L hospitalisation à domicile

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L hospitalisation à domicile"

Transcription

1 Collectif Interassociatif Sur la Santé en Région Provence-Alpes-Côte d Azur L hospitalisation à domicile L Hospitalisation à Domicile correspond-elle à une évolution sociétale, allant vers une individualisation de l organisation des soins? Correspond-elle à une demande grandissante d être soigné dans son environnement familier lorsque la situation l autorise? Permet-elle une réelle maîtrise des coûts? 1/ Rôle et place des représentants des usagers en HAD / page 2 - Particularités de la fonction du RU dans une HAD - Le proche du malade, un partenaire de soins 2/ L hospitalisation à domicile, une hospitalisation à part entière / page 2 - Petite histoire de l HAD - Vocation - L HAD en chiffres 3/ L HAD en pratique / page 4 - Les soins - L admission - La coordination, maillon central de l HAD - Les équipes de l HAD 4/ L HAD en région Provence-Alpes-Côte d azur / page 5 - Types d établissements en région PACA - Analyse de l activité régionale - Nombre moyen de patients pris en charge pour habitants - Répartition des séjours en Établissements sociaux et médico-sociaux 5/ l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux / page 6 - Caractéristique de l HAD - Le cadre législatif - L admition - Convention cadre - Les Modes de prise en charge possibles - Les acteurs dans la prise en charge des soins - Le suivi - Impact financier pour l ESMS Il s agit de mettre en œuvre un fonctionnement concourant «au mieux vivre ensemble», de construire un parcours propre à chacun, en assurant la continuité des soins, quels que soient la situation de la personne et son cadre de vie. L usager et le citoyen s interrogent sur plusieurs points : P Dans quelle situation demander l accompagnement par une HAD? P Qui décide d une prise en charge par une HAD? P Comment s organise t-elle, notamment avec l environnement du patient? P Comment HAD/médecine de ville, HAD/structure médico-sociale s articulent-elles? P Quel libre arbitre pour l usager dans le choix d une structure HAD et dans le maintien des interventions de son/ses thérapeutes? P Qu en est-il de la qualité des soins dispensés dès lors que l organisation d une HAD prend appui sur l existant? P Qu en est-il de la répartition de la HAD sur le territoire? Assure-t-elle une couverture nationale équitable? P Qu en est-il de la maîtrise des coûts qui en découlent? Lors de nos dernières assises, les intervenants ont mis en évidence les contraintes de fonctionnement de l HAD. Ils ont esquissé un certain nombre de voies possibles et ont démontré que ce modèle doit maintenant s imposer dans les esprits et trouver sa place. Il appartient aux usagers et à leurs représentants : - de se saisir de cet «outil» comme d un maillon nécessaire à la continuité des soins dans un parcours de santé, - de rester vigilants quant à l évolution de l HAD afin que son fonctionnement ne réponde pas seulement aux injonctions économiques de maîtrise des coûts mais aussi à la qualité des soins, - d analyser dans le cadre des CRU, les modalités de mise en œuvre au regard des besoins et des attentes des usagers.

2 1/ Rôle et place des représentants des usagers en HAD Particularités de la fonction ru en HAD La fonction du RU en HAD est globalement la même qu en milieu hospitalier classique. Sa spécificité tient au fait que l intervention se fait au domicile du patient, ce qui entraîne une «intrusion» plus importante dans son intimité. Les problèmes à traiter sont en majorité liés à l organisation des soins, notamment le respect des horaires de passage des personnels soignants. Compte tenu de son expérience le RU joue souvent un rôle de conseil auprès des qualiticiens. Le proche du malade, un partenaire de soins* «L émergence des pathologies chroniques, liée au vieillissement de la population, devrait renforcer le recours aux aidants par les professionnels de santé, y compris dans la dimension proprement thérapeutique de la prise en charge. En devenant «partenaire de soins», l aidant est confronté à de nouvelles missions : gestion et organisation du calendrier du parcours de soins, participation au choix des prestataires et des décisions thérapeutiques, aide à la bonne observance des traitements, soutien psychologique, rôle de veille sanitaire Les problèmes de démographie médicale tendent à accroître l importance thérapeutique des aidants, et relaient l urgence à concevoir un dispositif de soutien et de suivi qui les intègre à part entière (réseaux, centres de ressources, plateformes téléphoniques ). Associer les proches paraît incontournable mais avec quels outils? Comment les former sans les substituer aux soignants? Et comment organiser la réponse adaptée, sans faire peser une trop grande responsabilité sur leurs épaules? La question est d autant plus cruciale lorsque le malade reste à domicile. Si le proche peut être envisagé comme un partenaire pour le soin, il est d abord et avant tout celui qui est au plus près du malade, l accompagnant au quotidien et jouant un rôle clé pour lui permettre de conserver une certaine qualité de vie. Préserver le lien du couple aidant-malade, ne pas s immiscer dans la relation, refuser toute instrumentalisation du proche, tels doivent être les principes respectés par les professionnels de santé lorsqu ils édifient les contours du partenariat. Cela étant, la notion de formation apparaît justifiée, au vu des missions et des tâches confiées quotidiennement à l aidant. Premier impératif, toute démarche de formation doit se faire avec le consentement conjoint du proche et du malade. Rien ne dit, en effet, que ce dernier acceptera que certains gestes, parce qu ils sont perçus comme dégradants, soient effectués par son conjoint ou son enfant. Le proche lui-même est souvent confronté à des sentiments contradictoires : à l envie d assister le malade peut se mêler le dégoût de certains actes, la peur de mal faire, le refus de devenir «l aide-soignant» de son mari ou de sa femme. Deuxième nécessité, la formation doit tenir compte des capacités et des connaissances du proche, et de son niveau d engagement. Il importe donc de procéder à une évaluation préalable, de dispenser des formations selon les besoins réels et de poser clairement les limites des gestes à acquérir.» *In Réciproques n spécial Avril 2010 Bordeaux 2/ L hospitalisation à domicile, une hospitalisation à part entière Selon le décret du 2 octobre 1992 «Les structures d hospitalisation à domicile permettent d assurer au domicile du malade, pour une période limitée mais révisable en fonction de l évolution de son état de santé, des soins médicaux et paramédicaux continus et nécessairement coordonnés. Les soins en HAD se différencient de ceux habituellement dispensés à domicile par la complexité et la fréquence des actes.» La circulaire du 30 mai 2000 précise «L HAD concerne les malades, quel que soit leur âge, atteints de pathologies graves aiguës ou chroniques, évolutives et/ou instables qui, en l absence d un tel service, seraient hospitalisés en établissement de santé.» L HAD permet d éviter aux patients des hospitalisations successives et leur garantit de bénéficier d une offre thérapeutique rarement accessible en ville. Comme pour les établissements hospitaliers avec hébergement, les HAD sont soumis : - À une autorisation d activités, délivrée par l État après remise d un dossier complet, - À la certification délivrée par la Haute autorité de santé (HAS) qui garantit la qualité de la prise en charge des malades, - La lutte contre les maladies nosocomiales (infections hospitalières), etc. Petite histoire de l HAD Le concept de l Hospitalisation à domicile est né aux États-Unis en Ce fut l opération «Home Care» réalisée à l hôpital Montefiore de New-York par le Docteur Bluestone. En France un premier établissement d Hospitalisation à domicile voit le jour en 1957 à Paris. L HAD obtient sa reconnaissance légale en 1970 avec la loi hospitalière du 30/12/1970. En 1991 la loi du 31 juillet reconnaît l HAD comme une alternative à part entière à l hospitalisation traditionnelle. Au cours de la décennie 2000 des améliorations notables sont apportées aux statuts de l HAD. La circulaire du 5 octobre 2007 autorise les établissements d HAD à prendre en charge des patients en Établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) ou non (EHPA). En 2009 la loi «Hôpital patients santé territoire» (HPST) la reconnaît comme hospitalisation à part entière et non plus comme une simple alternative à l hospitalisation conventionnelle et régit l appellation. En Septembre 2012 une série de décrets ouvrent le champ d intervention de l HAD à l ensemble des établissements sociaux et médico-sociaux avec hébergement. La circulaire du 4 décembre 2013 précise le positionnement et les modalités de développement de l HAD. Vocation L HAD vise à coordonner les interventions de plusieurs professionnels afin : P d assurer au patient une qualité hospitalière dans son environnement, P de lui garantir une prise en charge globale, P de réduire ou d éviter son hospitalisation. Si l HAD est obligatoirement généraliste, sans remettre en cause sa polyvalence, toute structure d HAD peut développer des expertises sur des activités particulières. Cette forme d hospitalisation cherche à garantir une maîtrise des coûts des prestations dans un contexte de limitation de la progression des dépenses de santé : si le patient n était pas pris en charge en HAD, il serait en effet hospitalisé dans un service traditionnel. 309 ÉTABLISSEMENTS D HAD JOURNÉES D HOSPITALISATION, permettant aux malades d être soignés chez eux, auprès de leur famille et de leurs proches 874 M COÛT GLOBAL DE L HOSPITALISATION À DOMICILE. Cela représente à peine plus de 1 % de toutes les dépenses d hospitalisation et 0,5 % des dépenses d assurance maladie L HAD en chiffres (données 2014) On dénombrait 309 établissements fonctionnels en HAD ; chaque département en comptait au moins un. Plus de malades ont été pris en charge, représentant environ 4,4 millions de journées. Si l on pondère par le nombre de journées de présence, l âge moyen des patients pris en charge était de 65 ans en 2014, contre 64 ans en Les pansements complexes sont devenus la première activité réalisée par les établissements. Le nombre de journées de soins palliatifs représentaient en 2013 la première activité en HAD. Elles ont reculé de 5,4 % en Les soins de nursing lourds et les traitements intraveineux ont fortement progressé, de même que le nombre de chimiothérapies anticancéreuses (+19 %) ainsi que la part de l activité de pédiatrie, dont le nombre total de journées est passé de 3,8 % à 4,4 % entre 2010 et Le coût moyen d une journée a été évalué à 196,8 contre 703 pour une journée d hospitalisation traditionnelle (source : Haut conseil pour l avenir de l Assurance Maladie). Le montant total du coût de l HAD a représenté 874 millions d euros. Le secteur concerne 1 % des dépenses d hospitalisation et 0,5 % des dépenses de l assurance Maladie. ACTIVITÉ DE PÉDIATRIE RÉALISÉE PAR LES ÉTABLISSEMENTS D HAD EN NOMBRE HAD TOTAL Source : Base nationale FNEHAD ACTIVITÉ PÉDIATRIQUE JOURNÉES TOTALES JOURNÉES < 18 ANS Source : Base nationale FNEHAD 196,8 EST LE COÛT MOYEN D UNE JOURNÉE D HAD pour l Assurance maladie

3 4/ L HAD en région Provence-Alpes-Côte d azur Type d établissement en région PACA 3/ L HAD en pratique RHÔNE-ALPES Gap Briançon HAUTES-ALPES ITALIA Type d établissements PACA Établissement public 7 Établissement privé à but non lucratif 8 Établissement privé 7 Les soins Un projet thérapeutique est élaboré et validé par le médecin traitant, le médecin coordonnateur, l équipe soignante HAD et, le cas échéant, par les professionnels exerçant en libéral. Une pièce du domicile du patient est dédiée à l HAD, aménagée par le service logistique de l établissement d HAD. L HAD permet de prodiguer des soins ponctuels parfois itératifs comme des chimiothérapies, de l immunothérapie, des soins continus dans le cas de pathologies évolutives comme la nutrition entérale, des pansements complexes (escarres), perfusions, traitements contre la ou d effectuer une surveillance infectieus. Les soins délivrés peuvent aussi relever du secteur paramédical (kinésithérapie) et s accompagner d une prise en charge psychologique et sociale du patient et de ses proches. Le rôle de la famille est primordial mais l absence de famille n est cependant pas un obstacle à une prise en charge en HAD si l environnement apporte de l aide (voisins, aides ménagères ). Extrait des intervenants L admission L admission s effectue exclusivement sur prescription médicale, avec le seul consentement du patient et/ou de sa famille. Les demandes d admission donnent lieu à une évaluation médicale, paramédicale et sociale, effectuée à domicile par l infirmière coordinatrice, éventuellement aidée de l assistante sociale. L admission est prononcée après avis du médecin coordonnateur, du cadre responsable de l établissement HAD et du médecin traitant. Le service d HAD se charge des formalités administratives d admission auprès de la caisse d Assurance Maladie, de même que de son éventuelle prolongation. La coordination, maillon central de l HAD À la jonction entre médecine hospitalière et secteur ambulatoire, l HAD s appuie sur une grande coordination, lors de l admission comme nous l avons vu, et dans les soins. Sont appelés à intervenir : - Le médecin hospitalier, souvent à l origine de l HAD du patient, dans le cas d un transfert d établissement, - Le médecin traitant. Responsable de la prise en charge du patient, il assure le suivi médical, - Le médecin coordonnateur. Référent médical de la structure, il est garant de la bonne exécution du protocole de soins. En principe il n est pas amené à établir de prescription. Les infirmiers, les kinésithérapeutes et toute l équipe soignante interviennent au domicile du patient. Les libéraux qui participent à l hospitalisation à domicile (sagesfemmes, diététiciens, ergothérapeutes, orthophonistes, logisticiens ) s engagent, aux côtés des personnels de la structure en charge de l HAD, à respecter ses pratiques. L assistante sociale aide les patients et leur famille à monter des dossiers pour obtenir des aides financières ou matérielles (aides ménagères, repas à domicile ). Orange Carpentras LANGUEDOC- Avignon ROUSSILLON VAUCLUSE Arles Aix-en-Provence BOUCHES-DU-RHÔNE Marseille Digneles-Bains ALPES DE HAUTE-PROVENCE Manosque Toulon VAR Draguignan Fréjus Analyse de l activité régionale ALPES-MARITIMES Cannes Nice 40 km Autre Établissement (IPC) 1 Répartition des séjours en HAD (Établissements Sociaux et Médico-sociaux) France 3,60 % 4,20 % PACA 9,80 % 10,50 % La Région PACA a la part de séjour la plus importante dans les établissements médico-sociaux devant la Bretagne (8.2%), la Basse Normandie (7.4%) et Languedoc- Roussillon (6.6%) ACTIVITE HAD France PACA France PACA Nombre d établissements Nombre de journées Age moyen 64,81 71,72 65,12 71,41 Classe d indice de Karnofsky moyen 40,00 40,00 40,00 40,00 Nombre de séjours Nb. séjours complets, sans chang. mode PEC Durée moyenne de ces séjours 17,49 19,84 18,40 25,14 DEPARTEMENT ACTIVITE HAD PACA Nombre d établissements Nombre de journées Age moyen 0 70,83 71,26 69,18 73,99 72,09 Classe d indice de Karnofsky moyen 0 40,00 40,00 40,00 40,00 40,00 Nombre de séjours Durée moyenne de ces séjours 0 44,99 40,15 34,19 61,06 73,32 Nombre moyen de patients pris en charge pour habitants DéPARTEMENT Nombre de journées réalisées Nombre d habitants au 01/01/2010* Nombre Moyen Patients par jour pour habitants ème place nationale (loin derrière les régions Limousin (24.8 %), Aquitaine (24.1 %), Nord-Pas-de- Calais (22 %) ). Le taux régional est de 19,47 patients par jour pour habitants Sources des tableaux : Mémento STATISS 2012 / ARS PACA

4 Les modes de prise en charges possibles Le suivi 5/ L HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux L HAD s adresse à tous les patients, quel que soit leur âge, nécessitant des soins curatifs ou palliatifs, pouvant être pris en charge à domicile ou dans une structure sociale et médico-sociale avec hébergement, 24h/24, 7j/7. Un Établissement Social et Médico-social peut faire appel à une structure HAD afin de réduire la durée d une hospitalisation dans un ESMS. Elle sera alors partenaire dans la prise en charge pour des soins spécifiques. L HAD n a aucun impact financier sur l ESMS. La convention garantit qu il n y aura pas de double versement par l Assurance Maladie, le PES en HAD n étant pas inclus dans les forfaits de la structure sociale et/ou médico-sociale La circulaire du précise que «le recours à l HAD est sans incidence sur le prix de journée alloué à l établissement social ou médico-social» Le texte précise aussi que l intervention de l HAD en ESMS est sans incidence sur les conditions de versement d allocation (APA, PCH ) Les conditions suivantes doivent être réunies : P L état de santé du résident nécessite une ou plusieurs interventions techniques, justifiées par une ou plusieurs affections aiguës ou des complications d affections chroniques, P à défaut d une HAD, le résident aurait dû être hospitalisé en établissement de santé conventionnel, P Principaux ou associés, les modes de prise en charge ne sont pas redondants avec ceux effectués par l établissement d hébergement. Caractéristique de l HAD en ESMS Ne relèvent pas de l HAD : - Les soins pouvant être assurés par des professionnels libéraux et/ou des SSIAD - Les patients dont l état de santé justifie le maintien dans une structure de soins conventionnelle en raison de la spécificité des soins - Les prestations logistiques et/ou de coordination pouvant être assurées par des prestataires de matériel médical et/ou par les réseaux Le cadre législatif P Décret du : intervention de l HAD en EHPAD lors de soins complexes ou nécessitant des moyens importants. Spécifie la minoration des tarifs HAD. P Arrêté du : fixe les conditions d intervention et les 14 modes de prise en charge applicables. P Arrêté du : modifie l arrêté du et fixe les conditions de prise en charge en EHPA. P Décret n du : fixe le cadre d intervention des HAD dans les ESMS avec hébergement. P Décret n du : fixe les conditions techniques de fonctionnement des HAD intervenant dans les ESMS avec hébergement. L admission 1. Demande de prise en charge formulée par le médecin hospitalier, le médecin traitant ou le médecin coordonnateur de l ESMS. 2. Après avis du médecin coordonnateur de l HAD et du médecin coordonnateur de l ESMS : visite de préadmission par l équipe de coordination de l HAD afin de : P Vérifier la pertinence de la prise en charge, P Définir les besoins du résident en terme médical, logistique, social, P Informer le résident et sa famille des modalités de suivi en HAD ; obtenir leur consentement. 3. Concertation entre les professionnels de l HAD et de l ESMS afin de signer la convention cadre, formalisant un programme d intervention personnalisée : P Objectifs de la prise en charge, P Moyens à mettre en œuvre - Personnel intervenant, - Organisation des circuits des médicaments, - Matériel médical, dispositifs médicaux, - Fournitures. La convention cadre Signature d une convention cadre préalablement à la première demande de prise en charge stipulant : - les conditions d intervention de la structure HAD dans l ESMS, - les modalités d élaboration et d adaptation des protocoles de soins, - l organisation de l accès des personnels au dossier de soins, - l organisation du circuit du médicament, - les modalités d évaluation de l organisation. Motifs de prise en charge : P Traitements intraveineux P Soins palliatifs P Chimiothérapie P Prise en charge de la douleur P Pansements complexes P Transfusion sanguine P Surveillance d aplasie P Autres Nécessitent au moins deux motifs de prise en charge : P Nutrition entérale P Nutrition parentérale P Assistance respiratoire P Rééducation orthopédique P Rééducation neurologique P Soins de nursing lourds Les acteurs dans la prise en charge des soins - Médecin hospitalier - Équipe de l ESMS - Médecin traitant - Infirmier libéral - Kinésithérapeute - Pharmacien d officine - Ergothérapeute - Orthophoniste - Réseaux - Pédicure - Médecin coordonnateur - Ide coordinatrice - Aide soignant - Assistante sociale - Psychologue - Diététicienne - Service support (pharmacien, qualiticien...) P Coordination des intervenants pendant toute la durée de l intervention par les référents des deux structures désignés dans le protocole, dans le respect du projet de vie du résident et dans le bon fonctionnement de l établissement. P Organisation de la continuité des soins. P Anticipation des situations d urgence : détermination conjointe de la procédure à mettre en place selon l organisation de l établissement, régulation des appels par l HAD, mise en œuvre de PAP, organisation des replis dans les établissements de santé partenaires P Possibilité d organiser des réunions de concertation. Impact financier pour l ESMS AUCUN - La convention garantit qu il n y aura pas de double versement par l Assurance Maladie, le PES en HAD n étant pas inclus dans les forfaits de la structure sociale et/ou médico-sociale, - La circulaire du précise que «le recours à l HAD est sans incidence sur le prix de journée alloué à l établissement social ou médico-social», - Le texte précise aussi que l intervention de l HAD en ESMS est sans incidence sur les conditions de versement d allocation (APA, PCH..). L HAD est en mesure d apporter des réponses au plus proche des besoins des usagers dans leur cadre de vie habituelle. Or plusieurs points posent problème : P Sa tarification dégressive dans le temps peut obliger les équipes d HAD et ce, pour des raisons d équilibre budgétaire, à arrêter leurs interventions alors que l usager pouvait en être tout à fait satisfait. P Certaines contraintes géographiques et/ou démographiques et/ou institutionnelles conduisent parfois à opérer des choix opposés à ceux de l usager (choix du professionnel de santé, utilisation d un réseau de santé ). P Il arrive également qu une HAD soumise par les textes au régime généraliste, acquière des spécificités et intègre une filière spécialisée (exemple : cancer et soins). Les usagers ne peuvent donc prétendre au même niveau de qualité ou aux mêmes types de soins sur l ensemble du territoire. P Par ailleurs, les liens entre HAD et le secteur «médico-social» semblent se nouer plus aisément dans le secteur de la gérontologie que dans celui du handicap, où ils sont quasi inexistants. Est-ce dû à une certaine méconnaissance? Est-ce imputable à un manque d accès et/ou d organisation des soins? Les citoyens n auraient-ils pas tous les mêmes droits? P à noter que la prévention dans le cadre de l HAD reste un axe important, qu il s agisse de prévenir la dégradation d une situation, d éviter une hospitalisation lourde ou de maintenir la personne dans une structure médico-sociale. Si l usager, premier acteur dans l élaboration de son parcours de santé, doit prendre en compte l ensemble des contraintes inhérentes à l existant, il lui appartient aussi d être force de proposition afin d améliorer sans cesse les réponses a ses besoins, actuels ou émergents. Il lui faut également opérer des choix éclairés, ce qui ne peut se faire que sur la base d une nécessaire et pertinente information. C est par des journées comme les Assises du CISS-PACA que la connaissance peut se partager

5 5 èmes Assises Régionales du CISS-PACA «L HOSPITALISATION à domicile : Alternative économique ou alternative d avenir?» Jeudi 03 mars 2016 / Amphithéâtre du Centre Gérontologique Départemental des Bouches-du-Rhône MARSEILLE ouverture des assises : Jean-Claude PICAL, Directeur du Centre Gérontologique Départemental 13 Christian ESTROSI, Président du Conseil Régional Norbert NABET, Directeur Général Adjoint, Agence Régionale de Santé PACA Présentation des travaux :, La réalité du paysage régional état des lieux et perspectives nouvelles Les HAD existantes, leur localisation, les divers développements qui vont intervenir dans le champ de l HAD. Dr Béatrice JACQUEME, Médecin Référent Cancérologie, ARS PACA Rôle, missions des établissements d HAD Historique de l HAD et positionnement dans le paysage sanitaire de demain. Fabienne REMANT-DOLE, Déléguée Régionale de la Fédération Nationale des Établissements d HAD spécificité de l organisation des soins Prise en charge gériatrique. Hospitalisation à domicile et en établissement médico-social L HAD du CGD : filière gériatrique complète sur notre territoire ; prises en charge gériatriques pour des patients à leur domicile ou résidant en EHPAD. Dr Isabelle POTARD, Médecin coordonnateur du service HAD du CGD, Marseille Prise en charge en pratique Les différents types d organisation - La permanence des soins. Pierre COULOT, Pharmacien biologiste. Directeur général de l APARD (structure HAD) en Languedoc-Roussillon l infirmier libéral en HAD Patrick KARSENTY, Représentant de l Ordre des Infirmiers libéraux en PACA rôle et place des Représentants des Usagers Rôle du RU HAD Spécificités des liens usager-patient et particularités des relations patient-aidant et personnel soignant : Les atouts d une association de bénévoles d accompagnement. Denise PETIT, JAMALV EST - RU HAD du Var Michèle FRUTOSO, Ligue Contre le Cancer, Vaucluse RU Avignon et sa région Remerciements SANTÉ INFO DROITS la ligne du Hospitalisation à domicile / CISS-PACA / Juin 2016 Je remercie chaleureusement Monsieur PICAL, directeur du Centre gérontologique départemental 13 de nous avoir accueillis dans le confortable amphithéâtre de son établissement, propice à susciter nos réflexions pour nos 5 èmes assises régionales. Je remercie également très sincèrement : Monsieur LEONETTI, Vice-Président du Conseil Régional qui a introduit le débat sur un plan technique et éthique particulièrement percutant en termes de questionnements pour les usagers que nous sommes. Monsieur NABET, directeur-adjoint de l Agence régionale de la santé, qui a confirmé son soutien à notre démarche en alimentant notre réflexion en matière de législation, de réglementation et sur un plan théorique a permis aux représentants des usagers de saisir le cadre des possibles et des limites de leurs interventions. Je remercie enfin vivement tous les intervenants d avoir partagé avec nous leurs connaissances, expériences et compétences, de nous autoriser à utiliser leurs interventions afin de constituer Les actes des cinquièmes Assises du CISS-PACA. Ce document de travail sera transmis aux représentants des usagers afin d enrichir leur compréhension des systèmes de santé. Je remercie également tous les participants qui par leur présence ont conforté notre démarche de partage et d échanges et par leurs interrogations ont contribué à la diversité des points de vue. CISS-PACA 143, avenue des Chutes-Lavie MARSEILLE Tél. : Soutenu par Ce document s adresse en priorité aux représentants d usagers. Nous avons pu le réaliser grâce à la qualité des interventions lors des cinquièmes assises du CISS-PACA. L intégralité des actes des assises sont consultables, sur demande. SIRET // Rédaction : Lila Desjardins, à partir des interventions / synthèse effectuée avec Annie Toussaint / Graphisme

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014

Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux. Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Intervention de l HAD dans les établissements sociaux et médico-sociaux Délégation Départementale FEHAP du 02 décembre 2014 Définition de l HAD Définition L HAD s adresse à tous les patients quelques soit

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE HOSPITALISATION A DOMICILE Journée du RFClin et CCLIN-Est : prévention du risque infectieux en HAD, Besançon, 8 octobre 2013 MATHIEU Carine Directrice HAD39 Déléguée Régionale FNEHAD 1 Modalités d organisation

Plus en détail

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale

L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale L Hospitalisation à Domicile Présentation Générale 1 Les malades L Hospitalisation à Domicile concerne des malades, atteints de pathologies graves, aiguës ou chroniques, évolutives et / ou instables qui,

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre

Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison. Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre septembre Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison Réunion ARS Champagne Ardennes 17 septembre 2013 18 septembre 2013 1 Axes de la stratégie nationale sur les parcours de soins des patients Fluidifier les parcours

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

L hospitalisation à domicile

L hospitalisation à domicile DOSSIER DE PRESSE L hospitalisation à domicile Avril 2016 Qu est-ce que l hospitalisation à domicile (HAD)? DÉFINITION Selon le décret du 2 octobre 1992, «Les structures d'hospitalisation à domicile permettent

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE SSIAD (service de soins infirmiers à domicile) adresse : code postal et ville : Présidé par Représenté par Ci-après dénommé «SSIAD» d une part, ET L Hospitalisation à

Plus en détail

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité

> L HAD, en tant qu établissement de santé, est soumise à la certification, ce qui garantit au malade une offre de soins de qualité Cancer et domicile Définition de l HAD > L HAD est un établissement de santé et une alternative à l hospitalisation conventionnelle, qui permet d assurer au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux

Plus en détail

Docteur Charles CHARANI Médecin coordonnateur

Docteur Charles CHARANI Médecin coordonnateur Docteur Charles CHARANI Médecin coordonnateur 1 Ouverture le 05 janvier 2009 Autorisation de 60 places Porté par le GCS GH-ICL agissant au titre d un Groupement de Coopération Sanitaire regroupant le GCS

Plus en détail

HAD 35. PRESENTATION Infirmiers en cancérologie Territoire Sanitaire 5 CHU RENNES. 12 mai 2016

HAD 35. PRESENTATION Infirmiers en cancérologie Territoire Sanitaire 5 CHU RENNES. 12 mai 2016 HAD 35 PRESENTATION Infirmiers en cancérologie Territoire Sanitaire 5 CHU RENNES 12 mai 2016 SOMMAIRE GENERALITES Définition de l HAD et Objectifs La tarification HOPITAL A DOMICILE 35 Présentation de

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

~ 154 ~ SOINS DE LONGUE DUREE

~ 154 ~ SOINS DE LONGUE DUREE ~ 154 ~ SOINS DE LONGUE DUREE ~ 155 ~ 4.8 Soins de longue durée Les missions, les modalités de prise en charge, et les moyens de fonctionnement des unités de soins de longue durée (USLD) sont précisés

Plus en détail

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 1 RAPPEL DES TEXTES Décret 22 Fév 2007 Arrêté 27 Fév 2007 Arrêtés 16 Mars et 25 Avril 2007 Décret 30 Avril 2007 Circulaire du 5 octobre 2007 + annexes Modèle

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile

HOSPITALISATION A DOMICILE. Soins palliatifs à domicile HOSPITALISATION A DOMICILE (H.A.D.) Soins palliatifs à domicile Hospitalisation à domicile Dates clés 1945 : Naissance du concept d HAD aux USA 1957: Création du 1 er Ets d HAD en France 1973 : Création

Plus en détail

fnehad l hospitalisation en 2015 édition 2016

fnehad l hospitalisation en 2015 édition 2016 fnehad l hospitalisation à domicile (HAD) en 2015 édition 2016 FNEHAD RAPPORT D ACTIVITÉ 2015-2016 extrait L had en chiffres Définition de l hospitalisation à domicile P. 3 Les chiffres clés P. 4 Les intervenants

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Développer l HAD en EHPAD

Développer l HAD en EHPAD Développer l HAD en EHPAD Eric Ginesy Délégué national de la FNEHAD Atelier : HAD en EHPAD Assemblée Générale de la FNEHAD Montpellier 4 juin 2015 Etat des lieux de l activité d HAD en EHPAD L activité

Plus en détail

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie?

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? EHPAD/USLD Table ronde 2ème journée d oncogériatrie du Centre Orléans La Source le 1 er décembre 2016 Dr Karine Barilleau

Plus en détail

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile

Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile Prise en charge à domicile : vers une coordination personnalisée des parcours de santé à domicile 15 décembre 2016 Santélys Association Association loi 1901 reconnue d utilité publique créée en 1900 Santé

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande -

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande - RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS - Dossier de demande - Le présent document s adresse à l ensemble des établissements publics et privés d Aquitaine souhaitant identifier au sein de

Plus en détail

La Loi sur le réseau de soins et le maintien à domicile, du 26 juin 2008, (LSDom) est modifiée comme suit.

La Loi sur le réseau de soins et le maintien à domicile, du 26 juin 2008, (LSDom) est modifiée comme suit. Secrétariat du Grand Conseil Projet présenté par les députés : Bertrand BUCHS PL Numéro d objet Date de dépôt : Date de dépôt Projet de loi modifiant la Loi sur le réseau de soins et le maintien à domicile

Plus en détail

HAD chez le sujet âgé: Organisation, fonctionnement et services rendus. Matthieu de Stampa HAD APHP 3eme journée scientifique de Broca

HAD chez le sujet âgé: Organisation, fonctionnement et services rendus. Matthieu de Stampa HAD APHP 3eme journée scientifique de Broca HAD chez le sujet âgé: Organisation, fonctionnement et services rendus Matthieu de Stampa HAD APHP 3eme journée scientifique de Broca Organisation (1) Rappel historique 1957: HAD AP-HP première HAD en

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur Katia PECQUERON DUZAC Septembre 2016 Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur L Hospitalisation A Domicile C est un établissement de santé, par nature polyvalent et généraliste, qui répond

Plus en détail

Livret d accueil de l usager

Livret d accueil de l usager Livret d accueil de l usager Service de Soins Infirmiers A Domicile E.H.P.A.D La Sofiéta 2424, Bd Edouard VII 06230 Villefranche-sur-Mer Téléphone : 04.93.01.66.24 ssiad@ehpadvillef.com Livret d accueil

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail

L offre de soins en France : les professionnels de santé libéraux et les établissements de santé

L offre de soins en France : les professionnels de santé libéraux et les établissements de santé L offre de soins en France : les professionnels de santé libéraux et les établissements de santé Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département de Santé Publique

Plus en détail

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014.

Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Basse-Normandie Journée Inter-Régionale sur l hospitalisation à domicile 15 octobre 2014. Situation en Basse Normandie dans le cadre de la circulaire n DGOS/R4/2013/398 du 4 décembre 2013 relative au positionnement

Plus en détail

Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente

Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente Groupement de Coopération Sanitaire «Etablissements publics de santé» de Charente Le mot du Directeur La présentation du service Les droits des usagers Le fonctionnement du service Les personnes à contacter

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014

L HOSPITALISATION A DOMICILE. 4 décembre 2014 L HOSPITALISATION A DOMICILE 4 décembre 2014 ZONE D INTERVENTION MONTASTRUC LA CONSEILLERE LEGUEVIN TOULOUSE prochainement VILLEFRANCHE QU EST-CE QUE L HAD? Une HOSPITALISATION alternative, polyvalente

Plus en détail

Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile

Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile Éducation thérapeutique dans le cadre de vie des patients Hospitalisés à Domicile Développement de programmes d éducation thérapeutique en HAD Dr Béatrice Grenier, Médecin coordonnateur. Santé Service,

Plus en détail

Améliorer la pertinence de l hébergement hospitalier pour les Personnes âgées. Paris Healthcare Week 2017 Mercredi 17 mai 2017

Améliorer la pertinence de l hébergement hospitalier pour les Personnes âgées. Paris Healthcare Week 2017 Mercredi 17 mai 2017 Améliorer la pertinence de l hébergement hospitalier pour les Personnes âgées Paris Healthcare Week 2017 Mercredi 17 mai 2017 1 Enjeux Evolutions socio-démographiques : Vieillissement de la population

Plus en détail

ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs

ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs ORGANISATION DES SOINS A DOMICILE FRANCAIS Particularités en soins palliatifs éraldine Equipe Mobile de Soins Palliatifs CHU de RENNES FRANCE Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du

Plus en détail

Compte-Rendu du 8juin 2010 Les Rendez Vous de l Information EHPAD Orchies. Autour de l articulation et des complémentarités S.S.I.A.D. H.A.D. C.L.I.C.

Compte-Rendu du 8juin 2010 Les Rendez Vous de l Information EHPAD Orchies. Autour de l articulation et des complémentarités S.S.I.A.D. H.A.D. C.L.I.C. Compte-Rendu du 8juin 2010 Les Rendez Vous de l Information EHPAD Orchies Autour de l articulation et des complémentarités S.S.I.A.D. H.A.D. C.L.I.C. Nouveau Rendez-vous de l information : Le 21 octobre

Plus en détail

AVANT-PROJET. ARRÊTÉ du. Fixant les modèles de contrats-types prévus en application de l article L du code de l action sociale et des familles

AVANT-PROJET. ARRÊTÉ du. Fixant les modèles de contrats-types prévus en application de l article L du code de l action sociale et des familles RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la santé et des sports NOR : AVANT-PROJET ARRÊTÉ du Fixant les modèles de contrats-types prévus en application de l article L. 314-12 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Table ronde N 4 L informatisation des HAD et SSIAD : comment suivre ses patients au domicile?

Table ronde N 4 L informatisation des HAD et SSIAD : comment suivre ses patients au domicile? JOURNEE D ECHANGE 20 janvier 2017 Session 2 COMMENT INNOVER ET INTERAGIR AVEC SON ECOSYSTEME? Table ronde N 4 L informatisation des HAD et SSIAD : comment suivre ses patients au domicile? Mme M-Hélène

Plus en détail

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE?

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? Marie Josée Augé-Caumon Conseiller USPO 1 ACCÈS DE TOUS À DES SOINS DE QUALITÉ Article 36 I. Les articles

Plus en détail

PRESENTATION D'HOPITAL A DOMICILE 35. Notre statut : Notre activité :

PRESENTATION D'HOPITAL A DOMICILE 35. Notre statut : Notre activité : SOMMAIRE PRESENTATION D'HOPITAL A DOMICILE 35...3 Notre statut :...3 Notre activité :...3 Notre territoire d intervention :...4 Notre organisation :...4 Nos engagements de qualité et de sécurité...6 HAD

Plus en détail

L HOSPITALISATION A DOMICILE. EPU 13 novembre 2009 Pr BOULNOIS Dr BOUCHER Mme MOUROT 1

L HOSPITALISATION A DOMICILE. EPU 13 novembre 2009 Pr BOULNOIS Dr BOUCHER Mme MOUROT 1 L HOSPITALISATION A DOMICILE EPU 13 novembre 2009 Pr BOULNOIS Dr BOUCHER Mme MOUROT 1 HAD - DEFINITION Les structures d hospitalisation à domicile permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

Salons de la Santé et de l Autonomie. «HAD en ESMS, les clés de la réussite» 20 mai 2015

Salons de la Santé et de l Autonomie. «HAD en ESMS, les clés de la réussite» 20 mai 2015 Salons de la Santé et de l Autonomie «HAD en ESMS, les clés de la réussite» 20 mai 2015 Sommaire L HAD dans le paysage sanitaire Définition de l HAD Pourquoi l HAD en SMS? Modalités de prise en charge

Plus en détail

PAERPA DAT Les nouvelles ressources. Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique

PAERPA DAT Les nouvelles ressources. Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique PAERPA DAT Les nouvelles ressources Le 28 avril 2016 Dr LEURS Pascale Plateforme téléphonique 1 PAERPA-DAT - PAERPA : Personnes Agées en Risque de Perte d Autonomie, le parcours de santé des aînés : des

Plus en détail

La région Paca. Hautes-Alpes. Vaucluse. Alpes-de-Haute-Provence. Alpes-Maritimes. Bouches-du-Rhône. Var

La région Paca. Hautes-Alpes. Vaucluse. Alpes-de-Haute-Provence. Alpes-Maritimes. Bouches-du-Rhône. Var en bref La région Paca 5 000 000 d habitants 370 établissements de soins 600 établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes 280 établissements hébergeant des personnes handicapées 150 établissements

Plus en détail

EXPERIMENTATION : Organisation de la prise en charge en HAD des patients admis aux urgences, en particulier les patients âgés hébergés en EHPAD

EXPERIMENTATION : Organisation de la prise en charge en HAD des patients admis aux urgences, en particulier les patients âgés hébergés en EHPAD EXPERIMENTATION : Organisation de la prise en charge en HAD des patients admis aux urgences, en particulier les patients âgés hébergés en EHPAD ORIGINE Depuis plusieurs années La FNEHAD Picardie relaie

Plus en détail

Jeudi 5 novembre 2015 Hôpital Européen Georges-Pompidou (HEGP) - Auditorium

Jeudi 5 novembre 2015 Hôpital Européen Georges-Pompidou (HEGP) - Auditorium Jeudi 5 novembre 2015 Hôpital Européen Georges-Pompidou (HEGP) - Auditorium Centre Ressources Francilien du Traumatisme Crânien 8, rue Maria Hélèna Vieira da Silva / Pavillon Leriche - 75014 PARIS PRATIQUE

Plus en détail

L offre de soins, une synergie de tous les acteurs

L offre de soins, une synergie de tous les acteurs 2016 L offre de soins, une synergie de tous les acteurs En France, l offre de soins se compose : de la médecine de ville (dite aussi ambulatoire) constituée des professionnels exerçant en cabinet : médecins

Plus en détail

Docteur DEBOFFLE. G.

Docteur DEBOFFLE. G. 1 SESSION INTER REGIONALE Les Coopérations : L Hôpital Public au cœur du mouvement. Journée du 11 janvier 2001, à l ENSP de Rennes. Docteur DEBOFFLE. G. 2 HOPITAL LOCAL : HOPITAL DE PROXIMITE Quelles Missions

Plus en détail

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation à domicile en 2013 Assemblée Générale 2014 Pays d Artois sommaire Définition de l hospitalisation à domicile 2 Les chiffres clés de l

Plus en détail

Coordonnateur de services à la personne

Coordonnateur de services à la personne Coordonnateur de services à la personne D où peuvent-ils venir? Assistant de service social Conseiller en économie sociale familiale (CESF) Educateur de jeunes enfants Responsable de secteur (services

Plus en détail

R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION. I. L'hôpital public : Définition :

R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION. I. L'hôpital public : Définition : R5 = HOSPITALISATION R5 = HOSPITALISATION I. L'hôpital public : Définition : Établissement public de santé, investi d une mission de service public hospitalier reposant sur 3 grand principes : égalité

Plus en détail

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS Vous avez dit Soins Palliatifs Définitions Thérèse VANIER en 1976 «C est tout ce qui reste à faire quand il n y a plus

Plus en détail

Diplôme de formation interprofessionnelle pour une approche transversale et coordonnée du parcours de santé

Diplôme de formation interprofessionnelle pour une approche transversale et coordonnée du parcours de santé UNIVERSITE PAUL SABATIER TOULOUSE Diplôme de formation interprofessionnelle pour une approche transversale et coordonnée du parcours de santé déclinaison cancérologie (prévoir déclinaison gériatrie, maladies

Plus en détail

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968

1 re structure HAD de province. Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 Présentation 1 re structure HAD de province Association à but non lucratif (loi 1901) créée en 1968 par le Dr Thielley, Santé Service Bayonne et Région est la 1 re structure d'hospitalisation À Domicile

Plus en détail

HaD Ouest Audois : Indications et retour d expérience

HaD Ouest Audois : Indications et retour d expérience Notre Mission Installer l Hôpital à la Maison HaD Ouest Audois : Indications et retour d expérience Intervenants : Anne MANDONNAUD, Médecin Coordonnateur HaD Ouest Audois 13 décembre 2012 25 décembre 2012

Plus en détail

Perspectives du financement des parcours de soins. Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France

Perspectives du financement des parcours de soins. Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France Perspectives du financement des parcours de soins Patrick OLIVIER, Directeur de la stratégie Agence Régionale de Santé d Ile-de-France 2 Les acteurs, leurs financements : l hôpital (1/2) Médecine chirurgie

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE

SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE SOINS PALLIATIFS EN NEURO ONCOLOGIE Dr Sara Balagny Equipe Mobile d Accompagnement et de Soins Palliatifs Hospitalisation A Domicile CHRU Lille Définition des soins palliatifs «Les soins palliatifs cherchent

Plus en détail

PROJET DE SERVICE SSIAD - ESA

PROJET DE SERVICE SSIAD - ESA PROJET DE SERVICE 2014-2018 SSIAD - ESA Résidence «Les Tilleuls» Synthèse PRESENTATION DE LA RÉSIDENCE «LES TILLEULS» D ORAISON Historique La ville d'oraison se situe dans les Alpes de Haute Provence,

Plus en détail

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD

RESEAUX et FILIERES DE SOINS. Promotion UE 1.2.S2 DP /AVD RESEAUX et FILIERES DE SOINS Promotion 2015.2018. UE 1.2.S2 DP /AVD 1 Organisation du système de soins Niveau national L Etat finance l offre de soins Réponse aux besoins de santé de la population Couverture

Plus en détail

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez.

Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. - 2 - Madame, Monsieur, Vous avez fait appel à notre service de Soins à Domicile. Soyez remercié(e) de la confiance que vous nous accordez. Le Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) a pour objectif.

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015

CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 CENTRE HOSPITALIER DE PONT SAINT ESPRIT JEUDI 10 DECEMBRE 2015 PARCOURS PATIENT : L ÉGALITE D ACCES? SOMMAIRE I LES TEXTES - Parcours de soins - Loi du 4 mars 2002 II LE SERVICE SSR SOINS PALLIATIFS -

Plus en détail

Les soins en ville et l hospitalisation à domicile

Les soins en ville et l hospitalisation à domicile 6th International Congress of Breath Disease Centers WORKSHOP 1 Les soins en ville et l hospitalisation à domicile Dr Nicolas GANDRILLE Fondation Santé Service HAD Les différents intervenants du domicile:

Plus en détail

Parcours de santé Expérimentations et outils promus par l Agence Régionale de Santé

Parcours de santé Expérimentations et outils promus par l Agence Régionale de Santé Parcours de santé Expérimentations et outils promus par l Agence Régionale de Santé Congrès FEHAP 3 octobre 2013 Laurent SAUZE Directeur délégué aux politiques régionales de santé Contexte Cadre «règlementaire»

Plus en détail

OPTIMISER LE PARCOURS DE SOINS DE L USAGER A DOMICILE

OPTIMISER LE PARCOURS DE SOINS DE L USAGER A DOMICILE TACTIQUE ANTIPOLIS uillet 2016 OPTIMISER LE PARCOURS DE SOINS DE L USAGER A DOMICILE Une cooordination conjointe 2 La coordination des soins se définit comme une action conjointe des professionnels de

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES Cedex 9 Direction Générale Tél 04 66 68 30 01 Fax 04 66 68 34 00 www.chu-nimes.fr

Plus en détail

Le parcours de Madame PAERPA 83 Ans, veuve sans enfant, sous tutelle.

Le parcours de Madame PAERPA 83 Ans, veuve sans enfant, sous tutelle. Le parcours de Madame PAERPA 83 Ans, veuve sans enfant, sous tutelle. Du repérage de la personne à la coordination des acteurs sanitaires, sociaux et médico-sociaux Repérage de Mme PAERPA: Le 12-08-2015:

Plus en détail

Les instances hospitalières

Les instances hospitalières Les instances hospitalières La nouvelle gouvernance Grégory GUILLAN, Formateur I.F.S.I. Charles Foix Mars 2011 Objectifs Définir les différentes instances hospitalières. Déterminer les différentes missions

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE DE SAINT-GALMIER SOMMAIRE. Route de Cuzieu SAINT-GALMIER Tél

LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE DE SAINT-GALMIER SOMMAIRE. Route de Cuzieu SAINT-GALMIER Tél LIVRET D ACCUEIL SERVICE DE SOINS INFIRMIERS À DOMICILE DE SAINT-GALMIER Route de Cuzieu 42330 SAINT-GALMIER Tél. 04.77.36.05.78 Fax. 04.77.36.05.99 E-mail : ssiad@hopital-saint-galmier.fr SOMMAIRE Le

Plus en détail

RESEAU EPSILON Réseau pluridisciplinaire de soins palliatifs à domicile Charte Réseau Epsilon

RESEAU EPSILON Réseau pluridisciplinaire de soins palliatifs à domicile Charte Réseau Epsilon RESEAU EPSILON Réseau pluridisciplinaire de soins palliatifs à domicile Charte Réseau Epsilon 1 La présente charte est destinée aux professionnels de santé quels qu ils soient, souhaitant intervenir dans

Plus en détail

L offre de soins en France : les professionnels de santé libéraux et les établissements de santé

L offre de soins en France : les professionnels de santé libéraux et les établissements de santé L offre de soins en France : les professionnels de santé libéraux et les établissements de santé Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département de Santé Publique

Plus en détail

Offre de la filière gériatrique

Offre de la filière gériatrique Offre de la filière gériatrique Palette complète de prises en charge spécifiques en gériatrie dans le cadre d hospitalisations programmées et non programmées En Cs, en HDJ, en hospitalisation complète

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE Vu les articles R. 6121-4-1 et D. 6124-311 du code de la santé publique, Vu l'article R.

Plus en détail

Charte de fonctionnement de la filière gériatrique et gérontologique Lyon nord

Charte de fonctionnement de la filière gériatrique et gérontologique Lyon nord Charte de fonctionnement de la filière gériatrique et gérontologique Lyon nord PREAMBULE Une filière gériatrique et gérontologique est organisée entre les structures sanitaires et médicosociales, sociales,

Plus en détail

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination

Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Parcours de soins en cancérologie: les défis de la coordination Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire JESS 2014, Saint- Etienne Les progrès en cancérologie Progrès techniques: > Nouveaux médicaments

Plus en détail

de Santé du Bessin ville / hôpital

de Santé du Bessin ville / hôpital Réseau de Santé du Bessin Réseau de Santé du Bessin et coopération ville / hôpital Dr Thierry Gandon Cafés Réseaux URML I.d.F 20.05.2008 France Normandie Caen Bayeux - 14 Bayeux Caen Le Bessin 100.000

Plus en détail

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20...

D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C. Etabli à.., le 20... D O C U M E N T I N D I V I D U E L D E P R I S E E N C H A R G E : D I P E C Etabli à.., le 20... NOM : Prénom : Ce document comprend 4 parties : - 1. Objet et Durée du Document Individuel de Prise en

Plus en détail

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine

Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine Perspectives des Soins Palliatifs à domicile et orientations en région Aquitaine 20 novembre 2015 Journée Nationale de la SFAP sur les Réseaux L avenir des soins palliatifs à domicile, quelle offre de

Plus en détail

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau

Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau 1 Lien Ville Hôpital pour un maintien au domicile: la nécessaire coordination et le travail en réseau Isabelle Crassard France Woimant Référents neurologie ARS IDF XXème Journée nationale d Etudes et de

Plus en détail

PAERPA. Personnes Agées En Risque de Perte d Autonomie ****

PAERPA. Personnes Agées En Risque de Perte d Autonomie **** PAERPA Personnes Agées En Risque de Perte d Autonomie **** 9 ème 10 ème 19 ème arrondissements de Paris Un territoire face au défi du vieillissement de sa population Ateliers PAERPA ARS DT 75 avril 2014

Plus en détail

6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL

6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL 6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre 2014 Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL Etat des lieux HAD en Haute Normandie (1) HAD en Haute Normandie (2) Développement de l HAD relativement récent:

Plus en détail

Mme ONA Stéphanie Cadre de santé 07 juin 2016

Mme ONA Stéphanie Cadre de santé 07 juin 2016 L expertise des soins complexes et coordonnés à domicile Journée Formation IFSI Mme ONA Stéphanie Cadre de santé 07 juin 2016 Qu est-ce que l HaD? 2 HaD FRANCE Société de statut privé Créée en août 2007

Plus en détail

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015 Forum HAD organisé par l ARS Poitou Charentes Poitiers le 5 novembre 2015 Intervention Mode d organisation de l HAD Intervenants Dr Nelly GRIMAUD, Médecin de l HAD Mutualiste 16 Ludovic GERBOU, IDE Libéral

Plus en détail

INFIRMIERS DE PRATIQUE AVANCÉE EN FRANCE :

INFIRMIERS DE PRATIQUE AVANCÉE EN FRANCE : INFIRMIERS DE PRATIQUE AVANCÉE EN FRANCE : DE LA FORMATION À L'IMPLANTATION DANS LES MILIEUX CLINIQUES Sébastien COLSON, Infirmier puériculteur, ATER Ph.D en santé publique (Aix-Marseille Université) et

Plus en détail

PARIS HEALTHCARE WEEK

PARIS HEALTHCARE WEEK PARIS HEALTHCARE WEEK 17 MAI 2017 Agora : «Au secours! Mon patient est en HAD!» Dispenser des soins complexes au domicile : quelle coopération entre les infirmiers libéraux et les établissements d hospitalisation

Plus en détail

ANNEXE 1. Lits halte soins santé. Cahier des charges

ANNEXE 1. Lits halte soins santé. Cahier des charges ANNEXE 1 Lits halte soins santé Cahier des charges Préambule En 1993, ont été installés, à titre expérimental, des «lits infirmiers», chargés d accueillir des personnes sans domicile dont l état de santé

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017

Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017 Dossier de presse Filieris, un groupe de santé ouvert à tous Janvier 2017 CONTENU Une couverture santé globale... 3 Filieris, un opérateur de santé issu d un régime de protection sociale... 4 L offre de

Plus en détail

Livret d accueil. Equipe Spécialisée Alzheimer GER-DOC 19 - version 2 du 14/11/2013 / (21/08/2014)

Livret d accueil. Equipe Spécialisée Alzheimer GER-DOC 19 - version 2 du 14/11/2013 / (21/08/2014) Livret d accueil Equipe Spécialisée Alzheimer 02.43.08.28.42 esa@ch-mayenne.fr Page 1 sur 16 Madame, Monsieur, Dans le cadre du plan national Alzheimer 2008/2012, l Agence Régionale de Santé des Pays de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE

PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE PRISE EN CHARGE DE L ANTIBIOTHERAPIE A DOMICILE stratégies thérapeutiques et modalités pratiques 24/11/2015 Le Guen, cadre de santé, Service de maladies infectieuses, CHRU de Brest 1 Plan Quelles options

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre RAPPORT ANNUEL D ACTIVITE MEDICALE DE L EHPAD : situation au 31 décembre Année concernée par le rapport : Médecin coordonnateur : ATTENTION : PRECISER «0» ou «ND» car tout champ vide est analysé comme

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE. Livret d accueil du stagiaire

HOSPITALISATION A DOMICILE. Livret d accueil du stagiaire Livret d accueil du stagiaire Page 2 HOSPITALISATION A DOMICILE Sommaire Présentation du service Modalités pratiques de votre stage Les prises en charge réalisées Les situations prévalentes Numéros utiles

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :...

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... - Le Directeur est :... - L infirmière Coordinatrice du SSIAD est :... RESSIAD Touraine Groupe de Recherche et d Etudes des Services Soins Infirmiers A Domicile REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT DU S.S.I.A.D de... PREAMBULE En vertu du décret n 2003-1095 du 14/11/2003, le règlement

Plus en détail

Système de santé (1) Offres de soins

Système de santé (1) Offres de soins Système de santé (1) Offres de soins Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique L offre de soins, c est Prestations / actes médicaux : professionnels de santé Lieux de soins : hôpital, médico-social,

Plus en détail

Les hôpitaux de jour gériatriques dans la filière de soins

Les hôpitaux de jour gériatriques dans la filière de soins Ministère de la santé et des sports Sous-direction de l organisation du système de soins Les hôpitaux de jour gériatriques dans la filière de soins 5 juin 2009 Prémices de l hôpital de jour gériatrique

Plus en détail