Conception de couverture selon la norme CSA A

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conception de couverture selon la norme CSA A123.21-10"

Transcription

1 Conception de couverture selon la norme CSA A Présentée par : Michel Desgranges,T.P. Directeur Toiture & Étanchéité Coordonnateur Programme de simulation d essai d arrachement au vent exp.com

2 Avec les changements climatiques actuels, nos couvertures spécifiées d aujourd hui résisteront-elles aux tempêtes et aux ouragans de demain? ## 2

3 ##

4 ##

5 Plan de la présentation Les Services exp inc. Historique de la norme R & D Équipement Exigences du CNBQ 2005 Différence entre FM et CSA Étape de spécification Limitation ## 4

6 Qui est exp?

7 7

8 Qui est exp? Nous fournissons à des clients du monde entier des services en génie du bâtiment, en sols, matériaux et environnement, en ingénierie des infrastructures, en planification et conception, en gestion de programme et en développement durable. Bâtiment Développement durable Énergie Industriel Infrastructure Sol, Matériaux & Environnement Plusieurs clients d envergure : Hydro-Québec Ministère des Transports Travaux publics et Services gouvernementaux Canada Kruger, Bombardier, Quebecor Plus d une centaine de villes et municipalités 7

9 Exp sols, matériaux et environnement «Les Laboratoires Shermont» fondés en 1958 Chef de file en ingénierie des sols, matériaux et environnement Aujourd'hui, 12 bureaux/laboratoires (± 300 employés) Fusion en 2011 Exp comptent ± 3300 employés en Amérique du Nord Enregistrés BNQ ISO 9001 (2000) ## 8

10 Qui est exp? Champs d activités en toiture & étanchéité: - Contrôle qualitatif des matériaux & application - Couverture (aide à la conception, expertise) - Surveillance de chantier - Essai d arrachement en chantier (norme ANSI/SPRI IA-1) - Essai d arrachement dynamique (norme CSA A ) - Expertises techniques Étanchéité à l eau et à l air - Programme de maintien des actifs - Thermographie toiture & enveloppe, mécanique/électrique 9

11 Michel Desgranges, T.P. Cumule 30 ans d expérience dans l industrie de la construction, dont 20 ans de perfectionnement en enveloppe du bâtiment et près de 15 ans dans l industrie de la couverture. Entrepreneur général Consultant / Inspection Firme Ingénierie Entrepreneur couvreur Membre : Academy of InfraRed Thermography (AIRT) «Roof Consultants Institute» (RCI) SIGDERS ACLE (Comité tech. & Conseil Adm.) & AMCQ (3 Comités) AGPI (membre et exposant) AIQ & CECD (Moisson Montréal) DCC (Devis de construction Canada) CNN / ACEC ASTM International, UL ## 10

12 Historique de la norme 11

13 Historique Qu est-ce que CSA: CSA est une organisation canadienne chef de file dans le domaine des services de certification et de mise à l'essai de produits. La marque de certification confirme aux clients et aux utilisateurs éventuels que le produit a été soumis à un processus d'évaluation formel incluant un examen, une mise à l'essai et une inspection de suivi. Elle assure aussi la conformité aux normes en vigueur en matière de sécurité et de rendement. Pour pouvoir élaborer une norme CSA, on doit pouvoir accumuler des tonnes de données scientifiques sur le sujet duquel relèvera la norme. 12

14 Historique Qu est-ce que CSA: Le groupe SIGDERS a compilé ces données scientifiques par des tests dynamiques depuis Données soumises à CSA pour la révision qui s effectue par des membres de l industrie où la norme sera entérinée. Dans notre cas, il s agit de la section toiture. Étant donné que CSA est une autorité reconnue et indépendante, les normes établies par cette dernière jouissent d une bonne réputation et sont facilement introduites dans la révision du Code national du Bâtiment du Canada. 13

15 Historique Ce qui nous amène Données de la 6 e rencontre (web-conférence) task group Revue des études ANSI/FM-4474 et UL-580, vs CSA Inscription de la norme CSA A au code Section Determination of Wind Load - Référence à la section Guide de l usagé section 6 Présentation au comité pour approbation ± décembre 2012 Révision publique ± sept

16 Historique CSA A Méthode d essai normalisée de la résistance à l arrachement sous l action dynamique du vent des systèmes de couverture à membrane Possibilité d obtenir des assemblages sur pontage de bois: FM a tout récemment causé une commotion dans l industrie Élimination de milliers d assemblages de FM Global, RoofNav en plus de la modification de décembre 2012 Avec la norme CSA, «les pontages de bois redeviennent une possibilité» et crée moins de stress sur les pontages d acier 15

17 Historique La création: En 1994, rencontre d intervenants de l industrie au CNRC avec un intérêt commun. C est alors que le groupe SIGDERS (Special Interest Group on Dynamic Evaluation of Roofing Systems) a vu le jour. Le but: Concevoir un protocole d évaluation sur la performance des systèmes d étanchéité sous des charges dynamiques. Un protocole devant inclure tous les éléments requis pour un rédacteur de devis afin d éviter les erreurs de calculs possibles et ainsi être axé sur la sécurité du grand public. 16

18 Historique L objectif principal de SIGDERS était de développer un cycle de charge dynamique capable de: Reproduire le plus possible les véritables effets du vent; Simuler les modes de rupture similaires aux conditions existantes; Compter sur une variation de composantes et matériaux; Pouvoir être reproduit dans un environnement de laboratoire; Avoir un processus capable de résultats en moins d une journée; Être compatible avec les codes du bâtiment locaux ainsi qu aux vents relatifs à chaque région. 17

19 Historique Les membres de la Phase I: Manufacturiers: Canadian General Tower ltd. / Prospex Roofing Products ltd, Carlisle SynTec Systems, Cemfort inc., Firestone Building Products Co., JPS Elastomerics Corp. - Construction Products Group, Soprema Canada, Vicwest Steel. Propriétaires d immeubles: Poste Canada Corporation, Département de la Défense Nationale, Travaux Public et Gouvernement Services Canada. Associations: Canadian Roofing Contractors Association (CRCA), National Roofing Contractors Association (NRCA). Agences de recherches: Institut de Recherche en Construction Institut de Recherche Aerospaciale 18

20 Recherche et Développement 19

21 Recherche et développement SIGDERS Phase I Accomplissement Élaboration d un équipement d essai dynamique pour les systèmes de couverture 1. Étude à l aide d un tunnel de vent majeur; 2. Développement du nouveau protocole d essai dynamique; 3. Investigations sur des systèmes monoplis; 4. Comparaisons du design de pression / forces exercées sur les fixations démontrant les bénéfices des évaluations dynamiques. 20

22 Recherche et développement SIGDERS Phase II Objectifs 1. Développer un protocole nord-américain d arrachement au vent dynamique reproduisant les conditions naturelles; 2. Concevoir un équipement pour l évaluation de la performance d étanchéité de systèmes de couverture; 3. Initier les standards (v.g., CGSB et ASTM) ainsi que les manuels de design. 21

23 Recherche et développement SIGDERS Phase III Objectifs: 1.Recueillir les données de différents types de membranes flexibles; 2.Développer un mécanisme pour propager les méthodes d essais de SIGDERS; 3.Produire un guide sur les bonnes pratiques de calcul; 4.Évaluer la résistance des couvertures à température élevée. 22

24 Recherche et développement SIGDERS Phase IV Objectifs: 1. Définir l influence des paramètres du pontage sur la résistance; 2. Établir une procédure d essai pour quantifier les taux de pertes d air dans les systèmes attachés mécaniquement; 3. Développer la corrélation sur la résistance d arrachement zones de surfaces / périmètres / coins. 23

25 Recherche et développement SIGDERS Phase V Objectifs: 1. Monitorer les surfaces de couverture et de leur performance; 2. Quantifier l intrusion d air pour les systèmes de couverture attachés mécaniquement; 3. Mettre à jour la norme CSAA (attache mécanique) pour inclure les systèmes appliqués à l adhésif CSA A

26 Recherche et développement SIGDERS Phase V Membres: Manufacturiers: Atlas Roofing Corporation, Canadian General Tower ltd., Carlisle Syntec Incorporated, Duro-Last inc, GAF Materials Cooperation, Firestone Building Products Co., IKO industries Canada, Johns Manville Corporation, OMG, Sarnafil ltd, Soprema Canada, Stevens Roofing Systems, Tremco, inc. Propriétaires d immeubles: Poste Canada Corporation, Travaux Public et Services Canada Associations: Canadian Roofing Contractors Association, Canadian Sheet Steel Building Institute, National Roofing Contractors Association and the RCI inc. 25

27 Recherche et développement Résistance au vent des couvertures en service Une récente recherche effectuée par SIGDERS - Sur une superficie de 1,8 million de pc avec capteurs - Démontre des lacunes de performance sur les couvertures modernes vs les couvertures traditionnelles - Les codes de 30 ans vs progrès technologique de membrane Résultats - Les membranes souples modernes subissent des charges dynamiques plus élevées que les toitures traditionnelles - L information obtenue sera utilisée pour mettre à jour les exigences des codes et les normes de fabrication - La prochaine phase du SIGDERS portera sur des essais de type «hybride» 26

28 Recherche et développement 2004 Publication de la norme CSA A Standard Test Method for the Dynamic Wind Uplift Resistance of Mechanically Attached Membrane Roofing Systems 2005 Inscription comme exigence au code national à la section et annexes Un laboratoire a acquis la technologie développée par SIGDERS pour promouvoir et commercialiser des essais indépendants. Ce laboratoire est exp 2010 Modification de la norme CSA A pour les systèmes à l adhésif (méthode 2) FM 4470 ne peut plus être la base des spécifications (référence SPRI: Information bulletin 11/05/12, no 1-12) 2015 Inscription plus qu imminente au CNB. 27

29 L équipement Appareil de simulations des vents sur des systèmes de couvertures Cet appareillage de simulation des vents et rafales sur les couvertures est unique en Amérique du Nord Cet appareil, installé à Drummondville, permet aux fabricants de tester leurs produits de façon dynamique, c est-à-dire en tenant compte des variations du vent selon la norme CSA A

30 L équipement Appareil de simulations des vents sur des systèmes de couvertures Cet appareil est le fruit de plusieurs heures d installation, d essai, d erreur, de mise à niveau et de recherche et de développement constant Notre grand responsable interne c est M. Denis Isabelle, technicien émérite M. Isabelle connait cet équipement comme s il en était le concepteur, sans rien enlever bien sûr au Docteur Bas Baskaran, en fait il s agit de son bébé! Comme certains installateurs de manufacturiers l ont appris, les règles d application de la norme se doivent d être bien respectées 29

31 Exigences du code de construction du Québec

32 Exigences du code de construction Résistance au feu (articles et ) Résistance à la charge du vent (article 4.1.7) Protection contre les précipitations (article 5.6.1) ## 31

33 Exigences du code de construction Résistance au feu (articles et ) En surface, la norme CAN/ULC-S107 Essai de résistance au feu des matériaux de couverture (venant de l extérieur) En dessous, la norme CAN/ULC-S126-M Essai de propagation des flammes sous les platelages de toits (venant de l intérieur) ou l assemblage de la toiture doit avoir une barrière thermique; ou le bâtiment doit être entièrement protégé par gicleurs; ou le toit doit avoir un degré de résistance au feu d'au moins 45 minutes selon la norme CAN/ULC S-101 «Essais de réaction au feu pour les bâtiments et les matériaux de construction». 32

34 Exigences du code de construction Résistance à la charge du vent (article 4.1.7) Utilisation d un coefficient de risque de la charge dans le calcul dynamique de l'action du vent Calcul complexe, le Centre National de Recherche du Canada (CNRC) offre un calculateur simplifié, disponible gratuitement sur Internet Développement de la norme CSA A pour tester les systèmes de couverture selon l action dynamique (rafale) du vent Résultats d essais disponibles sur Internet au 33

35 Exigences du code de construction Protection contre les précipitations (article 5.6.1) Selon le code de construction du Québec Composante exposée aux précipitations, elle doit être réalisée de façon à empêcher l infiltration à l intérieur du bâtiment La protection préventive pour la santé ou la sécurité des occupants Respecter le bon fonctionnement des installations techniques Conformité avec le Code national de Plomberie Canada selon l article, de la division B. 34

36 Différence entre CSA A et FM

37 Différence entre CSA A et FM 4470 FM = essai statique Durée 5 à 10 minutes Pression positive venant sous le système CSA = essai dynamique Durée Méthode 1= 11 heures Pression négative venant par-dessus le système 36

38 Différence entre CSA A et FM 4470 Séquence de charge statique selon Factory Mutual 4470 Dimension de la 12' X 24' table 5' X 9' Séquence Pression (psf) Durée (min) Group 1 Group 2 Loading sequence Total Number of gusts (cycles) ± 4.9 hrs Level A Test pressure range (%) Test pressure (psf)¹ ¹Test pressure established at 60psf 37

39 Différence entre CSA A et FM 4470 Group 1 Group 2 Loading sequence Total Number of gusts (cycles) ± 4.9 hrs Level A Test pressure range (%) Test pressure (psf)¹ Number of gusts (cycles) ± 2.5 hrs Level B Test pressure range (%) Test pressure (psf)¹ Number of gusts (cycles) ± 1.8hrs Level C Test pressure range (%) Test pressure (psf)¹ Number of gusts (cycles) ± 1.1hrs Level D Test pressure range (%) Test pressure (psf)¹ Number of gusts (cycles) ± 0.9hr Level E Test pressure range (%) Test pressure (psf)¹ ¹Test pressure established at 60psf 38

