))))))))))))))))))))))))))))))))Tel):)02)54)80)23)09)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))Tel):)02)49)34)99)47)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "))))))))))))))))))))))))))))))))Tel):)02)54)80)23)09)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))Tel):)02)49)34)99)47)"

Transcription

1

2 SOMMAIRE Introduction p.4 Lesfaitsmarquants p.5 Identification p.7 Information p.9 Lesbulletinsdeliaisonsemestriels LesiteInternet Leslettresd informations Communication p.11 Facebook Twitter Autressupportsdecommunication Formation p.13 Lesmodulesdeformations PôleappuiEaccompagnement p.14 Bilanqualitatif Bilanquantitatif Animation/Miseenréseau p.21 CommissionAmériquelatine GroupeMali GroupeBurkinaFaso Groupeeauetassainissement CommissionSanté GroupeInde Coopérationdécentralisée Groupeagricultureetalimentation Groupedetravailéducationàlacitoyennetéetàlasolidaritéinternationale CommissionEurope SemainedelasolidaritéinternationaleetFestivalAlimenTERRE p.27 Bilanquantitatif Bilanqualitatif Représentationduréseauetdéveloppementdepartenariats p.30 ConseilrégionalduCentreValdeLoire RéseauxrégionauxmultiEacteurs

3 Acteurséconomiques Universitéd Orléans CRIJetCRAJEP Autres Fonctionnement p.35 Vieassociative Fonctionnementinterne Bilanfinancier p.40 Conclusion p.44 Annexe1:compositionduconseild administration p.45 Annexe2:Compositiondel équipesalariée p.47 Annexe3:Annexecomptable p.48

4 INTRODUCTION En 2014, le conseil d administration de CENTRAIDER avait comme ambitions de mener des actions complémentaires aux activités «classiques» du Réseau : E E E de piloter et d animer la réflexion autour de la citoyenneté européenne en région Centre ; d apporter un soutien renforcé à l organisation des 14 es Rencontres régionales de la coopération en produisant un support documentaire en lien avec la thématique retenue ; de travailler sur la question du «développement économique» avec des acteurs économiques Ces objectifs sont tous atteints, le présent rapport d activités dresse un état des actions réalisées.

5 LES FAITS MARQUANTS ( mai 2014 avril Publication d un nouveau répertoire des acteurs 2014 : Centraider a édité un nouveau répertoire des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale en région Centre Val de Loire. Cette version papier est aussi en ligne sur notre site internet. Il référence 901 structures basées en région, engagées dans des projets de coopération et/ou de solidarité. Une classification par typologie d acteurs, par zone(s et thématique(s d intervention(s permet au lecteur d être informé des initiatives existantes afin de favoriser les synergies. De riches textes introductifs apportent des clefs de compréhension ainsi que des pistes d engagement. 2. Création d une carte régionale des acteurs de la coopération et de la solidarité internationale : En décembre 2014, les 901 structures identifiées dans notre base de données ont été géo-référencées et regroupées au sein d une carte interactive disponible sur la page d accueil de notre site internet. Cet outil, réalisé par Centraider avec le concours du Master de géographie de l université d Orléans, visualise les acteurs par typologie statutaire et zone géographique d intervention : il constitue un formidable outil de mutualisation des projets et reflète la diversité et les disparités existantes en région Centre Val de Loire. Chaque mise à jour effectuée sur le répertoire est automatiquement prise en compte en web-mapping. 3. Une ouverture vers de nouveaux acteurs et de nouvelles thématiques : Lors de l assemblée générale de juin 2014, le réseau Centraider a décidé de s ouvrir à deux nouveaux collèges d acteurs : les comités de jumelages et les acteurs économiques. En fin d année, une refonte des commissions thématiques et géographique a été actée. Il existe désormais 4 commissions géographiques «Amérique latine», «Afrique», «Asie» et «Europe» et 7 commissions thématiques, «Agriculture et souveraineté alimentaire», «Eau et assainissement», «Tourisme Solidaire et Développement durable», «Action extérieure des collectivités», «Éducation et formation», «Santé et urgence humanitaire» et «Energie, environnement, climat». 4. Colloque régional : «Voyages, migrations, mobilités : sur les chemins du monde» Le colloque proposé par Centraider le 11 juin 2014 avec le soutien du Conseil régional du Centre Val de Loire: «Voyages, migrations, mobilités : sur les chemins du monde» a proposé un éclairage sur ces notions complexes de mobilité. En présence d intervenants, Catherine Withol de Wenden, sociologue des migrations au CNRS, Sylvain Venayre, historien du voyage, et Pierre Willaume, expert du dialogue avec les communautés, les différentes facettes du voyage ont été explorées, au cours d une table ronde. L après-midi, organisée en ateliers, a permis à de nombreuses organisations d apporter leurs témoignages de projets concrets et innovants sur le tourisme responsable, les migrations internationales, l interculturalité ou les moyens de voyager sans partir au bout du monde.

6 5. Coordination régionale du Festival AlimenTerre : Centraider a été reconnu en 2014 comme coordinateur régional du Festival du film AlimenTerre en région Centre Val de Loire (événement central de la campagne ALIMENTERRE, piloté au niveau national par le Comité Français pour la Solidarité Internationale (CFSI. Cette coordination est assurée en partenariat avec la DRAAF Centre, qui se charge de l animation dans les lycées agricoles. En région Centre Val de Loire, outre les diffusions organisées dans l enseignement agricole (touchant un public plus scolaire, environ 75 projections ont eu lieu du 15 octobre au 30 novembre, touchant un grand public. Que ce soit des collectivités comme la ville de Tours ou d Amboise, des associations, des AMAP 1, Universités et établissements scolaires, le festival ALIMENTERRE connait un vif succès dans la région. On estime à environ 3950 personnes sensibilisées aux différents enjeux sur l accès à une alimentation saine et suffisante pour tous. 6. Réseau des jumelages européens : 7. Vie institutionnelle A l issue de la journée régionale des jumelages de janvier 2014, un réseau des jumelages européens avec le soutien du Conseil régional du Centre Val de Loire s est constitué. Trois rencontres se sont déroulées en Les grands axes de travail proposés par les acteurs des jumelages ont fait écho aux missions de Centraider qui a rapidement intégré au sein de sa gouvernance ces acteurs par la création d un collège «Comités de jumelages». La première commission organisée en avril 2015 a mobilisé près de 50 personnes. Un programme d activités est désormais établi pour 2015 avec comme priorité, les aspects de formations à la rédaction de demandes de financements ou encore la construction d un argumentaire sur l intérêt à agir à l international. L association Centraider est présidée par Tony Ben Lahoucine. Le bureau se réunit environ 1 fois par mois et le Conseil d Administration s est réuni six fois en Lors de l assemblée générale, de nouveaux membres ont intégré le conseil d administration, Catherine Monteiro (Adjointe au Maire de Blois, François Zaragoza (Président du comité de jumelage et amitiés internationales d Ingré, Gérard Domise (Conseiller municipal à Chambray les Tours et Jean-François Fillaut (Gérant de la Scop Espère. 8. Ressources humaines Cette année a été particulièrement marquée par des changements dans l équipe permanente avec le départ de la directrice, Stéphanie Chapuis, remplacée par Cyril Boutrou le 1 er septembre Elodie Baritaux a démissionné fin septembre Une cinquième personne, Anthony Sigonneau, a été embauchée le 9 février Il a été décidé d attendre pour ce nouveau recrutement, afin de laisser au nouveau directeur le temps de mener une étude sur le réseau. La gouvernance de Centraider, dès son arrivée, a effectivement confié à Cyril Boutrou la mission d analyser les forces et faiblesses de l association afin de présenter un programme d orientations 2015/2016 au Conseil d administration en décembre Ce travail a été mené en concertation avec les salariés. De ce fait, des changements se sont opérés en interne dans l équipe. De nouvelles missions ont été proposées à Guillaume Guetreau, en charge de la communication en contrat à durée indéterminée. Sophie Laly est passée de 28h à 32h hebdomadaires pour mener la coordination régionale de la SSI. Morgane Olivier, à sa demande, a changé de lieu de travail et a rejoint l antenne de Joué-lès Tours. 1 AMAP:Associationpourlamaintiendel agriculturepaysanne

7 IDENTIFICATION DES ACTEURS EN REGION L une des principales missions de Centraider est l identification des acteurs de la coopération internationale et de la solidarité en région Centre Val de Loire. Cette identification permet de recenser les différentes structures engagées sur le territoire de la région Centre-Val de Loire, de connaître leurs projets, le lieu d intervention, le partenaire et ainsi, pouvoir créer des synergies. C est aussi pouvoir mettre en avant les dynamiques de coopération en région. Centraider, depuis la mise en ligne du nouveau site Internet, a fait évoluer le Répertoire des acteurs en ligne. Désormais très complet, il offre la possibilité d avoir une connaissance pointue des projets menés, des actions organisées sur le territoire et au sein du réseau même. Il permet ainsi la possibilité d analyser ce réseau par la création de statistiques ou de cartes géographiques. Le répertoire en ligne est mis à jour quotidiennement par l équipe de Centraider. De nombreux canaux sont utilisés comme la presse, le journal officiel, le réseautage avec les structures engagées en région. Par ailleurs, les appuis acteurs individualisés permettent d inscrire et/ou d actualiser les informations sur les structures accompagnées au sein de fiches accessibles en ligne. Entre avril 2014 et mai 2015, 30 nouvelles associations ont été identifiées et 15 inactivées. Depuis décembre 2014, une veille sur la presse est effectuée dans chacun des six départements de la région par des administrateurs de Centraider permettant d alimenter le Répertoire ainsi que la rubrique «revue de Presse» désormais intégrée dans le nouveau format de newsletter lancé en janvier Une trentaine d articles de presse a été relayée entre janvier et avril En décembre 2014, toutes les structures identifiées dans notre base de données ont été géo-référencées et regroupées au sein d une carte interactive disponible sur la page d accueil de notre site internet. Cet outil, réalisé par Centraider avec le concours du Master de géographie de l université d Orléans, visualise les acteurs par typologie statutaire et zone géographique d intervention ; il constitue un formidable outil de mutualisation des projets et reflète la diversité et les disparités existantes en région Centre-Val de Loire. Chaque mise à jour effectuée sur le répertoire est automatiquement prise en compte en web-mapping. A la demande de jumelages, une carte spécifique aux acteurs de la coopération engagés sur l Europe a été réalisée et diffusée sur notre site internet. Enfin, des «filtres» ont été ajoutés dans le répertoire en ligne afin de faciliter les recherches dissociant notamment les comités de jumelages et les collectivités territoriales.

8 En avril 2015, Centraider recense en région Centre Val de Loire 939 structures impliquées dans des actions de coopération internationale et de solidarité, contre 924 en avril Les graphismes cidessous montrent une stabilisation globale du nombre de structures recensées par Centraider, engagées dans la coopération internationale et la solidarité. On dénombre en avril 2014 : Les acteurs recensés mènent en priorité des actions à l international dans 4 secteurs d interventions que sont la Culture, l éducation et la formation, l action sociale et la sensibilisation.

9 INFORMATION A/ Le bulletin de liaison À l occasion des 14ièmes Rencontres de la coopération internationale en région Centre-Val de Loire, organisées par le Conseil régional, un numéro spécial de 44 pages a été réalisé (première fois pour ce type de format. Il a été consacré à la thématique des Rencontres, «Un monde à partager» soit l engagement dans la solidarité internationale. Il a été édité à 1200 exemplaires et a été remis dans les mallettes documentaires proposées aux participants de la manifestation, le 15 novembre à Blois. Le numéro suivant fût consacré à la «coopération internationale et au changement climatique». Toujours constitué de 44 pages, il est sorti le 19 mai et a été édité à 1200 exemplaires. Lors de la conférence européenne organisée par l AFCCRE le 19 mai, il a été largement distribué puis envoyé à l ensemble du réseau et des partenaires. B/ Le site Internet Nous observons une croissance exponentielle du nombre de visiteurs, depuis la refonte du site Internet en septembre L année 2014 est dans cette continuité et particulièrement depuis septembre On observe une augmentation de près de 30% du nombre de visiteurs différents par rapport à 2013 sur la période septembre-décembre Visiteurs Visites Nombre de visiteurs différents et de visite en moyenne par mois, source : On constate que le pic de fréquentation du site Internet a lieu au mois de novembre, au moment de trois temps forts, d une part la Semaine de la solidarité internationale et le Festival de films AlimenTERRE et d autre part les Rencontres régionales de la coopération internationale. Il y a eu en novembre 2013, plus de visiteurs différents, en 2014 près de

10 Mois A gauche les chiffres de l année 2013, à droite les chiffres de l année 2014 Visiteurs différents Visites Pages Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Aoû Sep Oct Nov Déc Total Source : Mois Visiteurs différents Visites Pages Jan Fév Mar Avr Mai Juin Juil Aoû Sep Oct Nov Déc Total C/ Newsletter Auparavant diffusée deux fois par mois, elle est devenue mensuelle. Complétement refondue en janvier 2015, elle s ouvre vers de nouveaux acteurs. Un focus thématique permet de mettre en lumière des sujets concernant nos acteurs tel que la Santé, le tourisme solidaire, les migrations européennes, etc. Elle est envoyée désormais à contacts (2 868 en Entre avril 2014 et avril 2015, 19 envois ont été effectués. En parallèle, 34 lettres thématiques et géographiques ont été diffusées, en fonction de l actualité et des activités proposées par le réseau. Ce fut notamment le cas pour le séisme au Népal afin de répondre aux nombreuses questions des acteurs de la région ayant des partenaires au Népal et favoriser les échanges entre eux.

11 COMMUNICATION A/Facebook Créé il y a 5 ans, le compte Facebook de Centraider a été transformé en page, afin de respecterlesrèglesd utilisationduréseausocial. https://www.facebook.com/centraider.centre. Lapageestalimentéetrèsrégulièrement:ellesertàdiffuserauprèsd unpublicdifférentdes acteursduréseau,desinformationssurlesactivitésdecentraider. LapageFacebookcompteactuellement680mentions«j aime»contre430mentionsl anpassé,soit unehaussedeprèsde58%.168publicationsontétéeffectuéessurlapériodemai2014eavril2015.

12 Le compte twitter de Centraider à ce jour 272 abonnés et a permis de relayer les informations du réseau de manière plus large que via les outils classiques.

13 FORMATION Une réflexion a été menée tout au long de l année sur les demandes en formation des acteurs du réseau. Le pôle formation doit constituer l un des piliers de l activité de Centraider. Les demandes d accompagnement individuel sont importantes. L existence d une offre de formation conséquente devrait permettre de désengorger les appuis personnalisés. En cela, les formations sont des temps d échanges collectifs et viennent compléter les conseils personnalisés délivrés sur les projets. Une offre étoffée sera programmée au deuxième semestre 2015 pour répondre à ces besoins. Il est aujourd hui indispensable de réfléchir par public homogène (jeunes, collectivités locales, associations, comités de jumelage. L année 2014/2015 a permis d impulser ou de consolider des partenariats avec des structures régionales ou nationales en vue d offrir des modules de formation à l échelle régionale à partir de septembre Formations effectuées entre mai 2014 et avril 2015 : Module : concevoir, piloter et financer son projet de solidarité internationale - 28 octobre Blois La formation vise à délivrer les connaissances de base sur le montage de projet. La session est animée en interne par nos soins. Nombre de participants : 6 Les partenaires Module animés le Programme Solidarité Eau (ps-eau L association est un partenaire privilégié sur le renforcement de compétences des acteurs dans le domaine de l eau et de l assainissement. Comment monter son projet Eau potable - 23 mai Orléans - 6 participants Comment monter un projet assainissement - 23 février Tours - 9 participants Module «Construire ses outils d animation» - Issoudun et Blois - 28 et 29 octobre 2014 Animé par la Ligue de l Enseignement du Cher, cette formation a permis aux personnes impliquées dans un collectif régional de la Semaine de la Solidarité Internationale de se former à des techniques ludiques pour sensibiliser le grand public. Nombre de participants : 23

14 APPUI ACCOMPAGNEMENT DES ACTEURS Les acteurs régionaux qui mènent - ou souhaitent mener - des initiatives de coopération internationale et d'éducation au développement peuvent se faire accompagner par Centraider. Le réseau ne sollicite pas en direct les structures. Ce sont les acteurs qui font appel à Centraider volontairement s ils en expriment le besoin. Le dispositif d accompagnement des acteurs s est professionnalisé sur la période Auparavant, Centraider fonctionnait sans méthodologie fine. Nous rencontrions systématiquement les porteurs de projet. Le temps passé pour accompagner individuellement chaque structure pouvait être conséquent. Il y avait peu de contreparties requises à cet accompagnement individuel. Avec plus de 130 demandes annuelles en , et seulement deux salariés chargés de ce dossier, nous avons recentré notre intervention. Si l accompagnement continue de répondre à un cadre souple pour permettre au plus grand nombre de trouver des réponses à ses questions, ce «service aux acteurs» s est structuré. Adhésion obligatoire, renseignement par écrit à soumettre en amont de l appui, engagement moral de le part du porteur de projet à maintenir les liens avec le réseau, retour d expériences sur le projet mené telles sont quelques conditions nécessaires désormais pour prétendre bénéficier des conseils d un salarié de Centraider. Bilan des accompagnements : On dénombre 96 appuis/conseils sur la période avril Toutefois, ce chiffre n est pas représentatif du nombre de structures accompagnées. Un accompagnement suppose trois à quatre séances de travail avec chaque acteur. Le parti-pris a été de limiter le nombre d accompagnements mais de soigner la phase de suivi (voir plus loin. Au total, ce sont donc 37 structures différentes qui ont bénéficié d un appui/accompagnement en plusieurs étapes et sur la durée. La typologie des acteurs accompagnés par le réseau est représentatif des 940 acteurs référencés : " Les associations affiliées à une structure nationale et les associations locales sont regroupées dans la même catégorie. Les comités de jumelage figurent dans la catégorie «associations». " Les 3 établissements publics conseillés correspondent à des établissements scolaires.

15 " Aucun acteur économique n a été accompagné par Centraider cette année. Une réflexion est en cours autour du champ du développement économique. L Indre-et-Loire et le Loiret restent les deux départements où l intervention de Centraider est la plus demandée (23 appuis sur 37 soit 56% du total. Cela s explique par le dynamisme de ces deux territoires en matière de coopération internationale. Le réseau n intervient que très peu en Indre et dans l Eure-et-Loir (4 appuis référencés au total. Réflexion stratégique En février 2014, Centraider avait souhaité être épaulé dans sa réflexion stratégique sur l appui/accompagnement et sur les activités de formation. Ce travail a été mené par un consultant extérieur pendant six mois. L une des étapes de ce travail a consisté à définir en interne les critères qui déterminent la qualité d un projet de coopération internationale. La collaboration avec un partenaire, l analyse de la demande et des besoins locaux, l élaboration d un cadre logique, la logique d intervention basée sur l autonomisation des populations, les actions menées en région Centre-Val de Loire sont autant de paramètres qui nous ont permis de sonder le niveau de nos acteurs. Sur la base de ces critères, nous avons analysé 80 structures représentatives du réseau (type d acteurs, lieu d intervention, thématique des projets. La synthèse des résultats est présentée ci-dessous : Forces les organisations conseillées par Centraider sont des associations locales autonomes dans les choix qu elles font. les organisations conseillées par Centraider sont actives dans la recherche de fonds propres. Les projets menés ne dépendent pas uniquement des subventions publiques. Faiblesses Les organisations reçues en appuis sont principalement dans l action (le faire et non dans une logique projet (l amélioration. Les organisations reçues en appui n ont pas une pratique très développée de l analyse de la demande et du besoin (phase de diagnostic. Les acteurs ne produisent pas de mesure de l impact sur leur projet.

16 Aussi, pour reprendre une métaphore médicale, si l on compare un accompagnement à une visite médicale, il est important pour «soigner» correctement de : - déterminer le type de malade (les besoins - construire un indicateur qui renseigne sur l état : la température (expertise en montage de projet avant l accompagnement - définir le moyen de mesure la «température» : un «thermomètre (indicateur renseignant sur l état du projet. Sur la base de ce diagnostic, Centraider s est attaché à poursuivre deux objectifs : 1- Qualifier l accompagnement Pour bénéficier d un appui/conseil, il est désormais nécessaire de suivre une procédure. Le porteur de projet renseigne une fiche d informations précise qui permet aux salariés d estimer les compétences du demandeur. Ce document a été construit avec l appui de structures partenaires qui conduisent une mission d appui/conseil en région Centre Val de Loire et au niveau national. Le formulaire permet dès le départ à la structure de formuler sa demande et l oblige à réfléchir au canevas de son projet. Formulaire type envoyé aux acteurs qui souhaitent être accompagnés : 1. Titre du projet 2. Présentation du porteur de projet ICI LA-BAS Nom et type de structure (association, collectivité locale, établissements publics ou acteurs économiques : Date de création : Adresse : Téléphone : Nombre de membres actifs au sein de votre structure et compétences principales mobilisables : Cœur de métier de la structure, thématique principale : Zone d intervention (un ou plusieurs pays : Est-ce le premier projet de coopération internationale que vous menez? Nom du/des partenaire(s locaux: Contact (téléphone, Expérience et formation(s du partenaire : Quelles sont les compétences majeures de votre interlocuteur? Apport du partenaire dans le projet : expérience, main d œuvre, argent, matériel, précisez : 3. Présentation du projet Description (historique, éléments de diagnostic, demande et besoins locaux : Objectifs poursuivis : Localisation du projet envisagée (le plus précis possible : Quelles sont les activités envisagées?

17 Quels sont les résultats prévus pour ce programme (chiffrés si possible? Quelle stratégie est envisagée pour rendre le projet autonome financièrement? 4. Etat d avancement du projet 5. Estimation des besoins pour la réalisation du projet 7. Budget approximatif 12. Informations complémentaires à fournir Envisagez-vous des actions d éducation au développement pour sensibiliser nos concitoyens aux problématiques Nord-Sud (conférences, exposition? Quels sont les actions que vous avez entreprises jusque là en France pour faire aboutir votre projet (prise de contacts, formation, etc.? Avez-vous déjà procédé à des recherches de financements (actions propres, bailleurs de fonds? Si oui, préciser le montant. Etes-vous déjà allé sur place pour réaliser une améliorer votre connaissance du contexte local? Avez-vous estimé les moyens nécessaires à la réalisation du projet (bâtiment, terrain, équipements, personnel? Avez-vous identifié des fournisseurs, des entreprises locales qui pourraient répondre à ces besoins? Rubrique dépenses Les investissements Formation Local Equipement (préciser Autres (précisez Le fonctionnement Total : Rubrique ressources Financements de la structure Financements publiques Financements privés Total : Avez des compléments d informations à apporter Après analyse du document, Centraider se positionne sur l intérêt ou non de rencontrer la structure. La prise de rendez-vous n est pas automatique. Les salariés peuvent privilégier l envoi d information sur la coopération internationale (fiches techniques, lecture, ou inviter les structures à participer aux rencontres du réseau en vue de favoriser une mise en réseau. Le suivi des projets au cœur du dispositif d appui-accompagnement Ainsi, le nombre de structures accompagnées par nos soins d avril 2014 à avril 2015 a été volontairement moins important.

18 Ce choix était délibéré : il a permis d accorder une place plus importante au suivi des projets. Un accompagnement suppose aujourd hui plusieurs échanges et «fidélise» le porteur de projet. Il est matériellement impossible avec deux salariés d accompagner les porteurs de projet dans la durée. Il est préférable d accorder plus de temps à un nombre de structures moins important. Les effets de l appui/accompagnement sont ainsi démultipliés. Nous avons constaté qu un ou deux entretiens ne suffisent pas pour travailler en profondeur sur le programme des acteurs. Il faut en moyenne quatre à cinq séances de travail pour atteindre l objectif initial fixé. Or, nous visons l amélioration qualitative des pratiques. Un changement de comportement ou l appropriation de connaissances précises sur le montage de projet ne s acquiert pas dès le premier échange. Au-delà des aspects méthodologiques, le lien entre les salariés de Centraider et les acteurs est renforcé et permet d inciter ces derniers à participer activement à la vie du réseau. Cette proximité est essentielle dans le rôle d accompagnement. Notre intervention est basée à plusieurs niveaux. Nous accordons par exemple une attention particulière à la réalisation d un diagnostic initial, véritable d outil d aide à la décision. Cette étape doit être finalisée pour poursuivre l accompagnement avec Centraider et obtenir les conseils sur la phase de recherche de fonds (élément récurrent dans les demandes. Il est essentiel que les acteurs travaillent avec Centraider sur la durée : échanges réguliers d informations, questionnement sur l avancée du projet La validation d étapes clefs permet à Centraider de limiter l attitude «consommateur». L accompagnement vise à inciter les acteurs à s inscrire dans une logique projet. Nous disposons d un outil qui retrace l historique de nos échanges avec le porteur de projet. A chaque phase de l accompagnement, nous réévaluons l avancée de son projet. Un entretien donne lieu à la réalisation d une «toile d araignée». Sur celle-ci sont désignés les critères d un «bon projet». La posture du porteur de projet est évaluée de 1 à 5. D un rendez-vous à l autre, il est ainsi possible de voir l évolution de la structure sur des aspects précis du montage de projet.

19 Exemple d analyse Dans le cas présent, le projet est plutôt satisfaisant avec des éléments bien construits (budget, implication des populations locales, pérennité de l action, vie du projet en France et posture réfléchie sur son intervention. Plusieurs préconisations peuvent être formulées : " Améliorer sa connaissance du contexte local (niveau 2 sur 4 " Intensifier ses liens avec des acteurs locaux et en particulier avec un partenaire (niveau 2 sur 4 " Retravailler son cadre logique (niveau 2 sur 4 Ce graphique indique les points forts et les points faibles d un programme à un moment T. Il est utilisé en interne, par les salariés pour mesurer l évolution du projet sur des aspects clefs. C est un moyen de visualiser rapidement le niveau du porteur de projet. Plus les points se rapprochent de 4 (violet et plus le porteur de projet est professionnel dans la conduite de son projet. 2- Cibler nos orientations Partant du principe qu il est difficile voire impossible d agir sur toutes les composantes d un projet de coopération internationale, notre travail d accompagnement est centré sur les recommandations dictées par le Dispositif Local d Accompagnement (DLA. Les conclusions ont fait ressortir des lacunes dans les projets portés par les acteurs membres du réseau de Centraider : " Les projets sont portés par des individus et non par des structures. " Bien que des actions ponctuelles pour rechercher des fonds soient menées, la notion d intérêt local à agir est souvent mal comprise et insuffisamment déployée sur le territoire.

20 " La pérennité économique des projets n est pas pensée. Trop peu nombreux sont les programmes qui intègrent des activités génératrices de revenus ou qui construisent un modèle de développement économique viable dans le temps. Fort de ces trois constats, nous déployons une plus grande opiniâtreté sur ces trois aspects. Une cartographie de nos interventions a été dressée et orientée autour de trois orientations : " Les projets de coopération internationale en région Centre-Val de Loire ne reposent plus sur des initiatives individuelles mais émanent de logique collective. Cet objectif peut être atteint en incitant les individuels à rejoindre des organisations existantes plutôt que créer de nouvelles structures qui auront du mal à se développer. " Les acteurs de coopération internationale s engagent à créer du lien entre leur projet à l international et leur territoire régional. Cet objectif peut être atteint en valorisant les actions d éducation au développement portées au niveau régional, en mettant les acteurs en réseau avec des structures compétentes, en donnant des outils aux acteurs pour faire vivre la coopération internationale localement. Nous argumentons en faveur d un retour sur le territoire. L impact des actions portées doit être pensé et valorisé. " Les acteurs intègrent le développement économique local dans leur action. Pour tendre à cet objectif, nous mettons régulièrement en lumière les projets qui ont une visée productive (tourisme responsable et solidaire, microcrédit, appui à des coopératives locales. L idée étant de valoriser les projets qui, de par la mise en place d une activité, supportent les charges de fonctionnement liées au programme. MISE EN RESEAU - ANIMATION DE COMMISSIONS Depuis sa création, Centraider anime des réunions d échanges, qui peuvent prendre la forme de commissions géographiques ou de rencontres thématiques. En décembre 2014, une refonte des commissions thématiques et géographique a été actée en Conseil d Administration. L objet étant d élargir nos champs d actions au regard de l évolution et des demandes des acteurs en région. Il existe désormais 4 commissions géographiques «Amérique latine», «Afrique», «Asie» et «Europe» et 7 commissions thématiques, «Agriculture et souveraineté alimentaire», «Eau et assainissement», «Tourisme Solidaire et Développement durable», «Action extérieure des collectivités», «Éducation et formation», «Santé et urgence humanitaire» et «Energie, environnement, climat». Objectifs des commissions - Favoriser la mise en réseau et l échange entre les acteurs régionaux, - Valoriser et mutualiser les expériences, - Diffuser de l information, - Renforcer les compétences et les connaissances sur certaines thématiques et/ou zones géographiques. Tous les comptes-rendus de ces rencontres sont disponibles en ligne sur

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription

ATELIER CV 1 H. www.mie-roubaix.fr. 150 rue de Fontenoy 59100 ROUBAIX. Objectif. Période / durée. Public. Atelier collectif. Modalités d inscription ATELIER CV Cet atelier vous aide à travailler ou retravailler votre CV : - repérage des compétences - mise en forme du CV - possibilité d insérer une photo - enregistrement de votre CV sur différents supports

Plus en détail

Groupe Sup de Co Montpellier Business School

Groupe Sup de Co Montpellier Business School - STRAT INNOV LR Présentation du projet pilote 2013-2014 aux institutionnels v1.01 (Juillet 2013) Groupe Sup de Co Montpellier Business School Note préliminaire : Cette présentation est destinée aux institutionnels

Plus en détail

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015

Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Formation statutaire des personnels d encadrement pédagogique promotion 2015 Les 3 objectifs de la formation 1 - La construction des compétences et des capacités qui relèvent du : cœur de métier ; cadre

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E8 Démarche d'exemplarité des agents, services et communes COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG Monographie complète Communauté Urbaine de

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide

CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE. Le guide CONSEILLER CITOYEN BOURG-EN-BRESSE Le guide INFOS PRATIQUES w Mon conseil citoyen Secteur :... w Mon co-animateur élu est :... Ses coordonnées :... w Mon co-animateur habitant est :... Ses coordonnées

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. RDV POINT PRESSE 17/10 à 10h20. Déjà la quatrième édition de la Journée du Volontariat Français

COMMUNIQUE DE PRESSE. RDV POINT PRESSE 17/10 à 10h20. Déjà la quatrième édition de la Journée du Volontariat Français COMMUNIQUE DE PRESSE RDV POINT PRESSE 17/10 à 10h20 Déjà la quatrième édition de la Journée du Volontariat Français Cette année, elle sera célébrée le vendredi 17 octobre à l Institut Français de Bobo-Dioulasso

Plus en détail

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion

Prix de l inclusion. 1ère édition. Prix de l inclusion Prix de l inclusion 2014 1ère édition Prix de l inclusion p.2 Sommaire Communiqué presse p.3 Le projet p.4 Les partenaires p.6 Porteur du projet p.7 Communiqué Le Prix de l inclusion souhaite encourager,

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises

Réussir. tous vos recrutements. Services Entreprises conseil recherche sélection intégration www.pole-emploi.fr Pour connaître les coordonnées de nos sites. Pour plus d informations sur : Les services qui vous sont proposés Les mesures pour l emploi TBWA\CORPORATE

Plus en détail

Les objectifs du bilan de compétences.

Les objectifs du bilan de compétences. Les objectifs du bilan de compétences. Qu est ce qu un bilan de compétences? Pourquoi faire un bilan de compétences? Comment se déroule un bilan de compétences? Quelle est la méthodologie utilisée? Le

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie

Programme Concerté Pluri-acteurs. Algérie Programme Concerté Pluri-acteurs Algérie PHASE 2010-2012 PROPOSITION DE TERMES DE REFERENCE POUR LA REALISATION D UN PRODUIT AUDIO-VISUEL SUR JEUNESSE ET ENGAGEMENT CITOYEN I Rappel Le programme Joussour

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Les 21 et 22 novembre 2014

Les 21 et 22 novembre 2014 Présentation du 1 er Salon virtuel des mobilités Contexte du projet Le Collectif Ville Campagne et Evid@nce (Marque Innov 3d) ont choisi d unir leurs compétences et ressources pour réaliser et animer le

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PAISES

DOSSIER DE PRESSE PAISES DOSSIER DE PRESSE PAISES Mercredi 13 mai 2009 Qu est ce que PAISES? Le projet PAISES est une Plateforme d Accompagnement, d Information et de Sensibilisation sur les Echanges Solidaires. C est un centre

Plus en détail

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire. CAHIER DES CHARGES - ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION Territoire concerné : Grand Villeneuvois Fumélois Lémance Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

Enquête dans la perspective d un renforcement des synergies territoriales sur les périmètres des cinq SAGE portés par l Etablissement public Loire

Enquête dans la perspective d un renforcement des synergies territoriales sur les périmètres des cinq SAGE portés par l Etablissement public Loire Enquête dans la perspective d un renforcement des synergies territoriales sur les périmètres des cinq SAGE portés par l Etablissement public Loire Restitution du rapport final Orléans, 2 mai 2013 Sommaire

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

Inscrivez-vous en ligne dès maintenant!

Inscrivez-vous en ligne dès maintenant! PARTENAIRE DE VOS COMPÉTENCES Paris, le Madame, Monsieur, OPCALIM, l OPCA des Industries Alimentaires, de la Coopération Agricole et de l Alimentation en Détail vous présente son programme dédié aux TPE

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014!

Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014! vous invitent aux Rendez-vous à Lille les 18 et 19 novembre 2014! Les premières Rencontres Nationales de la Démocratie Participative, organisées par le Département du Val de Marne en 2011, ont rassemblé

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les directions juridiques pour développer de nouvelles compétences professionnelles

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016

APPEL A PROJET. «Grandir avec son enfant» QUINZAINE DE LA PARENTALITE. du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 CAF TOURAINE ACTION SOCIALE Service Développement territorial TSA 47444-37929 TOURS Cedex 9 APPEL A PROJET QUINZAINE DE LA PARENTALITE 2016 du 04 mars 2016 au 21 mars 2016 «Grandir avec son enfant» http://caftouraine.eklablog.com

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques DEMARCHE QUALITE Référentiel A Grille d auto-évaluation de France Stations Nautiques F AFNOR Juillet 2004 Paragraphe Non appliqué En cours Maîtrisé Progrès Commentaire 3. ENGAGEMENTS F doit organiser une

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf.

AGEFOS PME Ile-de-France. Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION. La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf. AGEFOS PME Ile-de-France Appel d offres PLATE-FORME FORMATION INFORMATION La GPEC au cœur des entreprises du Parc de Courtaboeuf 17 décembre 2009 Contact : Christelle Soury AGEFOS PME IDF Délégation Sud

Plus en détail

Instance de Concertation

Instance de Concertation Instance de Concertation PAYS HORTE ET TARDOIRE Jeudi 03 février 2011 Instance de Concertation 03/02/2011 1 Le projet de développement culturel 2009 2010 Oct Nov Déc Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Contexte et problématique de départ :

Contexte et problématique de départ : Défi 2 Pour une production et une consommation responsables Objectif 5 Promouvoir une gestion territoriale des emplois et des compétences à l échelle du Pays Action 10 Education permanente au Développement

Plus en détail

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière

Séminaire. Démarche de clustering : Stratégie et animation. 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière Séminaire Démarche de clustering : Stratégie et animation 26, 27 et 28 janvier 2015 à Batelière En partenariat avec la Grappe d entreprises INOVAGRO et animé par France Clusters L innovation agroalimentaire

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

Plan de développement durable des collectivités de la Côte-de-Beaupré

Plan de développement durable des collectivités de la Côte-de-Beaupré Plan de développement durable des collectivités de la Côte-de-Beaupré RAPPORT D ACTIVITÉS 2013 Par Gitane St-Georges, Conseillère en développement durable MRC de La Côte-de-Beaupré 22 janvier 2014 1 2

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 SOMMAIRE LA SEMAINE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE, SI : RÉPONSE AUX ENJEUX MONDIAUX LA SSI, UN COUP DE PROJECTEUR POUR PARLER DE SI DES VALEURS COMMUNES

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

SEMINAIRE REGARDS CROISES ECHANGES D EXPERIENCES [Année 2014-2015]

SEMINAIRE REGARDS CROISES ECHANGES D EXPERIENCES [Année 2014-2015] SEMINAIRE REGARDS CROISES ECHANGES D EPERIENCES [Année 2014-2015] Termes de références Appel à candidatures auprès des membres du FORIM pour l organisation du prochain séminaire Regards croisés portant

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes»

formation 2012 Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» Un Organisme de Formation à votre service Spécialisé «Logement des Jeunes» FORMA-CLLAJ formation 2012 / /Directeurs // Responsables // Élus // Cadres administratifs // Agents de collectivités territoriales

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJET FONDATION COMPAGNIE DU MONT-BLANC

REGLEMENT APPEL A PROJET FONDATION COMPAGNIE DU MONT-BLANC REGLEMENT APPEL A PROJET FONDATION COMPAGNIE DU MONT-BLANC Toute demande devra s inscrire dans l un des domaines d intervention de la Fondation : 1. Insertion sociale et professionnelle des jeunes avec

Plus en détail

Appel à projets Solidarité intergénérationnelle

Appel à projets Solidarité intergénérationnelle Appel à projets Solidarité intergénérationnelle Soutenir le développement de projets solidaires innovants par le crowdfunding et la mobilisation des étudiants 1 1 L APPEL A PROJETS 2 LES ORGANISATEURS

Plus en détail

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012

Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 Convention de partenariat Bilan 2012 06/12/2012 La présente note établit le bilan pour l année 2012 de la convention entre la Région et la Safer Rhône- Alpes. S agissant de la première année d application,

Plus en détail

A M E N A G E M E N T D U TERRITOIRE

A M E N A G E M E N T D U TERRITOIRE U n i v e r s i t é d e l a M é d i t e r r a n é e F a c u l t é d e s S c i e n c e s E c o n o m i q u e s e t d e G e s t i o n M a s t e r E c o n o m i e, P o l i t i q u e e t G e s t i o n P u

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU FORM ACTEUR

GUIDE PRATIQUE DU FORM ACTEUR GUIDE PRATIQUE DU FORM ACTEUR Parce que transmettre votre savoir et votre expérience fait partie de votre mission quotidienne édito L IFCAM, Université du Groupe Crédit Agricole, s appuie depuis son origine

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES]

[LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] 2015 [LES FORMATIONS PROFESSIONNELLES] Programme de formations du 2ème semestre 2015 pour les acteurs de l Economie Sociale et Solidaire [SOMMAIRE] LA CO-OPERATIVE... 3 Nos formations professionnelles

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES

UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES UNIR NOS EFFORTS POUR FACILITER L ACCES AU CREDIT BANCAIRE PAR DES CREATEURS D ENTREPRISE ET DES ENTREPRISES SOLIDAIRES Convention de partenariat entre la Fédération Bancaire Française et France Active

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier

ACN AChAt public RENFORCER la StRAtégiE AChAt de SON établissement : AtOutS Et CléS de SuCCèS ASSOCiAtiON NAtiONAlE FORMAtiON hospitalier ACN achat public MODULE A Renforcer la stratégie achat de son établissement : atouts et clés de succès ASSOCIATION NATIONALE POUR LA FORMATION PERMANENTE DU PERSONNEL HOSPITALIER 2013-15 module A Renforcer

Plus en détail

AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion

AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion La fiche descriptive d un processus d innovation AgriTic : une formation au Web 2.0 pour les agriculteurs de La Réunion Le projet L origine et description de votre projet Les mots clés de votre action

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

La démarche numérique de l office de tourisme du Pays de Saint-Galmier

La démarche numérique de l office de tourisme du Pays de Saint-Galmier La démarche numérique de l office de tourisme du Pays de Saint-Galmier Une démarche numérique intégrée à notre démarche qualité Depuis 2 ans l Office de Tourisme du Pays de Saint-Galmier s est engagé dans

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

Sommaire. La VAE, mode d emploi... 3. Récapitulatif des emplois (ou activités bénévoles exercées)... 4. Votre parcours de formation...

Sommaire. La VAE, mode d emploi... 3. Récapitulatif des emplois (ou activités bénévoles exercées)... 4. Votre parcours de formation... COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Chargé(e) d accueil et de relation client/adhérent Dossier VAE

Plus en détail

PREMIERE ETAPE : CREATION DE COMPTE

PREMIERE ETAPE : CREATION DE COMPTE QUESTIONNAIRE D INSCRIPTION AU PROGRAMME ECO-ECOLE AVRIL / MAI 2013 PREMIERE ETAPE : CREATION DE COMPTE 1/ IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT SCOLAIRE 1.1 -Votre établissement scolaire est : Une école élémentaire

Plus en détail

ENTREPRISES, REJOIGNEZ L INTELLIGENCE PROFESSIONNELLE. Ecole reconnue par l Etat

ENTREPRISES, REJOIGNEZ L INTELLIGENCE PROFESSIONNELLE. Ecole reconnue par l Etat Ecole Supérieure de Commerce et de Marketing ENTREPRISES, REJOIGNEZ L INTELLIGENCE PROFESSIONNELLE Ecole reconnue par l Etat Choisissez l ISTEC L ISTEC en chiffres 930 étudiants 50 ans d expérience 3 000

Plus en détail

La coopération décentralisée est inscrite dans la transversalité et se nourrit des échanges et pratiques confiés aux missions de l Agence.

La coopération décentralisée est inscrite dans la transversalité et se nourrit des échanges et pratiques confiés aux missions de l Agence. 1 Une mission «coopération décentralisée» existe depuis 8 ans à l ARENE Île-de-France. Résultat d une délibération sur l action internationale votée par la Région Île-de-France souhaitant que celle ci

Plus en détail

Programme Observatoire ESSpace

Programme Observatoire ESSpace Programme Observatoire ESSpace Observatoire ESSpace est un projet interrégional conduit par les 4 Chambres régionales de l économie sociale et solidaire (ESS) des régions de Franche-Comté et Rhône-Alpes

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2

Evaluateur du projet : Pour l INRP Arielle Compeyron et Laurent Lima Laboratoire des Sciences de l Education Grenoble 2 Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Ajouter ici le logo de la structure évaluatrice Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable»

PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» PROCEDURE DE REALISATION DE LA VAE «Manager du déploiement opérationnel du Développement Durable» Objet : Ce document a pour objectif de fournir au candidat les informations nécessaires pour réaliser une

Plus en détail

1. Processus management et stratégie. Retour

1. Processus management et stratégie. Retour Retour Les principales fonctions du Siège social sont définies suivant un ensemble de processus dont la responsabilité est assurée par le Directeur Général de l Association. La mise en œuvre des activités

Plus en détail

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003

PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 PROGRAMME ET PLANNING PREVISIONNEL 2003 Les propositions et les programmes des différentes manifestations vous seront adressés par mail ou par courrier au plus tard un mois avant le début de la formation.

Plus en détail