CONCLUSIONS GENERALES ET PERSPECTIVES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONCLUSIONS GENERALES ET PERSPECTIVES"

Transcription

1 CONCLUSIONS GENERALES ET PERSPECTIVES Nous avons mis au point un dispositif expérimental pour réaliser des mesures de résistivité électrique couplées à des essais de traction conventionnels. Ce montage nous a permis de réaliser plusieurs études des phénomènes liés à l effet mémoire de forme. Pour ce travail, nous avons choisi deux types d expérimentation. La première a consisté dans la déformation d éprouvettes monocristallines d alliages à base cuivre à partir des phases martensitique et austénitique (section 4.1). Une correspondance a été vérifiée pour les mesures des variations de résistivité dans l induction d un monovariant de martensite par deux chemins différents (déformation de la martensite thermique polyvariante ou superélasticité). Les résultats montrent aussi que la résistivité d une éprouvette à l état martensitique polyvariante est différente de celle de la même éprouvette à l état monovariant. Ceci peut être expliqué par une importante anisotropie de résistivité électrique du cristal de martensite. La deuxième partie des mesures de résistivité couplées avec les essais de traction a été consacrée aux tests de superélasticité (section 4.2). Ces essais ont pour objectif de vérifier le comportement des courbes de résistivité sous les influences de plusieurs facteurs qui affectent l effet superélastique des éprouvettes monocristallines : Influence de la température : Les essais ont démontré que les courbes de résistivité sont indépendantes de la température des tests superélastiques (T > A F ). Contrairement aux courbes contrainte-déformation, les courbes résistivité-déformation ne présentent pas d hystérésis dans le cas des monocristaux. Cette absence d hystérésis sur les courbes de résistivité a été expliquée en prenant en compte la forte pente élastique et la relativement faible hystérésis de la contrainte (section 4.2.1). Influence de la vitesse de déformation : L hystérésis des courbes de résistivité en fonction de la déformation augmente avec la vitesse de déformation. Cette hystérésis a été attribuée aux échanges de chaleur entre l éprouvette et le milieu en relation avec les 161

2 caractères exothermique et endothermique des transformations martensitiques directe et inverse. Transformations martensitiques successives : Au cours des essais de traction, les éprouvettes se transforment en martensite β 1, puis cette martensite se transforme en martensite α 1. Les mesures montrent que les variations de résistivité électrique associées à ces deux martensites sont différentes. Dans ce cas, il faudrait donc adapter l équation de la résistivité en fonction de la déformation (équation 4.1) de façon à comporter les contributions de chacune de ces martensites. Influence de l orientation cristalline de l axe de traction : Ces essais ont mis en évidence que la résistivité électrique dépend aussi de l orientation cristallographique. Ainsi, les variations de résistivité enregistrées lors de la formation de différents monovariant de martensite doivent être attribuées à une anisotropie du cristal de martensite. Ces mesures confirment donc l hypothèse que nous avons proposé dans la section 4.1 (comportement des mesures par rapport à l état initial), où la variation de résistivité de la martensite orientée par contrainte correspond à la somme des changements de résistivité obtenus pour la formation de la martensite polyvariante (transformation thermique) et au processus de réorientation. Effets des traitements thermiques : Ces essais ont démontré l influence des lacunes en sursaturation de trempe et de la stabilisation martensitique sur les propriétés mesurées en régime superélastique. Les résultats montrent des différences pour les deux alliages étudiées (amplitude de la contrainte - dent de scie et l hystérésis). L alliage Cu-Al-Be est plus sensible à la densité de lacunes que le Cu-Zn-Al, : soit que le processus d élimination de lacunes du Cu-Zn-Al est plus efficace par rapport à du Cu-Al-Be, ou que les interfaces du Cu-Al-Be se bloquent plus facilement que ceux du Cu-Zn-Al (compositions chimiques des alliages). Les essais à l état mixte ont montré les effets du vieillissement sur les propriétés de chaque fraction (austénite et martensite). La fraction de martensite après vieillissement présente une importante hystérésis de contrainte et de résistivité qui est provoquée par la stabilisation et par la grande concentration de lacunes. La fraction vieillie en austénite présente une hystérésis normale ou similaire à celles des éprouvettes soumis au traitement de référence. Après le vieillissement, les fractions sont 162

3 facilement identifiées car les propriétés présentent des variations importantes, même après un recuit de une heure à 100 C. Ceci signifie que les structures des fractions vieillies en phases distinctes ont été modifiées au cours du vieillissement. Les traitements thermiques exercent une forte influence sur la transformation martensitique des alliages à base cuivre. Initialement, nous avons réalisé une étude des influences des traitements d homogénéisation direct et cumulé sur les alliages Cu-Al-Be (section 3.3.3). Ces traitements affectent les températures de transformation dues à l oxydation pendant le maintien à haute température et dû à la trempe. Les résultats montrent que les évolutions des températures de transformation du Cu-Al-Be sont plus rapides que celles de l alliage Cu-Zn-Al, probablement dû à la forte influence du béryllium sur les températures de transformation. Les analyses des courbes de calorimétrie et de la vitesse des variations des paramètres mesurés révèlent des résultats différents suivant le traitement thermique. Le traitement direct favorise l homogénéisation des alliages. La couche d oxyde oppose une barrière de diffusion qui provoque un ralentissement des pertes et entraîne une homogénéisation interne relative de l échantillon. Les traitements cumulés favorisent la suppression de la couche d oxyde à chaque cycle. Ces renouvellements de la couche impliquent des processus diffusionnels avec écarts entre le cœur et la surface de l échantillon, ce qui entraîne une rapide augmentation de l hystérésis et de l étalement. Ces résultats nous ont permis modifier la procédure d élaboration des alliages monocristallins de Cu-Al-Be, afin d obtenir une meilleure précision sur la température M S et de fortement diminuer le gradient de composition sur la longueur du monocristal. L étude de la stabilisation martensitique des alliages Cu-Al-Be a été présentée dans la deuxième partie de ce travail (chapitre 5). Les traitements thermiques où les échantillons sont trempés directement en phase martensitique (brut de trempe et traitement TT2) présentent une transformation martensitique inverse en deux étapes. Les divers essais (calorimétrie, résistivité électrique et dilatométrie) ont démontré que pour obtenir une transformation martensitique «normale», il est nécessaire d employer un traitement thermique de trempe étagée avec une température de revenu au-dessus du M S (traitement TT1) ou alors de porter l échantillon à une température supérieure à 300 C pour déstabiliser complètement la phase martensitique. 163

4 Nous avons montré que pour les échantillons trempés «directement» en phase martensitique, on peut obtenir deux types de martensite : une martensite qui se comporte comme la martensite «normale», avec possibilité de stabilisation par un mécanisme de piégeage des interfaces (étape A ), et une autre martensite «hyperstabilisée» par un processus qui ne semble pas dépendre de la concentration en lacunes (étape B ). Cette martensite présente des caractéristiques particulières. Ce qui est le plus surprenant est que la transformation inverse a lieu pratiquement toujours à la même température, quelles que soient les conditions de manipulation ou le taux de lacunes. Il semble donc que cette transformation corresponde à une fraction de martensite qui n est pas stabilisée par un mécanisme de piégeage des interfaces par les lacunes. Cette martensite hyperstabilisée peut être issue de la phase β qui reste désordonnée lors de la trempe. Cette martensite désordonnée pouvant posséder une température A S beaucoup plus élevée que la martensite β 1 (normale) ou alors sa retransformation pourrait être reliée à la température de mise en ordre de la phase mère. La transformation désordonnée β en austénite ordonnée β 1 serait interdite (β β 1 ). La transformation de la martensite β ne pouvant se faire qu à la température où la phase β existe à l équilibre à l état désordonné (β β ). Perspectives I Les mesures de résistivité électrique couplées aux essais de traction donnent des résultats très intéressants, et ce couplage ouvre plusieurs perspectives d études des phénomènes liés à la mémoire de forme. Nous pouvons citer les thèmes : cyclage superélastique, cinétique de la stabilisation martensitique et de l élimination des lacunes avec des éprouvettes brutes de trempe vieillies à l état mixte et comportement de l interface austenite/martensite. Ce couplage n est pas restrictif au domaine des études scientifiques, il peut aussi permettre le contrôle en continu des alliages à mémoire de forme en tant qu activateur thermique, mécanique et/ou électrique. Dans le cas de notre montage, le seul problème que nous avons rencontre concerne la soudure par point qui induit une augmentation de la température de l éprouvette. Ceci peut accélérer l élimination des lacunes et perturber les analyses des études par exemple de la cinétique. Une solution envisagée est l adoption d une colle conductrice comme la colle de l argent. Dans ce cas il existe deux problèmes techniques à résoudre : diamètre du fil (par exemple : fil de cheveu - sans 164

5 résistance mécanique pour supporter le montage et isolation électrique) et temps de séchage (solvant de séchage rapide). Perspectives II L alliage Cu-Al-Be présente des caractéristiques intéressantes par rapport aux alliages du système Cu-Al. L addition du béryllium en faible concentration fait baisser fortement le M S, mais change très peu le diagramme d équilibre et la composition eutectoïde. Ainsi, la composition de la martensite β 1 (18R) n est pas modifiée pour l addition du béryllium. Mais cette addition semble modifier de façon important les phases austénitique et martensitique. La concentration de lacunes retenue après la trempe pour ces alliages semble être supérieure à celles des alliages du Cu-Zn-Al. La déformation de la phase martensitique induit de contraintes très élèvées, et les résultats de la stabilisation indiquent la possibilité de la formation de deux types de martensite. Ces différences en comparaison d autres alliages à mémoire de forme à base cuivre montrent que ces alliages ont grand intérêt scientifique et technologique. Un prolongement à ce travail concernerait une étude de la cinétique de la migration des lacunes par des techniques comme le pouvoir thermoélectrique, essais de traction et frottement intérieur. Pour confirmer les hypothèses sur l origine des martensites stabilisées, il serait intéressant de réaliser des expériences par rayons x et microscopie électronique afin de caractériser ces martensites, et de vérifier l évolution de la structure (ou ordre) de la phase mère in situ au cours du chauffage à environ 400 C. 165

2. LES ALLIAGES A MEMOIRE DE FORME

2. LES ALLIAGES A MEMOIRE DE FORME 2. LES ALLIAGES A MEMOIRE DE FORME 2.1. Familles d alliages à mémoire de forme 2.2. Les alliages à base cuivre 2.2.1. Caractéristiques des phases 2.2.1.1. Phases d équilibre des diagrammes binaires 2.2.1.2.

Plus en détail

1. EFFET MEMOIRE DE FORME

1. EFFET MEMOIRE DE FORME 1. EFFET MEMOIRE DE FORME 1.1. Définition 1.2. Transformation martensitique 1.2.1. Définition 1.2.2. Caractéristiques générales 1.2.3. Caractéristiques physiques 1.2.4. Thermodynamique de la transformation

Plus en détail

Transformations de phase à l état solide: les "concepts" P. Maugis

Transformations de phase à l état solide: les concepts P. Maugis Transformations de phase à l état solide: les "concepts" P. Maugis Panorama [Images ArcelorMittal] 20µm Traitements thermiques T Mise en solution Trempe Revenu t État metastable ou instable état d équilibre

Plus en détail

Cours MTR2000 Matériaux Métalliques Examen final Automne 2006

Cours MTR2000 Matériaux Métalliques Examen final Automne 2006 QUESTION N 0 1 (2 points) 1) De quels alliages sont faites les aubes de turbine dans les parties les plus chaudes (T 1000 0 C) des moteurs d avion? Alliages réfractaires à base de Ni ou Co (résistance

Plus en détail

LA TREMPE DES ACIERS

LA TREMPE DES ACIERS LA TREMPE DES ACIERS 1 PRINCIPE DE LA TREMPE 1. Austénétisation: Chauffer dans le domaine gamma (AC3 ou ACcm +50 C) 2. Maintien isotherme pour homogénéiser 3. Refroidissement pour éviter de former les

Plus en détail

6.2 Capacité calorifique / thermique 6 DIFFUSION THERMIQUE

6.2 Capacité calorifique / thermique 6 DIFFUSION THERMIQUE 6 DIFFUSION THERMIQUE 6.1 Différence entre température et chaleur Nous sommes quotidiennement confrontés à la notion de température : celle-ci est généralement associée aux sensations de chaud ou de froid.

