3. Mastectomie ou tumorectomie? Quelle intervention choisir dans les cancers du sein (stades cliniques I et II)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "3. Mastectomie ou tumorectomie? Quelle intervention choisir dans les cancers du sein (stades cliniques I et II)"

Transcription

1 La liste des membres du Comité directeur se trouve en page SF94, et la liste des personnes qui ont contribué à la rédaction de ce document, en page SF23. Ce guide a fait l objet d un examen par les pairs. 3. Mastectomie ou tumorectomie? Quelle intervention choisir dans les cancers du sein (stades cliniques I et II) Le Comité directeur des guides de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein Résumé Objectif : Aider les patientes et leurs médecins à prendre la décision qui soit la plus judicieuse sur le plan clinique et personnel relativement au choix de la chirurgie d un cancer du sein potentiellement curable. Options : Chirurgie mammaire conservatrice (CMC) (tumorectomie, exérèse locale élargie) ou mastectomie. Résultats : Récidive locale, survie sans métastase, survie générale, résultat esthétique. Preuves : Revue systématique de la littérature dans les bases de données MEDLINE (à partir de 190) et CANCERLIT (à partir de 195) jusqu en 1995 inclusivement et recension non systématique jusqu en janvier Avantages : Réduction de la mutilation grâce à la CMC. Inconvénients : Nécessité de la radiothérapie et coûts plus élevés de la CMC. Recommandations : Pour les cancers du sein de stades I et II, c est la chirurgie mammaire conservatrice (CMC) associée à la radiothérapie qui est généralement recommandée. À moins de raisons spéciales qui justifient le recours à la mastectomie, le choix entre la chirurgie conservatrice et la mastectomie peut être fondé sur les circonstances particulières et les préférences de la patiente. La mastectomie devrait être envisagée en présence de l un ou l autre des facteurs suivants : a) des facteurs qui accroissent le risque de récidive locale comme les calcifications malignes disséminées visibles à la mammographie, la plurifocalité ou l incapacité d obtenir des marges de tissu sain; b) une incapacité physique qui empêche la patiente de s allonger ou de placer le bras en abduction; c) des contre-indications absolues à la radiothérapie, comme la grossesse, une irradiation antérieure du sein, ou des contre-indications relatives, comme le lupus érythémateux disséminé ou la sclérodermie; d) une tumeur très volumineuse par rapport à la taille du sein; e) la préférence nette pour la mastectomie exprimée par la patiente. Les facteurs suivants ne sont pas des contre-indications à la CMC : une tumeur centrale, un envahissement des ganglions axillaires ou la présence de prothèses mammaires. Avant de choisir entre la CMC et la mastectomie, le médecin doit présenter à la patiente des informations complètes et objectives quant aux avantages et aux inconvénients des deux interventions. Lorsqu on effectue une biopsie-exérèse, même si l on croit que la probabilité d un cancer est faible, il faut pratiquer une tumorectomie en effectuant une exérèse locale élargie de la tumeur intacte entourée d une marge de tissu sain (déterminé par palpation et inspection visuelle). Il y a lieu de respecter les recommandations suivantes pour obtenir les résultats clini ques et esthétiques optimaux : a) les marges positives doivent être réexcisées; b) il y a lieu de faire des incisions distinctes pour l exérèse de la tumeur primitive et l évidement ganglionnaire axillaire, à moins que le foyer tumoral ne se trouve à proximité de l aisselle; c) il ne faut pas recourir aux incisions radiées sauf dans le cas d incisions médiales ou latérales au mamelon; d) les drains et les sutures de rapprochement ne devraient pas être utilisés dans le parenchyme mammaire. Validation : Ce guide a été revisé par un comité de rédaction, par des lecteurs principaux experts, par des lecteurs secondaires choisis dans toutes les régions du Canada ainsi que SF1 199 Association médicale canadienne (texte et résumé)

2 Mastectomie ou tumorectomie? par le Comité directeur. Le document final est le fruit d un consensus parmi tous ces collaborateurs et a été approuvé par l Association canadienne des radio-oncologues. Commanditaire : Le Comité directeur des guides de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein a été constitué par Santé Canada. Complété : Le 1 er juillet 1997 Jusqu au milieu des années 190, le traitement des cancers du sein de stades I et II consistait en l ablation du sein par mastectomie associée à un évidement ganglionnaire axillaire. Depuis lors, les données de six études prospectives randomisées ont montré que l exérèse de la tumeur uniquement, qui épargne la plus grande partie du sein, permet d assurer une survie comparable à celle obtenue avec la mastectomie. La chirurgie mammaire conservatrice (CMC) consiste à réséquer la tumeur et une marge de tissu sain tout en maintenant l apparence esthétique du sein. Cette intervention est aussi appelée tumorectomie ou exérèse tumorale élargie. Le terme mastectomie désigne l intervention qui consiste à exciser la totalité du sein, y compris du complexe aréolo-mamelonnaire et du fascia qui recouvre le grand pectoral, mais en épargnant les muscles et les nerfs sous-jacents. Ni la chirurgie mammaire conservatrice ni la mastectomie n incluent en soi l évidement ganglionnaire axillaire, mais ce dernier est habituellement pratiqué en présence d un cancer invasif. (Cette question sera abordée dans le guide n o 4.) Sauf pour les exceptions mentionnées ci-dessous, dans les tumeurs de stades I et II, le choix entre la chirurgie mammaire conservatrice et la mastectomie dépend des circonstances particulières et des préférences de la patiente. Nous avons résumé dans le présent guide les innombrables données accumulées jusqu ici sur les questions entourant la survie et les récidives locales, afin d aider les patientes et leurs médecins à prendre la décision qui soit à la fois la plus judicieuse sur le plan clinique et la plus acceptable du point de vue personnel relativement à l ampleur de la chirurgie initiale. Méthode Le présent guide est fondé sur des données publiées tirées de recherches cliniques et, en l absence de telles preuves, sur l opinion d experts. La qualité des preuves est exprimée sous forme de niveaux (voir page SF3). Les publications pertinentes ont été recensées dans les archives personnelles de l auteur et au moyen d une recherche informatisée dans les bases de données MED- LINE (à partir de 190) et CANCERLIT (à partir de 195) jusqu à septembre 1995 à l aide des mots clés breast neoplasms et des sous-titres randomized controlled trials, surgery, therapy, mortality et pathology. Nous avons fait parvenir des lettres à toutes les agences provinciales du cancer et interrogé les responsables des agences nationales du cancer du Canada et des États-Unis afin de rechercher d autres guides publiés. Une recension non systématique a été poursuivie jusqu en janvier Une fois terminée, l ébauche du guide a été soumise à une série de revues et de révisions séquentielles qui ont été effectuées par un comité de rédaction composé de neuf membres du Comité directeur des guides de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein, deux lecteurs principaux, deux chirurgiens oncologues possédant une expertise particulière dans le domaine du cancer du sein et tous les membres du Comité directeur. Le document a ensuite été soumis à quinze lecteurs secondaires choisis dans toutes les régions du Canada, soit des médecins de famille, des oncologues (médecins, chirurgiens et radiologistes), des infirmières et des femmes atteintes du cancer du sein. Chaque itération a été revue par l auteur originel. Le document final approuvé par l ensemble du Comité directeur est le fruit d un consensus parmi tous ces collaborateurs. Recommandations (y compris données probantes et raisons d être) Mastectomie ou chirurgie mammaire conservatrice associée à une radiothérapie Avant de songer au type d intervention à recommander, il y a lieu d établir précisément la nature et l étendue de la tumeur à l aide de données cliniques et mammographiques (voir les guides n os 1 et 2). Une fois le diagnostic de cancer du sein de stade I ou II porté, le choix de la modalité chirurgicale devra être fondé sur les informations énoncées ci-dessous. Pour les cancers du sein de stades I et II, c est la chirurgie mammaire conservatrice (CMC) associée à la radiothérapie qui est généralement recommandée. À moins de raisons spéciales qui justifient le recours à la mastectomie, le choix entre la chirurgie conservatrice et la mastectomie peut être fondé sur les circonstances particulières et les préférences de la patiente. Selon les résultats de six études prospectives comparatives randomisées, chez les patientes atteintes d un cancer du sein opérable, l issue de la CMC associée à la radiothérapie était équivalente à celle de la mastectomie pour ce qui est des récidives à distance et de la survie générale (preuves de niveau I) 1 6. Le lecteur trouvera un aperçu des résultats de ces essais au Tableau 1 1 3,5,7,. L étude qui offre le coefficient d efficacité statistique le plus élevé est l essai multicentrique connu sous le nom de National Surgical Adjuvant Breast Project (NSABP), protocole B-06, dans lequel on comparait la CMC associée ou non à la radiothérapie et la mastectomie chez 143 femmes présentant des tumeurs de stades I ou II pour qui la CMC était réalisable du point de vue esthétique 9. Après un suivi moyen de 12 ans, la survie sans récidive de même que la survie générale étaient toujours comparables chez les patientes ayant subi une CMC associée ou non à une radiothérapie et celles qui avaient eu une mastectomie, mais le taux SF19

3 Le Comité directeur de récidive locale était beaucoup plus élevé lorsque la radiothérapie avait été omise après la CMC (voir le guide n o 6) 4. Les résultats de l étude NSABP-B06 ont fait l objet d un examen rigoureux en 1993 par suite d allégations selon lesquelles certaines données frauduleuses auraient été soumises par un centre participant à l essai. On a alors réanalysé les résultats en omettant les données soumises par ce centre, et les conclusions concernant l équivalence des interventions sont demeurées inchangées 4,10. Étant donné que la CMC associée à la radiothérapie et la mastectomie permettent d obtenir une survie équivalente, le choix entre ces deux modalités peut être fondé sur d autres arguments. L avantage de la CMC tient au fait qu elle conserve une grande partie du sein. L inconvénient est qu elle nécessite le recours à la radiothérapie qui, outre le fait de demander du temps, peut également présenter certaines difficultés logistiques et être coûteuse si la patiente habite loin du centre de traitement. En outre, la radiothérapie comporte parfois certains effets secondaires comme l œdème, la douleur, la pigmentation de la peau et la fibrose du sein, (voir le guide n o 6) 11,12. Selon les études présentées au Tableau 1 1 3,5,7,, après la radiothérapie, les récidives locales ou un second cancer dans le même sein peuvent se produire chez 3 % à 11 % des femmes au cours des 6 à 15 années suivantes, selon l ampleur de la chirurgie, l âge de la patiente et les caractéristiques de la tumeur. Selon les résultats d études randomisées (Tableau 1), le risque est comparable à celui d une récidive au niveau de la paroi thoracique après une mastectomie seulement. Notons cependant qu avec le recours accru à la chimiothérapie, les taux de récidive actuels sont inférieurs à ces chiffres. Dans l étude NSABP, protocole B-13, le taux de récidive locale diminuait de 13 % à 2,6 % avec l administration séquentielle de méthotrexate et de 5-fluoro-uracile (5-FU); dans le protocole B-19, il s établissait à 0,6 % avec une chimiothérapie de type CMF (cyclophosphamide-méthotrexate-fluoro-uracile) 13. Chez les femmes ayant des tumeurs à récepteurs d estrogènes positifs, le tamoxifène a permis d obtenir des baisses équivalentes dans les taux de récidive locale 14. Ainsi, avec l usage plus répandu des traitements adjuvants systémiques, la tumorectomie associée à la radiothérapie assure un contrôle local à long terme et adéquat. En cas de récidive, il faut pratiquer une seconde exérèse plus large ou même une mastectomie, ce qui peut être traumatisant et même dévastateur pour certaines patientes. Pour éviter cette situation, il faut évaluer l impact d une mastectomie immédiate, qui peut aussi provoquer une détresse importante. Les participants à une conférence de concertation des National Institutes of Health américains qui ont évalué l information disponible sur la chirurgie mammaire conservatrice ont déclaré que la «tumorectomie» représentait le traitement de choix parce qu elle permet d obtenir une survie équivalente et qu elle préserve le sein 15. Ainsi, la décision peut être fondée sur la préférence de la femme, même si dans certaines conditions énumérées ci-dessous, la mastectomie serait plus indiquée (preuves de niveau IV). Raisons spéciales justifiant le recours à la mastectomie La mastectomie devrait être envisagée en présence de l un ou l autre des facteurs suivants : a) des facteurs qui accroissent le risque de récidive locale comme les calcifications malignes disséminées visibles à la mammographie, la plurifocalité ou l incapacité d obtenir des marges de tissu sain; b) une incapacité physique qui empêche la patiente de s allonger ou de placer le bras en abduction; Tableau 1 : Sommaire des taux de survie et de récidive obtenus dans des études prospectives randomisées comparant la mastectomie et la chirurgie mammaire conservatrice Auteurs de l étude Interventions N o de patientes Suivi; années Survie; % Survie sans maladie; % Récidive locale; % Veronesi et al (Milan), CMC + RT MR ,3 2,3 Fisher et al (NSABP), CMC 636 CMC + RT MR CMC + RT 430 MR 429 Blichert-Toft et al (Danemark), van Dongen et al (EORTC), CMC + RT MR Jacobson et al (NCI), 1995 CMC + RT MR Arriagada et al (Institut Gustave-Roussy), 1996 CMC + RT MR NSABP = National Surgical Adjuvant Breast Project, NCI = National Cancer Institute, EORTC = European Organization for the Research and Treatment of Cancer, CMC = chirurgie mammaire conservatrice, RT = radiothérapie, MR = mastectomie radicale SF20

4 Mastectomie ou tumorectomie? c) des contre-indications absolues à la radiothérapie, comme la grossesse, une irradiation antérieure du sein, ou des contre-indications relatives, comme le lupus érythémateux disséminé ou la sclérodermie; d) une tumeur très volumineuse par rapport à la taille du sein; e) la préférence nette pour la mastectomie exprimée par la patiente. Risque accru de récidive locale La mastectomie est habituellement nécessaire en présence de foyers de calcifications de type malin disséminés dans l ensemble du tissu mammaire 14 et visibles à la mammographie, de tumeurs primitives multiples 16 ou lorsqu on est incapable d obtenir des pièces opératoires présentant des marges indemnes, même après réexérèse (preuves de niveau IV). Des marges présentant un envahissement macroscopique sont associées à des taux accrus d échec local (preuves de niveau III), et leur découverte commande une réexérèse ou une mastectomie. Dans les cas où l envahissement des marges est microscopique, le risque de récidive est moins évident 17. Plusieurs séries étudiées par Solin et ses collègues n ont permis d observer aucune augmentation des taux de récidive en présence de marges microscopiquement envahies, mais les avis sont partagés quant à la décision à prendre en pareille situation 1. La taille de la tumeur était fortement corrélée au risque de récidive dans certaines études, mais non dans toutes 1,5, Certains auteurs ont indiqué que des caractéristiques microscopiques, comme un grade nucléaire élevé ou la présence d une extension intracanalaire importante (EIC), sont liés à un risque accru de récidive locale (preuves de niveau III) et que ces prédicteurs histopathologiques de récidive locale peuvent être utilisés pour la sélection des patientes qui devraient d emblée faire l objet d une mastectomie 1,17,19, Les carcinomes canalaires in situ font l objet d un autre guide (guide n o 5). Il reste cependant que la plupart des données qui lient l EIC à la récidive locale proviennent de séries de cas dans lesquelles les marges n avaient pas fait l objet d une évaluation ni d un contrôle rigoureux 24,2. Dans des séries où les marges étaient bien contrôlées, il a été établi que l EIC n était pas un facteur prédictif de récidive locale 9,22,23,29,30. En fait, il semble que l EIC permet de prédire des marges positives 31. Schnitt et ses collègues 32 ont déterminé que même en présence d EIC, chez les patientes dont les marges étaient saines ou ne contenaient que des foyers positifs, la CMC standard associée à la radiothérapie permettait d obtenir un taux de récidive locale comparable à celui qui a été observé chez les patientes sans EIC (preuves de niveau III). Il a également été signalé que la quadrantectomie, qui est une intervention intermédiaire entre la mastectomie totale et la tumorectomie, permet un meilleur contrôle local que la tumorectomie, ce qui donne à penser que l exérèse locale plus large améliore la probabilité d obtenir des marges saines 33. Ainsi, dans la mesure où l exérèse complète de la tumeur est assurée et que l on peut obtenir des marges saines, l existence des facteurs de risque histopathologiques susmentionnés ne devrait pas influer sur le choix de l opération. Contre-indications à la radiothérapie En l absence de contre-indications, la radiothérapie devrait être le traitement d appoint standard chez les femmes ayant subi une CMC. Dans l étude NSABP de la CMC par opposition à la mastectomie, au terme d un suivi de douze ans, les taux cumulatifs de récidive s établissaient à 10 % et 35 % pour la CMC avec et sans radiothérapie, respectivement (preuves de niveau I) 4. La femme peut toutefois être atteinte de certaines incapacités physiques qui l empêchent de s allonger, de placer le bras en abduction à 90 ou de mettre la main sur le front. Il peut également exister des contre-indications à la radiothérapie, comme la grossesse ou une irradiation antérieure du sein, ou des contre-indications relatives, comme des antécédents de lupus érythémateux disséminé ou de sclérodermie (voir le guide n o 6). En présence de ces facteurs, il faut informer les femmes du risque accru de récidive locale si elle ne reçoivent pas de radiothérapie et de la possibilité d éviter ce risque en optant pour la mastectomie. Tumeurs volumineuses Du point de vue esthétique, les résultats de la CMC dépendent de la proportion du sein qui est enlevée et non du volume absolu de tissu excisé. Il peut arriver rarement qu une tumeur soit trop volumineuse par rapport au volume du sein pour obtenir un résultat esthétiquement acceptable avec la CMC, auquel cas la mastectomie devrait être recommandée. Les facteurs suivants ne sont pas des contre-indications à la CMC : une tumeur centrale, un envahissement des ganglions axillaires ou la présence de prothèses mammaires. Tumeurs centrales Les tumeurs centrales ont le même pronostic que les tumeurs latérales (preuves de niveau III) et ne sont pas des contre-indications à la CMC 34. Elles doivent être excisées de la même façon que les tumeurs situées à la périphérie du sein. Il peut être nécessaire d enlever une partie ou la totalité du mamelon ou de l aréole, mais il importe d exciser la tumeur sans égard au résultat esthétique. L obtention de marges saines devrait être l objectif premier de la CMC. Après une telle intervention, la forme, la sensation ainsi que le profil du sein demeurent malgré tout bien supérieurs à ceux d un sein reconstruit. Il est possible de reconstruire le mamelon si la femme le souhaite (preuves de niveau IV). Envahissement des ganglions lymphatiques On n a observé aucune différence sur le plan de la survie chez les femmes ayant subi une mastectomie, une CMC ou une CMC associée à la radiothérapie selon que les ganglions lymphatiques étaient envahis ou non (preuves de niveau I) 4. SF21

5 Le Comité directeur Implants mammaires La présence d une prothèse mammaire ne constitue pas une contre-indication à une CMC, en autant que l on puisse réséquer la tumeur en gardant des marges saines sans endommager la prothèse. La prothèse ne constitue pas non plus une contre-indication à une radiothérapie subséquente 35, mais le risque d une réaction fibrotique autour de la prothèse est probablement augmenté par la radiothérapie (preuves de niveau IV) 36. Choix éclairé Avant de choisir entre la CMC et la mastectomie, le médecin doit présenter à la patiente des informations complètes et objectives quant aux avantages et aux inconvénients des deux interventions. L image corporelle est moins perturbée après une CMC qu à la suite d une mastectomie 37 39, et les conséquences sur la vie sexuelle sont en général moins importantes 37,39. Rien n indique cependant que les femmes éprouvent moins de troubles psychologiques ou que la qualité de vie générale soit meilleure après une CMC qu après une mastectomie Dans une étude prospective non randomisée réalisée en Angleterre auprès de 269 femmes atteintes d un cancer du sein de stade I ou II, 65 % des répondantes ont indiqué que leur principale crainte était liée au fait d avoir un cancer et non de perdre un sein. Un an après la chirurgie, on n a observé aucune différence entre les deux groupes (CMC ou mastectomie) dans le nombre de femmes anxieuses ou dépressives (preuves de niveau III). Les patientes traitées par un chirurgien qui leur avait offert un choix étaient moins sujettes à la dépression que celles qui n avaient pas eu d option (p = 0,06) 42. Dans cette dernière étude, on ne sait pas si le résultat observé était imputable au fait que la patiente puisse exercer un choix ou qu elle considère le chirurgien plus sympathique à son sort parce qu il lui offrait ce choix. L influence de la communication du médecin sur la décision de la patiente de même que sur son adaptation psychologique est de plus en plus reconnue 43,44. Des chercheurs ont montré l existence d une corrélation entre l adaptation psychologique six mois après la chirurgie et la perception du comportement du médecin lors de la communication du diagnostic de cancer 44. La discussion de ces questions avec la patiente revêt donc une importance capitale. Il pourrait être utile de demander à un autre membre de la famille d assister à la rencontre et de fournir à la patiente un schéma ou un résumé écrit des avantages et des inconvénients des différentes options qu elle pourra examiner à tête reposée. (À noter qu il existe un résumé moins technique des présents guides qui pourrait être utile pour amorcer cette discussion 45.) En général, la patiente n est pas en mesure de prendre une décision éclairée après une seule rencontre. Il importe de lui laisser le temps nécessaire pour digérer l information et de l inviter à revenir si elle souhaite discuter encore de son cas. Afin de dissiper les craintes inutiles, il faut lui expliquer que prendre une ou deux semaines pour réfléchir ne compromettra pas ses chances de guérison compte tenu du fait que la tumeur était peut-être présente au stade pré-clinique depuis plusieurs mois ou années (preuves de niveau V). Des études ont démontré que dans de telles discussions le chirurgien peut avoir tendance à faire valoir davantage l option qu il privilégie 42,46,47. S il est parfois important de faire une recommandation spécifique à la patiente, la présentation des données à l appui de cette recommandation doit être objective, nuancée et aussi détaillée que le souhaite la patiente. Technique chirurgicale L enseignement des techniques de CMC est relativement récent. Les connaissances acquises par les chirurgiens qui ont pris part aux premiers essais cliniques ont été développées dans le cadre d ateliers et de conférences de concertation sur ces techniques chirurgicales. Les considérations chirurgicales clés exposées ci-après ont reçu l aval de chirurgiens ayant de l expérience dans le domaine (preuves de niveau IV) 4. Lorsqu on effectue une biopsie-exérèse, même si l on croit que la probabilité d un cancer est faible, il faut pratiquer une tumorectomie en effectuant une exérèse locale élargie de la tumeur intacte entourée d une marge de tissu sain (déterminé par palpation et inspection visuelle). Un grand nombre de ces tumeurs peuvent d emblée être excisées convenablement avec des marges saines, et une seconde chirurgie n est habituellement pas nécessaire. Lorsque tel n est pas le cas et qu une biopsie se révèle positive par la suite, il faudra pratiquer une nouvelle intervention pour exciser la tumeur ou le lit tumoral et réévaluer les marges. Dans ce cas, la cavité se remplira de sang et de sérum, ce qui entraînera une décoloration des tissus sains adjacents et une induration réactionnelle, de sorte que l excision subséquente sera plus difficile et l évaluation pathologique, moins précise. Le geste chirurgical doit alors mettre en balance l impératif premier de retirer complètement la tumeur et l objectif secondaire d obtenir le meilleur résultat esthétique possible. L excision d une quantité excessive de tissu mammaire, comme dans la quadrantectomie, est associée à un taux inférieur de récidive locale mais aussi à un résultat esthétique moins satisfaisant. Elle ne présente aucun avantage en ce qui concerne la prévention des métastases ou le décès dû au cancer 14. Une marge est dite saine lorsqu elle ne contient aucune cellule cancéreuse au niveau de la coupe à l examen microscopique. Dans les résultats de l essai clinique du NSABP cités antérieurement, on a obtenu des marges saines sans qu aucune largeur minimale ne soit requise. Lors de l intervention, il est habituellement possible de repérer les limites de la tumeur à l inspection directe. Des coupes congelées peuvent se révéler utiles pour l évaluation initiale d une ou deux zones douteuses, mais l analyse détaillée nécessaire pour effectuer une bonne évaluation des marges ne peut être réalisée au moyen des coupes congelées. L orientation de la pièce opératoire dans le sein doit être indiquée au pathologiste par des sutures de repérage ou des attaches perméables aux rayons X. L excision de peau n est SF22

6 Mastectomie ou tumorectomie? nécessaire que si la tumeur se trouve immédiatement sous le derme. Le pathologiste doit utiliser les techniques établies pour colorer et évaluer les marges. Il y a lieu de respecter les recommandations suivantes pour obtenir les résultats cliniques et esthétiques optimaux : a) les marges positives doivent être réexcisées; b) il y a lieu de faire des incisions distinctes pour l exérèse de la tumeur primitive et l évidement ganglionnaire axillaire, à moins que le foyer tumoral ne se trouve à proximité de l aisselle; c) il ne faut pas recourir aux incisions radiées sauf dans le cas d incisions médiales ou latérales au mamelon; d) les drains et les sutures de rapprochement ne devraient pas être utilisés dans le parenchyme mammaire. Les marges positives doivent être réexcisées Lorsque le rapport final du pathologiste révèle un envahissement insoupçonné des marges, le chirurgien doit reprendre l incision originale et exciser quelques millimètres supplémentaires de tissus des marges suspectes. Il est possible de déroger à cette règle lorsque l envahissement est microscopique, qu une autre intervention donnerait un résultat beaucoup moins satisfaisant sur le plan esthétique et que la patiente comprend bien que le risque de récidive locale s en trouve accru. Comme nous l avons déjà souligné, une atteinte persistante des marges après une recoupe devrait faire envisager la mastectomie. Il y a lieu de faire des incisions distinctes pour l exérèse de la tumeur primitive et l évidement ganglionnaire axillaire, à moins que le foyer tumoral ne se trouve à proximité de l aisselle L incision pratiquée pour la tumorectomie devrait se trouver immédiatement au-dessus de la lésion. La tunnélisation à partir d une incision périaréolaire jusqu à une lésion périphérique risque d entraîner l excision incomplète de la tumeur et devrait donc être évitée. Une seule incision qui est prolongée jusqu à la région axillaire produira des cicatrices déformées et contractées. En général, les incisions ne doivent pas se prolonger au-delà du champ radiothérapique (du sternum à la ligne médiane de l aisselle). Il ne faut pas recourir aux incisions radiées sauf dans le cas d incisions médiales ou latérales au mamelon Les tumeurs rétroaréolaires doivent être excisées au moyen d incisions périaréolaires. Il faut éviter la tunnélisation. Dans les quadrants supérieurs ou inférieurs du sein, les incisions radiées donnent de mauvais résultats esthétiques et il est préférable de pratiquer des incisions transversales. Les drains et les sutures de rapprochement ne devraient pas être utilisés dans le parenchyme mammaire Lorsqu on n utilise ni drains ni sutures de rapprochement, la cavité se remplit d éléments physiologiques qui permettent la guérison de la plaie et, avec le temps, la consistance du sein devient impossible à distinguer de celle du tissu normal. Collaborateurs Auteur de la version initiale : Richard G. Margolese, MD, Hôpital général juif et Université McGill, Montréal Comité de rédaction : Marie-Dominique Beaulieu, MD, Centre hospitalier de l Université de Montréal, Montréal; Judy S. Caines, MD, Université Dalhousie, Halifax; Francoise Bouchard, MD, Santé Canada, Ottawa; Ivo A. Olivotto, MD, British Columbia Cancer Agency Vancouver Cancer Centre, Vancouver; Maureen C. Nolan, MD, Queen Elizabeth II Health Sciences Centre Victoria Site, Halifax; S. Kishore Thain, MD, Université Memorial de Terre-Neuve, St. John s; Mark N. Levine, MD, Université McMaster, Hamilton (Ont.); W. Phillip Mickelson, MD, Santé Canada, Ottawa; Maurice McGregor, MD (président), Hôpital Royal Victoria, Montréal Lecteurs principaux : D rs H.R. Shibata et R.H. Wilkinson Lecteurs secondaires : D rs A.L. Agranovich, D.S. Ahmed, R.M. Baird, N. Craven et J.C. Dort, M me N. Grainger, D rs S.M. Leaghey et L. Lohfeld, M me E. Nolan et D rs B.D. Norris, P.M. Rebbeck, J. Richard- Chesnay, C.A. Sawka, K. Shaw et P. Smith Références 1. Arriagada R, Lê MG, Rochard F, Contesso G. Conservative treatment versus mastectomy in early breast cancer: Patterns of failure with 15 years of follow-up data. J Clin Oncol 1996;14: Blichert-Toft M, Rose C, Andersen JA, Overgaard M, Axelsson GK, Andersen KW, et al. Danish randomized trial comparing breast conservation therapy with mastectomy: six years of life-table analysis. Danish Breast Cancer Cooperative Group. J Natl Cancer Inst Monogr 1992;11: Fisher B, Redmond C, Poisson R, Margolese R, Wolmark N, Wickerham L, et al. Eight-year results of a randomized clinical trial comparing total mastectomy and lumpectomy with or without irradiation in the treatment of breast cancer. N Engl J Med 199;320: Fisher B, Anderson S, Redmond CK, Wolmark M, Wickerham DL, Cronin WM. Reanalysis and results after 12 years of follow-up in a randomized clinical trial comparing total mastectomy with lumpectomy with or without irradiation in the treatment of breast cancer. N Engl J Med 1995;333: van Dongen JA, Bartelink H, Fentiman J, Lerut T, Mignolet F, Olthuis G, et al. Factors influencing local relapse and survival and results of salvage treatment after breast-conserving therapy in operable breast cancer: EORTC trial 1001, breast conservation compared with mastectomy in TNM stage I and II breast cancer. Eur J Cancer 1992;2A: Veronesi U, Saccozzi R, Del Vecchio M, Banfi A, Clemente C, De Lena M, et al. Comparing radical mastectomy with quadrantectomy, axillary dissection, and radiotherapy in patients with small cancers of the breast. N Engl J Med 191;305: Veronesi U, Banfi A, Salvadori B, Luini A, Saccozzi R, Zucali R, et al. Breast conservation is the treatment of choice in small breast cancer: long-term results of a randomized trial. Eur J Cancer 1990;26: Jacobson JA, Danforth DN, Cowan KH, D Angelo T, Steinberg S, Pierce L, et al. Ten-year results of a comparison of conservation with mastectomy in the treatment of stage I and II breast cancer. N Engl J Med 1995;332: Fisher B, Bauer M, Margolese R, Poisson R, Pilch Y, Redmond C, et al. Five-year results of a randomized clinical trial comparing total mastectomy and segmental mastectomy with or without radiation in the treatment of breast cancer. N Engl J Med 195;312: Christian MC, McCabe MS, Korn LE, Abrams JS, Kaplan RS, Friedman MA. The National Cancer Institute audit of the National Surgical Adjuvant Breast and Bowel Project Protocol B-06. N Engl J Med 1995;333: Bedwinek JM, Brady L, Perez CA, Goodman R, Krammer S, Grundy G. Ir- SF23

7 Le Comité directeur radiation as the primary management of stage I and II adenocarcinoma of the breast: analysis of the RTOG breast registry. Cancer Clin Trials 190;3: Kantorowitz DA, Poulter CA, Rubin P, Patterson E, Sobel SH, Sischy B, et al. Treatment of breast cancer and segmental mastectomy alone or segmental mastectomy plus radiation. Radiother Oncol 199;15: Fisher B, Dignam J, Mamounas EP, Costantino JP, Wickerham DL, Redmond C, et al. Sequential methotrexate and fluorouracil for the treatment of node-negative breast cancer patients with estrogen receptor-negative tumors: eight-year results from National Surgical Adjuvant Breast and Bowel Project (NSABP) B-13 and first report of findings from NSABP B-19 comparing methotrexate and fluouracil with conventional cyclophosphamide, methotrexate, and fluorouracil. J Clin Oncol 1996;14: Margolese R. Surgical considerations in selecting local therapy. J Natl Cancer Inst Monogr 1992;11: Consensus statement: treatment of early-stage breast cancer. National Institutes of Health Consensus Development Panel. J Natl Cancer Inst Monog 1992;11: Leopold KA, Recht A, Schnitt SJ, Connolly JL, Rose MA, Silver B, et al. Results of conservative surgery and radiation therapy for multiple synchronous cancers of the breast. Int J Radiat Oncol Biol Phys 199;16: Kurtz J, Jacquemier J, Amalric R, Brandone H, Ayme Y, Hans D, et al. Why are local recurrences after breast conserving therapy more frequent in younger patients? J Clin Oncol 1990;: Solin LJ, Fowble BL, Schultz DJ, Goodman RL. The significance of pathology margins of the tumor excision on the outcome of patients treated with definitive irradiation for early stage breast cancer. Int J Radiat Oncol Biol Phys 1991;21: Zafrani B, Vielh P, Fourquet A, Mosseri V, Durand JC, Salmon RJ, et al. Conservative treatment of early breast cancer: prognostic value of the ductal in situ component and other pathological variables on local control and survival. Long-term results. Eur J Cancer Clin Oncol 199;25: Chaudary MA, Hayward JL. Radiation therapy and limited surgery are not necessarily as good as modified radical mastectomy for the treatment of breast cancer. Dans : Wise L, Johnson H Jr, s.l.d. Breast cancer: controversies in management. Armonk (NY) : Futura Publishing; 1994; p Eberlein TJ, Connolly JL, Schnitt SJ, Recht A, Osteen RT, Harris JR. Predictors of local recurrence following conservative breast surgery and radiation therapy. The influence of tumor size. Arch Surg 1990;125: Clarke DH, Lê MG, Sarrazin D, Lacombe M-J, Fontaine F, Travagli J-P. Analysis of local-regional relapses in patients with early breast cancers treated by excision and radiotherapy: experience of the Institut Gustave- Roussy. Int J Radiat Oncol Biol Phys 195;11: Van Limbergen E, Van den Bogaert W, Van der Schueren E, Rijnders A. Tumour excision and radiotherapy as primary treatment of breast cancer: analysis of patient and treatment parameters and local control. Radiother Oncol 197;: Schnitt SJ, Connolly JL, Harris JR, Hellman S, Cohen RB. Pathologic predictors of early local recurrence in stage I and II breast cancer treated by primary radiation therapy. Cancer 194; 53: Bartelink H, Borger J, Van Dongen J, Peterse J. The impact of tumour size and histology on local control and breast conserving therapy. Radiother Oncol 19;11: Jacquemier J, Kurtz JM, Amalric R, Brandone H, Ayme Y, Spitalier JM. An assessment of extensive intraductal component as a risk factor for local recurrence after breast conserving therapy. Br J Cancer 1990;61: Kurtz J, Jacquemier J, Amalric R, Bra H, Ayme Y, Hans D, et al. Is breast conservation after local recurrence feasible? Eur J Cancer 1991;27: Lindley R, Bulman A, Parsons P, Phillips R, Henry K, Ellis H. Histologic features predictive of an increased risk of early local recurrence after treatment of breast cancer by local tumor excision and radical radiotherapy. Surgery 199;105: Fourquet A, Campana F, Zafrani B, Mosseri V, Vielh P, Durand JC, et al. Prognostic factors of breast recurrence in the conservative management of breast cancer: a 25-year follow-up. Int J Radiat Oncol Biol Phys 199;17: Fowble B, Solin L, Schultz D, Rubenstein J, Goodman R. Breast recurrence following conservative surgery and radiation: patterns of failure, prognosis, and pathologic findings from mastectomy specimens with implications for treatment. Int J Radiat Oncol Biol Phys 1990;19: Holland R, Connolly JL, Gelman R, Mravunac M, Hendriks J, Verbeek A, et al. The presence of an extensive intraductal component following a limited excision correlates with prominent residual disease in the remainder of the breast. J Clin Oncol 1990;: Schnitt SJ, Abner A, Gelman R, Connolly JL, Recht A, Duda RB, et al. The relationship between microscopic margins of resection and the risk of local recurrence in patients with breast cancer treated with breast-conserving surgery and radiation therapy. Cancer 1994;74: Veronesi U, Volterrani F, Luini A, Saccozzi R, Del Vecchio M, Zucali R, et al. Quadrantectomy versus lumpectomy for small size breast cancer. Eur J Cancer 1990;26: Fisher B, Redmond C, Fisher ER, Bauer M, Wolmark N, Wickerham L, et al. Ten-year results of a randomized clinical trial comparing radical mastectomy and total mastectomy with or without radiation. N Engl J Med 195;312: Ryu J, Yahalom J, Shank B, Chaglassian TA, McCormick B. Radiation therapy after breast augmentation or reconstruction in early or recurrent breast cancer. Cancer 1990;66: Evans GR, Schusterman MA, Kroll SS, Miller MJ, Reece GP, Robb GL, et al. Reconstruction and the radiated breast: Is there a role for implants? Plast Reconstr Surg 1995;96: Beckmann J, Johansen L, Richardt C, Blichert-Toft M. Psychological reactions in younger women operated on for breast cancer. Amputation versus resection of the breast with special reference to body-image, sexual identity and sexual function. Dan Med Bull 193;30(suppl 2): Schain WS, d Angelo TM, Dunn ME, Lichter AS, Pierce LJ. Mastectomy versus conservative surgery and radiation therapy. Psychosocial consequences. Cancer 1994;73: Ganz PA, Schag CC, Polinsky ML, Heinrich RL, Flack VF. Rehabilitation needs and breast cancer: the first month after primary therapy. Breast Cancer Res Treat 197;10: De Haes JCJM, van Oostrom MA, Welvaart K. The effect of radical and conserving surgery on the quality of life of early breast cancer patients. J Eur Surg Oncol 196;12: Sacks NPM, Baum M. Primary management of carcinoma of the breast. Lancet 1993;342: Fallowfield LJ, Hall A, Maguire GP, Baum M. Psychological outcomes of different treatment policies in women with early breast cancer outside a clinical trial. BMJ 1990;301: Lerman C, Daly M, Walsh WP, Resch N, Seay J, Barsevick A, et al. Communication between patients with breast cancer and health care providers. Cancer 1993;72: Roberts CS, Cox CE, Reintgen DS, Baile WF, Gibertini M. Influence of physician communication on newly diagnosed breast patients psychologic adjustment and decision-making. Cancer 1994;74: Le Comité directeur des guides de pratique clinique (président : McGregor M) : Questions et réponses sur le cancer du sein Guide à l intention des femmes et de leurs médecins. Ottawa : Association médicale canadienne; Distribué par le Service des publications de Santé Canada, Parc Tunney, Ottawa (Ontario) K1A 0K Margolese RG. Breast cancer surgery: Who chooses and how? Can Med Assoc J 1994;150; Tarbox BS, Rockwood JK, Abernathy CM. Are modified radical mastectomies done for T 1 breast cancers because of surgeon s advice or patient s choice? Am J Surg 1992;164: Margolese R, Poisson R, Shibata H, Pilch Y, Lerner H, Fisher B. The technique of segmental mastectomy (lumpectomy) and axillary dissection: a syllabus from the National Surgical Adjuvant Breast Project workshops. Surgery 197;102:2-34. SF24

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher

Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Traitement du cancer du sein: aspect chirurgical Louise Provencher Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Plan Buts de la chirurgie Chirurgie au sein: Y-a-t-il toujours un choix? Reconstruction simultanée?

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2009 publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97.

Voogd Ac et al. J Clin Oncol 2001;19:1688 97. Surveillance loco-régionale personnalisée = évaluation du risque de récidive locorégionale personnalisée Histologie : les carcinomes Lobulaires Taux de récidives locales après mastectomie Differences in

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Oncoplastie : indications et limites

Oncoplastie : indications et limites Oncoplastie : indications et limites M. BALLESTER *, J. CUMINET, N. MOTTIER, S. UZAN, R. ROUZIER, E. DARAÏ (Paris) Résumé Malgré des débuts hésitants dans les années 90, les techniques d oncoplastie dans

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO)

Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Guide sur l utilisation d un fractionnement accéléré de radiothérapie pour le traitement du cancer du sein Comité de l évolution des pratiques en oncologie (CÉPO) Février 2006 Ce guide constitue un outil

Plus en détail

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE

INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE DIAGNOSTIC DES RECIDIVES LOCOREGIONALES GENERALITES VIVIANE FEILLEL INSTITUT CLAUDIUS REGAUD TOULOUSE OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE Evaluation des séquelles post-thérapeutiques Diagnostic précoce des récidives

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN

CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN CHIRURGIE DANS LES CANCERS DU SEIN FORMATION IDE ONCOLOGIE-HÉMATOLOGIE «Connaissance de la maladie cancéreuse» T. de Lapparent, unité de pathologie mammaire, CHBM PLAN Définitions Place de la chirurgie

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Quality-Dashboard Explications

Quality-Dashboard Explications Quality-Dashboard Explications pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Label de qualité de la Ligue suisse contre le cancer de sénologie Société

Plus en détail

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ?

Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? RCP SFSPM Rennes-2015 Peut-on ne pas effectuer une irradiation après exérèse conservatrice d un carcinome canalaire in situ? Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Institut Curie, Paris

Plus en détail

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein. Le cancer mammaire. Atelier 5. Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire Traitement chirurgical et néo-adjuvant des cancers du sein Le cancer mammaire Atelier 5 Pr Carole Mathelin, Pr Bellocq Jean Pierre CHRU Strasbourg Bases des traitements chirurgicaux de la tumeur mammaire

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var

«N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL. Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var «N2» : UNE ALTERNATIVE AU CHOIX CORNELIEN OU AU PARI DE PASCAL Docteur Olivier CASTELNAU Saint Laurent du Var La totalité des patients doit bénéficier d une décision collégiale prise au sein d une RCP

Plus en détail

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010

RÉFÉRENTIELS SEIN. Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 RÉFÉRENTIELS SEIN Centre des Maladies du Sein FAMA Hôpital Saint-Louis 4/2010 1 A- Cancers infiltrants 2 Traitements loco-régionaux 3 Traitements loco-régionaux T > 4 cm non inflammatoire N0/N1 et 1 des

Plus en détail

6. Radiothérapie du sein après chirurgie mammaire conservatrice

6. Radiothérapie du sein après chirurgie mammaire conservatrice 6. Radiothérapie du sein après chirurgie mammaire conservatrice La liste des membres du Comité directeur se trouve en page SF94, et la liste des personnes qui ont contribué à la rédaction de ce document,

Plus en détail

Traitement du carcinome intracanalaire du sein

Traitement du carcinome intracanalaire du sein Traitement du carcinome intracanalaire du sein Eric SEBBAN 241 rue du faubourg St Honoré, Paris INTRODUCTION 20% des tumeurs mammaires malignes appartiennent à la famille du carcinome intra canalaire et

Plus en détail

Traitement cancer du sein invasif H Marret -JLansac Département de Gynécologie Obstétrique CHU Bretonneau Tours France Le cancer du sein en France 37000 nouveaux cas en 1998 11000 décès dont 4000 < 65

Plus en détail

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne

Traitement chirurgical des cancers du sein. Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne Traitement chirurgical des cancers du sein Jean-Christophe MACHIAVELLO Centre Antoine Lacassagne 2008 1 I- GENERALITES Fréquence : 1 femme sur 11 En France 33 000 nouveaux cas par an Le cancer le plus

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Récidive locorégionale Traitement et pronostic de la récidive locorégionale du cancer du sein

Récidive locorégionale Traitement et pronostic de la récidive locorégionale du cancer du sein Récidive locorégionale Traitement et pronostic de la récidive locorégionale du cancer du sein Locoregional breast cancer recurrence: prognosis and treatment Mots-clés.: Cancer du sein Récidive locorégionale

Plus en détail

* Le Comité directeur fait partie de l Initiative canadienne sur le cancer du sein de Santé Canada.

* Le Comité directeur fait partie de l Initiative canadienne sur le cancer du sein de Santé Canada. Guides de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein : 6. Radiothérapie du sein après une chirurgie mammaire conservatrice (mise à jour de 2003) Timothy Whelan, Ivo Olivotto,

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan

Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Cancers du rectum: nouvelles tendances thérapeutiques? G. Portier Chirurgie Digestive CHU Purpan Savoir d où l on vient! Bernstein TE. Colorectal Disease. October 2012 14, (10), e668 e678 Norwegian Rectal

Plus en détail

Options : Chirurgie mammaire conservatrice (CMC) (tumorectomie, exérèse locale élargie) ou mastectomie.

Options : Chirurgie mammaire conservatrice (CMC) (tumorectomie, exérèse locale élargie) ou mastectomie. Guides de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein : 3. Mastectomie ou tumorectomie? Quelle intervention choisir dans les cancers du sein (stades cliniques I et II)

Plus en détail

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN

LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN LA CHIRURGIE DES CANCERS INVASIFS DU SEIN Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Hôpital Jeanne de Flandre, CHRU de Lille Introduction La prise en charge chirurgicale

Plus en détail

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX.

Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. En-tête Résumé du protocole d étude Titre de la demande : Recommandation de traitement pour les patientes souffrant d un cancer du sein à récepteur hormonal positif : Influence du test Oncotype DX. No

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Radiothérapie adjuvante des CCIS

Radiothérapie adjuvante des CCIS Radiothérapie adjuvante des CCIS standard, abstention, ou surimpression? Pr David AZRIA Pôle de Radiothérapie Oncologique INSERM U896 UM1 Montpellier Retour vers le futur. CCIS peut légitimement être traité

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Radiothérapie per-opératoire Système Intrabeam cancer du sein

Radiothérapie per-opératoire Système Intrabeam cancer du sein Radiothérapie per-opératoire Système Intrabeam cancer du sein La radiothérapie per-opératoire avec le système INTRABEAM dans la prise en charge des cancers du sein précoces Essai TARGIT Centre René Gauducheau

Plus en détail

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010

Chirurgie du sein. Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Chirurgie du sein Dr Gay Centre Hospitalier Belfort-Montbéliard Formation infirmière en Oncologie-Hématologie 28 janvier 2010 Différentes chirurgies du sein Chirurgie conservatrice Chirurgie radicale Chirurgie

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions

Notre programme. Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Notre programme Introduction Carcinome in situ Pause café T2 N0 M0, infiltrant T3 N1 M0 Conclusions Carcinome in situ Sénologie Dr Mazy Pathologie Dr Müller Chirurgie conservatrice Dr Bollue Mastectmie

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

L IRM dans le. cancer du sein

L IRM dans le. cancer du sein L IRM dans le cancer du sein J.P. BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg FAFEM Alger 2009 IRM généralités Apport diagnostique de l IRM dynamique - injection d un produit de contraste le gadolinium

Plus en détail

L utilité et l étendue de l évidement ganglionnaire axillaire pratiqué dans le cadre. 4. Évidement axillaire. Méthode

L utilité et l étendue de l évidement ganglionnaire axillaire pratiqué dans le cadre. 4. Évidement axillaire. Méthode 4. Évidement axillaire Le Comité directeur des guides de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein Résumé Objectif : Fournir aux patientes atteintes d un cancer du sein

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Vendredi 27 mars 2015 Laurent Quéro Service de Cancérologie-Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN Je dois subir une intervention chirurgicale, Pourquoi? La chirurgie Pour traiter le cancer du sein, il faut enlever ou détruire les cellules cancéreuses. La chirurgie est souvent

Plus en détail

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Dr Emmanuel Bollue - Dr Pierre Marchettini Introduction 1)Validation du traitement conservateur

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

LES SITUATIONS PARTICULIÈRES DU TRAITEMENT LOCO-RÉGIONAL CONCEPT DE TUMEUR INFLAMMATOIRE EXPÉRIENCE TUNISIENNE

LES SITUATIONS PARTICULIÈRES DU TRAITEMENT LOCO-RÉGIONAL CONCEPT DE TUMEUR INFLAMMATOIRE EXPÉRIENCE TUNISIENNE LES SITUATIONS PARTICULIÈRES DU TRAITEMENT LOCO-RÉGIONAL CONCEPT DE TUMEUR INFLAMMATOIRE EXPÉRIENCE TUNISIENNE Pr K Rahal. & Coll Institut Salah Azaïz, Tunis, Tunisie 35 es Journées de la Société Française

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM

Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences. Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Cancer inflammatoire du sein: traitement, survie et récurrences Présenté par Dr NGUELE MEKE H Tuteur: Dr TEBEU PM Plan Introduction Objectif Méthodologie Résultats Discussion Conclusion INTRODUCTION1 Cancer

Plus en détail

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA

Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA Indications de l IRM préopératoire. Dr. A. Coessens CHU St. Pierre Clinique du Sein ISALA 1 IRM du sein: généralités Sensibilité - spécificité bilan sénologique classique : mammographie, échographie indications

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques

Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques Recommandations régionales Prise en charge des cancers du sein non métastatiques - juin 2005 - CARCINOMES INTRA-CANALAIRES Diagnostic Dépistage (le plus souvent examen clinique normal ; parfois tumeur,

Plus en détail

LES LUNDIS DE LA SANTE

LES LUNDIS DE LA SANTE LES LUNDIS DE LA SANTE BREST, le 11 Avril 2005 Dr Stanislas VALENTIN Chirurgie plastique reconstructrice et esthétique CHIRURGIE RECONSTRUCTRICE DU SEIN DANS LE CADRE DU CANCER DU SEIN CANCER DU SEIN (RAPPEL)

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

INTRODUCTION. Un guide, c est important pour vous aussi et non seulement pour votre médecin. Qu est-ce qu un guide de pratique clinique?

INTRODUCTION. Un guide, c est important pour vous aussi et non seulement pour votre médecin. Qu est-ce qu un guide de pratique clinique? INTRODUCTION Ce livret porte sur les décisions qu il faut prendre lorsqu un cancer du sein est soupçonné ou diagnostiqué. Le cancer du sein est le cancer le plus répandu chez les femmes. En 1996, il a

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Les Comités de Thérapie du Cancer

Les Comités de Thérapie du Cancer Les Comités de Thérapie du Cancer L expérience des sarcomes au CUSM Robert E. Turcotte MD FRCSC Chaire Maurice E. & Marthe Muller Université McGill Professeur titulaire et Directeur, Division de chirurgie

Plus en détail

Prothèses mammaires et cancers

Prothèses mammaires et cancers Prothèses mammaires et cancers Prothèses mammaires Au silicone Remplies de sérum physiologique Toujours une enveloppe en silicone Prothèses d expansion Prothèses d augmentation de volume Prothèses de reconstruction

Plus en détail

Cancer du sein et Radiothérapie

Cancer du sein et Radiothérapie Cancer du sein et Radiothérapie Indications et Effets secondaires Valérie Théberge MD FRCPC Radio-Oncologue CHU de Québec L Hôtel-Dieu de Québec Indications de la radiothérapie Mastectomie partielle Après

Plus en détail

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds RÉCLAMATION NO 18669 Province d infection : Ontario État de résidence : Alabama CAUSE DE RENVOI DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990)

Plus en détail

Renseignements pour les patients

Renseignements pour les patients Biopsie du ganglion lymphatique sentinelle Renseignements pour les patients Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur

Plus en détail

P artie 2... PATHOLOGIES

P artie 2... PATHOLOGIES P artie 2 PATHOLOGIES Gynécologie AU PROGRAMME Cancer du sein Processus tumoral 1. Épidémiologie C est le cancer le plus fréquent chez la femme. Au cours de sa vie, 1 femme/11 présentera un cancer du

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

Cancer du sein Quelques chiffres

Cancer du sein Quelques chiffres Radiothérapie dans le cancer du sein en Oncogériatrie Laurent Quéro Service de Cancérologie - Radiothérapie Hôpital Saint Louis, Paris Cancer du sein Quelques chiffres Premier cancer en terme d incidence

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment?

Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Centre des Maladies du sein Mise à jour 2014 Chirurgie Prophylactique: Qui, quand, comment? Christine Desbiens md Chirurgienne oncologue professeure agrégée de clinique septembre 2014 Mastectomie prophylactique

Plus en détail

Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés

Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés Approche chirurgicale de l aisselle: nouveautés Brigitte Poirier, md, FRCS (C) Chirurgienne-oncologue Centre des maladies du sein, HSS CHU de Québec 26 septembre 2014 Objectifs Discuter de l évaluation

Plus en détail

Carcinome intracanalaire (in situ) du sein : pouvons-nous raisonnablement éviter la radiothérapie pour certaines patientes opérées?

Carcinome intracanalaire (in situ) du sein : pouvons-nous raisonnablement éviter la radiothérapie pour certaines patientes opérées? Carcinome intracanalaire (in situ) du sein : pouvons-nous raisonnablement éviter la radiothérapie pour certaines patientes opérées? Ph. A. Coucke (1), N. Barthelemy (2), N. Jansen (3), N. Triviere (3),

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 8 septembre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 8 septembre 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 4 juillet 2005 (JO du 14 juillet 2005) FASLODEX 250 mg/5 ml, solution

Plus en détail

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition

PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante. l Exposition PHARE : Protocole d Herceptin Adjuvante Réduisant l Exposition PHARE : rationnel Quatre grands essais ont montré que 1 an d Herceptin réduit le risque de rechute ou de décès par deux HERA : HR = 0.54 NSABP

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Traitement chirurgical du cancer du sein Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Principes de traitement des cancers Quand possible chirurgie d exérèse première Radicale Conservatrice Thérapeutique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mai 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du 15 décembre

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General Hospital ADRESSOGRAPHE Département

Plus en détail

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE

LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Le sein Symbole de féminité Symbole de la maternité LA RECONSTRUCTION MAMMAIRE Mastectomie = 20 à 30% du traitement chirurgical du cancer du sein Taux de reconstruction après

Plus en détail

Vous avez un cancer de la prostate? Le système chirurgical da Vinci peut être votre meilleure option de traitement

Vous avez un cancer de la prostate? Le système chirurgical da Vinci peut être votre meilleure option de traitement Vous avez un cancer de la prostate? Le système chirurgical da Vinci peut être votre meilleure option de traitement Traitement du cancer de la prostate Le cancer de la prostate est un des cancers les plus

Plus en détail

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE

Ganglion sentinelle et cancer du sein. Dr Michy- HCE Ganglion sentinelle et cancer du sein Dr Michy- HCE historique 1985: Ganglion sentinelle + mélanome 1994: giulano: application au cancer du sein 2002: validation du GAS par l ANAES Morton, arch Surg, 1992

Plus en détail

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014

Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée. Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Traitement conservateur du sein: Radiothérapie accélérée Pascale Romestaing Hôpital Jean Mermoz LYON 20 Octobre 2014 Désescalade thérapeutique du traitement loco-régional 1970: de l opération de Halsted

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique

PATHOLOGIE MAMMAIRE. Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL. II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique 1 Plan de cours I RAPPEL STRUCTURAL II - MOYENS D ETUDE A - Aspiration à l aiguille fine : orientation diagnostique B - Ponction à l aiguille tournante (drill biopsie) ou tranchante (trucut) C - Tumorectomie

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

E. BAUTRANT, S. NAHON, A. BENYOUB, E. BOSSI, P. MUYLDERMANS, J.VOCHELET, F. STAHL et L. QUINTAS-MARQUES

E. BAUTRANT, S. NAHON, A. BENYOUB, E. BOSSI, P. MUYLDERMANS, J.VOCHELET, F. STAHL et L. QUINTAS-MARQUES SPÉCIFICITÉS DES CANCERS DU SEIN DE LA FEMME JEUNE À TRÈS JEUNE! CENTRE L AVANCEE - CLINIQUE AXIUM, 44 Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, Aix-en-Pce E. BAUTRANT, S. NAHON, A. BENYOUB, E. BOSSI,

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

RÔLE DE LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE TRAITEMENT DES CARCINOMES CANALAIRES IN SITU DU SEIN http://www.lebanesemedicaljournal.org/articles/57-2/doc13.

RÔLE DE LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE TRAITEMENT DES CARCINOMES CANALAIRES IN SITU DU SEIN http://www.lebanesemedicaljournal.org/articles/57-2/doc13. SPECIAL ISSUES IN BREAST CANCER RÔLE DE LA RADIOTHÉRAPIE DANS LE TRAITEMENT DES CARCINOMES CANALAIRES IN SITU DU SEIN http://www.lebanesemedicaljournal.org/articles/57-2/doc13.pdf Fares AZOURY, Elie NASR,

Plus en détail

T1-T2 du larynx: Chirurgie ou radiochimiothérapie Revue de la littérature. L.Laccourreye Angers

T1-T2 du larynx: Chirurgie ou radiochimiothérapie Revue de la littérature. L.Laccourreye Angers T1-T2 du larynx: Chirurgie ou radiochimiothérapie Revue de la littérature L.Laccourreye Angers Critères de jugement?! Mendenhall et al proposaient 3 critères Contrôle local Qualité vocale Coût Mendenhall

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2009 publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail