Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM"

Transcription

1 Traitement néo adjuvant par Cyberknife du cancer du sein: aspect en IRM C. Marcotte Bloch (1), C. Chapellier (1), C Maestro (1), PY. Bondiau (2) (1) Service de Radiodiagnostic et (2) Service de Radiothérapie du Centre Antoine Lacassagne, Nice

2 Introduction 1. Cyberknife 2. Chimiothérapie néo adjuvante du cancer du sein

3 Cyberknife (Accuracy Inc. Sunnyvales, USA) Système non invasif de radiochirurgie et radiothérapie stéréotaxique fractionnée. Le bras robotisé est porteur d une section accélératrice: Le bras porte l accélérateur miniaturisé en gardant une précision de positionnement asservi de 0,2mm. Il oriente les faisceaux d irradiation suivant 6 axes de liberté. Pendant le traitement un système orthogonal de rayons X permet de suivre la cible en temps réel. Les repères sont soit osseux, soit fiduciaires (grains d or) radio opaques. (1) Bondiau PY (2) Lacornerie T

4 Architecture du CyberKnife de quatrième génération : table de traitement, robot et sa section accélératrice, tubes à rayons X et détecteurs. 1-bras robotisé, 2-accélérateur, 3-collimateur, 4-imagerie par rayons X, 5-laser, 6-caméras infrarouges (Synchrony ), 7-table «Robocouch. Axes de mouvement de la table robotisée six axes de liberté (trois translations et trois rotations)

5 Cyberknife Développement et implantations : Obtenu marquage CE en 2002 Plus de 100 cyberknife dans le monde dont : -14 en Europe -3 en France Centre Antoine Lacassagne, Nice ( ) Centre Alexis-Vautrin, Nancy ( ) Centre Oscar-Lambret, Lille ( ) Au total, plus de patients dont 800 en France +

6 Cyberknife : indications Indications validées par la HAS et recommandées par l INCA Lésions intracrâniennes: méningiomes, neurinomes, tumeurs pituitaires, métastases, les malformations artérioveineuses, douleurs réfractaires (névralgie du trijumeau) Tumeurs pulmonaires primitives ou secondaires ( 3) Lésions médullaires et para médullaires: malformations, tumeurs bénignes ou malignes

7 Cyberknife : indications Indications en cours d évaluation dans le cadre de la recherche clinique Tumeurs mammaires: néo adjuvant, boost hypo fractionné Tumeurs hépatiques: hépatocarcinome, métastase Tumeurs pulmonaires localement avancées ou récidivantes Tumeurs ORL: ré irradiation Tumeurs prostatiques

8 Chimiothérapie néo adjuvant du cancer du sein (CTNA): intérêt = utilisée lorsque la tumeur est trop volumineuse pour permettre une chirurgie conservatrice d emblée, pourtant souhaitée par la patiente. Objectif: Diminuer le volume tumoral pour permettre dans un second temps une chirurgie conservatrice. (3) Fischer B

9 CTNA : intérêt CTNA = aussi efficace que la chimiothérapie adjuvante, en terme de taux de survie sans récidive et survie totale ++ CTNA = augmente la proportion de traitement conservateur + (3) Fischer B

10 CTNA du cancer du sein: efficacité Réponse après chimiothérapie: Et. Multicentrique sur 683 patientes (98) R. Complète histologique = 13%, R. Partielle = 67%, Pas de réponse = 20% (stable ou progression) (3) Fischer B

11 CTNA du cancer du sein: Évaluation de la réponse au traitement Imagerie conventionnelle (mammographie et échographie): Intérêt limité car difficulté de différencier cicatrice fibreuse d un résidu tumoral +++ Nombreuse études : IRM plus performante que la mammographie et l échographie -pour évaluation de la taille résiduelle tumorale -pour orienter le chirurgien +++ (4) Segara D (5) Gilles (6) Londero V. - (7) Schott AF. -(8) Balu-Maestro

12 Hypothèse d étude? Utiliser le cyberknife en traitement néo adjuvant, en complément à la chimiothérapie ++ Étudier les modifications en IRM mammaire de ce traitement néo adjuvant et les confronter aux résultats histologiques de la pièce opératoire.

13 Matériel et Méthode

14 L étude : Étude pilote de phase 1, prospective, non randomisée et monocentrique. = Étude d escalade de dose réalisant une chimio- radiothérapie par cyberknife néo adjuvante. Information et consentement éclairé des patientes. Avis favorable du CPP Sud Méditerranée 5 (2007).

15 Critères d inclusions : Patientes présentant un cancer du sein ne pouvant bénéficier d emblée d une chirurgie conservatrice, en raison de la taille tumorale ou du rapport volume tumoral/volume du sein. Cancer uni focal prouvé histologiquement + Pas de contre indication à l opération et/ou à la chimiothérapie et au cyberknife

16 Méthodologie Chaque patiente incluse a bénéficié: - d un traitement complet néo adjuvant par chimiothérapie et cyberknife - d un suivi en imagerie par IRM mammaire - d une intervention chirurgicale au décours du traitement

17 Chronologie : 1/ Imagerie pré thérapeutique d évaluation tumorale: IRM mammaire 2/ Mise en place de 4 clips fiduciaires radio opaques sous échographie délimitant la lésion dans les trois plans de l espace 3/ Traitement néo adjuvant: Chimiothérapie néo adjuvante = 3 perfusions de docétaxel ( mg/m2)+ m 3 perfusions de FEC 100 Cycles toutes les 3 semaines Irradiation Cyberknife = pendant le 1 er ou 2eme cycle de CT sans l interrompre Trois fractions de 6,5 Gy un jour sur deux 4/ Évaluation de la réponse: IRM à 4s après cyberknife et IRM pré opératoire 5/ Chirurgie = 4 à 8 semaines après le dernier cycle de chimiothérapie, par traitement conservateur ou radical si nécessaire.

18 Diagnostic IRM CT néo adjuvante 3 docétaxel + 3 FEC 100 S1 S3 S6 S9 S12 S18 Cyberknife IRM IRM C H I R U R G I E + R A D I O T H E R A P I E Temps Schéma chronologique de l étude

19 Cyberknife: délimitation de la cible Délinéation du volume tumoral macroscopique (1), Volume cible anatomo-clinique (2), Volume cible prévisionnel (3), Organes à risque: peau (4), paroi thoracique (5), poumon (6)

20 IRM mammaire Système 1,5T Horizon LX (General Electric, Milwaukee, WI, USA) Antenne sein dédiée Protocole : Axiale T1 Axiale T2 Axiale T1 3D écho de gradient, suppression des graisses, en séquence dynamique après injection de sel de gadolinium. Bolus de gadolinium de 0,1 mmol/kg (Omniscan ). Séquences réalisées avant puis toutes les minutes pendant 7 mn après injection

21 Critères d évaluation pour chaque IRM Toutes les IRM interprétées par le même radiologue expert: 1. Étude morphologique IRM mammaire Type d anomalie: Masse = sa forme, ses contours, son rehaussement interne Rehaussement sans masse = forme du rehaussement, rehaussement interne Taille (plus grand axe, critère RECIST) 2. Étude cinétique % intensité précoce (à 2mn) Type de courbe: progressive, plateau, wash-out

22 Chirurgie et étude de la pièce opératoire Type de chirurgie: conservateur ou radical Pièce opératoire: Présence d un reliquat tumoral? Taille du reliquat? Cicatrice? Statut ganglionnaire?

23 Résultats 1. Population d étude 2.Résultats t des trois IRM 3. Résultats histologique de la pièce opératoire 4. Corrélation IRM et histologie?

24 Population d étude 16 patientes incluses d avril 2007 à décembre 2009 Age moyen de 48 ans (écart type 11,3) Présentant toutes un carcinome canalaire infiltrant du sein unique uni focal Taille moyenne des lésions initiales évaluée en IRM à 37,8 mm

25 Résultats IRM Tableau récapitulatif des résultats du suivi en IRM: IRM initial pré thérapeutique, IRM précoce à 1 mois et IRM pré opératoire à 3 mois Initial M1 M3 Taille moyenne (mm) Courbes de rehaussement: Wash out (%) Plateau (%) Progressive (%) Intensité de rehaussement 2 mn (%)

26 Résultats IRM Tableau récapitulatif des résultats du suivi en IRM: IRM initial pré thérapeutique, IRM précoce à 1 mois et IRM pré opératoire à 3 mois Initial M1 M3 Taille moyenne (mm) La taille lésionnelle diminue progressivement Courbes de rehaussement: Wash out (%) Plateau (%) Progressive (%) Intensité de rehaussement 2 mn (%)

27 Résultats IRM Tableau récapitulatif des résultats du suivi en IRM: IRM initial pré thérapeutique, IRM précoce à 1 mois et IRM pré opératoire à 3 mois Initial M1 M3 Taille moyenne (mm) Courbes de rehaussement: Wash out (%) Plateau (%) Progressive (%) Intensité 2. Toutes de les rehaussement courbes, initialement 149 réparties 63.5 en wash 29 out et 2 mn (%) plateau, sont devenues de type progressive +++

28 Résultats IRM Tableau récapitulatif des résultats du suivi en IRM: IRM initial pré thérapeutique, IRM précoce à 1 mois et IRM pré opératoire à 3 mois Initial M1 M3 Taille moyenne (mm) Courbes de rehaussement: Wash out (%) Plateau (%) Progressive (%) L intensité de rehaussement 0 à mn diminue 100 Intensité de rehaussement 2 mn (%) progressivement

29 40 Taille IRM (mm) Diminution de taille moyenne de: - 36% à 1 mois - 60% à 3 mois par rapport à la taille initiale 0 Initial M1 M3 Intensité rehaussement à 2mn IRM (%) Initial M1 M3 Diminution de l intensité de rehaussement moyen de: - 58% à 1 mois % à 3 mois par rapport à l intensité initiale

30 Résultats histologique de la pièce opératoire Type de chirurgie réalisée : 4/16 mastectomies 12/16 traitements conservateurs dont 1 reprise chirurgicale i sur berges envahies avec exérèse secondaire de la cicatrice locale Statut ganglionnaire : 6/16 patientes N+ toutes avec un reliquat tumoral +

31 Résultats histologique de la pièce opératoire Nous avons défini, pour statuer la réponse au traitement, trois groupes : -Répondeur «complet» = patiente ne présentant pas de reliquat tumoral sur la pièce opératoire = 37.5 % soit 6/16 patientes -Répondeur «partiel» = patiente présentant un reliquat tumoral sur la pièce opératoire mais de taille diminuée significativement + = 50 % soit 8/16 patientes avec taille moyenne du reliquat = 15.7 mm -Non répondeur = reliquat tumoral de taille inchangée + = 12.5 % soit 2/16 patientes (reliquat constitué de lésions de carcinome invasif et/ou in situ)

32 Corrélation des résultats IRM et histologie Bonne corrélation de taille entre l IRM préopératoire (à 3 mois) et le résultat histologique +++ Taille moyenne IRM = 15,5mm vs Taille histo. Moy. = 15.7 mm Cœfficient de corrélation (Spearman) = 79% Bonne corrélation entre cinétique de rehaussement et l histologie: 4/6 répondeurs «complets»: pas de rehaussement en IRM! 2/6 répondeurs «complets»: rehaussement tardif ( 8% moy à 2mn) progressif + 10/10 patientes avec reliquat tumoral + : rehaussement progressif +

33 Corrélation des résultats IRM et histologie Si on considère la présence ou non d un reliquat tumoral, la confrontation de nos résultats IRM à l histologie de la pièce opératoire montrait: (N/16) IRM à 1 mois IRM à 3 mois Vrai Positif Vrai Négatif 1 5 Faux Positif 5 1 Faux Négatif 0 0

34 Corrélation des résultats IRM et histologie Si on considère la présence ou non d un reliquat tumoral, la confrontation de nos résultats IRM à l histologie de la pièce opératoire montrait: (exprimé en sensibilité (Se), spécificité (Sp), valeur prédictive positive (VPP), valeur prédictive négative (VPN)) % IRM à 1 mois IRM à 3 mois Se Sp VPP VPN

35 Corrélation des résultats IRM et histologie Si on considère la présence ou non d un reliquat tumoral, la confrontation de nos résultats IRM à l histologie de la pièce opératoire montrait: (exprimé en sensibilité (Se), spécificité (Sp), valeur prédictive positive (VPP), valeur prédictive négative (VPN)) % IRM à 1 mois IRM à 3 mois Se Sp VPP VPN L IRM détecte 100% des reliquats tumoraux sous forme d un rehaussement progressif peu intense +++

36 Corrélation des résultats IRM et histologie Si on considère la présence ou non d un reliquat tumoral, la confrontation de nos résultats IRM à l histologie de la pièce opératoire montrait: (exprimé en sensibilité (Se), spécificité (Sp), valeur prédictive positive (VPP), valeur prédictive négative (VPN)) % IRM à 1 mois IRM à 3 mois Se Sp VPP VPN L IRM à 3 mois est plus performante pour déterminer la présence d un reliquat que celle précoce + A 3 mois, seules 1/12 patientes avec un rehaussement progressif considéré comme anormal, ne présentait pas de reliquat tumoral (FAUX POSITIF)

37 Exemples

38 Femme de 45 ans, IRM INITIALE : masse de contours irréguliers de rehaussement concentrique du sein droit de 35 mm. Sa courbe de rehaussement est intense à 200% à 2 mn, précoce et en Wash out.

39 Initial -Diminution de taille et d intensité de rehaussement à 1 mois - Disparition du rehaussement à 3 mois CHIRUGIE: Traitement conservateur avec absence de reliquat tumoral sur la pièce opératoire +++ Bonne concordance IRM-HISTOLOGIE + IRM M1 IRM M3

40 Femme de 43 ans, carcinome canalaire infiltrant du sein droit CHIRUGIE: Mastectomie avec reliquat tumoral de 30 mm sur la pièce opératoire +++ Bonne concordance IRM-HISTOLOGIE + IRM initial avec masse de 50 mm de contours irréguliers. IRM préopératoire (M3): masse persistante, de taille diminuée

41 Conclusion Cyberknife efficace en traitement néo adjuvant complémentaire à la chimiothérapie: absence de reliquat tumoral dans 37.5% des patientes (vs % chimio seule) +++ IRM mammaire : bon examen d évaluation de la réponse thérapeutique - pour déterminer la présence d un éventuel reliquat tumoral - pour mesurer la taille de ce reliquat ++

42 BIBLIOGRAPHIE (1) Bondiau PY, Bénézery K, Beckendorf V et al. CyberKnife robotic stereotactic radiotherapy: technical aspects and medical indications. Cancer Radiother (2) Lacornerie T, Mirabel X, Lartigau E. The Cyberknife: experience of centre OSCAR-Lambret. Cancer Radiother (3)Fischer B, Bryant J, Wolmark N et al. Effect of preoperative chemotherpy on the outcome of women with operable breast cancer. J Clin Oncol (4) Segara D, Krop IE, Garber JE and al. Does MRI Predict Pathologic Tumor Response in Women With Breast Cancer Undergoing g Preoperative Chemotherapy? J Surg Oncol. 2007; (5) Gilles R, Guinebretiere JM, Toussaint C, et al.: Locally advancedbreast cancer: Contrastenhanced subtraction MR imaging of response to preoperative chemotherapy. Radiology 1994;191: (6) Londero V, Bazzocchi M, Del Frate C, et al.: Locally advanced breast cancer: Comparison of mammography, sonography and MR imaging in evaluation of residual disease in women receiving neoadjuvant chemotherapy. Eur Radiol 2004;14: (7) Schott AF, Roubidoux MA, Helvie MA, et al.: Clinical and radiologic assessments to predict breast cancer pathologic complete response to neoadjuvant chemotherapy. Breast Cancer Res Treat 2005;92: (8) Balu-Maestro C, Chapellier C, Bleuse A et al. Imaging in evaluation of response to neoadjuvant breast cancer treatment benefits of MRI. Breast Cancer Res Treat 2002;72:

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein

Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Place de l IRM dans le diagnostic du cancer du sein Docteur Maryannick Bryselbout, Hôpital d Aix en Provence Docteur Olivier Marpeau, Clinique de l Étoile Cancer le plus fréquent de la femme En France,

Plus en détail

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier)

Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM. P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Evaluation précoce de la chimiothérapie néo-adjuvante par IRM P Taourel, E Pages, C Alili (CHU Montpellier) Pourquoi? Prise en charge personnalisée du cancer du sein Morbidité et coût d une chimiothérapie

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011

Imagerie du sein. Georgios Sgourdos Chef de clinique COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE. Samedi 8 octobre 2011 COURS-BLOC POUR LES CANDIDATS AU TITRE FMH EN GYNECOLOGIE-OBSTETRIQUE Samedi 8 octobre 2011 Imagerie du sein Georgios Sgourdos Chef de clinique Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser?

Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? Valeur prédictive négative de l IRM : quand et comment l utiliser? MRI negative predictive negative: when and how to use it? M. Asad-syed, S. Ferron, M. Boisserie-Lacroix et G. Hurtevent 3 Mots clés :

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier

Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Imagerie mammaire: et après le cancer? S.Dechoux, A. Morel, I.Thomassin-Naggara, J.Chopier Les problématiques rencontrées Détection de reliquat tumoral Detection récidive Patiente asymptomatique Patiente

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009

Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Bilan radiologique diagnostique d'une tumeur mammaire. S. Cousin Tuteur: Dr Ceugnart DES d'oncologie médicale 11 décembre 2009 Plan Généralités Le dépistage La Mammographie: place/limites/indications L'echographie:

Plus en détail

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO

IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO IRM Mammaire Quelles indications en 2014? Dr Marie Hélène CARACO 1 Introduction a IRM : imagerie de l angiogénèse tumorale améliore la sensibilité de détection (> 90 %) par contre faible spécificité (70

Plus en détail

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy

Atelier 1: Oncogénétique. O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy Atelier 1: Oncogénétique O. Cohen-Haguenauer, M. Albiter, N. Espié, L. Cahen-Doidy 2 Cas clinique Mme L C Historique Patiente âgée de 61 ans 1998 -Traitement conservateur d un CLI (carcinome lobulaire

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ

RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES. Protocole : RF SEIN RÉSUMÉ Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de Bordeaux et du Sud-Ouest 229, cours de l Argonne 33076 Bordeaux Cedex RADIOFREQUENCE DES TUMEURS MAMMAIRES : ETUDE DE FAISABILITE CHEZ DES PATIENTES NON OPEREES.

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles

IRM mammaire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles IRM mammaire Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Bruxelles Principe Etude de la néovascularisation tumorale => corrélation entre la densité des vaisseaux et la prise de contraste» Frouge et

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes

Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Quand demander un TEP? Situations actuelles et émergentes Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib@cimen.fr Conflit d intérêt : aucun Quand demander

Plus en détail

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010

Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU. 14 Octobre 2010 Dr David LUSSATO Dr Mathieu QUENEAU 14 Octobre 2010 Indication (B2) - Suspicion de récidive locale ou métastatique Bourguet P, Hitzel A, Houvenaeghel G, Vinatier D, Bosquet L, Bonichon F,Corone C, Giard-Lefevre

Plus en détail

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome

Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome 1/34 Place de la radiothérapie dans l hépatocarcinome Dr Xavier Mirabel Département universitaire de radiothérapie Centre Oscar Lambret - Lille - France x-mirabel@o-lambret.fr 2/34 Radiothérapie Traditionnellement

Plus en détail

Qu est-ce qu un bilan exhaustif?

Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Qu est-ce qu un bilan exhaustif? Référentiel interrégional (Alsace, Bourgogne, Franche-Comté, Lorraine) Examen clinique Mammographie Incidences face et oblique Le profil permet de préciser la topographie

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Bilan pré opératoire des cancers ovariens C. GRANIER Imagerie Médicale CRLCC Val d Aurelle Montpellier Données épidémiologiques Incidence en France en 2008 est estimée à 4430 nouveaux cas par an 7ème cause

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques

Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Traitement locorégional du cancer du sein métastatique d'emblée: cas cliniques Hélène Charitansky 1, Alain Fourquet 2 1 Service de chirurgie sénologique, Institut Universitaire du Cancer Toulouse Oncopole

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

Radiothérapie de la tumeur primitive (GTV) Extension loco-régionale 01/04/2011. Quelles images pour les nouvelles techniques de radiothérapie?

Radiothérapie de la tumeur primitive (GTV) Extension loco-régionale 01/04/2011. Quelles images pour les nouvelles techniques de radiothérapie? Quelles images pour les nouvelles techniques de radiothérapie? Le point de vue du radiologue Valeur diagnostique des différentes méthodes d imagerie (CT,IRM,TEP) Plan : Valeur diagnostique des différentes

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»?

EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? EVALUATION PAR IRM DU CANCER DE L ENDOMETRE : VERS UNE CLASSIFICATION «FIGO-IRM»? I Jammet (1), E Decroisette (1), M Pouquet (1), Y Aubard (1), JP Rouanet (2), A Maubon (1) (1) Limoges France, (2) Montpellier

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Sémiologie en imagerie

Sémiologie en imagerie Sémiologie en imagerie gynécologique et obstétricale Pr Alain Le Blanche Université de Picardie Jules Verne le_blanche.alain@chu-amiens.fr 03 22 66 84 07 Amphithéâtres Sylvius_Riolan lundi 28 septembre

Plus en détail

Les lésions infra-cliniques du sein:

Les lésions infra-cliniques du sein: Les lésions infra-cliniques du sein: Expérience de l hôpital Saint-Louis entre 2001 et 2007 : Analyse prospective de 2708 lésions mammaires infra-cliniques Anne-sophie Hamy, Cédric de Bazelaire, Anne de

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension

Dépistage, caractérisation, bilan d'extension UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Imagerie des cancers Date : 08/02/12 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-17h Enseignant : Pr. Trillaud. H Ronéistes : ASSIER Cécilia ceciliaassier@gmail.com

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Radiothérapie pour les métastases cérébrales

Radiothérapie pour les métastases cérébrales Radiothérapie pour les métastases cérébrales Dre Annie Ebacher Radio-oncologue CHUS, Sherbrooke Congrès du Réseau des soins palliatifs 28 mai 2007 Objectifs Épidémiologie Symptômes, facteurs pronostiques

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN

Les conférences de consensus: comparaison, synthèse. Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN Les conférences de consensus: comparaison, synthèse Saint-Gallen Nice-Saint-Paul NCCN C Cuvier, Journées de sénologie interactive 2011 Nice-Saint-Paul; 4 ème édition Saint-Gallen; 12 ème conférence NCCN

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille EPIDEMIOLOGIE 1 K chez la femme : 50000 nouveaux cas / an 1 femme sur 8 concernée! K sein = 30 % des K

Plus en détail

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ?

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? RCP SFSPM Rennes-2015 Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Institut Curie, Paris

Plus en détail

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre

LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir. Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre LESIONS ACR3 EN MAMMOGRAPHIE ET ECHOGRAPHIE: définition, conduite àtenir Dr M GAYET, Dr M FONSECA, Dr V CALMELS CHU Bicêtre Définition ACR 3: Anomalie probablement bénigne Risque de malignité inférieur

Plus en détail

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie

+ Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Biopsie du sein guidée par IRM : Technique et place dans la chaine diagnostique en sénologie Dr Biopsie Corinne du Balleyguier sein guidée par IRM : Technique Service de Radiologie Institut Gustave Roussy,

Plus en détail

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR?

Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? Le PET Scan modifie t il le traitement des métastases des CCR? 7 ième Journée scientifique Annuelle 31/ 05/ 2014 Clinique Atlas Dr ALJ AMINA Médecin Nucléaire IMAGERIE EN CANCEROLOGIE - La place de l imagerie

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire

Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Diplôme Universitaire Corrélations anatomo-physio-pathologiques en imagerie thoracique 25 mai 2011 Imagerie TEP et pathologie tumorale bronchique Pierre OLIVIER - Médecine Nucléaire Détection en coincidence

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES

INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES INTERET DIAGNOSTIQUE DES SEQUENCES IRM DYNAMIQUES DE PERFUSION ET DE DIFFUSION DANS LE BILAN DES TUMEURS PAROTIDIENNES ETUDE RETROSPECTIVE CHEZ 30 PATIENTS N. Hoarau, J. Gabrillargues, B. Claise, B. Jean,

Plus en détail

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein

TEP au 18F-FDG et bilan d extension d dans le cancer du sein TEP au 18F-FDG et bilan d extension d initial dans le cancer du sein Eric ZERBIB Médecine Nucléaire, CIMEN Centre Chirurgical Val d! Or, 92210 Saint-Cloud, Eric.zerbib zerbib@cimen.fr atiente de 64 ans

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS

DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS DIAGNOSTIC ET BILAN D EXTENSION DU CANCER DU TESTICULE A. TOUIMER M. BOUBRIT IMAGERIE MEDICALE CHU BENI MESSOUS INTRODUCTION Rare Tumeurs germinales (95%) -TG séminomateuse (35-45ans) -TG non séminomateuse

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif

Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif Aspects radiologiques des cancers du sein de phénotype triple négatif M Boisserie-Lacroix, G Hurtevent-Labrot, M Asad-Syed, S Ferron Institut Bergonié Bordeaux Assez abondante littérature en biologie moléculaire

Plus en détail

Cancer du sein et Radiothérapie

Cancer du sein et Radiothérapie Cancer du sein et Radiothérapie Indications et Effets secondaires Valérie Théberge MD FRCPC Radio-Oncologue CHU de Québec L Hôtel-Dieu de Québec Indications de la radiothérapie Mastectomie partielle Après

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

Gynécologue et médecin de famille

Gynécologue et médecin de famille Gynécologue et médecin de famille Tous les deux ans dès 50 ans, les femmes sont invitées à faire une mammographie de dépistage dans le cadre d un programme lorsque leur canton ou région en dispose. Le

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2009 publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION

PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION PLACE DE L IRM MAMMAIRE DANS LE BILAN D EXTENSION LOCORÉGIONALE PRÉTHÉRAPEUTIQUE DU CANCER DU SEIN TEXTE COURT DU RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Mars 2010 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Cancer de la Prostate Quoi de neuf?

Cancer de la Prostate Quoi de neuf? Cancer de la Prostate Quoi de neuf? CAFCIM -10 décembre 2011 Y. LE BRAS Imagerie Diagnostique et Thérapeutique de L adulte CHU Bordeaux Généralités 350 000 nouveaux cas/an en Europe 25% des cancers chez

Plus en détail

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008

Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux. Jeudi 25 Septembre 2008 Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin - Bordeaux Jeudi 25 Septembre 2008 Indications oncologiques Indications issues des SOR (standards, options et recommandations).

Plus en détail

IRM mammaire : Ange ou Démon?

IRM mammaire : Ange ou Démon? Détection et prise en charge des lésions frontières IRM mammaire : Ange ou Démon? Dr Isabelle Doutriaux-Dumoulin ICO Nantes IRM mammaire : Ange?? SE > 90% VPN = 100% IRM mammaire : Démon? Indications IRM

Plus en détail

Stratégies thérapeutiques

Stratégies thérapeutiques Chapitre 2 Stratégies thérapeutiques Moyens thérapeutiques Les options sont à discuter en RCP en présence : - d un Anatomopathologiste - d un Chirurgien gynécologique +/- gynécologue médical - d un Radiothérapeute

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

Enjeu clinique ou Pourquoi mesurer la reponse precoce pendant le ttt neoadjuvant? Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux

Enjeu clinique ou Pourquoi mesurer la reponse precoce pendant le ttt neoadjuvant? Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux Enjeu clinique ou Pourquoi mesurer la reponse precoce pendant le ttt neoadjuvant? Pr Hervé Bonnefoi Institut Bergonié et Université de Bordeaux Chimiotherapie neoadjuvante (+/- antiher2) Fondamentaux Quand

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M

T3 T N 58 : : - 2009 3 2M CAS CLINIQUE Monsieur M âgé de 58 ans MOTIF D HOSPITALISATION : découverte d un nodule pulmonaire unique chez un patient avec ATCD de néoplasie pulmonaire ANTECEDENT : - pneumonectomie G en 2009 pour un

Plus en détail

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09

CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 CANCER DU SEIN DE LA FEMME AGEE : QUELS TRAITEMENTS? A.BARKAT Clin gyn obs. CHU Constantine 7ème Congrès de la SAERM ALGER 14-15/03/09 INTRODUCTION 1 er cancer féminin avec l age age moyen: 48 ans expérience

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI CyberKnife System Conçu pour traiter des tumeurs dans le corps entier. Utilise un système de guidage

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil

Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge. Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Syndrome Cave Supérieur: Prise en charge Patrick BAGAN Chirurgie Thoracique et Vasculaire Hôpital Victor Dupouy, Argenteuil Medical Observations and Inquiries, 1757; Vol 1, pp 323-357 Symptômes observés

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec

Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Éric Poirier, MD, FRCSC Chirurgien Oncologue Clinique des Maladies du Sein Deschênes-Fabia CHU de Québec Conflits d intérêts Aucun avec la présente présentation Masse palpable F 54 ans Masse palpable

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

EIFFELVET. Le traitement du fibrosarcome. de A à Z EIFFELVET EIFFELVET EIFFELVET. Paris 3/12/15. Docteur Olivier Keravel

EIFFELVET. Le traitement du fibrosarcome. de A à Z EIFFELVET EIFFELVET EIFFELVET. Paris 3/12/15. Docteur Olivier Keravel Le traitement du fibrosarcome de A à Z Paris 3/12/15 Docteur Olivier Keravel FIBROSARCOME: maladie chirurgicale Attention métas pulmonaires SCANNER masse/thorax pré op 1 ère intention avant 1 ère chir

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

IRM mammaire Indications et non indications

IRM mammaire Indications et non indications IRM mammaire Indications et non indications CAFCIM - 14 Décembre 2013 G.Hurtevent-Labrot S.Ferron, N.Lippa, M.Boisserie-Lacroix, M.Asad-Syed IRM mammaire : Excellente sensibilité/bonne spécificité VPP

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires. B. Salicru, P. Croisille Grenoble

Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires. B. Salicru, P. Croisille Grenoble Apport de l IRM mammaire dans le bilan préthérapeutique des cancers intracanalaires B. Salicru, P. Croisille Grenoble Objectifs de l étude 1. Déterminer si l IRM apprécie correctement la taille des cancers

Plus en détail

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne

Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé. Dr Françoise Pêne Bases de la radiothérapie externe Particularités du sujet âgé Dr Françoise Pêne 10 FEVRIER 2012 Bases de la Radiothérapie Historique - 1895 : rayons X (Röntgen) - 1896 : radioactivité (Becquerel) - 1898

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte

Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Prise en charge initiale d un sarcome des tissus mous de l adulte Les indications actuelles de la radiothérapie rapie 27 novembre 2009 / DIJON Gilles Truc Rationnel de la radiothérapie dans les sarcomes

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques

Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques Cancer du sein chez l homme: aspects écographiques F. Sarquis (1), M. Castro Barba (1), B. Miller (1), P. Cobos Bombardiere (1), R. Garcia Monaco (1) (1) Service d Imagerie, Hospital Italiano, Buenos Aires,

Plus en détail