CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT"

Transcription

1 CHOIX DES MOYENS DE FINANCEMENT Corynne Jaffeux Professeur Université Bordeaux 4 1

2 SOMMAIRE Les modes de financement des entreprises non cotées et des entreprises cotées La crise bancaire de 2007 et ses répercussions financières et économiques 2

3 LE CHOIX DES MODES DE FINANCEMENT Le financement interne (autofinancement), Le financement externe : - Emission de billets de trésorerie - Emission d actions - Emissions d obligations 3

4 ECONOMIE DE PRODUCTION ET ÉCONOMIE FINANCIÈRE : LE GRAND ÉCART 4

5 LES POSSIBILITÉS DE FINANCEMENT EXTERNES 1. LES FONDS PROPRES appel privé aux actionnaires appel aux salariés émission d actions en bourse primes et subventions 2. L ENDETTEMENT emprunt auprès des banques contrat de crédit-bail émission d emprunts obligataires émission de billets de trésorerie 3. LES QUASI- FONDS PROPRES apport d associés en compte courant émission d emprunts convertibles émissions d emprunts donnant accès au capital 5 Les financements inscrits en italique correspondent à des interventions sur le marché financier par

6 PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE L ÉCONOMIE D ENDETTEMENT ET DE L ÉCONOMIE DE MARCHÉ Mode de financement privilégié des agents Taux d autofinancement des agents non financiers Place de la Banque centrale dans le refinancement bancaire Économie d endettement Crédit bancaire Faible (50% ou moins) Refinancement direct et obligatoire Économie de marchés de capitaux Émission de titres Élevé (90% ou plus) Refinancement indirect et discrétionnaire 6

7 DYNAMIQUE CARACTÉRISTIQUE DE L ÉCONOMIE D ENDETTEMENT Agents non financiers Demande de Offre de crédit À besoin de financement crédit bancaire Refinancement auprès des banques commerciales et de la banque centrale pour équilibrer leur bilan Insuffisance des ressources 7

8 DYNAMIQUE CARACTÉRISTIQUE DE L ÉCONOMIE DE CAPITAUX Marché interbancaire Ressources excédentaires Nouveaux crédits Demande de crédits 8

9 PRIX DE L ARGENT ET VALEUR DU TITRE I Marché Marché des titres Marché des capitaux Offre Demande Prix L émetteur L investisseur La valeur du titre L investisseur L émetteur Le taux de rentabilité L offre de titres correspond à la demande de capitaux. La demande de titres correspond à l offre de capitaux. Le prix d ajustement sera donc égal à la valeur du titre. Ce prix correspond au loyer de l argent, équilibrant l offre et la demande de capitaux. 9

10 PRIX DE L ARGENT ET VALEUR DU TITRE II Si Demande de capitaux offre de capitaux L offre de titres demande de titres. prix de l argent. La valeur du titre Si Offre de capitaux demande de capitaux La demande de titres offre de titres. prix de l argent. La valeur du titre Conclusion : prix de l argent et valeur des titres varient en sens contraire. Minimiser le coût de financement = maximiser la valeur du titre correspondant à ce financement. 10

11 LES RISQUES DES MARCHÉS RISQUE FINANCIER INSTRUMENTS FINANCIERS RISQUES DOMINANTS PRODUITS DÉRIVÉS Emetteurs souverains et quasi souverains Dette gouvernementale domestique Euro-obligation souveraines et dettes quasi souveraines Risque de taux - Futurs et options (marchés organisés) - Swaps et options (marchés de gré à gré) Emetteurs privés (institutions financières et entreprises) Dettes seniors (emprunts privés) Dettes subordonnées (dettes privées) Dettes convertibles et hybrides Risque de crédit Dérivés de crédit (marché de gré à gré) actions Risque action - Futurs et options (marchés organisés) - Dérivés actions (marchés de gré à gré) 11

12 LA CRISE La crise de 2007 est avant tout une crise de confiance et un problème d évaluation mark to market des portefeuilles des banques. 12

13 2007 : MÉCANISMES ET DYNAMIQUES DE LA CRISE La crise s est développée en trois périodes : Le déclenchement de la crise L accélération de la crise Les canaux de propagation 13

14 LA SOUS-ÉVALUATION DU RISQUE Les investisseurs ont cherché à accroître leurs rendements en investissant sur des produits rémunérateurs et risqués. Le contexte économique était favorable : Inflation faible, Croissance forte, Solidité financière des entreprises. La sous-évaluation des risques était perceptible sur les primes de risques très faibles sur tous les marchés. 14

15 UN SYSTÈME BANCAIRE AUX FRONTIÈRES MAL DÉFINIES Des institutions financières ont emprunté à très court terme en finançant des produits structurés à long terme très rémunérateurs. Or ces institutions financières ne sont pas toutes soumises aux mêmes exigences réglementaires. 15

16 PRODUITS STRUCTURÉS : DÉFINITION Un produit structuré est un produit conçu par une banque pour satisfaire les besoins de ses clients. C'est souvent une combinaison complexe d'options, de swaps, etc basée sur des paramètres non cotés. Comme un produit structuré n est pas coté sur un marché, son prix est déterminé en utilisant des modèles mathématiques qui modélisent le comportement du produit en fonction du temps et des différentes évolutions du marché. 16

17 LES ÉTABLISSEMENTS D INVESTISSEMENT Le Glass Steagall Act de 1933 a séparé les banques universelles en deux familles : Les banques commerciales qui reçoivent les dépôts, Les banques d investissement qui garantissent les placements de titres en bourse. En 1987, la Federal Reserve Bank accepte que les grandes banques commerciales garantissent à leur tour des placements de titres au service de leurs clients entreprises ; ces banques souhaitaient entrer sur le métier de l underwriting très lucratif. En 1999, la loi Gramm Leach-Billey Act permet à un même conglomérat financier d offrir toute la palette des services financiers (banque, assurance, titres, capitalinvestissement ) sous un statut de holding et le contrôle de la FED. Les banques d investissement restent contrôlées par la SEC. En 2008, la FED étend ses refinancements aux banques d investissement pour sauver Bear Stearns qui s adosse à JP Morgan. Lehman Brothers n échappe pas au dépôt de bilan. Merrill Lynch se vend à Bank of America. Goldman Sachs 17 et Morgan Stanley se rangent sous le statut de holding régulé par la FED.

18 QUI CONTRÔLE QUI? Les banques d investissement Aux Etats-Unis Securities and Exchange Commission En France Commission bancaire (Banque de France) Les banques de dépôt Federal Reserve Commission bancaire La gestion collective Les assurances Les marchés boursiers Les agences de notation Securities and Exchange Commission Département des assurances (un département par Etat) Securities and Exchange Commission Pas de contrôle Autorité des Marchés Financiers Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles (ACAM) Autorité des Marchés Financiers Pas de contrôle 18

19 LE DÉCLENCHEMENT DE LA CRISE : L INNOVATION FINANCIÈRE ET LA GLOBALISATION La création de produits structurés consistant à construire des instruments financiers à partir d éléments sous-jacents dont les crédits immobiliers subprime a marqué les années précédant la crise. Tous les produits structurés ont été touchés en raison du doute sur leur composition réelle. Ces produits ont été largement diffusés dans le secteur financier par le mécanisme de la titrisation. 19

20 LA DIFFUSION DES PRODUITS STRUCTURÉS 20

21 LES CANAUX DE PROPAGATION Deux canaux de propagation se sont entretenus mutuellement : La liquidité, La valorisation. Le passage d une crise de marché (subprime) à une crise financière (le marché des ABCP) et à une crise bancaire a été très rapide. 21

22 LA LIQUIDITÉ Le tirage des lignes de liquidité a donné naissance à une réintermédiation par les banques des encours concernés : beaucoup de banques ont dû réintégrer des opérations dans leurs bilans pour deux raisons : Des liens financiers avec des lignes de liquidités accordées auparavant aux SPV; Eviter la matérialisation d un risque de réputation. 22

23 LIQUIDITÉ ET VALORISATION 23

24 LES TROIS EFFETS DE LA CRISE 24

25 LES DIMENSIONS DE LA CRISE 25

26 LA DIFFUSION DE LA CRISE SELON LES PAYS Pays émergents Marchés émergents Crédit entreprises Prime RMBS Pays développés CMBS Marché monétaire Institutions financières RMBS subprime Source : FMI Jan-07 Avr-07 Juil-07 Oct-07 Jan-08 Avr-08 Juil-08 Oct-08 Jan-09 Avr-09 26

27 LES MANDATS DE LA FED ET DE LA BCE La FED a trois mandats : - L inflation, - La croissance, - La lutte contre le chômage. La BCE a un mandat : la lutte contre l inflation. 27

28 LE PLAN ANTI CRISE DU SECTEUR FINANCIER BANQUES CENTRALES : DES MESURES EN FAVEUR DU REFINANCEMENT DES BANQUES À MOINS D UN AN - L Eurosystème prête plus de liquidités - - Le financement est fourni à plus long terme - - Le taux directeur a été significativement abaissé - L élargissement du système de garantie - La fourniture de liquidités en devises LES ACTIONS DES ÉTATS A SUIVI TROIS AXES - Le renforcement des fonds propres des organismes financiers pour assurer leur solvabilité, nationalisation le cas échéant - Une aide de l Etat pour fournir un financement à moyen et long terme (de 1 an à 5 ans) aux banques afin de relancer le financement de l économie - L aménagement de certaines règles comptables 28

29 CADRE DES ÉVOLUTIONS RÉGLEMENTAIRES CALENDRIER ET ACTEURS DE LA RÉGULATION Pittsburgh Sept 2009 Proposition Transfrontière et institutions systémiques Oct 2010 Séoul Nov 2010 Convergence des normes comptables fin2011 Adoption B2 Capital framework par tout les membres du G20 Réforme B2 mise en œuvre Études d impact Entrée en vigueur réfome du trading book - fin Jurisdictions non coopératives Nov 2009 «Package de Bâle» Acteurs G20 Toronto Juin 2010 Normalisateurs comptables Réforme B2 annoncée fin 2010 Rémunérations: Mise en œuvre standards FSB FSB Mise en œuvre traitements spécifiques cross border résolutions BCBS Toutes les transactions OTC sur dérivés standardisées compensées via CCP et enregistrement dans des trade repositories Clause de Grandfathering Pour certaines dispositions (de 2013 à 2018) Août

30 LA POSITION DU FMI La crise a coûté $1 226,8 MDS au secteur bancaire mondial en pertes et dépréciations d actifs. Les Etats ont injecté $484,4 MDS de capitaux pour sauver les banques, dont une partie seulement sera remboursée. La réflexion du FMI vise à faire porter le coût du sauvetage des banques non plus sur les contribuables mais sur leurs actionnaires et créanciers. Il doit être possible d organiser la mort d établissements, aussi grands soient-ils, sans créer de risque systémique. 30

31 LA SITUATION DE LA FRANCE 31

32 L ENDETTEMENT DES PAYS DU GOLFE 32

33 LE CIRCUIT DE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE US Le circuit de financement est le suivant : Les non résidents prêtent de l argent aux ménages américains en leur achetant des obligations du secteur public ; Les non résidents prêtent également aux entreprises américaines en achetant les obligations qu elles émettent ; les entreprises américaines rachètent aux ménages leurs propres actions. Depuis longtemps, les Etats-Unis sont le consommateur en dernier ressort. Ils sont devenus le payeur en dernier ressort. 33

34 LES CHANGEMENTS DE PARADIGMES Le couple infernal des années 70 : Monétisation des déficits publics et inflation du prix des biens et services. Le couple infernal des années 90 : Monétisation des dettes privées et inflation du prix des actifs financiers : c est un changement de paradigme. Le couple infernal des années 2010 : Monétisation des déficits publics, inflation du prix des biens et services et inflation du prix des actifs financiers : nouveau changement de paradigme. 34

35 LES SOLUTIONS MISES EN PLACE AUX ETATS-UNIS OPÉRATIONS DE REFINANCEMENT ET OPEN MARKET Des banques peuvent mettre en pension auprès du Fed des titres de bonne qualité (titres souverains) contre des liquidités. Il n y a pas de limite dans le refinancement. La baisse des taux d intérêt allège le coût de refinancement des banques. NOUVELLES PROCÉDURES DE REFINANCEMENT Le nombre de titres éligibles a été augmenté, tout comme le nombre de banques éligibles (20 banques d investissement). Les procédures de refinancement sont devenues hebdomadaires. TRANSFERT DE RISQUE SUR LE MARCHÉ HYPOTHÉCAIRE Des titres hypothécaires illiquides notés AAA sont échangés contre des titres d Etat éligibles aux opérations de refinancement : il n y a pas création monétaire. PRÊT EXCEPTIONNEL À DES BANQUES JP Morgan : $30Mds pour racheter Bear Stern 35

36 LES ETATS-UNIS EN FAILLITE? Un Etat peut faire faillite. Il suffit que les marchés ne lui accordent plus leur confiance et refuse d acheter le papier émis. La cessation de paiement aurait pour conséquence de se mettre sous la protection du «Chapter 11». 36

37 L ALÉA MORAL Pourquoi aider Wall Street, responsable de la crise et laisser Main Street payer le prix fort? C est un exemple parfait du risque moral. Le risque moral se définit comme le risque que quelqu un agisse de manière immorale (Wall Street) parce qu il se sait protégé par les assurances, les lois ou les institutions (Main Street) contre les préjudices que son comportement pourrait sinon engendrer. 37

38 SITUATION DE LA FRANCE 38

39 LA DETTE PUBLIQUE AMÉRICAINE (EN $MDS) 39

40 POUR 1 EURO INVESTI LE 1 ER JANVIER 1998, QUEL EST VOTRE GAIN LE 10 SEPTEMBRE 2010? 40

41 PROJET DE L ADMINISTRATION OBAMA Le projet est de créer deux nouveaux régulateurs : L Agence de protection des consommateurs Le Conseil des superviseurs dont les caractéristiques seraient les suivantes : il est présidé par le secrétaire au trésor, il évalue les risques systématiques, Il coordonne les régulateurs. Dans ce projet, la Fed est le régulateur et le superviseur de toutes les institutions systémiques, quelle que soit leur nature. 41

42 LES PARADIS FISCAUX : L EXEMPLE DE JERSEY L île accueille 47 banques, 206 milliards de dépôts, plus de fonds d investissement et 260 milliards d actifs gérés pour une population de habitants. Le sort de Jersey est lié à celui de la finance internationale. Les bureaux de Jersey Finance, organisme parapublic chargé de faire la promotion de l industrie financière de Jersey se trouve dans le même bâtiment que ceux du gouvernement et du Trésor public. Réunir sous le même toit l organisme chargé de faire la promotion de l un des temples de l évasion fiscale et de l administration chargée de lever l impôt ne manque pas de sel 42

43 LES PARADIS FISCAUX : L EXEMPLE DES ÎLES CAÏMANS Quelques données sur le territoire des «boîtes à lettres»: Chef de l Etat : Elizabeth II Statut : territoire d outre-mer britannique Superficie : 262km² Population : habitants dont la moitié des expatriés PIB par habitant : Secteur financier : 500 banques, 800 assureurs et fonds de Placements, hedge funds (soit 1/3 des fonds mondiaux) Finance : 40% du PIB Situation dans le monde : 1960 : simple caillou 2008 : 5 ème place financière mondiale 43

44 LES PARADIS FISCAUX : L EXEMPLE DES IMPLANTATIONS DE LA BNP En 2009, BNP possède 189 filiales dans les paradis fiscaux, dont : -21 aux iles Caïman, - 2 à Chypre, -27 à Luxembourg. 44

45 45

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX?

LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? LE COLLATÉRAL : QUELS ENJEUX? Par Céline Bauné, Consultante Depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre 28, les acteurs financiers font de plus en plus appel au collatéral : d une part, ses utilisations

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Sylvie Mathérat Directeur Général Adjoint -Opérations Banque de France 1 Plan 1- Quel rôle pour la titrisation dans le financement

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

Une crise du crédit. La crise financière: Les causes et les implications. Conférence ASDEQ. Ottawa Le 27 octobre 2008

Une crise du crédit. La crise financière: Les causes et les implications. Conférence ASDEQ. Ottawa Le 27 octobre 2008 La crise financière: Les causes et les implications Conférence ASDEQ Ottawa Le 27 octobre 2008 Clément Gignac Économiste en chef, Banque Nationale Premier Vice-président et stratège, FBN Une crise du crédit

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Stratégie 24 Update II/2014 La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Depuis la fin de l année 2007, le secteur des hedges funds a entamé une traversée du désert. Pourtant, le nouveau

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro

Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro Crise de la dette souveraine et fragilité du secteur bancaire dans la zone euro EAS FSEG Mahdia Tunis - BCT- 29 novembre 2011 1-0rigine de la crises 2 - Spécificités de cette crise par rapport à la crise

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Descriptif détaillé de l ensemble des mesures adoptées 13 juin 2014

LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Descriptif détaillé de l ensemble des mesures adoptées 13 juin 2014 LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE Descriptif détaillé de l ensemble des mesures adoptées 13 juin 2014 S ept mois après sa dernière baisse des taux, la Banque Centrale Européenne est

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

En pleine tempête financière : faisons le point

En pleine tempête financière : faisons le point En pleine tempête financière : faisons le point () Il est évident que, face à cette crise financière, nous ne sommes pas encore tirés d'affaires. Néanmoins, nous pouvons essayer d'en retracer les principaux

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES

PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES SO00BM24 Introduction aux politiques économiques PARTIE 2 : LES POLITIQUES ÉCONOMIQUES CONJONCTURELLES CHAPITRE 2 : LA POLITIQUE MONETAIRE I. Préambules sur la Monnaie II. 1. La création monétaire A. Comment

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

FÉVRIER 2009 N 2. Documents et débats LA CRISE FINANCIÈRE

FÉVRIER 2009 N 2. Documents et débats LA CRISE FINANCIÈRE FÉVRIER 2009 N 2 Documents et débats LA CRISE FINANCIÈRE 291 0002 «Aucune représentation ou reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l article L. 122-5. 2e et 3e a) du code de la propriété

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

Les 6èmes rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change

Les 6èmes rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Les 6èmes rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Les nouveaux enjeux de la gestion du collatéral EUROCLEAR Cyril Louchtchay de Fleurian Head of Collateral Management & Securities

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence?

Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? Le système bancaire parallèle : vers plus de transparence? CNIS, commission Système financier et financement de l'économie Jeudi 25 septembre 2014 Omar Birouk DGS-Banque de France Yamina Tadjeddine EconomiX,

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise

Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires. Rappel historique et problématiques post crise Les évolutions de la régulation et de la supervision bancaires Rappel historique et problématiques post crise 1/ Rappel historique a) Étape 1 Régulation issue du Comité de Bâle Bâle 1 «ratio Cooke» 1988-8%

Plus en détail

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Nikolay Gertchev Deuxième Université d automne de l économie autrichienne 5-7 Octobre 212, Troyes Eléments essentiels des systèmes bancaires contemporains

Plus en détail

P ortés par la vague, ils se croyaient d habiles nageurs.» Ainsi André

P ortés par la vague, ils se croyaient d habiles nageurs.» Ainsi André L économie sociale en mouvement LA CRISE FINANCIÈRE DE L ÉTÉ 2007 : QUELQUES RÉFLEXIONS POUR LES BANQUES COOPÉRATIVES par Pierre Valentin (*) (*) Directeur financier du Crédit coopératif. Cet article analyse

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

system et la crise Le shadow banking financière Les acteurs du système bancaire parallèle

system et la crise Le shadow banking financière Les acteurs du système bancaire parallèle Le shadow banking system et la crise financière Esther Jeffers Université Paris 8, LED Dominique Plihon Université Paris 13 Sorbonne Paris Cité, CEPN La crise des subprimes a révélé l existence d un système

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Point de vue sur le Prime Brokerage

Point de vue sur le Prime Brokerage Point de vue sur le Prime Brokerage Quels sont les nouveaux drivers et quel est le nouvel environnement concurrentiel des Prime Brokers après la crise des subprimes? Romuald HAJERI Vice - President Michel

Plus en détail

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Définitions

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

Le secteur financier fragilisé revoit ses modèles économiques

Le secteur financier fragilisé revoit ses modèles économiques Le secteur financier fragilisé revoit ses modèles économiques 1 LA SITUATION DES BANQUES INTERNATIONALES S AMÉLIORE 1 1 Un retour à la rentabilité Après être tombée à 3,9 % en 2008, la rentabilité moyenne

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin

Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Quid de la réglementation du système bancaire parallèle (SBP)? Olivier Jaudoin Directeur adjoint de la stabilité financière Banque de France 23/11/2014 1 SOMMAIRE Pourquoi amender la réglementation financière?

Plus en détail

Subprime : topographie

Subprime : topographie Une retombée de la crise des subprimes aux États-Unis : la ruée sur la banque Northern Rock au Royaume-Uni. Subprime : topographie d une crise Randall Dodd COMMENT une hausse modeste des impayés au titre

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Journées de droit économique Samedi 7 juin 2008 «D une crise à l autre : regards croisés

Plus en détail

La question de la retraite

La question de la retraite Partie 1 La question de la retraite Introduction............................................................ 3 Les enjeux liés aux caisses de retraite......................... 7 L actualité des questions

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

États-Unis. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr États-Unis Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

GLOSSAIRE .../... BANQUE DE FRANCE DOCUMENTS ET DÉBATS N 3 DÉCEMBRE 2009 143

GLOSSAIRE .../... BANQUE DE FRANCE DOCUMENTS ET DÉBATS N 3 DÉCEMBRE 2009 143 ABCP (asset-backed commercial paper ou billet de trésorerie adossé à des actifs) Titre de créance négociable dont le paiement des intérêts et du principal provient des fl ux de trésorerie d un portefeuille

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE OU AU JAPON

NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE OU AU JAPON Modalités principales de l émission des obligations à option de conversion et/ou d échange en actions Nexans nouvelles ou existantes (OCEANE) sans droit préférentiel de souscription ni délai de priorité

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF

IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF IGEA Patrimoine FCP agréé par l AMF Présentation La Société de Gestion IGEA Finance La structure L approche originale Société de gestion agréée par l AMF Gestion diversifiée, patrimoniale Clients privés

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Turquie. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Turquie Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International

RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International RÉSUMÉ (TRADUCTION) Credit Suisse International Notes zéro coupon, liées à un indice, remboursables automatiquement, d un montant maximum total de EUR 100.000.000, échéance 2011, Série NCSI 2006 469 ISIN

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

CE COMMUNIQUÉ NE DOIT PAS ÊTRE PUBLIÉ, DISTRIBUÉ OU DIFFUSÉ, DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT, AUX ÉTATS-UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, OU AU JAPON.

CE COMMUNIQUÉ NE DOIT PAS ÊTRE PUBLIÉ, DISTRIBUÉ OU DIFFUSÉ, DIRECTEMENT OU INDIRECTEMENT, AUX ÉTATS-UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, OU AU JAPON. COMMUNIQUE DE PRESSE Émission par Ingenico d Obligations à Option de Conversion et/ou d Échange en Actions Nouvelles ou Existantes (OCEANE) Obtention du visa de l Autorité des marchés financiers Neuilly-sur-Seine,

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Révisé en janvier 2011. Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement de la Société canadienne de la sclérose en plaques

Révisé en janvier 2011. Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement de la Société canadienne de la sclérose en plaques Révisé en janvier 2011 Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement de la Société canadienne de la sclérose en plaques Énoncé de politiques et de procédures en matière d investissement

Plus en détail

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e Nos Services Trident Fund Services la division du groupe Trident Trust dédiée à l administration des fonds propose aux gestionnaires

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Finlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie

Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Le renouveau de la conception de la politique monétaire : le cas de la Turquie Irem Zeyneloglu * L article présente le nouveau mode d intervention adopté par la Banque centrale turque en 2010 et le compare

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes

Eco-Fiche POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES. Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes Eco-Fiche Octobre 2012 POINT D ETAPE SUR LA CRISE DES DETTES SOUVERAINES Conjoncture économique au sortir de la crise des subprimes La France est "techniquement" sortie de crise à partir du deuxième trimestre

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

RISQUES ASSOCIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS (GLOSSAIRE)

RISQUES ASSOCIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS (GLOSSAIRE) RISQUES ASSOCIÉS AUX INSTRUMENTS FINANCIERS (GLOSSAIRE) apperçu des Principaux risques et caractéristiques Annexe 2 Table des matières 1. Préambule 5 2. Informations générales sur les risques 6 2.1 Introduction

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail