Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf!

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf!"

Transcription

1 Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf Statut% En%cours%de%validation% Version% 1.0% Date%de%création% 09/07/2013% Date%de%dernière%modification% 16/08/2013% Table&des&matières& 1. L exploitation Introduction traitsdel exploitation Lespratiques Leparcellaireetsonutilisation L équipement,lesbâtiments: Lamaind oeuvre L environnementsocioqéconomique Performancestechniques Lesperformances L élevage Introduction:traitsdusystèmed élevage Lespratiques Lesystèmefourrager L atelierbovinallaitantsalers: L atelierovinsallaitantsuffolk/îleqdeqfrance Lescultures SC1QRotationprairietemporaire culturesannuellesenabavecapportsorganiques Introduction:traitsdusystèmedeculture Lespratiques Lesperformances Lesdécisions SC2QRotationprairietemporaire culturesannuellesenabavecapportsorganiques etalignementsd arbresdanslesparcelles Introduction:traitsdusystèmedeculture Lespratiques Lesperformances Lesdécisions SC3QPrairiespermanentesenAB Introduction:traitsdusystèmedeculture Lespratiques...37 Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 1 sur 74

2 Lesperformances Lesdécisions SC4QRotationluzerne culturesannuellesenabsansapportsorganiques(lamotte) Introduction:traitsdusystèmedeculture Lespratiques Lesperformances Lesdécisions Conclusion Perspectivespourl exploitation...47 Références...48 Annexes...49 Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 2 sur 74

3 1. L exploitation& 1.1. Introduction& &traits&de&l exploitation& Contexte&environnemental& AcompléterBS & Historique&de&la&transition&et&objectifs& AcompléterBS Combinaison&des&productions& & Méthodologie+:%La%figure%1%vise%à%illustrer%la%façon%dont%les%productions%présentes%actuellement% sur% l exploitation% et% leurs% parts% relatives% sont% déterminées% par% l historique,% l exploitant% et% ses% motivations% présentes,% les% caractéristiques% des% moyens% de% production%(parcellaire,% bâtiments% et%matériel,%main%d œuvre)%et%l environnement%socioréconomique.% Elle%est%adaptée%de%Capillon%&%Manichon%(1988)% Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 3 sur 74

4 Figure'1':'Déterminants'de'la'combinaison'des'productions Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 4 sur 74

5 1.2. Les'pratiques' Le'parcellaire'et'son'utilisation' ' Le'parcellaire - typedesol(voircaractéristiquesenannexe1) ' Figure'2':'Carte'générale'des'sols'de'l EARL'du'Chemin'Neuf'(Aubert'&'Lubac,'2003)' Type de sol Profondeur Etat calcique 11 LMB profond (>80) Calcique à 12 LMB semi-profond (40-80) carbonaté 21 LM profond (>80) Calcique 22 LM semi-profond (40-80) à 23 LM peu profond (<40) carbonaté 31 LM-LA profond (>80) Calcique à 32 LM-LA semi-profond (40-80) carbonaté, sauf 33 LM-LA peu profond (<40) manque de fer 41 LA profond (>80) Calcique à 42 LA semi-profond (40-80) carbonaté, sauf 43 LA peu profond (<40) zones hydromorphes 52 LA+ semi-profond (40-80) Légèrement 53 LA+ peu profond (<40) carbonaté 62 LAC semi-profond (40-80) calcaire avec 63 LAC peu profond (<40) calcaire actif 71 LMS profond (>80) calcique.//. 20 -grès -Ca Zone hydromorphe Zone très battante (LMBH, 11 et 12) (LMTB, 11) Limite de profondeur (ex : sol inférieur à 20 cm) cailloux de grès sur plus de 5 % de la surface cailloux de calcaire sur plus de 5 % de la surface Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 5 sur 74

6 Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 6 sur 74

7 - topographie - potentialités Son'utilisation' - parcellesaffectéeàchaquesystèmedeculture - aménagementpaysager AcompléterBS L équipement,'les'bâtiments' L équipement' - Parc matériel 2013 et adéquation à la main d oeuvre, recours CUMA et travaux à façon - Stratégied investissement Les'bâtiments'et'leurs'particularités' AcompléterBS La'main'd oeuvre' Portrait'd Olivier'et'des'employés' - Motivationsetcompétencesspécifiques AcompléterBS L environnement'sociooéconomique' FPH,'CEV,'Ecosite ' ' Principaux'fournisseurs' ' Principaux'clients' AcompléterBS Performances'techniques' ' Méthodologie+:"La"quantification"des"flux"sortants"de"productions"végétales"représentée"sur"la" figure"3"repose"pour"chaque"culture"sur"la"moyenne"des"productions"annuelles"de"2008"à"2012" (Annexe"4)"dont"est"déduite"la"part"autoconsommée"en"semence"de"ferme"(Annexe"5)"ou"pour" l alimentation"des"troupeaux"(le"système"fourrager)" Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 7 sur 74

8 Figure3:Représentationdesfluxentrants,sortantsetinterneausystèmed exploitation Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 8 sur 74

9 Méthodologie+:"Les"montants"figurant"sur"le"tableau"1"sont"issus"des"comptes"de"résultats"2008"à"2012."Sont"représentés"la"moyenne"sur"ces" cinq"exercices,"ainsi"que"le"minimum"et"le"maximum"enregistrés." Les" entrées" correspondent" aux" chiffres" d affaire" enregistrés" et" les" sorties" aux" dépenses":" ces" valeurs" diffèrent" donc" des" produits" et" charges" figurant"dans"les"comptes"de"résultats"qui"intègrent"en"plus"les"variations"de"stock"et"les"cessions"internes,"dans"une"logique"comptable." L excédent" estimé" par" la" différence" entre" entrées" et" sorties" s approche" d un" excédent" brut" d exploitation" et" doit" permettre" de" financer" les" prélèvements"privés"de"l exploitant"et"l investissement"(autofinancement"et"remboursement"d annuités"d emprunts)." Tableau1:Comptederésultatsimplifiéetexcédentrecalculépourlescinqderniersexercicescomptables(du1 er janvier2008au31décembre2012) Entrées Sorties % Productionsvégétales F % Aides F % Productionsanimales F % Achatsd approvisionnements F % semencesetplants F % produitsdéfensecultures 67 0 F226 15% alimentbétail F % produitsdéfenseanimaux F2321 6% Autresactivités % Autresachatsetservices F % achatsanimaux F % Impôtsettaxes F4945 Excédent % Chargesdepersonnel F Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 9 sur 74

10 1.3. Lesperformances Méthodologie+:" Les" valeurs" présentées" pour" chaque" indicateur" correspondent" à" la" moyenne" des"valeurs"calculées"lors"des"diagnostics"idea"réalisés"entre"2008"et"2011." La"variabilité"sur"ces"quatre"diagnostics"est"présentée"à"titre"indicatif."" SurlesquatrederniersdiagnosticsIDEAréalisés,l EARLduCheminNeufatoujoursprésenté une durabilité agroécologique maximum de 100 points sur 100. La durabilité sur l échelle socioterritorialeestplusvariable,avecunemoyennede79pointssur100,variantde76à81 points. L échelle pour laquelle la durabilité est la plus variable d un diagnostic à l autre est aussi celle pour laquelle l exploitation présente le moins bon score: il s agit de la durabilité économique,avecunscoremoyende39pointssur100,variantde27à51points. Lesindicateurspourlesquelslescoreobtenus éloignedumaximumetvaried undiagnosticà l autresontdétaillésplusbas,échelleparéchelle. Figure4:Evaluationdeladurabilitédel exploitationagricoleselonlaméthodeidea Concernant l échelle de durabilité agroécologique, le score obtenu par l EARL s éloigne du maximumpossiblepourcertainsindicateurs: - Diversité des cultures pérennes: un score moyen de 9 points sur 14 est obtenu, variantde4à12.l écartaumaximums expliqueparl absencedeculturespérennes autre que les prairies permanentes (arboriculture, viticulture ). La variabilité du score attribué s explique par la variabilité de la part occupée par les prairies permanentes et par la subjectivité de l indicateur pour la prise en compte de certaines pratiques (prise en compte comme agrosylvopasteuralisme d un bois pâturéparexemple). - Zone de régulation biologique: un score moyen de 10 points sur 12 est obtenu, variant de 8 à 11, du fait de l absence, ou de la part non significative, de zones à enjeux environnementaux (zones innondables ) ou de parcours non mécanisables. Lavariabilitéduscores expliqueparlasubjectivitédelapriseencomptedeszones de régulations écologiques, des zones à enjeux environnementaux et des parcours nonmécanisables. Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 10 sur 74

11 - Fertilisation:unscoremoyende5pointssur8estobtenu,variantde0à7,dufait d unbilanapparentexcédentaireenazoteetdel absencedeculturesintermédiaires pièges à nitrate. La variabilité du score s explique par la variabilité d une année sur l autre des entrée (surface en légumineuses notamment) et des sorties (ventes de productionsanimalesetvégétales). Figure5:EchellededurabilitéagroécologiquedelaméthodeIDEA Valeurmoyenne2008L2011desindicateurs,valeurs extrêmessurcettepériodeetmaximumpossible Concernant l échelle de durabilité socioterritoriale, parmi les indicateurs pour lesquels le scores éloignedumaximum,figurent: - GestiondesdéchetsnonLorganiques:unscoremoyende3pointssur5estobtenu, variantde0à5points.lavariabilités expliqueparlasubjectivitéautourdelaprise en compte du tri sélectif, de la réutilisation et des pratiques dégradantes(brûlage, enfouissement ) - Services,pluriactivité:unscoremoyende2pointssur5estobtenu,variantde0à4 points. L écart au maximum s explique notamment par l absence de services marchands.lavariabilités expliqueparlasubjectivitéquandàlapriseencomptedes activitésdefermepédagogique(accueild étudiants),expérimentalesoud entretien deschemins. - Intensité de travail:unscoremoyende2pointssur7estobtenu,variantde0à3 points. La variabilité du score est entièrement liée à la subjectivité de son appréciationparo.rankeluimême. Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 11 sur 74

12 Figure6:EchellededurabilitésocioterritorialedelaméthodeIDEA Valeurmoyenne2008L2011desindicateurs,valeurs extrêmessurcettepériodeetmaximumpossible Concernantl échellededurabilité économique,touslesindicateurss écartentdumaximum et/ouprésententunscorevariabled undiagnosticàl autre. - la viabilité économique est appréciée par la différence entre EBE 1 et besoin de financement, c est à dire le montant disponible pour les prélèvements privés divisé par le nombre d UTH 2 non salariée. Cet indicateur présente un score moyen de 15 points sur 20, variant de 0 à 20. Il est entièrement dépendant des résultats économiquesdel exercicecomptableprisencompte. - Le taux de spécialisation économique est apprécié par la part de la production principale et par la part du client principal dans le chiffre d affaire. Le score moyen obtenuestde5pointssur10,variantde2à6.ilestégalementfortementdépendant desrésultatsdel exerciceprisencompte,maisdefaçongénérale,ilestpénalisépour l EARL du Chemin Neuf par une part importante du chiffre d affaire généré par la ventedeproductionsvégétalesàunclientprincipal(biocer). - L autonomiefinancièreestappréciéparlerapportdesannuitésetfraisfinancierssur l EBE. Le score moyen obtenu est de 4 points sur 15, variant de 0 à 9. Il est entièrement dépendant des résultats de l exercice pris en compte, et en particulier desinvestissementsréalisésaucoursdeceluidci. - Lasensibilitéauxaidesestappréciéeparlapartdesaidesissuesdupremierpilierde lapac 3 dansl EBE.Lescoremoyenobtenuestde2pointssur10,variantde0à4. Fortement dépendant des résultats de l exercice pris en compte, il est de façon généralepénaliséparlesaidesdirectesàl agriculturebiologique. - La transmissibilité est appréciée par le capital d exploitation ramené au nombre d UTH non salariée. Le score obtenu a été de 0 points sur 20 pour les quatre 1 EBE:ExcédentBrutd Exploitation 2 UTH:UnitéTravailHumain 3 PAC:PolitiqueAgricoleCommune Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 12 sur 74

13 diagnostics pris en compte. Il s explique par un capital important et non partagé(1 UTHnonsalariée). - L efficacité du processus productif est appréciée par le rapport de la marge sur le produit.lescoremoyenobtenuestde15pointssur25,variantde0à21.l efficience faitpartiedesobjectifsduprocessusproductifetdesconditionsinscritesaubailde fermage.lescoreobtenuestentièrementdépendantdesrésultatsdel exercicepris encompte. Figure 7: Echelle de durabilité économique de la méthode IDEA Valeur moyenne 2008L2011 des indicateurs, valeurs extrêmessurcettepériodeetmaximumpossible Dans l ensemble, les quatre diagnostics considérés sont cohérents dans leurs conclusions quand à la durabilité de l exploitation (points forts et points faibles), mais l analyse des indicateursfaitressortirdeuxsourcesdevariabilité:lavariabilitédesdonnéesnécessaireau diagnostic (résultats économiques notamment) et le caractère subjectif de certains indicateurs. Il pourrait être intéressant de réaliser un nouveau diagnostic en s appuyant sur des données moyennes pluriannuelles pour s affranchir du contexte particulier de chaque exercicecomptableoucampagneculturale. Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 13 sur 74

14 2. L élevage 2.1. Introduction:traitsdusystèmed élevage Méthodologie+:"Le"nombre"d UGB 4 "pour"chaque"atelier"est"calculé"sur"la"base"des"coefficients" PAC"(vache":"1" "taureau":"1,"génisse"1" "2"ans":"0,6" "Génisse"2O3"ans":"1" "veaux":"0,6" "brebis":" 0,15" "bélier":"0,15" "agnelle":"0" "agneau":"0)." Les" surfaces" comptabilisées" en" prairies" permanentes" correspondent" aux" prairies" naturelles" (Côte" sucrée," Triangle," Cimetière," Carrières," Bas" de" préfontaine)." Les" parcelles" en" prairies" depuis"5"ans"et"plus"mais"qui"ont"déjà"été"en"culture"et"sont"potentiellement"labourables"sont" comptabilisées"en"prairies"temporaires." La"part"de"Céréales"et"OléoOProtéagineux"autoconsommée"est"estimée"sur"la"base"des"rations" présentées" plus" loin," en" considérant" que" l alimentation" des" troupeaux" est" intégralement" autoproduite." Cette" hypothèse" ne" correspond" pas" à" la" réalité" car" une" part" du" concentré" est" acheté,"notamment"du"lin"distribué"aux"adultes"à"l engrais."" Tableau2:Présentationsynthétiquedestraitsdusystèmed élevage AtelierbovinsLviande: 74vachesallaitantes(salers) 176UGB Choix"de"la"race"salers"pour"ses"qualités" herbagères,"ses""facilités"de"vêlage,"ses"qualités" maternelles"et"sa"rusticité" "Renouvellement"interne"privilégié"pour"limiter"les" achats"et"éviter"les"problèmes"sanitaires" "Sélection"sur"le"potentiel"laitier"des"mères"à" travers"le"gmq"de"la"descendance AtelierovinsLviande: 90brebis(suffolketîleddedFrance) 14UGB "Sélection"sur"le"potentiel"laitier"des"mères"à" travers"le"gmq"de"la"descendance" "Renouvellement"interne"privilégié"pour"limiter"les" achats"et"éviter"les"problèmes"sanitaires" "Choix"de"la"race"Suffolk"pour"ses"qualités" herbagères"" "Introduction"de"la"race"îleOdeOFrance"pour"son" aptitude"à"être"dessaisonnée"(objectif"de"vente" d agneaux"de"mars"à"octobre)" 1UGB/haSFP 192haSFP 147haprairietemporaire 25haprairiepermanente 20haluzerne +37haCOPautoconsommées 10hamélangefourrager 11hamélangecéréalier 6haféverole 7haorged hiver 3haépeautre 4 UGB:UnitéGrosBétail Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 14 sur 74

15 2.2. Lespratiques Lesystèmefourrager Méthodologie+:"La"quantité"de"fourrage"produite"correspond"à"la"quantité"moyenne"produite" annuellement" sur" la" période" 2008O2012," en" excluant" l année" 2011" (production" insuffisante" ayant"nécessité"l achat"de"fourrage"et"la"vente"anticipée"d animaux)."la"conversion"en"tonnes" de"la"production"de"fourrage"repose"sur"une"hypothèse"d un"poids"moyen"des"boules"de"400"kg." La" quantité" de" Céréales" et" OléoOProtéagineux" dédiée" à" l alimentation" des" troupeaux" est" déduite" des" rations" présentées" plus" bas." La" production" des" cultures" dédiées" exclusivement" à" l autoconsommation" (mélange" fourrager" et" mélange" céréalier)" est" complété" par" des" prélèvements"sur"les"cultures"de"vente"pour"couvrir"les"besoins." Figure8:Représentationdesfluxentresystèmesdecultureetateliersd élevage Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 15 sur 74

16 L atelierbovinallaitantsalers Letroupeau Tableau3;Représentationsynthétiquedelastructuredutroupeaubovinetdesmouvementsd animaux Entrées 15génisses renouvellement Résultatstechniques(vêlages2011d2012): Datemédianedevêlage génisses vaches Troupeau Effectifs2012 3taureaux 74femellesmisesàla reproduction 72veauxnés 35génisses1d2ans 35génisses>2ans Sorties 15vachesréformes 35broutards 2pertes 20génisses 24déc. 21déc. 11# Génisses# Vaches# 29# 2# 8# 8# 2# 1# oct.# nov.# déc.# janv.# év.# mars# avr.# mai# juin# juil.# août# sept.# Figure9:Répartitiondesvêlagesaucoursdel année Tauxdevêlagestardifs(aprèsle1 er avr.) Intervallevêlage vêlage Entre1 er et2 ème vélage Global Ecartssupérieursà390jours Tauxderenouvellement 5 Tauxdevachesderang8etplus 0% 363j 359j 14,6% 21% 18,8% 5 Tauxderenouvellement:Nombredegénissesmisesàlareproductiondiviséparlenombredefemellesmisesà lareproduction Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 16 sur 74

17 Tauxdegestation 6 Tauxdeveauxissusd inséminationartificielle Tauxderéussite 7 Tauxdevêlagesdifficiles Tauxdecésariennes Tauxdeproductiviténumérique 8 Prolificité 9 Tauxdemortalitédesveaux de0à2jours de2joursà3mois de3moisausevrage Âgemoyen1 er vélage GMQ 10 etpoidsmoyenà270jours: 1400# 1200# 1092# 1125# 1165# 1255# 1207# 400# 350# 96,8% 17,5% 100% 0% 0% 96.8% % 3.2% 0% 35mois 1000# 800# g/j# 600# 400# 200# 0# 1090# 986# 1009# 1038# 966# 374# 349# 359# 312# 322# 338# 297# 296# 292# 305# 2008# 2009# 2010# 2011# 2012# 300# 250# 200# kg# 150# 100# 50# 0# Poids#moyen#mâles# Poids#moyen#femelles# GMQ#mâles# GMQ#femelles# Figure10:EvolutiondupoidsmoyenetduGMQà270jaucoursdescinqdernièresannées(veauxissusdesvêlages 2007L2008à2011L2012) Alimentation: Méthodologie+:" En" période" d hivernage," l effectif" de" vaches" pris" en" compte" correspond" à" 74" vaches" et" 3" taureaux." Les" vaches" reçoivent" également" du" foin" de" luzerne" à" la" mise" à" la" reproduction":"cette"consommation"n est"pas"estimée." L effectif"de"génisses"pris"en"compte"pour"la"consommation"de"foin"correspond"à"35"génisses" de" 1O2" ans" et" 35" génisses" de" 2O3" ans." Pour" la" consommation" de" concentré" sont" comptées" 6 Tauxdegestation:Nombredevachespleinesdiviséparlenombredefemellesmisesàlareproduction 7 Tauxderéussite:Nombredefemellesayantmisbasdiviséparlenombredefemellespleines 8 Tauxdeproductiviténumérique:Nombredeveauxvendusousevrésdiviséparlenombredefemellesmisesà lareproduction 9 Prolificité:Nombredeveauxnésdiviséparlenombredefemellesayantmisbas 10 GMQ:GainMoyenQuotidien Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 17 sur 74

18 seulement" 35" génisses" de" 1O2" ans" et" 28" génisses" de" 2O3" ans" (7" étant" prises" en" compte" à" l engrais)." L effectif"de"veaux"à"l engrais"d avril"(mise"à"l herbe)"à"juillet"(première"pesée)"correspond"aux" 70"veaux"nés"pendant"l hiver." L effectif"de"veaux"à"l engrais"de"juillet"à"septembre"(sevrage)"correspond"aux"35"veaux"mâles" nés"pendant"l hiver." L effectif" de" veaux" à" l engrais" de" septembre" à" novembre" (retour" en" stabulation)" correspond" aux"35"veaux"femelles"nés"pendant"l hiver"(on"considère"que"les"veaux"mâles"ont"été"vendus)." Tableau4:Compositiondelarationdesvachesetgénissesenpérioded hivernageetdesanimauxàl engraisetestimation desquantitésdefoinetconcentréconsomméessurl année Effectif Nbjours Foin Mélangefourrager/ Mélangecéréalier Hivernage Vaches 77 10kg MS /j 3kg/j 150 Génisses 70 9kg MS /j 2kg/j Veaux(avr. juil.) Engrais Veaux(juil. sept.) d 1,2kg/j Veaux(sept. nov.) Adultes d 8kg/j 215t/an 86,6t/an Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 18 sur 74

19 L atelierovinsallaitantsuffolk/îleldelfrance Letroupeau Tableau5:Représentationsynthétiquedelastructuredutroupeauovinetdesmouvementsd animaux Entrées 15agnelles renouvellement Résultatstechniques(agnelage2011d2012) Datemédianed agnelage Troupeau Effectifs2012 4béliers 90femellesmisesàla reproduction 150agneauxnés 15agnelles 15ventes 10pertes 90ventes 45pertes Sorties 29déc. 72# 12# 3,5# 1# 1# oct.# nov.# déc.# janv.# év.# mars# avr.# mai# juin# juil.# août# sept.# Figure11:Répartitiondesagnelagesaucoursdel année Tauxdemortalitédesagneaux 30% Tauxderenouvellement 15% Prolificité 1,7 GMQ 169g/j (76 279) Âgemoyenàl abattage 218j ( ) Poidsdecarcassemoyen 17,9kg (11 27,7) Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 19 sur 74

20 Méthodologie+:"Le"GMQ"est"estimé"sur"la"base"du"poids"de"carcasse"à"l abattage,"multiplié"par" deux"pour"obtenir"une"estimation"du"poids"vif"à"l abattage,"et"divisé"par"le"nombre"de"jours"de" croissance"(différence"entre"la"date"d abattage"et"la"date"d agnelage)." Alimentation: Méthodologie+:" En" période" d hivernage," l effectif" de" brebis" pris" en" compte" correspond" à" 90" brebis" et" 15" agnelles." Une" ration" avec" 50" %" de" foin" de" prés" et" 50" %" de" foin" de" luzerne" est" retenue," alors" que" la" part" de" luzerne" est" moins" importante" dans" la" réalité." La" quantité" de" luzerne" consommée" est" donc" surestimée." Elle" était" sousoestimée" pour" l atelier" bovin" pour" lequel"la"distribution"de"luzerne"à"la"mise"à"la"reproduction"n a"pas"été"quantifiée." Tableau6:Compositiondelarationdesbrebisetagnellesenpérioded hivernageetdesagneauxàl engraisetestimation desquantitésdefoinetconcentréconsomméessurl année Effectif Nbjours Foin Luzerne Mélangefourrager/ Mélangecéréalier Brebis(hivernage) kg MS /j 1.5kg MS /j 0.75kg/j Agneaux(engrais) d 0.5kg MS /j 0.8kg/j 24t/an 33t/an 27t/an " Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 20 sur 74

21 3. Lescultures Méthodologie+:"Les"quatre"systèmes"de"culture"distingués"sur"l exploitation"font"chacun"l objet" d une"description"en"trois"parties." La" première" consiste" en" la" reconstitution+ des+ pratiques" sur" la" base" des" enregistrements" réalisés" pour" les" campagnes" culturales" 2007O2008" à" 2011O2012." Cette" reconstitution" vise" à" tirer"de"la"variabilité"des"pratiques"enregistrées"des"pratiques"type"qui"serviront"de"base"à"la" caractérisation" des" performances" des" systèmes" de" culture." Pour" chaque" système" de" culture," une"rotation"type"a"d abord"été"retenue"(voire"deux"dans"le"cas"du"système"de"culture"sc1"pour" lequel" les" pratiques" sont" nuancées" en" fonction" du" type" de" sol)." Pour" chaque" culture" des" rotations" retenues," un" itinéraire" technique" type" a" été" reconstitué." Ces" itinéraires" techniques" sont"définies"par"une"série"d interventions,"ellesomêmes"définies"par"une"date,"une"fréquence" et" une" quantité" lorsque" l intervention" fait" intervenir" un" intrant" ou" une" production" (semis," récolte ).Les" dates" retenues" sont" des" dates" médianes" pluriannuelles" alors" que" les" quantité" retenues"sont"des"moyennes"pluriannuelles."la"variabilité"est"présenté"à"titre"indicatif":"dates" médianes"annuelles"mini"et"maxi"ou"moyenne"annuelle"mini"et"maxi." La" seconde" partie" porte" sur" les" performances" du" système" de" culture" considéré." Dans" un" premier"temps,"des"indicateurs"de"performances"économique,"sociale"et"environnementale"ont" été" calculés" à" l aide" de" l outil" CRITER" pour" chacun" des" systèmes" de" culture" (les" indicateurs" calculés"sont"présenté"en"annexe"11."ces"indicateurs"ont"dans"un"second"temps"été"agrégés"à" l aide"de"l outil"masc"(craheix"et"al.,"2012)"pour"aboutir"à"une"évaluation"de"la"contribution"au" développement" durable" de" chaque" système" de" culture." A" noter" que" pour" ce" faire," chaque" système"de"culture"a"du"être"considéré"de"façon"isolé":"ceci"a"conduit"à"considérer"la"production" comme" intégralement" vendue," y" compris" les" fourrage" et" la" paille" (sauf" pour" le" système" de" culture" SC4" où" la" paille" est" considérée" restituée)" et" l ensemble" des" intrants" achetés." A" noter" également"que"ce"travail"a"été"réalisé"en"s appuyant"largement"sur"le"paramétrage"par"défaut" des"outils"criter"et"masc."en"l état,"cette"approche"des"performances"permet"d identifier"des" points"forts"et"faibles"pour"chaque"système"de"culture."elle"pourrait"être"affiné"en"adaptant"ce" paramétrage":" coût" unitaires" des" intrants," valeurs" d amortissements," débits" de" chantier" notamment"pour"criter,"indicateurs,"valeurs"seuil"et"pondérations"pour"masc."" Enfin,"une"troisième"partie"est"consacrée"à"la"présentation"d éléments+décisionnels."elle"vise"à" expliciter"les"pratiques"mises"en"œuvre,"en"tant"que"résultantes"d un"contexte"pédooclimatique" et"des"objectifs"visés"par"l exploitant."pour"le"système"de"culture"sc1,"une"carte"conceptuelle" des" fonctions" visées" a" été" établie," sur" laquelle" chaque" technique" (technique" élémentaire" ou" combinaison"de"techniques"de"type"itinéraire"technique"ou"système"de"culture"complet)"a"été" définie"par"une"fonction"(pour"quoi"la"technique"est"mise"en"œuvre)"et"une"solution"(ce"qui"est" fait" pour" remplir" la" fonction)." La" carte" conceptuelle" complète" est" proposée" en" Annexe" 16" et" suivantes." Dans" le" document," sont" proposées" des" extraction" de" cette" carte" concernant" les" stratégies"de"gestion"des"adventices"et"de"gestion"de"l alimentation"azotée." Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 21 sur 74

