Sténogrammes des séances du conseil municipal Année 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sténogrammes des séances du conseil municipal Année 2014"

Transcription

1 Sténogrammes des séances du conseil municipal Année 2014 Dates Lundi 27 janvier Février Samedi 29 mars Remarques Budget primitif Pas de conseil municipal Installation du nouveau conseil municipal Mercredi 16 avril Lundi 26 mai Vendredi 20 juin Lundi 30 juin Séance extraordinaire Compte administratif Lundi 22 septembre Lundi 20 octobre Lundi 17 novembre Lundi 15 décembre Débat d'orientation budgétaire

2 COLMAR STENOGRAMME 54 ème Séance du 27 janvier 2014 CONSEIL MUNICIPAL

3 M. le Maire MEYER : Mesdames, messieurs, mes chers collègues, j ouvre cette séance du Conseil Municipal. Je dois présenter quelques excuses : Mme RABIH et Mme DETTLOFF donnent respectivement pouvoir à votre serviteur et à Mme JACQ. J excuse également Mme DOLLE. Nous avons à désigner le secrétaire de séance et son adjoint. La cadette de la Municipalité est toujours disponible ; personne n est contre. Elle aura le Directeur Général des Services comme adjoint. Y a-t-il d autres propositions? Ce n est pas le cas. Les deux sont installés. J ai à vous soumettre le procès verbal de la réunion du 9 décembre : fait-il appel à des observations? Ce n est pas le cas. Qui l approuve? Qui s y oppose? Abstentions? Le procès verbal est approuvé. Vous avez le rappel des arrêtés pris par délégation du Conseil Municipal du 1 er novembre au 31 décembre 2013 ainsi que les marchés, ce qui correspond aux points n 3 et n 4. N ayant pas de communication, je donne tout de suite la parole à l adjoint de ressort pour le budget. 5. Budget Primitif M. le Maire laisse la parole à M. l Adj. JAEGY pour présenter le rapport. M. l Adj. JAEGY : Merci, M. le Maire. Bonsoir, mes chers collègues. Nous vous proposons de parcourir ensemble, comme lors de la commission des Finances, quelques graphiques et tableaux de synthèse qui permettent de bien resituer les grandes masses de notre budget primitif 2014 et les évolutions par rapport aux années précédentes. M. l Adj. JAEGY procède à présent à la présentation technique du budget à l aide d une projection. M. le Maire MEYER : Merci, M. l Adjoint. Pour que la discussion soit plus ouverte, au lieu de prendre la parole en introduction je complète ce qui vient d être dit par M. l Adjoint avec quelques explications. Si je me réfère à son propos, vous avez pu relever que nous arrivons à un budget global encore jamais atteint de 198 millions d'euros avec trois options : la maîtrise de nos charges de fonctionnement, la non-augmentation de la fiscalité et le soutien à l activité économique sur notre territoire. Ces trois options reposent sur les axes suivants : conforter le positionnement du territoire avec la Communauté d'agglomération ; donner une activité renforcée à la Ville par des projets phares ; renforcer lesdits projets avec un développement de proximité vis-à-vis des Colmariens pour faire encore mieux que ce que nous avons fait jusqu à maintenant, avec quelques mesures de sécurité vis-à-vis des habitants, et enfin promouvoir le développement solidaire. En effet, par - 1 -

4 les temps qui courent, nous ne pouvons pas oublier les Colmariens qui sont en difficulté et font appel à l aide de la Ville. Cela étant dit en introduction, je reviens sur les propos de M. l Adjoint, non pas d une année sur l autre, mais sur une tranche d années, à savoir les 6 années de l actuel mandat dont c est la dernière séance, soit Le tableau n 2 présente en bleu l évolution des dépenses et en jaune l évolution des recettes. Si vous regardez cette évolution, vous constaterez que nous sommes arrivés à nous préserver de l effet ciseau, c'est-à-dire lorsque les dépenses augmentent plus vite que les recettes. Or, vous voyez sur ce graphique que les recettes augmentent trois fois plus vite que les dépenses : en effet, la différence entre 78 millions d'euros et 88 millions d'euros est de 10 millions d'euros et la différence entre 74 millions d'euros et 77 millions d'euros est de 3,2 millions d'euros. Ainsi, les recettes ont augmenté trois fois plus par rapport aux dépenses. Cela a un côté plus que positif. Lorsque je rencontre mes collègues maires du groupe des communes de Colmar, je constate que c est le contraire, à savoir que les dépenses augmentent plus rapidement que les recettes. Nous sommes donc arrivés à préserver l essentiel. Nous continuons avec le tableau n 3 qui présente les dépenses réelles de fonctionnement en bleu et le constat à travers le compte administratif. Vous voyez ainsi que pour l année 2013, nous sommes près de 2 millions d'euros en retrait par rapport aux prévisions. Malgré les prévisions assez justes au départ, nous sommes arrivés à mieux faire au cours de l année puisque nous avons 1,8 million d'euros d excédent, lesquels sont intégrés dans les 7,7 millions d'euros comptabilisés dans le projet de budget Sur le tableau suivant, nous constatons que c est la première fois que nous arrivons à un tel résultat d autofinancement. Nous disons toujours que nos projets d équipements sont financés à hauteur de 3 tiers : un tiers d emprunts, un tiers d autofinancement et un tiers de partenariat. Vous vous apercevez que l autofinancement pour 2014 est de 40 %, taux encore jamais atteint. Par rapport à 2013, cela fait 4 millions d'euros de plus. En effet, nous étions à 34 % en 2013 et nous sommes, à quelques détails près, à 40 % en 2014 : nous passons de 18,6 millions d'euros l année dernière à 22,6 millions d'euros en 2013, soit un mieux de 4 millions d'euros. On dit toujours que nous agitons les manches en annonçant des chiffres, notamment un budget d investissement de 60 millions d'euros. Regardons les taux de réalisation : la courbe qui apparaît ici montre que nous étions mauvais en 1997 et 2005, mais qu à partir de 2005, nous ne sommes jamais passés en dessous de 70 % pour plafonner à 83,37 % en Le compte administratif n est pas encore examiné, mais c est le résultat des écritures telles qu elles apparaissent. Nous étions ainsi à 83,37 % en 2013, à 81,60 % en 2012 et à 84 % en Je sors d un conseil d administration du service départemental d incendie où la note d orientations budgétaires nous était présentée avec un taux de réalisation 2013 de 57 %. Vous voyez la différence entre notre façon de faire et celle des autres! Tout cela résulte d une stratégie, d une tactique. Dans la mesure où nous demandons des impôts à nos contribuables, ceux-ci savent que l argent est utilisé et n est pas reporté. Si vous faites la différence, la moyenne est de 51 millions d'euros de 1997 à 2013, ce qui est vraiment remarquable. Nous continuons avec le tableau n 8 qui décompte ce que représente l évolution fiscale par rapport à - 2 -

5 l évolution du coût de la vie. Nous nous rendons compte qu entre l évolution de l inflation à 17,2 % sur la période , les taux n ont augmenté que de 8,4 %, soit une différence de 8,8 points. Cela a laissé une économie dans la poche du contribuable de 2,211 millions d'euros puisque nous étions à la moitié de l évolution de l inflation que nous n avons pas suivie. Nous avons fait beaucoup mieux par rapport à nos engagements. Comme vient de le relever l adjoint de ressort, nous maintenons les taux fiscaux de 2013 pour l année Toutefois, il faut voir ce que donne l évolution des bases : celle des bases physiques est de 2 % et celle des bases nominales de 0,90 %, ce qui donne un produit de euros. J ajoute que cette plusvalue fiscale est totalement absorbée par une diminution des recettes de l Etat, laquelle est de euros. Ainsi, l augmentation des recettes fiscales nous permet tout juste de compenser la diminution des dotations de l Etat. Nous continuons avec le tableau concernant l eau et l assainissement : vous avez les tarifs qui se dégagent avec l exemple de ces quelques communes qui accusent des sommets jusqu à 4,28 euros alors que Colmar est à 2,90 euros. Si vous faites la différence par rapport à la moyenne, c est une moins-value de 61 euros par foyer sur la base de 120 m 3, consommation officielle. S il y a lieu de faire la comparaison par rapport au tarif le plus élevé, le différentiel est de 165 euros par foyer. Je termine avec deux ou trois explications : si nous prenons la fiscalité locale par rapport au taux moyen par habitant de 2008 à 2013, c'est-à-dire les 6 années de l actuel mandat, c est entre 8 et 9 millions d'euros par an que nous laissons dans la poche des contribuables. Il faut y ajouter le différentiel pour les redevances qui est de 3,164 millions d'euros, soit un total de près de 11,5 millions d'euros. Sur l application des différents taux concernant la taxe d enlèvement des ordures ménagères, la Communauté d'agglomération de Colmar est à 7,95 % avec des pointes jusqu à Ajaccio qui est la ville la plus chère. Par rapport à la moyenne, nous faisons une économie très substantielle avec moins d un million d'euros et, par rapport au taux maximum, l économie est de 4,2 millions d'euros. Nous avons également parlé des emprunts : selon cette courbe, notre capacité de remboursement des emprunts était en 2001 de 5,04 années et de 3 années en 2013 malgré tous les investissements réalisés et tous les emprunts engagés. Les emprunts ont été engagés en fonction de cette stratégie qui nous permet de ne pas aller au-delà d une certaine durée de remboursement. Pour fin 2013, nous sommes à 3 années et nous ne dépasserons pas 4,5 années malgré tous les investissements à venir et prévus pour l année C était ce que j avais à vous dire. Naturellement, nous sommes à votre entière disposition pour prolonger, en fonction des questions qui seront posées. Merci pour ces quelques instants d attention. Comme il n y a pas d intervention, je soumets le budget au vote : qui l approuve? Qui s y oppose? Abstentions? Le rapport est approuvé avec 3 oppositions et 6 abstentions. Nous sommes presque frustrés! - 3 -

6 6. Autorisations de programme et crédits de paiement Budget Primitif M. l Adj. JAEGY, rapporteur, présente le rapport et propose au Conseil de l adopter. M. le Maire MEYER : M. WAGNER. M. WAGNER : J ai appuyé sur la mauvaise touche avec toutes mes excuses. M. le Maire MEYER : Mais il n y a pas lieu de s excuser. Je salue la politesse M. WAGNER : On est entre gens de bonne compagnie Sur ce rapport relatif aux autorisations de programme, je voulais intervenir à propos du musée Unterlinden. En effet, concernant ce grand chantier, je suis tout de même un petit peu surpris de la part d un bon gestionnaire. Je rappelle que la bonne gestion est une normalité pour moi et je ne reviendrai pas sur ce que j ai dit lors des précédents conseils municipaux. M. le Maire MEYER : Il s agit d une normalité colmarienne. M. WAGNER : C est une normalité tout court. Je suis surpris lorsque je vois les montants, car dans le montant de l autorisation de programme concernant le musée, nous avons environ 31,8 millions d'euros pour le musée proprement dit, pratiquement un million d'euros pour l Office de Tourisme, et 3,4 millions d'euros pour les monuments historiques, soit un total de près de 36 millions d'euros. A cela, s ajoutent les espaces extérieurs pour un montant de 6 millions d'euros. Nous avons ainsi des autorisations de programme ouvertes pour 42 millions d'euros. J ai ressorti le rapport du 5 novembre 2007 où vous présentez le projet concernant la restructuration de ce musée : le coût d objectif de l ensemble de l opération, incluant les travaux financés au titre des monuments historiques, est estimé à 21 millions d'euros HT. Cela comprend le coût des travaux et des honoraires pour le musée Unterlinden, le bâtiment des bains, l espace de liaison et l Office de Tourisme. Nous parlons donc à peu près de la même chose. Il faut toujours comparer ce qui est comparable, je pense que vous êtes d'accord avec cela. En 2007, il s agissait de 21 millions d'euros alors que nous sommes aujourd'hui à 42 millions d'euros, soit tout simplement le double. Je m interroge : jusqu où souhaitons-nous aller et jusqu où irons-nous? Arriverons-nous à supporter l ensemble des coûts de ce dépassement, près du double? Pour un bon gestionnaire, expliquez-moi comment nous avons pu arriver au double pour ce projet. Nous pouvons également nous interroger sur le coût de fonctionnement et le coût de l entretien. Demain, il faudra pouvoir répondre à ces questions que je vous pose. M. le Maire MEYER : Je pense qu il n y a pas lieu d attendre demain pour répondre à ces questions. Nous répondrons tout de suite. M. DENECHAUD. M. DENECHAUD : Oui, merci. Pour ma part, j ai une petite interrogation : les autorisations de programme pour 2014 me semblent claires. Par contre, pour 2015, je vois la prolongation du projet de requalification paysagère du - 4 -

7 secteur de la Montagne Verte, le gymnase du Grillenbreit et la requalification du secteur Luxembourg. Ce n est pas critiquable, mais je suis quelque peu déçu pour un grand bâtisseur, le Haussmann Colmarien, de ne pas voir plus de grands projets. En effet, c est le moment ou jamais d en parler. Seront-ils inscrits plus tard? Avez-vous encore des choses en tête? M. le Maire MEYER : J ai tout en tête, mon cher collègue. (rires) C est un peu amusant de comparer des choses qui ne sont pas comparables. Je m explique : dans la première projection de 21 millions d'euros, la chapelle n était pas comprise. Il s agissait du projet Herzog et de Meuron. La chapelle s est ajoutée, car il s agit d un autre architecte. Intervention d un conseiller inaudible (sans micro). M. le Maire MEYER : Non. Le projet Herzog et de Meuron était estimé à 21,5 millions d'euros auxquels s ajoute le coût des travaux de la chapelle qui n étaient pas prévus dans ce montant. Deuxièmement, ne figurent pas non plus les 6 millions d'euros d aménagements extérieurs. Intervention d un conseiller inaudible (sans micro). M. le Maire MEYER : C est une décision complémentaire. Troisièmement, il faut comparer ce qui est comparable, c'est-à-dire ne pas comparer des chiffes TTC avec des chiffres HT. Les 42 millions d'euros représentent un montant TTC, les 36 millions d'euros c est le montant HT. Or, j ai annoncé à plusieurs reprises au sein de notre assemblée une estimation finale pour l agrandissement du musée, la chapelle et les aménagements extérieurs à 36 millions d'euros HT. Nous y sommes. A cela, il n y a aucune différence et je maintiens aujourd'hui ce que je ne cesse de répéter depuis des mois et des mois. En tant que gestionnaire, j assume le montant annoncé au Conseil Municipal depuis des mois. M. WAGNER. M. WAGNER : Sans vouloir prolonger le débat, je vous accorde la TVA. En revanche, je ne vous accorde pas les aménagements extérieurs qui figuraient bien dans la délibération de la séance du 5 novembre M. le Maire MEYER : Le quai de la Sinn se limitait à la liaison des deux bâtiments et ne portait pas jusqu à hauteur du Monoprix. Nous avons élargi les travaux jusqu à la hauteur du Monoprix, d où le projet complémentaire que nous avons approuvé à part en Conseil Municipal puisque je devais vous solliciter pour avoir votre avis sur le contenu de cet aménagement complémentaire. A l époque, nous étions déjà à 5,5 millions d'euros. Ne peuvent répondre que ceux qui étaient présents autour de la table. M. le Maire MEYER : M. FELDMANN. M. FELDMANN : «Ne peuvent répondre que ceux qui étaient là» : il me semble que nous sommes là assez souvent. Par contre, j ai remarqué que du côté de votre majorité, certains fantômes assistent à nos séances. M. le Maire MEYER : Ce n est pas la question. M. FELDMANN : Ce n est peut-être pas la question, mais il n empêche que si vous aviez appliqué le règlement du Conseil Municipal, certains conseillers - 5 -

8 municipaux auraient dû disparaître de ce conseil depuis longtemps. Ne venez donc pas nous chercher sur la présence ou l absence des conseillers. M. le Maire MEYER : Observez ma démocratie et mon ouverture d esprit. Cela vaut des deux côtés. Le rapport est mis aux voix. Qui l approuve? Qui s y oppose? Abstentions? Le rapport est approuvé avec 3 oppositions. 7. Constitution d un groupement de commandes entre la Ville de Colmar et la Communauté d Agglomération de Colmar pour la fourniture de matériel informatique «ordinateurs et imprimantes». M. l Adj. JAEGY, rapporteur, présente le rapport et propose au Conseil de l adopter. Le rapport est adopté sans discussion. M. le Maire MEYER : Notre collègue Mme UHLRICH-MALLET étant invitée à rencontrer les parents d élèves ce soir encore, je vous propose de prendre le point n 26 dans la foulée. 26. Réforme des rythmes scolaires. Mme l Adj. UHLRICH-MALLET, rapporteur, présente le rapport et propose au Conseil de l adopter. M. le Maire MEYER : Mme GINDENSPERGER. Mme GINDENSPERGER : La réforme des rythmes scolaires, par le décret du 25 janvier 2013, il y a donc un an, met en place une nouvelle organisation de la journée de classe pour les élèves de l école primaire, maternelle et élémentaire réunis. Ce texte réglementaire propose aux communes, soit une application rapide à la rentrée , avec une aide financière, soit un report d un an, à la rentrée , pour permettre aux communes de s organiser. Le Conseil Municipal de Colmar, dans sa majorité, a décidé de repousser l application de ce décret, le 18 février 2013, puis ce même Conseil Municipal a sollicité un report au-delà de 2014, peut-être aux calendes grecques, à la date du 21 octobre Vous nous demandez aujourd hui, M. le Maire, de voter le refus d organiser dans notre ville la réforme des rythmes scolaires, donc de contrevenir à l application, au plus tard à la rentrée 2014, de ce décret. C est un acte illégal pour un décret issu du socle légal régissant le pays. C est un acte grave, et nous ne pouvons évidemment pas voter favorablement votre proposition. Vous utilisez pour ce faire des arguments qui ne peuvent nous convenir : la notion financière apparaît - 6 -

9 comme la première raison de ce refus d application, mais deux paragraphes plus loin, vous mettez en avant la raison essentielle qui serait la prise en compte de l intérêt de l enfant. Il nous manque les raisons de cet intérêt, car la fatigue, M. le Maire, est présente chez toutes les personnes qui ont derrière elles une semaine de travail. Concernant les réticences des uns et des autres, je peux vous affirmer, M. le Maire, que l Education Nationale a traversé maintes réformes qui, toutes, ont soulevé des objections de la part de ses usagers, et qu elles ont été mises en pratique. Par exemple, la suppression du samedi ou mercredi matin, cette 9 ème demi-journée qui doit à nouveau intégrer le cursus primaire, à la rentrée 2008 sans aucun consensus je reprends votre terme, M. le Maire a fait le bonheur des Parisiens, des parents divorcés pour ceux qui récupèrent leurs enfants le vendredi soir, et peut-être des professionnels des loisirs. Cependant, elle a causé bien plus de dommages dans certaines familles, défavorisées ou monoparentales, qui se sont vues prendre leurs enfants en charge quelques heures en moins par l institution la plus qualifiée et les laissant trop souvent désœuvrés. 23 % des communes ont mis en place cette réforme à la rentrée 2013 et les usagers en sont à 83 % plutôt satisfaits. Comme dans toute gestion de moyens humains, des difficultés se présentent. De la bonne volonté, des concertations, du professionnalisme surtout permettent un fonctionnement adéquat. Les écoles en zone difficile, comme celles des quartiers ouest de Colmar, ont mis en route l accompagnement éducatif, lequel continuera d ailleurs de fonctionner avec la réforme. C est sous une autre forme, mais c est exactement le même principe : une proposition d activités, une inscription, une prise en charge de ¾ d heure. Cela fonctionne depuis 4 ans. En , élèves de primaire et collégiens en bénéficiaient. Pourquoi ce qui est possible dans les écoles et secteurs difficiles ne le serait-il pas dans les secteurs ordinaires? De plus, l Etat proposait une participation financière pour la mise en route en 2013, proposition qui sera vraisemblablement reconduite à la rentrée La Ville de Colmar, avec sa gestion bien menée et économe des deniers de ses administrés, pourrait donc faire un effort financier en direction de ses plus jeunes administrés en intégrant cette réforme. La volonté gouvernementale de changer le rythme des élèves est louable. En effet le comparatif avec les écoles européennes est sensiblement en notre défaveur, ce que nous verrons plus loin. Les écoliers français actuels ont la même durée de classe journalière qu il y a un siècle, alors que la durée du temps de travail de leurs parents a sensiblement baissé sur une durée identique. Les tendances européennes vont vers : - un allongement de la durée de l éducation. La France est dans la moyenne avec une prise en charge de 6 à 16 ans ; - une année scolaire de 38 à 40 semaines contre 36 semaines pour la France ; - la généralisation de la semaine de 5 jours alors que la France est la seule qui fasse travailler ses élèves sur 4 jours ; - une moyenne hebdomadaire de moins de 4 heures contre 6 heures en France ; - une quantité de temps scolaire de 187 jours en moyenne au lieu de 144 en France

10 Un rappel rapide de l évolution du nombre des jours de classe en France : - en 1894, il y avait 233 jours de classe ; - en 1922, il n y en avait plus que 210 jours ; - en 1936, ce nombre est tombé à 188 jours de classe ; - en 1960, il n y a en plus que 180 jours ; - en 2008, il y a 144 jours de classe. Il y a donc de quoi se poser des questions quant à la pertinence du fonctionnement en durée de l école française et peut-être de sa place dans le classement Pisa. Enfin, M. le Maire, vous soulignez incidemment que l adoption de cette réforme entraînerait deux régimes scolaires différents entre l école publique et l école privée. Je rappelle à l assemblée que le privé avait toute latitude pour changer ses horaires et ne dépendait donc pas de la décision du maire. En ce qui concerne au moins l une des écoles privées colmariennes, cela a déjà été fait il y a bien longtemps et les enfants n avaient plus classe le samedi. Cela n avait pas vidé les écoles publiques colmariennes, bien au contraire. Comme vous semblez craindre une fuite vers le privé, je vous rappelle également que les ouvertures de postes d enseignants, dans le public comme dans le privé sous contrat, sont décidées au ministère de l Education Nationale qui les inscrit au budget. Comme vous le savez, les enseignants du privé sont payés par l Etat. Il n y aura donc pas de problème de fuite, car il n y aura sûrement pas davantage de places, le ministère créant des postes dans l enseignement public pour essayer de limiter les dégâts des dernières suppressions de postes dans l Education Nationale. En adoptant la réforme, les écoles publiques pourraient donc proposer, en ne privant de rien les petits Colmariens, des activités culturelles, scientifiques, artistiques, sportives si la municipalité créait ces activités périscolaires. Il faudra bien entendu aussi fixer les horaires d entrée et de sortie des classes, ce que fera LA DASEN, si la mairie de Colmar n accepte pas d envoyer ses propositions. Et si vous faites appel de cette décision, M. le Maire, il y aura un fort risque de désorganisation pour la prochaine rentrée scolaire. Pensez-vous raisonnablement, M. le Maire, qu en refusant cette réforme, vous soyez à l écoute des populations les plus fragiles, les plus démunies et les plus silencieuses aussi? Permettre à chaque élève de pratiquer une langue, un atelier d informatique, un sport je rappelle que seulement 20 % des enfants en France sont inscrits dans une activité en dehors des heures de classe serait un formidable challenge pour enfin donner plus à ceux qui en ont moins, pour hisser ceux qui d habitude ne fréquentent pas ces clubs et autres ateliers vers le haut de l éducation? Je vous remercie, M. le Maire. M. le Maire MEYER : M. HILBERT. M. HILBERT : Oui, merci M. le Maire. J ai une question toute simple à laquelle ne répond pas clairement le rapport. La réforme des rythmes scolaires va-t-elle s appliquer à Colmar à la rentrée? Pour ma part, il me semble qu elle va s appliquer à Colmar à la rentrée de septembre et les élèves auront classe le mercredi matin. Ce sera le cas, quoi que vous fassiez. D ailleurs, vous le savez pertinemment puisque le temps de travail des - 8 -

11 ATSEM est actuellement en rénovation et elles travailleront le mercredi matin à la rentrée prochaine. Vous savez donc pertinemment qu il y aura un changement de rythme scolaire en septembre. Par contre, vous ne ferez pas l organisation périscolaire, c'est-à-dire après la classe. De toute façon, vous n aurez pas le temps de le faire et ce sera au prochain Conseil Municipal de l organiser. Effectivement, la Ville n est pas obligée de le faire. En revanche, il me semble que nous sommes tous délégués dans des écoles, maternelles ou primaires. Dans les deux écoles où je suis, j ai un retour des parents qui avaient un espoir avec cette réforme, un espoir d occuper leurs enfants après la classe avec des activités qu ils n avaient pas l occasion de faire. Je sais bien qu il ne s agit pas de tous les parents de toute la ville, mais je porte la parole des parents des écoles dans lesquelles je représente la Ville. Vous oubliez ces parents qui attendent la réforme. Aujourd'hui, ils sont déçus et dégoûtés, ils ont le sentiment d être laissés pour compte puisque vous n appliquez pas la réforme, vous n organisez pas ce temps d accueil après la classe. C est aussi pour cette raison que certains n en veulent pas, car ils ont le sentiment qu à Colmar, même si nous devions organiser ce temps d accueil, il serait bâclé et pas fait correctement. C est pourquoi certains parents n en veulent pas. En attendant, vous savez pertinemment qu à la rentrée scolaire 2014, les enfants des écoles publiques auront classe le mercredi matin. M. le Maire MEYER : Mme KLINKERT. Mme KLINKERT : Merci, M. le Maire. Par le biais de ce rapport, vous nous proposez de boycotter la nouvelle réforme des rythmes scolaires qui s appliquera quoi qu il arrive à la rentrée Cela veut dire que même si vous décidez de ne pas l appliquer, la Ville sera forcée par l Education Nationale et l Inspection Académique de respecter la loi. C est alors bien l Inspection Académique qui décidera unilatéralement des horaires de début et de fin des cours ainsi que du choix des activités sans avoir à tenir compte des souhaits et spécificités de la commune. Vous allez ainsi désorganiser les activités périscolaires, associatives et sportives pour l année prochaine. Nous ne pouvons donc que regretter cette décision prise au détriment de l enfant, mais aussi des parents et des enseignants. Ce dossier nous semble tout à fait prioritaire. Nous pouvons être critiques à l égard de cette réforme tout n est pas parfait, mais nous n avons pas le droit d être contre-productifs. Durant les 6 mois qui restent pour préparer la rentrée scolaire, il convient d analyser en toute objectivité ce qui fonctionne, mais aussi les nombreux dysfonctionnements observés depuis plusieurs mois dans les communes qui appliquent déjà la nouvelle réforme par anticipation, à savoir la fatigue des enfants, le choix aléatoire des activités, la mauvaise information des parents, la gestion des pauses et des horaires, etc. Suite à ce diagnostic, il convient de prendre les décisions adéquates dans le contexte de notre ville en lien, et en lien étroit, avec l ensemble des partenaires et en nous donnant également les moyens nécessaires à la mise en œuvre de cette réforme dans les meilleures conditions possibles. Cette réforme ne doit se faire au préjudice ni de l enfant ni des enseignants ni des parents. Dans une démarche d intérêt collectif, il faut une vraie concertation et faire la transparence sur les réalités du terrain pour demain faire en sorte qu il y ait une cohérence dans les - 9 -

12 activités et dans les animations proposées et que les enfants soient correctement encadrés, le tout dans un vrai esprit d égalité des chances. Je vous remercie. M. le Maire MEYER : M. DENECHAUD. M. DENECHAUD : Merci. J avais déjà eu l occasion de m exprimer à ce sujet et j avais trouvé dommage d avoir décidé d avance que cela ne marcherait pas. Au tout début, la première impression était que nous savions que cela ne marcherait pas et que nous allions tout faire pour que cela ne marche pas. Maintenant, vous arrivez en disant que vous avez tout essayé, mais que cela ne peut pas fonctionner. Effectivement, 77 % des communes ne sont pas encore entrées dans la réforme, mais parmi ces 77 %, plus de la moitié ont déjà pris toutes leurs dispositions pour que cela fonctionne à partir de la prochaine rentrée et pour un tiers, ce n est pas encore très bien organisé. Nous faisons partie de ce tiers-là, sachant que plus des deux tiers ont prévu d appliquer la réforme à partir de la rentrée prochaine et ont pris leurs dispositions. Là, je me pose des questions sur la bonne gestion puisque de nombreuses villes arrivent à le faire ; c est le cas en Alsace aussi étant donné que la majorité des communes qui nous entourent ont quelque chose, même si ce n est pas encore complètement finalisé. A Colmar, ville importante, nous n arrivons pas là où des villes beaucoup moins outillées réussissent ou sont en passe de réussir. Je suis d'accord, c est une démarche centralisée qui vient de Paris et qui nous est imposée, mais c est la France et c est une réglementation nationale. En ce qui me concerne, c est la première délibération que je vois où il nous est proposé simplement de dire que nous ne tiendrons pas compte du règlement national et que nous ne l appliquerons pas. En outre, nous en sommes fiers. Il est évident que je ne peux pas voter une telle délibération. De plus, sur le fond, il s agit d un constat d échec. Il me semble que c est la première fois puisque tout ce que vous entreprenez réussit d habitude ; du moins, c est ainsi que c est présenté. C est la première fois que nous faisons une délibération pour dire qu il s agit d un échec, que nous n arrivons pas à le faire, que nous avons essayé, mais que nous ne savons pas faire. C est tout de même un peu décevant. Nous ne sommes pas à l Assemblée Nationale et nous ne sommes pas là pour débattre pour savoir si la réforme est bonne ou mauvaise. Nous pouvons effectivement en débattre, mais la conclusion n est pas de savoir si nous l appliquons ou pas puisque, par principe, nous devons l appliquer. De toute façon, et comme cela a été rappelé précédemment, cette réforme s appliquera. Aujourd'hui, nous décidons de laisser tomber les enfants et les parents dans la mesure où la réforme s appliquera et que les enseignants devront la suivre. En revanche, après le temps obligatoire, la municipalité laisse tomber les enfants. Je ne peux pas voter cela. M. le Maire MEYER : M. GREINER. M. GREINER : Nous avons, et la France également, l école que nous méritons. Paradoxalement, malgré la place peu flatteuse de la France dans le classement PISA, 23 ème sur 26, malgré le fait que l école n assure pas l ascenseur social actuellement, malgré que les enseignants soient souvent mis au pilori, la dernière enquête du Monde prouve que 68 % des parents

0. APPROBATION DU COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU 26 JUIN 2014. Le procès-verbal de la séance du 26 juin 2014 est approuvé à l unanimité.

0. APPROBATION DU COMPTE-RENDU DE LA SEANCE DU 26 JUIN 2014. Le procès-verbal de la séance du 26 juin 2014 est approuvé à l unanimité. Compte-rendu du Conseil de la Communauté de Communes du Val de l Indre Séance du 10 juillet 2014 Date de convocation : le 04 juillet 2014 Nombre de conseillers en exercice : 31 Nombre de conseillers présents

Plus en détail

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire

2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire 2005/5479 - Procédure de délégation de service public de la fourrière pour automobiles - Désignation du délégataire ( Direction Régulation Urbaine) (BMO du 22/08/2005, p. 1395) Rapporteur : M. TETE Etienne

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

CONSEIL D ETAT SECTION DU CONTENTIEUX. REQUETE ET MEMOIRE (art. L. 2131-6 alinéa 5 du code général des collectivités territoriales)

CONSEIL D ETAT SECTION DU CONTENTIEUX. REQUETE ET MEMOIRE (art. L. 2131-6 alinéa 5 du code général des collectivités territoriales) PIWNICA & MOLINIE Avocat au Conseil d'etat et à la Cour de Cassation 62 boulevard de Courcelles 75017 PARIS Tél : 01.46.22.83.77 Fax : 01.46.22.16.66 DEFERE PREFECTORAL CONSEIL D ETAT SECTION DU CONTENTIEUX

Plus en détail

Intervention de Monsieur Jean-François COPE, ministre délégué au Budget

Intervention de Monsieur Jean-François COPE, ministre délégué au Budget 1 JEUDI 23 NOVEMBRE DEBAT Finances locales Intervention de Monsieur Jean-François COPE, ministre délégué au Budget Merci Monsieur le Président, cher Jacques PELISSARD, pour votre accueil, Mesdames et messieurs

Plus en détail

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 JUIN 2009

PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 JUIN 2009 PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 23 JUIN 2009 Sous la présidence de Monique DELESSARD, maire. Le CONSEIL MUNICIPAL, 1. BUDGET SUPPLEMENTAIRE COMMUNE EXERCICE 2009 Par 33 VOIX POUR (dont

Plus en détail

CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 29 SEPTEMBRE 2011

CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 29 SEPTEMBRE 2011 CONSEIL COMMUNAUTAIRE Séance du 29 SEPTEMBRE 2011 DELB-20110319 - ECONOMIE - AIDE A L IMMOBILIER D ENTREPRISE - SMF TESSIER - INTERET COMMUNAUTAIRE - RECONNAISSANCE - SUBVENTION - ATTRIBUTION - CONVENTION

Plus en détail

PROCES VERBAL CONSEIL D ECOLE N 2 VENDREDI 22 FEVRIER 2013

PROCES VERBAL CONSEIL D ECOLE N 2 VENDREDI 22 FEVRIER 2013 PROCES VERBAL CONSEIL D ECOLE N 2 VENDREDI 22 FEVRIER 2013 PRESENTS : Mme BILY, directrice de l école Mmes PAPIN, LEROY DIAS, GAIGNARD, QUELLARD, LARDEUX, VERGER, BLANCHARD, JULIEN, enseignantes Mmes GUERIN,

Plus en détail

Actualisation linguistique en français

Actualisation linguistique en français Actualisation linguistique en français Mandat de l éducation en langue française Le ministère de l Éducation en Ontario a un double mandat par rapport à l enseignement et la transmission de la langue.

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

AG ordinaire du mardi 27 janvier 2015

AG ordinaire du mardi 27 janvier 2015 Présidente : Cécile Coulon Vice-présidente : Isabelle Siffert Secrétaire : Elsa Teulière Trésorière : Alice WIlliart Vice-Trésorier : Benoît Perez Responsable Événements : Victor Moinard Responsable Communication

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

ANNEE 2015. Synthèse des questionnaires de satisfaction sur l application de la réforme des rythmes scolaires

ANNEE 2015. Synthèse des questionnaires de satisfaction sur l application de la réforme des rythmes scolaires ANNEE 2015 Synthèse des questionnaires de satisfaction 1 POURCENTAGES DE QUESTIONNAIRES RETOURNÉS sur 355 questionnaires distribués 42% 58% questionnaires retournés = 207 ( dont 143 avec au moins un commentaire)

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan

Compte rendu. Jeudi 12 mars 2009 Séance de 10 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du Plan Examen de la proposition de résolution sur le renforcement de la régulation financière (n 1512)...2 Information relative à la Commission...7

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

SEANCE DU 13 JUIN 2014

SEANCE DU 13 JUIN 2014 SEANCE DU 13 JUIN 2014 Le Conseil Municipal de Berneuil en Bray dûment convoqué le 03 juin 2014 s est réuni en séance ordinaire le vendredi 13 juin 2014 à vingt heures trente sous la Présidence de Monsieur

Plus en détail

Paroles «d anciens» des écoles européennes

Paroles «d anciens» des écoles européennes 1) Présentation : Prénom, nom, nationalité(s), école/université fréquentée actuellement. Lauriane T., Belge, étudie à l Université de Strasbourg (La Psychologie). 2) L (les) école(s) européenne(s) que

Plus en détail

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois

Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Les 10 étapes pour être sur de devenir propriétaire d un appartement dans les 3 à 6 mois Préambule Ce guide vous est offert par William MEYER auteur du blog l'immobilier facile (http://l-immobilier-facile.fr)

Plus en détail

Nous : Quel parcours universitaire avez-vous mené pour en arriver là?

Nous : Quel parcours universitaire avez-vous mené pour en arriver là? Dans le cadre de notre projet professionnel personnalisé, nous avons interviewer ce mercredi 17 novembre pendant 45 minutes, Médéric Michaud, 24 ans, co-dirigeant de l agence événementielle SEVENT basée

Plus en détail

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG

FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG Strasbourg, le 22 novembre 2013 FICHE PRESSE MISE EN PLACE DE LA REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG La Ville de Strasbourg entend mettre en place la réforme des rythmes scolaires avec le souci

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015

Interview de Manuel VALLS, Premier ministre, Journal de TF1 - Anne-Claire COUDRAY et Gilles BOULEAU Samedi 14 novembre 2015 Service Communication Hôtel de Matignon, le 14 novembre 2015 Interview de, Premier ministre, Journal de TF1 - et Samedi 14 novembre 2015 Bonsoir Monsieur le Premier ministre. Bonsoir. Merci beaucoup d

Plus en détail

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 14 MARS

REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 14 MARS REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE SAINT BAUZELY SEANCE DU JEUDI 14 MARS 2013 Date convocation : 01/03/13 L an deux mille treize et le jeudi quatorze mars à vingt heures trente

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET RAPPORT. présenté au nom de la Commission du budget et de la fonction publique 302 (2015-2016) N 2 302 (2015-2016) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 26 OCTOBRE 2015 PROJET DE DÉCRET abrogeant l assimilation de bpost à l État en matière de fiscalité régionale wallonne, prévue

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement

Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement PREMIER MINISTRE Service Communication Discours de Manuel VALLS, Premier ministre Signature de la Charte d engagement du monde ferroviaire au service de la politique publique du logement Paris, jeudi 26

Plus en détail

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR :

MME LE MAIRE : Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Préambule du rapport n 12 Madame OUFKIR. MME OUFKIR : Ce rapport vous propose d autoriser la signature d une convention de groupement de commandes entre CHAMBERY METROPOLE et la Ville de CHAMBERY afin

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Josy REIFFERS Séance du lundi 16 juin 2008 DELEGATION DE M. Josy REIFFERS 305 Séance du lundi 16 juin 2008 D -20080318 Convention de partenariat entre la Ville de Bordeaux et l association Maison de l Emploi de Bordeaux.

Plus en détail

La réforme des 2012-2014

La réforme des 2012-2014 La réforme des 2012-2014 Éditorial p 3 Une réforme au bénéfice des enfants p 4 La méthode nantaise : la concertation et le dialogue p 6 Les nouveaux rythmes de la rentrée 2013 p 8 Évaluation de la réforme

Plus en détail

Analyse qualitative des enquêtes sur les nouveaux rythmes janvier 2014

Analyse qualitative des enquêtes sur les nouveaux rythmes janvier 2014 Analyse qualitative des enquêtes sur les nouveaux rythmes janvier 2014 Ce document reprend différentes expressions significatives, venant des familles, qui peuvent préciser certains choix faits dans le

Plus en détail

CRPE sujet 0 «agir en fonctionnaire de l Etat» Thème : sortie scolaire

CRPE sujet 0 «agir en fonctionnaire de l Etat» Thème : sortie scolaire CRPE sujet 0 «agir en fonctionnaire de l Etat» Thème : sortie scolaire Référence : Arrêté du 19/12/2006 «Le professeur connaît : - les valeurs de la République les grands principes du droit de la fonction

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques?

Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Les langues étrangères en travail social : Qu en est-il des étudiants en formation de niveau 3 et des cadres pédagogiques? Quel est le cadre législatif? Quelles réticences? Est-ce un frein à la mobilité?

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques sur les familles en horaires atypiques Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a retenu un axe d étude : les modes de garde en horaires atypiques. Il s agit de rendre

Plus en détail

Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport. représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement. Samedi 14 novembre 2009

Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport. représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement. Samedi 14 novembre 2009 Discours d Abdel Achache Adjoint aux sport représentant Thierry Philip, Maire du 3 e arrondissement Samedi 14 novembre 2009 Congrès départemental du Comité du Rhône de la Fédération sportive et culturelle

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION TAP 27/11/2014

COMPTE RENDU DE LA COMMISSION TAP 27/11/2014 COMPTE RENDU DE LA COMMISSION TAP 27/11/2014 Rédacteur : J. BOURSE Diffusion : participants + C. GIROUD Mardi 09 décembre 2014 PARTICIPANTS Pour les représentants des parents d élèves de l école maternelle

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

PREAMBULE. Le présent règlement a pour objet de définir les règles de fonctionnement des dispositifs périscolaires.

PREAMBULE. Le présent règlement a pour objet de définir les règles de fonctionnement des dispositifs périscolaires. PREAMBULE Le présent règlement a pour objet de définir les règles de fonctionnement des dispositifs périscolaires. Il fixe auprès des usagers que sont les parents et les élèves, les modalités d utilisation

Plus en détail

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014

Guide fiscal. 1. L impôt local : c est quoi? 1.1. Les composantes. Guide fiscal - 15/11/2014 Guide fiscal Nombre de nos concitoyens se plaignent aujourd hui d une pression fiscale excessive, et ils ont raison! La cour des comptes en France, nos partenaires Européens le dénoncent régulièrement.

Plus en détail

1/ L équipe d animation :

1/ L équipe d animation : PROJET EDUCATIF ET PEDAGOGIQUE DE LA GARDERIE PERISCOLAIRE DE CRUSEILLES I/ PRESENTATION : PROJET EDUCATIF La Garderie Périscolaire de Cruseilles a été crée par la Commune de Cruseilles dans le but de

Plus en détail

La perception de la décentralisation par les élus locaux

La perception de la décentralisation par les élus locaux La perception de la décentralisation par les élus locaux Présentation du 26 juin 2012 Contacts TNS Sofres : Stratégies d'opinion / Politique Laure SALVAING / Gwennaig MALPART SOMMAIRE 1 Les missions d

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

DELIBERATIONS DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE OYE ET PALLET. Séance du 27 janvier 2014

DELIBERATIONS DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE OYE ET PALLET. Séance du 27 janvier 2014 DELIBERATIONS DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA COMMUNE DE OYE ET PALLET Séance du 27 janvier 2014 L an deux mille quatorze, le 27 janvier à 20 heures 00, le Conseil Municipal de OYE ET PALLET régulièrement

Plus en détail

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel.

Je me réjouis d être parmi vous ce matin pour ouvrir votre colloque annuel. Discours de Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l innovation et l'economie numérique, en ouverture du colloque 2012 de l ARCEP sur «Les territoires du numérique» 25 septembre 2012 Mesdames, et

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CANEJAN Année scolaire 2013/2014

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CANEJAN Année scolaire 2013/2014 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CANEJAN Année scolaire 2013/2014 Introduction Depuis plusieurs années, la ville de Canéjan s est fortement engagée en faveur de l éducation considérée comme un champ

Plus en détail

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps

Lundi. Mardi Mercredi. Jeudi. Vendredi. LeS nouveaux rythmes à l école primaire. Exemples d emplois du temps Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi LeS nouveaux rythmes à l école primaire Exemples d emplois du temps Mars 2014 n exemple d organisation des temps scolaire et périscolaire Commune de 21 000 habitants

Plus en détail

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text FEMALE: Allô, Monsieur Ledoux? Madame Chavignol à l appareil, la maman de Maxime. Je voudrais

Plus en détail

RÉSULTATS ENQUÊTE SUR LES RYTHMES SCOLAIRES

RÉSULTATS ENQUÊTE SUR LES RYTHMES SCOLAIRES RÉSULTATS ENQUÊTE SUR LES RYTHMES SCOLAIRES ÉCOLES MATERNELLE ET ÉLÉMENTAIRE PUBLIQUES SAINT-JEAN-DE-BOISEAU FÉVRIER 2013 ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE : Nous avons reçu 221 questionnaires sur 300 distribués. Sur

Plus en détail

Français Authentique Pack 2

Français Authentique Pack 2 Guide : Comment utiliser le pack 2 Discussions Authentiques Cher(e) ami(e), Merci d avoir acheté le pack 2 Discussions Authentiques. C est une bonne décision et vous ne le regretterez pas. Je mets à votre

Plus en détail

REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG : RESULTATS DE LA CONSULTATION

REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG : RESULTATS DE LA CONSULTATION Strasbourg, le 20 décembre 2013 REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES À STRASBOURG : RESULTATS DE LA CONSULTATION La Ville de Strasbourg entend mettre en place la réforme des rythmes scolaires avec le souci de

Plus en détail

PROCES VERBAL SEANCE DU 12 DECEMBRE 2011

PROCES VERBAL SEANCE DU 12 DECEMBRE 2011 PROCES VERBAL SEANCE DU 12 DECEMBRE 2011 Le douze décembre deux mille onze, à dix-neuf heures, le Conseil municipal, légalement convoqué, s est réuni à la mairie sous la présidence de Monsieur Francis

Plus en détail

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions

Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Chapitre 9 Les instruments d une bonne gestion financière: budget et prévisions Savoir utiliser son argent est un art et un art qui paie. Comme toutes les ressources, l argent peut être utilisé à bon ou

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL PROJET EDUCATIF TERRITORIAL Mairie de WAVRIN 1 Place de la République 59136 WAVRIN Tél : 03.20.58.57.57 Représentée par : Monsieur Alain BLONDEAU, Maire Madame Cécile LAMBRAY, adjointe à la vie scolaire

Plus en détail

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie

Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Organisation institutionnelle de la prise en charge du manque et de la perte d autonomie Position et propositions d amendements de l UNIOPSS Octobre 2004 Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'état aux

Plus en détail

STATUTS. Titre I Objet de l association

STATUTS. Titre I Objet de l association RUGBY CLUB SPORTIF DE BRETIGNY Siège social : 35 rue Edouard Danaux 91220 BRETIGNY Association Sportive loi 1901 n SIRET 408 221 893 00022 n urssaf : 910 96 0333057001011 code NAF : 926C STATUTS Titre

Plus en détail

MAIRIE D AURADÉ CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DE SÉANCE DU 25 FÉVRIER 2015

MAIRIE D AURADÉ CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DE SÉANCE DU 25 FÉVRIER 2015 MAIRIE D AURADÉ CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU DE SÉANCE DU 25 FÉVRIER 2015 Le Conseil Municipal s est réuni le mercredi 25 février 2015 à 20h30, sur convocation régulière et sous la présidence de Monsieur

Plus en détail

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Circulaire C.G n 04.18 D.M du 3 novembre 2004 Mise à jour Juillet 2008 TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Réf. : - Décret 2004.878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié

Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Guide Pratique pour l Autonomie du Réfugié Comment mieux formuler votre déclaration, pour votre interview «RSD» (Refugee Status Declaration Détermination de Statut de Réfugié) auprès de l UNHCR, en vue

Plus en détail

COMPTE RENDU. Adoption du compte de gestion 2012 et du compte administratif 2012

COMPTE RENDU. Adoption du compte de gestion 2012 et du compte administratif 2012 CONSEIL MUNICIPAL DE CAOURS L HEURE PROCES VERBAL REUNION DU 26 MARS 2013 Date de convocation : 15 mars 2013 L an deux mille treize, le 26 mars, 19H30, les membres du conseil municipal de la commune de

Plus en détail

COMPTE RENDU Réunion du 1 er avril 2015 *** Comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs. Présents :

COMPTE RENDU Réunion du 1 er avril 2015 *** Comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs. Présents : COMPTE RENDU Réunion du 1 er avril 2015 Comité de suivi de la réforme des rythmes éducatifs Présents : Anne-Marie Lemêtre, Maire adjointe aux sports Dominique Colombel, Maire adjointe à la vie scolaire

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Sommaire. Accueil Périscolaire et Restauration Scolaire Accueil de Loisirs Sans Hébergement Conseil Municipal Enfants

Sommaire. Accueil Périscolaire et Restauration Scolaire Accueil de Loisirs Sans Hébergement Conseil Municipal Enfants Sommaire Enfance Accueil Périscolaire et Restauration Scolaire Accueil de Loisirs Sans Hébergement Conseil Municipal Enfants 4 7 8 Jeunesse Accueil de Loisirs 9 Vie Scolaire Coordonnées des écoles Inscriptions

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

2014 DJS 263 DFA Principe et caractéristiques principales du lancement du dispositif «Paris Escalade» - Tarification afférente. PROJET DE DELIBERATION

2014 DJS 263 DFA Principe et caractéristiques principales du lancement du dispositif «Paris Escalade» - Tarification afférente. PROJET DE DELIBERATION DIRECTION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Sous-direction de l administration générale et de l équipement Service des Affaires Juridiques et Financières 2014 DJS 263 DFA Principe et caractéristiques principales

Plus en détail

La réunion syndicale

La réunion syndicale Trade Union meeting La réunion syndicale Une journée de travail mérite d être rémunérée à sa juste valeur. Thèmes Droits sociaux, Démocratie, Citoyenneté Complexité Niveau 4 Taille du groupe 10-15 Durée

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

LONDRES Présentation de l Association des noms de domaine devant le GAC

LONDRES Présentation de l Association des noms de domaine devant le GAC LONDRES Présentation de l Association des noms de domaine devant le GAC Mardi 24 juin 2014 12h00 à 12h30 ICANN Londres, Angleterre Merci, je veux signaler quelque chose. Lorsque vous parliez de l URS,

Plus en détail

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006

Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 Direction Générale Finances et Gestion Pôle Contrôle de Gestion Délibération Conseil municipal du 30 juin 2006 S.E.M. NANTES-métropole GESTION EQUIPEMENTS (N.G.E.) - 1) Camping Val du Cens, salons Mauduit,

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

REUNION DU MERCREDI 09 SEPTEMBRE 2015

REUNION DU MERCREDI 09 SEPTEMBRE 2015 REUNION DU MERCREDI 09 SEPTEMBRE 2015 L an deux mille quinze, le neuf septembre à dix huit heures quarante cinq, le conseil municipal de LOUPES s est réuni en session ordinaire à la mairie sous la présidence

Plus en détail

Cliquez sur l image pour l agrandir

Cliquez sur l image pour l agrandir Dans le détail, le principal contributeur à l évaluation globale est la qualité de réponse aux besoins. Si les Français sont particulièrement satisfaits par l accueil en mairie (57% en ont une évaluation

Plus en détail

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5

PASI. L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 PASI Collège Claude Le Lorrain NANCY L ELEVE de 5 ème et L AIDE AUX DEVOIRS DOCUMENT 5 1. Présentation de l aide aux devoirs pour les 5èmes page 2 2. Enquête menée auprès des élèves de 5 ème page 3 a.

Plus en détail

«On aurait pu en pleurer, on a préféré en rire!»

«On aurait pu en pleurer, on a préféré en rire!» «On aurait pu en pleurer, on a préféré en rire!» Retour sur la première année du mandat d Anne Hidalgo avec les élus du groupe UMP au Conseil de Paris et l oeil de Ménégol Et si on osait vraiment Paris?

Plus en détail

Dossier de presse Réforme des rythmes scolaires : où en est Le Pouliguen?

Dossier de presse Réforme des rythmes scolaires : où en est Le Pouliguen? Dossier de presse Réforme des rythmes scolaires : où en est Le Pouliguen? Contact presse : Vanessa Plumas / Service communication Tél. 02 40 15 15 87 Mél. vplumas@mairie-lepouliguen.fr Sommaire Rappels.

Plus en détail

Explication de la démarche

Explication de la démarche Conférence de citoyens : La participation des habitants dans la politique de la ville Samedi 29 & dimanche 30 juin 2013 Mains d Œuvres Saint-Ouen Explication de la démarche SUR LE CONTENU Quel est l'objectif

Plus en détail

Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS

Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS Statuts de l Association Sportive Lycée PÂRIS A. Objet et composition de l association Article 1 : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du

Plus en détail

DEBATS DU DEUXIEME PANEL

DEBATS DU DEUXIEME PANEL DEBATS DU DEUXIEME PANEL Modérateur : Abashi Shamamba L Économiste L APSF réclame un milliard de dirhams à l ex-doti qui ne veut pas les lui payer, pourquoi? D abord, ce n est pas la DRPP qui doit de l

Plus en détail

Réunion publique sur la réforme des rythmes scolaires. Commune de Four. Jeudi 16 mai 2013 à 20h

Réunion publique sur la réforme des rythmes scolaires. Commune de Four. Jeudi 16 mai 2013 à 20h Réunion publique sur la réforme des rythmes scolaires Commune de Four Jeudi 16 mai 2013 à 20h Réforme des rythmes scolaires Une réforme qui s'impose à nous Reportée à la rentrée de septembre 2014 mais

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU PORTAIL FAMILLE DE LA MAIRIE DE PELUSSIN (Société AIGA)

GUIDE D UTILISATION DU PORTAIL FAMILLE DE LA MAIRIE DE PELUSSIN (Société AIGA) GUIDE D UTILISATION DU PORTAIL FAMILLE DE LA MAIRIE DE PELUSSIN (Société AIGA) ACCES AUX SERVICES DU RESTAURANT SCOLAIRE DES SERVICES PERISCOLAIRES (Les TAP et La GARDERIE DU MATIN ET DU SOIR) Juillet

Plus en détail

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire.

Réunion tenue en séance publique sous la présidence de M. DESHAYES Jean-Pierre, Maire. Le lundi 28 octobre 2013 à 20h00, réunion du Conseil Municipal suivant convocation du 18 octobre 2013 remise ou envoyée aux conseillers municipaux et affichée ce même jour en mairie. Ordre du jour : -

Plus en détail

D-2011/462 Rétrocession du droit au bail du local commercial situé 93, 95 et 97 du cours Victor Hugo à Bordeaux. Choix du cessionnaire.

D-2011/462 Rétrocession du droit au bail du local commercial situé 93, 95 et 97 du cours Victor Hugo à Bordeaux. Choix du cessionnaire. D-2011/462 Rétrocession du droit au bail du local commercial situé 93, 95 et 97 du cours Victor Hugo à Bordeaux. Choix du cessionnaire. Monsieur Jean-Charles BRON, Adjoint au Maire, présente le rapport

Plus en détail

Réponses aux 10 questions posées par l AMF à Philippe Poutou Candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste

Réponses aux 10 questions posées par l AMF à Philippe Poutou Candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste Mercredi 21 Mars 2012 Réponses aux 10 questions posées par l AMF à Philippe Poutou Candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste En préambule nous remercions les nombreux maires qui par leur parrainage, ont

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Compte-rendu Du Conseil Municipal du 20 Janvier 2009

Compte-rendu Du Conseil Municipal du 20 Janvier 2009 Compte-rendu Du Conseil Municipal du 20 Janvier 2009 L an deux mille neuf, le 20 Janvier, Le Conseil Municipal de la Commune de Cajarc Dûment convoqué, s est réuni en session ordinaire, A la Mairie, sous

Plus en détail

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues,

Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Beauvais, le 24 octobre 2012 Dossier suivi par le cabinet de la Présidente Tél. - 03.44.15.68.27 - s.landry@beauvaisis.fr La Présidente, Madame le Maire, Monsieur le Maire, Chers Collègues, Vous le savez

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS

REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS Avenue des Thermes - BP 71 01220 Divonne-les-Bains Tel/Fax : 04 50 20 29 15 Courriel : divonne.espacejeunes@alfa3a.org REGLEMENT INTERIEUR ESPACE JEUNES DIVONNE-LES-BAINS A compter du 1 er septembre 2014

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CLUB DES JEUNES DE CROISSY-BEAUBOURG

REGLEMENT INTERIEUR DU CLUB DES JEUNES DE CROISSY-BEAUBOURG REGLEMENT INTERIEUR DU CLUB DES JEUNES DE CROISSY-BEAUBOURG Article 16 des statuts de l association : «Un règlement intérieur peut être établi par le Conseil d Administration qui le fait alors approuver

Plus en détail

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015

PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 PROJET EDUCATIF TERRITORIAL COMMUNE DE CHAULGNES Année scolaire 2014/2015 Introduction Depuis plusieurs années, CHAULGNES s est fortement engagée en faveur de la jeunesse considérée comme un champ d action

Plus en détail

Point de contexte important même s il peut sembler futile, l équipe de France de football

Point de contexte important même s il peut sembler futile, l équipe de France de football Je vais profiter de ce rapport pour, toutes et tous, nous ramener 14 ans en arrière et à la période de l adoption de la loi SRU en décembre 2000. En 2000, comme pour nous aujourd hui dans cette assemblée,

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail