Mutualisation des services : éléments de benchmarking

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mutualisation des services : éléments de benchmarking"

Transcription

1 Mutualisation des services : éléments de benchmarking Géraldine HAKIM, élève administrateur territorial à l INET, promotion Galilée 2008/2009 Liste des 11 expériences de rapprochement villes-agglomération ayant fait l objet d une analyse : Ville de Mulhouse-Communauté d agglomération Mulhouse Sud Alsace (CAMSA) Communauté Urbaine de Strasbourg Ville de Besançon-Communauté d agglomération de Besançon Ville d Alès-Grand Alès Ville de Nancy-Grand Nancy Ville de Nantes-Nantes Métropole Ville de Brest - Brest Océane Métropole (BOM) Ville de Clermont- Clermont Communauté Ville de Blois-Agglopolys Ville d Amiens-Amiens Métropole Ville d Angers-Agglomération d Angers La présentation de ces expériences se fera en deux temps : dans un premier temps, nous tenterons de dégager les grandes tendances des expériences menées en matière de mutualisation. Puis dans un second temps, nous analyserons les points de vigilance à surveiller afin de réussir au mieux ce projet managérial. 1- Mutualiser : une réalité au visage pluriel 1.1 Un essai de définition Par mutualisation, on peut retenir la définition suivante «la mutualisation est le régime qui permet à une agglomération de mettre ses services à disposition d une ou des communes membres sur la base du volontariat». Cette note n intégrera pas le transfert de compétences mais se limitera à la mutualisation sur une base conventionnelle dans le cadre d une bonne organisation des services. Pourquoi parle-t-on de mutualisation des services aujourd hui?

2 Le rapport du Sénat d information au nom de la décentralisation sur le bilan et les perspectives de l intercommunalité à fiscalité propre (2006) dresse l état des lieux suivants : Historiquement, le développement de l intercommunalité s est traduit par des transferts de personnels des communes aux agglomérations et par la création de postes : «l intercommunalité a contribué au tiers de la progression de la masse salariale des collectivités territoriales entre 1999 et 2004» selon le rapport su sénateur Dallier. C est sans doute ce contexte qui oblige les collectivités à davantage de rationalisation des ressources et d optimisation de la gouvernance des échelles : travailler ensemble, échanger ; mettre ses services à disposition voire «communautariser» les personnels. Les formes sont multiples mais rejoignent, à chaque fois, ce souci de rationalisation des ressources et des moyens. La mutualisation est une réponse organisationnelle entre les services de l EPCI et ceux des communes membres, qui, face à des ressources limitées et à des besoins de service en croissance ou en transformation, souhaitent se rapprocher pour optimiser les économies d échelle et rationaliser l organisation territoriale. Par ailleurs, la mutualisation reste toujours un projet de service, sorte de pierre philosophale qui vise à transformer l existant (superposition dénoncée par la Cour des Comptes dans son rapport sur l intercommunalité) en organisation efficiente (efficacité à coût moindre). Plus encore, la mutualisation est désormais intégrée dans le droit positif Rappel du dispositif législatif en matière de mutualisation C est l article L II du Code Général des Collectivités Territoriales, issu de la loi n du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, qui permet la mutualisation, plus exactement la mise à disposition de services entre EPCI et communes membres lorsque cette mise à disposition présente un intérêt dans le cadre d une bonne organisation des services. Cet arsenal législatif a été modifié à deux reprises, d une part par la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales et d autre part par la loi du 19 février 2007 relative à le fonction publique territoriale. Ces dernières modifications ont permis d élargir les recours à la mise à disposition de service. La loi ne vise aucun service en particulier. La mise à disposition de services concerne la possibilité pour un EPCI de mettre à la disposition d une ou plusieurs communes membres, pour l exercice de leurs compétences, un ou des services donnés dans le cadre d une bonne organisation des services. La loi du 13 août 2004 a élargi cette possibilité aux communes vers l EPCI. La mise à disposition peut donc se faire «dans les deux sens». Mais la Commission Européenne a rendu un avis motivé au Gouvernement en date du 27 juin 2007 sur le dispositif de mise à disposition des services communaux au bénéfice des EPCI, considérant qu il n était pas conforme aux directives européennes relatives aux marchés publics. Bien que le Gouvernement ait pu répondre en termes d organisation interne de l administration, cette mise à disposition des communes vers EPCI semble cependant très risquée juridiquement, donc à éviter. En revanche, la mise à disposition reste obligatoirement soumise à la conclusion formelle d une convention de mise à disposition, laquelle doit prévoir les conditions de remboursement par le bénéficiaire et les frais de fonctionnement (voir annexe 2, article 6, modalités financières, Nantes Métropole, Ville de Nantes). 2

3 Enfin, un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre peut également, dans le cadre d une gestion unifiée de personnel de l établissement public et de celles des communes membres qui en ont exprimé le souhait, et dans les conditions fixées par le conseil de communauté, mettre son personnel et ses services à la disposition des communes qui en font la demande (Brest Océane Métropole, Amiens Métropole) Les grandes tendances de la mutualisation Plusieurs modèles se dégagent au travers des exemples étudiés : tout en prenant en compte la diversité des institutions (de habitants pour le Grand Alès à pour Nantes Métropole), nous avons tenté d identifier une typologie des mutualisations. a) Le cas d une administration unique Cas : Strasbourg, Brest, Amiens. Au départ, portés par la double volonté d impulser des méthodes de travail collaboratives et de développer un projet de simplification administrative, ces exemples, entre EPCI et Ville Centre, montrent que les services rattachés à l agglomération interviennent indifféremment soit pour le compte de la Ville soit pour le compte de l agglomération. Bien entendu, cela suppose une répartition des dépenses mutualisées entre les deux collectivités qui restent juridiquement distinctes. Bien souvent, les dépenses sont prises en charge et gérées par l agglomération et refacturées à la ville à la clôture d exercice selon des règles pré-définies et transparentes (coûts complets à Brest Océane Métropole par exemple) : la «traçabilité» étant une exigence tant pour les contrôles éventuels (Chambre Régionale des Comptes ) que vis-à-vis des autres communes membres. Toutefois, la justesse des coûts peut se discuter puisqu elle ne repose sur aucune comptabilité analytique, ni même sur une fonction évaluation très développée. Ce scénario a le mérite de fluidifier l action locale en supprimant les doublons et en optant à chaque fois pour un commandement unique, un Directeur Général des Services commun et une vision stratégique convergente pour les deux administrations. La lisibilité devient alors plus forte pour le citoyen (traitement homogène des politiques publiques telles que l éclairage public ou l aménagement urbain). Ce modèle de mutualisation, probablement le plus abouti, n est toutefois pas le modèle majoritaire car il suppose une majorité politique stable entre la Ville et l Agglomération. Enfin, il faut noter que ce modèle d administration unique repose tantôt sur des conventions de mise à disposition tantôt sur une gestion totalement unifiée (Brest Océane Métropole, Amiens Métropole depuis le 1 er janvier 2008). Mais l agglomération devient l employeur unique et les personnels sont entièrement «communautarisés». b) La mutualisation de services ou les différentes formes de coopération entre la Ville centre et la Communauté Certaines communautés se sont saisies assez vite des possibilités offertes par l article du Code Général des Collectivités Territoriales (article 166 de la loi du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales). C est le cas entre autres de Clermont Communauté ou de la CAMSA (Communauté d agglomération Mulhouse Sud Alsace). La mutualisation reste toutefois une réalité multiforme qui dépend très largement des volontés politiques et/ou stratégiques. A partir du cadre juridique commun, les adaptations sont en effet très variées. 3

4 Il y a trois situations possibles qui peuvent se cumuler et se croiser en fonction des services : - L agglomération met à disposition une grande partie de ses services à la Ville Centre (exemple des services support à la CAMSA) ou les communes mettent à disposition des services au profit de l EPCI (exemple du service protocole de la Ville de Clermont Ferrand au profit de l agglomération). La mise à disposition de certains services de l EPCI vers la Ville Centre reste cependant le modèle majoritaire et le scénario le moins risqué juridiquement (voir 1.2). Seul le périmètre plus ou moins large de ces mises à disposition marque le degré d intégration communautaire. Pour les agents, lorsqu il y a mutualisation, celle-ci s opère à travers des conventions de mise à disposition organisées selon des conditions financières prédéterminées entre ville et agglomération. - Il reste une administration propre à la Ville pour des services strictement municipaux comme l état civil, les affaires sociales ou démographiques. - Il s agit de services exclusivement intercommunaux : propreté et ordures ménagères à la CAMSA. A Brest Océane Métropole, les pouvoirs de police des Maires ont pu être transférés à l agglomération pour l eau, l assainissement, la collecte des déchets et la sécurité : les services intercommunaux ayant atteint dans ce cas le modèle le plus abouti de mutualisation. Sur le plan administratif : c) La question spécifique de la gouvernance Tout d abord, rappelons que les rapprochements Ville-Agglomération ne signifient pas fusion (au sens juridique) des deux entités qui restent, dans tous les cas, bien distinctes. En revanche, la question de la gouvernance administrative est posée lorsque les rapprochements se limitent soit à des transferts de compétence, soit à des mises à disposition de services. Il semblerait que le commandement unique ne s impose réellement qu en cas d administration unique ou de gestion unifiée (aucun contre-exemple n a été identifié). Sur 9 cas de rapprochement (hors cas de gestion unifiée), 7 disposent d un Directeur Général des Services unique pour les deux administrations, 2 seulement disposent de Deux directeurs Généraux distincts (Clermont, Besançon). Au delà de ce constat, il ressort des entretiens menés que le Directeur Général des Services de la communauté d agglomération cherche à devenir un animateur de réseau des administrations municipales de l intercommunalité (d où les «réunions des DGS» plus ou moins fréquentes). Mais les résultats sont encore plus nets lorsqu on s attache aux fonctions support : sur les 9 cas de rapprochement (toujours hors gestion unifiée), 8 (soit 89%) disposent de fonctions support mutualisées. Ce mouvement touche prioritairement les fonctions ressources suivantes : Ressources Humaines et Administration Générale, Finances/Comptabilité, Système d Information, Moyens Généraux. Plus rarement, les fonctions Évaluation et Performance, Prospective et Stratégie peuvent également être concernées. Parfois, les fonctions support démarrent le processus de mutualisation pour, à terme, parvenir à une Direction Générale Unique (cas d Angers). Cette restructuration progressive, avec un nombre resserré de directions ressources, semble offrir une plus grande réactivité dans le pilotage des actions et permettre ainsi que les grands dossiers soient traités de façon transversale et en mode projet. 4

5 Sur le plan politique : La mutualisation étant souvent issue d un projet et d une volonté politiques, elle se fait de fait au service d un même élu, Président de la Communauté d Agglomération et Maire de la Ville Centre : seul le cas de Mulhouse présente deux élus, l un Maire, l autre Président de l Agglomération. La construction communautaire se complique de façon évidente et devient prudente en cas de direction politique bicéphale. L analyse des 11 cas montre par ailleurs qu un projet de mutualisation n a jamais été à ce jour conduit à partir de deux majorités politiques distinctes. En revanche, le suivi du rapprochement Ville- Agglomération s organise largement sur le plan politique : le Conseil Communautaire et le Conseil Municipal de la ville centre se prononcent au moins annuellement sur le bilan d exécution et l actualisation des règles de partage des charges. d) Les conséquences organisationnelles Aucun modèle type ne se dégage vraiment des exemples étudiés. L organigramme dépend en fait du degré de mutualisation, d une part, et des volontés stratégiques, d autre part. Toutefois, en cas de faible degré de mutualisation, il peut concerner la voirie, l entretien, la propreté, le droit des sols qui ont des directions communes. En cas de mutualisation plus aboutie, il concernera prioritairement la direction générale, les fonctions support et sera souvent structuré par des pôles de compétences : Vie sociale-solidarité, Urbanisme, Services Techniques dont espaces verts, Eau, Déplacement, Voirie, Propreté, Développement, voire Animation (sport, culture, bibliothèque etc..). Plus rarement enfin, la mutualisation concernera la petite enfance, les crèches et les personnes âgées ou handicapées. Cf. annexe 3 : exemples d organigramme 2- Projet de mutualisation : points de vigilance et conditions de la réussite Toutes les mutualisations étudiées permettent de dégager des points de vigilance, certaines collectivités ayant rencontré quelques difficultés dans leur processus de rapprochement. Restent que certaines conditions de réussite semblent être indispensables pour mener à bien ce type de projet à la fois managérial et politique Les points de vigilance a) les risques sociaux et culturels Toutes les collectivités ont été confrontées aux résistances habituelles au changement : bien que la plupart ait obtenu un avis favorable en Comité Technique Paritaire, de nombreuses résistances apparaissent en termes de : - maintien du statut et maintien dans l emploi - diminution d effectifs - identité au travail (agents municipaux attachés à «leur» mairie) 5

6 - culture professionnelle (les agglomérations plus récentes étant plus portées par le management de projet que les communes organisées de façon plus pyramidale) : parfois même, il faut passer de la défiance à la confiance entre deux collectivités peu habituées à travailler ensemble - régime indemnitaire (crainte d un nivellement par le bas, perte de primes),et ce, bien que l on constate un alignement par le haut a posteriori. D où la nécessite de prévoir, non seulement, une étape de dialogue social préalable au changement (partenaires sociaux) mais d élaborer un plan d accompagnement social de cette réorganisation. Les Directeurs des Ressources Humaines doivent être étroitement associés à cette étape afin de prévoir des outils de gestion de mobilité, de reclassement, de formation professionnelle des agents municipaux notamment (créer une culture commune) et de communication interne. Seul Besançon, par exemple, a harmonisé les régimes indemnitaires avec une négociation conduite par les deux DRH. Tous les DGS ou représentants des directions contactés reconnaissent enfin (certes parfois à demi mot) que ce travail d accompagnement n a pas été suffisamment approfondi. Enfin, un phénomène de départ de cadres a pu être constaté sur le secteur «système d information» au Grand Nancy notamment. b) Le risque politique Le risque politique est bien identifié : les élus communautaires, hors ville centre, craignent un renforcement des interventions de la ville sur l agglomération et de l agglomération sur les communes de moindre (peur de «prise de pouvoir» de la «supra-communalité»), et ce d autant que le projet se fait autour d un élu commun : le Maire- Président de l agglomération. La concertation s impose avec l ensemble des élus (ou partie) des élus communautaires pour favoriser l appropriation du projet. Cette appropriation peut être facilitée par : - de nouveaux services offerts par l agglomération tels que les groupements de commande (pour les cantines scolaires par exemple, obtention de meilleur tarif), la gestion de dette, l instruction des demandes de permis de construire en partenariat avec les services de l État (Amiens Métropole réalise actuellement une plateforme de services sur ce sujet). L agglomération peut être très utile pour les élus et techniciens municipaux qui sont en recherche d expertise pour les permis de construire, la communauté se substituant alors aux services de l État qui se limitent au contrôle de légalité. - des services existants qui peuvent être mis à disposition des communes de l agglomération : les services informatiques et télécom (Le Grand Nancy mutualise ainsi ces services dans 9 communes sur 20) ou la gestion des contentieux complexes (affaires juridiques) - des engagements en termes de redistribution des gains générés par la mutualisation sur l ensemble des communes au travers de dotations ou des compétences propres à l agglomération (propreté par exemple). A noter toutefois que les résistances de départ des communes périphériques peuvent être levées au fil du temps : ainsi, la sénatrice maire Modem de la Chaussée Saint Victor déclarait à propos d Agglopolys (Blois) «nous ne sommes pas dépossédés, nous gérons autrement, collectivement», le Maire de Cellettes, divers gauches, reconnaissant qu aujourd hui, «c est le bassin de vie qui compte» (Ouest France, 13 février 2008). 6

7 c) Le risque financier Alors que les économies d échelles et la rationalisation sont mises en avant dans tous les projets de mutualisation, tous les dispositifs pêchent par leur insuffisance en termes d outils de suivi. Les pratiques d évaluation ne tiennent pas leurs promesses. Seul Mulhouse Sud Alsace avance un chiffre en termes d économies réalisées sur les charges de fonctionnement (2,2 millions d euros) et Clermont Communauté avance, quant à elle, le coût du rapprochement (estimé à 1,25 million d euros). Il semblerait en effet, mais les DGS sont très prudents sur cette question, que le rapprochement puisse accroître les coûts des fonctions support (création de postes d experts à l agglomération, acquisition de matériel informatique), voire les coûts des politiques publiques (énergie, mise aux normes environnementales, remise en l état des bâtiments).il existe en tout cas des coûts induits non volontaires ( appel à des prestataires). En réalité, même si tous les DGS mettent en avant les économies d échelle, peu avancent des chiffres en revanche, ni en aval de la démarche ni en amont de celle-ci. Aussi, même si certains avancent 3 à 4 % d économies sur le budget de fonctionnement, il est certain que l origine des gains ne pourra être exclusivement recherchée dans le projet de mutualisation. La responsabilité d un dirigeant n est elle pas d ailleurs guidée par la recherche de gains permanents, indépendamment des grands projets? Il apparaît donc indispensable de prévoir des outils de mesure et de suivi de la mutualisation pour en évaluer le résultat et ce, dès le démarrage. La répartition des charges mutualisées communes, en personnel et en coût rattachés (locaux, fluides, matériel, nettoyage ) doit non seulement être prévue en fonction d indicateurs observés en général d après l année n-1 mais elle doit être complétée par des audits en gestion, ou des exercices ponctuels d évaluation, permettant d évaluer les économies réalisées par politique publique Les conditions de la réussite d un projet de mutualisation Elles sont au nombre de trois. a) Le poids important de la ville centre : un incontournable? Pour un projet de mutualisation, le poids de la ville centre se mesure essentiellement au travers d un indicateur démographique : le pourcentage du nombre d habitants de la ville centre rapporté à ceux de l agglomération. Sur les 11 exemples, Nancy concentre habitants sur les de l agglomération, soit 38% alors qu Amiens concentre habitants sur que compte l agglomération soit 78%. Le poids démographique de la ville centre dépasse dans leur grande majorité la barre des 50%. Mais il serait abusif d en tirer des conclusions définitives de lien de cause à effet. 7

8 Il semblerait donc que la mutualisation soit d autant plus aisée que le poids démographique de la ville centre est fort. Ce qui est sûr, c est que la ville centre acquiert plus ou moins de pouvoir sur l expérience intercommunale en fonction de son poids démographique, économique et bien sur en fonction de sa représentation au sein du conseil délibérant. Dans le rapport du Sénat de 2006 sur la décentralisation, l agence de notation Fitch Ratings préconise de mesurer très précisément l influence de la ville centre afin d évaluer sa capacité à transférer certaines charges à l EPCI ou à défendre des intérêts propres dans la définition d objectifs intercommunaux. Car la mutualisation est une prise en compte globale : il devient difficile aujourd hui de s intéresser à la situation financière d une commune sans intégrer son appartenance à un EPCI à fiscalité propre (il peut d ailleurs être tentant pour une commune de transférer certaines compétences à l EPCI de façon à externaliser les charges). De même, une politique publique s apprécie globalement en prenant en compte l action municipale et intercommunale. b) Des objectifs clairement affichés : un préalable Ces objectifs peuvent être de plusieurs natures. Politiquement, porter un projet de mutualisation entre ville-centre et agglomération, c est amplifier le rayonnement d une métropole pour la rendre plus attractive. C est prolonger une communauté de projets et de destin en créant des synergies entre deux entités. Le projet de mutualisation porte intrinsèquement le désir d une amélioration du niveau des services publics locaux. Il s agit donc d un défi politique important parfois figurant dans les programmes municipaux (cas de Nantes). Par ailleurs, la mutualisation des services communaux et intercommunaux peut aussi être un moyen de résoudre la question des superpositions de compétences entre communes et intercommunalités en instaurant notamment une gouvernance politique et stratégique unique ; l action locale à l échelle d une agglomération devenant ainsi plus cohérente. Stratégiquement, il s agit de piloter un projet de direction qui vise à rationaliser les services en développant des méthodes de travail collaboratives entre ville centre et agglomération. C est aussi avoir des acteurs qui convergent et portent un discours commun au service d un même élu afin de générer une administration plus réactive au service du citoyen. Et enfin, l objectif est de réaliser des économies d échelle en réduisant les budgets de fonctionnement. Mais peu de collectivités avancent des objectifs chiffrés et quasiment aucune n assure un suivi du projet au travers d indicateurs de performance pré- définis. Ces objectifs stratégiques mobilisent également l encadrement supérieur, appelés à déployer ses capacités de conception et d expertise pour challenger des pratiques parfois anciennes et peu collaboratives. Pour l agglomération, il peut être intéressant de professionnaliser les agents, notamment des communes de moindre taille, en leur faisant partager des problématiques de gestion plus complexe. La mutualisation passe aussi par du transfert de compétences entre administrations et par l appropriation d un langage managérial commun. c) Le portage politique du projet : un indispensable Ces objectifs politiques et stratégiques doivent converger pour réussir. Que le projet de mutualisation soit issu d une commande politique (cas de Nantes, Blois) ou d une proposition du directeur général (Grand Alès, Mulhouse Sud Alsace), l appropriation et le portage politique du projet sont des éléments indispensables à la réussite du projet. Il s agit même d un pré-requis. 8

9 Ce portage est prioritairement conduit par le Maire de la ville centre - Président de l agglomération qui peut-ou non - associer, au démarrage, les communes périphériques mais un équilibre politique, propre à chaque agglomération est donc à trouver avec les élus communautaires.cet équilibre semble d autant plus nécessaire que le poids de la ville centre est relativement faible au regard de l agglomération. Vers une évolution des compétences communautaires? Avec les projets de mutualisation, les compétences communautaires peuvent donc relever de multiples origines : - les compétences obligatoires sans déclaration d intérêt communautaire - les compétences transférées par déclaration d intérêt communautaire, notion très évolutive et variable dans le temps et l espace. Dans cette situation, la gestion de la compétence est à la charge de la communauté. Ces deux types de compétences ne relèvent pas strictement d un processus de mutualisation. Les compétences partagées ou mutualisées régies par des contrats de prestation et des mises à disposition de services et de personnel. La mutualisation deviendrait-elle le second souffle de l intercommunalité? C est en tout cas un projet qui donne une cohérence à l intervention territoriale sur un territoire de vie plus large. 9

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013

Conduire son schéma de mutualisation des services. ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 Conduire son schéma de mutualisation des services ADGCF Aquitaine CDC de Montesquieu Martillac (33) 29 novembre 2013 1 Proposition d une méthodologie pour conduire son schéma de mutualisation des services

Plus en détail

Bloc territorial communes /communauté comment organiser les synergies?

Bloc territorial communes /communauté comment organiser les synergies? Bloc territorial communes /communauté comment organiser les synergies? Mutualisations, territorialisation et plateforme de services aux communes claire.vigeant@chora.fr CHÔRA CONSEIL, 6 rue du 8 mai 1945,

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Communauté d Agglomération Orléans Val de Loire Mise en œuvre d'une nouvelle gouvernance entre l AgglO et les 22 communes membres

Communauté d Agglomération Orléans Val de Loire Mise en œuvre d'une nouvelle gouvernance entre l AgglO et les 22 communes membres Communauté d Agglomération Orléans Val de Loire Mise en œuvre d'une nouvelle gouvernance entre l AgglO et les 22 communes membres Diagnostic de l organisation et des politiques publiques des collectivités

Plus en détail

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Rapporteur : M. Jean-Pierre TAILLARD, Vice-Président Commission n 5 séance des 26/05/04, favorable 23/03/05 et 20/05/05 Bureau séance

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions

Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions Assemblée des Départements de France Note relative aux enjeux financiers d une éventuelle fusion Départements-Régions La fusion des Départements et des Régions -parfois des Départements avec certaines

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse

Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse Présentation du rapport comprenant schéma de mutualisation Conseil municipal du 16 novembre 2015 Communauté de communes Haute Vallée de Chevreuse Elaboration d un projet de territoire avec mise en œuvre

Plus en détail

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie

Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Chef du service qualité, relations aux usagers et contrôle de gestion au sein de la Direction de l Environnement et de l énergie Communauté d agglomération du Pays Ajaccien 1. La collectivité La Communauté

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique.

Efficiente : elle évalue le rapport entre les moyens mis en œuvre et les résultats de l action publique. EVALUER LES POLITIQUES PUBLIQUES Les collectivités locales interviennent dans des champs de plus en plus étendus, depuis les services publics de la vie quotidienne jusqu aux politiques les plus complexes.

Plus en détail

La direction des ressources humaines de l université de Strasbourg : un exemple d organisation RH

La direction des ressources humaines de l université de Strasbourg : un exemple d organisation RH La direction des ressources humaines de l université de Strasbourg : un exemple d organisation RH Marylène OBERLÉ, secrétaire générale adjointe DRH université de Strasbourg www.unistra.fr 1 I. Présentation

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION

La mutualisation. Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION La mutualisation Un outil en voie de développement sur le territoire de STBRIEUC AGGLOMERATION Contexte Agglo Région : 3 249 815 Hab Département : 601 027 Hab Communauté d Agglomération de St-Brieuc :

Plus en détail

Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché

Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché Fonction CR/Service Cadre d emploi de recrutement Nature des fonctions Responsable de l accueil des délégations Secrétariat Général Protocole Attaché Annexe 1 Sous la responsabilité du responsable du service

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP

CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP CATALOGUE DES PRESTATIONS HANDICAP 2014 / 2015 ACCOMPAGNEMENT DE LA GESTION DU HANDICAP EN ENTREPRISE Syn@pse Consultants 30 Avenue de la Paix 67000 STRASBOURG 03 88 35 10 14 Satisfaire l Obligation d

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines?

RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? RP1 / Mutualisation, territorialisation, réforme territoriale : quelles opportunités pour une gestion innovante des ressources humaines? Animatrice : Ancienne élève administrateur territorial INET-CNFPT,

Plus en détail

Session spéciale Réforme territoriale

Session spéciale Réforme territoriale Session spéciale Réforme territoriale Historique des textes relatifs à l organisation territoriale Lois Mauroy/Deferre de 1981 à 1983 Loi du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES LA DELEGATION DE GESTION EN MATIERE DE RESOURCES HUMAINES AU CHU DE TOULOUSE Mylène COULAUD cadre supérieur de santé Olivier RASTOUIL directeur des ressources humaines

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines.

DGAFP 16/11/2006. Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP 16/11/2006 Annexes à la circulaire relative aux conférences de gestion prévisionnelle des ressources humaines. DGAFP - 2 - Annexe 1 Éléments constitutifs du dossier de conférence de gestion prévisionnelle

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU 29 MAI 2015

CONSEIL MUNICIPAL DU 29 MAI 2015 CONSEIL MUNICIPAL DU 29 MAI 2015 - Approbation du schéma de mutualisation de Laval Agglomération - Extension des compétences de Laval Agglomération en matière de lecture publique - Règlement intérieur

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

La mutualisation à Reims

La mutualisation à Reims La mutualisation à Reims Des caractéristiques territoriales très marquées : Population en baisse: 45% de logement social Classes moyennes à Chalons. PIB local atone Charges de centralité et de solidarité

Plus en détail

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales

Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Collectivités Territoriales Première enquête destinée aux professionnels du développement durable dans les Le baromètre des «professionnels du développement durable au sein des» est la première enquête nationale réalisée avec eux

Plus en détail

DELIBERATIONS. (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 10/10/2014

DELIBERATIONS. (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 10/10/2014 DELIBERATIONS (Délibérations du CONSEIL) CONSEIL du 10/10/2014 Le présent document regroupe l'ensemble des délibérations accompagnées de leur(s) annexe(s), classés par élus rapporteur et par compétences.

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement

P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t. Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement P r o t e c t i o n s o c i a l e & A c t u a r i a t Plus qu une protection sociale complémentaire : notre engagement L es entreprises opèrent aujourd hui dans un environnement mondialisé et compétitif

Plus en détail

La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité?

La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité? La paie : pourquoi choisir entre rentabilité et sécurité? Introduction Laurent Tarazona, Directeur Commercial Profession Comptable ADP Micromégas ADP Micromégas ADP 60 ans d expertise paie et RH Un métier

Plus en détail

Licence Administration publique

Licence Administration publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Administration publique Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Direction interrégionale des services pénitentiaires Organigramme type Circulaire de la DAP 2007-SD2 du 19 décembre 2007 relative à l optimisation de l organigramme du siège des directions interrégionales

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Formations pour les élus :

Formations pour les élus : Formations pour les élus : Renforcer l'équipe d'élus Faire vivre le projet L'élu et les tiers Contact KIPP 3 place Monthioux 23500 Felletin 09 84 31 44 88 www.les kipp.fr Aurélie Martin 06 84 49 60 43

Plus en détail

Master Métier du livre jeunesse

Master Métier du livre jeunesse Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Métier du livre jeunesse Institut catholique de Toulouse Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6

SOMMAIRE PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 CHARTE DE L ÉVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES 1 SOMMAIRE Pages PRÉAMBULE... 3 I - L ÉVALUATION : UN OUTIL AU SERVICE DE L ACTION... 4 II - LA DÉONTOLOGIE DE L ÉVALUATION... 6 III - LE DISPOSITIF D ÉVALUATION

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone

Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires (M&A) des Experts Comptables? M. Matthieu Cassone Qu attendent les sociétés de conseil et les banques d affaires M. Matthieu Cassone I. Tour d horizon i. Une Boutique M&A c est quoi? a. Des Experts en quoi? b. Quel est leur modèle économique? II. Méthodologie

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

inet La formation des élèves administrateurs territoriaux

inet La formation des élèves administrateurs territoriaux inet La formation des élèves administrateurs territoriaux Institut National des Études Territoriales Devenir administrateur territorial c est : être lauréat d un concours de haut niveau, intégrer la grande

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40

Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Panorama du mécénat des entreprises du CAC 40 Préambule Méthodologie Structures observées Les recherches ont porté sur toutes les entreprises entrant dans la composition de l indice CAC 40 au 1 er juillet

Plus en détail

Cliquez sur l image pour l agrandir

Cliquez sur l image pour l agrandir Dans le détail, le principal contributeur à l évaluation globale est la qualité de réponse aux besoins. Si les Français sont particulièrement satisfaits par l accueil en mairie (57% en ont une évaluation

Plus en détail

Le portage salarial caractéristiques et avantages

Le portage salarial caractéristiques et avantages LE PORTAGE SALARIAL Le portage salarial caractéristiques et avantages Le portage salarial consiste à transformer des honoraires en salaires. Il permet: De bénéficier d un statut de salarié : continuité

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014 La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations Hélène Beaugrand juillet 2014 1 Sommaire 1 Qu entend-on par mobilité? 2 Les grands enjeux de la mobilité 3 La mobilité professionnelle en pratiques

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 EXPOSE DES MOTIFS SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 29 AVRIL 2014 POINT EMPLOI GIP Ivry-Vitry Actions Mission Locale, PLIE, Cellule Insertion Participations pour l année 2014 EXPOSE DES MOTIFS La Ville participe à des actions

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Pourquoi une commune nouvelle?

Pourquoi une commune nouvelle? Création d une commune nouvelle sur les territoires de Bellentre, La Côte d Aime, Macot La Plagne et Valezan La Plagne Tarentaise Pourquoi une commune nouvelle? Le travail mené en commun a permis d aboutir

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Note sur la Formation Professionnelle tout au Long de la Vie (couramment nommée FPTLV) Mise à jour Juin 2009

Note sur la Formation Professionnelle tout au Long de la Vie (couramment nommée FPTLV) Mise à jour Juin 2009 Ministère du travail des relations sociales, de la famille et de la solidarité Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Note sur la Formation Professionnelle tout au Long

Plus en détail

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL

CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL ADL- Rabat CONTRIBUTION DE L ADLR AU DEVELOPPEMENT LOCAL Octobre 2006 ADL, B.P. 6447, Rabat-Madinat Al Irfane 10.100, Al Massira III, Avenue Al Majd, Imb 14, Apt

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail