Les pathologies œsophagiennes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les pathologies œsophagiennes"

Transcription

1 Les pathologies œsophagiennes Attention, seule un professionnel de la diététique a le droit d élaborer un régime pour des patients. Est considéré comme exerçant la profession de diététicien toute personne qui, habituellement, dispense des conseils nutritionnels et, sur prescription médicale, participe à l'éducation et à la rééducation nutritionnelle des patients atteints de troubles du métabolisme ou de l'alimentation, par l'établissement d'un bilan diététique personnalisé et une éducation diététique adaptée. L exercice illégal du métier de diététicien est puni d un an d emprisonnement et de euros d amende. Introduction Rappels Le mégaoesophage Le mégaœsophage ou achalasie est une dilatation permanente de la partie inférieure de l'œsophage, au dessus d'un rétrécissement musculaire du sphincter œso-gastrique. Responsable de régurgitations et de dysphagie, il peut entraîner une œsophagite, un cancer de l'œsophage ou des infections pulmonaires. Chez l'enfant, il peut provoquer un retard de croissance. Le traitement chirurgical consiste à dilater l'obstacle musculaire au niveau du sphincter. Les diverticules Le diverticule est une cavité pathologique (une poche anormale) communiquant avec la cavité de l œsophage. En plus du diverticule de Zenker, il existe : le diverticule de la partie moyenne de l œsophage le diverticule épiphrénique = sur les 10 derniers centimètres de l œsophage. La paroi postérieure de l'œsophage se déforme peu à peu à cause de la pression pendant la déglutition et d'une trop grande rigidité du muscle qui unit l'œsophage au cartilage du larynx. Il se forme alors une sorte de hernie de la paroi œsophagienne à travers les fibres de ce muscle. Les œsophagites Le rétrécissement du sphincter œso -gastrique, plus fréquent chez le sujet âgé, provoque une déglutition très difficile et à terme une dénutrition. Les rétrécissements de l'œsophage thoracique représentent habituellement la cicatrice d'une brûlure par ingestion de produit caustique (œsophagite caustique), parfois de l'ingestion d'un corps étranger ou d un RGO chronique (œsophagite peptique).

2 Les principaux dangers des œsophagites sont l évolution vers une sténose à court terme et une cancérisation à long terme. Le traitement des rétrécissements de l'œsophage est chirurgical : œsophagoplastie partielle, avec greffons colique, avec tubérisation gastrique. La douleur à type de brûlure est le signe majeur d'une œsophagite. Hernies hiatales ou diaphragmatiques La hernie hiatale est la remontée, permanente ou intermittente, du haut de l'estomac à travers l'anneau musculaire du diaphragme (hiatus) par lequel passent l'œsophage et les nerfs pneumogastriques. Elle serait présente chez 60 % des plus de 60 ans. Les principaux symptômes de la hernie hiatale sont ceux du reflux gastroœsophagien favorisé par l'obésité abdominale, la grossesse, la constipation chronique, les efforts de toux ou de défécation Tumeurs Les tumeurs bénignes, comme les kystes, les neurofibromes ou les papillomes verruqueux, sont plutôt rares. Elles sont habituellement traitées au laser pendant la fibroscopie. En dehors d'une gêne thoracique ou d'une déglutition difficile, ces tumeurs bénignes sont souvent découvertes par hasard au cours d'une endoscopie ou d'une radiographie et sont localisées et non envahissantes.

3 Ce cancer frappe surtout l'homme à partir de 50 ans. Dû essentiellement à l'abus d'alcool et de tabac, c'est une maladie de mauvais pronostic, souvent découvert à l apparition de la dysphagie au stage terminal, et avec une diminution significative des apports spontanés. But du régime Les diverticules Pallier à la dysphagie éventuelle Prévenir la dénutrition Réduire et éviter les régurgitations Diminuer les douleurs thoraciques atypiques Réduire l halitose Diminuer voir supprimer les troubles respiratoires et signes de pneumopathies Les œsophagites Si pas d intervention : o Eviter tous les aliments qui favorisent le RGO o Adapter la texture afin de limiter les douleurs o Prévenir la dénutrition Si intervention : o Avant intervention : obtenir la propreté du T-D en cas d autogreffe o Après intervention : Préserver les sutures Eviter une inflammation Préparer la réalimentation per os Hernies hiatales Diminuer le reflux gastro-œsophagien Prévenir l œsophagite peptique Tumeurs Pallier à la dysphagie Lutter contre la dénutrition et l anorexie Limiter la douleur, Limiter voir supprimer l origine d un enrouement, une toux persistante, Limiter les régurgitations, Pallier à terme, à un amaigrissement et une fatigue permanente Arrêt de l alcool Le régime

4 Les diverticules Avant intervention Un interrogatoire alimentaire est nécessaire afin de définir le niveau de dysphagie du patient. 1. On modifiera la texture de l alimentation : un régime mou ou mixé sera mis en place selon la tolérance du patient 2. On fractionnera les repas si besoin Après intervention 1. On pourra mettre en place une alimentation artificielle, sous nutrition entérale 2. On modifiera la texture en régime mou ou mixé pour ne pas irriter les cicatrices à la reprise de l alimentation per os 3. Ensuite on passera progressivement sur un régime normal léger puis normal Les œsophagites peptiques Régime anti-r.g.o Mesures hygiéno-diététiques anti-r.g.o En cas de dysphagie ou sténose Si la sténose est peu importante, on mettra en place un régime anti- R.G.O et une texture molle Si la sténose est serrée, on mettra en place un régime anti- R.G.O et une texture mixée Si la sténose est très serrée, on mettra en place un régime anti- R.G.O et une texture liquide Si la sténose est totale, on mettra en place une nutrition artificielle Fractionner les repas Les œsophagites caustiques Les brûlures peuvent toucher l ensemble du tube digestif haut (de la bouche à l estomac) Si aucune intervention chirurgicale Mesure urgence : Arrêt totale de toute alimentation orale, et seule le résultat d une fibroscopie définira le comportement à adopter. Mesures suivant atteintes : 1 er degré : atteintes légères, brûlures superficielles 48 h : Régime sans fibre en texture mixée et température tiède, voir froide 2 à 3 jours suivants : Régime normal léger

5 2eme degré : ulcération, légères nécroses, +/- hémorragies 3 premières semaines : nutrition artificielle par jéjunostomie Evolution selon résultats de la fibroscopie et de la tolérance du patient vers une alimentation per os en sans fibre à texture liquide à température froide ou tiède, puis évolution du régime et de la texture. On veillera à supprimer les aliments acides, concentrés en sucre et en sel les premiers temps. 3eme degré : nécrose des muqueuses et hémorragies 3 mois : nutrition artificielle selon tolérance du patient : parentérale ou jéjunostomie Evolution selon résultats de la fibroscopie et de la tolérance du patient vers une alimentation per os en sans fibre à texture liquide à température froide ou tiède, puis évolution du régime et de la texture. On veillera à supprimer les aliments acides, concentrés en sucre et en sel les premiers temps Evolution courante vers une sténose donc se référer au paragraphe sténose En cas d intervention chirurgicale Préopératoire œsophagoplastie avec greffon colique Alimentation orale sans résidu strict Nutrition entérale orientée sans résidu si sténose par gastro ou jéjunostomie Postopératoire œsophagoplastie avec greffon colique Nutrition parentérale pour ne pas irriter les sutures les premiers jours Puis nutrition entérale par sonde naso-gastrique ou jéjunale couplée avec la NP On continue par l insertion d une alimentation per os avec un régime sans résidu, à texture liquide à température tiède et froide, couplée avec la NE Suivant la tolérance du patient et la cicatrisation des sutures on passera en texture mixée et tiède et froide, couplée avec la NE En régime suivant, on tentera le régime sans fibre et texture molle, sans aliments acides ou concentrés en sucre et/ou en sel. Ce régime peut être un régime de sortie Régime anti-rgo à vie car possibilité de ne pas avoir de dispositif anti-reflux Postopératoire avec tubulisation gastrique Nutrition parentérale pour ne pas irriter les sutures les premiers jours Puis nutrition entérale par sonde naso-gastrique ou jéjunale couplée avec la NP On continue par l insertion d une alimentation per os avec un régime sans résidu, à texture liquide à température tiède et froide, couplée avec la NE Suivant la tolérance du patient et la cicatrisation des sutures on passera en texture mixée et tiède et froide, couplée avec la NE En régime suivant, on tentera le régime sans fibre et texture molle, sans aliments acides ou concentrés en sucre et/ou en sel. Ce régime peut être un régime de sortie Fractionnement des repas et régime gastrectomie partielle

6 Postopératoire avec endoprotése (tube de celestin) Régime sans fibre ou fibres tendres Adaptation de texture : molle et non pâteuse selon tolérance du patient Fractionner l alimentation Boire à la fin des repas Prévention de l'œsophagite La prévention du reflux gastro-œsophagien évite la plupart des œsophagites. Tout médicament qui provoque une brûlure gastrique ou œsophagienne doit être immédiatement arrêté. Tout flacon de produit caustique ou dangereux doit être rangé hors de portée des jeunes enfants, soit par un rangement en hauteur, soit par la pose de loquets de sécurité sur les placards bas. Hernies hiatales Par glissement Régime anti-r.g.o Mesures hygiéno-diététiques Elles sont aussi efficaces pour prévenir la hernie hiatale que pour en soulager les symptômes Perdre du poids en cas d'obésité abdominale Eviter les boissons gazeuses, l'alcool, le vinaigre, les jus de fruits acides, le café Eviter les épices, les graisses cuites, les fritures Ne pas fumer Fractionner les repas en 5 ou 6 petites prises au lieu que 2 gros repas Manger lentement, en mastiquant bien les aliments Ne pas se coucher au moins une trois après un repas (sieste, couché du soir) Ne pas porter de vêtements, de gaines ou de ceintures serrées Ne pas se pencher en avant Surélever légèrement la tête du lit. En cas d'échec du traitement médical, une opération chirurgicale peut être parfois envisagée. Par roulement Elles nécessitent une intervention chirurgicale et le rôle du diététicien concerne la réalimentation. On mettra en place en sortie de bloc opératoire un régime sans résidu, puis on passera en régime sans fibre,. On commencera par un TTB, puis une texture liquide, puis on passera en texture mixée, On veillera à fractionner les repas On fera attention à servir à température tiède en premières intention Eviter les aliments trop salés ou trop sucrés et trop acide.

7 Tumeurs Bénignes Avant l intervention C est l interrogatoire alimentaire qui permettra de définir le degré de dysphagie du patient. On fera une modification de texture : mou ou mixé selon la tolérance du patient On fractionnera les repas si nécessaire selon la tolérance du patient Après intervention Mise en place d une nutrition entérale pour préserver les sutures A la reprise de l alimentation per os, on mettra en place une modification de texture : mou pour ne pas irriter les cicatrices Puis selon la tolérance du patient, on passera à un régime normal léger puis normal Malignes Si alimentation orale conservée Suppression de l alcool et du tabac Hyperprotéiné et Hyperénergétique selon tolérance du patient Régime pauvre en fibre Eviter les aliments à goûts fort, concentré en sucre et/ou en sel Température adaptée Texture adaptée en fonction de la tolérance du patient et de la sténose : o Si sténose peu importante, on mettra en place une texture molle o Si sténose importante, on mettra en place une texture mixée o Si sténose très serrée, on mettra en place une texture liquide On fractionnera les repas pour augmenter la charge énergétique sur la journée et ne pas fatiguer le patient. Si sténose totale Un traitement chirurgical est nécessaire qu il soit palliatif ou curatif Avant l intervention Mise en place d une alimentation artificielle afin de réalimenter le patient par nutrition parentérale ou jéjunostomie Hyperénergétique et hyperprotéiné Après intervention Voir œsophagoplastie/œsophagectomie Suivant le suivi d une chimio ou radiothérapie, on veillera à pallier aux conséquences de celles-ci Mise en place d une sonde naso-gastrique croisée à la nutrition per os Prévention du cancer de l'œsophage Pour limiter au maximum le risque de cancer de l'œsophage, il est essentiel d'arrêter le tabagisme et l'abus de boissons alcoolisées ; de traiter un reflux gastro-œsophagien, une hernie hiatale, une malformation œsophagienne.

Les maladies de la face

Les maladies de la face Les maladies de la face Attention, seule un professionnel de la diététique a le droit d élaborer un régime pour des patients. Est considéré comme exerçant la profession de diététicien toute personne qui,

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin Le reflux gastroœsophagien. occasionnel de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin Le reflux gastroœsophagien. occasionnel de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Le reflux gastroœsophagien occasionnel de l adulte Le reflux gastro-œsophagien occasionnel de l adulte Ce qu il faut savoir

Plus en détail

22/12/2009 PLAN CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER PATHOLOGIE BENIGNE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE

22/12/2009 PLAN CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER PATHOLOGIE BENIGNE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE PLAN PATHOLOGIE BENIGNE CHIRURGIE DE L OESOPHAGE PATHOLOGIE TUMORALE MALIGNE PATHOLOGIE TRAUMATIQUE 15/01/07 2 PATHOLOGIE BENIGNE DIVERTICULE DE ZENCKER DIVERTICULES DE L ŒSOPHAGE (diverticule de Zencker

Plus en détail

Œsophage Thoracique, jonction oeso-gastrique-estomac

Œsophage Thoracique, jonction oeso-gastrique-estomac Œsophage Thoracique, jonction oeso-gastrique-estomac 05/01/2012 Marc 1 I. Généralités 1) Les repères anatomiques, le sternum et le diaphragme Œsophage C est un conduit musculo-membraneux Situé entre le

Plus en détail

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne

Cas clinique. Nelson Lourenço - Interne Cas clinique Nelson Lourenço - Interne Mr XY Patient de 48 ans Pas d ATCD médicaux ou chirurgicaux Depuis 6 mois: «brûlures dans la poitrine», «régurgitations» Juin 2007: début d un traitement par IPP

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie-Noëlle Lombarte FF Cadre Service Diététique CHU de Besançon Une volontéaffichée

Plus en détail

Reflux Gastro- Oesophagien

Reflux Gastro- Oesophagien Reflux Gastro- Oesophagien Item 280 Objectifs pédagogiques : diagnostiquer un reflux gastro-oesophagien et une hernie hiatale Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Thomas

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod

LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE. Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod LA PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DU SUJET AGE EN ONCOLOGIE Amanda GINES FARANO et Magali GIORGINO Diététiciennes Casselardit Pavillon Junod AU DOMICILE : 4 à 10 % des PA sont dénutries * EN INSTITUTION

Plus en détail

Université de Bordeaux DFGSM 3. Option Appareil Digestif. Janvier Durée : 30 minutes

Université de Bordeaux DFGSM 3. Option Appareil Digestif. Janvier Durée : 30 minutes Université de Bordeaux DFGSM 3 Option Appareil Digestif Janvier 2016 Durée : 30 minutes Le sujet est imprimé en recto/verso et comporte 5 pages (pages de garde comprises) et 17 QCM. Pensez à vous identifier

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin Brûlures d estomac et remontées acides

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin Brûlures d estomac et remontées acides Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2011 Brûlures d estomac et remontées acides Brûlures d estomac et remontées acides Ce qu il faut savoir Principalement lié à un mauvais

Plus en détail

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés

RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Les questions autour du RGO Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage

Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Je connais les modalités du diagnostic du cancer de l œsophage Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le diagnostic

Plus en détail

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA

Cancer de l oesophage. Pr M.B.BENKADA Cancer de l oesophage Pr M.B.BENKADA Introduction 5 000 nouveaux cas/an (France) Prédominance masculine Age moyen est de 55 et 69 ans Le traitement curateur est la chirurgie Radiochimiothérapie est périopératoire

Plus en détail

POSE DE GASTROSTOMIE PAR VOIE PERCUTANEE: INTERET ET TECHNIQUE CHEZ LES PATIENTS EN CANCEROLOGIE

POSE DE GASTROSTOMIE PAR VOIE PERCUTANEE: INTERET ET TECHNIQUE CHEZ LES PATIENTS EN CANCEROLOGIE POSE DE GASTROSTOMIE PAR VOIE PERCUTANEE: INTERET ET TECHNIQUE CHEZ LES PATIENTS EN CANCEROLOGIE A.GUYENNON, M.CUINET, B.RICHIOUD, P.BACHMAN, P.THIESSE JFR 2011 POURQUOI UNE GASTROSTOMIE? Le but est de

Plus en détail

PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE

PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE PAS DE RETRAITE POUR LA FOURCHETTE Mardi 24 mai 2016 à 15 heures salle Alain Fournier PERSONNE AGEE : AFSSAPS : + de 55 ans OMS : + de 65 ans Nous : + de 70-75 ans 9.5 des patients sont dénutris 29.4 des

Plus en détail

Intervention nutritionnelle post-opératoire

Intervention nutritionnelle post-opératoire Intervention nutritionnelle post-opératoire Stéphanie Michon, Dt.P. Lucie Gonthier, Dt.P. Programme de chirurgie bariatrique IUCPQ mardi 22 septembre 2015 Le 15 octobre 2015 Plan de présentation Introduction

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante»

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Le rôle du diététicien Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Virginie DUBOIS Diététicienne-nutritionniste (Paris) Observations et Rôles du diététicien Interrogations et remarques de patients

Plus en détail

Les justes décisions en fin de vie pour L ALIMENTATION et L HYDRATATION

Les justes décisions en fin de vie pour L ALIMENTATION et L HYDRATATION Les justes décisions en fin de vie pour L ALIMENTATION et L HYDRATATION Dominique Delafond, Diététicienne Centre hospitalier de la côte basque Ingrid Lescarret, Gériatre Centre hospitalier de la côte basque

Plus en détail

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Pascale ROUX Responsable du service diététique CLB et IHOP Unité de nutrition-disspo 1 Quelle alimentation orale?

Plus en détail

DIGESTIF Dysphagie. Dysphagie

DIGESTIF Dysphagie. Dysphagie 03/02/2014 KHALED Louisa L2 Digestif Pr Seitz Relecteur 2 8 pages Dysphagie Plan A. Définition de la dysphagie B. Démarche diagnostique I. Étape 1 : Interrogatoire II. Étape 2 : Examens complémentaires

Plus en détail

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014

Les questions autour du RGO. Histoire naturelle 30/01/2014 Les questions autour du RGO RGO et traitements par IPP chez les sujets âgés Histoire naturelle? Physiopathologie? Symptômes? Diagnostic? Test thérapeutique aux IPP? Traitement symptomatique? Traitement

Plus en détail

PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE

PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE 1 PREVALENCE ET DIAGNOSTIC DU REFLUX GASTRO- OESOPHAGIEN - PLACE DE L ENDOSCOPIE ET DE LA PH-METRIE Dr Estelle SIRACH Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Rangueil TSA 50032 31059 Toulouse cedex

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS

GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS GASTROSTOMIES PERCUTANEES RADIOLOGIQUES ET RISQUE INFECTIEUX ANALYSE PAR PROCESSUS Françoise BARD, infirmière hygiéniste, Dr Agnès LASHERAS-BAUDUIN Praticien Hospitalier Service Hygiène hospitalière UG

Plus en détail

Traitement du RGO Indications de la chirurgie T Perniceni Département Médicochirurgical de Pathologie Digestive Institut Mutualiste Montsouris

Traitement du RGO Indications de la chirurgie T Perniceni Département Médicochirurgical de Pathologie Digestive Institut Mutualiste Montsouris Traitement du RGO Indications de la chirurgie T Perniceni Département Médicochirurgical de Pathologie Digestive Institut Mutualiste Montsouris Conflit d intérêt Pas de lien d intérêt Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Item 268 (ex item 280) Reflux gastro-œsophagien (RGO), chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Hernie hiatale

Item 268 (ex item 280) Reflux gastro-œsophagien (RGO), chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Hernie hiatale Item 268 (ex item 280) Reflux gastro-œsophagien (RGO), chez le nourrisson, chez l'enfant et chez l'adulte. Hernie hiatale Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Physiopathologie

Plus en détail

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue)

Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Le Syndrome respiratoire des chiens brachycéphales (type bouledogue) Hypertrophie du voile du palais Symptômes : Des symptômes allant du simple ronflement à de graves syncopes sont rencontrés dans ce syndrome.

Plus en détail

LES VOIES D ABORD EN NUTRITION ENTERALE

LES VOIES D ABORD EN NUTRITION ENTERALE LES VOIES D ABORD EN NUTRITION ENTERALE LES VOIES D ABORD EN NUTRITION ENTERALE - Indications pour mise en place d une NE - Contre-indications - Les différents types de sondes: - Sondes nasogastriques

Plus en détail

TROUBLES FONCTIONNELS APRES CHIRURGIE BARIATRIQUE. P. JOUET Hôpital Louis Mourier, Colombes

TROUBLES FONCTIONNELS APRES CHIRURGIE BARIATRIQUE. P. JOUET Hôpital Louis Mourier, Colombes TROUBLES FONCTIONNELS APRES CHIRURGIE BARIATRIQUE P. JOUET Hôpital Louis Mourier, Colombes Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT aucun Troubles

Plus en détail

PATHOLOGIE DE L ŒSOPHAGE

PATHOLOGIE DE L ŒSOPHAGE PATHOLOGIE DE L ŒSOPHAGE Les lésions de l œsophage couvrent une gamme très étendue allant des cancers de très mauvais pronostic aux simples brûlures entraînées par des repas trop abondants ou épicés. I)

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

INFOS PATIENTS. Dénutrition & troubles du goût

INFOS PATIENTS. Dénutrition & troubles du goût INFOS PATIENTS Dénutrition & troubles du goût C EST QUOI LA DÉNUTRITION? DÉNUTRITION : QU EST-CE QUE C EST? La dénutrition est un mauvais état nutritionnel favorisé par une perte d appétit, des difficultés

Plus en détail

TRAITEMENT NON CHIRURGICAL DE L OBESITE : BALLON INTRA-GARTRIQUE

TRAITEMENT NON CHIRURGICAL DE L OBESITE : BALLON INTRA-GARTRIQUE TRAITEMENT NON CHIRURGICAL DE L OBESITE : BALLON INTRA-GARTRIQUE Héliosphère Héliosphère EST UNE SOLUTION POUR LES PATIENT SOUFFRANT D OBESITE ET DONT L ETAT NE NECESSITE PAS UNE INTERVENTION CHIRURGICALE

Plus en détail

Fiche d information sur le REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN

Fiche d information sur le REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN Fiche d information sur le REFLUX GASTRO-OESOPHAGIEN 1 ) Qu est-ce qu une hernie hiatale et pourquoi le reflux gastrooesophagien?: L œsophage se trouve à l intérieur du thorax et l estomac à l intérieur

Plus en détail

Mylan a le plaisir de vous offrir cette carte Mémo Traitement personnelle

Mylan a le plaisir de vous offrir cette carte Mémo Traitement personnelle Mylan a le plaisir de vous offrir cette carte Mémo Traitement personnelle Le laboratoire Mylan est un acteur de santé incontournable en France et dans le monde. Notre ambition est de donner accès à des

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS ONCOLOGIE - HEMATOLOGIE LES CANCERS DIGESTIFS I - CANCER DE L'ŒSOPHAGE A - EPIDEMIOLOGIE 1,5% des cancers. 7% des cancers digestifs. Taux moyen en France : 15/100 000 habitants. Incidence plus élevée en

Plus en détail

J'ai un ulcère gastroduodénal

J'ai un ulcère gastroduodénal J'ai un ulcère gastroduodénal L ulcère gastroduodénal est une pathologie assez répandue, dont la fréquence diminue grâce aux traitements la plupart du temps efficaces. Sans traitement, il y a un risque

Plus en détail

The Crucial Role of Nutrition in the Prevention and Treatment of Cancer. Le rôle de la nutrition dans la prévention et le traitement du cancer

The Crucial Role of Nutrition in the Prevention and Treatment of Cancer. Le rôle de la nutrition dans la prévention et le traitement du cancer The Crucial Role of Nutrition in the Prevention and Treatment of Cancer Le rôle de la nutrition dans la prévention et le traitement du cancer October 24 2008 Le 24 octobre 2008 Cindy Fogel P.Dt. / Dt.P.

Plus en détail

Hélène REGNAULT DES 12/03/2010

Hélène REGNAULT DES 12/03/2010 Hélène REGNAULT DES 12/03/2010 15000 cas/ an en France, fréquence en baisse Bénigne 75% cas Mortalité globale d environ 10% Séquelles dans 10-40% cas URGENCE MEDICO-CHIRURGICALE: prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique»

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» I. L impact du vieillissement physique sur la nutrition A. Les effets du vieillissement

Plus en détail

Prise en charge de l EBO (endobrachyoesophage)

Prise en charge de l EBO (endobrachyoesophage) Prise en charge de l EBO (endobrachyoesophage) DOCTEUR COLLET FENETRIER SERVICE HGE CHR METZ-THIONVILLES Ammppu section de Metz 3 février 2015 EBO, généralités Def: remplacement de l épithélium malphigien

Plus en détail

Atelier n 1 A table et en cuisine

Atelier n 1 A table et en cuisine R4P Réseau Régional de Rééducation et de Réadaptation Pédiatrique en Rhône-Alpes Atelier n 1 A table et en cuisine Bénédicte Moret, orthophoniste, IMP J.Surgot et Camsp de Décines Manger répond à un besoin

Plus en détail

Troubles de la déglutition et de l alimentation Chapitre : spécificitédes soins chez les personnes handicapées

Troubles de la déglutition et de l alimentation Chapitre : spécificitédes soins chez les personnes handicapées Troubles de la déglutition et de l alimentation Chapitre : spécificitédes soins chez les personnes handicapées Dr N. BRADAÏ Service de Médecine Physique et de Réadaptation du Pr A. YELNIK GH Lariboisière-F.

Plus en détail

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien :

Module digestif. II. Prévention du reflux gastro-œsophagien : Module digestif Pathologie œsophagique I. Rappel anatomique : Etendu de 15 à 40 cm des arcades dentaires. D environ 25 cm de long. Constitué de 2 types de muscles. Recouvert par une muqueuse malpighienne

Plus en détail

Conseil de pratique. Manométrie œsophagienne de haute résolution et classification de Chicago des troubles moteurs œsophagiens

Conseil de pratique. Manométrie œsophagienne de haute résolution et classification de Chicago des troubles moteurs œsophagiens Conseil de pratique Manométrie œsophagienne de haute résolution et classification de Chicago des troubles moteurs œsophagiens Rédacteurs : Sabine Roman et Groupe d experts «manométrie haute résolution»

Plus en détail

Sténoses œsophagiennes congénitales

Sténoses œsophagiennes congénitales Sténoses œsophagiennes congénitales incidence : 1/25 000 à 1/50 000 F = M Malf. Cong. Ass. : 17% à 33% des cas Atrésie de l Oesophage (1/3) Sténoses œsophagiennes congénitales 3 types histo.: Épaississsement

Plus en détail

Reflux gastro-oesophagien. oesophagien chez l adulte

Reflux gastro-oesophagien. oesophagien chez l adulte Reflux gastro-oesophagien oesophagien chez l adulte G Gatineau-Sailliant Novembre2006 Definition Passage à travers le cardia d une partie du contenu gastrique dans l œsophage. RGO physiologique : symptômes

Plus en détail

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier

Audit de connaissances auprès du personnel infirmier Audit de connaissances auprès du personnel infirmier nutrition artificielle et sondes naso-gastriques GANTZ D. interne en pharmacie RAGAZZON GANTZ D. interne C. pharmacienne RAGAZZON C. pharmacienne PINÈDE

Plus en détail

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha

Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MORBIDITÉ MORTALITÉ DE LA CHIRURGIE COLO-RECTALE A.CHETOUANE, A.ANOU, O.BENHADID, A.DJITLI, Y.BENMEDDOUR, A.OURABAH, Z.IMESSAOUDENE Clinique Chirurgicale A CHU Mustapha MATÉRIEL D ÉTUDE Il s agit d une

Plus en détail

Sémiologie œsophagienne et gastrique. Dr TERNIFI

Sémiologie œsophagienne et gastrique. Dr TERNIFI Sémiologie œsophagienne et gastrique Dr TERNIFI I) Généralités Tout d abord l aspect nutritionnel avec le poids du patient est très important. Dans certains cas comme par exemple la dysphagie on a certains

Plus en détail

Qu est-ce que les brûlures d estomac et comment apparaissent-elles?

Qu est-ce que les brûlures d estomac et comment apparaissent-elles? Brûlures d estomac? Avez-vous déjà ressenti cette sensation? Une impression de brûlure derrière le sternum, par exemple après certains repas ou en période de stress? Ou un liquide acide ou salé à l arrière

Plus en détail

Séméiologie médiastinale

Séméiologie médiastinale Séméiologie médiastinale Professeur N.Vénissac Cours du 14/11/2011 1 Définition du médiastin Espace anatomique compris entre les 2 blocs pleuro-pulmonaires. Limites: Haut : défilé cervico thoracique Bas

Plus en détail

Pour en savoir plus...

Pour en savoir plus... Pour en savoir plus... Le site du Docteur Murielle Mollo Adresse du site : www.docvadis.fr/murielle-mollo Voici une liste de liens vers le site de la Société Nationale Française de Gastroentérologie (SNFGE)

Plus en détail

Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée. Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice

Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée. Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice Nutrition préopératoire en chirurgie digestive réglée Stéphane M. Schneider Nutrition, Hôpital de l Archet, Nice Déclaration d intérêts Abbott Nutrition, Baxter, B. Braun, Covidien, Fresenius- Kabi, Nestlé

Plus en détail

Les Hernies Diaphragmatiques

Les Hernies Diaphragmatiques Les Hernies Diaphragmatiques DEFINITION : Les hernies diaphragmatiques se définissent par le passage du contenu abdominal (viscères abdominaux) dans le thorax à travers un orifice diaphragmatique qu il

Plus en détail

MEGAOESOPHAGE IDIOPATHIQUE A PROPOS DE 24 CAS

MEGAOESOPHAGE IDIOPATHIQUE A PROPOS DE 24 CAS MEGAOESOPHAGE IDIOPATHIQUE A PROPOS DE 24 CAS MA JELLALI, N BEN CHAABENE, A BEN SALEM, R SALEM, A ZRIG, W MNARI, M MAATOUK, J SAAD, H SAFFAR, M GOLLI MONASTIR - TUNISIE JFR 2011 - Palais des Congrès Paris,

Plus en détail

SOINS ET SURVEILLANCE D UNE SONDE NASO-GASTRIQUE ET ALIMENTATION

SOINS ET SURVEILLANCE D UNE SONDE NASO-GASTRIQUE ET ALIMENTATION CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE SOINS ET SURVEILLANCE D UNE SONDE NASO-GASTRIQUE ET ALIMENTATION FICHE TECHNIQUE DE SOINS Définition But Indication Sonde au niveau du tube digestif

Plus en détail

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO?

Pr. M.A. BIGARD. Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Pr. M.A. BIGARD Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Reste-t-il des indications chirurgicales dans le RGO? Professeur M.A. BIGARD Service d Hépatogastroentérologie CHU de NANCY Avant la

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Atrésie de l œsophage

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Atrésie de l œsophage LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Atrésie de l œsophage Actualisation novembre 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique. Eric Lerebours Rouen

Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique. Eric Lerebours Rouen Séquelles fonctionnelles de la chirurgie des cancers de la jonction oeso-gastrique Eric Lerebours Rouen Conflits d intérêt Aucun conflit d intérêt sur le thème de l exposé Les séquelles fonctionnelles

Plus en détail

Place de la ph-métrie œsophagienne en pédiatrie

Place de la ph-métrie œsophagienne en pédiatrie Place de la ph-métrie œsophagienne en pédiatrie Dr NACEUR MALIKA Service de pédiatrie «C» Congrès de la SPO 04 / 05 Juin 2015 Historique PH-métrie diagnostique le RGO acide PH-métrie œsophagienne a permis

Plus en détail

Amaigrissement involontaire

Amaigrissement involontaire Amaigrissement involontaire Quels éléments pour améliorer notre pratique en Médecine générale? Un problème fréquent Les cancéreux Les porteurs de maladies inflammatoires chroniques Les insuffisants cardiaques,

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Chapitre 8 - Item UE 8 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale

Chapitre 8 - Item UE 8 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale I. Définition II. Epidémiologie III. Physiopathologie IV. Signes fonctionnels du RGO V. Conduite diagnostique

Plus en détail

SOINS SPÉCIFIQUES UROLOGIE

SOINS SPÉCIFIQUES UROLOGIE SOINS SPÉCIFIQUES UROLOGIE VENDREDI 11 MARS 2011 CATHERINE VAUTRIN PRESENTATION DE L UNITÉ Secteur de chirurgie de 26 LITS Patients traités en cancérologie pour : - Cancer de la prostate - Cancer de la

Plus en détail

Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale

Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale I-00-Q000 II-Q280 Reflux gastro-œsophagien chez le nourrisson, chez l enfant et chez l adulte. Hernie hiatale 1 re partie Chez l adulte D r Jean-Marc Sabaté, D r Pauline Jouët, P r Benoit Coffin Service

Plus en détail

Anatomie Pathologique

Anatomie Pathologique Anatomie Pathologique 5 cours magistraux Œsophage estomac Intestin grêle et colon Foie Voies biliaires et pancréas Tumeurs digestives 1 ED 2h à préparer : 5 observations, en ligne 3 semaines avant Répondre

Plus en détail

Le lavement évacuateur

Le lavement évacuateur Le lavement évacuateur Dr Wahid Bouida Service des urgences EPS.F.B.MONASTIR Définition Introduction d un liquide par l anus dans le but de débarrasser le gros intestin de matières fécales accumulées ou

Plus en détail

DYSPHAGIE. Dr B.SIDI Gastroenterologie CHU Brugmann

DYSPHAGIE. Dr B.SIDI Gastroenterologie CHU Brugmann DYSPHAGIE Dr B.SIDI Gastroenterologie CHU Brugmann Dysphagie Difficulté à avaler Solides, liquides, les deux Impression d aliments qui «collent» dans la gorge ou derrière le sternum ROLES DU GASTRO DIAGNOSTIC

Plus en détail

Fiche Info-Patient (octobre 2016) PROLAPSUS GENITAL : CURE PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE

Fiche Info-Patient (octobre 2016) PROLAPSUS GENITAL : CURE PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Fiche Info-Patient (octobre 2016) PROLAPSUS GENITAL : CURE PAR PROMONTOFIXATION COELIOSCOPIQUE Le prolapsus (descente d'organes) est secondaire à une faiblesse des parois vaginales et du soutien musculaire

Plus en détail

Reflux Gastro-Oesophagien et ses complications: diagnostic et traitement

Reflux Gastro-Oesophagien et ses complications: diagnostic et traitement République Algérienne démocratique et populaire Université de Constantine 3 Faculté de médecine Reflux Gastro-Oesophagien et ses complications: diagnostic et traitement Dr Kassama Service d Hépato-gastroentérologie

Plus en détail

REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN

REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN Mis à jour le lundi 4 avril 2016 par le Dr Rémi Houdart Auteurs : Dr Henri Mosnier, Dr Rémi Houdart Cette note est destinée à vous expliquer, dans leurs grandes lignes, ce que

Plus en détail

GASTROSTOMIE. Point de vue du soignant. D. Delesque, IDE, unité d éveil CRMPR «Les Herbiers»

GASTROSTOMIE. Point de vue du soignant. D. Delesque, IDE, unité d éveil CRMPR «Les Herbiers» GASTROSTOMIE Point de vue du soignant D. Delesque, IDE, unité d éveil CRMPR «Les Herbiers» Journées EVC, 4 février 2011 Sonde de GPE Sonde de GPR Sonde maintenue par une collerette interne Sonde de GPR

Plus en détail

Je suis traité(e) par chimiothérapie, dois-je. Non, sauf si vous rencontrez des problèmes particuliers de déglutition ou de prise alimentaire.

Je suis traité(e) par chimiothérapie, dois-je. Non, sauf si vous rencontrez des problèmes particuliers de déglutition ou de prise alimentaire. Je garde un bon équilibre alimentaire pendant ma chimiothérapie en suivant des conseils logiques Un traitement par chimiothérapie peut provoquer une perte d appétit, une modification du goût, un amaigrissement

Plus en détail

Aspects médicaux et pratiques soignantes Dr D Barnoud

Aspects médicaux et pratiques soignantes Dr D Barnoud Aspects médicaux et pratiques soignantes Dr D Barnoud Les techniques de nutrition artificielle Nutrition entérale Nutrition parentérale Associations des deux techniques plan Indications respectives NP

Plus en détail

explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni

explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni Hernies inguinales Le site du Docteur laurent bordigoni Adresse du site : www.docvadis.fr/laurent-bordigoni explications sur la chirurgie des hernies, document validé par Dr Bordigoni Hernie inguinale

Plus en détail

UE 2.8.S3 - COURS MAGISTRAL N 6 : MALADIES DES VOIES BILIAIRES ET DU PANCREAS.

UE 2.8.S3 - COURS MAGISTRAL N 6 : MALADIES DES VOIES BILIAIRES ET DU PANCREAS. UE 2.8.S3 - COURS MAGISTRAL N 6 : MALADIES DES VOIES BILIAIRES ET DU PANCREAS. Ictère : o Métabolisme de la bilirubine : hème (hémoglobine) catabolisée en bilirubine -> transportée dans le plasma sous

Plus en détail

Dr P Trefois Service d imagerie médicale L OESOPHAGE

Dr P Trefois Service d imagerie médicale L OESOPHAGE Dr P Trefois Service d imagerie médicale L OESOPHAGE L oesophage 1. Congénitales 2. Fonctionnelles: anomalie de la motricité 3. Oesophagites: infection et inflammation 4. Traumatiques 5. Post-chirurgicales

Plus en détail

Partie I : DESCRIPTIF DE L'ETABLISSEMENT

Partie I : DESCRIPTIF DE L'ETABLISSEMENT ETAT DES LIEUX DES 'REGIMES' DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE / EHPAD. Le questionnaire s'intéresse aux 'régimes' figurant dans un répertoire papier ou informatisé mis à disposition des soignants. Le recours

Plus en détail

N 308 DIAGNOSTIC D UNE DYSPHAGIE

N 308 DIAGNOSTIC D UNE DYSPHAGIE N 308 DIAGNOSTIC D UNE DYSPHAGIE Pr S. Chaussade Service d Hépato gastroentérologie Hôpital COCHIN Objectifs Devant une dysphagie, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les examens

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2015

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2015 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2015 Durée : 3 heures Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI

Reflu l x u g as a t s r t o r -o - eso s phag a ie i n Pr. H.SIBAI Reflux gastro-oesophagien Pr. H.SIBAI Oesophage Cardia Estomac R.G.O Introduction Définition : Ensemble des manifestations cliniques secondaires au passage de liquide gastrique dans l œsophage Complication

Plus en détail

GAVISCON MENTHE, comprimé à croquer

GAVISCON MENTHE, comprimé à croquer GAVISCON MENTHE, comprimé à croquer Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre traitement. Si vous avez d'autres questions,

Plus en détail

Le risque infectieux est variable et dépend de la voie d'abord et de l'état de fragilité du patient (âge, immunodépression, dénutrition ).

Le risque infectieux est variable et dépend de la voie d'abord et de l'état de fragilité du patient (âge, immunodépression, dénutrition ). ALIMENTATION ENTERALE PAR SONDE 5.03 Objectif La nutrition entérale est une pratique thérapeutique courante à l'hôpital. Elle permet d'assurer un apport calorico-azoté et hydro électrolytique en cas de

Plus en détail

Endoscopie non invasive digestive : techniques et dispositifs. 13, 14 et 15 octobre 2009

Endoscopie non invasive digestive : techniques et dispositifs. 13, 14 et 15 octobre 2009 DILATATION INSTRUMENTALE œsophage Intestin ti colon biliaire Atelier 4 Endoscopie non invasive digestive : techniques et dispositifs Asept InMed www.aseptinmed.fr 1 Physiopathologie Sé Sténose de l appareil

Plus en détail

Cancer du pancréas : je m'informe

Cancer du pancréas : je m'informe Cancer du pancréas : je m'informe Centre François BACLESSE - CAEN Adresse du site : www.docvadis.fr/oncologie-baclesse Validé par le Comité Scientifique Oncologie Le cancer du pancréas est relativement

Plus en détail

DEFINITION: pathologie.

DEFINITION: pathologie. LES HERNIES DIAPHRAGMATIQUES CONGENITALES A REVELATION TARDIVE CHEZ L ENFANT : A PROPOS DE 32 CAS MA. Jellali 1 ; A.Ben Salem 1 ; A.Zrig 1 ; J.Saad 1 ; W.Mnari 1 ; W. Harzallah 1 ; K.Maazoun 2 ; I.Krichène

Plus en détail

MEMBRE FANTOME DOULOUREUX

MEMBRE FANTOME DOULOUREUX MEMBRE FANTOME DOULOUREUX Haiel ALCHAAR Neurologue Évaluation et Traitement de la Douleur Nice MEMBRE FANTOME DOULOUREUX Première description en 1545 par Ambroise Paré Mitchell 1872: image persistante

Plus en détail

Définition. Sensation non douloureuse d arrêt des aliments dans la région

Définition. Sensation non douloureuse d arrêt des aliments dans la région Dysphagie Définition Sensation non douloureuse d arrêt des aliments dans la région Cervicale Rétro-sternale Épigastrique Apparaissant immédiatement après la déglutition Obstructions organiques ou fonctionnelles

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009 NAUSÉES ET VOMISSEMENTS

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. Juin 2009 NAUSÉES ET VOMISSEMENTS Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance Juin 2009 NAUSÉES ET VOMISSEMENTS NAUSÉES ET VOMISSEMENTS Ce qu il faut savoir Les nausées correspondent à une sensation de malaise ou

Plus en détail

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

NUTRITION (HYDRATATION) DES PATIENTS CANCEREUX AU DOMICILE

NUTRITION (HYDRATATION) DES PATIENTS CANCEREUX AU DOMICILE Définitions Épidémiologie Étiologies Évaluation Complications Objectifs NUTRITION (HYDRATATION) DES PATIENTS CANCEREUX AU DOMICILE Traitements symptomatiques SOR de la Fédération Nationale des Centres

Plus en détail

Nutrition et hydratation artificielles en fin de vie. Dr Marie - Pierre Perrin. Maison médicale. Jeanne Garnier

Nutrition et hydratation artificielles en fin de vie. Dr Marie - Pierre Perrin. Maison médicale. Jeanne Garnier Nutrition et hydratation artificielles en fin de vie Dr Marie - Pierre Perrin 1 Manger et boire? La vie le plaisir La convivialité le partage La faim, la soif L humanité la compassion 2 Les questions?

Plus en détail

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES

A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES A) LA DENUTRITION 1 DEFINITION 2 PHYSIOPATHOLOGIE 3 MECANISME B) STRATEGIE DE DEPISTAGE DIAGNOSTIC D) PREVALENCE ET CONSEQUENCES 1 1 - DEFINITION La dénutrition est un état de déficit en énergie, en protéines

Plus en détail

Approche diététique en dysphagie

Approche diététique en dysphagie Approche diététique en dysphagie VI ème symposium interdisciplinaire Actualité en Dysphagie et Nutrition Bachmair O., Desmet V., Novalet M. Service diététique 13/11/15 29 octobre 2015 Plan de la présentation

Plus en détail

Intervention pour méga uretère obstructif

Intervention pour méga uretère obstructif Cette fiche a été rédigée par la Section Française d Urologie pédiatrique (S.F.U.P.), dans le cadre de la Société Française de Chirurgie Pédiatrique (S.F.C.P.), pour vous informer sur l intervention d

Plus en détail

Ulcère gastro-duodénal (UGD)

Ulcère gastro-duodénal (UGD) Ulcère gastro-duodénal (UGD) Perte de substance de la muqueuse gastrique ou duodénale Prévalence : 8% ulcère duodénal (3H / 1F) 2% ulcère gastrique (H > F) Hier maladie chronique exposée aux complications

Plus en détail

Item 110 : Prise en charge de la dénutrition

Item 110 : Prise en charge de la dénutrition Item 110 : Prise en charge de la dénutrition Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Evaluation des

Plus en détail