L Emploi sur le Littoral en 2009 et son Évolution

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Emploi sur le Littoral en 2009 et son Évolution"

Transcription

1 ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES L Emploi sur le Littoral en 2009 et son Évolution Les fiches thématiques Analyse socio-économique générale A RETENIR En 2009 : Le taux de chômage est plus élevé sur le littoral que la moyenne nationale, 17,1 % contre 11,7 %. Il est particulièrement fort sur les littoraux ultramarins où il concerne près de 3 actifs sur 10 (29,8 %). Il varie de 1 à 3 du littoral breton (10,1 %) au littoral réunionnais où une personne active sur trois est au chômage (33,3 %). Il est assez bas sur la façade maritime atlantique (11,6 %) en opposition aux deux autres façades métropolitaines, Manche mer du Nord (15,6 %) et Méditerranée (14,4 %). Sur le littoral métropolitain, les plus forts taux concernent le Nord Pas-de-Calais (18,3 %), la Haute-Normandie (15,8 %) et le Languedoc-Roussillon (16,4 %). Les plus faibles sont sur la façade atlantique (Bretagne, Pays de la Loire et Aquitaine) ainsi qu en Corse. Entre 1999 et 2009 : Le taux de chômage a nettement baissé dans les communes littorales. Cette baisse est de 7 points en outre-mer et de 4 points en métropole entre 1999 et C est plus que la baisse moyenne au niveau national estimée à 2 points. Le taux de chômage a baissé sur toutes les façades littorales régionales. Les plus faibles baisses sont enregistrées en Manche mer du Nord (-3,0 points) et en Atlantique (-2,3 points), les plus fortes en Méditerranée (-5,3 points) et en outre-mer (-7,1 points). Tableau 1 : emploi et chômage dans les communes littorales en 1999 et 2009 Insee, RP 1999, Ratio de concentration d emploi : Nombre d emplois sur la commune / population active occupée et résidant dans la commune Observatoire National 1

2 Analyse globale En 2009, le taux de chômage est significativement plus élevé dans les communes littorales que la moyenne nationale, 17,1 % contre 11,7 % soit 45 % de plus. Au sein du sousensemble littoral, on note une très forte différence entre la métropole et l outre-mer. Sur les rivages métropolitains, le taux de chômage est de 13,7 %, soit 2,5 points de plus que la moyenne hexagonale. Il est extrêmement élevé dans les départements ultramarins et concerne près de 3 actifs sur 10 (29,8 %). C. Magnier Les fiches thématiques Figure 1 : taux de chômage en France En % Littoral ultramarin Analyse par façade Quelle que soit la façade littorale régionale étudiée, le taux de chômage est toujours plus bas en métropole qu en outre-mer. Il varie de 1 à 3 du littoral breton (10,1 %) au littoral réunionnais où une personne active sur trois est au chômage (33,3 %) Ensemble du littoral Littoral métropolitain France entière France métropolitaine Arrière-pays métropolitain Insee, RP 1990, 1999 et A l inverse, le taux de chômage est bas dans les communes de l arrière-pays métropolitain, 9,8 %. C est près de 4 points de moins que dans les communes littorales toutes proches. C est par également plus faible que la moyenne hexagonale. Le taux de chômage a nettement baissé de 1999 à La baisse a été plus forte en bord de mer que la moyenne nationale. Elle est de 7 points dans les communes littorales ultramarines, 4 points dans les communes littorales métropolitaines contre près de 2 points pour l ensemble du territoire national. Evolutions croisées du nombre de chômeurs et de la population active entre 1999 et 2009 D après la figure 3, on note une opposition entre les façades littorales régionales de la Manche mer du Nord et des Antilles et le reste du littoral, la Guyane étant à part. Pour les premières, le nombre de chômeurs diminue assez sensiblement de 1999 à 2009 alors que la population active croit peu voire diminue (Nord Pas-de-Calais, Haute- Normandie). Les autres façades littorales, Atlantique, Méditerranée et la Réunion, sont caractérisées par une forte augmentation du nombre d actifs alors que le chômage baisse sur la En métropole, il est assez bas sur la façade maritime atlantique (11,6 %) en opposition aux deux autres façades, Manche mer du Nord (15,6 %) et Méditerranée (14,4 %). Parmi les plus forts taux, on retrouve le Nord Pas-de-Calais (18,3 %), la Haute-Normandie (15,8 %) et le Languedoc-Roussillon (16,4 %). Les plus faibles taux sont sur la façade atlantique, Bretagne, Pays de la Loire et Aquitaine, ainsi qu en Corse. En outre-mer, le taux de chômage littoral est supérieur à 25 % dans les 4 régions. Il est un peu plus faible en Martinique et en Guyane qu en Guadeloupe et à la Réunion. Figure 2 : taux de chômage en 1999 et 2009 sur les différentes façades littorales Nord - Pas-de-Calais Picardie Haute-Normandie Basse-Normandie Manche - mer du Nord Bretagne Pays de la Loire Poitou-Charentes Aquitaine Atlantique Languedoc-Roussillon Paca Corse Méditerranée Littoral métropolitain Guadeloupe Martinique Guyane Réunion Littoral ultramarin Ensemble du littoral Insee, RP 1999 et Observatoire National 2

3 Les fiches thématiques dernière période intercensitaire. Ce sont les façades les plus dynamiques. Le littoral corse se démarque avec une très forte hausse de la population active (+ 27 %). Figure 3 : évolution du nombre de chômeurs et de la population active dans les communes littorales entre 1999 et 2009 Evolution du nombre de chômeurs, en % 10 Guyane Moyenne France entière Moyenne France entière Réunion -5 Aquitaine Bretagne -10 Languedoc-Roussillon Poitou-Charentes Atlantique Littoral ultramarin Picardie Nord - Pas-de-Calais Pays de la Loire Ensemble du littoral -15 Basse-Normandie Littoral métropolitain Manche - mer du Nord Guadeloupe Méditerranée Corse -20 Haute-Normandie Martinique Paca -25 Evolution de la population active, en % Insee, RP 1999 et Enfin, le littoral de Guyane est marqué par une augmentation sensible de la population active ainsi que du nombre de chômeurs entre 1999 et Concentration d emploi et relations littoral / arrière-pays en métropole Pour chaque commune littorale ou d arrière-pays, on définit le ratio de concentration d emploi R comme suit : Nombre d emplois sur la commune / population active occupée et résidant dans la commune Si R est élevé, de nombreux actifs travaillent dans la commune étudiée et habitent ailleurs (pôle d emploi). Si R est faible, de nombreux actifs résident dans la commune mais travaillent ailleurs (commune résidentielle). La figure 4 reprend cet indicateur pour les communes littorales, en abscisse, et leur arrière-pays, en ordonnée, par façade littorale départementale. La façade de l Eure, uniquement constituée de deux communes sur l estuaire de la Seine, a un comportement atypique concernant l indicateur R et n est pas traitée. Il est important de noté que ce ratio est toujours plus élevé sur le littoral que dans son arrière-pays. Le littoral peut donc être considéré comme un pôle d emploi et l arrière-pays comme un pôle de résidence. Dans le détail, trois types de façades peuvent être déterminés. Groupe 1 : littoral et arrière-pays moyennement attractifs pour l emploi Ce groupe est composé des façades littorales départementales de la Somme, de la Gironde, du Calvados, de l Hérault, des Pyrénées-Orientales et des Landes. Le ratio de concentration d emploi R y est inférieur à 1 sur le littoral comme dans l arrière-pays. Ces littoraux sont caractérisés par la présence de grands pôles d emploi dans les terres, non loin du littoral et où travaillent de nombreuses personnes résidant en bord de mer. On peut citer les agglomérations de Bordeaux, Abbeville, Caen, Perpignan, Béziers et Montpellier. Groupe 2 : littoral attractif pour l emploi en opposition à l arrière-pays Le ratio R est élevé en bord de mer et faible à très faible dans l arrière-pays. Les littoraux du Nord, de Loire-Atlantique, des Pyrénées-Atlantiques, de l Aude, des Bouches-du-Rhône, des Alpes-Maritimes et de Corse constituent ce groupe. Généralement touristiques et/ou urbanisées, ces façades littorales comprennent toutes des pôles d emploi importants sur le littoral comme Dunkerque-Calais, Saint-Nazaire, Marseille - Fos-sur-Mer, l agglomération niçoise, Ajaccio et Bastia. L arrière-pays littoral y a une vocation essentiellement résidentielle, les actifs y résidant travaillent sur le littoral ou dans des pôles d emploi situés dans les terres comme Nantes. Groupe 3 : littoral et arrière-pays plutôt attractifs Ce groupe est caractérisé par un ratio R élevé en bord de mer et moyen dans l arrière-pays. Ce groupe est surtout composé de littoraux des façades Manche mer du Nord et atlantique : Observatoire National 3

4 Les fiches thématiques Pas-de-Calais, Seine-Maritime, Manche, Bretagne, Vendée, Var... Pour ce département méditerranéen, cela pourrait indiquer un basculement progressif de nombreux emplois dans l arrière-pays ou les nouvelles entreprises s installent, le foncier du bord de mer devenant rare et cher (Insee Paca). Pour les autres littoraux, cela peut s expliquer par le maintien des tissus agricoles et industriels sur des territoires maritimes qui ne sont pas uniquement tournés vers l économie résidentielle. Figure 4 : ratio R (nombre d emploi / population active occupée) dans les communes littorales et leur arrière-pays en 2009 Dans les communes d'arrière-pays 0,9 0,8 0,7 0,6 Groupe Moyenne littorale Atlantique Haute-Normandie Bretagne Nord - Pas-de-Calais Manche - mer du Nord 14 Picardie Moyenne littorale Basse-Normandie Paca Méditerranée Aquitaine Pays de la Loire 66 Languedoc-Roussillon 56 Poitou-Charentes Groupe 3 Insee, RP ,5 06 Corse 2B 2A 0,4 0,75 1 1,25 1,5 Dans les communes littorales 64 Groupe Observatoire National 4

5 Les fiches thématiques Pour en savoir plus Carte 1 : taux de chômage dans les communes des départements littoraux en 2009 Insee, RP Observatoire National 5

6 Informations sur la réalisation de cette fiche Les fiches thématiques CONTEXTE Les communes littorales hébergent 7,8 millions de résidents en 2009, avec des densités de population bien supérieures à la moyenne nationale. En 2010, plus d un tiers des communes littorales appartiennent à un pôle urbain contre seulement 12 % au niveau national. Les communes littorales ont par ailleurs une très forte capacité d accueil touristique estimée à plus de 7 millions de lits. L économie résidentielle, liée à la présence de personnes, y tient donc une place très importante alors que les principaux secteurs traditionnels de l économie maritime peinent à se maintenir. Dans un contexte démographique et économique aussi spécifique, il est important de connaître l emploi et le chômage et leurs évolutions respectives sur le littoral et son arrièrepays. DÉFINITION Plusieurs paramètres sont pris en compte dans cette fiche afin de caractériser l emploi littoral : La population active : au sens du recensement de la population, elle comprend les personnes qui déclarent : exercer une profession, salariée ou non, même à temps partiel ; aider un membre de la famille dans son travail même sans rémunération ; être apprenti, stagiaire rémunéré... ; être militaire du contingent tant que cette situation existait ; être chômeur à la recherche d un emploi. Le taux de chômage dans une commune est égal au nombre de chômeurs divisé par la population active. Les actifs occupés regroupent tous les actifs à l exception des chômeurs. L emploi sur une commune [EC] comptabilise l ensemble des emplois localisés dans la commune en question. En prenant par ailleurs en compte les actifs occupés résidant dans la commune [AO], on obtient le ratio de concentration d emploi R : [EC] / [AO]. Pour ces indicateurs, est uniquement prise en compte la population âgée de 15 à 64 ans dans toute la fiche. Le chômage est il spécifique sur le littoral? Existe-t-il des différences notoires entre les façades et quelles en sont les causes? Quels sont les liens entre la bande côtière et son arrière-pays concernant l emploi? Voici quelques unes des questions auxquelles répond cette fiche. Fiche à relier aux fiches suivantes Emploi sur le littoral en 2006 et son évolution depuis 1999 ; Typologie de l emploi des actifs vivant sur le littoral en 2009 ; Part de l économie présentielle dans l économie littorale en Champ géographique Communes littorales et arrière-pays sur l ensemble du littoral métropolitain. Communes littorales des quatre départements d outre-mer (Mayotte n est pas prise en compte). Communes littorales : communes maritimes prises en compte par la loi «Littoral» (885 communes en métropole et 89 dans les Dom). Arrière-pays : ensemble des communes non littorales des cantons littoraux métropolitains (1 178 communes). Source : Recensements de la population de l Insee à l échelle communale. Période : 1999, 2009, dernières données accessibles lors de la rédaction de la fiche Rédacteur : Service de l Observation et des Statistiques Date de rédaction : janvier 2013 Type d indicateur : indicateur d état Objectifs Les évolutions croisées de l emploi dans une commune, du taux de chômage et de la population active occupée sont complexes à analyser. Ils dépendent des soldes migratoires (départ ou arrivée de migrants), de l âge des habitants, des navettes journalières domicile-travail et du dynamisme du marché. La maille communale semble peu adaptée à l étude de l emploi qui doit être analysé sur des entités géographiques plus vastes. Dans cette fiche, l arrière-pays littoral tient donc une place importante. Observatoire National 6

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Revenu fiscal des Ménages dans les métropolitains Les risques A RETENIR Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement

Plus en détail

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Contexte Les communes littorales métropolitaines hébergent plus de 6 millions d habitants et ont

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE

BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE ANNEE 2009 BILAN DES EXAMENS DU PERMIS DE CONDUIRE Présent pour l avenir Ministère de l Écologie, de l Énergie, du Développement durable et de la Mer en charge des Technologies vertes et des Négociations

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale

Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale LA PREVOYANCE DU SPORT Pourquoi un régime de prévoyance dans le sport? Une couverture supplémentaire pour les salariés du sport Garanties plus importantes que le régime général de la Sécurité Sociale Une

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Mercredi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr Sommaire Observatoire de la FPI

Plus en détail

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 Méthodologie : Données issues des plannings de disponibilités : -saisis par les propriétaires en gestion directe - issus des plannings

Plus en détail

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET

Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions. Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Bilan de l emploi dans l économie sociale en régions Cécile BAZIN Marie DUROS Mélanie BAZOGE Jacques MALET Octobre 2015 INTRODUCTION Pour la huitième année consécutive, l Association des Régions de France,

Plus en détail

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS

VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS VOUS VOULEZ EFFECTUER UN DEPOT DE CAPITAL SOCIAL AUPRES DE LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS RETROUVEZ VOTRE POLE DE GESTION DES CONSIGNATIONS EN FONCTION DE VOTRE DEPARTEMENT VOTRE DEPARTEMENT VOTRE

Plus en détail

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI)

Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) Ce document est cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en France avec le fonds européen de développement régional. Fonds Européens Structurels et d Investissement (FESI) 15 octobre 2015 1

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours»

Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Avec PASSERELLE Le CREDIT AGRICOLE D AQUITAINE renforce son positionnement de banque des «bons comme des mauvais jours» Vie mutualiste et Développement durable Point Passerelle UN PROJET NATIONAL CONSTAT

Plus en détail

Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013

Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013 Jeudi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf 1 er semestre 2013 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr OBSERVATOIRE DE LA FPI

Plus en détail

L hôtellerie de tourisme en 2008

L hôtellerie de tourisme en 2008 Ministère de l économie, des finances et de l emploi Direction du Tourisme N 2008 2 Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques Mars 2008 L hôtellerie de tourisme

Plus en détail

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

64 ÈME CE ET ENTREPRISE FINAN CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES 64 ÈME CONGRÈS DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LES CENTRES D INFORMATION SUR LA PRÉVENTION DES DIFFICULTÉS DES ENTREPRISES ENTREPRISE EN DIFFICULTÉS : ANTICIPATION, ACCOMPAGNEMENT ET FINANCEMENT CE ET

Plus en détail

L offre d hébergement

L offre d hébergement L offre d hébergement 3 L offre d hébergement Définitions 52 Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le nouveau classement

Plus en détail

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France

3.3. Le mode de vie de l'enfant. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Le mode de vie de l'enfant 3.3 Le contexte En une vingtaine d années, le mode de vie des jeunes enfants a évolué sous l influence des changements dans la société

Plus en détail

APOSTILLE DE LA HAYE

APOSTILLE DE LA HAYE APOSTILLE DE LA HAYE En France l apostille de la haye s obtient auprès de la cour d appel du lieu ou a été émis le document. Cour d appel de : PARIS Palais de Justice 2 et 4 Bd du Palais 75001 PARIS Tel

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

Tableau de Bord de la certification

Tableau de Bord de la certification Tableau de Bord de la certification Observatoire BBC - Effinergie 2015 Rénovation Bureau Grand Site Saint Victoire Architecte : Bolikian Architecte Mandataire Ce tableau de bord a pour objectif de présenter

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

TABLEAU DE CODIFICATION DES DEPARTEMENTS

TABLEAU DE CODIFICATION DES DEPARTEMENTS ANNEXE 2 TABLEAU DE CODIFICATION DES DEPARTEMENTS 001 AIN 050 MANCHE 002 AISNE 051 MARNE 003 ALLIER 052 HAUTE MARNE 004 ALPES DE HTE PROVENCE 053 MAYENNE 005 HAUTES ALPES 054 MEURTHE ET MOSELLE 006 ALPES

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

L'offre de soins en dialyse dans

L'offre de soins en dialyse dans L'offre de soins en dialyse dans la région Languedoc Roussillon Remerciements à la coordination : François DE CORNELISSEN, Jean-Pierre DAURES, Yann DUNY, Luc MARTY Document préparé par Florian BAYER, Malthilde

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT

Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Cahier des charges pour la mise en œuvre de prestations d appui conseil RH ZOOM RH DIAGNOSTIC - ACCOMPAGNEMENT Octobre 2015 CONTEXTE La loi et ses décrets d application donnent aux OPCA un rôle et des

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

Un impact fort, mais contrasté

Un impact fort, mais contrasté 6 TOURISME Le tourisme en chiffres Un impact fort, mais contrasté 13,6 milliards de chiffre d affaires, 2,7 milliards de valeur ajoutée. Il est toujours difficile de mesurer le poids économique de l activité

Plus en détail

LE POINT SUR LA PROFESSION

LE POINT SUR LA PROFESSION LE POINT SUR LA PROFESSION Edition 2011 Données 2009 1 / 44 SOMMAIRE UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES 3 1ERE PARTIE: POSITIONNEMENT ECONOMIQUE DE LAPROFESSION 5 I Dénombrement 6 II -Chiffre d

Plus en détail

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE)

LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) TOUT SAVOIR SUR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (VAE) ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER LA VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE LA VAE? > La Validation

Plus en détail

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNÉE 2012 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2012 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés depuis

Plus en détail

LES CHIFFRES DU LOGEMENTS NEUFS : QUATRIEME TRIMESTRE 2014 ET BILAN ANNUEL

LES CHIFFRES DU LOGEMENTS NEUFS : QUATRIEME TRIMESTRE 2014 ET BILAN ANNUEL LES CHIFFRES DU LOGEMENTS NEUFS : QUATRIEME TRIMESTRE 2014 ET BILAN ANNUEL SYNTHESE DE L OBSERVATOIRE FPI CONTACTS PRESSE Franck Thiébaux FT&Consulting 06 73 76 74 98 franckthiebaux@ft consulting.net Lauren

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule Introduits par la loi «handicap» du 11 février 2005, les Groupes d Entraide Mutuelle

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 02/09/2015 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 390 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 23 juillet 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE

5 Avril 2013. Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône Avignon Vaucluse AURAV LES PUBLICATIONS DE L AGENCE LES PUBLICATIONS DE L AGENCE Evolution de la construction neuve dans l espace Rhône-Avignon-Vaucluse La n de l «âge d or» de la maison individuelle? aurav agence d'urbanisme Rhône Avignon Vaucluse 5 Avril

Plus en détail

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux

Connaître les Loyers et Analyser les Marchés sur les Espaces Urbains et Ruraux APAGL - BELVIA IMMOBILIER - BILLON IMMOBILIER - BOUYGUES IMMOBILIER - CENTURY 21 CM-CIC GESTION IMMOBILIERE - CREDIT FONCIER IMMOBILIER - DAUCHEZ - FFB FNAIM DU GRAND PARIS - FONCIA - FONCIERE LOGEMENT

Plus en détail

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers

Appel à projets national. Aide à l investissement en faveur des logements-foyers Appel à projets national 2014 Aide à l investissement en faveur des logements-foyers 1 Appel à projets national 2014 Logement-foyer Le projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation

Plus en détail

Délégation à la mer et au littoral service adresse téléphone fax courriel accueil du public permanence 04.92.00.41.51 04.92.00.44.

Délégation à la mer et au littoral service adresse téléphone fax courriel accueil du public permanence 04.92.00.41.51 04.92.00.44. Liste des services «Accueil des plaisanciers» dans les départements au sein des délégations à la mer et au (DML) 06 Alpes-maritimes service permanence Service règlementation et navigation plaisance (loisirs

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 27 JUIN 2013 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2012 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Liza MARGUERITTE Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale,

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas

Taxe d Apprentissage. Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours. Présentation : DPMA CLOUET Thomas Taxe d Apprentissage Un circuit complexe Des chiffres clés Le plan d action Constats et réforme en cours Présentation : DPMA CLOUET Thomas Définition Impôt versé par les entreprises afin de financer le

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Pour ce palmarès 2015, 140 banques de métropole et d outre-mer ont été passées à la loupe. Les tarifs analysés? Ceux en

Plus en détail

Accès Raccordement d ERDF

Accès Raccordement d ERDF Direction Raccordements Accès Raccordement d ERDF Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.2.1 Nombre de pages : 13 Résumé Ce document décrit le rôle : - des Accueils Raccordement Électricité (ARÉ)

Plus en détail

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide

En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide FICHES THÉMATIQUES 1.1 ÉVOLUTION DE LA POPULATION ÂGÉE En un peu plus de 50 ans, la partie de la pyramide des âges concernant les personnes âgées de 65 ans a fortement évolué : sa base s est élargie et

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES JUIN 2015 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2014 Analyses nationale et régionale SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des

Plus en détail

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015

Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 Statistiques sur la base T@NDEM - Date d'édition 20/04/2015 total Total Mailing Emailing Phoning Mobile SMS TOTAL TANDEM 42038300 31662994 10824852 19596763 8685075 1987737 cod_civ Civilite Total Mailing

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France Conférence internationale de recherche en sécurité sociale an 2000 Helsinki, 25-27 septembre 2000 La sécurité sociale dans le village global Introduction de la couverture maladie universelle (CMU) en France

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

Démographie des masseurs-kinésithérapeutes

Démographie des masseurs-kinésithérapeutes Démographie des masseurs-kinésithérapeutes AQUITAINE 24 33 47 40 64 24 33 40 47 64 - Conseil national de l Ordre des masseurs-kinésithérapeutes Dordogne Gironde Landes Lot-et-Garonne Pyrénées-Atlantiques

Plus en détail

Rappels sur les principes de la garantie jeunes

Rappels sur les principes de la garantie jeunes Rappels sur les principes de la garantie jeunes La «garantie jeunes» française est un dispositif inscrit au Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté adopté lors du Comité interministériel de lutte

Plus en détail

Les entreprises de petite taille : un poids économique important en Aquitaine

Les entreprises de petite taille : un poids économique important en Aquitaine Les entreprises de petite taille : un poids économique important en Aquitaine Dossier n 2 - Décembre 2014 Sommaire Synthèse Une place importante des M.TPE.PE dans l économie aquitaine et un ancrage régional

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

Objectifs. Pour agir, il faut connaître : quels sont les contours de l Économie Sociale et Solidaire dans la région des Pays de la Loire?

Objectifs. Pour agir, il faut connaître : quels sont les contours de l Économie Sociale et Solidaire dans la région des Pays de la Loire? 30 mars 2009 Objectifs Pour agir, il faut connaître : quels sont les contours de l Économie Sociale et Solidaire dans la région des Pays de la Loire? Les établissements de la région : leur nombre, le nombre

Plus en détail

Le service d assainissement en France : principales données 2008

Le service d assainissement en France : principales données 2008 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 210 Avril 2011 Le service d assainissement en France : principales données 2008 OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT La quatrième enquête sur les services

Plus en détail

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 -

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 - La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région - Juillet 2010 - Votre besoin en Capital Vous êtes dirigeant (ou futur dirigeant) d entreprise et vous souhaitez : Créer ou

Plus en détail

Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France

Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France Alcool, tabac et drogues illicites : Géographie des pratiques addictives en France Analyses régionales du Baromètre santé Inpes 2010 Grandes tendances dans les DOM Dossier de presse Novembre 2013 Contacts

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES Association reconnue d utilité publique Siège social : 10/14 rue Tolain 75020 PARIS

Plus en détail

8.4. Les accidents. La santé observée dans les régions de France

8.4. Les accidents. La santé observée dans les régions de France La santé observée dans les régions de France Les accidents 8.4 Le contexte Les accidents, souvent générateurs de handicaps sévères et de décès ont un coût à la fois humain, économique et social très lourd.

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Chapitre IV : économie et environnement littoral et marin

Chapitre IV : économie et environnement littoral et marin L. Mignaux, MEDDTL, 2007 Chapitre IV : économie et environnement littoral et marin Présentation générale de l économie littorale...71 Un taux de chômage encore élevé malgré de nombreuses créations d emplois...71

Plus en détail

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Préface En mars 2013, CarSonar a été lancé afin de réunir dans un même site toutes les offres d autopartage

Plus en détail

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants

Les sports d hiver : pratiques et pratiquants Les sports d hiver : pratiques et pratiquants En 2004, un peu moins de 9 % de la population française pratique les sports d hiver. Le ski alpin domine, suivi loin derrière par le ski de fond, les autres

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Campings : inadéquation entre traduction et clientèle étrangère

Campings : inadéquation entre traduction et clientèle étrangère des sites touristiques : un chantier à lancer Campings : inadéquation entre traduction et clientèle étrangère Sur les 537 sites d hôtellerie de plein air relevés, 4 ne proposent aucune traduction, soit

Plus en détail

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur La santé au travail dans les régions de France Collection

Plus en détail

REGION BASSE-NORMANDIE

REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION BASSE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

BO n 6 du 8 novembre 2007 : à consulter impérativement

BO n 6 du 8 novembre 2007 : à consulter impérativement INSPECTION ACADEMIQUE DE LA HAUTE SAONE Division des Ressources Humaines CHANGEMENT DE DEPARTEMENT DES ENSEIGNANTS DU 1 ER DEGRE PAR VOIE DE PERMUTATIONS INFORMATISEES ANNEE 2008/2009 BO n 6 du 8 novembre

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais

Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de région Nord - Pas-de-Calais L artisanat de la région Nord - Pas de Calais CHIFFRES CLÉS 2013 Éditorial du Président de la Chambre de métiers et de l artisanat de

Plus en détail

L ACTIVITÉ DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN 2005 Forte hausse de l activité sous l effet de la mise en place du CIVIS

L ACTIVITÉ DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN 2005 Forte hausse de l activité sous l effet de la mise en place du CIVIS Février 2007 - N 07.1 L ACTIVITÉ DES MISSIONS LOCALES ET PAIO EN 2005 Forte hausse de l activité sous l effet de la mise en place du CIVIS Le réseau des missions locales et permanences d accueil, d information

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2013

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2013 10 JUIN 2014 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2013 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Amadou BA Noël TADJINE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale, entendue

Plus en détail

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2014

ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2014 JUIN 2015 ECONOMIE SOCIALE : BILAN DE L EMPLOI EN 2014 EN COOPERATION AVEC L ACOSS-URSSAF ET LA CCMSA Cécile BAZIN Mélanie BAZOGE Guillaume PREVOSTAT - Jacques MALET L économie sociale, entendue sous le

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses AVRIL 2013 N 027 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques La formation professionnelle des demandeurs d emploi en 2011 : baisse de 4 % des

Plus en détail