Viro 4 : Hépatite A - Hépatite E.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Viro 4 : Hépatite A - Hépatite E."

Transcription

1 Viro 4 : Hépatite A - Hépatite E. I - Introduction II- Le virus de l hépatite A (VHA) 1) Généralités 2) Organisation architecturales et génomique 3) Epidémiologie 4) Pathogénicité 5) Formes cliniques a) L hépatite A Aiguë b) Autres formes cliniques c) Formes fulminantes 6) Cinétiques des marqueurs virologiques a) L évolution des marqueurs virologiques b) Marqueurs virologiques disponibles pour le diagnostic c) Les autres marqueurs biologiques disponibles d) Interprétation des tests sérologique 7) Traitement a) Sujets professionnellement exposés à un risque de contamination b) Recommandation particulière III - Le virus de l hépatite E 1) Généralités 2) Diversité Génétique 3) Epidémiologie 4) Formes cliniques a) Clinique b) Formes graves c) Formes d hépatites chroniques E 5) Cinétique des marqueurs a) L évolution des marqueurs Sérologiques b) Diagnostique virologique 6) Traitement 1

2 I n t r o d u c t i o n Virus à transmission entérique : hépatite A et hépatite E. (voie oro-fécale). Virus à transmission parentérale : hépatite B, hépatite D et hépatite C (voie sanguine). D autres virus ont été impliqués dans les hépatites virales comme les virus de l hépatite G et le virus de l hépatite TT qui ne sont plus trop étudiés à l heure actuelle car leur pouvoir pathogène chez l homme n a pas été réellement démontré. A) L e v i r u s d e l h é p a t i t e A ( V H A ). 1) Généralités Famille des Picorna-viridae (dont le chef de fil est l entérovirus). Hépatovirus. Cycle de multiplication court Faible homologie avec les autres membres de la famille. Grande résistance aux agents physico-chimiques. Car c est un virus nu. il survit dans le milieu extérieur c est une transmission par voie oro-fécale il résiste aux ph acides et peut persister pendant plusieurs mois sur des surfaces inertes. 2) Organisation architecturales et génomique capside de nature protéique icosaédrique : 4 protéines structurales s organisent vp1-vp4 en cape sommaire. dépression sur l axe de symétrie 5 fixation aux récepteurs à la surface des hépatocytes. (sachant que le récepteur pour le virus de l hépatite A n a pas encore été identifié). ARN à double polarité positive : Comme les aux autres membres de la famille Picornaviridae. Quand on transfecte directement le virus dans une cellule permissive : il y a réplication du génome virale et production de virus. Flanqué à ses deux extrémités de séquences non codantes : de longueur variable impliquées dans la réplication et la traduction. Traduction grâce à un mécanisme d entrées interne du ribosome IRES Permet de reconnaître / scanner les codons jusqu à l initiateur afin d initier la traduction. 2

3 3) Epidémiologie N affecte que l homme. Evolution selon un mode endémo-épidémique. Infection directement corrélée à des facteurs socio-économiques, essentiellement l hygiène et des facteurs de l hôte comme l âge, le statut immunitaire. En effet la plupart des personnes infectées pendant l enfance ou l adolescence ont en général des hépatites aigues qui sont totalement asymptomatiques mais en revanche, lorsqu il y a une contamination à l âge adulte voire après 50ans-60ans, l infection aiguë est symptomatique et peut évoluer pour un certain nombre d entre elle vers une hépatite fulminante. La transmission se fait essentiellement par voie oro-fécale. Autres modes de transmission : Manuportée parentérale : Don du sang durant courte période de virémie : extrêmement rare. Maladie à déclaration obligatoire depuis 2005 : Nombre de cas symptomatiques doit être déclaré auprès de l institut national de veille sanitaire. Estimation de la prévalence dans le monde Cette carte nous montre la prévalence selon les régions du monde, c'est-à-dire le nombre de sujet qui ont des Ac anti VHA. Quand on regarde cette carte, on voit que la prévalence est corrélée au statut socio économique avec effectivement un gradient nord sud. La France étant un pays de faible prévalence. En France Il n ya pas véritablement de gradient nord sud. En règle générale, les régions côtières ont un nombre d hépatites aigues asymptomatiques plus important probablement en relation avec la consommation de fruit de mer contaminés. La prévalence est aussi corrélée avec la densité de la population. 3

4 4) Pathogenicité Pénètre par voie digestive tropisme hépatocytaire essentiellement. Symptomatologie des hépatites : c est-à-dire de l inflammation des hépatocytes. Conséquence : relarguage d ASAT et ALAT dans le sang. La symptomatologie est non corrélée au pouvoir cytolytique du virus. la plupart des infections par le VHA évoluent favorablement. La réponse immune peut être défavorable. Jamais de passage à la chronicité pour le VHA. c est donc la réponse immune qui est responsable de la symptomatologie Ce qui est capital pour le virus de l hépatite A, c est cette absence de passage à la chronicité : c est toujours des formes aigues voire la principale complication que sont les formes fulminantes. La plupart des infections aigues, asymptomatiques ou symptomatiques évoluent favorablement. Modèles animaux qui peuvent être utilisés en laboratoire pour étudier le VHA : le singe ( de moins en moins utilisé pour des question éthiques, cher à l entretien),les rongeurs, animaux de laboratoires. Nb : les écrits scientifiques ne se réfèrent pas forcément aux virus de l hépatite A dans la mesure où c est un problème de santé publique et que la majorité des infections par le VHA évolue favorablement car il n y a pas d affection chronique ou peu fulminante. Donc les recherches ne sont pas très abondantes sur le VHA. Modèles cellulaires C est un virus qui peut être cultivé en culture cellulaire en boîte de pétri et sur des cellules adhérentes. On peut utiliser des cellules de primates, humaines, de mammifères. Cependant c est un virus qui ne se cultive pas très bien : ce ne sont pas des méthodes que l on utilise pour le diagnostic! et c est un virus qui a un cycle de multiplication court. 4

