La mémoire à long terme

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La mémoire à long terme"

Transcription

1 La mémoire à long terme 1 Différence entre mémoire sémantique et mémoire épisodique. La mémoire à long terme est composée de deux sous systèmes : Mémoire sémantique Mémoire épisodique La mémoire sémantique nous permet de comprendre le monde, elle a des représentations symboliques de tout ce que connaît le sujet, c est elle qui nous permet de dire : : C est une chaise. Elle nous permet de catégoriser les choses : une chaises est un élément du mobilier, elle a 4 pieds, un dossier Ce stock de représentation est organisé. La mémoire épisodique est la mémoire qui va nous donner la reconnaissance et l occurrence (est-ce que c est Mr X qui nous a fait cours de Td de Y). La mémoire épisodique marque des traces qui sont un enregistrement de tous les concepts épisodiques activé. Il y a un encodage élaboratif. La boucle articulatoire aide à maintenir activé certains concepts. C est l hippocampe qui assure l enregistrement de la trace épisodique. L hippocampe créerait un index des connaissances. 1.1 La mémoire sémantique er modèle Landaver Freedman 68 Comment est organisée la mémoire sémantique? On pense à un modèle assez simple, on pense que cette mémoire est organisée en catégorie.

2 On pense que les catégories sont incluses spatialement. Pour vérifier ce modèle on présentes des phrases et le suet doit répondre soit oui ou non, si c est possible : Le perroquet peut nager Le perroquet est un oiseau Le perroquet est un chien Le doberman est un chien La VD est le temps mis par le sujet pour répondre : oui juste. On répond d autant plus vite que l on est dans la même sous catégorie. On répond plus vite un doberman est un chien qu un doberman est un animal. Lauderman pense que lorsqu on parle des animaux, on regarde toutes les sous catégories jusqu'à ce qu on trouve le bon : recherche catégorielle autodéterminée. Plus il y a d éléments dans la catégorie et plus on va mettre de temps pour trouver l élément. Ce système ne marche pas trop mal pour les réponses OUI, mais il ne fonctionne pas pour les réponses non. On répond plus vite qu une marguerite n est pas un minéral qu une marguerite est un arbre. Les réponses non sont beaucoup plus faciles si les éléments ne se ressemblent pas. Ce modèle a été abandonnée : recherche catégorielle : modèle invalidé sur les réponses non. Ce modèle a été remplacer par : Le modèle de Smith, shaben et Ripps (1974) Modèle de comparaison de trait. Chaque concept a 2 types de propriétés : Propriété définissante Propriété caractéristique Exemple pour un chien, la propriété définissante : être un mammifère, avoir des poils, 4 pattes. Propriété caractéristique : aboyer, animal de compagnie, pouvoir être tenue en laisse. Le Doberman est un chien : on commence donc a regardé si les deux concepts sur leurs propriétés. S il y a un fort recouvrement (mêmes propriétés) on répondra oui, si le recouvrement est faible on répondra non. Ce résultat explique bien pour les réponses NON. Donc pour la marguerite et le minéral, il n y a rien en commun, donc on peut dire facilement non. Entre la Marguerite est l arbre il y a beaucoup de choses en commun, le recouvrement n est pas parfait, mais cela fonctionne. Donc on va chercher au niveau des propriétés définissante, qui infirme cette fois-ci une marguerite est un arbre. Le gros problème de ce modèle est lié entre les propriétés caractéristiques et définissante. Un chien qui a 3 pattes reste un chien, alors que pour ce modèle non. Ce modèle est très stable, il fonctionne bien pour les réponses non, mais on ne peut rien en faire.

3 1.1.3 Modèle en réseau sémantique (collins et quilllans 1969) Le tout est de mettre en place une mémoire sémantique propre et efficace pour créer des machines intelligentes. Ce modèle a donné lieu à un nouveau langage informatique. Il a un système hiérarchique, avec plusieurs niveaux de catégorie. Exemple : on a un grand groupe animal, et on va définir les propriétés des animaux : Animal sang Respire Peau Plume écaille Oiseau Poisson Jaune Canari Chante Autruche Chacun des sous niveaux hérite des propriétés ci-dessus : un canari a de la peau, après on fait de l ontologie. Lorsqu on compare deux choses, c est une activation qui se propage, le temps de réponse dépend du nombre de nœud et de lien interposé. Les 1ers résultats nous on donné entière satisfaction. La réponse canari jaune est plus rapide que canari plume et plus rapide que canari peau. Ce modèle a été abandonné, car on va plus vite pour dire canari a des plumes qu une autruche a des plumes, ou canari oiseau avec autruche oiseau. Pourtant en logique, on devrait mettre le même temps : effet de prototypie. On peut supposer que canarie est plus connu que autruche, le chemin serait mieux connu. Ce qui invalide : Chien est un animal, est plus cours qu un chien est un mammifère. Cette hiérarchie stricte ne marche pas.

4 1.1.4 Collins est Loftus On garde l idée d une activation, ces liens seront associés, mais sans lien hiérarchique, on supprime donc toutes hiérarchisations, niveaux. Exemple : Un chien est un animal pourra être plus fort que Le Chien est un mammifère. Si on supprime la hiérarchie, le modèle devient difficilement testable. Il y a une interface entre les perceptions et la mémoire sémantique : Comment fait-on pour accéder en mémoire sémantique? Il faut passer d une stimulation à quelques choses de conscient. L unité de reconnaissance garde une représentation des percepts connu : exemple : une image, un visage Ces informations seraient liées au réseau sémantique. Ces unités de reconnaissance seraient des points d accès à la mémoire sémantique car elle serait le lient d un activation sémantique. Cela permet de passer d une information perceptive à une activation qui permet d activer la représentation sémantique. L activation est un phénomène de Matching ou d appariement. Le phénomène d appariement est le rapport entre ce qui a été stocké et ce qui est perçu. Cette comparaison produit une activation en fonction de la ressemblance entre les deux représentations. Chaque unité de reconnaissance doit avoir un seuil, si l activation est plus basse que le seuil, alors l unité de reconnaissance ne renvoie rien, si l activation est forte est dépasse le seuil, alors l unité de reconnaissance va pouvoir activer la mémoire sémantique. L unité de production du nom a des unités phonologiques permettant de dire le nom d un Mr X ou Y. C est l unité de reconnaissance qui nous permet de faire un lien entre ce qui est connu et ce qui ne l ais pas. Pour un stimulus inconnu, le seuil ne sera jamais dépassé. Si le seuil est dépassé, le sujet est connu. Cela nous donnes des informations sur la familiarité Ce modèle est testable. On peut le tester avec des modèles, et demandé au sujet de nous dire si oui ou non, il reconnaît le visage du sujet, par un système de 3 questions : Est-ce un visage familier ou pas? (Familier) Est-ce un homme politique ou pas? (Sémantique) S appel t il John ou pas? (Phonologique) Si le modèle est juste comment va s ordonner les temps de réponses? TR Familier < TR sémantique < TR phonologique Hypothèse : le seuil d unité de reconnaissance est modifiable par apprentissage. A chaque fois que l unité de reconnaissance s active, elle «s use» et son seuil diminue de manière permanente. Le seuil diminue par apprentissage. L effet de fréquence des items : unités de fréquence dans la vie courante, un item qui a souvent été activé, a un seuil plus facile a dépasser, donc a atteindre. C est pour cela que lorsqu on envoie des items fréquents et d autre moins fréquent. Les items fréquents ont un délai de réponse plus courte que les items non fréquents.

5 Existe-t-il une unité de réponse pour le visage, le nom?... Ou alors est-ce tout pareil? Y a-til une Unité de reconnaissance pour la globalité des éléments? On va provoquer artificiellement une baisse de seuil dans la 1 er phase (phase d amorçage). Amorçage Test Réponses V1 V1 Connu ou inconnu V2 V2 V3 V3 V4 V4 V5 V6 Comme on a baissé le seuil, on a besoin de moins de stimulation pour activer. Cette fois on fait baisser le seuil pour le nom et on test pour le visage. S il y a qu une unité de reconnaissance nom visage, on aurait baissé le seuil nom visage. On devrait trouver les même résultats qu a gauche. Il y a 2 unités de reconnaissance : visage et nom. L effet d amorçage par la répétition, est un effet durable toute la vie Amorçage sémantique L activation va se propager dans tous les sens. Il y a aura donc une pré activation des autres catégories, mais pas suffisante pour aller au seuil : exemple quand on-dit Chirac, on ne voit pas Raffarin. Il faut aussi que l activation soit diffuse, mais aussi temporaire (disparaît avec le temps).pendant un laps de temps court, il va y avoir une activation des liaisons périphérique, si on supprime l image clé : Chirac, mais que l on montre Raffarin, il y a aura toujours une faible activation, qui fera diminuer le seuil, ainsi Raffarin sera reconnu plus vite. On va faire un amorçage sémantique (fonction à très court terme).. Il y a une condition reliée V1 et V2 ont des informations sémantiques en commun X V2 (neutre)

6 V1 V2 non relié. V1 et V2 n ont pas d information sémantique en commun. Le SOA est de 300ms. On ne demandera une familiarité uniquement sur le second visage et non sur le 1 er. L effet d amorçage sémantique est obtenu quelque soit la modalité d amorçage. Fonctionnement avec un phénomène purement automatique. Cela est obtenu quelque soit la modalité d amorçage

I nstructions pour l administration et la cotation

I nstructions pour l administration et la cotation 1.5.2 M ontreal Cognitive Assessment (MoCA) I nstructions pour l administration et la cotation Le Montreal Cognitive Assessment (MoCA) a été conçu pour l évaluation des dysfonctions cognitives légères.

