Salons HOCHE Paris 13 décembre Les nouveaux RISQUES et les nouveaux ENJEUX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Salons HOCHE 75008 Paris 13 décembre 2012. Les nouveaux RISQUES et les nouveaux ENJEUX"

Transcription

1 Salons HOCHE Paris 13 décembre 2012 LESRENCONTRES DE LA CONSTRUCTION Les nouveaux RISQUES et les nouveaux ENJEUX de la MAÎTRISE D OUVRAGE Les REPONSES de l ENTREPRISE GENERALE

2 SOMMAIRE PREMIERE TABLE RONDE : «Les risques de la maîtrise d ouvrage» Première table ronde, animée par Jean-Michel LOBRY Jacques FOURNIER de LAURIERE, Président de la Cour d Appel Administrative de Paris Philippe BOURGES, Ingénieur Conseil (Risques professionnels Construction) CNAMTS Vincent CARON, Avocat Cabinet Fidal Anthony BECHU, Architecte Agence ARCHI AB Jean de RODELLEC, Directeur général adjoint Vinci Construction France Yannick DENIS, Directeur Associé Valode & Pistre Architectes Jean-Pierre STERNHEIM, Président Rabot Dutilleul Construction Jean-François BOTREL, Directeur du Développement Spie Batignolles Construction Olivier HAYE, Directeur de l Architecture et de la Construction Gecina Marc TOUTIN, Architecte Bureau d Etudes Tribu Lille SECONDE TABLE RONDE : «Les enjeux de la maîtrise d ouvrage» Seconde table ronde, animée par Jean-Michel LOBRY Denis BURCKEL, directeur du Développement durable Icade Emmanuel MARTY, Directeur général Natekko Jamila BENBOUYA, Directrice du Développement social et urbain Valophis Habitat DDS Jean-Baptiste BOUTHILLON, Président Directeur Général Paris-Ouest Construction Bruno MAROTTE, Directeur Rénovation Energétique Bouygues Bâtiment Ile-de-France Philippe PELLETIER, Président du Plan Bâtiment Lefèvre Pelletier & Associés Conclusion de Michel GOSTOLI, Président d EGF.BTP 2

3 INTRODUCTION Cette année, EGF.BTP a choisi le thème des nouveaux risques et des nouveaux enjeux de la maîtrise d ouvrage. Parce que nous sommes à l écoute et au service de nos clients, les maîtres d ouvrage. La responsabilité sociétale de l entreprise est aussi au cœur de la vie des entreprises, qu elles soient maîtres d ouvrage ou entreprises de construction. La gestion des risques devient un défi majeur pour les maîtres d ouvrage. Xavier BEZANÇON Délégué général d EGF.BTP 3

4 PREMIERE TABLE RONDE Les risques de la maîtrise d ouvrage Les risques pénaux Philippe BOURGES, ingénieur-conseil au département prévention des risques professionnels à la CNAMTS. 4 Prenons des chiffres simples : nous avons perdu en 2011 près de 9 millions de journées de travail pour 1,6 million de salariés dans le secteur de la construction. C est donc lourd. La CNAMTS qui assure ce risque est forcément très intéressée par tout ce qui permet d améliorer la prévention en amont, notamment en ce qui concerne un acteur très important : le maître d ouvrage. Les obligations qui pèsent sur ce dernier doivent être renforcées afin que cette prévention soit renforcée. La transposition de la directive européenne, à peu près effective en 1995, a modifié un certain nombre de choses. Elle a notamment souligné l importance de l implication et de la responsabilité du maître d ouvrage pendant toute la durée de l opération conception, construction et exploitation/maintenance. Elle a également créé la coordination sécurité et protection de la santé. Ces textes n ont pas, pour l instant, apporté toutes leurs mesures, c est le constat général de la profession. L Etat considère qu il faut renforcer la responsabilité du maître d ouvrage. Un texte est en projet, mais il est déjà passé au conseil d orientation des conditions de travail et il a rencontré l unanimité. En amont, le maître d ouvrage aura l obligation de désigner en même temps la coordination SPS et le maître d œuvre.

5 PREMIERE TABLE RONDE Il devra également associer le maître d œuvre à l évaluation des risques et assurer une meilleure coordination entre le maître d œuvre et la coordination SPS. Il devra veiller à ce que toutes les mesures de prévention organisées en amont soient intégrées dans les documents que sont le Plan général de coordination pour l organisation des travaux et pour la maintenance, et l exploitation des ouvrages dans ce que l on appelle le DIUO Dossier d Interventions Ultérieures sur l Ouvrage. Un décret concernant les maîtres d ouvrage récemment publié doit notamment permettre la déclaration des travaux par le maître d ouvrage et permettre aux entreprises de mieux identifier les réseaux, ce qui est un point faible actuellement. Concernant les risques électriques, on révise un décret qui date de Par conséquent, là également, un très net renfort de la réglementation. S engager sur des résultats, en termes de coûts, de volumes, de délais, de qualité, de performance énergétique ou autre c est la philosophie même de l entreprise générale. Et c est sur ce point que nous pouvons, je crois, contribuer à apporter de vraies solutions aux défis actuels de la politique du logement. 5

6 Les risques de la maîtrise d ouvrage Jacques FOURNIER de LAURIERE, Président de la Cour d Appel Administrative de Paris Il faut bien convenir qu à ce jour dans la réglementation existante, la jurisprudence n avait pas pris une place très prépondérante sur le risque maître d ouvrage. En effet, ni la jurisprudence civiliste, ni administrative, ni pénale n avait mis très fortement en application les réglementations existantes. On assiste aujourd hui à une remontée de responsabilité de l entreprise utilisatrice vers le donneur d ordre, c est-à-dire l utilisateur final selon la terminologie européenne, la maîtrise d ouvrage. La maîtrise d ouvrage sera impliquée à deux niveaux : la diligence nécessaire, c est-à-dire faire ce que la réglementation exige, surveiller que concrètement, les choses qu il a prévues se mettent bien en place sur un chantier, ce qui est encore moins fréquent. Donc, en fait, le maître d ouvrage va être confronté à deux contraintes jurisprudentiellement aggravées : faire ce qu il faut en amont et de plus en plus en amont et faire ce qu il faut aussi en aval, c est-à-dire dans l exécution et dans le suivi. Et ceci, aussi bien en matière de sécurité du travail qu en matière de légalité du travail. Le nouveau CCAG intégre auxtermes contractuels les obligations de la maîtrise d ouvrage et de l entreprise, en matière de légalité au travail. Mais c est aussi un risque pour le maître d ouvrage puisque les juridictions lui demanderont de plus en plus fréquemment pourquoi ce qui était contractuellement prévu n a pas été mis en place. La globalisation apportée par l entreprise générale représente une diminution des risques, c est une certitude absolue en termes de gestion du chantier. Par conséquent, il est tout à fait certain qu en lots séparés et surtout s il y a beaucoup de lots à gérer, les rsiques sont multipliés en matière de sécurité et concernant la légalité de la présence de salariés sur un chantier. C est une certitude absolue : l Entreprise Générale représente une interface qui gère contractuellement une partie du risque par rapport au maître d ouvrage. Cela ne veut pas du tout dire que du moment qu on est en Entreprise Générale, le maître d ouvrage se trouve totalement déresponsabilisé, en aucun cas. Dans le droit, il émerge clairement une augmentation très forte de la notion de responsabilisation du maître d ouvrage en matière de sécurité, notamment en termes de surveillance des chantiers. 6

