Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Imposition des rentes enrichies (ou sur risques aggravés) non agréées"

Transcription

1 Imposition ds rnts nrichis (ou sur risqus aggravés) non agréés Non sulmnt ls antécédnts médicaux d un prsonn puvnt-ils avoir un incidnc sur son spéranc d vi, mais ctt prsonn put aussi constitur un «risqu aggravé», c qui put s traduir par ds vrsmnts d rnt plus élvés. L présnt numéro d Qustions fiscals trait ds caractéristiqus xclusivs ds «rnts nrichis». Vuillz notr qu il s agit du nom qu la Standard Lif donn à cs rnts t qu d autrs assururs puvnt n utilisr d autrs, comm «rnts sur risqus aggravés», «rnts accélérés», «rnts majorés», tc. I. Espéranc d vi réduit Lorsqu un proposant a un spéranc d vi plus court qu la moynn n raison d maladi ou d invalidité, il dvrait songr à souscrir un rnt sur risqu aggravé. Il st possibl d souscrir c typ d rnt sur un sul têt ou, ncor, sur dux têts (si au moins un ds rntirs présnt un spéranc d vi infériur à la moynn). L assurur a bsoin ds rnsignmnts médicaux afin d évalur ls incidncs sur l spéranc d vi. On xig habitullmnt un rapport médical du médcin traitant du proposant. L srvic d la sélction établira nsuit un «valur d rajustmnt» n s basant sur ls antécédnts médicaux t sur l état d santé du proposant. C rajustmnt st l nombr d annés qui sra ajouté à l âg rél du proposant n vu d établir la soumission d rnt. Il st possibl qu la valur d rajustmnt diffèr d un assurur à l autr. Dans crtains cas, un rntir put fair l objt d un «valur d rajustmnt» aux fins d un soumission d rnt, sans êtr «surprimé» aux fins d un polic d assuranc vi. D plus, un «valur d rajustmnt» n garantit pas l assurabilité d un prsonn lors d la souscription d un polic d assuranc vi. La «valur d rajustmnt» t la «surprim» puvnt uniqumnt êtr établis au cas par cas, un fois l dossir médical xaminé t la gravité du troubl médical détrminé. L assurur xig habitullmnt qu l proposant assum ls frais d l xamn médical. Il s agit d un bon invstissmnt s il n résult ds vrsmnts d rnt plus élvés! Ls consillrs qui pnsnt proposr un rnt sur risqus aggravés dvraint xaminr ls politiqus t méthods miss n plac par l assurur n c qui a trait aux garantis. Crtains assururs établiront uniqumnt ds rnts sur risqus aggravés prévoyant un périod garanti minimum (habitullmnt : 5 ans). Ls consillrs doivnt égalmnt s assurr d bin comprndr c qu il advint au décès du rntir. Cci st d autant plus ssntil lorsqu l rntir présnt un risqu aggravé. Ls rnsignmnts prtinnts figurront dans l contrat. Par xmpl, si un rntir décèd pu après la souscription d un rnt mais avant l début ds vrsmnts, l contrat pourrait prévoir l rmboursmnt ds prims prçus par l assurur, plus un taux d intérêt donné. Ds garantis puvnt aussi êtr offrts par ls assururs. Par xmpl, dans l cas d un rnt sur un sul têt, il put y avoir un option Rmboursmnt capital-vi. Si ctt garanti a été souscrit, un paimnt additionnl sra ffctué si, au momnt du décès, l rntir n a rçu ds vrsmnts d rnt PC F

2 équivalant au prix d souscription d la rnt. Dans un tl cas, l paimnt corrspondra à la différnc ntr la prim vrsé t ls vrsmnts d rnt déjà ffctués. Ls assururs puvnt aussi offrir l option Rnt capital-vi. Ici, n vrtu du contrat, la somm ds vrsmnts d rnt garantis st égal à la prim total vrsé. Dans un cas où l capital constitutif d la rnt srait d $ t ls vrsmnts annuls, d $, l rntir srait assuré d touchr 10 vrsmnts d $ chacun. (Bin ntndu, si l rntir vit plus d 10 ans, ls vrsmnts s poursuivraint.) En cas d décès du rntir avant qu ls 10 vrsmnts soint ffctués, l assurur continurait d ffctur ls vrsmnts ( $ par anné) au bénéficiair désigné, jusqu au vrsmnt intégral ds $. Si aucun bénéficiair n st désigné, la succssion touchra un règlmnt forfaitair pour la périod garanti rstant II. Rnts prscrits VS rnts non prscrits a. Considérations d ordr général L établissmnt d la «valur d rajustmnt» ntraîn un augmntation d la rnt. Toutfois, n plus d dvoir détrminr parmi d autrs choss la garanti approprié à obtnir, l consillr a un autr décision important à prndr, à savoir si la rnt dvrait êtr établi comm prscrit ou non prscrit. Vous trouvrz d plus ampls rnsignmnts à c sujt dans dux numéros d la séri Qustions fiscals, dont clui intitulé Imposition ds rnts prscrits non nrgistrés dont l titulair st un particulir (PC F5998), qui décrit ls conditions à rmplir pour qu un rnt soit admissibl comm rnt prscrit ainsi qu ls règls d imposition qui s appliqunt. En plus ds aspcts fiscaux, l consillr doit s assurr qu un rnt ayant ls caractéristiqus d un rnt prscrit répond aux bsoins du clint. Par xmpl, si l on tint compt du fait qu ls rnts prscrits n puvnt êtr indxés, sont-lls appropriés pour ds clints rlativmnt juns? Un clint plus jun qui présnt un risqu aggravé put avoir un spéranc d vi d qulqus décnnis t il voudra sûrmnt bénéficir d la protction contr l inflation qu offrnt ls rnts indxés. Pour d l information sur ls rnts non prscrits, consultz l documnt Imposition ds rnts non prscrits non nrgistrés (PC F6000). b. Calcul d la tranch La Loi d l impôt sur l rvnu (Canada) comport ds règls très préciss pour c qui st du calcul d la tranch ds rnts. Plusiurs consillrs rcommandnt la souscription d rnts prscrits à lurs clints, car lls bénéficint d taux d imposition préférntils. Chaqu vrsmnt ffctué s compos d un élémnt capital t d un élémnt intérêts. Un fois qu l assurur a calculé ls proportions d capital t d intérêts pour l contrat global, cs proportions s appliqunt à tous ls vrsmnts. Par conséqunt, l rvnu st uniformisé pndant la duré ntièr du contrat, t l rntir put ainsi prévoir l impôt qu il aura à payr. Si l on compar cla à la tranch ds rnts non prscrits, nous constatons qu ctt tranch vari annullmnt. Ell st généralmnt plus élvé au cours ds prmièrs annés t ll diminu (parfois jusqu à zéro) au cours ds annés ultériurs. (Bin ntndu, ll put aussi êtr réduit ou null au cours ds dux prmièrs annés, car l assurur put compnsr ls frais administratifs rliés à l établissmnt d la rnt par la tranch.) Par conséqunt, l rntir vrra l impôt à payr lui êtr avancé. L impôt payabl varira tout comm la tranch vari annullmnt. Toutfois, il y a un autr xignc fiscal dont ls consillrs doivnt tnir compt : c st l âg rél, t 2

3 non l âg majoré qui doit êtr utilisé aux fins du calcul d la tranch d un rnt prscrit. Par conséqunt, dans l cas ds rnts prscrits sur risqus aggravés, la tranch sra toujours supériur tant n dollars qu n pourcntag. L xmpl suivant l démontr bin. Jtons un coup d œil sur qulqus calculs. Dans l xmpl d l annx 1, un homm d 70 ans dispos d $ pour la souscription d un rnt. Pour débutr, supposons qu il n présnt pas d risqus aggravés. Supposons aussi qu slon la tabl d mortalité d la Socity of Actuaris, son spéranc d vi st d 13,76 annés. Par conséqunt, si c clint souscrit un rnt sans périod garanti ntrant n viguur dans un mois, sa rnt mnsull sra d 705 $ (soit un rnt annull d $) 1. Examinons l calcul d la tranch, n supposant qu la rnt st un rnt prscrit. La tranch srait calculé comm suit : Paimnt annul - Prim uniqu Espéranc d vi Donc : $ /13,76 = $. Exprimé n pourcntag, c chiffr corrspond à 14,09 % d la rnt total. Par conséqunt, avc un rnt prscrit, nous savons qu 14,09 % rprésnt la tranch d chaqu vrsmnt d rnt rçu. Si ctt mêm prsonn souscrit plutôt un rnt non prscrit, la tranch varira annullmnt. L assurur calculrait, à la dat d annivrsair du contrat, l montant du fonds accumulé xcédant l prix d bas rajusté du contrat d rnt. L pourcntag d la rnt qui sra inclus dans l rvnu au cours ds cinq prmièrs annés st d 22,82 % (10 annés 30,06 %, 15 annés 29,59 %, 20 annés 27,16 %). Par conséqunt, nous voyons qu dans c cas n particulir, l inclusion du rvnu pour un rnt non prscrit st largmnt supériur à cll d un rnt prscrit. Ainsi donc, si nous dvions choisir l typ d rnt à souscrir n nous basant uniqumnt sur sa tranch, la rnt prscrit srait plus avantagus. Examinons maintnant c qu il arrivrait si l âg d ctt prsonn était majoré d 5 ans. Prmièrmnt, nous constatons qu sa rnt mnsull passrait d 705 $ à 831 $, soit un augmntation d 17,9 %. Jtons ncor un fois un coup d œil sur l calcul d la tranch. Dans l cas d un rnt prscrit, nous calculons ncor un fois la tranch comm suit : Paimnt annul - Prim uniqu Espéranc d vi À prmièr vu, l utilisation d l spéranc d vi réduit put smblr un option intérssant. Toutfois, ls règls fiscals sont très clairs. L spéranc d vi doit êtr fondé sur la tabl d mortalité standard, c st-à-dir la tabl d mortalité 1971 (rnts individulls), publié dans l volum XXIII d Transactions of th Socity of Actuaris 2. Avc c calcul, la tranch augmnt. Il st important d savoir qu il n sra toujours ainsi. La duxièm parti d l équation srt à détrminr l capital qui st rmboursé chaqu anné. Nous prnons la prim d $ t la divisons par l spéranc d vi. Comm il st mntionné plus haut, nous n pouvons pas changr l spéranc d vi. Qu la rnt soit sur risqus aggravés ou non, ctt 1 Aux fins d ct xmpl, nous avons supposé qu la dat d souscription d la rnt était l 18 janvir Voir l sous-alinéa 300(2)(a)(i) d la Loi d l impôt sur l rvnu. 3

4 duxièm parti st calculé comm suit : $/13,76 = $. Toutfois, étant donné qu la rnt annull st passé d $ à $ (ou 17,9 %), lorsqu nous gardons la duxièm parti d l équation intact, nous constatons un augmntation du pourcntag d la rnt annull dvant êtr inclus dans l rvnu (27,15 %). Comparons cla à la tranch qui dvrait êtr incus dans l rvnu si la rnt était non prscrit. Dans notr xmpl, l pourcntag srait d 17,99 % pour ls 5 prmièrs annés (10 annés 23,06 %, 15 annés 21,78 %, 20 annés 18,68 %). Par conséqunt, ici, nous voyons qu l inclusion du rvnu dans l cas d un rnt prscrit srait supériur à cll d un rnt non prscrit. Donc, dans ctt situation n particulir, si nous dvions basr notr décision uniqumnt sur l imposition, la rnt non prscrit smblrait constitur l millur choix. (Ici, on présum qu l clint st disposé à accptr qu la tranch vari chaqu anné). L résultat n st pas toujours l mêm : il vari n fonction d l âg du rntir ainsi qu d l importanc du risqu aggravé. Cs calculs sont ssntils pour pouvoir prndr un décision approprié. Il vaut aussi la pin d songr à c qu il advindrait si l rntir vivait baucoup plus longtmps qu prévu. Avc la rnt prscrit, un fois qu la tranch st détrminé, ll s appliqu la vi durant. Par conséqunt, ll s appliqu mêm lorsqu l rntir vit au-dlà d l spéranc d vi prévu. Toutfois, dans l cas d un rnt non prscrit, la tranch put diminur t êtr d zéro au cours ds annés ultériurs. c. Pourquoi la tranch st important La tranch affct ls rvnus nt t du rntir. Il st important pour l consillr d connaîtr ls rvnus nt t du rntir avant d rcommandr un rnt prscrit ou non prscrit. Un factur qui compliqu qulqu pu la décision st la tranch variabl dans l cas d la rnt non prscrit. L rvnu nt st important, particulièrmnt pour ls contribuabls d 65 ans t plus, car il affct la récupération ds prstations d la Sécurité d la viillss, ainsi qu la disponibilité d crtains crédits d impôt non rmboursabls (x. : l crédit n raison d l âg). (Pour ls prsonns âgés, si ls propositions sur l fractionnmnt du rvnu d rtrait annoncés l 31 octobr 2006 par l gouvrnmnt fédéral sont miss n œuvr, ls coupls pourront put-êtr réduir la récupération ds prstations d la SV t du crédit n raison d l âg 3.) D plus, l rvnu nt st important pour d nombrux autrs calculs (rmboursmnt d TPS, crtains crédits provinciaux, tc.). En outr, un prsonn âgé touchant un rvnu rlativmnt faibl pourrait êtr n msur d compnsr tout impôt à payr par ds crédits d impôt non rmboursabls (crédit prsonnl, crédit n raison d l âg, crédit du conjoint ou du conjoint d fait, crédit pour rvnu d rtrait, tc.) En conséqunc, mêm s il n y a pas d impôt sur l rvnu à payr comm tl, c st l rvnu nt qui influnc grandmnt ls résultats d crtains calculs. Il n faut cpndant pas oublir qu un rnt put tout d mêm êtr préféré à d autrs placmnts garantis (x. : CPG). Grâc à ds concpts comm la rnt garanti, plusiurs prsonns âgés paint moins d impôt sur un bas annull qu ils n l fraint dans l cas ds intérêts d un CPG. Pour obtnir d plus ampls rnsignmnts sur la rnt garanti, vuillz consultr notr documnt d la séri Qustions fiscals intitulé Rnts garantis (PC 6062). 3 Pour un vu d nsmbl ds propositions d fractionnmnt du rvnu d rtrait, vuillz consultr notr bulltin Qustions fiscals sur l sujt (PC F6097). 4

5 III. Sommair Ls rnts sont ds produits financirs soupls qui convinnnt à plusiurs prsonns. Lorsqu n raison d ss antécédnts médicaux, un clint st admissibl à un rnt sur risqus aggravés, l consillr doit discutr d ctt option avc lui. L clint put accptr volontirs d assumr ls frais d un xamn médical s il sait qu cla pourrait donnr liu à un majoration d sa rnt. Bin ntndu, c mêm clint doit aussi comprndr parfaitmnt ls différnts dispositions du contrat d rnt qui portnt sur ls garantis. L présnt documnt n vis qu à fournir ds rnsignmnts d natur général, qui n doivnt pas êtr considérés comm ds consils juridiqus, comptabls, fiscaux ou d placmnt. Ls clints dvraint consultr un consillr profssionnl au sujt d lur situation t ds placmnts. Bin qu ds msurs raisonnabls aint été priss pour assurr l xactitud d cs rnsignmnts à la dat d publication, la t ss sociétés affiliés n font aucun déclaration t n offrnt aucun garanti quant à l xactitud d cs rnsignmnts t lls n assumnt aucun rsponsabilité à l égard d lur fiabilité. 5

6 FAITS Annx 1 Sx : Dat d naissanc : Espéranc d vi : Valur d rajustmnt : Prim : Périod garanti : Dat d règlmnt d la prim : Dat d'ntré n jouissanc d la rnt : Homm L 15 janvir ,76 5 ans $100,000 Aucun L 18 janvir 2007 L 18 févrir 2007 Rnt mnsull Rnt annull (annull) (%) Périod Périod d 5 ans Sans rajustmnt $ 5,862 $ 5,862 $ 41, % $ 9,490 $ 9,490 $ 41, % $ (3,628) $ 5,962 $ 11,824 $ 83, % $ 15,729 $ 25,219 $ 83, % $ (13,395) $ 5,962 $ 17,786 $ 126, % $ 12,123 $ 37,342 $ 126, % $ (19,556) $ 5,962 $ 23,747 $ 168, % $ 8,426 $ 45,767 $ 168, % $ (22,020) Rnt mnsull Rnt annull Périod $ 8,460 $ 8,460 $ Rnt prscrit Périod d 5 ans Périod d 5 ans Risqu aggravé - rajustmnt d 5 ans Rnt prscrit Rnt non prscrit Vrsmnts 1,192 Rnt non prscrit $ 705 $ 705 Périod d 5 ans Vari chaqu anné 14.09% Vari chaqu anné Vrsmnts Vrsmnts $ 831 $ 831 $ Vrsmnts (annull) $ 2,708 Vari chaqu anné (%) 27.15% Vari chaqu anné 9,975 Diff. dans la tranch Diff. dans la tranch $ 13,314 $ 13,314 $ 49, % $ 8,823 $ 8,823 $ 49, % $ 4, $ 13,540 $ 26,854 $ 98, % $ 13,984 $ 22,807 $ 98, % $ 4, $ 13,540 $ 40,393 $ 148, % $ 9,609 $ 32,416 $ 148, % $ 7, $ 13,540 $ 53,933 $ 198, % $ 4,696 $ 37,112 $ 198, % $ 16,821 $ 9,975

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E.

A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX. (Adresse civique) 3. Veuillez remplir l'annexe relative aux Sociétés en commandites assurées à la partie E. Chubb du Canada Compagni d Assuranc Montréal Toronto Oakvill Calgary Vancouvr PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Protction d l Actif Capital d Risqu A. RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX 1. a. Nom

Plus en détail

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP

DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP DEMANDE DE GARANTIE FINANCIÈRE ET PACK RCP ADMINISTRATEURS DE BIENS ET AGENTS IMMOBILIERS Compagni Europénn d Garantis t Cautions 128 ru La Boéti 75378 Paris Cdx 08 - Tél. : +33 1 44 43 87 87 Société anonym

Plus en détail

Découverte Sociale et Patrimoniale

Découverte Sociale et Patrimoniale Découvrt Social t Patrimonial M :... Mm :... Dat :... Origin du contact :... Sommair 1. Vous 3 Votr famill 3 Votr situation matrimonial 4 Votr régim matrimonial 4 Libéralités 4 2. Votr actif 5 Vos garantis

Plus en détail

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal.

7. Droit fiscal. Calendrier 2014. 7.1 Actualité fiscale 7.2 Contrôle et contentieux fiscal 7.3 Détermination du résultat fiscal. 7. Droit fiscal 7.1 Actualité fiscal 7.2 Contrôl t contntiux fiscal 7.3 Détrmination du résultat fiscal 7.4 Facturation : appréhndr ls règls juridiqus t fiscals, t maîtrisr l formalism 7.5 Gstion fiscal

Plus en détail

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié

Exemple de Plan d Assurance Qualité Projet PAQP simplifié Exmpl d Plan d Assuranc Qualité Projt PAQP simplifié Vrsion : 1.0 Etat : Prmièr vrsion Rédigé par : Rsponsabl Qualité (RQ) Dat d drnièr mis à jour : 14 mars 2003 Diffusion : Equip Tchniqu, maîtris d œuvr,

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION

DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION DOSSIER DE CANDIDATURE POUR UNE LOCATION Ls informations donnés nécssairs pour traitr votr candidatur rstront confidntills. Un dossir incomplt n put êtr xaminé. C dossir d candidatur rst soumis à l approbation

Plus en détail

Le guide du parraina

Le guide du parraina AGREMENT DU g L guid du parraina nsillr co t r g ra u co n r, Partag rs ls mini-ntrprnu alsac.ntrprndr-pour-apprndr.fr Crér nsmbl Ls 7 étaps d création d la Mini Entrpris-EPA La Mini Entrpris-EPA st un

Plus en détail

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet

Garantie des Accidents de la Vie - Protection Juridique des Risques liés à Internet Résrvé à votr intrlocutur AXA Portfuill : CR012764 N Clint : 1 r réalisatur : Matricul : 2 réalisatur : Matricul : Intégr@l Garanti ds Accidnts d la Vi - Protction ds Risqus liés à Intrnt J complèt ms

Plus en détail

au Point Info Famille

au Point Info Famille Qustion / Répons au Point Info Famill Dossir Vivr un séparation La séparation du coupl st un épruv souvnt longu t difficil pour la famill. C guid vous présnt ls différnts démarchs n fonction d votr situation

Plus en détail

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient

Les nouvelles orientations politiques du budget 2015 du Gouvernement prévoient GO NEWSLETTER N 1/2015 19 janvir 2015 L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation ACTUALITÉ L «Spurpaak» du Gouvrnmnt t ss réprcussions sur la formation Allianc pour la qualification profssionnll

Plus en détail

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon

MAISON DE LA RATP 54, quai de la Râpée -189, rue de Bercy - 75012 Paris. M Gare de Lyon. M Gare de Lyon i d r c r m 3 1 0 2 r 9 octob s i a n n o c u? t è b a i d mon MISON D L RP 54, quai d la Râpé -189, ru d Brcy - 75012 Paris M Gar d Lyon È B I D L R U S N N O I C S L M R O D O F N I L D D N URdNlaÉRapé

Plus en détail

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013

CSMA 2013 11e Colloque National en Calcul des Structures 13-17 Mai 2013 Enrichissmnt modal du Slctiv Mass Scaling Sylvain GAVOILLE 1 * CSMA 2013 11 Colloqu National n Calcul ds Structurs 13-17 Mai 2013 1 ESI, sylvain.gavoill@si-group.com * Autur corrspondant Résumé En raison

Plus en détail

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO

TVA et Systèmes d Information. Retour d expérience d entreprise. A3F - 26 mars 2015 Hélène Percie du Sert COFELY INEO isr la t l t t zon iqur nt TVA t Systèms d Information Rtour d xpérinc d ntrpris A3F - 26 mars 2015 Hélèn Prci du Srt COFELY INEO Pour Sup Ins À p NB. M 30/03/2015 Sommair isr la t l t t zon iqur nt I

Plus en détail

«COMBATTRE LES BLEUS» Ce que signifie le programme social des Conservateurs pour les femmes

«COMBATTRE LES BLEUS» Ce que signifie le programme social des Conservateurs pour les femmes «COMBATTRE LES BLEUS» C qu signifi l programm social ds Consrvaturs pour ls fmms La 13 Conférnc national d la condition féminin du CTC Documnt d conférnc L hôtl Crown Plaza Ottawa L hôtl Ottawa Marriott

Plus en détail

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek

Comment utiliser une banque en France. c 2014 Fabian M. Suchanek Commnt utilisr un banqu n Franc c 2014 Fabian M. Suchank Créditr votr compt: Étrangr Commnt on mt d l argnt liquid sur son compt bancair à l étrangr : 1. rntrr dans la banqu, attndr son tour 2. donnr l

Plus en détail

Le traitement des expulsions locatives

Le traitement des expulsions locatives L traitmnt ds xpulsions locativs n io nt s til v ré p d t n am m t ai p n nd a m om r ay td m Tr C l ab i u O COMPTE RENDU DU SÉMINAIRE DU 10 SEPTEMBRE 2012 u n io at j n c sti n g ssi A c in d Au ui q

Plus en détail

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ;

Vu la loi n 17-99 portant code des assurances prom ulguée par le dahir n 1-02-238 du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), telle qu'elle a été complétée ; Arrêté du ministr s financs t la privatisation n 2241-04 du 14 kaada 1425 rlatif à la présntation s opérations d'assurancs (B.O. n 5292 du 17 févrir 2005). Vu la loi n 17-99 portant co s assurancs prom

Plus en détail

PAR. été 2014. Les Affaires Plus

PAR. été 2014. Les Affaires Plus s, nag un é m t st ds cs é étai n l i n na rb la c Pou r ls fi Et si amill. f gér -têt r sa ntr r s ifi cas onsidé ptit E sign c d m un nd PM ants. f a com? Qu an, n RD pris, mam SA ES a L p TE pa ET CH

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale

LE SURENDETTEMENT. a s s e c o. leo lagrange UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES. union féminine civique et sociale LE SURENDETTEMENT 1 lo lagrang UNION NATIONALE 2 L'ENDETTEMENT 1984 : 4 ménags sur 10 avaint ds crédits (crédit à la consommation + immobilir) 1997 : 1 ménag sur 2 a un crédit n cours 55 % ds consommaturs

Plus en détail

Impôts 2012. PLUS ou moins-values

Impôts 2012. PLUS ou moins-values Impôt 2012 PLUS ou moin-values SUR VALEURS MOBILIÈRES ET DROITS SOCIAUX V v ti t à d f co o OP m à l Et L no di (o 20 o C c tit po Po c c or o o ou c l ou d 2 < Vou avz réalié d cion d valur mobilièr t

Plus en détail

Demande de retraite de réversion

Demande de retraite de réversion Nous somms là pour vous aidr Dmand d rtrait d révrsion Ctt notic a été réalisé pour vous aidr à complétr vos dmand t déclaration d rssourcs. Pour nous contactr : Vous désirz ds informations complémntairs,

Plus en détail

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet*

Florence Jusot, Myriam Khlat, Thierry Rochereau, Catherine Sermet* Santé t protction social 7 Un mauvais santé augmnt fortmnt ls risqus d prt d mploi Flonc Jusot, Myriam Khlat, Thirry Rochau, Cathrin Srmt* Un actif ayant un mploi a baucoup plus d risqus d dvnir inactif

Plus en détail

Produits à base de cellules souches de pomme

Produits à base de cellules souches de pomme Soins Visag Produits à bas d clluls souchs d pomm NEW! Profssionnal & Rtail Shakr Mask pl-off Shakr Mask cristally (wash-off) Srum Crèm A Full Srvic : Formulation R&D Manufacturing Packaging Soin Visag

Plus en détail

f n (x) = x n e x. T k

f n (x) = x n e x. T k EXERCICE 3 (7 points) Commun à tous ls candidats Pour tout ntir naturl n supériur ou égal à, on désign par f n la fonction défini sur R par : f n (x) = x n x. On not C n sa courb rprésntativ dans un rpèr

Plus en détail

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved.

Matériau pour greffe MIS Corporation. Al Rights Reserved. Matériau pour grff MIS Corporation. All Rights Rsrvd. : nal édicaux, ISO 9001 : 2008 atio itifs m rn pos méd int i dis c a u x 9 positifs 3/42 té ls s dis /CE ur r l E. po ou u x U SA t s t appr o p a

Plus en détail

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone!

Sommaire G-apps : Smart fun for your smartphone! Sommair G-apps : Smart fun for your smartphon! Sommair Présntation G-apps Pourquoi choisir G-apps Sctorisation t sgmntation d marchés Votr accompagnmnt clints d A à Z ou à la cart Fonctionnalités G-apps

Plus en détail

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique

Journée d échanges techniques sur la continuité écologique 16 mai 2014 Journé d échangs tchniqus sur la continuité écologiqu Pris n compt d critèrs coûts-bénéfics dans ls étuds d faisabilité Gstion ds ouvrags SOLUTION OPTIMALE POUR LE MILIEU Gstion ds ouvrags

Plus en détail

Assurer les proposants donneurs de rein

Assurer les proposants donneurs de rein Nwsttr SCOR Goba Lif Nwsttr SCOR Goba Lif Févrir Profssur Eric Thrvt, Srvic d Néphroogi, Hôpita Europén Gorgs Pompidou, Paris, Franc Pourquoi s Pays-Bas sont-is champion du mond pour nombr d donnurs vivants

Plus en détail

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie

Les maisons de santé pluridisciplinaires en Haute-Normandie Ls maisons d santé pluridisciplinairs n Haut-Normandi tiq Guid pra u EDITO Dans 10 ans, l déficit d médcins sra réllmnt problématiqu si l on n y prnd pas gard. D nombrux généralists quinquagénairs n trouvront

Plus en détail

CENTRE FRANCO-ONTARIEN DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES

CENTRE FRANCO-ONTARIEN DE RESSOURCES PÉDAGOGIQUES Éditions Éditions Bon d command 015-0 un pu, baucoup, à la foli! Format numériqu n vnt au www. 006-009, Éditions CFORP, activités AVEC DROITS DE REPRODUCTION. 08:8 Pag 1-1 r un pu, baucoup, a la foli!

Plus en détail

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015

C est signé 11996 mars 2015 Mutuelle soumise au livre II du Code de la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DOC 007 B-06-18/02/2015 st signé 11996 mars 2015 Mutull soumis au livr II du od d la Mutualité - SIREN N 780 004 099 DO 007 B-06-18/02/2015 Édition 2015 Madam, Monsiur, Vous vnz d crér ou d rprndr un ntrpris artisanal ou commrcial

Plus en détail

La transformation et la mutation des immeubles de bureaux

La transformation et la mutation des immeubles de bureaux La transformation t la mutation ds immubls d buraux Colloqu du 14 févrir 2013 L group d travail sur la transformation ds immubls d buraux a été lancé n novmbr 2011 à la dmand du consil d administration

Plus en détail

e x o s CORRIGÉ 07-01 ... Chapitre 7. La conduite du diagnostic 1. Bilan fonctionnel par grandes masses Bilan fonctionnel de la société Bastin

e x o s CORRIGÉ 07-01 ... Chapitre 7. La conduite du diagnostic 1. Bilan fonctionnel par grandes masses Bilan fonctionnel de la société Bastin ................................................... Chapitr 7. La cnduit du diagntic CORRIGÉ 07-01 1. Bilan fnctinnl par grand ma Bilan fnctinnl d la ciété Batin Empli tabl 3 900 Rurc prpr 3 870 Actif

Plus en détail

Bloc 1 : La stabilité, une question d équilibre

Bloc 1 : La stabilité, une question d équilibre Bloc 1 : La stabilité, un qustion d équilibr Duré : 3 hurs Princips scintifiqus Ls princips scintifiqus s adrssnt aux nsignants t aux nsignants. Structur Un structur st un form qui résist aux forcs qui,

Plus en détail

Agricoles LES BONNES RÉSOLUTIONS DU MODEF DES LANDES. le 15 janvier. sommaire. édito. Aides aux fourrages (CG 40) et aide MSA : Dossiers à déposer

Agricoles LES BONNES RÉSOLUTIONS DU MODEF DES LANDES. le 15 janvier. sommaire. édito. Aides aux fourrages (CG 40) et aide MSA : Dossiers à déposer sommair Actualités agricols...p. 2 Ls Informations Agricols Vndrdi 10 2014 - HEBDO - 66 Anné - N 2779 - Prix : 1,54 Commission paritair n 0414 T 82968 - ISSN : 1149-3321 Aids aux fourrags (CG 40) t aid

Plus en détail

Développement de site web dynaùique Dot.NET

Développement de site web dynaùique Dot.NET Dévloppmnt d sit wb dynaùiqu DotNET Voici qulqus xmpls d sits wb administrabl Cs sits Wb sont dévloppé n ASPNET sur un Bas d donné SQL 2005 C typ d dévloppmnt wb convint parfaitmnt a un boutiqu n lign,

Plus en détail

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts

Programme GénieArts Î.-P.-É. 2009-2010. GénieArts Programm GéniArts Î.-P.-É. 2009-2010 GéniArts Allum l nthousiasm ds juns à l égard d l acquisition ds matièrs d bas par l truchmnt ds arts. Inspir la collaboration ntr ls artists, ls nsignants, ls écols

Plus en détail

Guide de correction TD 6

Guide de correction TD 6 Guid d corrction TD 6 JL Monin nov 2004 Choix du point d polarisation 1- On décrit un montag mttur commun à résistanc d mttur découplé, c st à dir avc un condnsatur n parallèl sur R. La condition d un

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 13 avril 2011 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry avril EXERCICE Commun à tous ls candidats Parti I points. L ax ds ordonnés st asymptot à C au voisinag d ; la fonction étant décroissant sur ] ; + [, la limit quand

Plus en détail

Les ressources du PC

Les ressources du PC Modul 2 Ls rssourcs du PC Duré : 2h (1 séanc d 2h) Ctt séanc d dux hurs suit l ordr du référntil d compétncs du portfolio rattaché à c modul (v. portfolio du modul 2). Votr ordinatur PC st un machin composé

Plus en détail

UNIVERSITÉ SAVOIE MONT BLANC FRANCE KIT DE SURVIE DE L ÉTUDIANT ETRANGER. www.univ-smb.fr/international

UNIVERSITÉ SAVOIE MONT BLANC FRANCE KIT DE SURVIE DE L ÉTUDIANT ETRANGER. www.univ-smb.fr/international UNIVERSITÉ SAVOIE FRANCE KIT DE SURVIE DE L ÉTUDIANT ETRANGER www.univ-smb.fr/intrnational SE REPÉRER À LANC B T N O M IE O V A L UNIVERSITÉ S 1 U N IV E R S IT É 4 S IT E S : 3 CAMPUS 1 P R É S ID E N

Plus en détail

Lundi 7 mars 2011. Trier et réduire ses déchets

Lundi 7 mars 2011. Trier et réduire ses déchets Lundi 7 mars 2011 Trir t réduir ss déchts Nouvaux Ecopoints pour trir ss déchts Quatr Ecopoints sont installés aujourd hui à l UniNE t un harmonisation ds poublls pour tous ls bâtimnts a été réalisé (voir

Plus en détail

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage

Devenez ingénieur en Génie Informatique et Statistique par la voie de l apprentissage Dvnz ingéniur n Géni Informatiqu t Statistiqu par la voi d l apprntissag > Formation d ingéniur d 3 ans par altrnanc habilité par la Commission ds Titrs d Ingéniur (CTI) Rntré 2015 www.polytch-lill.fr

Plus en détail

La lettre du Bureau Asie-Pacifique

La lettre du Bureau Asie-Pacifique La lttr du Burau Asi-Pacifiqu AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE ISSN 1606-0318 Dans c numéro : o N 13 - davril µ Juin 2002 L'Agnc univrsitair d la Francophoni fêt son 40 annivrsair à Phnom-Pnh, Cambodg

Plus en détail

Initiation à la virologie Chapitre IV : Diagnostic viral

Initiation à la virologie Chapitre IV : Diagnostic viral Initiation à la virologi Chapitr IV : Diagnostic viral [www.virologi-uclouvain.b] Objctifs du modul Nous disposons d outils d laboratoir nous prmttant d détctr ls infctions virals t lurs ffts. Lorsqu on

Plus en détail

Bénévole pour quoi? N 20 - Sommaire. N 20 - Déc 08. v d s. f www.e-volontaires.org/rennes. 315 bénévoles désormais, et on s'arrête là pour l'instant.

Bénévole pour quoi? N 20 - Sommaire. N 20 - Déc 08. v d s. f www.e-volontaires.org/rennes. 315 bénévoles désormais, et on s'arrête là pour l'instant. N 20 - Déc 08 v l'af d s o f ls in Touts jour sur miss A Rnns www.-volontairs.org/rnns Bénévol pour quoi? 315 bénévols désormais, t on s'arrêt là pour l'instant. On s'arrêt car vous êts un bonn soixantain

Plus en détail

Focus. Les placements éthiques : entre défis et opportunités. Patrick Barisan. Sintesi a cura di Luisa Crisigiovanni

Focus. Les placements éthiques : entre défis et opportunités. Patrick Barisan. Sintesi a cura di Luisa Crisigiovanni Ls placmnts éthiqus : ntr défis t opportunités Patrick Barisan Sintsi a cura di Luisa Crisigiovanni L invstimnto socialmnt rsponsabil è un invstimnto ch tin conto sia di imprativi finanziari sia tici,

Plus en détail

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent

Étude de cas n o 2. L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance. Des solutions qui cliquent Vers une meilleure Étude retraite de cas n o 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 2 L épargne-retraite de Maria produit un revenu à vie optimal et offre des possibilités de croissance À l intention

Plus en détail

Juin 2013. www.groupcorner.fr

Juin 2013. www.groupcorner.fr r p d r i Do Juin 2013 www.groupcornr.fr Contact Pr : Carolin Mlin & Jan-Claud Gorgt Carolin Mlin TIKA Mdia 06 61 14 63 64 01 40 30 95 50 carolin@tikamdia.com Jan-Claud Gorgt J COM G 06 10 49 18 34 09

Plus en détail

Réseau des bibliothèques du Pays de Pamiers Guide du Numérique

Réseau des bibliothèques du Pays de Pamiers Guide du Numérique Réau d bibliothèqu du Pay d Pamir Guid du Numériqu Sit Intrnt du réau d lctur http://www.pamir.raubibli.fr C qu vou pouvz fair dpui notr it Intrnt : EXPLORER LE CATALOGUE : Plu d 80 000 documnt ont à votr

Plus en détail

JOURNAL DE 'JURISPRUDENCE ET DES DEBATS JUDICIAIRES.

JOURNAL DE 'JURISPRUDENCE ET DES DEBATS JUDICIAIRES. JOURNAL DE JURISPRUDENCE ET DES DEBATS JUDICIAIRES prix dafobiimctit st d 5 fr pour trois mois ; 5o fr pour six mois t f3o fr pour lanné ; On sabonn à Paris au BUREAU DU JOURNAL quai aux riurs N ; chz

Plus en détail

Bord ailes Hélène Pilotte

Bord ailes Hélène Pilotte Association ds Dirctions d Établissmnt scolair Rtraités d Montréal Volum 22, numéro 4 Janvir, Févrir, Mars 2015 Bord ails Hélèn Pilott 5565, ru Shrbrook, Est Montréal, QC H1N 1A2 Téléphon (514) 596-5156

Plus en détail

Le conseil municipal vous présente ses meilleurs vœux pour 2014

Le conseil municipal vous présente ses meilleurs vœux pour 2014 LE MAGAZINE DES HABITANTS D AULNAY-SOUS-BOIS WWW.AULNAY-SOUS-BOIS.FR L consil municipal vous présnt ss millurs vœux pour 2014 BIMENSUEL N 19 LUNDI 6 janvir 2014 nos VIES PAGE 12 Grand succès pour la soiré

Plus en détail

papcardone@papcardone.com CASIO D 20 Mémoire du grand total CASIO ECO Affichage 8, 10 ou 12 chiffres Tous les calculs de bases Calcul de taxes

papcardone@papcardone.com CASIO D 20 Mémoire du grand total CASIO ECO Affichage 8, 10 ou 12 chiffres Tous les calculs de bases Calcul de taxes iv r a is o n assu L Li cardon Calculatrics d burau v ra i s o n a ss u CASIO D 20 M02690 M02672 M02667 CASIO DM 1200 (12 chiffrs) CASIO DM 1400 (14 chiffrs) CASIO DM 1600 (16 chiffrs) M02689 CASIO D 20

Plus en détail

Bienvenueà la. de repas. Disney FORMULE. Formule de repas Disney pour 2015

Bienvenueà la. de repas. Disney FORMULE. Formule de repas Disney pour 2015 Formul d rpas Disny pour 2015 Valid pour ls arrivés du 1r janvir 2015 au 31 décmbr 2015 Binvnuà la formul d rpas Disny, lqul offr un manièr pratiqu t abordabl d dégustr ds collations t ds rpas au Walt

Plus en détail

LE VILLAGEOIS RODÉO DE BICYCLETTES

LE VILLAGEOIS RODÉO DE BICYCLETTES Vol.11 No.6 VILLAGE DE NEGUAC LE VILLAGEOIS 1175, ru Principal, Suit 1, Nguac N.B. E9G 1T1 Téléphon: 776-3950 Télécopiur: 776-3975 Courril: villag@nb.aibn.com Sit Wb: www.nguac.com RODÉO DE BICYCLETTES

Plus en détail

nous votre service clients orange.fr > espace client 3970*

nous votre service clients orange.fr > espace client 3970* nous votr srvi lints orang.fr > spa lint 3970* vous souhaitz édr votr abonnmnt Orang Mobil Bonjour, Vous trouvrz i-joint l formulair d ssion d abonnmnt Orang Mobil à rtournr omplété t par vous-mêm t par

Plus en détail

LE PROGRAMME DU CASINO Septembre - octobre 2014

LE PROGRAMME DU CASINO Septembre - octobre 2014 LE PROGRAMME DU CASINO Sptmbr - octobr 2014 Pascal Passarlli Dirctur Général LE CASINO, C EST AUSSI EUX! LES COULEURS DE L AUTOMNE! Ls baux jours sont maintnant comptés t dvraint bintôt cédr lur plac à

Plus en détail

Évaluation de performance et optimisation de réseaux IP/MPLS/DiffServ

Évaluation de performance et optimisation de réseaux IP/MPLS/DiffServ AlgoTl 2003 (dpt-info.labri.fr/algotl03) Banyuls-sur-mr, 12-14 mai 2003 Exposé invité, mardi 13 mai, 9h-10h Évaluation d prformanc t optimisation d résaux IP/MPLS/DiffSrv par Fabric CHAUVET Jan-Mari GARCIA

Plus en détail

Commune de Villars-sur-Glâne Plan directeur du stationnement Bases

Commune de Villars-sur-Glâne Plan directeur du stationnement Bases Commun d Villars-sur-Glân Plan dirctur du stationnmnt Bass [04 011 3.5 octobr 04] Commun d Villars-sur-Glân Plan dirctur du stationnmnt Bass Sommair Bass légals 3 Objctifs t prcips généraux 4 Invntair

Plus en détail

En Syrie, un attentat suicide frappe le cœur du régime Assad > Conflit Le pays, à feu et à sang, devient incontrôlable et le vote de l ONU est reporté

En Syrie, un attentat suicide frappe le cœur du régime Assad > Conflit Le pays, à feu et à sang, devient incontrôlable et le vote de l ONU est reporté Astronomi Montagn L systèm solair raconté au stival d Saint-Luc Pag 10 Cs passionnés qui donnnt un smain d lur été pour ls orêts Pag 6 OLIVIER MAIRE/PHOTOGENIC.CH J.A. 1211 Gnèv 2 www.ltmps.ch Economi

Plus en détail

Subventions Diverses 2009

Subventions Diverses 2009 Dirction Tchniqu Nom du portur Titr du Objctifs du Rattachmnt au programm d financmnts 09-036 SOS Hépatits Projt 1: Forum National (19 t 20 nov 09) Projt 2 : Sit Intrnt Projt 1: Obj. Généraux: Rdonnr confianc

Plus en détail

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables

SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE. Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE Guide d utilisation du calculateur des sommes récupérables Table des matières Introduction... 3 Revenu pleinement imposable et revenu de placement

Plus en détail

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés?

Titrages acidobasiques de mélanges contenant une espèce forte et une espèce faible : successifs ou simultanés? Titrgs cidobsiqus d mélngs contnnt un spèc fort t un spèc fibl : succssifs ou simultnés? Introduction. L'étud d titrgs cidobsiqus d mélngs d dux ou plusiurs cids (ou bss) st un xrcic cournt [-]. Ls solutions

Plus en détail

page 2 page 3 page 4 page 5 page 6 page 7 page 8 page 9 page 10 page 11 page 12 page 13 page 12 page 14 page 15 page 18 page 19 page 20 page 21

page 2 page 3 page 4 page 5 page 6 page 7 page 8 page 9 page 10 page 11 page 12 page 13 page 12 page 14 page 15 page 18 page 19 page 20 page 21 1035, boul. Haml Québc (Vanir) 418 683-4775 SERVICE DE LIVRAISON 418 619-0667 www.journ-al.ca LE JOURNAL DES RIVIÈRES LES SAULES / DUBERGER / VANIER FÉVRIER 2013 VOLUME 3 NUMÉRO 5 Ls Gladiaturs d Québc

Plus en détail

Base de données bibliographique. p. 30 - p. 33. valorisation économique de l'eau potable. energétique et municipales. p.13 - fédérale de.

Base de données bibliographique. p. 30 - p. 33. valorisation économique de l'eau potable. energétique et municipales. p.13 - fédérale de. Bas d donnés bibliographiqu alpau.org Typ d Autur Titr d Titr du Editur Anné Vol. N Dat d Paginatio résumé mots clfs mots documnt l'ouvrag/titr d périodiqu n clfs fix l'articl Jnni Robrt Qul puplmnt pour

Plus en détail

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI

RÉPONSES À VOS QUESTIONS SUR LE CELI TABLE DES MATIÈRES. Ouvrir un CELI mai 2015 TABLE DES MATIÈRES Ouvrir un CELI Cotiser à un CELI Investir dans un CELI et le gérer Règles régissant le décès, la séparation et l émigration Considérations en matière d emprunts Résumé RÉPONSES

Plus en détail

:::: AS C 1. Cercle des Administrateurs de Sociétés Certifiés

:::: AS C 1. Cercle des Administrateurs de Sociétés Certifiés :::: AS C 1 Crl ds Administraturs d Soiétés Crtifiés LEXPÉRIENCE DES ADMINISTRATEURS DE SOCIÉTÉS CERTIFIÉS AU SERVICE DE LAMÉLIORATION DES RÈGLES ET DES PRATIQUES DANS LOCTROI ET LA GESTION DES CONTRATS

Plus en détail

Les odeurs. é ens M. d e. sur. / janvier-février 2010. Informations sur la Qualité de l Air en Picardie

Les odeurs. é ens M. d e. sur. / janvier-février 2010. Informations sur la Qualité de l Air en Picardie n 73 / janvir-févrir 21 Informations sur la Qualité d l Air n Picardi Ls odurs n u ' d c la p n Mis sur v i t c a f l o l l vil o p o r t é ns M Ami Pags 4 à 9 : rtrouvz ls chiffrs d la qualité d l air

Plus en détail

Gestion de casiers en milieu scolaire. Augmenter la disponibilité en mode centralisé ou consignes, avec les casiers de Traka. traka.

Gestion de casiers en milieu scolaire. Augmenter la disponibilité en mode centralisé ou consignes, avec les casiers de Traka. traka. gstion intllignt ds ccès Gstion d csirs n iliu scolir Augntr l disponibilité n od cntrlisé ou consigns, vc ls csirs d Trk trk.fr/csirs Un solution d gstion innovnt pr Trk Ldr ondil d l gstion intllignt

Plus en détail

L humble François Ier

L humble François Ier Psychiatri Astronomi Dans ls tourmnts d la schizophréni Pags 10, 14 Un prodigiux télscop pour décryptr ls scrts du cosmos Pags 26, 27 OLIVIER DESSIBOURG J.A. 1211 Gnèv 2 www.ltmps.ch Economi & Financ L

Plus en détail

Date de publication : Juillet 2014

Date de publication : Juillet 2014 : n o i s s Prof n è c s n r u t t m u d c r u o s r t s â r é h T r u i d ss l o a d n Un natio tr n C 4 1 0 2 t l l i u J 2 Profssion : mttur n scèn Mttr n scèn, st-c un métir? On rconnaît l mttur n

Plus en détail

Enquête sur le naufrage de Serono, coulé par une gestion aberrante > Biotech Toute l histoire du fleuron déchu de l économie genevoise

Enquête sur le naufrage de Serono, coulé par une gestion aberrante > Biotech Toute l histoire du fleuron déchu de l économie genevoise J.A. 1211 Gnèv 2 www.ltmps.ch Air du Tmps Economi & Financ L absnc d managmnt déprim ls mployés. Nos offrs d mploi Qul cadau pour la Fêt ds mèrs? Trois générations répondnt Pag 28 Applid Matrials délocalis

Plus en détail

Sommaire. qui sommes-nous. Nos grandes realisations. 4 Madagascar 5 Nous vivons nos valeurs 6 Telma en bref 8 La Gouvernance

Sommaire. qui sommes-nous. Nos grandes realisations. 4 Madagascar 5 Nous vivons nos valeurs 6 Telma en bref 8 La Gouvernance Chr Clint, Chr Partnair, Ctt anné, un fois d plus, grâc à votr confianc t à l implication d nos équips, l Group Tlma a réalisé un anné 2011 avc ds prformancs opérationnlls solids t un activité commrcial

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 23 NOVEMBRE 2007 DELIBERATION N CR-0705.290 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Contrat d filièr agroalimntair régional LE CONSEIL REGIONAL LANGUEDOC-ROUSSILLON, VU l Cod général ds collctivités

Plus en détail

Solutions d'assurance pour les particuliers

Solutions d'assurance pour les particuliers Solutions d'assurance pour les particuliers Solide. Fiable. Sûre. Avant-gardiste. Vous nous avez dit que l un de vos plus grands défis était d aider vos clients à trouver des solutions s adaptant à leurs

Plus en détail

Murs coupe-feu dans maisons mitoyennes à une famille

Murs coupe-feu dans maisons mitoyennes à une famille Maison A Maison B FERMACELL Murs coup-fu ans maisons mitoynns à un famill Eition suiss Murs coup-fu qui assurnt un résistanc 90 minuts ans ls maisons mitoynns à un famill construits n ois (1HG100) Murs

Plus en détail

Rassemblement National des Interlocuteurs Academiques TICE Éducation Physique et Sportive - Evry - 20/21 Janvier 2014 TABLETTES TACTILES

Rassemblement National des Interlocuteurs Academiques TICE Éducation Physique et Sportive - Evry - 20/21 Janvier 2014 TABLETTES TACTILES Rassmblmnt National ds Intrlocuturs Acadmiqus TICE Éducation Physiqu t Sportiv - Evry - 20/21 Janvir 2014 TABLETTES TACTILES t ENSEIGNEMENT DE L EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE «L EPS sans fil à la patt»

Plus en détail

dobutô-et fes PORMS œiasetvsîme Cl N É - M AG AZ I N E du"'?

dobutô-et fes PORMS œiasetvsîme Cl N É - M AG AZ I N E du'? Nouvll Séri. N 24. 27 Sptmbr'1934 dobutô-t fs PORMS œiasetvsîme BUSINESS IS BUSINESS On a baucoup admiré, il y a qulqus tmps, ls évolutions, au-dssus d la capital, d'un énorm dirigabl orguillux t fir...

Plus en détail

LES FAITS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI)

LES FAITS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) LES FAITS COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT (CELI) Tout ce que vous devez savoir au sujet des CELI Avant 2009, la plupart des Canadiens plaçaient leurs épargnes dans un REER, puisque leurs cotisations étaient

Plus en détail

Introduction Son mécanisme

Introduction Son mécanisme La rente-assurance Introduction L une des préoccupations de nombreuses personnes âgées est de maximiser leurs sources de revenu de retraite régulier sans devoir réduire le montant qu ils destinent à leurs

Plus en détail

Le Songe d une nuit d été

Le Songe d une nuit d été La Compagni «Fracas d Art» présnt L Song d un nuit d été d après William Shakspar Mis n scèn Carlo Boso Masqus S. Procco di Mduna www.fracasdart.com r «t ils savn nt a h c, r s r, dan u o j, r tout fai

Plus en détail

- Organisé par - L AUDAX CLUB PARISIEN avec le concours DES VILLES CONTRÔLE et. de l agglomération de SAINT-QUENTIN -EN-YVELINES

- Organisé par - L AUDAX CLUB PARISIEN avec le concours DES VILLES CONTRÔLE et. de l agglomération de SAINT-QUENTIN -EN-YVELINES - Organisé par - L AUDAX CLUB PARISIEN avc l concours DES VILLES CONTRÔLE t d l agglomération d SAINT-QUENTIN -EN-YVELINES dito S O M M A I R E PARIS-BREST-PARIS RANDONNEUR VU PAR////////////////4-7 UN

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ. Maison de l Emploi Sarthe Nord

RAPPORT D ACTIVITÉ. Maison de l Emploi Sarthe Nord 11060232_rapport_annul_2010_projt 06/07/11 15:32 Pag1 RAPPORT D ACTIVITÉ 2010 Maison l Emploi Sarth Nord sommair La Maison l Emploi Sarth Nord n 2010 p. 2 La Maison l Emploi Sarth Nord : un résau partnairs

Plus en détail

Éducation permanente des conseillers

Éducation permanente des conseillers Éducation permanente des conseillers connaissances formation permanente éducation en ligne participation Description générale de l assurance de soins de longue durée. Objectifs d apprentissage Après avoir

Plus en détail

Le mandat de Chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS

Le mandat de Chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS L mandat d Chrchur qualifié du F.R.S.-FNRS 18 Févrir 2014 L règlmnt rlatif à c mandat st disponibl dans son intégralité sur notr sit wb www.frs-fnrs.b Tabl ds matièrs 1. Dispositions réglmntairs, financièrs

Plus en détail

La aème législature est à sa fin

La aème législature est à sa fin 8 1 js s tra In :>I la u oit inn i nt S n c r si r S il n 5 s i s 12 Mai 1988 250 lirs Expédition abonnmnt postal group 1 bis (70%) XXXV anné n. 981 Emi Chanoux 18 mai 1944 Quarantquatr ans s sont écoulés

Plus en détail

ATTRACTIVITÉ COMMERCIALE DU CENTRE DE L AGGLOMÉRATION Le poids des réseaux et leur stratégie d implantation

ATTRACTIVITÉ COMMERCIALE DU CENTRE DE L AGGLOMÉRATION Le poids des réseaux et leur stratégie d implantation ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 0142712814 FAX : 0142762405 http://www.apur.org ATTRACTIVITÉ COMMERCIALE DU CENTRE DE L AGGLOMÉRATION L poids s résaux t lur stratégi d implantation

Plus en détail

Pleyel : le collège en 2014 Le futur établissement intercommunal (Saint-Denis/SaintOuen) sera en pointe en matière de technologies numériques

Pleyel : le collège en 2014 Le futur établissement intercommunal (Saint-Denis/SaintOuen) sera en pointe en matière de technologies numériques Plyl : l collèg n 2014 L futur établissmnt intrcommunal (Saint-Dnis/SaintOun) sra n point n matièr d tchnologis numériqus t d nvironnmnt. Il a été présnté aux habitants. p.4 N 937 1,00 Du 5 au 11 décmbr

Plus en détail

FORMATIONS 2014 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS

FORMATIONS 2014 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS Concvoir, réalisr, financr ds contnus pour ls nouvaux médias FORMATIONS 2014 CENTRE EUROPÉEN DE FORMATION À LA PRODUCTION DE FILMS SOMMAIRE GÉNÉRAL action DE FORMATION 2014-2015 L CEFPF n qulqus mots pags

Plus en détail

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR

ANNEXE DE RÉMUNÉRATION DU COURTIER DU DISTRIBUTEUR TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Éléments de la rémunération 3 1.1 Commission de production sur contrats d assurance vie... 3 1.2 Revenu de service acquis sur contrats d assurance vie... 3 1.3 Commission de

Plus en détail

SEPTEMBRE 2014 C EST AUSSI LA RENTRÉE DES PETITS ALBIGEOIS ALBI PENDANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE QUATRE SPORTIFS SOUS LES FEUX DE LA RAMPE

SEPTEMBRE 2014 C EST AUSSI LA RENTRÉE DES PETITS ALBIGEOIS ALBI PENDANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE QUATRE SPORTIFS SOUS LES FEUX DE LA RAMPE 175 SEPTEMBRE 2014 DOSSIER C EST AUSSI LA RENTRÉE DES PETITS ALBIGEOIS ALBI VILLE SPORTIVE QUATRE SPORTIFS SOUS LES FEUX DE LA RAMPE HISTOIRE & PATRIMOINE ALBI PENDANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE édito

Plus en détail

Guide du Compte d épargne libre d impôt

Guide du Compte d épargne libre d impôt PLACEMENTS Compte d épargne libre d impôt Guide du Compte d épargne libre d impôt L épargne est un élément important de tout plan financier. L atteinte de vos objectifs en dépend, qu il s agisse d objectifs

Plus en détail

Plan Protection Plus Certificat d assurance - Assurance vie et invalidité

Plan Protection Plus Certificat d assurance - Assurance vie et invalidité Page 1 de 5 Le présent certificat d assurance (le «certificat») renferme des détails importants sur votre couverture d assurance ; veuillez le garder en lieu sûr. La correspondance ultérieure pourrait

Plus en détail

Inclure la vidéo comme levier de sa stratégie marketing

Inclure la vidéo comme levier de sa stratégie marketing Inclur l vidéo comm lvir d s strtégi mrkting 2motion.com Stphni Prot, Dirctric Adjoint, 2motion sprot@2motion.com Strtégi mrkting Un strtégi mrkting s définit comm un pln d ctions coordonnés miss n ouvr

Plus en détail

LE DEFI L HOMME ET LES TECHNOSCIENCES. 21, 22, 23 novembre 2014. 89 e Semaine sociale de France. à l Université catholique de Lille

LE DEFI L HOMME ET LES TECHNOSCIENCES. 21, 22, 23 novembre 2014. 89 e Semaine sociale de France. à l Université catholique de Lille L HOMME ET LES TECHNOSCIENCES LE DEFI 89 Smain social d Franc 21, 22, 23 novmbr 2014 à l Univrsité catholiqu d Lill www.tchnoscincsldfi.org 1 ÉDITORIAL Jérôm Vignon, Présidnt ds Smains socials d Franc

Plus en détail

THÈSE. présentée à. par Nicolas Palix. DOCTEUR Spécialité: INFORMATIQUE. Langages dédiés au développement de services de communications

THÈSE. présentée à. par Nicolas Palix. DOCTEUR Spécialité: INFORMATIQUE. Langages dédiés au développement de services de communications N o d'ordr: 3623 THÈSE présnté à L'UNIVERSITÉ BORDEAUX 1 Écol Doctoral d Mathématiqus t Informatiqu par Nicolas Palix pour obtnir l grad d DOCTEUR Spécialité: INFORMATIQUE Langags dédiés au dévloppmnt

Plus en détail

Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie

Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie Assurance-vie essentielle pour enfants Premiers Pas Dans la présente police, «nous» et «nos» renvoient à Girafe & cie, compagnie d'assurance-vie. Nous nous engageons

Plus en détail

BOULOGNE (92) TRIANGLE ENTRE VERDURE ET BOUCLE DE SEINE INVESTISSEMENT EN NUE-PROPRIÉTÉ IMMOBILIER NEUF

BOULOGNE (92) TRIANGLE ENTRE VERDURE ET BOUCLE DE SEINE INVESTISSEMENT EN NUE-PROPRIÉTÉ IMMOBILIER NEUF INVESTISSEMENT EN NUE-PROPRIÉTÉ IMMOBILIER NEUF BOULOGNE (92) ENTRE VERDURE ET BOUCLE DE SEINE TRIANGLE APPARTEMENTS DU STUDIO AU 5 PIÈCES DANS UN QUARTIER EN PLEIN RENOUVEAU PERL INVESTISSEZ AUTREMENT!

Plus en détail

Le nouveau projet Israélo-Palestinien : Terreau pour une culture de paix

Le nouveau projet Israélo-Palestinien : Terreau pour une culture de paix L Congrès d Caux Prmir Congrès d l Allianc pour un Cultur d Paix L nouvau projt Israélo-Palstinin : Trrau pour un cultur d paix Du 23 au 26 Juin 2003 Châtau d Caux Cntr d rncontrs intrnationals L Congrès

Plus en détail