5 5) Les différentes formes cliniques de l hépatite A a) L hépatite A aiguë : Les forme grave d hépatite aigue A sont en général associé à une forte prise de paracétamol qui est hépatotoxique et qui amène à consulter aux urgences et peuvent nécessiter des hospitalisations pour des formes grave d hépatite aigue A. La plupart : asymptomatiques et anyctèriques. Plus fréquemment symptomatiques chez l adulte ou personnes âgées que chez l enfant. Période d incubation est plutôt courte. Evolution selon 3 phases rarement observées en clinique. : Phase pré-ictérique : totalement aspécifique avec un syndrome pseudo-grippal. Phase ictérique : - Spécifique de l infection par les virus de l hépatite. - Virus de l hépatite A est rarement impliqué. - Jaunisse : ictère prurigineux - Urines peu abondantes et foncées - Selles décolorées (ce qui est rarement observées) - Eventuelle hépatomégalie / hépatalgie à la palpation / anorexie amaigrissement. Phase de convalescence : Tout rentre dans l ordre au bout de plusieurs semaines à plusieurs mois avec diminution du volume hépatique, une diminution de la charge virale, une normalisation des enzymes hépatiques. Des asthénies peuvent persister pendant plusieurs semaines. N.B : l ictère est mixte, c'est-à-dire qu il est à bilirubine libre et à bilirubine conjuguée. b) Autres formes cliniques La plupart des formes d hépatites aigue A : sans ictère. Formes cholestatiques avec des cholestases associées. Formes prolongées qui durent pendant plus de 6 mois. Manifestation extra-hépatiques : péricardites / pleurésies mais c est rarement observée. Les principales complications à retenir, ce sont les formes fulminantes. 5

6 c) Formes fulminantes - Sur le plan de la physiopathologie, on ne sait pas trop ce qu il se passe. - Probablement la réponse immune amène à la destruction importante des hépatocytes. - On a rapidement un tableau d encéphalopathie. - Diminution de la synthèse des facteurs de la coagulation : o avec un TP < 80% o Si on a : TP < 30%, c est un signe de gravité o Facteur 5 diminue également. Cela provoque un mauvais pronostic dans 50% des cas car cela touche essentiellement les plus de 65 ans. Finalement, la seule thérapeutique, c est l inscription sur une liste de transplantation en urgence. 6) Cinétiques des marqueurs virologiques a) L évolution des marqueurs virologiques (cf. diapos) On peut voir une petite phase de virémie, c'est-à-dire quelques semaines avant le début des symptômes : c est la phase où le sujet n est pas au courant de son infection aiguë et qui donne son sang et on obtient une poche de sang contaminée. C est un picornavirus et donc une grande quantité peut se retrouver dans les selles, que l infection soit symptomatique ou non vecteur de dissémination. C est un virus à tropisme hépatocytaire Une RI aboutit à la destruction des hépatocytes. Augmentation des transaminases ASAT et ALAT Rapport ALAT/ASAT qui est supérieur à 1 (jusqu à 100 voire 1000 fois la normale). Réponse humorale : - IgM dans un premier temps - IgG anti-vha qui persiste pendant quasiment toute la vie de l individu : Ig protectrices. C'est-à-dire que lorsqu on on a été infecté par le virus de l hépatite A que ça soit par voie naturelle ou après avoir été vacciné, on ne peut pas se réinfecter par le VHA. C est donc un témoin sérologique du contact avec le VHA. b) Marqueurs virologiques disponibles pour le diagnostic Diagnostic 100% sérologique : Recherche des immunoglobulines anti VHA soit totale, soit IGM. L observation du VHA en ME n existe plus ainsi que la recherche d antigènes viraux. On peut être amené à chercher des ARN dans les selles, dans le sang, dans le foie, ce qui n est pas une indication dans le cas d une hépatite aigue. 6

7 c) Les autres marqueurs biologiques disponibles. Transaminases ASAT/ALAT : Augmentent fortement Bilirubine totale, PAL : Augmentent. GGT augmente si c est associé à une cholestase hépatite fulminante : diminution du TP, des facteurs e la coagulation, du facteur 5. d) Interprétation des tests sérologiques Les IgM anti- VHA qui sont les témoins d une infection aigue ou récente. Recherche d IgM devrait être positive dans 100% des cas car en terme de sensibilité et de spécificité. Les IgM sont présentes dès le début des signes cliniques et persiste pendant 3 à 6 mois. Puis les IgG sont les témoins de la «cicatrice» sérologique : Soit d un contact naturelle avec le VHA soit d une vaccination : Ce sont des immunoglobulines protectrices. Question : pourquoi plusieurs injections pour le virus de l hépatite A? Ce sont vaccins inactivés, la réponse immunes est directement proportionnelle à la quantité d antigène injecté chez le patient. 7) Traitement Aucun traitement antiviral spécifique qui inhibe la réplication du virus. Mesures d hygiène collectives et individuelles (accès à l eau potable, le lavage de mains). Vaccination existe depuis 1992 : - VHA entretenu par passage successif sur les cellules MRC-5. - VHA inactivé par réaction chimique au formol. - Associé à un adjuvant afin de booster la réponse immune. - Vaccin très immunogène, en 2 injections on a 100% de taux de séroconversion. Le taux de séroconversion est relativement important puisqu en cas de départ dans un pays à risque, il faut faire la 1 ère injection à 15 jours/1 mois avant le départ et la deuxième injection (rappel), on la fait 6-12 mois après la première. C est un vaccin non remboursé par la sécurité sociale. Même lorsqu on n a pas rencontré le virus de l hépatite A, 1 ou 2 injections permettent une protection estimée à plus de 20 ans. 7

8 Schéma vaccinal En France, il y a 3 vaccins avec des formes adultes et des formes pédiatriques. Avec 2 injections, une première et un rappel dans les 6-12 mois : Havrix, Avaxim, Vaqta. Innocuité des vaccins Effets secondaires des vaccins sont relativement limités : Douleurs au niveau du point d injection Malaises puis céphalées (rares) Pas d effets secondaires avérés et finalement ces vaccins sont très bien tolérés. L innocuité n a pas été établie chez la femme enceinte et il n y a pas de précaution particulière chez les patients immunodéprimés. La seule contre-indication formelle est l allergie à la première injection. Indication de la vaccination a) Sujets professionnellement exposés à un risque de contamination Calendrier vaccinal fortement recommandé pour certaines populations, mais non obligatoire. D après le calendrier vaccinal de 2005, le vaccin est fortement recommandé chez les sujets professionnellement exposés à un risque de contamination comme par exemple le personnel travaillant en collectivité, le personnel de crèche, le personnel d internats des établissements et services pour l enfance et la jeunesse handicapée, le personnel de traitement des eaux usées dans les stations d épuration (cela peut-être un marqueur de la qualité de l eau au même titre que les bactéries E. Coli) et elle est obligatoire chez le personnel qui travaille dans la restauration collective pour éviter éventuellement le départ d une nouvelle épidémie. b) Recommandation particulière - Adultes non immunisés : vacances dans des zones d endémie. - Hémophiles lorsque leur traitement nécessite des transfusion - Utilisateurs de drogue par voie veineuse - Sujets porteurs d une hépatopathie chronique - Homosexuels masculins de par leur pratique sexuelle 8

9 B) Le v i r u s d e l h é p a t i t e E. 1) Généralités transmission entérique : féco-orale. Famille des hepe-viridae. Résiste bien à la chaleur : détruit après plusieurs heures à 65 Zoonose : il affecte l homme mais aussi d autres espèces de mammifères contamination croisée. Ce réservoir non humain qui fait que même avec l existence peut être un jour d un vaccin contre le VHE, on n arrivera probablement jamais à éradiquer l infection. Il y a beaucoup d analogie entre le virus de l hépatite A et E : Virus à ARN et leur transmission est identique. L immunité humorale est protectrice. Différence avec le VHA : Infections aigues, mais aussi persistantes. N.B : On ne peut pas vraiment dire que c est une infection chronique car une infection chronique est une infection qui existe à la fois chez l immunodéprimé mais aussi chez l immunocompétent, donc on dira plus que c est une infection persistante. Des formes graves ont été observées chez les femmes enceintes avec des risques de mort in utero. 2) Diversité Génétique Contrairement aux VHA, le VHE a une diversité génétique avec l existence d au moins 4 génotypes. Génotypes 1 et 2 : sont exclusivement présents chez l homme et ces génotypes sont responsables d épidémie dans les pays en développement et le principal mode de contamination, c est l eau (d où les épidémies importantes). Génotypes 3 et 4 : qui infecte les mammifères ou l homme de manière accidentelle qui sont responsables de cas sporadiques dans les pays développés. La source de contamination est l alimentation (notamment les crustacés, les viandes ou contacts direct avec les animaux contaminés). N.B : gradient nord sud en France : dans le nord de la France la prévalence, on est peu contaminé par le VHE, et dans le sud de la France, dans la région toulousaine et en corse, on a des probabilités plus élevées de rencontrer le virus avec des prévalences pouvant atteindre les 20%.(du à l alimentation). 9

10 3) Epidémiologie Répartition géographique (cf Diapos) On voit les pays en voie de développement, génotype 1 et 2 contamination due à l eau. Puis dans les pays industrialisés génotypes 3 et 4 contamination essentiellement par l alimentation. Prévalence Chiffre pas très exacte date de 2007 les chiffres sont soit surévalué ou sous évalué.(cf carte) Régions endémiques : comme la Malaisie où 50% de personnes contaminées par le VHE. Régions non endémiques : comme la France prévalence inférieure à 5% (20% dans certaines régions). Des études montrent que le VHE est capable de circuler dans de très nombreuses espèces de mammifères. A titre indicatif, les porcs suivant les séries quasiment la totalité de porcs sont contaminés et ont des anticorps anti VHE. 4) Les différentes formes cliniques de l hépatite E a) Clinique Superposable à l infection aigue par le VHA : Incubation est un peu plus longue : 15 à 60 jours. La plupart des formes sont asymptomatiques ou pauci-symptomatique (peu de signes) Le tableau de VHE aigue est superposable à celui de l hépatite A, c est à dire avec une phase pré-ictérique, aspécifique avec un syndrome pseudo-grippal puis s ensuit une phase ictérique qui est en règle général inconstante et une évolution chez le patient immunocompétent qui est favorable avec une phase de convalescence caractérisé par une asthénie. Néanmoins la principale complication chez le patient immunocompétent est l hépatite fulminante. Et ce avec une probabilité 10 à 30 fois supérieures par rapport à HVA. caractérisée par une insuffisance hépatocellulaire avec un tableau d encéphalopathie caractérisée essentiellement par une diminution du TP et du facteur 5. Cela nécessite donc une transplantation hépatique. 10

11 b) Formes graves Les formes graves sont plus nombreuses et touchent certaines population comme par exemple les individus atteints d hépatopathies chroniques auquel se surajoute l infection par le VHE. Les femmes enceintes sont particulièrement sensibles à l infection par le virus de l hépatite E et on ne sait pas pourquoi et elles sont capables de développer des formes graves lorsqu elles sont contaminées au cours du 3 ème trimestre de la grossesse avec un taux de mortalité qui est relativement important (mort in utero, des avortements et des fausses couches). Les nouveaux nés également sont particulièrement sensibles aux infections graves et il semblerait que lorsque la mère contracte une infection aigue au cours du 3 ème trimestre de grossesse, la transmission est quasi constante dans 100% des cas rapportés. Le virus est donc capable de passer la barrière placentaire. c) Formes d hépatites E chroniques chez des sujets immunodéprimés : Forme persistante du VHE, c'est-à-dire la présence d ARN et donc de virus pendant plus de 6 mois. chez les transplantés d organes solides (foie, rein, pancréas) : Aussi dans des syndromes néoplasiques, chez des cancéreux et chez les sujets présentant une cirrhose qui peut évoluer très rapidement vers des formes graves nécessitant une transplantation. Chez les sujets immunodéprimés, on une évolution très rapide vers des formes graves, vers la cirrhose. 5) Cinétique des marqueurs a) L évolution des marqueurs Sérologiques Rigoureusement superposable à ceux de l hépatite A en ce qui concerne les hépatites aiguës E. b) Diagnostique virologique Superposable à l infection aigue par le VHA. Détection du génome viral par la biologie moléculaire dans les selles, le sang et au niveau d un morceau de foie pour une biopsie hépatique. Sur le plan sérologique, mise en évidence de la RI humorale avec la présence des IgM et des IgG. Tests qui permettent de dater la contamination : évite les faux positifs / faux négatifs en plus de la datation en fonction de l index d avidité. Plus l affinité des IgG pour les Ag viraux est importante, plus la contamination est ancienne et inversement. Si l index est entre 40 et 60% ininterprétable. 11

12 c) Traitement Aucun antiviral spécifique du virus de l hépatite E. Amélioration des conditions sanitaires pour les pays en développement avec l accès à l eau potable et puis éventuellement dans les pays riches identifier les vecteurs de la contamination (l alimentation ) Dans les formes graves comme les hépatites persistantes chez les sujets immunodéprimés : Essais d antiviraux réalisés avec des molécules comme l interféron pégylés mais cette molécules ne convient pas au transplanté rénal. Donc des essais ont été réalisés avec une petite molécule qui est la ribavirine chez les transplantés rénaux pendant une durée de 12 semaines : ce sont des études qui incluent un petit nombre de patients où il montre que la ribavirine administré pendant douze semaines est capable de diminuer la symptomatologie et l évolution vers une cirrhose et permet aussi l indectabilité de l ARN viral au niveau du sang. Utilisé quand on n a rien d autre dans les formes extrêmement grave et on ne sait pas trop comment elle agit dès fois ça marche, dès fois non. Son activité antivirale n est pas très bien décrite. Ribavirine en monothérapie Efficacité biochimiques et virologiques : - Normalisation des transaminases - Diminution de la charge virale du VHE voire une indectabilité du virus - Lorsque l ARN viral est nul pendant 6 à 9mois c est une réponse virologique prolongée / guérison. En France seulement une 100aine de personnes ont été traitées, plutôt efficacement. Prévention Vaccin candidat qui est en essai clinique de phase 3 : - vaccin recombinant. - Protocole à 3 injections. - Plus de sujets ont été inclus dans cette étude, VHE+ ou - (50% étaient séropositif pour le VHE). Les cas d hépatite aigue E : observés que dans le groupe contrôle qui a été vacciné contre HVB - Cependant : effets secondaires non négligeables. 12

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes

LES HÉPATITES VIRALES. Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes LES HÉPATITES VIRALES Dr David Boutoille Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Nantes Plan 1. Généralités 2. Hépatite A 3. Hépatite E 4. Hépatite B 5. Hépatite delta 6. Hépatite C Définition Groupe

Plus en détail

Hépatites virales. Hépatite virale A. Pr. M. Messast. Introduction. Problème de santé mondial HVB, HVC. Virus A, B, C, D, E

Hépatites virales. Hépatite virale A. Pr. M. Messast. Introduction. Problème de santé mondial HVB, HVC. Virus A, B, C, D, E Hépatites virales Pr. M. Messast Introduction Problème de santé mondial 350.000.000 HVB, 170.000.000 HVC Virus A, B, C, D, E Hépatite aiguë (tous) Hépatite chronique (B, C, D) Cirrhose Carcinome hépatocellulaire

Plus en détail

Généralités. Les hépatites virales. Définition. Epidémiologie 28/09/2017

Généralités. Les hépatites virales. Définition. Epidémiologie 28/09/2017 Généralités Les hépatites virales J.LAURENCE UE 2.5 Peu connues avant la fin du XXème siècle, les hépatites virales constituent un risque professionnel important pour les personnels de santé. Description

Plus en détail

Hépatites virales aigües

Hépatites virales aigües 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Gastro-Entéro-Hépatologie Hépatites virales aigües Virus hépatotropes Virus A : Picornavirus Virémie : 10 à 20 jours après la contamination Disparition

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA)

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION

Plus en détail

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI 1. Quels sont les agents responsables? 2. Quand suspecter une hépatite virale aigue? 3. Comment faire le diagnostic d une hépatite aigue virale? 4. Comment surveiller

Plus en détail

Morphologie et structure du HBV

Morphologie et structure du HBV Morphologie et structure du HBV Histoire naturelle Infection primaire 95 % 5 % Guérison Persistance Hépatite chronique Porteur inactif Cirrhose Hépatocarcinome Evolution des marqueurs dans l hépatite B

Plus en détail

Les hépatites virales. Hépatite A 05/10/2016 GENERALITES. Caractères généraux des hépatites virales aiguës. Virus de l hépatite A (VHA)

Les hépatites virales. Hépatite A 05/10/2016 GENERALITES. Caractères généraux des hépatites virales aiguës. Virus de l hépatite A (VHA) GENERALITES Les hépatites virales Dr LAMBERT Virus des hépatites A, B, C, D, E Impossibilité ou grande difficulté d isolement en culture, intérêt de la biologie moléculaire dans leur étude Virus A et E

Plus en détail

Les hépatites virales

Les hépatites virales Les hépatites virales Dr Karine LACOMBE ---- Année 2013 2014 Vendredi 20 septembre 2013 SOMMAIRE Classification des hépatites Elément d anamnèse et de sémiologie générale Epidémiologie et clinique des

Plus en détail

L épidémiologie de l hépatite E a été totalement revue dans les années 1990.

L épidémiologie de l hépatite E a été totalement revue dans les années 1990. Le virus de l hépatite E (VHE) est un virus non enveloppé à ARN monocaténaire, appartenant à la famille des Hepeviridae, genre hepevirus. Il est responsable d hépatites à transmission entérique. L épidémiologie

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA)

VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) VIRUS DE L HEPATITE A (VHA) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du

Plus en détail

Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD

Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD FACULTE DE MEDECINE D ALGER Virus des Hépatites à ARN VHA et VHE VHC et VHD Dr A. BENSALEM Année universitaire 2015-2016 Généralités VIRUS DES HEPATITES Deux modes de transmission préférentiels Parentéral

Plus en détail

Les hépatites virales. Dr Karine LACOMBE ---- Année

Les hépatites virales. Dr Karine LACOMBE ---- Année Les hépatites virales Dr Karine LACOMBE ---- Année 2016 2017 SOMMAIRE Classification des hépatites Elément d anamnèse et de sémiologie générale Epidémiologie et clinique des hépatites HEPATITES VIRALES

Plus en détail

Les virus des hépatites virales

Les virus des hépatites virales Les virus des hépatites virales Hépatites primitives Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite G (HGV) Atteintes hépatiques Herpesviridae

Plus en détail

Hépatites. a. Généralités et modes de transmission Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale

Hépatites. a. Généralités et modes de transmission Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale Hépatites I. Hépatites virales 1. Hépatite A Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale Icubation : 2 à 6 semaines Symptômes : asymptomatique dans 90% des cas.

Plus en détail

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et Dr PENALBA Formation NANCY 03 et 04.02.2016 Hépatite = inflammation du foie toxiques / des virus causée par des Le virus pénètre la cellule, se multiplie, le système immunitaire détruit les cellules infectées

Plus en détail

SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C

SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C SMPFC 26/11/15 BIRON C, CERVONI JP, BETTINGER D, HERBEIN G, DI MARTINO V, THEVENOT T, VANLEMMENS C Madame G, 41 ans consulte aux urgences d un CH périphérique pour un ictère : - aucun ATCD - pas de Tt

Plus en détail

Item 163: Hépatites virales.

Item 163: Hépatites virales. Item 163: Hépatites virales. Objectifs pédagogiques Connaître les modes de transmission des différentes hépatites virales et les modalités de leur prévention. Prescrire et interpréter les examens sérologiques

Plus en détail

Hépatites virales. Hygiène individuelle et collective insuffisante Alimentation en eau potable sujette à des pollutions fécales

Hépatites virales. Hygiène individuelle et collective insuffisante Alimentation en eau potable sujette à des pollutions fécales 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Infectiologie Introduction Hépatites virales Infections systémiques : inflammation avec lésions dégénératives et cytolytiques des hépatocytes.

Plus en détail

Hépatite E autochtone. Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE

Hépatite E autochtone. Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE Hépatite E autochtone Jean-Marie Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2011 CONFLITS

Plus en détail

Hépatites virales. Virus Transmission Passage à la chronicité. Nouveaux-nés 90 % Hépatite C Sanguine 85 % Infection hépatite B nécessaire

Hépatites virales. Virus Transmission Passage à la chronicité. Nouveaux-nés 90 % Hépatite C Sanguine 85 % Infection hépatite B nécessaire z Hépatites virales Définition Ce sont des hépatites (inflammations aiguës du foie) provoquées par un virus. Les 3 virus les plus fréquemment rencontrés sont les virus A, B, C, mais on a aussi identifié

Plus en détail

Diagnostic au laboratoire de l hépatite B Protéine C AgHBc Protéine Pré-S2 Protéine S Protéine Pré-S1 AgHBs Marqueurs sérologiques AgHBs Anticorps anti-hbs ADN viral 42nm Particule de Dane Polymérase Anticorps

Plus en détail

Les virus des hépatites virales

Les virus des hépatites virales Les virus des hépatites virales Pr.Khelifa - Hépatites primitives : Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite G (HGV) - Atteintes hépatiques

Plus en détail

Les virus des hépatites

Les virus des hépatites Les virus des hépatites Virus de l hépatite B Principale cible = foie Les virus des hépatites Hépatite A (HAV) Hépatite B (HBV) Hépatite C (HCV) Hépatite D (HDV, agent delta) Hépatite E (HEV) Hépatite

Plus en détail

HEPATITES VIRALES B et C. D. Capron 26/05/2004

HEPATITES VIRALES B et C. D. Capron 26/05/2004 HEPATITES VIRALES B et C D. Capron 26/05/2004 1 HEPATITES VIRALES B et C Contraste entre la vision «santé publique» et celle du généraliste au niveau individuel Investissement en temps important pour peu

Plus en détail

VHB : pas directement cytopathogène!

VHB : pas directement cytopathogène! Hépatite B VHB : pas directement cytopathogène! Réactions immunologiques > effet cytopathogène L intensité du conflit entre le VHB et les défenses immunitaires de l hôte détermine la gravité de l infection

Plus en détail

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017

Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 Diagnostic et suivi des infections virales DUACAI 16/03/2017 1 Diagnostic & suivi des infections virales - Définitions Identifier la nature et la cause d une infection Est-ce une infection virale? Quel

Plus en détail

Erythrovirus B19 et Transplantation Dominique Challine Laboratoire de Virologie d Urgences et de Qualification Virologiques Hôpital Henri Mondor

Erythrovirus B19 et Transplantation Dominique Challine Laboratoire de Virologie d Urgences et de Qualification Virologiques Hôpital Henri Mondor Erythrovirus B19 et Transplantation Dominique Challine Laboratoire de Virologie d Urgences et de Qualification Virologiques Hôpital Henri Mondor Le virus B19, principal représentant des Erythrovirus, est

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

Rappel synthétique sur les hépatites virales

Rappel synthétique sur les hépatites virales Rappel synthétique sur les hépatites virales (Sources : AFEF, CDC, INRS, INVS, OMS, Hépatobase) Une hépatite est une inflammation du foie qui perturbe son bon fonctionnement. Elle peut être causée par

Plus en détail

Prise en charge des cas particuliers d hépatite B

Prise en charge des cas particuliers d hépatite B Prise en charge des cas particuliers d hépatite B Rim Abdelmalek 30/1/2013 Epidémiologie Maladie fréquente en Tunisie Zone de moyenne endémie Prévalence 7% Gradient Nord/Sud 70% Ag HBe négatif 80% génotype

Plus en détail

L hépatite A est une infection contagieuse de foie causée par le VHA.

L hépatite A est une infection contagieuse de foie causée par le VHA. CHAPITRE 7 MALADIES INFECTIEUSES L hépatite A est une MADO. INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L hépatite A est une infection contagieuse de foie causée par le VHA. Épidémiologie Le réservoir de l infection

Plus en détail

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales

Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Fiche n 13 : Démarches diagnostics des infections virales Prélèvement : qualité du prélèvement qualité des résultats et d interprétation prélèvement précieux : respiratoire (48h max à 4 ) et LCR (24h max

Plus en détail

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C

INTERET DE LA PCR EN TEMPS REEL DANS LE DIAGNOSTIC ET LE SUIVI DES HEPATITES B ET C La PCR en temps réel est fondée sur la détection et la quantification des produits d amplification au cours de la réaction de PCR, dans le tube fermé, plutôt qu à la fin de la réaction comme c est le cas

Plus en détail

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567

Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 Diagnostic et épidémiologie des hépatites virales Philippe Sogni Hépatologie, Hôpital Cochin, Université Paris Descartes, INSERM U567 DES 13 Fev 2009 1 Plan Démarche diagnostique Hépatite A Hépatite E

Plus en détail

Virus à hépatites et hépatocarcinome

Virus à hépatites et hépatocarcinome Cancers et agents infectieux en Asie du Sud-Est Virus à hépatites et hépatocarcinome Jean Edouard GAIRIN, Pharma-Dev UMR152 IRD UPS, Toulouse Vientiane, Laos : 30 juin 1 er juillet 2011 Hépatocarcinome

Plus en détail

Viro 7 : VIRUS DE L HEPATITE B, C et D

Viro 7 : VIRUS DE L HEPATITE B, C et D Viro 7 : VIRUS DE L HEPATITE B, C et D V I R U S D E L ' H É P A T I T E B = V H B Famille : Hepadna-viridae Genre : Orthohepadna-virus Touche l homme exclusivement tropisme hépatocytaire Beaucoup plus

Plus en détail

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner 5 000 nouvelles contaminations par le virus de l hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu il existe un moyen sûr et efficace

Plus en détail

VHB: Structure du virus

VHB: Structure du virus Hépatite B VHB: Structure du virus Hepadnaviridae Virus enveloppé, capside icosaédrique, ADN partiellement double brin Particule de Danes (42nm) Particules infectieuses cohabitant avec autres structures

Plus en détail

Hospitalier. Dr Levent.Équipe opérationnelle en hygiène Référent en antibiothérapie. Centre Hospitalier de Sambre-Avesnois, 2008.

Hospitalier. Dr Levent.Équipe opérationnelle en hygiène Référent en antibiothérapie. Centre Hospitalier de Sambre-Avesnois, 2008. De Sambre Centre Avesnois Hospitalier Les hépatites virales Dr Levent.Équipe opérationnelle en hygiène Référent en antibiothérapie. Centre Hospitalier de Sambre-Avesnois, 2008 Hygiène/hygiène 2011/outils

Plus en détail

Virus de l hépatite A

Virus de l hépatite A Virus de l hépatite A Famille: Picornaviridae Genre: Hepatovirus Découvert en1973 ARN simple brin positif de 7.5 kb 27-32nm, icosaédrique non enveloppé Variabilité, mais un seul sérotype (Ac neutralisants)

Plus en détail

Les hépatites virales en milieu tropical

Les hépatites virales en milieu tropical Les hépatites virales en milieu tropical Hépatites virales Histoire naturelle commune («cosmopolite») Médecin en chef Eric CHAUVEAU Service des Maladies digestives et tropicales HIA Robert Picqué Particularités

Plus en détail

N 83 - Hépatites virales.

N 83 - Hépatites virales. N 83 - Hépatites virales. Stanislas Pol, Frédéric Dubois Unité d'hépatologie, Hôpital Necker, Paris; Service de virologie, Hôpital Bretonneau, Tours. Objectifs Diagnostiquer une hépatite virale. Argumenter

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C Concentration relative NUMERO - info 7 2016 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C 1- DIAGNOSTIC SÉROLOGIQUE DE L HÉPATITE A Le diagnostic d une infection récente par le virus de l hépatite

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins

Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins Encéphalites à tiques et nouveaux vaccins D. Christmann Hôpitaux Universitaires Strasbourg CEMI 17 : ACTUALITES SUR LES ARBOVIROSES. 15 et 16 mars 2012 Institut Pasteur Virus TBE (1) Famille Togaviridae

Plus en détail

Le virus de l Hépatite B

Le virus de l Hépatite B Cours : Biochimie N 11 Professeur Tiollais Le 05/11/2007 à 10h30 Ronéotypeur : Julien GANEM Le virus de l Hépatite B Cette ronéo sera en ligne sur http://clement.ad.free.fr/fac/fac.html. Merci à Clément!

Plus en détail

L omniprésence du VHE en Algérie

L omniprésence du VHE en Algérie Institut Pasteur d Algérie Laboratoire des Hépatites Virales L omniprésence du VHE en Algérie A.BENSALEM, N. Hihi, K. Selmani, N. Benchrifa, F. Mostefaoui, C. Kerioui, SAHGEED 17, 18 et 19 Décembre 2015

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE C (VHC)

VIRUS DE L HEPATITE C (VHC) Page 1/7 VIRUS DE L HEPATITE C (VHC) SOMMAIRE 1 GENERALITES...2 1.1 RESERVOIR, SOURCE...2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE...2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...2 1.4 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

Virologie. Dr. Florence ABRAVANEL, MCU-PH Laboratoire de Virologie, CHU de Toulouse

Virologie. Dr. Florence ABRAVANEL, MCU-PH Laboratoire de Virologie, CHU de Toulouse Virologie Dr. Florence ABRAVANEL, MCU-PH Laboratoire de Virologie, CHU de Toulouse 06/09/2006 Qu est-ce qu un virus? Aspect fonctionnel : entité qui se caractérise par : un seul type d acide nucléique

Plus en détail

Adenovirus. Salmonelloses(non typhiques) Escherichia coli entéropathogènes (EPEC) Escherichia colientéro-hémorragiques (EHEC)

Adenovirus. Salmonelloses(non typhiques) Escherichia coli entéropathogènes (EPEC) Escherichia colientéro-hémorragiques (EHEC) GASTRO-ENTERITES VIRALES Affections fréquentes, de courte durée Troubles digestifs aigus Multiplication virale au niveau des entérocytesde l intestin grêle Baisse de l activité enzymatique des cellules

Plus en détail

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales

Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Société Tunisienne Biologie Clinique Diagnostic des infections materno-fœtales virales Elargoubi Aida 15/04/2016 Virus et Grossesse Passage transpalcentaire Conséquences sur la maman et le bébé VIRUS

Plus en détail

L hépatite aiguë E : un facteur de décompensation de la cirrhose

L hépatite aiguë E : un facteur de décompensation de la cirrhose L hépatite aiguë E : un facteur de décompensation de la cirrhose Résultats d une étude prospective monocentrique française 4 Octobre 2013 H Blasco-Perrin (1) ; F Abravanel (2) ; C Bureau (1) ; JP Vinel

Plus en détail

HÉPATITE B CHAPITRE 7 MALADIES INFECTIEUSES. L hépatite B est une MADO. INFORMATIONS GÉNÉRALES. Définition

HÉPATITE B CHAPITRE 7 MALADIES INFECTIEUSES. L hépatite B est une MADO. INFORMATIONS GÉNÉRALES. Définition L hépatite B est une MADO. INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L hépatite B est une infection du foie causée par le VHB. À la suite d une infection aiguë, avec présence de symptômes ou non, le sujet peut

Plus en détail

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016

Gastroentérites virales Infections à Norovirus. Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 Gastroentérites virales Infections à Norovirus Pr BM Imbert-Marcille Service de Virologie, CHU de Nantes Journée Hygiène 29/11/2016 1 Gastro-entérites Les agents responsables des gastro-entérites peuvent

Plus en détail

«Le CMV, un risque pour le personnel hospitalier féminin?»

«Le CMV, un risque pour le personnel hospitalier féminin?» «Le CMV, un risque pour le personnel hospitalier féminin?» Dr C Zandotti Laboratoire de bactériologie, virologie, hygiène CHU Timone Epidémiologie de l infection à CMV Infection ubiquitaire, non saisonnière

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne

HEPATITES VIRALES. Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne HEPATITES VIRALES Dr charaoui Service maladies infectieuses Chu cne INTRODUCTION Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires 5 virus

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

HEPATITES VIRALES. -transmission feco-orale +++ MANUPORTAGE personne à personne eau et aliments souillés

HEPATITES VIRALES. -transmission feco-orale +++ MANUPORTAGE personne à personne eau et aliments souillés HEPATITES VIRALES Dr charaoui INTRODUCTION o Infections systemiques atteignant preferentiellement le foie o Lesions inflammatoires et alterations hepatocytaires o 5 virus responsables : virus A, virus

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT Le risque biologique : Il est lié à une exposition à des micro-organismes susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication. Il repose essentiellement

Plus en détail

Item n 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique

Item n 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique Item n 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une hépatite virale II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

Extrait de la base de données EFICATT dec Hépatite E

Extrait de la base de données EFICATT dec Hépatite E Hépatite E Mise à jour de la fiche : Décembre 2013 Titre : Hépatite E Agent pathogène et pathologie Descriptif de l'agent pathogène Nom de l'agent : Virus de l'hépatite E Synonyme(s) : VHE Type d'agent

Plus en détail

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Je suis personnel de santé, est-ce que j expose les patients

Plus en détail

L hépatite B chez l enfant

L hépatite B chez l enfant L hépatite B chez l enfant L'hépatite B représente l'un des principaux problèmes de santé publique dans le monde On estime à 2 milliards le nombre de personnes ayant été infectées par le virus, dont plus

Plus en détail

Un traitement pour l hépatite E? Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes; APHP, Hôpital Cochin Saint Vincent de Paul, Inserm U 1016

Un traitement pour l hépatite E? Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes; APHP, Hôpital Cochin Saint Vincent de Paul, Inserm U 1016 Un traitement pour l hépatite E? Vincent Mallet, MD, PhD Université Paris Descartes; APHP, Hôpital Cochin Saint Vincent de Paul, Inserm U 1016 Introducton Données anciennes Hépatte d importaton Sujet jeune

Plus en détail

4. Recommandations de la HAS

4. Recommandations de la HAS 4. Recommandations de la HAS 4.1 Dépistage de l hépatite C La HAS, en accord avec l avis du groupe de travail HAS, valide l algorithme biologique de dépistage de l hépatite C proposé par le groupe de travail

Plus en détail

Fièvre hémorragique à virus Ebola (FH Ebola) D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales

Fièvre hémorragique à virus Ebola (FH Ebola) D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales Fièvre hémorragique à virus Ebola (FH Ebola) D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales Fièvres hémorragiques Les virus Arenaviridae Bunyaviridae Flaviviridae Filoviridae Virus Ebola Virus Marburg

Plus en détail

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE

1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DIRECTE ET INDIRECTE ADENOVIRUS 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE... 2 1.2 RESERVOIRE, SOURCE... 2 1.3 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.4 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.5 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue

Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Vaccinations,Ouvrons le Dialogue Pourquoi vacciner contre l hépatite B dès l enfance? Henri Laurichesse, Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand, Université d Auvergne Histoire naturelle de l hépatite

Plus en détail

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an

Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an Hépatite B Epidémiologie du VHB 2 milliards/ 6 milliard ont été infectés 350 millions de porteurs chroniques 1 million de décès par an zone de forte endémie (8-20%): Asie SE, Afrique zone d endémie moyenne

Plus en détail

Prise en charge de l hépatite E: Actualités

Prise en charge de l hépatite E: Actualités Institut Pasteur d Algérie Laboratoire Virus des Hépatites Prise en charge de l hépatite E: Actualités A.BENSALEM Introduction L'Afrique est soupçonnée d'être parmi les régions les plus gravement touchées

Plus en détail

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte)

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) * AASLD Guidelines for Treatment of Chronic Hepatitis B Terrault NA et al. Hepatology 2016 Claude EUGENE 1 Hépatite B : l histoire

Plus en détail

Cours organisation générale de la cellule

Cours organisation générale de la cellule Cours organisation générale de la cellule Médecine dentaire Dr A. DEKAR - MADOUI 2014-2015 III- Les virus / Acaryotes Objectifs 7 Connaitre les caractères généraux des virus & leurs composants moléculaires

Plus en détail

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise)

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise) Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l immunité. Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent

Plus en détail

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques

11.1 Ig : immunoglobulines non spécifiques 11.1 : immunoglobulines non spécifiques Composition Les non spécifiques sont distribuées au Québec par Héma-Québec : amastan S/D (rifols Therapeutics Inc.). Elles contiennent : une solution stérile concentrée

Plus en détail

Hépatite aiguë E autochtone : une maladie émergente. Péron JM Service d Hépato-Gastro-Entérologie, Fédération Digestive, Hôpital Purpan CHU TOULOUSE.

Hépatite aiguë E autochtone : une maladie émergente. Péron JM Service d Hépato-Gastro-Entérologie, Fédération Digestive, Hôpital Purpan CHU TOULOUSE. Hépatite aiguë E autochtone : une maladie émergente. Péron JM Service d Hépato-Gastro-Entérologie, Fédération Digestive, Hôpital Purpan CHU TOULOUSE. INTRODUCTION Le virus de l hépatite E (VHE) appartient

Plus en détail

L Infection à VIH (1)

L Infection à VIH (1) L Infection à VIH (1) Epidémiologie-Virologie-Histoire Naturelle. Docteur Patrick Miailhes Service d Infectiologie du Pr. Peyramond, Hôpital Croix-Rousse, Lyon VIH/Sida 2011 1 Epidemiologie mondiale :

Plus en détail

Les Hépatites virales

Les Hépatites virales Les Hépatites virales o Infections systématiques atteignant le foie par o Des lésions inflammatoires o Des altérations dégénératives o Ces infections peuvent évoluer vers o Une fibrose o Une cirrhose o

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialités : - Biotechnologies - Sciences physiques et chimiques en laboratoire SESSION 2017 Sous-épreuve écrite de Chimie Biochimie

Plus en détail

Informations et Actualités Sur les Hépatites virales. Mardi 4 février 2014 Association Afrique Avenir

Informations et Actualités Sur les Hépatites virales. Mardi 4 février 2014 Association Afrique Avenir Informations et Actualités Sur les Hépatites virales Mardi 4 février 2014 Association Afrique Avenir Plan de la présentation Points communs hépatites virales Spécificités Hépatite A Hépatite B Hépatite

Plus en détail

Virus de l hépatite B et marqueurs

Virus de l hépatite B et marqueurs Virus de l hépatite B et marqueurs Le virus de l hépatite B (VHB) Virus VHB: Hepadnavirus,, ADN enveloppé. Modes de transmission principaux: Parentérale Nosocomiale Toxicomanie intraveineuse Sexuelle Mère-enfant

Plus en détail

Mots clés : Hépatite aiguë E, hépatite fulminante, cytolyse, hépatite chronique

Mots clés : Hépatite aiguë E, hépatite fulminante, cytolyse, hépatite chronique L hépatite E autochtone JM Péron Service d Hépato-Gastro-Entérologie, Fédération Digestive, Hôpital Purpan, CHU Toulouse. Mots clés : Hépatite aiguë E, hépatite fulminante, cytolyse, hépatite chronique

Plus en détail

Présentation des résultats de l Enquête Nationale de Prévalence des Hépatites Virales A, B & C en Tunisie,

Présentation des résultats de l Enquête Nationale de Prévalence des Hépatites Virales A, B & C en Tunisie, Présentation des résultats de l Enquête Nationale de Prévalence des Hépatites Virales A, B & C en Tunisie, 2015-2016 Hammamet 22/04/2016 Objectif Estimer les prévalences nationale et par grande région

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

Le 10/07. Stéphanie.BRAVETTI (IHN)

Le 10/07. Stéphanie.BRAVETTI (IHN) Patiente de 41 ans à J d une greffe rein-pancréas, complications vasculaires : thrombose de l'artère puis de la veine du transplant, syndrome fébrile à 39, confusion et agitation Le 10/07 quels items radiologiques

Plus en détail

HÉPATOXICITÉ MÉDICAMENTEUSE

HÉPATOXICITÉ MÉDICAMENTEUSE HÉPATOXICITÉ MÉDICAMENTEUSE Une des principales formes d expression de l iatrogénèse médicamenteuse Après 50 ans, médicaments = principaux responsables des hépatites aigues (30-40 % contre 4-5 % avant

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 83 page 1 Copyright CMIT ITEM N 83 : HEPATITES VIRALES ANOMALIES BIOLOGIQUES HEPATIQUES CHEZ UN SUJET ASYMPTOMATIQUE

Module 7 - Edition Item 83 page 1 Copyright CMIT ITEM N 83 : HEPATITES VIRALES ANOMALIES BIOLOGIQUES HEPATIQUES CHEZ UN SUJET ASYMPTOMATIQUE Module 7 - Edition 2008 - Item 83 page 1 ITEM N 83 : HEPATITES VIRALES ANOMALIES BIOLOGIQUES HEPATIQUES CHEZ UN SUJET ASYMPTOMATIQUE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une hépatite virale II. Argumenter

Plus en détail

VIRUS DE L HEPATITE B (VHB)

VIRUS DE L HEPATITE B (VHB) Page 1/9 VIRUS DE L HEPATITE B (VHB) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins

Plus en détail

Document 3 : La protéine gp120 une molécule clé pour la pénétration du virus dans la cellule hôte

Document 3 : La protéine gp120 une molécule clé pour la pénétration du virus dans la cellule hôte 2. Les espoirs pour un vaccin anti-vih. Pages 416/417. Dans le cas du virus du SIDA, il s'agit de trouver un vaccin contre un virus alors que naturellement ce virus n'est pas vaincu par les défenses immunitaires

Plus en détail

L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN. Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue

L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN. Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue L ARNS ET LA RECHERCHE SUR LES HEPATITES VIRALES AU CAMEROUN Pr Magloire BIWOLE SIDA Gastro-entérologue LES HEPATITES VIRALES DANS LES PAYS DU SUD Améliorer la prévention et la prise en charge des patients

Plus en détail

Hépati t t i e t vi v r i ale

Hépati t t i e t vi v r i ale HEPATITES VIRALES OCTOBRE 2015 Dr R.TATOU CH Carcassonne service hépato-gastro-entérologie objectifs Physiopathologies des hépatites virales Modes de transmission Histoires naturelles et les signes clinques

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Prise en charge des cas particuliers d hépatite C

Prise en charge des cas particuliers d hépatite C Prise en charge des cas particuliers d hépatite C Rim Abdelmalek Le 30/1/2013 Introduction Hépatite C généralement asymptomatique Passage fréquent à la chronicité Traitement efficace, codifié Effets indésirables

Plus en détail

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon

A propos de 5 cas cliniques. Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon A propos de 5 cas cliniques Mémoire DES de Pédiatrie 9 octobre 2009 Laurence Coutin, interne Lyon Constat: Leptospirose : maladie rare et méconnue chez l enfant mais non exceptionnelle Objectifs de l étude

Plus en détail

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE

CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE CORRECTIONS EXERCICES IMMUNITE I. RESTITUTIONS DES CONNAISSANCES 1. Schémas à titrer et à légender Schéma 1 : Surface d un lymphocyte T4 On observe des particules du virus VIH bourgeonnant à la surface

Plus en détail

Les caliciviroses félines

Les caliciviroses félines Fiche technique n 2 2 ème édition Les caliciviroses félines Les calicivirus félins sont l une des causes du syndrome coryza* du chat, mais peuvent aussi être à l origine de symptômes trés variés. Etiologie*

Plus en détail

Infections par le virus de l'hépatite B

Infections par le virus de l'hépatite B CBP Infections par le virus de l'hépatite B 1.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE ANNE.GOFFARD@UNIV-LILLE2.FR 2012 Table des matières

Plus en détail

Symposium BMS. Hépatite virale chronique B Qui traiter? Le 14/12/2011. Dr Hassen Mahiou

Symposium BMS. Hépatite virale chronique B Qui traiter? Le 14/12/2011. Dr Hassen Mahiou Symposium BMS Hépatite virale chronique B Qui traiter? Le 14/12/2011 Dr Hassen Mahiou Hépatite chronique Virale B Pathologie fréquente Gravité potentielle - 1/3 de la population mondiale - 350 millions

Plus en détail