A la découverte d un écosystème

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A la découverte d un écosystème"

Transcription

1 A la découverte d un écosystème

2 Chapitre 1 : A la découverte d un écosystème Ce que je sais : Les êtres vivants qui vivent dans un même milieu sont liés par des relations alimentaires. Ce que je vais apprendre : Comment caractériser un milieu de vie (I et II) Comment expliquer la répartition des êtres vivants dans l environnement(iii et IV) Comment les êtres vivants s adaptent aux variations de conditions de vie (V) Comment l être humain agit sur les écosystème.(vi)

3 Problématique : Comment caractériser notre environnement proche?

4 I. Définir et reconnaitre les différents éléments de notre environnement : Problème : Comment définir et reconnaitre les éléments de l environnements? Activité 1 : Images à classer

5 Question 1 : - Éléments vivants - Eléments non vivants

6 Question 1 : - Éléments vivants - Eléments non vivants

7 Question 2 : Les points communs des êtres vivants - Ils naissent - Ils grandissent - Ils ont besoin d eau - Ils ont besoin de nourriture - Ils se reproduisent - Ils respirent - Ils meurent

8 Bilan : Dans notre environnement il y a des êtres vivants et des éléments non vivants. Les êtres vivants ont besoin d eau, de dioxygène et de nourriture pour se développer. Ils naissent, grandissent, se reproduisent et meurent.

9 II. Caractéristique de l environnement proche du collège : Problème : Comment se caractérise l environnement du collège? Activité : Sortie autour du collège

10 Questions 1 et 2 :

11 Questions 1 et 2 : - A : côté jardin - B : côté cour N B A

12 Milieu Question 3 : Les mesures Milieu A : Coté jardin Milieu B : Côté cour Température Humidité Luminosité

13 Eléments non vivants Eléments vivants Milieu A : Côté jardin Milieu B : Côté cour Animaux, partie, trace ou reste d un animal Végétaux ou partie d un végétal Eléments non vivants naturels Construction humaine

14 Bilan : dans le parc nous avons observés comme dans n importe quel environnement: - Des éléments vivants (animaux ou végétaux) ou des éléments qui en proviennent (os, plumes ) - Des éléments non vivants naturels (galets, air ) - Des éléments non vivants crées par l Homme (banc, déchet ): les objets techniques

15 III. La répartition en fonction des conditions du milieu : Problème : Comment expliquer la répartition des êtres vivants en fonction des conditions du milieu? Activité 3 : La répartition des cloportes

16 LA DEMARCHE SCIENTIFIQUE 1.On observe, on part du réel. 2.On se pose un problème scientifique. 3.On émet des hypothèses pour le résoudre. 4.On réalise une expérience avec un témoin pour tester l hypothèse. 5.On observe les résultats. 6.On interprète les résultats. 7.On conclut par rapport à notre problème de départ.

17 Un cloporte : Son milieu de vie : voir la vidéo

18 Question 1 : Hypothèse : On pense que les cloportes vivent dans des milieux humides, de faible luminosité et de température moyenne.

19 Les expériences :

20 Luminosité :

21 Luminosité :

22 Température :

23 Température :

24 Humidité :

25 Humidité :

26 Question 2 : Compartiment A Compartiment B Luminosité Température Humidité Faible dans les 2 Elevée dans le A Normale dans les 2 Elevée dans le A Elevée dans les 2 Faible dans le B

27 Question 1 : Compartiment A Compartiment B Luminosité Température Humidité Faible dans les Elevée dans le A + Normale dans les Elevée dans le A + Elevée dans les Faible dans le B +

28 Le milieu de vie des cloportes est caractérisé par : une humidité importante, une luminosité faible et une température moyenne. Bilan : Les êtres vivants ne sont pas répartis au hasard dans l environnement. Les caractéristiques du milieu influencent la répartition des êtres vivants qui le peuplent

29

30 Le milieu de vie des cloportes est caractérisé par : une humidité importante, une luminosité faible et une température moyenne. Bilan : Les êtres vivants ne sont pas répartis au hasard dans l environnement. Les caractéristiques du milieu influencent la répartition des êtres vivants qui le peuplent et les êtres vivants, à leur tour, peuvent modifier les caractéristiques physiques du milieu, on dit qu il y a interaction.

31 III. Les relations entre les êtres vivants : Problème : Quelles sont les relations entre les êtres vivants au sein de l environnement? Activité 4 : Les relations des êtres vivants.

32 Représente les deux chaînes alimentaires de la forêt en indiquant qui est mangé par qui à l aide de flèches. Première chaîne alimentaire Les feuilles des arbres et les herbes sont mangées par des chenilles. Les chenilles sont mangées par des petits oiseaux : les mésanges. Les mésanges sont mangées par un rapace : l épervier. Seconde chaîne alimentaire Les herbes et les graines des végétaux sont mangées par le campagnol (c est un rongeur qui ressemble à une souris). Le campagnol est mangé par le renard. N y a-t-il entre ces êtres vivants que des relations alimentaires?

33

34 Représente les deux chaînes alimentaires de la forêt en indiquant qui est mangé par qui à l aide de flèches. Première chaîne alimentaire Les feuilles des arbres et les herbes sont mangées par des chenilles. Les chenilles sont mangées par des petits oiseaux : les mésanges. Les mésanges sont mangées par un rapace : l épervier. Est mangé par

35 Seconde chaîne alimentaire Les herbes et les graines des végétaux sont mangées par le campagnol (c est un rongeur qui ressemble à une souris). Le campagnol est mangé par le renard

36 N y a-t-il entre ces êtres vivants que des relations alimentaires? Non, par exemple l arbre sert de support, d abris à la chenille.

