L objectif de placement du Fonds Scotia des bons du Trésor (le «Fonds») est de fournir un revenu et de la liquidité, tout en offrant une grande sécurité. Le Fonds investit surtout dans les bons du Trésor du gouvernement du Canada et d autres titres de créance à court terme garantis par le gouvernement du Canada. La gestion du risque est l un des plus importants facteurs du processus de gestion de portefeuille; elle guide les décisions de placement du Fonds. La méthode de placement du Fonds prévoit la surveillance du portefeuille afin de s assurer de sa conformité aux directives de placement établies. Le gestionnaire cherche à réduire au minimum les effets néfastes potentiels des risques sur le rendement du Fonds en employant et en supervisant des conseillers en valeurs professionnels et expérimentés qui surveillent régulièrement les titres du Fonds et l évolution du marché des capitaux. B. Risque de liquidité L exposition du Fonds au risque de liquidité découle principalement du rachat quotidien au comptant de parts. Le Fonds investit principalement dans des titres négociés sur des marchés actifs qui peuvent facilement être vendus. De plus, chaque fonds vise à maintenir une position de liquidités et d équivalents suffisante pour garder une flexibilité financière et est en mesure d emprunter jusqu à 5 % de sa valeur liquidative pour financer ses rachats. Tous les titres illiquides sont indiqués dans l état des portefeuilles de placements. C. Risque de change Le risque de change est celui que la valeur des instruments financiers libellés dans une monnaie autre que le dollar canadien, qui est la monnaie de présentation du Fonds, fluctuera en fonction des variations de taux de change. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas exposé au risque de change. D. Risque de taux d intérêt Le risque de taux d intérêt découle des instruments financiers portant intérêt. La sensibilité du Fonds aux variations des taux d intérêt est minimale en raison de la nature à court terme des instruments détenus. Le tableau suivant présente l exposition du Fonds au risque de taux d intérêt en fonction de la durée jusqu à l échéance restante du portefeuille de titres de créance du Fonds. Obligations et billets à court terme* 30 juin 2009 ($) 31 décembre 2008 ($) Moins de 1 an an à 3 ans 3à5ans 5 à 10 ans H 10 ans Total * Compte non tenu des liquidités. E. Risque de crédit Le risque de crédit est celui que la contrepartie d un instrument financier ne s acquitte pas d une obligation ou d un engagement qu elle a envers le Fonds. Le risque de crédit du Fonds se trouve principalement dans les titres de créance. Toutes les opérations de placement sont réglées (payées) sur livraison par des courtiers approuvés. Le risque de défaillance est jugé minimal, car les titres vendus ne sont livrés qu après réception du paiement par le courtier. Les achats sont payés seulement après que le courtier a reçu les titres. Lorsque le Fonds investit dans des titres de créance, le risque de crédit se trouve concentré principalement dans ces opérations. La valeur marchande de ces titres de créance tient compte de la solvabilité de l émetteur et, par conséquent, correspond au risque de crédit maximal du Fonds. Le Fonds prête des titres à des contreparties, c est-à-dire qu il les échange temporairement, à titre de garantie, contre un engagement de la contrepartie de livrer les mêmes titres à une date future. Le risque de crédit lié à ces opérations est jugé minimal, puisque toutes les contreparties ont une note de crédit approuvée et suffisante et que la valeur marchande des liquidités ou des titres détenus en garantie doit représenter au moins 102 % de la juste valeur des titres prêtés à la clôture de chaque jour de Bourse. La notation des titres de créance détenus par le Fonds, compte non tenu des liquidités, était la suivante : Pourcentage du total des titres de créance (%) 30 juin décembre 2008 Pourcentage de l actif net (%) Pourcentage du total des titres de créance (%) Pourcentage de l actif net (%) Notes de crédit des instruments à court terme R1 élevé 76,5 76,5 73,4 73,4 R1 moyen 2,6 2,6 R1 faible 0,7 0,7 Note de crédit des obligations AAA 18,4 18,4 17,5 17,5 AA 5,1 5,1 2,6 2,6 A 3,2 3,2 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 F. Autre risque de prix L autre risque de prix est celui que la juste valeur des instruments financiers du Fonds fluctue en fonction de l évolution des cours du marché (autre que le risque de taux d intérêt ou le risque de change). Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas très exposé aux autres risques de prix. FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS 5

8 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia privilégié des bons du Trésor (non vérifié) FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS ÉTATS DE L ACTIF NET Aux 30 juin décembre 2008 ACTIF Placements à la juste valeur $ $ Encaisse Revenu de placement à recevoir PASSIF Distributions à verser Charges à payer Actif net $ $ ACTIF NET PAR CATÉGORIE Parts de catégorie A $ $ PARTS EN CIRCULATION Parts de catégorie A ACTIF NET PAR PART Parts de catégorie A 10,00 $ 10,00 $ ÉTATS DES RÉSULTATS Pour les semestres terminés les 30 juin REVENU DE PLACEMENT Intérêts $ $ Prêts de titres CHARGES Frais de gestion (note 4) Honoraires des vérificateurs Honoraires versés au comité de révision indépendant Frais de garde Frais de dépôt Honoraires des avocats Charges liées à l information des porteurs de parts Frais d administration, autres charges et TPS Charges absorbées et réduites ( ) ( ) Revenu de placement net (perte nette) Augmentation (diminution) de l actif net liée à l exploitation $ $ L EXPLOITATION Parts de catégorie A $ $ L EXPLOITATION PAR PART Parts de catégorie A 0,03 $ 0,15 $ ÉTATS DE L ÉVOLUTION DE L ACTIF NET Pour les semestres terminés les 30 juin ACTIF NET AU DÉBUT DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A $ $ L EXPLOITATION Parts de catégorie A DISTRIBUTIONS AUX PORTEURS DE PARTS Du revenu de placement net Parts de catégorie A ( ) ( ) OPÉRATIONS SUR PARTS Produit de l émission de parts Parts de catégorie A Distributions réinvesties Parts de catégorie A Montants versés pour le rachat de parts Parts de catégorie A ( ) ( ) ( ) AUGMENTATION (DIMINUTION) DE L ACTIF NET Parts de catégorie A ( ) ACTIF NET À LA FIN DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A $ $ ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Valeur nominale ($) BILLETS À COURT TERME 77,3 % Bons du Trésor 77,3 % Gouvernement du Canada 0,13 %, échéant le 9 juill Gouvernement du Canada 0,21 %, échéant le 23 juill Gouvernement du Canada 0,18 %, échéant le 6 août Gouvernement du Canada 0,53 %, échéant le 3 sept Gouvernement du Canada 0,34 %, échéant le 10 déc OBLIGATIONS À COURT TERME 22,7 % Fiducie du Canada pour l habitation n o 1 4,65 %, échéant le 15 sept Province d Ontario 6,20 %, échéant le 19 nov TOTAL DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS AUTRES ACTIFS, MOINS LES PASSIFS 0,0 % (33 869) ACTIF NET 100,0 % SOMMAIRE DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Pourcentage de l actif net (%) Catégorie de placements 30 juin décembre 2008 Bons du Trésor 77,3 69,8 Billets 1,6 Billets de trésorerie 2,2 Obligations à court terme 22,7 26,4 6

9 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia privilégié des bons du Trésor (non vérifié) (suite) RISQUES LIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS A. Gestion du risque L objectif de placement du Fonds Scotia privilégié des bons du Trésor (le «Fonds») est de fournir un revenu et de la liquidité, tout en offrant une grande sécurité. Le Fonds investit surtout dans les bons du Trésor du gouvernement du Canada et d autres titres de créance à court terme garantis par le gouvernement du Canada. La gestion du risque est l un des plus importants facteurs du processus de gestion de portefeuille; elle guide les décisions de placement du Fonds. La méthode de placement du Fonds prévoit la surveillance du portefeuille afin de s assurer de sa conformité aux directives de placement établies. Le gestionnaire cherche à réduire au minimum les effets néfastes potentiels des risques sur le rendement du Fonds en employant et en supervisant des conseillers en valeurs professionnels et expérimentés qui surveillent régulièrement les titres du Fonds et l évolution du marché des capitaux. B. Risque de liquidité L exposition du Fonds au risque de liquidité découle principalement du rachat quotidien au comptant de parts. Le Fonds investit principalement dans des titres négociés sur des marchés actifs qui peuvent facilement être vendus. De plus, chaque fonds vise à maintenir une position de liquidités et d équivalents suffisante pour garder une flexibilité financière et est en mesure d emprunter jusqu à 5 % de sa valeur liquidative pour financer ses rachats. Tous les titres illiquides sont indiqués dans l état des portefeuilles de placements. C. Risque de change Le risque de change est celui que la valeur des instruments financiers libellés dans une monnaie autre que le dollar canadien, qui est la monnaie de présentation du Fonds, fluctuera en fonction des variations de taux de change. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas exposé au risque de change. D. Risque de taux d intérêt Le risque de taux d intérêt découle des instruments financiers portant intérêt. La sensibilité du Fonds aux variations des taux d intérêt est minimale en raison de la nature à court terme des instruments détenus. Le tableau suivant présente l exposition du Fonds au risque de taux d intérêt en fonction de la durée jusqu à l échéance restante du portefeuille de titres de créance du Fonds. Obligations et billets à court terme* 30 juin 2009 ($) 31 décembre 2008 ($) Moins de 1 an an à 3 ans 3à5ans 5 à 10 ans H 10 ans Total * Compte non tenu des liquidités. E. Risque de crédit Le risque de crédit est celui que la contrepartie d un instrument financier ne s acquitte pas d une obligation ou d un engagement qu elle a envers le Fonds. Le risque de crédit du Fonds se trouve principalement dans les titres de créance. Toutes les opérations de placement sont réglées (payées) sur livraison par des courtiers approuvés. Le risque de défaillance est jugé minimal, car les titres vendus ne sont livrés qu après réception du paiement par le courtier. Les achats sont payés seulement après que le courtier a reçu les titres. Lorsque le Fonds investit dans des titres de créance, le risque de crédit se trouve concentré principalement dans ces opérations. La valeur marchande de ces titres de créance tient compte de la solvabilité de l émetteur et, par conséquent, correspond au risque de crédit maximal du Fonds. Le Fonds prête des titres à des contreparties, c est-à-dire qu il les échange temporairement, à titre de garantie, contre un engagement de la contrepartie de livrer les mêmes titres à une date future. Le risque de crédit lié à ces opérations est jugé minimal, puisque toutes les contreparties ont une note de crédit approuvée et suffisante et que la valeur marchande des liquidités ou des titres détenus en garantie doit représenter au moins 102 % de la juste valeur des titres prêtés à la clôture de chaque jour de Bourse. La notation des titres de créance détenus par le Fonds, compte non tenu des liquidités, était la suivante : Pourcentage du total des titres de créance (%) 30 juin décembre 2008 Pourcentage de l actif net (%) Pourcentage du total des titres de créance (%) Pourcentage de l actif net (%) Notes de crédit des instruments à court terme R1 élevé 77,3 77,3 68,9 68,9 R1 moyen 3,1 3,1 R1 faible 1,6 1,6 Note de crédit des obligations AAA 17,9 17,9 20,7 20,7 AA 4,8 4,8 2,2 2,2 A 3,5 3,5 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 F. Autre risque de prix L autre risque de prix est celui que la juste valeur des instruments financiers du Fonds fluctue en fonction de l évolution des cours du marché (autre que le risque de taux d intérêt ou le risque de change). Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas très exposé aux autres risques de prix. FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS 7

10 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia du marché monétaire (non vérifié) FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS ÉTATS DE L ACTIF NET Aux 30 juin décembre 2008 ACTIF Placements à la juste valeur $ $ Encaisse Revenu de placement à recevoir PASSIF Distributions à verser Charges à payer Actif net $ $ ACTIF NET PAR CATÉGORIE Parts de catégorie A $ $ Parts de catégorie conseillers $ $ Parts de catégorie prestige $ $ Parts de catégorie I $ $ Parts pour clients privés Scotia $ $ PARTS EN CIRCULATION Parts de catégorie A Parts de catégorie conseillers Parts de catégorie prestige Parts de catégorie I Parts pour clients privés Scotia ACTIF NET PAR PART Parts de catégorie A 10,00 $ 10,00 $ Parts de catégorie conseillers 10,00 $ 10,00 $ Parts de catégorie prestige 10,00 $ 10,00 $ Parts de catégorie I 10,00 $ 10,00 $ Parts pour clients privés Scotia 10,00 $ 10,00 $ ÉTATS DES RÉSULTATS Pour les semestres terminés les 30 juin REVENU DE PLACEMENT Intérêts $ $ Prêts de titres CHARGES Frais de gestion (note 4) Honoraires des vérificateurs Honoraires versés au comité de révision indépendant Frais de garde Frais de dépôt Honoraires des avocats Charges liées à l information des porteurs de parts Frais d administration, autres charges et TPS Charges absorbées (71 664) ( ) Revenu de placement net (perte nette) Augmentation (diminution) de l actif net liée à l exploitation $ $ L EXPLOITATION Parts de catégorie A $ $ Parts de catégorie conseillers $ $ Parts de catégorie prestige $ $ Parts de catégorie I $ $ Parts pour clients privés Scotia $ $ L EXPLOITATION PAR PART Parts de catégorie A 0,03 $ 0,15 $ Parts de catégorie conseillers 0,03 $ 0,11 $ Parts de catégorie prestige 0,06 $ $ Parts de catégorie I 0,09 $ 0,21 $ Parts pour clients privés Scotia 0,09 $ 0,21 $ ÉTATS DE L ÉVOLUTION DE L ACTIF NET Pour les semestres terminés les 30 juin ACTIF NET AU DÉBUT DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A $ $ Parts de catégorie conseillers Parts de catégorie prestige Parts de catégorie I Parts pour clients privés Scotia L EXPLOITATION Parts de catégorie A Parts de catégorie conseillers Parts de catégorie prestige Parts de catégorie I Parts pour clients privés Scotia DISTRIBUTIONS AUX PORTEURS DE PARTS Du revenu de placement net Parts de catégorie A ( ) ( ) Parts de catégorie conseillers (32 896) (13 920) Parts de catégorie prestige ( ) Parts de catégorie I ( ) ( ) Parts pour clients privés Scotia ( ) ( ) ( ) ( ) OPÉRATIONS SUR PARTS Produit de l émission de parts Parts de catégorie A Parts de catégorie conseillers Parts de catégorie prestige Parts de catégorie I Parts pour clients privés Scotia Distributions réinvesties Parts de catégorie A Parts de catégorie conseillers Parts de catégorie prestige Parts de catégorie I Parts pour clients privés Scotia Montants versés pour le rachat de parts Parts de catégorie A ( ) ( ) Parts de catégorie conseillers ( ) ( ) Parts de catégorie prestige ( ) Parts de catégorie I ( ) ( ) Parts pour clients privés Scotia ( ) ( ) AUGMENTATION (DIMINUTION) DE L ACTIF NET Parts de catégorie A Parts de catégorie conseillers Parts de catégorie prestige Parts de catégorie I ( ) Parts pour clients privés Scotia ACTIF NET À LA FIN DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A Parts de catégorie conseillers Parts de catégorie prestige Parts de catégorie I Parts pour clients privés Scotia $ $ 8

11 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia du marché monétaire (non vérifié) (suite) ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Valeur nominale ($) BILLETS À COURT TERME 61,0 % Bons du Trésor 2,5 % Province de Terre-Neuve-et-Labrador 0,24 %, échéant le 20 août Province d Ontario 0,26 %, échéant le 16 sept Billets 0,1 % Province de l Île-du-Prince-Édouard 0,24 %, échéant le 11 août Acceptations bancaires 13,4 % Banque de Montréal 0,26 %, échéant le 2 juill Banque de Montréal 0,45 %, échéant le 30 oct Banque de Nouvelle-Écosse, La 0,29 %, échéant le 8 juill Banque Canadienne Impériale de Commerce 0,25 %, échéant le 6 juill Banque Canadienne Impériale de Commerce 0,26 %, échéant le 6 août Banque Canadienne Impériale de Commerce 3,31 %, échéant le 12 août Banque Canadienne Impériale de Commerce 3,30 %, échéant le 26 août Banque Canadienne Impériale de Commerce 2,00 %, échéant le 10 nov Banque Canadienne Impériale de Commerce 0,65 %, échéant le 28 avr Banque Nationale du Canada 0,24 %, échéant le 2 juill Banque Nationale du Canada 0,26 %, échéant le 16 juill Banque Royale du Canada 0,25 %, échéant le 3 juill Banque Royale du Canada 0,25 %, échéant le 6 juill Banque Royale du Canada 0,24 %, échéant le 7 juill Banque Royale du Canada 0,23 %, échéant le 8 juill Banque Royale du Canada 0,27 %, échéant le 15 juill Banque Toronto-Dominion, La 0,26 %, échéant le 2 juill Banque Toronto-Dominion, La 0,25 %, échéant le 3 juill Banque Toronto-Dominion, La 0,25 %, échéant le 6 juill Banque Toronto-Dominion, La 0,25 %, échéant le 22 juill Banque Toronto-Dominion, La 0,25 %, échéant le 28 juill Billets de dépôt au porteur 5,4 % Banque de Montréal 3,48 %, échéant le 8 sept Banque Manuvie du Canada 0,33 %, échéant le 2 juill Banque Manuvie du Canada 0,33 %, échéant le 3 juill Banque Manuvie du Canada 0,34 %, échéant le 9 juill Banque Manuvie du Canada 0,35 %, échéant le 17 août Valeur nominale ($) BILLETS À COURT TERME (suite) Billets de trésorerie 39,6 % Borealis Finance Trust 0,29 %, échéant le 2 juill Borealis Finance Trust 0,33 %, échéant le 17 juill Borealis Finance Trust 0,33 %, échéant le 20 juill Borealis Finance Trust 0,30 %, échéant le 22 juill Borealis Finance Trust 0,32 %, échéant le 28 juill Borealis Finance Trust 0,33 %, échéant le 6 août Borealis Finance Trust 0,30 %, échéant le 14 août Caterpillar Financial Services Limited 0,80 %, échéant le 23 juill Caterpillar Financial Services Limited 0,65 %, échéant le 7 août Caterpillar Financial Services Limited 0,55 %, échéant le 10 août Caterpillar Financial Services Limited 0,50 %, échéant le 14 août Office d investissement du Régime de pensions du Canada 0,24 %, échéant le 4 août Coca-Cola Enterprises Inc. 0,27 %, échéant le 7 juill Coca-Cola Enterprises Inc. 0,27 %, échéant le 8 juill Coca-Cola Enterprises Inc. 0,25 %, échéant le 9 juill Coca-Cola Enterprises Inc. 0,26 %, échéant le 13 juill Coca-Cola Enterprises Inc. 0,27 %, échéant le 14 juill Coca-Cola Enterprises Inc. 0,27 %, échéant le 15 juill CPPIB Capital Inc. 0,25 %, échéant le 9 juill CPPIB Capital Inc. 0,25 %, échéant le 15 juill Enbridge Inc. 0,35 %, échéant le 9 juill Enbridge Inc. 0,34 %, échéant le 13 juill Enbridge Inc. 0,33 %, échéant le 20 juill EnCana Corporation 0,60 %, échéant le 21 juill EnCana Corporation 0,50 %, échéant le 28 juill EnCana Corporation 0,40 %, échéant le 29 juill EnCana Corporation 0,50 %, échéant le 10 août EnCana Corporation 0,50 %, échéant le 11 août EnCana Corporation 0,45 %, échéant le 13 août EnCana Corporation 0,45 %, échéant le 20 août EnCana Corporation 0,45 %, échéant le 24 août Société de financement GE Capital Canada 0,61 %, échéant le 10 juill Honda Canada Finance Inc. 0,95 %, échéant le 6 août FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS 9

12 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia du marché monétaire (non vérifié) (suite) ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS Valeur nominale ($) BILLETS À COURT TERME (suite) Billets de trésorerie (suite) Honda Canada Finance Inc. 0,00 %, échéant le 9 sept Honda Canada Finance Inc. 1,25 %, échéant le 23 oct Honda Canada Finance Inc. 3,00 %, échéant le 6 nov Honda Canada Finance Inc. 1,25 %, échéant le 13 nov Honda Canada Finance Inc. 1,25 %, échéant le 17 nov Honda Canada Finance Inc. 3,05 %, échéant le 27 nov Hydro One Inc. 0,21 %, échéant le 17 juill Compagnie Pétrolière Impériale Ltée 0,26 %, échéant le 23 juill John Deere Limitée 0,29 %, échéant le 8 juill John Deere Limitée 0,55 %, échéant le 24 juill Nova Scotia Power Inc. 0,39 %, échéant le 6 juill Nova Scotia Power Inc. 0,37 %, échéant le 9 juill Nova Scotia Power Inc. 0,39 %, échéant le 10 juill Nova Scotia Power Inc. 0,38 %, échéant le 14 juill Nova Scotia Power Inc. 0,38 %, échéant le 20 juill Nova Scotia Power Inc. 0,38 %, échéant le 21 juill Nova Scotia Power Inc. 0,38 %, échéant le 22 juill Nova Scotia Power Inc. 0,38 %, échéant le 23 juill Corporation Shoppers Drug Mart 0,28 %, échéant le 3 juill Suncor Énergie Inc. 0,65 %, échéant le 24 août Suncor Énergie Inc. 0,75 %, échéant le 2 juill Suncor Énergie Inc. 0,72 %, échéant le 31 juill Suncor Énergie Inc. 0,75 %, échéant le 20 août Suncor Énergie Inc. 0,75 %, échéant le 25 août TELUS Corporation 0,66 %, échéant le 28 juill TELUS Corporation 0,49 %, échéant le 23 sept Terasen Gas Inc. 0,26 %, échéant le 30 juill Terasen Gas Inc. 0,30 %, échéant le 24 sept Toyota Crédit Canada Inc. 1,69 %, échéant le 16 juill Toyota Crédit Canada Inc. 1,28 %, échéant le 5 nov Toyota Crédit Canada Inc. 1,24 %, échéant le 12 nov TransCanada PipeLines Ltd. 0,48 %, échéant le 27 août Woodbridge Finance Corporation 0,42 %, échéant le 9 juill Woodbridge Finance Corporation 0,56 %, échéant le 5 août Valeur nominale ($) BILLETS À COURT TERME (suite) Billets de trésorerie (suite) Woodbridge Finance Corporation 0,52 %, échéant le 10 août Woodbridge Finance Corporation 0,52 %, échéant le 11 août Woodbridge Finance Corporation 0,49 %, échéant le 18 août Woodbridge Finance Corporation 0,45 %, échéant le 19 août OBLIGATIONS À COURT TERME 39,0 % Banque de Montréal 4,30 %, échéant le 4 sept Banque de Montréal 7,00 %, échéant le 28 janv Banque de Montréal 0,95 %, échéant le 1 er févr Banque de Montréal (taux variable) 1,71 %, échéant le 14 juill Banque de Nouvelle-Écosse, La 4,29 %, échéant le 22 sept Banque de Nouvelle-Écosse, La (taux variable) 0,63 %, échéant le 22 oct Banque de Nouvelle-Écosse, La 3,45 %, échéant le 5 nov Banque de Nouvelle-Écosse, La 0,84 %, échéant le 7 févr Banque de Nouvelle-Écosse, La (taux variable) 1,25 %, échéant le 15 juin Canadian Utilities Limited 10,20 %, échéant le 30 nov CARDS II Trust 4,38 %, échéant le 15 oct CARDS II Trust 0,49 %, échéant le 22 mars Caterpillar Financial Services Limited 4,60 %, échéant le 14 juill Enbridge Inc. 3,95 %, échéant le 15 févr Enbridge Pipeline Inc. 6,85 %, échéant le 26 oct Société de financement GE Capital Canada (taux variable) 0,53 %, échéant le 17 août Société de financement GE Capital Canada 5,65 %, échéant le 23 oct Société de financement GE Capital Canada (taux variable) 0,89 %, échéant le 12 févr Société de financement GE Capital Canada 3,65 %, échéant le 7 juin Société de financement GE Capital Canada 0,50 %, échéant le 21 juill General Electric Capital Corporation (taux variable) 0,45 %, échéant le 8 janv Genesis Trust 4,20 %, échéant le 15 sept Genesis Trust 4,00 %, échéant le 15 mars Fiducie carte de crédit or 6,19 %, échéant le 15 juill Fiducie carte de crédit or 4,05 %, échéant le 15 juin Autorité aéroportuaire du Grand Toronto (taux variable) 0,54 %, échéant le 14 mai Hydro One Inc. 7,15 %, échéant le 3 juin Crédit John Deere Inc. 4,75 %, échéant le 21 juill

13 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia du marché monétaire (non vérifié) (suite) ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Valeur nominale ($) OBLIGATIONS À COURT TERME (suite) Crédit John Deere Inc. 4,60 %, échéant le 25 janv Crédit John Deere Inc. 4,45 %, échéant le 16 avr Landwirtschaftliche Rentenbank 4,25 %, échéant le 1 er sept Master Credit Card Trust 4,38 %, échéant le 21 nov Banque Nationale du Canada 4,66 %, échéant le 10 sept Banque Nationale du Canada 0,69 %, échéant le 4 juin NAV Canada (taux variable) 0,51 %, échéant le 3 mai Nova Scotia Power Inc. 4,22 %, échéant le 17 mai Province de l Alberta 0,69 %, échéant le 12 juin Province d Ontario 0,69 %, échéant le 14 déc Province de Québec Coupon détaché échéant le 1 er déc Banque Royale du Canada 0,84 %, échéant le 27 sept Thomson Reuters Corp. 4,35 %, échéant le 1 er déc Banque Toronto-Dominion, La (taux variable) 0,88 %, échéant le 19 nov Banque Toronto-Dominion, La (taux variable) 1,37 %, échéant le 2 mai TransAlta Corporation 6,60 %, échéant le 13 oct TransCanada PipeLines Ltd. 10,63 %, échéant le 20 oct Westcoast Energy Inc. 7,20 %, échéant le 26 janv TOTAL DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS AUTRES ACTIFS, MOINS LES PASSIFS 0,0 % ( ) ACTIF NET 100,0 % SOMMAIRE DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Pourcentage de l actif net (%) Catégorie de placements 30 juin décembre 2008 Bons du Trésor 2,5 Billets 0,1 Acceptations bancaires 13,4 8,1 Billets de dépôt au porteur 5,4 9,9 Billets de trésorerie 39,6 39,3 Dépôts à terme 7,0 Obligations à court terme 39,0 35,7 FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS 11

14 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia du marché monétaire (non vérifié) (suite) ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS RISQUES LIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS A. Gestion du risque L objectif de placement du Fonds Scotia du marché monétaire (le «Fonds») est de fournir un revenu et de la liquidité, tout en offrant une grande sécurité. Le Fonds investit surtout dans des placements à revenu fixe à court terme et de grande qualité émis par le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et les administrations municipales du Canada, des banques à charte, des sociétés de fiducie et des sociétés canadiennes. La gestion du risque est l un des plus importants facteurs du processus de gestion de portefeuille; elle guide les décisions de placement du Fonds. La méthode de placement du Fonds prévoit la surveillance du portefeuille afin de s assurer de sa conformité aux directives de placement établies. Le gestionnaire cherche à réduire au minimum les effets néfastes potentiels des risques sur le rendement du Fonds en employant et en supervisant des conseillers en valeurs professionnels et expérimentés qui surveillent régulièrement les titres du Fonds et l évolution du marché des capitaux. B. Risque de liquidité L exposition du Fonds au risque de liquidité découle principalement du rachat quotidien au comptant de parts. Le Fonds investit principalement dans des titres négociés sur des marchés actifs qui peuvent facilement être vendus. De plus, chaque fonds vise à maintenir une position de liquidités et d équivalents suffisante pour garder une flexibilité financière et est en mesure d emprunter jusqu à 5 % de sa valeur liquidative pour financer ses rachats. Tous les titres illiquides sont indiqués dans l état des portefeuilles de placements. C. Risque de change Le risque de change est celui que la valeur des instruments financiers libellés dans une monnaie autre que le dollar canadien, qui est la monnaie de présentation du Fonds, fluctuera en fonction des variations de taux de change. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas exposé au risque de change. D. Risque de taux d intérêt Le risque de taux d intérêt découle des instruments financiers portant intérêt. La sensibilité du Fonds aux variations des taux d intérêt est minimale en raison de la nature à court terme des instruments détenus. Le tableau suivant présente l exposition du Fonds au risque de taux d intérêt en fonction de la durée jusqu à l échéance restante du portefeuille de titres de créance du Fonds. Obligations et billets à court terme* 30 juin 2009 ($) 31 décembre 2008 ($) Moins de 1 an an à 3 ans à5ans 5 à 10 ans H 10 ans Total * Compte non tenu des liquidités. E. Risque de crédit Le risque de crédit est celui que la contrepartie d un instrument financier ne s acquitte pas d une obligation ou d un engagement qu elle a envers le Fonds. Le risque de crédit du Fonds se trouve principalement dans les titres de créance. Toutes les opérations de placement sont réglées (payées) sur livraison par des courtiers approuvés. Le risque de défaillance est jugé minimal, car les titres vendus ne sont livrés qu après réception du paiement par le courtier. Les achats sont payés seulement après que le courtier a reçu les titres. Lorsque le Fonds investit dans des titres de créance, le risque de crédit se trouve concentré principalement dans ces opérations. La valeur marchande de ces titres de créance tient compte de la solvabilité de l émetteur et, par conséquent, correspond au risque de crédit maximal du Fonds. Le Fonds prête des titres à des contreparties, c est-à-dire qu il les échange temporairement, à titre de garantie, contre un engagement de la contrepartie de livrer les mêmes titres à une date future. Le risque de crédit lié à ces opérations est jugé minimal, puisque toutes les contreparties ont une note de crédit approuvée et suffisante et que la valeur marchande des liquidités ou des titres détenus en garantie doit représenter au moins 102 % de la juste valeur des titres prêtés à la clôture de chaque jour de Bourse. La notation des titres de créance détenus par le Fonds, compte non tenu des liquidités, était la suivante : Pourcentage du total des titres de créance (%) 30 juin décembre 2008 Pourcentage de l actif net (%) Pourcentage du total des titres de créance (%) Pourcentage de l actif net (%) Notes de crédit des instruments à court terme R1 élevé 24,7 24,7 26,8 26,8 R1 moyen 18,3 18,3 19,3 19,3 R1 faible 18,0 18,0 18,2 18,2 Note de crédit des obligations AAA 15,2 15,2 13,2 13,2 AA 14,5 14,5 9,2 9,2 A 9,0 9,0 13,0 13,0 BBB 0,3 0,3 0,3 0,3 Total 100,0 100,0 100,0 100,0 F. Autre risque de prix L autre risque de prix est celui que la juste valeur des instruments financiers du Fonds fluctue en fonction de l évolution des cours du marché (autre que le risque de taux d intérêt ou le risque de change). Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas très exposé aux autres risques de prix. 12

15 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia du marché monétaire en $ US (non vérifié) ÉTATS DE L ACTIF NET Aux 30 juin décembre 2008 $US $US ACTIF Placements à la juste valeur $ $ Encaisse Revenu de placement à recevoir PASSIF Distributions à verser Charges à payer Actif net $ $ ACTIF NET PAR CATÉGORIE Parts de catégorie A $ $ PARTS EN CIRCULATION Parts de catégorie A ACTIF NET PAR PART Parts de catégorie A 10,00 $ 10,00 $ ÉTATS DES RÉSULTATS Pour les semestres terminés les 30 juin ÉTATS DE L ÉVOLUTION DE L ACTIF NET Pour les semestres terminés les 30 juin $US $US ACTIF NET AU DÉBUT DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A $ $ L EXPLOITATION Parts de catégorie A DISTRIBUTIONS AUX PORTEURS DE PARTS Du revenu de placement net Parts de catégorie A (76 974) ( ) OPÉRATIONS SUR PARTS Produit de l émission de parts Parts de catégorie A Distributions réinvesties Parts de catégorie A Montants versés pour le rachat de parts Parts de catégorie A ( ) ( ) AUGMENTATION (DIMINUTION) DE L ACTIF NET Parts de catégorie A ACTIF NET À LA FIN DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A $ $ $US $US REVENU DE PLACEMENT Intérêts $ $ CHARGES Frais de gestion (note 4) Honoraires des vérificateurs Honoraires versés au comité de révision indépendant Frais de garde Frais de dépôt Honoraires des avocats Charges liées à l information des porteurs de parts Frais d administration, autres charges et TPS Charges absorbées (70 069) (47 755) Revenu de placement net (perte nette) Augmentation (diminution) de l actif net liée à l exploitation $ $ L EXPLOITATION Parts de catégorie A $ $ L EXPLOITATION PAR PART Parts de catégorie A 0,01 $ 0,10 $ FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS 13

16 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia du marché monétaire en $ US (non vérifié) (suite) ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS Valeur nominale ($) $ US $ US $ US BILLETS À COURT TERME 82,3 % Bons du Trésor 22,6 % Gouvernement du Canada 0,17 %, échéant le 2 juill Gouvernement du Canada 0,12 %, échéant le 13 juill Gouvernement du Canada 0,18 %, échéant le 14 juill Gouvernement du Canada 0,15 %, échéant le 15 juill Gouvernement du Canada 0,14 %, échéant le 20 juill Gouvernement du Canada 0,15 %, échéant le 21 juill Billets 4,9 % Province de la Colombie-Britannique 0,27 %, échéant le 20 oct Province de la Colombie-Britannique 0,40 %, échéant le 7 déc Province de Québec 0,15 %, échéant le 9 juill Acceptations bancaires 5,1 % Banque Canadienne Impériale de Commerce 0,79 %, échéant le 9 juill Banque Canadienne Impériale de Commerce 0,24 %, échéant le 24 sept Banque Canadienne Impériale de Commerce 2,60 %, échéant le 18 nov Banque Nationale du Canada 0,21 %, échéant le 10 sept Banque Royale du Canada 0,20 %, échéant le 5 août Billets de dépôt au porteur 11,9 % Banque de Montréal 0,18 %, échéant le 2 juill Banque de Montréal 0,17 %, échéant le 13 juill Banque Nationale du Canada 0,40 %, échéant le 7 juill Banque Nationale du Canada 0,25 %, échéant le 12 août Banque Royale du Canada 0,20 %, échéant le 7 juill Banque Toronto-Dominion, La 0,40 %, échéant le 22 juill Banque Toronto-Dominion, La 2,57 %, échéant le 12 nov Billets de trésorerie 37,8 % American Honda Finance Corporation 0,60 %, échéant le 7 juill BASF AKTIENGESELLSCHAFT 0,24 %, échéant le 31 juill BASF AKTIENGESELLSCHAFT 0,80 %, échéant le 25 sept Caterpillar Financial Services Limited 0,17 %, échéant le 9 juill Enbridge Inc. 0,30 %, échéant le 8 juill EnCana Corporation 0,30 %, échéant le 24 juill Valeur nominale ($) $ US $ US $ US BILLETS À COURT TERME (suite) Billets de trésorerie (suite) Exportation et développement Canada 0,68 %, échéant le 23 déc Federal Home Loan Bank 1,01 %, échéant le 23 févr General Electric Capital Corporation 0,17 %, échéant le 10 juill General Electric Capital Corporation 0,17 %, échéant le 21 juill Nestle Capital Canada Limited 0,19 %, échéant le 25 août Procter & Gamble Company, The 0,15 %, échéant le 27 août Province d Ontario 0,11 %, échéant le 8 juill Province d Ontario 0,24 %, échéant le 17 août Banque Toronto-Dominion, La 0,91 %, échéant le 15 janv Transcanada Keystone 1,37 %, échéant le 6 juill Transcanada Keystone 0,75 %, échéant le 14 sept Woodbridge Finance Corporation 1,33 %, échéant le 13 juill Woodbridge Finance Corporation 0,55 %, échéant le 20 août OBLIGATIONS À COURT TERME 17,5 % American Honda Finance Corporation (taux variable) 1,01 %, échéant le 14 mai Caterpillar Financial Services Limited (taux variable) 1,13 %, échéant le 25 juin Citigroup Inc. (taux flottant) 1,14 %, échéant le 30 juill General Electric Capital Corporation (taux variable) 1,18 %, échéant le 20 janv John Deere Capital Corporation (taux variable) 1,11 %, échéant le 26 févr Proctor & Gamble Corp. (taux variable) 1,22 %, échéant le 8 févr Province d Ontario (taux variable) 1,17 %, échéant le 22 mai Banque Royale du Canada (taux variable) 1,19 %, échéant le 7 août TOTAL DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS AUTRES ACTIFS, MOINS LES PASSIFS 0,2 % ACTIF NET 100,0 % SOMMAIRE DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Pourcentage de l actif net (%) Catégorie de placements 30 juin décembre 2008 Bons du Trésor 22,6 18,4 Billets 4,9 2,8 Acceptations bancaires 5,1 7,2 Billets de dépôt au porteur 11,9 14,2 Billets de trésorerie 37,8 57,2 Obligations à court terme 17,5 14

17 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia du marché monétaire en $ US (non vérifié) (suite) RISQUES LIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS A. Gestion du risque L objectif de placement du Fonds Scotia du marché monétaire en $ US (le «Fonds») est de fournir un revenu et de la liquidité, tout en offrant une grande sécurité. Le Fonds investit surtout dans des bons du Trésor et d autres instruments du marché monétaire qui sont libellés en dollars américains et qui sont émis par le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et les administrations municipales du Canada, par des sociétés canadiennes et des entités supranationales comme la Banque mondiale. La gestion du risque est l un des plus importants facteurs du processus de gestion de portefeuille; elle guide les décisions de placement du Fonds. La méthode de placement du Fonds prévoit la surveillance du portefeuille afin de s assurer de sa conformité aux directives de placement établies. Le gestionnaire cherche à réduire au minimum les effets néfastes potentiels des risques sur le rendement du Fonds en employant et en supervisant des conseillers en valeurs professionnels et expérimentés qui surveillent régulièrement les titres du Fonds et l évolution du marché des capitaux. B. Risque de liquidité L exposition du Fonds au risque de liquidité découle principalement du rachat quotidien au comptant de parts. Le Fonds investit principalement dans des titres négociés sur des marchés actifs qui peuvent facilement être vendus. De plus, chaque fonds vise à maintenir une position de liquidités et d équivalents suffisante pour garder une flexibilité financière et est en mesure d emprunter jusqu à 5 % de sa valeur liquidative pour financer ses rachats. Tous les titres illiquides sont indiqués dans l état des portefeuilles de placements. C. Risque de change Le risque de change est celui que la valeur des instruments financiers libellés dans une monnaie autre que le dollar américain, qui est la monnaie de présentation du Fonds, fluctuera en raison des variations de taux d intérêt. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas très exposé au risque de change. D. Risque de taux d intérêt Le risque de taux d intérêt découle des instruments financiers portant intérêt. La sensibilité du Fonds aux variations des taux d intérêt est minimale en raison de la nature à court terme des instruments détenus. Le tableau suivant présente l exposition du Fonds au risque de taux d intérêt en fonction de la durée jusqu à l échéance restante du portefeuille de titres de créance du Fonds. Obligations et billets à court terme* 30 juin 2009 ($) 31 décembre 2008 ($) Moins de 1 an an à 3 ans 3à5ans 5 à 10 ans H 10 ans Total * Compte non tenu des liquidités. E. Risque de crédit Le risque de crédit est celui que la contrepartie d un instrument financier ne s acquitte pas d une obligation ou d un engagement qu elle a envers le Fonds. Le risque de crédit du Fonds se trouve principalement dans les titres de créance. Toutes les opérations de placement sont réglées (payées) sur livraison par des courtiers approuvés. Le risque de défaillance est jugé minimal, car les titres vendus ne sont livrés qu après réception du paiement par le courtier. Les achats sont payés seulement après que le courtier a reçu les titres. Lorsque le Fonds investit dans des titres de créance, le risque de crédit se trouve concentré principalement dans ces opérations. La valeur marchande de ces titres de créance tient compte de la solvabilité de l émetteur et, par conséquent, correspond au risque de crédit maximal du Fonds. Le Fonds prête des titres à des contreparties, c est-à-dire qu il les échange temporairement, à titre de garantie, contre un engagement de la contrepartie de livrer les mêmes titres à une date future. Le risque de crédit lié à ces opérations est jugé minimal, puisque toutes les contreparties ont une note de crédit approuvée et suffisante et que la valeur marchande des liquidités ou des titres détenus en garantie doit représenter au moins 102 % de la juste valeur des titres prêtés à la clôture de chaque jour de Bourse. La notation des titres de créance détenus par le Fonds, compte non tenu des liquidités, était la suivante : Pourcentage du total des titres de créance (%) 30 juin décembre 2008 Pourcentage de l actif net (%) Pourcentage du total des titres de créance (%) Pourcentage de l actif net (%) Notes de crédit des instruments à court terme R1 élevé 52,0 52,0 77,1 77,0 R1 moyen 22,5 22,4 14,9 14,8 R1 faible 8,0 7,9 8,0 8,0 Note de crédit des obligations AAA 3,8 3,8 AA 9,0 9,0 A 4,7 4,7 Total 100,0 99,8 100,0 99,8 F. Autre risque de prix L autre risque de prix est celui que la juste valeur des instruments financiers du Fonds fluctue en fonction de l évolution des cours du marché (autre que le risque de taux d intérêt ou le risque de change). Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas très exposé aux autres risques de prix. FONDS D ÉQUIVALENTS DE LIQUIDITÉS 15

18 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia hypothécaire de revenu (non vérifié) FONDS DE REVENU ÉTATS DE L ACTIF NET Aux 30 juin décembre 2008 ACTIF Placements à la juste valeur $ $ Encaisse Revenu de placement à recevoir Souscriptions à recevoir Paiements hypothécaires à recevoir PASSIF Distributions à verser Remboursements à payer Charges à payer Actif net $ $ ACTIF NET PAR CATÉGORIE Parts de catégorie A $ $ Parts de catégorie F $ $ Parts de catégorie I $ $ PARTS EN CIRCULATION Parts de catégorie A Parts de catégorie F Parts de catégorie I ACTIF NET PAR PART Parts de catégorie A 10,98 $ 10,88 $ Parts de catégorie F 10,94 $ 10,87 $ Parts de catégorie I 10,92 $ 10,85 $ ÉTATS DES RÉSULTATS Pour les semestres terminés les 30 juin REVENU DE PLACEMENT Intérêts $ $ Prêts de titres CHARGES Frais de gestion (note 4) Honoraires des vérificateurs Honoraires versés au comité de révision indépendant Frais de garde Frais de dépôt Honoraires des avocats Charges liées à l information des porteurs de parts Frais d administration, autres charges et TPS Frais de gestion de prêts hypothécaires Charges absorbées (47 932) (99 863) Revenu de placement net (perte nette) Gain net (perte nette) réalisé(e) sur les placements vendus (79 694) (90 606) Variation de la plus-value (moins-value) latente sur les placements Gain net (perte nette) sur les placements et les coûts de transaction Augmentation (diminution) de l actif net liée à l exploitation $ $ L EXPLOITATION Parts de catégorie A $ $ Parts de catégorie F (529)$ 128 $ Parts de catégorie I $ $ L EXPLOITATION PAR PART Parts de catégorie A 0,27 $ 0,34 $ Parts de catégorie F (0,01)$ 0,36 $ Parts de catégorie I 0,34 $ 0,38 $ ÉTATS DE L ÉVOLUTION DE L ACTIF NET Pour les semestres terminés les 30 juin ACTIF NET AU DÉBUT DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A $ $ Parts de catégorie F Parts de catégorie I L EXPLOITATION Parts de catégorie A Parts de catégorie F (529) 128 Parts de catégorie I DISTRIBUTIONS AUX PORTEURS DE PARTS Du revenu de placement net Parts de catégorie A ( ) ( ) Parts de catégorie F (22 651) (82) Parts de catégorie I ( ) ( ) ( ) ( ) OPÉRATIONS SUR PARTS Produit de l émission de parts Parts de catégorie A Parts de catégorie F Parts de catégorie I Distributions réinvesties Parts de catégorie A Parts de catégorie F Parts de catégorie I Montants versés pour le rachat de parts Parts de catégorie A ( ) ( ) Parts de catégorie F ( ) (133) Parts de catégorie I ( ) ( ) AUGMENTATION (DIMINUTION) DE L ACTIF NET Parts de catégorie A ( ) Parts de catégorie F (5) Parts de catégorie I ACTIF NET À LA FIN DE LA PÉRIODE Parts de catégorie A Parts de catégorie F Parts de catégorie I $ $ 16

19 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia hypothécaire de revenu (non vérifié) (suite) ÉTAT DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Taux d intérêt (%) Nombre Solde du capital ($) amorti ($) Valeur marchande ($) CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES ORDINAIRES 73,0 % 0,00 0, ,75 0, ,50 1, ,00 2, ,50 2, ,75 2, ,00 3, ,25 3, ,50 3, ,75 3, ,00 4, ,25 4, ,50 4, ,75 4, ,00 5, ,25 5, ,50 5, ,75 5, ,00 6, ,25 6, ,50 6, ,75 6, ,00 7, ,25 7, ,00 8, TOTAL Créances hypothécaires par type de bien immobilier Nombre de créances hypothécaires Solde du capital ($) Valeur marchande ($) Habitation unifamiliale Immeubles en copropriété Habitation multifamiliale comptant au plus huit unités TOTAL SOMMAIRE DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS Pourcentage de l actif net (%) Catégorie de placements 30 juin décembre 2008 Créances hypothécaires ordinaires 73,0 91,7 Instruments du marché monétaire 25,7 8,0 Valeur nominale ($) BILLETS À COURT TERME 25,7 % Bons du Trésor du gouvernement du Canada 0,17 % à 0,24 %, échéant entre le 23 juill et le 1 er oct TOTAL DU PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS AUTRES ACTIFS, MOINS LES PASSIFS 1,3 % ACTIF NET 100,0 % Créances hypothécaires par emplacement géographique Province Nombre de créances hypothécaires Solde du capital ($) Valeur marchande ($) Ontario Alberta Colombie-Britannique Québec Nouvelle-Écosse Nouveau-Brunswick Terre-Neuve-et-Labrador Manitoba Saskatchewan Île-du-Prince-Édouard Territoires du Nord-Ouest Territoire du Yukon TOTAL FONDS DE REVENU 17

20 FONDS SCOTIA RAPPORT SEMESTRIEL AUX PORTEURS DE PARTS 2009 Fonds Scotia hypothécaire de revenu (non vérifié) (suite) RISQUES LIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS FONDS DE REVENU A. Gestion du risque L objectif de placement du Fonds Scotia hypothécaire de revenu (le «Fonds») est d obtenir un revenu d intérêts régulier. Le Fonds investit surtout dans des créances hypothécaires de grande qualité sur des immeubles résidentiels au Canada. La Banque de Nouvelle-Écosse achètera toute créance hypothécaire qui est en défaut si elle a été achetée de la Société hypothécaire Scotia ou de La Banque de Nouvelle-Écosse. Le Fonds peut investir jusqu à 25 % de son actif dans des titres à revenu fixe émis par le gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux et les administrations municipales du Canada et par des sociétés. Le Fonds peut investir jusqu à 10 % de son actif dans des titres de sociétés étrangères établies partout dans le monde. La gestion du risque est l un des plus importants facteurs du processus de gestion de portefeuille; elle guide les décisions de placement du Fonds. La méthode de placement du Fonds prévoit la surveillance du portefeuille afin de s assurer de sa conformité aux directives de placement établies. Le gestionnaire cherche à réduire au minimum les effets néfastes potentiels des risques sur le rendement du Fonds en employant et en supervisant des conseillers en valeurs professionnels et expérimentés qui surveillent régulièrement les titres du Fonds et l évolution du marché des capitaux. B. Risque de liquidité L exposition du Fonds au risque de liquidité découle principalement du rachat quotidien au comptant de parts. Chaque fonds vise à maintenir une position de liquidités et d équivalents suffisante pour garder une liquidité financière et est en mesure d emprunter jusqu à 5 % de sa valeur liquidative pour financer ses rachats. De temps à autre, le Fonds peut être partie à un contrat dérivé hors Bourse ou investir dans des titres qui ne sont pas négociés sur un marché actif et peuvent être illiquides. Les titres illiquides sont indiqués dans l état du portefeuille de placements. C. Risque de change Le risque de change est celui que la valeur des instruments financiers libellés dans une monnaie autre que le dollar canadien, qui est la monnaie de présentation du Fonds, fluctuera en fonction des variations de taux de change. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas très exposé au risque de change. D. Risque de taux d intérêt Le risque de taux d intérêt découle des instruments financiers portant intérêt comme les créances hypothécaires. Le Fonds est exposé au risque que la valeur des instruments financiers portant intérêt fluctue en fonction des variations des taux d intérêt en vigueur sur le marché., si les taux d intérêt en vigueur avaient monté ou descendu de 0,25 %, en supposant que la courbe de rendement se soit déplacée parallèlement et que toutes les autres variables soient demeurées constantes, la juste valeur des créances hypothécaires détenues aurait diminué ou augmenté de quelque $, soit environ 0,4 % du total de l actif net du Fonds ( $ au 31 décembre 2008, soit 0,6 % du total de l actif net du Fonds). La sensibilité du Fonds aux variations de taux d intérêt a été estimée en utilisant la durée moyenne pondérée du portefeuille de créances hypothécaires. Dans la pratique, les résultats réels peuvent différer de ceux de cette analyse de sensibilité. La différence pourrait être importante. Le tableau suivant présente l exposition du Fonds au risque de taux d intérêt en fonction de la durée jusqu à l échéance restante. Pourcentage de l actif net ( %) 30 juin décembre 2008 Créances hypothécaires, durée résiduelle de sept ans 0,1 Créances hypothécaires, durée résiduelle de six ans 1,3 0,1 Créances hypothécaires, durée résiduelle de cinq ans 11,3 12,6 Créances hypothécaires, durée résiduelle de quatre ans 13,3 20,7 Créances hypothécaires, durée résiduelle de trois ans 12,2 21,4 Créances hypothécaires, durée résiduelle de deux ans 16,5 12,3 Créances hypothécaires, durée résiduelle de un an 2,5 20,1 Créances hypothécaires, durée résiduelle de six mois ou moins 15,8 4,5 Total 73,0 91,7 E. Risque de crédit Le risque de crédit est celui que la contrepartie d un instrument financier ne s acquitte pas d une obligation ou d un engagement qu elle a envers le Fonds. Toutes les opérations sur des titres cotés en Bourse sont réglées (payées) sur livraison par des courtiers approuvés. Le risque de défaillance est jugé minimal, car les titres vendus ne sont livrés qu après réception du paiement par le courtier. Les achats sont payés seulement après que le courtier a reçu les titres. Puisque le Fonds investit surtout dans des créances hypothécaires, le risque de crédit se trouve concentré principalement dans ces opérations. La valeur marchande de ces titres de créance tient compte de la solvabilité de l émetteur et, par conséquent, correspond au risque de crédit maximal du Fonds. La Banque de Nouvelle-Écosse achètera toute créance hypothécaire qui est en défaut si elle a été achetée de la Société hypothécaire Scotia ou de La Banque de Nouvelle-Écosse. Le Fonds prête des titres à des contreparties, c est-à-dire qu il les échange temporairement, à titre de garantie, contre un engagement de la contrepartie de livrer les mêmes titres à une date future. Le risque de crédit lié à ces opérations est jugé minimal, puisque toutes les contreparties ont une note de crédit approuvée et suffisante et que la valeur marchande des liquidités ou des titres détenus en garantie doit représenter au moins 102 % de la juste valeur des titres prêtés ou à la clôture de chaque jour de Bourse. Les bons du Trésor du gouvernement du Canada, qui représentent 25,7 % de l actif net du Fonds au 30 juin 2009 (8,0 % de l actif net du Fonds au 31 décembre 2008), sont notés R1 élevé. F. Autre risque de prix L autre risque de prix est celui que la juste valeur des instruments financiers du Fonds fluctue en fonction de l évolution des cours du marché (autre que le risque de taux d intérêt ou le risque de change). Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008, le Fonds n était pas très exposé aux autres risques de prix. 18

Fonds hypothécaire et de revenu à court terme Investors

Fonds hypothécaire et de revenu à court terme Investors Fonds hypothécaire et de revenu à court terme Investors Rapport financier annuel 31 MARS 2015 Groupe Investors Inc. 2015 MC Marques de commerce de Société financière IGM Inc. utilisées sous licence par

Plus en détail

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif

Annexe 1. Stratégie de gestion de la dette 2014 2015. Objectif Annexe 1 Stratégie de gestion de la dette 2014 2015 Objectif La Stratégie de gestion de la dette énonce les objectifs, la stratégie et les plans du gouvernement du Canada au chapitre de la gestion de ses

Plus en détail

Fonds de revenu fixe (PORTICO) (Auparavant Fonds de revenu fixe Laketon Quadrus) états financiers Annuels audités 31 mars 2014

Fonds de revenu fixe (PORTICO) (Auparavant Fonds de revenu fixe Laketon Quadrus) états financiers Annuels audités 31 mars 2014 Rapport de la direction Responsabilité de la direction en matière d information financière Les états financiers ci-joints ont été préparés par Corporation Financière Mackenzie, le gérant du Fonds de revenu

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Canadian Scholarship Trust

Canadian Scholarship Trust Fiducie canadienne de bourses d études Canadian Scholarship Trust Régime d épargne vings Plan individuel 2001 États nanciers semestriels Au 30 avril 2015 Non audités October 31, 2012 and 2011 Table des

Plus en détail

Fonds hypothécaire et de revenu à court terme Investors

Fonds hypothécaire et de revenu à court terme Investors Fonds hypothécaire et de revenu à court terme Investors Rapport financier intermédiaire POUR LE SEMESTRE CLOS LE 30 SEPTEMBRE 2014 Les états financiers intermédiaires résumés qui suivent n ont pas été

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

Fonds Banque Nationale

Fonds Banque Nationale Fonds Titres de la Série Investisseurs (à moins d indication contraire) et titres de Série Conseillers, Série F, Série Institutionnelle, Série M, Série O, Série R, Série F5, Série T5, Série T, Série E

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

RELEVÉ DES AUTRES INVESTISSEMENTS (NON VÉRIFIÉ) au 30 novembre 2009

RELEVÉ DES AUTRES INVESTISSEMENTS (NON VÉRIFIÉ) au 30 novembre 2009 RELEVÉ DES AUTRES INVESTISSEMENTS (NON VÉRIFIÉ) 8 JANVIER 2010 Nombre ou valeur Coût valeur Description nominale $ $ Marché monétaire Durée résiduelle de 365 jours et moins Bons du Trésor du gouvernement

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Politique de placement de l encaisse

Politique de placement de l encaisse Politique de placement de l encaisse SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2013-05-21 CA-2013-0188 Date de modification : N

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

BILLETS DE DÉPÔT ÉQUILIBRE MONDIAL PLUS RBC INVESTISSEMENTS MANUVIE

BILLETS DE DÉPÔT ÉQUILIBRE MONDIAL PLUS RBC INVESTISSEMENTS MANUVIE BILLETS DE DÉPÔT ÉQUILIBRE MONDIAL PLUS RBC INVESTISSEMENTS MANUVIE Une protection du capital, une participation au marché boursier et des gestionnaires de placements de première catégorie Séries 7, 8

Plus en détail

États financiers annuels de. LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL

États financiers annuels de. LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL États financiers annuels de LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL 31 décembre 2014 FPG canadien équilibré IG/GWL ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ÉTATS DE LA SITUATION FINANCIÈRE,

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15, Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 septembre 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU

Plus en détail

FIRST ASSET REIT INCOME FUND. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

FIRST ASSET REIT INCOME FUND. Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 FIRST ASSET REIT INCOME FUND Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 Fonds : First Asset REIT Income Fund Titres :, Période

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES

ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES AU 31 MARS 2015 États financiers intermédiaires (NON AUDITÉS) Avis Les états financiers intermédiaires des Fonds Desjardins ci-joints n ont pas fait l objet d une revue

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Investir à long terme

Investir à long terme BMO Gestion mondiale d actifs Fonds d investissement Investir à long terme Conservez vos placements et réalisez vos objectifs Concentrez-vous sur l ENSEMBLE de la situation Le choix des bons placements

Plus en détail

Fiducie canadienne de bourses d études Régime d épargne individuel

Fiducie canadienne de bourses d études Régime d épargne individuel Consultants C.S.T. inc. Fiducie canadienne de bourses d études Régime d épargne individuel États financiers audités et rapport de la direction sur le rendement du fonds Aux 31 octobre 2014 et 2013 Table

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

FONDS D ACTIONS BAROMETER DISCIPLINED LEADERSHIP

FONDS D ACTIONS BAROMETER DISCIPLINED LEADERSHIP RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE LA DIRECTION SUR LE RENDEMENT DU FONDS Pour le semestre clos le 30 juin 2015 FONDS D ACTIONS BAROMETER DISCIPLINED LEADERSHIP BAROMETER CAPITAL MANAGEMENT INC. VOTRE GESTION DE

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

RAPPORT D'EXPERT SUR LE COÛT DE LA DETTE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE

RAPPORT D'EXPERT SUR LE COÛT DE LA DETTE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE A Demande R-3541 2004 RAPPORT D'EXPERT SUR LE COÛT DE LA DETTE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE LOUIS SIMARD ET PAUL-ANDRÉ PINSONNAULT Original: 2004-09-30 HQD-11, Document 8 Page 1 de 33 LE FINANCEMENT D

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

Fonds IA Clarington mondial de croissance et de revenu (le «Fonds»)

Fonds IA Clarington mondial de croissance et de revenu (le «Fonds») Placements IA Clarington inc. Prospectus simplifié Le 23 septembre 2014 Offre de parts de série A, de série F, de série F5, de série I, de série L, de série L5 et de série T5 du Fonds IA Clarington mondial

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

Fonds d investissement Tangerine

Fonds d investissement Tangerine Fonds d investissement Tangerine Prospectus simplifié Portefeuille Tangerine revenu équilibré Portefeuille Tangerine équilibré Portefeuille Tangerine croissance équilibrée Portefeuille Tangerine croissance

Plus en détail

Fonds d actions canadiennes (SRA) SF274

Fonds d actions canadiennes (SRA) SF274 Fonds d actions canadiennes (SRA) SF274 États financiers annuels audités et données financières supplémentaires non auditées POUR L EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2013 Fonds d actions canadiennes (SRA)

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Stratégie de gestion de la dette 2006-2007

Stratégie de gestion de la dette 2006-2007 Stratégie de gestion de la dette 2006-2007 Stratégie de gestion de la dette 2006-2007 Ministère des Finances Canada Department of Finance Canada Sa Majesté la Reine du chef du Canada (2006) Tous droits

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

Rapport annuel 2014 AVRIL 2015. Renseignements financiers au 31 décembre 2014 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF

Rapport annuel 2014 AVRIL 2015. Renseignements financiers au 31 décembre 2014 FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF FONDS DE PLACEMENT GARANTI DSF AVRIL 2015 Rapport annuel 2014 Renseignements financiers au 31 décembre 2014 Les Fonds de placement garanti DSF sont établis par Desjardins Sécurité financière, compagnie

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15 Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 juin 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU ET

Plus en détail

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE

FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE FONDS DE L AVENIR DE LA SANB INC. RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT ET DE GESTION Adopté le 26 septembre 2009 1 RÈGLEMENT ADMINISTRATIF RÉGISSANT LES POLITIQUES DE PLACEMENT

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014

PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LE 7 MAI 2014 LE 7 MAI 2014 PROSPECTUS SIMPLIFIÉ Fonds de revenu Fonds Desjardins Revenu à taux variable (parts de catégories A, I, C et F) Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité de

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Comptes publics du Canada

Comptes publics du Canada Gouvernement du Canada Government of Canada Établis par le Receveur général du Canada Comptes publics du Canada 2014 Volume I Revue et États financiers consolidés Canada Ministre des Travaux publics et

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Rapport de Russell sur la gestion active

Rapport de Russell sur la gestion active FÉVRIER 2015 La chute des prix du pétrole entraîne la plus importante variation des rendements des gestionnaires depuis 2008 : au Canada 65 % des gestionnaires canadiens à grande capitalisation ont devancé

Plus en détail

Prospérer dans un contexte de faibles taux

Prospérer dans un contexte de faibles taux LEADERSHIP DE LA PENSÉE perspectives AGF Prospérer dans un contexte de faibles taux Comment ajouter de la valeur dans ce contexte difficile pour les titres à revenu fixe Par David Stonehouse, B. Sc. Eng.,

Plus en détail

Nouvelles et opinions

Nouvelles et opinions Publications Nouvelles et opinions Volume 12 numéro 3 Mars 2015 Dans ce numéro 1 Modifications au règlement fédéral sur les pensions 3 La baisse de la solvabilité des régimes de retraite pourrait avoir

Plus en détail

Catégorie IA Clarington dividendes croissance. États financiers annuels audités 31 mars 2015

Catégorie IA Clarington dividendes croissance. États financiers annuels audités 31 mars 2015 Catégorie IA Clarington dividendes croissance États financiers annuels audités 31 mars 2015 Table des matières Message aux investisseurs 1 Responsabilité de la direction à l'égard de l'information financière

Plus en détail

Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres

Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres Fonds Fidelity Revenu élevé tactique Devises neutres Rapport semestriel de la direction sur le rendement du Fonds 30 septembre 2014 Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Certaines parties de

Plus en détail

Placements Banque Nationale modernise sa marque et devient Banque Nationale Investissements

Placements Banque Nationale modernise sa marque et devient Banque Nationale Investissements INVESTIR Foire aux questions Contexte et foire aux questions Placements Banque Nationale modernise sa marque et devient Banque Nationale Investissements Mise en contexte Placements Banque Nationale inc.

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION À L ÉGARD DE L INFORMATION FINANCIÈRE

RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION À L ÉGARD DE L INFORMATION FINANCIÈRE RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION À L ÉGARD DE L INFORMATION FINANCIÈRE Les états financiers ci-joints ont été préparés par RBC Gestion mondiale d actifs Inc. («RBC GMA»), gestionnaire des FNB RBC (les «FNB»),

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009

RAPPORT SEMESTRIEL. ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013. Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 RAPPORT SEMESTRIEL ACER ACTIONS S1 au 30.06.2013 Acer Finance Société de Gestion agrément AMF n GP-95009 8 rue Danielle Casanova 75002 Paris Tel: +33(0)1.44.55.02.10 / Fax: +33(0)1.44.55.02.20 acerfinance@acerfinance.com

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Fonds Fidelity Obligations canadiennes à court terme

Fonds Fidelity Obligations canadiennes à court terme Fonds Fidelity Obligations canadiennes à court terme Rapport semestriel 31 décembre 2014 Avis au lecteur Les présents états financiers intermédiaires n ont pas fait l objet d un examen de la part de l

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

GE Capital. Principaux faits nouveaux. Perspectives sectorielles. Survol des tendances de l industrie : Automobile

GE Capital. Principaux faits nouveaux. Perspectives sectorielles. Survol des tendances de l industrie : Automobile Principal indicateur de la rentabilité du secteur Survol des tendances de l industrie : Automobile Principaux faits nouveaux En février, les ventes de véhicules légers au Canada ont été fortes, soit 18

Plus en détail

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010

INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Communiqué de presse TORONTO, le 5 août 2010 INTACT CORPORATION FINANCIÈRE ANNONCE SES RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE DE 2010 Bénéfice net d exploitation par action en hausse de 34 % en raison de l amélioration

Plus en détail

AVIS AUX MEMBRES N o 2015 061 Le 22 mai 2015

AVIS AUX MEMBRES N o 2015 061 Le 22 mai 2015 AVIS AUX MEMBRES N o 2015 061 Le 22 mai 2015 AUTOCERTIFICATION MODIFICATION AU MANUEL DES RISQUES DE LA CDCC RELATIVEMENT AUX QUOTITÉS APPLIQUÉES AUX GARANTIES Le 14 juillet 2014, le conseil d administration

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Famille de fonds MD ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES 2015

Famille de fonds MD ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES 2015 Famille de fonds MD ÉTATS FINANCIERS INTERMÉDIAIRES 2015 Message au sujet de vos états financiers Cher investisseur de la famille de fonds MD, Dans le cadre de notre engagement à vous tenir informé de

Plus en détail

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F

Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F RBC Marchés des Juin 2014 TITRES LIÉS À DES TITRES D EMPRUNT I SOLUTIONS DE PLACEMENT GLOBALES RBC Titres RBC liés à des obligations de sociétés non protégés avec remboursement de capital, série 1F Durée

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée Éligibilité

Total Sélection Période de souscription : Durée d investissement conseillée  Éligibilité Total Sélection Instrument financier émis par Natixis SA (Moody s : A2, Fitch : A, Standard & Poor s : A au 20 novembre 2014) dont l investisseur supporte le risque de crédit. Total Sélection est une alternative

Plus en détail

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre?

Deutsche Bank AG (DE) (A+/A2) BRL 6,15% 2018. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien. A quoi vous attendre? Deutsche Bank Une opportunité d investissement en réal brésilien Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent à l émetteur qui s engage

Plus en détail

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles

Cinq stratégies pour faire face aux marchés difficiles Quand les marchés sont volatils, il est tout à fait normal de s inquiéter de l incidence sur votre portefeuille. Et quand vous vous inquiétez, vous voulez agir. Cinq stratégies pour faire face aux marchés

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

HARVEST Canadian Income & Growth Fund. HARVEST Canadian Income & Growth Fund. États financiers intermédiaires simplifiés (non audités)

HARVEST Canadian Income & Growth Fund. HARVEST Canadian Income & Growth Fund. États financiers intermédiaires simplifiés (non audités) HARVEST Canadian Income & Growth Fund États financiers intermédiaires simplifiés (non audités) 30 juin 2015 ÉTATS DE LA SITUATION FINANCIÈRE (non audités) Au 30 juin 2015 31 décembre 2014 Actif Actif courant

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT?

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? COMMENTAIRE Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? Faits saillants La reprise des ventes d automobiles aux États-Unis s est traduite

Plus en détail

Assemblée publique annuelle

Assemblée publique annuelle Assemblée publique annuelle Par Paul Cantor, président du Conseil Gordon J. Fyfe, président et chef de la direction Ottawa, le 28 octobre 2010 Paul Cantor Président du Conseil 2 Gordon J. Fyfe Président

Plus en détail

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE

LEADER MONDIAL DU PETIT ÉQUIPEMENT DOMESTIQUE 26 février 2015 Résultats de l exercice 2014 Groupe SEB : Des performances opérationnelles solides Des devises pénalisantes 1 Ventes de 4 253 M en croissance organique* de + 4,6 % Croissance organique*

Plus en détail

POLITIQUE GÉNÉRALE D INVESTISSEMENT Ordre des conseillers en ressources humaines agréés

POLITIQUE GÉNÉRALE D INVESTISSEMENT Ordre des conseillers en ressources humaines agréés POLITIQUE GÉNÉRALE D INVESTISSEMENT Ordre des conseillers en ressources humaines agréés Présentée par Krzysztof Kuzniar Directeur, finances et administration Le lundi 29 mars 2010 Table des matières 1.

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

LE GUIDE DE L INVESTISSEUR

LE GUIDE DE L INVESTISSEUR LE GUIDE DE L INVESTISSEUR Nous avons élaboré un guide des principes de base en investissement. Si vous les comprenez bien et les respectez, vous obtiendrez plus de succès dans vos investissements et par

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés

Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés Pleins feux sur BlueBay Asset Management L un des plus grands gestionnaires mondiaux de titres à revenu fixe spécialisés BlueBay : À la pointe des titres à revenu fixe spécialisés BlueBay a été fondée

Plus en détail

Option de souscription en dollars américains

Option de souscription en dollars américains Option de souscription en dollars américains Qu il s agisse de fonds d actions canadiennes, américaines ou étrangères, de fonds de titres à revenu ou de fonds équilibrés, Fonds communs Manuvie est heureuse

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail