Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chambre d Agriculture des Vosges. Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie"

Transcription

1 Chambre d Agriculture des Vosges Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie

2 Autoproduire des protéines sur mon exploitation, Un pas vers plus d autonomie Une culture à redécouvrir! La Luzerne La luzerne, Essais Réseau Régional Grandes Cultures BIO, Gestion de l interculture Implanter des couvert, les exploiter en cultures dérobées Implanter les légumineuses sous couvert de céréales, Essais Réseau Régional Grandes Cultures BIO Céréales et protéagineux Introduire des protéagineux en pure ou en association dans sa rotation Les Méteils Le Soja Féverole & Pois de printemps Lentille et Lupin

3 Une culture à redécouvrir! La luzerne La luzerne dispose de nombreux atouts pour les exploitations de polyculture élevage un pas de plus vers l autonomie protéique et fourragère L implantation, une étape décisive pour allier productivité & pérennité Choix de la parcelle: un sol sain et sans acidité Parcelle «saine» et sans semelle de labour Ph > 6.5 optimum (proche de la neutralité) Dans les sols qui n ont jamais reçu de luzerne ou légèrement acides, l inoculation est recommandée avec la bactérie Rhizobium Structure Type de sol Sol Compact Sol à bonne structure Sols Sableux Sols calcaires Sols argilo-limoneux Sains Argilocalcaires Hydromorphe Privilégier les semis de printemps Deux périodes de semis possibles : - Semis de printemps (mai à juillet) - Semis d été (août à septembre) La germination de la luzerne dépend de plusieurs facteurs : - Disponibilité en eau -Température et lumière (optimum situé entre 19 et 25 C) Doses de semis = 20 et 25 Kg/ha soit 800 à 900 plts / m² Semis superficiel, maximum 1 cm puis passage du rouleau Luzerne et types de sols (www.luzerne.org) Environnement Limitation des phénomènes de lessivage Valorisation des effluents Réduction des intrants Impacts positifs sur la biodiversité Agronomie Allongement des rotation Diversification des assolement Structure du sol Alimentation animale Production d un fourrage de qualité Gain d autonomie protéique Introduction de fibre dans la ration

4 Essais Résultats Une culture à redécouvrir! La luzerne (Essais Réseau régional Grandes Cultures BIO, ) Objectifs des essais : mesurer et comparer les effets d apport de différents engrais sur la productivité et la qualité fourragère de la luzerne. Intérêt d un apport de potasse, de gypse ou de kiesérite sur luzerne Composition /prix des engrais utilisés (2012) Les essais sont implantés dans des sols basiques avec des situations plutôt riches en Potasse et faiblement pourvues en Phosphore. Résultats Effets de fertilisants sur la luzerne année 1 (5 essais) Effets de fertilisants sur la luzerne année 1 (2 essais microparcelles) Effet positif des engrais sur le rendement : Compost < gypse < patenkali Conclusion et perspectives : Effet intéressant du Patenkali ou de la Kiesérite La dose de Patenkali 150 kg/ha ou Kiesérite 100 kg/ha est suffisante (meilleur rapport technico-économique) 14 Le positionnement idéal reste à définir (en cours d expérimentation) Criblage variétal : Connaître l impact de la variété sur la productivité et la pérennité de la luzernière

5 Gestion de l interculture Implanter des couverts, les exploiter en cultures dérobées Valoriser la période d interculture faire un choix entre couvert Agronomique et/ou Culture dérobée Les couvert peuvent présenter de multiples intérêts : - Intérêts agronomiques Structure et vie du sol, MO, gestion des adventices, etc. - Intérêts environnementaux Préservation de la qualité de l eau, stockage de Matière Organique et des éléments fertilisants - Intérêts zootechniques Production fourragère et sécurisation du bilan fourrager Les possibilités d implantation, quelques exemples Le sorgho fourrager Variétés à privilégier de type Sudan Grass ou hybride Culture dérobée derrière une céréale précoce comme l orge. - Exploitation en ensilage ou pâturage (pâturage conseillé au-delà de 70 jours, soit 70 cm car risque toxine) Les mélanges de Graminées/légumineuses Implanter des mélanges de 3 à 5 espèces (ex : Ray Grass d Italie associé à des trèfles annuels du type Trèfle d Alexandrie ou Trèfle Incarnat). Récolte par pâturage ou fauche (ensilage ou enrubannage). Espèces Sorgho fourrager RGI + TA ( kg/ha) Avoine P + TA ( kg/ha) Avoine P + Vesce ( kg/ha) Stade récolte UFL PDIN PDIE RGI : feuillu TA: Floraison Stade laiteux pâteux de la céréale Moha Epiaison Moha + TA ( kg/ha) Colza fourrager Epiaison Qualité fourragère de différents couverts (attention, valeurs indicatives : les valeurs observées sur le terrain peuvent varier du fait de la composition du mélange et de la qualité d implantation des différentes espèces et du stade de récolte), données CDA88

6 Essais Résultats Gestion de l interculture Implanter des légumineuses sous couvert de céréales (Essais Réseau régional Grandes Cultures BIO, ) Implanter des légumineuses sous couvert de céréales au printemps? - Permettre une couverture du sol en interculture courte ou longue - Palier au manque d azote sur les exploitations bio en mobilisant l azote atmosphérique - Avoir la possibilité d une récolte de fourrages de qualité, cultures dérobées Deux situations possibles Trèfle incarnat sous couvert de la céréale Gironcourt 05/06/ Interculture courte - Interculture longue Dispositif expérimental : Espèces de légumineuses testées (Réseau Régional BIO Chambres d Agriculture Lorraine) Variété dose semis Kg/ha minette VIRGO 20 Pèrennes violet NIKE 15 hybride DAWN 10 Trèfle blanc nain HUIA 4 incarnat CARMINA 15 annuel alexandrie AXI 15 perse CIRO 15 Semis de ces légumineuses dans une parcelle agriculteur, en céréales de printemps ou d automne Trèfle violetpost récolte de la céréale Gironcourt 05/06/2012 Minette après récolte de la céréale Boulaincourt 13/09/2011

7 Essais Résultats Gestion de l interculture Implanter des légumineuses sous couvert de céréales (Essais Réseau régional Grandes Cultures BIO, ) Azote capté et biomasse Bonne corrélation entre la biomasse produite par le couvert et l azote capté par les parties aériennes des couverts. La moyenne est de 116 Unités d Azote absorbées pour 3,9 Tonnes de Matières sèche et un C/N << 15 Azote capté en % de la moyenne Azote capté et biomasse 150% 140% 130% T. Violet 120% T. Hybride 110% Minette 100% 90% T. Incarnat T. Alex. 80% T. Blanc Nain 70% 60% T. Perse 50% 50% 70% 90% 110% 130% 150% 170% Biomasse en % de la moyenne Développement des légumineuses & gêne à la récolte de la céréale Port dressé : concurrence la culture en place Port rampant : reste au niveau du sol sans gêner la récolte Concurrence plus aléatoire Essai 1 Essai 2 Témoin 0 0 Trèfle Violet 4 4 Trèfle Hybride 4 4 Minette Virgo 0 0 Trèfle Blanc nain 0 0 Trèfle de Perse 0 1 Trèfle d'alexandrie 2 2 Trèfle Incarnat 1 1 Lecture du tableau : 0 = pas de gène à la récolte - 5 = dépassement des épis par les couverts Trèfle blanc et Minette : hauteurs de végétation et biomasses les plus faibles = meilleures notes de récoltabilité Trèfle violet et trèfle hybride : biomasse élevée, hauteur médiane et couverture du sol totale = gène importante à la récolte Trèfles annuels (incarnat, alexandrie et perse) = peu de problème à la moisson (malgré leur grande taille, ils sont «filants» et leur biomasse est très étagée)

8 Essais Résultats Gestion de l interculture Implanter des légumineuses sous couvert de céréales (Essais Réseau régional Grandes Cultures BIO, ) Impacts sur la culture suivante Les couverts de légumineuses apportent un supplément important en azote pour la culture suivante : Azote stocké par les nodosités des légumineuses & Azote stocké dans les parties aériennes On constate que, globalement, la mise en place de couvert de légumineuses améliore d environ 35 % le rendement de la culture suivante en situation non fertilisée Approche Technico économique de la technique Coût de la mise en place de la technique : Coût des semences : de 47 ha pour trèfle Hybride à 150 /ha pour Minette. Coût d implantation : 35 /ha selon le barème d entraide. Coût de destruction : broyage à 25 /ha selon barème d entraide Total : maxi =210 (ou 148 avec coût moyen de semences à 88 /ha) Rendement toutes modalités confondues: Moyenne de 6,3 q supplémentaires d OP à 32 /quintal Rentabilité de la technique : Jusque 396 /ha de marge nette supplémentaire (moyenne 54 / ha)

9 1. Céréales et protéagineux Introduire des protéagineux en pure ou en association dans sa rotation Les protéagineux, des atouts agronomiques & zootechniques Fourniture en azote (culture) Fourniture en protéine (élevage) Introduction de protéagineux en pure ou en association avec des céréales est un atout pour nos systèmes de productions La culture de légumineuses (pois protéagineux, féverole, soja, méteils, etc.) présente de nombreux atouts : - Diversification des rotations - Capacité à fixer l azote de l air - Faible besoin en intrants - Très bon précédent cultural - Qualités nutritionnelles, richesse en protéines - Possibilité de récolte en fourrage ou en grains Pois de printemps Féverole de printemps Les 3 principaux protéagineux Le pois, la féverole et le lupin sont les espèces principalement utilisables en Lorraine Intérêt pour les éleveurs visant plus d autonomie protéique dans les rations animales En système de culture Biologique, on préfère l exploitation de mélanges Céréales / Protéagineux car : - Moins sensibles aux maladies - Rendements sont lissés d une année à l autre (complémentarité des différentes espèces) Lupin Bleu Récoltés en grains ou en fourrages, les mélanges présentent de bonnes valeurs nutritionnelles (rapport énergie/protéines).

10 2. Céréales et protéagineux Les Méteils Des mélanges Céréales / Protéagineux pour récolte en vert ou en grains La culture du méteil offre une grande souplesse : Méteil d automne ou de printemps, choix des espèces, densité de semis et type de récolte (en fourrage ou en grains). Nombreux avantages agronomiques Autonome en intrant (fixation de l azote atmosphérique par les légumineuses) Régularité de rendement et rendement supérieur à celui des cultures en pures Culture très concurrentielle aux adventices Meilleure résistance aux attaques de ravageurs et aux maladies Risques de verse limités (présence de graminées = plantes tutrices) et zootechniques Souplesse d utilisation (grain ou fourrage) Grain : un produit plus équilibré, concentré en énergie et en protéine Fourrage : produit fibreux, riche en azote et de faible densité énergétique En pratique Place dans la rotation Placer les méteils en 2 ème ou troisième paille. La succession d associations est également possible, avec alternance hiver et printemps et en diversifiant les espèces implantées. Pas ou peu de fertilisation azotée La fertilisation est à raisonner suivant la rotation culturale et les apports d effluents. Récolte fourrage restez vigilant! Deux options : ensiler au stade laiteux /pâteux de la céréale (compromis quantité) ou au stade floraison (compromis qualité). En grains, les proportions entre espèces sont variables d une récolte à l autre. Choix des espèces et composition des mélanges Conseils Triticale / Pois, un mélange passe partout (garantie sur tout type de sols, bonne productivité) Date de semis TRITICALE POIS F. 1 ère quinzaine Octobre 160 kg/ha 20 kg/ha 2 èm quinzaine Octobre 175 kg/ha 25 kg/ha Doses conseillées en semences fermières Autres mélanges : Triticale/ Avoine/ Pois (130/40/20) Orge / Avoine / Epeautre/ Pois (70/50/50/20) Triticale/ Seigle/ Epeautre/ Avoine/ Pois (50/50/30/20/25) Orge de Printemps/ Avoine P/ Vesce (60/60/30) Le choix des espèces constituant les mélanges dépendra du type de récolte, fourrage ou grain

11 3. Céréales et protéagineux Le soja La valorisation du soja en alimentation humaine ou animale permet d assurer son débouché. Cette culture tend à s étendre plus au nord grâce à des variétés plus précoces. En système polyculture-élevage, et particulièrement en système monogastrique, la culture de soja est une source de protéines. En système céréalier, le soja est une culture intéressante d un point de vue agronomique (légumineuse), et économique. La culture du Soja Choix de la parcelle Parcelles propres (soja peu concurrentiel et risques de gènes à la récolte) Parcelles à bonne réserve en eau (sensible au stress hydrique) Eviter les sols trop calcaires (calcaire actif = fonctionnement limité des nodosités de cette légumineuses, ph > 6) Implantation de la culture 1 ère quinzaine de mai sur sol réchauffé ( 12 C). Densité de 700 à gr./ha. Lit de semence fin et bien structuré, un bon nivellement facilitera le désherbage mécanique ainsi que la récolte des gousses les plus basses. Préférer des variétés très précoces : indice 000 à 000+, surtout pour la récolte en grain. L inoculation est une étape indispensable (enrober la semence de bactéries qui formeront les nodosités = fixation de l azote de l air). Depuis maintenant 2 ans, les Chambres d Agriculture de Lorraine expérimentent la culture du soja en Agriculture BIO. Déterminer les variétés les mieux adaptées au contexte pédoclimatique et définir les points clés de la réussite de sa conduite, Essais Plateforme de Criblage variétal SOJA BIO, Chambres d Agriculture Lorraine 2013 Perspectives, le MAYA Le MAYA est la culture associée du maïs et de soja pour l ensilage. L objectif est d améliorer la valorisation des fourrages en vue d approcher plus d autonomie alimentaire et notamment plus d autonomie protéique. Des essais en place doivent permettre de définir quelle conduite permettra la réussite de cette technique.

12 4. Céréales et protéagineux Féverole & Pois de printemps La Féverole de printemps Choix de la parcelle et implantation Privilégier les sols profonds, limiter les carences en eau jusqu à juillet (floraison et remplissage du grain) Implantation soignée, profondeur entre 6-7 cm Densité : 40 à 50 gr./m², semis précoce et 40 gr./m² à 5 cm semis tardifs Le retour d une féverole sur une même parcelle doit respecter un délai de 6 à 7 ans. Date de semis Profondeur Ecartement (cm) Densité Atouts - Tolérance à Aphanomyces du pois (possibilité d un pois entre 2 féveroles) - Itinéraire technique simple : autonome en azote (nodosité), besoins en phosphore et potasse modérés - Attention au salissement : féverole de printemps moins agressive vis-à-vis des adventices - Possibilité d intervention de désherbage mécanique (herse étrille et bineuse) -Etalement des chantiers de récolte - Bon partenaire en association (ex : colza/féverole) 1 er Février au 15 Mars 6 à 10 cm 11 à 17 si Herse Etrille 30 à 35 si bineuse 250 à 300 kg/ha (45 plants/m²) Le Pois de printemps : un atout dans vos rotations Itinéraire technique Le pois se satisfait de sols à faibles fournitures en azote. Semis sur sol ressuyé à 3 à 4 cm (profondeur importante surtout si passage d outils de désherbage mécanique) Optimum de semis : 20 février au 15 mars (possible jusqu au 1 er avril, sol ressuyé et réchauffé). Pas de fertilisation azotée et besoins modérés en phosphore et en potasse. Atouts - Grain appétant et simple d utilisation en alimentation animale - Rendement correct et précocité intéressante - Très bon précédent cultural - faible niveau d intrants Attention, sensible aux coups de chaud à floraison, sensible à la verse et au salissement. Sensibilité à Aphanomyces, le pois ne doit revenir que tous les 5 ans min. PMG Dose de semis (gr/m²) Dose de semis (Kg/ha) 250 à à à 240

13 5. Céréales et protéagineux Lentille & Lupin Et pourquoi pas de la lentille La lentille est la légumineuse la plus riche en protéines après le soja. Culture principalement destinée à la consommation humaine Implantation de lentilles en culture associée r Itinéraire technique Semis de mars à mai à une profondeur de 3-4 cm (pas besoin d inoculum si légumineuses déjà présentes dans la rotation) Choisir des parcelles propres (la lentille est peu concurrentielle) 80 à 90 kg/ha en culture pure, environ 25 kg/ha en association pour une dose de semis (mélange avec graminée) de 160 à 180 kg/ha Le Lupin Bleu Itinéraire technique Semis sur sol réchauffé de mars à avril à une densité de 100 gr/ha (soit kg/ha suivant les variétés et les conditions ) Semoir à céréales (lupin bleu a des graines de tailles moyennes) Positionnement de la graine entre 3-4 cm avec nécessité d inoculer la semence! Possibilité de réaliser des interventions de désherbage mécanique (herse étrille ou bineuse) Attention, sol avec peu ou pas de calcaire actif (ph < 7) Atouts / contraintes : - Lentille peu concurrentielle des adventices (développement juvénile lent) - Forte sensibilité à la verse en culture pure - Peu sensible aux conditions sèches En Culture BIO, la lentille est couramment cultivée en association : - Meilleure aptitude à la récolte (plantes associées = tuteurs) - Rendement en moyenne meilleur en culture associée qu en culture pure Attention, la culture associée de la lentille nécessite un triage après récolte d où un coup supplémentaire. Le décalage de maturité implique généralement un séchage du produit de récolte Source image : Bioactualité.ch culture de la lentille Bio Intérêts de la cultures : - Diversification des débouchées - Demande importante en protéagineux Bio - Enrichissement de la rotation en azote = reliquats - Teneur en protéines très élevée (350 g MAT/kg contre 260 g MAT/ka pour la féverole par exemple) Très bon précédent pour les céréales. Attention, il ne doit pas revenir sur la même parcelle avant 4-5 ans (risque maladies du sol, sclérotinioses)

14 Chambre d Agriculture des Vosges Vos contacts Chambre d Agriculture des Vosges Service agronomie Thomas LACROIX, Conseiller en Agronomie et environnement Agri Mieux, Grandes cultures, Agriculture Biologique Pierre DAUNOIS, Conseiller en Agronomie Conseiller herbe et Fourrages Mes Benoît BROUANT, conseiller en Agronomie Grandes cultures Véronique LAUDINOT, Conseillère en Agronomie Grandes cultures Réseau DEPHY Chambre Régionale d Agriculture de Lorraine service agronomie Matthieu ZEHR Chambre d Agriculture des Vosges - 17 rue André Vitu Epinal Cedex La Chambre d Agriculture des Vosges est agréée par le Ministère de l agriculture pour son activité de conseil indépendant à l utilisation de produits phytopharmaceutiques sous le numéro IF01762, dans le cadre de l agrément multi-sites porté par l APCA.

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France

Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France Association Française pour la Production Fourragère Préconisations agronomiques pour les mélanges de semences pour prairies en France - 2014 - PRÉAMBULE Les préconisations fournies ici constituent un guide

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES

Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES Synthèse des expérimentations 2010-2011 Région Lorraine Le Mot du Président : 2012, 3 ème année du Schéma de Développement

Plus en détail

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines

Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Potentiel de production protéique par les variétés de légumineuses à graines Isabelle Chaillet, ARVALIS Judith Burstin, Gérard Duc, INRA UMR LEG Dijon Avec le concours de JM. Retailleau, GEVES Place des

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines

Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Guide Technique 2015 Récolte ensilage immature ou Grains riches en protéines Pour s affranchir du risque de sécheresse estivale OBJECTIF Cette pratique sécurise les stocks fourragers en diversifiant les

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho

6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho GUIde sorgho 2015 La Gamme sorgho 2015 17 % Besoins en eau limités Diversité de culture dans la rotation 46 % 6 bonnes raisons pour cultiver du sorgho Besoins en intrants faibles 12 % 10 % Dégâts sur la

Plus en détail

Le ray-grass anglais

Le ray-grass anglais Le ray-grass anglais Préface Le ray-grass anglais, pur ou associé à du trèfle blanc, est une des graminées fourragères les plus utilisées en France. C est la plante de pâturage par excellence des régions

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

ARVALIS - Institut du végétal

ARVALIS - Institut du végétal Implantation du maïs: quelles innovations pour quels bénéfices? R. LEGERE Arvalis Institut du Végétal Programme Les différents itinéraires techniques d implantation Focus sur les itinéraires très simplifiés:

Plus en détail

Connaître les différentes espèces fourragères

Connaître les différentes espèces fourragères Connaître les différentes espèces fourragères Les graminées pérennes dominantes F29 - Le Brome F30 - Le dactyle F31 - La fétuque élevée F32 - Les ray-grass d Italie et Hybrides F33 - Le ray-grass anglais

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES. Bilan des expérimentations Région Lorraine

Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES. Bilan des expérimentations Région Lorraine Acquérir des références techniques en Agriculture Biologique GRANDES CULTURES Bilan des expérimentations Région Lorraine 1. Blé d hiver : criblage variétal Trois plateformes ont été mises en place en Lorraine

Plus en détail

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN

Rennes Le 29 janvier 2015. Programme : SOS PROTEIN Programme : SOS PROTEIN 1 Qui sommes nous! Localisation & Financements 2 Démarche! 3 Comment travaille-t-on? 4 Quelques résultats PAO CLUSTERS Bba Dairy : 85 %. Lactalis, Danone, Bongrain,... ADRO-Ouest

Plus en détail

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com

ORGES HYBRIDES. www.semencesdefrance.com ORGES HYBRIDES www.semencesdefrance.com Gamme Variйtale Semences de France Orges hybrides 6 rangs fourragиres PS Nouveautй GOODY 2014 (SY212.121) 5 (1/2 hiver 7 (précoce) 8 6 6 7 6 HOBBIT 2009 6 6 1/2

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

Fourrages et production de protéines

Fourrages et production de protéines A. Devouard (Prolea) Fourrages et production de protéines Huyghe C. Direction Scientifique Agriculture INRA - Paris En hommage à Jean-Claude Simon Pourquoi se préoccuper de protéines? Alimentation animale

Plus en détail

gamme fourragère Performance variétale au service des éleveurs

gamme fourragère Performance variétale au service des éleveurs plantes fourragères en pur et en mélange gamme fourragère Performance variétale au service des éleveurs Préconisations pour les mélanges de s L Association Française pour la Production Fourragère (AFPF),

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

«Performance et production de protéines à la ferme»

«Performance et production de protéines à la ferme» Témoignage d une approche AEI en production laitière : «Performance et production de protéines à la ferme» Philippe Cadoret Gaec De Trémelin 8 UTH associé à Camors (56) Membre des réseaux Triskalia Agrosol

Plus en détail

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn COMPTE RENDU Journée semis direct dans le Béarn 26/07/12 1. L exploitation de Christophe Cassoulong Lieux: Lalonquette Elevage: 60 mères blondes d Aquitaine Cultures: 67ha : 2/3 Prairie 1/3 Cultures Maïs

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

Adapter les techniques d implantation à chaque situation

Adapter les techniques d implantation à chaque situation Adapter les techniques d implantation à chaque situation Jérôme LABREUCHE Damien BRUN Pôle Agro-équipement Les techniques d implantation ont souvent un impact limité sur le rendement Les techniques d implantation

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE CHOISIR ET REUSSIR SON COUVERT VEGETAL PENDANT L INTERCULTURE EN AB Cameline (S.Minette, CRA PC) Moutarde, phacélie, avoine, trèfles mais aussi, sarrasin, navette, lentille, moha Tous ces couverts végétaux

Plus en détail

GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS :

GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS : GESTION DE LA FERTILITE DES SOLS : DIAPORAMAS DES INTERVENTIONS 35 36 B.Feschet, avec la collaboration de JP.Cohan, A.Bouthier, I.Félix, M.Mangin (Arvalis), L.Fourrié (Itab) MO non visible à l œil nu :

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE Maïs FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE - 2013 La plante Le maïs est cultivé pour : - le grain, qui est intéressant notamment pour son apport énergétique dans la ration biologique des animaux mono

Plus en détail

COUVERT CARACTÉRISTIQUES VÉGÉTAL PENDANT L INTERCULTURE EN AB : DES ESPÈCES LES ÉTAPES DE LA MÉTHODE DE CHOIX DU COUVERT VÉGÉTAL SOMMAIRE :

COUVERT CARACTÉRISTIQUES VÉGÉTAL PENDANT L INTERCULTURE EN AB : DES ESPÈCES LES ÉTAPES DE LA MÉTHODE DE CHOIX DU COUVERT VÉGÉTAL SOMMAIRE : COUVERT VÉGÉTAL PENDANT L INTERCULTURE EN EN AB : CARACTÉRISTIQUES DES ESPÈCES Cameline (S.Minette) Ceci est un recueil d une quarantaine de fiches espèces de couverts végétaux utilisés en interculture

Plus en détail

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques

LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA. Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques LES DOSSIERS TECHNIQUES DE L OPABA Productions végétales Régénération et gestion des prairies naturelles biologiques Les prairies naturelles peuvent être dégradées et nécessitent certains travaux pour

Plus en détail

RESULTATS DES ESSAIS. Campagne 2014-2015

RESULTATS DES ESSAIS. Campagne 2014-2015 RESULTATS DES ESSAIS Campagne 2014-2015 Publication juillet 2015 SOMMAIRE AGRICULTURE RAISONNEE... 4 ESSAI VARIETES ORGE D HIVER - ESCOURGEON... 5 SYNTHESE PLURIANNUELLE ORGE D HIVER - ESCOURGEON... 7

Plus en détail

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures

http://www.allier.chambagri.fr/fileadmin/documents_ca03/divers_pdf/bon_usage_des_prdts_phyto.pdf A vos cultures Février 2015 Service Agronomie, Territoire, Equipement Préconisation variétés maïs 2015 Cette plaquette fait partie du Guide annuel «A vos cultures». Celui-ci regroupe, dans un ensemble cohérent et global,

Plus en détail

légumineuses, seigle, épeautre, pomme de terre, légumes de plein champ. orge, triticale, prairie temporaire, luzerne, oignons.

légumineuses, seigle, épeautre, pomme de terre, légumes de plein champ. orge, triticale, prairie temporaire, luzerne, oignons. Maïs Culture 4.5.11 Généralité Le maïs : est gourmand en éléments fertilisants; met bien en valeur l azote organique; est un fourrage de qualité. Type de sol, climat Sol Favorables Profond; bien structuré;

Plus en détail

PLAN PROTÉINES VÉGÉTALES POUR LA FRANCE 2014-2020

PLAN PROTÉINES VÉGÉTALES POUR LA FRANCE 2014-2020 PLAN PROTÉINES VÉGÉTALES POUR LA FRANCE 2014-2020 Crédits photographiques : Thinkstock.fr (couverture), Cheick Saidou, Pascal Xicluna (Min.Agri.Fr), B. Carrouée (UNIP) Mise en page par le ministère de

Plus en détail

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture.

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture. Sommaire De quoi parle t-on? Intérêts et points de vigilance Du concept à la technique Regards croisés De quoi parle-t-on? Le Semis-Direct sous Couverture Végétale (SDCV) consiste à associer arrêt du travail

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs?

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? CARTRYSSE Christine, APPO (1), Centre Pilote CePiCOP (2) Unité de Phytotechnie des Régions Tempérées, ULG-Gembloux Agro-Bio

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ).

Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). Durabilité agronomique des systèmes biologiques comparée à d autres systèmes (raisonnés, intégrés ). 1 Philippe VIAUX Correspondant de l Académie d Agriculture de France. 27/11/2012 Séminaire AB Angers

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

les cinq étapes pour calculer les jours d avance

les cinq étapes pour calculer les jours d avance À retenir l expérience, acquise grâce à ces outils, permet également une bonne évaluation de la ressource disponible. une fois les mesures réalisées, la quantité d herbe disponible pour le lot se calcule

Plus en détail

Bien choisir sa variété de maïs ensilage

Bien choisir sa variété de maïs ensilage Bien choisir sa variété de maïs ensilage Le maïs ensilage n est pas une culture difficile à cultiver. Pour choisir sa variété, l agriculteur dispose aujourd hui d une multitude de critères : attention

Plus en détail

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme

Implantation de colza au Strip till. Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Implantation de colza au Strip till Thibaud LEROY Alexandre EECKHOUT Chambre d Agriculture de la Somme Objectifs de l essai Comparer différentes techniques d implantation simplifiée en colza Mono-graine

Plus en détail

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries)

Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Agronomie Exposée sur la carie (Tilletia Caries) Introduction : Bien qu'elle porte le même nom, la carie (Tilletia Caries) n'a rien à voir avec la carie dentaire qui est connu par le grand publique. La

Plus en détail

Besoins en protéines des filières animales monogastriques pour une alimentation 100 % bio et potentialités de production de légumineuses à graines bio

Besoins en protéines des filières animales monogastriques pour une alimentation 100 % bio et potentialités de production de légumineuses à graines bio Besoins en protéines des filières animales monogastriques pour une alimentation 100 % bio et potentialités de production de légumineuses à graines bio Synthèse du mémoire de fin d'études de C. Dupetit

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

Réussir ses récoltes de luzerne

Réussir ses récoltes de luzerne Réussir ses récoltes de luzerne Travaux 2012-2013 LUZFIL Dans le cadre du Projet régional LUZFIL* financé par : Partenaires : TERRENA, ARVALIS Institut du végétal, IDELE, Chambres d agricultures 44, 49,53

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Essai d implantation de colza

Essai d implantation de colza Essai d implantation de colza Selon divers technique de semis Et en association CUMA des Deux Fonds BASE 72 (Bretagne Agriculture Sol et Environnement Sarthe) Cette fois-ci, nous avons fait un essai visant

Plus en détail

QUELS DIAGNOSTICS DES MALADIES DES SEMENCES DE CÉRÉALES À PAILLE AFIN DE MIEUX LES CONTRÔLER AUJOURD HUI ET DEMAIN?

QUELS DIAGNOSTICS DES MALADIES DES SEMENCES DE CÉRÉALES À PAILLE AFIN DE MIEUX LES CONTRÔLER AUJOURD HUI ET DEMAIN? QUELS DIAGNOSTICS DES MALADIES DES SEMENCES DE CÉRÉALES À PAILLE AFIN DE MIEUX LES CONTRÔLER AUJOURD HUI ET DEMAIN? Divana YOUSSEF Olga ZHADENOVA Ayoub BOUCHOUCHA Olivier GUILLAUME Anthéa SUPPLY Intervenant

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE ANNEXE DES SEMENCES CERTIFIEES DE PLANTES A PROTEINES

REGLEMENT TECHNIQUE ANNEXE DES SEMENCES CERTIFIEES DE PLANTES A PROTEINES REGLEMENT TECHNIQUE ANNEXE DES SEMENCES CERTIFIEES DE PLANTES A PROTEINES (Féverole, Lupin blanc, Lupin à feuilles étroites, Lupin jaune, Pois protéagineux, Pois fourrager) Homologué par arrêté du 9 juin

Plus en détail

2009 : l opportunité Sorgho

2009 : l opportunité Sorgho le Journal du Sorgho N 16 - Décembre 2008 / Janvier 2009 L A L E T T R E D I N F O R M A T I O N D E L A F I L I È R E S O R G H O Edito Ayez le déclic pour le Sorgho Les mauvais esprits se contenteront

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies

Les références pour calculer la juste dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Référentiel Zones Vulnérables de Picardie pour 2013 Contexte

Plus en détail

Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques. Année 2015

Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques. Année 2015 Les ravageurs du sol : causes, dégâts, solutions agronomiques Année 2015 Liens entre état du sol et développement de certains ravageurs et champignons pathogènes Les sols en Pays-Basque Battance des limons/argiles

Plus en détail

Teneur en proteines des bles : relever le double defi agronomique et economique

Teneur en proteines des bles : relever le double defi agronomique et economique Teneur en proteines des bles : relever le double defi agronomique et economique Des marchés très segmentés Les marchés du blé français sont très segmentés : les destinations «marché intérieur» et «export»

Plus en détail

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf!

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf! Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf Statut% En%cours%de%validation% Version% 1.0% Date%de%création% 09/07/2013% Date%de%dernière%modification% 16/08/2013% Table&des&matières& 1. L exploitation...3 1.1.

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Midi-Pyrénées POIS PROTEAGINEUX

Midi-Pyrénées POIS PROTEAGINEUX Bulletin technique Grandes Cultures Bio Midi-Pyrénées Janvier 2014 POIS PROTEAGINEUX Intérêt des protéagineux C est une culture adaptée aux rotations en sec et qui laisse un bon reliquat azoté pour la

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f)

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f) LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME Folle avoine La lutte chimique est la méthode qui donne le plus de résultat. Les faux semis ont peu d intérêt avant culture d automne. Le labour

Plus en détail

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées?

la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? la carie du blé Point sur le champignon Que peut on faire? Que fait-on en Midi Pyrénées? La carie commune du blé Biologie du parasite et cycle de la maladie Étude bibliographique Et Observations D. CARON

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

Dans ce numéro : Contact : Jean Philippe MOUSSU 03 24 33 89 69. Journée alimentation des vaches laitières à Poix-Terron le 6 novembre

Dans ce numéro : Contact : Jean Philippe MOUSSU 03 24 33 89 69. Journée alimentation des vaches laitières à Poix-Terron le 6 novembre FLASH INTER GDA Dans ce numéro : Semis d automne : Les éléments-clés 2 ARGONNE ------En cours de recrutement 3 CANTONS Raphaëlle PONCELET CHARLEVILLE Daniel LOUAZEL NORD-OUEST Lucie JACQUEMARD RETHELOIS

Plus en détail

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Projet du Syndicat des producteurs de grains biologiques

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

ELEVAGE. La livraison peut se faire en vrac ou en BigBag (poids moyen de 700 Kg). La quantité minimale pour être livré est de 2,5 T.

ELEVAGE. La livraison peut se faire en vrac ou en BigBag (poids moyen de 700 Kg). La quantité minimale pour être livré est de 2,5 T. BULLETIN INTERNE BIO AUTOMNE 2013 ELEVAGE CONJONCTURE ELEVAGE Le secteur de l élevage a subit cette année une très forte hausse du coût des protéines végétales. La féverole bio atteint un coût de 530 /T

Plus en détail

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Avril juillet 2010 n 5

Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be. info@fourragesmieux.be. Avril juillet 2010 n 5 Rue du Carmel 1, 6900 Marloie Tél. : +32 61 21 08 20 fax : +32 61 21 08 40 info@fourragesmieux.be Avril juillet 2010 n 5 Sommaire 034. Les Journées Internationales de la Prairie : des journées d'information,

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER 1 MARAICHAGE 2013 Chou rouge : essai variétal en culture biologique Catherine MAZOLLIER, avec la collaboration de Abderraouf SASSI Merci à Didier Muffat qui a accueilli cet essai La culture de chou occupe

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement

N-Tester. Le pilotage de l azote tout simplement N-Tester Le pilotage de l azote tout simplement La fertilisation azotée : Une approche globale Réconcilier rendement et environnement Il est scientifiquement établi depuis fort longtemps que le risque

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Le semis direct des plantes fourragères POURQUOI? COMMENT? par Guy Forand, agronome chez Bélisle-Triolact

Le semis direct des plantes fourragères POURQUOI? COMMENT? par Guy Forand, agronome chez Bélisle-Triolact Le semis direct des plantes fourragères POURQUOI? COMMENT? par Guy Forand, agronome chez Bélisle-Triolact Ce que nous a appris 2013 Survie à l hiver 2012-13: dommages importants i) Insécurité fourragère

Plus en détail

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège

L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire. Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège L ensilage de maïs en Ardenne? D un point de vue alimentaire Isabelle Dufrasne Ferme expérimentale Service de Nutrition FMV Université de Liège Plan L ensilage de maïs en général Caractéristiques anatomiques

Plus en détail

Le soutien à l expérimentation dans la Filière Viandes Ruminants

Le soutien à l expérimentation dans la Filière Viandes Ruminants Le soutien à l expérimentation dans la Filière Viandes Ruminants CS Ruminants et Equidés du 25 septembre 2014 Direction Interventions Unité Aides aux Exploitations et Expérimentation 1 2. PROGRAMMES AIDES

Plus en détail

Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace

Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace PREFET DE LA REGION ALSACE DRAAF / DREAL Alsace Strasbourg, le 13 juillet 2012 Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace ----- Références : - code de

Plus en détail

11. Perspectives. 2 La culture en association de froment et de pois : une opportunité pour réduire l abondance des pucerons en été...

11. Perspectives. 2 La culture en association de froment et de pois : une opportunité pour réduire l abondance des pucerons en été... F. Debode 1, H. Schiepers 2 Ph. Burny 3, T. Lopes 4, B. Bodson 5 et F. Francis 4 1 La production céréalière biologique en Wallonie... 2 1.1 Introduction... 2 1.2 La production céréalière biologique en

Plus en détail