37 Bilan : Les êtres vivants qui composent notre environnement sont en relation les uns les autres selon deux types de relations : - Relations alimentaires (l un sert de nourriture à l autre) - Relations de support ou d habitat.

38

39 Les caractéristiques physiques d un environnement changent au cours des saisons (la température, l humidité changent ) En hiver, il fait froid et il y a peu de nourriture pour les animaux. Problème : Comment les animaux font-ils pour passer l hiver?

40 V) Les modifications du peuplement au cours des saisons : 1) Les changements de comportements des animaux : Activité 1 : Les stratégies comportementales des animaux pour occuper le milieu au cours des saisons.

41

42

43

44 Bilan : Pour faire face au changement des conditions du milieu au cours des saisons, les animaux adoptent plusieurs comportements : - Certains animaux restent dans leurs milieux de vie, font des provisions durant l été et sont inactifs en hiver : ils hibernent (ex : loir). - Certaines animaux restent dans leurs milieux de vie et sont actifs en hiver : ils changent leur alimentation (ex : renard). - Certains animaux partent dans un milieu aux conditions plus favorables (lieux d hivernage) : ils migrent. (ex : cigogne).

45 Exercice d entrainement : Le passage de l hiver chez les animaux Objectif : Retrouver les stratégies de trois animaux pour passer l hiver. C4 : Rechercher extraire une information. Le hérisson se nourrit d insectes, d escargot et de vers. A l approche de l hiver, il se retire dans un nid de feuilles mortes et se roule en boule : il est alors inactif. Il vit ainsi jusqu au printemps grâce aux graisses qu il a accumulé durant l été. La mésange est présente est active dans son milieu en hiver comme en été. En été elle a une alimentation variée (insectes, chenille, fruits), en hiver elle se nourrit essentiellement de graines. L hirondelle quitte la France dès la fin de l été pour rejoindre l Afrique. En effet les insectes qu elle mange durant l été disparaissent de nos régions en hiver mais sont toujours présents en Afrique. 1- Expliquer pour chaque animal quelle est sa stratégie pour passer l hiver.

46

47 2 Les stratégies des végétaux pour passer la mauvaise saison : Problème : Quelles sont les stratégies des végétaux pour occuper le milieu au cours des saisons?

48

49

50

51

52 Il existe deux types de stratégies chez les végétaux pour passer la mauvaise saison : - Résister aux conditions du milieu : ce sont les plantes vivaces. Seul certains organes survivent pendant l hiver (bulbe, bourgeons) et se développent à nouveau au printemps suivant. - Survivre seulement sous forme de graine, la plante meurt à la fin de la belle saison : ce sont les plantes annuelles.

53 VI) L influence de l Homme sur le peuplement des milieux

54 A partir des documents, explique : 1. Pourquoi les abeilles disparaissent. À cause de nous. 2.Pourquoi la disparition des abeilles serait une catastrophe. 3. Quels aménagements pouvons nous faire pour éviter la disparition des abeilles.

55 Les abeilles disparaissent à cause de nous pour 2 raisons: L utilisation de pesticides (insecticides) pour protéger nos cultures dans l agriculture intensive (en plus l agriculture intensive réduit la biodiversité) L introduction d espèces prédatrices comme le frelon asiatique.

56 La disparition des abeilles (et des autres insectes pollinisateurs) aurait un impact catastrophique sur l'agriculture mondiale : il diminuerait la production agricole et augmenterait les prix de l'alimentation, aggravant la crise alimentaire mondiale qui sévit actuellement. Les conséquences en termes de préservation de la biodiversité seraient également catastrophiques.

57 Interdire l utilisation des pesticides nocifs pour les abeilles, en commençant par les substances les plus dangereuses actuellement autorisées en Europe, c est-à-dire les sept pesticides prioritaires identifiés par Greenpeace : l imidaclopride, le thiaméthoxame, la clothianidine, le fipronil, le chlorpyriphos, la cyperméthrine et la deltaméthrine. Soutenir et promouvoir les pratiques agricoles qui favorisent les services de pollinisation au sein des systèmes agricoles, en mettant en place des programmes d action à l échelle nationale (par exemple : établissement de surfaces d intérêt écologique dans les exploitations, adoption de systèmes de rotation des cultures et de méthodes agricoles biologiques). Améliorer la conservation des habitats naturels et semi naturels au sein et autour des paysages agricoles, et renforcer la biodiversité sur les exploitations.

58

59 Lorsqu un élément d un écosystème est modifié, l équilibre de l ensemble est menacé, Par ces activités l être humain dégrade les écosystèmes et leur biodiversité. Les actions qui assurent le maintien du peuplement et de la biodiversité tout en prenant en compte les activités humaines correspondent au développement durable. Apprendre à satisfaire nos besoins, modifier nos comportements et nos habitudes afin de préserver les milieux pour les générations futures : C'est le défi du développement durable, le défi du troisième millénaire!!!

60 Pour aller plus loin :

L'OCCUPATION DU MILIEU PAR LES ÊTRES VIVANTS AU COURS DES SAISONS

L'OCCUPATION DU MILIEU PAR LES ÊTRES VIVANTS AU COURS DES SAISONS Partie 3, Chapitre 6 L'OCCUPATION DU MILIEU PAR LES ÊTRES VIVANTS AU COURS DES SAISONS Intro : Activité 6.1 : Sortie dans le collège et observation des sites observés en début d'année Lors de nos sorties,

Plus en détail

LA VIE DES ANIMAUX EN HIVER

LA VIE DES ANIMAUX EN HIVER LA VIE DES ANIMAUX EN HIVER Comment font les animaux pour affronter l hiver? Les animaux qui restent (deux façons différentes de passer l hiver) Les animaux qui partent Comment font les animaux pour affronter

Plus en détail

2013-2014. Programme d'animations pédagogiques de la maternelle au CM2.

2013-2014. Programme d'animations pédagogiques de la maternelle au CM2. Une association de Haute Côte d'or pour connaître son environnement, pour apprendre et devenir acteur de demain. 2013-2014 Programme d'animations pédagogiques de la maternelle au CM2. Association Empreintes

Plus en détail

A toi de jouer. En t aidant des panneaux de l exposition «Les Insectes Jardiniers», réponds aux questions sur ce petit peuple de l herbe.

A toi de jouer. En t aidant des panneaux de l exposition «Les Insectes Jardiniers», réponds aux questions sur ce petit peuple de l herbe. Suis le guide Coccie! Bienvenue dans le jardin de Coccie, notre apprentie jardinière. Elle se balade souvent dans le jardin pour y rencontrer les autres insectes qui y vivent. Elle sera ton guide pour

Plus en détail

L occupation d un milieu par les êtres vivants varie au cours des saisons

L occupation d un milieu par les êtres vivants varie au cours des saisons CHAPITRE 3 L occupation d un milieu par les êtres vivants varie au cours des saisons Classe de sixième Programmes officiels Notions et contenus L occupation d un milieu par les êtres vivants varie au cours

Plus en détail

AMENAGEMENT «D UN JARDIN REFUGE» POUR LA BIODIVERSITE

AMENAGEMENT «D UN JARDIN REFUGE» POUR LA BIODIVERSITE AMENAGEMENT «D UN JARDIN REFUGE» POUR LA BIODIVERSITE Subvention FLIP Pays Cœur de Flandre JUIN 2010 Association Lestrem Nature Page 1 Objectifs du projet : - Créer et aménager une zone de refuge pour

Plus en détail

Chapitre 6 : L occupation du milieu par les êtres vivants au cours des saisons.

Chapitre 6 : L occupation du milieu par les êtres vivants au cours des saisons. Chapitre 6 : L occupation du milieu par les êtres vivants au cours des saisons. Introduction : Lors de nos sorties, nous avons observé notre environnement au cours des saisons. Ainsi, nous avons vu que

Plus en détail

TITRE : LA TRANSFORMATION DE LA MATIERE ORGANIQUE

TITRE : LA TRANSFORMATION DE LA MATIERE ORGANIQUE TITRE : LA TRANSFORMATION DE LA MATIERE ORGANIQUE classe :Sixième durée : 3 ou 4 heures selon le niveau de la classe, dont 1 heure en demi-groupe pour la réalisation des expériences la situation-problème

Plus en détail

Principes de l Agriculture Biologique et Création variétale

Principes de l Agriculture Biologique et Création variétale V. Chesneau Raph photos.blogspot.com Françoise Cottard Photo PAIS http://www.photo libre.fr Principes de l Agriculture Biologique et Création variétale François Le Lagadec délégué de l ITAB à IFOAM C fé

Plus en détail

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1

Observatoire du SCoT. L édito du Président. Pourquoi un observatoire? des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 Observatoire du SCoT des Vosges Centrales F L A S H I N F O N U M É R O 1 L édito du Président SOMMAIRE Edito 1 Activité de construction 2 Approche géographique 4 Construction par type de logements Rappel

Plus en détail

Rythmes scolaires : thèmes proposés

Rythmes scolaires : thèmes proposés Rythmes scolaires : thèmes proposés Les mammifères du Pilat : 1) Identifier les différentes espèces de mammifères du Pilat. Sur la base e jeux de cartes apprendre à reconnaître les espèces de mammifères

Plus en détail

La Chambre d Agriculture accompagne les exploitants dans la lutte contre les taupes et rats-taupiers.

La Chambre d Agriculture accompagne les exploitants dans la lutte contre les taupes et rats-taupiers. La Chambre d Agriculture accompagne les exploitants dans la lutte contre les taupes et rats-taupiers. Les éleveurs des vallées pyrénéennes sont régulièrement confrontés à la présence de taupes, signe avant-courant

Plus en détail

Démarche d investigation

Démarche d investigation SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE Séance N 1/5 Durée : 1h 30 minutes Cycle II - Niveau CP CE1 Découvrir le monde du vivant Les animaux de la litière Progressivité apprentissages au cours cycles CYCLE

Plus en détail

Augmentation de la surface racinaire

Augmentation de la surface racinaire Introduction (10pts) Un être vivant, quel qu il soit, a besoin d énergie pour assurer son fonctionnement et son développement. Les végétaux terrestres utilisent la matière minérale dans leur environnement

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

1. Description du type d opération

1. Description du type d opération HERBE_08 - Entretien des prairies remarquables par fauche à pied Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques 1. Description du type d opération L objectif de

Plus en détail

AUJOURD HUI ON MANGE BIO

AUJOURD HUI ON MANGE BIO AUJOURD HUI ON MANGE BIO EDITO Tout le monde connaît l adage «bien manger c est le début du bonheur». En choisissant d introduire des aliments bio dans les menus proposés aux écoliers, les villes de Stains

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Parcourez la forêt à travers vos sens Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 1 1 Cycle 1 Maternelle Petite section Moyenne section Grande section

Plus en détail

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres

L ARBRE EST UN. ÊTRE VIVANT Arbres L ARBRE EST UN ÊTRE VIVANT Arbres fiche n 03 Il respire, il transpire, il photosynthétise, il fait des réserves, il produit des défenses physiques et chimiques (antibiotiques) s il est agressé. Il grandit,

Plus en détail

Fiche conseil n 1. Les techniques du compostage

Fiche conseil n 1. Les techniques du compostage Fiche conseil n 1 Compostez comme bon vous semble... A chaque maison et son jardin attenant correspond une façon plus ou moins appropriée de composter. Et même sans jardin, il y a possibilité de composter

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT LOCAL

POLITIQUE D ACHAT LOCAL POLITIQUE D ACHAT LOCAL 1. VISION... 2. PORTÉE... 3. PÉRIODE D'APPLICATION 4. RESPONSABILITÉS 5. PRINCIPES DIRECTEURS 5.1 VITRINE DE CHOIX POUR LES PRODUITS RÉGIONAUX 5.2 PARTENAIRE PRIVILÉGIÉ DE ALIMENTS

Plus en détail

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE

DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE DISPOSITIF DE LA FORMATION OUVERTE ET A DISTANCE DES ENSEIGNANTS DE L EDUCATION NATIONALE : DE L INNOVATION TECHNOLOGIQUE A L INNOVATION PEDAGOGIQUE Zine-Eddine SEFFADJ Maître de conférence Chargé des

Plus en détail

Le monde des animaux DES LIEUX DE VIE VARIÉS

Le monde des animaux DES LIEUX DE VIE VARIÉS séance Séquence 5 1 DES LIEUX DE VIE VARIÉS En t aidant des mots de la liste suivante, indique où tu peux rencontrer chaque animal du tableau (plusieurs réponses sont possibles). le chemin - le pré - le

Plus en détail

L agriculture familiale :

L agriculture familiale : MADAGASCAR Année Internationale de l Agriculture Familiale (AIAF) 2014 et Journée Mondiale de l Alimentation (JMA) 2014 L agriculture familiale : une chance pour la planète et pour Madagascar Sécurité

Plus en détail

Une mission humanitaire à Madagascar

Une mission humanitaire à Madagascar Une mission humanitaire à Madagascar Interview d un jeune étudiant parti en mission à Madagascar A l occasion de la course contre la faim, nous avons correspondu avec un jeune homme de 23 ans qui a accepté

Plus en détail

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école

Electrification de. Dossier Projet. l école d Issaogo. La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école Dossier Projet Electrification de l école d Issaogo La Fondation Akuo s engage à soutenir le projet d électrification de l école d Issaogo au Burkina Fasso, projet porté par les élèves et professeurs du

Plus en détail

La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION

La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION La lutte biologique agricole UNE FUSION DES MÉTHODES CLASSIQUES, INONDANTES ET DE CONSERVATION Que faisions-nous avant d avoir des pesticides chimiques? Nous morcelions un espace dans un écosystème naturel,

Plus en détail

Gamm vert Delbard donne le ton sur le marché de la jardinerie

Gamm vert Delbard donne le ton sur le marché de la jardinerie Gamm vert Delbard donne le ton sur le marché de la jardinerie *** Au plus près des attentes des jardiniers amateurs, le réseau de jardinerie leader en France expose sa stratégie et ses axes de réflexion

Plus en détail

Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide!

Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide! Tondre fait partie du Passé! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide! Un gazon qui reste court avec une implantation rapide permet de réduire de 35 % la fréquence de tonte Un gazon toujours

Plus en détail

mobilisation de la biomasse

mobilisation de la biomasse 6 La mobilisation de la biomasse Stockage, logistique et structuration des acteurs Diagnostic de territoire Insertion dans les exploitations Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte

Plus en détail

UN AN APRÈS, OÙ EN SONT LES DISTRIBUTEURS?

UN AN APRÈS, OÙ EN SONT LES DISTRIBUTEURS? LA COURSE ZÉRO PESTICIDE UN AN APRÈS, OÙ EN SONT LES DISTRIBUTEURS? #LeclercObscur GREENPEACE CLASSE LES ENSEIGNES DE LA GRANDE DISTRIBUTION SELON TROIS CRIT ÈRES : Les efforts pour éliminer les pesticides

Plus en détail

La décomposition des arbres

La décomposition des arbres La décomposition des arbres Niveaux : 4 e et 6 e année Matières scolaires : sciences, français Objectifs de l ERE : la prise de conscience, les connaissances, l état d esprit. Objectifs : Étudier comment

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Installation d un moulin multifonctionnel dans le village de Monzonblena» Village de Monzonblena Carte du Mali Localisation: Début du projet : Mi-novembre 2008 Durée du projet : Objectif

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 331 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 février 2014 PROPOSITION DE LOI relative à l interdiction de la mise en culture du maïs génétiquement modifié MON810,

Plus en détail

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir.

les conflits que cela représente, mais aussi pour ce type de jeux dans lequel le leader doit laisser de côté l envie de pouvoir. LA PROBLEMATIQUE En ce qui concerne le rôle du leader d une équipe et leurs rapports de travail qui se déroulent dans une entreprise, on peut envisager s ils pouvaient apparaître des différents problèmes

Plus en détail

MANAGEMENT DES EQUIPES PAR LE SPORT: «DE LA PRATIQUE A LA THEORIE»

MANAGEMENT DES EQUIPES PAR LE SPORT: «DE LA PRATIQUE A LA THEORIE» MANAGEMENT DES EQUIPES PAR LE SPORT: «DE LA PRATIQUE A LA THEORIE» Donner l envie à son équipage, communiquer avec ses salariés Un exemple concret dans une séance s d enseignement autour du foot salle

Plus en détail

AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE. Champ du programme : appréhender son espace de vie. Compétences évaluées dans l investigation :

AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE. Champ du programme : appréhender son espace de vie. Compétences évaluées dans l investigation : L ECOLOGIE AU TRAVERS DU DESIGN GRAPHIQUE Champ du programme : appréhender son espace de vie Domaine : design graphique Axe d étude : L écologie Classe : 2nde bac pro Compétences évaluées dans l investigation

Plus en détail

SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE. Cahier d expériences cycles 2 et 3

SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE. Cahier d expériences cycles 2 et 3 SCIENCES EXPÉRIMENTALES ET TECHNOLOGIE Cahier d expériences cycles 2 et 3 Fiche guide pour l enseignant CAHIER D EXPERIENCE : MODE D EMPLOI CE QU IL EST : Un grand classeur pour toute la scolarité primaire

Plus en détail

Plan annuel des Sciences Classe : EB1 2015-2016. Date / Durée Unité Chapitre Objectifs

Plan annuel des Sciences Classe : EB1 2015-2016. Date / Durée Unité Chapitre Objectifs Date / Durée Unité Chapitre Objectifs Septembre Chapitre 1: Où vivent les? Nommer quelques fleurs et du jardin. Nommer quelques fleurs de la prairie. Identifier l aspect sauvage du milieu. Relever la différence

Plus en détail

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 : Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : rappels sur la démographie Démographie : étude des populations et de leurs dynamiques (à partir de caractéristiques

Plus en détail

OFFRE DE L ASSOCIATION ECOCENE DANS LE CADRE DE L ANIMATION DES TEMPS PERISCOLAIRES 2014-2015

OFFRE DE L ASSOCIATION ECOCENE DANS LE CADRE DE L ANIMATION DES TEMPS PERISCOLAIRES 2014-2015 OFFRE DE L ASSOCIATION ECOCENE DANS LE CADRE DE L ANIMATION DES TEMPS PERISCOLAIRES 2014-2015 ECOCENE, association loi 1901 Maison Leroy, 6 place JB Bareille, 64000 PAU 05.59.32.12.36 info@ecocene.fr www.ecocene.fr

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement»

GROUPE DE TRAVAIL. Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» GROUPE DE TRAVAIL Rénovation des logements: du diagnostic à l usage Créons ensemble la «carte vitale du logement» CONTACT Nom, Prénom : Maxime CLAVAL Coordonnées : maxime@qivivo.com 06 24 07 18 02 0 805

Plus en détail

Atelier d animation ««Les Les éco-gestes du du jeune jeune footballeur»»

Atelier d animation ««Les Les éco-gestes du du jeune jeune footballeur»» «RESPECT TOUS TERRAINS» GUIDE PRATIQUE POUR LES EDUCATEURS GUIDE PRATIQUE POUR LES EDUCATEURS Atelier d animation ««Les Les éco-gestes du du jeune jeune footballeur»» 1 ATELIER D ANIMATION Les éco-gestes

Plus en détail

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel.

la possibilité aux élèves de finaliser le choix de leur parcours de formation, sans pour autant effectuer un choix définitif de champ professionnel. La classe de 3 ème préparatoire aux formations professionnelles Document d accompagnement pédagogique I- Le cadre réglementaire Il est défini par la circulaire n 2011-128 du 26 aout 2011, publiée au BO

Plus en détail

Leçon 1 : Pourquoi la qualité de l air est-elle si importante? (Emprunté et modifié de : www.ecoaction.gc.ca et www.davidsuzuki.

Leçon 1 : Pourquoi la qualité de l air est-elle si importante? (Emprunté et modifié de : www.ecoaction.gc.ca et www.davidsuzuki. Article médiatique; apprentissage du vocabulaire Le gouvernement du Canada lance le premier programme mondial de la Cote air santé (Emprunté et modifié de : www.ecoaction.gc.ca et www.davidsuzuki.org)

Plus en détail

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES

RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES RAPPORT NATIONAL SUR L EDUCATION ET LA SITUATION ACTUELLE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DES ADULTES Bilan synthèse : Pays GABON Plan : Introduction I- Situation du pays II- Nouvelles orientations III-

Plus en détail

Comment rédiger une introduction et une conclusion pour un devoir argumenté

Comment rédiger une introduction et une conclusion pour un devoir argumenté Comment rédiger une introduction et une conclusion pour un devoir argumenté Une fois le plan établi, vous devez introduire votre discours et formuler une conclusion qui est l aboutissement logique de votre

Plus en détail

Politique de développement durable

Politique de développement durable Politique de développement durable Ville de Bécancour Décembre 2013 Ville de Bécancour 1295, Nicolas-Perrot Bécancour (Québec), G9N 1A1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. DÉVELOPPEMENT DURABLE...

Plus en détail

Conseils de Semis. Régie des résidus et préparation du lit de semences :

Conseils de Semis. Régie des résidus et préparation du lit de semences : Conseils de Semis En grandes cultures, il y a des facteurs importants que vous ne pouvez pas contrôler, comme le climat par exemple. Cependant, plusieurs autres facteurs restent largement sous notre contrôle.

Plus en détail

STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion

STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion Tout savoir sur la série STMG Sciences et Technologies du Management et de la Gestion L ESSENTIEL SUR LA SÉRIE STMG La série Sciences et Technologies du Management et de la Gestion (STMG) est centrée sur

Plus en détail

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales»

SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» SPE_02 - Opération systèmes polyculture-élevage d'herbivores «dominante céréales» 1 : Objectifs : L objectif de cette opération est de favoriser le recplage des ateliers animal et végétal. Ainsi, une aide

Plus en détail

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE

EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE ET AU DEVELOPPEMENT DURABLE Agence locale de l energie et du climat 6 r u e H a r o u n T a z i e f f 78114 Magny les Hameaux Tél. 01 34 52 26 34 pedagogie@energie-sqy.com www.energie-sqy.com EXPOSITIONS DE SENSIBILISATION A L ENERGIE

Plus en détail

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques)

MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) Aurélien CEDEYN aurelien.cedeyn@ens-lyon.fr Michaël MRISSA michael.mrissa@liris.cnrs.fr LIP Laboratoire de l Informatique du Parallélisme 20 octobre 2008

Plus en détail

Sensibilisation et formation - 12-13-2010 Maison de l'europe de Caen Basse-Normandie - http://www.maisoneurope-caen.org

Sensibilisation et formation - 12-13-2010 Maison de l'europe de Caen Basse-Normandie - http://www.maisoneurope-caen.org [tab:visites d'étude] Que peut m'apporter l'europe? Qui décide dans l'union Européenne? Comment fonctionnent les instances européennes? Et si on allait voir sur place? La Maison de l'europe Caen Basse-Normandie

Plus en détail

«Feel Beauty be Campi» Catalogue 2015. Les racines du jardin thérapeutique

«Feel Beauty be Campi» Catalogue 2015. Les racines du jardin thérapeutique «Feel Beauty be Campi» Catalogue 2015 Les racines du jardin thérapeutique Jardin de soins et lieu de vie «Tout jardin est, d'abord l'apprentissage du temps, du temps qu'il fait, la pluie, le vent, le soleil,

Plus en détail

La base de données ArSeine : Spatialisation des systèmes de culture à partir de l étude de statistiques agricoles et dires d acteurs.

La base de données ArSeine : Spatialisation des systèmes de culture à partir de l étude de statistiques agricoles et dires d acteurs. La base de données ArSeine : Spatialisation des systèmes de culture à partir de l étude de statistiques agricoles et dires d acteurs. Atelier Prospective PIREN SOMMAIRE 1. Contexte, objectifs 2. Sources

Plus en détail

Note Conceptuelle et Programme

Note Conceptuelle et Programme PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : LES OPTIONS JURIDIQUES ET POLITIQUES Atelier de Formation pour l Afrique Centrale 11-13 mars 2015 Yaoundé, Cameroun Note Conceptuelle et Programme 1.

Plus en détail

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif?

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif? L 7 a diversité biologique une richesse difficile à préserver A Uccle Notre Commune fait partie des communes les plus vertes de Bruxelles. Aussi aurez-vous peut-être la chance de faire des rencontres intéressantes

Plus en détail

World café / Les co-bénéfices des PCET

World café / Les co-bénéfices des PCET World café / Les co-bénéfices des PCET Comment une collectivité peut-elle faire de son Plan climat-énergie territorial (PCET) un projet fédérateur sur le climat et l énergie mais également un outil permettant

Plus en détail

Point de vue de la GEFeL François Lafitte

Point de vue de la GEFeL François Lafitte Pertes/gaspillage alimentaires au sein de la filière F&L - Stades amonts Point de vue de la GEFeL François Lafitte De quoi parle-t-on quand on évoque les mots «gaspillage alimentaire»? Définition «gaspillage

Plus en détail

AFFRONTEZ VOS CRAINTES: COMMENT ADMINISTRER LA THÉRAPIE PAR L EXPOSITION AVEC SUCCÈS

AFFRONTEZ VOS CRAINTES: COMMENT ADMINISTRER LA THÉRAPIE PAR L EXPOSITION AVEC SUCCÈS AFFRONTEZ VOS CRAINTES: COMMENT ADMINISTRER LA THÉRAPIE PAR L EXPOSITION AVEC SUCCÈS L ÉVITEMENT NOURRIT L ANXIÉTÉ COMMENT LA TRAITER À L AIDE DE LA THÉRAPIE PAR L EXPOSITION L exposition est la plus importante

Plus en détail

TOUS DEUX JAUNES ET NOIR, NOIRS, CES CES INSECTES

TOUS DEUX JAUNES ET NOIR, NOIRS, CES CES INSECTES TOUS DEUX JAUNES ET NOIR, NOIRS, CES CES INSECTES DÉCLENCHENT PIQUENT MAIS CRIS PAS ET POUR GRANDS LA MÊME GESTES RAISON. QUAND ILS L ABEILLE TOURNOIENT DÉFEND SON AUTOUR MIEL, DE LA GUÊPE NOUS. SON UNE

Plus en détail

Cycledes approfondissements : Durée estimée d enseignement : 50 minutes. Objectifs d apprentissage Tous les élèves

Cycledes approfondissements : Durée estimée d enseignement : 50 minutes. Objectifs d apprentissage Tous les élèves Cycledes approfondissements : Le corps humain et l Education à la Santé : conséquences, à court et long termes, de notre hygiène ; actions bénéfiques ou nocives de nos comportements. Durée estimée d enseignement

Plus en détail

LA BIODIVERSITÉ ET SA MODIFICATION

LA BIODIVERSITÉ ET SA MODIFICATION chapitre 1 LA BIODIVERSITÉ ET SA MODIFICATION Dans ce chapitre, il s agit de comprendre les mécanismes qui expliquent les variations de la diversité génétique et phénotypi que des populations au cours

Plus en détail

La forêt. Représentations, pour moi la forêt c est (s) Les lieux (e)

La forêt. Représentations, pour moi la forêt c est (s) Les lieux (e) La forêt Représentations, pour moi la forêt c est (s) Les lieux (e) Qu y a-t-il dans la forêt? Par groupe émettre plusieurs hypothèses, qui vit dans la forêt? Qui s y trouve? que trouve-t-on dans la forêt?

Plus en détail

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP

Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Présentation de la nouvelle édition de CAP MATHS CP Cette nouvelle édition de CAP MATHS CP reste fidèle aux choix de la première édition. Ses fondements reposent toujours : Sur les recommandations des

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

PROGRAMME DE BOURSES DE PERSÉVÉRANCE

PROGRAMME DE BOURSES DE PERSÉVÉRANCE PROGRAMME DE BOURSES DE PERSÉVÉRANCE Qu est-ce qu une bourse de persévérance, et à qui s adresse-t-elle? Durant leurs études préuniversitaires ou techniques, plusieurs étudiants font preuve de détermination

Plus en détail

Colloque Voler au secours des abeilles Produire du miel «made in France»

Colloque Voler au secours des abeilles Produire du miel «made in France» Colloque Voler au secours des abeilles Produire du miel «made in France» Table ronde Quelles politiques publiques pour les abeilles en France et en Europe? Jean-Marc Petat - Directeur Développement Durable

Plus en détail

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle G.T. 1 : le Monde selon les Femmes Document issu de 3 sources : 1. Recommandations du groupe GESA de la CFD sur " l'accès et le contrôle des

Plus en détail

Tous les pêcheurs le savent : suivant l'endroit où l'on se trouve le long d'un cours d'eau, on ne trouve pas les mêmes êtres vivants.

Tous les pêcheurs le savent : suivant l'endroit où l'on se trouve le long d'un cours d'eau, on ne trouve pas les mêmes êtres vivants. Chapitre 2 : Respiration et répartition des êtres vivants. Tous les pêcheurs le savent : suivant l'endroit où l'on se trouve le long d'un cours d'eau, on ne trouve pas les mêmes êtres vivants. Qu'est ce

Plus en détail

Programme Printemps du Graine Midi-Pyrénées 2011. Le Printemps du

Programme Printemps du Graine Midi-Pyrénées 2011. Le Printemps du Le Printemps du Sur l alimentation, le jardin Le Printemps du Graine est notre temps fort du réseau programmé depuis 2009 en réponse aux besoins formulés par les adhérents! L'occasion pour les adhérents

Plus en détail

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com

S. EL MENDILI. Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com ADAPTATION DE LA FORMATION EN COMMUNICATION AUX NOUVEAUX METIERS S. EL MENDILI Université Mohammed V - Rabat Faculté des Lettres et des Sciences Humaines elmendilisoumaya@hotmail.com INTRODUCTION Un des

Plus en détail

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1

BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 BAROMÈTRE AIDANTS Vague 1 LEVEE D EMBARGO : MARDI 06 OCTOBRE A 10H CONTACTS BVA Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles - BVA Opinion +33 1 71 16 90 88 anne-laure.gallay@bva.fr Domitille

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

racines nues toujours humides frais à l abri du vent et du gel avant le débourrement des bourgeons

racines nues toujours humides frais à l abri du vent et du gel avant le débourrement des bourgeons Réception des plants -Dès la réception de plants à racines nues, s assurer que vos racines restent toujours humides et les planter après réception. Si vous ne croyez pas les planter la même journée, vous

Plus en détail

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION

Quebec. Notions d habitat AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T GUIDES TECHNIQUES T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E INTRODUCTION GUIDES TECHNIQUES AM É NAG E M E N T D E S B O I S É S E T T E R R E S P R I V É S P O U R L A F AU N E 1 Notions d habitat INTRODUCTION Qu est-ce qu un habitat? L habitat n est nul autre que le milieu

Plus en détail

La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance

La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance Fiches de bonnes pratiques des entreprises ayant obtenu le Label égalité femmes / hommes La gestion des congés maternité, paternité, parentaux un outil RH de performance Il est généralement considéré que

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES POUR LA REALISATION

CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES POUR LA REALISATION CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES POUR LA REALISATION DES INVENTAIRE DES ZONES HUMIDES Septembre 2012 Préambule Le SAGE Rance Frémur baie de Beaussais, par sa disposition 17 «inventorier les zones humides»,

Plus en détail

Pour les maternelles aussi! Animations pédagogiques. du parc naturel de la Vallée de l attert

Pour les maternelles aussi! Animations pédagogiques. du parc naturel de la Vallée de l attert Pour les maternelles aussi! Animations pédagogiques du parc naturel de la Vallée de l attert Sommaire Introduction 4 Les activités à faire en classe 5 1. Les chauves-souris, un monde renversant! 5 2.

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 9.11.2015 C(2015) 7674 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 9.11.2015 relative au programme d action annuel 2015 en faveur de la Tanzanie, à financer sur les ressources

Plus en détail

Les animaux se déplacent

Les animaux se déplacent Les animaux Les animaux se déplacent 6 JE DÉCOUVRE COMMENT SE DÉPLACENT LES ANIMAUX? Observe les animaux sur les trois photographies ci-contre et ci-dessous. Sur ton cahier de sciences, nomme les parties

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur

Contrat de ville 2015-2020 Appel à projet 2016. 2. Rappel du cadre des priorités du contrat de ville de Saumur Appel à projet 2016 1. Un contrat de ville nouvelle génération La loi de programmation pour la ville et la cohésion sociale du 21 février 2014 a fixé les principes suivants pour le nouveau contrat de ville

Plus en détail

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE»

DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» DES QUESTIONS SUR L ÉTABLISSEMENT DE LA «LOI SUR L ÉNERGIE» WANG Haiyuing, directeur général adjoint du département de recherches de la China Law Society L énergie est la base matérielle importante pour

Plus en détail

Le territoire des îles Wallis et Futuna

Le territoire des îles Wallis et Futuna Le territoire des îles Wallis et Futuna présente le Colloque UNE AGRICULTURE DURABLE AU SERVICE DE LA POPULATION À Wallis et Futuna Le colloque Une agriculture durable au service de la population (ADSP)

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE AUX ENTREPRISES APICOLES

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE AUX ENTREPRISES APICOLES PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE AUX ENTREPRISES APICOLES NOTE AU LECTEUR Le Programme d aide financière aux entreprises apicoles est entré en vigueur le 17 septembre 2003 (2003, G.O. 1, 1059). Version du 17

Plus en détail

Défi sciences 2012-2013

Défi sciences 2012-2013 Défi sciences 2012-2013 Nom de l'école Mortrée Nom de l'enseignant A.L Plancq Niveau de classe CP / CE1 Adresse de messagerie Intitulé du défi Identifie la partie de la plante comestible pour les hommes

Plus en détail

Introduction formation accompagnement Notre public

Introduction formation accompagnement Notre public Introduction Je vais vous présenter brièvement nos activités et notre offre d intervention auprès du milieu scolaire. Je vais vous présenter plus particulièrement une démarche qui vise associer notre travail

Plus en détail

«La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien.

«La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien. L eau 4 une ressource indispensable à ne pas gaspiller «La Terre, la planète bleue», «l eau, source de vie». Deux expressions courantes qui rappellent l importance de l eau dans notre quotidien. Comment

Plus en détail

KITdecommunicationàchaud. Un incident survient sur site : quelles sont les démarches pour communiquer? L'AVENIR COMME EXIGENCE

KITdecommunicationàchaud. Un incident survient sur site : quelles sont les démarches pour communiquer? L'AVENIR COMME EXIGENCE KITdecommunicationàchaud Un incident survient sur site : quelles sont les démarches pour communiquer? L'AVENIR COMME EXIGENCE KITdecommunicationàchaud Sommaire Principes & mode d emploi Communiqué type

Plus en détail

Qu en est-il en Côte d Or?

Qu en est-il en Côte d Or? Rôle de la faune sauvage dans le système multi-hôtes de Mycobacterium bovis et risque de transmission entre faune sauvage et bovins. Etude expérimentale en Côte d Or La conservation du statut indemne de

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

Alignement des Programmes d action nationaux sur la Stratégie décennale de l UNCCD

Alignement des Programmes d action nationaux sur la Stratégie décennale de l UNCCD Alignement des Programmes d action nationaux sur la Stratégie décennale de l UNCCD Historique 1992- Sommet de Rio naissance de la CCD et de ses sœurs, les Conventions sur la Biodiversité et sur les Changements

Plus en détail

Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis-

Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis- Expérimentation Colza AB en Lorraine 2011-2012 - Mélanges variétaux- - Associations espèces- - Densité de semis- La démarche Lorraine 1) Le colza en AB est une culture peu cultivée en Lorraine. PROBIOLOR

Plus en détail

COMMENT UTILISEZ-VOUS LES MOTEURS DE RECHERCHE?

COMMENT UTILISEZ-VOUS LES MOTEURS DE RECHERCHE? COMMENT UTILISEZ-VOUS LES MOTEURS DE RECHERCHE? CERTIFICATION SEPTEMBRE 2014 ETUDE EN LIGNE N 1917 1 Sommaire : Introduction... 3 Synthèse... 6 Question 4/16... 7 Avez-vous une connexion Internet à votre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE DESCRIPTION DE L ACTIVITE

FICHE TECHNIQUE DESCRIPTION DE L ACTIVITE FICHE TECHNIQUE Intitulé du métier ou de l activité : APICULTURE Codification NAA : AA 01 30 Codification ONS : 01 26 Codification Agriculture : 75 Codification Artisanat : / Codification CNRC : 101111

Plus en détail

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME

L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME L'AUTOPARTAGE DANS LA SHERE PRIVEE RESUME INTRODUCTION L autopartage dans la sphère privée est la mise en commun d un ou plusieurs véhicules, utilisés par des amis, des voisins ou des proches pour des

Plus en détail

Fédération canadienne de l agriculture. Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion

Fédération canadienne de l agriculture. Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion Fédération canadienne de l agriculture Méthodes d évaluation des stocks en vertu du PCSRA Points de discussion OBJECTIF Agriculture et Agroalimentaire Canada a entrepris une étude pour comprendre les impacts

Plus en détail

. Présenté par Alyne Savary. Direction des recherches et des politiques agricoles

. Présenté par Alyne Savary. Direction des recherches et des politiques agricoles Group Marketing : JACK POT!!!. Présenté par Alyne Savary Direction des recherches et des politiques agricoles Dans le cadre du Symposium WBANA Canada Le 22 octobre 2010 1 1 PLAN DE PRÉSENTATION What? Des

Plus en détail

Que nous apprennent les réseaux sociaux de jeunes adultes non diplômés en situation de précarité? Sylvain Bourdon

Que nous apprennent les réseaux sociaux de jeunes adultes non diplômés en situation de précarité? Sylvain Bourdon Que nous apprennent les réseaux sociaux de jeunes adultes non diplômés en situation de précarité? Sylvain Bourdon Cette présentation a été rendue possible par le soutien financier du Conseil de recherche

Plus en détail