Plus en détail

Détermination de la trempabilité Etat mécanique après trempe

Détermination de la trempabilité Etat mécanique après trempe 3-3. Notion de trempabilité 3-3.1. Généralités 3-3.2. Détermination de la trempabilité 3-3.3. Etat mécanique après trempe La trempe idéale doit conduire à de la martensite à l exclusion de la ferrite,

Plus en détail

Matériaux II travaux pratiques

Matériaux II travaux pratiques Matériaux II travaux pratiques Essai de trempabilité par trempe en bout (Essai Jominy) GC4 printemps 2015 C. Dénéréaz, 02.2015 1 LMM Laboratoire de Métallurgie Mécanique Partie théorique Introduction Les

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE - 1 - Le développement des matériaux composites est né de la volonté d allier les qualités techniques au besoin d allégement dans un même matériau, qui par la suite doit s adapter

Plus en détail

COURS ING MATÉRIAUX

COURS ING MATÉRIAUX PROGRAMME DE GÉNIE DES MATÉRIAUX Note finale: /25 NOM (en majuscules): PRÉNOM : SIGNATURE : MATRICULE : SECTION : COURS ING1035 - MATÉRIAUX 2 e contrôle Vendredi, le 1 er novembre 2002 de 8h45 à 10h20

Plus en détail

MEC200 Technologie des matériaux. Devoir #1 (5%)

MEC200 Technologie des matériaux. Devoir #1 (5%) MEC200 Devoir #1 (5%) À remettre au plus tard le lundi 2 juin avant 11h30 au A-2800 (Secrétariat- Génie Mécanique, 2 e étage, bâtiment A) Les devoirs remis en retard auront une note de zéro (Remettre une

Plus en détail

Fiche technique du produit Alliage MCP 137/Metspec 281 MISE À JOUR

Fiche technique du produit Alliage MCP 137/Metspec 281 MISE À JOUR USAGES TYPIQUES Les principales utilisations de l'alliage dépendent de la différence de densité entre le liquide et le solide et des variations dimensionnelles après la solidification, les deux devant

Plus en détail

Fragilité intergranulaire de l acier 17-4PH

Fragilité intergranulaire de l acier 17-4PH Fragilité intergranulaire de l acier 17-4PH F. Christien 1, R. Le Gall 1, G. Saindrenan 1, J.M. Boursier 2 1 Laboratoire Génie des Matériaux - ISITEM Rue Christian Pauc, BP 90604, 44306 NANTES Cedex 03

Plus en détail

Proposition de plan d année physique sciences générales (5 h/sem)

Proposition de plan d année physique sciences générales (5 h/sem) Proposition de plan d année physique sciences générales (5 h/sem) Cours THEME 1.- TRAVAIL, ENERGIE et PUISSANCE 1 Le principe d inertie 2 Applications du principe d inertie Notion de MRU vlp 24 Examen

Plus en détail

Traitements Thermiques Des métaux et alliages

Traitements Thermiques Des métaux et alliages Traitements Thermiques Des métaux et alliages Bertin Morgan Vincent Matthieu Ecole Normale Supérieure de Cachan Génie Mécanique Introduction Qu est ce qu un traitement thermique et à quoi peut-il servir?

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX PHYSIQUE DES MATÉRIAUX Laboratoire n 2 : Appareils de caractérisation thermique et de dureté Structures hors équilibre Diagrammes TTT & CCT Applications Henri-Michel Montrieux hmmontrieux@ulg.ac.be MENU

Plus en détail

Caractérisation de poudres Cu-Co-O mécano-broyées par FIB-3D et Sonde Atomique Tomographique : effet de l oxydation sur la magnétorésistance

Caractérisation de poudres Cu-Co-O mécano-broyées par FIB-3D et Sonde Atomique Tomographique : effet de l oxydation sur la magnétorésistance Caractérisation de poudres Cu-Co-O mécano-broyées par FIB-3D et Sonde Atomique Tomographique : effet de l oxydation sur la magnétorésistance Encadrants : Rodrigue Lardé, Malick Jean et Jean-Marie Le Breton

Plus en détail

Amélioration des propriétés mécaniques des métaux. Introduction

Amélioration des propriétés mécaniques des métaux. Introduction Amélioration des propriétés mécaniques des métaux Traitement thermique des aciers Chapitre 6.1.5 Chapitre 10 9/10-1 Introduction Que peut-on faire pour améliorer les propriétés mécaniques d un métal? Quelles

Plus en détail

Expliquer dans vos propres mots qu'est-ce que la miscibilité totale et la miscibilité partielle?

Expliquer dans vos propres mots qu'est-ce que la miscibilité totale et la miscibilité partielle? Exercices cours #8 Expliquer dans vos propres mots qu'est-ce que la miscibilité totale et la miscibilité partielle? Expliquer dans vos propres mots qu'est-ce que la germination homogène et la germination

Plus en détail

6. Le courant électrique et la résistance

6. Le courant électrique et la résistance Chapitre 6 OSPH Le courant et la résistance 31 6. Le courant électrique et la résistance 6.1. Le courant électrique Le courant électrique est le débit d écoulement des charges à travers une surface. I

Plus en détail

IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electricité 1er semestre Damien JACOB

IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electricité 1er semestre Damien JACOB IUT Louis Pasteur Mesures Physiques Electricité 1er semestre Damien JACOB 08-09 Chapitre 1 : Electrocinétique des courants continus I. Conduction électrique D un point de vue électrique, il existe 2 catégories

Plus en détail

L unité prestation technique dispose d une longue expérience et d un personnel qualifie afin de répondre à toutes les exigences des clients.

L unité prestation technique dispose d une longue expérience et d un personnel qualifie afin de répondre à toutes les exigences des clients. UNITE PRESTATION TECHNIQUE L unité prestation technique dispose d une longue expérience et d un personnel qualifie afin de répondre à toutes les exigences des clients. Elle offre une longue gamme de travaux

Plus en détail

BACCALAURÉAT LIBANAIS - SG Corrigé

BACCALAURÉAT LIBANAIS - SG Corrigé Exercice 1 : Pendule de torsion Le but de l exercice est de déterminer le moment d inertie d une tige homogène par rapport à un axe qui lui est perpendiculaire en son milieu et la constante de torsion

Plus en détail

MEC-200 Technologie des matériaux Automne Devoir #1 (5 %)

MEC-200 Technologie des matériaux Automne Devoir #1 (5 %) MEC-200 Technologie des matériaux Automne 2012 Devoir #1 (5 %) À remettre au plus tard le mercredi 17 octobre avant 16h30 au Secrétariat - Génie Mécanique, 2ème étage, bâtiment A Les devoirs remis en retard

Plus en détail

Traitements thermiques des aciers

Traitements thermiques des aciers Traitements thermiques des aciers Technologie des matériaux 1 Traitements thermique des alliages ferreux Modifier la nature des constituants présents durcissement par trempe durcissement par précipitation

Plus en détail

SCIENCES DE, L'INGENIEUR

SCIENCES DE, L'INGENIEUR SCIENCES DE, L'INGENIEUR Semestre 1 l1 UNIVERSITÉ DE NANTES U.F.R. des Sciences et des Techniques S.E.V.E. Bureau des Examens Nom de I'U.E. : Matériaux pour Ingénieurs Code de I'U.E. : X3PT010 Date de

Plus en détail

Sous-épreuve commune aux deux options : Sciences et Techniques Industrielles SESSION 2008 BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX

Sous-épreuve commune aux deux options : Sciences et Techniques Industrielles SESSION 2008 BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SESSION 2008 BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES Sous-épreuve commune aux deux options - U4.2 - CORRIGE Code : TMSTI AB Sous-épreuve commune aux

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX. SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES Sous-épreuve commune aux deux options - U4.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX. SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES Sous-épreuve commune aux deux options - U4. SESSION 2008 BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES Sous-épreuve commune aux deux options - U4.2 - DUREE : 2 heures COEFFICIENT : 2 Les calculatrices

Plus en détail

Fiche technique du produit Alliage MCP 96/Metspec 203 MISE À JOUR

Fiche technique du produit Alliage MCP 96/Metspec 203 MISE À JOUR USAGES TYPIQUES Les utilisations de l alliage MCP 96 dépendent le plus souvent sur son point de fusion faible que sur d'autres propriétés. Son application se trouve dans le blindage pendant les traitements

Plus en détail

Ce transport se produit dans un système initialement remplis d eau chaude et d eau froide :

Ce transport se produit dans un système initialement remplis d eau chaude et d eau froide : 5 PHÉNOMÈNES DE DIFFUSION 5.1 Diffusion de particules 5.1.1 transport diffusif La diffusion est un phénomène de transport de Mise en évidence expérimentale particules sans mouvement macroscopique. On verse

Plus en détail

Conclusion générale CONCLUSION GÉNÉRALE

Conclusion générale CONCLUSION GÉNÉRALE CONCLUSION GÉNÉRALE Dans un centre de stockage de déchets, la réalisation d une barrière de sécurité passive a pour but l obtention d un confinement continu, homogène, présentant l épaisseur et les caractéristiques

Plus en détail

Chapitre 4 : Cristallisation

Chapitre 4 : Cristallisation Chapitre 4 : Cristallisation Définitions et généralités Principes de dissolution et de cristallisation Mécanisme de formation de cristaux Bilan de matière Bilan d énergie Méthodes d obtention de la sursaturation

Plus en détail

Le changement structural des verres métalliques massifs

Le changement structural des verres métalliques massifs Le changement structural des verres métalliques massifs B.NOR 1, K.RAHMOUN 1 (1) Département de physique, Faculté des sciences, Université de Tlemcen, B.P 119, 13000, Tlemcen, Algérie. Email :norseti@yahoo.fr

Plus en détail

CHAPITRE IX CINÉTIQUE CHIMIQUE VITESSES DES RÉACTIONS

CHAPITRE IX CINÉTIQUE CHIMIQUE VITESSES DES RÉACTIONS Introduction CHAPITRE IX CINÉTIQUE CHIMIQUE VITESSES DES RÉACTIONS * Etudier la vitesse des réactions afin de prédire en combien de temps le système chimique parviendra à son état d équilibre (ξ éq ) ou

Plus en détail

les défauts de la structure cristalline

les défauts de la structure cristalline UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Départements de BMF les défauts de la structure cristalline Pr Khalil EL GUERMAÏ I- Les défauts d de la structure cristalline L

Plus en détail

Liaison chimiques, Structures cristallines, défauts dans les cristaux

Liaison chimiques, Structures cristallines, défauts dans les cristaux Session 3 Liaison chimiques, Structures cristallines, défauts dans les cristaux Références : Chapitre 2 et 3 3-1 Les propriétés d un matériau dépendent du type de liaison atomique, mais aussi de la structure

Plus en détail

CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES

CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES CONCLUSION GÉNÉRALE ET PERSPECTIVES 174 La corrosion des armatures est la principale cause de détérioration des infrastructures en béton armé. Durant leur vie, ces structures se retrouvent confrontées

Plus en détail

Transferts couplés de chaleur et de masse dans des bétons ordinaires et à hautes performances Application à des éprouvettes de grandes dimensions

Transferts couplés de chaleur et de masse dans des bétons ordinaires et à hautes performances Application à des éprouvettes de grandes dimensions Transferts couplés de chaleur et de masse dans des bétons ordinaires et à hautes performances Application à des éprouvettes de grandes dimensions Van Thai NGUYEN (Thèse) Norbert RENAULT, Prosper PLIYA

Plus en détail

Thème n 1 : Cryogénie et physique des basses températures

Thème n 1 : Cryogénie et physique des basses températures Licence 3 Physique et Physique-Chimie Université Joseph Fourier Grenoble I Option Techniques Expérimentales de la Physique PHY36E Thème n 1 : Cryogénie et physique des basses températures 2 ème session

Plus en détail

P19 Amplification de tension en e lectronique

P19 Amplification de tension en e lectronique Amplification de tension en e lectronique Un amplificateur est un dispositif offrant une puissance moyenne en sortie supérieure à celle en entrée. Un tel dispositif demande donc une alimentation extérieure.

Plus en détail

Matériaux II travaux pratiques

Matériaux II travaux pratiques LMM Laboratoire de Métallurgie Mécanique Matériaux II travaux pratiques Essai de traction sur barres d armature GC4 printemps 2015 C. Dénéréaz, 02.2015 1 Partie théorique Introduction Parmi tous les essais

Plus en détail

D. ALLIAGES À MÉMOIRE DE FORME

D. ALLIAGES À MÉMOIRE DE FORME Alliages à mémoire de forme TPM D 1 D. ALLIAGES À MÉMOIRE DE FORME 1. Introduction Pour les métaux et alliages, et les matériaux en général, il est habituel que les objets, une fois qu ils ont été mis

Plus en détail

Conception et élaboration d'alliages de titane superélastiques et mémoire de forme pour applications biomédicales

Conception et élaboration d'alliages de titane superélastiques et mémoire de forme pour applications biomédicales Conception et élaboration d'alliages de titane superélastiques et mémoire de forme pour applications biomédicales P. CASTANY, M. CORNEN, D. GORDIN, I. THIBON, T. GLORIANT S. GEFFROY, D. LAILLE E. BERTRAND,

Plus en détail

Le traitement thermique des aciers à outils

Le traitement thermique des aciers à outils Page 1 Le traitement thermique des Le traitement Page 2 Le traitement comprend: ne trempe pour obtenir la structure austénitique; n ou plusieurs revenus pour provoquer le durcissement secondaire et limiter

Plus en détail

CHAPITRE XIX : LA DURE VIE D UN ALLIAGE D ALUMINIUM (TD)

CHAPITRE XIX : LA DURE VIE D UN ALLIAGE D ALUMINIUM (TD) CHAPITRE XIX : LA DURE VIE D UN ALLIAGE D ALUMINIUM (TD) EXERCICE 1 : RAPPEL SUR LES ALLIAGES A DURCISSEMENT STRUCTURAL Y. CHASTEL De nombreux alliages d aluminium sont élaborés, des alliages corroyés

Plus en détail

LA CALORIMETRIE DIFFERENTIELLE A BALAYAGE

LA CALORIMETRIE DIFFERENTIELLE A BALAYAGE Introduction LA CALORIMETRIE DIFFERENTIELLE A BALAYAGE En raison de leurs longues chaînes moléculaires les polymères sont des matériaux au comportement très complexe. Leurs propriétés sont directement

Plus en détail

Séance 5 : Etude métallographique des structures de trempe - Influence de la vitesse de refroidissement

Séance 5 : Etude métallographique des structures de trempe - Influence de la vitesse de refroidissement Séance 5 : Etude métallographique des structures de trempe - Influence de la vitesse de refroidissement Dégraisser les 2 échantillons. Polissage miroir Polissage miroir de la face non-billée Papiers abrasifs

Plus en détail

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale

Licence Science de la Mer et de l Environnement. Physique Générale Licence Science de la Mer et de l Environnement Physique Générale Chapitre 10 :Calorimétrie 1 Notion de quantité de chaleur Si on place des corps ayant des températures différentes dans une enceinte isolée

Plus en détail

TORSION. I.2 : Hypothèse sur le système des forces extérieures appliquées et sur les déformations qui en résultent:

TORSION. I.2 : Hypothèse sur le système des forces extérieures appliquées et sur les déformations qui en résultent: 1 TORSION Définition: La torsion est un mode de charge telle que dans les sections droites de la barre, seul apparaît un moment de torsion. Les autres facteurs de forces (Moment fléchissant, force normale

Plus en détail

COURANT ÉLECTRIQUE ET RÉSISTANCE

COURANT ÉLECTRIQUE ET RÉSISTANCE 1 COURANT ÉLECTRIQUE ET RÉSISTANCE 1. Introduction 2. La pile 3. Le courant électrique 4. La vitesse de dérive 5. La résistance 6. La loi d Ohm 7. La puissance électrique 8. Dans les circuits 9. La force

Plus en détail

Pont de Wheatstone Théorie et applications

Pont de Wheatstone Théorie et applications 1. ispositif du pont Pont de Wheatstone Théorie et applications Le pont de Wheatstone est constitué de quatre résistances disposées en quadrilatère. 1 4 Le pont est un moyen très précis de mesurer des

Plus en détail

Diagrammes d Ellingham

Diagrammes d Ellingham Diagrammes d Ellingham Les oxydes Les règles de calcul de l état d oxydation d un élément dans une structure chimique quelconque L effet d une oxydation ou d une réduction sur l état d oxydation d un élément

Plus en détail

Cours 8-2 Transformation des phases et Traitements thermiques des aciers. Contenu

Cours 8-2 Transformation des phases et Traitements thermiques des aciers. Contenu Cours 8-2 Transformation des phases et Traitements thermiques des aciers Technologie des matériaux 1 Contenu Transformation des phases Cinétique des réactions: vitesse de transformation Transformation

Plus en détail

PARTIE A : ELABORATION, MICROSTRUCTURES ET PROPRIETES DES METAUX ET ALLIAGES DE BASE

PARTIE A : ELABORATION, MICROSTRUCTURES ET PROPRIETES DES METAUX ET ALLIAGES DE BASE Table des matières PARTIE A : ELABORATION, MICROSTRUCTURES ET PROPRIETES DES METAUX ET ALLIAGES DE BASE Chapitre I : DIAGRAMMES DE PHASES... 1 1- Quelques rappels... 1 2- Diagrammes fer carbone... 3 3-

Plus en détail

M2104- Mise en œuvre et comportement des matériaux. L.HATTALI 8 heures. A.SEGUIN 7 heures

M2104- Mise en œuvre et comportement des matériaux. L.HATTALI 8 heures. A.SEGUIN 7 heures M2104- Mise en œuvre et comportement des matériaux L.HATTALI 8 heures A.SEGUIN 7 heures 1 1- La structure des métaux 2- Diagrammes d'équilibre: Microstructure 3- Diagrammes d'équilibre: Alliages fer-carbone

Plus en détail

Mesures de sources de chaleur lors d un essai homogène de déformation superélastique en cisaillement d une plaque de NiTi

Mesures de sources de chaleur lors d un essai homogène de déformation superélastique en cisaillement d une plaque de NiTi Mesures de sources de chaleur lors d un essai homogène de déformation superélastique en cisaillement d une plaque de NiTi V. DELOBELLE a, D. FAVIER a, H. LOUCHE b, P.-Y. MANACH c a. Université de Grenoble

Plus en détail

Influence de l étain sur la tenue à la corrosion du Zircaloy-4 à 400ºC dans la vapeur d eau. García, E.A. et Béranger, G.

Influence de l étain sur la tenue à la corrosion du Zircaloy-4 à 400ºC dans la vapeur d eau. García, E.A. et Béranger, G. Influence de l étain sur la tenue à la corrosion du Zircaloy-4 à 400ºC dans la vapeur d eau García, E.A. et Béranger, G. Publicado en: La Revue de Métallurgie-CIT. Science et Génie des Matériaux, Mai 1999

Plus en détail

TP SISMIQUE RÉFRACTION ANALYSE DES DONNÉES M1 IMAGERIE ET GÉOPHYSIQUE

TP SISMIQUE RÉFRACTION ANALYSE DES DONNÉES M1 IMAGERIE ET GÉOPHYSIQUE TP SISMIQUE RÉFRACTION ANALYSE DES DONNÉES M1 IMAGERIE ET GÉOPHYSIQUE Caroline Moutou Roser Hoste Colomer M1 Dynamique Terrestre et Risques Naturels Novembre 2011 INTRODUCTION Ce rapport à pour but caractériser

Plus en détail

1.2 Notions de conductivité et de conservation

1.2 Notions de conductivité et de conservation Modélisation d un phénomène de diffusion J. Erhel Janvier 2014 1 Phénomène de diffusion voir http://www.breves-de-maths.fr/la-conduction-un-moteur-universel/ 1.1 Exemples de diffusion Le phénomène de diffusion

Plus en détail

Nettoyage à l ozone avec le Novascan PSD UT

Nettoyage à l ozone avec le Novascan PSD UT Nettoyage à l ozone avec le Novascan PSD UT Usage Cet appareil peut servir à la préparation de certaines surfaces (ex : transformer une surface hydrophobe en surface hydrophile) et au nettoyage de surface

Plus en détail

Retrait-gonflement des sols argileux de l échelle microscopique à celle de l ouvrage

Retrait-gonflement des sols argileux de l échelle microscopique à celle de l ouvrage Retrait-gonflement des sols argileux de l échelle microscopique à celle de l ouvrage Tatiana MAISON - Chargée de recherche - IPLB Jean-Bernard KAZMIERCZAK - Responsable de l unité Risques Naturels, Ouvrages

Plus en détail

Résistance des matériaux

Résistance des matériaux 1 Introduction La résistance des matériau (RDM) est l aboutissement de la mécanique. Ce domaine d étude est très présent dans les bureau d études et la conception. Les systèmes qui y sont conçus doivent

Plus en détail

DURCISSEMENT DES METAUX

DURCISSEMENT DES METAUX 1 Stage MG01 Initiation à la métallurgie DURCISSEMENT DES METAUX MICHEL COLOMBIE Document n 4 2 SOMMAIRE 1. Rappels 5 1.1. Structures cristallines 1.2. Défauts 1.3. Essai de Traction 2. Amélioration de

Plus en détail

III.2. Synthèse de titanate de baryum par co-précipitation

III.2. Synthèse de titanate de baryum par co-précipitation III.2. Synthèse de titanate de baryum par co-précipitation III.2.1. Elaboration des précurseurs oxaliques Les travaux antérieurs réalisés au laboratoire ont montré que, à partir d oxalates mixtes, il est

Plus en détail

Décapage par Induction : Mise en Œuvre et Caractérisation de Surface

Décapage par Induction : Mise en Œuvre et Caractérisation de Surface Décapage par Induction : Mise en Œuvre et Caractérisation de Surface 04/04/2012 Les Rencontres de la Peinture Anticorrosion La Préparation de Surface Julie BERNARD Nicolas BOCCA Sommaire Objectifs Présentation

Plus en détail

Points de transformation du fer

Points de transformation du fer Points de transformation du fer θ C Courbe d analyse thermique simple Liquide Solidification 1538 Liq Sol Fe δ (CC) Transf. isotherme 1394 Fe δ Fe γ Paramagnétique Fe γ (CFC) Transf. isotherme 912 Fe γ

Plus en détail

MÉTALLURGIE ET PRATIQUE DES TRAITEMENTS THERMIQUES DES ALLIAGES D ALUMINIUM

MÉTALLURGIE ET PRATIQUE DES TRAITEMENTS THERMIQUES DES ALLIAGES D ALUMINIUM MÉTALLURGIE ET PRATIQUE DES TRAITEMENTS THERMIQUES DES ALLIAGES D ALUMINIUM Objectifs : - Reconnaître les termes de la métallurgie. - Comprendre comment les traitements thermiques modifient les caractéristiques

Plus en détail

Lois de comportement

Lois de comportement Lois de comportement. Introduction Dans un essai de traction simple (Figure ), tant que la contrainte est inférieure au seuil de plasticité, on observe un comportement linéaire. Lorsqu on dépasse le seuil

Plus en détail

3. Le courant électrique et la résistance

3. Le courant électrique et la résistance . Le courant électrique et la résistance.. Le courant électrique Le courant électrique est le débit d écoulement des charges à travers une surface. I moy Q t et si le flux n est pas constant : dq I équation.

Plus en détail

L allongement rationnel est défini par ε =

L allongement rationnel est défini par ε = Déformations élastiques et plastiques 1. L essai de traction Lorsqu on exerce une force sur une éprouvette de traction en général cylindrique de longueur l 0 et de section S 0, on obtient la courbe : F

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES. Sous-épreuve spécifique à chaque option

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES. Sous-épreuve spécifique à chaque option BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES Sous-épreuve spécifique à chaque option Option A Traitements Thermiques U4.4A SESSION 2016 Durée : 2 heures

Plus en détail

I. Quels sont les deux types de transfert spontané d électrons? I.1. Transferts spontanés directs d électrons

I. Quels sont les deux types de transfert spontané d électrons? I.1. Transferts spontanés directs d électrons Chapitre : Les piles électrochimiques Chapitre : Les piles électrochimiques Objectifs : Schématiser une pile ; Utiliser le critère d évolution spontanée pour déterminer le sens de déplacement des porteurs

Plus en détail

Alliages. Solutions. Composés intermétalliques. Quelques exemples type. Thermodynamique des solutions Propriétés des solutions

Alliages. Solutions. Composés intermétalliques. Quelques exemples type. Thermodynamique des solutions Propriétés des solutions Alliages Solutions Thermodynamique des solutions Propriétés des solutions Composés intermétalliques Thermodynamique Propriétés Quelques exemples type Composés intermétalliques Réseaux cristallographiques

Plus en détail

L influence d épaisseur d époxy sur les propriétés de revêtement tri-couches des tubes d acier

L influence d épaisseur d époxy sur les propriétés de revêtement tri-couches des tubes d acier UNIVERSITE M HAMED BOUGARA DE BOUMERDES FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT GENIE DES PROCEDES INDUSTRIELS Mémoire de fin d études Spécialité : Génie des procédés industriels Option: Matériaux

Plus en détail

Dislocations et déformation plastique

Dislocations et déformation plastique Dislocations et déformation plastique Dislocations et déformation plastique Plan de glissement Dislocations et déformation plastique Dislocations et déformation plastique! Analogie de la chenille Densité

Plus en détail

Comportement mécanique à chaud

Comportement mécanique à chaud Comportement mécanique à chaud Comportement mécanique à chaud De nouveaux mécanismes physiques activés thermiquement - déformation - évolution de la microstructure Des essais spécifiques : déformation

Plus en détail

LA CONDUCTIVITE DANS LES CONDUCTEURS ET SEMI CONDUCTEURS

LA CONDUCTIVITE DANS LES CONDUCTEURS ET SEMI CONDUCTEURS LA CONDUCTIVITE DANS LES CONDUCTEURS ET SEMI CONDUCTEURS Doc 1 : Etude expérimentale de l évolution de la conductivité des solides avec la température : Une étude expérimentale permet de distinguer les

Plus en détail

côté : Transferts avec un fluide au repos

côté : Transferts avec un fluide au repos 1.1 Modélisation de la chaleur au voisinage des solides. Le modèle de Newton En l absence de rayonnement thermique, tout au moins en considérant que les phénomènes radiatifs sont négligeables devant les

Plus en détail

Club ZeBuLoN. (5 décembre 2006)

Club ZeBuLoN. (5 décembre 2006) Club ZeBuLoN (5 décembre 2006) Présentation : Modélisation numérique d un phénomène mécanique (TRIP) induit par une transformation martensitique dans l acier 16MND5. Présenté par : S. Meftah Encadrant

Plus en détail

Systèmes oscillants. I. Présentation de quelques systèmes oscillants mécaniques. 1. Les oscillateurs vus en terminale S.

Systèmes oscillants. I. Présentation de quelques systèmes oscillants mécaniques. 1. Les oscillateurs vus en terminale S. Systèmes oscillants I. Présentation de quelques systèmes oscillants mécaniques. 1. Les oscillateurs vus en terminale S. Les oscillateurs étudiés en terminale S sont : - le pendule pesant (simple) - le

Plus en détail

Partie IV: Propriétés électriques et magnétiques des matériaux

Partie IV: Propriétés électriques et magnétiques des matériaux Partie IV: Propriétés électriques et magnétiques des matériaux Chapitre 12 Propriétés électriques Les propriétés électriques souvent distinguent le plus un matériau de l autre (métal - isolant). Les principes

Plus en détail

Sommaire Sommaire Sommaire Sommaire CHAPITRE V : INTERPRETATION DES RESULTATS CHAPITRE V : RESULTATS ET INTERPRETATION V.1-Caractérisation

Plus en détail

Comparaison de l amorçage et la propagation de fissure par fatigue entre l Acier A36 et l Aluminium 6351-T6

Comparaison de l amorçage et la propagation de fissure par fatigue entre l Acier A36 et l Aluminium 6351-T6 Comparaison de l amorçage et la propagation de fissure par fatigue entre l Acier A36 et l Aluminium 6351-T6 I.Makadir,M.Elghorba,M.Chergui, A.Hachim a. Laboratoire de contrôle et caractérisation mécanique

Plus en détail

Chapitre II Oscillations libres amorties des systèmes à un seul degré

Chapitre II Oscillations libres amorties des systèmes à un seul degré Chapitre II Oscillations libres amorties des systèmes à un seul degré de liberté 1. Introduction : Oscillations libres amortis des mouvements oscillatoires dont l amplitude diminue au cours du temps jusqu

Plus en détail

La valeur positive extrême (ou maximale) prise par l abscisse angulaire est appelée amplitude de l oscillation.

La valeur positive extrême (ou maximale) prise par l abscisse angulaire est appelée amplitude de l oscillation. Terminale S Chapitre 12 Les systèmes mécaniques oscillants. Lycée J-B Schwilgué - SELESTAT I. Exemples de systèmes oscillants. 1. L oscillateur. On appelle oscillateur (ou système oscillant) un système

Plus en détail

Effet Joule Livret de l enseignant

Effet Joule Livret de l enseignant Dossier de Physique Niveau 4 ème secondaire Effet Joule Livret de l enseignant Véronique BOUQUELLE Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, Antenne de Formation et de Promotion du secteur Sciences

Plus en détail

Ionel Chicinaş Dépt. de Science et Technologie des Matériaux, Université Technique de Cluj-Napoca, Roumanie

Ionel Chicinaş Dépt. de Science et Technologie des Matériaux, Université Technique de Cluj-Napoca, Roumanie Matériaux magnétiques nanocomposites de type doux-dur dur obtenus par broyage mécaniquem Ionel Chicinaş Dépt. de Science et Technologie des Matériaux, Université Technique de Cluj-Napoca, Roumanie Olivier

Plus en détail

Chapitre 7 : Travail et énergie (p. 183)

Chapitre 7 : Travail et énergie (p. 183) PRTIE 2 - COMPRENDRE : LOIS ET MODÈLES Chapitre 7 : Travail et énergie (p. 183) Compétences exigibles : Extraire et exploiter des informations relatives à la mesure du temps pour justifier l évolution

Plus en détail

Circuit mobile dans un champ magnétique stationnaire

Circuit mobile dans un champ magnétique stationnaire Circuit mobile dans un champ magnétique stationnaire II. Conversion de puissance mécanique en puissance électrique 1. Retour sur les rails de Laplace ( générateur ) Les rails de Laplace vus dan des chapitres

Plus en détail

Chapitre 4 : Conductimétrie

Chapitre 4 : Conductimétrie Chapitre 4 : Conductimétrie. e conductimètre a conductivité est une grandeur physique qui caractérise l'aptitude d'une substance à conduire le courant. a conductimétrie est la mesure de cette grandeur

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES PHYSIQUES APPLIQUEES. Sous-épreuve commune aux deux options - U4.

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES PHYSIQUES APPLIQUEES. Sous-épreuve commune aux deux options - U4. BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR TRAITEMENTS DES MATERIAUX SCIENCES PHYSIQUES APPLIQUEES Sous-épreuve commune aux deux options - U4.1 - SESSION 2015 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : -

Plus en détail

Traitements thermiques des métaux

Traitements thermiques des métaux UED M : ransformation et comportement des matériaux raitements thermiques des métaux 1- Rappels et prérequis 2- ransformations au chauffage 3- ransformations de l austénite 4- ransformations au revenu

Plus en détail

Solide. Point triple

Solide. Point triple Les changements d états des corps purs 1. La formule de Clapeyron Un corps pur peut se présenter sous 3 états qui dépendent de la pression et de la température. On peut tracer le diagramme p = f (T) pour

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 6 Conducteurs hors équilibre

Electricité et magnétisme - TD n 6 Conducteurs hors équilibre Electricité et magnétisme - TD n 6 Conducteurs hors équilibre 1. Densité de courant - vitesse des porteurs Le cuivre, qui est un bon conducteur du courant électrique, possède 1 électron libre par atome;

Plus en détail

Chapitre 17 : Stratégie de la synthèse organique

Chapitre 17 : Stratégie de la synthèse organique Chapitre 17 : Stratégie de la synthèse organique Notions et contenus Protocole de synthèse organique : - identification des réactifs, du solvant, du catalyseur, des produits ; - détermination des quantités

Plus en détail

Comportement au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton. Méthode de calcul simplifiée

Comportement au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton. Méthode de calcul simplifiée au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton simplifiée Objectif de la méthode de calcul 2 3 Contenu de la présentation en situation d incendie dalles en béton armé à 20 C Modèle de dalle Modes de

Plus en détail

C Si Mn P S 0,30 0,70 1,60 0,025 0,010. Suivant l épaisseur, les éléments d alliage suivants sont ajoutés seuls ou combinés :

C Si Mn P S 0,30 0,70 1,60 0,025 0,010. Suivant l épaisseur, les éléments d alliage suivants sont ajoutés seuls ou combinés : 500 Acier résistant à l abrasion Fiche technique, édition avril 2016 1 DILLIDUR 500 est un acier à haute résistance à l abrasion, présentant une dureté nominale de 500 HBW à l état de livraison départ

Plus en détail

8. PHÉNOMÈNES D INDUCTION ÉLECTROMAGNÉTIQUE Circuit déformable dans un champ d induction magnétique uniforme et constant

8. PHÉNOMÈNES D INDUCTION ÉLECTROMAGNÉTIQUE Circuit déformable dans un champ d induction magnétique uniforme et constant 8. PHÉNOMÈNES D INDUTION ÉLETROMAGNÉTIQUE 8.1 Observations expérimentales 8.1.1 ircuit déformable dans un champ d induction magnétique uniforme et constant On considère l expérience décrite au paragraphe

Plus en détail

Gabriel Scherer, TS3 LE PENDULE PESANT

Gabriel Scherer, TS3 LE PENDULE PESANT Gabriel Scherer, TS3 LE PENDULE PESANT Rappels Données : 'l' est la longueur du pendule, et g l'accélération due à la pesanteur, considéré constante sur tout le mouvement du pendule. Période : Équation

Plus en détail

Développement d un système de micropesée au sein de l ESEM : application à l étude du retrait-gonflement des argiles

Développement d un système de micropesée au sein de l ESEM : application à l étude du retrait-gonflement des argiles Journées SEMPA 2013 27 au 29 mars 2013 Développement d un système de micropesée au sein de l ESEM : application à l étude du retrait-gonflement des argiles Tatiana MAISON (1), Jean-Bernard KAZMIERCZAK

Plus en détail