PROGRAMME Prévention des TMS dans le Secteur de la Propreté

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME Prévention des TMS dans le Secteur de la Propreté"

Transcription

1 PROGRAMME Prévention des TMS dans le Secteur de la Propreté Démarche d accompagnement des entreprises de Propreté Démarche de sensibilisation des donneurs d ordre et architectes Page 1 sur 13

2 1. LES CHIFFRES CLES DU SECTEUR DE LA PROPRETE ET SERVICES ASSOCIES Le secteur de la propreté a généré en 2008 un chiffre d affaires de 11 milliards d euros. La profession regroupe plus de entreprises représentant un effectif global de près de salariés. Bien que le secteur soit composé en grande majorité de petites entreprises, celles ayant un chiffre d affaires supérieur à 5 millions d euros représentent 2% des entreprises et réalisent 55% du chiffre d affaires. Le secteur est également en pleine évolution. Traditionnellement centré sur les métiers liés au nettoyage, il s élargit au «multi-services» : archivage, petite maintenance immobilière, accueil, gestion des fournitures La propreté est essentiellement un secteur de main d œuvre, avec des spécificités : Les agents de service représentent 91% des effectifs salariés avec un taux d encadrement de 5%, Les femmes occupent plus de 66% des emplois. Cette proportion augmente à 77% chez les agents de service, La tranche des ans et plus englobe 84% des effectifs, Les personnes sans diplôme représentent 58% des salariés, L essentiel des salariés, soit 85% est employé en CDI. L exercice de l activité est atypique : l activité de l agent s exerce chez un client. - Les salariés à temps partiel sont nombreux dans les entreprises du secteur de la propreté : ils représentent plus des 3/4 des effectifs. - Le temps partiel est une donnée structurelle liée à des impératifs économiques, et non managériaux. En effet, les donneurs d ordre privés et publics demandent que la prestation de propreté soit réalisée dans les locaux en dehors des temps de présence de leurs salariés et visiteurs, soit à des plages horaires décalées. - Le phénomène du multi-employeur, souvent mal connu et mal mesuré, est une donnée importante de l emploi à temps partiel. Au sein du secteur de la propreté, un grand nombre de salariés sont dans une situation de multi-employeurs, réalisant ainsi du fait du cumul de contrats de travail au moins 35H.- La Convention Collective Nationale des entreprises de propreté comprend un accord dit «annexe 7» qui permet aux salariés de suivre le chantier dans le cas où l entreprise perd le marché. Les salariés de la branche deviennent de ce fait très facilement des salariés à temps partiel en situation de multiemployeurs. L organisation de la branche professionnelle La Fédération des Entreprises de Propreté et Services associés est l organisation représentative du secteur auprès des pouvoirs publics et des partenaires sociaux. Elle met à disposition différents services et regroupe des structures mandatées pour la mise en œuvre de sa politique : Le FAF qui est l organisme paritaire collecteur agréé L INHNI qui est l organisme de formation de la branche Le FARE qui met en œuvre la politique d emploi Le CTIP qui est la cellule technique de référence QUALIPROPRE qui est l office de qualification professionnel. Page 2 sur 13

3 2- LES AXES DE DEVELOPPEMENT DE LA FEDERATION DES ENTREPRISES DE PROPRETE La branche professionnelle s est investie fortement dans un programme de développement durable. Celui-ci est constitué de 51 propositions d actions, articulées sur les trois dimensions du développement durable : sociale, environnementale et économique Un dispositif d accompagnement des entreprises est déployé et plus de 120 d entre elles s y sont déjà engagées Ce programme doit permettre au chef d entreprise de choisir les actions les plus pertinentes en fonction de la spécificité de ses marchés. Mais il s adresse aussi à l encadrement intermédiaire et aux salariés oeuvrant Une priorité forte est donnée au pilier social compte tenu de l importance du capital humain dans les entreprises de propreté. Cette priorité sociale s appuie sur de nombreuses actions et de nombreux partenariats engagés par la branche professionnelle avec, à titre d exemples : Les accords signés avec l AGEFIPH pour l insertion et le maintien en emploi des travailleurs handicapés, avec le Conseil National des Missions Locales pour l insertion des jeunes, Le développement de l apprentissage avec 7 CFA qui accueillent près de 1200 apprentis Les actions d amélioration de la gestion des emplois et des compétences menées dans plus de 300 entreprises avec le soutien de l Etat Un dispositif de formation aux écrits professionnels porté par le FAF Propreté qui a touché près de 1630 salariés Des Certificats de Qualification Professionnels (diplômes de branche) ont été créés et plus de 2000 personnes ont obtenu leur diplôme après un parcours de formation La signature d un accord de branche sur l emploi des seniors. La prévention des TMS constitue l une des actions prioritaires de la branche et s inscrit dans ce programme développement durable. 3- LES ENJEUX Les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent la première cause de maladie professionnelle en France et leur nombre ne cesse de croître. Dans la profession : Les statistiques professionnelles révèlent une élévation importante du nombre de maladies professionnelles reconnues : MP en 2009 dont 1160 au tableau 57, soit 97% de TMS Plus de 50% des effectifs ont plus de 40 ans et cette part est en augmentation, avec pour conséquence un risque accru de TMS Par ailleurs des sollicitations viennent de l extérieur : Les CARSAT identifient les entreprises qui ont plus de 3 maladies professionnelles liées aux TMS et leur demandent de mettre en place un plan d actions Des médecins du travail attirent notre attention sur la progression des TMS Les entreprises de Propreté, confrontées à la problématique des TMS, souhaitent agir mais manquent d outils et de méthodes. Le nombre d établissements concernés serait de 300 (extrapolation à vérifier à partir des chiffres d une région). Page 3 sur 13

4 4- LES ETUDES DISPONIBLES Deux études liées aux unités de travail ont déjà été réalisées par la branche professionnelle et ont fait l objet de parutions : La prévention des TMS en entreprise de nettoyage : exemple «des laveurs de vitres» sur la région Nord- Picardie. Suite à cette étude réalisée par le CTIP en partenariat avec l INRS, la CARSAT et l Assurance Maladie, un guide pratique a été édité à destination des entreprises de propreté. La prévention des TMS dans l activité propreté, «secteur tertiaire et parties communes d immeubles» en partenariat avec l AIPST 18, la DRTEFP centre, la CARSAT centre et l ARACT centre (consultable sur le site de la FEP www-proprete-services-associes.com). Une brochure «La prévention des TMS dans les entreprises de propreté et services associées» à destination des entreprises, éditée en 2009 suite à l étude pluridisciplinaire menée à Bourges. Elle reprend les constats et apporte des pistes de progrès en matière de préventions des TMS. Un guide «Prévenir les TMS : bien choisir son matériel» réalisé en 2009 par le CTIP à destination des fabricants de matériels et des entreprises de propreté. Ces travaux déjà réalisés apportent des éléments précis et ont permis d étayer le programme TMS et d élaborer des actions de prévention et d accompagnement vers les différentes cibles. 5- LES OBJECTIFS DU PROGRAMME DE BRANCHE - PREVENTION DES TMS Le Programme Prévention des TMS est conçu par la Fédération des entreprises de Propreté et Services Associés (FEP) en partenariat avec les différentes parties prenantes dont la CNAMTS et les opérateurs centraux de la Branche Propreté. Le FARE se voit déléguer la mission de conduire ce programme de branche. La Fédération des entreprises de Propreté et Services associés s est fixée comme objectif de diminuer le nombre de TMS dans les entreprises du secteur. La prévention des TMS constitue l une de ses actions prioritaires. Pour cela, quatre cibles ont été identifiées : Les donneurs d ordre et Les concepteurs afin de les sensibiliser aux contraintes des métiers liées à la prestation nettoyage. Les fournisseurs de matériel afin de les sensibiliser à l importance de l ergonomie Les entreprises de propreté afin de les aider à mettre en place des actions pérennes de prévention des TMS Par ailleurs, la FEP envisage de généraliser la prévention des TMS à toutes personnes intégrant les cursus de formations de la branche (initiale ou continue). Page 4 sur 13

