DEFICIT EN COMPLEXE V DE LA CHAINE RESPIRATOIRE: signes évocateurs en neuro-imagerie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DEFICIT EN COMPLEXE V DE LA CHAINE RESPIRATOIRE: signes évocateurs en neuro-imagerie"

Transcription

1 DEFICIT EN COMPLEXE V DE LA CHAINE RESPIRATOIRE: signes évocateurs en neuro-imagerie M. Devaux-Bricout (1), A.S. Lèbre (3), D. Grévent (2), P De Lonlay(4), I Desguerre (4), D. Loisel (1), B. Delorme (1), F. Brunelle (2), A. Munnich (3), C. Aubé (1) N.Boddaert (2). (1) Centre Hospitalo-Universitaire d Angers, service de Radiologie (2) Hôpital Necker Enfants Malades APHP, service de Radiologie Pédiatrique (3) Hôpital Necker Enfants Malades APHP, service de Génétique (4) Hôpital Necker Enfants Malades APHP, service de Neurologie Pédiatrique

2 Qu est ce que le déficit en complexe V? Maladie mitochondriale due à une anomalie de fonctionnement de la chaîne respiratoire Entraîne un déficit énergétique global touchant principalement le système nerveux, l œil, les muscles et le cœur La chaîne respiratoire est composée de 5 complexes insérés dans la membrane interne de la mitochondrie dont le rôle principal est d assurer la production d énergie sous forme d ATP Le complexe V, composé de 14 sous-unités, assure la synthèse de cet ATP à partie de l ADP et du phosphate inorganique

3 Chaîne respiratoire mitochondriale

4 1. Étude rétrospective de 21 cas: 9 garçons, 12 filles âge moyen 11 ans et 6 mois (4 mois - 42 ans) âge médian 36 mois phénotype NARP (Neuropathie Ataxie et Rétine Pigmentaire): m.8993t>g MT-ATP6 narp phénotype non-narp dont le tableau clinique était moins sévère: MT-ATP6 mutations (.8993T>C, m.9185t>c et 8609_8610insC) MT-ATP6 non-narp 2. Analyse minutieuse des IRM cérébrales 8 signes étudiés: atrophie cérébelleuse, pic de lactate, stroke-like, noyaux gris centraux (putamens, pallidi, noyaux caudés,thalamus/sous-thalamus) tronc cérébral, substance blanche, capsule interne et cortex 3. Protocole IRM précis: Séquences en pondération T1, T2, T2 FLAIR et spectroscopie monovoxel centrée sur les noyaux gris centraux à TE long (135/144ms selon les constructeurs)

5 1. Atrophie cérébelleuse séquence sagittale T2 séquence coronale T2

6 1. Atrophie cérébelleuse MT-ATP6 narp+ MT-ATP6 non-narp = 63% MT-ATP6 narp = 53% MT-ATP6 non-narp = 83% séquence sagittale T2 séquence coronale T2

7 2. Pic de lactate

8 2. Pic de lactate MT-ATP6 narp+ MT-ATP6 non-narp = 89% MT-ATP6 narp = 75% MT-ATP6 non-narp = 100%

9 3. Putamens séquence axiale FLAIR T2 séquence axiale T2

10 3. Putamens MT-ATP6 narp+ MT-ATP6 non-narp = 80% MT-ATP6 narp = 93% MT-ATP6 non-narp = 50% séquence axiale FLAIR T2 séquence axiale T2

11 4. Noyaux Caudés séquence coronale FLAIR T2 séquence axiale FLAIR T2

12 4. Noyaux Caudés MT-ATP6 narp+ MT-ATP6 non-narp = 66% MT-ATP6 narp = 86% MT-ATP6 non-narp = 16% séquence coronale FLAIR T2 séquence axiale FLAIR T2

13 5. Pallidi séquence axiale FLAIR T2 séquence coronale FLAIR T2

14 6. Tronc cérébral zone périacqueducale substance noire séquence axiale FLAIR T2 séquence axiale FLAIR T2:

15 6. Tronc cérébral MT-ATP6 narp+ MT-ATP6 non-narp = 26% MT-ATP6 narp = 31% MT-ATP6 non-narp = 16% zone périacqueducale substance noire séquence axiale FLAIR T2 séquence axiale FLAIR T2:

16 7. Leucodystrophie 8. Stroke-like MT-ATP6 narp+ MT-ATP6 non-narp = 0% MT-ATP6 narp = 0% MT-ATP6 non-narp = 0% Absence de leucodystrophie ou de stroke-like

17 4.. Recueil et analyse des résultats m1 : mutation 1 /m2 : mutation 2 cer : atrophie du cervelet lact : pic de lactate stroke : stroke-like put : putamens/pall : pallidi n.c. : noyaux caudés/thal : thalami tc : tronc cérébral type m 1 m 2 âge cerv lact stroke put pal n.c. thal tc sb cor 1 adn mito complexe V ATP6 NARP mois adn mito complexe V ATP6 NARP mois adn mito complexe V ATP6 NARP mois -? adn mito complexe V ATP6 NARP mois ++? adn mito complexe V ATP6 NARP mois?? ? adn mito complexe V ATP6 NARP mois?? ? adn mito complexe V ATP6 NARP mois -? adn mito complexe V ATP6 NARP mois +? adn mito complexe V ATP6 NARP mois +? adn mito complexe V ATP6 NARP mois ++? adn mito complexe V ATP6 NARP mois ++? adn mito complexe V ATP6 NARP mois -? adn mito complexe V ATP6 NARP mois +? adn mito complexe V ATP6 NARP mois adn mito complexe V ATP6 NARP mois adn mito nle ATP mois adn mito complexe V ATP mois adn mito complexe V ATP mois adn mito complexe V ATP mois +? adn mito complexe V ATP mois adn mito complexe V ATP6 ins ADN mito 120 mois

18 4. Recueil et analyse des résultats 4.1 Signes individuels cervelet pic de lactate stroke putamen pallidum caudé thalamus Tronc cérébral sub blanche cortex 12/19=63% 8/9 = 89% 0/21=0% 17/21=80% 4/21=19% 14/21=66% 2/21=9,5% 5/19=26% 0/21=0% 4/21=19% 4.2 Association de signes 86% des NARP: putamens + caudés 80% des NARP: atrophie cérébelleuse + pic de lactate 75% des NARP: pic de lactate + putamens 75% des NARP: caudés + pic de lactate 75% des NARP: lactate + putamens + caudés

19 4.2 Association de signes Atrophie cˇrˇbelleu se Pic lactate putamens pallidi caudˇs Tronc cˇrˇbral Atrophie corticale/dil ventr Thalam/nx sousthalam Atrophie cˇrˇbelleu se N=4/5 80% NN=0/4 4/9 44% N=6/13 46% NN=2/6 33% 8/19 42% N=1/13 7% NN+0/6 1/19 5% N=6/13 46% NN=1/6 16% 7/19 36% N=2/13 14% NN=1/6 16% 3/19 16% N=2/13 14% NN=1/6 16% 3/19 16% N=0/13 0/19 Pic lactate N=3/4 75% NN=3/5 60% 6/9 66% N=1/4 25% NN=0/5 1/9 11% N=3/4 75% NN=1/5 20% 4/9 44% N=1/4 25% NN=1/5 20% 2/9 22% N=1/4 25% NN=1/5 20% 2/9 22% N=1/4 25% NN=1/5 20% 2/9 22% putamens N=3/15 20% 3/21 14% N=13/15 86% NN=1/6 16% 14/21 66% N=3/13 23% 3/19 16% N=3/15 20% 3/21 14% N=2/15 13% 2/21 9% pallidi N=3/15 20% 3/21 14% N=2/13 14% 2/19 10% N=1/15 6% 1/21 5% N=2/15 13% 2/21 9% caudˇs N=3/13 23% 3/19 16% N=3/15 20% 3/21 14% N=2/15 13% 2/21 9% Tronc cˇrˇbral N=2/13 15% 2/19 10% N=1/13 8% 1/19 5% Atrophie cort/dil ventr N=1/15 6% 1/21 4% Thalam/nx sous-thalam

20 Aspect radiologique commun Signes évocateurs du diagnostic : 1. atteinte des ganglions de la base, 2. pic de lactate, 3. atrophie cérébelleuse, 4. atteinte plus variable du tronc cérébral Signes sensibles mais non spécifiques Nombreux diagnostics différentiels: mutation SURF 1, déficit en quinone, déficit en biotine, déficit en complexe 1, déficit en PDH, mutation SUCLA2 Aide au diagnostic et orientation de la recherche génétique

21 complexe V: petite fille de 11 mois tronc cérébral ganglions de la base pic de lactate

22 complexe V: nourrisson de 7 mois tronc cérébral ganglions de la base pic de lactate

23 Conclusion Le déficit en complexe V est une maladie génétique rare dont le diagnostic s avère parfois difficile. Il convient au radiologue de la suspecter lors de signes radiologiques discrets. Une atrophie cérébelleuse associée à une atteinte des putamens et un pic de lactate pourrait faire éviter la biopsie de muscles. Ainsi, grâce à l imagerie, une recherche ciblée du gène pourrait être réalisée en évitant un examen invasif. Le diagnostic radiologique mais surtout génétique en demeure primordial pour envisager des thérapeutiques ciblées. L identification des gènes responsable permet également une aide au diagnostic prénatal et la construction d un projet de parentalité.

Apport de l Imagerie dans les maladies mitochondriales

Apport de l Imagerie dans les maladies mitochondriales Apport de l Imagerie dans les maladies mitochondriales IRM et DÉFICIT ISOLÉ DU COMPLEXE I N Boddaert, AS Lèbre, P de Lonlay, M Rio, A Munnich, A Rotig et le réseau CARAMMEL Necker Enfants Malades Paris,

Plus en détail

Pathologies mitochondriales et IRM Pr N Boddaert, I Desguerre, M Rio, AS Lèbre, D Grévent, P de Lonlay, A Rotig, A Munnich et le réseau CARAMMEL

Pathologies mitochondriales et IRM Pr N Boddaert, I Desguerre, M Rio, AS Lèbre, D Grévent, P de Lonlay, A Rotig, A Munnich et le réseau CARAMMEL Pathologies mitochondriales et IRM Pr N Boddaert, I Desguerre, M Rio, AS Lèbre, D Grévent, P de Lonlay, A Rotig, A Munnich et le réseau CARAMMEL Necker Enfants Malades, Paris U1000, U781 Plan 1. Corrélation

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS L EXPLORATION DES RETARDS MENTAUX

APPORT DE L IRM DANS L EXPLORATION DES RETARDS MENTAUX APPORT DE L IRM DANS L EXPLORATION DES RETARDS MENTAUX A KERKENI, N BABAY, R SEBAI, S TRABELSI, N HAMMAMI, C DRISSI, L BELGHITH, M BEN HAMOUDA. TUNIS - TUNISIE Le retard mental est une situation fréquente

Plus en détail

Une hérédité à part : les maladies mitochondriales

Une hérédité à part : les maladies mitochondriales Une hérédité à part : les maladies mitochondriales Docteur Marjolaine WILLEMS Génétique Médicale Centre de Référence Anomalies du Développement 06/12/2011 La mitochondrie Chromosomes (contiennent les gènes

Plus en détail

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI.

Illustration/figure 1 : IRM incidence axiale, séquence Flair. Hypersignaux de la substance blanche non évolutifs, classés OBNI. Diagnostic des hypersignaux de la substance blanche Publié le 14 Fév 2011 P. LABAUGE, Service de Neurologie, CHU de Nîmes La mise en évidence d hypersignaux de la substance blanche est très fréquente en

Plus en détail

LES CYTOPATHIES MITOCHONDRIALES. Quand? Comment? Dr F. Taithe Centre de référence des neuropathies rares 11/04/2014

LES CYTOPATHIES MITOCHONDRIALES. Quand? Comment? Dr F. Taithe Centre de référence des neuropathies rares 11/04/2014 LES CYTOPATHIES MITOCHONDRIALES Quand? Comment? Dr F. Taithe Centre de référence des neuropathies rares 11/04/2014 Phosphorylation Oxydative NAD+ FAD NADH FADH2 Cycle de Krebs = Voie finale commune de

Plus en détail

Noyaux gris centraux D. Hasboun 2006-2007 1

Noyaux gris centraux D. Hasboun 2006-2007 1 Noyaux gris centraux 2006-2007 1 IRM T1 Définitions Archéostriatum : amygdale Paléostriatum : pallidum Globus pallidus interne (GPi) Globus pallidus externe (Gpe) Néostriatum : Noyau caudé Putamen Corps

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

ASPECT IRM DU NEUROBEHCET. A PROPOS DE 34 CAS

ASPECT IRM DU NEUROBEHCET. A PROPOS DE 34 CAS ASPECT IRM DU NEUROBEHCET. A PROPOS DE 34 CAS S.Bourkhis, N.Hammami, L.Belghith, R.Sebai,Z.Belakhdher, S.Nagi, M Ben Hammouda Service de neuroradiologie Institut national de neurologie Tunis INTRODUCTION

Plus en détail

Apport de l imagerie de Diffusion dans le Diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jacob : à propos de 3 cas

Apport de l imagerie de Diffusion dans le Diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jacob : à propos de 3 cas Apport de l imagerie de Diffusion dans le Diagnostic de la maladie de Creutzfeldt-Jacob : à propos de 3 cas S. Chanalet 1, C. Raffaelli 1, M. Borg 2, C. Wattine 1, B. Padovani 1 1: Service de Radiologie,

Plus en détail

L IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DU NEURO-BEHÇET (A propos de 36 cas)

L IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DU NEURO-BEHÇET (A propos de 36 cas) L IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DU NEURO-BEHÇET (A propos de 36 cas) N. Cherif Idrissi El Ganouni1, L. Akka1, H. Jaafari2, N. Kissani2, O. Essadki1, A.Ousehal1. (1) Service de radiologie, (2) service

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

IMAGERIE NEURORADIOPÉDIATRIQUE et E-LEARNING

IMAGERIE NEURORADIOPÉDIATRIQUE et E-LEARNING IMAGERIE NEURORADIOPÉDIATRIQUE et E-LEARNING CAS CLINIQUES INTERACTIFS EN NEURORADIOPÉDIATRIE --------- C.Langlois, D. Hoa, A. Roubertie, N. Leboucq, A. Bonafé CHU Montpellier-France IMAGERIE NEURORADIOPÉDIATRIQUE

Plus en détail

Maladies mitochondriales de l enfant. Présentations cliniques, Démarche diagnostique, Diagnostics différentiels

Maladies mitochondriales de l enfant. Présentations cliniques, Démarche diagnostique, Diagnostics différentiels Maladies mitochondriales de l enfant Présentations cliniques, Démarche diagnostique, Diagnostics différentiels Maladies mitochondriales Incidence 1/8000 naissance vivante Hétérogénéité clinique et génétique

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Insuffisance hépatique et chaîne respiratoire

Insuffisance hépatique et chaîne respiratoire Insuffisance hépatique et chaîne respiratoire Emmanuel Gonzalès Abdel Slama Hépatologie et Transplantation Hépatique Pédiatriques Biochimie Centre de Référence associé pour les Maladies Mitochondriales

Plus en détail

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique

Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique S A l (1) G H (2) S S Aptel (1), G Hossu (2), S Foscolo (1), J Felblinger (2), S Bracard (1) CHU Hôpital central, service de neuroradiologie, Nancy (1) CHU BRABOIS, Centre d investigation clinique innovation

Plus en détail

Progrès dans les pathologies mitochondriales

Progrès dans les pathologies mitochondriales 5669_ Page 69 Vendredi, 4. mars 2011 12:09 12 Chapitre 5 Progrès dans les pathologies mitochondriales Annabelle Chaussenot, Agnès Rötig, Véronique Paquis-Flucklinger Points essentiels Les maladies mitochondriales

Plus en détail

UNE FORME FAMILIALE D ATROPHIE MULTI- SYSTEMATISEE (AMS) : APPORT DE L IMAGERIE PAR RESONNANCE MAGNETIQUE

UNE FORME FAMILIALE D ATROPHIE MULTI- SYSTEMATISEE (AMS) : APPORT DE L IMAGERIE PAR RESONNANCE MAGNETIQUE UNE FORME FAMILIALE D ATROPHIE MULTI- SYSTEMATISEE (AMS) : APPORT DE L IMAGERIE PAR RESONNANCE MAGNETIQUE Abdoulaye Dione DIOP 1, kamador TOURE 2, Moulid Ali MAIDAL 2, Abdoulaye Ndoye DIOP 1, Moustapha

Plus en détail

DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON

DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON DIAGNOSTIC D UNE MALADIE DE WILSON ATP7B S. BARGE 11/12/2009 INTRODUCTION Syndrome «hépato-lenticulaire» Maladie génétique RARE Accumulation toxique tissulaire de cuivre libre Transmission autosomique

Plus en détail

IRM dans l exploration de l épilepsie de l enfant: revue iconographique

IRM dans l exploration de l épilepsie de l enfant: revue iconographique IRM dans l exploration de l épilepsie de l enfant: revue iconographique Journées françaises de radiologie 2010 M. Trichard (1), A. Léautaud (2), N. Bednarek (3), G. Mac-Caby (4), S. Cardini-Poirier (4),

Plus en détail

Anatomie interne du cerveau

Anatomie interne du cerveau Anatomie interne du cerveau La morphologie interne du cerveau est complexe, sous le cortex on trouve la substance blanche dans laquelle on trouve de volumineux noyaux. Ce sont des amas de corps cellulaire

Plus en détail

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE

LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE LE CREUX AXILLAIRE : LE NORMAL ET LE PATHOLOGIQUE S.EL HADDAD, Z.JAMALEDDINE, A.EL QUESSAR, M.M.CHERKAOUI SERVICE D IMAGERIE MÉDICALE HÔPITAL UNIVERSITAIRE CHEIKH ZAID INTRODUCTION 1 Creux axillaire compartiment

Plus en détail

INTOLERANCE MUSCULAIRE DOULOUREUSE A L EFFORT. Conduite à tenir. Eliminer les autres causes de douleurs à l effort : canal lombaire étroit et artérite

INTOLERANCE MUSCULAIRE DOULOUREUSE A L EFFORT. Conduite à tenir. Eliminer les autres causes de douleurs à l effort : canal lombaire étroit et artérite INTOLERANCE MUSCULAIRE DOULOUREUSE A L EFFORT Conduite à tenir Définition et données cliniques Eliminer les autres causes de douleurs à l effort : canal lombaire étroit et artérite Concerne les patients

Plus en détail

Imagerie TEP (PETscan) pour évaluer et suivre les neuro histiocytoses. Maria-Joao Ribeiro

Imagerie TEP (PETscan) pour évaluer et suivre les neuro histiocytoses. Maria-Joao Ribeiro Imagerie TEP (PETscan) pour évaluer et suivre les neuro histiocytoses Maria-Joao Ribeiro CHRU, INSERM U930, Université François Rabelais, Tours traiter et vivre avec une atteinte neurologique dans l'histiocytose

Plus en détail

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls»

Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Imagerie par Résonnance Magnétique «Pour les nuls» Journée d Automne de la société gérontologique de Normandie Vendredi 21 Octobre 2011 Amélie BREMARE (1), Dr VELE (2) (1) Interne Médecine Physique et

Plus en détail

Traumatismes crâniens

Traumatismes crâniens Traumatismes crâniens Traumatismes crâniens graves Scanner cérébral = examen de référence pour le bilan lésionnel au stade aigu Sans injection Avec la charnière cervico-occipitale ± rachis cervical avec

Plus en détail

Pronostic neurologique à long terme des aciduriesorganiques classiques

Pronostic neurologique à long terme des aciduriesorganiques classiques Pronostic neurologique à long terme des aciduriesorganiques classiques Etude rétrospective et comparative d une série de 80 patients Nizon M., Touati G., Valayannopoulos V., Arnoux J.B., Brassier A, Desguerre

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Maladies mitochondriales de l adulte: particularités cliniques

Maladies mitochondriales de l adulte: particularités cliniques Maladies mitochondriales de l adulte: particularités cliniques Fanny MOCHEL, MD, PhD UF Neurométabolique Bio-clinique et Génétique Département de Génétique Institut du Cerveau et de la Moelle,, Inserm

Plus en détail

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS

NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS NEUROSARCOIDOSE A LOCALISATION THALAMIQUE. A PROPOS D UN CAS N. Cherif Idrissi El Ganouni 1, M. Ouali Idrissi 1, A.Benhaddou 1, T. Abou El Hassan 2, O. Essadki 1, A. Ousehal 1 1 : Service de Radiologie,

Plus en détail

Effets de l alcool éthylique sur le système nerveux central en spectroscopie protonique

Effets de l alcool éthylique sur le système nerveux central en spectroscopie protonique Effets de l alcool éthylique sur le système nerveux central en spectroscopie protonique A. Urbanik, J. Kozub, B. Sobiecka, I. Herman- Sucharska, M. Grzybek Département de Radiologie Collegium Medicum de

Plus en détail

Spectroscopie par résonance magnétique. Aspects théoriques et pratiques. Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière

Spectroscopie par résonance magnétique. Aspects théoriques et pratiques. Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière Spectroscopie par résonance magnétique Aspects théoriques et pratiques Damien Galanaud Service de Neuroradiologie Hôpital La Pitié Salpêtrière Objectifs - Comprendre les bases de la spectroscopie - Maitriser

Plus en détail

Lymphome cérébral malin primitif Récidives sans prise de contraste à l IRM

Lymphome cérébral malin primitif Récidives sans prise de contraste à l IRM Lymphome cérébral malin primitif Récidives sans prise de contraste à l IRM N. Martin-Duverneuil, M. Sierra Del Rio, K. Mokhtari,D. Leclercq, S. Navarro, R. Guillevin, C. Soussain, K. Hoang-Xuan, J. Chiras

Plus en détail

Remerciements à Madame Françoise Jauzein, de l INRP, pour l aide précieuse qu elle a apporté.

Remerciements à Madame Françoise Jauzein, de l INRP, pour l aide précieuse qu elle a apporté. Pierre Breton, Professeur de SVT, formateur, Lycée Henri Wallon, Valenciennes Académie de Lille Utilisation du logiciel Eduanatomist EduAnatomist est un logiciel de visualisation d'images de neuroimagerie.

Plus en détail

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas)

APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) APPORT DE L IRM DANS LE DIAGNOSTIC DES SPONDYLODISCITES INFECTIEUSES (à propos de 27 cas) D DAKOUANE, M EL MOULATTAF, H KAMRANI, I EL IDRISSI, N IDRISSI EL GUANNOUNI, M OUALI IDRISSI, H JALAL, O ESSADKI,

Plus en détail

Le syndrome de Joubert Le syndrome de Joubert-Boltshauser

Le syndrome de Joubert Le syndrome de Joubert-Boltshauser -Boltshauser La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur le

Plus en détail

La maladie de Huntington

La maladie de Huntington La maladie de Huntington Chorée de Huntington La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est

Plus en détail

Tableau clinique du SAF et de l ETCAF

Tableau clinique du SAF et de l ETCAF Tableau clinique du SAF et de l ETCAF L alcool est une substance tératogène, il provoque des malformations. On ne connaît pas le seuil minimal sans risque pendant la grossesse. Avant d aborder l Ensemble

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

La Maladie D Alzheimer Homa Adle-Biassette

La Maladie D Alzheimer Homa Adle-Biassette La Maladie D Alzheimer Homa Adle-Biassette Anatomie Pathologique Hôpital Lariboisière Université Paris VII La Maladie d Alzheimer Généralités La plus fréquente des maladies dégénératives du SNC + 850 000

Plus en détail

Staff Pinel. Salle Gustave Roussy et service de génétique. 11 SEPTEMBRE 2014 Jennifer YEUNG/ Claire EWENCZYK

Staff Pinel. Salle Gustave Roussy et service de génétique. 11 SEPTEMBRE 2014 Jennifer YEUNG/ Claire EWENCZYK Staff Pinel Salle Gustave Roussy et service de génétique 11 SEPTEMBRE 2014 Jennifer YEUNG/ Claire EWENCZYK Histoire de la maladie Mme L., 51 ans, Depuis 2009 (46 ans), installation progressive d une dysarthrie,

Plus en détail

Erreurs diagnostiques en maladies métaboliques: à propos de 5 cas

Erreurs diagnostiques en maladies métaboliques: à propos de 5 cas Erreurs diagnostiques en maladies métaboliques: à propos de 5 cas Anaïs Brassier Hôpital Necker- Enfants Malades Paris Centre de référence des Maladies Héréditaires du Métabolisme de l enfant et de l adulte

Plus en détail

TRAUMATISMES CRANIENS

TRAUMATISMES CRANIENS TRAUMATISMES CRANIENS Pr J THIEBOT Pôle Imagerie CHU ROUEN I. GENERALITES II. PHYSIOPATHOLOGIE III. CLINIQUE IV. LESIONS ELEMENTAIRES ANATOMIQUES V. TECHNIQUES D'IMAGERIE VI. DIAGNOSTICS RADIOLOGIQUES

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Les hétérotopies en IRM. CPDPN 18/11/14 Frédérique NUGUES

Les hétérotopies en IRM. CPDPN 18/11/14 Frédérique NUGUES Les hétérotopies en IRM CPDPN 18/11/14 Frédérique NUGUES Neurones en position anormale (substance grise) = trouble de la migration neuronale Localisation - sus tentorielle entre la paroi ventriculaire

Plus en détail

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris

IRM du cancer de la prostate. François CORNUD, Paris IRM du cancer de la prostate François CORNUD, Paris IRM du CaP en 2009 1990-2000 : détection des T3 occultes 2000-2010 : évolution technologique IRM fonctionnelle : localiser la tumeur lympho-irm : méts

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6).

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). II.2.4.3 LA CHAINE RESPIRATOIRE MITOCHONDRIALE La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). Figure 2-6 Résumé du métabolisme énergétique

Plus en détail

Du malade au gène: aléas de la recherche appliquée

Du malade au gène: aléas de la recherche appliquée UNITE DE GENETIQUE MEDICALE UNIVERSITE SAINT-JOSEPH Du malade au gène: aléas de la recherche appliquée Eliane CHOUERY KHOURY Journées de la recherche à l USJ La publication académique: moyens et enjeux

Plus en détail

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2

Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 Actualités IRM dans la SEP Thomas Tourdias 1, 2 (1) Service de NeuroImagerie Diagnostique et Thérapeutique, CHU Bordeaux, Université de Bordeaux (2) Neurocentre Magendie, INSERM U 862, Université de Bordeaux

Plus en détail

Contrôle central du mouvement

Contrôle central du mouvement Contrôle central du mouvement Contrôle spinal du mouvement - Moelle épinière. Contrôle des mouvements stéréotypés telles que la marche et la course sans obstacles. Contrôle descendant du mouvement Cerveau.

Plus en détail

Quelle valeur de l hématome sous-dural dans le diagnostic du SBS?

Quelle valeur de l hématome sous-dural dans le diagnostic du SBS? Quelle valeur de l hématome sous-dural dans le diagnostic du SBS? Pr Catherine Adamsbaum Université Paris Sud, Faculté de Médecine AP-HP Hôpital Bicêtre Imagerie Pédiatrique LTCI, CNRS, Télécom ParisTech

Plus en détail

Imagerie des syndromes démentiels

Imagerie des syndromes démentiels Imagerie des syndromes démentiels Jean-Christophe Ferré B. Carsin-Nicol, M. Carsin, J-Y Gauvrit Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale CHU Rennes Remerciements au Dr S.

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION

IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION INTRODUCTION IMAGERIE CEREBRALE DES ENFANTS SECOUES: APPORT DE L IRM DE DIFFUSION J Baud, F Belloy, B Richter, G de la Gastine, M Jokic, M Hamon CHU Caen France Service de Neuroradiologie INTRODUCTION Le syndrome des

Plus en détail

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital

la Quadranopsie: Le trajet du message nerveux de la rétine au cortex occipital CORRECTION du TP3: Exemples de troubles de la vision Méthodologie pour ce travail : Faire le lien entre la modification du champ visuel et la lésion constatée. Conclure sur le traitement de l information

Plus en détail

AUTISME Troubles Envahissants du Développement

AUTISME Troubles Envahissants du Développement AUTISME Troubles Envahissants du Développement Sémiologie chez le nourrisson Dr Stéphanie Marignier, neuropédiatre Centre de Ressources Autisme Rhône-Alpes Troubles envahissants du développement altérations

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS

L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE. Vincent de PARADES PARIS L ATROPHIE DU SPHINCTER ANAL EXTERNE en ENDOSONOGRAPHIE TRIDIMENSIONNELLE Vincent de PARADES PARIS INTRODUCTION L incontinence anale du post-partum partum relève de deux mécanismes : la déchirure de l

Plus en détail

Les nouveautés dans la Sclérose en Plaques en 2012 Les nouveaux critères

Les nouveautés dans la Sclérose en Plaques en 2012 Les nouveaux critères Les nouveautés dans la Sclérose en Plaques en 2012 Les nouveaux critères Professeur Pierre LABAUGE Clinique de la SEP CHU de Nimes CHU de Montpellier 04 66 68 32 61 04 67 33 74 13 labauge@yahoo.fr Jeudi

Plus en détail

«Ataxie Cérébelleuse Autosomique Hypertrophique» à propos de 6 observations

«Ataxie Cérébelleuse Autosomique Hypertrophique» à propos de 6 observations «Ataxie Cérébelleuse Autosomique Hypertrophique» à propos de 6 observations Stéphane Cantin 1, Alexandre Krainik 1, Sylvie Grand 1, Klaus Dieterich 2, Sylvain Icéta 1, Jean-François Le Bas 1, Pierre-Simon

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie.

Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. Structure spatiale et modes de croissance tumorale des gliomes. Conséquences diagnostiques et corrélations avec l l imagerie. P.Varlet. Hopital Sainte Anne et Inserm U752 Paris V. PLAN Structure spatiale

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM

Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM Traumatismes du rachis cervical : évaluation par scanner et IRM MDCT and MRI evaluation of cervical spine trauma Michael Utz & Shadab Khan & Daniel O Connor & Stephen Meyers Elsa Meyer 24/04/14 A. Introduction

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON F. CATTIN, J.F. BONNEVILLE Service de Neuroradiologie. CHU Besançon. France INTRODUCTION Synonymes:

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

ATLAS DES MALFORMATIONS DE LA FOSSE CÉRÉBRALE POSTÉRIEURE CHEZ L ENFANT D.BASRAOUI, A. HASSI, D. DAKOUANE, O. ESSADKI, A. OUSEHAL.

ATLAS DES MALFORMATIONS DE LA FOSSE CÉRÉBRALE POSTÉRIEURE CHEZ L ENFANT D.BASRAOUI, A. HASSI, D. DAKOUANE, O. ESSADKI, A. OUSEHAL. ATLAS DES MALFORMATIONS DE LA FOSSE CÉRÉBRALE POSTÉRIEURE CHEZ L ENFANT D.BASRAOUI, A. HASSI, D. DAKOUANE, O. ESSADKI, A. OUSEHAL. Service de Radiologie, CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc. INTRODUCTION

Plus en détail

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral

Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Résultats et valeur pronostique d IRM après trauma cérébral Yanai H, Tapia-Nieto R, Cherubini GB, et al. JAVMA 2015;246 :1222-1229 Cette étude rétrospective rapporte les résultats d examens IRM réalisés

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Intérêt de l IRM avec injection du Dotarem chez les nouveau-nés nés et nourrissons de moins

Plus en détail

Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant. La filière médicale. Pr Paul Valensi

Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant. La filière médicale. Pr Paul Valensi Centre Intégré Nord Francilien de prise en charge de l obésité de l adulte et de l enfant La filière médicale Pr Paul Valensi Prévalence de l obésité par région et son évolution depuis 1997 ObEpi Relation

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

Télémédecine. Téléradiologie

Télémédecine. Téléradiologie Téléradiologie Transmission données numériques Rapide Sécurisée Modes alternatifs d organisation médicale Garder les compétences à l Assistance Publique HPST Art. 78 21 juillet 2009 décret 19 oct 2010

Plus en détail

CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE. Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr

CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE. Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr CENTRE D INVESTIGATION CLINIQUE-INNOVATION TECHNOLOGIQUE Gabriela HOSSU CIC-IT Nancy g.hossu@chu-nancy.fr ARTICULATION RECHERCHE EN IMAGERIE NANCY Recherche Fondamentale Pr. Jacques Felblinger Recherche

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants

Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants Imagerie des hématomes survenus sous anticoagulants S. Ennouchi, A. Henon, A. Belkacem, L. Monnier-Cholley, JM. Tubiana, L. Arrivé Service de Radiologie - Hôpital Saint-Antoine Introduction Les complications

Plus en détail

Module 2 L état clinique d une personne

Module 2 L état clinique d une personne Hospices Civils de Beaune Module 2 L état clinique d une personne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 30/10/15 Durée : 3h30 Anatomie-Physiologie Le système nerveux Les organes

Plus en détail

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE

ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE MASSE DES PARTIES MOLLES CONTENANT DE LA GRAISSE J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, J ROUSSEAU, F LAROUSSERIE, E PLUOT, R BAZELI, R CAMPAGNA, H GUERINI, F THEVENIN,

Plus en détail

Stage découverte du monde de la recherche en Physiologie

Stage découverte du monde de la recherche en Physiologie LOGO de l UJF LOGO du DLST Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives UFRAPS* Grenoble Licence 1 ère année Rapport de stage Stage découverte du monde de la recherche en Physiologie Lenogue

Plus en détail

Anomalies chromosomiques

Anomalies chromosomiques 12 Où puis-je avoir plus d information sur les anomalies chromosomiques? Anomalies chromosomiques Ceci est un guide succinct sur les anomalies chromosomiques. Pour de plus amples informations vous pouvez

Plus en détail

Imagerie cérébrale actuelle du sujet âgé. Service d'imagerie Morphologique et Fonctionnelle Pr MEDER CH Sainte-Anne Paris

Imagerie cérébrale actuelle du sujet âgé. Service d'imagerie Morphologique et Fonctionnelle Pr MEDER CH Sainte-Anne Paris Imagerie cérébrale actuelle du sujet âgé Service d'imagerie Morphologique et Fonctionnelle Pr MEDER CH Sainte-Anne Paris 1. Faut-il explorer une démence en imagerie? Imaging the brain in dementia : expensive

Plus en détail

La neuropathie optique héréditaire de Leber

La neuropathie optique héréditaire de Leber La neuropathie optique héréditaire de Leber Atrophie optique de Leber La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame,

Plus en détail

Chapitre IV Le contrôle nerveux des mouvements volontaires ou De l intention à l acte

Chapitre IV Le contrôle nerveux des mouvements volontaires ou De l intention à l acte Chapitre IV Le contrôle nerveux des mouvements volontaires ou De l intention à l acte Mouvement volontaire? Acte moteur conscient + ou dirigé vers un but. Ne nécessite pas obligatoirement un stimulus externe

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT)

MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT) MALFORMATIONS VASCULAIRES INTRA- CRANIENNES (Cours DCEM, janvier 2006, Professeur Patrick TOUSSAINT) Ce sont des anomalies congénitales qui se développent entre la 4ème et la 8ème semaine de vie intra-utérine.

Plus en détail

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau

Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Chapitre 2 : De la rétine au cerveau Document illusions d optique Les illusions d'optique nous montrent que l'image que nous percevons ne correspond pas toujours à la réalité. En fait, l'œil reçoit les

Plus en détail

M. CHAABOUNI, S. HADDAR, S. CHAABOUNI, H. ABID, C. DABBECH, H. NEJI, K. BEN MAHFOUUDH, J. MNIF Service d imagerie médicale-chu Habib

M. CHAABOUNI, S. HADDAR, S. CHAABOUNI, H. ABID, C. DABBECH, H. NEJI, K. BEN MAHFOUUDH, J. MNIF Service d imagerie médicale-chu Habib M. CHAABOUNI, S. HADDAR, S. CHAABOUNI, H. ABID, C. DABBECH, H. NEJI, K. BEN MAHFOUUDH, J. MNIF Service d imagerie médicale-chu Habib Bourguiba-Sfax-Tunisie Introduction L encéphalomyélite aiguë disséminée

Plus en détail

LA JOURNÉE DES FAMILLES DE CSC

LA JOURNÉE DES FAMILLES DE CSC Association «Connaître les Syndromes Cérébelleux» LA JOURNÉE DES FAMILLES DE CSC «Syndromes Cérébelleux : comprendre pour mieux aider nos enfants» Samedi 23 novembre 2013 Institut de myologie Hôpital Pitié-

Plus en détail

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*,

Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, JFR 09 Apport de l imagerie dans les tumeurs glomiques des doigts. À propos de 15 cas Saïd AKJOUJ*, Belkacem CHAGAR**, Mohamed MAHI*, Siham SEMLALI*, Touria AMIL*, Ahmed HANINE*, Souâd CHAOUIR*, Amina

Plus en détail

NEURORADIOLOGIQUE. Rt : Laure Blanchard RL : Virginie Bliah 1/17

NEURORADIOLOGIQUE. Rt : Laure Blanchard RL : Virginie Bliah 1/17 Rt : Laure Blanchard RL : Virginie Bliah NEURORADIOLOGIQUE Ce cours reprend beaucoup de notions vues dans le cours de neuroradiologie d UE8. D ailleurs merci à Valentin Renaud pour sa ronéo d UE8 dont

Plus en détail

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental?

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Dr Nathalie MEÏER, CH Carcassonne. Soirée de la SOFOMEC «Le handicap mental : de l enfant à l adulte», 3 Juin 2010 Les approches cliniques

Plus en détail

La maladie de Strümpell- Lorrain Paraplégie spastique familiale

La maladie de Strümpell- Lorrain Paraplégie spastique familiale La maladie de Strümpell- Lorrain Paraplégie spastique familiale La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur,

Plus en détail

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice.

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Laurent Bouyer, Ph.D. Professeur agrégé département de réadaptation

Plus en détail

Organisation du suivi dans le cadre d un réseau

Organisation du suivi dans le cadre d un réseau Organisation du suivi dans le cadre d un réseau Mandovi Rajguru Pédiatre Maternité Hôpital Bichat Claude Bernard Journée des pédiatres de maternité GENIF 04 Juin 2009 Introduction Constitution d un réseau

Plus en détail

Surdités Mitochondriales. Sandrine Marlin Centre de référence des surdités génétiques Département de Génétique Hôpital Necker

Surdités Mitochondriales. Sandrine Marlin Centre de référence des surdités génétiques Département de Génétique Hôpital Necker Surdités Mitochondriales Sandrine Marlin Centre de référence des surdités génétiques Département de Génétique Hôpital Necker LA SURDITÉ 1/1000 naît sourd profond ou sévère 1/700 sourd avant âge adulte

Plus en détail