Prise en charge de la dyslipidémie du patient DT 2 en prévention primaire. Dr Baghous Service de Diabétologie ( Pr BOUDIBA) CHU Mustapha Alger

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge de la dyslipidémie du patient DT 2 en prévention primaire. Dr Baghous Service de Diabétologie ( Pr BOUDIBA) CHU Mustapha Alger"

Transcription

1 Prise en charge de la dyslipidémie du patient DT 2 en prévention primaire Dr Baghous Service de Diabétologie ( Pr BOUDIBA) CHU Mustapha Alger

2 Introduction le diabète de type 2 est associé à une augmentation des MCV liée à une progression rapide de l athérosclérose Le contrôle glycémique intensif améliore très peu ce risque dans les études médicales (ACCORD /ADVANCE) Les anomalies lipidiques (quantitatives,qualitative et cinétiques ) qui sont fréquentes chez le diabétique participent grandement à cette morbimortalité Le traitement hypolipemiant permet une réduction des événements CV et de la mortalité des DT 2.

3 Anomalies des LP dans le diabète Hyperproduction de VLDL et d Apo par le foie VLDL volumineuses riches en TG Transfert accru des TG via CETP vers les LDL et HDL avec déplétion de ces derniers en CE RESULTATS : LDL petites et denses à potentiel atherogene Oxydation et glycation des LDL HDL dysfonctionnelle La glycation des HDL augmente son catabolisme et réduit sa capacité antiinflammatoire et anti oxydative au niveau de l endothélium vasculaire

4 DT2 : un profil lipidique souvent peu éloquent Les anomalies qualitatives qui n apparaissent pas dans le bilan lipidique de routine font toute la gravité du diabète de type 2 Données des 3713 patients nouvellement diagnostiqués pour un diabète dans l étude UKPDS

5 Ne pas passer devant passer devant une dyslipidémie familiale pouvant etre associée au DT2 À évoquer devant : LDLc > 190 mg/dl MCV prématurée ATDS Familiaux d hypercholestérolémie ou de MCV précoce Si presence d arc cornéen,de xanthélesmas ou de xanthomes tendineux

6 Dutch Lipid Clinic Network diagnostic criteria for FH (DLC N) Le diagnostic est : "certain si > 8 points; probable si 6 8 points; possible si 3-5 points. Un test génétique est préconisé dès lors que le score > 5

7 Changement du profil lipidique dans les des situations pouvant s associer au DT2 En plus du profil de la dyslipidémie métabolique : CT /LDLc normal ou légèrement élevé, TG, HDL,d autres situations associées au diabète peuvent aggraver ou modifier le profil initial Elévation du LDL-c Hypertriglycéridémie Diminution du HDL-c Hépatopathies cholestatiques Syndrome néphrotique Hypothyroïdie Grossesse Obésité IRC Médicaments œstrogènes, thiazidiques, bêtabloquants, corticostéroïdes Alcool Tabagisme Obésité

8 Etat des lieux de la PEC du risque CV et de la dyslipidémie en prévention primaire chez les diabétiques Sur un échantillon de 167 patients DT2 suivi en consultation de Diabétologie des Anassers Alger centre Caractéristique des patients N = 167 N % Age /- 9.8 Sexe 70 H + 97 F Durée d évolution 9.3 +/- 6.9 HTA % Micro-albuminurie % Atteinte coronaire % AOMI %

9 167 PATIENTS 32 PATIENTS en prévention secondaire 135 PATIENTS en prévention primaire 27 patients sous statine 84 % 47 patients sous STATINE 34 % 8 patients sous FIBRATES 6 % BILAN LIPIDIQUE 135 PATIENTS Cholestérol total CT 173 +/- 40 mg/dl LDLc 112 +/ mg/dl LDLc < 100 mg/dl 43 P 30 % HDLc /- 15 mg/dl TG / mg/dl

10 Les étapes de la PEC en prévention cardiovasculaire 1- Prédire Le risque d événements CV 2- Planifier Des objectifs thérapeutiques 3- Prescrire des traitements médicamenteux nécessaires pour réaliser ces objectifs

11 1- Prédire Le risque d événements CV Le risque cardiovasculaire chez le diabétique est il justifiable d une action en prévention primaire? patients Pas d ATCDs de MCV 7% de diabétiques événements vasculaires non fatal ou fatal 8,49 million personnes années de follow up issues de 102 études prospectives

12 Résultat 1 : comparé au sujet non diabétique,le diabétique est à risque plus élevé de morbimortalité CV Hazard ratios (HRs) for vascular outcomes in people with versus those without diabetes at baseline

13 Résultat 2 : le risque d événements coronariens est corrélé au degré d élévation de la GAJ Hazard ratios (HRs) for coronary heart disease by clinically defined categories of baseline fasting Blood glucose concentration Analyses were based on participants

14 03 niveaux de risque chez le diabétique en prévention primaire Risque très élevé Age > 40ans + FDR ou atteinte d un Organe cible Risque élevé Age < 40ans + FDR ou atteinte d un Organe cible Risque modéré Age < 40ans sans FDR + LDLc < 1 g/l Majorité des patients

15 2- Planifier Des objectifs thérapeutiques Cibles thérapeutiques : 1. LDLc : corrélation avec le risque CV 2. Non HDLc : son intérêt dans le diabète : Si TG > 400 mg/dl : non HDLc cible primaire car LDLc non calculable Si TG élevé et/ou HDLc bas : 2 ème cible après correction du LDLc

16 Algorithme de la prise en charge en prévention cardiovasculaire 2016 ESC/EAS Guidelines for the Management of Dyslipidaemias Treatment targets and goals for cardiovascular disease prevention

17 3-Prescrire des traitements médicamenteux nécessaires pour réaliser ces objectifs Les statines toujours en première ligne La méta- analyse «Cholesterol Treatment Trialists ou CTT démontre que chaque abaissement de 40 mg/dl du LDLc résulte en une réduction d environ 20% de l incidence des événements cardiovasculaires à 4-5 ans Relation linéaire entre la concentration de LDL-C et les événements coronariens.

18 L ETUDE CARDS Essai thérapeutique, contrôlé, randomisé En double aveugle : bras placebo / bras atorvastatine patients PO : évaluer l efficacité sur la prévention des événements cardiovasculaires majeurs chez des DT2 sans antécédents CV et sans élévation importante du LDL-cholestérol

19 L ETUDE HPS essai prospectif randomisé qui a inclus adultes âgés de 40 à 80 ans SIMVASTATINE 40 vs PLACEBO patients (29 %) étaient diabétiques, dont sans atteinte coronaire. La durée moyenne de suivi a été de 5 ans La réduction des événements coronaires majeurs est de 25 % (p 0,0001) en prévention primaire

20 Thérapeutiques permettant d atteindre les cibles thérapeutiques PRAVA 20 FLUVA % ATORVA 10 SIMVA 20-35% ROSUVA 10 ATORVA 20-45% ROSUVA 20 ATORVA 40 ATORVA 80 Chaque doublement de la dose entraine une supplémentaire du LDLc de - 6% - 50%

21 Statine et métabolisme glucidique 1 ère situation : chez le sujet diabétique : L effet des statines sur le contrôle glycémique semble très faible et peu important cliniquement. 2 ème situation : chez le sujet prédiabetique : Diverses méta-analyses confirment une majoration de 9 % du risque de diabète. Ceci se traduit donc par une augmentation d un cas de diabète par 255 sujets sur quatre ans. Décision partagée entre soignant-soigné après une information claire Enjeu : faire un diabète ou faire un événement CV

22 MAYO-CLINIC aide à la décision médicale par le calcul du risque d événements CV en ligne : statindecisionaid.mayoclinic.org

23 L ézétimibe à combiner pour atteindre les cibles Ezétimibe: un inhibiteur de l absorption intestinale du cholestérol. Ezétimibe + Statine : additionnelle du LDLc de 20 à 25%. une nouvelle combinaison fixe a été commercialisée, l Atozet o Dans l étude IMPROVE-IT (18144 patients à très haut risque CV) o Ezétimibe + Statine : baisse supplémentaire de 16 mg (20%) du LDLc et une réduction des évènements CV de 7,8% en analyse «on-treatment» ROSUVA 20 ATORVA 40 ATORVA 80-50% + EZETIMIBE -25% Association acide nicotinique + statine pas d amélioration du risque cardiovasculaire dans l étude HPS2-THRIVE

24 Place de la nouvelle classe : les anticorps monoclonaux anti-pcsk9 PCSK9 est protéine qui joue un rôle dans l expression des LDL-R Son inhibition entraine une expression plus importante des LDL-R avec LDLc de % Produits : Alirocumab / Evolocumab / Bococizumab Injections S/C 1-2 /mois Bon profil de tolérance et de sécurité Indications : ohypercholestérolémies familiales (hétéro et homo zygotes ) opatients à risque très élevé avec LDLc encore trop élevé ointolérance aux statines

25 PEC de l hyper TG dans le DT2 Place des fibrates dans la prévention du risque cardiovasculaire dans le DT2 Etude Field + analyse post-hoc Etude ACCORD-LIPID / Etude ACCORD-EYE Etude FIELD fenofibrate intervention and event lowring in diabetes 9795 DT2 bien contrôlé (A1c moy 6.9 %) 78 % en PP Le traitement par fenofibrate 200 a entrainé une réduction non significative de 11% du PO (IDM non fatal et décès coronarien ) L'analyse en post-hoc des 78% de diabétiques en prévention primaire montre que ce sont eux qui bénéficient majoritairement de la réduction des évènements cardiovasculaires qui atteint dans ce sous groupe 19%.

26 Etude ACCORD-LIPID : Effects of Combination Lipid Therapy in Type 2 Diabetes Mellitus patients des de la cohorte totale d ACCORD, avec un taux de cholestérol LDL proche de 100 mg/dl à l inclusion Bras statine + fenofibrate 160 / Bras statine + placebo The combination of fenofibrate and simvastatin did not reduce the rate of fatal cardiovascular events, nonfatal myocardial infarction, or nonfatal stroke, as compared with simvastatin alone These results do not support the routine use of combination therapy with fenofibrate and simvastatin to reduce cardiovascular risk in the majority of high-risk patients with type 2 diabetes

27

28 Notion de risque résiduel et de dyslipidémie athérogene Risque résiduel? : -Excès de risque persistant sous statine -Serait liée à la «dyslipidémie atherogene»: hyper TG + HDLc -D autres mécanismes en cause Stress oxydatifs Inflammation bas grade Hyperglycémie (AGE-RAGE) Etude ACCORD-LIPID Proportion de patients DT2 avec un événement CV grave selon la présence ou non d une dyslipidémie athérogène

29 FIBRATES : résultats positifs sur le versant des complications micro vasculaires Rétinopathie diabétique Etude ACCORD-EYE : PO : la progression significative d une RD ou le développement d une RD nécessitant le recours à la photocoagulation ou à la vitrectomie Progression de la rétinopathie ACCORD-LIPID n = ,60 (0,42-0,87) P = 0,006 Perte modérée de vision 1,04 (0,83-1,32) P = 0,73

30 FIBRATES : moins de risque d amputations mineures Etude FIELD : le traitement par FIBRATES était associé à un moindre risque d amputations mineures sans atteinte des gros vaisseaux. Effect of fenofibrate on amputation events in people with type 2 diabetes mellitus (FIELD study): a prespecified analysis of a randomised controlled trial. Lancet 2009 May;373(9677):1780-8

31 Place des fibrates dans la prévention du risque cardiovasculaire dans le diabète de type 2 Etude Field Etude ACCORD-LIPID Etude ACCORD-EYE Complications macro vasculaires bénéfice discuté Bénéfice chez le DT2 avec TG+ HDLc (risque résiduel? ) (étude sous groupe + analyse post hoc) Nécessité d étude cliniques + Complications micro-vasculaires Bénéfice dans la RD préexistante Bénéfice dans le risque d amputation mineure avec atteinte des petits vaisseaux

32 Fibrates et recommandations Recommandations ESC /EAS 2016 pour le traitement de l hyper TG Le traitement médical est préconisé chez les patients à haut risque avec TG > 200 mg/dl Les statines sont considérées comme le traitement de choix pour réduire le risque CV chez les patients à haut risque avec hyper TG Chez les patients à haut risque avec TG >200 mg/dl,en plus du traitement par statine,une combinaison avec le fenofibrate est à considérer AUSTRALIE : nouvelle indication thérapeutique pour Ralentir la progression de la Rétinopathie Diabétique chez les patients DT2 ayant une RD préexistante

33 Conclusion Chez les patients diabétiques, en prévention primaire, la correction du profil lipidique est importante en raison du risque athérogene particulièrement important chez ces patients. le traitement de première ligne est la réduction du LDLc via la prescription d une statine, éventuellement associée à l ézétimibe pour les Fibrates,en 2 ème intention, 2 indications émergent : o Sujets à très haut risque avec hyper TG+ HDLc sous statine o profil évolutif des DT2 avec progression des complications microvasculaires ( RD et troubles trophiques liés à la neuropathie )

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger

Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Le risque résiduel chez le diabétique de type 2 Z.Arbouche, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger N.Marniche-Sollah, EPSP BEO S.Belkacem, CHU M.L.Debaghine, BEO, Alger Introduction Bien que les statines aient

Plus en détail

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran

Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2. Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Évaluation des objectifs lipidiques chez les patients atteints de diabète de type 2 Dr R Bouzid, Dr A Khiat, Dr M Kherroubi HMRU Oran Introduction - La dyslipidémie est un prédicteur important du risque

Plus en détail

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT

STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT STATINE OR NOT STATINE? JUMGA 3 DÉCEMBRE 2016 DR SYLVAINE BŒUF-GIBOT CALCUL DU RISQUE CV FRCV ASSOCIEŚ A UNE DYSLIPIDEḾIE : Âge : homme 50 ans ou plus, femme 60 ans Ante ce dents familiaux de maladie coronaire

Plus en détail

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves?

Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Traiter le cholestérol ou les patients à risque cardiovasculaire? Sur quelles preuves? Rémy Boussageon Département de Médecine Générale de Poitiers Conseil scientifique du CNGE Un Exemple Un homme de 50

Plus en détail

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un

Le diabétique de type 2 est considéré comme ayant un AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 2005 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude FIELD : un fibrate ou une statine pour la prise en charge de la dyslipidémie des diabétiques de type 2? Le diabétique

Plus en détail

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée

Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée Nouvelles recommandations HAS 2017 dyslipidémies : la place des statines réaffirmée La Haute Autorité de Santé (HAS) propose, à la demande de la CNAMTS, une nouvelle mouture de ses recommandations sur

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1

RÉFÉRENTIELS. Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique : les trois points-clés de la recommandation de l'afssaps (2005) 1 Cette recommandation, diffusée par l'afssaps en mars 2005, est une actualisation des recommandations Prise en charge des dyslipidémies (Afssaps, septembre 2000) et Modalités de dépistage et de diagnostic

Plus en détail

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux

Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux. PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Nouvelles recommandations concernant l hypercholestérolémie et le rôle des stérols végétaux PH LE METAYER Hôpital Saint André CHU Bordeaux Il existe une relation évidente et démontrée entre le niveau

Plus en détail

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2

Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 Profil lipidique et facteurs de risque cardiovasculaires chez le diabétique type 2 M.Sakouhi (1), L.Bendaoud (2), A.Nadji (3), F.Z.Bengoreine (3). B.Boumesjed (4) (1) Service endocrinologie-diabétologie,

Plus en détail

Michel Krempf, Nantes

Michel Krempf, Nantes Michel Krempf, Nantes Liens d intérêts: Astra-Zeneca, Abbott, BMS, Bayer pharma, MSD, Shering-Plough, Sanofi-Aventis, Novo Nordisk, Lilly, Pierre Fabre, GSK, Takeda, Pfizer, Novartis, Roche, FICT, Danone,

Plus en détail

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global

Repérage d une anomalie lipidique dans le cadre de l évaluation du risque cardio-vasculaire global Synthèse fiche mémo Principales dyslipidémies : stratégies de prise en charge Février 2017 Cte synthèse présente les points essentiels de la fiche mémo : «Principales dyslipidémies : stratégies de prise

Plus en détail

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A.

Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Néphropathie diabétique et facteurs de risque cardiovasculaire S. Khalfi, S. Mimouni Zerguini, S. Aouiche, A. Khellaf, R. Djekaoua, A. Boudiba; Service de Diabétologie, CHU Mustapha - Alger Centre. Introduction:

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Prise en charge thérapeutique du patient dylipidémique Une recommandation de l'afssaps de mars 2005 qui actualise celles de l'anaes (janvier 2000) : dépistage et diagnostic l' AFSSAPS (sept 2000) : traitement

Plus en détail

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé

Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique. Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Traitement médicamenteux Artériopathie du diabétique Lyse BORDIER HIA Bégin, Saint Mandé Déclaration de conflits d intérêt L orateur déclare avoir effectué des interventions ponctuelles à la demande de

Plus en détail

Coeur et glitazones: Ou en est on?

Coeur et glitazones: Ou en est on? Coeur et glitazones: Ou en est on? Les glitazones: des molécules polémiques... La polémique hépatique liée à la Troglitazone (effet molécule) Maintenant la polémique cardiaque Effet classe ou effet molécule?

Plus en détail

La présence d une dyslipidémie

La présence d une dyslipidémie Dyslipidémie et diabète RÉSUMÉ : Les anomalies lipidiques sont fréquentes et particulières chez les patients diabétiques de type 2. Elles sont définies par des taux élevés de triglycérides, des taux bas

Plus en détail

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet

Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Statines en prévention primaire Quelles données et quels enjeux chez les personnes de plus de 75 ans? Jean-Philippe Joseph et Fabrice Bonnet Justification L hypercholestérolémie est un facteur de risque

Plus en détail

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu

PERTINENCE DU SUJET MES CONFLITS D INTÉRÊTS. Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu Rosuvastatin to Prevent Vascular Events in Men and Women with Elevated C-Reactive Protein* Benoît Maheu RII UMF-CSSSNL Forum de médecine familiale * Parution dans le NEJM du 20 novembre 2008 PERTINENCE

Plus en détail

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI

DIABÈTE DE TYPE 2 : Dr Y.HADJALI (Mougins) Y.HADJALI DIABÈTE DE TYPE 2 : ETUDES D INTENSIFICATION conséquences pratiques Dr (Mougins) J ai entendu dire que trop baisser la glycémie était dangereux chez le diabétique de type 2!!!!???? Contrôle g glycémique:

Plus en détail

Y. LAKHOUA, K. KHIARI, I. HADJ ALI, N MCHIRGUI, N. BEN ABDALLAH Service de Médecine Interne A - Endocrinologie. Hôpital Charles Nicolle.

Y. LAKHOUA, K. KHIARI, I. HADJ ALI, N MCHIRGUI, N. BEN ABDALLAH Service de Médecine Interne A - Endocrinologie. Hôpital Charles Nicolle. Y. LAKHOUA, K. KHIARI, I. HADJ ALI, N MCHIRGUI, N. BEN ABDALLAH Service de Médecine Interne A - Endocrinologie. Hôpital Charles Nicolle. Tunis Tunisie La rétinopathie diabétique représente une des principales

Plus en détail

Pas d étude de morbimortalité à ce jour pour l ézétimibe

Pas d étude de morbimortalité à ce jour pour l ézétimibe BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour l ézétimibe dans l hypercholestérolémie? (Ezetrol [ézétimibe seul] ou Inegy [en association fixe à la simvastatine]) L ézétimibe est un inhibiteur de l absorption

Plus en détail

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche

Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles. D. Nibouche Indication des statines chez le sujet diabétique: Recommandations actuelles D. Nibouche Risque de 1 er IDM avant l âge de 40 ans ETUDE INTERHEART Le risque le plus élevé de faire un 1er IDM avant 40 ans

Plus en détail

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES

MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES Page 1 de 8 MODALITÉ DE PRISE EN CHARGE DES DYSLIPIDÉMIES 1. PRINCIPAUX FAITS OMS 2015 Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde: il meurt chaque année plus de personnes

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique. Mars 2005 Ce document est une actualisation des recommandations de bonne pratique «Prise en charge des dyslipidémies» publiées par l Afssaps en

Plus en détail

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil

QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil QUELS OBJECTIFS GLYCÉMIQUES POUR QUELS PATIENTS DIABÉTIQUES? Dr Lobinet Emilie Service de diabétologie et Maladie Métabolique CHU Toulouse Rangueil GLYCÉMIE / HBA1C - Défini chez 507 patients DT1, DT2

Plus en détail

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015

Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Traitement des dyslipidémies : état des lieux des recommandations. Vincent Durlach CFPV 2015 Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique, groups d

Plus en détail

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée

Les hypercholestérolémies. Prise en charge et prescription raisonnée Les hypercholestérolémies Prise en charge et prescription raisonnée Etat des lieux Pratique courante en médecine générale Polémique : Publication du Pr Even et Debré (La vérité sur le Cholestérol Broché)

Plus en détail

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières

Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Dyslipidémies en 2014 Recommendations Pr Jean Ferrières Secrétaire Général de la Société Française de Cardiologie Service de Cardiologie B, CHU de Toulouse 2 cet intervenant : a déclaré n avoir aucun lien

Plus en détail

Hypercholestérolémie pure : LDL cholestérol élevé. Hyperlipidémie mixte : LDL cholestérol et triglycérides élevés. Taux bas de HDL cholestérol

Hypercholestérolémie pure : LDL cholestérol élevé. Hyperlipidémie mixte : LDL cholestérol et triglycérides élevés. Taux bas de HDL cholestérol Hypercholestérolémie pure : LDL cholestérol élevé Hypertriglycéridémie pure Dr Pierrick Campanini Service de Médecine de Premier Recours 27 juillet 2016 Hyperlipidémie mixte : LDL cholestérol et triglycérides

Plus en détail

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011?

L aspirine 07/06/2011. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio- et cérebrovasculaires: que peut-on proposer en 2011? Un homme de 55 ans vous consulte pour un bilan de santé. Aucune plainte. Connu pour une hypertension artérielle traitée par lisinopril et thiazide. Prévention primaire et secondaire des maladies cardio-

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique

Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Recommandations Sang Thrombose Vaisseaux 2005 ; 17, n 7 : 390 7 Prise en charge thérapeutique du patient dyslipidémique Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.204.175

Plus en détail

L étude ADVANCE : méthodologie et résultats

L étude ADVANCE : méthodologie et résultats MISE AU POINT Hypertension artérielle et diabète Le diabétique : un patient à haut risque cardiovasculaire et rénal F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Etude ADVANCE : méthodologie et résultats Quels

Plus en détail

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires

Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Enjeux de la prise en charge du tabagisme chez les patients infectés par le VIH Aspects cardiovasculaires Dr Caroline Dourmap Prévention CV CHU Rennes Journée Régionale de Tabacologie 28 janvier 2016 Epidémiologie

Plus en détail

51 e CONGRES DE L A.M.U.B.

51 e CONGRES DE L A.M.U.B. 51 e CONGRES DE L A.M.U.B. Traitement hypolipémiant en Gériatrie. Dr. E. SCHILS Gériatre Service de Gériatrie C.H.U. TIVOLI Session Actualités diagnostiques et thérapeutiques. Modérateurs : Drs A. FIRKET,

Plus en détail

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine -

AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - U1116 AOMI : Prévention primaire - Cas de l aspirine - Dr Stéphane ZUILY, MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine

Plus en détail

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire?

Cas clinique n 2. Cas clinique N 2. Que rechercher de particulier à l examen clinique? Comment orienter l interrogatoire? Cas clinique n 2 Cas clinique N 2 Anne Wojtusciszyn CCA Maladies Endocriniennes CHU Lapeyronie Monsieur P. 72 ans, artisan à la retraite, vous consulte. Il vient d être dêtre grand père et voudrait se

Plus en détail

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF

Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée. Dr Michel Varroud-Vial CHSF Cœur et Diabète Une prise en charge ciblée Dr Michel Varroud-Vial CHSF Complications du diabète Etudes ECODIA 1999-2005 Complication Rétinopathie Protéinurie Polynévrite Cardiopathie ischémique Artérite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 16 mai 2001 (JO du 11 octobre 2001) ASASANTINE LP 200mg/25mg, gélule

Plus en détail

Athérosclérose et risque cardiovasculaire

Athérosclérose et risque cardiovasculaire Athérosclérose et risque cardiovasculaire Dr Adel Rhouati 1Epidémiologie : Athérosclérose :Principale étiologie des maladies cardio-vasculaires (MCV) - ~ 90% des SCA - ~ 50% des AVC Maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires et la mortalité

Les maladies cardiovasculaires et la mortalité Risque résiduel ou inertie clinique? Residual risk or clinical inertia? R. Roussel* * Service de diabétologie-endocrinologie et nutrition, hôpital Bichat, Paris ; université Denis-Diderot Paris- VII, Paris

Plus en détail

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE

ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE ROLE de L ASPIRINE dans la PREVENTION PRIMAIRE et SECONDAIRE de l ATHEROCLEROSE MEDICAMENTS ANTIPLAQUETTAIRES points d'impact 3 Liaison IIbIIIa- fibrinogène 1 Reconnaissance du signal Ca ++ 2 Transmission

Plus en détail

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005

Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies. Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Diabète de type 2 Nouveaux médicaments Nouvelles stratégies Dr Michel Varroud-Vial Mai 2005 Les glitazones - rosiglitazone - pioglitazone Mécanismes d action Les glitazones Améliorent la Sensibilité du

Plus en détail

A u congrès de l American

A u congrès de l American Diabète de type 2 : pas de bénéfice à intensifier le traitement antihypertenseur et hypolipémiant Données de l étude ACCORD Marie VIRALLY Copyright 217 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant

Plus en détail

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer?

Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Médecins de Famille Genève 3 avril 2014 Risque cardiovasculaire: comment l évaluer? Dr Cédric Vuille Nyon et Service de Cardiologie, HUG Cas clinique Patient asymptomatique de 65 ans. HTA à 140/90 sous

Plus en détail

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf?

Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? 1 Dyslipidémies, prévention cardiovasculaire : quoi de neuf? Publié le 3 Jan 2017 Un entretien avec Éric BRUCKERT, Service d endocrinologie métabolisme et prévention cardiovasculaire, hôpital Pitié-Salpêtrière,

Plus en détail

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC

Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Traitement hypolipémiant en Algérie : quelles recommandations suivre? D. Nibouche, MD, PHD,FESC Recommandations Problématique - Pratique courante: référence, couverture nécessité de pratique. - Recommandations

Plus en détail

Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie. H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha

Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie. H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha Prise en charge de la dyslipidémie en consultation de diabétologie H.Baghous*, A.Meftah*,A.Boudiba* * Service de Diabétologie CHU Mustapha Pacha Introduction : o La dyslipidémie du diabétique est caractérisée

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie

Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Pourquoi une prévention? Quelques notions d épidémiologie Risque relatif de mortalité induit par une MC (maladie coronarienn Risque relatif de mortalité induit par une MC 5 4.5 4 3.5 3 2.5 2 1.5 1 0.5

Plus en détail

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2

DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 6 Forum National de l Omnipraticien Alger le 8 Avril 2010 DYSLIPIDEMIE DU DIABETE TYPE 2 Pr. N. Ouadahi Médecine interne CHU Bab El Oued Causes of death in people with diabetes 50 40 40 Deaths (%) 30 20

Plus en détail

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique?

Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? Congrès American College of Cardiology Quel traitement hypolipémiant chez le diabétique? F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Lipides et diabète 1. Une dyslipidémie athérogène Les diabétiques de type

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 juin 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 juin 2006 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 24 janvier 2001 (JO du 14 janvier 2001). ELISOR 20 mg, comprimé sécable

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE

HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE HYPERTENSION ARTERIELLE ET MENOPAUSE Bernard CHAMONTIN Service de Médecine Interne et Hypertension Artérielle Pole Cardiovasculaire et Metabolique CHU Rangueil TOULOUSE Toulouse le 27 mai 2011 Women s

Plus en détail

Dyslipidémies. Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type. majeure Mécanismes physio-pathologiques des dyslipidémies

Dyslipidémies. Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type. majeure Mécanismes physio-pathologiques des dyslipidémies Dyslipidémies I) Classification de Frederickson Aspect du sérum à jeun Chol TG Lp Athérogénicité Fréquence Type I Lactescent CM - 2,5g/l N LDL +++ 10% Opalescent VLDL + LDL Hypertriglycéridémie

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93)

Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Après l infarctus: quelle prévention? Dr Daniel Karila-Cohen Centre Cardiologique du Nord Saint-Denis (93) Position du problème Pathologie courante Risque absolu élevé Survie de plus en plus longue Intervention

Plus en détail

FDRCV Dyslipidémies et Syndrome Métabolique

FDRCV Dyslipidémies et Syndrome Métabolique FDRCV Dyslipidémies et Syndrome Métabolique Pr Ducluzeau Nutrition Diabétologie, CHRU Tours L athérosclérose correspond à une réaction de défense inflammatoire «mal appropriée» face à une agression de

Plus en détail

PCSK9. Mathilde Varret. 13 mai èmes Journées Médicales SOLFED

PCSK9. Mathilde Varret. 13 mai èmes Journées Médicales SOLFED PCSK9 Mathilde Varret 13 mai 2017 6 èmes Journées Médicales SOLFED The PCSK9 story PCSK9 La découverte Les Hypercholestérolémies Population générale 1 / 20 Multifactorielle 1/250 Dominante Monogéniques

Plus en détail

L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2

L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2 L abolition des pouls périphériques est un facteur pronostique du risque vasculaire à 5 ans chez les patients diabétiques de type 2 par Manuel Dolz Décembre 2016 Mohammedi K, et al ; ADVANCE Collaborative

Plus en détail

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques

Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Le choix de l association indapamide + perindopril dans HYVET Arguments pharmacologiques et cliniques Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU Grenoble 14es Assises du CNCHG, Paris, 2008 PAS

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques FENOFIBRATE

Plus en détail

Que faire quand le LDL-C n est pas à l objectif?

Que faire quand le LDL-C n est pas à l objectif? Que faire quand le LDL-C n est pas à l objectif? Liens d intérêts: Astra-Zeneca, Abbot, BMS, Bayer pharma, MSD, Shering-Plough, Sanofi-Aventis, Novo Nordisk, Lilly, Pierre Fabre, GSK, Takeda, Pfizer, Novartis,

Plus en détail

Bande annonce ARTE Donc, 5 visiteurs sur 6 n ont visionné que la version négationniste Discours habituel du Dr De Lorgeril Le lundi 29 mars 2010 à 01:29, par Mario Desaulniers Bonjour M. de Lorgeril,

Plus en détail

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE

Mr D. 58 ans. Caroline CHARPE Mr D. 58 ans Caroline CHARPE ATCD Epicondylite du coude gauche Coronaropathie Diabète de type 2 Hydrocèle opérée Traitements Plavix clopidogrel Detensiel bisoprolol Tahor atorvastatine Rasilez aliskirène

Plus en détail

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE

Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue. François DELAHAYE Syndrome métabolique : Le point de vue du cardiologue François DELAHAYE Syndrome métabolique Ensemble d anomalies métaboliques et de facteurs de risque vasculaire Anomalies interconnectées: la présence

Plus en détail

Prise en charge des dyslipidemies en 2016: on fait quoi du LDL?

Prise en charge des dyslipidemies en 2016: on fait quoi du LDL? Prise en charge des dyslipidemies en 2016: on fait quoi du LDL? Professeur Atul PATHAK apathak@clinique-pasteur.com Clinique Pasteur Université de Toulouse INSERM 1048 Declaration de Relations Professionnelles

Plus en détail

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions

Réélévation des seuils? Exemples du diabète et de l hypertension. Multimorbidité et recommendations Conclusions Docteur, à mon âge, faut-il encore contrôler le cholestérol? Et dois-je vraiment continuer l aspirine? Prof. Dr. med. N. Rodondi, Médecin Chef de la Policlinique Médicale Clinique Universitaire et Policlinique

Plus en détail

Nationaux Diagnostiquer les principales dyslipidémies primitives et secondaires.

Nationaux Diagnostiquer les principales dyslipidémies primitives et secondaires. Chapitre 3 Item 220 UE 8 Dyslipidémies I. Diagnostic phénotypique II. Éliminer une cause d hyperlipidémie secondaire III. Diagnostic des hyperlipidémies primitives IV. Évaluation du risque cardiovasculaire

Plus en détail

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton

Les différents traitements et interventions sur le RCV. Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Les différents traitements et interventions sur le RCV Dr Marie Christine Iliou Service de Réadaptation Cardiaque Hôpital Corentin Celton Traitements médicamenteux De l HTA Pour qui? C t? Du Diabète Comment?

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES. par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer

LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES. par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer LE TRAITEMENT DES DYSLIPEMIES par par Pierre Kutter et Laurent Visser aucun conflit d intérêt à déclarer ESC/ EAS GUIDELINES 2016 Question aux auditeurs : Croyez-vous que le cholestérol soit un facteur

Plus en détail

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol?

Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Docteur, dois-je me soucier de mon cholestérol? Auteurs : Caroline Huas, Rémy Boussageon, Denis Pouchain Résumé de la table ronde (durée 2h) par Aurélien Vandenameel et Maxence Stettner Objectifs : Présenter

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie

Démences et dyslipidémies. Epidémiologie Démences et dyslipidémies Epidémiologie Démences et dyslipidémies: plan Epidémiologie -Cholestérol et risque de MA: 3 -Apport de graisses et MA: 4 -HDL bas et LDL élevé et risque de MA: 4 -ApoA1 et MA:

Plus en détail

Les nouveaux produits cardiovasculaires mis sur le marché. Professeur Atul PATHAK UF de Pharmacologie Cardiovasculaire et Autonome

Les nouveaux produits cardiovasculaires mis sur le marché. Professeur Atul PATHAK UF de Pharmacologie Cardiovasculaire et Autonome Les nouveaux produits cardiovasculaires mis sur le marché Professeur Atul PATHAK UF de Pharmacologie Cardiovasculaire et Autonome En complément De la lecture du BIP Des ASMR De la publication de certains

Plus en détail

Quelle stratégie pour la traiter? cès de morbi-mortalité cardiovasculaire

Quelle stratégie pour la traiter? cès de morbi-mortalité cardiovasculaire Thérapeutique La dyslipidémie chez le diabétique Quelle stratégie pour la traiter? Dr Michel Farnier* Introduction L augmentation du risque de maladies cardiovasculaires chez les patients diabétiques est

Plus en détail

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH

Risque cardiovasculaire. Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Infection par le VIH Risque cardiovasculaire Le risque cardiovasculaire fait référence à une probabilité de survenue d un événement cardiovasculaire, défini par (1) : - une maladie

Plus en détail

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS?

SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? SOUS QUEL TRAITEMENT ANTIHYPERTENSEUR SONT NOS PATIENTS DIABETIQUES DE TYPE 2 HYPERTENDUS? S. DEGHIMA, S. AOUICHE, K. MEZEGHRANI, H. DJORANE, H. F. GHERMOUL, N. ZENATI, N. ALOUI, R. HANNACHI, A.BOUDIBA.

Plus en détail

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 janvier 2014 LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER DCI Code ATC (2013) Motif de l examen Liste concernée Indication(s)

Plus en détail

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!!

Les révélations d Hyvet A 80ans: Cela A 80ans: Cela vaut encore le vaut encore le coup!!!! coup!!! Les révélations r d Hyvet A A 80ans: 80ans: Cela Cela vaut vaut encore encore le le coup!!!! coup!!!! HYVET Méthodologie 3 845 hypertendus 80 ans Etude internationale, multicentrique, randomisée en double

Plus en détail

Observation de Mr B. Homme de 55 ans. Bilan lipidique: Prise en charge en hémodialyse en Décembre 2012

Observation de Mr B. Homme de 55 ans. Bilan lipidique: Prise en charge en hémodialyse en Décembre 2012 Faut-il traiter les dyslipidémies des dialysés? Bruno MOULIN Service de Néphrologie - Transplantation Hôpitaux Universitaires de Strasbourg CUEN DIALYSE GRESSY 7-9 Juin 2015 Observation de Mr B Homme de

Plus en détail

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie

Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Nouveau marqueur et cible dans le traitement de la dyslipidémie Présentée par Catherine Montminy Étudiante en pharmacie de 3 e année Février 2014 Plan de la présentation Population visée par un bilan lipidique

Plus en détail

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi,

Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, Cœur et travail 2013 Le risque cardio-vasculaire, pour qui, comment, pourquoi, R. Brion «Centre Bayard», 69 100 Villeurbanne «Dieulefit-Santé», 26 260 Dieulefit? Quantifier le risque Risque cardio-vasculaire

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DANS LE TRAITEMENT DES DYSLIPIDÉMIES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES: UN CHOIX RAISONNÉ?

RECOMMANDATIONS DANS LE TRAITEMENT DES DYSLIPIDÉMIES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES: UN CHOIX RAISONNÉ? Session de Diabétologie et Nutrition RECOMMANDATIONS DANS LE TRAITEMENT DES DYSLIPIDÉMIES CHEZ LES PATIENTS DIABÉTIQUES: UN CHOIX RAISONNÉ? Louvain Med 2016 ; 135 (3) Numéro spécial 13 e Congrès UCL d

Plus en détail

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique

Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Syndrome d Apnée du Sommeil et Syndrome Métabolique Laurence Kessler Service d endocrinologie, diabète et maladies métaboliques Hôpitaux universitaires Strasbourg Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG

Plus en détail

Épidémiologie cardiovasculaire

Épidémiologie cardiovasculaire Épidémiologie cardiovasculaire Epidémiologie Variation géographique: Taux de mortalité par accidents coronariens: Grande disparité Gradient nord sud: En Europe Dans le pays Prédominance dans les pays industrialisés

Plus en détail

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA

HTA >= 140 >= >= 130/80). HTA HTA (1) PAS >= 140 mmhg et/ou PAD >= 90 mmhg, au cabinet et confirmée, 2 mesures par consultation, au cours de 3 consultations en 3 à 6 mois (hors diabète ou insuffisance rénale, HTA si >= 130/80). HTA

Plus en détail

Principes du dépistage ou du suivi en médecine L exemple de la prévention primaire du diabète de type 2 Dépister tôt pour mieux prévenir

Principes du dépistage ou du suivi en médecine L exemple de la prévention primaire du diabète de type 2 Dépister tôt pour mieux prévenir Principes du dépistage ou du suivi en médecine L exemple de la prévention primaire du diabète de type 2 Dépister tôt pour mieux prévenir Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 6 novembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 6 novembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 6 novembre 2002 TAHOR 80 mg, comprimé Boîte de 28 et 50 Laboratoires PFIZER Atorvastatine Liste I Date de l'amm : 9 octobre 2000

Plus en détail

Que retenir des essais thérapeutiques dans le diabète? Pr François MAILLOT DIU d HTA Décembre 2010

Que retenir des essais thérapeutiques dans le diabète? Pr François MAILLOT DIU d HTA Décembre 2010 Que retenir des essais thérapeutiques dans le diabète? Pr François MAILLOT DIU d HTA Décembre 2010 PLAN Diabète de type 1 DCCT/EDIC Diabète de type 2 UKPDS ACCORD ADVANCE VADT Steno-2 Conclusions Diabète

Plus en détail

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017

Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée. Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 Hypertension et Hyperlipidémie: Prise en charge intégrée Prof. J-M Krzesinski ULg CHU Liège CBH 18/2/2017 2008 2014 Mortalité CV:30% 29% Cas cliniques: prise en charge identique? PF, un cadre d entreprise,

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 février 2016 atorvastatine calcique trihydratée TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 343 067 5 4) B/90 (CIP : 34009 371 992 1 6) TAHOR 20 mg, comprimé

Plus en détail

Le Liraglutide dans la vraie vie : Expérience Algérienne

Le Liraglutide dans la vraie vie : Expérience Algérienne Le Liraglutide dans la vraie vie : Expérience Algérienne M.SEMROUNI* S.ABROUK** Z.ARBOUCHE* R.MALEK*** *Service d Endocrinologie Diabétologie CHU Beni Messous Alger ** INSP Alger *** Service de Médecine

Plus en détail

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E.

AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA. D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. AVC et diabète de type 2 au Service de Médecine Interne / Diabétologie HCA D. Lounis; N. Deméne-Debih; S. Khalfa; D.E. Talbi ( HCA ) Introduction (1) Tous les ans, ~ 15 M de personnes dans le monde subissent

Plus en détail

Dyslipidémies chez le patient à haut risque vasculaire: quel traitement? François Diévart Clinique Ville4e, Dunkerque

Dyslipidémies chez le patient à haut risque vasculaire: quel traitement? François Diévart Clinique Ville4e, Dunkerque Dyslipidémies chez le patient à haut risque vasculaire: quel traitement? François Diévart Clinique Ville4e, Dunkerque Conflits d intérêts Honoraires pour conférences : Alliance BMS- Pfizer, Astra- Zeneca,

Plus en détail