7 PREMIERE TABLE RONDE Vincent CARON, Avocat Cabinet Fidal Pendant dix ans, les tribunaux ont complètement ignoré le texte de 1994 sur la coordination chantiers. Aucun magistrat ne savait ce qu était un coordonnateur SPS, et comme le coordonnateur SPS est le mandataire du maître d ouvrage, le maître d ouvrage était rarement convoqué devant les tribunaux. Aujourd hui, c est un élément nouveau : tous les acteurs sur le chantier, y compris le maître d œuvre, et bien sûr l entreprise de gros œuvre, les sous-traitants l ensemble des acteurs personnes morales et personnes physiques sont maintenant, de manière systématique, mises en cause devant les juridictions correctionnelles en cas d accident grave ou d accident mortel. Ç est la première tendance lourde. La deuxième tendance, c est l aggravation des sanctions. Les tribunaux n hésitent pas à infliger le maximum de la peine qui est prévue par les dispositions du Code pénal en matière d homicide et de blessure involontaire. Aujourd hui, le niveau moyen des condamnations des maîtres d ouvrage est entre et euros pour les personnes morales. Voici une décision du Tribunal de grande instance de Bordeaux du 30 juin 2008 qui n a pas été frappée d appel : le maître d ouvrage en tant que personne physique avait été condamné à un an d emprisonnement avec sursis suite à un accident tragique - l effondrement d une dalle - qui a coûté la vie à deux personnes. Dans ce jugement du 30 juin 2008, trois points ont été directement mis en corrélation avec l accident et la responsabilité. Le premier dans le fait de ne pas avoir assuré l autorité et les moyens indispensables à la mission du coordonnateur. Le second, en n exigeant pas un plan général de coordination qui tenait compte des modifications qui avaient été opérées sur le chantier. Le troisième, en changeant le mode constructif et en accélérant le planning pour des raisons de commercialisation anticipée des bâtiments. S agissant des décisions de justice, l essentiel des condamnations des maîtres d ouvrage tient d abord au fait qu ils ne désignent pas un coordonnateur ayant l autorité et des moyens suffisants. Le maître d ouvrage interfère parfois dans les modes constructifs et sur le déroulement des plannings, et cela peut aboutir à une situation accidentelle. Il existe alors la possibilité d aller rechercher la responsabilité du maître d ouvrage. Dans un arrêt de la Cour d appel de Caen du 20 mai 2010, le dossier d intervention ultérieur sur ouvrages ne prévoyait aucune protection collective. Le maître d ouvrage a été condamné à engager les travaux sous astreinte dans un délai d un mois de la décision rendue. A ma connaissance, c est la première décision de ce type où un maître d ouvrage est condamné pour ne pas avoir intégré en amont la prévention, alors qu il n y a pas de situation accidentelle. 7

8 Les risques de la maîtrise d ouvrage Jean-Michel LOBRY Voici des bonnes pratiques : le chantier du Peninsula où sont menées des expériences exemplaires en matière de maîtrise du risque. Film du chantier du Peninsula, interview de Pascal Bignier : «En sécurité, je travaille» Sur le chantier du Peninsula comme sur beaucoup d autres chantiers chez Vinci Construction France, nous avons mis en place un contrôle d accès pour surveiller quotidiennement l accès des salariés, mais nous l utilisons également pour gérer la formation à la sécurité. Pour ce faire, un badge est délivré à titre provisoire à tout salarié. Si au bout de trois jours, nous n avons pas la traçabilité que le salarié a reçu un accueil sécurité conforme à nos attentes, le badge est démagnétisé, ce qui interdit au compagnon de continuer à accéder sur notre site. Il me semble essentiel que le maître d ouvrage montre l importance qu il attache à la sécuritéautant qu à un délai ou à une qualité d exécution. Le maître d ouvrage doit s impliquer à nos côtés du point de vue de la sécurité. C est aussi important que les autres sujets, financiers, délais ou planification de son opération. Nous mettons en place un outil transversal de logistique du chantier qui gère l installation de la base-vie.la base-vie de ce chantier est très conséquente puisqu elle est développée sur huit étages, 23 bungalows par niveau, et ces 184 bungalows sont destinés à accueillir les 700 compagnons qui vont œuvrer à la réalisation de l ouvrage. Nous avons au préalable bien réfléchi à l organisation de cette base-vie qui, outre les compagnons, accueille également l encadrement, les structures d étude, de synthèses techniques et architecturales présentes sur le chantier. Le sous-traitant qui arrive sur le chantier est accueilli par les équipes qui gèrent la sécurité, ce qui permet une meilleure coordination des travaux afin d aboutir à une meilleure gestion de la coactivité et une meilleure sécurité dans le cadre de l exécution des travaux. Si on veut parler sécurité, il ne faut pas dire «je travaille en sécurité» mais «en sécurité, je travaille». 8

9 PREMIERE TABLE RONDE Jean de RODELLEC, Directeur général adjoint Vinci Construction France De très gros efforts de formation sont entrepris dans les entreprises générales pour la sécurité. L Entreprise Générale s est vraiment engagée dans des formations très lourdes pour amener tous ses personnels à acquérir cette culture sécurité. L Entreprise Générale a une vision globale du chantier. Elle prend en charge les problèmes sécurité et tous les risques chantier. On forme nos personnels, on agit sur les comportements, qu ils soient individuels ou collectifs, on organise la sécurité, on est prévoyant, on anticipe, on met en place des règles et on les fait respecter. L Entreprise Générale a une vraie mission qu elle assume, et elle innove à la fois sur les méthodes et à la fois sur les matériels. J ai un exemple intéressant, on s est dit «plutôt qu essayer de travailler sur les échelles, il n y a qu à les supprimer». Aujourd hui, vous avez beaucoup de chantiers sur lesquels il n y a plus d échelles et nous n avons plus d accidents d échelle. Pour moi, la sécurité n a pas de coût. Un chantier bien organisé, un chantier qui a anticipé, un chantier qui est propre, un chantier sur lequel on peut se promener parce qu il est en bon état, c est un chantier sur lequel on de- vrait même gagner de l argent. En revanche, un chantier qui est mal organisé et sale, qui présente des risques, est certainement un chantier sur lequel on va perdre de l argent. Le travail illégal, les situations irrégulières nous obligent à fermer nos chantiers. Cela a évidemment un coût puisque nous devons avoir un gardien qui contrôle l entrée - une bonne chose car on ne peut pas avoir des chantiers sur lesquels on rentre et on sort sans contrôle. Quand les chantiers sont bien tenus et bien organisés, on s aperçoit qu on a de très bons résultats. 9

10 Les risques de la maîtrise d ouvrage Les risques de défaillance On note défaillances d entreprises chaque année tout secteur confondu. Sur ces douze derniers mois, plus de défaillances d entreprises ont concerné la construction défaillances d entreprises en rythme moyen mensuel. Dans cet ensemble, le bâtiment, le gros œuvre compte pour environ 35 % du total, le second œuvre 65 %. Jacques FOURNIER de LAURIERE La plupart du temps dans les marchés publics, lorsque nous avons des défaillances de l entreprise titulaire de lots, on constate des retards de réalisation de chantiers extrêmement élevés. On met plusieurs mois à gérer une défaillance et ça met en panne les chantiers. Le maître d ouvrage est bien le débiteur final. Outre le risque administratif et politique d un retard considérable dans un projet qui peut être un projet important, pour un exécutif local par exemple, il y a l impact d un risque financier lourd. Dans les marchés publics, à l heure actuelle, il y a un véritable flou jurisprudentiel sur les modalités exactes de remplacement d une entreprise lorsqu on a une véritable défaillance. Peuton directement passer un marché de gré à gré? Peut-on, ne peuton pas? Faut-il une mise en concurrence? Par exemple, des services juridiques de grosses collectivités territoriales imposent à l exécutif de passer un nouvel appel d offres. Je vous laisse à penser le retard que représente un nouvel appel d offres en forme européenne avec une infructuosité assez fréquente. Nous sommes sur des retards d un an ou un an et demi. En outre, il y a de très grosses difficultés pour savoir qui va payer les surcoûts induits, parce qu on a forcément des réclamations tenant au planning complètement déphasé, etc. Jean-Pierre STERNHEIM, Président de Rabot Dutilleul Construction 10 On constate effectivement que sur un an le nombre défaillances a triplé, ce qui est considérable. Lorsqu on voit aujourd hui la fragilité des entreprises, on ne se fait pas d illusion : le phénomène va encore s aggraver. Les prix sont tendus, les entreprises ont du mal à s en sortir et beaucoup de maîtres d ouvrage commencent à ne plus payer les entreprises, et cela provoque des dépôts de bilan d entreprises qui sont apparemment saines. En conséquence, cela vient encore aggraver le processus. Quand une entreprise disparaît, tout l état de ce qui a été fait est à vérifier et cela peut quelquefois se révéler très compliqué.

11 PREMIERE TABLE RONDE Anthony BECHU, Architecte Agence ARCHI AB A la suite d un certain nombre de projets où on a eu des défaillances d entreprises, nous pensons à l agence qu à partir de mètres carrés, il faut travailler avec une Entreprise Générale. Et au-delà de mètres carrés, je pense que c est suicidaire de travailler en corps d état séparé. Parce que la défaillance d entreprise, aujourd hui, il y en a de plus en plus. Les maîtres d ouvrages voient bien qu au dessus de mètres carrés, il y a des risques inhérents à la faillite d entreprise ou même à des entreprises qui n ont pas les ossatures suffisantes pour avoir les commandes en amont et organiser leurs chantiers. Cela finit en général au tribunal, on est obligé de faire des appels d offres et on perd entre six mois et un an et demi, ce qui est dramatique. Quand on ajoute tous les éléments les uns derrière les autres, on arrive en général assez près de ce que les Entreprises générales avaient chiffré quand le maître d ouvrage a fait le choix du corps d état séparé. Yannick DENIS, Directeur associé Valode & Pistre Architectes En prenant ces deux exemples de 2012, il est intéressant de constater que l un des deux cas est un marché public lots séparés - une opération hospitalière dans l ouest de la France avec trois premières années qui se passent plutôt bien et un peintre en difficulté sur deux opérations hospitalières en même temps, qui déserte la nôtre pour essayer de finir la précédente. En conséquence, la situation s enfonce avec l arsenal du CCAG et de grandes difficultés à organiser les constats de carences, et à prouver qu on est en carence. Vu le montant du marché, avec une nécessité de repartir en appel d offres, de reconstituer un dossier d appel d offres avec un point zéro sur le travail effectué et les travaux restants à faire qui nécessitent d être constatés par huissier. Là, nous voyions le compteur approcher les 18 mois. Nous avons donc trouvé un repreneur pour ce peintre, et nous avons contenu le dérapage de l opération à six mois sans avoir une nécessité de résilier son marché. L autre cas, pour une grande opération de logement en Entreprise Générale et en marché privé, le façadier s est trouvé en difficulté. En trois semaines, un nouveau façadier a été choisi alors que la pose avait déjà démarré avec le précédent. 11

12 Les risques de la maîtrise d ouvrage Jean-Pierre STERNHEIM, Président de Rabot Dutilleul Construction Tout d abord, une Entreprise Générale, c est quoi? C est un interlocuteur unique avec des sous-traitants. On établit des calendriers très détaillés, comprenant les commandes qui sont à faire par les différentes entreprises, quand faut-il les faire, on regarde quels sont les moyens qui sont nécessaires en hommes pour faire l opération. Nous introduisons toute une série de données pour permettre le contrôle dans le temps. En outre, on va aussi voir dans les ateliers si les travaux sont en cours, de façon à ne pas se retrouver coincés avec des approvisionnements qui n arrivent pas. Pour des opérations importantes, l Entreprise Générale peut se permettre de faire un découpage géographique des lots. Les risques sont donc minimisés. Les soustraitants sont des partenaires et nous nous efforçons de les aider. Nous surveillons notamment de près leurs paiements. Nous sommes éventuellement capables d assurer du paiement sur approvisionnement contre des certificats de propriété. Nous pouvons aussi faire du paiement pour compte de tiers auprès de fournisseurs ou de sous-traitants. Si une entreprise a des difficultés, nous allons trouver des équipes pour permettre d avancer et ne pas enfoncer l entreprise, et lui mettre encore plus la tête sous l eau. Et si c est nécessaire et qu il faille vraiment arrêter le contrat avec une entreprise qui ne tiendrait pas ses engagements, nous pouvons le faire en quinze jours et non pas en trois ou six mois ou un an, ce qui serait nécessaire pour un maître d ouvrage. Enfin, l Entreprise Générale reste responsable du délai. Qu il y ait défaillance d entreprise sous-traitante ou non, elle reste également responsable du coût. Et surtout, c est souvent une notion que l on oublie, quand il faut changer sur un lot en cours de route une entreprise de second œuvre, se pose le problème du maintien des garanties. Qu est-ce qui a été fait par l un, qu est-ce qui a été fait par l autre? Qu est-ce qui a été complété par l un par rapport à l autre? Là, l Entreprise Générale offre sa propre garantie, le maître d ouvrage est donc complètement sécurisé. Ainsi, l Entreprise Générale résout les problèmes de défaillances. Elle essaye d être proactive en minimisant la casse chaque fois qu elle le peut. 12

13 PREMIERE TABLE RONDE L obtention de la performance Jacques FOURNIER de LAURIERE Nous vivons une révolution forte, une révolution culturelle importante dans la mesure où nous allons de plus en plus passer vers des marchés dits performantiels avec des obligations de résultat en lieu et place juridiquement d obligation de moyens. Par conséquent, nous changeons radicalement la donne. Fondamentalement, le problème est de savoir qui va supporter le risque du résultat. Pour l instant, il faut bien dire qu en termes de réglementation, nous n avons quasiment rien sur ces répartitions à venir de garanties, de responsabilité, etc. En termes de jurisprudence, nous avons des évolutions assez fortes qui marquent incontestablement une aggravation du risque et donc des responsabilités de la maîtrise d ouvrage. Mais incontestablement, on voit dans les premiers contentieux que nous avons sur des gros marchés publics, en particulier sur des performances énergétiques, mais d autres également, que nous avons visiblement les maîtres d ouvrage qui n ont pas complètement compris que là encore il faudrait y mettre un prix, il faudrait y mettre une démarche. Nous avons jugé récemment qu une climatisation défectueuse était de la décennale, c était un bâtiment impropre à sa destination. Nous avons donc des enjeux financiers encore une fois très lourds et manifestement, je crois, mais c est peut-être une opinion un peu pessimiste, que les maîtres d ouvrage n ont pas pour l instant complètement mesuré le changement très profond qu il y a dans l approche juridique et sans doute technique de cette notionlà. Sous la contrainte européenne, nous allons passer à un contrôle des dépenses engagées, c est-àdire le coût final du marché. Et là, nous aurons de très désagréables surprises pour la maîtrise d ouvrage. Marc TOUTIN, Architecte Bureau d Etudes Tribu Lille Nous passons du relatif au mesurable : on avait un positionnement sur les réglementations thermiques, notamment relatives à un objectif, à un référentiel. Désormais, le contrôle s effectue sur du mesurable avec une consommation attendue à la livraison du bâtiment. Sur l énergie par exemple, nous irons de plus en plus vers des engagements sur des consommations globales. Les enjeux sont effectivement de respecter les consommations que l on aura annoncées. Aujourd hui, on est passé du déclaratif aux consommations mesurables. Il y aura dès 2015 un décret qui imposera des mesures de la qualité de l air dans certains bâtiments d enseignement de la petite enfance. Nous allons effectivement mesurer la qualité sanitaire de ce que nous construisons. Plus on isole les bâtiments, plus on les rend étanches. Pour quelle qualité de l air? En réhabilitation, le grand sujet de demain,c est la ventilation des locaux. Tous les bâtiments vont donc être labellisés. 13

14 Les risques de la maîtrise d ouvrage Olivier HAYE, Directeur de l Architecture et de la Construction Gecina La particularité de Gecina est d être une foncière cotée. Près de douze milliards d euros de patrimoine. 80 % de nos développements sont faits sous notre propre maîtrise d ouvrage. Tous nos développements sont labellisés avec les labels : HQE, Leed, Breeam, et avec une notion de performance énergétique. On peut se trouver face à un utilisateur qui, avec des performances moindres que celles qu il espérait, va probablementnous demander une réduction de loyer. Qui dit réduction de loyer dit réduction de valeur de l immeuble. Aujourd hui, on est bien incapable de mettre une valeur sur un immeuble non HQE puisque la base, c est l immeuble labellisé. En résumé, c est un problème de valeur finale ainsi qu un problème d image. Jean-François BOTREL, Directeur du Développement Spie Batignolles Construction 14 La recherche de la performance se passe aussi dans notre Entreprise Générale en tant qu acteur global de l acte de construire, parce que nous délivrons la garantie. Nous travaillons en amont, en partenaire et en collaboration avec tous les acteurs de l acte de construire bien entendu, le maître d ouvrage, l architecte, les bureaux d études et nos partenaires les fournisseurs notamment au niveau de l innovation et nous avons développé dans nos entreprises notre capacité de management de projets, parce que c est bien là que cela se passe. A la réception, l entreprise peut accompagner le maître d ouvrage dans la prise de possession du bâtiment. Et l entreprise, après la réception, est toujours responsable vis-à-vis du maître d ouvrage, lui évitant de se trouver avec une multitude de personnes en face de lui et des difficultés à déterminer qui est le responsable. Entreprise Générale, acteur global : nous avons un engagement sur la performance. Il ne s agit pas que de performance énergétique : on associe le couple énergie et confort d usage. Et je crois que c est aussi là que nos Entreprises Générales peuvent apporter beaucoup au niveau du maître d ouvrage compte tenu des retours d expérience et de leur savoir-faire. Et par conséquent, dans certaines conditions, aller peutêtre jusqu à s engager sur des consommations globales.

15 15

16 SECONDE TABLE RONDE Les enjeux de la maîtrise d ouvrage Alain MAUGARD, Président Qualibat Le secteur du bâtiment est maintenant mûr pour aller jusqu à la performance. le client, l occupant du bâtiment exige d avoir les résultats. Ça change les habitudes. Nous avions, dans ce secteur, qu une obligation de moyens. Pouvons-nous prendre une obligation de performance et de résultat? La performance énergétique au moment de la livraison, c est une sorte de garantie intrinsèque, liée au bâtiment. Et puis après, il faut nous expliquer comment le conduire et au mieux l exploiter. Si l entreprise est chargée aussi de l exploitation elle peut donner une garantie d exploitation qui se rajoute à la garantie de performance intrinsèque avec une batterie de tests assez simples. Je pense que le tripode énergétique, acoustique et ventilation, sera le tripode des performances indispensables et qui sont liées entre elles. Il faut se mettre dans l idée que l ère de l énergie positive est déjà arrivée. Il y a déjà du tertiaire énergie positive, des bureaux énergie positive, il y aura des logements à énergie positive. Philippe PELLETIER, Président du Plan Bâtiment Lefèvre Pelletier & Associés 16 Il est parfaitement clair que nous sommes dans une approche tout à fait globale pour l enjeu du développement durable. Celui-ci ne se résume pas à l écologie sans le social et sans l économie. Parler de la conception d un bâtiment, de sa réalisation sans évoquer l exploitation et la maintenance, ça devient des idées courtes à partir du moment où il y a ce fil conducteur qui est la performance du bâtiment. La performance énergétique du bâtiment s appréciera à travers l usage que l on donnera au bâtiment. En d autres termes, on était hier dans une série de photos, on

17 SECONDE TABLE RONDE La maîtrise du coût global est entrés dans une période où il faut gérer le film, c est-à-dire s inscrire dans la durée. Le coût global participe de cela puisqu il revient à dire que si le bâtiment entraîne des consommations moindres, le coût d investissement peut sans doute être supérieur dès lors que l on raisonne en liant le coût de l investissement et le coût de l exploitation. Voilà, le coût global, c est la résultante de cette approche globale du chantier et de la vie du bâtiment. Cette approche nouvelle avec des exigences de qualité supplémentaire, ça peut être une révolution tranquille, à la fois dans l intérêt de la demande les ménages pour lesquels on construit ou on rénove mais aussi de l offre de services dans toutes ses composantes parce qu elle y trouvera une rigueur accrue, un professionnalisme meilleur, à mon sens, des garanties mieux maîtrisées lorsque ce mouvement sera lancé. Et donc, l approche globale du chantier s impose parce que le résultat sera unique et donc, conduira à grouper tous les intervenants. La «conception, réalisation, exploitation, maintenance», issue du décret d août 2011, rend possible cette approche globale qui est la bonne solution. Pour l essentiel de l activité sur l existant, j ai un seul mot : contrat de performance énergétique. Dire : «moi, maître d ouvrage, j achète à l entreprise une performance», c est une grande nouveauté et c est, à mon sens, d une grande efficacité pour tout le monde. Un grand bailleur social de Seine-Maritime a mené sur un parc identique une double expérience en marché de travaux ordinaire et en contrat de performance énergétique. La performance énergétique est deux fois meilleure en CPE qu en marché ordinaire. Mais ce qui m a surpris c est que le coût du CPE a été moindre que le coût des marchés de travaux. En d autres termes, on a allié l efficacité pour le maître d ouvrage et l efficacité de la part de l entreprise qui a produit un résultat tout à fait satisfaisant, le tout dans une économie maîtrisée. 17

18 Les enjeux de la maîtrise d ouvrage Bruno MAROTTE, Directeur Rénovation Energétique Bouygues Bâtiment Ile-de-France Les conceptions réalisations permettent de produire des logements moins chers, c est ce que dit l USH et ce que nous observons tous les jours sur le marché. Nous sommes plus intelligents à quatre autour de la table les concepteurs, architectes et bureaux d études et les mainteneurs et tout le monde en ressort assez grandi, sous réserve, et c est ce qui se passe d ailleurs, que le travail soit fait dans le respect de la profession des autres et qu évidemment il n y en ait pas un qui écrase les autres. La légitimité de l Entreprise Générale réside dans la valeur ajoutée qu elle apporte, à savoir la capacité à gérer un projet d un point de vue organisationnel. Elle sait justement animer ce dialogue entre les nouveaux acteurs et diriger le projet dans son ensemble. Et puis je pense que nous avons aussi développé un véritable engagement énergétique puisque l un des avantages de l offre globale et du CREM, c est une véritable garantie d économie d énergie dans le cadre de la rénovation. Et ça, nous l avons développé notamment par le pilotage de la performance énergétique et le commissionnement. 18

19 SECONDE TABLE RONDE Bouygues a réalisé le CPE de Logirep à Vitry-sur-Seine sur 230 logements en rénovation. Aujourd hui, nous arrivons à la fin du chantier, avec des premiers résultats qui sont très bons. Film L opération du CPE de Vitry vise une diminution d énergie de 40 %. C est un projet de 231 logements en milieu occupé, dans lequel nous réalisons des travaux de remplacement de tout ce qui est appareillage de plomberie, mise aux normes électriques, portes palières. Des travaux sur l enveloppe par la mise en place d isolation sur la terrasse, sur les façades, flocage sur la totalité du plancher haut du rez-de-chaussée et mise en place des panneaux solaires d une surface de 250 mètres carrés. Le projet doit répondre au label BBC-Effinergie rénovation. A la fin du chantier, nous réaliserons un contrôle des consommations réelles du chantier : si elles ne sont pas respectées, nous aurons des pénalités qui correspondent à peu près à 35 euros du kilowatt/heure par mètre carré par an. Au point de vue de la communication, il y a sur place un responsable locataires qui gère toutes les interfaces entre les travaux et les locataires. Ce sera du gagnant-gagnant. La responsabilité sociétale Jamila BENBOUYA, Directrice du Développement social et urbain Valophis Habitat DDS Valophis Habitat est un bailleur social logements et notre patrimoine est implantée pour 50 % en ZUS, zone urbaine sensible ou quartiers politiques de la ville. Les enjeux sont importants compte tenu de notre mission de bailleur social : nous sommes à la croisée des enjeux sociaux, économiques et environnementaux. Il y a donc un enjeu axé sur l insertion des publics qui résident dans nos quartiers. En fait, nous avons utilisé la clause du mieuxdisant social dans les années L ANRU a mis en place un dispositif qui a permis de professionnaliser les acteurs de l insertion par l économique et d améliorer les relations entreprises/structures d insertion par l activité économique. Nous avons mis en place des ateliers et des chantiers avec des salariés en insertion qui, après une formation, ont sensibilisé nos locataires aux économies de charges. Par conséquent, comment faire des économies d eau et des économies d électricité? Au niveau des entreprises, le partenariat se passe plutôt bien avec les Entreprises Générales. Parce que l entreprise aussi investit dans la formation des salariés en parcours. 19

20 Les enjeux de la maîtrise d ouvrage Jean-Baptiste BOUTHILLON, Président Directeur Général Paris-Ouest Construction Effectivement, le but de l insertion, c est de réussir et de conserver le collaborateur. Donc, dans notre entreprise, nous travaillons quasi exclusivement soit en CDI, soit dans des contrats de professionnalisation au travers du GEC en Ile-de-France pour Paris Ouest Construction. Parce qu il ne s agit pas de faire des heures pour faire des heures, il s agit surtout de ramener des personnes vers un emploi durable. C est important pour ces personnes. L objectif pour les entreprises, c est de recruter. Jean CARRÉ, Président de la Fédération Nationale des CREPI Film Eiffage Ils sont une soixantaine de jeunes qui, à Marseille, Saint-Étienne, Tours et Bordeaux, se sont engagés dans une formation pour garantir leur accès à l emploi et se construire un avenir durable. Atout BTP offre ainsi à ces jeunes un socle de connaissance des métiers et techniques du BTP en insistant sur le développement durable et en sensibilisant les jeunes à la mobilité géographique.toute la démarche que nous tenons au CREPI, c est d être dans le pragmatisme et de faire des choses concrètes au quotidien. La formation partagée entre théorie et pratique permet aux stagiaires d acquérir rapidement un savoir nécessaire à leur apprentissage et à leur intégration dans des équipes de travail. Cette action nous montre que les CREPI doivent aussi à la fois innover et porter un message de confiance pour construire l avenir ensemble. 20

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

TRANSFORMATION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX EN UN PROJET MIXTE A DOMINANTE LOGEMENT

TRANSFORMATION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX EN UN PROJET MIXTE A DOMINANTE LOGEMENT Courbevoie, le 26 mars 2015 LIVRAISON DU PROGRAMME SKY : TRANSFORMATION D UN IMMEUBLE DE BUREAUX EN UN PROJET MIXTE A DOMINANTE LOGEMENT Philippe JOSSE, Directeur général de Cogedim, présente ce jour l

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL

DISCOURS de Sylvia PINEL Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le mardi 26 mai 2015 DISCOURS de Sylvia PINEL Lancement du nouveau cadre de référence

Plus en détail

Solutions informatiques

Solutions informatiques 1 Solutions informatiques Nos conseils pour la construction 67 68 Pourquoi ce guide? Les délais de construction : une affaire financière, émotionnelle et contractuelle! L aventure de la construction est

Plus en détail

Le Guide de la maison certifiée pour se construire une vie en rose

Le Guide de la maison certifiée pour se construire une vie en rose Le Guide de la maison certifiée pour se construire une vie en rose Nous avons fait construire une maison basse consommation certifiée NF Nous voulions notre maison mais pas à n importe quel prix! Nous

Plus en détail

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008 La conservation, la restauration et l étude du patrimoine en milieu isolé sous les aspects opérationnels dans le cadre d un projet de réalisation (constructions, rénovations, aménagements, équipements

Plus en détail

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine

Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Développement des marchés «Bâtiment Durable» : quels enjeux? Zoom sur deux marchés : France et Chine Lundi 18 avril 2011, de 9h30 à 10h45 Cette réunion permettra de faire un point et d'étudier les perspectives

Plus en détail

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Dossier de presse Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Introduction Le vendredi 26 avril 2013 à 17h à Bobigny Pose de la première pierre du nouveau siège de l Oph 93

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PRESENTATION HISTORIQUE: La société PIBA (Projets, Ingénierie, Bâtiments et Aménagement) est une filiale du bureau d études IBAU) dédiée aux métiers

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA offre une gamme cohérente de savoirs faire en assistance à Maîtrise d Ouvrage, en Maîtrise d Ouvrage Déléguée ainsi qu en pilotage de projets.

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier

DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation des fonds européens 2014-2020 Montpellier Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Seul le prononcé fait foi Paris, le vendredi 14 novembre DISCOURS de Sylvia PINEL Séminaire de lancement de la programmation

Plus en détail

LE MONET SAINT DENIS / 93

LE MONET SAINT DENIS / 93 LE MONET SAINT DENIS / 93 DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE JUIN 2015 LIVRAISON DE L IMMEUBLE DE BUREAUX LE MONET... 2 LE MONET DES BUREAUX à HAUTE VALEUR AJOUTéE ENVIRONNEMENTALE DANS UN NOUVEAU BASSIN DE VIE...

Plus en détail

construisons le lien qui unit logement et emploi 2014 2015 Ensemble,

construisons le lien qui unit logement et emploi 2014 2015 Ensemble, construisons le lien qui unit logement et emploi 2014 2015 Ensemble, Nous mettons le logement au service de l emploi et des entreprises Combien de temps un salarié est-il prêt à consacrer chaque jour pour

Plus en détail

Imaginer, construire & aménager

Imaginer, construire & aménager Imaginer, construire & aménager Le mot du président TBI est un mélange d expériences et de créativité, une histoire connue dans ses métiers, une transformation en cours, reconnue par ses clients, ses fournisseurs,

Plus en détail

Covéa Immobilier. L expertise au service de la valorisation immobilière

Covéa Immobilier. L expertise au service de la valorisation immobilière Covéa Immobilier L expertise au service de la valorisation immobilière L immobilier au sein de Covéa Covéa Immobilier Créé en janvier 2008, Covéa Immobilier mutualise les moyens et les savoir-faire des

Plus en détail

Des réserves d énergies pour coopérer. Denis THIEBAUD

Des réserves d énergies pour coopérer. Denis THIEBAUD Denis THIEBAUD TPE & PME face aux enjeux énergétiques Construction neuve - rénovation Normes Labels Réglementation Innovations Besoin du client potentiel Capacités de réponse? Opportunités de marché 2

Plus en détail

Acheter mieux, respecter l avenir

Acheter mieux, respecter l avenir Le guide de l achat éthique et responsable Acheter mieux, respecter l avenir c est Édito Depuis de nombreuses années, Villeurbanne EST HABITAT prend des engagements forts en matière de développement durable.

Plus en détail

La liste proposée n est pas figée, nous sommes également à l écoute de vos idées!

La liste proposée n est pas figée, nous sommes également à l écoute de vos idées! De nouveaux sujets de fin d études seront proposés tout au long de l année, notamment sur des chantiers en cours qui feront l objet de sujets particuliers (techniques, méthodes, gestion ) La liste proposée

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie un

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Sommaire. éditorial... p3 de Raphaël Slama, Président de l Association QUALITEL. Des réponses pratiques pour améliorer

Sommaire. éditorial... p3 de Raphaël Slama, Président de l Association QUALITEL. Des réponses pratiques pour améliorer Dossier de presse Sommaire éditorial... p3 de Raphaël Slama, Président de l Association QUALITEL Un guide mettant la qualité de l habitat à la portée de tous...p4 > Un guide à double vocation > Accompagner

Plus en détail

Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté

Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté CAHIER PRATIQUE Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté CAHIER PRATIQUE Réhabilitation basse consommation à destination des ménages en difficulté prix : 15 TTC ISBN :

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

Futur siège social du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres

Futur siège social du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres Futur siège social du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres > Dossier de presse Pose de la première pierre du futur siège social du Crédit Agricole Charente-Maritime Deux-Sèvres Vendredi 20 février

Plus en détail

Actes des conférences Cycle Immobilier durable

Actes des conférences Cycle Immobilier durable Actes des conférences Cycle Immobilier durable La garantie des charges : du mythe à la réalité Débat animé par Julie NICOLAS, Journaliste à la rubrique technique et chantier du Moniteur TPB Vendredi 5

Plus en détail

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC

Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC Chantier-Formation PARTENARIAT ENTRE UNE ENTREPRISE PRIVÉE ET 2 STRUCTURES D INSERTION POUR LA RÉPONSE À UNE CLAUSE ART.14 DANS UN MARCHÉ PUBLIC LOCALISATION : Quartier des bassins à Cherbourg-Octeville

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

Compte-rendu de la Table Ronde «Comment et pourquoi innover?» Assemblée Générale du 20 mai 2014 ENSAP Bordeaux

Compte-rendu de la Table Ronde «Comment et pourquoi innover?» Assemblée Générale du 20 mai 2014 ENSAP Bordeaux Compte-rendu de la Table Ronde «Comment et pourquoi innover?» Assemblée Générale du 20 mai 2014 ENSAP Bordeaux Intervenants : Alain DENAT, pôle CREAHd Ferran YUSTA GARCIA, ENSAP Bordeaux Gérard LIBEROS,

Plus en détail

Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux

Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux Intervention d'anne-marie SACQUET, directrice générale du Comité 21, à la plénière d'ouverture : Les grands enjeux Les grands enjeux de la vie durable Pour les grands enjeux de la vie durable, je vais

Plus en détail

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Madame la Ministre, chère Valérie, Monsieur le député Anciaux, Madame la présidente

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise Article paru dans la revue de l Association des Directeurs de Comptabilité et de Gestion, décembre 2007. Management de transition Une réponse au besoin de sécuriser l organisation financière de l entreprise

Plus en détail

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com L indemnisation des risques liés au travail Colloque Sinistres du 10 Mars 2011 Le 10 Mars 2011, à l initiative

Plus en détail

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en

ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE. récupération d énergie. 100% des besoins en ECO-QUARTIER «CAP AZUR» CHAUFFER, FOURNIR EN EAU CHAUDE ET RAFRAÎCHIR AVEC DE L ENERGIE RECUPERÉE RESEAU DE CHALEUR DE L ECO- QUARTIER «CAP AZUR» A ROQUEBRUNE-CAP-MARTIN : Un réseau de chaleur innovant,

Plus en détail

ALPS MANAGEMENT + PARTNERS

ALPS MANAGEMENT + PARTNERS 2 / 12 Le Hameau 10, rue de la Bérarde Case Postale 30 CH 1936 Verbier SWITZERLAND T +41 27 771 28 62 info@alpsmanagement.ch 3 / 12 Créée le 26 mars 2012 sous l impulsion de François Besson et Vincent

Plus en détail

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES

LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES Socateb, expert en traitement de façades. SOCATEB, ACTEUR DU SALON DE LA COPROPRIÉTÉ LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE, UN ENJEU ESSENTIEL POUR LES COPROPRIÉTAIRES DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2015 Le mot du Président

Plus en détail

Fédération des Services Énergie Environnement. Les éléments essentiels DU CONTRAT de performance énergétique - CPE - appliqué aux bâtiments

Fédération des Services Énergie Environnement. Les éléments essentiels DU CONTRAT de performance énergétique - CPE - appliqué aux bâtiments Fédération des Services Énergie Environnement Les éléments essentiels DU CONTRAT de performance énergétique - CPE - appliqué aux bâtiments SOMMAIRE 1 2 3 4 Objet du CPE... 3 Eléments essentiels du CPE...

Plus en détail

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012

Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France. Synthèse Juillet 2012 Etat des lieux et potentiel de développement du solaire thermique en Ile-de-France Synthèse Juillet 2012 RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS Réalisation d une étude sur le solaire thermique (STH) en IdF

Plus en détail

Maison. Solidarité. de la COMMUNIQUE DE PRESSE ORTHEZ AQUITAINE

Maison. Solidarité. de la COMMUNIQUE DE PRESSE ORTHEZ AQUITAINE COMMUNIQUE DE PRESSE Maison de la Solidarité ORTHEZ AQUITAINE La MSD d Orthez vient de recevoir la certification HQE, la Labellisation BBC et le passeport International Bâtiment Durable C est le premier

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management et ingénierie des entreprises de façades de l Université d Evry-Vald Essonne - UEVE Vague E 2015-2019

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

CONVENTION Entre LE CONSEIL GENERAL DE LA NIEVRE. Et LA CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT REGION BOURGOGNE - SECTION NIEVRE

CONVENTION Entre LE CONSEIL GENERAL DE LA NIEVRE. Et LA CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT REGION BOURGOGNE - SECTION NIEVRE CONVENTION Entre LE CONSEIL GENERAL DE LA NIEVRE Et LA CHAMBRE DE METIERS ET DE L ARTISANAT REGION BOURGOGNE - SECTION NIEVRE «ACTION FILIERE BATIMENT ET TRAVAUX PUBLICS» ENTRE LES SOUSSIGNES Le Conseil

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

La certification du logement: quelle contribution à la qualité de la construction? Antoine DESBARRIERES SID ETP Experts 20 mars 2013

La certification du logement: quelle contribution à la qualité de la construction? Antoine DESBARRIERES SID ETP Experts 20 mars 2013 La certification du logement: quelle contribution à la qualité de la construction? Antoine DESBARRIERES SID ETP Experts 20 mars 2013 Programme de l intervention La certification du logement : quelle contribution

Plus en détail

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION ARCHITECTURE, TERRITOIRES & DEVELOPPEMENT DURABLE

MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION ARCHITECTURE, TERRITOIRES & DEVELOPPEMENT DURABLE MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION OFFRE DE FORMATION CONTINUE 2014 ARCHITECTURE, TERRITOIRES & DEVELOPPEMENT DURABLE L ENSAPL organise depuis plus de 12 ans une formation «Architecture, Territoire

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages

APPRENTISSAGE. Dossier de presse juillet 2014. L APPRENTISSAGE, que d avantages Dossier de presse juillet 2014 L APPRENTISSAGE, que d avantages Sommaire Introduction : l apprentissage 3 Quelques chiffres 3 Les enjeux 3 Un dispositif plus simple, plus sécurisé, mieux financé 3 1. Pourquoi

Plus en détail

Zéro énergie, le nouveau défi du bâtiment

Zéro énergie, le nouveau défi du bâtiment Zéro énergie, le nouveau défi du bâtiment Analyse de l APERe, rédigée par Jean Cech et Christophe Haveaux Version du 10/10/2013 D ici le 1 er janvier 2021, toutes les nouvelles constructions en Europe

Plus en détail

Entreprise : SOGEA Bretagne / GTB Construction. Projet : Construction de l hôpital du SCORFF de Lorient

Entreprise : SOGEA Bretagne / GTB Construction. Projet : Construction de l hôpital du SCORFF de Lorient Entreprise : SOGEA Bretagne / GTB Construction Projet : Construction de l hôpital du SCORFF de Lorient Introduction Ce mardi 20 Octobre 2009, nous avons eu la chance de visiter le chantier de l hôpital

Plus en détail

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER

CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER CHANGEMENT CLIMATIQUE ET ENERGIE: UN NOUVEAU PARADIGME POUR L IMMOBILIER Jean Carassus Professeur à l Ecole des Ponts ParisTech Consultant jean.carassus@immobilierdurable.eu 1/ Comment l immobilier est

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

EDF Collectivités engagé à vos côtés au service du logement social

EDF Collectivités engagé à vos côtés au service du logement social EDF Collectivités engagé à vos côtés au service du logement social 1ED1021_PlaquetCollect_210X297.indd 1 14/09/10 11:11 Avec l ouverture du marché, EDF a profondément évolué. La production et la commercialisation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014

DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2014 Energies renouvelables : je m équipe en 2015! Tout savoir pour réussir son projet : RGE, aides et qualifications Loi de transition énergétique, plan national de rénovation

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

Construire sa maison bois en toute sécurité

Construire sa maison bois en toute sécurité Construire sa maison bois en toute sécurité Faire le choix d une maison bois, c est opter pour une maison performante, confortable et pérenne. C est également faire un geste pour l environnement, en utilisant

Plus en détail

entreprises générales de Les engagements l entreprise générale en matière sociale et sociétale

entreprises générales de Les engagements l entreprise générale en matière sociale et sociétale entreprises générales de france BTP Les engagements de l entreprise générale en matière sociale et sociétale 1 Sommaire Introduction............. page 3 Les engagements sociaux...................... pages

Plus en détail

EXPÉRIENCES TRANSFORMATION LOGICIELLE

EXPÉRIENCES TRANSFORMATION LOGICIELLE EXPÉRIENCES TRANSFORMATION LOGICIELLE Innovation : les éditeurs peuvent-ils encore suivre le rythme? 10 éditeurs de logiciels partagent leur vision sur leurs enjeux actuels d innovation et témoignent de

Plus en détail

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement

PIBA. Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement PIBA Projets et Ingénierie du Bâtiment & Aménagement 14 12 28 10 PIBA offre une gamme cohérente de savoirs faire en assistance à Maîtrise d Ouvrage, en Maîtrise d Ouvrage Déléguée ainsi qu en Pilotage

Plus en détail

SYNTHESE DE L ATELIER DU 17/10/14 Conduite de changement technique et QVT- intégrer le travail, un jeu d enfants?

SYNTHESE DE L ATELIER DU 17/10/14 Conduite de changement technique et QVT- intégrer le travail, un jeu d enfants? SYNTHESE DE L ATELIER DU 17/10/14 Conduite de changement technique et QVT- intégrer le travail, un jeu d enfants? Sommaire : 1. Introduction ARAVIS et Pascal Beguin, IETL p 2 2. Synthèse des échanges en

Plus en détail

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018)

Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Plan triennal de mobilisation pour les copropriétés fragiles et en difficulté (2015-2018) Les copropriétés dans leur diversité 1. un petit immeuble datant du moyen âge (15 ème siècle), en pans de bois,

Plus en détail

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011

Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 Contrat de plan régional de développement des formations professionnelles mars 2011 S SECTORIELLES Les partenaires professionnels des contrats d objectifs bretons ont contribué à la préparation du CPRDF.

Plus en détail

LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT

LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT LA FORMATION EST-ELLE RÉELLEMENT AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES? OBJECTIFS - ENQUÊTE NATIONALE DANS LES ENTREPRISES Mesurer le développement des compétences dans les entreprises et son impact

Plus en détail

SITUATION DE LA RÉSIDENCE

SITUATION DE LA RÉSIDENCE SITUATION DE LA RÉSIDENCE Les avantages d une vie proche de la nature avec un accès rapide au cœur de la cité. LYON, alliance parfaite entre tradition et modernité Lyon, classée au patrimoine mondial de

Plus en détail

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE École nationale supérieure d architecture Montpellier PASSEPORT POUR LA MISE EN SITUATION PROFESSIONNELLE -MSP- HABILITATION DE L ARCHITECTE DIPLÔMÉ D ÉTAT À EXERCER LA MAITRISE D ŒUVRE EN SON NOM PROPRE

Plus en détail

Synthèse du rapport du Pr William Dab sur la formation des managers et ingénieurs en santé au travail

Synthèse du rapport du Pr William Dab sur la formation des managers et ingénieurs en santé au travail - Synthèse du rapport du Pr William Dab sur la formation des managers et ingénieurs en santé au travail Remis à Valérie Pécresse, Ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche et à Xavier Bertrand,

Plus en détail

COMMENT DEVENIR RGE RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT?

COMMENT DEVENIR RGE RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT? GUIDE POUR LES ENTREPRISES DU BÂTIMENT JUILLET 2015 COMMENT DEVENIR RGE RECONNU GARANT DE L ENVIRONNEMENT? SOMMAIRE 1. QU EST-CE QUE LA MENTION RGE? 2. POURQUOI OBTENIR LA MENTION RGE? Page 04 Page 06

Plus en détail

Grenelle de l Environnement ; Êtes-vous prêts? Résultats de l étude menée par ARCENE et l Observatoire du BTP Basse-Normandie

Grenelle de l Environnement ; Êtes-vous prêts? Résultats de l étude menée par ARCENE et l Observatoire du BTP Basse-Normandie Grenelle de l Environnement ; Êtes-vous prêts? Résultats de l étude menée par ARCENE et l Observatoire du BTP Basse-Normandie Octobre 0 Généralités Objectifs de l étude Les orientations du Grenelle de

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION

GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS DE RECHERCHE ET D INNOVATION Colloque FutuRIS du 21 juin 2007 QUELLES PERSPECTIVES POUR UN SYSTÈME FRANÇAIS de RECHERCHE et d'innovation en MUTATION? GOUVERNANCE ET AUTONOMIE DES UNIVERSITÉS ET CONSEQUENCES SUR LE SYSTÈME FRANÇAIS

Plus en détail

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement PREMIER MINISTRE Service Communication Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement Paris, jeudi 26

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE CHAPITRE 1 Le cadre général du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE Cinq intervenants ou groupe d intervenants peuvent être distingués. A Le maître de l ouvrage Le maître de l ouvrage (ou maître d ouvrage)

Plus en détail

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi?

LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? LANCEMENT DU GUIDE Entrepreneur responsable, pourquoi pas moi? Vendredi 23 septembre 2011 à Bordeaux Dossier de presse de la Fédération Nationale des CREPI Contact presse : Guillaume BENOIT 06 19 47 37

Plus en détail

Sommaire. P.3 : La différence MCA Résumée par Serge Melchiorre, Président fondateur du groupe MCA

Sommaire. P.3 : La différence MCA Résumée par Serge Melchiorre, Président fondateur du groupe MCA Dossier de Presse 1 Sommaire P.3 : La différence MCA Résumée par Serge Melchiorre, Président fondateur du groupe MCA P.4 : 27 ans d expérience dans le secteur de la construction de maisons individuelles

Plus en détail

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat

Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat Catherine Chini Germain et Alain Yung-Hing Réglez vos litiges sans avocat 2010 ISBN : 978-2-212-54655-2 Partie 1 La justice : comment ça marche? Cet ouvrage a pour vocation de donner des informations pratiques

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

1ère partie : PRÉSENTATION DE LA RÉHABILITATION ENERGÉTIQUE DU QUARTIER CROIX DU SUD À REIMS DANS LE CADRE DE L ANRU

1ère partie : PRÉSENTATION DE LA RÉHABILITATION ENERGÉTIQUE DU QUARTIER CROIX DU SUD À REIMS DANS LE CADRE DE L ANRU Les visites seront assurées en bus et selon les séquences proposées ci-dessous : Mercredi 4 Février 1ère partie : PRÉSENTATION DE LA RÉHABILITATION ENERGÉTIQUE DU QUARTIER CROIX DU SUD À REIMS DANS LE

Plus en détail

Formations. Transition énergétique

Formations. Transition énergétique Formations Transition énergétique Se former à la transition énergétique Anticipez les mutations de votre métier et les attentes de vos clients et prospects en vous formant dès aujourd hui aux enjeux de

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

Les labels : lesquels? pour qui? pourquoi?

Les labels : lesquels? pour qui? pourquoi? Les labels : lesquels? pour qui? pourquoi? Débat animé par Julie NICOLAS, Journaliste rubrique technique et chantier TPB LE MONITEUR Vendredi 6 Décembre 2013 Intervenants : Jacqueline FAISANT, Président

Plus en détail

Chargé d affaires PA 4700 PERSONNEL CONCERNÉ

Chargé d affaires PA 4700 PERSONNEL CONCERNÉ Chargé d affaires PERSONNEL CONCERNÉ Conducteur de travaux, Chargé d'affaires ayant moins de 5 années d'expérience dans la fonction et toute personne amenée à devenir Chargé d affaires. Mise à niveau du

Plus en détail

Construction de maisons individuelles. LA maison minérale. Le choix raisonné! BÉTON - BRIQUE - CIMENT - MORTIER - PIERRE NaTUREllE - PROdUITs EN BÉTON

Construction de maisons individuelles. LA maison minérale. Le choix raisonné! BÉTON - BRIQUE - CIMENT - MORTIER - PIERRE NaTUREllE - PROdUITs EN BÉTON Construction de maisons individuelles LA maison minérale Le choix raisonné! BÉTON - BRIQUE - CIMENT - MORTIER - PIERRE NaTUREllE - PROdUITs EN BÉTON La maison minérale le choix raisonné Les atouts de la

Plus en détail

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE

1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE 1ERE PARTIE : CADRE JURIDIQUE DES ENTREPRISES DE PROMOTION IMMOBILIERE Références juridiques : La promotion immobilière est régie par la loi n 90-17 du 26 février 1990, portant refonte de la législation

Plus en détail

Droit immobilier Environnement industriel Juillet 2013 Décembre 2013 1.1 CHARTE POUR L EFFICACITE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS TERTIAIRES

Droit immobilier Environnement industriel Juillet 2013 Décembre 2013 1.1 CHARTE POUR L EFFICACITE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS TERTIAIRES Droit immobilier Environnement industriel Juillet 2013 Décembre 2013 I. DROIT IMMOBILIER 1. TEXTES 1.1 CHARTE POUR L EFFICACITE ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS TERTIAIRES La Ministre de l Egalité des Territoires

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

05 AMIANTE : SCÉNARIO DE CRISE

05 AMIANTE : SCÉNARIO DE CRISE Un incendie se déclare dans une résidence Hlm amiantée Un incendie se déclare dans une résidence Hlm construite avant 1997. Le bailleur doit alors anticiper les risques liés à l amiante vis-à-vis des différents

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7

Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Comité consultatif sur la copropriété Chambre des notaires du Québec 1801, avenue McGill College, bureau 600 Montréal (Québec) H3A 0A7 Mémoire de l OAQ Mai 2012 INTRODUCTION Présentation de l Ordre des

Plus en détail

Les Villas Sérès La Chapelle d Armentières/ 59. Maison ossature bois. Et si vous découvriez ses avantages

Les Villas Sérès La Chapelle d Armentières/ 59. Maison ossature bois. Et si vous découvriez ses avantages La Chapelle d Armentières/ 59 Maison ossature bois Et si vous découvriez ses avantages? Un confort de vie contemporain à 15 minutes de Lille Avec leurs bardages en bois, les Villas Sérès proposent une

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail