Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I -Le s ens de notre ~utte arché Çior.nun!"

Transcription

1 :RN :!' J R t4. T I 0 N S ET L l: A I S 0 N S 0 ï "U V R I R Regr oup eme": ~ inter - e ntr~pri se gr()upe I nrormetion e t liai.sons ouvri~res lm! I9SO R I -Le s ens de notre ~utte <a -Te ntative de coopération pat rona~ouvric r e n Grande Brè~ ~gn.e.. :3 - Où e n est :Le!-.>arché Çior.nun! 4 tes ~raits dee travailleurs 5 - Correspondance : positions sur l e syndicalisme. 6 - Ce que.nous so~~s,ce que nous voulonae I LE S::NS DE NOT"?E LUTI'E :ia!'..s un journai f i nancier,, :r.a Vie Française ",. un.des ''grands te~hniciens" du régime de. Gaclle procl ame que désormais 'éconotni,e fra nçaise devra ~tr e une "economie fine ~: ;90Uciel.'.SO UU ;Inaximl.i.m de SeS mé thoqes et,d e ses techrûlques l!~e fa~.t oue des bonzes s ynd i~aux,les plus importants { CFTC, FO,CGC ) shgent avec d'at..tres t e chnici'er-s et de hauts fonctionnaire a dans une commission cp.i a pour mission cte!'.jaliser.ce;tte " écojomie fine ", de supprirmner lss "sclérose's économiques" n'a r i0n q i nous ra.ssure par i;icu.lièrerent Si ces " dirieeants " disctr~ent de ré:fonnes,c'est que l eur "machine économique " ne tour ne pas rond et qu'i l s c r ~igne nt des ratées. En f~n de compte,leur travail constst~ ava nt tout à.f aci l iter d e ~ aménagements do détail pour permettre do sauver l'e ssentiel:la soci é t é d ' exploi tati on qui reste une société ~' e xploitation,qu'elle soit bie n am6 nagée ou 'mal aménagée o.. ' Les travrilleurs, eux, n' ont pas attendu ces ~onférences " pour s' aperceveir que quel que qhose changeait.de pus deux: ens,le r e t ar d pris par les salaires sur les prix permet au caph alisme français de f i nancer : la guerre d 'J.lg6r_i e (un pr~hr'lement de 5 Î sur l a r.asse des sal aires suffit ) t out en poursuivant s a politique d ' investis. semente Perdant ~ur le pl 8n du niveau de vi e,~ es travai l l eurs sont égalerent. att a ql.es sur celui des c onnitions. de trava il~c.' E)st à eux qu'on demande de f aire les frais de l a rà:;fonnl isation QUi s e t raduit par.des déplacet!lents d 'usi nes ;des Change ment s de poste,des moai f ications d hor aires, par l'intensification des oadences pa r des l:!..cenciementsc Mais l es travailleu rs ne s6 'laissent pas f aire :dans les entreprises où les directions essai e nt de pousse r ceüe ofi.fensive,il y a des r osl:,t'ance s :grèves d' ate.. liers,d'usines, contre.-toutes -les f ormes que pe t.~t prendr e cette pression patronale. ~ ' - - Mais f ace à un mouvemnt génér al tl'ù capitalisme.il n'y a pas jusqu'.ici de mouvement gén6.. \. des t rg':el: le ut:s - &ol e~ ni; de nombr euses actions p arties de la baée que

2 ... a.. la OGl' reprend à eon compte e n les émiett ant à l'extr- par la tacticped es...,,.. ' grèves tournantes : _, _ ' "' Oe refus ~ -volontaire. de coordonner les lut t es a un échelon plue élevé gue l'atel ier ou l'entreprise est la négation même de ce que les travailleurs attendent d ' un syndicat ~Si parfois ces grèves tournant es atteignent un r ésultat ~b i en minoe si ' on songe aux victoires ouvriè res passées- le plus souvent, elle s déaorganieent les t ravailleurs quand ell es n'aboutissent pas au licenciement dee plus actife ' - ' ' d. ~ntr e ' aüx connœ à la 'Oenera ~Jot ors. - Pour l a CGT, l ne a' agit pas a ' ailleurs de "mettre t out en eause ".Seulemênt de se faire "reêonnai tre " et de participer avec tous l es autr es à la gestion de la eociét& d'exploit ation.tous les communi~ és de la OGT~pour ne pas parler des autres syndicats -ne l aissent apparatre qu'un but sréuni ons de commissions, conférences "Mat ign:"~ n'' avec l e gouvernement, ete C'est à dire discuter des aménagements de détails Pour nous autres travailleurs,tout es ces luttes, déformées,étriquées, brisées par les syndicats ont un autre sens.elles t émoignent de la résistance spontanée des travailleurs à l ' exploitat ion. H~me à ce niveau t rès élémentaire de ' atelier,ce sont des for rœs d'organisation autonome des travailleurs qui apparaissent,bien timides souvent,négatives parfois. f C'est pourqoi chaqùe lutte gagno à $tre connue de tous, t elle qu'elle s 'est déroulée et non pas t e ' le qu'on peut l a lire ( ou ne pas la lire ) dans l'humanité ou dans un journal bourgeois Nous faisons tous l'expérience d'une l utte sur deux fronts s patrons et syndicats,toua,nous luttons un peu dans le noir, ne sachant pas souvent ce qui se passe' dans l es autres ateliers ou dans les autres bureaux et enc ore plus mal ce gui ae passe dans les autres usines. c ~~t pour dépasser ce cloisonnement,établir des liaisons,des contaots,voir r ce que nou& av>ns de cornrnun et ce quenous pouvons faire enoemble que noue sortons ce bu.letin. C'est peu ne chose Mais c'est un prem..ierpas qui peut être suivi a' autrea ai d'au tres travailleurs r etrouvent l eurs luttes dans les not ras et s'associe nt à notre trfl~ail qui n'_a d ' autre: ambition que d' exprimer ln lutte et l'organisation des tra:vaillel.lrs contre 'toutes l es formes a' exploitation. Une grande victoire syndicale ( de Bulletin Assurances Générales -mai 60-n 26 l 43heure~ à l Union ( une des plus importgnt es soci ét és ~'assurances -a.oooemployée) "L'Union c'est le Renault de l ' J~ssurance "(déclaration de Làffont,secrétaire CGT à l'huroenité l e IS Novembre!959). On y faisnit 40 heures et la CGT y était majoritaire La Voi::s: des employés( CGT) d'avril annonçrüt qu'un référendum parmi les employés de l'union avait rejeté une prop'jsi tion patronale de porter 'horaire à 43 he~es 63 s'étaient prononcés contre l es 43 heures.il y avait des durs à. l'!'union. Uüa la Directi on a pris une autre méthode : convoqj és un par un par les chefs de service, les employés ont du dire entre "quatre-s-yeux " s 'ils ét aient pour ou oontre a~ec des sous entendus bien sentis sur l 'intéret qu'il y avait à. être pour Ré sul t et : 9I ~ pour le a 43 heures.depuis le 2 Mai les 40 heures sont mi:>rtea à l 'Union. Du fin boulot de cadre et de Direct ion. Mais aussi du fin boulot ae syndicat et de dél égués C}.u' est ce qu'ils ont fei t Despéti tione,des démarches dans les mini s t~res.il y a m&me dea délégués car Qi ont déclaré l eur accord avec les 43heures pour ne pas perdre leurs promesses d'avaneemep.t.et les employés s e sont débattus tout s euls un à un devant les cadres.

3 :. ~- ~. :; ~ J TENT.:lTIV]; :0.; COOPXitiO.rJ P..'dRON.ù.T-OUVR:ŒRS. D.. ~S UNE USIN.G ffi.itann IQU~ Il s'agit d e la f irme St andard ::iotor Cy, qv_i s'appelle depuis 959 la St~ndard Triumpn lnter~t~o~l.. r r,. èréée au début du sièàle, sa. princip<j.le activité a été la construction d.::tutomobiles. ;,;_u l endemain de la 20 uerre mondiale elle sr adjoignit - P.. l a. s ui t e d un.j.cc ord avec F.: rg uson - une importù.ntendivisi on tr3.cteurs".:ule emploie un peu plus de dix mille ouvriers. L :. principa.le usine est dans 2. rég ie n de Coventry. Ia. période est c;..r.?..ctérisée ~J.r l' exp."'.ns ion r::~. p ide. P:;.s de problèmes de débouchés. De c e c ot é- ::\ l.l direct ion d e la firme bénéficie d 'une situj.t ion en or. P.œ centre, bej.uc oup de diff icultés d u côté main-d' oeuvre : le U..'l.Si plein- empl oi r ègne, les firmes s ~rache nt les ouvriers qualifi2s. D~ns les usines les ouvriers se montrent c.e plu3 e n plus e.xigea.nts et l es patrons n ::.I'r i vent plus \ s'en tire r p3.r les mét hodes h:j.bituelles. C est d.j.ns c e s ciroonst:.nc es ; ue, e n 9 ' 9, les dir ige..nts de :: i'irme prennent des d t cisions "rév olutionmires. Ils quittent l a c onfédjration patron..:ü e et négocient un cont r ::..t c ollo.:o)ct if d ' un t ype nouve.::. u a vec les d ;ux princi p~ J ~ s fédér o..tions s yndic::tl e s représentées d.:~ns ' us ine. Le but d es po.. t r ons est de mettre fin à la t;uer r :'J d usure que l eur livrent les ouvri ers et d'obtenir une plus gr.nde c O )psr :ltion de c es dernier s. ~our y ~rriver, l~ direct ion accepte d ' import~ n tes c oncess ions Le rôle des shop-stewctrds (dél éguôs d.t e J.ier) est off icialisé. C :~ s derniers devront etre consul t 0 s sur toutes l es ques tions concernant emploi. Ils c ontine.ant i:. t r.::.v :,:.ill e.r m..::.is ils pe u sr :..<.rrêter et se dsplwgr ch:::.que foi.s que leur Lt 2rve:.tion est né cess.::üre. Flus de tr ~v2i l.~j.iè c e~ Le t r..v2.i l :'..UX pièces ::;st presque partout s uprimé et r e!!l plac~ par un système d e boni collectif ( suiv~nt les c.j.s: boni d ' ûquipe, d' ~>.t e li er, e. ' usine). Lês nouve.uuc S CJ. lair ~ s sont ficrés à un nive,-;u tel que l e s ouvriers qui f ;:üs.:üent le meille ur boni in<!ividuel c onservent l o ur p2ie. En f ~ it c.:3s s:..laire s sont pj.rmi les plus élevzs d e l 'indu:jt r ie. Nturelleme nt les p.::.trons espèr<:mt e n ':iclu!"j6e une meill2ure profl uctivi t 8 e t de s f r ais gén6rj.i.lx plus f J.ibles. C est bi en ce qui se pr cdui t : l e r ecrutement devient plur.; f.:lcile, l es c~p ar t s sont moins f r uquents, ). production )lus r 6t;ulière. On r éduit h Dr o'l or t ion du ":'\ersonne l cl. e surv;:jill.j.nce. Pour bi e n m;.;:.r (iu er l e ê oup, on r emplace l e plus souve nt pos s ibl e les chefs d ' é: qui pe -n~m.'tuquel est -J. ssoci~ une notion de g:.lrdechiourme- p,:œ d.es sette r s" (rér:-lé urs) et J2S.r des llch :..,'ge ha nds'ï (distribut ~: urs du tr:j.v:.j.il) dont l -a r ol e est essenti ellement technique.e t nullement ùi sciplin ~ ire. C ast les shopstewo.rds qui règl ~.; nt dire~ ct eme nt,. ~~; lup.~rt de s corûlits

4 ~-- -, ;; ~---'--- '...l. '--"-","-=="'"-,,;.;,.-..._~,..:. ".. --.J.-., ~.. surgis sur les l ieux du tr~vail. 0~ f3it égal ement des économies da ns le :personnel supérie ur d'encadrement qui étj.i t devenu très im:p ort.:t nt ~: LG. ftrève de l' '-l.utomation " j ette tout 'Ot.li' terre "L' ex:pér.:ï ence s e poursuit jusqu'en I95~... cette époque, : f i rme n. mis sur :pie('\. une nouvg lle ch~une d e mont3.ge des tr3.c te urs en utilis.. mt les :procédés d '.J.utom3.tion les plus modernes. L: s sho:p-stevv.:::::rds,.prjalo.bleme nt consulté G, ont donné l eur ', ~ccord à conditicn s Ue l es ouvriers r endus dis:poni 0les soi ènt employés ~illeurs s~ns dé clj.ssement. Les pj.trons pensent que ce ser.j. pogs i bl e grace.:.tu développement de L:. :production d J.Utomo biles. :.Lüs il n e n est rien: une crise s urvient d..ns '.J.uto à lj. suit e des Jvè nc;nencs c..juez. Les divers constl ucte urs J :.lflblais c o rame ne ent 3. li c e ne ier. Chez StJ.nd-J.r d l :.:ï. l::>i t u.j. t i on est o_:.rtic ~lière:ne nt dr J.w:l tic ue : le pgrsonnol - activeme nt re:pr6senté :par les sho:p- stew2rds - s 'oppose à t.out lice nc:i:e;ent. L _ direction joue le j eu. Elle r éduit e nsemble des hor aires, d i abord à 5 jours,. :pui s à 4, mais ne lice ne i e :pll.s. Ce la. ne suffit p.:s : il f.::~.udrj.i t r éduire J la sea"..ine à 3 jours. LJ. direction e stime.:u ' elle ne le :peut :p~ s s.j.ns risquer ~ f ~ i lli t e financièr e. Ls c onfli t éclate.. L :-.. direction d0cide de lice ncier. Les ouvrie r's é l ectriciens s e mettent en gr ève et tiennent" pe nd:.nt six s em::. ine s malgré la :pr ession des s y nq_i cats en fj.veur de.~ reprise elu tr~vai l L' acc ord de coopération est rompu, ~.:3-t..:-tldard se réaffili e à ~a Con.fcSdér J.. tion :p_\tronale. L' exp :riencg est terminée. Le :patronat sur ~ d 6fensive On :peut tir er divers enseignements de C8 court hi stor ique. Le premier c est que, pendant 2. période : '. nt ~~ rie ure :,_ l' J.ccord de I94~, l a pression ouvrièr e ~u ~f-!in d;3 l' e ltreprise étj.it s i forte que le p~tron se tro uv ~ it din s un~ po~ ition trè s précaire. Il.3. r Jconnu en officiali sant les shop- S.t:J.'<;,J.:'.rds et e n ab.:. ~d e n~nt une :p3ttie do ses pr 2rog3tives tr~ditionne lles. sn fait s'est trouv;j runorc -~ - la gestion de.lj. firme par les ouvrier$ e ux- mêmes ( les shop- stewards 8t.3.nt des :porte- paroles et non des " dirig e~. nts" ouvriers), cc:r, à tra vers le c on.trôle de l 'emploi et d es c ondi ti ons de tr:lvj.i l c est une :partie im:por t;).nte de ~;. gestion qui se trouve ~ '..ff e ct 8e ( y c ompris les décisions conce r ~nt les investissoments) E:t divisé I.-.. seconde c'est que le p..tronat n ' :::l. :p.::ts une :politique homo- 2ène vis-à-vis de L~ cl...s.::e ou.vriè2"e. Tel 0:. tel :p:tron :p3.rticulier - '.i"j.uxhall par exemple ( voir un des derni ers Bu.lletll.~ ou ~:{t -"..nd::.r d - n h{sitent pj.s,':.. Q.uitter leur sy n L;.ic ~:.t :pour mene:r la politlue qu ' ils jugent Lt pl u.s r ent ~""'.ble.

5 L~'. 3 c'est qu'il faut des;_c\rconst::.nce.s bien exce ptionnelles ( une exp3.nsion continue notj.mment) pour que les essais ~e coopér3.tion entre exploitants et e.xploités r ~uss iss e nt. il_.is comme ;.. firme n'et p:;ts les moyens de c ontroler c es circ onst a nces - notamme nt les -f luctu :~.t ions du mj.r ché - il arrive presciue toujo: rs un omsnt o~. tout le svstème ba scule e t où l e. lut ce de cl :'..sses, un moment "mise o.:tu f rigich.ire, retrouve son v is:ge h:j.bi tue..,_ 4 enfin c est QUe c er t.j.ines af firm:;;.tions q_ue l'on entend souve nt ::_Jr ononcer o..u s ujet d s oavriers sont contest ées p:lr une e xp6rie nce èe ce benre. Celle-ci montre en effet que l 'ouvrier n'est pas ::tussi ind ivi du..'l.liste qu on le dépeint p '.r:fois. Il p eut très bi en s ' as::;ocier vclont.-,_irement :':. un s.stème de. r 6munération coll ective, à condition que le méc.uisme en 3oit simple et l es rés~lt : t s justes. Elle montre.j.ussi que le personnel de surveillj.nce peut être suljprimé s.j.ns c:_ue le rendeme nt s 'en res :.ente, _lu c ontr:üre. On press 2nt toutes les économies que on pourr2. i t f.:lire dans ce :).Om.J. i ne si, dj.ns un t ype ce sociét é moins.bsurde que le nôtre, les ouvriers gérj.:ïent eux- mêmes les usines ou ils tr_wj.illent. ( Dans un proch._::.in Bullet in nous citerons des ex emples frj.nç8.is - I.B.. :l. à....;ssones, Les... ciéri es d ' I mphy d..:tnz l '.Wst - pour augme nt er l a coopér J.t ion ouvrière d J. ns L. firme ) A PROPOS DES tœv:indic.a.tio.ns DE C!TEGORIB ku cours àe s discuss ions qui ont précédé l e mise au point dü texte :" Oe que nous sor.nnes,'ce que no.us roul ons ",uri. crrorrde 8 fait èl.es réserves sur l a phrase rel e.tive aux revendications c atégorielles Se faisant ' écho de i opinion rle divers trav ~ il leurs de son entourage avec lesquels il avait eu 'occésion de discuter de ce texte,il a inàiqué qu'on pouvait difficilement écarter toute revendication catégorielle. Il a cité l e cas d'une administration où une certaine c.até ~orie d'ugents fd ~;:; s comptnbles) sc sont- t rouvés peu è, peu déclasses par rapport à d 'autres cat8gories parce que,étant très peu nombreux,ils "n'intéressaient pas "les syndicats et ces ::erniers l es ont l aissê tor.lber.lm cours dg la discussion qui a.sui vi se sont dégag~es sur ce sujet les positions suivantes. Le texte en question ne condamne pas le3 acti::ms catégorielles ; il dit simplement que "nous préconisons des reve.ndicatio:'s non catégorielles" Pourquoi c' ailleurs condamner une action % Dans l a mesure où une cntégorie de trpva i ~. l eurs se s entant lésée décide de faire q uel q~e chose de s 'or'geniser, de revendiquer,de passer?. l'action, nous trouvons que c'est très bien.mais nous savons aussi,par expérience, que de tels mouverrents quand il s'en produit, aissent. indiffs''ente la grar.de masse des travaille urs, que, finaletcnt,ils :benforce;nt l os psrticularis'i!'l2s de catéf:orie et creusent encore davan- ' tage l a division des trm ~c.'ij l eurs. Finelerent,ils f'ont l e jeu des patrons et des syndicats.car les uns et l es çmtrcs..:profitsnt au maxi!!lli!l dos différences de cet6gorie. Un gars demande une augmentation de salaires,la maîtrise lui répo nd que ce n'es pas fac:ure m is qu'il y aura.:peut être :ooy8:j. d 'obtenir quel que chose en :passant à la catégorie eu dessus. Dans cert::ines branches,ce sont les s yndicats c;ui font ce boulot. Cette cuisine re~orce l e débrouillag ~ individuel, di~inue l a solidarité ouvri~re à donn la meitrise et aux bonzes s:rn:icaux une ir.l:port ar.ce et un pou-voir qu'ils ne devrsient pas avoir C'est.:pourquoi TI JUs. sat:am s contre les cat égories et ront ""''IJZI à. noe -e~es. de travail l e rôle qu'e~les jouent ~ans notre ey.~loitetion.

6 r - 6- C).tr.ESTIOm :&:;ONOHif?UES & POLrric;.UES OU EN :&:n' I.E M:i.RCHE COMlltJN ' II R:.TION.U.ISATIONS & CONCENTR~\TION9: DPns le premier article de cette série nous avons montré que 'entrée en viguel.r du iarché Conmun avait coïncidé avec la "rentrée" du c api taisme français Sllr la s~è:.e jnternat)onale. Ce-t te rentr ée s'est I!l.anifestée è; divers niveaux: au ni;veau des entreprises au niveaï:. inter -entrepr:i.ses, au niveau international. Re~rdons -y de.plus près, Dans l e s entreprises, pour faire face à l e future concurrence, il fallait diminuer les prjx de revient. Pour cel a - ce n'est pas nouveau - deux méthodes qui vent p:::-csque ~ou jours de pair: ' introduction de nouvelles machines,.l a "rat i onalisation" d.u travail. Nac~ge s nouvelles :.3ien que l a si tua ti on é conomique n'ait pas ét é brillante en I ~.L P.s dirigeants des firmes françaises n'ont pas rel aché "leurs efforts d'investissements" et le r enouvellement du matériel s 'est poursuiv i sur une vaste éche ::.Je.. Des iadlllhtions modern 4.sée-s ou: dea machine~ nouvelles detoutes sortes S!=>nt sj.gnalées IJD.r nes c9~rades, aussi bien dans les us ines. trè.s.automatis~esl tell~ que RenatQ:!_, gué dans des boîtes aussi: retardatair es q.e Lavalette, aussi bien dans l ' :imprlïlerie ~ ~ej. D'd9JL~ que dans J. 'embouteillage, Dubonnet, l a bisc"uiterie; L':.lsacienne ' é.lectrochjru.e ~!Jgine Y 8oL-vent on a installé ces derniers mois des chaînes où l automatisme est poilssé très loin. C'est le cas par exemple de Thomson-Houston pour la fab:-icat icn d i..:.n œté~iol nouveau ;;rès demandé, ~ s transistors. _jusqu'ici seules les opératio~ de roué!.t:re et de décapage ét~ient.fa;:i:es automatiquement: les trm sferts de piè~es d'tm :pos-te 8. :;. 'autre et l es empilages étant fai ts à la mein par des ouvrières. Dans ~.c.:: r..ou.reues ch'=lin8s ces op~ratio:ns sont mécanisées: dês machines transfert d'une. très grande précjsî..gll et synchronisée asslrent l alimentation.continue des diverses maurd 'les. Résul~.;at on va pouvoir fabriquer en I960: re millions: de pièces avec un effectif de Io200 par~ ~nes, Onseit qu e le "Banque et '-i~sru.ranee ne.resten~ pas en arrj.ere et se xœttent ~lles ans si ~ 'automat.ion. Nou-s avons parlé à plu sie\\rs reprises df!.ns ce bulletin de introè.ucüèn d'une calcuj.atrice électronique Ganllla I 960 aux Asrurances GBnérales. Nous -tl 'y l'eviendrons :pas aujourd'hui..mais ee qui est im.portant de noter c est que ces professions :ë.e ser vices" q i jusqu t ici offrai ent un r efuge à des cp ant~t és croissantes de tra vaille~rs " en.cravates ",se mettent elles aussi à comprimer leur main d'oeuvre Où que l! on se toèlrne: il enest. part ~ut de mçriie. L' agric W. ture a ~rop de bras, on ne sai~ q~ e fa:ra desrr.ineurs, le chômage endémique sévit dans l e textile. les industries en flè f~he - auto chim~le,. p~t:r ole,- embauchent insuffisamment pour absorber l a main d ~ oeuv:..~o s..:-.:éùentaire dans les chantiers navals et l' aéronau:t ique. Si l as " servie es" et l è corruœrce s :y mttent aussi,. _où va~t..,on aller?._.~.?ti ona_l _!.s_ati on du~va-il :. le. but de la rationalisation du t:::-avail, c'est d' abais.:j<:l.c' :te s coûts!. donc de_ diminuer l e tanps passé sur un t r avail d.onné. Les patrons y arr:.vent en augmentant lo~ cadences en faisant la chasse cuxten;>s morts : en r éorgan~.sant la disposition des ateliers, en r egroupant 'des opé~ations dispersées 7 etcç C'est une chanson que lesouvrbrs oc nraissent bien. Elle ne date pas du Marché Commun. Elle a S :'.lle!l'.ent p:-is depuis quelque temps un grand r egain. Les ouvr iers de,

7 -..., - Fives-Lille ou de Lavalette,: pour ne prendre ~ e quelque a ex:enplea, en savent quelque. ~..... <h ose. t. :n L.. 'J r. r, ~- - - k..r... ~uond un mouvement de ce genre es; général, ro nme ce fut le cas au cours des derniers mois, toutes l es minutes r écu!)crées ici et l à, tous les postes sup:k!' imés f inissent par f aire un c ertain nombre d'.heures gagnées pour lespatrons et un certain. nombre d'ouvriers licencl, és. Rationalisation ég~le.licenciement. Lephénomène est masc;p.é en période d ' e~pansion. repide, car le personœl."libéré" n ' un coin, est "oasé'' ailleurs: mais en 'péricde de :céce~:~sion ou de stagna.tion~ il appare!t à visage ouvert et les chiffres du ch~ma ge qui ~~nt ent en flbche portent la preuve. Concentration : dans certains eas, le r ationalisation de la soule entreprise ne suffit pas pour.obtenir des coûts e t un potentiel de product ion concurrentiel à l'échelle internationale. Les finnos sont alors pouasées à s'associer entre el~s pour former des ensemblfa industriels et cod'l!œrd. aux plus puissants. Les formes d'as~ciation -sont très.nombreuses: s:impje s accords oommeroiaux pré\o yant une politicp e oorrmune de vente, ententes t èchniques permettant la mise en pool des se~œ s de redl er cha par exemple, prises de parti~ipatioœ financières d' Wl groupe dans un EU tre groupe, par-.. fo-is absorptions pures et simples, ou fuaiona Les aeeprds de ce genre se aollt_ multipliés depuis deux ou t~is m s. On en relève dans.la presse spécialisée parfois quatre ou oinq par jour. Rappelons-en <Il elquea uns.:l'association Five a-.lille-cail, bientôt suivie d'un acrord. avec PenhSet ' accord "marché commun" 'Renault-Alfa Rom3o, ' achat par Chrysler (u.s.a. ) d'un gros paquet d'ac~ion Sirnca, la fus i on du département poids lourds de Renault, de Somue et de Letil pour fonœr la Savie m-rls avec en 960 un aero rd de cette société avec Chausson pour la fabrication en COITillUn d'autocars, fe mise sur pied en 960 d'une._ ''comunauté d' intér~ts" entre les deux grands trusts de là chimie, St-Gobein et Péehiney :; et d'une communauté analogue entre deux: puissantes firmes de ciment: Poliiat et Chaus- c ~,Ciments Lafarge. Le secteur commere ial a lui aussi bougé~ Les groupements d' àchat et lea chatne8 7olonteires associant grossistes et détaillants au sein d'une!!lê~.e unité se sont rapi-,.. de~ nt développés, aussi bien dans 'almntation ~ dans ' habillement et la chaussure _ :. { 3opegros,.AJ imengros, CeDEC, COLOR,etc,. }.,. Fiœ lernent; on péut dire, pour e~loyer la langue des éronomistes, que le o:ju"re!"!'ent de concentration s'est BCc éléré. Par coneentrati on il faut entendre le phénomène économique suivant l equel les entreprises les plus petites disparaissent ou se r eg r oupent entre elles, _ ce qui f ait qu'il y l: moins de petites entreprise s et que les entreprises restantes sont plus puissantes. Sur le plan f inancier oela s etraduit par le fait quels richesse -le capital- se trouv' e oo m entré en un plus petit nombre de rreins, d '"Qù l e nom. d_e concentration. Dawun Droohei.n ~?rtic le, nous verrons le r8le joué par les cfl)itaux é trangers ';~ tians l' évolution a.ont on vl.~~t de parler, (.:. suivre} Lectures ouvrièr E;l s : Le I7 jun 953, l e s o~vriers de ' Ule- TI3.-6ne d e ' -2st s e s ont soulevés c ontre lo r <.Sgime pr ~ te ndu "socialist0 qui l e s ex p loi t :ü t. On trouver: :-. un r écit de c e s :Svènements et we.nal yse de l a s ~ tu.j.tion d:j.ns un ouvrage remarqur:tble d e Benno Sn:rel : I.a. classe ouvrière d.\llemagnc Orie nt::üe" ( Les.ilii ti ons ouvrièr es, Paris I ~ -. J

8 ,. -.. ~.,~~ - l:.es DRO rrs DES TR..'N.AILIEmS UN chef a.u personnel d.iclarait. un: jou,j;".à des délégués : ". Je suis l'bontœ le plus heureux a.u. monde s i je_ peux œ ret rancher derrièr e un texte " { pour refu... aer ùœ revend:l ati -on, bien. stlr ):, Mais l e même personnage avait un jo~r, sur un doa-.. s:ler d'e:npl oyé g...ü avait 'dro-i ;t à une priin.e a.'apr~s un texte ( la oonventicin colleeti ve) é~rit de sa propr'î mai~ :. " attendre que l'.intéressé réclb!w ". l."intéressé ne risquai.t pus de récl amer ear i l habitait à 500 k:lris èt n ' 'avait jamais w la co:aten :tion}.,~ Nous n' avo.ns aucune i-llusion sur la v-ale ur du bric à by.~c de lois, dé r~glements, de décret s de conventions,qui enserrent notre vie de. salarié s dans des liens étroits. Les "ro nquêtes ouvr:lères"furent souvent des concessions de c~ italistea cé- l dent sur d es détails pour conaervér ' essentiel, plus ao~vent encore de grossi~res ' caricatures d' aspirations ouvrières,( par exemple l es comités d'entreprises). Et quand ces conquêtes l es gênaient, ils ont toujours su ménager des " dérogations'' par le biais t deaquel::.es ns. ont.pu r eprendre en quelques années oe qu'ils avaient "Qédé": ' exemple des quarante heures est bien -signi-ficatif. On peut reme se deftnàer quand on juge l ' év-olution économique' et soeiale '-' delain" si en f iii.dè compte tes eepitalistea n'ont pas cédé ce qui ét.ài t devenu nne nécessité dana une.. soc.lét; é parvenue à un certain a.é 'V'eloppeiœnt technique ( par exempl e la loi de huit heures au rroinent de i ' i ntrodootion du travail à la chaîne l. l.. En fin de compte ' anecà.ote citée e.u début montré q~e tout. ~end du t,épport de forces saj;ar iés- patron et qu.e la.loi n'est une protection que si on peut la faire respecter, qu'elle ne compte. pour rien ai le patron se sent assœ fort pour ne pae ' appliquer ou au. c ontr&ire si l es travailleurs sort; assez forts pour imposer une. règle plus àvantageuseo Rien n est jamais. acquis dans le monde dea salariés, la seule l oi est la lo~ è.tl. plus fort. -~:,. t i. f Cependant à oon échelle individuelle et à l a. mesure du rapport de foree général, tout t"- availleur peut soumnt exiger" le rè-spe~t tie la loi'' ce qui~ e traduit souvent :par de! nr gent. Trop s cuvent laa trav-ailleurs sur a. es détails $ fort eoincor parce o.p ils ne connaissent pas leur;; drojts ou.qu'ils ont ignoré cpelques détails qüi pennettent de illettre ~' le.droit" d e. son c.ôté... ' les synl icats non s et,üement renseignent bie.n imparfaitetrent les travailleurs mais souv ent le ur fbnt respecter Ul}e soi... disant~ "r,ègle" du jeu" alors que les patrons sont les prejtiers à ne pas l a r especter. Mais pour s'y :retrouver. dans le a. roi.t du travail, il f au t savoi r naviguer dans un e~qhevê trernent de textes et d e règl es: c'est un aspect de la. do:mination des syndicats de forcer l es travailleurs à aller les trouver pou:r connaître l et:rs d.roi ts- souvent bien mal- et avec la reconnaissance a.' une adhésion. Si nous ouvrons ici une rubrique sur les cas qui peuvent se présénter à nous c'est à 8 fois pour aider ks camarades et leur. montrer l es astuces pour grignoter quelque ~hoae av patron, et s urtou.t montrer les limitesétroites d'un "droit" epi ebt avant tovt ucj. re~ r ar ~ dross é par j.a sociét.é devant l es revendicatioœ ouvrièm a. ctest chacun qui devra alirr:enter cette rub:ri~:cert ains a.'entre nous "au courant" des ''sacrets" peuvent donn er tous les tuyaux dont chacun peut avoir besoin. Et oorrrœ cela -peut ser rir à cous ~e sont les questions lesplus intéressantes dom ~ nous parlerons sous cette rubriqu~.

9 . ;.... \i _. ::- -"'A: - ~ ~?.... :.. CORRESl'OND.ANCE... POSITIOMS!DR LE LE SYNDIC.U.ISME: Nous donnons ci-après la lettr~ d'unœmarade de province qui essaie de promouvoir un regrouperie nt de minorités, et notre rel:i oœ e.. "' J'ai reçu ton bull;, tin, ai nsi quo la documentation jointe. La leeture '... ;.. ''"-'.,de ' ensemble m'a fort intéressé, en portant à ma connaiss ance des f aits et des idées. '(J.. que je ne f aisais qu'entrevoir jusqu'à pré se nt. ~.. : _,. l; :\ tt J"' accepte d_e recew ir vos bulletins, et je tâcherai d'y partioiper dans -r.:... _.la maure de mes m:>yens.. j ~..... " Toute:fb is, il apparaît indiscutable ~ e votre orientation sur le pl an syrxlical me para!t un peu limitée. En effet ~è leit-mtiv " bureaucratie syndicale''.comtitue l'élément majeurde. vos critiq~es. l'our ma part, étant militent à part ent i?jre, je conaidète la chose tout au trament. Il est exact qu'une certaine solérose rœintient les sy-ndicats dena un certain cadre, or ce cadre n'a existé qu'en fonction d'une période donnée ( ~5-68 )_ et déjà une métamorphose des méthodes et qes honmes se fait progressivement jour. - : " Ce courant se développéra d'autant.plus que le.. ca pi talis:rœ accentuera sa pression- ar!llnant l'indispensable action autonotœ des travailletn'a.,.. - " D-' ailleurs lis Via. Ouvrière, et tu verras la percée pour l' instant réduite certes, rei;g réelle, de mots d'0rdre tels que:" les ouvriers doivent décider -. eux-mêmes de l eurs revendications et desformes de lutte à ewloyer " " De toute mani~re, je" c-onsidère avec sympathie vos efforts, ' une des richesses du mouvement ouvrier. " )fotr.re r :.:ponsc : ''Cette réponse à ta lettre n'est pas pour entamer une discussion qu'il aerait difficile de rœner par le;tre. mais pour préciser Un peu notre attitude sur le plan -,; syndical~ " Un certain nombre a' entre nous ont milité ou militent dans à..es syrrlicats. J'ai été moi-rnêna a~crétaire de la section.cgt de ma boite pendant '7 ans. Notre expérience des syn-dicats porte la marque de ce qu'elle s'est forrrée dans la région parisienne et d at s de grànies entrepri 'ws. tt Ce qui nous " est apparu eonm3 lestendancesmarq.t ées de ' intégration du syndicat dans ' entrepri&e est à peine es~ias-é ou même inexistant ailleurs ( notazmm nt _ dans les petites et moyennes entreprises}. C'est seulement par des contacts élargis que nous dêoouvronspeu à PE;~l. l adiversité du mouvement synliaal (diversité gui oorrespond en partie à des. différenciq.tions économiques} et de l'impossibilité de faire Coller Un SChéma simple Sln' cette diversité. F -.. " our ' instant nos papiers ooœ ervent s ans doute la marque de ' expérienee qui nous a si profondément affectée puisq e tu as relevé que nos critiques tournent autour du somma de "bureaucratisation". Si ta remarque sur oe point est

10 ' ~ !O - assez justifiée, n'en d éduis ~ q"uè nous fg"ons une at ti tude définitive sur les syndioats; nous penoons que, oomme ~t. oo qui existe dans la socl..été capit aliste, U s subissent uœ évolution en relaton ave~ ~ s r apports de production et l es r apports de forces eociales. Leur forme et leur politique à un moment dét erminé représente ' équilibre e ntre les forces économiques dominantes:- natiozu~j.e s et internationaleset ' action autonorœ du mouverr.ent OUvrier. Des premi~res J le syndicat tire son Q!U"QO.. t ère d ' institution ré:f'oil!li;bte, l égaliste, coopérant aveo l'entreprise et la.sooiété; de ' action des travailleurs, il t ire. son pouvoir et son caractère de contr epoids à. oes mêmes :forces qui essayent de l'incorporer. " L'expérience aotuelle du mouveœnt oturier anglais et. dea shop-stewards que nous suivons aussi attentivement que possible l montre de" :f~~on part iculi~r ement nette cet:fe ém ~ut~on profonde du syndicaliarœ. ; i j. " Compte tenu de t out oola la r emarque que tu fais sur les. positions actuelles de la CGT nous paraît r efléter cette cotnbàtivité nouvelle dea travailleurs qùi répond à une pres~ on accrue du oapi talisme et à une modification aes rapplrt s d'exploitation; mais pour la CG!' elle-même prtse dana son ensemble, c'est-à-elire non s~ulement l a base, mai s ' appareil t out entl.er, nous pensons cp' il s 'agit surtout d'une attitude tactique ( que er P.C. a défini. ré'oenuœnt en dis ant que le "n:ot,d'ordr e toùs énsernble est un me t -d' oral'~. de recul Il) dans l e but è.e ne pas décevoir cette combativité. mai s ~ ~re temps d'en garder le contrôle en en limi. tant les e:f':f'ets. " Votre p~jet ~ r~grou];letmnt d' une minorité en vue de dis cus.sions, de liaisons, de clarification politique, nous plaît beeucol.tp. M:lus pensons romme vous que l a situati on actuelle nécessite Wl appro:f'ondissem:mt, une r évis ion de beaucoup de choses que set.ù. le développemant des liaisons, la diffusion; des info r.rœtions et des exp érienoes ouvriè~e s, leur cont'rontationf -peut apporter une vue clai re des structures sociales et guider notre action. " Mais _urie telle.a.cti:vité n'est.possi. ble que.ai l es ' camar3des qui participent à. de tels r egroupements sont 'de "bonr~ :f oi" et se ~ onsid.èrent f)') mm mili tanta du mouvement : ouvrier et non militants d 'une organi sation( parti et syndicat) que s ' i ls pensent avoir ' à apprençl.re des trava_illers et non-les t'aire. adhêre.r à. das_. idées. tt Ce n'est pas que -nous voulions éliminer lesidées ou les di scussions théoriques de notre travail. Nous voulons seulement prévenir une "conqu~te" de tels regroupements par les organisations~!. ' ;,.A ~o~re avis, n'est à cette seule condition qu'un travail positif pellt Gtrè fait. \bus ôherchons nous aussi depuis plusieurs années?. participer à de tels regrouperre nts, mais c ' est diffici le. Pour ne ci ter q. 'un exemple,. en Juin!956 une ré.union de minorités a-vait groupé '- :Paris,.à ltl BoUt' se du Tr avail, -une centaine de damnmdes de divers groupes ou syndi cats. Mais les uns pensaient au f~, d. 'aut r es au journ al oltv-rie.r (ql,d s'est réalisé dans Pouvoir Ouvrier) d'autres restaient tr~s attachés au pass~ syndioal. Et Ja plupart pensaiènt g.i 'ils détenaient '!l a " solut ion et devàient entratner ' adhésion des autres. Si j e te ci t e cela, c'est J>our soul igner l es difficultés. de la. t~ghe, D'flilleurs depuis d 6UX ans, l es év~nem )nts ont conduit bon nombre de carnar.~es à revoir leurs posit ionset à envisager leur activité non eom( me action de " propagande rém lütionnaire" mais ~orœ un approfondissement et.un effort pour rejoinltre la clasae ouvrière et tirer avec elle les leçons de son ex-. périence et de son él.ct.ion aut onome.. " Dans la mesure où tu le pourras tiens-not..s au c curai,lt de op que vous ferez:peut~tre serez vcus un des premiers noyaux de regrouperœnts settlbl.ables dont la liaison -ou un certain type de co~édération- pourrait etre la ma;.érla,\iaation de oette niêtarorphose dont tu parles?ms ta lettre. "

11 r a. t t... t. Q, ~.# NOUVELLJ S DN VR~ i.c - Chez Guinard, à z/:;...cloud, une s téno-dacty l o a été renv oyée :poul.' avoir f a i t circuler.des exemplü r es ronéotés d e l a. Voix O.uvrièr e. c ' '.'St la police :priv-~e de l 3ntreprise qui l 'a. repér ëe. Les r e présent_o_nts de la CGT l'ont laissé f r oidement tomber parce que Voix Ouvrière a v.::tit a ctcj.qu.6 cette centrj.le et sous pr étexte que le cas de l J. d,~.c ty l o éto.i t indéf a nd?.bl e (d '..près V.o. Gninard... n I5) - D::).ns l e ~-I8tro, :::. dire c t ion chercha.nt 9.. f J.ira des économies etudie l e s moye ns de r e mpla cer les poinçonneuses :par des appareil s a ut om3.tique s ( tournique t s mis 2n marche p3.!' introduction, du bi llet). ù>. chose est r 0ndue difficile par exist ence des billets de Ière..t les demi- t2.rifs, '::.tc, m:.:..is lj. solution est sur l e point d otre trouvée. Jus:: u ' ci le personnel du métro, soute nu par les syndic.::.ts ot cl. e s p:::.rtis t els quo l a SFIO, B était toujours O:p)Osé victori-jus enlnt \ une rj.t ion.."'..ls3.tion d.e ce genre q'll existe depui s lorl.[;t.:::mps d.:;. ns d J.utres p.ys. Jjiais c2tte fois le G.: t.~v e rnera ;3 nt sembl e déc id ~ 2 faire :l boutir. réforme. nuj.lques milliers d? p :: rsonnes s eront lic'? nciées. - L.:-: ; u ~l icj.ti o n du gudge t'.;?our I9 60 ;Jermet d:: voir que : pol i es, l a j ustice et" r.:rmée J.bsorboront cette a nnée au minimum 2 IOO.til li ~"J.rds d '.'.nciens frmcs. P :~,d.j.nt ce t emps, on fait a])pel à ~~ chari t8 pub Tique pour fin.:tncer Ll r..::ch ç:rche médicale. ) - une grève cj. t 8g orü.:_ll~, c e0 des médecins. - _:.~n -i!:!;bleter re, les _9.ppr 2ntis des c h:..ntiers n.:v:..:.ls Gt do le. méc o.niquo sësont mis _en r;r ev e pow., obtenir dos S.J.lair.:..s pl us décents: d ~'l. ns co p_;.ys l'.j._.-:::;:œ::ntiss_:go est or5_;.:is; comme au I9 siècl e. I l c'turo do 4 à 5 '.ns e t,2 I9.~ ns, un.ppr -._; nti 3.y:tnt 4 a ns d ' :.;pr ntis s_~ge g :-.s ne _moins çu une d.:::.ctyl o d-~but::mte. P::..trons et syndicats sont c.l..ccord, l es I'.:œ p }!'CO que: ç.:. les.rr3.ngo financ i èl;mgnt, los s t.; conds _;;>?..rc <-J qut :insi ils contrôlent "-'t l i mi tgnt l''nbq.ucho. Suiv.::.nt l e s contr.::.ts d.:t:dljr-.:nt iss.:'..go les upprente n ont p.:::.s lv <iroi t dg f :..:.ir0 gr ève. CL ne les ::~. pq.s empêcher de l e pr a nd r e. LG r.ouvor.ï snt, parti d e s ch.j.nti8r s de b Cl yde, s est r ~ piddrjcnt c~n':jr LJ. li.s (J ' r.r:l.lgré l f opposition de s p:j.trons tjt d e s syndic'lts. Ces jeunes trj.v:j.illjurb ont dû so b::ttre s0ul s. Tout lg monde a Gté surpris P-'-r leur comb.j.t ivit ~, l eur L> Ol id:œité et lgur c.j.p~wit é d'_org_,riis.:..tion ).j. j!.. -r ~~--~ --- IROCH ~'JTE :RE!JNION : s _. ~.. -ŒDI II JUilf I6 H 30 LCX!.~L HX3ITU;~L ; ~ j

12 -I2-., Ce qlle nous sommes, c,;, que nou;:;; voulons ' ' J i. ;! i. : /'; l'. j. t,.! i' Le but do notre r egroupement est do r é unir des t r:lv:ülleura qui n'ont plus confi~nco d~ns les or G~nis:ltions tr ~ditionne lle s do la classe ouvrière, p::rtis ou syndic-:.ts. LGs expér iences qu :: n ous :::.vons f J. i t es nous ont montré que le a syndica ts -:lctuels sont dos.flémsmts de st 3.bi li s ~:.tion ot de cons orv :~ ti o n d u r ~G ime d e ploit.:..t i on. I l s servent d 'inter médiaire sur l o l.l.'.rch'; 0.. u tr.j.v.:ül et utilisent n os luttes pour dos buts poli ti CJ.UGs et non pour los ~ lj ;:m la r et les coordonner. C' est p our(iuoi nous p:.; nsons quo c' ::;s t à nous- mêmes do défendre nos int0rêts et d o lutter pour not r e Gnll.ncip:-;tion. ;~:lis n ous s a. vons r:ue nous ne ::;J ouvons L ; f _'.ir e d ' urs f '"'.ç on çffica.c e en rssta.nt i sol8s. Aussi ch(jrchons-nous à cr0cr des Lisons eff ectives dir ect es e ntre l es t r,w ::.ill.:; urs - svnèli ~: u6s ou non - do diff ér :mtes UBinGs ' entreprises E-Jt burc;:::.ux. C(:ci nous per me t d0 nous i nformer :nntuellemcnt ch; cc -:ui se: p_-:.sse d ~ns nos l ieux de trj.v.:ül, de dénoncer l os ~nocuvr es svncl iccü ::::s, C.c discuter de nos r -3Vend i c.j. tions, do n ous J.pporter une ::.i d.:: r Gciproi}Ue. Cel.: nous.:j.:nènc, à tr:..vors les problèmes ctucls, à mettre en c:use l e récimë ct 3. discuter de probl èmes g é n8r au.x t els que l n propri0t6 c::pit,:.liste, ]_ " g uerre ou le r ac i sme. Ch.:.cun,:;xpose l i br cm Jnt son point d.::- vue.::; t reste entiè r ~me nt libre de l :tc ti on qu'il mène d~ns sa propre entreprise. D ms l es luttes nous i ntorv2nons pour que l es mouvements soi ent uni t.:.ires ct p oilr c ol rj. nous préconisons :. mise sur pied de comit és :J.s s oci ~nt do :f::.çon c:.ctive L.. plus grj.nd nom br e :possible de tr.:w.:.ill::'urs, 'nous pr éconis ons d e s r evc:dic.:.tions non hi2r.:rrchis 3os 3t non c ::t-5goriel les c_".pblos de f aire T'un:tnimitG d es ïntéress s. ~lou s so:mnes püur tout c e c~ui pout Gl~~r..;ir la lutte ot contre tout.ce r..;, ui tejnd 9. l 'isoler. D ' -~utrc,?-::.rt, nous considérons c;uo ces l uttgs n..:, sont qu une ét "'.po sur le chemin qui conduit vors ::. gestion ci.cs entrsprises et de l:t soci6t é p:lr les tr:-.v :.illcurs c :J..X- m3racs; s.--.ns m.5conn...~.itre l 0s obst'j.clc s qui 8 Op:)osc nt.':. un tc o:=.joctif ITous publions c oll:ctivt.::u:nt J 0 rr ~sent. Bull ~ tin c~ ui: -reflètg. nos discustüons, -r ~)r odu i t l e s irulrorrntions r o;:; l.:;.tives :tux.::ntreprises, n otamment celles c:uo cor..ïr.mnicj_u:vnt lvs co;.:ins du RegroupamEmt Gt nos cor res pond 2.n ts, - :lubli o des ~ tud G s sim~) lüs sur ~onom i e ct l.::l J;uchnique, - tr::.itj d0 ;)roblème s pr :tllues: clroits de s s..,.lr.>.ri;.;:s, :cjtc; -donne des runs c i l;n <:.iignts s ur l e s :~louvgm2nts OUVriers 0tro.nc;ors, -rcnù cor.pte ê!.e.:. l)r.:;sse ouvrière (T.. O., v.o.,?. 0, Bull.'4Ssur., :R.P., e t c ) - ou blie dos docune:nts sur l a via et l..;s probl è mes ouvriers (r ~ cits, corr'-'sp onà. '-nee,.s ouv.:-nirs, intcrvi0'.js,.::tc) - offre Lme tribun0 d..; di scussion.

Conseil économique et social

Conseil économique et social Na t i ons U ni e s E / C N. 1 7 / 20 0 1 / PC / 1 7 Conseil économique et social D i s t r. gé n é r a l e 2 ma r s 20 0 1 F r a n ç a i s O r ig i n a l: a n gl a i s C o m m i s s io n d u d é v el

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale

La CDM E. Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale La CDM E Maintenir dans l emploi des salariés en risque d inaptitude médicale Hist orique En Isère, chaque année, 1000 à 1200 licenciements pour inaptitude médicale sont prononcés. En 2000 un groupe de

Plus en détail

Construire ensemble le diagnostic

Construire ensemble le diagnostic Construire ensemble le diagnostic Thème n 2 : les énergies Thème : Changement climatique, énergie Energie et énergie renouvelable Bilan de la géothermie à Sucy Exemple du Clos de Pacy et des enjeux énergétiques

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Compression Compression par dictionnaires

Compression Compression par dictionnaires Compression Compression par dictionnaires E. Jeandel Emmanuel.Jeandel at lif.univ-mrs.fr E. Jeandel, Lif CompressionCompression par dictionnaires 1/25 Compression par dictionnaire Principe : Avoir une

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices

PROGRAMMATION ÉCRITURE LECTURE Mon CP avec Papyrus Manuel + fichier d exercices PREMIÈRE PÉRIODE Support : Conte La planète des Alphas Étude du code - a, o, i, u, y, é, e, f, - Combinatoire - m, s, r, l, j, ch, v - Écrire des syllabes. - Écrire des mots. - Écrire une phrase dictée.

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

L I C E N C E 1 G r a n d s c o n c e p t s d u d r o i t p r i v é ( + T D ) 7 D r o i t c o n s t i t u t i o n n e l : t h é o r i e d e l E t a t ( + T D ) 7 F o r m a t i o n h i s t o r i q u e d

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E

LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E TUTORIEL SERVICE INFORMATIQUE LA GESTION DE MATCH ELECTRONIQUE G.D.M.E L A GES TI ON DE MATCH ELECTRONIQUE (G. D. M. E) ------------- D a t e : 15 Décembre 2012 ---------- A u t e u r : F é d é r a t i

Plus en détail

Les machines électriques à pôles lisses 1. I n t r o d u c t i o n 10 1 L ' i n t e r a c t i o n e n t r e u n c o u r a n t é l e c t r i q u e e t u n c h a m p m a g n é t i q u e e s t à l ' o r i

Plus en détail

Le modèle IS-LM en économie fermée

Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Le modèle IS-LM en économie fermée Modèle IS-LM : interaction entre le secteur réel et le secteur financier 2 courbes équilibre sur le marché des biens et services (IS)

Plus en détail

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON

Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON Réunion Commission Médicale-Trégunc sept 2010-Fabien CODRON 1 P LA N 2 Le s d if f é r e n t s m é la n g e s L h is t o ir e d e la p lo n g é e t e k Le s a v a n t a g e s e t le s lim it e s d u t

Plus en détail

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r

i Le Qi Gong «a u t r a v a i l» L e Q i G o n g, «t r a v a i l de l En er g i e», es t u n e g y m n a s t i q u e de s a n t é c h i n o i s e t r FÉDÉRATION DE QI GONG ET ARTS ÉNERGÉTIQU ES LE QI GONG «A U T R A V A IL» Crédit photo : Anne MELCER B L I B â A 3, a v u P a u C é z a n n 1 3 0 9 0 A i x v c T é : 0 4 4 2 9 3 3 4 3 1 a x : 0 4 4 2 6

Plus en détail

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle

Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Freins et leviers au changement de comportements vers une réduction de l usage de la voiture individuelle Anaïs ROCCI 6T bureau de recherche Colloque «Bougeons autrement», 30/11/2011 CNFPT, Région Haute-Normandie

Plus en détail

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de :

Définition : Excel L'utiliation simple L'utilisation mathématique Tableur (ou chiffrier) est un logiciel d application qui permet de : I N T R O D U C T I O N E x c e le s t u n l o g i c i e l m u l t i f o n c t i o n s i n t é g r a n t u np tu ai bs ls ea un r taé u n g e s t i o n n ad i re e b a s e d e d o n n é e saé u n g r a

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm DOUBLE MODULE FORMAT A 1/1 PANO L 288 mm x H 440 mm L 440 mm x H 300 mm L 410 mm x H 270 mm 12 500 FORMAT B 1/2H 1/1 L 288 mm x H 220 mm L 220 mm x H 300 mm L 190 mm x H 270 mm 8 500 FORMAT C 1/2V 1/1

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre

Rapport sur l entente de principe FTQ. Convenue à la 62 e rencontre Rapport sur l entente de principe FTQ Convenue à la 62 e rencontre Conseil général CPAS, décembre 2015 Durée: CONGÉ CFTÉ-ÉS AVEC ÉTALEMENT DU SALAIRE D u e à uat e se ai es Étalement : De six ou 12 mois

Plus en détail

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière Nature des gaz IX.1 Etats de la matière Solide : - volume et forme déterminée - empilements denses de molécules qui ne se déplacent pas Interactions décroissantes entre molécules Liquide : -volume déterminé

Plus en détail

Lecture : Atelier hebdomadaire

Lecture : Atelier hebdomadaire Je reconnais les sons Je lis des mots Je lis des phrases Colorie le dessin du mot qui ne commence pas pareil que les autres. Fiche n 4 Ecoute et coche le bon mot. 4 Regarde le dessin et coche le bon mot.

Plus en détail

Préparation pour la garderie et l école

Préparation pour la garderie et l école 135 Chapitre14 Préparation pour la garderie et l école Dans certaines communautés, il y a des endroits où l on prend soin des enfants pendant que leurs parents travaillent. Ce sont généralement des écoles

Plus en détail

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR

ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D ARCHITECTURE DE LA VILLE & DES TERRITOIRES A MARNE-LA-VALLEE DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D AUTEUR PARIS / IVRY DIS-CONTINUITES DE LA METROPOLE PIETRO BOSCOLO PFE 2114 m² / cos 5 1110 m² 6,5 hectares COS 2,00 186817 m² 7200 m² /cos 0,7 146 m²/cos 2 644 m²/cos 0,4 652 m² 0,4 3907 m² /cos 0,8 3850 m²

Plus en détail

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E

M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E C A R T E S M O D E L I S AT I O N D E L A B A S E D E D O N N E E S D U N E I M P R I M E R I E D E C A R T E S D E V I S I T E G U S TAV O B A R R E N O J O S E C A R L O S C O R R E I A R E M I H Ä

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Le jeu de l'oie des sons

Le jeu de l'oie des sons Le jeu de l'oie des sons b Départ bè B b bi Arrivée ba B bo bu bé bê bou sanleane.eklablog.com Jeu de l oie des sons : Matériel : des pions, 1 dé. Règle : - le joueur tombe sur une lettre ou une syllabe

Plus en détail

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3

INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 INTERVIEW D'UN CHERCHEUR PAR DES ELEVES DU CYCLE 3 D'après le travail réalisé en 1996 pour son mémoire professionnel par Fabienne MARILL, professeur d'école. 1 Interview du chercheur par les C.E. 2 de

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

Amélioration de la qualité du f i chi er cl i ent

Amélioration de la qualité du f i chi er cl i ent Mutuelle Saint Christophe assur ances Amélioration de la qualité du f i chi er cl i ent D. BAFFEREAU 1 Sommai r e Présentation de l a Mut uel l e Sai nt - Chr i st ophe assur ances Contexte d amélioration

Plus en détail

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE

S ITE S E T S O LS P O LLUÉ S PLAQU E TTE PLAQU E TTE A C TIV ITÉ S IN DU S TR IE LLE S A N C IE N N E S Archives départementales 76 R É AM ÉN AG E M E N T U R B AIN L es villes s e s o nt étendues s ur d a nc iens s ites indus triels 1863 1889

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

Parcours vers la 1 ère page de

Parcours vers la 1 ère page de Parcours vers la 1 ère page de Google Par Vincent KADIO du groupe Eclaire Afrique www.eclairafrique.com 1 Parcours vers la 1 ère page de Google Par Vincent KADIO du groupe Eclaire Afrique www.eclairafrique.com

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Température de stockage : -10 C à +70 C Température de fonctionnement : 0 C à +40 C Installation en milieu normalement pollué

Température de stockage : -10 C à +70 C Température de fonctionnement : 0 C à +40 C Installation en milieu normalement pollué Appareil conforme aux exigences des directives : CEE 89/336 (Compatibilité ElectroMagnétique) et CEE 73/23 modifiée CEE 93/68 (Sécurité basse tension) En raison de l évolution des normes et du matériel,

Plus en détail

Savoir lire et comprendre une affiche politique : deux exemples sous le Front populaire autour du projet de la semaine des 40 heures.

Savoir lire et comprendre une affiche politique : deux exemples sous le Front populaire autour du projet de la semaine des 40 heures. Savoir lire et comprendre une affiche politique : deux exemples sous le Front populaire autour du projet de la semaine des 40 heures. Programmes de 3e et de 1ère 1- Identifier et présenter les documents

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE

LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE UNIVERSITE MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOU FACULTÉ DE DROIT ET SCIENCES POLITIQUES LA TRANSACTION PÉNALE EN MATIÈRE ÉCONOMIQUE THESE POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN SCIENCES SPECIALITE : DROIT Par NAAR Fatiha

Plus en détail

PMU Analyses et logiques pour bien jouer!

PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Dany Jurdeczka PMU Analyses et logiques pour bien jouer! Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est

Plus en détail

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France

Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Mesurer des potentiels d emplois accessibles aux actifs. L exemple de l Île-de-France Sandrine Wenglenski Maître de Conférences à l Université Paris-Est Marne-La-Vallée Laboratoire Ville Mobilité Transport

Plus en détail

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006

Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Baromètre du commerce équitable Malongo - TNS SOFRES Edition 2006 Fiche technique Sondage réalisé pour : MALONGO Dates de réalisation : Les 22 et 23 mars 2006 Échantillon national de 1000 personnes, représentatif

Plus en détail

La formation syndi cale : out l de l action revendicative

La formation syndi cale : out l de l action revendicative Supplément au n 310 Février 2013 La formation syndi cale : out l de l action revendicative S O M M A I R E Page 2 Page 3 Page 4 Page 6 Page 8 Edito Compte-rendu d activité Les enjeux de la formation Témoignages

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Paulo R. Nationalités : Italienne et Brésilienne Université actuelle

Plus en détail

Louise, elle est folle

Louise, elle est folle Leslie Kaplan Louise, elle est folle suivi de Renversement contre une civilisation du cliché la ligne Copi-Buñuel-Beckett P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e pour Élise et Fred tu m as trahie

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

L audition de l enfant

L audition de l enfant L audition de l enfant On t écoute ton opinion compte Pour les enfants dès 5 ans Chère mère, cher père, cette brochure appartient à votre enfant mais vous Impressum Edition Institut Marie Meierhofer pour

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE

LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE LE CONGE POUR FORMATION ÉCONOMIQUE, SOCIALE ET SYNDICALE SECTEUR PRIVE Le congé de formation économique, sociale et syndicale (Article L.451-1 du code du travail) jours : chaque salarié peut bénéficier

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE

L'INVITE DE L'ECONOMIE Le 12/12/2014 20 :18 :27 Invitée : Marie-Anne BARBAT-LAYANI, directrice générale de la FEDERATION BANCAIRE FRANÇAISE 1/5 Marie-Anne Barbat-Layani : «C est le bon moment pour investir, pour aller voir sa banque avec un projet». Retrouvez l interview de Marie-Anne Barbat-Layani, directrice générale de la FBF, qui était

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Professeur de Yoga et de méditation

A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Professeur de Yoga et de méditation A ve nir, e n janv ie r 2 016 : c our s d e m éd ita tion de pl ein e c on sci ence. Le professeur de Yoga Une formation qui combine sciences modernes (8 années de formation universitaire dans le domaine

Plus en détail

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaireretoursommaire Focus F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y Editorial > Projet s : é v o l u t ion

Plus en détail

SOMMAIRE. Ceintures de comportement de blanche à noire p.04 à 09. Ceintures d autonomie de blanche à noire p.11 à 16

SOMMAIRE. Ceintures de comportement de blanche à noire p.04 à 09. Ceintures d autonomie de blanche à noire p.11 à 16 SOMMAIRE Les ceintures de comportement à l EREA : présentation p.02 Les ceintures de comportement : aperçu p. 03 Ceintures de comportement de blanche à noire p.04 à 09 Les ceintures d autonomie : aperçu

Plus en détail

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous,

Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE. Au sommaire de ce numéro 11. Pour vous et chez vous, Zoom sur... L'AIDE A DOMICILE Pour vous et chez vous, Un service d'aide et d'accompagnement lors de difficultés passagères de la vie quotidienne. Au sommaire de ce numéro 11 L'intervention à domicile et

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole

1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole Sommaire 1. Introduction p3 2. Le conseil des étudiants: description p3 3.La Haute Ecole p5 3.1. Une Haute Ecole, c est quoi? p5 3.2. Les organes participatifs de la Haute Ecole & les différents conseils

Plus en détail

CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE?

CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE? CHAPITRE 5. SUFFIT-IL DE REDUIRE LE COÛT DU TRAVAIL POUR LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE? Analyse du sujet Type de sujet Dissertation Question de synthèse Contexte historique Contexte géographique Consigne Cœur

Plus en détail

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 Niveau CP pistes pour le CE1 Modèle proposé : modèles de séance Hypothèse de la difficulté : pour les élèves

Plus en détail

CHAPITRE III VECTEURS

CHAPITRE III VECTEURS CHAPITRE III VECTEURS EXERCICES 1) Recopiez le point A et le vecteur u sur le quadrillage de votre feuille : 4 e Chapitre III Vecteurs a) Construisez le point B tel que AB = u. b) Construisez le point

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres Union des Coopératives Agricoles Productrices de Blé Diré Carte de visite de Baabahuu Jici à l occasion de la visite de son Excellence Monsieur le Premier Ministre Diré, le 15 décembre 2005 PRESENTATION

Plus en détail

Mon BTS en 7 JOURS! Réviser est plus simple que tu le penses! Teach and Style - Apprendre autrement. 1re édition

Mon BTS en 7 JOURS! Réviser est plus simple que tu le penses! Teach and Style - Apprendre autrement. 1re édition Mon BTS en 7 JOURS! Réviser est plus simple que tu le penses! Teach and Style - Apprendre autrement 1re édition Jour 1 Rappel des objectifs: - L accès à l emploi et le choix d un régime juridique - Le

Plus en détail

Langue des logiciels et performances économiques

Langue des logiciels et performances économiques Langue des logiciels et performances économiques mémoire présenté par Louis Desjardins dans le cadre de la Commission des États généraux sur la situation et l'avenir de la langue française au Québec Langue

Plus en détail

Depuis 1968 au service des familles 24h/24-7js/7. Cercueils, capitons, urnes et accessoires.

Depuis 1968 au service des familles 24h/24-7js/7. Cercueils, capitons, urnes et accessoires. Depuis 1968 au service des familles 24h/24-7js/7 Cercueils, capitons, urnes et accessoires. Date application 26/05/2016 KEOPS 190 Modèle exposé à Gençay Forme coffre, épaisseur 22 mm, Chêne massif, Teinte

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE. CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva PROCEDURE DE MISE EN SERVICE SUR INDEX AUTORELEVE D UN SITE RESILIE AVEC ALIMENTATION MAINTENUE CLIENTS RESIDENTIELS BT 36 kva Livrable issu des travaux GTE 2007 Version : 1 10 novembre 2008 Nombre de

Plus en détail

Lire et Ecrire a changé toute ma vie

Lire et Ecrire a changé toute ma vie Lire et Ecrire a changé toute ma vie Fabienne VANDERMIÈGE Responsable de l association L illettrisme Osons en parler Agente de sensibilisation à Lire et Ecrire Verviers Avant de venir t inscrire à Lire

Plus en détail

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE direction départementale de l'equipement Haute-Saône LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE Mise à jour : juillet 2007 SOMMAIRE PROCEDURE 2 SYNOPTIQUE DE LA PROCEDURE 3 MODELE PROCES-VERBAL 4 TEXTES REGLEMENTAIRES

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

TEPZZ 6798_8A_T EP 2 679 818 A1 (19) (11) EP 2 679 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: F04B 1/22 (2006.01)

TEPZZ 6798_8A_T EP 2 679 818 A1 (19) (11) EP 2 679 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: F04B 1/22 (2006.01) (19) TEPZZ 6798_8A_T (11) EP 2 679 818 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 01.01.2014 Bulletin 2014/01 (51) Int Cl.: F04B 1/22 (2006.01) (21) Numéro de dépôt: 13172383.5 (22) Date

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

WAKFU. Principaux résultats. GameStatistics. Une enquête indépendante basée sur les opinions des joueurs. Octobre 2012

WAKFU. Principaux résultats. GameStatistics. Une enquête indépendante basée sur les opinions des joueurs. Octobre 2012 GameStatistics WAKFU Principaux résultats Une enquête indépendante basée sur les opinions des joueurs Octobre 2012 La passion du Jeu l expérience de la Statistique A propos de cette enquête GameStatistics

Plus en détail

Logistique de transport pour l e proj et LH C S. Prodon & S. Weisz ST Work sh op 2 0 0 3 Planification Objectifs M é th o d o l o g ie R e tou r te r r ain R é u ssites D ifficu l té s A m é lior ations

Plus en détail

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale)

INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) INTERVIEW DE M. PHILIP ENGLISH (économiste principal, Banque mondiale) Pouvez-vous vous présenter? Je suis Philip English, économiste en chef pour 5 pays, notamment le Sénégal, la Gambie, la Mauritanie,

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Gilles Roux LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Pourquoi tant de chefs sont-ils nuls? Mon Petit Éditeur en collaboration avec les Éditions Majarogi Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :

Plus en détail