40 Différence entre CSA A et FM Force statique progressive VS force dynamique séquentielle 2. Réaction par pression progressive VS fluctuation de pression 3. Aucune fatigue sur le système VS effet de fatigue 4. Aucune corrélation de vent réel VS imitation réaliste des vents 5. Méthode de calcul empirique pour coins et bords VS réalité 6. Méthode mise en place par assureur VS groupe de l industrie 7. Calcul non considéré au code VS élabore les exigences du code 8. Méthode complexe via Roofnav VS calculateur simple Wind-RCI 9. Facteur de sécurité de 2 VS facteur de 1,5 10.Résultat = Aucune corrélation possible entre les deux principes 39

41 Différence entre CSA A et FM 4470 Images : interface; septembre 2006; Bas Baskaran 40

42 Différence entre CSA A et FM 4470 Images : interface; septembre 2006; Bas Baskaran 41

43 Étapes à suivre pour spécifier la résistance d arrachement au vent 42

44 Résistance au vent - étapes à suivre 1. Complexité du calcul au code section et annexe P = Iw * q * Ce * Cg * Cp P = pression extérieur spécifiée, s exerçant de façon statique et dans une direction normale à la surface, soit positive (pression) ou négative (succion); Iw = coefficient de risque de la charge due au vent décrit au tableau ; q = pression dynamique de référence décrite au paragraphe 4); Ce= coefficient d exposition décrit au paragraphe 5); Cg = coefficient de rafale décrit au paragraphe 6); Cp = coefficient de pression extérieure, calculé d après la moyenne des ## valeurs sur la surface considérée. 43

45 Résistance au vent - étapes à suivre 1. Rendez-vous au site Internet 2. Choisissez le lien du calculateur en ligne du CNRC 3. Choisissez le système de couverture qui rencontre les résistances d arrachement calculées 4. Pour assistance, contactez Michel Desgranges au

46 Résistance au vent - étapes à suivre 1 ère étape : Localisation du bâtiment Géométrie du bâtiment Exposition du bâtiment Ouvertures du bâtiment Catégorie de risque ## 45

47 Résistance au vent - étapes à suivre ## 46

48 Résistance au vent - étapes à suivre ## 47

49 Résistance au vent - étapes à suivre ## 48

50 Résistance au vent - étapes à suivre ## 49

51 Résistance au vent - étapes à suivre ## 50

52 Résistance au vent - étapes à suivre ## 51

53 Résistance au vent - étapes à suivre 52

54 Résistance au vent - étapes à suivre 2 e étape : Sélectionnez «Rapport d essais par manufacturier» Déterminer les systèmes de couverture dont les résultats d essai sont supérieurs au calcul de la charge admissible. ## 53

55 Résistance au vent - étapes à suivre ## 55

56 Résistance au vent - étapes à suivre ## 56

57 Résistance au vent - étapes à suivre 2 e étape Publications par manufacturiers Sommaire du système de toiture : - Membrane de finition : TYPE DE MEMBRANE ou membrane équivalente - Membrane de sous-couche : TYPE DE MEMBRANE ou membrane équivalente (si requis) - Panneau de support : TYPE ou Optionnel - Isolant : TYPE ou produit équivalent - Pare-vapeur : TYPE ou membrane équivalente - Barrière thermique : TYPE ou Optionnelle - Platelage : Platelage métallique 22 gages ou équivalent - Résistance dynamique d arrachement (RDA) selon la norme CSA A : Système A : -1,6 kpa (-33,3 psf) Système B : -1,3 kpa (-26,7 psf) - Mode d attachement Espacement Résistance observée aux essais: Des rangées Des fixations Observée à l essai Avec CS de 1,5 - Système A : - Système B : 890 mm (35 po) c.c. 457 mm (18 po) c.c. -2,4 kpa (-50 psf). -1,6 kpa (-33,3 psf) 890 mm (35 po) c.c. 600 mm (24 po) c.c. -1,9 kpa (-40 psf). -1,3 kpa (-26,7 psf) 57

58 Résistance au vent - étapes à suivre 3 e étape Rédaction du devis Dans la PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS du devis, insérer l article suivant dans la section «RÉFÉRENCE» xx.1 CSA A Méthode d'essai normalisée de la résistance dynamique à l'arrachement sous l'action du vent des systèmes de couverture. Dans la PARTIE 2 PRODUITS, insérer l article suivant dans la section «CRITÈRES DE PERFORMANCE» xx.1 Système de couverture: conforme à la norme CSA A en ce qui concerne la résistance dynamique à l'arrachement sous l'action du vent..1 Résistances minimums :(spécifiez si avec ou sans CS).1 [ ] kpa pour la zone de surface.2 [ ] kpa pour les zones de bord.3 [ ] kpa pour les zones de coin 58

59 Limitation 59

60 Essais et calculs d arrachement ne comprend pas : ##

61 Le calculateur WindRCI n est pas pour les édifices de construction inhabituelle ##

62 ## Faire attention aux diverses projections de la jungle urbaine. Une réparation n est pas un jeu Une rafale est si vite arrivée!

63 Merci Période de question exp.com

Essais de charges dynamiques sur des couvertures d immeubles à usage commercial

Essais de charges dynamiques sur des couvertures d immeubles à usage commercial Solution constructive n o 55 Essais de charges dynamiques sur des couvertures d immeubles à usage commercial par A. Baskaran Les toitures monocouches ne se comportent pas comme les multicouches. Il est

Plus en détail

LES CELLULES PHOTOVOLTAÏQUES SUR LES COUVERTURES

LES CELLULES PHOTOVOLTAÏQUES SUR LES COUVERTURES CANADIAN ROOFING CONTRACTORS ASSOCIATION ASSOCIATION CANADIENNE DES ENTREPRENEURS EN COUVERTURE 100-2430 Prom. Don Reid Ottawa, Ontario K1H 1E1 Tél: 800/461-2722 613/232-6724 Télécopieur: 613/232-2893

Plus en détail

Considérations sur la conception d une toiture neuve

Considérations sur la conception d une toiture neuve Considérations sur la conception d une toiture neuve Par: Claude Frégeau, architecte, OAQ Expertise en enveloppe-bâtiment L essentiel est invisible pour les yeux St-Exupéry claudefregeau@videotron.ca http://pages.videotron.ca/fregeau

Plus en détail

Isolant en mousse de polyuréthane pulvérisé sur place AIRMÉTIC SOYA PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 Contenu 1.2 Sections connexes 1.3 Références 1. 2. 3.

Isolant en mousse de polyuréthane pulvérisé sur place AIRMÉTIC SOYA PARTIE 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 Contenu 1.2 Sections connexes 1.3 Références 1. 2. 3. (Projet :) Isolant en mousse de polyuréthane pulvérisé sur place page 1/5 AIRMÉTIC SOYA Note : Rédacteur : Le présent document est un devis type qu il faut adapter en fonction des besoins de chaque projet.

Plus en détail

MEMBRANES DE TOITURE RÉFLÉCHISSANTES

MEMBRANES DE TOITURE RÉFLÉCHISSANTES Slogan à mettre Slogan à mettre Slogan à mettre Slogan à mettre MEMBRANES DE TOITURE RÉFLÉCHISSANTES IRS de 86 Réduction de l absorption de la chaleur par le système Testé selon la norme CSA A123.21-14

Plus en détail

Panneaux de support résistants au feu pour toiture

Panneaux de support résistants au feu pour toiture Fiche technique SECURpan MD est un panneau de fibres de bois isolant pour toiture, sécuritaire et unique dont le noyau est traité en profondeur pour offrir une résistance au feu. SECURpan MD est certifié

Plus en détail

Canplas WeatherPro Évents de toiture ProVentilator Section 07 72 24. Digicon Information Inc. Page 1

Canplas WeatherPro Évents de toiture ProVentilator Section 07 72 24. Digicon Information Inc. Page 1 Digicon Information Inc. Page 1 Cette section inclut les dispositifs d évacuation persiennés, préfabriqués, montés sur le toit, ajustables en fonction d une toiture inclinée de 3/12 à 12/12, fabriqués

Plus en détail

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.63 JOINT DE TABLIER

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.63 JOINT DE TABLIER DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 6 CONDITIONS TECHNIQUES NORMALISÉES TABLE DES MATIÈRES PAGE... 1 6.63.1 GÉNÉRALITÉS... 1 6.63.2 NORMES DE RÉFÉRENCE... 1 6.63.3 MATÉRIAUX... 2 6.63.4 EXÉCUTION DES TRAVAUX...

Plus en détail

Efficacité énergétique des murs Impact des fuites d air sur la performance énergétique

Efficacité énergétique des murs Impact des fuites d air sur la performance énergétique De 2005 à 2010, a participé à un consortium de recherche formé d intervenants de l industrie de la mousse de polyuréthane pulvérisée (MPP) et de l Institut de recherche en construction du Conseil national

Plus en détail

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION Mandat

Plus en détail

Rapport d évaluation CCMC 13302-R

Rapport d évaluation CCMC 13302-R Rapport d évaluation CCMC 13302-R RÉPERTOIRE NORMATIF 07 44 50 Publié 2008-03-12 Révisé 2008-04-25 Réévaluation 2011-03-12 6XUH7RXFK 1. Opinion Le Centre canadien de matériaux de construction (CCMC) est

Plus en détail

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie Séminaire technique ACAI 14 novembre 2013 Par : Pierre Noël STRUCTURE DE LA NORME Les réseaux avertisseurs d incendie doivent

Plus en détail

Protection contre l incendie : Stratégies et applications

Protection contre l incendie : Stratégies et applications 1 Protection contre l incendie : Stratégies et applications Christian Dagenais, ing., M.Sc. Chercheur, Performance incendie FPInnovations Colloque sécurité incendie 27 novembre 2014 Objectifs 2 Sensibiliser

Plus en détail

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et

SERVICES OFFERTS: - étanchéité. à l air et étanchéité LE RÔLE DE L ENVELOPPE VERTICALE DU BÂTIMENT EST DE FOURNIR UNE ENCEINTE PROTECTRICE DURABLE ET PERFORMANTE CONTRE LES INTEMPÉRIES ET D ASSURER LE CONFORT DES OCCU PANTS EN MINIMISANT OU EN

Plus en détail

LE RESURFAÇAGE DES TOITURES & PROCÉDURES D ÉLIGIBILITÉ MICHEL PARÉ D.D.A. ASSOCIATION DES MAÎTRES COUVREURS DU QUÉBEC

LE RESURFAÇAGE DES TOITURES & PROCÉDURES D ÉLIGIBILITÉ MICHEL PARÉ D.D.A. ASSOCIATION DES MAÎTRES COUVREURS DU QUÉBEC LE RESURFAÇAGE DES TOITURES & PROCÉDURES D ÉLIGIBILITÉ MICHEL PARÉ D.D.A. ASSOCIATION DES MAÎTRES COUVREURS DU QUÉBEC INTRODUCTION L AMCQ OBNL (Organisme à but non lucratif) N est pas liée ou financée

Plus en détail

Système pare-air WALLTITE Eco. Bienvenue

Système pare-air WALLTITE Eco. Bienvenue Système pare-air WALLTITE Eco Bienvenue Programme Système pare-air WALLTITE Eco Assemblage et installation Évaluation et conformité Programme et soutient 2 Conception Composants du système scellement polyuréthane

Plus en détail

Devis directeur WALLTITE ECO v.2 par BASF Canada Inc. Section 07 27 29 2011-05-13 SYSTÈME ISOLANT DE POLYURÉTHANNE À PULVÉRISER Page 1

Devis directeur WALLTITE ECO v.2 par BASF Canada Inc. Section 07 27 29 2011-05-13 SYSTÈME ISOLANT DE POLYURÉTHANNE À PULVÉRISER Page 1 Page 1 WALLTITE ECO v.2 de BASF Canada Inc. est un produit d isolation thermique pour l enveloppe des bâtiments; il doit être appliqué aux endroits appropriés pendant la construction de l enveloppe du

Plus en détail

Rapport d'évaluation CCMC 13519-R Legerclad (Air Barrier Material)

Rapport d'évaluation CCMC 13519-R Legerclad (Air Barrier Material) CONSTRUCTION Rapport d'évaluation CCMC 13519-R Legerclad (Air Barrier Material) RÉPERTOIRE Réévalué Révisé Jamais Réévaluation Non : : NORMATIF : 07 27 09.02 Publié en : 2013-03-07 Réévaluation cours :

Plus en détail

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.53 ALIMENTATION

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.53 ALIMENTATION DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 6 CONDITIONS TECHNIQUES NORMALISÉES TABLE DES MATIÈRES PAGE... 1 6.53.1 GÉNÉRALITÉS... 1 6.53.2 NORMES DE RÉFÉRENCE... 1 6.53.3 MATÉRIAUX... 2 6.53.4 EXÉCUTION DES TRAVAUX...

Plus en détail

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE

MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE Base de données de produits dans le cadre de la réglementation PEB MATERIAU D ISOLATION THERMIQUE doc_1.1 Add1_S.a_FR_isolant thermique_v2.0_20090804.doc 4 août 2009 Addendum 1 : panneaux isolants sous

Plus en détail

Principales modifications au Code national du bâtiment de 2015 : Partie 9, Maisons et petits bâtiments

Principales modifications au Code national du bâtiment de 2015 : Partie 9, Maisons et petits bâtiments Principales modifications au Code national du bâtiment de 2015 : Partie 9, Maisons et petits bâtiments Nedjma Belrechid RTHQ Le 2 décembre 2014 St-Foy (Québec) PARI: Programme d'aide à la recherche industrielle

Plus en détail

ISOLATION EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE PULVÉRISÉE POUR BÂTIMENT RÉSIDENTIEL WALLTITE. Présenté par Emile Loiselle INTERNAL 1 6/5/2008

ISOLATION EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE PULVÉRISÉE POUR BÂTIMENT RÉSIDENTIEL WALLTITE. Présenté par Emile Loiselle INTERNAL 1 6/5/2008 ISOLATION EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE PULVÉRISÉE POUR BÂTIMENT RÉSIDENTIEL WALLTITE Présenté par Emile Loiselle 6/5/2008 INTERNAL 1 Résumé Présentation de la mousse de polyuréthane pulvérisée Utilisations

Plus en détail

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Présenté par : Catherine Lavoie ing. M.Sc. Agente technique Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Plus en détail

Systèmes architecturaux pour façades d édifices. Leader expert en système multifaçades à hautes performances

Systèmes architecturaux pour façades d édifices. Leader expert en système multifaçades à hautes performances Systèmes architecturaux pour façades d édifices Leader expert en système multifaçades à hautes performances MC LE SYSTÈME Multifaçades MC STEKAR Système d accrochage multimatériaux Breveté - Unique à STEKAR

Plus en détail

Informations Techniques

Informations Techniques COMMENTAIRES GÉNÉRAUX CODE NATIONAL DU BÂTIMENT DU CANADA, 2005 Section 3 - PROTECTION CONTRE L'INCENDIE, SÉCURITÉ DES OCCUPANTS ET ACCESSIBILITÉ 3.1.12 Indices de propagation de la flamme et de dégagement

Plus en détail

GUIDE POUR UNE BONNE VENTILATION. Imprimé au Canada. www.leventilateur.ca

GUIDE POUR UNE BONNE VENTILATION. Imprimé au Canada. www.leventilateur.ca GUIDE POUR UNE BONNE VENTILATION MD Imprimé au Canada www.leventilateur.ca Canplas, fabricant de Duraflo Le Ventilateur, compte plus de 45 ans d expérience dans la fabrication de matériaux de construction

Plus en détail

1. Comprendre que l humidité du béton peut causer des problèmes à tout type de revêtement de sol et d enduit.

1. Comprendre que l humidité du béton peut causer des problèmes à tout type de revêtement de sol et d enduit. Humidité & Béton Objectifs: 1. Comprendre que l humidité du béton peut causer des problèmes à tout type de revêtement de sol et d enduit. 2. Pourquoi autant de problèmes aujourd hui? 3. Quelles normes

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

Certification des produits d'ingénierie

Certification des produits d'ingénierie Certification des produits d'ingénierie Sylvain Gagnon, ing. Chercheur Systèmes de construction 418-659 659-2647, poste 3102 sylvain.gagnon@qc.forintek.ca www.valuetowood.ca www.valeuraubois.ca Plan de

Plus en détail

Mise en service. Formation nationale sur la mise en service, 2006. Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan

Mise en service. Formation nationale sur la mise en service, 2006. Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan Mise en service Formation nationale sur la mise en service, 2006 Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan 1 Portée de l exposé Aperçu sur la mise en service Exigences de mise en service par rapport aux

Plus en détail

PANNEAUX COMPOSITES UTILISÉS EN COUVERTURES Janvier 2009

PANNEAUX COMPOSITES UTILISÉS EN COUVERTURES Janvier 2009 PANNEAUX COMPOSITES UTILISÉS EN COUVERTURES Janvier 2009 1- INTRODUCTION Plusieurs types de panneaux composites sont régulièrement spécifiés et installés, au Québec, dans des systèmes d'étanchéité de couvertures

Plus en détail

DCC. DCC Section Montréal. Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus. 15 octobre 2014 Paul Hébert ing.

DCC. DCC Section Montréal. Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus. 15 octobre 2014 Paul Hébert ing. DCC DCC Section Montréal Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus 15 octobre 2014 Paul Hébert ing. Programme de la soirée; Le décret; Le guide explicatif des exigences d entretien des façades

Plus en détail

L ingénierie au service de la nature MC

L ingénierie au service de la nature MC L ingénierie au service de la nature MC Concerto, la fenêtre qui est testée pour l étanchéité à l air aussi bien à -30 C qu à température ambiante 20 C. Pourquoi est-il important d évaluer le degré d étanchéité

Plus en détail

.1 Bloc de polystyrène expansé pré-percé pour l installation en sous-œuvre de conduites mécaniques.

.1 Bloc de polystyrène expansé pré-percé pour l installation en sous-œuvre de conduites mécaniques. PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1. CONTENU DE LA SECTION Les travaux couverts par le document contractuel faisant l objet de la présente spécification comprennent de façon non limitative pour la préparation,

Plus en détail

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses.

Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Powerdeck, le panneau performant d isolation thermique support d étanchéité pour toitures terrasses. Sur bac acier, bois ou dérivés du bois. isolation thermique support d étanchéité sur bac acier ou bois

Plus en détail

SERVICES PROFESSIONNELS POUR LA CONCEPTION ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX D AQUEDUC DE LA RUE TREMBLAY À LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

SERVICES PROFESSIONNELS POUR LA CONCEPTION ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX D AQUEDUC DE LA RUE TREMBLAY À LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SERVICES PROFESSIONNELS POUR LA CONCEPTION ET SURVEILLANCE DES TRAVAUX D AQUEDUC DE LA RUE TREMBLAY À LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-14-174 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour des services

Plus en détail

Fiche technique CCMC 13530-L WALLTITE v.2

Fiche technique CCMC 13530-L WALLTITE v.2 CONSTRUCTION Fiche technique CCMC 13530-L WALLTITE v.2 Publication Réévaluation Révision Jamais Oui : : l'évaluation : 2010-09-13 Prochaine réévaluation : 2013-09-13 Réévaluation en cours Préface : Répertoire

Plus en détail

Ventiler les toitures???

Ventiler les toitures??? Claude Frégeau, architecte Ventiler les toitures??? Pour qu elles raisons? Est-ce réellement efficace? L expérience prouve pourtant le contraire Des essais récents de la SCHL appuient cette idée Ref: Attics

Plus en détail

LEED Leadership in Energy & Environnemental Design Système d évaluation des bâtiments Écologiques

LEED Leadership in Energy & Environnemental Design Système d évaluation des bâtiments Écologiques 870 Curé Boivin, Boisbriand (Québec) Canada, J7G 2A7 LEED Leadership in Energy & Environnemental Design Système d évaluation des bâtiments Écologiques Pour nouvelle construction et rénovation importante

Plus en détail

Addendum au référentiel de certification de la marque Dalles de voirie & Toiture en béton

Addendum au référentiel de certification de la marque Dalles de voirie & Toiture en béton Organisme certificateur mandaté par AFNOR Certification N d identification : NF 187 N de révision : 1 +A2 Date de mise en application de la révision : Mars 2006 Date de mise en application de l addendum

Plus en détail

Toits durables. AGPI toit durable 2008-10-01

Toits durables. AGPI toit durable 2008-10-01 Toits durables 1 Merci à l AGPI Bienvenue 2 Mario V. Petrone, architecte et architecte paysagiste 3 PROGRAMME Introduction 1. Le concept d une pression équilibrée 2. Le problème 3. Les causes 4. Le résultat

Plus en détail

Manuel de Conception pour Garde-corps

Manuel de Conception pour Garde-corps Manuel de Conception pour Garde-corps Pour Concepteurs, Ingénieurs, Architectes, Entrepreneurs, Installeurs www.allium.com Table de matière Introduction 2 Type de systèmes de garde corps.4 o Série 100

Plus en détail

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive

A apposer sur tout produit mis sur le marché européen. A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive Le marquage proprement dit A apposer sur tout produit mis sur le marché européen A la fois un symbole, une déclaration et une attestation de conformité à une Directive N est pas une marque de qualité Obligatoire!

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

1 Les Systèmes TPO Firestone

1 Les Systèmes TPO Firestone 1 Les Systèmes TPO Firestone 1. Pour obtenir une étanchéité durable et sans problème, l utilisation d une membrane de qualité supérieure ne suffit pas. L expérience a montré que la membrane d étanchéité

Plus en détail

[TRAVAIL #1 : ANALYSE TOITURE DE RÉSIDENCE]

[TRAVAIL #1 : ANALYSE TOITURE DE RÉSIDENCE] CÉGEP CÉGEP DE CHICOUTIMI TRAVAIL PRÉSENTÉ À : M. JEAN-RENÉ CLOUTIER RÉALISÉ PAR : François Bouchard et Luca Fortin [TRAVAIL #1 : ANALYSE TOITURE DE RÉSIDENCE] Travail réalisé dans la cadre du cours d

Plus en détail

MEMBRANES SBS ROOF MEMBRANES SBS MEMBRANES SBS ROOF MEMBRANES SBS MEMBRANES SBS ROOF MEMBRANES SBS

MEMBRANES SBS ROOF MEMBRANES SBS MEMBRANES SBS ROOF MEMBRANES SBS MEMBRANES SBS ROOF MEMBRANES SBS ROOF Membranes MEMBRANES SBS pour SBS toiture ROOF de Polyglass MEMBRAN Une performance sur laquelle vous pouvez compter À propos de Polyglass Membranes SBS pour toiture de Polyglass Une performance sur

Plus en détail

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 Les précisions d éléments de contenu A. Repérer des éléments sur des plans : d installations électriques; d architecture; de climatisation; de plomberie. Les dessins

Plus en détail

Ministère des Ressources naturelles. PROGRAMME novoclimat 2.0 CADRE NORMATIF

Ministère des Ressources naturelles. PROGRAMME novoclimat 2.0 CADRE NORMATIF Ministère des Ressources naturelles PROGRAMME novoclimat 2.0 Volet «maison» CADRE NORMATIF 1 Ce document a une valeur légale. Il prévaut sur les dépliants et les autres renseignements publiés sur le programme

Plus en détail

Chauffe-eau solaire collectif (France d outre-mer)

Chauffe-eau solaire collectif (France d outre-mer) Certificats d économies d énergie Opération n BAR-TH-135 Chauffe-eau solaire collectif (France d outre-mer) 1. Secteur d application Bâtiment résidentiel existant ou projets de construction de bâtiments

Plus en détail

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante

La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante La réglementation sur la gestion sécuritaire de l amiante GRAND RENDEZ-VOUS 2013 MONTRÉAL, 5 NOVEMBRE 2013 par : Alain L Épicier, B.Sc., D.E.S.S., conseiller expert en prévention-inspection, Direction

Plus en détail

Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation

Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation CONSTRUCTION Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation RÉPERTOIRE Révision Jamais Réévaluation Non : NORMATIF : 07 21 23.06 Publication en de l'évaluation : 1997-12-08 Réévaluation cours

Plus en détail

intempéries Yverdon, 04.11.2014

intempéries Yverdon, 04.11.2014 ERFA 2014 Les installations solaires face aux Frédéric Bichsel EPFL en Génie Mécanique emba en Management de Technologie intempéries Yverdon, 04.11.2014 Comment concevoir et réaliser des installations

Plus en détail

DEMANDE D ADHÉSION D ENTREPRENEUR

DEMANDE D ADHÉSION D ENTREPRENEUR DEMANDE D ADHÉSION D ENTREPRENEUR Veuillez compléter ce formulaire en entier et le faire parvenir avec votre paiement à: CUFCA - L ASSOCIATION CANADIENNE DES ENTREPRENEURS EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE INC.

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS STRUCTURALES PANNEAUX SOLAIRES DE TOIT : POUR BÂTIMENTS NOUVEAUX OU EXISTANTS. Par Michael Holleran, ing.

CONSIDÉRATIONS STRUCTURALES PANNEAUX SOLAIRES DE TOIT : POUR BÂTIMENTS NOUVEAUX OU EXISTANTS. Par Michael Holleran, ing. CONSIDÉRATIONS STRUCTURALES PANNEAUX SOLAIRES DE TOIT : POUR BÂTIMENTS NOUVEAUX OU EXISTANTS Par Michael Holleran, ing. Décembre 2011 TABLE DES MATIÈRES Considérations structurales panneaux solaires de

Plus en détail

Code de sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) ATPIQ 46 e Colloque annuel Rivière-du-Loup 6 et 7 octobre 2011

Code de sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) ATPIQ 46 e Colloque annuel Rivière-du-Loup 6 et 7 octobre 2011 Code de sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) ATPIQ 46 e Colloque annuel Rivière-du-Loup 6 et 7 octobre 2011 Plan de présentation I - Législation actuelle pour les bâtiments occupés II - Futur Code de

Plus en détail

liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ

liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ liste de vérification selon le Guide technique sur les toitures végétalisées de la RBQ v.1/2015-03-23 Cette liste a été montée pour faciliter la mise en application du Guide technique sur les toitures

Plus en détail

1 Les Systèmes EPDM Firestone

1 Les Systèmes EPDM Firestone 1 Les Systèmes EPDM Firestone 1. Pour obtenir une étanchéité durable et sans problème, l utilisation d une membrane de qualité supérieure ne suffit pas. L expérience a montré que la membrane d étanchéité

Plus en détail

Industry. Systèmes dédiés à la menuiserie Collage structurel de vitrages

Industry. Systèmes dédiés à la menuiserie Collage structurel de vitrages Industry Systèmes dédiés à la menuiserie Collage structurel de vitrages Turn Gains apportés par le collage structurel Sika - Isolation thermique améliorée jusqu à 20 % - Clair de vitrage accru de 30 %

Plus en détail

Prolifération des moisissures Normalisation: les options possibles

Prolifération des moisissures Normalisation: les options possibles Rencontre du RTHQ Prolifération des moisissures Normalisation: les options possibles Paul Gardon ing. Coordonnateur, normalisation Date 6 mai 2014 CRIQ - Tous droits réservés Le BNQ, processus de normalisation

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance La cie Matériaux de construction BP Canada 08 06 16 13 13 BOIS, PLASTIQUES et MATÉRIAUX COMPOSITES Revêtements structuraux isolants Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance Le R-4 HP de BP

Plus en détail

Revêtements de toiture élastomères blancs. La possibilité de réduire vos coûts énergétiques tout en prolongeant la durée de service de votre toit

Revêtements de toiture élastomères blancs. La possibilité de réduire vos coûts énergétiques tout en prolongeant la durée de service de votre toit Revêtements de toiture élastomères blancs La possibilité de réduire vos coûts énergétiques tout en prolongeant la durée de service de votre toit LA QUALITÉ POLYGLASS Polyglass s est engagé à fournir des

Plus en détail

Applications... 2. Définitions... 5. Exigences générales... 7. Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement horizontal...

Applications... 2. Définitions... 5. Exigences générales... 7. Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement horizontal... TABLE DES MATIÈRES 1 2 3 4 5 6 7 Applications... 2 Définitions... 5 Exigences générales... 7 Calage... 11 Ancrage... 15 Exigences Calage et ancrage Fenêtre à battant Fenêtre fixe Fenêtre à coulissement

Plus en détail

NOUVEAU! Le choix de la sécurité et de la transparence en cas d incendie! Protection contre les fumées et classement de résistance au feu E30

NOUVEAU! Le choix de la sécurité et de la transparence en cas d incendie! Protection contre les fumées et classement de résistance au feu E30 Protection Feu NOUVEAU! Le choix de la sécurité et de la transparence en cas d incendie! Protection contre les fumées et classement de résistance au feu E30 Les façades résistantes au feu E30 sont des

Plus en détail

LE FIRE SAFETY ENGINEERING VU PAR LES SRI

LE FIRE SAFETY ENGINEERING VU PAR LES SRI LE FIRE SAFETY ENGINEERING VU PAR LES SRI JOURNEE DU 21.10.2008 Partie 1 : Actions thermiques 1/ 51 REPARTITION DES SRI EN BELGIQUE. SERVICES X SERVICES Y SERVICES Z SERVICES C Bruxelles. Wavre. Braine-Le-

Plus en détail

Bacs métalliques sertis. Kalzip Droit. Vu pour enregistrement le 22 mars 2007

Bacs métalliques sertis. Kalzip Droit. Vu pour enregistrement le 22 mars 2007 Avis Technique 5/06-1856*01 Add Additif à l'avis Technique 5/06-1856 Avant d utiliser ce système, il est indispensable de prendre connaissance de l Avis Technique 5/06-1856 en tenant compte de l additif

Plus en détail

Historique. Assurance Qualité. Applications. Protection contre la corrosion. Installation rapide

Historique. Assurance Qualité. Applications. Protection contre la corrosion. Installation rapide 2 Historique La gamme de système de fixation E-Klips est née en Angleterre il y a 25 ans. La société Furse est reconnue pour offrir une méthode facile, rapide et sûre de fixation pour charpente métallique

Plus en détail

ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE

ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE ASCENSEURS ET AUTRES APPAREILS ÉLÉVATEURS NOTIONS DE BASE GUIDE TECHNIQUE Pour projets résidentiels INTRODUCTION De nombreux appareils élévateurs sont installés dans les projets d habitation de condominiums,

Plus en détail

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010 Fire Safety Day 2010 28 octobre 2010 - Leuven Note d information technique NIT 238 L application de systèmes de peinture intumescente sur structures en acier Source: Leighs Paints ir. Y. Martin CSTC/WTCB

Plus en détail

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant.

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant. FICHE TECHNIQUE 120-1.4 07.21.13.13 1 Nom du produit ISOFOIL 2 Manufacturier ISOFOIL est fabriqué par Groupe Isolofoam, entreprise québécoise et important manufacturier de produits isolants depuis plus

Plus en détail

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance

Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance Building Products of Canada Corp. 08 06 16 13 Wood, Plastics and Composites 13 Structural Insulating Sheathings Revêtement extérieur isolant R-4 à haute performance Le R-4 HP de BP combine la fibre de

Plus en détail

Au-delà des apparences : Le risque, Les règles, les modes de prévention

Au-delà des apparences : Le risque, Les règles, les modes de prévention Association des gestionnaires de parcs immobiliers institutionnels PRÉSENTATION AGPI OCTOBRE 2014 PAR RICHARD TREMPE ARCHITECTE PATENAUDE TREMPE VAN DALEN Inspection et entretien des façades PARTIE 2 Au-delà

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

Le marquage CE est avant tout un principe de protection du consommateur

Le marquage CE est avant tout un principe de protection du consommateur Le marquage CE est avant tout un principe de protection du consommateur il ne faut pas le confondre avec les différentes obligations : les justificatifs pour crédits d impôts et pour les marchés publics

Plus en détail

Expert en Acoustique et en Vibration

Expert en Acoustique et en Vibration Expert en Acoustique et en Vibration L entreprise , filiale AREVA Energie nucléaire Energies renouvelables Des solutions pour produire de l électricité sans CO2 47,817 personnes 20 pays Présence industrielle

Plus en détail

CONTENU DU DEVIS DE PERFORMANCE

CONTENU DU DEVIS DE PERFORMANCE CONTENU DU DEVIS DE PERFORMANCE GÉNÉRAL Qu il s agisse d un projet de construction d un nouveau bâtiment ou de rénovation d un bâtiment existant (dans ce cas, voir la partie Autres aspects), l Ordre dresse

Plus en détail

Habitats RT2012 & Habitacles interactifs

Habitats RT2012 & Habitacles interactifs Habitats RT2012 & Habitacles interactifs «L énergie positive du bâtiment économe au service du confort.» Présentation générale : Le Cluster Bâtiment Econome lance une nouvelle dynamique en 2013 avec son

Plus en détail

Rapport d'évaluation CCMC 13459-R Isofoil

Rapport d'évaluation CCMC 13459-R Isofoil Rapport d'évaluation CCMC 3459-R Isofoil RÉPERTOIRE NORMATIF : 07 2 3.03 Publié : 202-09-27 Réévalué : 202--27 Révisé : 205-04-23 Réévaluation : 205-09-27. Opinion Le Centre canadien de matériaux de construction

Plus en détail

Eric Leblanc arch. Marie Pierre Turbide

Eric Leblanc arch. Marie Pierre Turbide + Eric Leblanc arch. Marie Pierre Turbide Une nouvelle construction doit répondre à plusieurs normes et guides pour rencontrer des normes minimales d accréditation, comme les guides de conception de la

Plus en détail

La révolution de l éclairage : les DEL c est bien mais ce n est pas tout!

La révolution de l éclairage : les DEL c est bien mais ce n est pas tout! La révolution de l éclairage : les DEL c est bien mais ce n est pas tout! Patrick Martineau, ing. Colloque multi énergies de l AGPI 9 et 11 avril 2013 CONTENU DE LA PRÉSENTATION Avancées technologiques

Plus en détail

La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment

La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment La thermographie infrarouge (ir) Introduction Historique Domaines d application types d équipements Fonctionnement de la caméra ir Facteurs d erreurs

Plus en détail

Le leadership des gestionnaires de bâtiments institutionnels : une cible, un bilan, un défi! Sujets discutés. Atteinte des cibles.

Le leadership des gestionnaires de bâtiments institutionnels : une cible, un bilan, un défi! Sujets discutés. Atteinte des cibles. Le leadership des gestionnaires de bâtiments institutionnels : une cible, un bilan, un défi! Michel Fournier, ingénieur Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques Sujets discutés Atteinte des

Plus en détail

Goujon d ancrage Hilti HST3 DES MILLIERS D APPLICATIONS. UNE SOLUTION. Hilti. Performance. Fiabilité.

Goujon d ancrage Hilti HST3 DES MILLIERS D APPLICATIONS. UNE SOLUTION. Hilti. Performance. Fiabilité. Goujon d ancrage Hilti HST3 DES MILLIERS D APPLICATIONS. UNE SOLUTION. Hilti. Performance. Fiabilité. Goujon d ancrage Hilti HST3 PERFORMANCE DANS TOUTES CONDITIONS. Les ingénieurs et les installateurs

Plus en détail

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ :

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : 1/8 EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : ISOLATION THERMIQUE ACOUSTIQUE Date d application : 01 juillet 2015 2/8 SOMMAIRE

Plus en détail

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec

Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec Code de Sécurité (Projet) (Chapitre Bâtiment) BOMA Québec 13 mars 2012 Plan Présentation I - Législation actuelle pour les bâtiments occupés II - Futur Code de sécurité III - Structure du Code de sécurité

Plus en détail

BNQ 3019-190 Lutte aux ilots de chaleur urbains Aménagement des aires de stationnement Guide à l intention des concepteurs

BNQ 3019-190 Lutte aux ilots de chaleur urbains Aménagement des aires de stationnement Guide à l intention des concepteurs INFRA 2013 BNQ 3019-190 Lutte aux ilots de chaleur urbains Aménagement des aires de stationnement Guide à l intention des concepteurs Paul Gardon ing. Normalisateur 2 décembre 2013 Titre professionnel

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION AVANTAGES. Possède une résistance thermique élevée Pare vapeur réfléchissant intégré Réduction des risques de moisissures

GUIDE D INSTALLATION AVANTAGES. Possède une résistance thermique élevée Pare vapeur réfléchissant intégré Réduction des risques de moisissures GUIDE D INSTALLATION AVANTAGES Possède une résistance thermique élevée Pare vapeur réfléchissant intégré Réduction des risques de moisissures Guide d installation ISOFOIL p. 2 de 5 DEVIS TECHNIQUE : Avis

Plus en détail

Étude de cas : Ingénierie incendie de l'immeuble de bureaux d'aob, Luxembourg

Étude de cas : Ingénierie incendie de l'immeuble de bureaux d'aob, Luxembourg Étude de cas : Ingénierie incendie de l'immeuble de bureaux d'aob, Luxembourg Dans cet immeuble commercial impressionnant de 8 étages, l'utilisation de mesures de protection incendie actives et d'ingénierie

Plus en détail

CCMC 13426-R Guardwrap NXT Matériau pare-air - Annexe A Renseignements complémentaires

CCMC 13426-R Guardwrap NXT Matériau pare-air - Annexe A Renseignements complémentaires CCMC 13426-R Guardwrap NXT Matériau pare-air - Annexe A Renseignements complémentaires Un matériau pare-air employé dans un système pare-air Le CCMC n a pas évalué le rendement du système pare-air pour

Plus en détail

BARDEAUX DURATION. Canada. TruDefi nitionmc. avec Technologie SureNail. Bois flottant

BARDEAUX DURATION. Canada. TruDefi nitionmc. avec Technologie SureNail. Bois flottant BARDEAUX DURATION TruDefi nitionmc avec Technologie SureNail Canada Bois flottant BARDEAUX DURATION TruDefi nitionmc avec Technologie SureNail MC Intensité de contraste et de dimension. TruDefinition.

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

Politique : travail en hauteur

Politique : travail en hauteur Page 1 sur 9 1. BUT... 3 2. PORTÉE... 3 3. DÉFINITIONS... 3 4. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 3 a) Chef d exploitation / Agent de projets de l ASC... 3 b) Exécutant de l ASC et sous-traitant... 4 c) Agent

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées

Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées Consultations particulières et auditions publiques sur le projet de loi n o 49 Loi modifiant diverses lois professionnelles et d autres dispositions dans le domaine des sciences appliquées Mémoire de l

Plus en détail

4 - Statistiques sur le nouveau rôle d évaluation

4 - Statistiques sur le nouveau rôle d évaluation SOIRÉE D INFORMATION 1 1 - Présentation du professionnel 2 - Introduction à l évaluation municipale 3 - Résumé des 3 méthodes d évaluation 4 - Statistiques sur le nouveau rôle d évaluation 5 - Exemple

Plus en détail

Pour qui, pour quoi RTHQ - Mai 2013

Pour qui, pour quoi RTHQ - Mai 2013 La CMMTQ Pour qui, pour quoi RTHQ - Mai 2013 La CMMTQ, pour qui, pour quoi et sa version 2.0 Qu est-ce que la CMMTQ, d où vient elle, quel est son statut et son rôle. La CMMTQ, pour qui, pour quoi et sa

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES Q UALIFICATION PROFESSIONNELLE DES ENTREPRENEURS DE CONSTRUCTION PROFIL DE COMPÉTENCES 13.4 - Entrepreneur en systèmes localisés d extinction d incendie DES MODIFICATIONS AU CONTENU PEUVENT ÊTRE APPORTÉES

Plus en détail

PASSEZ DU RÊVE À LA RÉALITÉ

PASSEZ DU RÊVE À LA RÉALITÉ PASSEZ DU RÊVE À LA RÉALITÉ Guide pratique pour l auto-construction de votre micro-maison MISE EN GARDE : 45 minutes pour réviser l ensemble des composantes d une Micro-maison, ce n est pas suffisant!!!!

Plus en détail

Comment s y retrouver?

Comment s y retrouver? 1 L énorme casse-tête Comment s y retrouver? Quelle est la norme qui s applique? Dans quel Code retrouve t-on l information? Quand un système d alarme incendie est-il requis? Quel type de filage utiliser?

Plus en détail