SCIENCES DE L INGENIEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SCIENCES DE L INGENIEUR"

Transcription

1 SCIENCES DE L INENIEUR Modéliser et représenter le réel Dnamique Fiche cours FC.0 ) Introduction : La dnamique est la partie de la mécanique qui traite des mouvements en relation avec les forces qui les engendrent. Newton fut le premier à formuler correctement le principe fondamental de la dnamique et la loi de gravitation universelle. Par la suite, Euler, d lembert, Lagrange, Laplace, Poinsot, Coriolis et Einstein apportèrent une contribution importante au développement de cette science essentielle. Il eiste trois méthodes pour traiter un problème de dnamique :. Par application du principe fondamental (loi de Newton). Par utilisation des théorèmes relatifs au travail et à l énergie (Energétique). Par utilisation des théorèmes portant sur les quantités de mouvement et le moment cinétique. ) Lois de Newton : ) Repère aliléen : Notion de repère absolu : ère loi : Dans un repère galiléen, tout objet en état de mouvement rectiligne uniforme et soumis à aucune force etérieure, conserve son mouvement. ème loi : Force = masse accélération ème loi : Tout corps soumis à une force eerce en retour une force de même intensité et de direction opposée Pour que le principe fondamental de la dnamique soit correct, l accélération a doit être une accélération absolue. Par commodité, l accélération a est généralement repérée ou déterminée par rapport à un repère fie lié à la terre (référence absolue). Cependant, la terre n est pas un référentiel absolu (ou galiléen) rigoureu mais approché. Pour la plupart des problèmes de mécanique terrestre, cette approimation suffit et amène des erreurs négligeables. Pour un certain nombre de problèmes, faisant intervenir des avions, des fusées, des missiles ou autres soucoupes volantes, il est parfois nécessaire de faire intervenir les accélérations dues au mouvements de la terre. Eemple : Pour un corps en chute libre, la rotation de la terre autour de son ae engendre une légère accélération dirigée vers l est (accélération de Coriolis) créant une perturbation du mouvement de chute libre. Le solide ne tombe pas eactement verticalement mais subit une déviation vers l est égale à : d =. avec = rad/s (vitesse de rotation de la terre) g = 9.8 m.s² (accélération de la pesanteur) h = hauteur de la chute en m = latitude nord ou sud

2 Notion de temps relatif et temps absolu : Dans l équation de Newton, le temps est considéré comme une grandeur absolue, s écoulant ineorablement d arrière en avant au rthme régulier indiqué par les pendules et les calendriers. D après Einstein, le temps n est pas absolu mais relatif et dépend de la vitesse propre de l observateur et de la position finale de celui-ci. Cependant la notion de temps relatif n est valable que pour des particules se déplaçant à très grande vitesse (proche de la vitesse de la lumière ( km/s). ) Principe fondamental de la dnamique : Cas d'un solide "unité de matière" M (S) (R) Ce solide (S) est si petit qu'il peut être considéré comme un point. Le solide (S) est soumis à des actions etérieures se réduisant à une résultante R et S. Soit : =. Son mouvement est tel que : = m. vec en N en m/s² m en Kg (masse du solide) Cas d'un solide quelconque Soit un solide (S) quelconque de masse m. Contrairement au solide précédent, celui-ci peut subir des efforts en différents points. Ceu-ci peuvent le faire tourner. Il aura donc présence de moments En appliquant la démonstration précédente à ce solide, il suffirait de considérer celui-ci comme une somme de points Mi de masses m i. Le principe fondamental de la dnamique peut alors s'écrire : C'est le torseur dnamique C'est la résultante dnamique C'est le moment dnamique Remarque : Le torseur dnamique contient des relations difficilement utilisables par un élève de première et/ou de terminale S SI. Nous allons donc uniquement nous intéresser au cas particuliers de la translation rectiligne et de la rotation autour d'un ae fie. -) Cas du solide en translation rectiligne / = ccélération du centre de gravité du solide en m/s² et S = et S = Somme des forces etérieures en N m = masse du solide S en Kg Trajectoire de m. et = Remarque : la résultante et doit passer par, sinon Il a mouvement plan

3 Eemples : Sphère en chute libre : Une sphère de Kg est en chute libre, la résistance de l air est négligée. z Bilan : et = (vecteur poids) a = 9.8 m/s² (accélération de la pesanteur) et = m. d où = m. MRU En projection sur l ae z : P = m. g = 9.8 = 9.8 N P = = 9,8 N Navette spatiale Une Navette spatiale est supposée à l arrêt dans l espace. Ces moteurs sont allumés, la poussée de chaque moteur est de F = 00 kn, les poussées sont parallèles et leur résultante passe par. Déterminons l accélération supportée par un astronaute, si la masse de l engin est de 00 tonnes. Bilan : et = (Poussée des moteurs) a =? m/s² (accélération de la navette) m = Kg et = m. En projection sur l ae z : F = m. a d où a = = = 69 a = 69 m/s² Principe de d'lembert : Soit environ 7g ( = 7.0). Le principe de d'lembert prend en compte la "Force d'inertie". Cette force est opposée à l'accélération et = - m.. La force d'inertie devient un effort etérieur et le principe fondamental de la dnamique peut alors s'écrire : / Câble Cabine Eemple : Cabine d ascenseur Un homme de 80 kg se tient debout sur une balance dans une cabine d ascenseur à l arrêt. Le moteur est mis en route et la tension du câble atteint la valeur de 900 dan pendant les trois premières secondes. Les frottements sont négligés et la masse de la cabine (cabine + balance) est de 70kg. Le centre de gravité de l ensemble est situé sur la verticale commune au actions et (poids de l'homme). Si l accélération est supposée constante, quelle valeur peut-on lire sur la balance? Bâti Balance

4 Résolution : ) Isolons l ensemble {cabine + homme + balance} : Remarques : Les actions des rails sur la cabine ne sont pas prises en compte car elles sont perpendiculaires à l ae z (pas de composante sur z). Le principe de d lembert s écrit : total + + = + m = Et total = Cabine + Homme En projection sur l ae z on obtient : P + T m a = 0 ) Isolons l homme seul : [-( ) 9.8] ( ) a = 0 a =. m/s² Bilan des actions etérieures : Il est soumis à actions : Son poids Homme ( = 78.8 N) On a : homme + + = En projection sur z on obtient : P h + B + F I = 0 L action eercée par la balance La force d inertie (- m h. a = - 80, = - 5, N) D'où B = ,= 900 N La masse mesurée par la balance est : = 9.7 kg (.5 son poids) Eercices -) Cas du solide en rotation autour d'un ae fie --) Premier cas : Le centre de gravité est situé sur l ae de rotation Hpothèses : - Sa vitesse de rotation en rad/s - Son accélération angulaire en rad/s² - Le centre de gravité est situé sur le centre de rotation. - et sont les actions eercées sur le palier par la liaison pivot en N - J et le moment d inertie du solide par rapport à l ae (,z) qui est aussi l ae de rotation en m².kg. (et S) = /(et S) = / et = J.

5 J. Remarques : M / ( et) = M / ( ) + M / ( ) + M / ( ) + M / ( ) Pour un sstème de forces planes, on dispose de trois équations de projection : Fet / = 0 (projection des forces sur ) Fet / = 0 (projection des forces sur ) M / (Fet) /z = J (projection des moments sur z) Eemple : Essai sur véhicule Dans un laboratoire d essai de véhicule, on utilise un dispositif à tambour pour déterminer les vitesses et accélérations des véhicules. Les roues motrices de la voiture sont posées sur un tambour de raon R = m, longueur l =.5 m et moment d inertie J ajustable. La masse totale du véhicule est de 000kg, l essieu avant supporte, au repos une charge de 00 dan. Quelle doit être la valeur de J pour que le tambour se comporte comme le véhicule au démarrage ou au freinage (accélération tangentielle tambour a t = accélération véhicule a V. Résolution : ) Isolons la voiture : Hpothèses de départ : - a est l accélération du véhicule sur un sol horizontal et plat - P est le poids de la voiture - / et B sont les actions sur les roues - FI = -m. a est la force d inertie au démarrage. Le principe de d lembert donne : + + / m. = En projection sur l ae on obtient : / m.a = 0 ) Isolons le tambour : et = + + = M / ( et) = M / (- ) = J Remarque : Toutes les forces sauf passent par et ont donc un moment nul) On a : a = = = / où at est l accélération tangentielle de. L équation devient :. R = ( / (m.r)). J d où J = m. R²

6 --) Second cas : Le centre de gravité n'est pas situé sur l ae de rotation (et S) = m. vec at =.r = J. /(et S) t m. m. n n t r Remarques : J. a = a n + a t an = ².r at =.r En projection sur (ou ) : Fn = - m. ². r En projection sur (perpendiculaire à ) : Ft = m.. r L équation du moment en peut être remplacée par l équation du moment en : M/ (Fet) = J. avec J = J + m. r² Eemple : Vibreur à béton L appareil présenté sert à tasser le béton liquide. Les vibrations sont produites par la rotation d un arbre ecentré (ecentration = mm). Cet arbre est guidé en rotation par trois roulements (,, 5). La vitesse de rotation maimale est de t/min, la puissance d entraînement est de.5 kw et la masse de l arbre est de kg. Déterminons les actions supposées par les roulements en et B, à vitesse constante et le couple de démarrage si l accélération angulaire est de rad/s² Résolution : Isolons l ae : Détermination des actions en et B à tr/min = 0 ; at = 0 ; an = ².e ; = ( ) / 0 = 07 rad/s²* Fet = / + B/ = m. a = - Fi (Fi : Force d inertie sur l arbre) En projection sur : 0 = 0. En projection sur : / + B/ = m. an et B sont smétrique par rapport à, d où : / = B/ = (m.an) / = ( 07² 0.00) / = 90 N

7 Détermination du couple moteur C m si = rad/s² Ecrivons l équation de moment par rapport au point O M /O (Fet) = J O. = (J + m. e²). C m = (. m. R² + m. e²). = m ( + e²). C m = ( + 0,00²) =.5 C m =.5 Nm Calcul du moment d inertie J d un solide par rapport à un ae passant par son centre de gravité

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique

Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Durée : 45 minutes Objectifs Test : principe fondamental de la dynamique et aspect énergétique Projection de forces. Calcul de durée d'accélération / décélération ou d'accélération / décélération ou de

Plus en détail

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC)

Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Concours EPITA 011 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur Le Système de Récupération de l Energie Cinétique (SREC) Tous documents interdits Calculatrice autorisée Durée : h L augmentation de

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

CHAPITRE III : Travail et énergie

CHAPITRE III : Travail et énergie CHPITRE III : Travail et énergie III. 1 En principe, les lois de Newton permettent de résoudre tous les problèmes de la mécanique classique. Si on connaît les positions et les vitesses initiales des particules

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal

Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1 re B et C 5 Oscillations d'un pendule élastique horizontal 40 Chapitre 5: Oscillations d un pendule élastique horizontal 1. Définitions a) Oscillateur écanique * Un systèe écanique qui effectue un ouveent

Plus en détail

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test

PY401os (2011-2012) Vous pouvez prévisualiser ce test, mais s'il s'agit d'une tentative réelle, vous serez bloqué en raison de : Navigation du test Navigation PY401os (2011-2012) Collège École de Commerce PER Université Impressum Connecté sous le nom «Bernard Vuilleumier» (Déconnexion) Réglages Outils de travail Outils de travail Accueil Cours Collège

Plus en détail

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU)

10 leçon 2. Leçon n 2 : Contact entre deux solides. Frottement de glissement. Exemples. (PC ou 1 er CU) 0 leçon 2 Leçon n 2 : Contact entre deu solides Frottement de glissement Eemples (PC ou er CU) Introduction Contact entre deu solides Liaisons de contact 2 Contact ponctuel 2 Frottement de glissement 2

Plus en détail

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..

1 Définition. 2 Systèmes matériels et solides. 3 Les actions mécaniques. Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble.. 1 Définition GÉNÉRALITÉS Statique 1 2 Systèmes matériels et solides Le système matériel : Il peut être un ensemble.un sous-ensemble..une pièce mais aussi un liquide ou un gaz Le solide : Il est supposé

Plus en détail

1 ère S La petite voiture Physique Mécanique

1 ère S La petite voiture Physique Mécanique Page 1 sur 5 1 ère S Physique Mécanique - Enoncé - Remarques préliminaires : - n prendra g = 9,8 N.kg -1. - n traaille dans un référentiel terrestre supposé galiléen. Un jouet, une «petite oiture», est

Plus en détail

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE

Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Chap 8 - TEMPS & RELATIVITE RESTREINTE Exercice 0 page 9 On considère deux évènements E et E Référentiel propre, R : la Terre. Dans ce référentiel, les deux évènements ont lieu au même endroit. La durée

Plus en détail

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté

Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté Chapitre 4 Oscillations libres des systèmes à deux degrés de liberté 4.1 Introduction Les systèmes qui nécessitent deux coordonnées indépendantes pour spécifier leurs positions sont appelés systèmes à

Plus en détail

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant

Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant Dimensionnement d une roue autonome pour une implantation sur un fauteuil roulant I Présentation I.1 La roue autonome Ez-Wheel SAS est une entreprise française de technologie innovante fondée en 2009.

Plus en détail

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE

Master1 CCS. Université Paul Sabatier. Toulouse III. TPs RdM.6 + VBA. Michel SUDRE Université Paul Sabatier Master1 CCS Toulouse III TPs RdM.6 + VBA Michel SUDRE Déc 2008 TP N 1 Poutre Fleion-Tranchant On considère 2 poutres droites identiques de longueur L dont la est un de hauteur

Plus en détail

CHAPITRE II : STATIQUE

CHAPITRE II : STATIQUE CHPITRE II : STTIQUE - Généralités : I. NTIN DE RCE : En mécanique, les forces sont utilisées pour modéliser des actions mécaniques diverses (actions de contact, poids, attraction magnétique, effort ).

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Chapitre 5 : Le travail d une force :

Chapitre 5 : Le travail d une force : Classe de 1èreS Chapitre 5 Physique Chapitre 5 : Le travail d une force : Introduction : fiche élève Considérons des objets qui subissent des forces dont le point d application se déplace : Par exemple

Plus en détail

La gravitation universelle

La gravitation universelle La gravitation universelle Pourquoi les planètes du système solaire restent-elles en orbite autour du Soleil? 1) Qu'est-ce que la gravitation universelle? activité : Attraction universelle La cohésion

Plus en détail

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu

TS Physique Satellite à la recherche de sa planète Exercice résolu P a g e 1 Phsique atellite à la recherche de sa planète Exercice résolu Enoncé Le centre spatial de Kourou a lancé le 1 décembre 005, avec une fusée Ariane 5, un satellite de météorologie de seconde génération

Plus en détail

Etude d un ascenseur

Etude d un ascenseur Les calculatrices sont interdites. ***** N.B. : Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction. Si un candidat est amené à repérer ce qui

Plus en détail

ESTP TP1 APPLICATION 7 : Energie 1

ESTP TP1 APPLICATION 7 : Energie 1 ESTP TP PPITION 7 : Energie EXERIE On considère un portique en béton encastré en, de hauteur = et de largeur =0,5, dont la section résistante est rectangulaire, de dimensions 0,x,0m. e portique est soumis

Plus en détail

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE

MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE MATIE RE DU COURS DE PHYSIQUE Titulaire : A. Rauw 5h/semaine 1) MÉCANIQUE a) Cinématique ii) Référentiel Relativité des notions de repos et mouvement Relativité de la notion de trajectoire Référentiel

Plus en détail

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet

Réponds. Réponds. questions. questions. détermine la relation entre le poids et la masse d un objet ( P P B P C bjectifs distinguer le poids et la masse d un objet utiliser la relation de proportionnalité entre le poids et la masse énoncer et utiliser la condition d équilibre d un solide soumis à deux

Plus en détail

ÉTUDE DES DÉPLACEMENTS DU MONTE-CHARGE MC20

ÉTUDE DES DÉPLACEMENTS DU MONTE-CHARGE MC20 ÉTUDE DES DÉPLACEMENTS DU MONTE-CHARGE MC20 Dossier C Ce dossier contient les documents suivants : - Présentation :... pages C2 à C3. - Rappels :... page C4. - Travail demandé :... page C5. C1 Présentation

Plus en détail

Ensembles et applications. Motivations. Exo7

Ensembles et applications. Motivations. Exo7 o7 nsembles et applications Vidéo partie 1. nsembles Vidéo partie 2. Applications Vidéo partie 3. Injection, surjection, bijection Vidéo partie 4. nsembles finis Vidéo partie 5. Relation d'équivalence

Plus en détail

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828

La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 La détermination de l accélération d une sphère métallique à l aide de 21 mesures pendant un parcours dans le plan incliné enregistré par le MOTU 828 de Dr Franz Raemy septembre 2010 Introduction de l

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes

Chapitre 2: Mouvements Rectilignes e B et C Mouements rectilignes 13 Chapitre : Mouements Rectilignes 1. Définitions * Le mouement est rectiligne la trajectoire est une droite. * Le mouement est uniforme (intensité du ecteur itesse instantanée)

Plus en détail

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos

1 Définition. 2 Modélisation des actions mécaniques. On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos 1 Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : - maintenir un corps au repos - créer ou modifier un mouvement - déformer un corps odélisation des actions mécaniques.1. Notion de

Plus en détail

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX

SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX SEANCE 4 : MECANIQUE THEOREMES FONDAMENTAUX 1. EXPERIENCE 1 : APPLICATION DE LA LOI FONDAMENTALE DE LA DYNAMIQUE a) On incline d un angle α la table à digitaliser (deuxième ou troisième cran de la table).

Plus en détail

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées :

TD 8 Dynamique. 1 Nacelle à flèche téléscopique H21 TX 1. Compétences travaillées : Compétences travaillées : Déterminer tout ou partie du torseur cinétique d un solide par rapport à un autre. Déterminer tout ou partie du torseur dynamique d un solide par rapport à un autre. Déterminer

Plus en détail

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 3 : Dynamique SMPC1 Chapitre 3 : Dynamique du point matériel I Lois fondamentales de la dynamiques I.1)- Définitions Le Référentiel de Copernic: Le référentiel

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale

Physique. De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale Physique TSI 4 heures Calculatrices autorisées De la Terre à la Lune : Programme Apollo, 15 ans d aventure spatiale 2012 Ce problème aborde quelques aspects du Programme Apollo, qui permit à l Homme de

Plus en détail

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION.

LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. LÈVE-PERSONNE ORIOR MISE EN SITUATION. Le lève-personne ORIOR permet de transférer en toute sécurité dans le cadre d un usage domestique une personne à mobilité réduite d un support à un autre, d un lit

Plus en détail

RDM Ossatures Manuel d exercices

RDM Ossatures Manuel d exercices RDM Ossatures Manuel d exercices Yves Debard Institut Universitaire de Technologie du Mans Département Génie Mécanique et Productique http://iut.univ-lemans.fr/ydlogi/index.html 26 juin 2006 29 mars 2011

Plus en détail

Notre constat pour la plupart des voitures :

Notre constat pour la plupart des voitures : Notre constat pour la plupart des voitures : Pour ce constat, nous avons observé les voitures de nos concurrents de cette année mais aussi de l année précédente; Positionnement classique du Centre de Gravité

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BTS AVA 2015 BT V 2015 (envoyé par Frédéric COTTI - Professeur d Electrotechnique au Lycée Régional La Floride Marseille) Document 1 - Etiquette énergie Partie 1 : Voiture à faible consommation - Une étiquette pour

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

C est un mouvement plan dont la trajectoire est un cercle ou une portion de cercle. Le module du vecteur position OM est constant et il est égal au

C est un mouvement plan dont la trajectoire est un cercle ou une portion de cercle. Le module du vecteur position OM est constant et il est égal au 1 2 C est un mouvement plan dont la trajectoire est un cercle ou une portion de cercle. Le module du vecteur position est constant et il est égal au rayon du cercle. = 3 A- ouvement circulaire non uniforme

Plus en détail

Chapitre 10 La relativité du temps

Chapitre 10 La relativité du temps DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 11:30 Chapitre 10 La relativité du temps Table des matières 1 L invariance de la vitesse de la lumière 2 2 La relativité du temps 2 3 La dilatation des temps 3 4

Plus en détail

ENERGETIQUE. Référence au programme S.T.I Référence au module 4- Energétique et dynamique. Module 14 15 : :Energétique 4-1 Energétique

ENERGETIQUE. Référence au programme S.T.I Référence au module 4- Energétique et dynamique. Module 14 15 : :Energétique 4-1 Energétique ENERGETIQUE ET DYNAMIQUE ENERGETIQUE Mécanique Référence au programme S.T.I Référence au module 4- Energétique et dynamique. Module 14 15 : :Energétique 4-1 Energétique 1- Objectifs de la séquence : Calculer

Plus en détail

Test d auto-évaluation 2010

Test d auto-évaluation 2010 SwissPhO Olympiade Suisse de Physique 2010 Test d auto-évaluation 2010 Ce test permet aux intéressés d évaluer leurs capacités à résoudre des problèmes et de reconnaître des lacunes dans certaines notions.

Plus en détail

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN

MOTO ELECTRIQUE. CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur TD06_08 Moto électrique DIAGRAMME DES INTER-ACTEURS UTILISATEUR ENVIRONNEMENT HUMAIN MOTO ELECTRIQUE MISE EN SITUATION La moto électrique STRADA EVO 1 est fabriquée par une société SUISSE, située à LUGANO. Moyen de transport alternatif, peut-être la solution pour concilier contraintes

Plus en détail

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2

Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition. Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 10 11 m 3 kg 1 s 2 Introduction Page xxi (milieu de page) G = 6, 672 59 1 11 m 3 kg 1 s 2 Erratum de MÉCANIQUE, 6ème édition Page xxv (dernier tiers de page) le terme de Coriolis est supérieur à 1% du poids) Chapitre 1 Page

Plus en détail

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S

Concours EPITA 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette BMW K1200S Concours EPIT 2009 Epreuve de Sciences Industrielles pour l ingénieur La suspension anti-plongée de la motocyclette MW K1200S Durée : 2h. Calculatrices autorisées. Présentation du problème Le problème

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Jouets...2 I.Voiture avec volant d'inertie réservoir d'énergie cinétique...2 A.Préliminaire...3 B.Phase 1...3 C.Phase 2...4 D.Phase

Plus en détail

Cours de Physique 3BC. Yves Reiser

Cours de Physique 3BC. Yves Reiser Cours de Physique 3BC Yves Reiser version du 24 septembre 2015 Table des matières I Mécanique 4 1 Rappels sur les forces................................. 5 1.1 Les effets d une force.............................

Plus en détail

Sciences et Technologie de l Industrie et du Développement Durable

Sciences et Technologie de l Industrie et du Développement Durable Sciences et Technologie de l Industrie et du Développement Durable PROJET ROBOT RAMONEUR Le projet ramoneur est un projet collaboratif entre STI2D de spécialité ITEC et SIN. Analyse fonctionnelle: 1 )

Plus en détail

MATURITA DES SECTIONS BILINGUES FRANCO-TCHEQUES ET FRANCO-SLOVAQUES EXAMEN DE MATURITA BILINGUE. Année scolaire 2009/10 Session de mai 2010

MATURITA DES SECTIONS BILINGUES FRANCO-TCHEQUES ET FRANCO-SLOVAQUES EXAMEN DE MATURITA BILINGUE. Année scolaire 2009/10 Session de mai 2010 MATURITA DES SECTIONS BILINGUES FRANCO-TCHEQUES ET FRANCO-SLOVAQUES EXAMEN DE MATURITA BILINGUE Année scolaire 009/10 Session de mai 010 EPREUVE DE PHYSIQUE Durée : 3 heures Le sujet est constitué de cinq

Plus en détail

BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel

BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BACCALAURÉAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électronique Étude des Systèmes Techniques Industriels SYSTÈME DE DISTRIBUTION AUTOMATIQUE DE BOISSONS CHAUDES ES 7600 NECTA-WITTENBORG.

Plus en détail

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m

ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS. MESURE DU RAPPORT e/m EEl 1 ACTION DES CHAMPS ELECTRIQUE ET MAGNETIQUE SUR LE MOUVEMENT DES ELECTRONS MESURE DU RAPPORT e/m 1. THEORIE 1.1. Effet d un champ électrique sur une charge électrique Dans un champ électrique E une

Plus en détail

TP Méthodes Numériques

TP Méthodes Numériques ENSIMAG 1ère année, 2007-2008 TP Méthodes Numériques Objectifs Les objectifs de ce TP sont : de revenir sur les méthodes de résolution des équations différentielles vues en cours de MN ; d utiliser un

Plus en détail

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES SYSTÈME DE LEVAGE À MULTIPLES COLONNES Les sociétés de transports publics des grandes agglomérations gèrent des réseaux comportant des bus et/ou des tramways. Ces sociétés

Plus en détail

Chapitre 7 Leschangementsde référentiels

Chapitre 7 Leschangementsde référentiels Chapitre 7 Leschangementsde référentiels 59 7.1. Introduction 7.1.1. Position du problème L étude des trajectoires di ère selon le référentiel dans lequel on se place. Par exemple, observons la valve d

Plus en détail

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4

SOMMAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3. 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Produit ou comoment de deux torseurs 4 SOAIRE 1 INTRODUCTION 3 2 NOTION DE TORSEUR 3 2.1 Définition 3 2.1.1 Propriétés liées aux torseurs 4 2.1.2 Prouit ou comoment e eux torseurs 4 2.2 Torseurs élémentaires 4 2.2.1 Torseur couple 4 2.2.2 Torseur

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

Analyse fonctionnelle. 2-Etude cinématique Pied (1) = {1,3} Bras (2) = {2, }

Analyse fonctionnelle. 2-Etude cinématique Pied (1) = {1,3} Bras (2) = {2, } GMP 0 Janvier 202 EXMEN GMP 0 Session de Janvier 202- Durée 2 heures ucun document autorisé Calculatrice autorisée Documents fournis : Dessin d ensemble et nomenclature format 4 à l échelle :2 Documents

Plus en détail

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL

M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL M6 MOMENT CINÉTIQUE D UN POINT MATÉRIEL OBJECTIFS Jusqu à présent, nous avons rencontré deux méthodes pour obtenir l équation du mouvement d un point matériel : - l utilisation du P.F.D. - et celle du

Plus en détail

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise.

Etude Annuelle. Analyse expérimentale et données constructeur. Comportement «durable» Contenu. Citroën C4-Coupé, Entreprise. décembre 8 Yann DUCHEMIN Citroën C4-Coupé, Entreprise Etude Annuelle Analyse expérimentale et données constructeur Au terme d une année d utilisation d un véhicule de marque Citroën, et de type C4- coupé

Plus en détail

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN.

Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. TD 6 corrigé - PFS Résolution analytique (Loi entrée-sortie statique) Page 1/1 Corrigé Exercice 1 : BRIDE HYDRAULIQUE AVEC HYPOTHÈSE PROBLÈME PLAN. Question : Réaliser le graphe de structure, puis compléter

Plus en détail

CABLECAM de HYMATOM. Figure 1 : Schéma du système câblecam et détail du moufle vu de dessus.

CABLECAM de HYMATOM. Figure 1 : Schéma du système câblecam et détail du moufle vu de dessus. CABLECAM de HYMATOM La société Hymatom conçoit et fabrique des systèmes de vidéosurveillance. Le système câblecam (figure 1) est composé d un chariot mobile sur quatre roues posé sur deux câbles porteurs

Plus en détail

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort

Chapitre 5. Le ressort. F ext. F ressort Chapitre 5 Le ressort Le ressort est un élément fondamental de plusieurs mécanismes. Il existe plusieurs types de ressorts (à boudin, à lame, spiral etc.) Que l on comprime ou étire un ressort, tel que

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

TD de Physique n o 1 : Mécanique du point

TD de Physique n o 1 : Mécanique du point E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M FE 3 e année Phsique appliquée 011-01 TD de Phsique n o 1 : Mécanique du point Exercice n o 1 : Trajectoire d un ballon-sonde Un ballon-sonde M, lâché au niveau du

Plus en détail

Chapitre 3. Dynamique. 3.1 La quantité de mouvement. 3.1.1 Étude expérimentale

Chapitre 3. Dynamique. 3.1 La quantité de mouvement. 3.1.1 Étude expérimentale Chapitre 3 Dynamique Après avoir décrit les mouvements, nous allons nous intéresser aux causes qui les produisent. Notre but est d énoncer les règles qui régissent les mouvements. La dynamique, déjà introduite

Plus en détail

Cours et exercices satellites et communications spatiales

Cours et exercices satellites et communications spatiales Les télécommunications par satellites offrent des possibilités complémentaires aux communications par lignes et ondes terrestres. Quelques notions de physique aident à comprendre le fonctionnement de ces

Plus en détail

DOSSIER EXPLICATIF TECHNELEC Pour échelle rail-t VSTL de sécurité alu. et chariot VST (Application Verticale - EN 353/1)

DOSSIER EXPLICATIF TECHNELEC Pour échelle rail-t VSTL de sécurité alu. et chariot VST (Application Verticale - EN 353/1) DOSSIER EXPLICATIF TECHNELEC Pour échelle rail-t VSTL de sécurité alu. et chariot VST (Application Verticale - EN 353/1) A. Généralités Le matériel décrit ci-après est un équipement de protection individuel

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE

PROGRAMME DE TRAVAIL INTERNE Version 2.0 1/8 Semestre 1 Physique 120 périodes selon OrFo AAF4.1 Mécanique 20 AAF4.1.1 Cinématique Calculer des mouvements uniformes, rectilignes et circulaires Expliquer l'accélération gravitationnelle

Plus en détail

Mécanique. v = Δ. x / Δt (1)

Mécanique. v = Δ. x / Δt (1) Mécanique PARTIE 1: La mécanique cinématique. 1-Introduction 1.1-Définition: La cinématique est l étude des mouvements des corps solides en fonction du temps indépendamment des causes de ces mouvements.

Plus en détail

TABLE DES MATIERES #! #! # $ #!!

TABLE DES MATIERES #! #! # $ #!! MECANIQUE 1 2 TABLE DES MATIERES! "!! $!! 3 ! $!!!!! "! 4 $% % & ' % % %! $ %!! 5 $ ' $ $ %! % $!!! " ( "! ( $ ) " 6 $ $* $ $ " " % 7 8 UTILISATION DU COURS Il est conseillé aux utilisateurs de ce cours

Plus en détail

B - LE CHAMP ELECTRIQUE

B - LE CHAMP ELECTRIQUE B - L CHAP LCTRIQU B - 1 - L VCTUR CHAP LCTRIQU L'orientation du vecteur champ électrique dépend de la nature (positive ou négative) de la charge qui le produit. L effet de ce champ (attraction ou répulsion)

Plus en détail

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14

Objectifs : Notion de rendement. 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 1 ère GMB Technologie Les performances moteur 1 / 14 Les performances moteur Objectifs : L élève devra être capable de : Définir et calculer un rendement global du moteur ; Citer les paramètres influents

Plus en détail

Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014

Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014 Un petit rien... qui peut tout changer! Octobre 2014 Présentation de l outil Présentation de l outil Vous êtes : 1 enseignant au collège. 2 enseignant au lycée. 3 les deux. 4 aucune des réponses précédentes.

Plus en détail

Don Quichotte et le moulin du Chaos

Don Quichotte et le moulin du Chaos Don Quichotte et le moulin du Chaos Fra C Co har nço mm gé is S un de au m i ca va i A s En nim tion sio geo n se t m a C ign teu ath N an r IR ém RS t-c he EM atiqu rc h e eu r Don Quichotte où La recherche

Plus en détail

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées.

Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. Les correcteurs accorderont une importance particulière à la rigueur des raisonnements et aux représentations graphiques demandées. 1 Ce sujet aborde le phénomène d instabilité dans des systèmes dynamiques

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

Auto-évaluation d acquisition des connaissances

Auto-évaluation d acquisition des connaissances Section e Physique 25.09.2015 Auto-évaluation acquisition es connaissances Inications préalables : L objectif est une auto-évaluation u progrès concernant les connaissances acquises penant le cours. Ce

Plus en détail

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

Centrale-TSI Physique 2012 page 1/7

Centrale-TSI Physique 2012 page 1/7 Centrale-TSI Physique 0 page /7 Centrale TSI physique 0 : "De la Terre à la Lune" I - De la Terre A - Décollage Choix du référentiel : a) Le référentiel géocentrique est le référentiel en translation par

Plus en détail

TENONNEUSE SIMPLE CONVERPRO REF.921 D OCCASION

TENONNEUSE SIMPLE CONVERPRO REF.921 D OCCASION TENONNEUSE SIMPLE CONVERPRO REF.921 D OCCASION Année de fabrication : Août 2008 Machine N : 03 3718 Vendeur : SCIERIE E. DUBREUIL Rue François Baron - BP 20-63390 SAINT GERVAIS D'AUVERGNE Téléphone : 04

Plus en détail

Les calculatrices sont autorisées

Les calculatrices sont autorisées Les calculatrices sont autorisées Le sujet comporte quatre parties indépendantes. Les parties 1 et portent sur la mécanique (de la page à la page 7). Les parties 3 et 4 portent sur la thermodnamique (de

Plus en détail

Chapitre 11 Bilans thermiques

Chapitre 11 Bilans thermiques DERNIÈRE IMPRESSION LE 30 août 2013 à 15:40 Chapitre 11 Bilans thermiques Table des matières 1 L état macroscopique et microcospique de la matière 2 2 Énergie interne d un système 2 2.1 Définition.................................

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile?

LA PUISSANCE DES MOTEURS. Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? LA PUISSANCE DES MOTEURS Avez-vous déjà feuilleté le catalogue d un grand constructeur automobile? Chaque modèle y est décliné en plusieurs versions, les différences portant essentiellement sur la puissance

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Cours de Résistance des Matériaux (RDM)

Cours de Résistance des Matériaux (RDM) Solides déformables Cours de Résistance des Matériau (RDM) Structure du toit de la Fondation Louis Vuitton Paris, architecte F.Gehry Contenu 1 POSITIONNEMENT DE CE COURS... 2 2 INTRODUCTION... 3 2.1 DEFINITION

Plus en détail

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières

SYSTEME DE PARTICULES. DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) Table des matières Physique Générale SYSTEME DE PARTICULES DYNAMIQUE DU SOLIDE (suite) TRAN Minh Tâm Table des matières Applications de la loi de Newton pour la rotation 93 Le gyroscope........................ 93 L orbite

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 [Nm] 400 380 360 340 320 300 280 260 240 220 200 180 160 140 120 156 PS 143 PS [kw] [PS] 120 163 110 150 100 136 90 122 80 109 70 95 60 82 50 68 40 54

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2008 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE POUR CAMPING-CAR BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SÉRIE SCIENCES ET TECHNIQUES INDUSTRIELLES GÉNIE ÉLECTROTECHNIQUE SESSION 2008 ÉPREUVE: ÉTUDE DES CONSTRUCTIONS Durée: 4 heures Coefficient : 6 POSITIONNEUR DE PANNEAU SOLAIRE

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

1 2 3 4 5 6 7 9 11 11 B A B A 12 13 [Nm] 370 350 330 310 290 270 250 230 210 190 170 150 130 110 90 140 PS 115 PS 85 PS 70 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 RPM [kw] [PS] 110 150 100 136 90 122 80 109

Plus en détail

1 2 3 4 5 7 9 A B 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 [Nm] 370 350 330 310 290 270 250 230 210 190 170 150 130 110 90 140 PS 100 PS 125 PS 70 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 RPM [kw] [PS] 110 150 100 136

Plus en détail

2 3 4 5 A 6 7 8 9 [Nm] 370 350 330 [kw] [PS] 110 150 100 136 310 290 270 250 230 210 90 80 70 60 122 109 95 82 190 50 68 170 150 40 54 130 110 90 140 PS 100 PS 125 PS 30 20 41 27 70 1000 1500 2000 2500

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Le sujet comporte les documents suivants :

Le sujet comporte les documents suivants : Le sujet comporte les documents suivants : - le texte du sujet qui comprend 24 pages numérotées de 1/24 à 24/24, - quatre documents annexes numérotés annexe 1, 2, 3 et 4, - quatre documents réponses numérotés

Plus en détail