5 6 - PILOTAGE DU PROGRAMME TMS Au plan national : Un chef de projet : Betty Vadeboin Un comité de pilotage avec des représentants de la branche, un consultant «expert» et des partenaires du projet Une cellule projet branche regroupant la FEP, le FARE, le consultant «expert», le CTIP, l INHNI et le FAF Propreté Un groupe projet spécifique à la démarche de sensibilisation des donneurs d ordre et architectes. Au plan régional : Un délégué régional Fare, interlocuteur privilégié des institutionnels et des entreprises de propreté (Annexe 1) Des comités de suivi de la démarche de prévention en entreprise dans chaque région avec les CARSAT, ARACT, les SST, DIRECCTE, le consultant local, les opérateurs de la Branche, le CTIP et des dirigeants «leaders». 7 PLANNING DU PROGRAMMES TMS SECTEUR PROPRETE Phase Déploiement 2 ème & 3 ème année Démarche TMS Entreprises Evaluation /Ajustement de la démarche Phase Déploiement 1 ère année Démarche TMS Entreprises Groupe Projet Démarche Sensibilisation Donneurs d ordre /Architecte Phase expérimentale Démarche TMS Entreprises Sept 2010/février 2011 Avril 2011/Mars 2012 Janvier- Août Instances décisionnelles nationales : CELLULE DE PROJET & COMITE PILOTAGE NATIONAL Page 5 sur 13

6 LA DEMARCHE D ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DE PROPRETE Page 6 sur 13

7 1. LA DEMARCHE DE PREVENTION DES ENTREPRISES DE PROPRETE Le Programme de Branche s appuie pour les entreprises sur une démarche d accompagnement, destinée à les mobiliser sur leurs situations au regard de la Prévention des TMS et les aider à construire un plan d actions au sein de leurs établissements. La démarche en entreprise prend la forme d un dispositif de formation-action. Elle alterne des phases collectives et individuelles en trois étapes : Connaitre le risque TMS - observer et évaluer le risque - mettre en œuvre un plan d actions. Les interventions sont réalisées par des cabinets de consultants spécialisés. Ce dispositif est particulièrement destiné aux PME. Pour les Groupes, les agences peuvent également y participer. Pour une démarche plus spécifique, elles peuvent être accompagnées par la cellule Grands Comptes de l INHNI avec un financement FARE. Dans un premier temps, la mise en œuvre de la démarche fait l objet d une phase expérimentale sur les régions de Nord-Picardie, Ile-de-France, Centre qui s achèvera au premier trimestre 2011 avec des entreprises confrontées à cette problématique et des entreprises volontaires qui souhaitent s investir de manière préventive. La proposition se fait également dans le cadre du programme Développement Durable de la Branche qui cible déjà les TMS comme un axe de travail possible. Les groupes sont formés d une dizaine d entreprises de propreté implantées localement. La phase de déploiement de la démarche est programmée fin du premier semestre 2011, après une étape d évaluation et d ajustement du dispositif qui aura lieu au terme de la phase expérimentale. Pour cette première année de déploiement sont identifiées les régions suivantes : Alsace-Lorraine Aquitaine Bretagne Bourgogne, Franche-comté Haute Normandie Ile-de-France Paca Pays de Loire Rhône-Alpes Page 7 sur 13

8 1.1 Les différentes étapes du dispositif de formation-action en entreprise Ce dispositif a été élaboré avec l appui technique de l INRS. ETAPES OBJECTIFS COMMENT DUREE CIBLE Positionner le dirigeant dans son rôle de manageur de la prévention. (1) -Impliquer la direction et développer la culture prévention des risques professionnels (santé au travail) Formation collective 1 jour Dirigeant Former «un animateur de prévention» TMS au sein de l entreprise -Etablir un projet de prévention TMS intégrant les donneurs d ordre - -Mettre en œuvre le plan d actions -Organiser la pérennisation des actions et leur suivi dans la durée Une formation action collective en 3 étapes Un accompagnement par un consultant externe * 4 jours 1,5 jours «personne proche» de la direction ou le dirigeant Sensibiliser l encadrement de proximité et le préparer au Certificat Prévention Secours (2) Préparer les Agents de service au Certificat Prévention Secours -Développer les compétences prévention -Intégrer la prévention des risques et notamment les TMS dans la gestion des chantiers et dans le management -Développer les compétences prévention Formation action 3 jours Chef d Equipe Formation action 3 jours Agent de service (1) Objectifs attendus de l accompagnent par le consultant externe (Intervention sur la formation Dirigeant et APTMS) Intégrer le dispositif de formation action prévu. Amener les entreprises engagées dans la démarche une réflexion sur leur stratégie de prévention des TMS Apporter aux entreprises une méthodologie et un appui dans la conduite du plan d actions de prévention des TMS ainsi que dans l évaluation des résultats (phase individuelles et/ou collectives) (2)La formation au Certificat Prévention Secours (Intervention INHNI sur la formation Chef d équipe et Agents services) Le dispositif de formation au Certificat Prévention Secours a été élaboré avec la CNAMTS et l appui technique de l INRS en s appuyant sur l expérience menée dans le secteur de l aide à domicile. Le CPS vise à rendre chacun acteur de la prévention des risques professionnels, notamment en lien avec le risque TMS et intègre la qualification de Sauveteur Secouriste du Travail (SST). Un référentiel adapté à la propreté a été élaboré. Il sert de base à la construction de la formation. Page 8 sur 13

9 2. LES CONDITIONS DE REUSSITE DE LA DEMARCHE EN ENTREPRISE La réussite de cette démarche prévention des TMS et son inscription dans la durée repose sur deux leviers principaux : L implication du dirigeant Celui-ci doit être convaincu de la nécessité de travailler sur la question des TMS, «porter» la démarche et l inscrire dans un projet d entreprise. La participation de l encadrement de proximité De nombreuses expériences précédentes montrent que quand on s adresse exclusivement au personnel d exécution, les changements de pratiques ne s inscrivent pas dans la durée. L encadrement de proximité, c'est-à-dire les chefs d équipe, doivent constituer une cible privilégiée. Page 9 sur 13

10 LA DEMARCHE DE SENSIBILISATION DES DONNEURS D ORDRE ET ARCHITECTES Page 10 sur 13

11 1. LA DEMARCHE DE SENSIBILISATION DES DONNEURS D ORDRE ET ARCHITECTES Parallèlement à la démarche d accompagnement des entreprises sur la prévention des TMS, le Programme de Branche prévoit d agir également en direction des donneurs d ordre et concepteurs de bâtiment, afin de les inciter à prendre en compte les conditions de travail des agents de service qui interviennent sur les sites. Dans l objectif d impacter le maximum d acteurs nationaux dans la prévention des TMS, il est prévu d associer au futur groupe projet spécifique à cette démarche, des représentants et /ou des organismes professionnels en tant que parties prenantes. Le CTIP conseil assure le pilotage technique de cette démarche. Groupe projet prévisionnel : CTIP Conseil : Centre Technique International de la Propreté FARE FEP : Fédération des Entreprises de Propreté et Services Associés Entreprises de propreté ANACT : Agence Nationale pour l'amélioration des Conditions de Travail CARSAT : Caisse d'assurance Retraite et de Santé au Travail DIRECCTE : Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'emploi CNOA : Conseil National de l'ordre des Architectes ARSEG : Association des Directeurs et des Responsables des Services Généraux SAE : Service des Achats de l'etat Au terme de ce projet, seront élaborés deux guides de sensibilisation à la problématique TMS et de recommandations dans les activités de propreté à destination des architectes et des donneurs d ordres. A - Guide concepteurs (architectes, aménageurs) 1. Notions de base sur les troubles musculosquelettiques 2. Facilité de nettoyage des bâtiments dès la conception (prévention TMS) - Accessibilité - Implantations des locaux - Équipements fixes - Nature des revêtements Intérêts : économiques, environnementaux, conditions de travail B - Guide donneurs d ordre 1. La place de la prévention aux TMS dans la responsabilité sociétale des organismes 2. Notions de bases sur les troubles musculosquelettiques 3. Faciliter le nettoyage : Conception des bâtiments (voir guide architecte) Aménagement des locaux Faciliter l organisation Communiquer Valoriser la fonction propreté Page 11 sur 13

12 1.1 Déroulement du projet TMS pour les architectes et les donneurs d ordre ETAPES OBJECTIFS QUI Créer le Groupe Projet - Suivre l avancement du projet, valider les étapes, et être force de proposition - Impacter le maximum d acteurs nationaux dans la prévention des TMS dans le secteur de la propreté CTIP Conseil + Cellule Projet Travail préparatoire - Réaliser l ingénierie : Identifier les moyens (check-list, grilles d audit, questionnaires, ) et les ressources (bibliographie) pour le travail opérationnel CTIP Conseil Réunion I du Groupe Projet - Valider les propositions de CTIP Conseil : Contenus des guides Ingénierie de l étape opérationnelle Choix des partenaires opérationnels Organisation des échanges avec les partenaires opérationnels - Définir les moyens de communication Groupe Projet Travail opérationnel - Recueillir des éléments, les informations, réaliser les études, les relevés terrains en partenariat avec les architectes et les donneurs d ordres - Rédaction de guides illustrés (voir annexe) CTIP Conseil Réunion II du Groupe Projet - Valider les propositions de guides de CTIP Conseil Groupe Projet Communication - Impacter le maximum d acteurs nationaux dans la prévention des TMS dans le secteur de la propreté CTIP Conseil + FEP + FARE Page 12 sur 13

13 Annexe- 1 COORDONNEES DES CORRESPONDANTS REGIONAUX DU FARE ANTENNE ILE-DE-FRANCE Stéphanie MONNIN, Déléguée régionale REGION : IDF Tél : rue Jean Jaurès VILLEJUIF ANTENNE DE LYON David LEPETIT, Délégué Régional REGIONS : RHONE-ALPES AUVERGNE Tél : LIMOUSIN Parc Club du Moulin à Vent 33 av. du Dr. G. Levy VENISSIEUX ANTENNE DE TOURS Damien HENAULT, Délégué Régional REGIONS : BRETAGNE- PAYS DE LA LOIRE Tél : BASSE NORMANDIE, CENTRE 37 rue du Sergent Leclerc TOURS ANTENNE DE STRASBOURG Sabine HERRGOTT, Déléguée Régionale REGIONS : ALSACE-LORRAINE Tél : BOURGOGNE, FRANCHE-COMTE 9 Rue Jacob Mayer STRASBOURG ANTENNE BORDEAUX Bénédicte LAUDOUAR, Déléguée Régionale REGIONS : AQUITAINE MIDI PYRENEES Tél : POITOU-CHARENTES 3 rue Marcel Dassault PESSAC ANTENNE LILLE Karine SIMON, Déléguée Régionale REGIONS : NORD- PAS DE CALAIS - PICARDIE Tél : HAUTE-NORMANDIE CHAMPAGNE ARDENNE 51/53 rue de l Alcazar LILLE ANTENNE MARSEILLE Marie-Pierre DI LEO, Déléguée Régionale REGIONS : PACA CORSE Tél : LANGUEDOC-ROUSSILLON 43 rue J. Curie Technopôle du Château Gombert MARSEILLE Page 13 sur 13

La prévention des Troubles Musculo-Squelettiques dans les entreprises de propreté et services associés

La prévention des Troubles Musculo-Squelettiques dans les entreprises de propreté et services associés La prévention des Troubles Musculo-Squelettiques dans les entreprises de propreté et services associés Secteur tertiaire et parties communes d immeubles Octobre 2009 Les regroupent un grand nombre de maladies

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Septembre 2010 1 SOMMAIRE 1. Présentation de la Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la soustraitance

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Comment initier une démarche globale de prévention des risques professionnels dans le secteur du nettoyage?

Comment initier une démarche globale de prévention des risques professionnels dans le secteur du nettoyage? Comment initier une démarche globale de prévention des risques professionnels dans le secteur du nettoyage? Déroulé de la réunion Introduction - Mme Carole Chion Directrice d Alpes Santé Travail Contexte

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant

La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant La protection sociale obligatoire du chef d entreprise indépendant www.rsi.fr Le RSI a pour mission d assurer la protection sociale obligatoire de 6,1 millions de chefs d entreprise indépendants actifs

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Note de synthèse 2012

Note de synthèse 2012 ARTISANAT DU BTP - EDITION N 2 NOVEMBRE 2014 Note de synthèse 2012 DANS CE NUMERO 2 ème publication de l Observatoire des formations à la prévention, cette notre présente les principaux chiffres clés de

Plus en détail

Présentation du GROUPE IF COACHING

Présentation du GROUPE IF COACHING Présentation du GROUPE IF COACHING IF COACHING Siège social : 1, rue François Mitterrand 33160 Saint Médard en Jalles Tél : 05 56 95 64 11 contact@if-coaching.com - www.if-coaching.com SOMMAIRE Présentation

Plus en détail

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser

SE FORMER. une passerelle vers l emploi. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014. l Les bonnes questions à se poser Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 SE FORMER une passerelle vers l emploi l Les bonnes questions à se poser l Quelles démarches? l Les aides de l Agefiph dont vous pouvez

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS ÉDITION 2013. Économie

LES CHIFFRES CLÉS ÉDITION 2013. Économie LES CHIFFRES CLÉS ÉDITION 2013 Économie 2 LES CHIFFRES CLÉS - Édition 2013 Sommaire Les principaux repères DE La Branche Propreté et services associés... 05 La Branche Propreté et services associés en

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT

CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT PREMIER MINISTRE CONVENTION CADRE NATIONALE DE PARTENARIAT SUR LA CONDUITE ACCOMPAGNÉE DES APPRENTIS DU BÂTIMENT conclue entre l'état, la Caisse Nationale d'assurance Maladie des Travailleurs Salariés

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Alsace Université Mulhouse Licence anglais option anglais appliqué à la formation des adultes DESS responsable en formation

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015

PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015 PLAN SANTE SECURITE AU TRAVAIL DES EXPLOITANTS AGRICOLES DE LA REGION GUADELOUPE PERIODE : 2011-2015 PREAMBULE Le Plan Santé Sécurité au Travail (PSST) de la Mutualité Sociale Agricole (MSA) de la Guadeloupe

Plus en détail

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 -

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 - La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région - Juillet 2010 - Votre besoin en Capital Vous êtes dirigeant (ou futur dirigeant) d entreprise et vous souhaitez : Créer ou

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC

CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC CYCLE DIRIGEANT FEDESAP/HEC «POUR UNE ENTREPRISE DES SERVICES A LA PERSONNE PROFESSIONNELLE ET PERENNE» FEDESAP : TOUR CIT, 3 rue de l Arrivée 75749 PARIS CEDEX 15 Tél : 01 45 38 44 11 contact@fedesap.org

Plus en détail

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME

L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME L ENQUETE CGPME SUR LE FINANCEMENT BANCAIRE DES PME Conditions de l enquête Du fait des difficultés économiques actuelles, la restriction de l accès au crédit pour les PME devient une préoccupation majeure.

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Conception de projets multimédia et de dispositifs numériques Médiation, médiatisation des savoirs Dix années d expérience en formation de chef de projet multimédia

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013

Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Assurance et développement durable, les principaux chiffres 2012/2013 Depuis 2009, les sociétés d assurance de la FFSA et du GEMA ont engagé une démarche volontaire de réflexion et d actions en matière

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS PROPRETÉ ET SERVICES ASSOCIÉS ÉDITION 2011 SOMMAIRE LES PRINCIPAUX REPÈRES...05 LA BRANCHE PROPRETÉ ET SERVICES ASSOCIÉS EN CHIFFRES...07 I. ÉCONOMIE...07 1. La structure des entreprises

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

C.R.I.T.E.R. Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural

C.R.I.T.E.R. Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural Centre de Ressources et d Ingénierie du Tourisme en Espace Rural C.R.I.T.E.R. Languedoc-Roussillon (Siège social) Parc d Activités Le Millénaire Bruyère 2000 - Bat 1-650, rue Henri Becquerel 34000 MONTPELLIER

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors

Sommaire. Recruter et intégrer des seniors Fiche 5 Bonnes pratiques des entreprises en matière de maintien et de retour en activité professionnelle des seniors. Guide pour l action Recruter et intégrer des seniors Recruter des seniors, c est d

Plus en détail

Charte régionale DIRECCTE CARSAT MSA AGEFIPH Sur le maintien dans l emploi des travailleurs handicapés En Basse Normandie

Charte régionale DIRECCTE CARSAT MSA AGEFIPH Sur le maintien dans l emploi des travailleurs handicapés En Basse Normandie Charte régionale DIRECCTE CARSAT MSA AGEFIPH Sur le maintien dans l emploi des travailleurs handicapés En Basse Normandie Vu le Protocole national de collaboration institutionnelle signé le 13 juillet

Plus en détail

LA SÉCURITÉ A UN NOM

LA SÉCURITÉ A UN NOM LA SÉCURITÉ A UN NOM UN RÉSEAU D AGENCES DE PROXIMITÉ 19 agences en Europe Surveillance ROISSY Prévention incendie REGENT SECURITY GENNEVILLIERS ST DENIS PARIS Télésurveillance LILLE COIGNIÈRES Sécurité

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3170 Convention collective nationale IDCC : 538. MANUTENTION FERROVIAIRE ET TRAVAUX CONNEXES (6 e édition.

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

ÉVALUATION ET PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS (EPRP) ET PLURIDISCIPLINARITÉ.

ÉVALUATION ET PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS (EPRP) ET PLURIDISCIPLINARITÉ. ÉVALUATION ET PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS (EPRP) ET PLURIDISCIPLINARITÉ. PAR DIDIER BONNIN Didier BONNIN Ergonome conseil, Représentant du SNCE (Syndicat National des Cabinets conseils en Ergonomie)

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics

Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics DOSSIER DE PRESSE PARTENARIAT CCCA-BTP et PRO BTP Au profit des apprentis du bâtiment et des travaux publics Bernard Charpenel / CCCA-BTP Signature de la convention et point presse 10 mars 2010 0 SOMMAIRE

Plus en détail

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct.

I. Marché du travail et emploi salarié privé. Evolution du nombre de demandeurs d emploi (cat ABC) à fin octobre 2012. Oct. 2011 Oct. M a i s o n d e l E m p l o i L es Cahier s J a n v i e r 2 0 1 3 - N u m é r o 1 9 Avec la participation de : Ce cahier construit par et pour les acteurs de l Emploi, de la Formation et du Développement

Plus en détail

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE

APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE APPEL A PROJETS SERVICE REGIONALE DE L APPRENTISSAGE L apprentissage dans l enseignement supérieur a pour mission de faciliter l accès à des formations de haut niveau et de permettre à des étudiants de

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

Santé Travail Lille 2014

Santé Travail Lille 2014 Santé Travail Lille 2014 Premier carrefour d échanges entre les professionnels de santé au travail et le monde des entreprises Du 3 au 6 juin 2014 Lille Grand Palais Lille Grand Palais -1 Bd des Cités

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 LE PLAN NATIONAL D ACTIONS COORDONNEES DE PREVENTION de la branche Risques professionnels de l Assurance Maladie 2009 -> 2012 Fiche 1 : Une politique de prévention renforcée

Plus en détail

Association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées. www.ladapt.net

Association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées. www.ladapt.net www.ladapt.net Association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées L ADAPT - association pour l insertion sociale et professionnelle des personnes handicapées - œuvre au quotidien

Plus en détail

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 3. ACCES RACCORDEMENT D Identification : -NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 Version Date Nature de la modification Annule et remplace V.1.0 17/10/2013 Version initiale -NOI-RAC-02E V.2.7

Plus en détail

L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage

L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage L Info sociale réservée aux dirigeants d entreprise présentée par RV Assurance & Courtage N 2 Edito Cher partenaire, La fin du premier semestre 2013 s achève dans une ambiance économique et sociale morose

Plus en détail

MAISONS FAMILIALES RURALES. Moniteur-Monitrice. Mieux connaître. les Maisons en Familiales Rurales

MAISONS FAMILIALES RURALES. Moniteur-Monitrice. Mieux connaître. les Maisons en Familiales Rurales MAISONS FAMILIALES RURALES Mieux connaître Moniteur-Monitrice les Maisons en Familiales Rurales UNMFREO Septembre 2007 >Sommaire > > > «Plus qu une profession, une carrière éducative» Les Maisons Familiales

Plus en détail

Dossier de presse. syndicat de CINOV. FIDI devient le 14 e. La famille des métiers de l ingénierie s agrandit. Paris, le 21 novembre 2013

Dossier de presse. syndicat de CINOV. FIDI devient le 14 e. La famille des métiers de l ingénierie s agrandit. Paris, le 21 novembre 2013 Paris, le 21 novembre 2013 Dossier de presse La famille des métiers de l ingénierie s agrandit FIDI devient le 14 e syndicat de CINOV FEDERATION CINOV 4, AVENUE DU RECTEUR POINCARÉ - F-75782 PARIS CEDEX

Plus en détail

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008

Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique. Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Débat national sur les valeurs, missions et métiers de la Fonction publique Synthèse des contributions des participants au débat public 25/02/2008 Sommaire 1. Périmètre du débat et méthodologie des contributions

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE DOSSIER DE PRESSE SNCF CONTACTS PRESSE Clément Nourrit - 01 53 25 76 56 - clement.nourrit@sncf.fr Gaëlle Rual - 01 53 25 74 83 - gaelle.rual@sncf.fr TER 2020 : VERS

Plus en détail

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise comptable,

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

Offre nationale de formation de l Assurance Maladie Risques Professionnels et de l INRS

Offre nationale de formation de l Assurance Maladie Risques Professionnels et de l INRS Offre nationale de formation de l Assurance Maladie Risques Professionnels et de l INRS Année 2015 Sommaire Organisation et management de la prévention Assurer sa mission de personne désignée compétente

Plus en détail

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document.

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document. FICHE CANDIDATURE Ain mieux vous connaître, nous vous remercions compléter soigneusement toutes les rubriques ce document. Ce document dûment complété n engage en rien Planet Sushi ou le candidat. L intégralité

Plus en détail

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert Tél. : 06 82 93 35 09 E-mail : ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Le plan national d actions coordonnées

Le plan national d actions coordonnées Le plan national d actions coordonnées 2009 2012 de la branche accidents du travail et maladies professionnelles Trouble musculo-squelettiques (TMS) 1ère cause de maladies professionnelles indemnisées

Plus en détail

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0

Profil du programme. 2 Synapse Center version : 2.0 SYNAPSE CENTER CHALLENGE Un programme de création d emplois pour les jeunes Synapse Center/IYF Profil du programme Titre du programme : Challenge Composantes : 1. Renforcement de l employabilité des jeunes

Plus en détail

La prévention au cœur de la gestion du risque professionnel

La prévention au cœur de la gestion du risque professionnel La prévention au cœur de la gestion du risque professionnel 1 Sommaire Notre environnement évolue 3-4 L Assurance maladie-risques professionnels, 5-6 l assureur des risques professionnels La prévention

Plus en détail

Références et partenaires :

Références et partenaires : Eric RIPERT, 49 ans, Formateur - Consultant depuis 1995 dans les domaines HYGIENE SECURITE ENVIRONNEMENT. (H.S.E) Formateur et coordinateur de pôle en 2010 dans un centre de formation de premier plan sur

Plus en détail

ENTREPRISE DE NETTOYAGE

ENTREPRISE DE NETTOYAGE ENTREPRISE DE NETTOYAGE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ENTREPRISE DE NETTOYAGE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

Schéma du Groupement d Employeurs

Schéma du Groupement d Employeurs Schéma du Groupement d Employeurs Groupement d Employeurs X... Président : Secrétaire : Trésorier : Conseil d Administration LE GROUPEMENT Statuts du GE Art 1... Art 2... Art 3... Club A Club B Club C

Plus en détail

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP

«TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP «TRANSMÉA», UN FONDS UNIQUE DE CAPITAL INVESTISSEMENT DÉDIÉ AUX RES ORGANISÉS EN SCOP I. Présentation de l action La Région Rhône-Alpes a lancé en 2007, en partenariat avec l Union régionale des Scop (Urscop),

Plus en détail

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr

Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis. kpmg.fr Organismes mutualistes Activités d assurance Relevons ensemble vos défis kpmg.fr Les défis du futur Une réponse adaptée Les mutuelles du livre II du Code de la mutualité font face à de réelles mutations,

Plus en détail

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de DUT 2011 Gestion des Entreprises et des Administrations Résultats de l IUT de Reims-Châlons-Charleville (Note de synthèse sur les diplômés de formation

Plus en détail

TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention?

TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention? TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention? Intervenants : Santé sécurité au travail Fabrice BESNOUX, adjoint au directeur industriel Laurent HARDOUIN, membre du CHSCT PRIMEL Gastronomie

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

U&me. sciences-u-lyon.fr SCIENCES C EST TOUT POUR VOUS!

U&me. sciences-u-lyon.fr SCIENCES C EST TOUT POUR VOUS! V O T R E C A T A L O G U E F O R M A T I O N S B A C + 2 À B A C + 5 U&me SCIENCES 6 FILIÈRES I INITIAL I ALTERNANCE I APPRENTISSAGE I DIPLÔMES & TITRES CERTIFIÉS RECONNUS PAR L ÉTAT * C EST TOUT POUR

Plus en détail

ASSISTANTS MATERNELS CCN 3317 IDCC 2395 Pour toutes les actions débutant le 01/01/2015

ASSISTANTS MATERNELS CCN 3317 IDCC 2395 Pour toutes les actions débutant le 01/01/2015 CCN 3317 IDCC 2395 Pour toutes les actions débutant le 01/01/2015 1 2 Actions Prioritaires 3 4 Compte Personnel de Formation ATTENTION : CES CRITÈRES SONT SUSCEPTIBLES D'ETRE MODIFIÉS EN COURS D'ANNÉE

Plus en détail

Gepa et organismes de formation r é g i o n a u x: Conseils régionaux de l ordre des architectes et structures connexes

Gepa et organismes de formation r é g i o n a u x: Conseils régionaux de l ordre des architectes et structures connexes Gepa et organismes de formation r é g i o n a u x: Conseils régionaux de l ordre des architectes et structures connexes Le Gepa (Groupe pour l éducation permanente des architectes) est l organisme de formation

Plus en détail