22 3.1. SC1LRotationprairietemporaire culturesannuellesenabavecapports organiques Introduction:traitsdusystèmedeculture Labour Labour Engrain 26q/ha# Labour Blétendre hiver 45q/ha# Lennlle 17q/ha# Prairie temporaire 3d5ans# Hersage Labour Blétendre hiver 28q/ha# Labour Hersage Compost Figure12:ReprésentationschématiquedusystèmedecultureSC1LRotationprairietemporaire culturesannuellesenab avecapportsorganique Variantessurpetitesterres: Labour Binage Labour Labour Blétendre hiver 28q/ha# Mélange fourrager 37q/ha# Tournesol 26q/ha# Blétendre hiver 26q/ha# Labour Prairietemporaire 3d5ans# Hersage Labour# Hersage Compost Figure13:ReprésentationschématiquedusystèmedecultureSC1 LRotationprairietemporaire culturesannuellesenab avecapportsorganiques Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 22 sur 74

23 Principales stratégiesà l échelledela rotationetde l assolement Prairie temporaire Blé Lentille (outournesol, colza,féverole, pommede terre ) Rotationalternantculturesannuellesadaptéesàladisponibilitéenazote,et prairietemporaireimplantéequandl enherbementdevientdifficileàgérer surculturesannuelles. Laboursystématique Apportdefumiercompostétousles4ans Dimensionnementdesparcellesadaptéàlasurfacepouvantêtretravaillée enunejournée(environ8ha)etprésencedehaieshautes. Prairiemultispécifiquede3à5ans,associantlégumineusesetgraminées, entretenue par hersage et broyage des refus et exploitée par fauche et pâturage Variétécouvranteetpeusensibleauxmaladies,panifiablesurpetitesterres Semisenconditionsfavorablesàundémarragerapide Pourlalentille,implantationenassociationàlacameline Blé (oumélange fourrager) Engrain (ouépeautre, orgede printemps,blé ) Pour le blé, variété couvrante et peu sensible aux maladies, panifiable sur petitesterres Semisenconditionsfavorablesàundémarragerapide Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 23 sur 74

24 Lespratiques Méthodologie+:"Les"pratiques"retenues"pour"ce"système"de"culture"ont"été"reconstituées"sur"la" base"des"pratiques"enregistrées"sur"les"parcelles"associées"aux"systèmes"de"culture"sc1"et"sc2" (on" considère" qu à" ce" stade" les" parcelles" avec" alignements" d arbres" intra" parcellaire" ne" font" pas" l objet" d une" conduite" distincte" des" autres" parcelles)," et" dont" les" potentialités" ont" été" qualifiées"de"«"+"»"ou"«"0"»." Pour" les" prairies" temporaires," le" rendement" moyen" pluriannuel" a" été" calculé" en" excluant" la" campagne"2010o2011,"pour"laquelle"le"rendement"est"considéré"accidentellement"bas." Solnu Prairie temporaire (14parcelles) Solnu Blétendre hiver (17parcelles) 22août (4 26août) 10sept. (30août 22sept.) 19sept. (6sept. 2oct.) 19sept. (6sept. 2oct.) Année1 Année2 Année3 Année4 21oct. (5d27oct.) 20sept. (6sept. 3oct.) 22juin (20juin 1 er juil.) 15mars (10 20mars) 22juin (20juin 1 er juil.) 15mars (10 20mars) 22juin (20juin 1 er juil.) 1 er mars (1 er 10mars) 15mars (10 20mars) 22juin (20juin 1 er juil.) Déchaumaged1parcellesur2 Déchaumage 1parcellesur3 Labour Semis RGActiva(10kg/ha) RGTwimax(10kg/ha) LuzerneCannelle(5kg/ha) Trèflebl.Excel(2kg/ha) TrèfleblancWinterwhite(2kg/ha) FétuqueDauphine(4kg/ha) FléoleAnjo(2kg/ha) DactyleEreva(4kg/ha) Roulage Fauche 6parcellessur10 4.4t/ha( t/ha) Hersage 1parcellesur2 Fauche 6parcellessur10 4.4t/ha( t/ha) Hersage 8parcellessur10 Fauche 5parcellessur10 4.4t/ha( t/ha) Epandagecompost 10t/ha Hersage 9parcellessur10 Fauche 4parcellessur10 4.4t/ha( t/ha) 1 er Déchaumage 2parcellessur3 2 ème Déchaumaged1parcellesur3 3 ème Déchaumage 1parcellesur10 13nov. (29oct. 21nov.) 15nov. (24oct. 27nov.) Labour Semis 205kg/ha( kg/ha) 2parcellessur3enassociation(Variétéslesplusemployées: Ataro,Titlis) Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 24 sur 74

25 Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 25 sur 74 18mars (13fév. 28mars) Herseétrilled1parcellesur3 10août (4 17août) Récolte 29q/ha(22 36q/ha) 10août (4 17août) Ramassagepaille 3.6t/ha( t/ha) Solnu 24août (19août 21sept.) Déchaumage 14oct. (22sept. 6nov.) Déchaumage 4parcellessur10 17fév. (30déc. 1 er avr.) Labour 19mars (18 20mars) Reprise Lentille (5parcelles) 28mars (21mars 4avr.) Semis 110kg/ha( kg/ha) VariétéAnicia+cameline 28mars (21mars 4avr.) Roulage 1parcellesur2 10août (31juil. 25août) Récolte 17q/ha(14d20q/ha) Solnu 18août (14août 9sept.) Déchaumage 30sept. Déchaumage 1parcellesur6 25oct. (20oct. 3nov.) Labour Blétendre hiver (4parcelles) 28oct. (23oct. 3nov.) Semis 216kg/ha( kg/ha) 3parcellessur4enassociation(Pirénéo,Ataro,Titlis,Attlass) 18mars (13fév. 28mars) Herseétrilled1parcellesur3 03août (01 12août) Récolte 47q/ha(30 65q/ha) 03août (01 12août) Ramassagepaille 5.2t/ha( t/ha) Solnu 13sept. (5sept. 27oct.) Déchaumage 19sept. (15 24sept.) Déchaumaged1parcellesur3 11oct. (6oct. 10nov.) Labour Engrain (10parcelles) 12oct. (8 14oct.) Semis 156kg/ha( kg/ha) 12oct. (8 14oct.) Roulage 2parcellessur3 16mars (6mars 1 er avr.) Herseétrille 2parcellessur3 16août (12 28août) Récolte 27q/ha(21q/ha 37q/ha) 16août (12 28août) Ramassagepailled4annéessur5 4.4t/ha(4 4.8t/ha)

26 Variantesurpetitesterres: Méthodologie+:"Les"pratiques"retenues"pour"ce"système"de"culture"ont"été"reconstituées"sur"la" base"des"pratiques"enregistrées"sur"les"parcelles"associées"aux"systèmes"de"culture"sc1"et"dont" les"potentialités"ont"été"qualifiées"de"«"o"»"ou"«"0"»." Pour" les" prairies" temporaires," le" rendement" moyen" pluriannuel" a" été" calculé" en" excluant" la" campagne"2010o2011,"pour"laquelle"le"rendement"est"considéré"accidentellement"bas." Solnu Prairie temporaire (14parcelles) Solnu Blétendre hiver (10parcelles) 22août (4 26août) 10sept. (30août 22sept.) 19sept. (6sept. 2oct.) A1 A2 A3 A4 18sept. (3sept. 2oct.) 20sept. (6sept. 3oct.) 22juin (20juin 1 er juil.) 15mars (10 20mars) 22juin (20juin 1 er juil.) 15mars (10 20mars) 22juin (20juin 1 er juil.) 1 er mars (1 er 10mars) 15mars (10 20mars) 22juin (20juin 1 er juil.) Déchaumaged1parcellesur2 Déchaumage 1parcellesur3 Labour Semis RGActiva(10kg/ha) RGTwimax(10kg/ha) LuzerneCannelle(5kg/ha) Trèflebl.Excel(2kg/ha) TrèfleblancWinterwhite(2kg/ha) FétuqueDauphine(4kg/ha) FléoleAnjo(2kg/ha) DactyleEreva(4kg/ha) Roulage Fauche 6parcellessur10 4.4t/ha( t/ha) Hersage 1parcellesur2 Fauche 6parcellessur10 4.4t/ha( t/ha) Hersage 8parcellessur10 Fauche 5parcellessur10 4.4t/ha( t/ha) Epandagecompost 10t/ha Hersage 9parcellessur10 Fauche 4parcellessur10 4.4t/ha( t/ha) Déchaumage 2parcellessur3 12oct. (21sept. 2nov.) Déchaumaged1parcellesur3 30oct. (22oct. 26nov.) 27oct. (24 30oct.) 13fév. 9août (5d14août) Labour Semis 209kg/ha( kg/ha) 2parcellessur3enassociation(Variétéslesplusemployées: Ataro,Ségor) Herseétrilled1parcellesur4 Récolte 26q/ha(20 34q/ha) 10août Ramassagepaille 9parcellessur10 Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 26 sur 74

27 Solnu Tournesol (7parcelles) Solnu Mélange fourrager (4parcelles) Solnu Blétendre hiver (3parcelles) (5d14août) 1 er sept. (20août 13sept.) 3.6t/ha( t/ha) Déchaumage Déchaumage 30avr. ou6déc. 30avr. (24avr. 04mai) 30avr. 4mai (28avr. 5mai) 7mai 11juin (3juin 9juil.) 11oct. (8 14oct.) 27sept. (10sept. 15oct. 18nov. 13nov. (4 13nov.) 16nov. (4d24nov.) 13août (13d20août) 15août 16sept. Labour 9parcellessur10 Reprise 9parcellessur10 Systématiqueetplusprécocesilabourd hiver Reprise 4parcellessur10 Silabourd hiver Semis gr/ha VariétéAlisson Roulage 1parcellesur3 Binage Récolte 19q/ha(5d27q/ha) Déchaumage 2parcellessur3 Déchaumage 1parcellesur6 Labour 8parcellessur10 Semis 238kg/ha(196d285kg/ha) FéveroleIréna,EpeautreAlkor,TriticaleGrandval Récolte 37q/ha(28 43q/ha) Ramassagepailled8parcellessur10 4t/ha( t/ha) Déchaumage (11 21seppt.) Déchaumaged1parcellesur2 21oct. (18 25oct.) 21oct. (18d25oct.) 29mars 6août (2d11août) 13août (13d20août) Labour Semis 221kg/ha(215d228kg/ha) Touteslesparcellesenassociation(variétélaplus employée:titlis) Herseétrille 3parcellessur4 Récolte 28q/ha(26q/ha 31q/ha) Ramassagepaille 1parcellesur2 2.4t/ha Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 27 sur 74

28 Lesperformances Méthodologie+:" Les" caractéristique" de" sol" prises" en" compte" pour" la" caractérisation" des" performances"sont"celles"associé"au"sol"11" "LMB"profond." Les" données" climatiques" utilisées" correspondent" aux" données" de" la" station" de" Grignon" enregistrées"en"2010." Figure14:EvaluationparlaméthodeMASCdelacontributionaudéveloppementdurabledusystèmedeculture SC1L Rotationprairietemporaire culturesannuellesenabavecapportsorganiques La contribution de ce système de culture au développement durable a été évaluée comme élevée: très élevée pour les dimensions économique et environnementale, mais moyenne pourladimensionsociale. Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 28 sur 74

29 Lacontributionmoyenneàladimension sociales expliquetoutd abordparlafournitureen matière première. Cet indicateur est issu d une comparaison du rendement renseigné pour chaquecultureaurendementpotentielquipourraitêtreobtenupouruneconduiteintensive (Annexe8).Lacontributionàl emploiestégalementjugéefaibleàmoyennepouruntemps de travail estimé à 3,16 h/ha/an. Enfin, la complexité des itinéraires techniques et jugée moyenneàélevéeavecseptculturesjugéesmoyennementdifficileàconduireetuneculture jugée difficile à conduire (lentille) sur huit années de rotation. Le classement des cultures selon leur difficulté à être conduite s appuie sur la fréquence de nondrécolte sur les cinq campagnesculturalesconsidérées.ilmériteraitd êtreconfrontéàl appréciationd O.Ranke. Concernant la dimension économique, un indicateur est considéré comme très faible: le maintien de la fertilité phosphodpotassique. Pour le phosphore comme pour le potassium, l état de fertilité initial du sol et son pouvoir tampon ont été qualifiés de «moyens» par défautdeconnaissance.pourcesdeuxéléments,lebilanetlerecyclageinternesontévalués comme «faibles» du fait de l export systématique des pailles et de l absence d apport, en dehorsdesapportsdecompost. Figure15:Evaluationdel arbresatellite«maintiendelafertilitéphospholpotassique»pourlesystèmedeculturesc1l Rotationprairietemporaire culturesannuellesenabavecapportsorganiques La contribution du système de culture à la dimension environnementale est considérée comme très élevée, cependant l évaluation fait ressortir plusieurs points faibles. La maîtrise du statut organique du sol tout d abord est considérée comme faible à moyenne, avec une valeurde6,05pourl indicateuri MO,suruneéchellede1à10etavecunevaleurconsidérée comme satisfaisante à partir de 7. Cette appréciation serait à confronter à l évolution observéedutauxdematièreorganiquedesparcellesassociéesàcesystèmedeculture. La conservation de la macrofaune du sol est jugée faible à moyenne, du fait du labour systématiqueavantimplantationdesculturesetdel effetdesapportsdematièreorganique jugéàtraversl indicateuri MO mentionnéplushaut. Figure 16: Evaluation de l arbre satellite «Conservation de la macrolfaune du sol» pour le système de culture SC1 L Rotationprairietemporaire culturesannuellesenabavecapportsorganiques Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 29 sur 74

30 L abondance floristique enfin est estimée faible à moyenne. Elle est appréciée à travers l indicateur«maîtrisedesadventice»,elledmêmejugéemoyenneàélevéecomptedtenudes pratiquesdeluttesphysique(travaildusoletdésherbagemécanique)etdecontrôlecultural. Cetteappréciationseraitégalementàconfronterauxobservationsdeprésenced adventices surlesparcellesassociéesàcesystèmedeculture. Méthodologie+:" Les" caractéristique" de" sol" prises" en" compte" pour" la" caractérisation" des" performances"sur"petites"terres"sont"celles"associé"au"sol"42" "LA"semiOprofond." Figure17:EvaluationparlaméthodeMASCdelacontributionaudéveloppementdurabledusystèmedeculture SC1 L Rotationprairietemporaire culturesannuellesenabavecapportsorganiques Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 30 sur 74

31 Lacontributionaudéveloppementdurabledelavarianteretenuecommereprésentativedes pratiques sur petites terres est également estimée très élevée: très élevée pour les dimensionséconomiquesetenvironnementales,moyennepourladimensionsociale. De manière générale, les explications proposées plus haut pour le système de culture SC1 concernantlafournitureenmatièrespremières,lacontributionàl emploi,lacomplexitédes itinéraires techniques, la maîtrise de la fertilité phosphodpotassique, la conservation de la macrofaunedusoletl abondancefloristiques appliquentégalementàcettevariante.celledci présented autrespointsfaibles. Concernantladimensionéconomiquetoutd abord,larentabilitéestjugéefaibleàmoyenne avec une marge semidnette de 573 /ha/an. L efficience économique, rapport du produit dégagé(horsaides)surleschargesengagées(opérationnellesetdemécanisation)estjugée faibleàmoyenne. Pourcequiestdeladimensionenvironnementale,lamaîtrisedespertesdenitrateestjugée faibleàmoyenneavec50kgd azotenitriqueperdusenmoyenneparhectareetparan,cequi peut s expliquer par les caractéristiques du sol, plus vulnérable à la lixiviation. A noter que cettequantitéaétécalculéeenutilisantlesdonnéesclimatiquesdelastationdegrignonpour l année 2010: il conviendrait de confirmer ce calcul avec les données moyennes pluriannuellesdelastationdevillarceaux. Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 31 sur 74

32 Actionsurle stocksemencier Luttephysique Lesdécisions Stratégiedemaîtrisedesadventices: Rotationavecprairieimplantéequandlesalissementestproblématiquesurculturesannuelles Dégradationdustocksemencierfavoriséeparlaboursystématiqueavantimplantationdescultures Montéeà graineévitée parlafaucheet lebroyagedes refus Eliminationdesadventicesprésentesenculturesannuellesparbinage systématiquesitempsdisponible Prairie temporaire Blé Lennlle Blé Engrain Résultatsattendus: Contenirlespertesde rendementduesaux adventicesàun niveauacceptable Atténuation Compétitivitéde laprairiefavorisée parpassagede hersedeprairieà lareprisede végétation Couvertconcurrentielobtenuparlechoix d unevariétéhauteseméeenconditions favorablesàunecroissanceetun développementrapide Figure18:ReprésentationsynthétiquedelastratégiedegestiondesadventicespourlesystèmedecultureSC1LRotation prairietemporaire culturesannuellesenabavecapportsorganiques Stratégiedemaîtrisedel alimentationazotée: RotationavecprairiepourmaintenirouaccroîtrelestockdeMOetlégumineuses(prairieetlentille)pourfixerdel Natmosphérique Actionsurla fournitured N parlesol MaintienouaccroissementdustockdeMOpar apportdefumiertousles4ans Reprisedeminéralisationfavoriséeparbinagesystématique surculturesannuellessitempsdisponible Prairie temporaire Blé Lennlle Blé Engrain Résultatsattendus: Contenirlespertesde rendementduesaux carencesazotéesàun niveauacceptable Adaptationdela cultureàla disponibilitéenn Variété panifiablesur petitesterres Variétépanifiablesur petitesterresoumélange fourragerensituationde faibledisponibilitéenn Figure19:Représentationsynthétiquedelastratégiedegestiondel alimentationazotéepourlesystèmedeculturesc1l Rotationprairietemporaire culturesannuellesenabavecapportsorganiques Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 32 sur 74

33 3.2. SC2LRotationprairietemporaire culturesannuellesenabavecapports organiquesetalignementsd arbresdanslesparcelles Introduction:traitsdusystèmedeculture Labour Labour Engrain 26q/ha# Labour Blétendre hiver 45q/ha# Lennlle 17q/ha# Prairietemporaire 3d5ans# Hersage Labour Blétendre hiver 28q/ha# Compost Labour Hersage Figure20:ReprésentationschématiquedusystèmedecultureSC2LRotationprairietemporaire culturesannuellesenab avecapportsorganiquesetalignementsd arbresdanslesparcelles Principales stratégiesà l échelledela rotationetde l assolement Prairie temporaire Blé Lentille (outournesol, colza,féverole, pommede terre ) Rotation alternant cultures annuelles, adaptées à la disponibilité en azote, et prairie temporaire, implantée quand l enherbement devient difficile à gérersurculturesannuelles. Laboursystématique Apportdefumiercompostétousles4ans Dimensionnementdesparcellesadaptéàlasurfacepouvantêtretravaillée enunejournée(environ8ha) Alignementsd arbresintraparcellairesimplantésàtitreexpérimentale Prairiemultispécifiquede3à5ans,associantlégumineusesetgraminées, entretenue par hersage et broyage des refus et exploitée par fauche et pâturage Variétécouvranteetpeusensibleauxmaladies,panifiablesurpetitesterres Semisenconditionsfavorablesàundémarragerapide Implantationenassociationàlacameline Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 33 sur 74

34 Blé (oumélange fourrager) Engrain (ouépeautre, orgede printemps,blé ) Variétécouvranteetpeusensibleauxmaladies,panifiablesurpetitesterres Semisenconditionsfavorablesàundémarragerapide Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 34 sur 74

35 Lespratiques Les pratiques mises en œuvre pour le système de culture SC2 diffèrent de celles mises en œuvrepourlesystèmedeculturesc1uniquementparl implantationd arbresenalignements intraparcellaires. Choixd implantation(date,protection,essences ) Résultatstechniquesà4ans AcompléterBS Lesperformances A ce stade, les performances du système de culture SC2 peuvent être considérées comme identiquesàcellesdusystèmedeculturesc Lesdécisions LesstratégiespluriannuellesdécritespourlesystèmedecultureSC1peuventêtreconsidérées commevalideégalementpourlesystèmedeculturesc2. Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 35 sur 74

36 3.3. SC3LPrairiespermanentesenAB Introduction:traitsdusystèmedeculture Prairiepermanente Figure21:ReprésentationschématiquedusystèmedecultureSC3 PrairiespermanentesenAB Principales stratégiesà l échelledela rotationetde l assolement Prairie temporaire Présencedehaieshautes. Prairiesnaturelles,entretenueparbroyagedesrefusetexploitéeparfauche etpâturage Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 36 sur 74

37 Lespratiques Méthodologie+:"le"rendement"moyen"pluriannuel"a"été"calculé"en"excluant"la"campagne"2010O 2011,"pour"laquelle"le"rendement"est"considéré"accidentellement"bas." Prairie permanente 10mars (5 15mars) 20juin 10 25juin Hersage 2parcellessur5 Fauche 1parcellesur4 2.8t/ha(2 4t/ha) Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 37 sur 74

38 Lesperformances Méthodologie+:" Les" caractéristique" de" sol" prises" en" compte" pour" la" caractérisation" des" performances"sont"celles"associé"au"sol"63" "LAC"peuOprofond." Figure22:EvaluationparlaméthodeMASCdelacontributionaudéveloppementdurabledusystèmedeculture SC1L PrairiespermanentesenAB LacontributionaudéveloppementdurabledusystèmedecultureSC3estjugéeélevée,avec une contribution très élevée aux dimensions sociale et environnementale, mais faible à la dimensionéconomique. Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 38 sur 74

39 Pourladimensionéconomique,celasetraduitpardesrésultatséconomiquestrèsfaible,avec notammentunemargesemidnettede411 /ha/an.cesrésultatssontlefaitdeshypothèses de valorisation faites pour la caractérisation des performances: la valorisation faite par pâturageenplusd unecoupedefoinn esticipaspriseencompte.lacapacitéàproduireà longtermeestégalementjugéetrèsfaible,dufaitdumaintiendelafertilitéphysicodchimique et de la maîtrise des bioagresseurs. Ce résultat renvoi aux domaine de validité du modèle: conçusurlecasdesystèmesdecultureassolée,l absenced interventionsmécaniques(travail dusoloudésherbagemécanique)etlarotation(assimiléeàunemonoculture)sontassimilésà unedégradationdelafertilité.uneévaluationpluspertinentedelacapacitéàproduiredece systèmedeculturenécessiteraitd adapterlechoixdesindicateursbasiques. Concernant la dimension sociale, la contribution à l emploi est considérée comme un point faibledecesystèmedecultureavec2,02heurestravailléesparhectareetparan. Enfin,pourladimensionenvironnementale,troisindicateurssontconsidéréscommefaibles. L efficienceénergétiquetoutd abordnedoitpasêtreconsidérée:elleestestiméenulleicidu faitdel absencedeparamétragepourlesprairiespermanentes. Laconservationdesinsectesvolantsestestiméefaibleàmoyenne:endépitdel absencede traitementsinsecticides,laprairiepermanenteestassimiléeàunemonoculturedéfavorable auxinsectes.commementionnéplushautpourl évaluationdelacapacitédeproduireàlong termedecesystèmedeculture,cetindicateurseraitàadapter. Figure23:Evaluationdel arbresatellite«conservationdesinsectesvolants»pourlesystèmedeculturesc3 Prairies permanentesenab Ladiversitéfloristiqueenfinestjugéefaibleàmoyenne,cettefoisdcienraisondel absencede diversitédespériodesd implantation.cetindicateurseraitdoncégalementàadapter. Figure24:Evaluationdel arbresatellite«diversitéfloristique»pourlesystèmedeculturesc3 Prairiespermanentesen AB Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 39 sur 74

40 Lesdécisions Ce système de culture est considéré marginal par rapport aux autres: les éléments décisionnelsexpliquantsaconduiten ontdoncpasétérecueillis. Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 40 sur 74

41 3.4. SC4LRotationluzerne culturesannuellesenabsansapportsorganiques (LaMotte) Introduction:traitsdusystèmedeculture Labour Fauche Labour Mélange céréalier 31q/ha# Avoine nue 24q/ha# Luzerne Fauche Fauche Fauche Labour Blétendre hiver 40q/ha# Féverole `printemps 35q/ha# Sarrasin 13q/ha# Blétendre hiver 48q/ha# Labour Labour Labour Figure25:ReprésentationschématiquedusystèmedecultureSC4LRotationluzerne culturesannuellesenabsans apportsorganiques(lamotte) Principales stratégiesà l échelledela rotationetde l assolement Luzerne Blé Sarrasin Féverolede printemps Blé Mélange céréalier Avoinenue Rotationavecluzerneetculturesannuelles Laboursystématique Pasd apportd effluents Restitutiondesrésidus(saufsiproductiondepailleinsuffisantesurlereste duparcellaire) Dimensionnementdesparcellesadaptéàlasurfacepouvantêtretravaillée enunejournée(environ8ha)etprésencedehaieshautes. Luzerneimplantéesouscouvertd avoinenue Récoltéepourvalorisationsurl exploitationouendéshydratation Variétécouvranteetpeusensibleauxmaladies Semisenconditionsfavorablesàundémarragerapide Variétécouvranteetpeusensibleauxmaladies Semisenconditionsfavorablesàundémarragerapide Associationpoisdtriticale Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 41 sur 74

42 Solnu Luzerne (5parcelles) Solnu Blétendre hiver (5parcelles) Solnu Sarrasin (3parcelles) Solnu Lespratiques 13fév. Labour 2annéessur5 (8déc. 22avr.) 18mars Déchaumage 3annéessur5 (17sept. 24avr.) 15mars Semis(souscouvertd avoine) (1 er 25mars) 29kg/ha(25 31kg/ha) VariétéCannelle A1 Resemisaprèstravaildusol 2annéessur5 15juin Fauche 2annéessur5 (15mai 1 er juil.) 4.4t/ha(4 4.8t/ha) A2 1 er août (5juil. 31août) 15juin (15mai 1 er juil.) 1 er août (5juil. 31août) 17août (15août 15sept.) 15sept. (1 er 25sept.) 25oct. (15oct. 5nov.) 25oct. (15oct. 10nov.) 7mars (10fév. 30mars) 05août (25juil. 15août) 05août (25juil. 15août) 31août (31août 5sept.) 23déc. (10oct. 5janv.) 5avr. (5mars 5mai) 5mai (5avr. 5mai.) 5mai (5avr. 5mai.) 20oct. (20sept. 20oct.) 1 er sept. (15août 15sept.) 20janv. (25déc. 20fév.) Fauche 2annéessur5 2.4t/ha Fauche 3.6t/ha(2 5.2t/ha) Fauche 4t/ha( t/ha) Déchaumage Déchaumage Labour Semis 210kg/ha( kg/ha) VariétéAttlass Herseétrille 2annéessur5 Récolte 48q/ha(35d57q/ha) Ramassagepaille 2annéessur5 3,6t/ha(1,6 5,2t/ha) Déchaumage Labour Reprise Reprise Semis 32kg/ha(30 35kg/ha) VariétéHarpe Récolte 13q/ha(11d14q/ha) Déchaumage Labour Féverole 25fév. Semis Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 42 sur 74

43 printemps (5parcelles) Solnu Blétendre hiver (5parcelles) Solnu Mélange céréalier (5parcelles) (15fév. 15mars.) 20août (15d25août) 15sept. (20août 20sept.) 20oct. (25sept. 25oct.) 25oct. (15oct. 1 er nov.) 30mars (12fév. 30mars) 05août (25juil. 15août) 05août (25juil. 15août) 15août (1 er 20août) 20sept. (10sept. 25oct.) 20nov. (5 30nov) 20nov. (1 er 30nov.) 10fév. 5août (1 er 15août) 1 er sept. (15août 15sept.) Solnu 20sept. (5d30sept.) 30janv. (15déc. 25mars) Avoinenue (5parcelles) 15mars (1 er 25mars) 15août 1(0 31août) 15août 1(0 31août) Récolte 200kg/ha( kg/ha) VariétéLady 35q/ha(21 52q/ha) Déchaumage Labour Semis 205kg/ha( kg/ha) VariétéRenan Herseétrille 3annéessur5 Récolte 40q/ha(38q/ha 44q/ha) Ramassagepaille 2annéessur5 3,6t/ha(1,6 5,2t/ha) Déchaumage Déchaumage Labour Semis 155kg/ha( kg/ha) Pois blé,pois orgeoupoisdtriticale Herseétrille 1annéesur5 Récolte 31q/ha(16q/ha 42q/ha) Déchaumage Déchaumage Labour Semis 125kg/ha( kg/ha) VariétéIzak Récolte 24q/ha(9q/ha 33q/ha) Ramassagepaille 2annéessur5 2,4b/ha(1,6 2,8b/ha) Résultatstechniques:Relevésadventices,fertilitéphysique AcompléterBS Version1.0 16/08/2013 Monographiedel EARLduCheminNeuf Page 43 sur 74

Journée technique GC AB Essai système de culture

Journée technique GC AB Essai système de culture Journée technique GC AB Essai système de culture Contexte Contexte V. Salou 2011 2012 2013 2014 Constat : la production de céréales et de protéagineux bio est déficitaire de 30% en Bretagne Conception

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA outil d aide à la décision par programmation linéaire Veysset P., Lherm M., Bébin D. Opt'INRA

Plus en détail

Rotation et Assolement

Rotation et Assolement Cas type grandes cultures biologiques TERRES E GROIES SUPERFICIEES AEC UZERNE Orge de printemps Rotation et Assolement MAIN d oeuvre uth Pois de printemps Tournesol Triticale SAU ha SO Terres de groies

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 EARL le Feuil Isabelle et Pascal VASLET Saint-Etienne en Coglès Redon Production laitière 2014 2011 L HISTORIQUE 1934 1963 1988 1992 1994 1997 2011 2012 2013 20 mai 2013 Location de la ferme du Feuil par

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Comment choisir les espèces?

Comment choisir les espèces? 16 Disposer d un gazon en adéquation avec l environnement pédo-climatique, avec l utilisation de la prairie (pâturage et/ou fauche), sa durée, et le type de bovins (lait ou viande) sont des éléments à

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Rencontre SENAT 31 Mai 2011

Rencontre SENAT 31 Mai 2011 Rencontre SENAT 31 Mai 2011 QUI NOUS SOMMES 1 ER RESEAU ASSOCIATIF DE CONSEIL ET D EXPERTISE COMPTABLE NOTRE METIER SPECIALISTE DU CONSEIL PLURIDISCIPLINAIRE AU CHEF D ENTREPRISE OU SOMMES-NOUS? 700 AGENCES

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

. Bâtiments : Système BREBIS PROLIFIQUE. 1 uta sur 75 ha avec 500 brebis. Les moyens de production UN SYSTÈME SOUPLE À CONTRE SAISON.

. Bâtiments : Système BREBIS PROLIFIQUE. 1 uta sur 75 ha avec 500 brebis. Les moyens de production UN SYSTÈME SOUPLE À CONTRE SAISON. Système BREBIS PROLIFIQUE Limousin 1 uta sur 75 ha avec 500 brebis Dans le cadre du choix d une production de contre saison, ce système implique l utilisation de brebis désaisonnées et prolifiques Il peut

Plus en détail

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB

Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB Les prairies multi-espèces produisent plus que le RGA - TB + 1,5 t MS/ha sur 3 essais Y compris sur sols profonds Rendement annuel (T MS/ha) 11 9 8 7 6 5 4 3 4,2 5,7 8,4,1 3,8 5,2 Essai 1 Essai 2 Essai

Plus en détail

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver?

Vers une alimentation 100% AB. Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations? Quelles stratégies pour y arriver? Vers une alimentation 100% AB Quelles matières premières pour équilibrer les rations?

Plus en détail

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN

Couverts DN et SIE. la Zone Vulnérable. groupes cultures juillet 2015. campagne 2014-2015. ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN Couverts DN et SIE groupes cultures juillet 2015 la Zone Vulnérable campagne 2014-2015 ZAR ZAR = Zone Action Renforcée = pour partie anciennes ZPPN 1 la Zone Vulnérable Projet d extension : Bassin Seine

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Ferme de Tours Fondettes Fondettes

Ferme de Tours Fondettes Fondettes Service Régional de la Formation et du Développement FERMOSCOPIE Description du fonctionnement d une exploitation agricole Ferme de Tours Fondettes 37 230 Fondettes Polyculture Viticulture Horticulture

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

VALORISER LES PRAIRIES

VALORISER LES PRAIRIES RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA VALORISER LES PRAIRIES Autonomie alimentaire et valorisation des prairies dans les élevages ovins de l Ouest LA PLUPART DES SYSTÈMES

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Bovin viande biologique

Bovin viande biologique Bovin viande biologique Les points clefs Les fondements de l agriculture biologique Le lien au sol : les productions animales doivent contribuer à l équilibre des systèmes. Ainsi, l élevage hors sol est

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation

Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation Relance de la culture de luzerne en Poitou-Charentes en lien avec le développement de la méthanisation - Groupe de travail Etude de la rentabilité des systèmes de culture intégrant de la luzerne Synthèse

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances

La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances Jean-Louis Peyraud, Inra DS Agriculture.01 UE-27 La prairie en Europe en quelques chiffres Une place majeure dans l occupation

Plus en détail

La conduite du troupeau

La conduite du troupeau La conduite du troupeau 50 VA charolaises 52 PMTVA SAU 70 ha Prairies 55 ha 15 ha Céréales auto-conso. Reproduction Objectif : vêlages groupés du 1 er aout au 1 er novembre Nécessité de surveiller les

Plus en détail

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques

Programme RotAB. Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Programme RotAB Connaître, caractériser et évaluer les rotations en systèmes de grandes cultures biologiques Rotations en grandes cultures biologiques sans élevage 8 fermes-types, 11 rotations Repères

Plus en détail

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu

à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. s impose afin d adapter le système retenu Dans tous les cas, une étude préalable s impose afin d adapter le système retenu à votre exploitation, pour le dimensionner et vous accompagner dans la démarche. FICHE N 1 Pour les effluents avec une réelle

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins

Couverture des sols en interculture Choisir et conduire un couvert adapté à ses besoins Note technique n 25 Mai 2012 L opération de conseil Agr Eau Madon, co-financée par l Agence de l Eau Rhin Meuse et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations et des conseils en faveur de

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 LA FERME DU ROZAY Pierre ROZE et Sébastien HIVERT Essé Redon Vaches allaitantes 2012 2011 L HISTORIQUE 2003 2005 2010 2011 2012 Installation de Pierre qui reprend la ferme de ses parents en créant une

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges

Sur nos captages... cultivons l eau des Vosges Inconvénient Avantages Fiche n 29 Septembre 2012 Cette fiche technique, co-financée par l Agence de l Eau Rhin-Meuse, le Conseil Général des Vosges et le CASDAR, est destinée à vous apporter des informations

Plus en détail

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson

Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Démonstration d implantation des engrais verts après moisson Mercredi 2 juillet 2014 14 h - Ittenheim Edouard Cholley Félix Meyer Gérald Huber Introduction Voir les couverts végétaux, comme un outil agronomique

Plus en détail

Historique. Ovins lait et Pommes de terre. GAEC Bio-Nature. Vincent ESPINASSE & Gildas DOUSSET. Sévignac, 12 510 DRUELLE.

Historique. Ovins lait et Pommes de terre. GAEC Bio-Nature. Vincent ESPINASSE & Gildas DOUSSET. Sévignac, 12 510 DRUELLE. GAEC Bio-Nature Vincent ESPINASSE & Gildas DOUSSET Sévignac, 12 510 DRUELLE Ovins lait et Pommes de terre Grâce à son expérience dans le bio, le Gaec Bio-Nature est aujourd hui une structure performante

Plus en détail

AGIR 1248 INRA/INPT & UE

AGIR 1248 INRA/INPT & UE Conception et évaluation expérimentale de prototypes de systèmes de culture à très bas niveaux d intrants Application en systèmes pluvial et irrigué du SO Eric Justes, Didier Raffaillac, Grégory Véricel,

Plus en détail

Références systèmes Bovins lait

Références systèmes Bovins lait Chambres d'agriculture -Contrôles laitiers- CAIAC- Institut de l'elevage. Références systèmes Bovins lait Régions centre et Allier Détail des cas-types Tableau récapitulatif des principaux résultats Référentiel

Plus en détail

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires

Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Caractéristiques des principales cultures intermédiaires Références disponibles pour la région Poitou-Charentes Réalisé à partir : - des essais conduits en Poitou-Charentes 2000-2008 - résultats de simulation

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013. Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Résultats technico-économiques en grandes cultures biologiques en zone Centre Synthèse de la récolte 2007

Résultats technico-économiques en grandes cultures biologiques en zone Centre Synthèse de la récolte 2007 Journée technique Grandes cultures biologiques ITAB/Arvalis Institut du végétal 23 mars 2009 - Paris Résultats technico-économiques en grandes cultures biologiques en zone Centre Synthèse de la récolte

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02»

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02» Direction départementale des territoires de l Isère Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 Ferme de la Vallée Trans la Forêt Redon Production bovine (Salers) Système herbe, céréales 2012 L HISTORIQUE 1979 1980 1984 1993 1996 1998 2000 2005 2006 2008 Sept. 2011 2012 Exploitation des parents semi

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17

Colza d hiver «associé» : technique et intérêts. Vincent Trotin CA17 Colza d hiver «associé» : technique et intérêts Vincent Trotin CA17 Le colza associé : une technique innovante pour réduire engrais et phytos Principe : semis simultané du colza d hiver + couvert gélif

Plus en détail

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Un contexte à la recherche d outils pour aider à piloter les systèmes agricoles

Plus en détail

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire

Alimentation des ovins : rations moyennes et niveaux d autonomie alimentaire Juin 2014 Compte-rendu 00 14 301 027 collection résultats Carole Jousseins 1, Edmond Tchakérian 2, Catherine de Boissieu 3, Emmanuel Morin 4, Thomas Turini 5 1. Institut de l Élevage. Département Techniques

Plus en détail

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme

exploitant agricole Fermoscopie réalisée par le Gabnor Situation de la ferme dans son environnement Présentation de la ferme exploitant agricole Une ferme céréalière 100% bio diversifiée dans la production de légumes de plein champ 12 OrléansLoiret 8 13 Loiret [45] Centre Blois 9 (45) Chartres Loir-et-Cher et-cher [41] (41)

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Présentation. Cette formation est possible grâce à :

Présentation. Cette formation est possible grâce à : Présentation Cette formation est possible grâce à : Sommaire de la formation L entreprise collective Le tableau de bord : c est quoi? Le tableau de bord : pour qui? Les indicateurs L implantation Démo

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Systèmes Grandes cultures en sec. Sol : Limon moyen (bornais)

Systèmes Grandes cultures en sec. Sol : Limon moyen (bornais) Résultats à 4 ans Résultats à 4 ans Systèmes Grandes cultures en sec Sol : Limon moyen (bornais) CA86 Chenevelles- Archigny François Dupont CA86 1 Rotation testée et objectifs Objectifs : - Limiter l utilisation

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

LES «PAIEMENTS COUPLES»

LES «PAIEMENTS COUPLES» cap sur La pac 2015 2020 LES «PAIEMENTS COUPLES» La réforme de la politique agricole commune (PAC) permet à la France d amplifier le montant des paiements couplés à une production (c est-à-dire liés à

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

Sur 100 ha, 50 vaches allaitantes et 12 bœufs avec des cultures de vente

Sur 100 ha, 50 vaches allaitantes et 12 bœufs avec des cultures de vente Sur 100 ha, 50 vaches allaitantes et 12 bœufs avec des cultures de vente 3 Un système naisseur engraisseur de bœufs et veaux sous la mère avec cultures de vente Assolement Ces exploitations allient grande

Plus en détail

TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS

TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS TRAVAIL DU SOL ET IMPLANTATION DES MAÏS -Etat des connaissances -Approche comparée d indicateurs par rapport au labour Gilles ESPAGNOL Arvalis-Institut du Végétal Station de Montardon 64 1-Les techniques

Plus en détail

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015 L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs Point presse 18 mai 2015 1 L enjeu : protéger la production fourragère Pour les éleveurs : assurer la ration alimentaire

Plus en détail

Historique. GAEC du Marigot : Francis ENJALBERT, Laurent LEMOUZY, Romaric PANSIN 12 270 LA FOUILLADE. Bovins lait, Agrotourisme, Diversification

Historique. GAEC du Marigot : Francis ENJALBERT, Laurent LEMOUZY, Romaric PANSIN 12 270 LA FOUILLADE. Bovins lait, Agrotourisme, Diversification GAEC du Marigot : Francis ENJALBERT, Laurent LEMOUZY, Romaric PANSIN 12 270 LA FOUILLADE Bovins lait, Agrotourisme, Diversification La ferme du Marigot est située sur la commune de La Fouillade, à proximité

Plus en détail

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER Face à une conjoncture incertaine, les exploitations bovins viande ont besoin de

Plus en détail

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

Le réseau de fermes pilotes

Le réseau de fermes pilotes Le réseau de fermes pilotes Présentation du réseau et de son fonctionnement Elisabeth CASTELLAN, CAR Nord-Pas de Calais 15 octobre 2013 Création d un réseau de fermes pilotes Un lien concret avec les élevages

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail