L apport des TSI au management de la supply chain : de l absence d un one best way aux enseignements pour la recherche en logistique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L apport des TSI au management de la supply chain : de l absence d un one best way aux enseignements pour la recherche en logistique"

Transcription

1 L apport des TSI au management de la supply chain : de l absence d un one best way aux enseignements pour la recherche en logistique Jacques BOULAY Professeur, Chaire Logistique & Stratégie Marchande, ESSCA, Laboratoire CREDO Brigitte de FAULTRIER Professeur Titulaire de la Chaire Logistique & Stratégie Marchande, ESSCA, Laboratoire CREDO Les discours entendus ici ou là sur les salons (ou lus dans la presse) professionnels contribuent à alimenter la vision de technologies et de systèmes d information (TSI) porteurs de tous les espoirs pour les managers de la supply chain : une chaîne logistique mieux intégrée, une collaboration (inter)organisationnelle renforcée, une plus grande performance. Mais la revue de la littérature de recherche sur le thème des apports des TSI à la supply chain proposée dans cet article offre une vision plus nuancée des bénéfices que le manager logistique peut réellement espérer tirer des outils déployés. Elle est l occasion d offrir à la recherche en logistique des voies d investigation renouvelées. Introduction Devenue centrale dans les organisations modernes, la logistique est certainement l une des fonctions de l entreprise qui a été parmi les plus touchées par l évolution rapide des technologies et des systèmes d information (TSI) 1 depuis le début des années Cette évolution, qui a rendu «praticables de nombreux rêves logistiques» (Fabbe-Costes, 2002), a accompagné les changements de pratiques liées à l intégration croissante des préoccupations logistiques des fournisseurs, des producteurs et des détaillants dans ce qu il est désormais convenu d appeler la supply chain (ou chaîne logistique). Le passage de la logistique - fonction longtemps cantonnée à la seule gestion des flux produits - à la supply chain caractérise en fait une rupture majeure dans la stratégie de l organisation logistique des entreprises : le passage d une dimension intra-organisationnelle à une approche multi-acteurs tenant compte des interfaces inter-organisationnelles (Ayadi, 2005 ; Paché et Colin, 2000). C est dans cette dimension d échange entre des entités indépendantes qui s inscrivent dans une même suite de processus que les TSI ont trouvé leur place. L abondance des recherches empiriques sur les liens entre TSI et management de la supply chain suggère que le monde académique s est très tôt intéressé à la question de l utilité des nouveaux outils déployés. Les travaux ont d ailleurs su accompagner la progression technologique, portant successivement sur les 1 - Nous basant sur la définition d un SI d Alter (1999), nous définissons les TSI comme un système de travail (supporté par des technologies et des systèmes d informatisation) dont la fonction centrale est le traitement de l information via l exécution de 6 types d opérations : la saisie, la transmission, le stockage, la recherche, la manipulation et l affichage de l information. Les TSI produisent de l information et assistent le travail exécuté par d autres systèmes de travail. Dans le contexte des relations d échange dans la chaîne logistique, il s agit principalement de systèmes d information inter-organisationnels supportés, entre autres, par la technologie EDI (Echange de Données Informatisées) et plus récemment par la technologie Internet. Vol. 13 N 2,

2 2 : «La terminologie de Supply Chain Management a [d ailleurs] souvent été appliquée aux progiciels d optimisation de la chaîne logistique» (Lexipro [2005], p. 53). systèmes ouverts de type EDI puis sur les progiciels, enfin, plus récemment, sur la technologie Internet et ses supports d usage (intranet, extranet, places de marchés électroniques). De conceptuelles au début des années 1990, les recherches se sont depuis développées avec une orientation normative forte. Ce constat est à rapprocher des nombreuses promesses des fabricants de progiciels qui font croire que tout déploiement de TSI entraîne de facto une performance logistique supérieure 2, contribuant à une course à l imposition d un «one best way». Face à ce phénomène, il est important que la recherche en logistique offre aux managers de la supply chain une vision claire des bénéfices qu ils peuvent réellement espérer tirer de leurs investissements TSI. Savoir ce que l on peut concrètement attendre des TSI vis-à-vis de la chaîne logistique (et ce que l on ne doit pas en attendre) est en effet un élément indispensable à une bonne gestion. A cette fin, nous proposons dans une première partie une présentation structurée des résultats des recherches empiriques sur l apport des TSI au management de la supply chain. Les travaux analysés sont essentiellement issus des champs logistique et achat. Cinq journaux anglo-saxons qui font référence dans ces deux champs (International Journal of Physical Distribution and Logistic Management, International Journal of Purchasing and Material Management, Journal of Business Logistics, Journal of Supply Chain Management, Logistics Information Management) ont été passés en revue sur les 15 dernières années afin d identifier les principales études empiriques portant sur les effets du déploiement des TSI sur la chaîne logistique. L analyse détaillée des bibliographies des articles sélectionnés a permis d identifier des recherches issues d autres supports qui ont également été retenues chaque fois qu elles proposaient un éclairage complémentaire. Ce qui a conduit à solliciter les champs de la recherche en distribution et en systèmes d information, rejoignant en cela la typologie des recherches sur la supply chain établie par Morana (2004). Cette revue de la littérature s achève par une tentative de réponse à la question de départ portant sur les bénéfices que les managers de la chaîne logistique peuvent attendre du déploiement des TSI. La discussion des résultats dès lors qu elle s inscrit au croisement des préoccupations académiques et managériales participe également à nourrir la réflexion de la recherche en logistique. Ainsi, on remarque que les travaux analysés ne sont pas exempts d un certain nombre de limites conceptuelles et méthodologiques. Afin de les dépasser, nous discutons dans une seconde partie de la pertinence de développer ou d approfondir quatre pistes de recherche. Ceci, afin que la recherche sur l apport des TSI au management de la supply chain contribue plus efficacement à aider à la prise de décision managériale. Une synthèse des recherches sur l apport des TSI au management de la supply chain Il existe un corpus de recherche empirique relativement dense sur le sujet du lien entre TSI et management de la chaîne logistique. Dans un souci de clarté du propos, nous proposons un classement des travaux à partir de l adaptation au contexte de la supply chain du triptyque «structure - management des relations - gouvernement» proposé par Anderson et Coughlan (2000) dans le cadre du canal de distribution. Les recherches sur «TSI et structure de la supply chain» cherchent à évaluer comment le déploiement d outils de gestion et d échange d informations contribue à intégrer les flux logistiques entre des entités indépendantes (qu il s agisse de flux produits ou d information) au point que les frontières organisationnelles disparaissent. Les recherches sur le thème des liens entre TSI et management des relations dans la chaîne logistique portent sur la mesure des effets du déploiement de systèmes d information inter-organisationnels sur trois variables : la coordination et/ou la coopération entre les acteurs, le développement de l engagement et/ou de la confiance, la performance. Enfin, la recherche sur l utilisation des TSI pour gouverner une relation d échange est centrée sur l enchaînement TSI égalent savoir, savoir égale pouvoir. TSI et structuration de la supply chain Les travaux discutent de la pertinence d un effet «naturellement» structurant de la technologie. Les plus anciens, inspirés par la théorie williamsonnienne, soulignent que les acteurs de la chaîne logistique, distributeurs comme fournisseurs, peuvent utiliser les technologies comme l EDI pour obtenir les bénéfices d une quasi-intégration verticale (à savoir une meilleure coordination entre les acteurs inter-organisationnels et des flux d échanges plus importants) sans propriété commune (Bensaou, 1997 ; Zaheer et Venka- 60 Vol. 13 N 2, 2005

3 traman, 1994 ; Buzzell et Ortmeyer, 1994 ; Konsynski et McFarlan, 1990). Ainsi, selon Lewis et Talalayevsky (2000), le développement des systèmes d information inter-organisationnels conduit à une utilisation plus importante des marchés centralisés pour les structures logistiques. Il se traduit aussi par un recours accru aux prestataires logistiques. Ce résultat rejoint ceux obtenus par Vijayasarathy et Robey (1997) qui montrent une corrélation positive entre le déploiement de l EDI dans le canal de distribution et la formalisation des relations entre les acteurs. Edwards, Peters et Sharman (2001) sont plus nuancés sur le rôle structurant des TSI. Ils constatent que les entreprises développant les liens les plus étroits sont celles dont les TSI soutiennent le mieux ces liens. Mais ils constatent aussi que l importance stratégique des infrastructures technologiques pour l intégration de la supply chain n est pas un sujet de préoccupation majeur pour beaucoup d organisations. Ils concluent même que le management des TSI et la façon dont elles sont déployées sont plus importants que les systèmes eux-mêmes. TSI et management de la supply chain Les recherches sur l apport des TSI au management de la supply chain sont également caractérisées par la mise en évidence de résultats contradictoires. TSI et coordination / collaboration - coopération La recherche empirique de Marcussen (1996), souvent citée, souligne que le déploiement des TSI renforce la relation entre les acteurs de la chaîne logistique. Bowersox et Daugherty (1995) pensent qu il s agit d une tendance de fond qui résulte des possibilités offertes par les TSI pour coordonner les actions inter-organisationnelles. Cette observation est validée par Emmelhainz (1988) et Mohr (1990) qui montrent empiriquement que les investissements dans des systèmes d information inter-organisationnels favorisent la coordination des activités entre acheteurs et vendeurs dans la supply chain. Bensaou (1993) va dans le même sens en établissant que les TSI peuvent être utilisées pour améliorer la coordination des tâches non structurées. Mais des recherches plus récentes vont à contre-courant de ces résultats, concluant à l absence ou à la faiblesse des liens entre TSI et qualité des relations. Larson et Kulchitsky (2000, 1999) montrent que si l EDI accroît l intégration logistique (il a en ce sens un effet structurant), il n accroît pas les sentiments coopératifs entre les agents. Handfield et Nichols (1999) suggèrent même la possible détérioration des relations sous l effet d une utilisation non pertinente et du coté impersonnel des technologies. Vloski et Wilson (1999) établissent toutefois que cette détérioration ne serait que de courte durée. Dans un premier temps, elle s expliquerait par la faiblesse des bénéfices perçus par certains des acteurs au regard de l investissement réalisé. Mais à long terme, l adoption des TSI serait positive, les points de conflits liés aux différences de perception quant à la rapidité avec laquelle les acteurs s équipent disparaissant. Whipple et Daugherty (2002) confirment que le déploiement des TSI n est pas une garantie d intégration. Celle-ci dépendrait de la qualité des informations échangées grâce aux outils. C est également la somme des informations fournies et partagées par chacun des acteurs qui accroît la satisfaction perçue de l alliance (tandis que pour les acheteurs, la qualité de la relation dépend de l exactitude de l échange d information, les fournisseurs valorisent pour leur part le fait que les informations arrivent au moment opportun). Enfin, récemment, Sanders et Premus (2005) ont identifié que les technologies logistiques favorisaient les relations de coopération. Mais ils ont aussi confirmé qu elles n étaient pas des déterminants de la collaboration, cette dernière relevant d abord du résultat d interactions humaines que les TSI peuvent soutenir mais en aucun cas remplacer. TSI et engagement-confiance 3 Là aussi, les travaux empiriques balancent entre apports favorables et absence d effet des TSI. Emmelhainz (1988) montre que l utilisation de l EDI contribue à améliorer les relations acheteurs-vendeurs via l engagement qui se développe lors du déploiement du système. La confiance entre les parties augmente par la suite grâce au partage de l information et à la diminution des commandes mal traitées. Une fréquence plus élevée de communication électronique et d échange d information entre les acteurs est également associée à davantage d engagement (Mohr, 1990). Mais d autres travaux ne trouvent aucun lien significatif entre la présence des TSI et engagement-confiance dans la chaîne logistique. Lothia et Krapfel (1994) échouent en tentant de mesurer comment l investissement en EDI d un fournisseur peut impacter la dépendance (mesurée via l engagement) de l acheteur. 3 - La confiance fait référence à la croyance, au sentiment et à l attente que l on a concernant la crédibilité et la loyauté à attendre d un partenaire (Blau, 1964). L engagement est à la base du développement de la confiance. Il comprend une facette instrumentale via l allocation de ressources spécifiques à la relation et une facette attitudinale via l engagement affectif et l attachement psychologique à la relation (Gundlach et al., 1995). Vol. 13 N 2,

4 4 - Il existe de nombreuses façons de mesurer la performance dans la littérature logistique. Ces mesures incluent typiquement quatre priorités concurrentielles fondamentales, à savoir le coût, la qualité, la fiabilité et la flexibilité. L innovation (approchée via la vitesse de mise sur le marché des nouveaux produits) a été ajoutée récemment à ces critères. Tandis que Guibert (1996), dans le contexte français des relations acheteurs-fournisseurs, rejette l hypothèse d un lien positif entre le déploiement des TSI et la confiance ou l engagement des acteurs. Mais quel que soit leur résultat, ce qui relie les recherches sur le lien entre déploiement des TSI et engagement / confiance des acteurs est qu elles ont été les premières à s interroger sur l enchaînement réel des variables. Ainsi, autant les TSI peuvent expliquer plus d engagement autant «il y a des chances pour que ce soient des firmes déjà engagées l une envers l autre qui prennent le risque de se lier électroniquement» (Mohr, 1990). TSI et performance logistique 4 Srinivasan et al (1994) établissent que l EDI favorise la performance des fournisseurs ayant investi dans des systèmes intégrés comme celle des fournisseurs dont le taux de partenaires reliés par EDI est élevé. Mais ce résultat a été remis en cause par d autres analyses. Jayaraman et Vickery (1998) ne trouvent ainsi pas de lien entre la performance et l utilisation de l EDI. Etudiant le déploiement des TSI pour les opérations logistiques, Narasimham et Kim (2001) concluent eux aussi à l absence de lien entre TSI et performance. Bamfield (1994) explique cette absence de lien par le fait que les distributeurs sont encore trop peu enclins à partager l information et que si les systèmes permettent davantage d efficacité, par exemple en terme de réapprovisionnement des stocks, ils ne conduisent pas nécessairement à une réduction des coûts de gestion de ces stocks. Les études les plus récentes font état de conclusions plus nuancées. Ainsi Angulo et al (2004), dans une étude sur les effets de la qualité de l information échangée par ARP (Automatic Replenishment Programs) sur la performance, offrent des résultats dont le sens varie selon le type de produit et selon la position du partenaire dans la supply chain. Tandis que Sanders et Premus (2005) montrent que ce sont les entreprises qui ont un niveau d utilisation élevé des TSI qui connaissent une performance supérieure. Ces travaux suggèrent en fait que les effets constatés des outils sont fortement liés au contexte de la recherche. TSI et gouvernement de la supply chain On distingue généralement deux mécanismes de gouvernement des relations dans la chaîne logistique : l intégration et le contrôle. L apport des TSI à l intégration de la supply chain a déjà été souligné précédemment. Nous nous concentrons donc dans cette partie sur les effets de leur déploiement sur la répartition du pouvoir entre les acteurs et sur le contrôle du partenaire de l échange. TSI et pouvoir L utilisation des TSI peut modifier l équilibre des pouvoirs entre les acteurs, en particulier en rendant indépendants flux d information et flux produits (Meier, 1995). Tandis que les produits suivent un chemin classique (producteur intermédiaire détaillant), les TSI permettent de mettre en place une structure d information plate dans laquelle le producteur est le point de coordination unique de l ensemble de la chaîne (Lewis et Talalayevsky, 1997). La plupart des recherches soulignent que les TSI profitent d abord au leader de la chaîne logistique pour établir ou renforcer sa domination sur ses partenaires (Webster, 1994). Nakayama (1998) trouve ainsi que l utilisation de la technologie EDI peut réduire le pouvoir de négociation d un distributeur, l outil permettant à l industriel de collecter davantage d informations et de gagner en flexibilité. A contrario, d autres recherches montrent que l EDI profite d abord aux acheteurs parce que ce sont eux qui imposent leurs procédures lors du déploiement de TSI logistiques (Marcussen, 1996). TSI et contrôle Il n a pas été identifié de recherche portant sur l utilisation des TSI comme outil de contrôle des membres de la supply chain au sens où l entendent Penning et Woyceshyn (1987) lorsqu ils proposent la notion de «contrôle technologique». La seule recherche portant indirectement sur ce thème est celle de Grover et al (2002) qui, en cherchant à identifier le rôle médiateur des TSI sur le lien entre coûts de transaction et niveau de relationalisme de l échange, concluent que les TSI peuvent être utilisés pour faciliter le contrôle des tendances à l opportunisme des fournisseurs. Sriram et Banerjee (1994) ont eux observé que l adoption de l EDI ne modifiait pas fondamentalement les procédures et les politiques achat des organisations, les acteurs ayant tendance à fonctionner prudemment dans un environnement électronique. Au terme de cette revue de la littérature de recherche empirique sur l apport des TSI au management de la chaîne logistique, il apparaît donc une grande hétérogénéité dans les résultats obtenus (synthétisés dans le tableau 1). 62 Vol. 13 N 2, 2005

5 Tableau 1 Résultats des principaux travaux sur l apport des TSI au management de la supply chain 5 Angle de recherche Apport positif du déploiement des TSI Neutralité du déploiement des TSI Apport négatif du déploiement des TSI Structure des relations dans la supply chain Les TSI influencent l étroitesse des liens entre les acteurs (Edwards et al, 2001) Les TSI conduisent à une utilisation plus importante des marchés centralisés pour les structures logistiques (Lewis et Talalayevsky, 2000) Les TSI renforcent l intensité et la formalisation des relations (Vijayasarathy et Robey, 1997) Management des relations Coopération-coordination des acteurs de la supply chain Les TSI logistiques favorisent la coopération (Sanders et Premus, 2005) Les TSI renforcent la qualité des relations (Marcussen, 1996) Les TSI favorisent la coordination (Bensaou, 1993, Mohr, 1990, Emmelhainz, 1988) Les TSI logistiques ne sont pas des déterminants de la collaboration [qu elles peuvent néanmoins soutenir] (Sanders et Premus, 2005) Les TSI ont peu d effet sur l étroitesse des relations (Larson et Kulchitsky, 2000) Le déploiement des TSI n est pas une garantie d intégration logistique (Whipple et al, 2002) Le déploiement des TSI peut entraîner une détérioration des relations (Handfield et Nichols, 1999) Le déploiement des TSI peut entraîner une détérioration des relations à court terme (Vloski et Wilson,1999) Engagement - confiance dans la supply chain Une fréquence élevée de communication est associée à davantage d engagement (Mohr, 1990) Les TSI améliorent les relations via l engagement (Emmelhainz, 1988) L investissement en TSI ne réduit pas la perception de dépendance de l acheteur vis-à-vis du fournisseur (Lohtia et Krapfel, 1994) Performance de la supply chain Les TSI ont une influence directe et positive sur la performance (Sanders et Premus, 2005, 2002) Les TSI ont un effet positif sur la performance en magasin des produits dont la demande moyenne varie (Angulo et al, 2004) Les fournisseurs ayant investi dans des systèmes intégrés ont des performances d expédition meilleures que les autres (Srinivasan et al, 1994) Il n y a pas de lien significatif entre performance et utilisation des TSI (Jayaraman et Vickery, 1998 ; Zaher et al, 1998) Les TSI n ont pas de lien direct sur la performance de la supply chain (Narasimham et Kim, 2001) L EDI a peu d effet sur la performance (Larson et Kulchitsky, 2000) L effet TSI sur la performance est négatif lors de retards d information (Sanders et Premus, 2005) Pouvoir Les TSI profitent d abord au leader de la chaîne logistique (Webster, 1994) Gouvernement des relations Les TSI réduisent le pouvoir de négociation du distributeur (Nakayama, 1998) Contrôle Les TSI facilitent le contrôle des tendances à l opportunisme des acteurs (Grover et al, 2002) Les TSI ne modifient pas les procédures / politiques achat (Sriniram et Banerjee, 1994) Une lecture «positive» de cette synthèse (résultats présentés dans la première colonne) conduit à suggérer que le déploiement des TSI contribue à renforcer l intégration des différentes entités de la supply chain en favorisant la coordination et la coopération entre ses acteurs. Les liens de dépendance qui se créent participeraient alors au renforcement des sentiments d engagement et de confiance, même si le leader de la chaîne logistique a la possibilité d instrumentaliser les TSI pour accroître sa domination. Au final, la performance de la supply chain en sortirait renforcée. Mais il y a autant de travaux permettant de tenir ce type de discours que de recherches soulignant que les TSI n ont pas d effet particulier sur la structure des relations, leur management ou encore sur le gouvernement de l échange entre les acteurs de la chaîne logistique. Enfin, d autres recherches (plus rares) suggèrent que le déploiement des TSI peut contribuer à détériorer les relations entre les acteurs. Ces résultats contradictoires, liés à une remise en cause croissante des conclusions de travaux anciens longtemps considérés comme «acquises» (une performance logistique supérieure, des relations renforcées, ) sont autant d éléments qui empêchent les managers de la chaîne logistique de disposer d une 5 - En remplaçant par le terme TSI le support technique étudié par les auteurs cités, nous faisons l hypothèse d une homogénéité technologique qui n est sûrement pas représentative de la réalité. Toutefois, on constate que près de trois quarts des recherches analysées portent sur les effets du déploiement de la seule technologie EDI. Vol. 13 N 2,

6 idée précise de ce qu ils peuvent «à coup sûr» attendre de leurs investissements en TSI. Ce constat appelle un certain nombre de commentaires sur les choix conceptuels et méthodologiques retenus par les auteurs des recherches analysées. En effet, faire évoluer ces choix apparaît nécessaire si la recherche ambitionne d offrir aux managers des cadres pertinents dans lesquels inscrire leurs décisions en termes d investissement et d utilisation des TSI. La nécessité de réviser les cadres conceptuels et méthodologiques des recherches sur l apport des TSI au management de la supply chain Nous pensons que la disparité des résultats des travaux existants s explique en partie par des limites d ordre conceptuel. En effet, la plupart des travaux se focalisent sur une technologie particulière, sans s interroger sur les objectifs de son déploiement dans la relation. Sur un plan plus méthodologique, les recherches adoptent une approche déterministe qui voudrait que la seule présence des TSI dans une relation inter-organisationnelle suffise à produire des effets. Et elles omettent de se soucier des contextes temporel et relationnel dans lesquels l échange s inscrit. Face à chacune de ces quatre limites, nous proposons une voie de recherche à investiguer. Les pistes conceptuelles Clarifier la notion de système d information de la supply-chain La plupart des auteurs s intéressent au déploiement de systèmes d information inter-organisationnels entre des firmes indépendantes en se focalisant sur l étude des effets d une seule technologie (EDI, code-barre, intranet ). Ce choix conceptuel présente un double inconvénient. Tout d abord, il propose une vision limitée de la réalité des TSI dans la gestion de la supply chain, les individus interrogés répondant par rapport à un outil en particulier alors qu ils emploient le plus souvent un portefeuille de technologies dans lequel il est difficile de discerner les effets des différents outils. Le second inconvénient est qu il se concentre souvent sur le seul angle «communication et échange d informations» du système d information logistique. Ce qui est fortement réducteur car passant sous silence l informatisation des systèmes de production et de gestion qui permettent d automatiser de nombreuses activités répétitives dans la relation fournisseur-distributeur (commande, facturation, gestion des stocks, mise à jour tarifs, ). Dans le débat sur les effets plus ou moins centralisateurs des systèmes d information, Benghozi (1999) souligne d ailleurs que pour gérer l articulation entre ce qu il appelle contrôle central et autonomie locale, «certaines entreprises opèrent le découplage pur et simple des deux systèmes : production et gestion d une part, communication d autre part». Ainsi, une recherche portant sur les seuls outils ou fonctionnalités de communication et d échange d informations entre les membres de la chaîne logistique pourra conduire au constat d un renforcement des relations, alors que dans le même temps les TSI seront utilisées par le leader de la relation pour renforcer son contrôle. C est pourquoi limiter la recherche à l étude des effets «échange d informations» n est pas suffisant pour comprendre la réalité du système d information logistique. Enfin, les outils étant de plus en plus multiples, complémentaires ou substituables (Reix et Rowe, 2002), il ne s agit plus tant de s intéresser à leur seule existence technique qu à leurs capacités en tant que support des processus de travail au sens large (de production, de gestion, de communication et d échange d informations). A cet effet, nous proposons que la recherche logistique et les travaux liés en systèmes d information qui ont déjà commencé à investiguer cette piste s intéressent davantage à la mesure des capacités des TSI déployés plutôt qu à mesurer leur seule présence ou intensité d utilisation dans la supply chain. S interroger sur les objectifs des outils déployés Les auteurs omettent fréquemment de s interroger sur les objectifs de la mise en œuvre des TSI dans la chaîne logistique. Au-delà d une logique qui voudrait que le manager se sente «obligé» d intégrer les techniques les plus modernes dans son entreprise sous la contrainte d une force technologique et de la compétition économique (Hill, 1984), il convient pourtant de s interroger sur les objectifs réels qu il cherche à atteindre ce faisant. Nous rejoignons ainsi Larson et Kulchitsky (2000) quand ils écrivent qu il n est pas étonnant de ne pas trouver de lien entre le déploiement de TSI et les relations entre les 64 Vol. 13 N 2, 2005

7 acteurs de la supply chain. Cela peut être dû à la nature impersonnelle de ce type de communication - «bien que rapide, l EDI retire de l échange tout ce qu il comporte d humain ( )» - mais aussi au fait qu il s agit de programmes informatiques qui ne sont pas destinés, et ceci dès l origine, à améliorer la dite relation. Il convient donc que les recherches en logistique abordent la mesure des apports des TSI au management de la supply chain avec une perspective relativiste. Ce qui importe n est pas tant l effet des TSI en soi-même que la mesure de cet effet au regard des bénéfices qui en étaient attendus par les acteurs - directions logistiques et directions SI - au début du projet TSI. Il s agit donc de développer davantage les recherches sur un mode «avant-après». Ces pistes conceptuelles doivent être complétées par une révision des cadres méthodologiques, une des limites persistantes des travaux étant le choix d approches que Fabbe-Costes (2000) qualifie de «technologically driven». Les pistes méthodologiques Dépasser l approche déterministe de l étude des effets de la technologie Nous croyons en effet que les contradictions observées entre les résultats obtenus relève en partie d une conception déterministe des TSI selon laquelle la technologie est un agent externe capable de transformer l organisation. Cette conception déterministe est pourtant critiquée par les chercheurs en SI pour l insuffisance des conclusions auxquelles elle aboutit («la contribution des TI à la performance est liée à des phénomènes émergents et mal maîtrisés ; on ne peut parler de déterminisme technologique» [Reix, 2004]). Elle continue pourtant de prévaloir dans de nombreuses recherches en logistique consacrées aux conséquences organisationnelles du déploiement et/ou de l utilisation des TSI. Les approches déterministes omettent en particulier de prendre en compte le contexte d utilisation des outils ou leur perception par les utilisateurs. Or, comme le soulignent Reix et Rowe (2002), «le domaine de l usage des SI est caractérisé par l existence de nombreux facteurs de contingence». Dépasser l approche déterministe des recherches passe donc par la poursuite de travaux qui adopteront une orientation dite «interactionniste» pour laquelle l utilisation et les effets des TSI émergent d interactions entre l organisation et la technologie. Ce n est que très récemment que cette perspective a été intégrée par les travaux sur l apport des TSI au management de la supply chain (par exemple, Angeles et Nath [2001] expliquent l efficacité d un partenariat EDI par la congruence des partenaires). Les auteurs doivent donc être sensibles dans les recherches à venir à approfondir cette perspective. Car si le déploiement des TSI dans les relations (inter)organisationnelles s inscrit «dans le cadre plus ou moins contraignant d un mode opératoire prédéfini» (Reix, 2004), les comportements des acteurs face aux outils participent également aux effets de l utilisation de ces derniers. Dépasser l absence de longitudinalité des recherches Vlosky et Wilson (1999) suggèrent l importance de la prise en compte du temps pour comprendre les réactions des acteurs face au déploiement des TSI dans une relation d échange inter-organisationnelle. Ils montrent comment les effets du déploiement de TSI sur la qualité de la relation fabricant-distributeur sont dépendants d un temps d appropriation des nouvelles technologies par les utilisateurs : à court terme, des ruptures dans la relation apparaissent, provoquées, côté fournisseur, par la faiblesse des bénéfices perçus au regard de l investissement réalisé et par la pression des clients distributeurs pour qu ils implantent la technologie. A long terme, la relation s améliore avec la disparition des points de conflits liés aux différences de perception quant à la rapidité avec laquelle les fournisseurs s équipent pour répondre aux demandes des distributeurs. Cet exemple suggère que le moment auquel les données sont recueillies peut avoir un impact significatif sur le résultat de la recherche. Il milite donc pour un recueil à différents moments du projet TSI afin de «contrôler» la variable temps. Enfin, au-delà de la question de la prise en compte du temps, dans la plupart des recherches recensées, on ne sait finalement pas si les TSI participent au renforcement des variables explicatives de la qualité de la relation ou si ces dernières doivent déjà être fortes pour que la mise en œuvre des TSI ait un quelconque effet (Monczka et Carter, 1988). Or, de plus en plus d auteurs en SI soulignent que si les outils impactent la qualité de la relation, la qualité de la relation en place a aussi une grande importance dans le succès ou l échec du déploiement des TSI dans les systèmes inter-organisationnels (Meier, 1995). Pour dépasser cette limite, nous conseillons que les modèles de recherche sur les effets des TSI sur Vol. 13 N 2,

8 la supply chain intègrent une réflexion sur le rôle de la nature et de la situation de la relation d échange entre les acteurs. C est donc résolument vers des travaux qui adoptent des approches contextuelles et contingentes que la recherche sur l apport des TSI au management de la chaîne logistique doit se tourner. L objectif est de les placer dans une perspective managériale tout en renouvelant l actualité de la «question» de la technologie pour la recherche en logistique. Conclusion Nous nous sommes efforcés au travers de cet article consacré à l apport des TSI au management de la supply chain de montrer l intérêt d ouvrir le débat sur l importance et le rôle des TSI dans la chaîne logistique. Ceci, alors qu un nombre important de travaux et de discours «technologues» continuent à nourrir la vision d un «one best way», faisant implicitement ou explicitement dépendre de nombreuses variables caractéristiques des échanges dans la supply chain du seul déploiement des technologies. Or, nous avons vu que l analyse des recherches empiriques sur ce thème offre aux décideurs de la chaîne logistique une vision contrastée des bénéfices qu ils peuvent réellement et systématiquement espérer du déploiement des TSI. En particulier, les résultats des travaux suggèrent qu il n y a pas d effet déterministe à attendre des TSI et que de nombreux facteurs de contingence (position dans la supply chain, expérience du manager logistique, niveau d utilisation des TSI, volonté de partager des informations sensibles, stratégie de déploiement des TSI, ) contribuent au succès des projets TSI. Autant de pistes que nous conseillons aux travaux à venir sur les liens logistique et systèmes d information d explorer ou d approfondir. La contribution managériale de cet article est donc claire. Elle suggère qu un manager logistique à la recherche d une plus grande performance via le déploiement des TSI devra toujours veiller à apporter un soutien actif au projet, qu il saura communiquer auprès de ses équipes. Il devra également s assurer de participer le plus en amont possible à la définition des besoins durant la sélection et le paramétrage de l application. Car les outils seuls ne sauraient trouver leur place «naturellement», en dépit de tous les progrès réalisés sur le plan de leur ergonomie d usage depuis quelques années. Enfin, les directions logistiques et SI engagées dans le déploiement de programmes TSI veilleront à promouvoir la collaboration des individus au sein des équipes de la supply chain via mais aussi en dehors des points de contacts supportés par les TSI. De nombreux facteurs entrent en ligne de compte, à la fois pour expliquer la performance des projets TSI mais plus globalement pour comprendre la performance de la chaîne logistique dans son ensemble. Tout en reconnaissant leur valeur ajoutée (voire leur caractère irremplaçable aujourd hui), les TSI ne doivent donc pas être regardés comme une panacée et faire oublier aux logisticiens de terrain l importance d un bon management de l élément humain. Bibliographie Alter, S., (1999), Information Systems: a Management Perspective, Addison-Wesley, 3 e édition, Anderson, E., Coughlan, A.T., (2002), Channel management : structure, governance and relationship management, Handbook of Marketing, eds B. Weitz et R. Wensley, Sage, pp Angeles, R., Nath, R., (2001), Partner Congruence in Electronic Data Interchange (EDI) -Enabled Relationships, Journal of Business Logistics, Vol.22, n 2, pp Angulo, A., Nachtmann, H., Waller M.A., (2004), Supply Chain Information Sharing In Vendor Managed Inventory Partnership, Journal of Business Logistics, Vol.25, n 1, pp Ayadi, S., (2005), Le supply chain management : vers une optimisation globale des flux, Revue Gestion 2000, n 6, nov-dec, pp Bamfield, J., (1994), Learning by Doing: Electronic Data Interchange Adoption by Retailers, Logistics Information Management, Vol. 7, n 6, 32. Benghozi, P.J., (1999), Technologies de l information et organisation : de la tentation de la flexibilité à la centralisation, 2 e Colloque International «Usages et services des télécommunications», Bordeaux. Bensaou, B.M., (1993), Interorganizational Cooperation : the Role of Information Technology, an Empirical Comparison of US and Japanese Supplier Relations, Proceedings of the fourteenth ICIS, Orlando, Floride, pp Vol. 13 N 2, 2005

9 Blau, P.M., (1964), Exchange and Power in Social Life, NY : Wiley. Bowersox, D.J., Daugherty, P.J. (1995), Logistics Paradigms: The Impact of Information Technology, Journal of Business Logistics, Vol.16, n 1, pp Buzzell, R.D., Ortmeyer, G., (1995), Channel Partnerships Streamline Distribution, Sloan Management Review, Vol.36, n 3, pp Edwards, P., Peters, M., Sharman, G., (2001), The Effectiveness of Information Systems in Supporting the Extended Supply Chain, Journal of Business Logistics, Vol.22, n 1, pp Emmelhainz, M.A., (1988), EDI : Does it Change the Purchasing Process?, Journal of Purchasing and Materials Management, Vol. 23, n 4, pp Fabbe-Costes, N., (2002), Le pilotage des supply chains : un défi pour les systèmes d information et de communication logistiques, Gestion 2000, janvier-février, pp Fabbe-Costes, N., (2000), Le rôle transformatif des SIC et TIC sur les interfaces multi acteurs de la distribution et de la logistique, Faire de la recherche en logistique et distribution, eds N. Fabbe-Costes, J. Colin et G. Paché, Vuibert Editions, pp Grover, V., Teng, J.T.C, Fiedler, K.D., (2002), Investigating the Role of IT in Building Buyer Supplier Relationships, Journal of the Association for Informations Systems, n 3, Guibert, N., (1996), La relation client-fournisseur et les nouvelles technologies de l information : le rôle des concepts de confiance et d engagement, Thèse de doctorat en Sciences de Gestion, Université de Montpellier 2, Décembre. Gundlach, G.T., Achrol, R.S., Mentzer, J., (1995), The Structure of Commitment in Exchange, Journal of Marketing, Vol. 59 (January), pp Hanfield, R.B., Nichols, E.L., (1999), Introduction to Supply Chain Management, Prentice Hall, Upper Saddle River, NJ. Hill, S., (1984), Competition and Control at Work: the New Industrial Sociology, The MIT Press. Jayaraman, J,. Vickery, S.K., (1998), Supply Based Strategies, Human Resource Initiatives, Procurement Leadtime, and Firm Performance, International Journal of Purchasing and Material Management, Vol. 34, n 1, pp Konsynski, B.R., McFarlan, F.W., (1990), Information Partnerships, Shared Data, Shared Scale, Harvard Business Review, September-October, Vol.68, n 5, pp Larson, P.D., Kulchitsky, J.D., (2000), The Use and Impact of Communication in Purchasing and Supply Management, Journal of Supply Chain Management, Vol.36, n 3, pp Larson, P.D., Kulchitsky, J.D., (1999), Logistics Improvement Programs: the Dynamics Between People and Performance, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol.29, n 2, pp Lewis, I., Talalayevsky, A., (2000), Third-Party Logistic : Leveraging Information Technology, Journal of Business Logistics, Vol.21, n 2, pp Lewis, I., Talalayevsky, A., (1997), Logistics and Information Technology : a Coordination Perspective, Journal of Business Logistics, Vol.18, n 1, pp Lexipro (2005), Le lexique des termes de la logistique, Editions Logistiques Magazine, octobre Lohtia, R., Krapfel, R.E., (1994), The Impact of Transactions Specific Investments on Buyer-Seller Relationships, The Journal of Business and Industrial Marketing, Vol.9, n 1, pp Marcussen, H., (1996), The Effects of EDI on Industrial Buyer-Seller Relationships : a Network Perspective, International Journal of Purchasing and Materials Management, August, pp Meier, J., (1995), The Importance of Relationship Management in Establishing Successful Inter-Organizational Systems, Journal of Strategic Information Systems, Vol.4, n 2, pp Mohr, J., (1990), Computerized Communication in IOR : its Impact on Structure, Conduct and Performance, AMA Summer Educators Proceedings, eds W. Bearden et al, Chicago : AMA. Monckza, R.M., Carter, J.R., (1988), Implementing Electronic Data Interchange, International Journal of Purchasing and Materials Management, Vol.24, n 2, pp.2-9. Morana, J., (2004), 10 Ans de la revue Logistique & Management : analyse des publica- Vol. 13 N 2,

10 tions de recherche, Logistique & Management, Vol.12, n 1, pp Nakayama, M., (1998), Use of EDI and Firm Bargaining Power Shift in Grocery Marketing Channels : an Exploratory Study, Working Paper 02-98, The Anderson School at UCLA. Narasimhan, R., Kim, S.W., (2001), Information System Utilization Strategy For Supply Chain Integration, Journal of Business Logistics, Vol.22, n 2, pp Paché G., Colin J., (2000), Recherches et applications en logistique : des questions d hier, d aujourd hui et de demain, Fairedela recherche en logistique et distribution, eds N. Fabbe-Costes, J. Colin et G. Paché, Vuibert Editions, pp Pennings, J.M., Woyceshyn, J.A., (1987), A typology of Organizational Control and its Metaphors, Research in the Sociology of Organizations, n 5, pp Reix, R., (2004), Systèmes d Information et Management des Organisations, Vuibert Editions, 5 e édition. Reix, R., Rowe, F., (2002), La recherche en systèmes d information : de l histoire au concept, Faire de la Recherche en Systèmes d Information, eds F. Rowe, Vuibert Editions, pp Sanders, N.R., Premus, R., (2005), Modeling The Relationship Between Firm IT Capability Collaboration, and Performance, Journal of Business Logistics,Vol.26, n 1, pp Sanders, N.R., Premus, R., (2002), IT Applications in Supply Chain Organizations : a Link Between Competitive Priorities and Organizational Benefits, Journal of Business Logistics, Vol.23, n 1, pp Srinivasan, K., Kekre, S., Mukhopadhyay, T., (1994), Impact of Electronic Data Interchange Technology on JIT Shipments, Management Science, Vol.40, n 10, pp Sriram, V., Banerjee, S., (1995), The Impact of Electronic Data Interchange on Purchasing: an Empirical Investigation, International Journal of Operations and Production Management, Vol.15, n 3, pp Vijayasarathy, L.R., Robey, D., (1997), The effect of EDI on Market Channel Relationships in Retailing, Information & Management, Vol.33, n 2, pp Vlosky, R.P., Wilson, D.T., (1999), Inter-organizational Information System Technology Adoption Effects on Buyer-Seller Relationships in the Retailer-Supplier Channel: an Exploratory Analysis, Advances in International Marketing, Vol.9, pp Webster, J., (1995), Networks of Collaboration or Conflict? Electronic Data Interchange and Power in the Supply Chain, Journal of Strategic Information Systems, Vol.4, n 1, pp Whipple, J.M., Frankel, R., Daugherty, P.J., (2002), Information Support For Alliances: Performance Implications, Journal of Business Logistics, Vol.23, n 2, pp Zaheer, A., Venkatraman, N., (1994), Determinants of electronic integration in the insurance industry: an empirical test, Management Science, Vol. 40, n 5, pp Vol. 13 N 2, 2005

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale?

Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Comment concevoir une Supply Chain robuste et flexible à l échelle mondiale? Forum d été Supply Chain Magazine 10 Juillet 2012 Transform to the power of digital Les impacts de la globalisation sur la Supply

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Le développement managériale

Le développement managériale Le développement managériale Comment et pourquoi le manager est au centre du processus Le concept managériale: «Business & People Partner partner: Business partner : participer à l efficacité et à la qualité

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011

Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 www.varm.fr Stratégie des risques Jean-Francois DECROOCQ - 11/03/2011 Sommaire Introduction... 2 La stratégie du risque... 2 I.0 Une démarche d entreprise... 2 I.1 Appétit pour le risque... 3 I.2 La tolérance

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise?

Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? 1 Comment mettre l innovation au cœur de votre entreprise? Réfaat Chaabouni Salon de la création d entreprises Tunis 17-18 Octobre 2008 2 L innovation est synonyme de changement C est au sens large du

Plus en détail

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28

Management. Planification. Flux. Valorisation Coûts. plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 Management Valorisation Coûts Flux Planification w w w. c b a c o n s e i l. f r plaquettecba.indd 1 26/05/09 16:59:28 La performance des flux dans la petite série et la production à la commande CBA Conseil

Plus en détail

POUR UN RENOUVELLEMENT DU CADRE D ANALYSE DES LIENS ENTRE TIC ET MANAGEMENT DU CANAL MARKETING : UNE PERSPECTIVE «CONTROLE» Jacques BOULAY

POUR UN RENOUVELLEMENT DU CADRE D ANALYSE DES LIENS ENTRE TIC ET MANAGEMENT DU CANAL MARKETING : UNE PERSPECTIVE «CONTROLE» Jacques BOULAY POUR UN RENOUVELLEMENT DU CADRE D ANALYSE DES LIENS ENTRE TIC ET MANAGEMENT DU CANAL MARKETING : UNE PERSPECTIVE «CONTROLE» Jacques BOULAY Professeur au Pôle d Enseignement et de Recherche en Marketing

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

L analyse de la Chaîne de Valeur

L analyse de la Chaîne de Valeur L analyse de la Chaîne de Valeur Présentation de la chaîne de valeur En principe, une entreprise cherche à obtenir un avantage concurrentiel et se donne pour mission de créer de la valeur pour ses clients.

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique

Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique APPEL D OFFRES N 01/2015/IE Dispositif régional Auvergne d Intelligence Economique ACCORD CADRE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) ARTICLE 1 OBJET DE L ACCORD CADRE Le présent accord-cadre

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine

«L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine «L état de la recherche en management de projet». CR du séminaire sur le management de projet organisé à Paris Dauphine Par Eric Boespflug Préambule : cette journée de séminaire faisait état des résultats

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003

L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? H. Isaac, 2003 L information et la technologie de l information ERP, EAS, PGI : une nécessité? Le Le progiciel progiciel de de gestion gestion intégré gré PGI, PGI, ERP. ERP. 1 2 3 Définition Définition et et rôle rôle

Plus en détail

LES FORMATIONS ET WORKSHOPS ECONCEPTS

LES FORMATIONS ET WORKSHOPS ECONCEPTS LES FORMATIONS ET WORKSHOPS ECONCEPTS Des formations et séminaires en éco-marketing et en éco- innovation - 1 Pourquoi choisir une formation econcepts? Les formations s adressent aux managers de l entreprise

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

«Devenez efficaces en développement de produits» Bénéfices pour les entreprises participantes

«Devenez efficaces en développement de produits» Bénéfices pour les entreprises participantes «Devenez efficaces en développement de produits» Une formule qui a fait ses preuves Pour faciliter l intégration des pratiques et favoriser le transfert des connaissances auprès des collègues, ce programme

Plus en détail

Formulation des politiques logistiques

Formulation des politiques logistiques Formulation des politiques logistiques plan Introduction I- Système d objectifs, la logistique comme gestion d interfaces II- Typologie des politiques logistiques III- Alliances et partenariats comme orientation

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Programme IMPACT BOUSSOLE

Programme IMPACT BOUSSOLE Prendre le temps de réfléchir au long terme lorsqu on est pris dans la gestion de son organisation au quotidien n est pas chose aisée. Il faut pourtant s assurer que la stratégie de développement soit

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC

EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC EVALUATION DU MASTER EN MANAGEMENT SYNTHESE DU DECANAT HEC Septembre 2013 Cette synthèse fait suite à la procédure d évaluation du Master en Management HEC, réalisée au semestre d automne 2011,et incluant

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

La gestion des flux d information : EDI

La gestion des flux d information : EDI La gestion des flux d information : EDI Introduction EDI (définition, composants, types et domaines d application) Les enjeux de l EDI La mise en œuvre de l EDI Conclusion Introduction Tâches Création

Plus en détail

Management Module 3. Le diagnostic interne

Management Module 3. Le diagnostic interne Management Module 3 Le diagnostic interne Schéma général d analyse Problèmes/opportunités Analyse interne de l organisation Ressources Compétences Existe-t-il différents segments stratégiques? Analyse

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

Benchmark des Meilleures Pratiques : de la Communauté des utilisateurs de solutions CRM, XRM 1

Benchmark des Meilleures Pratiques : de la Communauté des utilisateurs de solutions CRM, XRM 1 L' imaginer, le réaliser ensemble Benchmark des Meilleures Pratiques : de la Communauté des utilisateurs de solutions CRM, XRM 1 Réalisé par 1 extended Relation Management : une extension du CRM (Customer

Plus en détail

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11 Liste des études de cas Liste des tableaux et des figures XI XII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état.

AL SolutionS Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément de l état. Organisme de Formation enregistré sous le numéro d agrément de déclaration d activité Formation «déclaration d activité enregistrée sous le numéro 11 78 80429 78. Cet enregistrement ne vaut pas d agrément

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI

Rapport concernant le dossier HDR de. M. Dr. Slimane HAMMOUDI Prof. Michel LEONARD Département des Systèmes d Information Faculté des Sciences Économiques et Sociales CUI Batelle Bât A 7 route de Drize CH-1227 Carouge Tél. +41 22 379 02 27 Fax. +41 22 379 02 79 Rapport

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

D epuis quelques décennies, la nécessité d une évolution permanente

D epuis quelques décennies, la nécessité d une évolution permanente Introduction CHANGER EST UNE PARTIE CONSTITUTIVE DE NOTRE VIE PROFESSIONNELLE D epuis quelques décennies, la nécessité d une évolution permanente a fait irruption dans la vie professionnelle de chacun.

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 1 Introduction : Qu est ce que la stratégie? 1- Processus

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Maitriser la fonction approvisionnement

Maitriser la fonction approvisionnement Maitriser la fonction approvisionnement Comprendre les techniques de base : éviter les ruptures tout en minimisant le niveau de stocks. Maîtriser la relation quotidienne avec le fournisseur et être efficace

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude des bonnes pratiques. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude des bonnes pratiques. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE

STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE STRATÉGIE ET SI SI EN ENTREPRISE Plan de la présentation SI pour les niveaux hiérarchiques Types de décision Systèmes opérationnels Systèmes du management opérationnel Systèmes stratégiques Article de

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Tous droits réservés SELENIS

Tous droits réservés SELENIS 1. Objectifs 2. Etapes clefs 3. Notre proposition d accompagnement 4. Présentation de SELENIS 2 Un projet est une réalisation spécifique, dans un système de contraintes donné (organisation, ressources,

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN"

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN" Comprendre le rôle de la chaîne logistique. Acquérir des outils et méthodes indispensables à la maîtrise de la SCM Maîtriser la mise en place de solutions

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Conférence PICARD OMD 2010

Conférence PICARD OMD 2010 Conférence PICARD OMD 2010 Mesurer l efficacité de la gestion des frontières Stephen Holloway, Professeur adjoint, Responsable des études, Centre d études des douanes et accises Faculté de droit, Université

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Empower your business relationships

Empower your business relationships CONDUIRE ET CONSTRUIRE UN PPP : COMMENT AMÉLIORER L EXERCICE Regards croisés entre donneurs d ordre publics et acteurs privés Comment pouvoirs publics et entreprises privées peuvent-ils rendre leur montage

Plus en détail

Résumé du Mémoire d Executive Master

Résumé du Mémoire d Executive Master EXECUTIVE MASTER EN POLITIQUES ET PRATIQUES DU DEVELOPPEMENT (DPP) Année Académique 2012 2013 Résumé du Mémoire d Executive Master Bilan d une approche basée sur l accompagnement des partenaires: Cas du

Plus en détail

Séminaire de recherche «principal» : Economie

Séminaire de recherche «principal» : Economie Séminaire de recherche «principal» : Economie Université Paris Dauphine Master recherche ATDD 1 ère partie : Alain Ayong Le Kama Plan du séminaire Introduction générale : acceptions économiques du DD Liens

Plus en détail

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1

Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 Table des matières Préface.............................................................................. XV Chapitre 1. Adapter les forces de vente à l évolution des marchés... 1 1.1 Force de Vente (F.D.V.)

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..!

Apprendre à combattre un incendie coûte toujours très cher avant le sinistre..! 1 veille sociale. 1 jour Dir 1 2 gestion de la crise sociale 2 jours 3 négociation sociale 3 jours Pourquoi une telle offre? Quoi? «Il n y a de richesse que d homme» Apprendre à combattre un incendie coûte

Plus en détail