Acronymes. N 002 juin Page Pourquoi. Appropriation. OPCI fonciers. Maintenir une. AFD BV Lac. Certificat Foncier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Acronymes. N 002 juin 2009. Page 2 3 4 4 4 5 5 8 9 9. Pourquoi. Appropriation. OPCI fonciers. Maintenir une. AFD BV Lac. Certificat Foncier"

Transcription

1 N 2 juin n 29 Les d disposittifs de ggestion n fonciè ère inte ercomm munale e : atout ou co ontraintte? En 26, Madagascarr a adopté un ne Loi qui tran nsfère aux Communes dotées de Guicheets Fonciers lles compéten nces pour la g gestion des p propriétés fon ncières privéees non titréees mais occup pées. La difficculté des Communes non élecctrifiées pour le traitementt et la sauveg garde des basses de donnéees foncières ues a amené à des formess de regroupeements intercommunaux a autour des Co ommunes élecctrifiées, numériqu sous form me de Guichets fonciers inttercommunaux et de Centtre de Ressou urces et d Info ormations Foncières ou CRIF. LLes OPCI (Org ganismes Pub blics de Coopéération Interccommunale) constituent la a forme de geestion priorisée actuellement pour la gesttion de tous cces dispositifss. Toutefois, lla constatatio on généraliséée de» de ces structures amène à la réflexion n : «les dispossitifs de gestiion foncière iintercommun nale «panne» constitueent ils un ato out ou au con ntraire, une co ontrainte?». Le numéro 2 de LandScop pe restitue less premièrees observation ns et analysess menées au niveau des O OPCI «foncierrs». Ces observations avaiient pour objeectif de faire lle bilan de leu ur fonctionneement et de d diagnostiquerr leur pérenniité éventuellee. Ces observatiions ont resso orti que le choix de confierr la gestion d des CRIF aux O OPCI a été un n échec et qu il faut imaginer r d autres form mes de gestio on.

2 Pourquoi un dispositif intercommunal de gestion foncière? Les formes de l intercommunalité de la gestion foncière Les structures de gestion des dispositifs intercommunaux OPCI : problèmes et limites Processus de création exogène considéré comme un produit livrable Appropriation conditionnée par les modes opératoires de montage Incapacité et démotivation à payer les cotisations Des dépensess de fonctionnement de l OPCI aux dépens du CRIF Les recettes fiscales, une ressource possible mais à moyen terme OPCI fonciers : un constat de défaillance Quels scenarii de gestion pour demain? Scénario 2 : dispositif géré par la grande Commune Scénario 3 : gestion par du dispositif par une entité privée Maintenir une structure intercommunalee de gestion, mais Sommaire Page AFD BV Lac CACC CF CRIF CTD FAO GF GFIC GFP GFS EPA EPIC EPCI ICCO IFT/IFPB OPCI PLOF Agence Française pour le Développement Bassins Versantss du Lac Alaotra Centre d Appui aux Communes Certificat Foncier Centre de Ressources et d Informations Foncières Collectivités Territoriales Décentralisées Food and Agriculture Organization Guichet Foncier Guichet Foncier Intercommunal Guichet Foncier papier Guichet Foncier Standard Etablissement Public Administratif Etablissement Public Industriel et Commercial Etablissement Public de Coopération Intercommunale Inter Church Cooperation Organization Impôts Fonciers sur les Terrains Impôts Fonciers sur les Propriétés Bâties Organisme Public de Coopération Intercommunale Plan Local d Occupation Foncière Acronymes 2

3 Pourquoi un dispositif intercommunal de gestion foncière? L object tif de la nouvelle politique de réforme foncière malagasy est d instaurer une sécurisation foncière dans des délais plus courts et à des coûts à la portée des usagers. Pilier de cette réforme, la décentralisation de la gestion des propriétés foncières privées non-titrées auprès des Communes a introduit une nouvelle approche qui se substitue aux procédures complexes de l immatriculation foncière. Elle est basée en partie sur l informatisation des informations foncières dans un Plan Local d Occupation Foncière (PLOF), géré par un agent formé de la Commune. Le PLOF est une base de données qui renseigne initialement sur les différents statuts de terrains dans la Commune et leur répartition spatiale. Dans de nombreux cas, le PLOF est constitué d un fond image satellitaire ou de photographie aérienne de la superficie communale concernée, sur lequel sont superposées les différentes informations obtenues par la numérisation des archives conservées par les services domaniaux et topographiques. Ces informations sont ensuite mises à jour avec les nouveaux terrains certifiés qui sont progressivement intégrés à cette base. Cette nouvelle approche vise à faciliter la délimitation des parcelles, grâce à un repérage visuel sur le PLOF de leurs localisation et limites par le demandeur, l agent du guichet foncier et les membres de la commission de reconnaissance locale. Cet outil permet aux usagers de réaliser par eux-mêmes le travail de reconnaissance des droits sur terrain ; les «marqueurs fonciers» visibles dans le paysage, apparaissent clairement sur l image, ce qui rend possible le tracé de limites parcellaires sur le PLOF. Quand ces images sont disponibles, la descente d une brigade topographiqu e n est donc plus nécessaire. Eviter le recours à ces services représentee une économie substantielle de temps et de moyens. Ce choix introduit deux paramètres incontournables qui sont l accès de la Commune à l électrification et la disponibilité des orthophotos. Il est inconcevablee pour le moment de doter chaque Commune malagasy de GF «standard 1», tout d abord vu le faible taux d électrification des Communes, surtout rurales, mais aussi par nécessitéé d économie d échelle, tantt au niveau des investissements pour l acquisition d images, qu au niveau de la mutualisation de la compétence humaine et des outils informatiques. Un schéma de regroupement intercommunal autour des Communes électrifiées a donc été imaginé pour que celles non-électrifiées puissent bénéficier de l utilisation d images. Les formes de l intercommunalité de la gestion foncière Deux formes d intercommunalité existent pour la gestion foncière à Madagascar : les 95 % des Guichets Fonciers GF «papier» rattachés à un Centree de Ressources et d Informations Foncières opérationnels sont (CRIF) et les guichets fonciers intercommunaux (GFIC), une forme moins adoptée. concernés par une gestion Les GFIC correspondent à une implantation dans une seule Commune qui offre ses intercommunale. services aux Communes voisines. Toutes les procédures administratives (dépôt des demandes, enregistrement) et les traitements informatiques des informations sur les parcelles sont centralisés au niveau du GFIC. Toutefois, les reconnaissances locales 2 sont effectuées par les commissions de la Commune où est localisée la parcelle, et le Maire de celle-ci est le seul signataire légal du Certificat foncier. Par contre, un CRIF est un «bureauu technique» qui fonctionne comme un centre de gestion des informations numériques. A la différence du GFIC, chaque Commune rattachée à un CRIF possède son propre Guichet Foncier ( dit «papier») avec des agents qui se chargent de toute la chaîne de traitement administratif des dossiers. Le CRIF fonctionne à la manière d un bureau de «micro édition» au service des GFP, en charge de la sauvegarde des informations numériques sur les limites des parcelles et leurs propriétaires, et de l impression des Certificats fonciers. 1 Un guichet est dit standard (GFS) lorsqu il est implanté dans une Commune électrifiée susceptiblee de gérer les informations numériques. Par opposition, un Guichet foncier est «papier» (GFP) lorsqu il ne peut pas gérer directement les informations numériques, qui sont centralisées au niveau d une Commune voisine électrifiée. 2 Dans les Communes dotées de guichets fonciers, la reconnaissance locale (pour les terrains privés non-titrés mais occupés) remplace la reconnaissance domaniale menéee par le Districtt et les Services Fonciers. Une Commission dite de Reconnaissance Locale (CRL), est composée d un agent du GF, de deux notables de la localité, du Chef de Fokontany (unité géographique regroupant quelques hameaux) et du Maire ou de son représentant. 3

4 GFP CRIF GFP GFIC GFP GFP Fig.1 : les dispositifs fonciers intercommunaux En mai 29, 262 sur les 276 Guichets Fonciers opérationnels, soit 95 %, sont des Guichets Fonciers «papier» rattachés à des Centree de Ressources et d Informations Foncières (255 Communes), ou des guichets fonciers intercommunaux (7 Communes). Les structures de gestion des dispositifs intercommunaux Les CRIF et les GFIC sont des bureaux techniques disposant de matériels informatiques et d agents de saisie. En vue de la gestion immédiate de ces dispositifs, ou d un futur transfert une fois que les bailleurs de fonds ou les opérateurs se soient retirés, des structures de regroupement intercommunal ont été montées. A Madagascar, deux formes de regroupement entree les Communes 3 existent : les Organismes Publics de Coopération Intercommunale (OPCI) et les Associations des Communes. Les OPCI sont des Etablissements Publics à caractère administratif (EPA), régis par le décret du 15 décembre 1999 portant règlementation de la création, de l organisation et du fonctionnement d un organisme public de coopération intercommunal. Le regroupement en OPCI vise à traiter des questions de gestion territoriale d une problématique ou d un projet de développement (réalisation d infrastructures, aménagements hydro-agricoles, gestion forestière, ). Les Communes membres sont obligatoirement des voisinss immédiats (constituant le «périmètre de solidarité»), à l opposé de l association des Communes qui peut regrouper des Communes non - limitrophes. Les Associations des Communes constituent une forme «allégée» de regroupement communal, bénéficiant notamment d une autonomie de gestion de budget qui n est pas soumise aux contrôles de légalité. Il n existe pas de statut juridique particulier pour de telles associations, qui sont créées en vertu de l ordonnance du 3 octobre 196 (portant régime général des associations). Ces alliances peuvent être déclarées «d utilité publique» à la demande des membres. Une reconnaissance peut alors être faite par voie de décret pris en Conseil des Ministres et l association pourrait recevoir des subventions de l Etat, dont l utilisation est soumise à ses contrôles (Art.12, 13 et 24). A vocation de plaidoyer auprès des instances de décision, d échanges d information et de partage d expériences, les associations des Communes ne peuvent pas exercer d activités dévolues aux compétences communales. Seul le décret sur les OPCI permet le transfert de certaines compétences au niveau intercommunal et l exercicee d activités touchant les compétences des Communes membres. 3 L intercommunalité est prévue par l article 2 de la Loi 94 7 relative aux pouvoirs, compétences et ressources des Collectivités territoriales décentralisées. Signalons au passage que les associations des Maires ne font pas partie d un regroupement intercommunal car elles n engagent que les Maires en tant que personnes physiques. 4 Cette cohérence a notamment fait l objet d une analyse juridique, qui a ressorti que «la législation relative aux Collectivités territoriales décentralisées n interdit pas un regroupement des communes au sein d une structure à caractère privé» (Rakotoarisoa, J.E. Analyse de cohérencee entre l ordonnance et les statuts de l association des Communes à Madagascar. Avril 27). 4

5 Aussi, le choix de monter des OPCI a toujours primé jusqu à présent. Actuellement, une quarantaine d OPCI fonciers ont été constitués. Doté d un bureau exécutif et d un conseil des délégués, leur mission est d assurer la prise en charge, technique et financière, du fonctionnement des CRIF ou des Guichets fonciers intercommunaux. Après trois années de mise en œuvre de la réforme foncière, il convient d établir un bilan sur la gestion intercommunale du foncier. Les sections suivantes restituent les observations faites au niveau des premiers OPCI créés dans le cadre de la réforme foncière. Pour pouvoir établir une vision d ensemble, les observations ont considéré une dizaine d OPCI appuyés par différents bailleurs et opérateurs de la réforme foncière, répartis sur plusieurs zones d intervention. OPCI : problèmes et limites Processus de création exogène considéré comme un «produit livrable» La constatation générale sur la création des «OPCI fonciers» est qu ils sont rarement constitués à la suite d un processus endogène né d une volonté des Communes à se regrouper face à des intérêts ou enjeux communs. La plupart de ces OPCI ont été montés à l initiative des opérateurs pour honorer les termes contractuels qui les lient aux bailleurs de fonds. Ces montages se font souvent «trop vite», sans tenir compte des enjeux d une approche territoriale du regroupement ou de l affinité des Communes. Ce processus exogène affecte l appropriation de la structure et du dispositif et à moyen terme, leur fonctionnement et leur pérennité. Le montage des OPCI semble plus relever d un «produit livrable» que de la constitution d interlocuteur valable et représentatif de l intérêt des Communes. Une appropriation conditionnée par les modes opératoires de montage Toutefois, le processuss de création ne conditionne pas toujours le succès ou le déclin de l OPCI, qui est davantage tributaire de la qualité de l accompagnement Les OPCI sont rarement et de l appui institutionnel et technique effectués par l opérateur. La proximité constitués à la suite de de l opérateur (présence d antennes au niveau Région, District, Commune), la processus endogène, ils ne qualité des formations, la fréquence des suivis, le ratio encadreur/ nombre de sont pas nés de la volonté des Communes constituent les paramètres externes qui déterminent dans un Communes à se regrouper. premier temps l ancrage et la force de la structure. Selon le mode opératoire, la qualité de l approche de l opérateur, trois tendances se dessinent du côté des Communes : 1. Les Communes prennent conscience de l importance de la problématique, des intérêts du regroupement et s approprient la structure intercommunale. Ces structures sont toutefois confrontées à des aléas financiers qui remettent en question leur pérennisation. 2. Les Communes «jouent le jeu» en s affiliant à un regroupement pour bénéficier d un servicee ou d un avantage particulier : financement d un bailleur, accès à des appuis techniques du projet ou dotation d équipements ou d infrastructures. Une fois les subventions retirées, ces Communes sont souvent réticentes à participer au fonctionnement de l intercommunalité. Selon les intérêts et les avantages dont elle pourrait bénéficier, il arrive qu une Commune soit membre de plusieurs structures à la fois. Cette situation est parfois favorisée par le manque de concertationn et de coordination entre les opérateurs. Par exemple, dans le District d Amparafaravola, deux Communes sont à la fois membres de trois regroupements différents, deux OPCI et une Association des Communes. Evidemment, ces alliances multiples ne sont pas viables à long terme. 3. Les Communes ne se sentent pas du tout concernées par l OPCI. La structure reste une «coquille vide» avec un Président et des arrêtés de création. Il n y a pas de réunions, ni de vote de budget, ni de compte administratif. Cettee situation résulte souvent d un défaut d implication et d une gestion trop centralisée des activités par le bailleur et l opérateur, ayant créé une attitude d attentisme de la part des Communes. Ces structures n ont pas bénéficié dès leur création d un transfert de compétence pour la gestion du CRIF. Ces OPCI sont voués à s effondrer dès le retrait du bailleur, si des mesures de restructuration et de redynamisation ne sont pas mises en œuvre. C est le cas pour plusieurs OPCI. 5

6 Incapacité et démotivation à payer les cotisations Les principales sourcess de recettes de l OPCI (art. 29) sont essentiellement: (i) le revenu des biens, meubles ou immeubles de l OPCI, (ii) les redevances pour servicess rendus, (iii) les subventions de l Etat, de la province autonome, de la région et des communes, (iv) les produits des dons et legs, (v) le produit des emprunts, (vi) les cotisations annuelles (inscrites comme dépenses obligatoires dans ce cas) des Communes membres dans les conditions fixées par la décision institutive.. Dans la pratique, les OPCI «fonciers» fonctionnent selon un schéma classique : subventions des bailleurs dans les premières années de création et de lancement Les OPCI qui fonctionnent du projet, relayées principalement par les cotisations annuelles des membres et les recettes issues de la certification après la cessation du financement externe. le doivent à la présence Les montants de ces cotisations sont fixés de manière égale pour toutes les d un bailleur de fonds ou Communes membres ou selon un principe de proportionnalité (quote-part d une grande Commune proportionnel au nombre de la population, de la superficie de la Commune, de la dans le regroupement fiscalité foncière ou du budget communal). Il n existe pour l instant aucun OPCI qui a bénéficié de subvention de l Etat ou des Régions. Les cotisations des communes à l OPCI restent souvent impayées. Il ressort de nos observations que le taux de recouvrement moyen des cotisations communales ne dépasse pas 3 %. Les Communes avancent comme principale raison le manque d équitéé entre le montant de la cotisation par rapport aux services obtenus du CRIF (nombre de certificats fonciers édités). En réalité, les Communes manquent de ressources financières, qui suffisent à peine pour subvenir à leur propre fonctionnement. Certaines ne paient pas même si elles en auraient les moyens. Cette attitude résulte d un manque d appropriation et d une perception que le projet est celui du bailleur. Il faut donc profiter de son financement tant qu il est là. La capacité financière de chaque Commune membre est déterminante pour l existence et la pérennitéé d un OPCI. Les OPCI qui fonctionnent le doivent soit à la présencee d une grande Commune ( urbaine ou rurale de premièree catégorie) dans le regroupement, dont les sources de recettes sont diversifiées, soit à un financement international. Le tableau suivant, restituant les cas concrets de quelques OPCI en charge de la gestion des CRIF (Ambatondrazaka, Amparafaravola, et Manakara) et d un Guichet intercommunal (Ampary Soavinandriana), illustre cette analyse. OPCI Taratr Alaotra ASA Miray Communes membres Manakambahiny Amparihitsokatra Ambohitsilaozana Ambatosoratra Ambohijanahary Ambohitrarivo Sahamamy Amparafaravola Ambohimandroso Ampasikely Andrebakely Sud Ambatomainty Fonction/t annuel (bud. prévisionnel) en Ariary 5 de l OPCI Apport prévisionnel par les cotisations (en Ariary) (soit 87 %) (soit 87 %) Cotisation/ Commune Montant payé (Ar) % payé % % % % 27 % % 16 % 167 % 1 % % 1 % % 5 Budget 6 Budget 7 Budget prévisionnel au début de l année 28. Un Ariary équivaut à environ 2. USD et 2.6 Euros. prévu d être complété par le reliquat des appuis financiers de BV Lac, prévu d être complété par les droits d adhésion des Communes membres. 6

7 Soampi - taina Soavinandriana Ampary Mizilo Gara Tany Ambahatrazo Vatsy Marofarihy Tab.1 : part de la cotisation des Communes dans (source : budgets prévisionnels OPCI exercice 28) (soit 11 %) (soit 5 %) le fonctionnement d un OPCI et état de paiement des % % 1 % 1 % % cotisations L OPCI Taratr Alaotra, regroupant quatre Communes sur la «rive Est» du Lac Alaotra à Ambatondrazaka, a été créé en novembre 26 et n a fonctionné qu en 27, année durant laquelle le fonctionnement a été intégralement pris en charge par le projet BV Lac. Les Communes ont été incitées à créer des réserves financières prélevées sur les frais de certification pendant la période de subvention pour pouvoir honorer les cotisations en 28, année de retrait des financements. Ces cotisations n ont pu être payées, les GF accusant des recettes trop maigres sur la certification (les Communes sont couvertes par d importantes superficies de terrains coloniaux et de terrains titrés au nom de l Etatt malagasy). Suite aux communales en fin 27, les délégués membres de l OPCI ont changé. Héritant d une caisse «vide», avec une certification qui ne démarre pas, les Communes membres n ont pu payer les cotisations. Le CRIF a étéé fermé en 28 et l OPCI a été dissout. - - L OPCI Asa Miray (Amparafaravola), créé dans le cadre du volet sécurisation foncière du projet BV Lac en 26, figure parmi ceux qui fonctionnent encore malgré le retrait des appuis financiers depuis 27. Cette «longévité» pourrait s expliquer par deux faits : Une participation active de la Commune d Amparafaravola, qui apporte à elle seule 43 % du total des cotisations des huit membres. Devant l incapacité et la faible motivation de certaines Communes à honorer leur quote-part, Amparafaravola a déboursé plus que ce qu elle doit pour assurer le fonctionnement du CRIF, D importants reports de solde annuel sont issus de la subvention initiale financée par BV Lac. Ces reports ont réussi à combler un déficit budgétaire avec des dépenses nettementt plus importantes que les recettes propres. Toutefois, le montant du report annuel décroît chaque année. On pourrait extrapoler que sans nouvelles stratégies financières, l OPCI arrivera à un «solde zéro» vers , négatif ensuite et par conséquent, l OPCI semble non viable à terme. Année Report de l exercicee précédent Recettes propres Dépenses Subvention BV Lac Solde annuel Tab. 2 : situation budgétaire de l OPCI ASA Miray en (source : comptes administratifs OPCI) Le principe d équilibre financier entre les services fournis par le CRIF et le montant des cotisations payé n est pas encore valable pour toutes les Communes, du moins dans les premières années de l OPCI. Le tableau suivant compare le quote-part des Communes membres d ASA Miray et les recettes collectées par les GFP. Sur les quatre Communes qui ont réalisé des recettes supérieures au montant de la cotisation, deux seulement se sont acquittées de leur part (cf. tableau 1). Il faut aussi tenir compte dans le cadre d un GFP qu à part la 8 Le but des cotisations est de créerr un matelas financier. L OPCI Tany Vatsy est encore subventionné par FIANTSO ICCO. Après le départ de FIANTSO, l OPCI prévoit de couvrir les dépenses par les droits de CF. 9 Recettes issues des droits de certification au niveau des trois premières Communes membres : Amparafaravola (essentiellement), Sahamamy, Ambohimandroso. 1 Totalement prises en charge par le projet BV lac, correspondant à la subvention de départ. 7

8 cotisation versée à l OPCI, chaque Commune doit nécessairement faire fonctionner (salaire de l agent, fournitures de bureau) son propre guichet dont la gestion n est pas prise en charge par l OPCI. Le tableau suivant montre, dans le cas de l OPCI actuellement le plus fonctionnel de Madagascar, que la cotisation de la commune à l OPCI représente entre 5 à 1% des recettes de son guichet foncier, ou peut même dépasser largement le montant des recettes! Dans le contexte de pénurie budgétaire des communes rurales malgaches, les dépenses sont à l évidence priorisées dans le fonctionnement du guichet foncier communal au détriment de versements à l intercommunalité. Communes Part cotisation en 28 (Ar) Recettee GF 28 (Ar) Amparafaravola Ambohimandroso Andrebakely Sud Ampasikely Sahamamy Ambohitrarivo Ambatomainty Ambohijanahary TOTAL Tab.3 : recettes issues des droits de certification et quote parts des Communes membres de l OPCI ASA Miray (sources : données Observatoire du Foncier budget OPCI) L OPCI Soampitaina, créé en 26, gère par ses propres moyens depuis la fin du financement de la FAO en janvier 28 le Guichet Foncier Intercommunal de Soavinandriana et Ampary (Région de l Itasy). L OPCI, malgré les cotisations des deux Communes qui sont restées impayées, tire intégralementt ses revenus des recettes de la certification (essentiellement des terrains de Soavinandriana, la Commune d Ampary étant en majorité couvertee de titres fonciers ce qui confirme une fois de plus l influence de la grande Commune dans la survie d un OPCI). Une fois encore, le tableau 4 démontre l importance des reports de solde suite au financement du bailleur pour renforcer la caisse de la structure puisque le montant des soldes annuels après retrait du financement de la FAO est passé de 6 millions à deux millions d Ariary. Année Report de l exercice précédent Subvention FAO 11 Recettes propres Dépenses Solde annuel Tab. 4 : situation budgétaire de l OPCI Soampitaina en (source : OPCI FAO - PNF) Pour l OPCI Tany Vatsy (Manakara), la participation des Commune au fonctionnement du CRIF est symbolique, vu que l organisme d accompagnement FIANTSO, appuyé par ICCO, assure encore la prise en charge des dépenses. Malgré le montant modeste des cotisations (1. Ar par Commune), déjà une des Communes concernées n a pas pu s acquitter de sa part en Le montant de la subvention de la FAO est nettement supérieur à ce chiffre. Le chiffre concerne seulement l estimation de la proportion allouée au Guichet Foncier (salaire agent, fournitures, maintenance matériels). 8

9 Des dépenses de fonctionnement de l OPCI aux dépens du CRIF Compte tenu de coûts de structure, l OPCI consomme une partie des revenus du CRIF. En moyenne, 3 % des dépensess de fonctionnement de la structure intercommunale sont des charges propres au bureau de l OPCI. Ce chiffre atteint même 77 % pour ASA Miray! Au delà du fonctionnementt du CRIF, l existence de l OPCI ajoute des charges de fonctionnement supplémentaires qui comprennent : - Les indemnités de session des délégués lors des réunions du conseil de l OPCI, - Les indemnités de fonctionn du président, - Le carburant et l achat de matériels roulant pour les membres du bureau, - Les indemnités du percepteur (centre fiscal du District), - Les salaires (facultatifs) du personnel : agent technique, entretien, gardiennage du bureau OPCI Les charges relevant du fonctionnement du CRIF sont constituées par le salaire de(s) l agent(s) du CRIF, la consommation en électricité, les dépenses en fournitures et consommables de bureau, et les dépensess en nouveaux investissements et maintenance informatique. OPCI Fonctionnement total (dépenses 28 en Ariary) Charges liées à l OPCI (Ar) Charges du CRIF ou GFIC (Ar) Taratr Alaotra ASA Miray Soampitaina Tany Vatsy Tab.5 : Répartition des charges entre CRIF (ou GFIC) et OPCI. % charges liées à l OPCI 28 % 77 % 3 % % Ces coûts de fonctionnement sont généralement excessifs et n ont pas forcément d effets sur la performance des CRIF. Ils alourdissent le coût des CF et contribuent par conséquent à affaiblir la motivation des usagers pour la certification. Les recettes fiscales foncières, une ressource possible mais à moyen terme Les recouvrements fiscaux fonciers (IFT/IFPB), principale source de recette propre pour les Communes de deuxièmee catégorie, constituent avec les recettes de certification une ressource incontournable pour assurer la participation des Communes au fonctionnement de l OPCI. Les prévisions annuelles vont de 3 à 16 millions d Ariary pour les quelques Communes visitées. Toutefois, la fiscalité foncière est encore assez récente puisque la plupart des recensements faits par les Communes (cette activité relevant auparavant de la compétence du centre fiscal du District) n a véritablement commencé qu en Les recouvrements ne sont pas encore significatifs et tournentt en moyennee autour de 25 3 % (certaines Communes arrivent à 7 %). La question de la motivation et de la capacité à payer reste toutefois récurrente vu les expériences de deux OPCI «urbains» : la FIFTAMA (ne s occupe pas du foncier pour l instant, qui regroupe 29 Communes périphériques sans inclure Antananarivo ville) et MAMA (OPCI qui regroupe 5 Communes suburbaines et qui gère le CRIF d Ivato aéroport). Le système de cotisation des membres pour FIFTAMA est fixé à 1 % de la recette annuelle effectuée sur les impôts fonciers, quel que soit le montant recouvré et la superficie des Communes. Pour MAMA, les cotisations sont fixées à 5 % du montant du budget prévisionnel annuel pour Ivato, et à 1,5 % pour les autres. Dans les deux cas, seules les grandes Communes paient leurs parts pour faire fonctionner l OPCI, contrairement aux idées préconçues sur la capacité financière large des Communes suburbaines. OPCI fonciers : un constat de défaillance L analyse des différentes situations actuelles des OPCI observés fait ressortir un constatt de défaillance généralisée de ces structures. Cettee défaillance trouverait son explication à deux niveaux : - Au niveau des opérateurs et bailleurs dont les approches et les modes opératoires de montage des OPCI ont favorisé une attitude d attentisme. Les montages effectués trop vite, et de manière 9

10 standard, n ont pas permis la maturation des décisions des Communes, condition essentielle pour leur appropriation des dispositifs fonciers. - Au niveau des Communes qui affichent une situation financière qui ne leur permet pas d assurer la contribution au maintien d une structure intercommunale. Les systèmes de cotisation ne sont pas viables. Les recettes générées par la certification sont considérées comme des opportunités de revenus additionnels destinés à combler certains déficits budgétaires. Les deux OPCI fonciers, Soampitaina et ASA Miray, qui sont les seuls à fonctionner de manière autonome jusqu à présent révèlent une situation budgétaire où les soldess annuels s amenuisent chaque année. La survie de l OPCI ASA Miray est due en grande partie par les revenus générés par la Commune d Amparafaravola, tout comme Soavinandrianaa pour l OPCI Soampitaina. Par ailleurs, le maintienn d un OPCI pose le problème d une structure de gestion intercommunale lourde dont les charges absorbent une grande partie des revenus destinés à faire fonctionner le CRIF. Quels scenarii de gestion pour demain? Au vu des observations de la situation actuelle des premiers OPCI fonciers, il Le choix de confier la apparaît que le choix de confier la gestion des dispositifs de gestion gestion des dispositifs de foncière intercommunale aux OPCI a été un échec. Faire fonctionner de gestion foncière telles structures reviennent cher aux petites Communes (paradoxalement à l idée intercommunale aux OPCI a qu on s est faite sur l économie d échelle) et faire supporter les charges de la été un échec. structure par les Communes actives du regroupement introduisent des problèmes d équité, qui aboutissent inévitablement à l éclatement du regroupement. Les recommandations suivantes proposent deux nouvelles pistes d intervention pour la gestion des futurs montages de dispositifs fonciers intercommunaux : - Confier la gestion du CRIF à une seule Commune; - Confier la gestion du CRIF à une entité privée. Scénario 1 : dispositif géré par la grande Commune Cette proposition est tout à fait justifiée en partant du constatt que dans un regroupement intercommunal, le fonctionnement est souvent assuré par la grande Commune. A la longue, le non-paiement des cotisations par les petites Communes, qui utilisent pourtant les services du CRIF, crée une frustration au niveau de celles qui paient ce qui peut entraîner l éclatement de la structure. On pourrait anticiper de tels évènements en installant, dès le début des interventions, les matériels du CRIF au niveau d une Commune (et non une dotation au titre d un OPCI). Ce scénario est particulièrement recommandé pour les dispositifs montés autour d une Commune Urbaine (cas du GFIC d Ivato Aéroport) ou d une Commune Rurale de première catégorie, ce qui est le cas pour plusieurs CRIF. Il n y a pas de création de structure intercommunale. La gestion du dispositif est intégralement prise en charge par la grande Commune 12 : le budget de fonctionnement du dispositif est inscrit dans ses budgets de fonctionnement et ses comptes administratifs. Le personnel salarié du dispositif fait partie du personnel de la Commune. Le dispositif lui même est transformé en CRIF qui est à la fois GFS pour la Commune d implantation, créant une économie d échelle pour sa gestion. L utilisation des services informatiques, numérisations et éditions de Certificat foncier, est payant pour toutes les Communes (y compris la Commune d implantation) qui utilisent le service, suivant des tarifs définis par le Conseil de la grande Commune. Les recettes générées par le dispositif sont intégralement versées dans le compte de la Commune gestionnaire. Suivant les principes d universalité et d équilibre budgétaire, il n y a pas de création fonds d épargne ou de réaffectation particulière au fonctionnementt du CRIF sur ces recettes. 12 Il est intéressant de signaler au passage le cas (particulier?) de la Commune Rurale de Foulpointe qui a généré en 28 environ 16 Millions d Ariary de recettes, en majorité provenant des ristournes hôtelières. La prise en charge du fonctionnement d un CRIF ne poserait pas de problèmes à la Commune. 1

11 Ce scénario a entre autres comme avantage la facilité de prise en charge du dispositif (qui ne dépend plus de la volonté ou capacité des autres Communes à payer les cotisations) et l atténuation des impacts d un éventuel retrait d une ou de quelques Communes. Deux inconvénients majeurs sont toutefois à anticiper : (i) les risques d abus sur les marges de bénéfice par la Commune CRIF dans l établissement unilatéral des tarifs, et (ii) le risque de faible certification au niveau des autres Communes qui se répercuterait sur les recettes créées par le CRIF. On pourrait baliser ces risques par l établissement de convention, révisée annuellement par les Communes, qui stipule les engagements et les règlements généraux de gestion et d utilisation des services du CRIF. Scénario 2 : gestion du dispositif par une entité privée Dans l article 36 de la Loi 94 8 (portant organisation des CTD) - alinéa 1 : «le conseil délibère la concession ou l'affermage des services publics à caractère industriel ou commercial créé par la collectivité elle-même». La Commune peut donc transférer à un organisme privé la gestion d un de sess services (délégation de service public). Ce scénario est une variante de la gestion du dispositif par une Commune, et n implique donc pas la création d une structure intercommunale. Dans le cadre d une concession, le concessionnaire, personne publique ou privée ayant reçu le transfert de gestion, prend en charge les investissements (équipements nécessaires à l'exploitation du service) et le fonctionnement. La rémunération du concessionnaire se fait suivant le contrat établi, soit directementt auprès des usagers à travers les recettes d édition du Certificat foncier (le concessionnaire payant un droit fixe d exploitation), soit par un pourcentage sur les recettes réalisées qui sont versées à la Commune. Dans le cadre de l affermage, le fermier ne construit pas les installations du service, ces dernières étant mises à sa disposition par la Commune. Le fermier reverse une partie "location" au titre des installations qu il utilise. La Commune bénéficie donc du revenu versé par le fermier pour contribuer à son fonctionnement. Ce scénario a comme avantage l allègement des activités effectuées en régie, surtout pour une grande Commune (urbaine, première catégorie). Par ailleurs, un contrat de délégation à long terme (exemple 1 ans) confère au CRIF une continuité de fonctionnement, indépendamment des aléas politiques, changements suite aux élections ou de la capacité managériale des dirigeants communaux. Etant géré par une entreprise privée dont l objectif est de générer du profit, le CRIF est toutefois exposé à un risque d augmentation des coûts d édition du certificat foncier. Cette situation pourrait être balisée par un droit de regard (stipulé dans le contrat de concession) de la Commune sur les tarifs appliqués. Toute augmentation de tarif devrait recevoir l avis des Communes. Maintenir une structure intercommunale de gestion, mais Certains opérateurs pourraient quand même être amenés, selon des principes particuliers d intervention par exemple, à travailler avec des structures intercommunales. Cette section a pour objectif d étudier les conditions optimales de viabilité de ces structures selon les modalités de création et d appui. Un principe de base : favoriser un processus endogènee accompagné La création d un OPCI pour la gestion d un CRIF ne devrait pas être considérée comme un passage obligé ou une approche standard; cette création ne peut L impulsion d un processus se justifier que par la volonté des Communes concernées à s associer et à prendre endogène, dans lequel les leur responsabilité à faire fonctionner cette association. Les problématiques, objectifs Communes sont informées et formes d intervention de la structure, les termes de regroupement, les coûts et sont décideurs, est une prévisionnels devront être clairement explicités, clé pour la pérennisation. - favoriser la concertation entre les parties prenantes (bailleurs, opérateurs, District, Communes, ) pour éviter la création de nouvelle structure à chaque fois, - mettre le temps et les moyens nécessaires à la maturation d un processus de création de structure intercommunale, et impliquer dès la phase initiale les acteurs locaux dans les processus de prise de décisions, de gestion, de conception de la pérennisation financière, 11

12 - Identifier des ressources complémentaires aux cotisations ou remplacer intégralement le principe de cotisation. Il peut s agir d un prélèvement sur la fiscalité foncière. En guise d exemple, l OPCI ASA Miray a intégré l appui d un technicien de développement salarié qui fournit des services payants (études de faisabilité, le montage de projets, suivi contrôle de projets d infrastructure) aux Communes membres de l OPCI. Le technicien perçoit des pourcentages à titre d indemnité par dossier traité mais les recettes sont versées à la caisse de l OPCI. L OPCI peut aussi effectuer pour le compte des Communes membres les activités de recensement et de recouvrement fiscal foncier et prélever un pourcentage sur les recettes. Il faut veiller toutefois à ce que ces autres activités n entravent pas l usage des ressources matérielles et humaines du CRIF ou du GFIC, ce qui pourrait éventuellement nuire à sa mission initiale qui est l appui à sécurisation foncière. Des avantages et inconvénients à chaque structure Concernant le choix de la structure de gestion du CRIF, la section suivante essaie de cerner les avantages et inconvénients d une gestion par une association des Communes ou par un OPCI. Avantages Association des Comptabilité privée. Fonctionnement et Communes gestion budgétaire simplifiés sauf en cas d utilisation de fonds public. Possibilité de prise en charge des dépenses non prévues dans le budget. Possibilité de voter un trésorier différent de celui de la Commune d implantation. Séparation des pouvoirs. OPCI Comptabilité publique soumise au contrôle de légalité du représentant de l Etat risques moindres de détournement. Possibilité d effectuer le recouvrement fiscal pour le compte des Communes membres et prélever un pourcentage sur les recettes. Inconvénients Gestion budgétaire non soumise aux règles de comptabilité publique. Echappe aux contrôles de légalité 13 (risques de détournement de caisse). La durée de mandat des représentants des Communes (Maire, conseiller communal) est conditionnée par les élections. Le Maire et le trésorier de la Commune d implantation se retrouvent souvent Président et comptable de l OPCI. Risques d interférence entre les deux gestions. Obligation de budget et de compte administratif difficulté de prendre en charge les grandes dépenses imprévues 14. La durée de mandat des délégués est conditionnée par les élections. Soumise à une obligation de «solde zéro» dans les budgets prévisionnels. Difficulté de création de fonds d épargne sur les bénéfices. Obligation de dépense des reports de solde dans l exercice suivant. Tab.6: avantages et inconvénients éventuels de la gestion du CRIF par une Association des Communes ou un OPCI. 13 Sauf si l Association gère des fonds publics. Même à titre privé, des contrôles peuvent être faits sur les donations reçues. 14 Il existee des nomenclatures de dépenses imprévues 12

13 Une structuration optimale du nombre de Commues membres à considérer La constitution d un regroupement autour d un CRIF devrait considérer (i) un nombre minimum de Communes pour alléger la part payée par chaque Commune ou le coût de revient d un CF, et (ii) un nombre maximum de Communes pour ne pas ralentir la capacité d édition du CRIF. En moyenne, un agent du CRIF pourrait numériser et éditer entre 15 à 2 CF par jour, soit 4 par mois. Un nombre maximal de 1 Communes appuyées par le CRIF est conseillé, produisant 3 à 4 CF par Commune par mois. Le nombre minimal de Communes conseillé est de 5 à 6, auquel cas le coût d édition d un Certificatt foncier au niveau du CRIF revient à 4. Ar 15. D une manière générale, l inclusion de nouvelles Communes dans le regroupement ou le départ d un membre affecterait à la hausse ou à la baisse le coût d édition du Certificat foncier. Vers la création d EPCI? La gestion de l OPCI, en tant qu établissement public à caractère administratif, est soumise aux règles de la comptabilité publique. Entre autres, l OPCI devrait reporter les bénéfices (soldes) créés au cours d un exercice à l année suivante avec comme principe l équilibre budgétaire (recettes prévisionnelles + solde reporté dépensess prévisionnelles = zéro). Cette obligation ne permet pas de créer de fonds d épargne à long terme. Il serait difficile de concevoir une pérennisation avec une gestion budgétaire établie d année en année. Un EPCI, Etablissement Public de Coopération Intercommunale, est une forme de regroupement de Communes françaises, qui peut prendre le caractère d un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), donc soumis aux règles de comptabilité privée 16. Outre cette possibilité, selon la forme de l EPCI, celui ci peut se créer des sources de recettes propres pour assurer son fonctionnement 17. Cette réflexion sur les EPCI relève à ce stade d une vision d ouverture, si on reste sur une perspective de maintien de l intercommunalité, à moyen ou long terme, que d une solution pragmatique applicable dans l immédiat. Dans tous les cas, la possibilité et les conditions de création de structure intercommunale à caractère privé ne sont pas encore clairement spécifiées dans les textes malagasy. Le projet de refonte des textes sur les Collectivités (le nouveau Code des CTD) devrait entre autres considérer cet aspect. Il s agit notamment de reformuler l article 2 (de la Loi 94 7) en : «Dans le cadre des compétences qui leur sont attribuées par la loi, les collectivités territoriales de chaque niveau, pourront, en vue d initier et de réaliser des actions d intérêt commun, se regrouper r entre elles pour former des associations, unions, fédérations, interrégionales et intercommunales, selon des statuts publics ou privés» 18. Le tableau ci après récapitule les différents avantages et éventuels risques liés aux différents scenarii de gestion par une Commune, par une entité privée ou un maintien de la structure intercommunale. 15 Ce tarif, calculé au rythme d édition de 4 certificats par jour par Commune, couvre juste le fonctionnement du CRIF et n inclut pas encore le coût de revient pour le fonctionnement du GFP dans les Communes. 16 Consulter notamment - Partie 3 - Dispositions comptables propres aux EPCI et syndicats mixtes. 17 Les EPCI à fiscalité propre disposent du droit de prélever l'impôt, sous forme de fiscalité additionnelle à celle perçue par les communes, ou, dans certains cas, à la place des communes. 18 Les mêmes constatations et propositions ont été formulées par une étude mandatée par le programme ACORDS. (Ralalarimanga, H.C., Capitalisation et analyse des propositions d organisation de la gestion et de l entretien des infrastructures intercommunales créées dans le cadre du projet ACORDS). 13

14 Scénarios Scénario 1 : Gestion par la grande Commune Scénario 2 : Gestion par une entité privée - Concession - Affermage Maintenir une structure intercommunale Avantages Facilité de pérennisation si le CRIF est implanté dans une grande Commune (recettes générales conséquentes), Facilité de prise en charge du fonctionnement (inscription dans les budgets prévisionnels et comptes administratifs), Pas d impacts majeurs si les autres Communes viennent à ouvrir leur propre guichet et n utilisent plus les services du CRIF Coûts des services directement supportés par les usagerss (par le coût d édition) et non pas par les Communes, Equité entree les Communes : les prix payés au CRIF sont proportionnels au nombre de certificats édités (contrairement au système de cotisation) Gestion plus efficace des matériels/ fournitures, et de la finance Comptabilité privée : possibilité de création de fonds d épargne, Continuité de gestion (selon termes de contractualisation avec la Commune) malgré les changements politiques, Allègement des activités effectuées en régie par la Commune, Possibilité d extension des services fournis (selon termes de contractualisation) Le maintien d une forme de structure (OPCI/ AC) introduit la collégialité de la prise des décisions : - Définition concertée des tarifs appliqués au CF par le conseil de l OPCI ; - Engagement mutuel pour le maintien du rythme optimal de certification Contrôle de légalité par le District : gestion trésorerie par le percepteur (Commune 1 ère catégorie); risques de détournement de fonds amoindris. Economie d échelle dans la mise en place Risques Universalité du budget communal : pas d affectation particulière du budget. Les recettes issues de la certification pourront être affectées à d autres dépenses de la Commune, Soumise aux règles de comptabilité publique : équilibre budgétaire. Pas de création de fonds d épargne. Définition unilatérale des prix du CF par le conseil communal Risque de fixation de tarifs trop élevés. Absence d engagement mutuel : possibilité de baisse du rythme de certification et donc des recettes, Fonctionnementt et pérennisation tributaires des compétences managériales du Maire et des dirigeants communaux. Création de marge bénéficiaire augmentant le coût du CF ; Pas de création de compétence dans les collectivités, Fonctionnementt conditionné par la capacité à payer les cotisations, Pas de sanction possible pour les Communes non payeurs, risque d éclatement de la structure ou de retrait des Communes actives à la longue, Changement des délégués après élections, événements politiques, Le retrait de certaines Communes membres augmenterait le montant de la cotisation des Communes restantes, Le budget de fonctionnement de l OPCI peut être lourd (aux dépens du CRIF), Tab. 7 : Analyse avantages risques des scenarii de gestion 14

15 LandScope Notes de l Observatoire du Foncier Rédacteur: Rivo ANDRIANIRINA RATSIALONANA Chargé des informations: Faly RANAIVOSON Nos remerciements à : André TEYSSIER (Conseiller Technique auprès du Secrétaire Général du Ministère de l Aménagement du Territoire et de la Décentralisation) Eric RAPARISON (Juriste) Parfait RANDRIANITOVINA (SAHA Intercoopération) Zoary RAFRANSOA (UE - CTI ACORDS) La production de LandScope est financée par : La publication de cet article a été rendue possible grâce à la collaboration de : 15

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Mai 2015 AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Presentation Marc Ziegler UN ENJEU : LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Session spéciale Réforme territoriale

Session spéciale Réforme territoriale Session spéciale Réforme territoriale Historique des textes relatifs à l organisation territoriale Lois Mauroy/Deferre de 1981 à 1983 Loi du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES RELATIFS AU RECRUTEMENT D UN CONSULTANT EXPERT EN INGENERIE DE FORMATION POUR ACCOMPAGNER L ADMINISTRATION MALAGASY AUX RENFORCEMENTS DE CAPACITE DES PERSONNELS DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809)

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006 portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers

Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers Termes de Références Pour le recrutement d un cabinet en charge de la capitalisation de la modernisation des services fonciers Organisme : Résultat Attendu 1 : Activité 1.D Observatoire du Foncier Référence

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable

Togo. Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi portant organisation des services publics de l eau potable Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 modifiée [NB - Loi n 2010-006 du 18 juin 2010 portant organisation des services publics de l eau potable et

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES

LES CONDITIONS GENERALES LES CONDITIONS GENERALES Plan de Rénovation équipement d accueil de jeunes enfants Décembre 2013 1/8 2/8 L objet de la convention La présente convention définit et encadre les modalités d intervention

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA

BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA BURKINA FASO CAHIER 3 : LA GESTION DES AEPS/PEA Pour les AEPS/PEA, la Réforme exclut le principe de gestion communautaire, et préconise une délégation de gestion à un opérateur privé compétent. La Réforme

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Administration des collectivités territoriales

Administration des collectivités territoriales S O M M A I R E Administration des collectivités territoriales Page 1 Dispositions générales page 1 I De l administration et des finances page 2 II Du domaine des collectivités page 3 V De la responsabilité

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat».

SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat». Direction de l Administration Générale Service Juridique BULLETIN D INFORMATIONS JURIDIQUES SOMMAIRE Regard sur la loi n 2003-590 du 2 juillet 2003 «Urbanisme et Habitat». Brèves d actualité : - La loi

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

DISPOSITIF «COLLECTIVITE LAUREATE AGIR POUR L ENERGIE»

DISPOSITIF «COLLECTIVITE LAUREATE AGIR POUR L ENERGIE» DISPOSITIF «COLLECTIVITE LAUREATE AGIR POUR L ENERGIE» CADRE D INTERVENTION POUR L AIDE A L INVESTISSEMENT Avec le dispositif «Collectivités lauréates», la Région accompagne les communes qui le souhaitent

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ;

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ; Contribution de la Caisse des Dépôts à la consultation publique de l ARCEP sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Réglement n 2002-07 du 12 décembre 2002

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Réglement n 2002-07 du 12 décembre 2002 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Réglement n 2002-07 du 12 décembre 2002 Relatif au plan comptable des mutuelles relevant du code de la mutualité et n assumant aucun risque d assurance ni de réassurance,

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE

PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE PREPARATION A L EXAMEN PROFESSIONNEL DE SECRETAIRE ADMINISTRATIF DE CLASSE EXCEPTIONNELLE EPREUVE DE LA NOTE OPERATIONNELLE RAPPEL DU SUJET : Vous êtes secrétaire administratif de classe exceptionnelle,

Plus en détail

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE-

AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE Convention n 20..-C-DGAD-DEE- ENTRE Le Département de la Vienne, Place Aristide Briand, BP 319, 86008 POITIERS Cedex, représenté par le Président du Conseil Général, Monsieur..,

Plus en détail

Les Mobilités dans les Territoires

Les Mobilités dans les Territoires Rencontres Scientifiques & Techniques Territoriales Les Mobilités dans les Territoires La gestion du stationnement et les politiques de mobilités Economie du Stationnement, Maitrise du Stationnement et

Plus en détail

Fonds de financement de la transition énergétique

Fonds de financement de la transition énergétique Fonds de financement de la transition énergétique Convention particulière de mise en œuvre de l appui financier au projet «Territoire à énergie positive pour la croissance verte» Entre La ministre de l

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT

------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE GUINEE ------------------ Travail Justice - Solidarité SECRETARIAT GENERAL DU GOUVERNEMENT DECRET D/2012/ /PRG/SGG PORTANT ORGANISATION ET MODALITÉS DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE

STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE STATUTS DE L ASSOCIATION DES MAIRES ET DES PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE (mis à jour Assemblée générale extraordinaire du 26 juin 2015) (Conseil d Administration du 8 juin 2015) Article

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

L O G E M E N T S O C I A L

L O G E M E N T S O C I A L L O G E M E N T S O C I A L OUTILS ET PUBLICS Juillet 2013 1 L HABITAT SOCIAL : UN ENJEU MAJEUR EN PAYS D AIX Une compétence obligatoire L «Equilibre social de l habitat» est l une des 4 compétences obligatoires

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-08 du 22 octobre 2002. 1.2 - Apports avec ou sans droit de reprise

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-08 du 22 octobre 2002. 1.2 - Apports avec ou sans droit de reprise CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-08 du 22 octobre 2002 Avis n 2002-08 du 22 octobre 2002 relatif au plan comptable des mutuelles relevant du code de la mutualité et n assumant aucun risque

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION D AIDE AU PROJET ANNEE 2012

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION D AIDE AU PROJET ANNEE 2012 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION D AIDE AU PROJET ANNEE 2012 Monsieur, Madame, Vous avez sollicité une subvention auprès de la Caisse d Allocations Familiales de Corse du Sud ; les renseignements que nous

Plus en détail

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 22 & 23 janvier 2008, Skhirat, Maroc UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 Marc le Tourneur, Directeur Général SOMMAIRE 1. L ORGANISATION DES DEPLACEMENTS

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DES AGENTS

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

L OUTIL, UNE NECESSITE PARTAGEE

L OUTIL, UNE NECESSITE PARTAGEE L OUTIL, UNE NECESSITE PARTAGEE Contexte : la Haute-Savoie, un département très attractif Économie créatrice d emploi Proximité du bassin genevois Qualité du cadre de vie Accroissement démographique soutenu

Plus en détail

RAPPORT 2.9 FINANCES Rapporteur : Michel SAINTPIERRE REGLEMENTATION FINANCIERE ET BUDGETAIRE REGLEMENT FINANCIER ET BUDGETAIRE Suite à l élaboration de son Plan Pluriannuel d Investissement et selon le

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

des associations locales

des associations locales Pour en savoir plus www.credit-agricole.fr Guide de la nouvelle des associations locales les réponses à toutes vos questions Le contrat Complémentaire Santé associations est assuré par PACIFICA, filiale

Plus en détail

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer :

ATTENDU QUE l article 960.1 du Code municipal du Québec, un règlement de cette nature doit indiquer : CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT SAINT FRANÇOIS MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HAMPDEN RÈGLEMENT NUMÉRO 110-34 DÉCRÉTANT LA DÉLÉGATION DE COMPÉTENCE DE LA PART DU CONSEIL À LA DIRECTRICE GÉNÉRALE / SECRÉTAIRE

Plus en détail

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales LA SPECIALITE DES CREDITS Grand principe de droit budgétaire il est appliqué dans les budgets locaux comme dans le budget de l Etat. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

Association Dossier de demande de subvention 2016

Association Dossier de demande de subvention 2016 Association Dossier de demande de subvention 2016 A adresser au plus tard le 31 DECEMBRE 2015 à : Monsieur le Président du Conseil Départemental Hôtel du Département 1 rue du Pont Moreau CS 11096 57036

Plus en détail

DECRET N 100-243 DU 06 OCTOBRE 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L INTERCOMMUNALITE AU BURUNDI

DECRET N 100-243 DU 06 OCTOBRE 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L INTERCOMMUNALITE AU BURUNDI DECRET N 100-243 DU 06 OCTOBRE 2013 PORTANT REGLEMENTATION DE L INTERCOMMUNALITE AU BURUNDI LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, Vu la Constitution de la République du Burundi ; Vu la Loi n 1/02 du 25 janvier

Plus en détail

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL

Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL Orientations pour une réforme d Action Logement 9 avril 2015 UESL 1 Les Partenaires sociaux ont adopté un projet de réforme d Action Logement qui sera mise en œuvre avant fin 2016. Objectifs poursuivis

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE

GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE GESTION D UNE ASSOCIATION SYNDICALE AUTORISEE - POINTS DE VIGILANCE : Les organes de l ASA (assemblée des propriétaires, syndicat, président et vice-président) doivent impérativement exercer les attributions

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

Nature, champ d intervention et missions de l ANCOLS Articles L. 342-1 et L. 342-2 du CCH

Nature, champ d intervention et missions de l ANCOLS Articles L. 342-1 et L. 342-2 du CCH Projet de loi ALUR Article 48 relatif à la création de l ANCOLS suite à adoption en première lecture par les deux chambres Synthèse des points principaux Nature, champ d intervention et missions de l ANCOLS

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis

II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis II.3. Apprentissage Action : Aides individuelles aux apprentis OBJECTIFS Aider les apprentis et les jeunes assimilés aux apprentis suivant une formation dans les Centres de Formation d Apprentis (CFA)

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

La gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations

La gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations La gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations L actualité de la GEMAPI Réorganisation territoriale, le cas du bassin de l Ouche Les perspectives sur le bassin Les perspectives sur

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014

PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014 Pôle Services Urbains CCSPL RM / VILLE du 01/12/2015 N 1 PARKINGS EN OUVRAGE RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE ANNEE 2014 PREAMBULE Les délégations de service public des parcs en ouvrage s inscrivent dans

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REGION LANGUEDOC - ROUSSILLON DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Réunion du 10 décembre 2004 N 01.13 ADHÉSION DE LA RÉGION À UN SYNDICAT MIXTE DE GESTION ET D'AMÉNAGEMENT DES DIGUES DU DELTA DU RHÔNE Vu

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

L APPROCHE COMPTABLE, JURIDIQUE ET FINANCIERE DANS LES ASSOCIATIONS

L APPROCHE COMPTABLE, JURIDIQUE ET FINANCIERE DANS LES ASSOCIATIONS L APPROCHE COMPTABLE, JURIDIQUE ET FINANCIERE DANS LES ASSOCIATIONS 504, route de Rouen 11, rue des Immeubles Industriels 28, place de la Gare 80000 AMIENS 75011 PARIS 59000 LILLE Tél. : 03 22 53 27 47

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 26 avril 2013

Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 26 avril 2013 Crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) 26 avril 2013 Les étapes de la création du crédit d impôt en faveur de la compétitivité et de l emploi (CICE) Ø Pacte national pour la

Plus en détail

Règlement financier de la FFTA

Règlement financier de la FFTA Règlement financier de la FFTA Préambule : Le règlement financier de la Fédération Française de Tir à l Arc (FFTA) s inscrit dans l ensemble des dispositions législatives et réglementaires s appliquant

Plus en détail

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Rapporteur : M. Jean-Pierre TAILLARD, Vice-Président Commission n 5 séance des 26/05/04, favorable 23/03/05 et 20/05/05 Bureau séance

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A

JORF n 0273 du 25 novembre 2011. Texte n 20. ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A JORF n 0273 du 25 novembre 2011 Texte n 20 ARRETE Arrêté du 23 novembre 2011 relatif au plan d épargne retraite populaire NOR: EFIT1105446A Publics concernés : les entreprises d assurance, les institutions

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER

Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale. Dr Amadou SOW, ADG/ASER Cder IEPF Le partenariat public privé dans une stratégie de développement de l électrification rurale Dr Amadou SOW, ADG/ASER Définition Un PPP consiste en l association entre une autorité publique et

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail