PLAN NOTATIONS UTILISÉES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PLAN NOTATIONS UTILISÉES"

Transcription

1 PLAN COURS 3 AGRÉGATION ORDINALE Master IAD DMDC PATRICE PERNY LIP6 Université Paris /29 NOTATIONS UTILISÉES I) O A : ordres complets sur A P A : Préordres sur A (complets ou partiels) PC A : Préordres complets sur A QT A : Relations quasitransitives sur A (part. asym trans) QTC A : Relations quasitransitives et complètes sur A 3/29 4/29

2 LE CADRE DU THÉORÈME DE GIBBARD-WEYMARK AXIOMES (1/2) Peut-on affaiblir de manière utile l exigence de transitivité du résultat dans le théorème d Arrow? L hypothèse de complétude des préférences sociales nous limite t-elle? Que se passe t-il si l on admet de considérer d autres votes que les ordres totaux? Elargissement du cadre du théorème d Arrow PROCÉDURE D AGRÉGATION : ψ : X n Y ( 1,..., n ) X = QTC A relations quasi-transitives et complètes sur A Y = QT A relations quasi-transitives AXIOME : UNIVERSALITÉ Tout profil π =( 1,..., n ) de relations quasi-transitives et complètes est admissible (X = QTC A ). La procédure doit retourner une relation = ψ(π) qui est une relation quasi-transitive (Y = QT A ) AXIOME : INDÉPENDANCE (a, b) A 2, π =( 1,..., n ) X n, π =( 1,..., n) X n, [ i N, a i b a i b] [a b a b] avec = ψ(π) et = ψ(π ) 5/29 6/29 AXIOMES (2/2) ENSEMBLES DÉCISIFS AXIOME : UNANIMITÉ (a, b) A 2, π =( 1,..., n ) X n, [ i N, a i b a b] DÉFINITION : PRESQUE-DÉCISIVITÉ J N est dit presque décisif pour (a, b) A 2 si π =( 1,..., n ) X n, [( i J, a i b) et ( i / J, b i a)] a b AXIOME : UNANIMITÉ FORTE (a, b) A 2, π =( 1,..., n ) X n, [ i N, a i b a b] Si de plus il existe k N : a k b alors a b DÉFINITION : DÉCISIVITÉ J N est dit décisif pour (a, b) A 2, si π =( 1,..., n ) X n, [( i J, a i b) a b] J N est dit décisif s il l est pour toute paire (a, b) 7/29 8/29

3 OLIGARCHIES LEMMES DÉFINITION : OLIGARCHIE J N est une oligarchie si 1 J est décisif 2 (a, b) A 2 π =( 1,..., n ) X n, [( j J, b j a) non(a b) (veto) LEMME (L1) Pour toute procédure d agrégation ψ vérifiant Universalité, Unanimité etindépendance, si J N est décisif pour une paire (c, d) A 2 alors il est décisif (pour toute paire). Preuve faite au tableau. α-oligarchies : ( j J, b j a) b a β-oligarchies : ( j J, b j a) non(a b) LEMME (L2) Une procédure d agrégation ψ vérifiant Universalité et Indépendance, admet au plus une oligarchie. Preuve faite au tableau. 9/29 10 / 29 LEMMES (SUITE) RÉSULTATS (1) LEMME (L3) Pour toute α-oligarchie J, pour tout profil admissible π tel que 2 membres de J ont des préférences strictes opposées concernant la paire (a, b) alors a b. THÉORÈME (GIBBARD, 1969 ; WEYMARK, 1983) Une procédure d agrégation ψ vérifiant Universalité, Unanimité et Indépendance admet une et une seule oligarchie dans N. LEMME (L4) Pour toute β-oligarchie J, pour tout profil admissible π tel que 2 membres de J ont des préférences strictes opposées concernant la paire (a, b) alors non(a b) et non(b a). Preuve faite au tableau : on travaille sur un ensemble décisif minimal pour l inclusion et on montre que c est une oligarchie Interprétation : cas J = {i} et cas J = N, autre? Cas particulier : Théorème d Arrow 11 / / 29

4 RÉSULTATS (2) RÉSULTATS (3) PROPOSITION (COROLLAIRE 1) Une procédure d agrégation ψ : QTC A QTC A vérifiant Universalité, Unanimité et Indépendance admet une et une seule α-oligarchie dans N. PROPOSITION (COROLLAIRE 3:THÉORÈME D ARROW) Une procédure d agrégation ψ : PC A QTC A vérifiant Universalité, Unanimité, Indépendance, Transitivité est dictatoriale. PROPOSITION (COROLLAIRE 2) Une procédure d agrégation ψ : PC A P A vérifiant Universalité, Unanimité et Indépendance admet une et une seule β-oligarchie dans N. PREUVE On sait qu elle est α-oligarchique (C1). Soit J l oligarchie. Supposons qu elle contienne au moins 2 élements {1, 2}. Soit π =(a 1 c 1 b, b 2 a 2 c,...) Ona:a b c mais a c ce qui contredit la transitivité. Donc J est un singleton. 13 / / 29 RÉSULTATS (4) RÉSULTATS (5) PROPOSITION (COROLLAIRE 4:THÉORÈME D ARROW) Une procédure d agrégation ψ : PC A P A vérifiant Universalité, Unanimité, Indépendance, Complétude est dictatoriale. PREUVE On sait qu elle est β-oligarchique (C2). Soit J l oligarchie. Supposons qu elle contienne au moins 2 élements {1, 2}. Soit π =(a 1 b, b 2 a,...) On a : non(a b) et non(b a) ce qui contredit la complétude. Donc J est un singleton. THÉORÈME Il existe une unique procédure d agrégation ψ : PC A P A vérifiant Universalité, Unanimité Forte, Indépendance, Anonymat, c est la règle de Pareto (unanimité). a b [ i N, a i b] PREUVE On sait qu elle est β-oligarchique (C2). Soit J l oligarchie, alors l anonymat impose que J = N 15 / / 29

5 NOTATIONS ET DÉFINITIONS II) Théorème de Gibbard-Sattethwaite NOTATIONS : Soit U A l ens. des fonctions d utilités {u : A R} injectives Soit u i U A la fonction d utilité de l agent i i N, u i (a) > u i (b) a i b Un profil est ici représenté par un vecteur u =(u 1,...,u n ) de (U A ) N On note (v i, u i ) un profil obtenu à partir de u =(u 1,...,u n ) en substituant la fonction d utilité v i à u i DÉFINITION : PROCÉDURE DE VOTE MONOVALUÉE Une procédure de vote monovaluée est une application C associant à tout profil u de (U A ) N, le nom du candidat élu C(u) A (le gagnant unique du vote). 17 / / 29 NON-MANIPULABILITÉ D UNE PROCÉDURE DE VOTE NON-MANIPULABILITÉ ETMONOTONIE DÉFINITION : PROCÉDURE DE VOTE NON-MANIPULABLE Une procédure de vote (monovaluée) est dite non-manipulable si et seulement si on a : REMARQUES : u (U A ) N, v i U A, u i (C(u)) u i (C(v i, u i )) 1 Si C est non-manipulable, pout tout votant i, ne pas voter sincèrement conduirait à élire un candidat qu il apprécie moins (le vote non sincère étant au mieux inutile ). Les votants ont intérêt à voter sincèrement. 2 Si A = 2 alors Non-manipulable Monotone. Qu en est-il si A 3? DÉFINITION : AMÉLIORATION Soient u, v U A et a A. On dit que v améliore a par rapport à u (noté v > a u)si: 1 b, c A \{a}, [u i (b) > u i (c) v i (b) > v i (c)] (u et v coincident sur A \{a}) 2 i N, b A \{a}, [u i (a) > u i (b) v i (a) > v i (b)] 3 v u (améloriation stricte de a pour au moins un agent) u = EXEMPLE : a 1 b 1 c 1 d b 2 d 2 c 2 a d 3 b 3 a 3 c a 1 b 1 c 1 d v = b 2 a 2 d 2 c d 3 b 3 a 3 c 19 / / 29

6 FORTE MONOTONIE RÉSULTATS (1) DÉFINITION : FORTE-MONOTONIE Un procédure de vote C est fortement monotone si, pour tous u, v U A, et toute alternative a A : v > a u [C(u) =C(v) ou C(v) ={a}] LEMME Une procédure de vote est fortement monotone si et seulement si, pour tous profils u, v U A et tout a A: { a = C(u) [a = C(v)] i, b a, [u i (a) > u i (b) v i (a) > v i (b)] REMARQUES : 1 améliorer a dans les données entraîne son élection ou confirme le candidat qui était élu 2 Cette notion de monotonie est plus forte que la monotonie classique : v > a u [C(u) ={a} C(v) ={a}] REMARQUE : Axiome contenant une forme d indépendance. Ex : a C(u) et u i (b) > u i (d) > u i (a) > u i (e) > u i (c) > u i (f ) a est élu pour tout modif de u i telle que : a et b occupent les 2 premières positions c, e, f occupent les 3 dernières positions 21 / / 29 RÉSULTATS (2) RÉSULTATS (3) LEMME (MULLER AND SATTERTHWAITE, 1977) Si A 3 une procédure de choix C est fortement monotone si et seulement si elle est dictatoriale. IDÉE DE LA PREUVE : : Une procédure dictatoriale est fortement monotone : Soit C une procédure fortement monotone. Une preuve dans le même esprit que celle d Arrow (révélation d un singleton décisif) permet de montrer que C dictatoriale. THÉORÈME (GIBBARD, 1973 ; SATTERTHWAITE, 1975) Si A 3 une procédure de choix C est non-manipulable si et seulement si elle est dictatoriale. PREUVE : : Une procédure dictatoriale est non-manipulable (trivial) : Soit C procédure non-manipulable. Montrons qu elle est fortement monotone. Soient u U A, a A, i N et v =(v i, u i ) tels que v a u.on doit montrer que C(v) =C(u) ou C(v) =a. 23 / / 29

7 DEUX CAS : Cas1:C(u) =b a Si C non fortement-monotone alors C(v) =c / {a, b}. On a alors 2 cas : I) u i (b) > u i (c) et v i (b) > v i (c) II) soit u i (b) < u i (c) et v i (b) < v i (c) On a donc : I) v i (C(u)) > v i (C(v)) = v i (C(v i, u i )) manip. en votant u i II) u i (C(u)) < u i (C(v)) = u i (C(v i, u i )) manip. en votant v i contradiction en I) comme en II) car C non-manipulable. Cas2:C(u) =a Si C non fortement-monotone alors C(v) =b a. Ona alors 2 cas : I) u i (b) > u i (a) II) soit u i (b) < u i (a) et donc v i (b) < v i (a) (on améliore a sur i) On a donc : I) u i (C(v i, u i )) > u i (C(u)) manip. en votant v i II) v i (C(v)) < v i (C(u i, u i )) manip. en votant u i contradiction en I) comme en II) car C non-manipulable. (cas1et2) C fortement monotone 25 / / 29 IMPACT EN DÉCISION COLLECTIVE 1 Généralement on refuse les procédures dictatoriales et la procédure utilisée est donc manipulable 2 Un moyen de contourner le problème:le vote probabiliste... LA PROCÉDURE DU DICTATEUR ALÉATOIRE : 1 chaque agent met dans l urne le nom d un candidat 2 on tire aléatoirement (loi uniforme) un bulletin dans l urne pour déterminer le gagnant AVANTAGE DU DICTATEUR ALÉATOIRE Procédure non-manipulable (indépendance vnm) neutre et anonyme! permet de réconcilier non-manipulabilité et un partage équitable du pouvoir décisif, mais... 50% 1 = u 1 (a) > u 1 (b)...>u 1 (z) =0 50% 1 = u 2 (z) > u 2 (b)...>u 2 (a) =0 u 1 (b) =u 2 (b) =0.9 EU 1 = 0.5u 1 (a)+0.5u 1 (z) =0.5 EU 2 = 0.5u 2 (a)+0.5u 2 (z) =0.5 Satisfaction espérée (0.5,...,0.5) dominé par b : (0.9...,0.9) 27 / / 29

8 LE CAS DE PRÉFÉRENCES SINGLE-PEAKED Hypothèse : Ordre naturel sur A : a 1 a 2...,a n u est single-peaked (SP) si : a A tel que : 1 a, b A, a b a u(a) < u(b) 2 a, b A, a a b u(a) > u(b) Abandon de l universalité pour SP N impair, il existe toujours un vainqueur de Condorcet (unique). De plus la relation majoritaire est transitive et satisfait l axiome d indépendance de Weymark. la méthode majoritaire devient admissible et non-dictatoriale (solution au pb d Arrow) élire un vainqueur de Condorcet est non-manipulable N pair, vainqueur faible de Condorcet 29 / 29

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure

Université de Bordeaux 4 Master 1 TEI Examen final, 1ère session 2000-2001 Economie publique Durée : 1 heure 2000-2001 1) La réglementation des monopoles naturels. (12 points) 2) Au choix : (8 points) a) Soient les préférences des individus a, b, c et d sur les options x, y, z et t : Individu a : x > y > t >

Plus en détail

Décision dans le risque

Décision dans le risque Décision dans le risque Une courte introduction Denis Bouyssou CNRS Paris, France ULB mars 2006 Plan Plan 1 2 3 4 Modélisation Loteries Décision dans le risque/dans l incertain Décision «dans le certain»

Plus en détail

De la manipulabilité des opérateurs de fusion de croyances

De la manipulabilité des opérateurs de fusion de croyances De la manipulabilité des opérateurs de fusion de croyances Patricia Everaere 1 Sébastien Konieczny 2 Pierre Marquis 1 1 Centre de Recherche en Informatique de Lens Université d Artois - 62300 Lens {everaere,marquis}@cril.univ-artois.fr

Plus en détail

Calculs de probabilités

Calculs de probabilités Calculs de probabilités Mathématiques Générales B Université de Genève Sylvain Sardy 13 mars 2008 1. Définitions et notations 1 L origine des probabilités est l analyse de jeux de hasard, tels que pile

Plus en détail

Parti libéral du Canada Conseil des présidents. Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil

Parti libéral du Canada Conseil des présidents. Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil Parti libéral du Canada Conseil des présidents Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil Le présent règlement établit les procédures pour l élection des Dirigeants du Conseil des

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Partie I Le consommateur et la demande

Partie I Le consommateur et la demande Partie I Le consommateur et la demande Chapitre 1 La fonction d utilité 1 Plan du cours 1. Le consommateur. 2. La notion d utilité. 3. Les courbes d indifférence. 4. L optimum du consommateur. 5. Exercices.

Plus en détail

De la manipulation des elections indirectes

De la manipulation des elections indirectes University of Rennes 1 University of Caen De la manipulation des elections indirectes Sebastian Bervoets (CODE U. Barcelona) Vincent Merlin (CREM CNRS) January 2007 Series : Public Economics and Social

Plus en détail

COURS DE THEORIE DES JEUX. En collaboration avec

COURS DE THEORIE DES JEUX. En collaboration avec 1 COURS DE THEORIE DES JEUX Shmuel ZAMIR CNRS, EUREQua Paris 1 et LEI/CREST En collaboration avec Rida LARAKI CNRS, Laboratoire d Econométrie de l Ecole Polytechnique Les auteurs tiennent à remercier Thomas

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

DE CONDORCET À ARROW VIA GUILBAUD, NAKAMURA ET LES «JEUX SIMPLES» 1. Bernard MONJARDET 2

DE CONDORCET À ARROW VIA GUILBAUD, NAKAMURA ET LES «JEUX SIMPLES» 1. Bernard MONJARDET 2 5 Math. & Sci. hum. / Mathematics and Social Sciences (41 e année, n 163, 2003, p. 5-32) DE CONDORCET À ARROW VIA GUILBAUD, NAKAMURA ET LES «JEUX SIMPLES» 1 Bernard MONJARDET 2 RÉSUMÉ - Ce texte a pour

Plus en détail

Cours de mathématiques pour la Terminale S

Cours de mathématiques pour la Terminale S Cours de mathématiques pour la Terminale S Savoir-Faire par chapitre Florent Girod 1 Année scolaire 2015 / 2016 1. Externat Notre Dame - Grenoble Table des matières 1) Suites numériques.................................

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Preuve.

Plus en détail

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012.

Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 21 mai 2012. Université Paris 6 Année universitaire 011-01 Cours Groupes finis et leurs représentations Corrigé de l examen terminal du 1 mai 01 Exercice 1 Questions de cours Soit G un groupe fini et soit p un nombre

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 0 et l échéance N. Définition 5.1. Une option américaine est définie par une suite (h n ) n=0..n,

Plus en détail

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r

(3.22) Interchangeabilité mutuelle : p q r p q r Préséance (priorité) des opérateurs (1) [x := e] (substitution textuelle) (prioritéélevée) (2). (application de fonction) (3) + P (opérateurs unaires préfixes) (4) / mod pgcd (5) + (opérateurs binaires)

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

Autour de l universalité dans les automates cellulaires

Autour de l universalité dans les automates cellulaires Autour de l universalité dans les automates cellulaires 29 mars 2005, GREYC, Caen Guillaume Theyssier (LIP, ENS Lyon, France) Le modèle des AC Le modèle des AC 2 Universalité & automates cellulaires Le

Plus en détail

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13

Suites réelles. 4 Relations de comparaison des suites 9 4.1 Encore du vocabulaire... 9. 5.2 Quelques propriétés... 13 Maths PCSI Cours Table des matières Suites réelles 1 Généralités 2 2 Limite d une suite 2 2.1 Convergence d une suite....................... 2 2.2 Deux premiers résultats....................... 3 2.3 Opérations

Plus en détail

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE

COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE COURS ET DM AR4 : GROUPE SYMÉTRIQUE II, ACTION DE GROUPE FRANÇOIS MAUCOURANT 1. Signature d une permutation Définition 1.1. Soit σ S n une permutations, k le nombre de σ-orbites. On définit la signature

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes CHAPITRE 5 Stratégies Mixtes Un des problèmes inhérents au concept d équilibre de Nash en stratégies pures est que pour certains jeux, de tels équilibres n existent pas. P.ex.le jeu de Pierre, Papier,

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques François Delarue) PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Ce texte vise à modéliser de façon simple l évolution d un actif financier à risque, et à introduire,

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

Portefeuille - Probabilité risque neutre

Portefeuille - Probabilité risque neutre Portefeuille - Probabilité risque neutre Marché complet sans opportunité d arbitrage ½/ Actifs risqué et non risqué Constitution du portefeuille On notera F n l information dont on dispose à l instant

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de l espérance d utilité Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr

Plus en détail

Exercices à savoir faire

Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2014 2015 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n o 2 Théorie des ensembles, applications Exercices à savoir faire Théorie des ensembles Exercice 1 Soit F l ensemble des femmes. Qu

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Chapitre I. Probabilités. Bcpst 1 2 novembre 2015. I Exemples d expériences aléatoires

Chapitre I. Probabilités. Bcpst 1 2 novembre 2015. I Exemples d expériences aléatoires Chapitre I Probabilités Bcpst 1 2 novembre 2015 I Exemples d expériences aléatoires Une expérience aléatoire est une expérience dont on ne peut pas prédire le résultat avant de l avoir réalisée... ce qui

Plus en détail

Chapitre 5. Équilibre concurrentiel et bien-être

Chapitre 5. Équilibre concurrentiel et bien-être Chapitre 5 Équilibre concurrentiel et bien-être Microéconomie III 5 1 5.1 Qu est-ce qu un équilibre souhaitable socialement? E cacité versus équité Que nous permet de dire la science économique sur l e

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Action de groupes Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Action de groupes L idée centrale de cette note est de mettre en évidence le fait fondamental suivant une action d un groupe G sur un ensemble X, «c est»

Plus en détail

Probabilités. Chapitre 2 : Le modèle probabiliste - Indépendance d évènements. Julian Tugaut. 15 janvier 2015

Probabilités. Chapitre 2 : Le modèle probabiliste - Indépendance d évènements. Julian Tugaut. 15 janvier 2015 Indépendance de deux évènements Chapitre 2 : Le modèle probabiliste - Indépendance d évènements 15 janvier 2015 Sommaire 1 Indépendance de deux évènements 2 Indépendance de deux évènements Approche intuitive

Plus en détail

LEÇON N 5 : 5.1 Probabilité conditionnelle. Pré-requis : Opérations sur les ensembles, cardinaux ; Espaces probabilisés ; Calcul de probabilités.

LEÇON N 5 : 5.1 Probabilité conditionnelle. Pré-requis : Opérations sur les ensembles, cardinaux ; Espaces probabilisés ; Calcul de probabilités. LEÇON N 5 : Probabilité conditionnelle, indépendance de deux événements (on se limitera au cas où l ensemble d épreuves des fini). Applications à des calculs de probabilité. Pré-requis : Opérations sur

Plus en détail

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé Jusqu'à présent Nous avons déjà abordé Vers l'inni David Teller 23/01/2007 Les ensembles Le regroupement de valeurs caractérisées par des critères. Informatique Types. Physique Unités. Logique Domaines.

Plus en détail

Cours d algebre pour la licence et le Capes

Cours d algebre pour la licence et le Capes Cours d algebre pour la licence et le Capes Jean-Étienne ROMBALDI 6 juillet 007 ii Table des matières Avant-propos Notation v vii 1 Éléments de logique et de théorie des ensembles 1 11 Quelques notions

Plus en détail

Chaînes de Markov au lycée

Chaînes de Markov au lycée Journées APMEP Metz Atelier P1-32 du dimanche 28 octobre 2012 Louis-Marie BONNEVAL Chaînes de Markov au lycée Andreï Markov (1856-1922) , série S Problème 1 Bonus et malus en assurance automobile Un contrat

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1. Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 1 Gestion optimale de portefeuille, l approche de Markowitz Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté.

Plus en détail

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé EXERCICE 1 5 points Commun à tous les candidats 1. Réponse c : ln(10)+2 ln ( 10e 2) = ln(10)+ln ( e 2) = ln(10)+2 2. Réponse b : n 13 0,7 n 0,01

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique Notes de cours Cours introductif sur la théorie des domaines Paul-André Melliès Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique 1 Ensembles ordonnés Definition 1.1 (ensemble

Plus en détail

Actions de groupes. Exemples et applications

Actions de groupes. Exemples et applications 4 Actions de groupes. Exemples et applications G, ) est un groupe multiplicatif et on note ou G si nécessaire) l élément neutre. E est un ensemble non vide et S E) est le groupe des permutations de E.

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Sur la structure rationnelle du calcul infini

Sur la structure rationnelle du calcul infini Sur la structure rationnelle du calcul infini Damian Niwiński, Université de Varsovie exposé à l occasion de la remise de la Médaille de Bronze du CNRS à Igor Walukiewicz 1 Les idées mathématiques rationnel

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Prix d options européennes

Prix d options européennes Page n 1. Prix d options européennes Une société française tient sa comptabilité en euros et signe un contrat avec une entreprise américaine qu elle devra payer en dollars à la livraison. Entre aujourd

Plus en détail

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne Exo7 Arithmétique Vidéo partie 1. Division euclidienne et pgcd Vidéo partie 2. Théorème de Bézout Vidéo partie 3. Nombres premiers Vidéo partie 4. Congruences Exercices Arithmétique dans Z Préambule Une

Plus en détail

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles

Cours élémentaire d arithmétique. Valentin Vinoles Cours élémentaire d arithmétique Valentin Vinoles décembre 2009 Introduction «Wir müssen wissen. Wir werden wissen.» (Nous devons savoir. Nous saurons.) David Hilbert Voici un document présentant les principales

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications

Espaces vectoriels et applications Espaces vectoriels et applications linéaires 1 Définitions On parle d espaces vectoriels sur le corps R ou sur le corps C. Les définitions sont les mêmes en substituant R à C ou vice versa. Définition

Plus en détail

Les mots de Sturm. Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008

Les mots de Sturm. Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008 Les mots de Sturm Fathi BEN ARIBI 20 décembre 2008 1 Objectifs Dans cette présentation, nous donnerons quelques résultats de combinatoire des mots. Avant tout, il est nécessaire d introduire quelques notations

Plus en détail

CReVote: un système de vote électronique résistant à la coercition basé sur les courbes elliptiques

CReVote: un système de vote électronique résistant à la coercition basé sur les courbes elliptiques CReVote: un système de vote électronique résistant à la coercition basé sur les courbes elliptiques Présenté par: AMBASSA PACÔME LANDRY Membre du laboratoire de Mathématiques Expérimentales (LME) Université

Plus en détail

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs.

Préparation à l agrégation 2012/2013. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Mots clés : Graphes. Vecteur propre ; matrices stochastiques ; matrices à coefficients positifs. Le jury n exige pas une compréhension exhaustive du texte. Vous êtes laissé(e) libre d organiser votre discussion

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6 Microéconomie 1 Table des matières 1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité................................ 4 1.1.1 La théorie cardinale de l utilité............................

Plus en détail

La théorie des jeux et l hypothèse de rationalité

La théorie des jeux et l hypothèse de rationalité La théorie des jeux et l hypothèse de Michael Eisermann www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm 8 novembre 2007 ir Séminaire Mathématiques et Applications Dans la série «comment écrire une thèse en maths puis

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

Théorie économique de la bureaucratie : un cas de défaillance de l Etat (modèle de Niskanen)

Théorie économique de la bureaucratie : un cas de défaillance de l Etat (modèle de Niskanen) Martial FOUCAULT Professeur, Université de Montréal Département de Science Politique martial.foucault@umontreal.ca Sciences Po Bordeaux 1 Règles de décision dans l action publique Pourquoi a-t-on besoin

Plus en détail

Feuille d exercices 2 : Espaces probabilisés

Feuille d exercices 2 : Espaces probabilisés Feuille d exercices 2 : Espaces probabilisés Cours de Licence 2 Année 07/08 1 Espaces de probabilité Exercice 1.1 (Une inégalité). Montrer que P (A B) min(p (A), P (B)) Exercice 1.2 (Alphabet). On a un

Plus en détail

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées.

Définition et caractérisations des applications affines, en particulier par le barycentre, et si possible en coordonnées. Université Claude Bernard Lyon I Agrégation de Mathématiques : Algèbre & géométrie Année 2006 2007 Applications affines A ne pas rater Définition et caractérisations des applications affines, en particulier

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Probabilités et Statistiques. Feuille 2 : variables aléatoires discrètes

Probabilités et Statistiques. Feuille 2 : variables aléatoires discrètes IUT HSE Probabilités et Statistiques Feuille : variables aléatoires discrètes 1 Exercices Dénombrements Exercice 1. On souhaite ranger sur une étagère 4 livres de mathématiques (distincts), 6 livres de

Plus en détail

Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis

Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis Thème 3 : ensembles, espaces de probabilités finis Serge Cohen, Monique Pontier, Pascal J. Thomas Septembre 2004 1 Généralités : ensembles et parties d un ensemble Définition 1.1 On appelle ensemble une

Plus en détail

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret

Notes de cours L1 MATH120. Hervé Le Dret Notes de cours L1 MATH120 Hervé Le Dret 18 octobre 2004 40 Chapitre 3 Vecteurs dans R m Dans ce chapitre, nous allons nous familiariser avec la notion de vecteur du point de vue algébrique. Nous reviendrons

Plus en détail

Autour de Condorcet (1743-94) et de son œuvre. Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet

Autour de Condorcet (1743-94) et de son œuvre. Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet Autour de Condorcet (1743-94) et de son œuvre Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet Condorcet, un mathématicien & politique au temps des Lumières «Plus un peuple est éclairé, plus ses suffrages sont

Plus en détail

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires

Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Séance de soutien PCSI2 numéro 10 : Espaces vectoriels et applications linéaires Tatiana Labopin-Richard Mercredi 18 mars 2015 L algèbre linéaire est une très grosse partie du programme de Maths. Il est

Plus en détail

Tests à la Hurewicz dans le plan.

Tests à la Hurewicz dans le plan. Tests à la Hurewicz dans le plan. Dominique LECOMTE Fund. Math. 156 (1998), 131-165 Résumé. Nous donnons, pour une certaine catégorie de boréliens d un produit de deux espaces polonais, comprenant les

Plus en détail

Modèle probabiliste: Algorithmes et Complexité

Modèle probabiliste: Algorithmes et Complexité Modèles de calcul, Complexité, Approximation et Heuristiques Modèle probabiliste: Algorithmes et Complexité Jean-Louis Roch Master-2 Mathématique Informatique Grenoble-INP UJF Grenoble University, France

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Sud 16 novembre 2011

Baccalauréat ES Amérique du Sud 16 novembre 2011 Baccalauréat ES Amérique du Sud 16 novembre 2011 L utilisation d une calculatrice est autorisée. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points Soit u une fonction définie et dérivable sur l intervalle

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley

Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck. Théorème de Cayley Algèbre Année 2007-2008 ENS Cachan Vincent Beck Théorème de Cayley Le (ou plutôt un des nombreux) théorème(s) de Cayley assure que tout groupe G s identifie de façon naturelle à un sous-groupe du groupe

Plus en détail

L action rationnelle

L action rationnelle L action rationnelle M. Cozic DEC, ENS Ulm 12/II/2007 Préparation à l agrégation 2007 introduction l objectif de la séance est double: (i) fournir quelques rudiments de théorie du choix rationnel: (1)

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence. Christelle Dumas

Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence. Christelle Dumas Cours de microéconomie Pré-rentrée de licence Christelle Dumas Table des matières 1 Le consommateur 3 1.1 Préférences............................ 3 1.1.1 Espace des objets..................... 3 1.1.2

Plus en détail

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR

COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Université Paris VII. Préparation à l Agrégation. (François Delarue) COMPORTEMENT ASYMPTOTIQUE D UNE FILE D ATTENTE À UN SERVEUR Ce texte vise à l étude du temps d attente d un client à la caisse d un

Plus en détail

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Chapter 2 Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Sommaire 2.1 Tribu et événements........................................... 15 2.2 Probabilité................................................

Plus en détail

MATHS VUIBERT. Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés

MATHS VUIBERT. Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés VUIBERT MÉTHODES EXERCICES PROBLÈMES MATHS ECE 2 e année Tout le programme Rappels de cours Conseils de méthode Exercices guidés Exercices d approfondissement Problèmes de synthèse Tous les corrigés détaillés

Plus en détail

TECHNOLOGIE MODERNE ET PROCEDURES DEMOCRATIQUES «TIC et démocratie : un scénario pour 2020» Présenté par

TECHNOLOGIE MODERNE ET PROCEDURES DEMOCRATIQUES «TIC et démocratie : un scénario pour 2020» Présenté par TECHNOLOGIE MODERNE ET PROCEDURES DEMOCRATIQUES «TIC et démocratie : un scénario pour 2020» Introduction Présenté par Dr. Alexander Trechsel Université de Genève, Suisse Supposons que nous soyons dans

Plus en détail

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014 Correction du baccalauréat ES/L Métropole 0 juin 014 Exercice 1 1. c.. c. 3. c. 4. d. 5. a. P A (B)=1 P A (B)=1 0,3=0,7 D après la formule des probabilités totales : P(B)=P(A B)+P(A B)=0,6 0,3+(1 0,6)

Plus en détail