Déterminants des Intentions de Vaccination

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Déterminants des Intentions de Vaccination"

Transcription

1 Déterminants des Intentions de Vaccination Vaccination contre [la maladie] Docteur, Ce questionnaire est destiné à mieux comprendre les facteurs qui influencent votre attitude visà-vis de la contre [la maladie]. Veillez à ne cocher qu'une réponse par question. Veillez à répondre sincèrement aux questions. Les informations contenues dans ce questionnaire resteront strictement anonymes et confidentielles. Merci par avance de votre participation. 1/6

2 CARACTERISTIQUES DE LA MALADIE ET BENEFICES ATTENDUS Ni, ni 1. l intérêt pour la collectivité est-il un 2. l intérêt pour le patient est-il un 3. l efficacité de la comparée à celle des autres moyens de prévention de [la maladie] existants est-elle un 4. l efficacité de la comparée à celle de l arsenal thérapeutique curatif disponible contre [la maladie] est-elle un 5. le diagnostic (aisé ou malaisé) de [la maladie] est-il un 6. la prévalence de [la maladie] est-elle un 7. le mode de transmission de [la maladie] est-il un 8. le degré d'exposition de vos patients à [la maladie] est-il un 9. la gravité de [la maladie] est-elle un 2/6

3 PROPRIETES DU VACCIN 10. le rapport bénéfices / risques du vaccin contre [la maladie] est-il un 11. la présence d adjuvants dans le vaccin contre [la maladie] est-elle un 12. les sérotypes couverts par le vaccin contre [la maladie] sont-ils des facteurs Ni, ni 13. la durée d'immunisation du vaccin contre [la maladie] est-elle un 14. l'efficacité du vaccin contre [la maladie] est-elle un 15. le niveau de risque d'induire [la maladie] via le vaccin est-il un 16. la sécurité de fabrication du vaccin contre [la maladie] est-elle un 17. le mode d'administration du vaccin contre [la maladie] est-il un 18. l'existence ou non de vaccins combinés contre [la maladie] avec d'autres vaccins est-elle un 19. la disponibilité du vaccin contre [la maladie] est-elle un 3/6

4 INFORMATION SUR LA VACCINATION Ni, ni 20. le calendrier vaccinal en vigueur est-il un 21. la disponibilité au cabinet de documentation pour vos patients est-elle un 22. le contenu des informations scientifiques dont vous disposez est-il un 23. la communication de la Caisse Primaire d Assurance Maladie à ce sujet est-elle un 24. la communication des institutions sanitaires (INPES, HAS ) à ce sujet est-elle un 25. la communication du ministère à ce sujet est-elle un 26. le contenu des informations fournies par les laboratoires pharmaceutiques est-il un 27. le contenu de l'information communiquée par les médias est-il un ASPECTS PRATIQUES ET ORGANISATIONNELS 28. l'organisation de cette est-elle un 29. les modalités d alertes informatiques de votre dossier patient sont-elles des facteurs 30. les messages de rappel des spécialistes ou de la médecine du travail sont-ils des facteurs 31. le temps nécessaire pour suivre, aborder et expliquer cette lors d'une consultation est-il un Ni, ni 32. le coût financier pour la collectivité est-il un 33. avoir le statut de médecin traitant vis-à-vis du patient est-il un 4/6

5 ADAPTATION AU CONTEXTE DE LA CONSULTATION 34. la disponibilité des informations sur le statut vaccinal du patient vis-à-vis de [la maladie] est-elle un Ni, ni 35. le projet de voyage d un patient est-il un 36. l'appartenance du patient à un groupe à risque vis-àvis de [la maladie] est-elle un 37. la consultation d un nouveau patient est-elle un 38. une consultation pour une pathologie aigüe est-elle un 39. une consultation pour une pathologie chronique estelle un 40. la morbidité élevée d un patient est-elle un 41. les connaissances et les idées préconçues de vos patients à propos de la contre [la maladie] sont-elles des facteurs 42. le lien entre [la maladie] et des tabous, des croyances ou des normes comportementales est-il un 43. le niveau d'acceptation par vos patients de la contre [la maladie] est-il un 44. le coût restant à charge pour vos patients de la contre [la maladie] est-il un 5/6

6 EXPERIENCE INDIVIDUELLE DU MEDECIN GENERALISTE 45. les caractéristiques de la population que vous suivez (âge, sexe, localisation géographique ) sont-elles des facteurs 46. le niveau de difficulté pour cerner la population cible de la contre [la maladie] est-il un Ni, ni 47. les cas de [la maladie] rencontrés dans le cadre de votre expérience professionnelle sont-ils des facteurs 48. votre expérience de la contre [la maladie] à titre privé (vous-même ou votre entourage) est-elle un 49. votre expérience de [la maladie] à titre privé (vousmême ou votre entourage) est-elle un ENGAGEMENT DU MEDECIN GENERALISTE DANS LA DEMARCHE DE VACCINATION Lors d une consultation avec un patient à risque visà-vis de [la maladie], Pas du tout Plutôt pas Plutôt 50. j aborde le sujet de la contre [la maladie] 51. je prescris la contre [la maladie] 52. j insiste sur la contre [la maladie] si le patient est réticent 53. je m assure que ma prescription de contre [la maladie] a bien été suivie En général, 54. la contre [la maladie] est un sujet qui m'intéresse Tout à fait Pas du tout Plutôt pas Plutôt Tout à fait 55. mon attitude de prescription du vaccin contre [la maladie] est en accord avec mes convictions Merci de votre participation. 6/6

La Commission de la Transparence (CT)

La Commission de la Transparence (CT) La Commission de la Transparence (CT) Évaluation des médicaments en vue de leur remboursement La HAS, un rôle central dans le circuit d évaluation du médicament Autorisation de mise sur le marché (AMM)

Plus en détail

Les médecins généralistes et la prescription d'activités physiques

Les médecins généralistes et la prescription d'activités physiques Les médecins généralistes et la prescription d'activités physiques Etude réalisée auprès de médecins généralistes libéraux Contact Ifop : François KRAUS Directeur d études d opinion 01 72 34 94 64 / 06

Plus en détail

ENQUETE AUPRES DES PHARMACIENS D'OFFICINE DU VAL DE MARNE ET SEINE ET MARNE CONCERNANT LEURS PRATIQUES AUPRES DES MALADES BPCO

ENQUETE AUPRES DES PHARMACIENS D'OFFICINE DU VAL DE MARNE ET SEINE ET MARNE CONCERNANT LEURS PRATIQUES AUPRES DES MALADES BPCO ENQUETE AUPRES DES PHARMACIENS D'OFFICINE DU VAL DE MARNE ET SEINE ET MARNE CONCERNANT LEURS PRATIQUES AUPRES DES MALADES BPCO L'Ordre Régional des Pharmaciens d'ile de France et le Département de Médecine

Plus en détail

RSI-Diabète. Dr Bruno LESCARRET RSI d Aquitaine

RSI-Diabète. Dr Bruno LESCARRET RSI d Aquitaine RSI-Diabète Dr Bruno LESCARRET RSI d Aquitaine SOMMAIRE I Contexte II Objectifs III Cible populationnelle IV Modalités pratiques 2/13 2 I Contexte (1/2) Contexte politique et juridique COG Etat-RSI 2007-2011

Plus en détail

QUESTIONNAIRE V4 PRISE EN CHARGE DES PERSONNES ÂGEES DÉPENDANTES

QUESTIONNAIRE V4 PRISE EN CHARGE DES PERSONNES ÂGEES DÉPENDANTES QUESTIONNAIRE V4 PRISE EN CHARGE DES PERSONNES ÂGEES DÉPENDANTES Définition : Sont désignées comme dépendantes dans ce questionnaire, les personnes âgées qui ont besoin d être aidées pour effectuer des

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

La prévention des maladies chroniques : Agir auprès du grand public. Dr Thanh Le Luong Directrice Générale de l Inpes

La prévention des maladies chroniques : Agir auprès du grand public. Dr Thanh Le Luong Directrice Générale de l Inpes La prévention des maladies chroniques : Agir auprès du grand public et des personnes atteintes Dr Thanh Le Luong Directrice Générale de l Inpes Introduction L importance de la prévention Le rôle de l Inpes

Plus en détail

2/ Veille sanitaire : principes et organisation

2/ Veille sanitaire : principes et organisation SEMESTRE 2 UE 1.2.S2 Santé publique et économie de la santé 2/ Veille sanitaire : principes et organisation I. Surveillance épidémiologique La surveillance des maladies, c'est un "processus de collecte,

Plus en détail

CONVENTION. Conclue entre :

CONVENTION. Conclue entre : CONVENTION de financement et de partenariat entre la Caisse Primaire d'assurance Maladie et le Département pour assurer la prise en charge, par l Assurance Maladie, des actes médicaux réalisés par le service

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE

SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE A. SANTE PUBLIQUE ET EDUCATION POUR LA SANTE 09/06/09 Mme Roustan Sté publique I. Définition de la santé II. Concepts et définitions A. Santé : une évolution dans les définitions 1. Une définition négative

Plus en détail

Dépistage du VIH : Enquête auprès des médecins généralistes du secteur de Morlaix

Dépistage du VIH : Enquête auprès des médecins généralistes du secteur de Morlaix Dépistage du VIH : Enquête auprès des médecins généralistes du secteur de Morlaix Jean-Charles DUTHE Le 11 décembre 2012 Contexte et Objectifs de l enquête France : 50000 30 000 personnes ignorent leur

Plus en détail

Eléments du dossier de demande de remboursement

Eléments du dossier de demande de remboursement Eléments du dossier de demande de remboursement Le laboratoire envoie une demande à l ANAM par courrier postal ou porté sous forme de dossier comportant : Une lettre de demande d inscription (ou de modification

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

REGISTRE DES CANCERS DU HAUT-RHIN

REGISTRE DES CANCERS DU HAUT-RHIN ARER 68 - REGISTRE DES CANCERS DU HAUT-RHIN Responsable(s) : Marrer Emilie Date de modification : 28/02/2013 Version : 1 ID : 4865 Général Identification Nom détaillé REGISTRE DES CANCERS DU HAUT-RHIN

Plus en détail

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants

Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Lien ville hôpital pour l éducation thérapeutique chez les patients porteurs de facteurs de risque cardiovaculaires ou sous anticoagulants Dr Audinet cardiologue, Dr Quélennec pharmacien Centre Hospitalier

Plus en détail

Dr Guido BONDOLFI. CDS Berne, le2 novembre 2011

Dr Guido BONDOLFI. CDS Berne, le2 novembre 2011 Collaboration entre médecins de premier recours et psychiatres : l exemple de Alliance genevoise contre la dépression Dr Guido BONDOLFI CDS Berne, le2 novembre 2011 Dr. Guido Bondolfi, CC, médecin adjoint

Plus en détail

L activité physique influe de manière positive sur de nombreuses pathologies 1

L activité physique influe de manière positive sur de nombreuses pathologies 1 L activité physique influe de manière positive sur de nombreuses pathologies 1 L activité physique = moyen de prévention : recommandation de pratique 30 minutes d activité physique par jour 2 Des chiffres

Plus en détail

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD)

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) FMC VAL DE CREUSE 18 NOVEMBRE 2009 Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SENSIBILISATION À LÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE OBJECTIFS: Intégrer

Plus en détail

Mener une action d éducation à la santé individuellement ou collectivement. Recueillir des éléments nécessaires à l élaboration du dossier

Mener une action d éducation à la santé individuellement ou collectivement. Recueillir des éléments nécessaires à l élaboration du dossier Document enseignant UTILISATION DU GUIDE DE TRAVAIL ÉLÈVE Préparation de l ÉPREUVE E33 Conduite d une action d éducation à la santé LE BUT : Ce guide a pour but d accompagner l élève, dans un premier temps,

Plus en détail

DOSSIER DE SAISINE DU COMITE MEDICAL DEPARTEMENTAL

DOSSIER DE SAISINE DU COMITE MEDICAL DEPARTEMENTAL Pôle : Santé au travail Service : Comité médical Suivi : Agnès DA SILVA DOSSIER DE SAISINE DU COMITE MEDICAL DEPARTEMENTAL (à remplir par la collectivité et à retourner accompagné des pièces jointes listées

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉTAT DE SANTÉ

INDICATEURS DE L ÉTAT DE SANTÉ INDICATEURS DE L ÉTAT DE SANTÉ - comprendre ce qu est un indicateur de l état de santé d une population - connaître les principaux indicateurs de l état de santé - connaître les principales sources d information

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante

La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante La prise en charge de votre affection de longue durée exonérante Édition 2015 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE EXONÉRANTE Votre médecin traitant a établi pour vous une demande de prise

Plus en détail

Quels leviers pour élargir la couverture vaccinale en France?

Quels leviers pour élargir la couverture vaccinale en France? Quels leviers pour élargir la couverture vaccinale en France? Enquête quantitative auprès de 965 Français de plus de 18 ans ETUDE DAFSA Code étude : 20000013823 Novembre 2012 La couverture vaccinale des

Plus en détail

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona...

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... Dr Emmanuel MORTIER, Médecine interne Louis-Mourier pas de lien d intérêt

Plus en détail

Développement de la Promotion de la Santé au sein des Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP) et des Pôles de Santé en Région Centre

Développement de la Promotion de la Santé au sein des Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP) et des Pôles de Santé en Région Centre Développement de la Promotion de la Santé au sein des Maisons de Santé Pluridisciplinaires (MSP) et des Pôles de Santé en Région Centre Laboratoire de santé publique 30 mai 2013 - TOURS Partie 1 : Présentation

Plus en détail

16 ème journée régionale du CCECQA Vendredi 24 juin 2016 Parcours de santé : promenade ou saut d obstacles?

16 ème journée régionale du CCECQA Vendredi 24 juin 2016 Parcours de santé : promenade ou saut d obstacles? 16 ème journée régionale du CCECQA Vendredi 24 juin 2016 Parcours de santé : promenade ou saut d obstacles? Stratégie et organisation du parcours de santé en ALPC François FRAYSSE (ARS ALPC) 16 ème journée

Plus en détail

Les Médecins Généralistes & les Génériques Attitudes et comportements

Les Médecins Généralistes & les Génériques Attitudes et comportements Les Médecins Généralistes & les Génériques Attitudes et comportements Contact BVA Vincent André: Directeur BVA Healthcare +33 (0)1 71 16 87 41 vincent.andre@bva.fr Méthodologie Enquête par questionnaire

Plus en détail

Le rôle du médecin généraliste dans l éducation thérapeutique du patient infecté par le VIH

Le rôle du médecin généraliste dans l éducation thérapeutique du patient infecté par le VIH Le rôle du médecin généraliste dans l éducation thérapeutique du patient infecté par le VIH Docteur Olivier Brasse Médecin généraliste Praticien Attaché Pôle Addiction-Prévention-Education thérapeutique

Plus en détail

TRAVAIL DU MEDECIN GENERALISTE EN MONTAGNE Étude et analyse du temps des actes de traumatologie, et des facteurs influençant ce paramètre, dans 11

TRAVAIL DU MEDECIN GENERALISTE EN MONTAGNE Étude et analyse du temps des actes de traumatologie, et des facteurs influençant ce paramètre, dans 11 TRAVAIL DU MEDECIN GENERALISTE EN MONTAGNE Étude et analyse du temps des actes de traumatologie, et des facteurs influençant ce paramètre, dans 11 stations de ski Sophie CLAUDE Sous la direction de Docteur

Plus en détail

15 septembre 2016 GUIDE PRATIQUE A L ATTENTION DES MEDECINS AGREES DE L ADMINISTRATION FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

15 septembre 2016 GUIDE PRATIQUE A L ATTENTION DES MEDECINS AGREES DE L ADMINISTRATION FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 15 septembre 2016 GUIDE PRATIQUE A L ATTENTION DES MEDECINS AGREES DE L ADMINISTRATION FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE MODALITES DE DESIGNATION DES MEDECINS AGREES La fonction publique territoriale fait

Plus en détail

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero

CTR maladie chronique 10/10/2011. Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero CTR maladie chronique 10/10/2011 Dr Martine Sciortino Dr Alain Ferrero ARS PACA-10/10/2011 Ordre du Jour Point sur l éducation thérapeutique Point sur le Plan d action «personnes atteintes de maladie chronique»

Plus en détail

Vaccination contre la grippe saisonnière

Vaccination contre la grippe saisonnière Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction de la protection de la santé publique Vaccination contre la grippe saisonnière Messages du MSSS pour la saison 2016-2017 Jeudi, 22 septembre 2016

Plus en détail

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans

Cahier des charges ARS Ile de France. [Tapez le contenu encadré. Un encadré est un supplément autonome dans 2012-13 Cahier des charges ARS Ile de France Soutien au développement de projets d accompagnement des patients malades chroniques en ambulatoire en Ile de France [Tapez le contenu encadré. Un encadré est

Plus en détail

Télémédecine. Point sur l expérimentation ARTICLE 36 LFSS2014. Formation APHAL du 15 décembre 2015

Télémédecine. Point sur l expérimentation ARTICLE 36 LFSS2014. Formation APHAL du 15 décembre 2015 Télémédecine Point sur l expérimentation ARTICLE 36 LFSS2014 Formation APHAL du 15 décembre 2015 Introduction : L article 36 s inscrit en prolongation des actions réalisées en 2013-2015 en EHPAD et dans

Plus en détail

Vaccination des professionnels de santé

Vaccination des professionnels de santé Vaccination des professionnels de santé Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France Priorités pour les personnes responsables de la prévention du risque nosocomial? Evidente = mise en œuvre des moyens nécessaires

Plus en détail

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer

Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Education du patient et Activités Physiques à Domicile & Cancer Docteur Laurence Vanlemmens, oncologue, Centre Oscar Lambret Sophie PERES, cadre de santé, Santélys Journée Régionale Santé A Domicile Santélys

Plus en détail

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique.

Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre pourront évoluer en fonction des connaissances sur la situation épidémiologique. Fiche D.1 B. Grippe au virus A/H5N1. Conduite à tenir en présence d un malade ou d une personne suspectée d être contaminée en période d alerte pandémique Cette fiche ou les modalités de sa mise en œuvre

Plus en détail

Miermans MC, Université de Liège Swennen B, ULB et Vermeeren A, UCL PROVAC

Miermans MC, Université de Liège Swennen B, ULB et Vermeeren A, UCL PROVAC Evaluation de l implantation de la vaccination contre le papillomavirus dans les pratiques des services de santé scolaire en Fédération Wallonie Bruxelles Miermans MC, Université de Liège Swennen B, ULB

Plus en détail

Projet d'éducation du patient diabétique

Projet d'éducation du patient diabétique Projet d'éducation du patient diabétique ANNEXES : Annexe 1 : programme Annexe 2 : évaluation du programme Annexe 3 : l équipe pédagogique 1 Annexe 1 : Programme Données épidémiologiques sur le diabète

Plus en détail

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ACTIONS EN ETABLISSEMENT DE SANTE POUR AMELIORER LE BON USAGE DES AVK Contexte : En France au moins 600

Plus en détail

HOPITAL SAINT-MAURICE AVENUE MAURICE THOREZ MOYEUVRE-GRANDE TEL : TELECOPIE :

HOPITAL SAINT-MAURICE AVENUE MAURICE THOREZ MOYEUVRE-GRANDE TEL : TELECOPIE : REFERENCE 46 : Traitement et Prévention des Escarres 1) Critères de choix du sujet et objectifs : Fréquence des troubles trophiques chez la personne âgée du fait de la multiplicité des facteurs de risque.

Plus en détail

Document de Références en MEDECINE GENERALE à l usage des Commissions de qualification du CNOM

Document de Références en MEDECINE GENERALE à l usage des Commissions de qualification du CNOM Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 26 juin 2008 MM. Robert NICODEME Xavier DEAU Document de Références en MEDECINE GENERALE à l usage des Commissions de qualification

Plus en détail

Parcours de soins BPCO

Parcours de soins BPCO Parcours de soins BPCO 65 iémes Journées Pharmaceutiques Internationales de Paris Dr Caroline Latapy 28/11/2014 1 Chef de projet au Service Maladies Chroniques et Dispositifs d Accompagnement des Malades

Plus en détail

Référentiel de compétences en éducation pour la santé

Référentiel de compétences en éducation pour la santé Référentiel de compétences en éducation pour la santé Version synthétique septembre 2012 Comité consultatif pour l élaboration des programmes de formation en éducation pour la santé (Décret n 2006-57 du

Plus en détail

Le Médecin généraliste et la prescription d hypnotiques chez la personne âgée de plus de 65 ans

Le Médecin généraliste et la prescription d hypnotiques chez la personne âgée de plus de 65 ans Le Médecin généraliste et la prescription d hypnotiques chez la personne âgée de plus de 65 ans Comment prescrire ou ne pas prescrire ET.. Apprendre à déprescrire Docteur JL OSTOR (Nimes) ostorjean_luc@hotmail.fr

Plus en détail

Centre Gratuit d Information de Dépistage et de Diagnostic

Centre Gratuit d Information de Dépistage et de Diagnostic Centre Gratuit d Information de Dépistage et de Diagnostic Missions et enjeux Sandrine Heckmann Coordinatrice Planning Familial 64 - CeGIDD de Pau Les modalités d accueil Une ouverture minimale de 4 demi

Plus en détail

Les protocoles thérapeutiques. Aspects juridiques et rôle des différents acteurs

Les protocoles thérapeutiques. Aspects juridiques et rôle des différents acteurs Les protocoles thérapeutiques Aspects juridiques et rôle des différents acteurs Avertissement Cette présentation n est pas l œuvre d un spécialiste dans le domaine Les idées émises n engagent que leur

Plus en détail

Dr. Ingrid FROGER Dr. Denis MARMONTEL

Dr. Ingrid FROGER Dr. Denis MARMONTEL Prévention de la déshydratation des personnes âgées dans le cadre du Plan Bleu et difficultés d application des recommandations pour le médecin coordonnateur en EHPAD Proposition d une procédure de détermination

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016

LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION. J.Birgé. 14 avril 2016 1 LE BON USAGE DES ANTIBIOTIQUES EN EHPAD FORMATION ET ÉVALUATION Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre de la commission de transparence de la HAS Vice président d

Plus en détail

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations

LE DEPISTAGE du VIH en Enjeux et recommandations LE DEPISTAGE du VIH en 2010 Enjeux et recommandations Les enjeux: une activité de dépistage élevée: 5 millions de tests /an.et pourtant Une incidence de l infection VIH élevée et désespérément stable :

Plus en détail

Nicole Denni-Krichel orthophoniste. Maison de la Mutualité

Nicole Denni-Krichel orthophoniste. Maison de la Mutualité Nicole Denni-Krichel orthophoniste Maison de la Mutualité 6ème 67,3% maîtrisent outils langue pour lire 57,2% maîtrisent outils langue pour écrire 62, 9% peuvent produire un texte» Education Nationale,

Plus en détail

Enquête auprès des infirmiers libéraux : «coordination sanitaire et sociale»

Enquête auprès des infirmiers libéraux : «coordination sanitaire et sociale» Enquête auprès des infirmiers libéraux : «coordination sanitaire et sociale» Comment participer à l enquête? Cette enquête se déroule entre le 17 septembre et le 13 octobre 2001 inclus. Les renseignements

Plus en détail

L allongement de l espérance de vie et l arrivée aux âges élevés des générations nombreuses du baby-boom entraîneraient une augmentation du nombre de

L allongement de l espérance de vie et l arrivée aux âges élevés des générations nombreuses du baby-boom entraîneraient une augmentation du nombre de L allongement de l espérance de vie et l arrivée aux âges élevés des générations nombreuses du baby-boom entraîneraient une augmentation du nombre de personnes de 60 ans et plus. Projection INSEE audoise

Plus en détail

Campagne de vaccination contre la grippe : et vous que faites vous?

Campagne de vaccination contre la grippe : et vous que faites vous? Campagne de vaccination contre la grippe : et vous que faites vous? Retour d expérience en EHPAD Nathalie Armand pharmacien hygiéniste narmand@ch-valence.fr 1 Saison 2010-2011 15 % de professionnels vaccinés

Plus en détail

LE SECTEUR DE LA SANTÉ ANIMALE. Syndicat de l industrie du médicament et réactif vétérinaires

LE SECTEUR DE LA SANTÉ ANIMALE. Syndicat de l industrie du médicament et réactif vétérinaires LE SECTEUR DE LA SANTÉ ANIMALE «One health» «Une Santé» 60% des maladies infectieuses humaines sont d origines animales (zoonoses) La transmission peut se faire de l homme à l animal mais également de

Plus en détail

Introduction à la santé publique

Introduction à la santé publique Introduction à la santé publique Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Santé publique : définition - OMS 1952 «La science et l art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d améliorer

Plus en détail

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens

Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques. Expériences vers les praticiens Déclinaison régionale de la lutte contre les résistances aux antibiotiques Expériences vers les praticiens Réflexions et actions en cours dans la région Nord Pas-de-Calais Dr C. Lahoute, C. Dupont 4 ème

Plus en détail

Comment améliorer la couverture vaccinale antigrippale des professionnels de santé

Comment améliorer la couverture vaccinale antigrippale des professionnels de santé Comment améliorer la couverture vaccinale antigrippale des professionnels de santé Dr Michel Duong Service des Maladies Infectieuses Journée régionale des correspondants en hygiène Dole, 26/05/2016 Couverture

Plus en détail

FICHE DE SUIVI PATIENT DANS LE CADRE DE L ENTRETIEN PHARMACEUTIQUE ANTIVITAMINE K - AVK

FICHE DE SUIVI PATIENT DANS LE CADRE DE L ENTRETIEN PHARMACEUTIQUE ANTIVITAMINE K - AVK Téléchargez et renseignez ce document via votre Espace pro FICHE DE SUIVI PATIENT DANS LE CADRE DE L ENTRETIEN PHARMACEUTIQUE ANTIVITAMINE K - AVK Nom :... Prénom :... Date de naissance :... N d immatriculation

Plus en détail

C O R E P. L ETP : cadre national et déploiement en Champagne Ardenne. Journée régionale ANFH - 25 juin 2015

C O R E P. L ETP : cadre national et déploiement en Champagne Ardenne. Journée régionale ANFH - 25 juin 2015 C O R E P L ETP : cadre national et déploiement en Champagne Ardenne Journée régionale ANFH - 25 juin 2015 Dr Annie Claude MARCHAND ARS Champagne Ardenne Christiane MAUVEZIN COREP Champagne Ardenne XX/XX/XX

Plus en détail

Compétence 5. Plan. La démarche projet en Santé Publique UE 1.2 S3. Définition Afnor. Un projet pour éviter quoi?

Compétence 5. Plan. La démarche projet en Santé Publique UE 1.2 S3. Définition Afnor. Un projet pour éviter quoi? Compétence 5 Initier et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs 1. Repérer les besoins et les demandes des personnes et des populations en lien avec les problématiques de santé publique 2. Accompagner

Plus en détail

Chapitre «Parcours du patient»

Chapitre «Parcours du patient» Thème 1 : Accueil téléphonique du patient Chapitre «Parcours du patient» Objectif : accueillir les patients au téléphone conformément à leurs attentes. PDP 1.1 : Il existe des consignes pour l accueil

Plus en détail

Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo

Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo Santé connectée Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo Journées franco-suisses de pharmacie hospitalière Berne, le 2/12/2016 Véronique HUBER, Sanofi

Plus en détail

Evaluation des dispositifs médicaux par la HAS / CNEDiMTS

Evaluation des dispositifs médicaux par la HAS / CNEDiMTS Évaluation clinique : le point de l HAS Evaluation des dispositifs médicaux par la HAS / CNEDiMTS Journées de perfectionnement en appareillage Bordeaux - 28/5/2015 Emmanuelle Fouteau, Service Evaluation

Plus en détail

Dispositif CeGIDD dans le Département des Bouches du Rhône

Dispositif CeGIDD dans le Département des Bouches du Rhône Dispositif CeGIDD dans le Département des Bouches du Rhône Journée de Formation des Personnels Paramédicaux SFLS Mercredi 5 octobre Jean Noel DEBOURG & Erika VINCENT du CeGIDD Marseille Conseil Départemental

Plus en détail

Difficultés de la prise en charge des enfants en situation de précarité. Dr Laurent Seban Mission Roms Bordeaux Bénévole Médecin du Monde

Difficultés de la prise en charge des enfants en situation de précarité. Dr Laurent Seban Mission Roms Bordeaux Bénévole Médecin du Monde Difficultés de la prise en charge des enfants en situation de précarité Dr Laurent Seban Mission Roms Bordeaux Bénévole Médecin du Monde Précarité et santé Influence des déterminants sociaux sur la santé

Plus en détail

Catalogue. Formation

Catalogue. Formation Catalogue de Formation Pôle régional de compétences en éducation et Promotion de la Santé En Limousin Notre mission Soutenir les acteurs de terrain dans la mise en oeuvre de projets et de programmes en

Plus en détail

ALTERNATIVES A L HOSPITALISATION LES CENTRES DE SOINS

ALTERNATIVES A L HOSPITALISATION LES CENTRES DE SOINS ALTERNATIVES A L HOSPITALISATION LES CENTRES DE SOINS Alternatives à l Hospitalisation: Définition Générale Les alternatives à l hospitalisation correspondent à plusieurs formes de prise en charge des

Plus en détail

Discours de Nora BERRA Secrétaire d Etat chargée de la Santé. à l occasion du lancement de la campagne nationale de vaccination contre la grippe

Discours de Nora BERRA Secrétaire d Etat chargée de la Santé. à l occasion du lancement de la campagne nationale de vaccination contre la grippe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI Discours de Nora BERRA Secrétaire d Etat chargée de la Santé à l occasion du lancement de la campagne nationale de vaccination contre la grippe Vendredi 23 septembre 2011 à 10h30

Plus en détail

La santé à Mulhouse et dans ses quartiers

La santé à Mulhouse et dans ses quartiers La santé à Mulhouse et dans ses quartiers Etat de santé, déterminants et inégalités sociales de santé Séminaire Observation Urbaine 13 novembre 2015 Nathalie Saby : Agence d urbanisme de la région mulhousienne

Plus en détail

Le projet Nutrition Handicap est lauréat du prix de la fondation Malakoff Médéric Handicap.

Le projet Nutrition Handicap est lauréat du prix de la fondation Malakoff Médéric Handicap. Le projet Nutrition Handicap est lauréat du prix de la fondation Malakoff Médéric Handicap. 18 mai 2016 Invitation presse Dans le cadre de l appel à projets pour l accessibilité aux soins des personnes

Plus en détail

Un nouveau service en ligne pour la coordination des soins l historique des remboursements

Un nouveau service en ligne pour la coordination des soins l historique des remboursements Un nouveau service en ligne pour la coordination des soins l historique des remboursements La coordination des soins, gage d'un meilleur suivi médical, est au cœur de la réforme de 2004 qui a instauré

Plus en détail

remboursement d'infanrixhexa

remboursement d'infanrixhexa PRALINE - Étude transversale sur les enfants de 27 mois et moins éligibles à la politique vaccinale : évolution de l'acceptabilité de la vaccination contre l'hépatite B avant le remboursement d'infanrixhexa

Plus en détail

Le médecin traitant. Le partenaire privilégié de votre santé

Le médecin traitant. Le partenaire privilégié de votre santé Le Le partenaire privilégié de votre santé Édition 2016 LE MÉDECIN TRAITANT LE PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE VOTRE SANTÉ Tous les assurés ou bénéficiaires d une couverture maladie de 16 ans et plus sont invités

Plus en détail

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement

La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement La démarche HAS de l audit clinique ciblé (ACC) : un outil de changement Contexte des réformes Hôpital 2007 DHOS La qualité des soins (OMS) «Que chaque patient reçoive la combinaison d actes diagnostiques

Plus en détail

Comment fonctionne la CNEDiMTS

Comment fonctionne la CNEDiMTS Comment fonctionne la CNEDiMTS L évaluation des dossiers de demande d inscription sous nom de marque sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables La Commission nationale d évaluation des dispositifs

Plus en détail

COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD

COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD La problématique 90% de patients stabilisés sous traitement Des indications formalisées de suivi des personnes

Plus en détail

Les critères d efficacité en cancérologie: le point de vue du statisticien (et de l économiste.) ISABELLE BORGET & ERIC BAUDIN

Les critères d efficacité en cancérologie: le point de vue du statisticien (et de l économiste.) ISABELLE BORGET & ERIC BAUDIN Les critères d efficacité en cancérologie: le point de vue du statisticien (et de l économiste.) ISABELLE BORGET & ERIC BAUDIN L oncologie: une aire thérapeutique innovante et dynamique 67 nouvelles chimiothérapies

Plus en détail

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE

Education thérapeutique Repères pratiques. Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE Education thérapeutique Repères pratiques Isabelle BERTHON Cadre supérieur de santé CHR METZ-THIONVILLE 26 septembre 2009 1 ère partie: au fil des étapes de l ETP 2 ème partie: au carrefour du soin et

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014 L HOSPITALISATION A DOMICILE 4 décembre 2014 ZONE D INTERVENTION MONTASTRUC LA CONSEILLERE LEGUEVIN TOULOUSE prochainement VILLEFRANCHE QU EST-CE QUE L HAD? Une HOSPITALISATION alternative, polyvalente

Plus en détail

La maîtrise médicalisée des dépenses de santé et l accompagnement des professionnels de santé. ERSM PACA-Corse Public 1

La maîtrise médicalisée des dépenses de santé et l accompagnement des professionnels de santé. ERSM PACA-Corse Public 1 La maîtrise médicalisée des dépenses de santé et l accompagnement des professionnels de santé ERSM PACA-Corse Public 1 La Maîtrise Médicalisée des Dépenses de C est une politique globale qui s appuie sur

Plus en détail

CeGIDD départemental du 93 Description de la population accueillie et des pathologies dépistées lors des quatre premiers mois d activité

CeGIDD départemental du 93 Description de la population accueillie et des pathologies dépistées lors des quatre premiers mois d activité CeGIDD départemental du 93 Description de la population accueillie et des pathologies dépistées lors des quatre premiers mois d activité Morgan Lefebvre*, François Lassau*, Laura Sulli*, Floréale Mangin*,

Plus en détail

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35

PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 PRESTATIONS RESEAU DIABETE 35 2 rue du Bignon bât.3 35000 RENNES Tél. : 02.23.35.49.81 Email : reseaudiabete35@orange.fr www.reseaudiabete35.com ADHESIONS POUR LES PATIENTS QUI? Toute personne diabétique,

Plus en détail

Évolution des connaissances et des attitudes après réception du livret dépression : synthèse d un dispositif d évaluation de l Inpes

Évolution des connaissances et des attitudes après réception du livret dépression : synthèse d un dispositif d évaluation de l Inpes Évolution des connaissances et des attitudes après réception du livret dépression : synthèse d un dispositif d évaluation de l Inpes Contexte En 2005, le ministère de la Santé avait rendu public un plan

Plus en détail

Le système de soins santé et l assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Michel Vigneul 14 octobre 2015

Le système de soins santé et l assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Michel Vigneul 14 octobre 2015 Le système de soins santé et l assurance soins de santé en Belgique : une introduction Michel Vigneul 14 octobre 2015 LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE 1. UNE COMPARAISON ENTRE LE MAROC ET LA BELGIQUE

Plus en détail

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes).

THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). THEME : SANTE MENTALE (incluant la souffrance psychique, la question des addictions et la santé des jeunes). PRIORITE PRS : réduire les inégalités de santé XX/XX/XX SANTE MENTALE La santé mentale est un

Plus en détail

Dépistage. Recommandations 2010 du groupe d experts sous la direction du professeur Patrick Yeni

Dépistage. Recommandations 2010 du groupe d experts sous la direction du professeur Patrick Yeni Dépistage Recommandations 2010 du groupe d experts sous la direction du professeur Patrick Yeni Enjeux du dépistage Le contexte épidémiologique 1 Incidence de l infection VIH (2004-2007) 7000 à 8000 nouvelles

Plus en détail

Eléments constitutifs de la fiche de poste infirmière ASALEE

Eléments constitutifs de la fiche de poste infirmière ASALEE Eléments constitutifs de la fiche de poste infirmière ASALEE Contexte général Un groupement de médecins généralistes, se situant en général en zone déficitaire, cherche des solutions applicables rapidement

Plus en détail

INTERVIEW DE SORTIE DE CONSULTATION DE LA PERSONNE QUI S OCCUPE DE L ENFANT MALADE

INTERVIEW DE SORTIE DE CONSULTATION DE LA PERSONNE QUI S OCCUPE DE L ENFANT MALADE REPUBLIQUE RWANDAISE OFFICE NATIONAL DE LA POPULATION ANALYSE SITUATIONNELLE DES SERVICES DE SANTE DE LA REPRODUCTION ET DE PLANIFICATION FAMILIALE AU RWANDA (ASR-I)2001 INTERVIEW DE SORTIE DE CONSULTATION

Plus en détail

8 juillet août 2015

8 juillet août 2015 Groupe de dialogue DGS/professionnels de santé 25 septembre 2015 Historique 8 juillet 2015 : courrier d alerte de la CNNSE et propositions adressés au Pr Benoît VALLET, DGS Désarroi des professionnels

Plus en détail

Pratiques d éducation thérapeutique et douleurs chroniques

Pratiques d éducation thérapeutique et douleurs chroniques Pratiques d éducation thérapeutique et douleurs chroniques France MARCHAND-CADALEN Psychologue clinicienne Doctorante Consultation des douleurs chroniques rebelles Centre Hospitalier Universitaire Pôle

Plus en détail

Les autotests VIH en officine état des lieux et perspectives

Les autotests VIH en officine état des lieux et perspectives Les autotests VIH en officine état des lieux et perspectives Journée du COREVIH IMS Xavier Arnauzan - 12 décembre 2016 Les autotest VIH en officine : un élargissement de l offre de dépistage OFFICINES

Plus en détail

Promotion de la santé et travail

Promotion de la santé et travail Promotion de la santé et travail Françoise Jabot, département SHS Laurent Madec, DSET Journées Santé Travail, 21 octobre 2014 1 Points abordés 1. Promotion de la santé - de quoi parle-t-on? 2. Promotion

Plus en détail

Général. Identification. Etude longitudinale sur des patients ayant subi. Nom détaillé. une greffe rénale : pharmaco-économie

Général. Identification. Etude longitudinale sur des patients ayant subi. Nom détaillé. une greffe rénale : pharmaco-économie EPHEGREN - Etude longitudinale sur des patients ayant subi une greffe rénale : pharmaco-économie Responsable(s) : Marquet Pierre, INSERM UMR-S850 «Pharmacologie des immunosuppresseurs et de la transplantation»

Plus en détail

Dr Nicand JNI juin 2013

Dr Nicand JNI juin 2013 Dr Nicand JNI 12-14 juin 2013 Constat Evolution des recommandations vaccinales en population générale et des recommandations particulières Difficulté d application des recommandations par les praticiens

Plus en détail

Référentiel Métier. Infirmier en centre de santé Version 3 MAJ Février Nom : Prénom : Date : Ce document est la propriété exclusive de la C3SI

Référentiel Métier. Infirmier en centre de santé Version 3 MAJ Février Nom : Prénom : Date : Ce document est la propriété exclusive de la C3SI Référentiel Métier Infirmier en centre de santé Version 3 MAJ Février 2014 Nom : Prénom : Date : DEFINITION DE L EMPLOI-METIER : L infirmier répond à la demande de soins, organise et dispense les soins

Plus en détail

Vaccination : pratique et perception des médecins libéraux

Vaccination : pratique et perception des médecins libéraux Commission Prévention Santé Publique Vaccination : pratique et perception des médecins libéraux Enquête réalisée par Open Rome pour l URPS-Médecins Libéraux d Île-de-France Pierre Popowski, Anne Mosnier,

Plus en détail

Le carnet de vaccination électronique de MesVaccins.net : utilisation en médecine du travail

Le carnet de vaccination électronique de MesVaccins.net : utilisation en médecine du travail Le carnet de vaccination électronique de MesVaccins.net : utilisation en médecine du travail Pr Jean-Louis Koeck Groupe d études en préventologie CCLIN Ouest - Rennes, 19 avril 2016 Petites questions Infirmier

Plus en détail