Introduction à la gestion quantitative. Préface de Thaddée Tyl & Vincent Gleyze

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction à la gestion quantitative. Préface de Thaddée Tyl & Vincent Gleyze"

Transcription

1 Introduction à la gestion quantitative Préface de Thaddée Tyl & Vincent Gleyze

2 Introduction à la gestion quantitative Achevé d imprimer en avril 2009.

3 Préface 100 fois sur le métier Lorsque nous avons commencé à traiter sur les marchés financiers au milieu des années 80, nous étions intimement persuadés qu une combinaison naturelle de l intuition et de l analyse fondamentale constituerait l outil le plus efficace pour maîtriser l évolution des actions, devises, matières premières et autres obligations. Préface La passion, l enthousiasme étaient au cœur de notre démarche, déjà. Et pourtant, les marchés et les faits sont extrêmement têtus : à force d aligner les chiffres rouges au bas de nos feuilles de trading, ils nous ont rendu humbles et nous ont convaincu que, au fil des cycles économiques, ni l analyse fondamentale ni l intuition ne correspondaient à notre culture des marchés et aux convictions que nous nous étions forgées. Nous avons donc progressivement développé, mis au point, remis en cause et affiné nos propres méthodes de gestion quantitative, grâce, notamment, à notre maîtrise des mathématiques et des statistiques. Au fil du temps et de leur complexification, elles sont devenues un vrai métier, notre métier. Nous avons fait le constat que cette approche de la gestion quantitative et systématique, générait néanmoins régulièrement de nombreuses questions auprès de nos clients et investisseurs. Des questions portant sur son mode de fonctionnement, son vocabulaire si particulier, voire ésotérique, son positionnement dans l univers de la gestion et le bénéfice que peut en attendre un investisseur, qu il soit institutionnel ou individuel pour la gestion de son portefeuille. Devenues récurrentes, ces interrogations nous ont incité à effectuer une démarche de pédagogie, visant à démystifier notre approche : tel est donc l objectif de ce livret, une tentative d explication utilisant

4 Introduction à la gestion quantitative Préface un langage simple, facile d accès, qui reprend non seulement les grands principes de construction d un portefeuille, éclaire le rôle du gérant, mais apporte également des définitions sur les stratégies communément utilisées et met en perspective notre conception de la gestion quantitative au sein de l univers de la gestion. Nous avons ainsi souhaité vous faire partager notre métier et décrypter des stratégies d apparence «barbare», en vous en donnant les clés essentielles pour une meilleure compréhension de notre approche. En vous faisant ainsi découvrir notre univers d une manière simplifiée, nous formons le vœu de vous transmettre notre passion pour une philosophie et un style de gestion élaborés sur la rigueur et la meilleure objectivité possible. Nous vous souhaitons une bonne lecture, Thaddée Tyl et Vincent Gleyze

5 Sommaire I. Apprenez la gestion quantitative p Des caractéristiques méconnues p Des explications nécessaires face aux investisseurs p. 12 II. Pour quelles performances? p Une gestion, des stratégies p Le rôle-clé du gérant p La distinction selon les stratégies suivies par les fonds p. 18 sommaire III. Pour quels risques? p La définition des risques p Les outils des gérants quantitatifs pour contrôler les risques p Les moyens des gérants quantitatifs pour limiter les risques p. 25 IV. Pour quelle place dans un portefeuille? p Deux offres radicalement différentes p Portefeuille-type : l autre approche p. 36 V. En résumé, la gestion quantitative p En 7 points p Parlez-vous quantitatif? p. 42

6 Apprenez la gestion quantitative 1.1. Des caractéristiques méconnues I. apprenez la gestion quantitative La réaction est humaine. Et en cela, elle peut être comprise. Face à l inconnu, la méfiance prime. Qui plus est lorsqu on évolue dans un univers aussi particulier que celui de la gestion d actifs et qu il est question de traitement d une multitude de paramètres, dont la compréhension est réservée à quelques initiés. «Encore une nouveauté qui sacre l ordinateur roi, et relègue l homme au second rang», railleront certains C est souvent dans cet état d esprit que la plupart d entre nous abordent la gestion quantitative. Pour peu qu ils en aient déjà entendu parler! Dans le cas contraire, le sujet est soigneusement évité Résultat, la méconnaissance des grandes caractéristiques de cette gestion ou la difficulté à appréhender son fonctionnement, entretiennent à tort l idée d une «boîte noire» qui, c est un euphémisme, n a pas bonne presse par les temps qui courent Attention aux conclusions à l emporte-pièce! Oui, la gestion quantitative est une gestion sophistiquée dans la mesure où elle a recours aux statistiques et aux mathématiques pour développer une approche basée sur une démarche rigoureuse, pas uniquement liée à l intuition ou à la simple connaissance financière d un homme, aussi talentueux soit-il. Oui, pour être opérationnelle, elle s appuie sur la modélisation des évolutions de différents marchés au cours des années précédentes - qu il s agisse des marchés d indices, d actions, d obligations, de taux, de change, de matières premières - ainsi que sur leurs corrélations ou décorrélations éventuelles. Pour autant, la gestion quantitative n est pas une gestion opaque. Elle est même à mille lieux d un «pilotage déshumanisé» puisqu elle laisse à l homme la place nécessaire pour contrôler et éventuellement ajuster l ensemble. Enfin, parce que ses fondements remontent à la création des indices boursiers la gestion quantitative n est pas une nouveauté, au sens négatif du terme. En revanche, c est une gestion résolument moderne, qui a su d ores et déjà faire ses preuves. p. 11

7 Introduction à la gestion quantitative Apprenez la gestion quantitative Au fil des pages de ce livret, vous pourrez également constater que les principes sur lesquels elle repose sont à la fois simples et rigoureux, et aisément transposables à la gestion d un portefeuille de n importe quel investisseur - qu il s agisse d un institutionnel ou d un particulier. Pour toutes ces raisons, il nous semblait intéressant de vous en présenter les grandes lignes, en vous exposant les moyens dont elle dispose, les objectifs qu elle poursuit et la place qu elle peut occuper dans un patrimoine financier Des explications nécessaires face aux investisseurs Expliquer les rouages d une gestion pour le moins sophistiquée aux non-initiés n est pas une tâche aisée, il s en faut! Un minimum de pédagogie s impose. L exercice est d autant plus nécessaire qu il y a gestion quantitative et gestion quantitative! Entre celle où les décisions d investissement sont totalement automatisées et celles où l intervention du gérant est régulière, il est clair que les différences sont réelles. Comme c est également le cas lorsque l on compare gestion quantitative «passive» et gestion quantitative «active». Pour ne pas perdre notre lecteur, nous nous focaliserons plus particulièrement sur celle dont les caractéristiques sont les plus séduisantes, en se donnant pour objectif la réalisation de performances positives, tout en respectant une enveloppe de risque donnée. Ainsi, cette gestion se singularise par sa transparence et peut s illustrer dans des contextes tourmentés. Pour y parvenir, elle s appuie sur un ensemble de styles de gestion associés à des processus et stratégies d investissement divers. Chaque équipe de gestion crée et développe des modèles originaux en fonction de ses compétences professionnelles et culturelles. Mais attention : ne s improvise pas gérant adepte de ce type de gestion qui veut. La conception des modèles informatiques sur laquelle elle se fonde exige non seulement des moyens importants mais aussi du temps. Parfois plusieurs années, ce qui en fait véritablement une gestion de spécialistes. Si le savoir-faire nécessaire en matière de modélisation est «facilement» transposable à des professionnels maîtrisant parfaitement les statistiques, il est impératif que ces derniers disposent simultanément d une parfaite connaissance des marchés afin de maîtriser les principes et les objectifs de gestion. Car les modèles n ont pas d autre finalité que de gérer des actifs dans l intérêt des investisseurs. Le cahier des charges est donc plus lourd qu il n y paraît. Un bon statisticien ne sera pas obligatoirement un bon gérant quantitatif. Alors que, justement, la gestion quantitative impose cette double compétence, surtout lorsque les gérants mènent une gestion «active», où l objectif est clairement de battre le marché avec des risques limités. La gestion quantitative en bref L appui essentiel des modèles statistiques et mathématiques L expertise de l homme dans la conception des modèles L automatisation totale ou partielle des décisions d investissement Un objectif de performance absolue pour chaque fonds Un contrôle quotidien du risque de marché p. 13

8 Pour quelles performances? 2.1. Une gestion, des stratégies A bien y regarder, la gestion quantitative est très loin de cette image de gestion du troisième type dont on veut souvent l affubler. Dans le détail, afin de respecter un de ses principes de base - la diversification au sens large du terme - elle a recours à deux grandes stratégies pour réaliser ses performances. II. Pour quelles performances? Les stratégies directionnelles L objectif de ces stratégies est de tirer profit des principales tendances qui se dégagent des marchés financiers en prenant des positions à la hausse ou à la baisse sur les principaux indices de marchés (taux d intérêt, actions, matières premières, ou changes). En règle générale, ces stratégies sont plus particulièrement menées sur les marchés les plus importants et les plus liquides. Forts de leurs compétences d analyse macroéconomique et/ou d analyse technique, les gérants qui suivent ces stratégies vont chercher à anticiper ou suivre leurs évolutions. Zones de prises de décision pour un gérant suivant une stratégie directionnelle Position acheteuse Position vendeuse p. 15

9 Introduction à la gestion quantitative Pour quelles performances? Les stratégies d arbitrage Les stratégies d arbitrage s intéressent de leur coté aux inefficiences des marchés. Elles tirent profit d écarts de prix (spread) entre des instruments liés entre eux. La stratégie «long/short» par exemple est l une de ces stratégies les plus connues. Elle consiste à acheter, au sein d un même secteur ou d une même zone géographique, des actifs sous-évalués pour vendre simultanément d autres actifs surévalués. En se donnant l ensemble des marchés pour terrain de jeu, la gestion quantitative profite de la puissance des traitements statistiques et informatiques pour modéliser toutes les données et repérer les «aberrations» de marché là où elles se trouvent. Exemple : les différences de prix entre un instrument dérivé et ses sous-jacents, les écarts de taux d intérêts, de devises, les écarts de prix liés à une opération de fusion-acquisitions entre deux sociétés, etc. Zones de prises de décision pour un gérant suivant une stratégie d arbitrage entre le 3 mois Euro et le 3 mois US Spread négatif Spread positif Position acheteuse 3 mois Euro 3 mois US Position vendeuse Le rôle-clé du gérant Contrairement à une idée répandue, la machine n a pas la main en gestion quantitative. Elle est naturellement très présente dans le processus de gestion dans la mesure où sa puissance de traitement des données est essentielle à la qualité de la gestion. En revanche, il est faux d imaginer qu il n y pas de «pilote dans l avion». Outre lors de la conception et l élaboration du modèle, «l homme» est présent à des moments clés : lorsqu il faut contrôler l ensemble ou prendre en compte des évènements exceptionnels comme les attentats du 11 septembre 2001 qui ont justifié une intervention et un arrêt du système dans un contexte de marché fragilisé. De la même façon, les modèles mathématiques de gestion quantitative ne sont pas toujours adaptés au traitement de certains risques tels que le risque de faible liquidité de certains marchés - comme celui des petites et moyennes capitalisations - ou les risques de crédit en général. Le gérant doit alors «accompagner» le processus de gestion. Pour le reste, s en remettre aux capacités de l ordinateur pour obtenir des informations objectives et indispensables à la gestion d un portefeuille procure un avantage évident et rassurant. Il n est plus question de s en remettre à une seule personne et s exposer aux risques de défaillance que de telles responsabilités peuvent, tôt ou tard faire peser. Reste bien évidemment un point important à régler : «dénicher» un bon gérant quantitatif doté des moyens, de l expérience et du talent nécessaire. A ce jeu, sans préjuger des résultats futurs, les performances passées offrent de bonnes indications Enfin, l expérience montre que la gestion quantitative n est jamais mieux pratiquée que lorsqu elle est développée dans des sociétés de taille moyenne. Ces dernières offrent en effet une réactivité réelle en matière de recherche, ce qui constitue un préalable indispensable pour une gestion de qualité. De plus, leur caractère souvent entrepreneurial assure à la fois une stabilité à long p. 17

10 Introduction à la gestion quantitative Pour quelles performances? terme des équipes, et un vrai alignement des intérêts à long terme des gérants-entrepreneurs et des investisseurs, deux caractéristiques qui ne sont pas l atout majeur des grandes structures La distinction selon les stratégies suivies par les fonds La valeur ajoutée de la gestion quantitative est surtout visible lorsqu elle prend le marché en référence pour faire mieux que lui! Dans la pratique, il faut cependant distinguer deux types de gestion principale. La gestion quantitative passive La gestion quantitative passive consiste à reproduire l indice d un marché. Il s agit ni plus ni moins d une gestion indicielle de réplication pure. Dans ce cadre, la marge de manœuvre du gérant est nulle, son objectif étant de suivre au plus proche - aux frais de gestion près - les évolutions de sa référence - ou benchmark. Dans l univers de la gestion, on dit que les fonds gérés de cette façon affiche un «tracking error» égal, autant que faire se peut, à zéro, à l opposé de fonds gérés librement et dont la comparaison avec les indices des marchés sur lesquels ils interviennent font état d une «tracking error» élevée (5, 8, 10, etc.). Limiter le rôle du gérant quantitatif au suivi de l indice serait pour autant réducteur. A l aide d analyses mathématiques et via le recours à des produits synthétiques (futures, swaps, etc.), le «pilote» du fonds cherchera à reproduire l indice en minorant, notamment, les coûts de frottement (achat et vente de titres) qui affecteront la performance du fonds. La gestion quantitative active Changement de décor avec la gestion quantitative active. Plus question de se caler sur un benchmark. La gestion est flexible et se caractérise par une recherche de performance absolue quelles que soient les conditions de marché. Le gérant dispose donc d une plus grande latitude d action dans le choix et la pondération des valeurs sélectionnées. Ce surcroît de liberté donné au «pilote» n est pas incompatible avec le processus de décision d investissement, qui se fonde toujours sur des modèles statistiques et mathématiques. Les risques sont analysés et quantifiés via les programmes informatiques que l équipe de gestion a élaborés, afin d éliminer les facteurs humains négatifs tels que le stress ou l excès de confiance dans les décisions d investissements. A noter que lorsqu il y a recours aux modélisations, la puissance de traitement informatique peut intervenir à tous les stades. A commencer lors de la création du portefeuille et la mise en place de l allocation d actifs ou de l allocation géographique ou sectorielle. C est le «nec plus ultra» de la gestion quantitative dans la mesure où le savoir-faire du gérant s exerce dans la conception, le développement et l utilisation des modèles informatiques auxquels il a recours, puis dans ses choix de valeurs. p. 19

11 Pour quels risques? 3.1. La définition des risques III. Pour quels risques? La gestion en général n est pas, comme toute activité humaine, exempte de risques. Il en existe même une multitude. Pour s en persuader, il suffit de feuilleter les prospectus simplifiés de n importe quel fonds d investissement dont chaque épargnant doit avoir pris connaissance avant de souscrire. Du simple risque en capital au risque de change en passant par le risque «action» ou de taux. A cela peuvent s ajouter des risques de contrepartie, de crédit, voire de crise de marché, impliquant l arrêt des cotations et donc la disparition de la liquidité. En fonction de leur univers d investissement, les gérants - notamment quantitatifs - peuvent en éliminer certains. Exemple : en intervenant exclusivement sur des obligations d Etat offrant a priori une sécurité totale, on annule de facto le risque de crédit. En outre, sans être totalement «insensible», la gestion quantitative dispose d atouts pour anticiper la survenance de problèmes importants et poursuivre une politique d investissement et d allocation rationnelle et automatique adaptée. Le gérant peut aussi intervenir en cas d évènements exogènes ou en présence de certains risques spécifiques comme le risque crédit - difficile à évaluer au sein de certains portefeuilles - ou encore de la faible liquidité d un marché. Néanmoins, les gérants quantitatifs excluent en général ce dernier risque dans la mesure où le critère de liquidité est une priorité à sa bonne réalisation. Autrement dit, ils ne «travaillent» pas des actifs peu ou pas liquides comme le «private equity» ou l immobilier. Certes, dans un univers financier bouleversé comme c est le cas actuellement, la pertinence d un modèle sur des bases statistiques historiques n est pas toujours vérifiée. Il implique donc que les développeurs des modèles en question apportent un regard critique permanent et adaptent leurs réalisations à l évolution des p. 21

12 Introduction à la gestion quantitative Pour quels risques? marchés. Cela étant, il faut bien admettre que des évènements tels que l impossibilité d évaluer la volatilité et la liquidité des marchés - rendant les modèles inopérants - est un scénario peu probable. Au plus fort des crises traversées par les marchés financiers, les fortes fluctuations actuelles restent évaluables, quantifiables, compréhensibles et gérables. Les gérants quantitatifs peuvent donc s adapter en conséquence Les outils des gérants quantitatifs pour contrôler les risques Pour contrôler les risques, et aussi évaluer leurs performances en matière de gestion, les gérants quantitatifs «actifs» utilisent des indicateurs-clé. Chacun d entre eux à un rôle bien spécifique qui intervient dans des phases précises du processus de gestion gérants quantitatifs ont un carnet de route précis qui ne manque pas d ambition. Il s agit ni plus ni moins de réaliser une performance positive! A titre de comparaison, la gestion traditionnelle ne s avance guère sur ce sujet EONIA RFM* CAC 40 Obligations 7-10 ans Une référence incontournable Avant même qu il soit question de gestion, le gérant doit définir des objectifs clairs. A commencer par le rendement de son fonds d investissement. Pour des raisons de transparence, de compréhension et de clarté, ce dernier doit être établi en fonction d une référence. Rien d anormal à cela. Tel Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, les épargnants s imposent des contraintes similaires. Exemple : certains investisseurs soucieux de préserver leur capital contre l érosion monétaire lieront cette référence à l érosion monétaire. Pour les gérants quantitatifs actifs, la référence qui s impose n est autre que le «taux sans risque», l EONIA. Le choix du taux monétaire, c est à dire le loyer de l argent est simple : un investissement monétaire est en théorie toujours possible. Il est totalement liquide et son coût est faible. En revanche, il n offre aucune valeur ajoutée. C est donc la base à partir de laquelle on peut de façon saine établir des objectifs. On remarquera au passage que les /12/ /12/ /12/ /12/ /12/ /12/ /12/2008 * Rivoli Fund Management Deux indicateurs de mesure clé La mesure du risque de marché, c est-à-dire le risque d enregistrer une perte par rapport au taux sans risque, est un exercice complexe. A priori, c est à la volatilité, dont l objectif est d apprécier la variabilité à un horizon donné du rendement d un actif, que revient cette mesure. Mais si cet indicateur est satisfaisant dans des marchés «normaux», la volatilité se révèle vite inadaptée en cas de crise sur les places financières. Pour contourner cet écueil qui conduit les analyses de volatilité à sous-estimer les risques extrêmes, les gérants quantitatifs utilisent également le concept de «value at p. 23

13 Introduction à la gestion quantitative Pour quels risques? risk» (VAR). Ce concept est un peu plus difficile à mettre en place. La VAR cherche à évaluer, à un horizon donné, la perte maximale qui ne peut être dépassée pour un niveau de probabilité donné. Par exemple, une VAR de 2 % à un horizon d une semaine pour un niveau de probabilité de 99 % signifie que dans 99 % des cas, la perte hebdomadaire n excèdera pas 2 %. A contrario, la perte hebdomadaire sera supérieure à 2 % dans 1 % des cas. Les analyses de VAR décrivent mieux les risques extrêmes que les analyses de volatilité, au prix de calculs plus compliqués à effectuer. Par ailleurs, les analyses de VAR sont adaptées aux analyses sur des horizons courts, mais sont peu exploitables pour évaluer le risque à plus long terme. Enfin, les analyses de VAR sont basées sur l analyse statistique des données passées, qui par construction ne peuvent pas prendre en compte ce qui n est pas arrivé. Par conséquent, les risques correspondant à des événements très rares sont mal pris en compte. Finalement, le recours aux deux indices est nécessaire pour disposer de l information la plus complète possible. Un couple inséparable Parce qu il lie le rendement et le risque, le ratio de Sharpe est un indicateur de première importance pour les gérants! C est particulièrement le cas dans l univers de la gestion quantitative. Par rendement, on entend évidemment la surperformance par rapport au taux sans risque, parfois dénommée «excess return». Quant au risque, il est synthétisé par la volatilité. Par exemple, avec un taux sans risque de 2%, un rendement annuel de 5% obtenu avec une volatilité annualisée de 5% donnera un ratio de Sharpe égal à 0.6 ((5%-2%) / 5%). On peut évidemment faire des calculs sur le passé, mais cela n aura de sens qu en prenant un échantillon suffisamment long - une dizaine d année au moins. Ces chiffres pourront alors donner des indications sur ce qu il est raisonnable d anticiper pour l avenir. Comme le bon sens le suggère, il ressort que la diversification des risques permet d améliorer le ratio de Sharpe d un portefeuille Les moyens des gérants quantitatifs pour limiter les risques Scénario classique hélas, et générateur des plus grandes désillusions en matière de placements financiers : un courant porteur sur un certain type de valeurs ou des attentes prometteuses voire le retournement imminent d un marché vont conduire de nombreux investisseurs à avoir un avis sur les investissements à réaliser, et le timing à leur donner (voir graphe p. 27). Un peu à la manière des supporteurs de l équipe de France de football dont chacun s imagine être le meilleur sélectionneur pour le prochain match La plupart des investisseurs prendront ainsi des positions sur les marchés afin de profiter des conditions du moment et s exposer aux plus grands risques! Les épargnants qui ont déséquilibré leur patrimoine financier pour profiter de l envolée des valeurs technos au tout début des années 2000 s en souviennent sans doute encore. Quant aux adeptes du «trading» - achat et vente rapide - il mènera souvent les non-initiés à régler d importants frais de transactions, et à supporter beaucoup de stress pour réaliser d hypothétiques plus-values. La stratégie qui consiste à réaliser une allocation d actifs entre différents fonds de nature différente au sein d un portefeuille, en phase avec sa personnalité et son aversion au risque est sans doute moins spectaculaire. Mais pas moins ambitieuse. De leur coté, les gérants quantitatifs dont les fonds affichent tous un objectif de performances dans le respect d un «budget» de risque déterminé ne font pas autre chose! p. 25

14 Introduction à la gestion quantitative Pour quels risques? Un indicateur à observer sur le long terme Aussi intéressant soit-il, le ratio de Sharpe doit être manipulé avec précaution. Inutile par exemple d en tirer le moindre enseignement si l observation est limitée à une année. Les calculs du ratio doivent porter sur un échantillon suffisamment long. Au minimum sur une dizaine d année afin d obtenir des indications solides sur ce qu il est raisonnable d anticiper pour l avenir. Retenons que les données sur périodes historiques très longues pour un investissement classique montrent que, curieusement, les différentes classes d actifs offrent des ratios de Sharpe similaires, de l ordre de 0.5. Cela étant, ce n est pas si surprenant. Sur une très longue période, on peut imaginer que si une classe d actif était significativement meilleure que les autres, et de façon durable, des arbitrages entre actifs auraient fait disparaître ces différences. Trois actifs en un mot et deux chiffres MSCI World Obligations Quantitatif Volatilité 16,5% 4,4% 15,0% Ratio de Sharpe net ,15 0,65 0,76 VaR 99 /1-3,0% -0,7% -2,4% DrawDown Max 59,6% 8,0% 21,0% Je pourrais peut-être profiter de la correction pour en remettre... C est bon! Je rachète le double! À ce prix là c est une affaire! Aïe! Dès que je retrouve mes cours, je revends. Tiens! Les cours montent, il faudrait suivre le marché. Mais c est pas possible! Ça ne peut pas durer comme ça. Le PER est tombé à 8! Le titre a touché son plancher. La tendance se confirme... à la prochaine consolidation, j achète! Et zut! J y vais quand même c est finalement moins cher que la 1 ère fois. Tant pis! J ai loupé la consolidation, mais si j attends trop, je ne profiterai jamais de la hausse. J achète! J ai bien fait de ne pas attendre. Ça y est! Ce que j avais anticipé arrive... On va attendre patiemment que ça se reprenne. Sinon, ça va devenir un investissement de long terme. Encore des fous qui vont se faire avoir! Que fait le gouvernement? Mais que se passe t-il? Ça suffit comme ça, je coupe tout... et on ne m y reprendra pas de si tôt. Ça alors! J ai bien fait de tout vendre. Eh! Je l avais bien dit. p. 27

15 Introduction à la gestion quantitative Pour quels risques? La structuration d un portefeuille La gestion quantitative repose sur des principes de structuration du portefeuille et de diversification dont elle ne peut déroger. Pour une raison simple : l organisation du portefeuille qui en résulte concourt à la fois à la réalisation de sa performance et à la maîtrise du risque. Acte majeur de la gestion quantitative, la structuration de portefeuille est facilement transposable à la gestion de portefeuille de n importe quel investisseur. Il est utile d en rappeler les principales étapes. La phase de définition des objectifs : Un processus d investissement structuré doit avant tout être constitué d une phase de définition des objectifs. Pour une question de clarté, l objectif de rendement doit être relatif, c est-à-dire qu il doit être établi par rapport à une référence. C est le fameux «taux sans risque» - l EONIA - qui a été retenu. La suite du processus est assez logique : Peut-on faire mieux que le taux sans risque? Oui, bien sûr mais il y a un prix à payer, c est le risque. Ces deux éléments sont effectivement liés comme le ratio de Sharpe l a mis en évidence (voir page 26). La détermination d un objectif de rendement associé à une enveloppe de risque : Compte tenu des limites de risques liées à des contraintes de liquidités et à un horizon de placement donné, compte tenu également d un objectif raisonnable de ratio de Sharpe et d un espoir «raisonnable» de rendement, une enveloppe de risque peut être associée. Il reste ensuite à déterminer comment allouer cette enveloppe - entre différents fonds d investissement notamment. Le travail d allocation : Le travail d allocation revient à déterminer quel montant allouer à chaque actif au sein d un portefeuille. Les gérants quantitatifs accordent beaucoup d importance à cette phase. Ensuite, pour sélectionner les fonds, ils s appuient également sur des analyses qui vont tenter de décomposer la performance en risque pris par rapport au marché (c est le béta), et la vraie valeur ajoutée du gérant supposée ne pas dépendre du marché lui-même (c est l alpha). Sans disposer de moyens équivalents, les investisseurs particuliers doivent apporter beaucoup d attention à cette phase de la structuration d un portefeuille. Notamment en ne se contentant pas d observer les performances des fonds sur un an pour y investir mais en fixant une période d observation beaucoup plus longue. De l ordre d une dizaine d années. L expérience montre malheureusement, qu en pratique, il est très difficile de ne pas être intoxiqué par les performances à court terme («un an glissant», ou pire : «depuis le début de l année»). Souvent, le suivi consiste seulement à vérifier que les gérants retenus ont de bonnes performances, c est-à-dire des performances positives, et à sortir les gérants qui ont été moins bons. Cette approche est très insuffisante. En fait, dans un processus structuré d investissement, le suivi doit consister à : 1) Suivre son univers de gérants, 2) Vérifier que chaque gérant fait ce pour quoi il a été retenu, 3) Suivre le niveau de risque du portefeuille, 4) Suivre la performance. p. 29

16 Introduction à la gestion quantitative Pour quels risques? Deux approches de gestion différentes Globalement, l ensemble des gérants peut mener deux approches différentes. L une dite «bottom-up» et l autre dite «top-down». La première est l apanage des gérants «libres», dont la gestion ne fait pas référence à un indicateur de référence. La seconde est plus souvent pratiquée dans les grands établissements (sociétés de gestion de grandes banques à réseau, etc ) qui accordent moins de liberté au «pilote» du fonds. A noter enfin qu une dernière catégorie de gérants, plutôt libres face aux indices, combinent également les deux. Résumons : L approche «bottom-up» repose sur trois règles de bon sens : l allocation pour chaque fonds est inversement proportionnelle au risque. Elle est proportionnelle au ratio rentabilité/risque anticipé, et inversement proportionnelle aux corrélations afin de veiller à une bonne diversification de l ensemble. L approche «top-down» consiste à grouper les unités de gestion en catégories homogènes, éventuellement subdivisées en sous-catégories. Ensuite, il s agit d évaluer le rendement et le risque de chaque catégorie, les corrélations ou les liens susceptibles d exister entre chacune d entre elles. Enfin, il faudra allouer les montants à gérer entre les différentes catégories et, à l intérieur de chacune d entre elles, affecter le montant qui est alloué aux différents fonds. Ce qui revient à faire de la sélection de gérant. Si l approche «top-down» affiche de nombreuses similitudes avec l approche «bottom-up», elle fait néanmoins naître une difficulté importante : comment classer les unités de gestion en catégories homogènes? En pratique, dans l univers des actions par exemple, est-il réaliste de considérer comme homogènes les actions européennes et les actions asiatiques, les petites capitalisations et les grosses capitalisations, les valeurs de croissance et les actions «value», le coté et le non coté, le secteur du bâtiment et les valeurs technologiques? Une catégorie «actions» ne peut clairement pas être homogène et conduit à subdiviser les actions en autant de sous-catégories. Outre une complexité excessive, une approche d allocation top-down pure pourra aussi souvent avoir comme conséquence de rejeter un style de gestion pour le seul motif que «on ne sait pas dans quelle poche le caser», ce qui est franchement dommage! En définitive, une allocation «top-down» pure est difficilement praticable. En revanche, elle peut être très utile comme outil d analyse de portefeuille : L éclairage top-down d une allocation permet également de réaliser assez facilement des «stress tests», c est-à-dire des simulations du comportement du portefeuille face à différents types de chocs. La diversification, une condition essentielle Les dictons sont souvent l expression du bon sens populaire. Et l adage selon lequel «il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier» prend naturellement un sens particulier dans l univers de la gestion. En intervenant sur tous les marchés - des actions aux devises en passant par les matières premières, etc. - la gestion quantitative est parfaitement en phase avec ce grand principe! Point de complexité excessive. Il s agit de multiplier les classes d actifs, pour limiter les risques en diversifiant les portefeuilles avec une logique statistique de répartition rigoureusement établie. Mais une telle approche, tout aussi séduisante soit-elle ne peut être suffisante. A quoi servirait d aborder différents marchés si ces derniers présentaient de grandes similitudes dans leur comportement en étant intimement liés entre eux? Aussi la gestion quantitative a-t-elle pour volonté «d affiner» encore cette diversification en veillant à ce que les actifs «travaillés» soient les plus indépendants - «les plus décorrélés entre eux» dit-on dans le jargon financier. C est l un de ses fondements que de permettre la mise en œuvre de stratégies d investissement aussi différentes que complémentaires afin d offrir aux investisseurs les meilleurs couples rendements / risques. Retenons ici que, pour ce faire, les gérants ont deux grandes stratégies à leur disposition : les stratégies directionnelles et les stratégies d arbitrages. Les premières ont pour objectif de profiter des grandes tendances ou des mouvements qui se dégagent des marchés financiers à court ou long terme. Quant aux secondes, elles sont destinées à exploiter les anomalies de comportement sur les marchés financiers sans tenir compte de leur comportement global. Au final, l association de ces différentes stratégies remplit parfaitement la fonction qu on lui avait confiée p. 31

17 Introduction à la gestion quantitative Pour quels risques? Les plus hermétiques aux mécanismes de la finance pourront légitimement penser que la large palette d actifs passés sous revue, leur décorrélation et les différentes stratégies mises en place sont autant d éléments rassurants. Aux yeux des gérants quantitatifs cependant, il faut également tenir compte du niveau de volatilité que l investisseur est prêt à accepter. Pour lui donner un sens concret, les gérants quantitatifs «actifs» partent d une définition a priori - «ex ante» - du risque et de la volatilité attendus par l investisseur final. Ensuite, le niveau de volatilité défini est alloué entre les différents moteurs de performance, c est-à-dire les différentes classes d actifs et les différentes stratégies d investissement mises en place. Pour faire bonne mesure, le risque sera également contrôlé a posteriori - «ex post» - de façon à «réconcilier» le risque anticipé avec celui effectivement observé. L objectif est, au final, d obtenir un niveau de risque constant pour l investisseur. p. 33

18 Pour quelle place dans un portefeuille? 4.1. Deux offres radicalement différentes IV. Pour quelle place dans un portefeuille? Soyons objectif. Aucun type de gestion - traditionnelle ou quantitative - ne comporte de formules magiques. Et il y a de bons et de mauvais gérants dans les deux cas. Il est donc peu judicieux d opposer une gestion contre l autre. Mieux vaut, en revanche, relever leur forte complémentarité. Cela étant, reconnaissons que l attente de rentabilité pour les investisseurs est vraisemblablement plus forte lorsqu il est question de gestion quantitative - qui mise sur des objectifs de performance absolue - que de gestion traditionnelle. Car la promesse faite aux investisseurs est claire et précise : il est question de leur apporter une performance positive quelle que soit la tenue des marchés. En outre, la modélisation de la gestion quantitative permet d assurer à l investisseur une performance plus stable, plus régulière dans le temps grâce à une large diversification et une meilleure maîtrise des risques. En ce sens, les fonds quantitatifs peuvent occuper une part prépondérante au sein de portefeuille reflétant des profils totalement différents (prudent, équilibre, dynamique). Comme dans tout métier, la question se pose aussi de savoir comment choisir un bon gérant quantitatif. Il se doit d être tout d abord un professionnel expérimenté des marchés financiers entouré d experts de la modélisation mathématique et statistique des marchés. Il doit également faire preuve d humilité et de rigueur dans la conception, le développement et l évolution de son système. Il doit enfin savoir faire confiance à ce dernier sans jamais être tenté d intervenir en lieu et place du modèle et donc de respecter la cohérence du système développé. Cela n empêchera pas la gestion traditionnelle d être ponctuellement plus performante en période de fortes hausses des marchés - sous réserve du bon timing d entrée et du bon choix de moteurs de performance. p. 35

19 Introduction à la gestion quantitative Pour quelle place dans un portefeuille? En effet, la conception de systèmes permettant une passation automatique des ordres exclut de fait toute gestion discrétionnaire, et donc la dimension émotionnelle et psychologique qui constitue l une des grandes faiblesses de la gestion traditionnelle Portefeuille-type : l autre approche Traditionnellement, les épargnants peuvent souscrire des fonds dont le portefeuille représente une allocation donnée, reflétant une aversion plus ou moins grande au risque. Un investisseur disposant par exemple d un horizon de placement important et peu sensible aux variations boursières peut opter pour un profil dynamique, largement investi en actions (75 %) - voir pages suivantes. Dans ce cadre, on suppose tout d abord que l épargnant est peu averse au risque et qu il accepte une volatilité équivalente à celle du marché d actions. Il peut donc souscrire une part du fonds actions (avec une volatilité de 20), trois parts du fonds obligataire (avec une volatilité de 7) et trois parts du fonds quantitatif (avec une volatilité de 7). On le voit, la volatilité - la mesure du risque - reste l élément essentiel. Une fois choisi par l épargnant, elle n a pas vocation à être dépassé au sein du portefeuille. A partir de cette construction, les deux autres profils peuvent être élaborés en accordant une place plus ou moins importante à des parts d un fonds monétaires - donc sans risques. La limite de l exercice est atteinte dès lors que la volatilité du fonds s élève avec celle des marchés, comme ce peut être le cas dans des périodes tourmentées. L investisseur aurait-il souscrit dans de telles conditions? Pas sûr La gestion quantitative apporte de son coté une réponse beaucoup plus adaptée à la notion de risques fixés par le souscripteur. Elle part ainsi d un «budget» de volatilité qu elle va faire varier en fonction de l aversion au risque de l intéressé. Plutôt prudent, l épargnant optera pour le budget de volatilité le plus faible. Plutôt offensif, il choisira le budget de volatilité le plus élevé, etc. Prenons l exemple d un investisseur ayant euros à placer. La volatilité des marchés d actions est d environ 20, celui des obligations de 7 comme l un des fonds quantitatifs d une société de gestion pratiquant ce type de gestion. p. 37

20 Introduction à la gestion quantitative Pour quelle place dans un portefeuille? Exemples de portefeuilles classiques Exemples de portefeuilles classiques introduisant de la gestion quantitative Action / 20% Action / 8% Obligation / 30% Monétaire / 50% Obligation / 21% Quantitatif / 21% Prudent Monétaire / 50% Prudent Action / 40% Action / 12% Obligation / 34% Monétaire / 20% Obligation / 40% Monétaire / 20% Quantitatif / 34% Équilibré Équilibré Monétaire / 5% Action / 13% Obligation / 41% Action / 75% Obligation / 20% Quantitatif / 41% Dynamique Monétaire / 5% Dynamique p. 39

Faites. grimper. vos actifs. de manière. innovante. et performante. www.rivolifinance.com

Faites. grimper. vos actifs. de manière. innovante. et performante. www.rivolifinance.com Faites grimper vos actifs de manière innovante www.rivolifinance.com et performante 2011 Objectif : 1 milliard d euros d encours sous gestion. 2008 Création de la gamme Rivoli Finance dédiée aux investisseurs

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

LES FONDAMENTAUX DE L ALLOCATION D ACTIFS EN GESTION DE PORTEFEUILLE De la mise en place d un portefeuille à son pilotage au quotidien

LES FONDAMENTAUX DE L ALLOCATION D ACTIFS EN GESTION DE PORTEFEUILLE De la mise en place d un portefeuille à son pilotage au quotidien LES FONDAMENTAUX DE L ALLOCATION D ACTIFS EN GESTION DE PORTEFEUILLE De la mise en place d un portefeuille à son pilotage au quotidien L approche et le positionnement du cabinet ELESYS Un cabinet indépendant

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir?

CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? CAC, DAX ou DJ : lequel choisir? 1. Pourquoi cette question Tout trader «travaillant 1» sur les indices s est, à un moment ou un autre, posé cette question : «je sais que la tendance est bien haussière

Plus en détail

RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) - Rivoli Equity Fund - Page 1

RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) - Rivoli Equity Fund - Page 1 RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) Page 1 Avertissement L'accès à certains de ces produits et/ou services peut faire l'objet de restrictions à l'égard de certaines personnes ou dans certains

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles

Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles Les méthodes de contrôle des risques de portefeuilles LE CERCLE INVESCO 006 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management Section 01 Section 0 Section 03 Les principaux indicateurs

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar

Janvier 2008 vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille. L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Janvier 2008 Livret des rapports Communiquez efficacement vos stratégies de placement et d élaboration de portefeuille L'Illustrateur Hypothétique Morningstar Rapport Illustration hypothétique 4 Sommaire

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199

Le pilotage des RisQues dans Le GRoupe 199 Chapitre 5 LE PILOTAGE DES RISQUES DANS LE GROUPE Le changement et l incertitude sont les seuls éléments constants du monde actuel. Le nombre d événements susceptibles d affecter une entreprise et de la

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE Evaluation d une Stratégie de Trading Encadré par M. Philippe Bernard Master 1 Economie Appliquée-Ingénierie Economique et Financière Taylan Kunal 2011-2012 Sommaire 1) Introduction

Plus en détail

La parité des risques

La parité des risques 24 La parité des risques La pertinence des stratégies de parité des risques Si l on devait résumer la notion de «parité des risques» (ou Risk Parity en anglais) en un seul mot, le terme de «diversification»

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Colette AUBRY Tél. : 01 46 03 68 34 / Mobile : 06 13 08 80 59 Mail : caubry@finanscom.com

DOSSIER DE PRESSE. Contact Presse : Colette AUBRY Tél. : 01 46 03 68 34 / Mobile : 06 13 08 80 59 Mail : caubry@finanscom.com DOSSIER DE PRESSE Lancement de Rivoli Finance : La gestion quantitative pour une performance positive dans toutes les conditions de marché Contact Presse : Colette AUBRY Tél. : 01 46 03 68 34 / Mobile

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Trading system : Trend following Breakout Janvier 1996 - Janvier 2009 Etude de la performance du système Le

Plus en détail

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be

VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT. C onfiez votre epargne a un professionnel. www.fortuneo.be VISEZ PLUS HAUT FORTUNEO PORTFOLIO MANAGEMENT : GESTION SOUS MANDAT C onfiez votre epargne a un professionnel www.fortuneo.be POURQUOI CHOISIR LA GESTION SOUS MANDAT? Vous souhaitez INVESTIR mais vous

Plus en détail

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du

GLOBAL ANALYZER. Guide de l utilisateur du Guide de l utilisateur du GLOBAL ANALYZER LES «RAPPORTS» 1 La partie «Signalétique» 1 La partie «Diagnostic» 1 La partie«conclusions» 1 Le profil de la société 2 Les autres mesures : 2 LA SECTION VALORISATION

Plus en détail

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012

SINFONI Optima. «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François Jullien. 1er juin 2012 18 Bd Montmartre 75009 Paris - Tél : 01 42 68 86 00 SINFONI Optima Fonds diversifié de droit français 1er juin 2012 «La grande stratégie est sans coup d éclat, la grande victoire ne se voit pas» François

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance

ESSEC. Cours FIN 260 Gestion de portefeuille. Séance 8 Mesures de performance ESSEC Cours FIN 260 Gestion de portefeuille Séance 8 Mesures de performance François Longin Plan Introduction Mesures de performance des fonds: développements académiques Premier niveau: la rentabilité

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La Française PEA Flex

La Française PEA Flex Accédez à la gestion flexible Patrimoine Flexible PEA Flex De la souplesse pour votre épargne Des marchés financiers incertains Une exposition figée aux marchés actions peut générer une performance décevante.

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables?

Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables? Better thinking. Together. Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables? 1 ère étude annuelle auprès des épargnants clients des réseaux bancaires français Sommaire Fiche technique 3 Objectif Retraite

Plus en détail

L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller

L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller L'expertise pour structurer L'innovation pour exceller LA BANQUE POSTALE STRUCTURED ASSET MANAGEMENT : ACTEUR MAJEUR DE LA GESTION STRUCTURÉE 2007 a été l année d une nouvelle impulsion dans la vie de

Plus en détail

Un outil pour les entreprises en réseau

Un outil pour les entreprises en réseau STRATEGIE COMMERCIALE : LA «MONTGOLFIERE», UN OUTIL D ANALYSE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DES ENTREPRISES EN RESEAU Executive summary La stratégie commerciale mise en place par les points de vente des

Plus en détail

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003

Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier 2003 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 4 (GP) Le CVG (certificat de valeur garantie) comme actif patrimonial : une étude de cas Professeur Didier MAILLARD Janvier

Plus en détail

ALLOCATION D ACTIFS PROCESS DE GESTION

ALLOCATION D ACTIFS PROCESS DE GESTION ALLOCATION D ACTIFS ALLOCATION D ACTIFS PROCESS DE GESTION L'allocation d'actifs représente la stratégie de répartition des actifs financiers au sein d'un portefeuille. Le montant investi est divisé entre

Plus en détail

Les Ateliers de l Epargne, une nouvelle approche financière, originale et pertinente.

Les Ateliers de l Epargne, une nouvelle approche financière, originale et pertinente. DOSSIER DE PRESSE Georges BILLAND Lieu dit Bouharée 35 230 ORGERES Tél : 02 99 83 46 77 Rennes, le 25 Mars 2011 Port : 06 29 23 08 32 Email : georges.billand@hotmail.fr En résumé : Les Ateliers de l Epargne,

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

federal multi patrimoine

federal multi patrimoine federal multi patrimoine bâti POUR réussir. Federal multi Patrimoine : Processus de gestion L allocation Les modèles de suivi de tendances «multi classes d actifs» sont issus de la recherche Federal Finance,

Plus en détail

Introduction au private equity

Introduction au private equity BANQUE FINANCE SOCIAL GESTION DROIT MARKETING Introduction au private equity Les bases du capital-investissement Cyril Demaria 4 e édition SOMMAIRE Préface... 11 Introduction : Qu est-ce que le private

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable.

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Delfea Une solution patrimoniale sur mesure EN BREF Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Définissez votre stratégie d investissement

Plus en détail

Swiss Life Funds (F) Prigest World 2020

Swiss Life Funds (F) Prigest World 2020 Clôture des souscriptions : 31 mai 2013 Swiss Life Funds (F) Prigest World 2020 Un fonds à échéance à gestion évolutive Une sélection de valeurs fortement décotées et offrant un rendement potentiellement

Plus en détail

Le processus d investissement de LFR suit une philosophie de sélection active de valeurs de croissance. Analyse. stratégique

Le processus d investissement de LFR suit une philosophie de sélection active de valeurs de croissance. Analyse. stratégique (Extrait du code de transparence) 4. Evaluation, sélection et politique d investissement Les signataires s engagent à fournir des informations concernant la façon dont l analyse ESG est utilisée pour construire

Plus en détail

Annexe 1 - Critères de choix et présentation des supports de placement d Amplissim PEE et Amplissim PERCO au 23/10/2014

Annexe 1 - Critères de choix et présentation des supports de placement d Amplissim PEE et Amplissim PERCO au 23/10/2014 ENTREPRISES Annexe 1 - Critères de choix et présentation des supports de placement d Amplissim PEE et Amplissim PERCO au 23/10/2014 Conformément aux dispositions de l article R. 3332-1 du Code du travail,

Plus en détail

Comment réussir vos investissements en bourse?

Comment réussir vos investissements en bourse? Comment réussir vos investissements en bourse? Les 3 règles d or indispensables - 1 - Introduction L investissement dans les marchés financiers est souvent vu d un mauvais œil. La forte volatilité de ces

Plus en détail

Quantitative Trading Fund - 1 -

Quantitative Trading Fund - 1 - Quantitative Trading Fund - 1 - Quantitative Trading Fund Compartiment du AISM Global Opportunities Fund FCP aux normes UCITS IV Horizon d investissement de 3 ans et plus Objectifs du fonds : Performance

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

ALLOCATION D ACTIFS 1

ALLOCATION D ACTIFS 1 ALLOCATION D ACTIFS 1 ALLOCATION STRATEGIQUE ET TACTIQUE Allocation d actifs stratégique Établir les tendances long terme de rendement, volatilité et corrélation des actifs Base de la construction de portefeuille

Plus en détail

Méthodologies et Glossaire

Méthodologies et Glossaire Caractéristiques Précisions Calculs de performance 1.Performance 2.Performance relative 1.Volatilité 2.Tracking error 3.Ratio d'information 4.Bêta 5.Alpha 6.Ratio de Sharpe 7.Sensibilité Indicateurs de

Plus en détail

La boîte à outils pour des placements avisés

La boîte à outils pour des placements avisés La boîte à outils pour des placements avisés Sommaire 3 4 6 8 10 incomeiq une plateforme intelligente pour réfléchir à vos besoins de revenus futurs Les besoins en revenus n ont jamais été aussi importants

Plus en détail

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille

Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille Les stratégies de gestion de portefeuille d actions: Style de gestion et indexation de portefeuille I. Concept d'efficience des marchés et stratégies de gestion - Efficience opérationnelle des marchés

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund Un placement obligataire flexible et une exposition pilotée aux taux d intérêt Insight + Process = Results Sortir de la gestion obligataire classique Après

Plus en détail

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1 L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD

Outil d évaluation de la FC pour les CIM MD Façon d utiliser le présent document Cet outil est fourni pour aider les candidats aspirant au titre de (CIM MD ) à évaluer la pertinence de leurs activités de formation continue en ce qui a trait aux

Plus en détail

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM

La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM La différence entre risque et volatilité : intérêt et limites du CAPM Le CAPM (Capital Asset Pricing Model) établit la relation clef qui doit unir sur un marché efficient la prime de risque des différents

Plus en détail

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières La gamme de fonds «Finance Comportementale» de JPMorgan Asset Management : Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières Document réservé aux professionnels

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Portefeuilles Gérés Banque Nationale. À la mesure de vos ambitions

Portefeuilles Gérés Banque Nationale. À la mesure de vos ambitions Portefeuilles Gérés Banque Nationale À la mesure de vos ambitions 03 Une solution de placement évoluée et personnalisée Lorsqu un certain capital est accumulé, la gestion efficace d un portefeuille doit

Plus en détail

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte.

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. Architas (SA) EUROPEAN EQUITY FUND Présentation succincte Dénomination

Plus en détail

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE Dr. Jean Benetti, Dr. Andreas Reichlin 13 FEVRIER 2002 La gestion du risque au niveau stratégique dans les caisses de pension Introduction Plusieurs

Plus en détail

Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*?

Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*? Épargne Comment profiter à l échéance d opportunités pour mon épargne et d une garantie du capital*? AXA Double Garantie 5 Votre capital net investi est garanti à l échéance* en cas de baisse des marchés

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

Carte d identité du fonds Albatros

Carte d identité du fonds Albatros Carte d intité du fonds Albatros Forme juridique FCP capitalisation Catégorie valeurs européennes à dominante française Éligible au PEA oui Objectif performance réaliser à moyen terme une appréciation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JUIN 2009. Épargnez autrement avec. CaracProfiléo

DOSSIER DE PRESSE JUIN 2009. Épargnez autrement avec. CaracProfiléo DOSSIER DE PRESSE JUIN 2009 Épargnez autrement avec CaracProfiléo CaracProfiléo Rentable et responsable Pourquoi lancer un multisupports en période de crise? Alors que la plupart des organismes fi nanciers,

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM conforme aux normes européennes PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE Code ISIN : FR0010843029 Dénomination : LCL SECURITE 100 (MARS 2010) Forme juridique : Fonds Commun

Plus en détail

www.styleanalytics.com

www.styleanalytics.com www.styleanalytics.com Style Analytics EuroPerformance a le plaisir de vous présenter Style Analytics, outil de mesure des risques et de la performance des fonds d investissement. Style Analytics offre

Plus en détail

je connais mon banquier je connais mon banquier La sélection des valeurs les plus étoilées Investir

je connais mon banquier je connais mon banquier La sélection des valeurs les plus étoilées Investir La sélection des valeurs les plus étoilées Investir Quelles valeurs choisir dans la nébuleuse des placements financiers? Comment composer un portefeuille d actifs en préservant le capital et en visant

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles

Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles Objet : Énonce de la politique de placement, Série Portefeuilles J'ai le plaisir de vous faire parvenir votre énoncé de la politique de placement pour la Série Portefeuilles de revenu. Celui-ci vous servira

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014

AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014 AFIM MELANION DIVIDENDES RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part A : FR0011619345 Part B : FR0011619352 Part C : FR0011619402 Dénomination : AFIM MELANION DIVIDENDES Forme juridique

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

Himalia Gestion pilotée

Himalia Gestion pilotée generali-patrimoine.fr Generali Patrimoine Himalia Gestion pilotée Des ténors de la finance au service de votre patrimoine Document non-contractuel à caractère publicitaire. Pour connaître le détail et

Plus en détail

Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie. Nos plans de placement à la loupe

Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie. Nos plans de placement à la loupe Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie Nos plans de placement à la loupe Ces dernières années, le marché et ses mécanismes ont connu de profonds changements. Il est de plus en plus difficile

Plus en détail

MULTISUPPORT 3 Aréas

MULTISUPPORT 3 Aréas Aréas PRÉMIUM q^r MULTISUPPORT 3 Aréas Avec les meilleurs experts, bénéficiez du potentiel de performance des marchés financiers MULTISUPPORT 3 Aréas q PLACÉ SOUS LE SIGNE DE L EXPERTISE Accompagné par

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

ETF. Brochure destinée aux investisseurs particuliers INTERMEDIATE. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Introduction 3 2. ETF physiques 4 3. ETF synthétiques 5 Avantages et inconvénients

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Placements. Constitution de patrimoine zweiplus Profiter des fonds de placement. Et plus.

Placements. Constitution de patrimoine zweiplus Profiter des fonds de placement. Et plus. Placements Constitution de patrimoine zweiplus Profiter des fonds de placement. Et plus. Unbenannt-3.indd 1 27.1.2009 14:16:17 Uhr Et vous tirez davantage de votre argent. Le conseil en placement de la

Plus en détail

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats.

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats. LES COÛTS COMPLETS 1 Introduction 2 Les différents types de charges 2.1 Les charges directes 2.2 Les charges indirectes 2.3 Les charges supplétives 2.4 Les charges non-incorporables 2.5 Les charges incorporées

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement

Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement Informations aux porteurs d Equi-Actions Rendement Paris, le 7 mars 2013 Monsieur, Vous êtes porteurs du FCP Equi-Actions Rendement (A-FR0010612234) (B-FR0010614628) et nous vous remercions de la confiance

Plus en détail

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié?

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Assurance Vie Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Novial Avenir Une solution Retraite adaptée à vos besoins AXA Prévoyance & Patrimoine Novial Avenir : un contrat adapté à vos besoins

Plus en détail

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE)

INFORM GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) 2 2004 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DES PORTEFEUILLES D ACTIONS CHEZ SWISSCA (DEUXIÈME PARTIE) Dans la gestion de portefeuilles en actions, Swissca mise

Plus en détail

Multimanager-Stratégies zweiplus La gestion de fortune en toute transparence

Multimanager-Stratégies zweiplus La gestion de fortune en toute transparence Multimanager-Stratégies zweiplus La gestion de fortune en toute transparence Bienvenue à la bank zweiplus Digne de confiance, fiable, orientée solutions Chère investisseuse, cher investisseur Les Multimanager-Stratégies

Plus en détail

De la suite dans les idées... MANDAT ACTIONS INTERNATIONALES

De la suite dans les idées... MANDAT ACTIONS INTERNATIONALES De la suite dans les idées... MANDAT ACTIONS INTERNATIONALES MANDAT IAM ACTIONS INTERNATIONALES Une diversification géographique et sectorielle supérieure Notre absolue priorité: générer de la valeur ajoutée

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010036962 Dénomination : ATOUT VERT HORIZON Forme juridique : Fonds Commun de Placement (F.C.P) de droit français. Société de gestion

Plus en détail

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE

NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE NOTICE MÉTHODOLOGIQUE SUR LES OPTIONS DE CHANGE Avec le développement des produits dérivés, le marché des options de change exerce une influence croissante sur le marché du change au comptant. Cette étude,

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail