Peut-on diminuer la durée e du portage de l ERG l l utilisation d un d

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Peut-on diminuer la durée e du portage de l ERG l l utilisation d un d"

Transcription

1 Peut-on diminuer la durée e du portage de l ERG l par l utilisation d un d probiotique? Olivier Lesens Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Clermont-Ferrand

2 PLAN Problématique Généralités sur les probiotiques Expérimentation chez l animal Expérimentation chez l homme Etude en cours Conclusion

3 PROBLEMATIQUE Colonisation infection dissémination L antibiothérapie: Offre un avantage sélectif pour le VRE Prolonge le portage En altérant la flore intestinale normale en particulier anaérobie Pas de protocole de décontamination

4 PLAN Problématique Généralités sur les probiotiques Expérimentation chez l animal Expérimentation chez l homme Etude en cours Conclusion

5 Définition du probiotique "Un probiotique contient des monocultures ou des cultures mixtes vivantes de micro-organismes agissant de façon bénéfique sur l'organisme hôte (animal ou humain) en améliorant les caractéristiques de la microflore qui y réside".

6 Conditions d utilisationd absence de nocivité atteindre vivants le site de l'action, s'y multiplier et/ou le coloniser; donner lieu à des actions cliniquement documentables (modifications de la flore intestinale, élimination de germes pathogènes ou opportunistes, stimulation immunitaire, etc.); être aisément maîtrisables au point de vue technologique (génétiquement stables, pas de transferts de plasmides, production aisée et reproductible, bonne survie dans les denrées alimentaires tout au long de leur période de conservation).

7 Efficacité des probiotiques Efficacité dans le traitement et la prévention des diarrhées infectieuses Peuvent aider à réduire le déséquilibre bactérien intestinal induit par un traitement antibiotique. Pourrait avoir un impact sur le portage de bactéries multi-résistantes (étude sur la prévention de la colonisation par P. aeruginosa en réanimation à Clermont-Ferrand) Les plus utilisés: Lactobacillus, Bifidobacterium et Saccharomyces boulardii.

8 Problèmes potentiels Risque d infection systémique chez l immunodéprimé Risque potentiel d acquisition de résistance par transfert plasmidique (Delgado S, Florez AB, Mayo B. Antibiotic Susceptibility of Lactobacillus and Bifidobacterium Species from the Human Gastrointestinal Tract. Curr Microbiol. 2005) Risque de recolonisation à l arrêt du traitement (en supposant une suppression de la colonisation sous traitement)

9 PLAN Problématique Généralités sur les probiotiques Expérimentation chez l animal Expérimentation chez l homme Etude en cours Conclusion

10 Modèle expérimental chez la souris Grande variabilité individuelle pour la durée du portage Prémédication antibiotique Quelle voie? Quel AB? Re-contamination fréquente (cage avec une seule souris, grille) Densité de VRE plutôt que VRE-

11 Modèle animal J0 VRE Van A, Van B1 ou Van B2 Compte des VRE dans les selles J -2 J 3 J 4 J 7 J 8 J 11 Administration sous-cutanée de clindamycine, ttes les 12 heures Administration par gavage gastrique de Bacillus coagulans ou de sérum salé (groupes de 9 souris) Donskey CJ, Hoyen CK, Das SM, Farmer S, Dery M, Bonomo RA. Effect of oral Bacillus coagulans administration on the density of vancomycin-resistant enterococci in the stool of colonized mice. Lett Appl Microbiol Jul;33(1):84-8.)

12 souche Van B1 souche van A Bacillus coagulans Sérum salé bacitracine Souche van B2 Donskey CJ, Hoyen CK, Das SM, Farmer S, Dery M, Bonomo RA. Effect of oral Bacillus coagulans administration on the density of vancomycin-resistant enterococci in the stool of colonized mice. Lett Appl Microbiol Jul;33(1):84-8.)

13 Mécanismes proposés Production de substances inhibitrices, Stimulation du système immunitaire Compétition pour les nutriments ou avec les sites d adhésion. faible taux de Bacillus retrouvé dans les selles durée d administration courte (4 jours) car intolérance des souris aux gavages gastriques répétés Explication de l échec?

14 Limites du modèle animal de portage digestif du VRE : Il existe des différences entre les flores intestinales de la souris et de l homme. Il existe des différences de pharmacocinétique des antibiotiques. En clinique, d autres facteurs que l administration d antibiotiques doivent influencer la colonisation par le VRE.

15 PLAN Problématique Généralités sur les probiotiques Expérimentation chez l animal Expérimentation chez l homme Etude en cours Conclusion

16 Manley KJ et col. Probiotic treatment of vancomycin-resistant enterococci: : a randomised controlled trial. MJA 2007;186(9): Patients d un service de dialyse australien Inclusion: écouvillon VRE+ entre février et octobre 2005 Exclusion: transplantation rénale dans les 3 mois, prise orale impossible Randomisation en aveugle pour un yaourt du commerce contenant du Lactobacillus rhamnosus GG (yaourt Vaalia) ou un autre sans (yaourt Bulla): 100g au petit déjeuner pendant 4 semaines Coproculture à S1-S4 puis à S8. Les patients VRE+ à S4 dans le groupe témoin recevait alors le yaourt avec LGG

17 inclusion S LGG n=14 Standard n= VRE- à S0 1 dc, 2 exclus 12 vanb VRE faecium; 2 VRE VanB faecalis N= vanb VRE faecium échantillon inadéquat 4 Stop ttt 3 8 8

18 CROSSOVER patients décédés, 1 patient exclu (refus)

19 Mécanismes invoqués Colonisation compétitive? Activité antimicrobienne contre le VRE? (comme L ruminus SPM0212. Yun JH et al. Arch Pharm Res 2005) Compétition pour la consommation de monosaccharides? (comme pour C difficile)

20 Limites Quantité de LGG dans les yaourts industriels? Niveau de détection suffisant? Durée de l élimination? Les résultats sont néanmoins encourageants.

21 PLAN Problématique Généralités sur les probiotiques Expérimentation chez l animal Expérimentation chez l homme Etude en cours Conclusion

22 Effet de l administration l orale de probiotique (lactobacillus casei rhamnosus) ) sur la durée e de portage digestif de l entl entérocoque résistant r à la vancomycine : étude pilote randomisée en double aveugle

23 Lactobacillus casei rhamnosus présente l avantage: d avoir une action démontrée in vitro par compétition vis-à-vis des sites de fixation des bactéries pathogènes au niveau des récepteurs cellulaires de persister dans le tractus digestif humain après administration orale, quelle que soit les différences alimentaires et physiologiques des sujets étudiés d avoir déjà été étudié par le laboratoire de bactériologie de la faculté de pharmacie de Clermont- Ferrand (Forestier C, De Champs C, Vatoux C, Joly B. Probiotic activities of Lactobacillus casei rhamnosus: in vitro adherence to intestinal cells and antimicrobial properties Res Microbiol Mar;152(2):167-73)

24

25 Objectifs Objectifs Savoir si lactobacillus casei rhamnosus est un candidat potentiel permettant de réduire la durée du portage digestif par l entérocoque résistant à la vancomycine (ERV) Avoir une estimation de la durée du portage de E. faecium résistant à la vancomycine.

26 Méthode Etude pilote car aucune donnée de la littérature sur le sujet Durée moyenne du portage? Effet attendu du probiotique? le calcul d effectifs n est pas possible Etude randomisée en double aveugle Effectif: 24 patients

27 Critères res d exclusiond Age < 18 ans Fausses routes ou autres raisons ne pouvant faire consommer la supplémentation en probiotiques Neutropénie <500/mm3 Traitement immunosuppresseur Traitement par un probiotique

28 Déroulement de l él étude Copro hebdomadaire Copro/15j VRE+ S0 Randomisation Lactobacillus Placébo S5 3 coprocultures négatives à 15 jours d intervalle Consentement éclairé Données épidémiologiques

29 Situation actuelle Infections (N) Colonisations (N) 7 M9 M5 6 R1 C5 5 M8 C2 4 M4 C1 M3 3 M3 M1 M2 M1 U1 M5 C1 2 M8 M6 M6 C1 R1 M3 C4 M2 M4 C2 M12 C2 R1 1 M6 U1 M2 R1 C1 M2 M3 C3 M6 M11 C2 R1 C7 M2 M7 R1 M2 M10 P1 M4 R1 M11 M11 R1 R1 M7 M6 C7 janv-04 févr-04 mars-04 avr-04 mai-04 juin-04 juil-04 août-04 sept-04 oct-04 nov-04 déc-04 janv-05 févr-05 mars-05 avr-05 mai-05 juin-05 juil-05 août-05 sept-05 oct-05 nov-05 déc-05 janv-06 févr-06 mars-06 avr-06 mai-06 juin-06 juil-06 août-06 sept-06 oct-06 nov-06 déc-06 janv-07 févr-07 mars-07 avr-07 1 M3 M3 M3 M2 M2 C6 M2 M3 M3 M1 M2 M2 M6 C2 M3 M1 R1 M2 M6 M6 M6 C2 M6 C1 C1 M4 M2 M2 R3 C1 M2 M6 M6 M6 M2 2 M3 M3 C1 M3 M3 M3 C1 M2 M6 M2 P1 R1 C1 M2 C2 M6 C2 M6 M6 M6 R2 R3 M6 M5 M6 M6 M6 3 M2 M3 M1 R1 M2 M2 M2 M6 M5 P1 R2 C1 C2 C2 M1 M6 C1 C1 R1 M5 M6 C6 M2 M6 4 M2 M1 M2 M2 M3 M2 M3 M5 C7 C2 M2 C2 M2 M6 M14 M15 M6 M6 M6 5 M6 M6 M3 M1 M1 M2 C2 M2 M2 M6 M2 M2 M1 C2 R1 M6 M6 M6 6 M3 R1 M2 R1 M2 M5 M6 M2 C2 C2 M6 M6 M6 M6 7 M2 M3 R2 C2 M6 M3 M6 M1 C1 C2 M6 8 M2 M3 C1 M2 M6 M6 C1 C7 9 M2 M6 M6 C1 10 C2 M2 C2 11 R1 12 M13 M6 CHGE med M2 Maladies Inf C7 Cjhir ortho janv-07 févr-07 mars-07 avr-07 M6 M6 M2 M2 M6 M

30 PLAN Problématique Généralités sur les probiotiques Expérimentation chez l animal Expérimentation chez l homme Etude en cours Conclusion

31 Au total Intérêt potentiel mais il faut rester très prudent Arguments encore insuffisants pour utiliser les probiotiques systématiquement Nécessité d autres études: Chez l animal Chez l homme

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-16 12h04 16h56 - - 1h54 57 14h05 52 8h48 21h10 0h42 5h29 13h02 17h32 2h43 47 14h56 43 9h32 21h57 1h45 6h18 13h48 18h22 3h48 40 16h08 37 10h28 22h58 2h44 7h24 15h07 19h36 5h04 37 17h27 38 11h38

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel :

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 01-janv-17 9h13 14h42 21h43 3h04* 11h26 82 23h50 81 6h18 18h37 9h52 15h19 22h24 3h43* 12h05 79 --:-- --- 6h55 19h15 10h35 15h58 23h09 4h26* 0h30 77 12h46 74 7h34 19h55 11h22 16h41 23h59 5h13* 1h14 71 13h32

Plus en détail

Atelier de Micronutri.on

Atelier de Micronutri.on Atelier de Micronutri.on Docteur Astrid Duval- Goetgheluck Médecine morphologique et an.- âge Nutri.on tel: 06 11 09 26 54 PROBIOTIQUES PREBIOTIQUES SYMBIOTIQUES PROBIOTIQUES 2001 : comité d experts FAO/OMS

Plus en détail

Entérocoque résistant r à la vancomycine. La colonisation et ses conséquences

Entérocoque résistant r à la vancomycine. La colonisation et ses conséquences Entérocoque résistant r à la vancomycine La colonisation et ses conséquences FMC ERG JNI 2009 Cas clinique Homme de 87 ans sonde urinaire Traité pendant 14 jours par ceftazidime pour une infection à pyocyanique

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Les axes de la politique de bon usage

Les axes de la politique de bon usage Les axes de la politique de bon usage La formation et l information La surveillance consommation antibiotiques et résistance bactérienne L aide à la prescription Le contrôle des prescriptions La mise en

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine les spécialités suivantes :

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR

POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR POLITIQUE DE DÉPISTAGE DES BMR CLIN avril 2012 CONTEXTE : ICALIN 2 Nouveaux items pour le calcul du score du bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales dans les établissements de santé

Plus en détail

ENTÉROCOQUES RÉSISTANTS AUX GLYCOPEPTIDES (E.R.G.)

ENTÉROCOQUES RÉSISTANTS AUX GLYCOPEPTIDES (E.R.G.) ENTÉROCOQUES RÉSISTANTS AUX GLYCOPEPTIDES (E.R.G.) CCLIN Est CONTEXTE 1986 : Première souche de Enteroccocus faecium ayant acquis une résistance plasmadique à la vancomycine (USA) Dans les années suivantes

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas

10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas 10 questions sur les BHRe Tout ce que les recommandations du HCSP ne vous disent pas Olivier Baud ARlin Auvergne EOHH CHU Clermont Ferrand Méthode Relecture des recommandations Recherche des questions

Plus en détail

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P

Cours de photographie, agenda cours vendredi semaine A et B, École d'arts P ven. 30 sept. 2016 ven. 7 oct. 2016 ven. 14 oct. 2016 mer. 19 oct. 2016 jeu. 20 oct. 2016 ven. 21 oct. 2016 sam. 22 oct. 2016 dim. 23 oct. 2016 lun. 24 oct. 2016 mar. 25 oct. 2016 mer. 26 oct. 2016 jeu.

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

Le marché de la levure devrait

Le marché de la levure devrait N 41 - Marché / Probiotiques La levure dévoile son potentiel en nutrition santé Le potentiel de la levure en Si elle est encore plus connue comme ingrédient de panification ou de fermentation, la levure

Plus en détail

et mupirocine/chlorhexidine

et mupirocine/chlorhexidine Etude de l évolution des résistances bactériennes sous décontamination digestive sélectiveet et mupirocine/chlorhexidine chlorhexidinesur une période de quatre ans en réanimation médicale Mémoire de DESC

Plus en détail

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment?

Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? Détecter les ERV. Pourquoi? Qui? Comment? P.-Y. Donnio Bactériologie-Hygiène, CHU de Rennes EA 1254 Microbiologie-Risques Infectieux, Université de Rennes 1 CCLIN-Ouest 32 ème Réunion Interdisciplinaire

Plus en détail

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des

VALEURS DES INDICES. PPEI val.définitive. Réf: 2000 (Prix à la Production de l'industrie et des à la Contrats 97-07 et Biogaz valeur juillet 04 112,3 (juillet 04) valeur juillet 04 104,3 (juillet 04) connue en janvier 05 113,2 (déc.04) connue en janvier 05 104,8 (sept.04) connue en janvier 05 127,1

Plus en détail

Les probiotiques. Emmanuel Hermann Faculté de Pharmacie-Lille 2 4 ème année-mars 2008

Les probiotiques. Emmanuel Hermann Faculté de Pharmacie-Lille 2 4 ème année-mars 2008 Les probiotiques Emmanuel Hermann Faculté de Pharmacie-Lille 2 4 ème année-mars 2008 Colonisation du tractus gastro-intestinal 400-500 espèces bactériennes - Anaérobies obligatoires (Bacteroides spp, Clostridium

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Influence de deux probiotiques sur l immunité du porcelet. Il est reconnu que la période de sevrage est une période très critique pour les

Influence de deux probiotiques sur l immunité du porcelet. Il est reconnu que la période de sevrage est une période très critique pour les Influence de deux probiotiques sur l immunité du porcelet Il est reconnu que la période de sevrage est une période très critique pour les porcelets puisqu ils sont soumis à plusieurs stress. Cette période

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali

Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali Compétitivité des produits laitiers locaux: vers une standardisation du «fènè», un lait spontanément fermenté au Mali S. Wullschleger, B. Bonfoh; A. Sissoko, I. Traoré; S. Tembely, J. Zinsstag, C. Lacroix,

Plus en détail

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente

spores, inactive métaboliquement infection nosocomiale digestive fréquente Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière

MRSA. Staphylococcus aureus. A. C. Simon MD. Hygiène Hospitalière MRSA A. C. Simon MD Hygiène Hospitalière Staphylococcus aureus 1 Les sites d infection possibles Lancet Infect Dis 2005;5:751-62 Taux de portage de Staph aureus par site chez l adulte Dans la population

Plus en détail

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France

Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries hautement résistantes et émergentes (BHRe) Epidemiology of emergent and highly resistant bacteria in France Epidémiologie des bactéries hautement résistantes et émergeantes en France Bactéries

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Emergence des infections nosocomiales à entérocoque résistant à la vancomycine en France?

Emergence des infections nosocomiales à entérocoque résistant à la vancomycine en France? Emergence des infections nosocomiales à entérocoque résistant à la vancomycine en France? Roland Leclercq, CNR résistance aux antibiotiques: laboratoire associé CHU de Caen Emergence des entérocoques résistants

Plus en détail

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire

Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire Place du dépistage du staphylocoque dans la prévention des infections du site opératoire Enseignement Post-Universitaire La Salines-les-Bains - Jeudi 26 avril 2012 Didier LEPELLETIER Unité de Gestion du

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr

2013 ARROND janv 06-janv 13-janv 20-janv 27-janv 03-févr 2013 ARROND 10 01-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 06-janv 13-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47 70 06 70 20-janv BENHAMOU 2, rue du Fg Saint Denis 75010 01 47

Plus en détail

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus

Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Role du portage nasal dans les infections à S. aureus Jean-Christophe LUCET, UHLIN GH Bichat Claude Bernard, APHP Université Denis Diderot, Paris VII JNI, 11 juin 2009 Le champ de la question Ce que je

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance?

Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Prélèvements microbiologiques: Quoi? Chez qui? Quand? Pourquoi? Quel impact sur la surveillance? Journée d échanges des réseaux ATB & BMR Sud Est Pr Jean-Philippe Lavigne (CHU Nîmes, INSERM U1047) Questions

Plus en détail

PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan

PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan DUCLOT Julie, SERRE Manon, GIBERT Philippe Service d Odontologie, C.H.R.U. Montpellier Département de Parodontologie

Plus en détail

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N.

Lecture critique. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Maîtrise de la diffusion de la résistance aux antibiotiques l hôpital : le rôle de l hygiène hospitalière D. Lepelletier, N. Marty Lecture critique Monica Attinger - Unité HPCI Forum HH 10 mars 2015 Article

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles

Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair. Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair Dr. Wael Abdelrahman Consultant technique, Probiotiques volailles Prévenir la colonisation par Campylobacter chez les poulets de chair

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE INFECTION URINAIRE NOSOCOMIALE CHEZ LE PATIENT SONDE LILLAZ J. GENERALITES 1ère à 3eme cause d infection nosocomiale en réa. Richards MJ.Crit Care Med 1999.Spencer RC.Eur

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR

COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR COMMUNICATION LORS DE TRANSFERTS ENTRE HÔPITAL ET MRS D UN RÉSIDENT PORTEUR DE BMR Symposium 19 novembre 2015 D. Favay (CPAS Charleroi), C. Guillaume (ISPPC), J. Janiczek (ISPPC), C. Laveaux (CHU Tivoli)

Plus en détail

Les infections uro-génitales (non MST)

Les infections uro-génitales (non MST) Urogenital infections in women : can probiotics help? 1 Les infections uro-génitales (non MST) A savoir : - Vaginoses bactériennes - Cystites à répétition - Vaginites à levures : candidoses vaginales à

Plus en détail

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011 octobre 2011 thera N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! thera Edito Chères clientes, chers clients, L automne est là Le changement de saison

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé?

Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Quelle politique de dépistage des BMR au sein des établissements de santé? Journée Régionale des CLIN et EOH de Haute Normandie Mardi 20 avril 2010 Dr Sophie Boyer Laboratoire de Microbiologie Nouvelles

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Projet Industriel. Master d ingénierie pour la santé et le médicament, option développement et production pharmaceutique

Projet Industriel. Master d ingénierie pour la santé et le médicament, option développement et production pharmaceutique Projet Industriel DEVELOPPEMENT DES FORMES ORALES DE PROBIOTIQUES Réalisé par : Sawssen Bousbiaa & Nicolas Schneider Responsable : Stéphanie Briançon Master d ingénierie pour la santé et le médicament,

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP

Bactéries multi-résistantes émergentes et importation. Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP Bactéries multi-résistantes émergentes et importation Dr C. LAWRENCE PH Hygiène CHU R. Poincaré APHP BMR émergente : définition? Bactérie dont le mécanisme de résistance est nouveau et qui possède une

Plus en détail

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques

Phytogéniques. et croissance des veaux. Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Phytogéniques et croissance des veaux Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques Photo: Fredleonero 200 Phytogéniques 150 100 50 25 Carina Schieder Chef de Produit Phytogéniques et croissance des veaux

Plus en détail

Prévention de l allergie in utero et en période néonatale

Prévention de l allergie in utero et en période néonatale Prévention de l allergie in utero et en période néonatale P. Tounian Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques Hôpital Trousseau, Paris INSERM 872 Nutriomique, Université Paris 6 Institut de Cardiométabolisme

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e N o v e m b r e 2 0 0 7

D o s s i e r D e P r e s s e N o v e m b r e 2 0 0 7 D o s s i e r D e P r e s s e N o v e m b r e 2 0 0 7 Enfin des preuves scientifiques! 1 ère étude clinique française prouvant l efficacité d un mélange de souches probiotiques sur les symptômes associés

Plus en détail

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE PROBIOTIQUES ET VAGINOSE QUESTION : Les probiotiques sont-ils un traitement efficace des vaginoses? AUTEUR : Geneviève Bustros-Lussier (JANVIER 2009) P : Patiente ayant une vaginose bactérienne I : Probiotiques

Plus en détail

Résistances aux antibiotiques en Nouvelle Calédonie : état des lieux et perspectives

Résistances aux antibiotiques en Nouvelle Calédonie : état des lieux et perspectives Résistances aux antibiotiques en Nouvelle Calédonie : état des lieux et perspectives S. Chalmin, R. Goursaud, E. d Ortenzio Institut Pasteur de Nouvelle Calédonie Journée Médicale Calédonienne 22 juin

Plus en détail

Pneumonie de fausse déglutition. Dr Drowart - CHU Brugmann

Pneumonie de fausse déglutition. Dr Drowart - CHU Brugmann Pneumonie de fausse déglutition Dr Drowart - CHU Brugmann Pneumonie de fausse déglutitiond < inhalation sécrs crétions de l oropharynx l ou du contenu gastrique colonisés s par des bactéries pathogènes

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

ETUDE DE LA CONTAMINATION BACTERIOLOGIQUE DU LAIT MATERNEL RECUEILLI AU LACTARIUM DU CHU DE BREST

ETUDE DE LA CONTAMINATION BACTERIOLOGIQUE DU LAIT MATERNEL RECUEILLI AU LACTARIUM DU CHU DE BREST ETUDE DE LA CONTAMINATION BACTERIOLOGIQUE DU LAIT MATERNEL RECUEILLI AU LACTARIUM DU CHU DE BREST C. Leprince, B. Lejeune, R. Baron, MF. Le Floch Service de Santé Publique, Hygiène Hospitalière et Évaluation

Plus en détail

L utilisation des probiotiques en milieu hospitalier

L utilisation des probiotiques en milieu hospitalier L utilisation des probiotiques en milieu hospitalier Rapport d évaluation 02-10 Unité d évaluation des technologies et des modes d intervention en santé UETMIS Centre hospitalier universitaire de Québec

Plus en détail

Parasites opportunistes?

Parasites opportunistes? Parasites opportunistes? Marie-Lise Tritten-Arber ARL 3 octobre 2008 Dientamoeba fragilis Blastocystis hominis Dientamoeba fragilis Microorganisme amiboïde Sa pathogénicité divise encore le cercle des

Plus en détail

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté

BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté BLSE facteurs de risque d acquisition dans la communauté Philippe Berthelot, Unité d hygiène inter hospitalière, Service des Maladies Infectieuses, CHU de Saint-Etienne EBLSE Phénomène émergent Pitout

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

L'épidémie d'erg dans le CCLIN Est : situation actuelle. Quelles mesures prendre? Pr Ch RABAUD Strasbourg, le 11 Septembre 2008

L'épidémie d'erg dans le CCLIN Est : situation actuelle. Quelles mesures prendre? Pr Ch RABAUD Strasbourg, le 11 Septembre 2008 L'épidémie d'erg dans le CCLIN Est : situation actuelle. Quelles mesures prendre? Pr Ch RABAUD Strasbourg, le 11 Septembre 2008 Les entérocoques Bactérie commensale du tube digestif et des voies génitales

Plus en détail

Calendrier prévisionnel "Responsable en Ressources Humaines" 2015-2016

Calendrier prévisionnel Responsable en Ressources Humaines 2015-2016 Calendrier prévisionnel "Responsable en Ressources Humaines" 2015-2016 Semaine Jour Date Institut ou Jours Heures Lundi 05-oct 15 Entreprise Mardi 06 oct 15 Semaine 41 Mercredi 07 oct 15 Jeudi 08-oct-15

Plus en détail

Pour ne plus laisser les coliques du nourrisson, perturber la vie de bébé...

Pour ne plus laisser les coliques du nourrisson, perturber la vie de bébé... Communiqué de presse Pour ne plus laisser les coliques du nourrisson, perturber la vie de bébé... La colique du nourrisson touche environ 30% des bébés âgés de moins de 4 mois i La colique infantile est

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

Conflits d intérêts. Consultant: Financement d études: Optimer: fidaxomicine Astra Zeneca : Ceftaroline Novartis: daptomycine

Conflits d intérêts. Consultant: Financement d études: Optimer: fidaxomicine Astra Zeneca : Ceftaroline Novartis: daptomycine Conflits d intérêts Consultant: Optimer: fidaxomicine Astra Zeneca : Ceftaroline Novartis: daptomycine Financement d études: Novartis (daptomycine) Eumedica (temocilline) 1. Limites techniques des modèles

Plus en détail

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03

A Randomized Trial of Hyperglycemic. Lalande Marion, Biblio du 3/03 A Randomized Trial of Hyperglycemic Control in Pediatric Intensive Care Lalande Marion, Biblio du 3/03 Justification de l étude Etat actuel des connaissances sur le contrôle glycémique chez l adulte :

Plus en détail

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD?

Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? Émergence de bactéries multirésistantes : quelles conséquences pour les EHPAD? 2 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD ARLIN Haute-Normandie - CCLIN Paris Nord 18 novembre

Plus en détail

Assises professionnelles de l infectiologie

Assises professionnelles de l infectiologie Valoriser l infectiologie transversale par l amélioration de la qualité Arnaud Pouillart Hôpitaux pédiatriques de Nice CHU-Lenval 1 Champ de l étude Activités transversales : Expertise, activité intellectuelle

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

Nutrition et santé intestinale : nous sommes ce que nous mangeons

Nutrition et santé intestinale : nous sommes ce que nous mangeons Nutrition et santé intestinale : nous sommes ce que nous mangeons L alimentation, le microbiote intestinal et la santé digestive sont mutuellement entrecroisés. Ces liens et le potentiel bénéfique des

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire

Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Mise en place du contrôle du bon usage des carbapénèmes: expérience d une équipe pluridisciplinaire Murielle Galas, Gaëlle Dunoyer, Claude Olive, Rafaëlle Théodose, François Lengellé, Patrick Hochedez,

Plus en détail

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet

LES MYCOPLASMES. Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES Marc De Brueker Labelvet LES MYCOPLASMES AVIAIRES Principales espèces pathogènes chez les poules et les dindes: Mycoplasma gallisepticum, M. synoviae, M. meleagridis, M. iowae, Tropisme

Plus en détail

et la gestion des alertes

et la gestion des alertes Le signalement des infections nosocomiales et la gestion des alertes L expérience française Bruno Coignard, MD, MSc Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France JAPI, Québec, 20/11/2008 Plan de

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte

Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Des BMR aux BHR Cécile Mourlan PH coordinatrice ARLIN CCLIN FELIN Réunion-Mayotte Les enjeux Pas de nouvelles molécules antibiotiques Des malades de plus en plus fragiles Des actes de plus en plus invasifs

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

TUBE DIGESTIF ET OBÉSITÉ : DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA PRISE EN CHARGE? EA 2694 Faculté de médecine Université de Lille 2

TUBE DIGESTIF ET OBÉSITÉ : DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA PRISE EN CHARGE? EA 2694 Faculté de médecine Université de Lille 2 - 173 - TUBE DIGESTIF ET OBÉSITÉ : DE NOUVELLES PERSPECTIVES POUR LA PRISE EN CHARGE? MONIQUE ROMON EA 2694 Faculté de médecine Université de Lille 2 Tube digestif et obésité de nouvelles perspectives

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Application des technologies de microencapsulation pour la formulation de probiotiques et mise au point d un coating entérique

Application des technologies de microencapsulation pour la formulation de probiotiques et mise au point d un coating entérique Jeudi 10 octobre 2013 Application des technologies de microencapsulation pour la formulation de probiotiques et mise au point d un coating entérique Alain Durieux Unité de Biotechnologie Institut Meurice

Plus en détail

Association d antibiotiques en dehors des situations d urgence. T Doco-Lecompte 22 Mai 2007

Association d antibiotiques en dehors des situations d urgence. T Doco-Lecompte 22 Mai 2007 Association d antibiotiques en dehors des situations d urgence T Doco-Lecompte 22 Mai 2007 Les arguments pour une association Synergie d action Augmenter la vitesse de bactéricidie Eviter la sélection

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail