Mme C. d Hoir-Lauprêtre. Première partie consacrée à l indépendance bancaire et boursière des membres du couple et ses limites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mme C. d Hoir-Lauprêtre. Première partie consacrée à l indépendance bancaire et boursière des membres du couple et ses limites"

Transcription

1 DROIT du CREDIT des couples Master 2 recherche- droit de la Famille Mme C. d Hoir-Lauprêtre Première partie consacrée à l indépendance bancaire et boursière des membres du couple et ses limites Section 1 : l indépendance bancaire et boursière des époux I ) la présomption de pouvoir de l article 221 C. Civ. A ) les règles communes à tous les comptes bancaires «combat» entre deux présomptions légales : la présomption de communauté de l article 1402 du code civil et la présomption de pouvoir de l article 221 al 2 du code civil : cf. Civ 1 ère 17 janvier 2006, D A.J-127 B ) le caractère complémentaire de la présomption de l article 222 C. Civ. II ) le cas particulier des comptes collectifs le compte indivis le compte-joint cf. civ. 3 ème 03/04/2001, JCP 2002-II-10080, obs. Simler au JCP G 2002, I, 103 n 13 ; obs. Vauvillé à la RJPF juill p. 48 ; RTDCiv p. 943 et les commentaires de B. Beignier à la revue Dr. Famille 2003 p. 34 Civ. 1 ère 18 févr. 2003, Dr. Famille avr p. 33 III ) l absence de présomption légale pour les partenaires pacsés (cf., PACS et portefeuille de valeurs mobilières, rev. D. banc. et fin. mai/ juin 2000 p. 188 ) La situation des partenaires pacsés depuis la loi du 23 juin 2006 Section 2 : les différents types de crédit octroyés au sein du couple et les garanties afférentes I ) les crédits liés à l activité professionnelle les règles parcellaires concernant les crédits aux entreprises les mesures de protection des cautions : art C. Conso., art s. C. Conso. cf. L. Aynès, la réforme du cautionnement par la loi Dutreil, droit et patrim. Nov. 2003, p. 28 et les commentaires de messieurs Houtcieff et Simler, JCP éd. G 2003, I ; n 160 et s. Eu égard aux dispositions nouvelles les créanciers professionnels seront tentés de recourir systématiquement à un notaire pour échapper aux contraintes de la loi. II ) le crédit à la consommation son champ d application (art C. Cons. ) la protection spécifique des cautions

2 III ) la prise de garanties par le créancier professionnel On s interroge ici sur l étendue des pouvoirs de chaque membre du couple d accorder une garantie dans le cas d une sûreté personnelle dans le cas d une sûreté réelle : On peut évoquer ici la disposition particulière contenue dans la loi du 1 er août 2003 pour l initiative économique, relative à la faculté pour l entrepreneur individuel de recourir à une déclaration, reçue par notaire à peine de nullité, d insaisissabilité des droits sur l immeuble où est fixée sa résidence principale (art C. Com. ). protection spécifique du logement familial : art. 215 al3 C. Civ. Domaine de l article nouveau du code civil En résumé, on constate, mises à part quelques restrictions concernant les règles de cogestion propres aux couples mariés ( art. 215 al. 3 et 1424 C. Civ. par exemple ) et les règles relatives au mécanisme de l indivision (art. 815 et suivants du code civil instituant de véritables règles de cogestion sur les biens indivis sauf à constituer une société d indivision au sein de laquelle tous les co-indivisaires sont gérants ) que chaque membre du couple peut octroyer seul une garantie au créancier professionnel. Le problème juridique qui se posera ensuite concernera l étendue des droits de poursuite de ce créancier ( mais ce n est plus une question de pouvoirs ). deuxième partie consacrée aux atteintes au crédit des couples Nous abordons ici le cas des règles juridiques qui influent sur l octroi de crédit : il en va ainsi de la solidarité entre codébiteurs ( d origine légale et/ou conventionnelle ) cf. les articles 220 et C. Civ., mais aussi des dispositions délimitant les droits de poursuite des créanciers, dispositions qui de plus donnent lieu à des interprétations jurisprudentielles parfois très restrictives des droits de ces mêmes créanciers : cf. notamment les articles 1413 et suivants du code civil pour les couples mariés communs en biens Section 1 : le domaine de la solidarité ménagère ( étude comparative des couples pacsés et mariés sur cette question de droit ) I ) le caractère ménager des dépenses la notion de dépenses courantes les dépenses relatives au logement : réécriture de l article al 2 C. Civ. Cf. Daviaud, «de l entretien du ménage aux besoins de la vie courante», D chron.848 II ) le cas particulier des emprunts et des achats à tempérament le problème de qualification juridique Pour un problème de qualification d achat à tempérament relativement à une ouverture de crédit utilisée avec une carte, cf.civ. 1 ère 12 juillet 1994, D J-117 les conséquences de cette qualification Références citées (non exhaustives ) : C. Alleaume, achat à crédit et solidarité des époux, Dr. Famille juin 1999 p. 6 ; H. Lécuyer, crédit immobilier et droit patrimonial de la famille,

3 les PA du 29 avril 1998 p. 21 ; B. Pacaud et P.A. Girard, solidarité familiale et solidarité juridique, JCP not p. 234 ; N. Rzepecki, les opérations de crédit et la solidarité ménagère de l article 220 C. Civ., JCP I- n0148 p ; Souleau-Travers, solidarité légale dans le mariage et dans le pacte civil de solidarité, défrenois 2002 p. 569 Sur la notion d emprunt modeste nécessaire aux besoins de la vie courante, Cass. Civ. 1 ère 6/12/2005 Dr. Famille 2006 n 13 ; Cass. Civ. 1 ère 3/01/2006, JCP 2006-I-141 n 2, Dr. Famille 2006 n 47. Enfin la cour de cassation a rappelé que l article 220 du code civil ne concerne pas la contribution aux charges du mariage : cf Cass. Civ 1 ère 17/06/2003 C. Conc. Cons.nov.2003 n 168 p. 37. Section 2 : les modalités des droits de poursuite des créanciers ( Au regard des règles juridiques en vigueur et de leur interprétation par la Jurisprudence ) 1 : le gage général des créanciers des époux communs en biens La règle générale contenue dans l article 1413 du code civil connaît un certain nombre de limitations I ) le domaine de l article 1414 C. Civ. : * Cet article illustre le régime particulier des gains et salaires au sein de la communauté de biens : chaque époux en conserve la libre disposition après s être acquitté des charges du mariage. Inclus dans la masse de la communauté et a fortiori versés sur un compte-joint bancaire, ils doivent être identifiés afin d échapper au gage des créanciers personnels du conjoint sauf dans le cas d une dette ménagère. * Au terme de cet article (alinéa 1 er ) la saisissabilité des gains et salaires de l époux non débiteur est la conséquence de la seule solidarité ménagère : modalités de mise en œuvre en cas de versement sur un compte bancaire, cf. civ. 2 ème 28 oct. 1998, RJPF janv p. 14, RTDCiv p. 386 * En dehors du cas de la solidarité ménagère, les gains et salaires du conjoint du débiteur doivent être identifiés pour être laissés à la disposition de l époux non débiteur (art. 48 D. du 31 juill ). II ) le domaine de l article 1415 C. Civ. A) son champ d application / aux régimes matrimoniaux visés A noter que les dispositions impératives de l article 1415 sont applicables à toutes les communautés même conventionnelles : cf. Civ. 1 ère 3 mai 2000, JCP not p ; Civ. 1 ère 25 nov. 2003, Defrénois , Dr. Famille 01/2004 n 8( application à une société d acquêts ). B ) son champ d application / aux actes juridiques visés 1 ) l engagement de caution : la jurisprudence a étendu l application de l article 1415 à d autres types de garanties : com. 4févr. 1997, D J-478 concernant l aval d effets de commerce ; Civ 1 ère 20 juin 2006, JCP 2006-II concernant une garantie à première

4 demande ; Civ. 1 ère 11 avr. 1995, RTDCiv et plus récemment Civ. 26 mai 1999, JCP 1999-I-156 n 50 obs. Simler, Defrénois 2000 p. 439 obs. Champenois relativement au cautionnement réel (discussion juridique sur la nature exacte de cette sûreté et ses conséquences cf. références ci-dessous ) :sur le refus d appliquer l article 1415 C. Civ. au cautionnement réel compte tenu du caractère réel de cette garantie, Cass.ch. mixte, 2 déc. 2005, D Refus d appliquer l article 1415 C. Civ. à l obligation aux dettes d un associé d une société à risque illimité Civ. 1 ère 17 janv. 2006, D AJ. 716 Références :R. Cabrillac, RJC. Janv p. 269, sur le rôle de l article 1415 ; M. Mignot, la nature du cautionnement réel à la lumière de la pratique contractuelle bancaire, D. et Patrimoine déc prat. 31 ; N. Peterka, la caution mariée sous un régime de communauté, rev. D. banc. et fin. juill. Août 2003 p. 255 ; Picod, l application de l article 1415 au cautionnement réel, D. et Patrimoine avr p. 34 ; F. Sauvage, le cautionnement (ir)réel, ou de quelques difficultés pratiques liées à l émergence d un engagement personnel de la caution réelle, rev. D. banc. et fin. juill.août 2003 p ) l emprunt : Définition à préciser : au sens strict (limité au seul prêt d argent ) ou bien au contraire dans un sens élargi à la notion d opération de crédit : cf. Civ. 1 ère 6 juill. 1999, Defrénois 1999 p. 1361, D J- 421 (discussion sur les effets pervers d une telle jurisprudence cf. Colomer n 845, Champenois n 458 ou encore Terré et Simler n 423 ). B) l étendue du droit de gage des créanciers Dans tous les cas il faut souligner que l engagement du conjoint débiteur est juridiquement valable et sa validité ne peut être remise en cause sur le fondement de l article ) hypothèse où l époux débiteur a conclu seul l acte : il n engage que ses biens propres et ses revenus. La notion de revenus doit être cernée : il s agit des seuls revenus professionnels de l époux débiteur et les revenus de ses biens propres : la cour de cassation a été amenée à préciser la notion de revenus notamment en cas de coexploitation, Civ. 16 mai 2000, Defrénois 2000 p. 1184, RJPF déc p. 18 obs. Vauvillé.En effet ils ont tous deux vocation à devenir des acquêts Civ. 21 mars 1992, Defrénois 1992 p Le créancier peut donc en principe saisir les revenus personnels de son débiteur : mais que faire lorsqu ils se sont fondus au sein d un même compte bancaire alimenté par les revenus du couple? La fongibilité de la monnaie empêche toute identification des revenus ainsi versés Et la cour de cassation a jugé dans cette hypothèse que les revenus sont alors insaisissables par le créancier de l époux débiteur cf. Civ. 1 ère 3 avr. 2001, JCP 2002-II-10080, Defrénois et Dans un arrêt du 17 janvier 2006, la cour de cassation a appliqué la présomption de communauté de l article 1402 du code civil pour pouvoir déclarer insaisissables des sommes pourtant déposées sur les comptes personnels de l époux débiteur! (cf. D 2006 n 19). Ensuite la cour de cassation a affiné son analyse dans un arrêt de la première chambre civile du 14 janvier 2003 v: après avoir identifié les revenus de son débiteur, le créancier doit éviter qu ils ne se transforment en acquêts ; Ici c est le critère de la durée du placement qui est pris en considération (comme par exemple les revenus déposés sur un compte titres ou un plan d épargne logement), cf. rev. D. banc.et fin. mars/avril 2003 p. 95, JCP I. 124 n 4, Defrénois 2003 p. 544 Enfin seuls les époux peuvent se prévaloir des dispositions de l article 1415 et donc de l inopposabilité de l acte à l époux non débiteur : l époux caution peut lui-même opposer

5 l insaisissabilité des biens communs à son créancier ( dans ce sens Civ., 1 ère 15 mai 2002, JCP II bs. Piédelièvre : cette jurisprudence met fin au malaise laissé par deux arrêts antérieurs ayant décidé que l acte litigieux était nul! cf. aussi, C. Bouffelière, V. de Laval et N. Philippe, l article 1415 du code civil : tentative de synthèse, Gaz. Pal. des 6-7 juin 2003 ). 2 ) hypothèse où le conjoint non débiteur a donné son consentement exprès : contrôle opéré ici par la cour de cassation ( cf. par exemple pour un cautionnement, Civ. 1 ère 17 févr. 1998, D. aff p. 533, RTDCiv et 967, D. et Patrimoine juin 1998 p. 80 ;et concernant un emprunt, cf. Civ 1 ère 19 nov. 2002, D , Defrénois , JCP 2003-I-11 n 10 ) ; Civ 1 ère 28 nov D AJ 88. Par son consentement, le conjoint du débiteur permet au créancier d étendre son droit de gage à la communauté : pour autant cela concerne t-il ou non ses gains et salaires ( réponse ministérielle en ce sens cf. rép. Min. du 14 avril 1987? J. O. déb. A. N. P 2159, malgré la position contraire de la majorité de la Doctrine. 3 ) hypothèse où le conjoint du débiteur s engage purement et simplement aux côtés de son époux, en qualité de cofidéjusseur ou de co-emprunteur. Le problème réside ici dans l application stricte de l article 1415, chacun devant pour engager la communauté, consentir à l acte signé par l autre cf. Civ. 1 ère 13 oct. 1999, RTDCiv ) Les droits de poursuite des créanciers du couple pacsé : le jeu de la solidarité légale 1 ) avant la loi du 26 juin 2006 Les créanciers se heurtent ici à de sérieuses difficultés de mise en œuvre dûes à la rédaction du décret n du 21 déc en son article 5-II-I relatif au droit de communication élargi... 2 ) depuis la loi du 26 juin 2006 : cf. Dr. Famille janv ; Ph. Simler et P. Hilt, JCP 2006-I-161 p Les formalités de publicité ( art. L al1 du code civil) consistent en la mention en marge de l acte de naissance de chaque partenaire de la déclaration du pacte, avec indication de l identité de l autre partenaire, facilitant ainsi pour les créanciers l exercice de leur droit de poursuite ( ne concerne que les créances nées antérieurement à la date d entrée en vigueur de la loi du 26 juin 2006 ). Transition ici permettant d exposer le cas de la solidarité conventionnelle de plus en plus recherchée par les établissements de crédit (cf. D. R. Martin, l engagement du codébiteur solidaire adjoint, RTDCiv ). 3) les droits de poursuite des créanciers en présence d une indivision Il existe des cas d indivision conventionnelle et légale. cf. art du code civil qui posait une présomption légale d indivision concernant les biens acquis après la conclusion du Pacs, sauf convention contraire relative aux meubles meublants acquis à titre onéreux : pour tous les autres biens, la loi disposait qu ils étaient indivis par moitié sauf stipulation contraire figurant dans l acte de souscription ou d acquisition : étaient également présumés indivis les biens dont on ignore les origines ou modalités d acquisition : disposition supprimée par la loi du 23 juin 2006 instaurant le régime de séparation des biens entre les partenaires pacsés.

6 1 ) les droits des créanciers de l indivision 2 ) les droits des créanciers personnels des co-indivisaires références pour illustrer la situation des partenaires pacsés avant l entrée en vigueur de la loi de juin 2006: B. Beignier, Pacte civil de solidarité et indivision : visite aux enfers, defrénois 2000 art p. 620 ; J. Charlin, la fameuse indivision de l article du code civil, JCP not p. 270 ; C. Dewailly, Pacs et individion : le couple maudit, Gaz. Pal. des 6-7 juin 2003 p ) l extension du droit de gage des créanciers personnels en présence d une communauté d intérêts 1 ) la preuve de cette communauté d intérêts fondement : deux théories jurisprudentielles à savoir la société créée de fait et la coexploitation (limitée au seul domaine commercial ). 2 ) les effets : ouverture de procédures distinctes cf. Com. 15 mars 2005 D 2005 AJ 952, rev. Soc Notamment l extension de procédure collective au conjoint du débiteur : cf. J.J. Daigre, les PA du 26 août 1998 p. 5 ; A. Perrodet, RTDCom p. 1 ; Com. 11 février 2004, D 2004 AJ 565 ( / confusion de patrimoines). Com. 13 mars 1984, D ; Civ. 1 ère 11 févr JCP 1997-II / société créée de fait Com. 6 juin 1977, RTDCom ; Com. 27 mars 1984, JCP II ; les concubins coexploitants, D. Défossez, les PA 16 mai 1988 p. 66 ; Com. 11 déc. 2001, D AJ «L attraction du conjoint in bonis dans la procédure collective», F.X. Lucas, les PA du 24 avril 2003 p. 4. Troisième partie consacrée aux droits de poursuite des créanciers confrontés à une crise financière au sein du couple Pour une étude générale de la question, cf. S. Lambert «le sort du conjoint in bonis engagé aux côtés de son époux surendetté ou soumis à une procédure collective», RTDCom p 485 Section 1 : le traitement des situations de surendettement des particuliers Evolution législative jusqu à la loi Borloo du 1 er août 2003 qui introduit la procédure de rétablissement personnel intervenant après la saisine de la commission de surendettement afin de mettre un terme à une situation irrémédiablement compromise : cf. P. Bouteiller, D. et Patrimoine nov p. 34 ; G. Raymond, quatrième étape pour le redressement personnel, C. Cons. Conc. Août-sept p. 7. cf. également «la nature juridique des commissions de surendettement», F. Ferrière D 2006 chr A propos des «quelques retouches au droit du surendettement par la loi du 5 mars 2007 sur le droit au logement opposable, cf. RTDCom p 611 I ) les modalités de la procédure A) les conditions d ouverture un débiteur de bonne foi

7 Sur la possibilité de solliciter une nouvelle procédure cf. Civ. 1 ère 9 juin 2005 D 2005 AJ 2145, RTDCom La bonne foi doit s apprécier procédure par procédure : Civ. 1 ère 23 juin 2005 RTDCom , D 2005 AJ Civ. 1 ère 20 oct D 2005 AJ 2940 des dettes non professionnelles Appréciation du caractère professionnel ou non des dettes du conjoint de dirigeant de société, cf. Civ. 2 ème 14 décembre 2006, RTDCom. mars 2007 p B) les différentes étapes de la procédure cf. «le rétablissement personnel et le couple», contrats, conc, cons. Oct p.25. La saisine du juge de l exécution aux fins de rétablissement personnel emporte suspension des voies d exécution y compris des mesures d expulsion du logement du débiteur, jusqu au jugement d ouverture ( art. L nouveau du code de la consommation( loi du 5 mars 2007). II ) Le sort des créanciers munis de sûretés Cf. S. Gjidara-Decaix, «la vie à deux et le surendettement», rev. proc. coll n 4 p ) les créanciers munis d une sûreté réelle 2 ) les créanciers bénéficiaires d une caution Section 2 : le sort des créanciers du couple dans le cadre d une procédure collective ouverte à l encontre de l un d eux ( thème non traité avec les étudiants faute de temps ) La procédure collective ouverte à l encontre de l un des époux paralyse les pouvoirs de son conjoint dans le cadre de la cogestion des biens communs, ceux-ci étant administrés par le mandataire de justice, notamment par exemple dans l hypothèse d une liquidation judiciaire : Com. 4 octobre 2005 D AJ I ) dispositions communes à tous les créanciers antérieurs II ) inégalité des créanciers compte tenu de la nature des biens grevés A ) les droits des créanciers munis d une hypothèque portant sur un bien indivis cf. Com. 6 juill. 1999, defrénois 2000 art ; Civ. 1ère 14 juin 2000, JCP not p obs. Vauvillé. B ) les droits des créanciers munis d une sûreté réelle portant sur un bien Commun Ass. Plén. 23 déc D 1995 J 145 ; com. 2 mai 2001 D 2001 AJ 2030 ; com. 11 décembre 2001, D 2002 AJ 402. Com. 4 oct D 2005 AJ 2592, Defrénois C ) les créanciers titulaires d une sûreté personnelle

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

Le droit patrimonial des couples

Le droit patrimonial des couples Chroniques notariales vol. 54 Table des matières Le droit patrimonial des couples Chapitre I. Le régime matrimonial primaire.................... 206 Section 1. Devoir de secours entre époux (art. 213)...............

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Titre 1. Les sûretés réelles..................................... 229 Chapitre 1. Législation...................................... 229 Section 1. La vente d immeuble dans le contexte

Plus en détail

Le champ d application de l article 1415 du code civil

Le champ d application de l article 1415 du code civil Fiche à jour au 28 janvier 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine d Hoir-Lauprêtre SEANCE N 3 - REGIIMES MATRIIMONIIAUX ET CAUTIIONNEMENT

Plus en détail

Leçon 1. Le cautionnement

Leçon 1. Le cautionnement Objectifs : Connaître les différents types de cautionnement, le formalisme requis, les différentes obligations d information incombant au prêteur. Savoir la signification de la disproportion dans le cas

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11

TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 5 PRINCIPALES ABRÉVIATIONS... 7 BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE... 11 PREMIÈRES VUES... 13 I. Mécanisme... 15 II. Rôle... 18 III. Évolution... 20 PREMIÈRE PARTIE SÛRETÉS PERSONNELLES

Plus en détail

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage?

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage? Régimes matrimoniaux Faut-il faire un contrat de mariage? 2 Dès le mariage, les époux sont soumis à un régime matrimonial, c'est-à-dire à un ensemble de règles fixant leurs droits et leurs devoirs. S ils

Plus en détail

LE MAINTIEN DES OBLIGATIONS CONJUGALES

LE MAINTIEN DES OBLIGATIONS CONJUGALES chapitre 1 LE MAINTIEN DES OBLIGATIONS CONJUGALES 14- La séparation de fait crée une situation particulière entre époux : le maintien des obligations conjugales et des pouvoirs entre époux tirés du régime

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal

Le cadre juridique et fiscal Le cadre juridique et fiscal par François de WITT et Nathalie COT Les régimes matrimoniaux Les droits des successions L optimisation de la succession Les impôts IR, ISF, CSG L Optimisation de l impôt Les

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Les régimes matrimoniaux

Les régimes matrimoniaux Les régimes Dissolution / Liquidation Régime sans aménagement inmnité universelle universelle avec attribution - s biens personnels détenus avant le, - s biens recueillis par succession ou par donation

Plus en détail

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX

PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PRINCIPES DE DROIT EUROPÉEN DE LA FAMILLE CONCERNANT LES RELATIONS PATRIMONIALES DES ÉPOUX PREAMBULE Reconnaissant que, malgré les diversités existant entre les systèmes nationaux de droit de la famille,

Plus en détail

Le régime matrimonial optionnel issu de l accord franco- allemand du 4 février 2010

Le régime matrimonial optionnel issu de l accord franco- allemand du 4 février 2010 Le régime matrimonial optionnel issu de l accord franco- allemand du 4 février 2010 Le domaine du droit de la famille a toujours été considéré comme un domaine sensible peu approprié à l harmonisation

Plus en détail

ENTREPRENDRE EN FAMILLE

ENTREPRENDRE EN FAMILLE ENTREPRENDRE EN FAMILLE Lorsqu une personne décide de créer ou de reprendre une entreprise, le futur chef d entreprise est confronté au financement de son projet, mais aussi, à la protection de ses biens

Plus en détail

Bien gérer son patrimoine

Bien gérer son patrimoine Bien gérer son patrimoine Yves Gambart de Lignières, 2011 ISBN : 978-2-212-54933-1 Le concubinage ou l union libre Le concubinage suppose une vie commune et une relation stable et continue entre deux personnes

Plus en détail

INTRODUCTION. Relevons quelques-uns de ces paradoxes, parmi les plus intéressants.

INTRODUCTION. Relevons quelques-uns de ces paradoxes, parmi les plus intéressants. INTRODUCTION 1/ Un régime matrimonial est un ensemble de règles destinées à organiser les rapports des époux entre eux et avec les tiers, sur le plan patrimonial, économique. Étudier les régimes matrimoniaux,

Plus en détail

CAS CAS VALIN-PRATON

CAS CAS VALIN-PRATON CAS 1 CAS VALIN-PRATON COMMUNAUTÉ LÉGALE LIQUIDATION-PARTAGE ACTIF COMMUN, ACTIF PROPRE PASSIF COMMUN, PASSIF PROPRE RÉCOMPENSES, ÉVALUATION ÉTAT LIQUIDATIF, PARTAGE, FISCALITÉ Hervé VALIN, 50 ans, et

Plus en détail

VI. Frais à l occasion de la conclusion ou la modification d un contrat de mariage

VI. Frais à l occasion de la conclusion ou la modification d un contrat de mariage 157 158 VI. Frais à l occasion de la conclusion ou la modification d un contrat de mariage A. Frais en cas de conclusion d un contrat de mariage Les contrats de mariage qui ne contiennent pas de dispositions

Plus en détail

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION

LES CRÉDITS PAR MOBILISATION LES CRÉDITS PAR MOBILISATION Les crédits par mobilisation peuvent concerner la cession Dailly, et les crédits d'exploitation tels l'escompte et l'affacturage 1. Ces derniers ayant fait l'objet de nos développements,

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 PREMIÈRE PARTIE LES CONSÉQUENCES FINANCIÈRES IMMÉDIATES DU DÉCÈS CHAPITRE

Plus en détail

Table des matières. Préambule... 7. Chapitre 1 Le régime matrimonial primaire... 9

Table des matières. Préambule... 7. Chapitre 1 Le régime matrimonial primaire... 9 Table des matières Préambule............................ 7 Chapitre 1 Le régime matrimonial primaire................ 9 Devoir de secours entre époux (art. 213)........................ 10 1. Frais funéraires

Plus en détail

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les régimes matrimoniaux 05/2013 1. Régime matrimonial légal Le régime matrimonial légal s applique d office lorsque

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

N 2519 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2519 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2519 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 janvier 2015. PROPOSITION DE LOI visant à établir le régime de

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation

TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT. Évolutions résultant de la loi portant réforme du crédit à la consommation Direction générale des activités fiduciaires et de place Direction de la surveillance des relations entre les particuliers et la sphère financière Service infobanque et surendettement TRAITEMENT DU SURENDETTEMENT

Plus en détail

Mariage et dettes. Information de www.dettes.ch; Version: 04.07.06, page 1 / 5

Mariage et dettes. Information de www.dettes.ch; Version: 04.07.06, page 1 / 5 Mariage et dettes En droit suisse, depuis 1988, les conjoint-e-s ont les mêmes droits et donc les mêmes obligations. Chaque conjoint-e répond de ses dettes personnelles et est solidaire pour les dettes

Plus en détail

Chambre de Commerce Luxembourg

Chambre de Commerce Luxembourg existantes en droit luxembourgeois : impact, avantages et inconvénients - Ce qu il faut impérativement savoir! 23 septembre 2014 Chambre de Commerce Luxembourg Me Véronique De Meester Avocat à la cour

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

Conciliation Droit de la famille et faillite

Conciliation Droit de la famille et faillite Conciliation Droit de la famille et faillite Formation AJBL 14 mars 2014 Lynda Lalande, CIRP, Syndic Olivier Noiseux, Conseiller Table des matières 2 Déclaration de résidence familiale. Réclamations alimentaires.

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX

LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LA VIE A DEUX L ACHAT A DEUX La vie commune est de l essence de tout couple. Si le logement commun peut évidemment être loué, il est le plus souvent acheté par

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 11 mai 2012 N de pourvoi: 11-17497 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me Le Prado, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES

LE SURENDETTEMENT DES MENAGES LE SURENDETTEMENT DES MENAGES PRESENTATION DU DISPOSITIF EXTERNE BANQUE DE FRANCE 1 Endettement et surendettement des ménages Interventions successives du législateur 1989 : première loi (dite loi Neiertz)

Plus en détail

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR

LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA RÉFORME DES BAUX COMMERCIAUX PAR LA LOI N 2014-626 DU 18 JUIN 2014 RELATIVE À L ARTISANAT, AU COMMERCE ET AUX TRÈS PETITES ENTREPRISES DITE «LOI PINEL» Liste des mesures Modification des dispositions

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

SE DESUNIR. COUPLES, PATRIMOINE: les défis de la vie à 2. 106 e CONGRES DES NOTAIRES DE FRANCE TROISIEME COMMISSION

SE DESUNIR. COUPLES, PATRIMOINE: les défis de la vie à 2. 106 e CONGRES DES NOTAIRES DE FRANCE TROISIEME COMMISSION 106 e CONGRES DES NOTAIRES DE FRANCE COUPLES, PATRIMOINE: les défis de la vie à 2 TROISIEME COMMISSION SE DESUNIR Président : Olivier GAZEAU Rapporteurs : Hugues LEMAIRE et Franck VANCLEEMPUT Auditorium

Plus en détail

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7

Table des matières. Sommaire 5 Préface 7 Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Titre I. Introduction: les droits subjectifs civils 9 I. Notions: droit objectif droits subjectifs droit positif 10 II. Héritage du droit romain: la «summa divisio»

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris

BAUX COMMERCIAUX. Avocat au Barreau de Paris BAUX COMMERCIAUX ACTUALITÉ 2011 2012 IMMATRICULATION DU PRENEUR Décisions i de la Cour de cassation 3è ch. Civ. : 15 sept. 2010 n 09 68521 23 nov. 2010 n 09 68685 18 janv. 2011 n 10 11583 3 mai 2011 n

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 1. Audience publique du 26 juin 2013. N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 1 Audience publique du 26 juin 2013 N de pourvoi: 12-13.757 ECLI:FR:CCASS:2013:C100714 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Hémery

Plus en détail

REFLEXIONS SUR ******

REFLEXIONS SUR ****** REFLEXIONS SUR QUEL INTERET LEGAL POUR L ADJUDICATAIRE RETARDATAIRE? Par Alain Provansal, Avocat honoraire au barreau de Marseille, Ancien Président de l'aappe Selon le décret du 27 juillet 2006 pris pour

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU MEDECIN JURIDIC ACCESS Le droit pour les professionnels de santé Organisation du cabinet Fiscalité, comptabilité, patrimonialité F8. PROTECTION DES BIENS PERSONNELS DU Auteur : Nora Boughriet, docteur en droit

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE. Illustration : Cession de créance, 1637, 1637 500

INDEX ANALYTIQUE. Illustration : Cession de créance, 1637, 1637 500 INDEX ANALYTIQUE Note explicative : Les chiffres en gras renvoient aux numéros d articles du Code civil du Québec. Les autres chiffres renvoient aux numéros des paragraphes de la section Commentaires.

Plus en détail

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION

sommaire DOCTRINE CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE LÉGISLATION sommaire DOCTRINE La loi du 19 mars 2010 visant à promouvoir une objectivation du calcul des contributions alimentaires des père et mère au profit de leurs enfants Nathalie Dandoy 775 CHRONIQUE DE JURISPRUDENCE

Plus en détail

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME

SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. À TOUTES LES ÉTAPES DE LA PROCÉDURE ET SUR TOUTES LES QUESTIONS LIÉES À LA LIQUIDATION DU RÉGIME Le Divorce LA LOI DU 26 MAI 2004 RÉFORMANT LE DIVORCE EST ENTRÉE EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2005. CETTE LOI SIMPLIFIE ET PACIFIE LA PROCÉDURE. ELLE RENFORCE LE RÔLE DU NOTAIRE. CE DERNIER PEUT INTERVENIR

Plus en détail

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL

QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL QUESTIONNAIRE IMPRIMABLE DIVORCE PAR CONSENTEMENT MUTUEL (Cabinet de Me Nicolas Blanchy) À RENSEIGNER ET ADRESSER AU CABINET : Maître Nicolas BLANCHY, Avocat, 2 Grande rue Jean Jaurès BP 57 26301 BOURG-DE-PEAGE

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du Code Civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

R E S U M E NOTE COMMUNE N 32 / 2004. OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des biens entre époux

R E S U M E NOTE COMMUNE N 32 / 2004. OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des biens entre époux REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales NOTE COMMUNE N 32 / 2004 OBJET: L enregistrement des actes relatifs au régime de la communauté des

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

LIQUIDATION DU RÉGIME MATRIMONAL ET CONTRAT DE SÉPARATION DE BIENS

LIQUIDATION DU RÉGIME MATRIMONAL ET CONTRAT DE SÉPARATION DE BIENS LIQUIDATION DU RÉGIME MATRIMONAL ET CONTRAT DE SÉPARATION DE BIENS Formation continue des avocats et notaires neuchâtelois Sabrina Burgat, avocate Spécialiste FSA en droit de la famille Université de Neuchâtel

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2014-436 QPC du 15 janvier 2015 (Mme Roxane S.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 15 octobre 2014 par la Cour de cassation (chambre commerciale, arrêt n 1036 du 15 octobre 2014), dans

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GENERAUX

RENSEIGNEMENTS GENERAUX MODELE DE DECLARATION D AFFECTATION PAR UN ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE I RENSEIGNEMENTS GENERAUX - Nom. - Prénom :.. - Né(e) le. à... - Domicile : - Objet de l activité professionnelle

Plus en détail

Moyens d actions des créanciers contre le contrat d assurance vie souscrit par le débiteur

Moyens d actions des créanciers contre le contrat d assurance vie souscrit par le débiteur Moyens d actions des créanciers contre le contrat d assurance vie souscrit par le débiteur Article juridique publié le 06/01/2013, vu 5101 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Moyens d actions des créanciers

Plus en détail

Statuts du conjoint(e) du chef d entreprise artisanale Fiche relative au statut de conjoint collaborateur

Statuts du conjoint(e) du chef d entreprise artisanale Fiche relative au statut de conjoint collaborateur Statuts du conjoint(e) du chef d entreprise artisanale Fiche relative au statut de conjoint collaborateur (Loi 2005-882 du 2 Août 2005 et décret 2006-966 du 1 er août 2006) Entrée en vigueur le 4 AOUT

Plus en détail

Assurer la protection de la résidence familiale

Assurer la protection de la résidence familiale Introduction Un lien très étroit existe entre le logement et la famille. Ces deux notions se sont petit à petit associées pour n en former parfois plus qu une. La question qui se pose alors, c est de savoir

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE. Abus, 1676 555

INDEX ANALYTIQUE. Abus, 1676 555 INDEX ANALYTIQUE Note explicative : Les chiffres en gras renvoient aux numéros d articles du Code civil du Québec. Les autres chiffres (7) renvoient aux numéros des paragraphes de la section Commentaire

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2008-1484 du 22 décembre 2008 relatif aux actes de gestion du patrimoine des personnes placées en curatelle ou en tutelle,

Plus en détail

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX

PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX PRESENCE D UN CONJOINT LES REGIMES MATRIMONIAUX A. LES DIFFERENTS REGIMES MATRIMONIAUX La présence d un conjoint peut modifier de façon radicale la préparation de la transmission d un patrimoine. Cette

Plus en détail

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir!

11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! 11-1 - Entrepreneur Individuel à Responsabilité Limitée (EIRL) Avec l EIRL Artisanat, tout ce que vous risquez c est de réussir! Av Depuis janvier 2011, les créateurs d entreprises artisanales ou artisans

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 19 décembre 2012 N de pourvoi: 11-21703 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Le Griel, SCP Nicolaý, de

Plus en détail

Première partie Les sûretés personnelles 17

Première partie Les sûretés personnelles 17 Table des matières Introduction 3 I. Le créancier chirographaire... 3 II. Le rôle et les variétés de sûretés... 5 III. Le développement du rôle des sûretés et des garanties... 7 IV. Définition... 10 V.

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Liquidation de la succession, succession volontaire

Liquidation de la succession, succession volontaire CORRIGÉ D EXAMEN FAMILLE 1307 SUCCESSION-PARTAGE 1307 Liquidation de la succession, succession volontaire Le présent cas pratique propose de liquider le régime matrimonial puis les successions confondues

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Les sûretés Chapitre 1. Législation...................................... 18 Section 1. Les notifications fiscales et sociales..................... 18 Section 2. L insaisissabilité de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint)

Commentaire. Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012. Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Commentaire Décision n 2011-212 QPC du 19 janvier 2012 Madame Khadija A., épouse M. (Procédure collective : réunion à l actif des biens du conjoint) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 novembre

Plus en détail

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais

1-7-2013. Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Les droits de l époux survivant en droit successoral allemand, français, luxembourgeois, belge et néerlandais Dr. Rembert Süß Institut Notarial Allemand Petit préciput, 1932 p. 2 Code civil allemand (BGB)

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Président : M. Grégoire, conseiller doyen faisant fonction.., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Grégoire, conseiller doyen faisant fonction.., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 12 janvier 1994 N de pourvoi: 91-18104 Publié au bulletin Cassation partielle. Président : M. Grégoire, conseiller doyen faisant fonction.., président

Plus en détail

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT.

LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. LE MAJEUR PROTEGE ET SON LOGEMENT. Un des soucis du législateur de 1968 a été d assurer la protection du logement des majeurs protégés hospitalisés ou en établissement. L article 490-2 du Code civil prévoit

Plus en détail

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE»

PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» PROCEDURE DE SAUVEGARDE : COMPRENDRE L ARRET «CŒUR DEFENSE» La procédure de sauvegarde est ouverte à tout débiteur qui, sans être en état de cessation des paiements, justifie de difficultés qu il n est

Plus en détail

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective

L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective L ordre de paiement des créanciers lors d une procédure collective Lettre d information N 5 Sous l empire de l ancienne loi, les créanciers postérieurs dits «de l article 40» (art. L. 631-32 du Code de

Plus en détail

ATELIER n 3. Conséquences civiles et fiscales de l arrêt Bacquet et pistes de solutions. Patrice SIVIGNON, Sales Academy Allianz France

ATELIER n 3. Conséquences civiles et fiscales de l arrêt Bacquet et pistes de solutions. Patrice SIVIGNON, Sales Academy Allianz France ATELIER n 3 Conséquences civiles et fiscales de l arrêt Bacquet et pistes de solutions Patrice SIVIGNON, Sales Academy Allianz France Comment en est-on arrivé là? Rappel des textes de références Article

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Symposium le joueur excessif et le désendettement

Symposium le joueur excessif et le désendettement Symposium le joueur excessif et le désendettement Le Préposé aux poursuites et sa fonction Le Préposé et les fonctionnaires des Offices sont des officiers publics chargés d organiser le droit de poursuivre,

Plus en détail

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions

Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions Le sort fiscal d un contrat d assurance vie nanti : Quelques précisions NEWSLETTER 14 195 du 27 MAI 2014 ANALYSE PAR STEPHANE PILLEYRE Une mise à jour du BOFiP en date du 9 juillet 2013 a intégré une décision

Plus en détail

PROJET DE LOI ETUDE D'IMPACT. I. Situation de référence et objectifs de l accord ou de la convention

PROJET DE LOI ETUDE D'IMPACT. I. Situation de référence et objectifs de l accord ou de la convention RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1100847L/Bleue PROJET DE LOI autorisant la ratification de l'accord entre la République française et la République fédérale

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Régimes matrimoniaux : la propriété du fonds de commerce

Régimes matrimoniaux : la propriété du fonds de commerce Site juridique généraliste et gratuit www.juristudiant.com Contact : Faculté de droit de Nancy, 13 place Carnot, 54000 Nancy. Article rédigé par Mathou mathilde.calcio-gaudino@wanadoo.fr mathou@juristudiant.com

Plus en détail

Préface 5 Liste des abréviations 18 Introduction 21

Préface 5 Liste des abréviations 18 Introduction 21 Préface 5 Liste des abréviations 18 Introduction 21 Section 1 : Premières vues sur le droit commercial... 21 I-L objet du droit commercial... 21 II - Polysémie du mot commerce... 22 Section 2 : Approche

Plus en détail

TD SEANCE 7 : CORRECTION (Alexandre Xavier et Manon Leblond)

TD SEANCE 7 : CORRECTION (Alexandre Xavier et Manon Leblond) TD SEANCE 7 : CORRECTION (Alexandre Xavier et Manon Leblond) Préalablement à la résolution du cas, il convient de déterminer le régime matrimonial applicable aux époux Ravel. Ceux-ci se sont mariés sans

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Sommaire PARTIE I L ÉPARGNE BANCAIRE CLASSIQUE Chapitre 1. Les livrets bancaires...

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 537 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 16 mai 2014 PROPOSITION DE LOI tendant à interdire la compensation entre les commissions perçues par les établissements

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 mars 2014 de présentation des dispositions de la loi n 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires relatives au traitement des situations de surendettement

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 G-4-01 N 101 du 5 JUIN 2001 7 E. / 16 INSTRUCTION DU 23 MAI 2001 MUTATIONS A TITRE GRATUIT DONATIONS DROITS D ENREGISTREMENT DIVORCE PRESTATIONS

Plus en détail

Aide-mémoire RÉGIMES MATRIMONIAUX DROIT SOMMAIRE I. PRÉSENTATION II. APPLICATION DU RÉGIME PRIMAIRE. AM régimes matrim.qxd 4/09/07 19:13 Page 1

Aide-mémoire RÉGIMES MATRIMONIAUX DROIT SOMMAIRE I. PRÉSENTATION II. APPLICATION DU RÉGIME PRIMAIRE. AM régimes matrim.qxd 4/09/07 19:13 Page 1 AM régimes matrim.qxd 4/09/07 19:13 Page 1 DROIT RÉGIMES MATRIMONIAUX Aide-mémoire SOMMAIRE I. Présentation II. Application du régime primaire III. Détermination du régime matrimonial IV. Régime légal

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Pour être assurés du remboursement des crédits accordés, les prêteurs prennent des garanties, encore appelées «suretés». Les suretés sont

Plus en détail