COMPTE-RENDU RENCONTRES NATIONALES DU RESEAU DE L ACCOMPAGNEMENT A L ENTREPRENARIAT CULTUREL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE-RENDU RENCONTRES NATIONALES DU RESEAU DE L ACCOMPAGNEMENT A L ENTREPRENARIAT CULTUREL"

Transcription

1 COMPTE-RENDU RENCONTRES NATIONALES DU RESEAU DE L ACCOMPAGNEMENT A L ENTREPRENARIAT CULTUREL

2 SOMMAIRE I/ PLENIERE D INFORMATION... 3 LE RAPPORT DE STEVEN HEARN, 6 MOIS APRES SA REMISE?... 3 PRESENTATION DU FORUM ENTREPRENDRE DANS LA CULTURE... 5 II/ RESTITUTION DES ATELIERS PARTICIPATIFS... 6 ATELIER 1A COOPERER : PROFESSIONNELS DE L ACCOMPAGNEMENT A L ENTREPRENEURIAT CULTUREL : C EST QUOI NOTRE METIER?... 6 ATELIER 1B COOPERER : PROFESSIONNELS DE L ACCOMPAGNEMENT A L ENTREPRENEURIAT CULTUREL : C EST QUOI NOTRE METIER?... 8 ATELIER 2 REFLECHIR : L ENTREPRENEURIAT CULTUREL ET L ESS : ASSO, SCOP, SCIC, ENTREPRISE RESPONSABILITES D ENTREPRENEURS? ATELIER 3 STRUCTURER : APPORTER DES DONNEES AU SECTEUR : LESQUELLES? COMMENT LES TROUVER? COMMENT LES METTRE EN VALEUR? ATELIER 4A COOPERER : TERRITOIRES ET COOPERATION : VALORISER LES INITIATIVES EN REGION, COLLABORER AVEC LES STRUCTURES D ACCOMPAGNEMENT «GENERALISTES» 14 ATELIER 4B COOPERER : TERRITOIRES ET COOPERATION : VALORISER LES INITIATIVES EN REGION, COLLABORER AVEC LES STRUCTURES D ACCOMPAGNEMENT «GENERALISTES» 15 ATELIER 5 REFLECHIR : ACCOMPAGNER ET APRES? QUELLES RESPONSABILITES? ATTENTION A «L'EFFET D'AUBAINE» III/PLENIERE DE CLOTURE : LE RESEAU DE L ACCOMPAGNEMENT A L ENTREPRENARIAT CULTUREL ATELIER 6 STRUCTURER : FORMALISER LE RESEAU MERCI PRESENTATION DE LA NOUVELLE VERSION DU SITE ENTREPRENDRE-CULTURE.FR Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

3 I/ PLENIERE D INFORMATION LE RAPPORT DE STEVEN HEARN, 6 MOIS APRES SA REMISE? Avec Gilles Castagnac (IRMA) et Steven Hearn (Scintillo) Genèse du rapport «Sur le développement de l'entrepreneuriat culturel» Steven Hearn est le président de Scintillo et le fondateur du Troisième Pôle. Il a également obtenu la délégation de service public de la Gaîté Lyrique. En 2010, il imagine le projet de créer un fonds d investissement de capital-risque destiné aux entrepreneurs culturels car ces derniers sont souvent isolés par les acteurs du développement économique. Les premiers retours sur le projet ont été compliqués, on lui a renvoyé l idée que «la culture = subventions + mécénat». Il a lancé Creatis (incubateur d entreprises culturelles) afin de casser cette image et pour montrer que les entrepreneurs dans le secteur culturel peuvent être sérieux et économiquement viables. C est David Kessler alors conseiller médias et culture auprès de François Hollande qui a sollicité Steven Hearn pour lancer une réflexion sur l entrepreneuriat culturel pour le Ministère de la Culture et de la Communication. Steven Hearn a proposé de ne pas rester centré sur la culture, ce qui a permis de mettre autour de la table le Ministère de Fleur Pellerin pour l innovation, les PME et l économie numérique. Le rapport, fini en avril-mai 2014, a été remis le 25 juin à Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg. Comment le rapport a-t-il été reçu? Il y avait beaucoup d attentes sur le rapport mais aussi beaucoup de suspicion sur la commande. Estce que la mission cachait la volonté politique de changer le modèle économique de la culture? Est-ce que le soutien aux entrepreneurs allait empiéter sur l existant? L objectif du rapport est d aider au développement des entrepreneurs immatriculés, qui sont souvent isolés, ont peu de ressources humaines et peu de lien avec les collectivités. Le rapport cherche à voir comment les aider à se doter de fonds propres. Les entrepreneurs culturels sont souvent animés par des choses profondes sur la culture, mais ils n oublient pas l impact de leurs activités (pas seulement concernant l argent mais aussi l impact sur le tourisme ). Ils participent à leur manière à la préservation de l exception culturelle. Ils repensent des articulations entre les projets, les financements, l innovation et le financement de l innovation Il y a eu des débats concernant le public du rapport et le fait qu il parle uniquement des entreprises et non des associations. Sur cette question, la démarche entrepreneuriale au sein de structures qui ne sont pas des entreprises existe et n est pas exclue. Mais les cibles du rapport sont les entreprises culturelles immatriculées, afin de faire en sorte qu elles soient considérées comme les entreprises des autres secteurs. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

4 Ce n est pas une définition exclusive mais une définition précise. Le rapport n est pas là pour dire que l association ne sert plus à rien. Le rapport ne chronique pas la démarche entrepreneuriale mais comment l entreprise peut se développer. Le rapport met juste en avant que dans la culture, il y a peu de réflexions en amont du projet sur la structuration. Les personnes vont de base vers la structuration en association, c est une facilité administrative. Ces débats sont compréhensibles, notamment car le rapport est sorti dans un contexte de transformation forte, un compliqué et incertain avec le débat sur l intermittence. Comment les 8 recommandations proposées ont-elles été prises en considération? La 1 ère recommandation - intégrer la culture dans les processus d innovation : c est en cours, il y a déjà des dispositifs qui sont ouverts aux entrepreneurs culturels (comme la French Tech) et la FING met en avant l innovation qui n est plus seulement technique et numérique. La 2 ème recommandation - inscrire la culture dans le champ de l économie sociale et solidaire : la loi ESS a notamment aidé à cette évolution. Les démarches de certains entrepreneurs culturels sont vraiment ancrées dans le secteur de l ESS. La 3 ème recommandation - accompagner le passage du modèle associatif marchand vers les modèles entrepreneuriaux : c est une démarche volontaire et non une injonction à le faire. Pour trouver un modèle, il faut des aides pour être accompagné sur cette question. Qui peut s en emparer? La 4 ème recommandation - créer un outil piloté par Bpifrance consacré à l amorçage des entreprises : un fonds d investissement est en cours de création. La 5 ème recommandation - favoriser l émergence et la consolidation de structures d accompagnement des entrepreneurs du secteur en incitant à la structuration de clusters régionaux : il y a un vrai intérêt pour que les conditions soient créées pour aider à ce développement, la question reste à travailler. La 6 ème recommandation - soutenir la communication et la réflexion sur le rôle de l entrepreneur culturel : reste un sujet dont il faut s emparer La 7 ème recommandation - encourager la création d une représentation des entrepreneurs culturels : reste un sujet dont il faut s emparer La 8 ème recommandation - développer un site internet ressource: le Collectif MERCI s en occupe. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

5 PRESENTATION DU FORUM ENTREPRENDRE DANS LA CULTURE Par Philippe Tilly (DGMIC) Le rapport de Steven Hearn vient enrichir les réflexions de la DGMIC depuis sa création. Ces réflexions pour répondre aux principaux besoins des entreprises culturels (dont le besoin de développer les financements et sortir de l isolement) ont été engagées dés 2010 par la DGMIC. Parmi les actions mises en place : l accès au crédit d impôts, le développement du travail avec l IFSIC, la publication du guide Entreprendre dans la culture. La DGMIC a lancé la première édition du Forum Entreprendre dans la Culture qui aura lieu en France, avec le soutien du Ministère de l Économie. Il aura lieu à Paris (à la Gaité Lyrique, au CNAM et au TANK) du 25 au 27 mars 2015, et du 30 mars au 13 avril 2015 à Lille, Lyon, Aix-en-Provence, Montpellier, Toulouse et Strasbourg. Les objectifs du Forum Entreprendre dans la Culture sont de valoriser les entrepreneurs et rendre visible leurs activités. Il y aura beaucoup de témoignage d entrepreneurs. Le Forum va également permettre de montrer les problématiques communes des entrepreneurs en dehors des champs d action (musique, audiovisuel, média ), et de parler des questions communes. L'évènement s adresse aux entrepreneurs ou futurs entrepreneurs du secteur culturel, aux étudiants, ainsi qu aux acteurs institutionnels intéressés par la question du soutien au développement économique dans le secteur. Les inscriptions sont ouvertes en ligne : Il y aura une restitution de ces rencontres nationales le vendredi 27 mars matin à la Gaité Lyrique. Le Forum de cette année est une première qui est amenée à être un rendez-vous régulier sur l entrepreneuriat culturel et elle répond aussi aux préconisations du rapport. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

6 II/ RESTITUTION DES ATELIERS PARTICIPATIFS ATELIER 1A COOPERER : PROFESSIONNELS DE L ACCOMPAGNEMENT A L ENTREPRENEURIAT CULTUREL : C EST QUOI NOTRE METIER? Animation : Géraldine Dallaire (Adecc) Synthèse : Paméla d Authier (Appuy Créateurs) Quel est le profil des entrepreneurs accompagnés et quels sont leurs spécificités? On peut constater certaines spécificités en fonction des secteurs culturels. Par exemple, si on prend le cas de certains intermittents du spectacle, on est confronté à des chefs d entreprise dans les faits mais qui ne le sont pas d un point de vue juridique puisqu ils sont salariés d une structure employeuse qui implique un lien de subordination. Les entrepreneurs accompagnés sont ceux qui ont suivi un certain parcours artistique et culturel : études, expériences professionnelles, etc. Le projet d activité a été réfléchi et muri. Si la personne est en reconversion ou n a aucun bagage artistique et culturel on se situe davantage dans le suivi de porteur de projet. Le distinguo entre les porteurs d idées et les entrepreneurs culturels va impacter le type d accompagnement proposé. La distinction entre porteur de projet et entrepreneur culturel (notions artistique, économique, posture) est mise en évidence, bien qu il y ait quelques années la notion d entrepreneur culturel était peu utilisée. Le fait de devenir entrepreneur soulève notamment des questions de statut et de modèle économique. L entreprise culturelle se situerait entre l offre -artistique et culturelle- et la consommation -le public, le spectateur. L entrepreneur culturel allie à la fois des critères esthétiques et des critères économiques. Quand devient-on entrepreneur? La notion d entrepreneur culturel renvoie au statut de chef d entreprise et de rentabilité économique. L entrepreneur culturel se pose à un moment la question de la pérennité sur le moyen et long terme de son projet. Il a une stratégie de développement (contexte, moyens, enjeux). Il a également une réflexion sur le statut juridique et le modèle économique et il se fixe des objectifs de rentabilité. Il existe une tension entre culture et management : arriver à être au milieu des deux pour être un entrepreneur. Quel est le rôle des structures d accompagnement? Certains préfèrent parler d appui plutôt que d accompagnement (aider «à faire» et non pas «faire à la place de»). Il y a comme une interdépendance entre la structure d accompagnement et le porteur de projet. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

7 Les structures font de l accompagnement dans différentes phases du projet (émergencedéveloppement-post-création) et accompagnement de publics variés : artistes, entrepreneurs artistiques culturels/ bénéficiaires de minimas sociaux, intermittents Les structures d accompagnement sont là pour conseiller, informer, observer, former. Il n y a pas de notions théoriques. Il y a également différentes formes d accompagnement : individuel, collectif, rencontres Se pose la question sur la légitimité des structures d accompagnement et l importance du regard et de l appui des pairs. Quel est l impact du financement public des structures d accompagnement? Le financement ou le non financement des structures d accompagnement influeraient sur la relation entre la structure et l entrepreneur culturel. Les services proposés par les structures non subventionnées seraient ressentis de manière plus positive par les entrepreneurs, ce qui pourrait impacter le développement du projet. Quelle reconnaissance des différents statuts des entrepreneurs culturels? Les modèles de l entrepreneur culturel sont en constante évolution et innovation. Il y a une nécessité de sensibiliser les clients des entrepreneurs et les partenaires institutionnels sur les nouveaux statuts et mode de fonctionnement, et communiquer davantage sur les démarches collectives et innovantes du champ de l économie culturelle. Comment évaluer les projets pour les structures d accompagnement? Sur la question des objectifs et de l évaluation : comment mettre en place des indicateurs (souvent sollicités par les institutions)? Sachant que les indicateurs dépendent souvent des politiques publiques. Le développement des outils de suivi est important mais: il y a des difficultés pour avoir des réponses économiques sur le long terme. Autres remarques Des associations culturelles se créent avec des conseils d administration constitués uniquement pour pouvoir exercer une activité artistique avec un statut juridique légal. Il n y a pas toujours de réflexion sur le modèle juridique le plus approprié pour développer un projet économique. Il est important que les entrepreneurs de différents secteurs d activité (hors culture également) se rencontrent. Les structures d accompagnement culturel doivent cependant être à même de répondre aux spécificités du secteur. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

8 ATELIER 1B COOPERER : PROFESSIONNELS DE L ACCOMPAGNEMENT A L ENTREPRENEURIAT CULTUREL : C EST QUOI NOTRE METIER? Animation : Marion Godey (La Coursive Boutaric) Synthèse : Aude Merlet (Cluster Paris Musique) Quels sont les profils parmi les structures d accompagnement? Ce qui apparaît tout de suite c'est la diversité des structures d accompagnement. Cette hétérogénéité des dispositifs se distingue très rapidement de par leurs modèles, leurs genèses mais aussi leurs missions et actions. De toutes formes (clusters, CAE, couveuses, fédérations, pépinières, agences ), ces acteurs ont bien souvent un historique propre (initiative individuelle, impulsion d'une collectivité, rassemblement d'entrepreneurs...) qui a permis leur création et leur mission de base. Souvent parti d'un domaine précis, certains s'y sont spécialisé, d'autres au contraire se sont ouvert à d'autres champs, culturel ou non, alors que certains ont eu une approche généraliste. En plus du domaine d'action, la diversité est présente par l'échelle de l accompagnement, si certains ont une action locale, pour d'autres c'est l'échelle départementale ou régionale qui prime, et d'autres accompagnent aussi à l'international. Cette notion de territoire qui n'est pas prédéfinie pour certains peut dépendre aussi du financement du dispositif, si certains dispositifs s'autofinancent ou ont des ressources émanant du privé, d'autres sont soutenus par les pouvoirs publics. Là aussi une diversité apparaît, car ce ne sont pas spécifiquement des financements venant des services culturel, mais aussi de l'économie, l'innovation, le territoire, l'ess ou encore le social qui participent à l'effort de soutien à l'entrepreneuriat. Quelles sont les missions des structures d accompagnement? Au delà de la construction de ses dispositifs d'accompagnement, les missions sont aussi très diverses. Si les notions d'incubation, coworking, formation, ressources et conseil sont récurrentes ; des prestations de services administratifs, comptables ou juridiques tendent à apparaître, ainsi que la mise en place d'outils pratiques ou encore de conseils en stratégie. Le moment de l'intervention est aussi variable d'un acteur à l'autre. Certains interviennent en amont du projet, certains en amorçage ou développement alors que d'autres agissent à tout moment du projet entrepreneurial. Ainsi l'action de certains est limité dans le temps et pour d'autres l'accompagnement n'a pas de durée limité. Enfin l'aspect du public témoigne aussi d'une très grande hétérogénéité, si certains reçoivent directement des artistes ou des individus en préparation d'un projet, d'autres n'accompagnement que des entrepreneurs déjà en action. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

9 Quels sont les points communs des structures d accompagnement? En premier lieu un questionnement évident sur les nouveaux modèles qui apparaissent et les dispositifs à mettre en place pour répondre aux nouveaux besoins. Ces réflexions émanent des structures d'accompagnement, mais aussi des collectivités qui ont la volonté d'avoir des soutiens plus ciblées pour aider les entrepreneurs. Il apparaît aussi que ce n'est pas forcément par le financement que l'accompagnement se dessine, mais plutôt sur le soutien à la recherche des financements ou du modèle économique. On note aussi une volonté de fertilisations croisées de plus en plus fortes en créant des passerelles entre les secteurs, notamment l'innovation, l'économie sociale et solidaire ou encore le social. Le rôle de l'accompagnateur implique des aspects de parrainage et de responsabilisation. Il apparaît aussi que par l'accompagnement de l'individuel, de l'entrepreneur, participe à la structuration d'un secteur dans son ensemble. Quelle définition de l entrepreneur culturel? Au delà de la définition «officielle», on se rend compte que les profils que l'on accompagne répondent souvent à d'autres réalités. Et pourtant c'est en définissant au mieux à qui on s'adresse que l'on pourra au mieux les accompagner. Ainsi, la sémantique a été évoqué, est ce que celui qu'on appelle aujourd'hui l'entrepreneur culturel est celui qu'on appelait avant le porteur de projet? Même si il est convenu que l'entrepreneur à la vision et la démarche plus construite que le porteur de projet, cela ne paraît pas évident pour tous. Le profil de l'entrepreneur culturel n'est pas forcément bien appréhendé par tous. S il est convenu que la posture de l'entrepreneur est notamment définie par son profil de gestionnaire & décideur, par la prise de risque et sa responsabilité, la réflexion porte sur ses autres qualités qui ne sont pas les mêmes d'un individu à l'autre, d'un métier à l'autre, et encore moins d'un domaine culturel à l'autre. Secteur culturel «traditionnel» VS entrepreneuriat culturel? La notion du champ culturel est aussi abordée, notamment via l'apparition de nouveaux modèles, qui seront variables selon les métiers et les disciplines. La frontière est elle nette entre les 2 systèmes : un ancien dit «traditionnel», souvent incarné par des associations régulièrement subventionnées, sans réelle remise en question du modèle économique face aux profils d'entrepreneurs plus contemporains, qui portent des nouveaux modèles économiques, via une réalité de l'autofinancement nécessaire. Est finalement questionnée la valeur de la création, qui très spécifiquement dans le champ culturel sera toujours le fruit d'une évaluation compliquée. Pour mieux accompagner les entrepreneurs, il sera nécessaire de bien définir qui ils sont, mais aussi qui nous sommes, nous dispositifs d'accompagnement, et si ce que nous proposons répond bien à leurs besoins et réalités. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

10 ATELIER 2 REFLECHIR : L ENTREPRENEURIAT CULTUREL ET L ESS : ASSO, SCOP, SCIC, ENTREPRISE RESPONSABILITES D ENTREPRENEURS? Modérateur : Claire Léauté (CIGALES d Auvergne) - Synthèse : Joël Beyler (CAE Artenréel) Qu est ce que l ESS? La personne est au cœur du projet, l économie est un moyen et non pas finalité. C est une forme de démocratisation de l économie par l engagement citoyen L ESS : c est la diversité, ce qui fait à la fois si richesse mais parfois aussi sa faiblesse (plusieurs «familles» qui ne se reconnaissent pas toujours) Les statuts ne suffisent pas ; il faut penser un triptyque autour de 3 piliers : les valeurs, le statut juridique (garde-fous), et les pratiques. Il a été souligné l importance de la cohérence entre valeurs et pratiques (en terme de RH, de fonctionnement, etc.) ; les valeurs ne doivent pas être du discours mais doivent se vivre au quotidien. La notion d utilité sociale ne se décrète pas mais se détermine par une évaluation participative faisant participer toutes les parties prenantes bénéficiaires du projet. Qu est ce qui encadre l appartenance à l ESS? Existe-t-il un label ESS? Non, pas de label. Le débat est récurrent mais non retenu par la loi ESS de juillet Par contre, il existe un agrément d entreprise solidaire (d utilité sociale) mais il est peu connu et il n y a pas ou peu de contrôle à posteriori puisqu il s obtient de façon déclarative à un instant précis. Des leviers de contrôle et de limitation du risque de dérive ont été identifiés : - La double qualité (décideur/bénéficiaire) permet de garantir certaines pratiques, dans une logique de contrôle interne : les sociétaires ont accès aux informations de gestion, élisent collectivement et régulièrement leurs dirigeants - L obligation de révision coopérative annuelle et l inscription sur la liste ministérielle des SCOP qui permet aussi de vérifier les pratiques démocratiques et de gestion en vigueur dans l entreprise. Ces leviers représentent de bonnes pistes mais ne sont pas forcément suffisantes. Quelle place pour l ESS dans le secteur culturel? Dans certain secteur (notamment Spectacle Vivant), il demeure une tradition culturelle de créer sa structure en association. Pour autant, ce choix est fait par défaut plus que par choix militant : pour avoir un support juridique (obtenir des subventions / obtenir une salle pour répéter / etc.) ; les politiques culturelles menées depuis les années 80 ayant incité à la structuration associative. Ces créateurs ne se revendiquent pas de l ESS et la gouvernance associative est mise à mal (dirigeants de paille, artiste décideur, absence de dimension collective, etc.). Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

11 Depuis peu, le développement des statuts coopératifs (SCOP et SCIC) change quelque peu la donne même si ces statuts sont encore largement méconnus notamment par les pouvoirs publics et les collectivités. Le statut SCOP est peut être davantage choisi par militantisme : quelques exemples historiques de SCOP dans le spectacle vivant sont portés par des personnages qui ont affirmés leur vision du monde, à travers le choix du statut de leur entreprise. Quelle alternative s offre alors à la création d association? Les nouvelles organisations du travail (CAE, bureaux de production, ) offrent des perspectives intéressantes même si certains aspects juridiques restent fragiles (circulaires sur le portage salarial et la licence d entrepreneur de spectacle, structures en recherche de leurs propres modèles, etc.). Au final, au-delà des statuts, ce qui semble important, c est de créer des parcours personnalisés d accompagnement, au plus près des besoins des publics et de sécuriser les démarches, qu elles soient individuelles ou collectives. Quelle est la posture de l entrepreneur culturel? L accompagnement d un entrepreneur culturel fait apparaître un paradoxe : le porteur d un projet artistique ou culturel n est pas forcément un entrepreneur. Il n a pas vocation à créer des structures mais pourtant les règles du système culturel lui suggèrent. Il se retrouve malgré lui dans une posture d entrepreneurs «de fait». Comment prendre en compte ce paradoxe dans l accompagnement? Les participants soulignent l importance d accompagner les porteurs de projets pour qu ils prennent conscience de la posture qu ils vont occuper. Il y a également des ponts et des rapprochements à créer avec de secteur de l économie traditionnelle (banque, etc.). De nouvelles dynamiques territoriales participent à ces rapprochements : Clusters, Pôle Territoriaux de Coopération Economique, coworking, Y a-t-il une responsabilité partagée de l entrepreneur culturel? Le triptyque historique de financement hybride d un projet culturel (financement public / recettes propres / réciprocité notamment à travers le bénévolat) est aujourd hui mis à mal (baisse des financements et de l intervention de l Etat ou des collectivités, tendance à la rentabilité, généralisation des logiques d appels d offres, crise du bénévolat, etc.) et invite à redéfinir de nouveaux modèles et à réfléchir à des logiques de mutualisation. Pour autant, les acteurs et entrepreneurs de secteur culturels ne peuvent pas seul assumer la crise d un secteur d activité. Alors, oui, l entrepreneur a sans nul doute une responsabilité mais celle-ci est une responsabilité qui doit être partagée globalement entre entrepreneur, citoyen, société civile, politique Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

12 ATELIER 3 STRUCTURER : APPORTER DES DONNEES AU SECTEUR : LESQUELLES? COMMENT LES TROUVER? COMMENT LES METTRE EN VALEUR? Modération : Mathias Milliard (IRMA) - Synthèse : Nathalie Miel (Le Damier) Pour quels objectifs collecter des données? La collecte de données pose l'idée de la normalisation, de la production d'argumentaire pour changer les représentations et montrer la culture comme faisant partie intégrante de l'économie pour faire entrer l'entrepreneuriat culturel dans les dispositifs traditionnels. Il existe un paradoxe à ne pas vouloir être considéré comme les autres, tout en souhaitant être dans le droit commun. Il convient d'être attentif à ce paradoxe pour ne pas être contre-productifs, et être prudent à l'image qui est renvoyée au politique. Il s'agit de ne pas donner de clés susceptibles de nous nuire. Il est donc très important de savoir clairement pourquoi nous récoltons des chiffres, et en vue de dire quoi à quel interlocuteur. En tant qu'experts sur nos secteurs, nous savons souvent que nous voulons observer, ce que l'on recherche, et nous produisons des données parce que l'on a une réponse directe à apporter, notamment en terme de mise en place de dispositifs, de positionnement politique, etc. Les chiffres foisonnent : il y a donc nécessité à les rationaliser pour faciliter la lecture politique et déclencher les bonnes réponses, les bons dispositifs pour faire levier. Quelle méthodologie pour récolter des données? La question se pose du mode de collecte des données. Des difficultés existent pour obtenir des taux de réponse satisfaisants. Nous pouvons être amenés à extrapoler des résultats, ce qui a pour effet immédiat d'invalider l'analyse. Il est noté qu'il est plus facile de mobiliser les acteurs et de collecter les données lorsque le résultat produit par une enquête à une répercussion directe et utile. La question d'utiliser les données recueillies par d'autres structures telles l'insee ou le CNV a été soulevée. Nous essayons parfois de comparer des données alors que ce qui a été observé n'est pas tout à fait identique. D'une étude à l'autre, les données peuvent différer sur le même sujet car les mêmes champs n'ont pas été étudiés. Se pose alors également la question de la comparaison de l'expertise produite. Afin de faciliter l'actualisation des données, il a été émis l'idée d'observer moins de champs, mais de manière plus récurrente. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

13 Quel rôle peut jouer le Collectif MERCI? Le rôle du Collectif MERCI sur ce sujet peut être d'entamer une réflexion sur une méthode partagée : est-il possible d'imaginer des protocoles universels et une nomenclature unique pour la collecte des données, afin de se donner les moyens de comparer? S'agirait-il pour cela de mettre en place une base de données commune, alimentée par les structures inscrites? Il est nécessaire d'identifier un besoin commun (chiffres quantitatifs / qualitatifs? au plan national / local? par branche?...). Les attentes des participants à ce sujet est de mettre en commun et rationaliser les données, comparer les pratiques, valoriser les initiatives sur leur territoire, produire des indicateurs et faire remonter des chiffres. L'idée est de s'enrichir mutuellement des expériences et des dispositifs développés ailleurs, tout en étant vigilant à ne pas calquer de dispositif sur des territoires différents. Enfin, le Collectif MERCI pourrait devenir un espace de réflexion sur la création de nouveaux indicateurs, au-delà des seules questions d'emplois, de chiffres d'affaire et de poids économique (par exemple: comment réfléchir ensemble sur la question de la valeur, et sur les moyens de la mesurer?). Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

14 ATELIER 4A COOPERER : TERRITOIRES ET COOPERATION : VALORISER LES INITIATIVES EN REGION, COLLABORER AVEC LES STRUCTURES D ACCOMPAGNEMENT «GENERALISTES» Modération : Fabrice Borie (Le Transfo) Synthèse : Valérie Weidmann (Pygmalion et Cie) Quelle collaboration entre les structures d accompagnement généralistes et spécialisées? Avec les banques il y a deux difficultés : estimer la valeur d un projet culturel et la mise de fonds propres (ce qui est peu dans la culture de la culture ) Il a été évoqué que cela dépendait des chargés de clientèle et des banques. Certaines sont plus sensibles que d autres. Il n y a pas de prêt sans garantie. Il y a besoin d un garant ou des projets comme des fonds d investissement qui sont des pistes en cours. Il existe parfois des acteurs spécialisés dans le domaine culturel qui sont sollicités pour participer aux commissions lors d instruction de dossiers pour mieux appréhender les enjeux, les perspectives. Avec d autres acteurs de l accompagnement généralistes comme les chambres consulaires, les boutiques de gestion, des collaborations sont effectives mais souvent parce qu une personne au sein de l organisme est sensible ou intéressé par la culture. Seulement, parfois en voulant se rapprocher d acteurs de l accompagnement généralistes, on peut aussi y rencontrer de la concurrence Par exemple, les DLA évoquent un référencement de nombreux consultants généralistes mais beaucoup moins de consultants du secteur culturel, une centaine au niveau national. De manière générale, le rapprochement entre les structures généralistes et les structures culturelles peut fonctionner mais avec des à priori, voire des réticences sur des actions collectives, même s il y a des résultats en terme de collaboration entre secteur d activité Comment valoriser les initiatives en région? L identité territoriale est souvent liée à une identification régionale, mais la fusion des régions interroge certains acteurs devant les différences de méthode d action. Pour valoriser les initiatives des acteurs, il a été proposé par les participants de passer par les chefs de files thématiques, par les collectivités en région, et s emparer des plateformes thématiques des projets européens. Mais cela reste encore très frais et peu lisible pour certains acteurs. Et lorsqu on parle de valoriser les initiatives il faut penser au porteur de projet ou l entrepreneur qui tout seul face aux méandres des multiples services peut se perdre. Pourquoi également ne pas reconsidérer les contrats avec la puissance publique, dans l intérêt collectif, pour développer des processus de Recherche & Développement afin d identifier, de valoriser et de soutenir les initiatives? Ces processus pourraient mobiliser des financements hybrides (secteur culturel et généraliste). Sur les complémentarités culture/généraliste, des zones de blocages persistent. Il faut persévérer dans la pédagogie et la connaissance réciproque autour pour les acteurs culturels que les acteurs plus généralistes. La place de l accompagnant est souvent un décodeur. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

15 ATELIER 4B COOPERER : TERRITOIRES ET COOPERATION : VALORISER LES INITIATIVES EN REGION, COLLABORER AVEC LES STRUCTURES D ACCOMPAGNEMENT «GENERALISTES» Modération : Yann Chapin (Fontaine O Livres) Synthèse : Carole Le Rendu (chercheuse) Comment collaborer avec les structures d'accompagnement «généralistes»? Il est possible de mettre en place des partenariats avec des structures ou des dispositifs généralistes, dans lesquels le rôle de la structure spécialisée est d apporter son expertise, sa compétence sur le champ culturel et de permettre d adapter les offres aux entrepreneurs culturels. On semble plutôt dans une problématique de mieux structurer ce travail de partenariat avec les structures généralistes. Continuer à récolter des «bonnes pratiques» avec les structures spécialisées collaborant déjà avec des structures généralistes de façon efficace. La question se pose de savoir si le parcours entrepreneurial n'est-il finalement pas le même que pour les autres secteurs. Oui et non. Certains peuvent penser que l'entreprise culturelle est à part, beaucoup pensent la nécessité de traduire, d amortir le choc culturel : certains interlocuteurs ne comprennent pas l'activité, le fonctionnement culturel. La structure spécialisée, un «facilitateur»? Problématiques auxquelles font face les entreprises culturelles : - une sous représentation dans les instances généralistes telles les CCI, voire dans l'ess, - un modèle de l'entreprise culturelle peu compris, défiance vis-à-vis de ce champ, où il manque des chiffres ou des modèles d'entreprises auxquels se référer. Réponses que peuvent apporter les structures spécialisées : - Certains besoins sont spécifiques, il faut dans ce cas des commissions et des acteurs généraliste peuvent faire appel à l'expertise de structures spécialisées - Le rôle des structures spécialisées serait de donner confiance aux autres acteurs par leur expertise. - Il est important de cultiver des coopérations entre structures spécialisées, générateur de «fertilisations croisées» en croisant nos expertises. Comment valoriser les initiatives en région? Le constat est fait que «tout se passe à Paris», il faut relayer ce qui se passe sur les territoires. Pour cela l implication institutionnelle semble importante. L outil Créafil de la région Rhône Alpes, semble être une initiative exemplaire, même si elle c'est une démarche descendante. Une plateforme internet pour tous les acteurs, avec un outil d'autodiagnostic, et décliné par territoire. De manière générale il faut aller vers un travail tant sur la visibilité que sur une articulation de tous les dispositifs d accompagnement sur un territoire. Pour cela il faut faire un travail afin de démarcher les structures existantes, pour que les entrepreneurs connaissent mieux les dispositifs de droit commun. Il faut également faire que les structures d accompagnement spécialisées se connaissent mieux pour favoriser les coopérations. D où la nécessité de se rencontrer sur un territoire. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

16 ATELIER 5 REFLECHIR : ACCOMPAGNER ET APRES? QUELLES RESPONSABILITES? ATTENTION A «L'EFFET D'AUBAINE» Modération : Alexandre Tinseau (FRACAMA) Synthèse : Franck Zimmermann Accompagnement des porteurs de projets : quels objectifs et quelles méthodes? Les échanges ont fait apparaître un consensus certain sur les valeurs et notions clés de l'accompagnement. Il est nécessaire de «ne pas faire à la place de», bien qu'une distinction puisse s'opérer entre organismes institutionnels, financés par des fonds publics pour leurs missions, et opérateurs privés qui n'hésitent pas à utiliser des termes marchands pour qualifier leurs prestations d'accompagnement. On retrouve les notions d'autonomisation des porteurs de projet, et sur la nécessité de l'aide à la prise de conscience de ce qu'est un entrepreneur. Dans les logiques de l'accompagnement, ce dernier est actif dans son développement. Pour certain, le rôle de l'accompagnateur ne s'arrête évidemment pas là : dans un monde complexe, en perpétuel mouvement, il a pour rôle de sécuriser les porteurs de projets. Les méthodes employées sont aux antipodes du savoir descendant : les termes de parrainage et de compagnonnage sont apparus pour définir la posture adoptée par beaucoup. L'accompagnateur est assimilé bien plus ici à un intermédiaire, un médiateur qui oriente et qui aiguille le porteur de projet. Sa compétence s'affirme dans sa capacité à repérer, comprendre et diagnostiquer les problématiques rencontrées, et à mobiliser en face les bonnes réponses et les bonnes ressources. Pour y parvenir, l'accompagnateur se doit de coller au terrain, et de disposer d'une expertise reconnue. Certains ont soulevé la pertinence et l'efficacité des dispositifs collectifs par rapport aux entretiens individualisés, lorsqu'ils s'inscrivent dans des dynamiques de l'échange, et non de la transmission d'information verticale. Évaluation : quelles limites des dispositifs d'accompagnement? La question de l'évaluation des dispositifs et des réponses mises en œuvre est que complexe. Il n'existe pas ou peu d'outils d'évaluation. Ce qui s'apparente à de la prestation intellectuelle est difficile à comptabiliser et à rationaliser facilement. Il a été pointé aussi le manque de données globalisées sur les effets des dispositifs, malgré des études sectorielles ou territoriales foisonnantes. A ce titre, si l'accompagnateur opère sur une période précise du développement d'un projet, les résultats et les effets de cet accompagnement ne peuvent être suivis aisément sur des temps plus longs. La question de l'évaluation a permis de pointer les difficultés du métier d'accompagnateur, coincés entre les réalités et la capacité de réaction institutionnelle, qui ne fonctionne clairement pas sur le même tempo et la même vitesse. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

17 L'évaluation devient ainsi extrêmement compliquée lorsque des dispositifs deviennent obsolètes à peine terminés, et que le cadre administratif, réglementaire et institutionnel s'adapte mal à un monde en mutation constante et rapide. Les formes de structurations et les cadres de financements imposés s'adaptent de la même manière mal au monde de la culture et à la question de l'entrepreneuriat culturel. Se posent in fine la question de la capacité des professionnels de l'accompagnement à faire bouger et évoluer ces cadres et ces formes, dès lors qu'ils ne sont pas invités aux commissions qui les forgent... C'est enfin la capacité d'expérimenter qui est mise sur le tapis : les temporalités de l'action publique ne permettent pas de tester des dispositifs et d'innover dans les réponses apportées. Il s'agirait finalement de sortir de ce qui se fait pour aller vers ce qui va se faire. Quelle responsabilité des structures d accompagnement? Et quelle durabilité de leurs actions? Si l'accompagnement se définit bien comme une prestation de diagnostic, de préconisations et de mise en œuvre de réponses adaptées, le porteur de projet demeure le seul maître à bord. Ses choix, et la qualité intrinsèque de son produit élément central de la viabilité même de l'entreprise ne dépendent que de lui. A ce titre, les professionnels de l'accompagnement ont bel et bien une obligation de moyens, mais pas de résultats. La sécurisation des parcours d'entrepreneurs passe avant tout par la mise en œuvre de montage financier complexe : fonds publics, fonds d'investissement et fonds privés, fonds participatifs... Il est dans cette logique primordiale de diversifier les sources, afin que la durabilité des projets ne puisse être remise en cause par un excès de fonds publics, non sécurisés car dépendant de la volonté politique. Il a enfin été émis l'idée que la durabilité des projets passe aussi par la remobilisation des entrepreneurs sur leur cœur de métier : l'innovation, la création, la prospective, en insistant sur la nécessité de déléguer toutes les tâches qui ne relèvent pas de la dynamique de projet (tâches administratives particulièrement) à d'autres... Et «l effet d'aubaine»? La notion d'effet d'aubaine a été soulevée, mais s'est heurtée à l'incompréhension de beaucoup sur la signification de ce terme. Si l'expression renvoie aux dispositifs d'amorçage (aides au démarrage par exemple) qui pourrait induire des effets négatifs à terme (politique uniquement centrée sur l'amorçage et non sur le suivi, entrepreneuriat voué à l'échec car mal préparé à l' «aprèsfinancement d'amorçage»...), beaucoup de participants préfèrent relever au contraire les effets majoritairement positifs de ces politiques, qui donnent leur chance... Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

18 III/PLENIERE DE CLOTURE : LE RESEAU DE L ACCOMPAGNEMENT A L ENTREPRENARIAT CULTUREL ATELIER 6 STRUCTURER : FORMALISER LE RESEAU MERCI, OBJECTIFS ET GOUVERNANCE DE L ASSOCIATION, OBJECTIFS ET GOUVERNANCE DU SITE Modération : Myriam Faivre (CAE Clara) Synthèse : Morgane Vinet (Collectif MERCI) Qu est ce que le Collectif MERCI? Où en sont les réflexions? Il semblait important de faire un point historique sur le Collectif MERCI pour que tous les participants soient au même niveau d information. Des professionnels de l accompagnement en Ile-de-France ont lancé un forum informel en Les questions qui ont mobilisé les acteurs: Comment mieux répondre aux besoins des porteurs de projets? Comment identifier les autres structures d accompagnement pour travailler sur la complémentarité des dispositifs? Ce forum a permis aux professionnels qui le souhaitaient de se rencontrer pour se connaitre, pour partager de l information sans compétition et pour échanger sur les pratiques. Les réunions sont devenues un temps de rencontre régulière en région. Ce collectif d origine francilienne est devenu un comité constitutif du Collectif MERCI actuel quand on a demandé aux membres de travailler sur la valorisation des structures d accompagnement, et d avancer sur l échelle nationale. Cette évolution dans le projet a été soutenue par la DGMIC, qui a financé la création du site internet en mai En juillet 2014, une association a été créée, elle a pour objet de : - valoriser les initiatives et les actions des structures d'accompagnement à l'entrepreneuriat culturel - proposer la constitution puis animer le réseau des structures d accompagnement à l entrepreneuriat culturel sur le territoire national, - et rendre plus visible sur chaque territoire les dispositifs d accompagnement dédiées aux entrepreneurs culturels Ce qui est opérationnel au sein du collectif : le comité constitutif, un bureau, un comité technique pour le développement du site internet et un comité éditorial pour les contenus du site. Une coordinatrice a été recrutée pour animer le réseau et gérer le site. Aujourd hui la réflexion ne peut plus se faire dans le comité constitutif, il y a un vrai besoin de la participation de toutes les régions. L objectif n est pas de faire comme en Ile-de-France mais de mobiliser les compétences et les connaissances en région pour nourrir le projet. Le Collectif MERCI souhaite promouvoir un réseau à disposition de ses membres et non pas faire une tête de réseau. Le projet associatif est à minima pour être souple, pour permettre aux structures des régions de s impliquer dans le réseau et de s emparer du pouvoir. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

19 Quel est l intérêt du projet? Les participants de l atelier ont ensuite échangé sur la manière dont ils appréhendent le Collectif MERCI et sur l intérêt du projet. Le projet est intéressant, il n existait pas de structuration pour les structures et les professionnels de l accompagnement à l entrepreneuriat culturel. Le Collectif Merci s est donc constitué pour répondre à un besoin qui n était pas couvert. Le projet répond à l actualité (avec la publication du panorama EY, la remise du rapport Hearn ), c est le moment d avancer sur l accompagnement à l entrepreneuriat culturel. Ce réseau n est pas là pour remplacer des réseaux existants, il se positionne en complémentarité des autres réseaux nationaux. Le Collectif MERCI pourrait être un interlocuteur privilégié avec des réseaux comme l union des couveuses, le groupe de travail des groupements d employeurs, le réseau ressource, etc. Pour réussir à mobiliser autour du réseau, les structures doivent trouver un intérêt. Il faut avoir un projet associatif et travailler sur les objectifs. Ce qui mobiliserait les professionnels : connaitre initiatives innovantes, ne plus être isolés, être soutenus pour sensibiliser son environnement sur la question de l accompagnement à l entrepreneuriat culturel (partenaires publics, structures généralistes d accompagnement ) La dimension collective est également très intéressante mais le réseau doit prendre une forme souple et doit travailler en transversalité. Il faut un socle partagé avec des référents/acteurs régionaux qui vont expérimenter, qui vont brasser le terrain. Le réseau pourrait par exemple fonctionner comme une fédération informelle où il faudra adhérer à des valeurs et un projet commun. Dans l organisation du réseau et de la gouvernance, il faudra aussi prendre en compte les spécificités thématiques ou les différentes filières. En interne il faudra surement cloisonner et proposer des temps de travail en groupes thématiques (soit par filières, soit par type de structures, etc.) Il a été signalé que le projet du site internet est trop mis en avant. Le site internet est une vitrine, un outil, qui n est pas une fin en soi et qui n est pas l apport premier du Collectif MERCI. L intérêt c est la coopération, la rencontre, l échange. Quelle prospective pour le réseau du Collectif MERCI? Un brainstorming sur l avenir de MERCI, sur ses objectifs, sur ses possibilités a fait ressortir 3 pistes de développement principales : - Etre un observatoire et un relai d information et de ressources sur l entrepreneuriat culturel : o Proposer des fiches pratiques/pédagogiques pour les entrepreneurs o Etre un réseau interlocuteurs avec les autres réseaux pour valoriser leurs ressources (comme les documents d Opale ou de l Avise ) Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

20 o Produire de la donnée sur l accompagnement à l entrepreneuriat culturel mais aussi observer les pratiques des entrepreneurs culturels. - Faire un travail de lobbying et de développement pour les structures d accompagnement à l entrepreneuriat culturel : o Accompagner les structures d accompagnement à se développer (veille sur les appels à projets, aide à la réponse à des appels à projets, etc.) o Sensibiliser les structures généralistes et les collectivités au développement et au soutien à l entrepreneuriat culturel (travailler un discours commun, être présents sur des salons...) o Et pourquoi ne pas créer des Chambres régionales de l entrepreneuriat culturel équivalentes aux Chambres de commerce et de l industrie ou aux Chambres des métiers et de l artisanat. Les «CREC» permettraient d impliquer les entrepreneurs culturels sur la représentation et le développement de leurs activités puisque qu ils formeront la gouvernance de ces chambres consulaires. - Développer et encourager une dynamique participative : o Encourager, accompagner des rencontres dans les régions pour que les structures d accompagnement se connaissent et collaborent sur leur territoire o Mobiliser les acteurs autour de commissions thématiques (par filières, par type de dispositifs...) o Faire vivre le site de manière collaborative via le partage d information, des documents, la création d évènement Les idées qui ont été partagées sont des propositions qui devront être travaillées avec les autres structures d accompagnement qui voudront s impliquer dans le réseau. Ce seront des idées qui pourront être discutées lors de la prochaine Assemblée Générale du Collectif MERCI. En effet, une Assemblée Générale au printemps 2015 pour avancer ensemble sur le projet associatif du réseau, pour élire un nouveau conseil d administration et organiser les groupes de travail (comité technique du site, comité éditorial, etc.) - toute structure ayant réglé son adhésion avant fin mars y sera invitée. Compte-rendu Rencontres Nationales du Réseau de l Accompagnement à l Entreprenariat culturel février

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011 Groupe de travail Vers une cartographie interactive des métiers et des compétences Réunion 4 8 décembre 2011 Partenaires présents D.Anglaret DireccteIledeFrance P.Henry DireccteIledeFrance F.Suarez MDEMVS

Plus en détail

APPEL A PROJETS INNOVATION SOCIALE PROJETS ELIGIBLES AU FONDS POUR L'INNOVATION SOCIALE EN RHONE-ALPES (FISO RA) CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJETS INNOVATION SOCIALE PROJETS ELIGIBLES AU FONDS POUR L'INNOVATION SOCIALE EN RHONE-ALPES (FISO RA) CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS INNOVATION SOCIALE PROJETS ELIGIBLES AU FONDS POUR L'INNOVATION SOCIALE EN RHONE-ALPES (FISO RA) CAHIER DES CHARGES Investissements d avenir Action : «Rhône-Alpes FISO Programme d investissements

Plus en détail

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration)

Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Note de cadrage du projet de groupe de travail sur l entrepreneuriat en milieu rural (à l'issue des travaux de préfiguration) Introduction : La proposition de créer un groupe de travail sur l entrepreneuriat

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD

MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD MAISON DE L EMPLOI PERIGORD NORD 2015 1 ORDRE DU JOUR Rapport d activité 2014 Les comptes 2014 Orientations & Budget prévisionnel 2015 Questions diverses 2 LE TERRITOIRE DE COMPETENCES 3 RAPPORT D'ACTIVITE

Plus en détail

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015

sommaire Relevé de conclusions Séminaire 2015 - CRESS Auvergne avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes 6 février 2015 Séminaire 2015 - avec la participation de la CRESS Rhône-Alpes Relevé de conclusions 6 février 2015 Sémaphore - Cébazat sommaire I. Continuité sur la construction du projet stratégique II. Echanges entre

Plus en détail

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre

Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Les jeunes et la création d activité dans l Economie Sociale et Solidaire en région Centre Synthèse de l étude-action Entreprendre dans l ESS : une opportunité pour les jeunes Derrière le terme d Economie

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES

MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES MONTAGE ET REALISATION DU PROGRAMME SOFT-WHERE EXPORT 2013 CAHIER DES CHARGES 1) Introduction Dans le cadre de son PDI (Plan de Développement International), le Cluster EDIT a mis en place une action nommée

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans

Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans Le cahier des charges du 2 ème appel à projets d Alter Incub Rhône-Alpes, l incubateur régional d entreprises sociales, précise le contexte dans lequel s inscrit Alter Incub ainsi que les modalités et

Plus en détail

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif

Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Enjeux et problématiques du soutien à l emploi associatif Support de présentation - Animation n 1 Guide «Structurer une offre territoriale d accompagnement des petites et moyennes associations employeuses»

Plus en détail

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations

Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations Création d'activité individuelle, projets collectifs : des solutions adaptées en coopératives ou associations MIFE LOIRE SUD Dans le parcours de la création d entreprise, la MIFE Loire Sud se positionne

Plus en détail

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015

Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Diagnostic départemental de la création d entreprise par les femmes Octobre 2014 Mars 2015 Mission Droits des femmes et égalité DDCSPP28 1 L'entrepreneuriat par les femmes La Mission départementale aux

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP

Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Coopérative pour le Développement de l Emploi dans les Services A la Personne CDE SAP Gérant : Laurent BONNET Directeur : Thierry SARKISSIAN Coordonnées : cde-sap@orange.fr - 04.91.93.54.75 Siège social

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet»

30/10/2014. Thématique 2 «Je finance mon projet» 1 Thématique 2 «Je finance mon projet» 3 2 Thématique 2 «Je finance mon projet» Le réseau Créo Vaucluse c est qui c est quoi? 30 structures spécialistes de l accompagnement des entrepreneurs (création,

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

> Echanger et mutualiser des savoir-faire pour valoriser des compétences

> Echanger et mutualiser des savoir-faire pour valoriser des compétences F O R M A T I O N FORMATIONS En Développement Local Durable F O R M A T I O N FORMATIONS En Développement Local Durable Le lieu LAGRAPPE 75 rue Léon Gambetta 59000 Lille Renseignements / inscriptions :

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA I. CONTEXTE Dans le cadre de l exercice de son cœur de métier, le-a chargé-e de mission DLA fait face à des situations locales souvent complexes du

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

Les partenariats associations & entreprises

Les partenariats associations & entreprises Les partenariats associations & entreprises Initier ou renforcer une politique de partenariats avec les entreprises Novembre 2011 Référentiel réalisé en partenariat avec et Edito Avec leurs 1,9 millions

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail

ÉMERGENCE DESIGN. 2eme RENCONTRE DES DESIGNERS. lundi 02 décembre 2013

ÉMERGENCE DESIGN. 2eme RENCONTRE DES DESIGNERS. lundi 02 décembre 2013 ÉMERGENCE DESIGN 2eme RENCONTRE DES DESIGNERS lundi 02 décembre 2013 POURQUOI LA CANTINE NUMÉRIQUE? Un lieu d animation, d échanges, d expérimentation des usages Un espace de travail collaboratif en réseau

Plus en détail

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE 60 PROPOSITIONS POUR DEVELOPPER DES USAGES INNOVANTS DES RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE DANS LES ADMINISTRATIONS Piloté par le secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) et la

Plus en détail

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES]

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] 2015 [LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] Programme de formations du 2ème semestre 2015 pour les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire [SOMMAIRE] LA CO-OPERATIVE... 3 Nos formations professionnelles

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSEIL NATIONAL D'ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Les usages et pratiques de la formation dans les entreprises de 10 à 49 salariés et leurs effets sur le développement professionnel des salariés»

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

ENTREPRENDRE AU FÉMININ

ENTREPRENDRE AU FÉMININ Journée nationale des femmes entrepreneures ENTREPRENDRE AU FÉMININ Un an d action pour le développement de l entreprenariat féminin DOSSIER DE PRESSE 1 er octobre 2014 UNE POLITIQUE POUR L EMPLOI ET L

Plus en détail

Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin»

Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin» CAHIER DES CHARGES Prestation rédactionnelle : Réalisation de portraits d entrepreneuses lauréates du concours «Initiative au Féminin» Initiative Doubs Territoire de Belfort Juin 2015 Philippe VOGNE Directeur

Plus en détail

Groupe Sup de Co Montpellier Business School

Groupe Sup de Co Montpellier Business School - STRAT INNOV LR Présentation du projet pilote 2013-2014 aux institutionnels v1.01 (Juillet 2013) Groupe Sup de Co Montpellier Business School Note préliminaire : Cette présentation est destinée aux institutionnels

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L économie sociale et solidaire désigne une manière d entreprendre qui place l être Humain au cœur de la démarche économique - Elle regroupe des milliers d initiatives pour

Plus en détail

Restitution de la Journée concertation citoyenne

Restitution de la Journée concertation citoyenne Restitution de la Journée concertation citoyenne 2 juillet 2013, Pont du Gard Journée de concertation citoyenne Depuis 3 ans et l adoption par le Département du Gard de la charte de la concertation citoyenne,

Plus en détail

ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet

ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet ACROJUMP Synthèse des recommandations issues du projet Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication (communication) n'engage que son auteur et la Commission n'est

Plus en détail

CHARTE QUALITE PROXIM SERVICES

CHARTE QUALITE PROXIM SERVICES CHARTE QUALITE PROXIM SERVICES 1. Principes généraux La marque Proxim Services, dans ses conditions d octroi et d utilisation, est garante de ses trois piliers : la qualité des services rendus au client

Plus en détail

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue)

Jeudi 9 juillet - Poles de Villeneuve-la-Garenne, 11 allée Saint-Exupéry (Tramway depuis la gare de Saint-Denis (RER D), arrêt La Noue) en partenariat avec présente «Votre Association dans le Grand Paris, quel avenir?» Thème 4 : Comment le Web et l innovation numérique peuvent-ils contribuer à construire un espace démocratique, social

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES

GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES 1/7 GROUPEMENT FRANÇAIS DES PERSONNES HANDICAPEES PROMOUVOIR LE PARTAGE D'EXPERIENCES POSITIVES ET LA PARTICIPATION CITOYENNE La Pairémulation Une forme de soutien mutuel pour stimuler et soutenir l accès

Plus en détail

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles :

FICHE PROSPECTIVE. Chargé-e de mission environnement et développement durable ASSOCIATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Autres intitulés possibles : Autres intitulés possibles : Chargé-e d accompagnement environnement et développement durable Accompagnateur-trice des démarches de développement durable Chargé-e de médiation environnement et développement

Plus en détail

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale?

Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Les ateliers d Aravis Vous avez dit GPEC...Territoriale? Atelier n 2 du 01 Juillet 2011 Les entreprises au cœur de la GPEC T Expérimentation MODEL 74 (bassin d Annecy) Extraits du bilan en cours Chantal

Plus en détail

Groupe de travail. Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2

Groupe de travail. Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2 Groupe de travail Vers une plateforme inter entreprise de sécurisation des mobilités Réunion 2 Version du 5 décembre 2011 Présents Jérémy Houstraëte, Cabinet Alixio Didier Dugast, MDEF de Sénart Yannick

Plus en détail

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis.

Le FEDER interviendra plus spécifiquement sur des actions de formation individuelles et élaborées suite à un diagnostic précis. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 11/12/2014. ALSACE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le Programme

Plus en détail

Club FACE Sénior FACE Lille métropole

Club FACE Sénior FACE Lille métropole Club FACE Sénior FACE Lille métropole 17 mai 2013 Objectifs : Présenter FACE Lille métropole Présenter le Club FACE Sénior, ses objectifs, ses valeurs ajoutées, les engagements demandés et les résultats

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

Février 2016 Juin 2016

Février 2016 Juin 2016 Septembre 2015 PRESENTATION DE LA FORMATION DE COORDONNATEUR Février 2016 Juin 2016 Promotion 2016/2 Début de la formation : lundi 1 er février 2016 à l epss de Cergy Date limite d inscription à l admission

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion des PME/PMI : management, création et reprise/transmission de l Université du Littoral Côte d'opale - ULCO

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE

UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE DOSSIER DE PRESSE ADOM'ETHIC MAI 2010 p 1 INTRODUCTION UN RESEAU COOPERATIF COHERENT SOLIDAIRE ET DURABLE Le secteur des services à la personne a connu une croissance rapide ces quatre dernières années,

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr

JOURNÉE SUR LA VIE ASSOCIATIVE DE TRAVAIL. Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion. www.ville-bonneuil.fr JOURNÉE DE TRAVAIL SUR LA VIE ASSOCIATIVE Retour du 17 novembre 2012 et pistes de réflexion www.ville-bonneuil.fr Les associations au cœur des débats Le discours du maire, Patrick Douet 2 «Je veux tout

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail