Isabelle AIMÉ Université de Toulouse, Professeur de Marketing à Toulouse Business School. Chantal LAI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Isabelle AIMÉ Université de Toulouse, Professeur de Marketing à Toulouse Business School. Chantal LAI"

Transcription

1 COMMENT SUBSTITUER UNE MARQUE CONNUE PAR UNE NOUVELLE MARQUE INCONNUE : LES CAS BIO-ACTIVIA ET GEMEY- MAYBELLINE Isabelle AIMÉ Université de Toulouse, Professeur de Marketing à Toulouse Business School Chantal LAI Les auteurs remercient les sociétés Danone et l Oréal pour les informations qu elles leur ont fournies. Résumé Substituer une marque connue par une nouvelle marque inconnue est une opération risquée. Si des recommandations générales de mise en œuvre des changements ont déjà été formulées dans la littérature, elles ne font pas la distinction entre deux situations fort différentes en termes d enjeu : soit il s agit d un transfert de clientèle lorsque le positionnement des marques (initiale et cible) est identique (Bio-Activia), soit on s oriente vers une modification de clientèle lorsque le positionnement des marques est différent (Gemey- Maybelline). L analyse approfondie des cas récents Bio-Activia et Gemey-Maybelline permet de mettre en avant ces enjeux différenciés et de proposer des recommandations de mise en œuvre spécifiques et adaptées à ces deux situations afin de maximiser leur probabilité de réussite : plateformes distinctives, timing différencié du processus, évolution différenciée du système d identification et de la gamme de produits, communication organisée selon des phases spécifiques. Mots clés : Marque - Substitution - Mise en œuvre - Positionnement - Changement - Nom. HOW TO SUSTITUTE A WELL-KNOWN BRAND BY A TOTALLY UNKNOWN ONE : BIO-ACTIVIA AND GEMEY-MAYBELLINE CASES Abstract To substitute a well-known initial brand by a totally unknown target brand is risky. Whereas some general recommendations in terms of implementation have already been described in the literature, it is not taken into account that brand substitutions could cover two completely distinct situations according to the substitution s stake : either the substitution could be a customer transfer when the positioning of the initial brand remains identical (Bio-Activia) or it could aim to a customer modification when it evolves (Gemey- Maybelline). The study of the Bio-Activia and Gemey-Maybelline recent cases reveals two different stakes and helps to formulate adapted and more relevant recommendations for implementation to these two situations in order to maximise their success probability : distinct timing of process, different evolution of the identification system and of the product range, specific communication stages. Main contributions of this study, and its limits, are presented in conclusion. Key wor ds : Brand - Substitution - Implementation - Positioning - Name - Change. 61

2 A D E T E M INTRODUCTION Les managers procèdent de plus en plus régulièrement à des changements de nom de marque, dans les produits de grande consommation comme dans les services. Or, ces changements de noms de marque recouvrent des cas très hétérogènes (Aimé, Lai, 2008 ; Collange, 2008 ; Kapferer, 1991). En effet, pour certains, ils consistent en une simple restructuration de l identité nominale des produits avec un cautionnement (lessive Coral renommée Coral de Skip) ou une simplification (sauces cuisinées Spaghetto de Panzani maintenant simplement dénommées Panzani). Pour d autres, ils consistent en une substitution de marque, qui conduit à abandonner un nom de marque initial pour le remplacer par un nouveau nom de marque déjà existant (surgelés Findus renommés Maggi) ou totalement inconnu (biscuits Taillefine appelés Belvita depuis 2009). Les cas de substitutions pour une marque inconnue se multiplient dans le cadre des rationalisations de portefeuille de marques, notamment dans les groupes multinationaux, comme Unilever, Procter, Nestlé (Basu, 2006, Hill and al., 2005). Ils représentent des cas extrêmement risqués (Aimé, 2007 ; Delassus et Descotes, 2012 ; Collange, 2008 ; Delassus, 2005 ; Kapferer, 2007) puisqu une marque, jusqu alors totalement inconnue, remplace intégralement une marque déjà installée. Ces substitutions ont un impact sur les parts de marché qui sont réduites dans plus de la moitié des cas (Knudesen et al., 1997) ou sur l évolution des actifs de l entreprise (Changeur, 2004 ; Delattre, 2004). À titre d exemple, lors de la substitution par Procter & Gamble de sa marque de liquide vaisselle Fairy (marque à forte notoriété et de confiance) par Dawn (marque totalement nouvelle) en 2000 en Allemagne, la part de marché a baissé de moitié, passant de 11,9% à la veille du changement en juin 2000, à 4,8 % fin 2001 (Arnold, Schroiff, 2004). Du fait de leur multiplication et de leur risque potentiel, les changements de nom de marques suscitent un intérêt croissant des chercheurs depuis les années 90. Plusieurs recherches (Aaker, 2004 ; Kapferer, 2007, Villemus, 1996) mettent en avant des facteurs clés communs pour leurs mises en œuvre, sans toutefois converger sur des recommandations de durée du processus. Cependant, les études réalisées ne prennent pas en compte les différents enjeux que peuvent revêtir les changements de nom de marque. Il semble crucial, en effet, de distinguer deux situations fort différentes selon que l entreprise souhaite conserver le positionnement initial de la marque et veut donc «simplement» transférer la clientèle de la marque initiale sur la marque cible ou, au contraire, profiter du changement de nom pour faire évoluer le positionnement (Aimé, Lai, 2008). On s oriente alors plus, dans ce cas, vers une modification de clientèle. L objectif de cet article est donc d offrir, à travers l étude approfondie de deux cas récents, une nouvelle perspective sur les changements de marque, et de proposer des recommandations adaptées de mise en œuvre dans les cas particuliers et risqués des substitutions pour une marque inconnue, en fonction de deux enjeux distincts que peuvent avoir les entreprises : transfert de clientèle (Bio- Activia) ou modification de clientèle (Gemey- Maybelline). Dans cet objectif, nous présenterons dans un premier temps les facteurs clés de succès des changements de nom de marques déjà identifiés dans la littérature et leurs limites. Nous présenterons ensuite le cas particulier des substitutions pour une marque inconnue et montrerons qu elles recouvrent deux situations fondamentalement différentes selon que la marque-cible possède un positionnement identique à celui de la marque initiale (ex : Bio-Activia) ou au contraire un positionnement différent (ex : Gemey- Maybelline). Nous exposerons enfin, après avoir analysé ces deux cas récents, des recommandations de mise en œuvre de substitutions pour une marque inconnue et montrerons qu elles doivent impérativement être spécifiques et adaptées à ces deux situations. LES FACTEURS CLÉS DE SUCCÈS DES CHANGEMENTS DE NOM DE MARQUES Plusieurs recherches portent sur les mises en œuvre des changements de nom de marques. Leurs recommandations (Aaker, 2004 ; Kapferer, 1991 et 2007 ; Keller, 2007 ; Knudsen et al., 1997 et Villemus, 1996) restent très globales sans distinguer les cas et objectifs inhérents aux différents types de changements. Elles convergent cependant sur la mise en avant de quatre domaines prioritaires de mise en 62

3 Comment substituer une marque connue par une nouvelle marque inconnue : les cas Bio-Activia et Gemey-Maybelline Isabelle Aimé, Chantal Lai œuvre des actions marketing mais elles divergent en revanche sur le thème de la durée du processus. Des recommandations générales Sur la base de leçons tirées de l analyse des principales expériences menées dans les entreprises (Treets-M&M s en 1986, Raider-Twix en 1991, Philips-Whirlpool de 1990 à 1993), Kapferer (1991, 2007) adhère aux recommandations de Villemus (1996 p ) et à son énumération de facteurs clés de succès pour les changements de nom de marques. D abord, trois facteurs sont considérés comme indispensables en interne : l adhésion de l ensemble de l entreprise, à la fois verticale (à tous les échelons) et horizontale (implication de toutes les fonctions grâce à une bonne communication interne), le fait de considérer cet événement comme une opportunité et non comme une contrainte (positiver le changement à l interne comme à l externe) et, troisièmement, la mise en place d une organisation spécifique dans l entreprise (constitution d un groupe pluridisciplinaire). Ensuite, l entreprise doit penser à bien intégrer la distribution dans le processus : anticipation du changement auprès des distributeurs (gestion des stocks et des emballages en fonction des campagnes de communication) et, plus globalement, implication de l ensemble des réseaux commerciaux et de la distribution grâce à l élaboration d un programme spécial (information, stimulation, mises en avant ). De même, un bon timing semble décisif pour réaliser un bon changement : rapidité avec des étapes et des transitions rapides, transition optimale entre les supports de communication (emballage, documents internes, tarifs, brochures de vente, etc.) et la publicité, ainsi que maximisation de l impact (pression maximale sur une période limitée et planifiée). Enfin, plusieurs recommandations de mise en œuvre concernent plus particulièrement le consommateur : anticipation du changement auprès des consommateurs (campagne «X va devenir Y») ; conservation des valeurs de communication de la marque après la campagne du changement et la capitalisation sur les éléments forts de la marque (slogan, visuel ) ; absence de modification du produit (emballage, recette, performance, etc.) pour que le consommateur retrouve son produit. Ces recommandations, fortement inspirées par l analyse du cas Raider-Twix, ont été généralisées pour l ensemble des changements. Or, elles répondent bien à la spécificité de marques de grande consommation et d une substitution pour une marque-cible inconnue au positionnement identique à celui de la marque initiale mais ne prennent pas en compte l hétérogénéité des cas de changements. Des recommandations convergentes sur quatre domaines prioritaires de mise en œuvre Les managers ont un champ d action assez étendu en matière d organisation, de management et de marketing pour mettre en œuvre les changements de noms de marques (Aimé, 2007 ; Kapferer, 1991 et 2007 ; Villemus, 1996). En ce qui concerne les actions marketing, les analyses antérieures font apparaître que quatre domaines principaux méritent une attention particulière : le timing du processus de substitution, l évolution du système d identification de la marque et de la gamme de produits et la communication (figure 1). D abord, le timing du processus peut être rapide (changement brusque ou «big bang») ou progressif (changement graduel sous forme de «fondu enchaîné»). Ensuite le système d identification de la marque ne se réduit pas au nom de marque mais est composé de l ensemble des éléments perceptibles et distinctifs de la marque (couleurs, symboles, jingle, odeur ) qui peuvent aussi être conservés ou modifiés. Les managers peuvent par exemple décider de maintenir les repères d identité visuelle, comme ce fut le cas pour la substitution Raider/Twix, ou la mélodie utilisée en communication, comme dans la substitution Chambourcy/Nestlé (de «Chambourcy, oh oui!» à «Nestlé, c est bon la vie»). De même, la gamme de produits de la marque initiale peut être simplement maintenue (nombre de références identique, formules et recettes identiques) ou modifiée, en intégrant de nouvelles variétés, formules ou recettes plus en phase avec la marquecible. 63

4 A D E T E M Figure 1 Alternatives de mise en œuvre des substitutions de marques MISE EN OEUVRE Timing du processus - Rapide - Progressif (Transition courte ou longue) Communication - Pression media (maintenue ou augmentée) - Cibles - Message Enfin, la communication du changement de nom de marque doit être réfléchie par les managers à trois niveaux : Faut-il communiquer fortement ou non sur la substitution elle-même? Auprès de quelle(s) cible(s) (consommateurs, distributeurs, interne, et/ou investisseurs financiers)? Avec quel message et selon quel timing (prévenir, expliquer, rassurer, informer)? Des recommandations divergentes sur la durée du processus Les chercheurs s accordent pour considérer que la durée du processus de substitution de marque peut être rapide (changement brusque ou «big bang») ou progressif (changement graduel sous forme de «fondu enchaîné»). Le changement rapide consiste à réaliser un transfert en passant directement d une marque à l autre. Dans les cas de Treets/M&M s en 1986 ou pour Itineris-Ola-Mobicarte/Orange en 2001, les marques substituées ont presque disparu du jour au lendemain. Le changement progressif consiste à accomplir une fusion sur une période donnée, de quelques mois (transition courte) à plusieurs années (transition longue) avec des phases transitoires modulables en fonction de la problématique de la marque : introduction d un double marquage avec la marque initiale en majeur, puis avec la marque-cible en majeur, pour enfin ne conserver que la marquecible. Certains chercheurs (Kapferer, 1991 et 2007 ; Villemus, 1996) privilégient dans tous les cas de figure des changements rapides et, si possible, le changement brusque. Selon Villemus (1996), un changement de nom peut s étaler au maximum sur trois ans. La phase de pré-changement peut durer un an ou plus, mais celle de la transition ne doit pas dépasser six mois. Après la phase de transition, le maintien de la référence à l ancien nom pourra durer jusqu à un an en fonction des niveaux de notoriété spontanée comparée des marques initiale et cible. Pour Kapferer (2007, p.624), même si le changement peut se faire par étapes, la rapidité du processus est à privilégier et le changement ne doit pas s étaler sur de nombreuses années. En effet, il considère qu une transition trop douce gêne et retarde l évolution de l image de marque et conduit à un «enlisement du processus» comme dans le changement de Pal à Pedigree. Les consommateurs ne savent plus alors quelle marque ils achètent (l ancien Pal, le nouveau Pedigree ou une nouvelle marque Pal-Pedigree). À l inverse, d autres chercheurs (Keller, 2007, p.661 ; Knudsen et al., 1997) considèrent que le changement graduel est toujours préférable pour permettre aux consommateurs et à la distribution d avoir le temps de bien comprendre le changement. Ils considèrent que le changement brusque («bigbang»), plus exigeant et plus difficile, n est approprié que dans de très rares cas. Tout d abord, lorsque le changement est urgent parce que des concurrents sont en train de construire une offre globale ou intensifient leurs dépenses promotionnelles et publicitaires. Par ailleurs, lorsque l entreprise peut exercer un contrôle sur les consommateurs et/ou la distribu- 64

5 Comment substituer une marque connue par une nouvelle marque inconnue : les cas Bio-Activia et Gemey-Maybelline Isabelle Aimé, Chantal Lai tion pendant le changement, grâce à des contrats spécifiques et un fort investissement en communication. Les substitutions brutales d Itineris-Ola- Mobicarte vers Orange le 21 juin 2001 puis de Wanadoo pour Orange le 1er juin 2006 étaient possibles parce que les clients de téléphonie mobile et d Internet sont captifs du fait des contrats d abonnement qui les unissent à leurs opérateurs ou fournisseurs d accès et parce que France Telecom a investi 15 millions d euros d achat d espace en 2001 et 200 millions pour le rebranding Orange en Kumar (2003) et Aaker (2004, p ) sont les seuls à préciser que la durée du processus doit être adaptée au contexte. Aaker recommande le changement brusque ou très rapide dans deux cas spécifiques : lorsque la stratégie marketing change et, en particulier, lorsque la marque change de positionnement. La communication intensive sur une période limitée est alors une occasion unique d assurer la visibilité et la crédibilité d un changement important auprès des consommateurs. Kumar, quant à lui, prône le changement brusque lorsque les deux marques sont très inégales en termes de notoriété et de capital, mais un changement par étapes si les marques sont de forces équivalentes. Aaker préconise un changement graduel dans trois cas de figure : lorsque le changement de marque ne s accompagne d aucun repositionnement notable, lorsque les consommateurs sont peu impliqués dans la catégorie de produits et ont besoin de temps pour comprendre et assimiler le changement ou, enfin, lorsqu il y a un risque important de perdre des consommateurs en brisant leur relation avec la marque. De leur côté, Greig et Poynter (1994, p.77) soulignent dans leur analyse du cas Philips-Whirlpool, l importance d être à l écoute du marché et des consommateurs pour piloter le rythme du changement. Aucun consensus (tableau 1) ne se dégage donc sur la durée du processus. LE CAS PARTICULIER DES SUBSTITU- TIONS POUR UNE MARQUE INCONNUE Les chercheurs s accordent à reconnaître que les cas et les situations de changements de nom de marques sont hétérogènes et se distinguent en particulier : - selon la situation initiale à laquelle sont confrontés les managers : marque-cible connue ou inconnue et type d opération à effectuer (cautionnement, simplification ou substitution) (Aimé, Lai 2008 ; Lai, 2005) ; - selon l évaluation de la complexité et du risque sur la base de la comparaison entre les marques initiale et cible notamment en termes de part de marché, capital-marque (notoriété et image), positionnement et identité visuelle (Knudsen et al., 1997). Les substitutions pour une marque inconnue constituent à cet égard des cas particulièrement risqués puisqu une marque, au capital-marque inexistant, remplace intégralement une marque déjà installée. Positionnement identique versus différent Les substitutions par des marques inconnues, - Raider-Twix (Villemus, 1996) et Philips-Whirlpool (Greig, Poynter, 1994 ; Kapferer, 2007) - ont fait l objet d études de cas exemplaires, sans prendre en compte cependant un paramètre crucial : l enjeu des changements. Il existe, en effet, deux situations répandues mais bien distinctes de substitutions selon que la marque-cible possède un positionnement identique à celui de la marque initiale (Bio-Activia) ou au contraire différent (Gemey-Maybelline). L étude complémentaire et contrastée de ces deux cas récents va permettre d apporter des recommandations de mises en œuvre adaptées à ces deux situations. En effet, les entreprises cherchent d une part à établir des marques inconnues ayant le même positionnement que la marque initiale (Encadré 1 sur Bio-Activia), pour des raisons de globalisation des noms de marques (Raider-Twix et Nuit et Jour-Night & Day en France ; Jif-Cif au Royaume-Uni ; Ego-Axe en Afrique du Sud) ou pour des raisons juridiques (Bio-Activia en Belgique, Espagne et France ; Equilibre-Isio 4 et Bahlsen-Lorenz en France). 65

6 A D E T E M Tableau 1 Les recommandations en terme de processus de changement Auteurs Secteurs et sources Principales recommandations Villemus (1996) Kapferer (1991, 2007) Keller (2007) Knudsen (1997) Kumar (2003) Aaker (2004) Grande consommation Cas Raider-Twix, Treets- M&M s Grande consommation et électroménager, services Synthèse sur les cas Pal-Pedigree, Raider-Twix et Philips-Whirlpool, Wanadoo/Itineris-Orange Exemples de grande consommation : Fairy-Dawn, White cloud-charmin 23 cas américains étudiés, principalement en grande consommation dont Kal Can-Whiskas ou White cloud- Charmin Exemples dans de nombreux secteurs : Electrolux, Radion-Surf, uniformisation des marques locales à la marque Vodafone (D2-Vodafone en Allemagne, Vodafone Omnitel en Italie, Click Vodafone en Egypte ) Banque et grande consommation Exemples Norwest Bank-Wells Fargo et Contadina-Buitoni Changement rapide voire brusque à privilégier. Si le changement se fait par étape, le processus doit rester rapide pour éviter un «enlisement du processus». Changement graduel toujours préférable sauf pour répondre de manière urgente à une offensive concurrente ou si l entreprise a un bon degré de contrôle de ses consommateurs ou distributeurs. Changement brusque préférable lorsque les deux marques sont très inégales en notoriété, mais graduel si elles sont de force équivalente pour générer une synergie. Changement rapide préconisé pour annoncer un changement de stratégie ou de positionnement ; Changement graduel préconisé à l inverse quand peu d implication consommateur ou risque important de perdre des consommateurs. Greig et Poynter (1994) Electroménager Cas Philips-Whirlpool Rythme du changement devant être piloté par le marché. Elles peuvent d autre part procéder à des substitutions pour des marques-cibles ayant un positionnement différent de celui de la marque initiale (Encadré 2 sur Gemey-Maybelline) dans le cadre de la sélection d une marque stratégique (Gemey- Maybelline, Philips-Whirlpool, Marathon-Snickers) ou du repositionnement d une marque affaiblie (Motobécane-MBK, Ofilus Double Douceur-Perle de Lait). Enjeux différenciés : Transfert ou modification de clientèle Les deux situations, positionnement identique ou différent, se distinguent fondamentalement en termes d enjeux. Lorsque les promesses et les cibles sont identiques (Bio-Activia mais aussi Raider-Twix, Ancel-Dr. Oetker, Jif-Cif, Ego-Axe, Equilibre-Isio 4, Bahlsen- 66

7 Comment substituer une marque connue par une nouvelle marque inconnue : les cas Bio-Activia et Gemey-Maybelline Isabelle Aimé, Chantal Lai Encadré 1 : Bio-Activia : deux noms de marques différents pour des yaourts «aidant à réguler le transit intestinal» (source Danone) Les yaourts au bifidus actif ont été lancés avec succès sous la marque Bio de Danone en France en 1987, puis dans d autres pays (Belgique, Espagne, Portugal). Cependant les yaourts Bio ne sont pas élaborés selon un mode de production biologique et une réglementation européenne a interdit depuis 1991 la commercialisation de denrées non issues de l agriculture biologique sous des marques faisant référence à ce mode de production (Bio, Ecolo, Organique, etc.). Elle a cependant permis, à travers une dérogation, aux marques enregistrées avant 1991, de continuer à être utilisées jusqu au 1er juillet 2006, à la condition qu elles soient accompagnées d une mention indiquant que le produit n est pas issu de l agriculture biologique. Pour faire face à cette problématique juridique, le groupe Danone a retenu et lancé un nouveau nom de marque, Activia, dans plus de 25 pays et a procédé pays après pays à des substitutions de marques, de Bio vers Activia : en Belgique (à partir de 2002), en France et en Espagne à partir de novembre 2005 et au Portugal (en 2006). En France, la substitution de Bio par Activia représentait un fort enjeu car la marque constituait en 2004 une des quatre marques piliers du groupe en ultra frais avec des ventes s élevant à tonnes, un chiffre d affaires d environ 160 millions d euros, une part de marché valeur de 7,1% sur le marché total de l ultrafrais en GMS, une notoriété assistée de 89% et une pénétration consommateur de 39%. Encadré 2 : Gemey-Maybelline : deux noms de marques différents et deux approches différentes du maquillage (Source L Oréal) Après le rachat en 1996 de la marque américaine Maybelline, le groupe L Oréal s est trouvé confronté dans sa division grand public à un portefeuille international de marques de maquillage très large avec de nombreuses marques locales de maquillage comme Gemey en France et en Italie, Jade en Allemagne, ou Missiland en Argentine. Le groupe a alors décidé, dans une volonté stratégique de construction de marques globales, de couvrir le marché du maquillage au niveau international avec uniquement deux marques mondiales destinées au grand public : une marque haut de gamme, L Oréal Paris, et une marque plus jeune, moderne, créative et internationale, Maybelline. Des substitutions de marques ont donc été mises en œuvre dans différents pays du monde dont, à partir de 1999, en France. En France, l écart de positionnement était particulièrement important entre Gemey «une marque spécialiste du maquillage (lèvres, teint, ongles, yeux), destinée aux bourgeoises françaises» et associée à la couleur rouge et aux lèvres avec «Rouge toujours» et son slogan : «Gemey rouge!» et Maybelline «marque de maquillage branchée, new yorkaise et à l esprit jeune», associée au mascara et au maquillage des yeux et à la signature très mémorisée aux États-Unis «Maybe she's born with it. Maybe it's Maybelline». La situation française était risquée et problématique car, en 1999, la marque Gemey était leader en grandes et moyennes surfaces avec 125 millions d euros de chiffre d affaires, 45,4% de part de marché valeur et 60% de notoriété spontanée. De plus, sur la base des études d image, Gemey disposait d une grande proximité avec les consommatrices, même si elle manquait d identité spécifique, de dynamisme et de modernité. A contrario, la marque Maybelline, uniquement présente en 1999 aux Etats Unis avait alors un taux de notoriété insignifiant en France. Enfin, les résistances internes envers le changement étaient également fortes. 67

8 A D E T E M Lorenz), l objectif est un transfert de clientèle (Aimé, 2007) afin de faire migrer l ensemble des consommateurs actuels de la marque abandonnée vers la nouvelle marque (Keller, 2007 ; Kumar, 2004) et ne perdre aucun volume. Le principal risque dans cette situation est la perte de volume due à un transfert non total des achats de la clientèle de la marque substituée sur la marque-cible car les substitutions de nom de marques constituent un moment critique, pouvant remettre en cause des habitudes établies et déclencher une rupture. Le risque est d autant plus fort que la marque abandonnée est forte, connue, avec une image riche et que les composantes verbale et/ou visuelle de la marque-cible sont différentes de la marque initiale et renvoient à des associations différentes. Lorsque les promesses et les cibles sont différentes (Gemey/Maybelline mais aussi Philips/Whirlpool), l objectif consiste en une modification de la clientèle (Aimé, 2007) : recrutement/gain progressif de nouveaux clients intéressés par le positionnement de la marque-cible pour compenser la perte d anciens clients. Cette situation plus complexe est également d autant plus difficile à mettre en œuvre que la marque initiale est une marque forte (notoriété, image, chiffre d affaires) mais, surtout, que les positionnements des marques initiale et cible sont éloignés l un de l autre (Knudsen,1997). Elle nécessite une gestion subtile de la clientèle sur plusieurs années de façon à conserver l essentiel de la clientèle de la marque initiale dans un premier temps puis à la faire évoluer, en remplaçant des anciens clients par un nombre égal ou supérieur de nouveaux clients au fur et à mesure que la notoriété de la marque-cible évolue et que son positionnement se met en place (Greig, Poynter, 1997). L ANALYSE DES CAS BIO-ACTIVIA ET GEMEY-MAYBELLINE 15 entretiens (tableau 2) ont été réalisés entre 2000 et 2009 sur les changements de marque Gemey/Maybelline et Bio/Activia, La plupart des entretiens individuels d une durée moyenne de 50 minutes à une heure trente se sont déroulés en faceà-face selon une procédure semi-directive (guide d entretien en annexe). Le reste des entretiens (marqués par un astérisque) se sont faits par téléphone. Tous les entretiens ont été retranscrits, mais une partie seulement des entretiens a pu être enregistrée pour raison de confidentialité. Notre analyse est basée sur ces entretiens et, plus particulièrement, sur les documents (analyse panels, études de notoriété et d image, éléments packaging et communications) que les responsables marketing nous ont fournis. Alors que le changement Bio-Activia a été réalisé intégralement sur 2006, le changement Gemey- Maybelline n est pas complètement abouti à ce jour, puisque la marque Gemey reste présente en mineur dans la marque finale. L Oréal a, en effet, décidé à partir de 2006 de ne pas réaliser la dernière phase du changement pour des raisons que nous expliciterons plus loin dans la description du cas, et dont nous avons eu confirmation en L analyse de ce cas de changement de marque reste néanmoins très intéressante et particulièrement riche d enseignements. Cas Bio-Activia : transfert de clientèle sur une plateforme «rien ne change sauf le nom» L objectif principal a consisté à accompagner les consommateurs dans la substitution pour éviter au maximum une rupture entre la marque et le consommateur. Il a fallu les informer de la future substitution, la justifier, les rassurer sur la pérennité des formules et leur faire apprendre le plus rapidement possible le nouveau nom de marque (figure 2). Timing du processus Après l expérience belge et plusieurs tests auprès des consommateurs, le groupe Danone a décidé de procéder de façon progressive en utilisant un «fondu-enchaîné» entre les deux marques sur 6 mois pour la substitution de marque Bio-Activia en France (Figure 3). En novembre 2005, le nom Activia est apparu sur les opercules des pots et le matériel de publicité sur le lieu de vente. Puis les produits ont fait l objet d un double marquage «Bio devient Activia» de janvier à mai 2006, avec Bio en mineur et Activia en 68

9 Comment substituer une marque connue par une nouvelle marque inconnue : les cas Bio-Activia et Gemey-Maybelline Isabelle Aimé, Chantal Lai Tableau 2 Interviewés et contenu des entretiens individuels Entreprises Interviewés Thèmes L Oréal Danone Produits Laitiers frais (PLF) Directeur Général Gemey Paris (juillet Changement de Gemey par Maybelline New York 2000) Chef de Groupe Gemey (septembre 2000) Directrice marketing Gemey (septembre 2007) Chef de produits Gemey (avril 2009) -Directeur Marketing Danone (septembre 2000) -Responsable coordination «projet croissance» (juillet 2000) -Directeur Marketing France (mars 2004)* -Directeur Marketing Belgique (novembre 2004)* -Directeur Marketing Danone Monde (janvier 2005 et janvier 2006) * -Manager MRCI (novembre 2007) - Chef de produits international Activia (janvier 2008) - Chef de produits Activia Espagne (mars 2008) Portefeuille de marques PLF et problématique marque Bio Classification des marques et marques «atout» (comme Bio) Changement Bio/Activia en France, en Belgique et en Espagne Cabinets McKinsey et Gemini Consulting * entretien réalisé par téléphone Senior managers (juillet et septembre 2000) Gestion de portefeuilles de marques, notamment Danone PLF majeur. En juin 2006, les produits n étaient plus signés que par Activia. Système d identification Le système d identification de la marque (couleur verte, point jaune sur le «i») a été maintenu pour favoriser la reconnaissance du produit en linéaire, ce qui a paru d autant plus indispensable que les deux noms présentaient des différences notables en termes de longueur du nom (Activia/Bio), de lettre finale («a» vs «o») et de signifiés (actif/ biologique). Gamme de produits Sachant que le goût et les effets bénéfiques sur le transit étaient les premières raisons d achat des produits Bio, le groupe Danone a décidé de maintenir les formules et la gamme de produits pendant la période de transition. Communication En France, le groupe Danone a orchestré la communication de façon progressive, en trois phases, auprès des consommateurs et des distributeurs. Un marché test simulé Scannel avait en effet souligné l importance de la complémentarité entre les campagnes media et les actions dans les points de vente. 69

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

LA FRANCHISE YVES ROCHER

LA FRANCHISE YVES ROCHER Créateur de la Cosmétique Végétale LA FRANCHISE YVES ROCHER Marque déposée par Yves Rocher ENTREPRENEZ BEAUCOUP, PASSIONNÉMENT 1ère entreprise préférée des Français dans le secteur de la beauté*, 2ème

Plus en détail

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire)

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Alexia ENGELHARD Nom Poste Société Le métier Olivier HEMMERY Chef de produit Glaces et Sorbets Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Olivier HEMMERY assure la coordination et le suivi

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT

MARKETING MIX. Politique Produit. Les composantes d un produit POLITIQUE PRODUIT MARKETING MIX POLITIQUE PRODUIT Sandrine Monfort Politique Produit! Les composantes d un produit! Les classifications produit! Lancement produit! Politique de gamme! Politique de marque Les composantes

Plus en détail

Campagne de promotion du courtier Lignes directrices pour l utilisation du logo

Campagne de promotion du courtier Lignes directrices pour l utilisation du logo Campagne de promotion du courtier Lignes directrices pour l utilisation du logo Votre meilleure assurance, c est un courtier d assurances Votre meilleure assurance, c est un courtier d assurances Votre

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

M2020 FRANCE. Résumé

M2020 FRANCE. Résumé M2020 FRANCE Résumé De l étude globale Marketing 2020 Thought Leadership 250+ interviews de CMOs 10,231 marketers dans 92 pays À M2020 France 387 participants de 24 entreprises françaises Objectif: Analyser

Plus en détail

Toujours plus près des clients

Toujours plus près des clients Toujours plus près des clients Conférence présentée à la journée d information sur les cultures ornementales en serre au Sheraton Laval. (10 décembre 2008) par Jean-Claude Dufour, Ph.D Pourquoi? On pense

Plus en détail

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET

LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET LA STRATÉGIE «BIG DATA» DE ROULARTA MEDIA GROUP PREND DE L AMPLEUR GRÂCE À SELLIGENT TARGET Le groupe, véritable machine à idées des médias, tire parti de l analyse comportementale pour optimiser son marketing

Plus en détail

Table des matières. Partie I Les différents contextes du marketing BtoB... 7. Avant-propos... 1

Table des matières. Partie I Les différents contextes du marketing BtoB... 7. Avant-propos... 1 Avant-propos........................................................................ 1 Partie I Les différents contextes du marketing BtoB.................... 7 Chapitre 1 Les spécificités du marketing

Plus en détail

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication

Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication Hospitality Awards 2012 Meilleure opération de communication hotelbb.com Rejoignez-nous sur une problématique STRATéGIE : Faire de b&b hôtels, une marque «brand friend» Quelle communication de challenger

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce

étude de fonctions & rémunérations Distribution & Commerce Distribution & Commerce étude de fonctions & rémunérations & Commerce & Commerce SOMMAIRE Introduction Remarques méthodologiques 1. Chef de département p.5 2. Directeur de magasin p.6 3. Directeur régional p.7 4. Directeur de

Plus en détail

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente)

PLAN. --> PDV (Promotion de ventes) et PLV (Publicité sur lieu de vente) COURS N 4 : LA POLITIQUE DE DISTRIBUTION COURS DE MARKETING / Cours n 4 : La politique de distribution --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 --> Introduction --> Les fonctions de la distribution --> Canal

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

Stratégie commerciale

Stratégie commerciale Stratégie commerciale Plan Le groupe Ferrero Présentation du produit Le marché de la pâte à tartiner Segmentation Cible Positionnement Marketing Mix : les 4P Conclusion Historique Ferrero 1946 : élaboration

Plus en détail

NESPRESSO ÉTUDE DE CAS

NESPRESSO ÉTUDE DE CAS NESPRESSO ÉTUDE DE CAS PROBLÉMATIQUE «Comment transformer un produit usuel, le café, en un produit haut de gamme?» PLAN Introduction I Nespresso, une filiale de NESTLÉ au concept novateur II NESPRESSO,

Plus en détail

CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005. Objet : Détermination des participants. Madame, Monsieur le Directeur,

CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005. Objet : Détermination des participants. Madame, Monsieur le Directeur, CIRCULAIRE 2005-4 -DRE Paris, le 08/07/2005 Objet : Détermination des participants Madame, Monsieur le Directeur, Je vous informe que, lors de leur réunion du 9 juin dernier, les membres de la commission

Plus en détail

Combinaison de l imprimé et du Web pour favoriser le succès du THÉ ROUGE TETLEY UNE ÉTUDE SUR L OPTIMISATION DES MÉDIAS (CMOST) D IAB CANADA

Combinaison de l imprimé et du Web pour favoriser le succès du THÉ ROUGE TETLEY UNE ÉTUDE SUR L OPTIMISATION DES MÉDIAS (CMOST) D IAB CANADA Combinaison de l imprimé et du Web pour favoriser le succès du THÉ ROUGE TETLEY UNE ÉTUDE SUR L OPTIMISATION DES MÉDIAS (CMOST) D IAB CANADA Introduction Lancé il y a 8 ans, le programme d études sur l

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Août 2000. LE PARTENAIRE TELECOMS DES ENTREPRISES page 2

DOSSIER DE PRESSE. Août 2000. LE PARTENAIRE TELECOMS DES ENTREPRISES page 2 DOSSIER DE PRESSE Août 2000 LE PARTENAIRE TELECOMS DES ENTREPRISES page 2 UNE IDEE ORIGINALE ALLIANT LE «SUR-MESURE» page 4 ET LA «REMUNERATION AU RESULTAT» UNE ACTION EN TROIS ETAPES page 6 DEUX ENTREPRENEURS

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Tout savoir sur Mr.Goodfish

Tout savoir sur Mr.Goodfish Tout savoir sur Mr.Goodfish 1 BIENVENUE DANS LE PROGRAMME MR.GOODFISH Par votre adhésion au programme Mr.Goodfish, vous faites un geste important pour une consommation durable des produits de la Mer. Soyez

Plus en détail

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES?

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? Animateur Isabelle MUSNIK INFLUENCIA Intervenants Maryelle ALLEMAND CARLIN INTERNATIONAL Sauveur FERNANDEZ SAUVEUR

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING

DÉPARTEMENT COMMERCIAL & MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE COMMUNICATION EXTERNE DÉFINITION MARKETING COMMUNICATION & MARKETING COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE OU D ENTREPRISE Ensemble des actions de communication qui visent à promouvoir l image de l entreprise vis-à-vis de ses clients et différents partenaires.

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

Rappel situation marché

Rappel situation marché Proposition 2011 Rappel situation marché Un marché légèrement en hausse en volume en 2009 La France continue à perdre des points comme les VQPRD Les consommateurs sont plutôt fidèles aux prix et aiment

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Sommaire Introduction... 3 Les éléments internes essentiels à auditer... 4 Le dimensionnement de l infrastructure... 4 Les factures...

Plus en détail

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu

Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Prestation de compensation du Handicap : Suivi de la montée en charge et du contenu Analyse des résultats du questionnaire mensuel Les résultats présentés ici sont issus des réponses au questionnaire envoyé

Plus en détail

PASS_Compagnia. Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION. Étude de cas HDI Assicurazioni

PASS_Compagnia. Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION. Étude de cas HDI Assicurazioni PASS_Compagnia Dommages et Vie LE CHOIX DE L INNOVATION Étude de cas HDI Assicurazioni Index 1. PASS_COMPAGNIA DOMMAGES ET VIE... 3 1.1 Sommaire... 3 1.2 Le scénario... 4 1.3 La solution de RGI... 5 1.3.1

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats

Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Tout s accélère! Impact des évolutions socio-économiques sur les méthodes de suivi commercial pour les cabinets d avocats Trois notions sont devenues incontournables dans les affaires et ne peuvent que

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

Circulaire du 7 juillet 2009

Circulaire du 7 juillet 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie, de l industrie et de l emploi NOR : ECEC0907743C Circulaire du 7 juillet 2009 concernant les conditions d application de l arrêté du 31 décembre 2008 relatif

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles

Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles Les sociétés européennes en transition vers des datacenters agiles À travers toute l Europe, des entreprises toujours plus nombreuses cherchent à transformer leurs datacenters. Une nouvelle recherche menée

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES CORRIGÉ TYPE DE L EXAMEN ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES Module : Marketing Fondamental Niveau : 1 ère Année Master Enseignant : KHERRI Abdenacer Date : 13/04/2015 Site web : www.mf-ehec.jimdo.com Durée : 1 heure 30 minutes

Plus en détail

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY

LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY D O S S I E R libérez- LES CONSEILS CRÉATIFS DE DOUG HARRIS ET DAN O DAY La VAR organisait le 27 mars 2003 un séminaire consacré à la créativité et à la pub radio. A cette occasion, elle avait invité deux

Plus en détail

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES

achat shopping fidèlisation animation magnétic communication magnétic communication magnéti CENTRES COMMERCIAUX VILLAGES trafic DE MARQUES achat animation fidèlisation shopping CENTRES COMMERCIAUX & DE MARQUES VILLAGES trafic Partenaire des Centres Commerciaux La promesse d un centre de vie Aujourd hui, les centres commerciaux évoluent dans

Plus en détail

Once the installation is complete, you can delete the temporary Zip files..

Once the installation is complete, you can delete the temporary Zip files.. Sommaire Installation... 2 After the download... 2 From a CD... 2 Access codes... 2 DirectX Compatibility... 2 Using the program... 2 Structure... 4 Lier une structure à une autre... 4 Personnaliser une

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC

DES EXEMPLES DE PROJETS PRESENTES EN PDUC Type d UC Outils du diagnostic Problématique Projet Magasin spécialisé dans la vente de produits pour l équitation Observation Analyse du compte de résultat Enquête clientèle Etude de concurrence Perte

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

3 minutes. relation client. avec Orange Consulting. pour tout savoir sur la. construisez et pilotez votre relation client

3 minutes. relation client. avec Orange Consulting. pour tout savoir sur la. construisez et pilotez votre relation client 3 minutes pour tout savoir sur la relation client construisez et pilotez votre relation client avec Orange Consulting 1 la relation client au coeur de la transformation digitale de l entreprise Aujourd

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Etapes Caractéristiques Warmshowers CouchSurfing Servas Adresses

Etapes Caractéristiques Warmshowers CouchSurfing Servas Adresses Etapes Caractéristiques Warmshowers CouchSurfing Servas Adresses http://fr.warmshowers.org/ http://www.couchsurfing.org http://www.servas-france.org/ sites logo Aucun - représentation du globe terrestre

Plus en détail

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent.

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent. SOMMAIRE I. Etude de marché. > Le marché du chocolat en France. > La marque. > Les points forts de la marque. > Les différents produits de la marque. > Les action menées par la marque. II. Etude de la

Plus en détail

TEMPS PLEIN I CAMPUS REIMS. in Intelligence & Innovation Marketing. intégrant les outils digitaux

TEMPS PLEIN I CAMPUS REIMS. in Intelligence & Innovation Marketing. intégrant les outils digitaux TEMPS PLEIN I CAMPUS REIMS in Intelligence & Innovation Marketing Une approche dynamique du marketing intégrant les outils digitaux NEOMA Business School, c est : 3 campus Rouen, Reims et Paris «Le consommateur

Plus en détail

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques!

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! les facteurs exogènes n ont pas un pouvoir explicatif déterminant de l efficacité commerciale d un point de vente «j

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

IDées. APpLICAtions. Marchés. Nouvelles. nouvelles. nouveaux. www.salon-cprint.com. Le salon du textile et de l objet publicitaires.

IDées. APpLICAtions. Marchés. Nouvelles. nouvelles. nouveaux. www.salon-cprint.com. Le salon du textile et de l objet publicitaires. Nouvelles IDées nouvelles APpLICAtions nouveaux Marchés AUX MÊMES DATES ET LIEU QUE UN èvènement Le salon du textile et de l objet publicitaires www.salon-cprint.com Innover, se réinventer, créer : avec

Plus en détail

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow

Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Ivry, le 30 juillet 2014 Croissance des ventes en France et amélioration de la génération de free cash flow Stabilisation du chiffre d affaires du Groupe au 2 nd trimestre : -0,3% à magasins comparables,

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES

Septembre 2012. Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES Septembre 2012 Enquête CLCV LES CONSOMMATEURS ET LEURS ASSURANCES 1 Qu elle vise à protéger nos biens ou à garantir notre santé, l assurance est aujourd hui une dépense contrainte pour la majorité des

Plus en détail

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011

Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Marketing management CH4 Licence de gestion, Management et gestion des entreprises IUT Valence 2010-2011 Chapitre 4 La planification : le marketing opérationnel ou marketing-mix Le marché cible est défini,

Plus en détail

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes

CLEAR CHANNEL MONITOR. L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes CLEAR CHANNEL MONITOR ou L efficacité de vos campagnes en Publicité Extérieure analysée sous toutes leurs composantes Mieux comprendre le média, réussir vos campagnes! Fort de partenaires référents dans

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Numéro de dossier : 001. Caisse d Epargne Côte d Azur

Numéro de dossier : 001. Caisse d Epargne Côte d Azur Numéro de dossier : 001 Caisse d Epargne Côte d Azur SOMMAIRE Introduction Analyse de la situation Plan d action Réalisation du dossier de recommandations dans le but de devenir la banque référence pour

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture

Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Beyond business performance. Together. Accélération des délais de clôture Enjeux L accélération des délais de clôture ou Fast Close s est tout d abord très largement répandu dans les grandes entreprises

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

Le Display En Pleine Révolution

Le Display En Pleine Révolution Le Display En Pleine Révolution De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Display En Pleine Révolution De l achat

Plus en détail

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Matérialiser votre concept CONSTRUCTION DE L IMAGE ET DE LA COMMUNICATION Traduire votre concept en véritable projet d entreprise >> Confirmer votre offre

Plus en détail

Avis d Appel d Offres Ouvert : Campagne Publicitaire pour l American English Language Program

Avis d Appel d Offres Ouvert : Campagne Publicitaire pour l American English Language Program Introduction : l Ambassade des Etats Unis au Niger est heureuse d annoncer l ouverture d un appel d offres ouvert pour une campagne publicitaire pour son programme d anglais qui vient juste d être transféré

Plus en détail

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014 La commandite Comment créer des conditions gagnantes 30 avril 2014 Qu est-ce que la commandite? Qu est-ce que la commandite? Une relation de partenariat dans laquelle le commanditaire investit pour accéder

Plus en détail

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information

Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information 2 mai 2011 2 Les bases de l informatique en nuage : revaloriser les technologies de l information Introduction Sur un

Plus en détail

Google Nexus 5% Sony Xperia 4% Acer Iconia 7%

Google Nexus 5% Sony Xperia 4% Acer Iconia 7% Kantar Media a analysé le comportement en ligne réel des internautes ayant recherché sur Internet des tablettes au cours des 3 mois ayant précédé les fêtes de fin d année 2013. Ces données ont ensuite

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE

SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE SERVICE PANIERS FRAICHEUR EN RHONE-ALPES DEMARCHE ET RETOUR D EXPÉRIENCE ATELIER CEREMA 21 MAI 2015 LYON DÉPARTEMENT MARKETING ET SERVICE / TER RA DIFFUSION LIMITÉE JEUDI 21 MAI 2015 SOMMAIRE 01. DÉFINITION

Plus en détail

Avenant Avenant du 28 avril 2014 à l accord du 6 juillet 2010 relatif aux certificats de qualification professionnelle

Avenant Avenant du 28 avril 2014 à l accord du 6 juillet 2010 relatif aux certificats de qualification professionnelle Le 24 juillet 2015 Avenant Avenant du 28 avril 2014 à l accord du 6 juillet 2010 relatif aux certificats de qualification professionnelle Article 1er L article 5 du chapitre II, titre Ier, relatif à la

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

Édition. Conseil. Identité Visuelle. Campagne de pub

Édition. Conseil. Identité Visuelle. Campagne de pub Conseil Campagne de pub Identité Visuelle Édition Web L agence au sens large et aux idées précises Agence de publicité Print I Digital I Design Le conseil Pour lancer ou promouvoir un produit, un service,

Plus en détail

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing

MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing MiniKonf 2007 Marketing: Passer d un produit technologique à un produit marketing Stéphanie MICHEL AMATO Consultante AJEM Consultants Avec le témoignage de François CHALUMEAU Directeur GlobaWare International

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE

BEP Vente - action marchande I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE I - COMPETENCES ET SAVOIR FAIRE 15 COMPETENCES PROFESSIONNELLES C.1. Participer à l approvisionnement du point de vente C.2. Intervenir dans la gestion et la présentation marchande des produits C.3. Communiquer

Plus en détail

CORRIGÉ MCE GROUP. Proposition de barème sur 70 points. Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 La communication de MCE Group

CORRIGÉ MCE GROUP. Proposition de barème sur 70 points. Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 La communication de MCE Group CORRIGÉ MCE GROUP Proposition de barème sur 70 points Questions à traiter Travaux demandés Dossier 1 La communication de MCE Group Barème 16 points 1.1 Indiquer les types de communication utilisés par

Plus en détail

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte»

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» - Fichier «Gestion main de fer» Cet outil, à utiliser chaque semaine, permet de réaliser une synthèse de l

Plus en détail

13 Modification de l article L.122-11 du Code de la consommation sur les pratiques commerciales agressives.

13 Modification de l article L.122-11 du Code de la consommation sur les pratiques commerciales agressives. 5. LA PUBLICITÉ Les analyses réalisées ci-après s appuient sur l examen des supports transmis par les prêteurs, sur des recherches sur les sites Internet de ces établissements, sur l observation sur des

Plus en détail

Cross-canal dans le retail Où en sont vraiment les enseignes?

Cross-canal dans le retail Où en sont vraiment les enseignes? Cross-canal dans le retail Où en sont vraiment les enseignes? Cédric DUCROCQ PDG Groupe Dia-Mart Chairman Ebeltoft Group J-F KLEINPOORT Directeur Digital Dia-Mart Consulting Le Groupe Dia-Mart Prestations

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

Transformez votre manière de travailler grâce à un logiciel de BPM moderne. DANS LE CLOUD

Transformez votre manière de travailler grâce à un logiciel de BPM moderne. DANS LE CLOUD Transformez votre manière de travailler grâce à un logiciel de BPM moderne. PROCESSUS MOBILE SOCIAL DONNÉES SUR SITE CLIENT DANS LE CLOUD Une plateforme de travail moderne Les technologies mobiles et les

Plus en détail

Le code à barres EAN 13 mes premiers pas...

Le code à barres EAN 13 mes premiers pas... Le code à barres EAN 13 mes premiers pas... k étape 1 Vous venez d adhérer à GS1 France, Vous souhaitez connaître les démarches à suivre pour mettre en place un code à barres sur vos emballages. Ce guide

Plus en détail

L enquête Nationale Drive 2.0,

L enquête Nationale Drive 2.0, Dossier de presse L enquête Nationale Drive 2.0, des résultats surprenants Sommaire I- A propos de Parabellum II- Contexte : Le Drive en France III- Enquête Nationale Drive 2.0 - Méthodologie de l enquête

Plus en détail

Baromètre Annonceurs Mobile

Baromètre Annonceurs Mobile Baromètre Annonceurs Mobile Introduction Faire un état des lieux de la perception et de l intégration du média mobile dans les stratégies média des annonceurs. Développer 4 points clés et répondre en écho

Plus en détail

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain?

Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? DOSSIER SOLUTION Solution CA Virtual Placement and Balancing Comment optimiser l utilisation des ressources Cloud et de virtualisation, aujourd hui et demain? agility made possible La solution automatisée

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix

Développez. votre entreprise. avec Sage SalesLogix Développez votre entreprise avec Sage SalesLogix Prospectez, fidélisez, développez Sage SalesLogix est la solution de gestion de la relation client puissante et sécurisée qui vous offre une vision complète

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail