E.S.G.A.E. Ecole Supérieure de Gestion et d Administration des Entreprises GESTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E.S.G.A.E. Ecole Supérieure de Gestion et d Administration des Entreprises GESTION"

Transcription

1 E.S.G.A.E. Ecole Supérieure de Gestion et d Administration des Entreprises REVUE CONGOLAISE DE GESTION Numéro 13 Janvier Juin 2011 Editions I C E S

2 Revue Congolaise de Gestion N 13 Revue semestrielle publiée par l École Supérieure de Gestion et d Administration des Entreprises Directeur de la publication : Pr. Roger Armand MAKANY ICES, Z.A. de l Apport Paris B.P Corbeil-Essonnes Cedex France Courriel : ISBN : ISSN : Tous droits réservés. 2

3 O COMITE DE LECTURE livier Jean Marie GAUSSENS, (Université de Caen, (France)) ; Jean Paul LOUISO,T (Carm_Institute, (France)) ; Philippe BOUSSIENGUE MAKANY, (Institut Universitaire de Technologie de Cherbourg, (France)) ; Odilon GAMELA NGINU, (Université de Kinshasa, (RDC)) ; Bernard TERRANY, (IPAG, (France)) ; Tadas SARAPOVA, (University of Management and Economics, (Lithuanie)) ; Célestin MAYOUKOU, (Université de Rouen, (France)) ; Hervé DIATA, (Université Marien NGOUABI, (Congo)) ; Théophile DZAKA KIKUTA, (Université Marien NGOUABI- E.S.G.A.E., (Congo)) ; Louis BAKABADIO, (Université Marien NGOUABI, (Congo)) ; Thomas SILOU, (Université Marien NGOUABI, Ecole Supérieure de Technologie des Cataractes, (Congo)) ; Fidèle MIALOUNDAMA, (Université Marien NGOUABI, Université Libre du Congo, (Congo)) ; Dominique MIZERE, (Université Marien NGOUABI, (Congo)) ; Gabriel KISSITA, (Université Marien NGOUABI, (Congo)) ; Séraphin MVUDI MATINGU, (Université de Kinshasa (RDC)) ; Jacob SABAKINU KIVILU, (Université de Kinshasa, (RDC)) ; Sam OVEY PANQUIMA, (Université Marien NGOUABI, E.S.G.A.E., (Congo)) ; N Zinga LUYINDULADIO, (Université de Kinshasa, (RDC)) ; François KABUYA KALALA, (Université de Kinshasa, (RDC)) ; Béthuel MAKOSSO, (Université Marien NGOUABI, E.S.G.A.E., (Congo)) ; MUKOKO SAMBA, (Université de Kinshasa, (RDC)) ; TSHIUNZA MBIYE, (Université de Kinshasa, (RDC)) ; Antoine KAMIANTAKO 3

4 MIYAMUENI, (Université Kongo, (RDC)) ; Justin KAMAVUAKO DIWAVOVA, (Université Kongo, (RDC)) ; Xavier BITEMO NDIWULU, (Université Kongo ; Institut Supérieur de Commerce, (RDC)) ; Alphonse MVIBUDULU KALUYITUKAKO, (Institut Supérieur de Commerce, (RDC)) ; Thomas MAKETA LUTETE, (Institut Supérieur de Commerce, (RDC)) ; Tony LOLINGA LOGANGE, (Institut Supérieur de Commerce, (RDC)) ; Patrick INKANSHA UNKATIKYE, (Institut Supérieur de Commerce, (RDC)) ; Casimir LUABENGA KABENDULA MIRE, (Institut Supérieur de Commerce (RDC)) ; Serge IKIEMI, (Université Marien NGOUABI, (Congo)). 4

5 SOMMAIRE Pages Editorial, Pr. Roger Armand MAKANY. 7-8 Analyse du profil des dirigeants des PME à Brazzaville : cas des entreprises de service ; Rolland OLEKALO La gestion de la relance client dans les compagnies aériennes congolaises : cas de la SNAC ; Juste Christina Chanty NGUINDA OYAH La stratégie de diversification d ITOYA : problèmes et perspectives ; Nelly Bertille EDZOUALIKO Problèmes de financement bancaire de l économie : expérience du Congo Brazzaville ; Gilles Wilème TCHAMBA La gestion du risque d investissement dans le projet d extension d une ferme agropastorale : «Le Berger d Abrila» ; Myriam MAHOUKOU

6 6 Revue Congolaise de Gestion N 13

7 EDITORIAL A La revoilà, notre Revue. près ce long moment d absence, la Revue Congolaise de Gestion frappe de nouveau aux portes de la communauté scientifique. Elle est là, et elle renaît d une volonté affirmée d informer sur les grandes tendances de management, d économie et de gestion. En effet, la Revue est, pour l ESGAE, un des piliers du système de formation supérieure qu elle a mise en place afin de marquer, elle aussi, son empreinte dans le processus de développement d une Afrique qui ne cesse de bouger sur tous les plans : politique, économique, culturel, etc. Aussi, au regard de la mondialisation de l économie et l internationalisation des marchés qui structurent la dynamique des entreprises et les processus de décisions stratégiques, la Direction générale s est engagée à développer des accords de partenariat avec d autres universités et écoles supérieures de gestion, en France, en Afrique en général, et en République Démocratique du Congo en particulier, dans une perspective de partage d expériences constructives dans le domaine de la formation. C est dans ce contexte que l initiative de la relance de la Revue Congolaise de Gestion trouve donc toute sa signification : produire de la connaissance à partager dans un environnement national, régional et international où la 7

8 performance est devenue une préoccupation pour l entreprise moderne. À travers la revue, l ESGAE contribue à la promotion de la recherche endogène dans des domaines divers de la gestion des administrations et des entreprises. Dans ce numéro, les articles développés sont l œuvre, non seulement, des chargés de cours, mais aussi des jeunes cadres. Les articles, pour la plupart, sont des résultats des études de cas sur le management, le marketing, la stratégie, la finance et la gestion des risques. C est l environnement domestique de l entreprise congolaise qui se trouve ainsi exploré. Notre vœu est que, la Revue Congolaise de Gestion, incarnant une nouvelle expérience dans la production de l information scientifique pour l ESGAE, soit non seulement une source d informations, mais aussi un véritable outil d aide à la décision. Pr. Roger Armand MAKANY ; Directeur de la Publication ; Directeur Général de l ESGAE. 8

9 ANALYSE DU PROFIL DES DIRIGEANTS DES PME À BRAZZAVILLE : CAS DES ENTREPRISES DE SERVICE Par Rolland OLEKALO Abstract The role of a company manager has become a key factor for the success of a modern enterprise. In management literature, the issue related to such a role is widely developed, as the latter is the cornerstone of top management efficiency which is characterized by the ruling style. The study of the role assigned to managers of servicing enterprises operating in Brazzaville made it possible to identify the main features of such managers, and highlight in line with know models of profiles through the internal diagnosis used weaknesses noticed at the level of those managers. Key words: Role of the manager, servicing company, strategical diagnosis, profile of the manager. Résumé Le rôle du dirigeant d une entreprise est devenu un facteur clé de réussite pour une entreprise moderne. Dans la littérature du management, la question du rôle est abondamment développée car elle est au cœur de l efficacité du "top-management" qui se distingue par le style de 9

10 10 Revue Congolaise de Gestion N 13 commandement. L étude du rôle des dirigeants des entreprises de service à Brazzaville a permis d identifier les caractéristiques de ces dirigeants et de déceler, par rapport, aux modèles de profils connus, à travers le diagnostic interne utilisé, les faiblesses que présentent ces dirigeants. Mots clés : Rôle du dirigeant, entreprise de service, diagnostic stratégique, profil du dirigeant. 1- INTRODUCTION a mondialisation de l économie, dû aux mouvements L d ouverture des frontières nationales, de déréglementation et de suppression des barrières tarifaires et non tarifaires, impose aux entreprises locales de production de biens industriels, de biens agricoles et de services marchands, la capacité de contenir la concurrence. A cet effet, la capacité d affronter la concurrence dans ce nouvel environnement qui devient de plus en plus complexe et turbulent, implique pour les dirigeants du secteur productif une amélioration continue de leurs stratégies de productivité et partant de la compétitivité de leurs produits à travers des stratégies d innovation remarquables. En effet, les personnes exerçant au sein des entreprises, notamment les cadres et les dirigeants, sont de plus en plus appelées à évoluer afin de consolider leur rôle dans le développement de leur entreprise, leur secteur, et plus globalement dans celui du pays. En ce qui concerne le rôle du dirigeant, il y a lieu de noter qu il a bien évolué ces dernières années : le dirigeant ne donne plus seulement des ordres que ses subordonnés se contentent d appliquer sans la moindre contestation ; il se doit de convaincre ses collaborateurs du bien fondé de ses décisions, et de les rallier à son point de vue. En outre, il veille à ce qu il y ait une cohérence d ensemble dans toutes

11 les actions qu il entreprend. Il a aussi pour mission de faire accepter une certaine adaptabilité et flexibilité nécessaires au bon fonctionnement de l entreprise. A cet égard, il apparaît que diriger une entreprise ou une équipe ne s improvise pas. Même, si de nombreuses personnes aspirent à devenir chef, et ainsi commander leurs collègues, on note parfois que les compétences et les qualités nécessaires pour relever ce défi ne sont pas forcément en adéquation avec la personnalité et le parcours de chacun. Encore faut-il, au préalable, correspondre au profil de l emploi! Or, quel rôle tient le responsable dans une entreprise? Quelles compétences doit il acquérir? Quelles sont les qualités requises, et comment les développer? Quels sont les différents profils de nos dirigeants 1? Au Congo, l environnement multidimensionnel selon le modèle de Pestel, offre des opportunités importantes aux dirigeants des entreprises pour faire asseoir leurs stratégies et gagner en compétitivité sur ce marché mondialisé. Cependant, pour saisir ces opportunités, il faut que les dirigeants des entreprises remplissent un profil donné, et partant, connaissent, avec précision, le rôle et le métier d un dirigeant. L «analyse du profil des dirigeants des PME à Brazzaville : cas des entreprises de service» a pour objet de présenter le profil des dirigeants des PME des entreprises de service afin de savoir si celui-ci répond ou peut répondre aux exigences qu impose la réalité du marché. De ce fait, notre travail repose sur cette question à deux volets à savoir d une part : Les dirigeants des PME de service de Brazzaville obéissent ils à un bon profil? Autrement dit, est dirigeant d une PME de service, est-ce le plus compétent? Le plus 1 11

12 riche? Le plus expérimenté? Le plus jeune? Le plus vieux? Les hommes? Les femmes? Ou celui qui entretient le plus de relations? D autre part, accomplissent-ils avec exactitude le rôle et le métier d un bon dirigeant? 2- MATERIEL ET METHODOLOGIE DE TRAVAIL Pour atteindre l objectif de notre réflexion, nous avons fait recours : 1) à la recherche et l exploitation documentaire des ouvrages des travaux et mémoires dans la bibliothèque de l ESGAE. 2) à une recherche empirique à l aide d un questionnaire soumis à un échantillon (environ 30 dirigeants) pour recueillir les éléments nécessaires à la mise en place de la matrice forces-faiblesses, 3) des entretiens auprès des subordonnés des dirigeants, pour comprendre leur perception sur la pratique de leurs dirigeants ; 4) aux sites web. Pour ce faire la méthode de diagnostic stratégique LCAG a été utilisée, à savoir, le diagnostic interne. Pour y parvenir une enquête auprès des dirigeants des entreprises de service, à Brazzaville, a été réalisée pour obtenir des éléments permettant d effectuer le dit diagnostic. Le diagnostic interne, dans le cadre de la méthode LCAG ou méthode Harvard, est l approche consistant à analyser l environnement interne de l entreprise. L objectif est d identifier les forces et les faiblesses de l entreprise. Dans le cadre de notre travail, l environnement interne se résume au profil du dirigeant quoi qu un facteur stratégique, car il détermine la dynamique de l ensemble de l entreprise. 12

13 3- ANALYSES ET RESULTATS L analyse des résultats repose sur la matrice des forces et des faiblesses permettant d identifier les problèmes stratégiques lés au profil des dirigeants. 3-1 : Matrice des forces et des faiblesses Tableau : Matrice des forces et faiblesses du dirigeant congolais Formation et Diplôme Expérience Professionnelle Compétences et Potentiel Forces - Obtention d un diplôme supérieur ; -Formation dans l un des domaines de la gestion -Connaissance du monde de travail avant de diriger -Capacité d analyse -Ambition ; -Confiance en soi ; -Possession des capacités de Faiblesses -Aucune diversité dans la formation ; -Connaissances généralement dans un seul domaine de la gestion -Absence d expérience professionnelle suffisante avant d être dirigeant ; -Pas souvent d expérience professionnelle dans la branche d activité où il devient dirigeant de l entreprise ; l empêchant d ailleurs d acquérir trois types de savoir : celui du pouvoir industriel, du pouvoir prédateur et du pouvoir organisateur. -Aucune perspective stratégique ; -Aucun esprit de prévision et aucun sens de l organisation ; -Mauvaise gestion des hommes ; 13

14 Fonctions du dirigeant résistances aux pressions -Un symbole, en ce sens qu il remplit au mieux un certains nombres de devoirs routiniers d ordre légal et social ; -Un agent de contrôle et de commandement -Bon diffuseur, transmettant l information à ses subordonnés -Manque d adaptabilité et de flexibilité dans cet environnement turbulent ; -Aucune prise de décision concrète ; -L absence du sens des affaires ; -Aucune sensibilité interpersonnelle ; -Mauvaises politiques de communication ; -Aucun esprit d initiative ; -L absence du potentiel d adaptabilité aux situations spécifiques rencontrées. -Il n est pas un agent de liaison assurant et développant un système de relations externes à l entreprise ; -L absence d une structure d autorité formelle ; - Aucune capacité de mettre en place les méthodes concrètes de travail ; -Mauvaise compréhension de l organisation et de l environnement ; -Aucun esprit entrepreneurial prenant l initiative et assurant la conception des changements importants et contrôlés affectant son 14

15 organisation (menaces et opportunités) ; -Manque d esprit de négociation nécessaire pour présenter son organisation dans les négociations importantes avec d autres organisations et d autres individus. Rôle et Métier du dirigeant -La recherche de l atteinte des objectifs -Maîtrise d un métier, cela lui donne une position concurrentielle très favorable ; -Prudent dans la -L absence d attention à la sécurité de ses collaborateurs ; -L utilisation de l intimidation pour favoriser le travail au lieu de la collaboration ; -Aucune recherche de l équilibre entre les besoins de l entreprise et ceux groupe ; -Aucune amélioration des compétences de ses collaborateurs ; - Aucune habitude de garder ses documents à jour, c est-à-dire adore la paperasserie ; -Aucune gestion de temps dans l accomplissement de ses tâches. -Manque de possibilité de faire face aux changements à l accroissement de la turbulence (changements des besoins et des technologies) ; 15

16 Le Profil PIC Source : Nous même prise de décision (mûrit longuement la décision) : une tendance réflexive. -Absence de veille commerciale ; -Manque de capacités de réactions qui lui permettraient de s adapter aux nouvelles conditions de l industrie ; -Dépendance envers ses clients ou ses fournisseurs et en conséquence de leurs visées stratégiques ; -Comportement fondamentalement paternaliste, voire égocentrique ; -Stratégie de type gradualiste (incrémentale) qui s élabore au fur et à mesure des décisions prises ; -Comportement plutôt réactif, dans la mesure où il prend conscience d un problème, a la suite d un «incident» avec l environnement et régit en conséquence. 3-2 : Analyse des résultats Rappelons tout d abord qu il existe une certaine ambiguïté dans l utilisation du vocabulaire relatif au responsable d entreprise. De manière classique, il convient de distinguer d un côté l entrepreneur, celui prend le risque en créant l entreprise par exemple, et le dirigeant, qui se contente de «diriger» 16

17 l entreprise (qui par exemple n en est que le salarié) et qui n assume pas véritablement le risque d entreprise. Toutefois, dans le contexte de la PME, cette distinction s affaiblit dans la mesure où ces deux personnes sont souvent identiques, notamment dans le cas des PME familiales. Pour cela, les termes d entrepreneur, de dirigeant, de chef d entreprise et de créateur d entreprise sont souvent donc employés comme des synonymes. Le dirigeant congolais est une personne généralement de sexe masculin et dont l âge varie entre 30 et 50 ans quelque soit le secteur privé ou public. Souvent de formation supérieure, il est formé dans les domaines de l économie, de la comptabilité, du marketing, des ressources humaines et technique. Quant à l expérience, le dirigeant congolais est une personne qui, dans certains cas, commence sa carrière directement en tant que dirigeant ; il s agit, notamment, des entrepreneurs qui n ont donc pas d expérience professionnelle, à part celle acquise dans l exercice de son métier de dirigeant. Dans d autre cas, le dirigeant congolais est celui qui dispose d une expérience professionnelle, aussi courte soit-elle, mais acquise avant de devenir dirigeant d une entreprise. Celui-ci consacre l essentiel de sa carrière en qualité soit de comptable, de financier, de technicien, d homme de marketing, de gestion des ressources humaines mais aussi en qualité d enseignant ; seulement, il ne dirige naturellement pas les entreprises de la branche d activité où il a acquis son expérience professionnelle, avant de devenir dirigeant d une quelconque entreprise. S agissant des styles de direction, le dirigeant congolais se distingue à travers un style de commandement dit autoritaire. Ce dirigeant, s inscrivant dans la logique de la théorie X de Mc. Gregor, pense que l homme n aime pas le travail ; il préfère plutôt être dirigé, désire éviter les 17

18 18 Revue Congolaise de Gestion N 13 responsabilités, recherche la sécurité avant tout. Dans ce cas, les dysfonctionnements, se manifestant dans l exercice du travail, sont majoritairement imputables aux individus. Cela justifie l autoritarisme, le paternalisme, la contrainte, les contrôles, les sanctions, le salaire au rendement, etc. Par ailleurs, le dirigeant congolais accorde, dans la majorité des cas, une grande attention aux impératifs de la production et de la commercialisation, par contre, les problèmes humains (aspirations, réclamations des salaires) sont l objet de peu d intérêt. C est dire que celui-ci planifie, dirige et contrôle la production d une part et la commercialise, d autre part. Tout au plus, ce dernier considère le taylorisme comme une bonne approche et pense qu il faut le standardiser. De tout ce qui précède, on note que le dirigeant congolais obtient des performances en utilisant, en priorité, son autorité. Il pilote en ne laissant qu un faible degré d autonomie à ses collaborateurs. En plus, il entretient avec ses collaborateurs des relations qui sont réduites au strict nécessaire, à savoir, la transmission des directives et le contrôle des résultats. En outre, l enquête a révélé que le dirigeant congolais développe une communication se faisant que dans un seul sens, c'est-à-dire, une communication descendante : dirigeant vers subordonnés, ceci volontairement afin de garder ses distances. Mais cet état des choses, ne veut pas dire que le dirigeant Congolais en étant autoritaire n est pas humaniste car, celui-ci est aussi parfois très respectueux et humain. Cependant, «pas d émotion, restons professionnel» est aussi dans certains cas l un des principaux leitmotive du dirigeant congolais. Par rapport au profil-type, fondé sur les buts, c est-àdire «ce à quoi le dirigeant aspire de manière fondamentale pour son entreprise»: la croissance de l entreprise, sa pérennisation et enfin l indépendance (qu elle soit financière

19 ou décisionnelle), M. Marchesnay a mis en évidence deux grands types de profil : le profil PIC (pérennité, indépendance, croissance) et le profil CAP (croissance, autonomie, pérennité). Le dirigeant congolais est un dirigeant vraisemblablement PIC., bien qu il soit rarissime de trouver dans la réalité, un dirigeant qui peut réunir toutes les qualités du PIC ou toutes celles du CAP. À cela s ajoute le fait que le dirigeant congolais est une personne qui manifeste avant tout une certaine volonté d échapper à l organisation hiérarchique. Il recherche souvent la réalisation de soi et la satisfaction de ses besoins matériels. Fortement attaché à son entreprise, le dirigeant congolais souhaite avant tout que son entreprise se pérennise et conserve son indépendance. Pour lui, la croissance ne constitue pas tellement une priorité (la taille de son entreprise lui convient). De ce fait, il est satisfait et privilégie la réalisation d opérations modestes et peu risquées. 3-3 : Problèmes stratégiques Suite au diagnostic effectué du profil du dirigeant congolais, ayant permis de déceler les forces et faiblesses résultant de l accomplissement de sa fonction, nous nous proposons à présent de passer en revue les problèmes qui naissent et qui peuvent naître de la façon de diriger du dirigeant congolais. Soulignons que le fait que ces problèmes sont présentés selon qu ils relèvent de ses relations internes et de ses relations externes. a) Problèmes internes Au niveau interne, les problèmes que nous pouvons évoquer sont les suivants : L absence de motivation des collaborateurs dans l accomplissement de leurs tâches quotidiennes, par conséquent aucun attachement à l entreprise et aucun souci 19

20 20 Revue Congolaise de Gestion N 13 du développement de celle-ci. Et si le souci peut être ressenti, c est juste le fait que leur épanouissement en dépend ; L inorganisation structurelle et juridique : le souci de l homme qu il faut à la place qu il faut n existe pas. Par conséquent, nul ne sait concrètement qui est qui et qui fait quoi au sein de l entreprise. D où les conflits de pouvoir dans l entreprise, l inadéquation entre la formation reçue et la fonction occupé ; L absence d objectifs précis à atteindre : l accomplissement de plusieurs tâches au sein de l entreprise sans même que ceux qui les accomplissent en savent l aboutissement ; Le manque d objectivité, de réalisme, de clarté, bref de rationalité dans la gestion : l incapacité pour le dirigeant de rendre réel et effectif le travail qui doit être accompli par ses collaborateurs. D où, la non utilisation rationnelle des compétences humaines susceptibles de poser un problème crucial celui de l atteinte du but fixé au départ. Par conséquent, cela va traduire dans une large mesure l incapacité de l entreprise à réaliser ses objectifs de croissance ; La dégradation des valeurs dans l entreprise : les cadres dirigeants assimilent la gestion de l entreprise à celle liée à leur patrimoine familial sans scrupule, ce qui se manifeste sous forme de détournements et de recrutements complaisants ; L absence d innovation et des idées créatrices de la part du dirigeant qui se contente de faire la routine surtout lorsque l entreprise peut réaliser des niveaux de résultats acceptables. De même de la part de ses collaborateurs qui à leur tour souffrent du fait que les tâches sont définies précisément à l avance ; L absence de la culture d entreprise : aucun climat de confiance entre les collaborateurs favorisant un partage

21 d informations et limitant ainsi le bruit traditionnel dans toute organisation bureaucratique et hiérarchisée. Aussi, le niveau d éveil, pour des idées nouvelles et le partage de celles-ci, est très faible voir inexistant. Le manque de considération des employés par le dirigeant : aucune possibilité offerte aux employés pour se socialiser sinon venir pour travailler comme des robots ; L inaccessibilité du dirigeant : aucune possibilité pour les employés d exprimer leurs soucis à part, sauf, si le dirigeant prend l initiative de les écouter. Par conséquent, il parle plus qu il n écoute ce qui fait qu il ne soit pas à même de diriger correctement ses employés ; L idée que le dirigeant n a jamais tort, et qu il ne fait pas d erreur : seuls les autres ont tort. D où si une erreur est commise le dirigeant trouve toujours quelqu un à blâmer tout en oubliant qu il est tout en haut de l entreprise et devrait être le premier responsable en cas d erreur. Par ailleurs il oublie que «qui dit entreprise dit risques», car les deux sont indissociables. b) Les problèmes externes Au niveau externe, les quelques problèmes importants identifiés sont : L absence des relations ouvertes avec l environnement externe pouvant favoriser une culture d apprentissage fondée sur des valeurs de confiance et d intégrité ; L absence de création d un environnement de travail communicatif susceptible d affecter les perceptions, les relations et ainsi l interaction à la base de certaines petites innovations pour répondre à des besoins changeants ou des marchés très différents ; Le manque de bureau d étude et de contacts répétés avec des centres de recherche et de développement pouvant 21

22 22 Revue Congolaise de Gestion N 13 favoriser de plus le recours à l intuition et augmenter l esprit d attention ; L incapacité du dirigeant de faire le lien entre l information interne et externe, nationale et internationale et les ressources fournies par le milieu ou le capital social et la capacité de son entreprise à profiter de la mondialisation des marchés tout en se distinguant. 4 PERSPECTIVES Fondamentalement, les perspectives portent sur, d une part, la formation du dirigeant, comme étant : «l ensemble des actions capables de mettre les individus et les groupes en état d assurer avec compétence leurs fonctions actuelles ou celles qui leur seront confiées pour la bonne marche de l organisation». En effet, au cœur d un système polyvalent et centralisé comme la PME, le dirigeant doit posséder de multiples compétences et maîtriser plusieurs domaines de la gestion pour répondre aux divers types de situations rencontrées. D autre part, il s agira de mettre l accent sur le style de direction, les qualités requises, le rôle du dirigeant et le type de profil pour le dirigeant congolais. Ce renforcement des capacités du dirigeant contribuera à développer au sein des PME des compétences distinctives. 1 : La formation du dirigeant Le dirigeant doit être compétent dans plusieurs domaines de la gestion et suffisamment «armé» dans chacun d eux, pour pouvoir apprécier n importe quelle situation dans l environnement où il évolue. Ainsi, par exemple, un dirigeant de formation technique aura une vision axée sur la production et un commercial sur la vente. La formation du dirigeant doit être considérée comme un ensemble d éléments à transmettre pour combler des lacunes en gestion, après les avoir identifiées ; elle permet

23 d acquérir des connaissances, des habiletés et des attitudes propres à faciliter 1) l adaptabilité du dirigeant à son environnement socioprofessionnel et en même temps et 2) la réalisation des objectifs d efficacité de l organisation. Le «dirigeant idéal» serait donc celui qui maîtrise la gestion d entreprise, afin de pouvoir mieux concilier les ressources diverses de l entreprise. 2 : Le style de direction Le dirigeant devrait adapter son style de direction à la réalité de l environnement de l entreprise, car il existe une inadéquation entre les styles prescrits et la réalité sur le terrain. Il convient alors de mettre en exergue son savoirfaire, sa capacité de communiquer, son talent de négociateur et son tact pour faire de telle sorte que ses subordonnés puissent au moins partager sa vision des choses, et tomber d accord sur le comment faire de ce qui leur est confié. Ainsi, on verra l impact de leur contribution dans cet effort de développement de l entreprise. En ce qui concerne les valeurs socioculturelles, le dirigeant qui n arrivera pas à maîtriser certaines données fixes et constantes prédominantes pour bâtir sa stratégie d action ne pourra pas développer au sein de l entreprise un état d esprit qui va correspondre à la dynamique du groupe. De manière opérationnelle, le dirigeant devrait concevoir un style de direction qui va s articuler autour d un ensemble de valeurs à partager, intégrant des facteurs socioculturels de l environnement congolais. 3 : Les qualités du dirigeant Au-delà des compétences, de l intelligence et du talent, le dirigeant doit posséder des qualités requises. De même, on ne naît pas dirigeant, on le devient. En effet, si certains ont l assurance et le charisme qui leur permettent 23

24 d occuper ou de décrocher un poste de dirigeant, d autres doivent encore se battre pour améliorer leur relationnel. Car, n est pas dirigeant qui le veut, mais celui qui peut! A condition d avoir trouver «l alchimie» entre la personnalité héritée de notre enfance et les capacités qu on a développées tout au long de notre parcours. Si la mission du dirigeant exige parfois un style de commandement autoritaire, il n en reste pas moins qu il doit rester à l écoute de ses collaborateurs et accepter les échecs en les «positivant». Il est, certes, difficile pour un dirigeant de posséder toutes les qualités qui définissent un bon dirigeant. Toutefois, le minimum de «package de qualités» s avère nécessaire car les qualités constituent la pièce maîtresse du management garantissant le succès des PME. Entre autres, il y a lieu de : Rompre avec la théorie X considérant les employés comme des personnes en perpétuel besoin de contrôle et en leur donnant la latitude de prendre des initiatives et des décisions. La confiance est une composante essentielle au niveau de l entreprise comprise comme un système. Optimiser les atouts de chaque employé plutôt que de gérer simplement les résultats. Pour ce faire, il s agit d identifier les besoins en développement de chaque personne et s engager à ce qu elle soit efficace et performante. Quand des travailleurs développent leurs capacités et les améliorent, leur enthousiasme et leur efficacité s intensifient, ce qui améliore la productivité. Mettre en avant l effort et la réussite au lieu d insister sur les échecs ou les erreurs. Dans beaucoup d entreprises, les encouragements sont plutôt rares, alors que les «erreurs» sont difficilement oubliées. Au lieu de souligner les erreurs, l accent devra être mis sur les moyens qui assurent que la même erreur ne se reproduise pas. 24

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Etudes de Marché à l Internationale

Etudes de Marché à l Internationale Etudes de Marché à l Internationale Hofstede / Mesurer la culture via 5 indices : - Individualisme vs. Collectivisme - Masculinité vs. Féminité - Incertainty avoidance - Power distance - Court terme vs.

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente FORMATIONS COMMERCIALES MANAGEMENT Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter I - Techniques de vente «Basic» - 6 modules II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon

Plus en détail

GUIDE 2015 DIAGNOSTIC FORMATION ORIENTATION

GUIDE 2015 DIAGNOSTIC FORMATION ORIENTATION GUIDE 2015 DIAGNOSTIC ORIENTATION FORMATION Vous! Petits ou grands, qui considèrent qu activer ses motivations est un moteur de réussite et de performance. Vous! Adhérents qui souhaitent étendre vos compétences.

Plus en détail

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Parcours Dyn@mique RH. Réunion thématique du 8 juin 2010. La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Parcours Dyn@mique RH Réunion thématique du 8 juin 2010 La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences Sommaire Définition Les enjeux La démarche En pratique: comment identifier les fonctions

Plus en détail

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com

AUDIT DE CULTURE. Introduction au rapport de culture d entreprise. Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com AUDIT DE CULTURE Introduction au rapport de culture d entreprise + Simple software to manage your company culture. www.vadequa.com 2 Audit de Culture A PROPOS La démarche Vadequa Vadequa permet aux sociétés

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Manager en tenant compte des spécificités des seniors

Manager en tenant compte des spécificités des seniors Manager en tenant compte des spécificités des seniors Fiche 9 Enjeux Dans un contexte de départs en préretraite, les seniors ont longtemps été les oubliés de la gestion des ressources humaines. À partir

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Comment bien préparer le transfert de votre entreprise Guide pratique

Comment bien préparer le transfert de votre entreprise Guide pratique Comment bien préparer le transfert de votre entreprise Guide pratique 370, rue des Forges, bureau 100 Trois-Rivières (Québec) G9A 2H1 Téléphone : 819 374-4061 Télécopieur : 819 373-6511 Courriel : info@idetr.com

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

2008/2009 CATALOGUE FORMATION MANAGEMENT

2008/2009 CATALOGUE FORMATION MANAGEMENT 2008/2009 CATALOGUE DE FORMATION MANAGEMENT 1 MANAGEMENT Les formations : Initiation au management...3 Le management commercial...4 Devenir un bon chef de projet, outils et méthodes...5 Animation et cohésion

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

Guide Tuteur Commerce et Distribution

Guide Tuteur Commerce et Distribution Guide Tuteur Commerce et Distribution QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

Mobiliser son équipe! reconnaissance!

Mobiliser son équipe! reconnaissance! Mobiliser son équipe! Un outil indispensable, la reconnaissance! Agenda La mobilisation Pourquoi s intéresser à la reconnaissance? Les composantes de la reconnaissance Les intervenants Les phrases qui

Plus en détail

LE LEADERSHIP STRATÉGIQUE : UN ART SUBTIL À EXERCER. Francine Séguin

LE LEADERSHIP STRATÉGIQUE : UN ART SUBTIL À EXERCER. Francine Séguin LE LEADERSHIP STRATÉGIQUE : UN ART SUBTIL À EXERCER Francine Séguin La littérature en gestion s est beaucoup intéressée au leadership, à ceux qui l exercent et aux différentes façons de l exercer. Elle

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international H AAUUTTEESS EETTUUDEESS COMMEERRCCIIAALLEESS RRUUEE LLOUUVVRREEXX 144 44000000 LL II EEGEE Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N 296 CHASSAGNE Jean-Marie, CASTELLAN Joëlle [Équipe PATRE, ENFA LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Cette communication se situe dans le

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Séminaire Management. Diriger et motiver ses collaborateurs. Marie-odile Legrand 1

Séminaire Management. Diriger et motiver ses collaborateurs. Marie-odile Legrand 1 Séminaire Management Diriger et motiver ses collaborateurs Marie-odile Legrand 1 Diriger et motiver ses collaborateurs Plan A - Comprendre les mécanismes de la motivation Théorie du contenu Théorie du

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Le management au Ministère de la Défense

Le management au Ministère de la Défense Ouvrage collectif piloté par le CFMD sous la direction du général Baudouin ALBANEL Le management au Ministère de la Défense, 2004 ISBN : 2-7081-3042-0 Introduction Baudouin Albanel par le général de division

Plus en détail

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit

Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Attendus du mémoire de Master 2 en Droit Le mémoire de Master 2 doit permettre au lecteur d apprécier la maîtrise d ensemble des compétences pratiques et théoriques attendues d un(e) diplômé(e), et la

Plus en détail

2008/2009 CATALOGUE FORMATION COMMUNICATION PROFESSIONNELLE

2008/2009 CATALOGUE FORMATION COMMUNICATION PROFESSIONNELLE 2008/2009 CATALOGUE DE FORMATION COMMUNICATION PROFESSIONNELLE 1 COMMUNICATION PROFESSIONNELLE Les formations : Améliorer l accueil des clients...3 Perfectionnement aux techniques de vente.....4 Améliorer

Plus en détail

1. Préambule. 2. Le coaching d équipe : Esquisse de définition. 3. Une démarche pour le coaching d équipe. 4. Quels résultats en attendre?

1. Préambule. 2. Le coaching d équipe : Esquisse de définition. 3. Une démarche pour le coaching d équipe. 4. Quels résultats en attendre? 1. Préambule 2. Le coaching d équipe : Esquisse de définition 3. Une démarche pour le coaching d équipe 4. Quels résultats en attendre? 5. Quelques facteurs clés de succès 6. Présentation du cabinet Selenis

Plus en détail

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax 13 h 30 Accueil Horaire 13 h 40 Mise en contexte 13 h 50 Modèle de leadership en situation minoritaire 14 h 00 Définition du leadership (culturel)

Plus en détail

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS

COMPÉTENTS ET POLYVALENTS COMPÉTENTS ET POLYVALENTS Les professionnels comptables en entreprise, un élément moteur du succès durable des organisations Les professionnels comptables en entreprise exercent au sein des organisations

Plus en détail

Développez votre business et renforcez votre leadership. Business Leadership Consultant kaelconsulting.com

Développez votre business et renforcez votre leadership. Business Leadership Consultant kaelconsulting.com Développez votre business et renforcez votre leadership Business Leadership Consultant kaelconsulting.com Créer le futur en manageant le présent 2 Si vous rencontrez une de ces situations Votre chiffre

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion

Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Résultats du sondage sur l utilisation des indicateurs de gestion Janvier 2010 Présentés au Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire (MAMROT) Par François Bellavance

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

Président et chef de la direction

Président et chef de la direction Sommaire descriptif du rôle et responsabilités Président et chef de la direction Novembre 2015 Pour de plus amples renseignements, contactez: Nathalie Francisci, CRHA, IAS. A Associée nathalie.francisci@odgersberndtson.ca

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

LES GOUROUS DU MANAGEMENT

LES GOUROUS DU MANAGEMENT Tony GRUNDY LES GOUROUS DU MANAGEMENT Traduit de l anglais par Larry Cohen et Brigitte Vadé, 2006 ISBN : 2-7081-3425-6 Igor Ansoff Qui est Igor Ansoff? Igor Ansoff est le fondateur de la planification

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

Cadre théorique de la gestion des risques. Des principes à l application. 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon

Cadre théorique de la gestion des risques. Des principes à l application. 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon Cadre théorique de la gestion des risques Des principes à l application 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon Bonjour Structure de la présentation Cadre théorique ou plutôt les cadres et les principes Application

Plus en détail

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec Formations offertes 14 en établissement Le Réseau conseil Interdisciplinaire du Québec Le Réseau conseil a été créé en 1994. Il se distingue des firmes habituelles

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances Hervé Khider, Doctorant LARGEPA Paris II La question de la transmission des

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par :

L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : Code d Éthique 2 L éthique, un engagement de chacun qui se concrétise par : une prise de responsabilités, dans le cadre de principes de gouvernement d entreprise approuvés par les pays de l OCDE ; une

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

MC1: Communication et accueil à la clientèle

MC1: Communication et accueil à la clientèle 30 METIERS DE L ACCUEIL ET DU MARKETING MC1: Communication et accueil à la clientèle - Donner une image positive de son entreprise et développer ses capacités à informer et à communiquer avec un public

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing «Ça, c est encore du marketing!» Marc-Alexandre Legrain Source : La boîte à culture Sommaire I. Découvrir le Marketing Etape 1 : A quoi sert le Marketing? Etape 2 : La démarche Marketing

Plus en détail

L ISLAM et le monde des affaires

L ISLAM et le monde des affaires Lachemi SIAGH L ISLAM et le monde des affaires Argent, éthique et gouvernance Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2939-2 Introduction La pensée économique islamique est foncièrement différente

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS ction C G UIDE DE LA FIXATION S e c t i o n C DES OBJECTIFS ction C janvier 2002 Dans ce guide, le masculin est utilisé comme représentant des deux sexes, sans discrimination à l égard des femmes et des

Plus en détail

Programme de formation

Programme de formation Programme de formation Intitulé : Parcours «Création d entreprise» Public : Tout salarié issu d une entreprise du commerce de détail souhaitant créer son activité Pré requis : Avoir un projet de création

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Indicateurs et tableaux de bord

Indicateurs et tableaux de bord Indicateurs et tableaux de bord Fiche 19 Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards). 1. Définition. Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) ont été conçus initialement par Robert

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E

TABLE DES MATIÈRES. Introduction. 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier C HAPITR E TABLE DES MATIÈRES Introduction C HAPITR E 1 Le management face aux défis du XXI e siècle Julie Tixier I. L évolution de l environnement de l entreprise... 17 A. Entre le local et le global : la gestion

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992.

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992. Introduction 1 I n t r o d u c t i o n Créer des usines, des entreprises, des organisations, des méthodes, des produits, des services nouveaux suppose d avoir des équipes motivées, obéissant à un calendrier

Plus en détail

CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT

CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT CONTRÔLE INTERNE ET GESTION DE LA QUALITÉ DANS LES CABINETS D'AUDIT Introduction Un moyen de se doter d un système de contrôle interne efficace et performant réside dans la mise en place d un système de

Plus en détail

LE PROGRAMME DE MENTORAT LIONS

LE PROGRAMME DE MENTORAT LIONS LE PROGRAMME DE MENTORAT LIONS Guide de base de mentorat TABLE DES MATIÈRES Introduction Au mentoré Au mentor Le programme de mentorat Lions Programme de base de mentorat 5 Programme avancé de mentorat

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

www.cadredesante.com Le management par projet : Qu en est - il auj ourd hui? Les auteurs

www.cadredesante.com Le management par projet : Qu en est - il auj ourd hui? Les auteurs Le management par projet : Qu en est - il auj ourd hui? Yannick BARBIER Les auteurs Le management est un mot très utilisé par les cadres. Mais quelle définition peut on donner à ce mot? De nombreux auteurs

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication et générations Une formation en communication spécialisée sur les publics Le master Communication et générations propose une spécialisation originale

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Notre credo : Votre Réussite!

Notre credo : Votre Réussite! Entrepreneurs, Vous souhaitez optimiser votre communication, améliorer vos performances commerciales, acquérir de l aisance en langues étrangères, développer votre entreprise à l export, maîtriser les

Plus en détail

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action

Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Maintenir des seniors en activité professionnelle : du diagnostic au plan d action Enjeux Fiche 1 À partir du 1 er janvier 2010, les entreprises et les établissements employant au moins 50 salariés risquent

Plus en détail

L art de cultiver des savoirs des expériences des compétences et des talents CALENDRIER

L art de cultiver des savoirs des expériences des compétences et des talents CALENDRIER Centre d expertise des gestionnaires Programme de formation des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux de la Région de la Capitale-Nationale CALENDRIER 2014 2015 L art de cultiver

Plus en détail

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE

MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE MARKETING ALSINET AUDREY BURRET JEAN FRANCOIS MESURE ET GESTION DE LA SATISFACTION DANS LE MILIEU BANCAIRE INTRODUCTION I - COMMENT MESURER LA SATISFACTION A - CRITERE DE SATISFACTION. Diversité et qualité

Plus en détail

Construisons ensemble votre réussite

Construisons ensemble votre réussite Construisons ensemble votre réussite Formations - Accompagnement - Conseil Formations sur catalogue ou personnalisées en fonction de vos besoins Accompagnement des managers Accompagnement des équipes Création

Plus en détail

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Sommaire 22.08.2011 AG PME Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Au Delà Du Profit : philosophie d'une entreprise française

Plus en détail

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise ))))))) CAILLEAU PNEUS PROFIL + ))))))) Secteur : Equipements automobiles Activité : Pièces

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

À son compte. De salarié à entrepreneur indépendant, le guide pratique. EYROLLES emploi & carrière. Alain Fernandez

À son compte. De salarié à entrepreneur indépendant, le guide pratique. EYROLLES emploi & carrière. Alain Fernandez EYROLLES emploi & carrière Alain Fernandez À son compte De salarié à entrepreneur indépendant, le guide pratique Dépassez les obstacles Bâtissez un business model durablement viable Adoptez une démarche

Plus en détail

Communiquer, c est entrer dans la structure de l autre.

Communiquer, c est entrer dans la structure de l autre. Le plan de communication marketing ou Communiquer, c est entrer dans la structure de l autre. Atelier - conférence présentée par Diane Lépine Directrice du développement des Affaires et gestionnaire sénior

Plus en détail

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 Daniel Held Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 La valeur ajoutée apportée : le vrai défi pour les ressources humaines Depuis plusieurs années,

Plus en détail

L'identité de l'entreprise

L'identité de l'entreprise L'identité de l'entreprise ACT Formation 181 à 203 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon Tél. 33 00/4 72 73 48 79 Fax 33 00/4 72 73 11 20 email : info@actformation.fr www.actformation.fr ACT Formation SA 1 route

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

«Quel Profil pour le Manager de Demain?»

«Quel Profil pour le Manager de Demain?» 4 ème Edition des Journées de l Economie et Gestion Former des Managers : Une Utopie? «Quel Profil pour le Manager de Demain?» Intervention de : M. Jamal Eddine TEBBAA Professeur Universitaire Administrateur

Plus en détail