Tumeur Testiculaire Version / 2005

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tumeur Testiculaire Version / 2005"

Transcription

1 Tumeur Testiculaire

2 I Diagnostic et bilan αfp, β HCG, HCG, LDH. Scanner thoraco-abdomino-pelvien. Scanner cérébral : pronostic intermédiaire et mauvais pronostic et/ou signe clinique. Scintigraphie osseuse : si PAL élevés ou signe clinique. Pet Scan : Identification de tumeur viable si lésion post traitement > 3 cm (séminomes) quatre semaines post chimiothérapie Conservation de spermatozoïdes. EFR à discuter en fonction du traitement. Biopsie testiculaire recommandée : - Atrophie testiculaire (volume < 12 ml) et âge < 30 ans (> 34 % risque TIN) - Tumeur extra-gonadale (avant la chimiothérapie ou 6 mois après la chimiothérapie). Version /2005

3 II Classification II.1-Stade Royal Marsden Hospital I : Atteinte uniquement testiculaire absence de métastases IM : Marqueurs élevés absence de métastases II : Ganglions abdominaux A : < 2 cm diamètre B : 2-5 cm diamètre C : > 5 cm diamètre III : Ganglions sus diaphragmatiques M : Médiastin N : sus claviculaire, cervical ou axillaire O : absence de ganglions abdominaux ABC : stade ganglionnaire comme défini au stade II IV : Métastase extra ganglionnaire Poumon : L1 < 3 métastases L2 > 3 métastases toutes < 2 cm de diamètre L3 > 3 métastases, une ou plus > 2 cm de diamètre H+, Br+, Bo+ : métastases hépatique, cerveau ou os. II.2-Classification IGCCCG (JCO 97) Tumeurs séminomateuses Bon pronostic : (90% de survie à 5 ans) Quelque soit le site initial Quelque soit le taux des marqueurs Et absence de métastases viscérale extra pulmonaire. Pronostique intermédiaire (80 % de survie à 5 ans) Quelque soit le site initial Quelque soit le taux des marqueurs Et métastase viscérale extra pulmonaire (foie, SNC, os, intestinale) Tumeurs non séminomateuses Bon pronostic : (90% de survie à 5 ans) Tumeur primitive : testiculaire ou rétropéritonéale extra gonadique Et αfp < 1000 ng/ml Et HCG < 1000 ng/ml (< 5000 UI/L) Et LDH < 1.5 x Normal Et absence de métastase viscérale extra pulmonaire

4 Pronostique intermédiaire (80 % de survie à 5 ans) Tumeur primitive : testiculaire ou rétropéritonéale extra gonadique Et αfp ng/ml Et/ou HCG ng/ml ( UI/L) Et/ou LDH x Normal Et absence de métastase viscérale extra pulmonaire Mauvais Pronostic (50 % de survie à 5 ans) Tumeur primitive : médiastinale Tumeur primitive : testiculaire ou rétropéritonéale extra gonadique et métastase viscérale extra pulmonaire (foie, SNC, os, intestinale) Et/ou αfp > ng/ml Et/ou HCG > ng/ml ( UI/L) Et/ou LDH > 10 x Normal

5 III Séminome III.1-Séminome stade I - Radiothérapie sous diaphragmatique sur un volume cible incluant la région lomboaortique bilatérale (limite supérieure D10-D11), la voie lombo spermatique concernée, la totalité des voies iliaques homolatérales et la région iliaque primitive controlatérale : 24Gy en 12 fractions 2 semaines. - Irradiation inguino scrotale si : pt4 invasion du scrotum, antécédents de cryptorchidie /ou cure de hernie inguinale : 24Gy en 12 fractions 2 semaines. III.2-Séminome stade IIA, II < 2 cm - Radiothérapie sous diaphragmatique sur un volume cible incluant la régionlomboaortique bilatérale (limite supérieure D10-D11), la voie lombo spermatique concernée, la totalité des voies iliaques homolatérales et la région iliaque primitive controlatérale : 24Gy en 12 fractions 2 semaines. Faire un surdosage des volumes cibles de 6 Gy et irradiation creux sus claviculaire droit à la dose de 24Gy. - Récidive après radiothérapie : BEP x 4. III.3-Séminome stade IIB > 2 cm et III, bon pronostic IGCCCG - BEP x 3 ou 4 EP - Résidus tumoraux > 3 cm résection chirurgicale. Possibilité de Pets Scan pour les tumeurs > 3 cm, 1 mois après la dernière chimiothérapie si positive chirurgie si négative surveillance rapprochée ou chirurgie - Résidus tumoraux < 3 cm : surveillance. III.4-Séminome stade IV (extra pulmonaire) pronostic intermédiaire IGCCCG - BEP x 4 - Contre indication Bléomycine : VIP x 4. III.5- Résidus tumoraux > 3 cm résection chirurgicale. Résidus tumoraux < 3 cm : Pet scan : si surveillance si + chirurgie.

6 IV Tumeur germinale non séminomateuse IV.1-Stade I Embols vasculaires négatifs (marqueurs normaux) et compliants pour la surveillance : surveillance. Embols vasculaires positifs (marqueurs normaux) et /ou non compliants pour la surveillance : BEP x 2. IV.2-Bon pronostic IGCCCG BEP x 3 EP x 4 si contre indication à la bléomycine. Chirurgie des masses résiduelles (en cas de tumeurs viables > 10% faire 2 cures de VIP post-op). IV.3-Pronostic intermédiaire IGCCCG BEP x 4 Ou VIP x 4 si contre indication à la Bléomycine. Chirurgie des masses résiduelles (en cas de tumeurs viables > 10% faire 2 cures de VIP post-op). IV.4-Mauvais pronostic IGCCCG GETUG 13 BEP x 4 Ou VIP x 4 si contre indication à la Bléomycine. IV.5-Surveillance décroissance des marqueurs : Décroissance satisfaisante après 2 BEP, poursuivre par 2 BEP discuter intensification par ICE. Décroissance non satisfaisante après 2 BEP, faire 4 VEIP + intensification par ICE. Evolution des marqueurs ou des masses tumorales sous BEP ou < 6 mois après la fin du BEP : 4 VEIP puis intensification par ICE. Alternative : TAXIF. En cas d inefficacité du CDDP ou toxicités : TAXIF ou Taxol / Gemcitabine Chirurgie de toutes les masses résiduelles après normalisation des marqueurs. En cas de tumeurs viables > 10% intensification par ICE.

7 V GETUG 13 TGNS mauvais pronostic IGCCCG BEP 1 cycle : décroissance favorable des marqueurs: + 3 BEP décroissance défavorable : + 3 BEP vs TBEPOxali/Biplat-Ifo-Bléo. Evaluation : survie sans progression, survie globale, taux de réponse.

8 VI Surveillance VI.1-Surveillance pendant la chimiothérapie - Marqueurs par semaine pendant toute la durée du traitement. - Scanner TAP après 2 cycles. VI.2-Surveillance après traitement 1re année : Rx thorax et marqueurs / mois. Scanner thoraco abdominal /3 mois. 2ème année : Rx thorax et marqueurs / 2 mois. Scanner thoraco abdominal /4 mois. 3ème année : Rx thorax et marqueurs / 4 mois. Scanner thoraco abdominal /6 mois. 4ème année jusqu.à la 10ème année: Rx thorax et marqueurs / 6 mois. Scanner thoraco abdominal /an.

Tumeurs germinales j du médiastin. Ce qu il faut savoir. Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpital Saint-Louis Faculté Paris-Diderot

Tumeurs germinales j du médiastin. Ce qu il faut savoir. Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpital Saint-Louis Faculté Paris-Diderot Tumeurs germinales j du médiastin Ce qu il faut savoir Stéphane CULINE Service d Oncologie Médicale Hôpital Saint-Louis Faculté Paris-Diderot 1 Les grands principes 1 Anatomo-pathologie Les deux grands

Plus en détail

Dr PAULHAC Pascal Chirurgie urologique Pr CLAVERE Pierre Radiothérapeute (CHU de Limoges radiothérapie)

Dr PAULHAC Pascal Chirurgie urologique Pr CLAVERE Pierre Radiothérapeute (CHU de Limoges radiothérapie) REFERENTIEL DU CANCER DU TESTICULE Mise à jour du 13/03/2008 Médecin responsable : Dr PAULHAC Membres du groupe de travail : Pr COLOMBEAU Pierre Chirurgien urologue (CHU de Limoges urologie) Dr HASSAN

Plus en détail

Cancer du Testicule. Pr Jean-Pierre Lotz

Cancer du Testicule. Pr Jean-Pierre Lotz Cancer du Testicule Pr Jean-Pierre Lotz jean-pierre.lotz@tnn.aphp.fr Le BEP VP 16 : 100 mg/m²/j x 5 jours CDDP : 20 mg/m²/j x 5 jours BLM : 30 mg J1 et J8 et J15 J1 = J21 Quelles que soient les conditions

Plus en détail

TUMEURS MALIGNES DU TESTICULE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE

TUMEURS MALIGNES DU TESTICULE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE TUMEURS MALIGNES DU TESTICULE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2010 en onco-urologie (AFU, EAU, ESMO, INCA), et de publications

Plus en détail

3.2 Stade Pathologique I avec des marqueurs tumoraux dans les normes Ganglion unique 2 cm avec des marqueurs tumoraux dans les normes

3.2 Stade Pathologique I avec des marqueurs tumoraux dans les normes Ganglion unique 2 cm avec des marqueurs tumoraux dans les normes CANCER TESTICULAIRE TEMPLATE 1. Classification : TNM, groupe de risque 2. Seminome 2.1 stade I 2.2 stade II 2.2.1 Ganglions retro péritonéaux 2 cm de grand axe (IIA) 2.2.2 Ganglions retro péritonéaux >=

Plus en détail

TUMEURS MALIGNES DU TESTICULE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE

TUMEURS MALIGNES DU TESTICULE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE TUMEURS MALIGNES DU TESTICULE Référentiel RCP ONCO-UROLOGIE DE BASSE-NORMANDIE La mise à jour à jour a été effectuée à partir des recommandations 2013 en oncourologie (AFU, EAU, ESMO, INCA), et de publications

Plus en détail

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc

DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc DR SAOUAB, PR DAFIRI Service d Imagerie, Hôpital d Enfants CHU-Rabat-Maroc Les tumeurs malignes intra scrotales sont rares chez l enfant. Elles sont souvent extra testiculaires et dominées par les rhabdomyosarcomes

Plus en détail

Audit clinique Prise en charge initiale des tumeurs germinales du testicule en 2012 en Aquitaine

Audit clinique Prise en charge initiale des tumeurs germinales du testicule en 2012 en Aquitaine Audit clinique Prise en charge initiale des tumeurs germinales du testicule en 2012 en Aquitaine Février 2016 Sommaire Contexte...3 Objectif...3 Méthode...3 Schéma d étude... 3 Population d étude... 3

Plus en détail

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine

Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale. VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Centre Hospitalo Universitaire Tlemcen Service d Oncologie Médicale VIème Journées Internationales de Cancérologie de Constantine Expérience du service Pr.S.Ghomari-Bezzar Dr.H.Aris Introduction : Le cancer

Plus en détail

orientations diagnostiques

orientations diagnostiques patient de 30 ans sans antécédent hydrocèle droite échographie testiculaire: confirme la présence d une masse biologie: αfp: normale, βhcg: 500 (50N), LDH: 2000 (20N) à demande de scanner pour compléter

Plus en détail

Prise en charge médicale des TGNS

Prise en charge médicale des TGNS Prise en charge médicale des TGNS DES 10 Janvier 2014 Diane Pannier Tuteur: Dr Eric AMELA Lille Anatomopathologie Tumeurs germinales (90-95%) Tumeurs séminomateuses (30-40%) Tumeurs non séminomateuses

Plus en détail

1. Epidémiologie. 2. Histologie et mode d'extension

1. Epidémiologie. 2. Histologie et mode d'extension Diagnostiquer une tumeur du testicule (160) Aude FLECHON (Faculté de Médecine, Lyon RTH-Laennec, Lyon), Jean-Pierre DROZ (Département de Cancérologie Médicale, Centre Léon-Bérard, Lyon) Décembre 2005 (mise

Plus en détail

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq

Définition Tumeur des cellules germinales de type séminome Primitive de localisation non testiculaire (extra-gonadique) Localisation Par ordre de fréq Séminome extra-gonadique (à propos d un cas) Henriot C., Palascak P., Sachova J., Chabod P., Khamlu A., Petitjean A., Bouchareb M., Nader N., Sauvain J.L., CHI Vesoul Définition Incidence et Etiologie

Plus en détail

LE CANCER DU TESTICULE

LE CANCER DU TESTICULE LE CANCER DU TESTICULE Table des matières Table des matières 3 I - Généralités - Épidémiologie 7 II - Facteurs de risque 9 III - Anatomie pathologique 11 A. Tumeurs germinales malignes : 95 %...11 1.

Plus en détail

TUMEURS DU TESTICULE

TUMEURS DU TESTICULE 160_2009:Mise en page 1 8/04/09 16:58 Page 1 Mise à jour avril 2009. Question accompagnée d un Focus (Rev Prat 2009;59:539). I - 10 Q 160 Dr Christophe Le Tourneau, Dr Laurent Mignot Institut Curie, 75005

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs germinales. Suspicion de tumeur germinale. Bilan

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs germinales. Suspicion de tumeur germinale. Bilan Suspicion de tumeur germinale Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 125 Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique) PET scan en option Exploration chirurgicale de

Plus en détail

Thésaurus du cancer de l ovaire

Thésaurus du cancer de l ovaire Thésaurus du cancer de l ovaire - 1 - Cancers de l ovaire Bilan - Anamnèse personnelle et familiale - +/- Echographie vaginale et/ou pelvienne - IRM abdomino-pelvienne de préférence, TDM à défaut - Si

Plus en détail

Prise en charge des métastases hépatiques sans primitif connu. Patrick DUFOUR Centre Paul Strauss Strasbourg

Prise en charge des métastases hépatiques sans primitif connu. Patrick DUFOUR Centre Paul Strauss Strasbourg Prise en charge des métastases hépatiques sans primitif connu Patrick DUFOUR Centre Paul Strauss Strasbourg Données épidémiologiques Les cancers sans site primitif connu représentent environ 5% des cancers

Plus en détail

Syndrome tumoral médiastinal

Syndrome tumoral médiastinal Syndrome tumoral médiastinal Mr. W, 41 ans consulte pour une gynécomastie d apparition récente. ATCD: Appendicectomie en 1977 3 Pneumothorax en 2000 Hépatite A Examen Clinique Il n a pas de traitement

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Germinales. Prise en charge. Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire.

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Germinales. Prise en charge. Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire. Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique)

Plus en détail

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire

Fiche tumeur épithéliale de l ovaire Fiche tumeur épithéliale de l ovaire FIGO I II III IV IA IB IC IIA IIB IIC IIIA IIIB IIIC tumeur limitée aux ovaires tumeur limitée à un ovaire : capsule intacte, pas de tumeur à la surface de l ovaire,

Plus en détail

Audit clinique sur la prise en charge initiale des tumeurs germinales du testicule en Aquitaine

Audit clinique sur la prise en charge initiale des tumeurs germinales du testicule en Aquitaine Audit clinique sur la prise en charge initiale des tumeurs germinales du testicule en Aquitaine Dr Laurence Digue / Dr Marine Gross Goupil Saint Jean de Luz 11 Octobre 2015 Groupe de travail Cliniciens

Plus en détail

Marqueurs Tumoraux et plus encore.. D. Samar RHAYEM D. Faten FEDHILA BEN AYED Service de Pédiatrie A HET

Marqueurs Tumoraux et plus encore.. D. Samar RHAYEM D. Faten FEDHILA BEN AYED Service de Pédiatrie A HET Marqueurs Tumoraux et plus encore.. D. Samar RHAYEM D. Faten FEDHILA BEN AYED Service de Pédiatrie A HET Cas Clinique 1 Rayène 4 ans 3mois Sans ATCDs familiaux ni personnels Admis le 02/01/2014 pour exploration

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Pancréas

Thésaurus du Cancer du Pancréas Thésaurus du Cancer du Pancréas 1 Classification TNM TX T0 Tis T1 T2 T3 T4 Renseignements insuffisants pour classer la tumeur primitive. Pas de signe de tumeur primitive. Carcinome in situ. Tumeur limitée

Plus en détail

LE CANCER DU COL UTERIN

LE CANCER DU COL UTERIN LE CANCER DU COL UTERIN Tout cancer infiltrant du col utérin diagnostiqué doit passer en RCP pré-thérapeutique. 1. BILAN INITIAL Examen gynécologique et examen clinique général A partir du stade IB le

Plus en détail

Item 310 (Item 160) Tumeurs du testicule Collège Universitaire des Urologues

Item 310 (Item 160) Tumeurs du testicule Collège Universitaire des Urologues Item 310 (Item 160) Tumeurs du testicule Collège Universitaire des Urologues 2014 1 Table des matières 1. Pour comprendre... 3 2. Épidémiologie... 3 3. Histoire naturelle... 3 4. Facteurs de risque...

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules Recommandations régionales Prise en charge des cancers du poumon non à petites cellules - avril 2009 - Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP) Tout nouveau patient ayant un cancer bronchique

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016

Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie octobre 2016 Imagerie: intérêt du PETscan en Urologie Congres Francophone d Oncologie Multidisciplinaire: session urologie 13-15 octobre 2016 Dr Isabelle Brenot-Rossi Institut Paoli-Calmettes plan Cancers des voies

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS GERMINALES TESTICULAIRES au service d'oncologie médicale du CHU HASSAN II

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS GERMINALES TESTICULAIRES au service d'oncologie médicale du CHU HASSAN II ROYAUME DU MAROC UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BENABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDIMOHAMMED BENABDELLAH FES PRISE EN CHARGE DES TUMEURS GERMINALES TESTICULAIRES au service d'oncologie

Plus en détail

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE

Fiche tumeur gynécologique. Adénocarcinome de l ENDOMETRE Fiche tumeur gynécologique Adénocarcinome de l ENDOMETRE FIGO IA G123 tumeur limitée à l endomètre IB G123 invasion du myomètre inférieur à 50% IC G123 invasion du myomètre supérieur à 50% IIA G123 invasion

Plus en détail

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE

LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE LE CANCER DE L ENDOMETRE SOMMAIRE 1. BILAN INITIAL... 2 2. METHODES THERAPEUTIQUES... 2 2.1. CHIRURGIE...2 2.2. HISTOLOGIE...3 2.3. CHIMIOTHERAPIE...3 2.3. RADIOTHERAPIE...3 2.4. HORMONOTHERAPIE...3 3.

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES

4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES 4ème Rencontre Régionale d Oncologie Thoracique TEST Q.C.M. Et REPONSES Niort Jeudi 24 avril 2008 QCM 1 La chirurgie des cancers du poumon stade IV peut être curatrice: A- En cas de métastase cérébrale.

Plus en détail

REFERENTIEL HODGKIN O. REMAN 2012

REFERENTIEL HODGKIN O. REMAN 2012 REFERENTIEL HODGKIN O. REMAN 2012 DIAGNOSTIC La ponction ganglionnaire permet d'évoquer le diagnostic mais il doit être confimé par une biopsie ganglionnaire ou par une ponction-biopsie sous scanner d'une

Plus en détail

Tumeurs germinales du testicule

Tumeurs germinales du testicule 9 Tumeurs germinales du testicule Les tumeurs germinales du testicule représentent 1 à 2 % des cancers de l homme 95 % des tumeurs malignes du testicule. L incidence standardisée sur la population mondiale

Plus en détail

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid

Journée de Sénologie Interactive. Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Journée de Sénologie Interactive Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S 51 ans XVII journées de sénologie le 18/09/14 Cas clinique interactif Dr Lalloum Marjorie; Dr Hocini Hamid Mme S., 51ans, consulte

Plus en détail

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR

DEMOGRAPHIE IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Initiales du patient : - Inclusion Code : Page 1 DEMOGRAPHIE Sexe : 1 Masculin 2 Féminin Date de naissance : - - 19 IDENTIFICATION DU CENTRE INVESTIGATEUR Etablissement : Investigateur : CRITERES D INCLUSION

Plus en détail

Prise en charge des tumeurs frontières de l ovaire. Bilan

Prise en charge des tumeurs frontières de l ovaire. Bilan Suspicion tumeur maligne de l ovaire dite rare Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie

Plus en détail

Peut-on ne pas faire de bilan d extension?

Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Peut-on ne pas faire de bilan d extension? Dr Claudia Lefeuvre-Plesse 12/06/2015 Avec le soutien de Pierre Kerbrat De Jean-Sebastien Fresnel 2 histoires en parallèle. Noemie, 38 ans Autopalpation Bilan

Plus en détail

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Orchidectomie

Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Orchidectomie Compte rendu-fiche standardisé en pathologie cancérologique : Orchidectomie Nom : Prénom : Né(e) le : / / N de dossier (IPP) : _ N d examen : Préleveur : _ Pathologiste: Date d intervention: / / _ Date

Plus en détail

Classification histologique et pathologie moléculaire

Classification histologique et pathologie moléculaire 36 Classification histologique et pathologie moléculaire Le cancer du testicule, bien que relativement rare, est le cancer le plus fréquent chez les hommes de 15 à 35 ans. L acquisition de traitements

Plus en détail

144. Cancer de l enfant

144. Cancer de l enfant Sommaire 144. Cancer de l enfant particularités épidémiologiques, diagnostiques et thérapeutiques : cancers les plus fréquents Tumeurs abdominales de l enfant distribution Leucémies = 30 % Tumeurs du système

Plus en détail

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant

Tumeurs testiculaires de l enfant. P. Ravasse Tumeurs testicule enfant Tumeurs testiculaires de l enfant Pathologie rare concernant 0,5 à 2 garçons /100 000 Représente 1 à 2% des tumeurs solides de l enfant Assez bon pronostic car: Au moins 40% de tumeurs bénignes Taux de

Plus en détail

Centre Hospitalier Universitaire de Liège

Centre Hospitalier Universitaire de Liège Adjoint Adjoint Indications neurologiques 1. Epilepsie Si la thérapie sous forme d une intervention chirurgicale est influencée de manière décisive, pour la localisation d un foyer épileptogène d une épilepsie

Plus en détail

Radiothérapie des lymphomes de Hodgkin. Dr Théo Girinsky Mélanie Deberne

Radiothérapie des lymphomes de Hodgkin. Dr Théo Girinsky Mélanie Deberne Radiothérapie des lymphomes de Hodgkin Dr Théo Girinsky Mélanie Deberne CAS CLINIQUE Mr B., 32 ans, pas d ATCD. Toux sèche persistante depuis 1 an RT: gros médiastin Examen clinique: OMS 0, pas d amaigrissement

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie des métastases hépatiques des cancers colorectaux Pr Belkouchi - Pr Chihab - Pr Zentar - Pr Benkabbou 1. Introduction La présence

Plus en détail

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle

INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM. DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle INDICATIONS DE LA RADIOTHERAPIE DANS LE CANCER DU RECTUM DES, le 3 Mars 2006 Baumgaertner Isabelle Introduction Le traitement du cancer rectal pose le problème de la récidive loco-régionale Son taux est

Plus en détail

Le Cancer Broncho-pulmonaire Non À Petites Cellules : Pas À Pas Pour Une Classification TNM Précise

Le Cancer Broncho-pulmonaire Non À Petites Cellules : Pas À Pas Pour Une Classification TNM Précise Le Cancer Broncho-pulmonaire Non À Petites Cellules : Pas À Pas Pour Une Classification TNM Précise H. NJEH¹, H. ABID¹, M. ABDELKEFI¹, M. BRADAI¹, B. SOUISSI¹, S. MSAAED², S. HADDAR¹, KH. BEN MAHFOUDH¹

Plus en détail

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Dr Julien LAZAROVICI Service d Hématologie Département de Médecine Oncologique Principes Concept d effet dose des chimiothérapies chimio sensibilité

Plus en détail

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE

6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE 6 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Niort, le 20 mars 2014 8 ème Rencontre Régionale d actualités SÉNOLOGIQUE Actualités en RADIOTHERAPIE Laurianne COLSON (Poitiers) La radiothérapie postopératoire

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Tumeurs Frontières de l ovaire - Borderline. Prise en charge Référentiel -version mars 2014 Page 1 sur 6 Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Suspicion d une tumeur frontière de l ovaire Bilan Bilan diagnostique : examen clinique Echographie pelvienne

Plus en détail

Cancers du poumon (ICD-OC34)

Cancers du poumon (ICD-OC34) Cancers du poumon (ICD-OC34) Règles de classification Cette classification s applique uniquement aux carcinomes. Une confirmation histologique est nécessaire pour permettre la subdivision selon le type

Plus en détail

Évaluation finale par Tep des lymphomes. Le point de vue de l hématologue

Évaluation finale par Tep des lymphomes. Le point de vue de l hématologue Évaluation finale par Tep des lymphomes Le point de vue de l hématologue Consensus internationaux Critères de Cheson 2007 Délai nécessaire entre fin de traitement et TEP Évaluation visuelle suffisante

Plus en détail

Echo Doppler des tumeurs du testicule. Laurent BRUNEREAU CHU Tours

Echo Doppler des tumeurs du testicule. Laurent BRUNEREAU CHU Tours Echo Doppler des tumeurs du testicule Laurent BRUNEREAU CHU Tours PREAMBULE TECHNIQUE INDISPENSABLE Echo haute résolution : sondes de fréquence variable et élevée (10 à 14 MHz) (=> Résolution spatiale

Plus en détail

dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques

dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques Intérêt de la TEP- 18 FDG GHPS dans les cancers thyroïdiens peu différenciés et anaplasiques Rencontre APRAMEN du 09/10/2012 G. LETHIELLEUX, C. AMOUYAL, C. LEPOUTRE-LUSSEY, A. KAS, L. LEENHARDT, A. AURENGO

Plus en détail

Etude de cas Cancer Ovarien

Etude de cas Cancer Ovarien Etude de cas Cancer Ovarien DIAGNOSTIC Patiente âgée de 78 ans Bilan d extension (Scanner/IRM/Echographie abdominopelvienne) : Lésion primitive de l épithélium et du stroma touchant les 2 ovaires associée

Plus en détail

CCAFU french national guidelines on testicular germ cell tumors

CCAFU french national guidelines on testicular germ cell tumors Progrès en Urologie (2016), 27, Suppl. 1 S147-S166 Volume 27 - Novembre 2016 Supplément 1 Disponible en ligne sur Recommandations 2016-2018 en onco-urologie ISSN 1166-7087 Comité de Cancérologie de l Association

Plus en détail

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes

Institut Rizzoli. Méta OstéoS ChondroS Ewing Myelomes Lymphomes MFH FibroS Chordomes LES METASTASES OSSEUSES D ORIGINE INCONNUE Dr H. NOURI STAFF INTER-SERVICES OCTOBRE 2008 INTRODUCTION Le squelette est un site métastatique fréquent pour de multiples carcinomes. 3 à 4% des métastases

Plus en détail

Réunion du CORP 25 sept 2014

Réunion du CORP 25 sept 2014 Réunion du CORP 25 sept 2014 Prise en charge chirurgicale des métastases pulmonaires Dr Ludovic Fournel Pr Jean-François Regnard Hôpital Cochin Paris Généralités Résections pulmonaires pour métastases

Plus en détail

Prise en charge des tumeurs germinales de mauvais pronostic. Christine Chevreau

Prise en charge des tumeurs germinales de mauvais pronostic. Christine Chevreau Prise en charge des tumeurs germinales de mauvais pronostic Christine Chevreau IGCCC TGNS J Clin Oncol 1997, 15: 594-603 Mauvais pronostic : T. médiastinale ou Méta viscérales autre que pulmonaires ou

Plus en détail

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques

Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Place de la TEP/TDM dans les cancers du sein métastatiques Jean-Louis ALBERINI Service de Médecine Nucléaire Université Versailles St-Quentin Diagnostic de métastase d emblée ou durant l évolution Médiane

Plus en détail

métastase au cours du cancer

métastase au cours du cancer Je comprends ce qu'est une métastase au cours du cancer Un cancer peut, dans certains cas, se compliquer par l apparition de métastases. Une métastase correspond à la dissémination de cellules cancéreuses

Plus en détail

Cancer des voies biliaires: le thésaurus. Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles

Cancer des voies biliaires: le thésaurus. Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles Cancer des voies biliaires: le thésaurus Ivan Borbath Cliniques universitaires Saint-Luc Bruxelles Introduction Dernière mise à jour: 11/07/2007 Cancer rare: 3% des cancers digestifs 2000 nouveaux cas

Plus en détail

Bonnes pratiques en oncologie médicale. Oncologie urologique. Tumeurs urothéliales Adénocarcinomes rénaux L. GEOFFROIS.

Bonnes pratiques en oncologie médicale. Oncologie urologique. Tumeurs urothéliales Adénocarcinomes rénaux L. GEOFFROIS. Bonnes pratiques en oncologie médicale Oncologie urologique Tumeurs urothéliales Adénocarcinomes rénaux L. GEOFFROIS 17 Juin 2003 Adénocarcinomes rénaux Age médian 60 à 65 ans 30 à 50% métastatiques d

Plus en détail

Cancer du sein guidelines PSOM. Le bilan initial dans le cadre d un nouveau diagnostic de cancer du sein doit comporter les éléments suivants :

Cancer du sein guidelines PSOM. Le bilan initial dans le cadre d un nouveau diagnostic de cancer du sein doit comporter les éléments suivants : Andrea Gombos (andrea.gombos@bordet.be) 1. Cancer du sein non métastatique Cancer du sein guidelines PSOM Le bilan initial dans le cadre d un nouveau diagnostic de cancer du sein doit comporter les éléments

Plus en détail

Bilan devant suspicion ou diagnostic d adénocarcinome mucineux de l ovaire

Bilan devant suspicion ou diagnostic d adénocarcinome mucineux de l ovaire Bilan devant suspicion ou diagnostic d adénocarcinome mucineux de l ovaire Anamnèse (appendicectomie, antécédents de chirurgie ovarienne pour cystadénome ou borderline mucineux, troubles digestifs) Examen

Plus en détail

Diagnostic et traitement des cancer du poumon. Dr Fiteni Frédéric

Diagnostic et traitement des cancer du poumon. Dr Fiteni Frédéric Diagnostic et traitement des cancer du poumon Dr Fiteni Frédéric Données essentielles en France métropolitaine Nombre de nouveaux cas estimés de cancer du poumon en 2012 = 39 495 (28 211 hommes et 11 284

Plus en détail

5 Rencontre Régionale R d Oncologie Thoracique. POITIERS : le 6 Mai 2009

5 Rencontre Régionale R d Oncologie Thoracique. POITIERS : le 6 Mai 2009 5 Rencontre Régionale R d Oncologie Thoracique. POITIERS : le 6 Mai 2009 TEST Q.C.M.: Noircissez la (ou les) réponse(s) exacte(s) Q.C.M. N N 1: Parmi ces propositions quelles sont celles qui sont Vraies?

Plus en détail

Evaluation de l efficacité d un traitement oncologique

Evaluation de l efficacité d un traitement oncologique Evaluation de l efficacité d un traitement oncologique SAHGEED Jean-Louis Legoux Service d Hépato-Gastroentérologie et Oncologie Digestive Centre Hospitalier Régional d Orléans Cours Intensif Alger 2016

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015

Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses. 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 Oligo-métastases: du concept à la mise en place de stratégies ambitieuses 14 ème rencontres de sénologie 17 décembre 2015 S. Hellman, J. Clin. Oncol., 1995 Les concepts successifs des métastases sein gg

Plus en détail

TEP/TDM au FDG et lymphome de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS

TEP/TDM au FDG et lymphome de l enfant. F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS TEP/TDM au FDG et lymphome de l enfant F. Montravers Service de Médecine Nucléaire Hôpital TENON, PARIS Lymphomes de l enfant 10 à 15% des cancers de l enfant 3 ème cause de cancer après les leucémies

Plus en détail

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran

TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES. H.Nassi CHU d Oran TRAITEMENT DES GRANDS SARCOMES DES TISSUS MOUS DES MEMBRES H.Nassi CHU d Oran INTRODUCTION Les sarcomes constituent un groupe large et complexe de tumeurs rares d origine mésenchymateuse. L incidence de

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 32% > 70 ans 10% > 80 ans SEER Epidémiologie

Plus en détail

Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus

Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus Radiothérapie de la femme âgée atteinte d un carcinome de l utérus Jean-Marc Simon / Idriss Troussier Service d Oncologie Radiothérapique HU Pitié-Salpêtrière Charles Foix Radiothérapie de la femme âgée

Plus en détail

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Expérience du service d hématologie CHU ANNABA Boucheloukh N, Mehnnaoui H, benalioua M, Bentorki S, Bouras M, El Kouti N, Guemriche

Plus en détail

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires

Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires Envahissement péricardique et 18 FDG TEP-TDM dans les cancers bronchopulmonaires V.Aflalo-Hazan, K.Kerrou, F.Gutman, F.Montravers, D.Grahek, JN.Talbot Service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon Cas clinique

Plus en détail

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes

Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Place de l intensification thérapeutique dans les lymphomes Dr Julien LAZAROVICI Service d Hématologie Département de Médecine Oncologique Principes «Autogreffe»( allogreffe) Concept d effet dose des chimiothérapies

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du col utérin

Thésaurus du Cancer du col utérin Thésaurus du Cancer du col utérin - 1 - Bilan pré thérapeutique Diagnostic d un micro infiltrant sur pièce de conisation - Ia1, limites saines : pas d autre investigation - Ia1, limites non saines ou emboles

Plus en détail

Suivi du cancer de la Prostate. Reunion du 14 mars 2017 Dr Sophie Maillard

Suivi du cancer de la Prostate. Reunion du 14 mars 2017 Dr Sophie Maillard Suivi du cancer de la Prostate Reunion du 14 mars 2017 Dr Sophie Maillard Cas clinique Surveillance Post Opératoire Mr L Georges, 52 ans ATCD HTA, reflux gastro-oesophagien ATCD familiaux cancers mammaires

Plus en détail

Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables?

Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables? Symposium International de Cancérologie Digestive SAHGE-FFCD 12 Décembre 2010 Quelles métastases hépatiques des cancers colorectaux sont résécables? K. Bentabak, A. Graba Service de Chirurgie Oncologique

Plus en détail

Processus tumoraux UE 2.9

Processus tumoraux UE 2.9 Processus tumoraux UE 2.9 Dominique Béchade Institut Bergonié Bordeaux Généralités en cancérologie (2) Plan du cours généralités en cancérologie (2) Introduction Circonstances de découverte d un cancer

Plus en détail

TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques

TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques TEP et Cancer Broncho Pulmonaire Cas Cliniques E. OUHAYOUN* - J. GIRON** - J. BERJAUD*** *Service de Médecine Nucléaire - P r J.P. Esquerré **Service de radiologie - Pr J.J. Railhac ***Service de Chirurgie

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DE L OVAIRE

RECOMMANDATIONS POUR LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DE L OVAIRE RECOMMANDATIONS POUR LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DES CANCERS DE L OVAIRE A.Barkat B.Chafi M.Derguini (ALGERIE) 13 eme congrès de la SAERM 22-23 mai 2015 Alger Pourquoi recommander? homogénéiser les pratiques

Plus en détail

Cancers de l oropharynx

Cancers de l oropharynx Cancers de l oropharynx LES CANCERS DE L'OROPHARYNX : ASPECTS GENERAUX. Données épidémiologiques : Les carcinomes de l'oropharynx sont dans 95 % des cas carcinomes épidermoïdes. L'homme est touché trois

Plus en détail

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 316b LYMPHOME DE HODGKIN

UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 316b LYMPHOME DE HODGKIN UE N 9 Cancéro-onco hématologie Objectif ECN: N 316b LYMPHOME DE HODGKIN D. Bordessoule LYMPHOME DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome séreux de bas grade de l ovaire

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome séreux de bas grade de l ovaire Suspicion de tumeur séreuse de bas grade de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : CA 125 Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique) Exploration chirurgicale de diagnostic

Plus en détail

Etude EFFECT. Formulaire d enregistrement prospectif

Etude EFFECT. Formulaire d enregistrement prospectif Etude EFFECT Formulaire d enregistrement prospectif Les variables marquées d un REQ en exposant sont des variables à remplir obligatoirement. Les variables avec sont des variables single-select ; on ne

Plus en détail

Contexte infectieux : radiographie thoracique

Contexte infectieux : radiographie thoracique Alexis LACOUT Homme de 57 ans Tabagisme Contexte infectieux : radiographie thoracique 08 09 2009 16 09 2009 16 09 2009 Scanner thoracique (et abdominal + pelvien + cérébral) Diagnostic? Diagnostic Persistance

Plus en détail

Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ

Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ Dr HECTOR Eric Dr MEURIOT Sabine Dr VOITOT Jean Baptiste IMANORD HPVA, 22 avenue de la reconnaissance VILLENEUVE D ASCQ plan Les techniques d imagerie en médecine nucléaire et les traceurs Les indications

Plus en détail

LA NOUVELLE CLASSIFICATION TNM. Elisabeth Quoix

LA NOUVELLE CLASSIFICATION TNM. Elisabeth Quoix LA NOUVELLE CLASSIFICATION TNM Elisabeth Quoix Un peu d historique TNM : Pierre Denoix, IGR, 1946 1973 1986 1997 Clifton Mountain 2007-9 IASLC... Evolution des bases de données pour le CBNPC 1997 : Clifton

Plus en détail

Stratégie Thérapeutique des métastases hépatiques résécables des cancers colo-rectaux

Stratégie Thérapeutique des métastases hépatiques résécables des cancers colo-rectaux Stratégie Thérapeutique des métastases hépatiques résécables des cancers colo-rectaux Dr Philippe KOSYDAR- chirurgie Digestive SEL des Drs BRIEZ et KOSYDAR Polyclinique du Bois Oncomel Introduction Foie

Plus en détail

Cas clinique D. DEBIEUVRE / S. TOUAZI / JP. GURY. Collège de pathologie Respiratoire d'alsace - Jungholtz Mars 2010

Cas clinique D. DEBIEUVRE / S. TOUAZI / JP. GURY. Collège de pathologie Respiratoire d'alsace - Jungholtz Mars 2010 Cas clinique D. DEBIEUVRE / S. TOUAZI / JP. GURY d'alsace - Jungholtz 1 Mme PB Brigitte, née le 14/06/1964 Secrétaire (fonction publique), PS=0 Atcd : néant. Hyperanxieuse et angoissée Tabac: 0 Vue le

Plus en détail

Vagin. Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la

Vagin. Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la Vagin Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Tumeurs du Testicule

Tumeurs du Testicule Tumeurs du Testicule Nicolas MOTTET, Stéphane CULINE, François IBORRA, Christophe AVANCES, Cyrile BASTIDE, Agnès LESOURD, Frédérique MICHEL, Jérome RIGAUD 1033 1034 Progrès en Urologie (2007), 17, 1035-1045

Plus en détail