Plus en détail

La mémoire (en bref)

La mémoire (en bref) Lamémoire(enbref) Les modèles développés en psychologie cognitive conçoivent l individu comme une «entité»quitraitedel information.danscestraitements,lamémorisationtientuneplace particulièrement importante

Plus en détail

Perception sociale Cours 5

Perception sociale Cours 5 Perception sociale Cours 5 Les schémas permettent de préserver des ressources Macrae, Milne, & Bodenhausen (1994) Sujet doivent se former des impressions de 4 personnes tout en écoutant un document audio

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Association de personnes cérébrolésées, De leurs familles et des aidants Réunion à BRUGMANN le 17 mai 2000 LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Par Monsieur Patrick FERY Neuropsychologue Hôpital Universitaire Erasme

Plus en détail

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION

NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : 1. PRÉSENTATION 2. CONSIGNES DE PASSATION NIVEAU : DISCIPLINE : CHAMP : COMPÉTENCE : MOTS CLÉS : ÉCOLE - COURS PRÉPARATOIRE MAÎTRISE DU LANGAGE RÉALITÉS SONORES DE LA LANGUE, SEGMENTATION DE L ÉCRIT ET DE L ORAL Comparer la longueur de plusieurs

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE déplacements professionnels temporaires en France et à l étranger

GUIDE PRATIQUE déplacements professionnels temporaires en France et à l étranger GUIDE PRATIQUE déplacements professionnels temporaires en France et à l étranger SOMMAIRE GUIDE PRATIQUE déplacements professionnels temporaires en France et à l étranger o o o o o o o o o o o o

Plus en détail

Activité 1 : échantillonnage

Activité 1 : échantillonnage Activité échantillonnage, intervalle de fluctuation, prise de décision (à partir d un même thème) Les trois activités qui suivent s inspirent du document «ressources pour la classe de première générale

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation

Dysphasies : Aspects rééducatifs. Rééducation des Dysphasies. Principes de la rééducation des dysphasies. Grands axes de la rééducation Dysphasies : Aspects rééducatifs des Dysphasies Florence George : Orthophoniste CERTA CHU Timone - Marseille Précoce préserver l appétence à la communication Intensive : au moins 3 fois par semaine Accompagnement

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 -

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - LA FERME Qui travaille sur la ferme? le facteur l agriculteur le crémier Nommes les 4 saisons, et dessine un arbre pour chacune d elle. Qu est-ce

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

Le développement du langage chez l enfant: Repères développementaux et indices de difficultés

Le développement du langage chez l enfant: Repères développementaux et indices de difficultés Le développement du langage chez l enfant: Repères développementaux et indices de difficultés Stéphanie Breton, M.P.O. (en collaboration avec Myriam Tremblay, M.Sc.) Orthophonistes CHU Sainte-Justine Le

Plus en détail

Plan du cours de Programmation logique

Plan du cours de Programmation logique Plan du cours de Programmation logique 1 Introduction 2 3 Igor Stéphan 1/ 64 La logique comme langage de programmation Un langage de programmation logique est défini par : un langage des données Ω; et

Plus en détail

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques

Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques DERNIÈRE IMPRESSION LE er août 203 à 7:04 Chapitre 2 Les ondes progressives périodiques Table des matières Onde périodique 2 2 Les ondes sinusoïdales 3 3 Les ondes acoustiques 4 3. Les sons audibles.............................

Plus en détail

NOM: GROUPE: Laboratoire L OPTIQUE

NOM: GROUPE: Laboratoire L OPTIQUE PARTIE 1: LA LUMIÈRE A DES COULEURS : NOM: GROUPE: Laboratoire L OPTIQUE Observer les différentes couleurs qui composent la lumière blanche. (OU THÉORIE): Pour votre théorie, définissez une onde électromagnétique,

Plus en détail

Deuxième période 2012-2013 Maths + Enigmes

Deuxième période 2012-2013 Maths + Enigmes Deuxième période 2012-2013 Maths + Enigmes Résoudre ces énigmes va te demander de l'imagination, de la persévérance, pas de technique ou de connaissance particulière, de l'organisation, de la clarté de

Plus en détail

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO <jiayin.gao@univ-paris3.fr> 20 mars 2014

Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO <jiayin.gao@univ-paris3.fr> 20 mars 2014 Communication parlée L2F01 TD 7 Phonétique acoustique (1) Jiayin GAO 20 mars 2014 La phonétique acoustique La phonétique acoustique étudie les propriétés physiques du signal

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXTENSION D UN ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVE

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXTENSION D UN ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVE DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXTENSION D UN ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR PRIVE SOMMAIRE Pages I- Préambule 3 II- Pièces à fournir 4 III- Identification générale de l établissement 5 IV-

Plus en détail

Introduction aux concepts d ez Publish

Introduction aux concepts d ez Publish Introduction aux concepts d ez Publish Tutoriel rédigé par Bergfrid Skaara. Traduit de l Anglais par Benjamin Lemoine Mercredi 30 Janvier 2008 Sommaire Concepts d ez Publish... 3 Système de Gestion de

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer NIVEAU DISCIPLINE CAPACITÉ COMPÉTENCE MOTS CLÉS ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer 1. TITRE : TRIER

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

De l intérêt de la structuration et de la codification des données médicales en soins de santé primaire.

De l intérêt de la structuration et de la codification des données médicales en soins de santé primaire. Intérêt pour l Assurance de la qualité des soins, de la structuration et de la codification des données médicales Assemblée Générale du CeNIM le 9 mars 2002 De l intérêt de la structuration et de la codification

Plus en détail

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail.

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. Questions : - Comment définir la mémoire? Quelles sont les fonctions

Plus en détail

les équipements nécessaires à la vie de l immeuble (climatisation, accès, câblage, éclairage...)

les équipements nécessaires à la vie de l immeuble (climatisation, accès, câblage, éclairage...) 3.3 Définition des types de locaux 3.3.1 bureau individuel (bureau cellulaire, bureau attitré, bureau personnel) volume entièrement cloisonné affecté à une personne, conçu pour des tâches individuelles

Plus en détail

Les cartes conceptuelles

Les cartes conceptuelles Les cartes conceptuelles Représentations spatiales des concepts Règle de base «le chercheur isole et choisit les concepts pertinents, les hiérarchise par niveaux ordonnés, puis il relie les concepts entre

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Nos mondes imaginaires. mes caractéristiques physiques

Nos mondes imaginaires. mes caractéristiques physiques Nos mondes imaginaires Mon personnage : mes caractéristiques physiques Objectifs : Tu vas apprendre à parler des caractéristiques physiques pour décrire le physique de ton personnage du monde imaginaire

Plus en détail

Consigne : je remplis le tableau en tenant compte des informations de la ligne supérieure et de la colonne de gauche (droite pour les gauchers)

Consigne : je remplis le tableau en tenant compte des informations de la ligne supérieure et de la colonne de gauche (droite pour les gauchers) Découverte du monde : traiter deux informations Compétence : Savoir utiliser un tableau à double entrée. Matériel : - un plateau de jeu quadrillé : cinq lignes et cinq colonnes, - quatre pièces "couleur",

Plus en détail

1. Quelques apports théoriques

1. Quelques apports théoriques COMMENT ENSEIGNER LE VOCABULAIRE EN MATERNELLE? 1. Quelques apports théoriques 1.1. Le développement du lexique et de la syntaxe de 0 à 6ans Le lexique La syntaxe Le nombre de mots compris (vocabulaire

Plus en détail

Si vous rencontrez un problème avec votre produit, nous vous conseillons de suivre les étapes du présent guide de dépannage.

Si vous rencontrez un problème avec votre produit, nous vous conseillons de suivre les étapes du présent guide de dépannage. SUPPORT TECHNIQUE Si vous rencontrez un problème avec votre produit, nous vous conseillons de suivre les étapes du présent guide de dépannage. Vue d ensemble de votre produit Potentiomètre pour réglage

Plus en détail

Module IHM. Tests de mémoire et de perception. Meriam Horchani. Année 2007/2008. École Navale

Module IHM. Tests de mémoire et de perception. Meriam Horchani. Année 2007/2008. École Navale Module IHM Tests de mémoire et de perception Meriam Horchani École Navale Année 2007/2008 1 / 16 1 Mémoire visuelle 2 3 4 2 / 16 Sommaire 1 Mémoire visuelle 2 3 4 3 / 16 Test 1 : mémoire à court terme

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

Réalisation d un ECG

Réalisation d un ECG Réalisation d un ECG Guide de poche Pour paramédicaux pré hospitaliers et hospitaliers (Réservé aux professionnels de santé) Introduction Table des matières Chers Collègues, Ce guide a été conçu pour que

Plus en détail

Première mise en route des GPS

Première mise en route des GPS 1. Première mise en route page 2 2. Utilisation du GPS page 3 3. Récupérer un tracé page 5 4. Création d une route sur le GPS page 7 5. Création d une route sur PC et transfert sur GPS page 9 6. Naviguer

Plus en détail

<< Crédit Club Auto >>

<< Crédit Club Auto >> Abbas Ahmad Année 2010/2011 Matin Bayramov Analyse et Modélisation des Systèmes Informatique (AMSI) Projet de Modélisation UML > Professeur encadrant : M. GUILLAUME PAQUETTE Projet

Plus en détail

Université de Bangui. Modélisons en UML

Université de Bangui. Modélisons en UML Université de Bangui CRM Modélisons en UML Ce cours a été possible grâce à l initiative d Apollinaire MOLAYE qui m a contacté pour vous faire bénéficier de mes connaissances en nouvelles technologies et

Plus en détail

La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste

La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste Khalid Rashdan To cite this version: Khalid Rashdan. La construction du sens chez l enfant : entre contexte et contraste. Colloque GREG-PLSII

Plus en détail

Profilez vos offres d'emploi en 4 clics, Mesurez l'adéquation des candidats au profil que vous recherchez en temps réel avec

Profilez vos offres d'emploi en 4 clics, Mesurez l'adéquation des candidats au profil que vous recherchez en temps réel avec Profilez vos offres d'emploi en 4 clics, Mesurez l'adéquation des candidats au profil que vous recherchez en temps réel avec Logiciel d'aide au recrutement Présentation : Semiojob est une technologie qui

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

ORA 1531 Phonétique clinique. Phonétique et troubles de la communication

ORA 1531 Phonétique clinique. Phonétique et troubles de la communication ORA 1531 Phonétique clinique Phonétique et troubles de la communication Plan du cours Représentation des troubles Transcription phonétique Analyses acoustiques Méthodes d intervention basées sur la phonétique

Plus en détail

Fouille de données de mobilité

Fouille de données de mobilité Fouille de données de mobilité Thomas Devogele Université François Rabelais (Tours) thomas.devogele@univ-tours.fr Laurent Etienne Ecole Navale (Brest) Laurent.etienne@ecole-navale.fr La fouille de donnée

Plus en détail

AIM. L apprentissage par l objectif mental - ENTENDRE RÉFLÉCHIR AGIR. d Inki Sjösten POUR ÊTRE RÉCOMPENSÉ

AIM. L apprentissage par l objectif mental - ENTENDRE RÉFLÉCHIR AGIR. d Inki Sjösten POUR ÊTRE RÉCOMPENSÉ AIM L apprentissage par l objectif mental - ENTENDRE RÉFLÉCHIR AGIR POUR ÊTRE RÉCOMPENSÉ d Inki Sjösten 1 AIM - L entraînement par l objectif mental VUE D ENSEMBLE LA QUALITÉ DE LA RELATION : Une relation

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs

Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs LabVIEW et l automatisation de mesures de circuits intégrés RF pour applications automobiles Bernard Bordonado Motorola Semiconducteurs Page 1 Plan de la présentation Introduction Circuits intégrés RF

Plus en détail

Aide aux devoirs Les AVC

Aide aux devoirs Les AVC Le cerveau et les AVC Le cerveau est l organe le plus complexe de votre corps. Il commande tout ce que vous faites, pensez, ressentez et dites! Il possède plus de 100 milliards de cellules nerveuses spéciales

Plus en détail

contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :...

contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :... contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :... RENSEIGNEMENTS ÉLÈVE Nom Prénom Adresse Classe Tél. / L élève est autorisé à quitter l institut

Plus en détail

Cours Architecture des ordinateurs (Archi II) Entrées / Sorties Resp. Mr Mohamed Feredj MCA Courriel : archiferedj@gmail.com

Cours Architecture des ordinateurs (Archi II) Entrées / Sorties Resp. Mr Mohamed Feredj MCA Courriel : archiferedj@gmail.com Cours Architecture des ordinateurs (Archi II) Entrées / Sorties Resp. Mr Mohamed Feredj MCA Courriel : archiferedj@gmail.com 1 1) Objectif Discuter comment les données sont transférées entre le et les

Plus en détail

Le logiciel EduAnatomist.

Le logiciel EduAnatomist. Le logiciel EduAnatomist. Les travaux de l équipe ACCES (Actualisation Continue des Connaissances des Enseignants en Sciences) de l INRP restent, hélas, largement méconnus des enseignants de SVT. Pourtant,

Plus en détail

Le contexte de mise en place

Le contexte de mise en place Le contexte de mise en place Depuis 2006, l Ecole des mines de Saint-Etienne collabore avec la main à la pâte, la direction des services départementaux de l éducation nationale de la Loire, et les autorités

Plus en détail

Aspects juridiques de la recherche au sang du grand gibier blessé

Aspects juridiques de la recherche au sang du grand gibier blessé UNION NATIONALE POUR L UTILISATION DES CHIENS DE ROUGE Aspects juridiques de la recherche au sang du grand gibier blessé Par François CARÉ, Avocat à Chartres, Vice président de l UNUCR, chargé des actions

Plus en détail

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2

Manuel d utilisation 26 juin 2011. 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 éducalgo Manuel d utilisation 26 juin 2011 Table des matières 1 Tâche à effectuer : écrire un algorithme 2 2 Comment écrire un algorithme? 3 2.1 Avec quoi écrit-on? Avec les boutons d écriture........

Plus en détail

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes

L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2. ) dans la production de dindes FICHE D INFORMATION L importance du suivi du dioxyde de carbone (CO 2 ) dans la production de dindes info.hybrid@hendrix-genetics.com www.hybridturkeys.com Dans la production de dindes, la performance

Plus en détail

Une variable binaire prédictrice (VI) et une variable binaire observée (VD) (Comparaison de pourcentages sur 2 groupes indépendants)

Une variable binaire prédictrice (VI) et une variable binaire observée (VD) (Comparaison de pourcentages sur 2 groupes indépendants) CIVILITE-SES.doc - 1 - Une variable binaire prédictrice (VI) et une variable binaire observée (VD) (Comparaison de pourcentages sur 2 groupes indépendants) 1 PRÉSENTATION DU DOSSIER CIVILITE On s intéresse

Plus en détail

Bases de données pour la recherche : quels enjeux et quel rôle pour les patients?

Bases de données pour la recherche : quels enjeux et quel rôle pour les patients? Bases de données pour la recherche : quels enjeux et quel rôle pour les patients? Paul Landais Université Montpellier 1 Responsable de la Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR) Co-coordonnateur

Plus en détail

CE1 La Pronominalisation Lire les groupes de mots encadrés dans les pages il, ils, elle et elles - Recenser ce que remplacent il, ils, elle, elles.

CE1 La Pronominalisation Lire les groupes de mots encadrés dans les pages il, ils, elle et elles - Recenser ce que remplacent il, ils, elle, elles. CE1 La Pronominalisation Lire les groupes de mots encadrés dans les pages il, ils, elle et elles - Recenser ce que remplacent il, ils, elle, elles. Elle Louve-Rouge est rouge. Clara va dans le jardin.

Plus en détail

2 Profil : paramétrage de WinDesign

2 Profil : paramétrage de WinDesign Manuel Utilisateur 2 Profil : Paramétrages de WinDesign Date dernière révision : 02/2011 La documentation utilisateur de WinDesign se décompose en : U5 manuels généraux 1 Installation Administration Organisation

Plus en détail

Développement des concepts d objets chez l enfant Catégoriser pour comprendre.

Développement des concepts d objets chez l enfant Catégoriser pour comprendre. Développement des concepts d objets chez l enfant Catégoriser pour comprendre. Françoise Bonthoux Laboratoire de Psychologie et Neurocognition (associé au CNRS) Université Pierre Mendes France, Grenoble

Plus en détail

Ripper vos DVD (extraire vos fichier du DVD pour les mettre sur votre pc)

Ripper vos DVD (extraire vos fichier du DVD pour les mettre sur votre pc) Format Factory est un programme qui permet de réaliser beaucoup de choses sur vos vidéos (ainsi que vos fichiers audio et images), il est assez simple, totalement gratuit et le tout en français (si la

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2014-2015 GYROSCANFIELD PRÉSENTATION Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide.

Plus en détail

Comportements et sentiments. De l ambiguïté dans les émotions? Pierre Molette LERASS PsyCom Toulouse mai 2014

Comportements et sentiments. De l ambiguïté dans les émotions? Pierre Molette LERASS PsyCom Toulouse mai 2014 Comportements et sentiments. De l ambiguïté dans les émotions? Pierre Molette LERASS PsyCom Toulouse mai 2014 www.tropes.fr www.owledge.org www.lerass.com 2 Différentes approches pour l analyse de textes

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

1. Qu est-ce que la conscience phonologique?

1. Qu est-ce que la conscience phonologique? 1. Qu est-ce que la conscience phonologique? Définition La conscience phonologique est définie comme la connaissance consciente et explicite que les mots du langage sont formés d unités plus petites, à

Plus en détail

Évaluer les liens entre codage et les données structurées (variables) Introduction au gestionnaire de rapport et au journal de commandes

Évaluer les liens entre codage et les données structurées (variables) Introduction au gestionnaire de rapport et au journal de commandes Trois approches en analyse de texte L'Analyse Qualitative L'analyse de Contenu Quantitative (par dictionnaires) Le forage de texte ("Text Mining") Introduction aux logiciels de Provalis Research QDA Miner

Plus en détail

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies.

Spécial Praxies. Le nouveau TVneurones est enfin arrivé! Les métiers. NOUVEAUX JEUX de stimulation cognitive, orientés praxies. Enfants Adolescents AdultesPersonnesÂgéesPlasticité NeuronalePathologiesMaintienCognitif MémoireAttentionLangage FonctionsExécutivesVisuoSpatial Les métiers Spécial Praxies Le nouveau est enfin arrivé!

Plus en détail

Niveau : CP. Durée de la séance : - maîtriser la langue orale - Découverte du texte - Vérification de la compréhension Rôle de l enseignant

Niveau : CP. Durée de la séance : - maîtriser la langue orale - Découverte du texte - Vérification de la compréhension Rôle de l enseignant Niveau : CP Lecture Séquence : Les lundis de Zoé phonème [l] graphème l, L, l Séance 1 Compétences - Notions de majuscule/minuscule - Notions de mot, de ligne, de phrase, de syllabe - Les écritures script

Plus en détail

Plugin Carte de fidélité. Installation. Intégration. Fonctionnement. Configuration

Plugin Carte de fidélité. Installation. Intégration. Fonctionnement. Configuration Plugin Carte de fidélité Ce plugin permet à vos s cumuler sur une carte de fidélité (ou compte fidélité) des sommes au fil de leurs commandes, et d'utiliser ces sommes pour payer tout ou partie de leurs

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Toute l équipe de l asbl Dommige a le plaisir de vous convier à la 12 ème édition du salon

Toute l équipe de l asbl Dommige a le plaisir de vous convier à la 12 ème édition du salon Toute l équipe de l asbl Dommige a le plaisir de vous convier à la 12 ème édition du salon Le salon animalier le plus convivial de Wallonie. Le rendez-vous annuel des animaux domestiques et de compagnies.

Plus en détail

Suivant les langages de programmation, modules plus avancés : modules imbriqués modules paramétrés par des modules (foncteurs)

Suivant les langages de programmation, modules plus avancés : modules imbriqués modules paramétrés par des modules (foncteurs) Modularité Extensions Suivant les langages de programmation, modules plus avancés : modules imbriqués modules paramétrés par des modules (foncteurs) généricité modules de première classe : peuvent être

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles?

Sommaire. Séquence 3. Séance 1. Séance 2. Comment apporter l énergie nécessaire au fonctionnement de nos muscles? Sommaire Séquence 3 Pour nous déplacer, prendre un objet, monter des escaliers, nous utilisons nos muscles. Quand nous devons faire un effort important, il faut prendre des aliments riches en énergie,

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle

Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Chapitre 2 : Conception de base de données relationnelle Le modèle entité-association 1. Les concepts de base 1.1 Introduction Avant que la base de données ne prenne une forme utilisable par le SGBD il

Plus en détail

BAZIN Danil et PRIEZ Jean-Baptiste. LEX & YACC : Calculatrice Évoluée

BAZIN Danil et PRIEZ Jean-Baptiste. LEX & YACC : Calculatrice Évoluée BAZIN Danil et PRIEZ Jean-Baptiste LEX & YACC : Calculatrice Évoluée Table des matières 1 Introduction 3 2 Description 4 3 La grammaire utilisée 6 4 Lexèmes et FLEX 8 5 Analyse syntaxique et YACC 8 5.1

Plus en détail

GOL502 Industries de services

GOL502 Industries de services GOL502 Industries de services Conception d un service Partie IIb Version 2013 Introduction Conception d un service partie IIb Nous verrons dans ce chapitre Modélisation d un service; Langage de modélisation

Plus en détail

Je découvre le diagramme de Venn

Je découvre le diagramme de Venn Activité 8 Je découvre le diagramme de Venn Au cours de cette activité, l élève découvre le diagramme de Venn et se familiarise avec lui. Pistes d observation L élève : reconnaît les éléments du diagramme

Plus en détail

La Reine des fourmis a disparu

La Reine des fourmis a disparu La Reine des fourmis a disparu Séance 1 : Découverte de la couverture. Montrer l album sans rien dire. La couverture est cachée par 12 petits cartons sur lesquels sont proposés des indices. Chaque indice

Plus en détail

Demande d adoption chats

Demande d adoption chats Association ASURA Aide Secours Urgence Animaux Sos Animaux Aquitaine 153 Rue Pierre Brossolette 33230 Coutras http://asura-sosanimaux.reseaudesassociations.fr sosanimauxaquitaine@live.fr Association ASURA

Plus en détail

COMMISSION D ARBITRAGE DE LA FIE PLAN DE TRAVAIL POUR LES CHAMPIONNATS DU MONDE PROPOSITION POUR LE MOMENT ACTUEL

COMMISSION D ARBITRAGE DE LA FIE PLAN DE TRAVAIL POUR LES CHAMPIONNATS DU MONDE PROPOSITION POUR LE MOMENT ACTUEL Extrait du PLAN D OPERATION D ARBITRAGE de la FIE : Plan de Travail pou r les Championnats du Monde 1 COMMISSION D ARBITRAGE DE LA FIE PLAN DE TRAVAIL POUR LES CHAMPIONNATS DU MONDE SEQUENCE DES ACTIONS

Plus en détail

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques

L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques L inégale répartition de l énergie solaire est à l origine des courants atmosphériques I/ Objectif : Dans la partie 2 du programme de seconde «enjeux planétaires contemporains : énergie et sol», sous partie

Plus en détail

Introduction. II. Aire de répartition des requins

Introduction. II. Aire de répartition des requins Premiers résultats des observations acoustiques effectuées sur les requins bouledogue et tigre entre le 2 décembre 2011 et le 2 décembre 2012 sur la côte ouest de la Réunion Introduction Ces premiers résultats

Plus en détail

Étape par étape. Un manuel sur la façon de guider les personnes aveugles ou ayant une vision partielle. 1 800 563-2642 inca.ca

Étape par étape. Un manuel sur la façon de guider les personnes aveugles ou ayant une vision partielle. 1 800 563-2642 inca.ca Étape par étape Un manuel sur la façon de guider les personnes aveugles ou ayant une vision partielle 1 800 563-2642 inca.ca Aide-mémoire pratique pour guider les personnes aveugles ou vivant avec une

Plus en détail

1. RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS. NOM et PRENOMS :. Nom d épouse :.. Etat civil :.. Lieu et date de naissance : le /../. À..

1. RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS. NOM et PRENOMS :. Nom d épouse :.. Etat civil :.. Lieu et date de naissance : le /../. À.. La collecte des données consignées dans ce dossier et leur traitement se font conformément à la loi du 08 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée. 1. RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS NOM et

Plus en détail

Ariane Moffatt : Je veux tout

Ariane Moffatt : Je veux tout Ariane Moffatt : Je veux tout Paroles et musique : Ariane Moffatt Sony Music France Thèmes La relation amoureuse, les enfants gâtés. Objectifs Objectifs communicatifs : Exprimer un sentiment. Exprimer

Plus en détail

COMMENT RESERVER UN SEJOUR LES MODALITES DE PRE- RESERVATION..VOTRE RESERVATION ET VOTRE ACCUEIL..

COMMENT RESERVER UN SEJOUR LES MODALITES DE PRE- RESERVATION..VOTRE RESERVATION ET VOTRE ACCUEIL.. COMMENT RESERVER UN SEJOUR LES MODALITES DE PRE- RESERVATION..VOTRE RESERVATION ET VOTRE ACCUEIL.. NEIGE ET SOLEIL, SPECIALISTE DE LA LOCATION DE CHARME, LA LOCATION DE TRADITION. NEIGE ET SOLEIL VOUS

Plus en détail

Contrat d Adoption N...

Contrat d Adoption N... Association White Rabbit 26 rue de Vouillé 75015 Paris contact@white-rabbit.org Contrat d Adoption N... Dans le cadre de la réhabilitation légale des animaux utilisés à des fins expérimentales, il est

Plus en détail

INSTRUMENTATION MESURE SERVICE SAS. 12, rue du Maréchal JUIN 31270 FROUZINS Tél :0561311794 Fax :0561311776 mel :imssa1997@wanadoo.fr.

INSTRUMENTATION MESURE SERVICE SAS. 12, rue du Maréchal JUIN 31270 FROUZINS Tél :0561311794 Fax :0561311776 mel :imssa1997@wanadoo.fr. Le PEDS1 Retrouvez vos tracés sur : www.instrumentation-mesures-services.eu Page 1 Nomenclatures 1 Caractéristiques page 4 2 Accueil page 5 3 Les Essais page 6->7 Essai Carottier Essai Dynamique A Essai

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

SOMMAIRE. Enquête Gender Directive 31/05/2012 2

SOMMAIRE. Enquête Gender Directive 31/05/2012 2 1 SOMMAIRE Introduction Les points clés Présentation des participants à l enquête Les hypothèses de tarification en assurance vie Les hypothèses de tarification en assurance non-vie Les impacts sur le

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Prototype de recherche LGP-EMAC Présentation et illustration sur un avion de tourisme

Prototype de recherche LGP-EMAC Présentation et illustration sur un avion de tourisme Prototype de recherche LGP-EMAC Présentation et illustration sur un avion de tourisme É. Kuntz, A. Robert and É. Vareilles M. Aldanondo, S. Carbonnel, T. Coudert, P. Gaborit, L. Geneste Réunion ATLAS,

Plus en détail

Les défenses de notre organisme

Les défenses de notre organisme Les défenses de notre organisme Intro : Si nos barrières naturelles ou nos moyens de prévention n'ont pas pu empêcher une contamination, notre corps dispose d'un «système» assurant la défense de notre

Plus en détail

La Tête à Toto par Henri Bokilo

La Tête à Toto par Henri Bokilo La Tête à Toto par Henri Bokilo Fabriques de sociologie dyonisiennes - Rennes - juillet 2012 Les Fabriques de Saint-Denis (http://www.les-seminaires.eu/les-fabriques-de-sociologie-93/) associent des habitants,

Plus en détail

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux

Comment les rongeurs choisissent leurs aliments. Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Jean-Michel Michaux Comment les rongeurs choisissent leurs aliments Nécessité de mieux comprendre le comportement alimentaire du rongeur, Nombreux échecs

Plus en détail

Les serpents RÉSUMÉ ------

Les serpents RÉSUMÉ ------ Les serpents COLLECTION : Petit monde vivant TEXTE : John Crossingham et Bobbie Kalman Traduction : Marie-Josée Brière Âge : 6 à 10 ans ISBN-10 2-89579-100-7 ISBN-13 978-2-89579-100-3 32 pages couleur

Plus en détail

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés Pour étudier méthodiquement les animaux, on étudie leur construction dans l espace : leur plan

Plus en détail