Variabilité de la la maturation osseuse du poignet en. période pré et et per pubertaire. Comparaison des méthodes d évaluation.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Variabilité de la la maturation osseuse du poignet en. période pré et et per pubertaire. Comparaison des méthodes d évaluation."

Transcription

1 Variabilité de la la maturation osseuse du poignet en période pré et et per pubertaire. Comparaison des méthodes d évaluation. N Colavolpe *, K Chaumoître *, P Kbaier *, O Dutour **, H Chaudet ***, M Panuel * * Service d Imagerie Médicale Hôpital Nord CHU Marseille ** Département d information Médicale Hôpital Nord CHU Marseille *** Laboratoire d Anthropologie biologique, UMR 6578 CNRS- Université de la Méditerranée

2 Introduction: définitions Maturation osseuse Séries de transformations du squelette osseux Séquence donnée de stades reconnaissables Immaturité totale Mésenchyme Cartilage = chondrification Ossification des noyaux Croissance / Modelage Fusion des épiphyses Maturation complète (adulte) Os ronds (carpe) Os longs (noyaux épiphysaires)

3 Introduction: définitions Maturation osseuse (2) 0 % Age osseux 100 %

4 Introduction: définitions Age osseux Applications (main-poignet) Pathologie Croissance : excès / défaut Puberté : retard / avance Maladie chronique : suivi Normal Etudes anthropologiques Etudes sanitaires Médico-légal Interprétation en période pré et per pubertaire Variabilité majorée? Juridiction compétente et conséquence pénale différentes selon âges civils : ans

5 Introduction: définitions Méthodes d évaluation de l âge osseux Que peut-on utiliser en péri pubertaire? Chronologique Numération des points d ossification ( Déjà tous présents ) Morphologique Comparaison à un atlas Cotation des points d ossification Greulich et Pyle Tanner-Withehouse Sempé (Maturos)

6 Introduction: objectifs Problématiques Méthodes d évaluation : Pas de standard universel DATE POPULATION REF METHODOLOGIE CÔTE INTERÊT Greulich-Pyle Todd Américains Atlas Gauche Edition 1959 Origine: Nord Europe TW1 et TW Britanniques Cotation Gauche TW3 RUS Révision1990 Texans Sempé Français Cotation Gauche Population proche Maturos Facilité? Précision? Méthodologies et populations référentes différentes Performances controversées Evolution séculaire (Himes, 1984) : Applicabilité aux populations contemporaines?

7 Introduction: objectifs Objectifs Interprétation d un âge osseux Marseille Variabilité méthodologique? Age osseux (AO) Age chronologique (AC) 1. Variabilité de la maturation osseuse Variabilité individuelle : Caractéristiques de la population étudiée Observateur : Répétabilité et Reproductibilité Méthode : Faible variabilité? Précision 2. Applicabilité de la méthode : AO estimé = AC moyen?? Choix de la méthode la plus adaptée à notre population

8 Matériels et Méthodes D après Geluck

9 Matériel et méthode Population étudiée Constitution de l échantillon Recrutement longitudinal : avril 2000 à avril 2004 Service Imagerie Médicale Hôpital Nord CHU Marseille Radiographie de la main et du poignet Indication : Traumatisme Prescription du service des Urgences pédiatriques

10 Matériel et méthode Population étudiée (2) Critères d inclusion Individu Enfants de 9 à 15 ans Etat civil fiable Première admission Pas d antécédent connu (protocole des urgences) Radiographie Main et poignet (1 / enfant) droit ou gauche Qualité technique Pathologie osseuse non visible

11 Matériel et méthode Recueil des données Evaluation de l âge osseux Rétrospective En aveugle (identité et âge réel masqués) Radiologue en formation (NC) Méthodes utilisées: RADIO Atlas de Greulich et Pyle L AGE OSSEUX Maturation osseuse Tanner -Whitehouse (TW3 (TW3-RUS) D après Dupuis, 1990 Sempé (Maturos 4.0 )

12 Matériel et méthode Recueil des données: méthodes utilisées Fille 11 ans Atlas de de Greulich et et Pyle Filles et garçons séparés Comparaison globale avec les planches de l atlas F Radiographie de l enfant Planche de l atlas Sélection de la planche la plus semblable Attribution de l âge osseux associé à la planche retenue

13 Matériel et méthode Recueil des données: méthodes utilisées 11 ans 9 mois F Radiographie de l enfant Sempé (Maturos 4.0 )) Comparaison successive de 22 os avec les schémas et textes explicatifs proposés Calcul par le logiciel du pourcentage de maturation et de l équivalent en âge osseux

14 Matériel et méthode Recueil des données: méthodes utilisées F Radiographie de l enfant Comparaison avec les schémas et texte explicatifs. Attribution d un score individuel (RUS = 13 os) Tanner -Whitehouse (TW3-RUS)

15 Matériel et méthode Recueil des données: méthodes utilisées F Radiographie de l enfant Tanner -Whitehouse (TW3-RUS) Conversion du score global de maturation osseuse en âge osseux

16 Matériel et méthode Recueil des données Données complémentaires Comparaison droite / gauche (appariement par sexe et âge) Répétabilité de NC Reproductibilité de NC / Radio-pédiatre Outils statistiques utilisés : Seuil signification p<0,05 Bland et Altman (Lancet, 1986), Test-T et Analyses de variance

17 Résultats Variabilité de la maturation osseuse Relation entre l âge osseux (AO) et l âge réel (AC) Autres résultats Comparaison droite -gauche Répétabilité (intra observateur) Reproductibilité Durée de la méthode Reproductibilité (inter observateur) L étoile Mystérieuse, Hergé, Edition Casterman

18 Résultats Age osseux estimé (AO) en fonction de l âge chronologique (AC) G A R C O N S F I L L E S Age osseux (ans) Age osseux (ans) Age chronologique (ans) Age chronologique (ans) Age osseux (ans) Age osseux (ans) Age chronologique (ans) Age chronologique (ans) Age osseux (ans) Age osseux (ans) Age chronologique (ans) Age chronologique (ans) Greulich et Pyle (GP) TW3-RUS Maturos 4.0 Régression linéaire Ligne d égalité AO = AC Dispersion large 13 ans AC AO (GP) G : 11,5 à 14 ans F : 12 à 15 ans 13 ans AO (GP) AC G : 11,5 à 14,5 ans F : 11 à 14 ans

19 Résultats Variabilité de la la maturation osseuse (3) (3) ) s n ( a x u e s o e g A Garçons Classe d'âge (année civile) Méthode AC GP Maturos TW3 ) s n ( a x u e s o e g A Filles Classe d'âge (année civile) Methode AC GP Maturos TW3 95 % de la population = Age osseux moyen ( ) +/- 2 écarts-types ( ) Variabilité moyenne par année civile Garçons : 4 ans à 4 ans 4 mois Filles : 3 ans 6 mois à 4 ans 6 mois

20 Résultats Variabilité de la la maturation osseuse (4) (4) Garçons Filles Ecart Type (mois) Ecart Type (mois) Classes d'âge chronologique (ans) Classes d'âge chronologique (ans)) GP TW3 Maturos GP TW3 Maturos Fluctuation de l écart-type type moyen en fonction de l âge Filles > Garçons Augmente entre 10 et 14 ans chez les filles (GP et TW3-RUS)

21 Résultats Variabilité de la maturation osseuse Comparaison entre l âge osseux (AO) et l âge réel (AC) Autres résultats Comparaison droite -gauche Répétabilité (intra observateur) Reproductibilité Durée de la méthode Reproductibilité (inter observateur) L étoile Mystérieuse, Hergé, Edition Casterman

22 Résultats Comparaison âge osseux (AO) (AO) et et âge chronologique (AC) (AC) Différence moyenne entre AO et AC (entre 9 et 15 ans) AO < AC Garçons : GP (-1,5 mois) TW3 (-2,7 mois) Maturos (-3 mois) AO AC Filles : TW3-RUS Maturos 4.0 AO > AC Filles : GP (+2,8 mois) 4,5 3,5 2,5 1,5 s ) n (a 0,5 C A - -0,5 s r o tu a -1,5 M O -2,5 A -3, SD 1,9 ans Différence moyenne significative Mean - 3 mois SD -2,5 ans Maturos 4.0 chez le garçon (Anova : p= 0,025 ; IC 95 % de -5,7 à -0,3 mois) -4,5-5, Age moyen entre AO Maturos et AC (ans) Méthode graphique de Bland et Altman (Lancet, 1986)

23 Résultats Comparaison entre âge osseux et et âge chronologique (2) (2) AO - AC : Fluctuation en fonction de l âge chronologique AO-AC (mois) G arçons Classe d'âge chronologique (années) GP TW3 Maturos AO-AC (mois) Filles Classe d'âge chronologique (années) GP TW3 Maturos Evolution comparable avec les 3 méthodes ans Evolution différente à partir de 12 ans (Maturos 4.0) 15 ans Ecart moyen de 5 à 12 mois (sauf TW3-RUS chez la fille)

24 Résultats Autres résultats Comparaison droite / gauche Différence moyenne 2 mois Différence non significative (Test-T : p = 0,181 à 0,863) Répétabilité (20 % échantillon) Différence moyenne +/- Ecart-type : 3 mois +/- 5 à 6 mois Différence non significative (Anova : p = 0,864 à 0,882) MP L2 D NC L1 G Reproductibilité Reproductibilité (10 % échantillon) Différence moyenne +/- Ecart-type : 3 mois +/- 4 à 8 mois Différence non significative ( Anova : p = 0,750 à 1,000) Durée moyenne des méthodes 1, 5 min. (GP) / 4,5 à 3 min. (TW3-RUS et Maturos 4.0 )

25 Discussion Discussion Facteurs de variabilité de la maturation osseuse estimée Variabilité intra et inter observateur non significative Variabilité observée = population + Méthode Population marseillaise Variabilité > population référente Population composite Multi-ethnicité / Socio-économique Méthodologie Variabilité par année civile complète et non au jour anniversaire Méthodes Garçons Méthodes comparables Filles Variabilité Maturos < GP et TW3-RUS? Faible variabilité Précision

26 Discussion Facteurs de fluctuation de la variabilité Puberté Vitesse de maturation non constante Age variable de début Filles Influence hormonale ++ Variabilité augmente Effet puberté plus précoce bien visible entre 9-15 ans Filles > Garçons Effet puberté retardé peu visible entre 9-15 ans? Ecart Type (mois) Puberté Classes d'âge chronologique (ans)) Fin puberté Maturation osseuse complète (15-16 ans chez la fille) Variabilité diminue GP TW3 Maturos Variabilité péri pubertaire = Age osseux moyen +/- 1,5 à 2,5 ans

27 Discussion Facteurs de variabilité de la maturation osseuse estimée Ecart Type (mois) AO-AC (mois) Classes d'âge chronologique (ans) (années) GP TW3 Maturos GP TW3 Maturos Filles Garçons Comparaison AO et AC Méthodes comparables Ecart Type (mois) Classes d'âge chronologique (ans)) GP TW3 Maturos Filles Variabilité Maturos < GP et TW3-RUS? Faible variabilité Précision

28 Discussion Maturos 4.0 chez la fille Hypothèses proposées pour le profil de maturation osseuse différent Mauvaise utilisation de la méthode par NC? Erreur méthodologique intrinsèque à Maturos 4.0? Pondération différente des os selon les méthodes : Maturation différentielle entre le carpe et le RUS Maturos GP TW3-RUS Fin de la maturation du carpe à partir de 11 ans chez la fille (Tanner et al, 2001) Faible variabilité observée chez la fille? Précision de la méthode en per pubertaire?

29 Discussion Comparaison entre âge chronologique (AC) et âge osseux (AO) Différence moyenne 3 mois Utilisation possible de GP et TW3-RUS pour notre population (Maturos 4.0?) Garçons A partir de 12 ans Retard progressif / populations de référence Sous-estimation moyenne de l âge civil de 4 à 8 mois avec les 3 méthodes Filles A partir de 13 ans Avance / GP Retard / Maturos Sur estimation de l âge civil > à 6 mois en moyenne Sous estimation de l âge civil de 6 à 12 mois GP GP U S W 3Ṟ R T W3 Maturo Maturos D après Geluck Résultats comparables à d autres populations européennes contemporaines (Wenzel et al, 1984 ; Jimenez et al, 1996 ; Van Rijn et al, 2001)

30 Discussion Comparaison de l atlas de Greulich et Pyle et de la méthode de Tanner-Whitehouse (TW3-RUS) Atlas de Greulich TW3-RUS Rapide Temps Longue Utilisation Facilité Apprentissage? Précision et applicabilité Précision et applicabilité similaires

31 Conclusion Intervalle large de la variabilité normale en péri pubertaire Implications cliniques et médico-légales Maturation osseuse comparable à celle d autres populations européennes contemporaines et proche des populations de niveau socio-économique élevé Résultats sur la précision de Maturos 4.0 non concluants Applicabilité de GP et de TW3-RUS à notre population (Prudence de l estimation entre 14 et 15 ans) Utilisation préférentielle de l atlas de GP dans le service? (Rapidité et facilité d apprentissage?)

32 Conclusion Perspectives Confirmer ou infirmer les résultats obtenus avec Maturos 4.0 par des études spécifiques Déterminer à partir de nos données des intervalles de confiance pour l estimation de l âge civil d un individu Comparer nos résultats sur la main et le poignet avec les méthodes d évaluation utilisant le coude

de Greulich et Pyle dans un but médicom Pertinence et limites

de Greulich et Pyle dans un but médicom Pertinence et limites Utilisation de l Atlas l de Greulich et Pyle dans un but médicom dico-légal Pertinence et limites K Chaumoître 1,2, N Colavolpe 1, S Marciano-Chagnaud 1, O Dutour 2, G Boëtsch 2, G LéonettiL 2, M Panuel

Plus en détail

Utilisation de deux critères res radiologiques simples pour affiner l estimation l. chez l adolescent l. dans un but médicom

Utilisation de deux critères res radiologiques simples pour affiner l estimation l. chez l adolescent l. dans un but médicom Utilisation de deux critères res radiologiques simples pour affiner l estimation l de l âge l chez l adolescent l dans un but médicom dico-légal K Chaumoître 1,2, N Colavolpe 1, S Marciano-Chagnaud 1,

Plus en détail

Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée

Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée Etude de l existence d éléments anxieux ou dépressifs chez 30 filles présentant une puberté précoce ou avancée Soutenance de mémoire du DES de pédiatrie, Fanny RICHARD Vendredi 8 octobre Introduction (1)

Plus en détail

Estimation de l âge. 2.3 A partir de phénomènes dégénératifs de certaines surfaces articulaires

Estimation de l âge. 2.3 A partir de phénomènes dégénératifs de certaines surfaces articulaires A. Lemonnier et S. de Reguardati, enseignantes Estimation de l âge Mise en garde préalable : Les différentes méthodes présentées ici ne constituent pas une liste exhaustive et sont parfois choisis pour

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Evaluation assistée par ordinateur de l inégalité de longueur des membres

Evaluation assistée par ordinateur de l inégalité de longueur des membres Evaluation assistée par ordinateur de l inégalité de longueur des membres inférieurs chez l enfant Robin Azoulay, Ahmed Kadri, Jacques Massoud, Loic Le Henaff, Amina Sekkal, Ana Presedo, Guy Sebag Service

Plus en détail

Evaluation d un test diagnostique - Concordance

Evaluation d un test diagnostique - Concordance Evaluation d un test diagnostique - Concordance Michaël Genin Université de Lille 2 EA 2694 - Santé Publique : Epidémiologie et Qualité des soins michaelgenin@univ-lille2fr Plan 1 Introduction 2 Evaluation

Plus en détail

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique

Dyspnée Aiguë Au SAU. Echographie Cardio Thoracique Dyspnée Aiguë Au SAU Echographie Cardio Thoracique Dr Jean-Philippe REDONNET Pôle Anesthésie Urgences Réanimation CH LOURDES INTRODUCTION Motif de recours aux urgences fréquent Diagnostic étiologique difficile

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire Simple Livret N 10 Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 27/04/09 1 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Outils Statistiques du Data Mining

Outils Statistiques du Data Mining Outils Statistiques du Data Mining Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr

Plus en détail

Hypogonadisme. Axe gonadotrope

Hypogonadisme. Axe gonadotrope Hypogonadisme Axe gonadotrope Différentiation sexuelle pré-natale chez le fœtus male Activité de l axe Gonadotrope Testostérone Période fœtale 1 à 6 mois «mini puberté» 29 Septembre 2010 Puberté / Adulte

Plus en détail

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude

BERTHIER E, CHRISTIANO M, PHILIPPE M O, IEHL J, TATARU N, DECAVEL P, VUILLIER F, ELISEEF A, MOULIN T. Introduction (1). Contexte de l étude REPRODUCTIBILITE INTEROBSERVATEUR DU TEST «NIHSS» (National Institutes of Heath Stroke Scale) RÉALISÉ PAR VIDÉOCONFÉRENCE : EXPÉRIENCE DU RÉSEAU DES URGENCES NEUROLOGIQUES (RUN) BERTHIER E, CHRISTIANO

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National -

Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National - Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National - Bases et Objectifs Pédagogiques DIU de Pédagogie Médicale Christian Funck-Brentano Pharmacologie Clinique Centre d Investigation

Plus en détail

Vous accueille et vous informe

Vous accueille et vous informe L équipe de soins Vous accueille et vous informe Endocrinologie, Maladies Osseuses, Génétique et Gynécologie Médicale Professeur Jean-Pierre Salles, Responsable d Equipe Médicale Professeur Maïthé Tauber

Plus en détail

Déclaration tardive de grossesse : Etude éco-épidémiologique des déterminants individuels et environnementaux

Déclaration tardive de grossesse : Etude éco-épidémiologique des déterminants individuels et environnementaux Déclaration tardive de grossesse : Etude éco-épidémiologique des déterminants individuels et environnementaux Dr Anne-Lise BOLOT Chef de clinique en Médecine Générale Département de médecine Générale De

Plus en détail

Chapitre 4 : Régression linéaire

Chapitre 4 : Régression linéaire Exercice 1 Méthodes statistiques appliquées aux sciences sociales (STAT-D-203) Titulaire : Catherine Vermandele Chapitre 4 : Régression linéaire Le diplôme de Master of Business Administration ou MBA est

Plus en détail

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes

Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Analyse de la variance Comparaison de plusieurs moyennes Biostatistique Pr. Nicolas MEYER Laboratoire de Biostatistique et Informatique Médicale Fac. de Médecine de Strasbourg Mars 2011 Plan 1 Introduction

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements

Table des cas d entreprise et enquêtes. Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements Table des matières Table des cas d entreprise et enquêtes Avant-propos Nos choix d adaptation Visite guidée La 4 e édition Remerciements xiii xiii xiv xv xv Première partie Les fondements de la comptabilité

Plus en détail

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo

Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS, Brazzaville, Congo COMMENT REDIGER UN PROJET DE RECHERCHE POUR UNE THESE DE MEDECINE OU UN MEMOIRE EN SCIENCES DE LA SANTE? Dr Donatien MOUKASSA Département des sciences biomédicales Anatomie et Cytologie Pathologiques FSS,

Plus en détail

«Il utilise les statistiques comme l ivrogne, les lampadaires pour s appuyer plutôt que pour s éclairer.» Andrew Lang PLAN DE COURS

«Il utilise les statistiques comme l ivrogne, les lampadaires pour s appuyer plutôt que pour s éclairer.» Andrew Lang PLAN DE COURS ÉCOLE DE POLITIQUE APPLIQUÉE Faculté des lettres et sciences humaines GEP 111 (GR1) LES STATISTIQUES EN SCIENCES POLITIQUES HIVER 2015 Professeur : Khalid Adnane Disponibilité : jeudi avant-midi Bureau

Plus en détail

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines

Etude de mortalité et d incidence. des cancers autour du site de Soulaines Etude de mortalité et d incidence des cancers autour du site de Soulaines B.VACQUIER Séminaire Environnement / Santé de l ANCCLI et de l IRSN 15 novembre 2012 Contexte Mise en place d un centre de stockage

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

Méthode en trois étapes destinée à une évaluation globale des résultats obtenus pour différents échantillons.

Méthode en trois étapes destinée à une évaluation globale des résultats obtenus pour différents échantillons. ISP Rue J. Wytsman, 14 B-1050 BRUXELLES SERVICE PUBLIC FEDERAL (SPF) SANTE PUBLIQUE, PROTECTION DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 LA CONSTRUCTION D UN INSTRUMENT DE MESURE... 9. Avant-propos... 5 Sommaire... 7

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 LA CONSTRUCTION D UN INSTRUMENT DE MESURE... 9. Avant-propos... 5 Sommaire... 7 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... 5 Sommaire... 7 CHAPITRE 1 LA CONSTRUCTION D UN INSTRUMENT DE MESURE... 9 1. Le processus de construction d un test... 9 2. La construction d un test d acquis scolaires...

Plus en détail

PUBERTÉ PRÉCOCE. Jeudi 21 novembre 2013.

PUBERTÉ PRÉCOCE. Jeudi 21 novembre 2013. PUBERTÉ PRÉCOCE Docteur Louise MONTAGNE Endocrinologie, gynécologie et diabétologie pédiatriques Clinique de Pédiatrie Saint Antoine Hôpital Saint Vincent de Paul, Lille Jeudi 21 novembre 2013. Caroline,

Plus en détail

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon PACES - APEMK UE 4 Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau

Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau INTRODUCTION -Les maladies inflammatoires de l intestin(mici) sont des pathologies chroniques et multifactorielles. -Risque

Plus en détail

PLACE DES STATISTIQUES DANS LA RECHERCHE MEDICALE

PLACE DES STATISTIQUES DANS LA RECHERCHE MEDICALE PLACE DES STATISTIQUES DANS LA RECHERCHE MEDICALE PLAN Définition des statistiques Échantillonnage Mise en place d une étude Interprétation des résultats Petits échantillons Analyse des bases de données

Plus en détail

Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les statistiques, comment faire?

Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les statistiques, comment faire? Outils méthodologiques et astuces pour la thèse de médecine Les statistiques, comment faire? Cyril Ferdynus, USM, CHU RECUEIL DE DONNEES Recueil hors ligne Epidata (http://www.epiconcept.fr/html/epidata.html)

Plus en détail

Savoir Faire Excel Niveau 2. 5 novembre 2007 Naomi Yamaguchi naomi.yamaguchi@univ-paris3.fr

Savoir Faire Excel Niveau 2. 5 novembre 2007 Naomi Yamaguchi naomi.yamaguchi@univ-paris3.fr Savoir Faire Excel Niveau 2 5 novembre 2007 Naomi Yamaguchi naomi.yamaguchi@univ-paris3.fr Ce qu on sait faire Entrer et recopier des données numériques Les fonctions de base (somme, moyenne, nb, si) Faire

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

PRÉSENTATION DU COURS. Buts et objectifs généraux. Situation du cours dans le programme. Énoncés des compétences visées

PRÉSENTATION DU COURS. Buts et objectifs généraux. Situation du cours dans le programme. Énoncés des compétences visées SESSION HIVER 2009 PROGRAMME DE TECHNIQUE DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION 410.BA PLAN DE COURS Titre du cours: Comptabilité intermédiaire No du cours: 410-409-BA Préalable: 410-201-BA Comptabilité II Pondération:

Plus en détail

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ

PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ PROJET DE PRODUCTION DE RAPPORTS SUR LES HÔPITAUX CANADIENS DÉVELOPPÉ PAR L INSTITUT CANADIEN D INFORMATION SUR LA SANTÉ ANALYSE DES RÉSULTATS DES HÔPITAUX DE LA MONTÉRÉGIE Présentation L Institut canadien

Plus en détail

Validation d un questionnaire de fréquence alimentaire court et qualitatif

Validation d un questionnaire de fréquence alimentaire court et qualitatif Validation d un questionnaire de fréquence alimentaire court et qualitatif J. Giovannelli, UMR 744, Institut Pasteur de Lille C. Simon, CARMEN, INSERM U1060, Université de Lyon / INRA U1235 J. Ferrieres,

Plus en détail

SONDAGES D INTENTION DE VOTE : L ESTIMATION DES «MARGES D ERREUR»

SONDAGES D INTENTION DE VOTE : L ESTIMATION DES «MARGES D ERREUR» SONDAGES D INTENTION DE VOTE : L ESTIMATION DES «MARGES D ERREUR» Léo Gerville-Réache Université de Bordeaux 2, CNRS, UMR 5251, Bordeaux, F-33000, France leo.gerville@u-bordeaux2.fr Motivation «En dehors

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

Support di cours disponible à l adresse suivante http://sspsd.u-strasbg.fr/mdem22e-statistiques-cours-td.html

Support di cours disponible à l adresse suivante http://sspsd.u-strasbg.fr/mdem22e-statistiques-cours-td.html MDEM22E - Cours et TD de statistiques descriptives à partir de données d enquête Support di cours disponible à l adresse suivante http://sspsd.u-strasbg.fr/mdem22e-statistiques-cours-td.html Objectif du

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Introduction à l analyse quantitative

Introduction à l analyse quantitative Introduction à l analyse quantitative Vue d ensemble du webinaire Le webinaire sera enregistré. Les diapositives et tous les autres documents seront envoyés aux participants après la séance. La séance

Plus en détail

GUIDE D AIDE STATISTIQUE A LA PREPARATION DE LA THESE

GUIDE D AIDE STATISTIQUE A LA PREPARATION DE LA THESE Département Universitaire de Recherche et d Enseignement en Médecine Générale GUIDE D AIDE STATISTIQUE A LA PREPARATION DE LA THESE Enseignants : Esther GUERY, Julien LE BRETON, Emilie FERRAT, Jacques

Plus en détail

Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble

Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble Validation probabiliste d un Système de Prévision d Ensemble Guillem Candille, janvier 2006 Système de Prévision d Ensemble (EPS) (ECMWF Newsletter 90, 2001) Plan 1 Critères de validation probabiliste

Plus en détail

PROGRAMME DE TECHNIQUE DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION 410.BA

PROGRAMME DE TECHNIQUE DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION 410.BA SESSION Automne 2009 PROGRAMME DE TECHNIQUE DE COMPTABILITÉ ET DE GESTION 410.BA PLAN DE COURS Titre du cours: Coût de revient No du cours: 410-502-BA Préalable: 410-301-BA Comptabilité intermédiaire Pondération:

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

CROISSANCE POST NATALE. Pr Benoit de BILLY CHU Besançon

CROISSANCE POST NATALE. Pr Benoit de BILLY CHU Besançon CROISSANCE POST NATALE Pr Benoit de BILLY CHU Besançon Repères «grossiers» Naissance à terme XX et XY a eu près 50 cms Explosion jusqu à 3 ans (presque x 2) Puis XX 3-11 ans : 5 à 7 cms / an XY 3-13 ans

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

ÉTUDES Labellisation des solutions pour SIH Programme Hôpital Numérique

ÉTUDES Labellisation des solutions pour SIH Programme Hôpital Numérique ÉTUDES Labellisation des solutions pour SIH Programme Hôpital Numérique RIR 2 octobre 2014 CONTEXTE Programme Hôpital Numérique Vers un système d information hospitalier cohérent et performant Améliorer

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011-

Protocole d étude de l évaluation des résultats des centres de FIV 2011 1. -Activité 2011- Protocole d étude Evaluation des résultats des centres de FIV -Activité 2011- Contexte Depuis 2005, l Agence de la biomédecine a pour mission de suivre et d évaluer les activités cliniques et biologiques

Plus en détail

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec

L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec L espace virtuel de La Branche Cochrane-Québec Bonjour cher(ère)s auditeurs et auditrices web! SVP prendre quelques secondes pour tester vos paramètres audio via l assistant situé au haut de la page: Outils

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg oca.gembloux@ulg.ac.be décembre 2011 1 Introduction La Direction Générale Statistique

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE Deuxième partie : de la base de données aux résultats Juin 2010 Julien Gelly, Caroline Huas, Josselin Le Bel Plan 2 1. Introduction 2. Saisie des données : Epi

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

Calcul des probabilités d inclusion dans les enquêtes par sondage probabiliste issues de bases de numéro de téléphone fixe et mobile

Calcul des probabilités d inclusion dans les enquêtes par sondage probabiliste issues de bases de numéro de téléphone fixe et mobile Calcul des probabilités d inclusion dans les enquêtes par sondage probabiliste issues de bases de numéro de téléphone fixe et mobile Retour d expérience de l enquête KABP VIH/SIDA 2010 C Sommen, J Warszawski,

Plus en détail

Les indices anthropométriques

Les indices anthropométriques Les indices anthropométriques Construction, enjeux et analyse statistique Gilles CAPON UR 106 - «Nutrition, Alimentation, Sociétés» Institut de recherche pour le développement Plan Concepts Calcul des

Plus en détail

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION LPEE/LNM LABORATOIRE PUBLIC D ESSAIS ET D ETUDES LABORATOIRE NATIONAL DE METROLOGIE Km 7, Route d El Jadida OASIS Casablanca Maroc- Fax +212.522 98-25-72 Tél.+212.522 48-87-28/29/27 E.mail : berrada@lpee.ma

Plus en détail

Mesurer le R.O.I. des actions promotionnelles. PHARMA SUCCESS 11 février 2011

Mesurer le R.O.I. des actions promotionnelles. PHARMA SUCCESS 11 février 2011 Mesurer le R.O.I. des actions promotionnelles PHARMA SUCCESS 11 février 2011 LES DOMAINES D EXPERTISE DE CEGEDIM STRATEGIC DATA Veille concurrentielle: quel message? la recherche ad hoc 2 Sommaire MESURER

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation IPL Cursus de Bachelier en chimie Introduction à la statistique C1110 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits 4 Nombre d heures

Plus en détail

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F NOTE DU LCSQA Métrologie Assurance Qualité : Intercomparaison des stations de mesures Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F F. MARLIERE (LCSQA/INERIS) Personnes

Plus en détail

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS

AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS AGENCE NATIONALE D APPUI A LA PERFORMANCE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ET MEDICO-SOCIAUX APPEL A PROJETS «Validation méthodologique de l élaboration de scores composites de performance hospitalière» 1.

Plus en détail

SPHINX Logiciel de dépouillement d enquêtes

SPHINX Logiciel de dépouillement d enquêtes SPHINX Logiciel de dépouillement d enquêtes sphinx50frversion4.doc 1 Les trois stades du SPHINX sont ceux que comporte habituellement toute enquête d opinion: Elaboration du questionnaire (fiche outil

Plus en détail

Optimisation des périodicités d étalonnage

Optimisation des périodicités d étalonnage Optimisation des périodicités d étalonnage C. Eischen Directeur Technique AIB-Vinçotte Luxembourg Sommaire. Problématique 2. Méthodes existantes 3. Pourquoi cette méthode OPPERET? 4. Prérequis de cette

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES 2012 Presses agronomiques de Gembloux pressesagro.gembloux@ulg.ac.be www.pressesagro.be

Plus en détail

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Pr Michel Polak Endocrinologie Pédiatrique INSERM U845 Hôpital Necker Enfants Malades. Paris Développement des caractères sexuels secondaires chez la

Plus en détail

La Hanche de l enfant et de l adolescent

La Hanche de l enfant et de l adolescent La Hanche de l enfant et de l adolescent Cafcim 29 Septembre 2012 Sébastien Brunot, Hervé Laumonier, Hervé Bouin Imagerie médicale, Clinique du Tondu Ostéomyélite Ostéochondrite Epiphysiolyse Rhume de

Plus en détail

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie

Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Quelle formation pour les étudiants en Pharmacie Michel Brazier Université de Picardie Jules Verne Faculté de Pharmacie Amiens Au nom des membres de la CPNEP Le Contexte Evolution des études de Pharmacie:

Plus en détail

Chapitre VI Échantillonages et simulations

Chapitre VI Échantillonages et simulations Chapitre VI Commentaires : Récursivement, les commentaires ne sont pas à l attention des élèves.. Fluctuation d échantillonnage Définition : En statistiques, un échantillon de taille n est la liste des

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

MATIÈRE DE RAPPORT D OSTÉODENSITOMÉTRIE

MATIÈRE DE RAPPORT D OSTÉODENSITOMÉTRIE NORMES TECHNIQUES DE LA CAR EN MATIÈRE DE RAPPORT D OSTÉODENSITOMÉTRIE APPROUVÉ : 25 JANVIER 2013 KERRY SIMINOSKI, M.D., FRCPC; MARGARET O KEEFFE, M.D., FRCPC; JACQUES P. BROWN, M.D., FRCPC; STEVEN BURRELL,

Plus en détail

Reconnaissance des formes : Classement d ensembles d objets

Reconnaissance des formes : Classement d ensembles d objets Reconnaissance des formes : Classement d ensembles d objets Données Méthodes Extraction de connaissances Applications Expertise Apprentissage Bernard FERTIL Directeur de Recherche CNRS Équipe LXAO, UMR

Plus en détail

Peyron C (1), Aubry S (1,2), Uhring J (3), Boudard J (3), Rochet S (3), Gallinet D(3), Gasse N (3), Lascar T (4), Obert L (2,3)

Peyron C (1), Aubry S (1,2), Uhring J (3), Boudard J (3), Rochet S (3), Gallinet D(3), Gasse N (3), Lascar T (4), Obert L (2,3) Analyse par 137 scanners de la distance apex tête humérale / grand pectoral : validation d un repère fiable de positionnement des prothèses d épaule en traumatologie quel que soit la voie d abord Peyron

Plus en détail

Anatomie radiologique du squelette pédiatrique. JM Garcier Clermont-Ferrand

Anatomie radiologique du squelette pédiatrique. JM Garcier Clermont-Ferrand Anatomie radiologique du squelette pédiatrique JM Garcier Clermont-Ferrand DES radio - 6 février 2015 Évolution du squelette tout au long de l enfance Taille Morphologie Structure Donc évolution de l aspect

Plus en détail

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage

Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM. Pauline Le Badezet Alexandra Lepage Classification Exemple : Enquête d opinion sur les OGM Pauline Le Badezet Alexandra Lepage SOMMAIRE Introduction Méthodologie Méthode de partitionnement Classification Ascendante Hiérarchique Interprétation

Plus en détail

Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER

Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER Analyse pluridisciplinaire des écosystèmes exploités Les Indicateurs de PERfrormance Le logiciel IPER R. LAE F. BACHIRI A. BEN MHAMED J. BONCOEUR J.M. ECOUTIN J. HABASQUE L. TIT0 DE MORAIS J.Y. WEIGEL

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

Session B2: Assurance

Session B2: Assurance 33 èmes Journées des Économistes de la Santé Français 1 er et 2 décembre 2011 Session B2: Assurance Auteurs: Sophie Guthmuller et Jérôme Wittwer, Université Paris-Dauphine Référé: Aurore Pélissier, CERDI,

Plus en détail

Professeur H. PORTUGAL

Professeur H. PORTUGAL A propos des référentiels r rentiels qualité en BIOLOGIE MEDICALE: G.B.E.A. Référentiel HAS V2010 - norme NF EN ISO 15189- Ordonnance du 13 janvier 2010 Professeur H. PORTUGAL LABORATOIRE CENTRAL SUD &

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION

11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION 11 OSMOLARITÉ, MULTIPLES SOURCES DE VARIATION Dans cette étude de cas nous nous retrouvons face à des données dont la variabilité court terme est très différente de celle à long terme. Les cartes de contrôle

Plus en détail

Chirurgie bariatrique de l adolescent

Chirurgie bariatrique de l adolescent Chirurgie bariatrique de l adolescent P. Tounian 1 Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques Hôpital Trousseau, Paris INSERM 872 Nutriomique, Université Paris 6 Institut de Cardiométabolisme et Nutrition

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Module 3 : 036 RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE

Module 3 : 036 RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE Module 3 : 036 RETARD DE CROISSANCE STATURO-PONDÉRALE Validé par le Dr Gandemer Dé nitions - Normale staturo-pondérale = valeurs de taille et de poids comprises entre + 2 DS et 2 DS (ou entre le 3 e et

Plus en détail

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1

Tableau 1 : Structure du tableau des données individuelles. INDIV B i1 1 i2 2 i3 2 i4 1 i5 2 i6 2 i7 1 i8 1 UN GROUPE D INDIVIDUS Un groupe d individus décrit par une variable qualitative binaire DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUALITATIVE BINAIRE ANALYSER UN SOUS-GROUPE COMPARER UN SOUS-GROUPE À UNE RÉFÉRENCE Mots-clés

Plus en détail

MÉTHODES STATISTIQUES D ÉVALUATION II

MÉTHODES STATISTIQUES D ÉVALUATION II PLAN DE COURS ENP7138 MÉTHODES STATISTIQUES D ÉVALUATION II Frédérick Philippe Chargé de cours Région : Montréal Session : Hiver 2011 Coordonnées HIVER 2011 Chargé de cours Frédérick Philippe Département

Plus en détail

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Suivi médico-physiologique et Football Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Centre Technique National Ouverture en 1988 3 promotions de juniors initialement : INF

Plus en détail

MASTER (LMD) STATISTIQUE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE

MASTER (LMD) STATISTIQUE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE MASTER (LMD) STATISTIQUE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : MATHEMATIQUES, BIOSTATISTIQUE

Plus en détail

COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007

COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007 COLLOQUE SCIENTIFIQUE «DYNAMIQUES RURALES A MADAGASCAR : PERSPECTIVES SOCIALES, ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUES» ANTANANARIVO 23-24 AVRIL 2007 Colloque organisé conjointement par : l Institut National de

Plus en détail