CAHIER DE RECHERCHE : E5. Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : Quelle place pour les TIC?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAHIER DE RECHERCHE : 2010-01 E5. Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : Quelle place pour les TIC?"

Transcription

1 CAHIER DE RECHERCHE : 00-0 E5 Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : Quelle place pour les TIC? Blandine AGERON Alain SPALANZANI Unité Mixte de Recherche CNRS / Université Pierre Mendès France Grenoble 50 rue de la Chimie BP GRENOBLE cedex 9 Tél. : Fax :

2 Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : quelle place pour les TIC? Blandine AGERON Université Pierre Mendès-France Grenoble II, France - Alain SPALANZAN Université Pierre Mendès-France Grenoble II, France - La recherche d une compétitivité de plus en plus grande dans les années 980 et la mondialisation des années 990 ont amené les entreprises à externaliser nombre de leurs activités et à délocaliser leurs unités de production. Le phénomène d externalisation a eu pour conséquence un déplacement des frontières des entreprises par la création de réseaux de partenaires, dont l articulation donne lieu à la formation d une chaîne logistique ou supply chain composée d un panel fournisseurs et sous-traitants. Les partenaires de cette chaîne sont à la fois de plus en plus sélectionnés, réduits en nombre, et de plus en plus éloignés géographiquement de la firme «pivot» donneuse d ordres. Cet éloignement pose un problème de densité organisationnelle et fait émerger avec une plus grande intensité le problème de la coordination-coopération entre chacun des maillons de la chaîne logistique. La question générale posée dans cet article est celle des critères qui fondent actuellement le choix des fournisseurs et donc la construction d une chaîne logistique. Plus spécifiquement, dans un contexte d éloignement des sources d approvisionnement et de recherche de partenariat, cette étude cherche à évaluer l importance des technologies de l information et de la communication (TIC) en tant que critère de choix d un fournisseur. On essaiera de répondre à deux questions : quel est, en 007, le poids relatif des TIC par rapport aux autres grands critères classiques? Quels sont les outils TIC que les entreprises privilégient dans la sélection de leurs fournisseurs? Introduction La recherche d une compétitivité de plus en plus grande dans les années 980 et la mondialisation des années 990 ont amené les entreprises à externaliser nombre de leurs activités et à délocaliser leurs unités de production. Le phénomène d externalisation a eu pour conséquence un déplacement des frontières des entreprises par la création de réseaux de partenaires, dont l articulation donne lieu à la formation d une chaîne logistique ou supply chain composée d un panel fournisseurs et sous-traitants (Fabbe-Costes et Jahre, 007). Les partenaires de cette chaîne sont à la fois de plus en plus sélectionnés, réduits en nombre, et de plus en plus éloignés géographiquement de la firme «pivot» donneuse d ordres (Goffin et al., 997 ; Oberoi et Khamba, 005 ; Chan et al., 007). Cet éloignement pose un problème de densité organisationnelle et fait émerger avec une plus grande intensité le problème de la coordination-coopération entre chacun des maillons de la chaîne logistique (Gupta et Krishnan, 999 ; Golicic et al., 00).

3 Vol. 6 N, 008 8

4 - Nous souhaitons remercier O. Lavastre et M.-L. Goury pour leur travail concernant la saisie des données. La question générale posée dans cet article est celle des critères qui fondent actuellement le choix des fournisseurs et donc la construction d une chaîne logistique. Plus spécifiquement, dans un contexte d éloignement des sources d approvisionnement et de recherche de partenariat, cette étude cherche à évaluer l importance des technologies de l information et de la communication (TIC) en tant que critère de choix d un fournisseur. On essaiera de répondre à deux questions : quel est, en 007, le poids relatif des TIC par rapport aux autres grands critères classiques? Quels sont les outils TIC que les entreprises privilégient dans la sélection de leurs fournisseurs (Fabbe-Costes, 00)? Apporter des éléments de réponse à ces questions soulève nécessairement un ensemble d interrogations plus vaste. Ainsi, admettre les TIC comme critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs nous conduit à aborder des questions relatives aux enjeux qui président à la prise en compte de ce «nouveau» critère. En effet, le fait de discriminer les fournisseurs dans le processus de sélection selon leur acquisition et/ou maîtrise des TIC, suppose que les donneurs d ordres aient été capables d identifier les TIC «essentielles» des TIC «secondaires» (c est-à-dire d avoir discuté et arbitré le choix des TIC «incontournables»), voire qu ils aient été également en mesure d évaluer l amélioration de performance organisationnelle issue de cette nouvelle exigence. Tout ceci implique que les donneurs d ordres soient capables d influencer, d accompagner et/ou de contraindre leurs fournisseurs dans l acquisition et le développement de ces TIC «incontournables». Il leur faut également pouvoir identifier les freins à la mise en place des TIC dans leurs relations avec leurs fournisseurs. Cette mise en perspective des TIC sera donc présentée au travers de résultats que nous présentons dans les paragraphes suivants. Pour finir, nous aborderons également l importance du contexte, sachant que sa prise en compte a été largement discutée et mise en évidence par de nombreuses études (Barua et al., 997 ; Scannel et al., 000 ; Graafland, 00 ; Holweg, 005). Nous discuterons ainsi de l importance de la taille des entreprises, du secteur d activité ainsi que la dimension internationale ou non du donneur d ordres, dans le processus de sélection des fournisseurs. La sélection du fournisseur Cadre théorique La sélection des fournisseurs s insère dans la traditionnelle problématique du make or buy qui trace le contour des frontières de l entreprise. La théorie des coûts de transaction de Coase Williamson a fourni un modèle explicatif de la ligne de partage entre «marché» et «hiérarchie» (Williamson, 975, 985). Ces dernières années, le marché semble l avoir emporté et les explications sont multiples : accès à des coûts de production plus bas, recherche de compétences, création de valeur partenariale, variabilisation des charges fixes, diminution du niveau des stocks, développement de l agilité et de la flexibilité et émergence des TIC. A travers une politique d externalisation, l entreprise se recentre sur son cœur de métier et doit faire le choix des «actifs spécifiques» qu elle décide de conserver, voire de développer (Oberoi et Khamba, 005). Le choix des partenaires, fournisseurs et sous-traitants, et la coordination de la chaîne logistique constituent deux compétences distinctives fortes des entreprises travaillant en réseau (Boulay et Isaac, 007). Les frontières de l entreprise sont donc le reflet d une nouvelle rationalité économique et cognitive qui repose sur l éternel débat de la dualité différenciation-coordination. L acheteur a la responsabilité de la qualité du portefeuille fournisseurs, donc de la différenciation, le supply chain manager (logisticien) celle de la coordination du réseau que constitue ce portefeuille. Si les métiers sont fondamentalement différents, la coopération interne est indispensable car la taille et la qualité du réseau constitué par les acheteurs seront déterminantes sur la capacité de commande que pourra en avoir le logisticien. Selon cette logique, les critères de choix des fournisseurs doivent refléter, au moins en partie, les préférences du logisticien dont la mission est la gestion performante des flux (mesurée principalement par le taux de service), du fournisseur le plus en amont au client final. Dans un contexte de mondialisation, les TIC, outils de maîtrise de la communication distante, deviennent l un des leviers de l efficacité du logisticien sur l ensemble de la chaîne logistique (Golicic et al., 00). Plus encore, les TIC doivent lui permettre de mettre en œuvre différents niveaux d intensité de coordination (Baiman et Rajan, 00). Elles doivent lui autoriser les niveaux de coopération et de collaboration permettant de tis- 8 Vol. 6 N, 008

5 ser des liens forts avec les partenaires de son réseau. Revue de la littérature Cette interrogation autour de la place stratégique des achats dans la construction de la chaîne logistique amont renvoie inéluctablement à la question de la sélection des fournisseurs comme le mettent en avant Pearson et Ellram (995), De Boer (998), Verma et Pullman (998) et Chan et al. (007). En effet, ceux-ci avancent le fait que la sélection des fournisseurs est certainement la phase la plus cruciale dans le processus d achat. Cette constatation est d autant plus fondée que l acheteur doit périodiquement évaluer la performance de ses fournisseurs, performance qui sera d autant plus élevée que la phase de sélection aura été rigoureuse et méthodique (Pearson et Ellram, 995). Parmi les nombreux travaux de recherche qui ont été conduits sur cette problématique de la sélection des fournisseurs, certains auteurs se sont intéressés : ) Aux modèles d évaluation, de sélection et d amélioration continue des fournisseurs (De Boer et al., 00 ; Sarkis et Talluri, 00 ; Chan, 003). Ces modèles, même s ils ne conduisent pas à mettre en évidence un one best way du processus de sélection des fournisseurs, permettent toutefois d aider les entreprises dans leurs décisions. Ils proposent une approche rigoureuse et structurée qui permet, si elle est suivie, d évaluer les fournisseurs quant à leur flexibilité, leur réactivité, leur capacité de compréhension et de fiabilité. Cette évaluation contribue à terme, comme le montrent ces auteurs, à réduire les risques et à maximiser la valeur créée pour le client. ) Aux critères de choix. Même si les discussions autour de ces critères de choix restent très disparates et controversées selon les auteurs (Cheraghi et al., 004), un certain consensus émerge autour de quatre grands critères classiques : le prix, la qualité, le délai et le service. A côté de ces critères traditionnels, d autres études s attachent à mettre en évidence des critères de choix tels que les caractéristiques intrinsèques du fournisseur (taille, localisation géographique, réputation, etc.), l offre proposée, ou la confiance entre acheteurs et fournisseurs (Donney et Cannon, 997). Par ailleurs, Pearson et Ellram (995) constatent que selon le maillon de la chaîne logistique, les critères de choix diffèrent. Ainsi, pour ce qui concerne le maillon industriel et manufacturier, sont généralement identifiés et analysés des critères relatifs à la qualité, au coût, au délai et à la capacité technique et/ou technologique de l entreprise (Dickson, 966 ; Dempsey, 978). Pour ce qui est du maillon commercial et de distribution, sont généralement énoncés des critères relatifs au respect des délais, à la qualité des produits livrés et, de façon plus générale, à la satisfaction des clients (Berens, 97 ; Shipley, 985). Ellram et Carr (994) ont également insisté sur les niveaux d information et d exigence des clients qui contraignent les entreprises à relayer la collaboration aval par une collaboration amont. L entreprise doit être en mesure de satisfaire pleinement ses clients à un coût minimum tout en maintenant un niveau de compétitivité et de productivité optimal. Enfin, il existe quelques écrits dont l objectif est d analyser l impact de certaines variables sur les critères de choix des fournisseurs. Brown et al. (993) étudie ainsi l effet des caractéristiques personnelles de l acheteur sur les critères de choix. De façon beaucoup plus spécifique, Swift et Gruben (000) étudient l effet du «genre» de l acheteur sur les critères de choix. 3) A la place des TIC dans le processus de sélection des fournisseurs. L importance des systèmes d information (SI) et des TIC pour développer de nouvelles formes d organisation telles que les réseaux ou les partenariats stratégiques ont été abordés, dès les années 990, par Ellram (990), Bakos et Brynjolfsson (993) et Mentzer et al. (000). De nombreuses études empiriques montrent ainsi que l échange d informations entre fournisseurs et clients permet le développement de réelles coopérations et collaborations entre ces partenaires (Hart et Saunders, 998 ; Lee et Kim, 00). Ce poids des TIC dans la chaîne logistique amont traduit aujourd hui un réel besoin de la part des entreprises qui doivent gérer simultanément des fournisseurs de plus en plus éloignés géographiquement et culturellement, et des clients de plus en plus exigeants en terme de satisfaction. Elles sont au cœur du système nerveux de la chaîne logistique globale (Cash et Konsynski, 985 ; Bakos et Brynjolfsson, 993 ; Sirkka et al., 994) et peuvent devenir un avantage concurrentiel (Dyer et Singh, 998). L importance des TIC dans la chaîne logistique amont traduit également un changement de comportement de la part des donneurs d ordres qui, grâce aux nouvelles technologies, travaillent de plus en plus à distance, sont de plus en plus engagés dans une logique d externalisation (Clemons et Row, 993). Elles constituent également pour les fournisseurs une réelle opportunité dans la Vol. 6 N,

6 mesure où elles leur permettent de gagner du pouvoir de négociation. Subramani (004) montre à cet égard que l utilisation d outils TIC permet la mise en place de relations collaboratives beaucoup plus approfondies et pérennes, dont le «bénéfice» sera réparti entre l ensemble des partenaires. Ainsi, le déploiement de TIC doit permettre des gains substantiels dans les coûts de transaction dans les domaines de la facturation et du paiement, de l inventaire et du développement de nouveaux produits (Ghosh et John, 999 ; Mukhopadhyay et Kekre, 00). La question de recherche Si l importance des TIC dans les relations inter-entreprises a été largement démontrée depuis de nombreuses années, leur prise en compte au niveau stratégique n a émergé que ces dernières années (Cash et Konsynski, 985 ; Mentzer et al., 000) et les études portant sur la sélection et l évaluation des fournisseurs restent marginales. Scott (000) a étudié le rôle du contexte industriel dans les critères de choix des fournisseurs et en particulier au niveau des TIC. Childerhouse et al. (003) se sont focalisés sur les flux d information dans les chaînes logistiques liées au secteur de l automobile. Monczka et al. (995) mettent en avant l étendue des liens technologiques dans les relations de collaboration. A partir de ces différents éléments théoriques et empiriques, nous allons tester l hypothèse suivante : Les TIC constituent un critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs Cette interrogation autour des TIC comme critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs soulève la question du poids relatif de ce critère par rapport aux autres grands critères classiques, le prix, la qualité, le délai et le service. Elle appelle également une discussion autour des types d outils TIC que les entreprises vont privilégier dans la sélection de leurs fournisseurs. Ce dernier point conduit d ailleurs à interroger la capacité des donneurs d ordres, d une part, à distinguer les TIC «primaires» des TIC «secondaires», d autre part, à discriminer les fournisseurs selon leur niveau d acquisition et/ou maîtrise de ces dernières. Ceci implique que les donneurs d ordres soient capables d influencer, d accompagner et/ou de contraindre leurs fournisseurs dans l acquisitionet le développement de ces TIC qualifiées d «incontournables» (Riggins et Mukhopadhyay, 994 ; Son et al., 005). Ils doivent également être en mesure d évaluer l amélioration de performance organisationnelle issue de cet investissement et pouvoir identifier les freins à la mise en place de ces TIC par leurs fournisseurs. L importance du contexte a été largement discutée et mise en évidence par de nombreuses études (Barua et al., 997 ; Scannel et al., 000). Il apparaît en effet que, selon le secteur automobile (Holweg, 005), textile (Graafland, 00) ou selon le support de sélection traditionnel ou Internet (Barua et al., 997) les résultats diffèrent. La prise en compte du contexte dans notre étude nous conduit à discuter de l importance de la taille des entreprises, du secteur d activité ainsi que de la dimension internationale du donneur d ordres dans le processus de sélection des fournisseurs. Méthodologie La structure du questionnaire Le questionnaire est articulé autour de trois parties. La première partie introductive présente le thème de ce travail, son objectif, sa visée et la confidentialité et l anonymat des informations recueillies. Une deuxième partie constitue le corps du questionnaire. Elle s attache à étudier le processus de sélection en caractérisant les relations générales que l entreprise établit avec ses fournisseurs. Des questions relatives aux types de relations entretenues dans les achats, aux critères de choix et de sélection des fournisseurs, à la capacité et à l aptitude du fournisseur à posséder, maîtriser les SI, ont ainsi été posées. Une troisième et dernière partie permet d obtenir les informations relatives aux répondants, notamment en ce qui concerne leurs caractéristiques personnelles (âge, sexe, etc.) et professionnelles (fonction, ancienneté, etc.). L administration et le traitement du questionnaire Le choix a consisté à administrer le questionnaire prioritairement en face à face. Ce type d administration est apparu plus pertinent compte tenu du nombre de questions et de la nécessité d accompagner le répondant. Par ailleurs, la complexité de ce questionnaire a, dans certains cas, nécessité de guider, voire d expliciter, certaines questions ou éléments de réponse. Toutefois, l éloignement géogra- 84 Vol. 6 N, 008

7 phique et/ou la difficile disponibilité des répondants, ont conduit à retenir l administration électronique comme seconde possibilité. Cette administration s est d ailleurs avérée extrêmement utile, puisque près de 30 % des réponses ont été obtenues selon ce mode d administration. Au total, 0 questionnaires ont été remplis, dont 0 se sont avérés inutilisables du fait du manque d information et/ou de réponses incomplètes. Ces résultats s expliquent par la modalité d administration qui nous a permis de veiller à la bonne instruction de l ensemble du questionnaire. L échantillon L échantillon a été construit en relevant la situation fonctionnelle du répondant comme seul critère de choix. Celui-ci devait être une personne en charge des achats, soit dans leur globalité (souvent les petites structures), soit sur une famille de produits (grands groupes). De plus, cette personne devait être concernée et impliquée par la sélection des fournisseurs. Ceci nous a conduit à interroger des acheteurs de plusieurs entreprises du secteur industriel et du secteur des services et ce quelle que soit leur taille (TPE, PME-PMI ou multinationale). Résultats Les premiers résultats portent sur la typologie d entreprises. Ils ont permis de mettre en évidence une forte présence d entreprises industrielles au détriment d entreprises de service. En effet, 50 % des entreprises relèvent du secteur manufacturier (au sens de la NAF), % du secteur des transports et communications, 6 % du secteur du commerce, 6% du secteur de la distribution d électricité et de gaz, 5 % concernent le secteur de la construction. Les autres secteurs d activité représentant chacun moins de 3 %. En ce qui concerne la taille des entreprises, on constate que l échantillon est largement constitué par des entreprises de grande taille. En effet, 57 % des entreprises ont plus de.000 salariés (5 entreprises), 0 % ont entre 00 et.000 salariés (3 entreprises) et 8 % ont moins de 00 salariés (6 entreprises dont 4 ont moins de 50 salariés). Enfin, la typologie des répondants conduit à la répartition suivante : 70 % sont acheteurs dans leur entreprise (sachant que selon les entreprises, on observe des dénominations différentes qui renvoient en réalité à des activités identiques). Il est à noter que la fonction achat reste fortement liée à la taille de l entreprise. En effet, seules les entreprises de plus de 00 salariés ont créé cette fonction. En dessous de ce seuil, la fonction achat est fréquemment prise en charge par le chef d entreprise (0 % des cas), le gestionnaire des moyens généraux (0 %) ou le responsable de production (0 %). L importance des TIC L importance des TIC dans la chaîne logistique amont, et plus précisément sa prise en compte dans le processus de sélection des fournisseurs, n est pas un fait nouveau, bien que le processus de sélection des fournisseurs ait évolué vers un processus de plus en plus complexe et multicritères. En effet, le dépassement de l approche volume qui plaçait le prix et la quantité au cœur du processus de sélection a laissé la place à d autres critères comme la qualité, la confiance, l excellence opérationnelle. Par ailleurs, l éloignement géographique des fournisseurs lié à l externalisation croissante des activités a conduit les entreprises à mettre en place des outils de gestion de la délocalisation. Les TIC, notamment à travers le Web-EDI, ont pris alors toute leur ampleur. Elles permettent aux entreprises de gérer cette distance tout en évitant les «pièges», notamment de «piratage des données», et favorisent et multiplient également la rapidité des échanges. Les premiers résultats de notre recherche confirment le fait que les TIC constituent un critère de choix non négligeable dans le processus de sélection des fournisseurs. En effet, parmi les entreprises interrogées, 5,7 % considèrent que les TIC sont un critère de choix important et 3,9 % estiment que la maîtrise des TIC par les fournisseurs n est pas indispensable (Tableau ). Ce dernier point s explique par le fait que les TIC constituent un investissement très important que nombre d entreprises ne peuvent supporter seules, en particulier les entreprises de petite taille (Riggins et Mukhopadhyay, 994). Les donneurs d ordres sont donc prêts à choisir des fournisseurs qui ne maîtrisent pas encore les TIC mais qu il conviendra d accompagner et d aider dans l acquisition et le développement de ces dernières. Tableau : La dimension TIC dans le processus de sélection des fournisseurs Les TIC sont un critère de choix Important A maîtriser D accord Sans opinion Pas d accord 5,7 % 6, % 3, % 5, % 6 % 3,9 % Vol. 6 N,

8 Tableau : Les TIC comme critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs Les TIC comme critère de choix Moyenne* Ecart type Avant, peu important (plus de dix ans) Depuis quelques années, important (moins de dix ans) Aujourd hui, très important *Echelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord Tableau 3 : Les critères de choix dans la mise en place d une chaîne logistique amont Types de relations entretenues avec le fournisseur Moyenne* Relations basées sur la confiance Relations basées sur la recherche d un avantage à long terme Relations basées sur la recherche de collaboration Relations basées sur la recherche d un avantage à moyen terme Relations basées sur la recherche d un avantage à court terme 5,8 5,8 5,08 5,04 3,54 *Echelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord Tableau 4 : L impact du nombre de fournisseurs sur les critères de choix d une chaîne logistique amont Nombre de fournisseurs Types de relations Relations basées sur la confiance Relations basées sur la recherche d un avantage à long terme Relations basées sur la recherche de collaboration Relations basées sur la recherche d un avantage à moyen terme Relations basées sur la recherche d un avantage à court terme Ecart type,480,47,533,38,874 < >000 Total La prise en compte des TIC dans le processus de sélection des fournisseurs et, donc, dans l élaboration de leur chaîne logistique amont semble être une préoccupation des entreprises, beaucoup plus importante ces dernières années (Tableau ). En effet, nombre d entreprises admettent que les TIC étaient, avant (depuis plus de dix ans) peu importantes et qu elles sont devenues peu à peu importantes, voire très importantes actuellement. Cette préoccupation a d ailleurs été largement amplifiée par la mondialisation des échanges et le phénomène d externalisation auxquels les entreprises ont été confrontées. L éloignement des sources d approvisionnement ainsi que la gestion de fournisseurs de capacité et/ou de compétences distants géographiquement ont donné aux TIC toute leur ampleur. Elles sont devenues, comme le prix, la qualité, les délais, un critère important de la sélection des fournisseurs Le chiffre d affaires en valeur d achat est devenu essentiel dans le coût de revient des produits (De Boer, 998). Ce facteur, lié à la réduction des sources d achat et d approvisionnement (Goffin et al., 997) et à un éloignement géographique des fournisseurs, pousse les entreprises à rechercher une gestion optimale de leurs relations partenariales. Dans ce contexte, les TIC deviennent des outils de maîtrise de la communication distante, des leviers d efficacité de la chaîne logistique amont. Par ailleurs, il apparaît que ce processus de sélection doit aboutir à la mise en place de relations basées sur la recherche d un avantage à long terme, organisées et centrées autour d une relation de confiance (Tableau 3). Cette notion de confiance, largement abordée et discutée (Donney et Cannon, 997 ; Gallivan et Depledge, 003), est donc réaffirmée par notre étude. En effet, la réduction du nombre de fournisseurs vers laquelle vont de plus en plus les entreprises, les poussent à rechercher tous les moyens pour limiter le risque. La recherche de confiance participe activement à cette gestion du risque, notamment par le fait qu elle «fidélise» les fournisseurs et «densifie» la chaîne logistique amont. Toutefois, il est important de noter que la confiance ne constitue pas un critère de choix en elle-même, mais n est qu une caractéristique nécessaire à la mise en œuvre de relations collaboratives durables. Aussi, ces résultats permettent également d affirmer que le processus de sélection des fournisseurs relève d une décision stratégique, une décision qui engage l entreprise sur le long terme. Cette décision qui s inscrit dans une logique collaborative, repose sur la confiance des partenaires les uns envers les autres. Cette notion de confiance est d ailleurs confirmée par notre étude. La durée moyenne des relations s établissant entre les donneurs d ordres et leurs fournisseurs est en effet de 33 mois. Cette logique partenariale au cœur de la construction de la chaîne logistique amont apparaît essentielle, quel que soit le nombre de fournisseurs avec lequel l entreprise est en relation. En effet, même si le nombre de fournisseurs est important, la confiance et la recherche d un avantage à long terme sont les bases importantes de construction d une relation (Tableau 4). Le nombre de fournisseurs n est toutefois pas neutre quant aux types de relation que les donneurs d ordres souhaitent établir avec leurs fournisseurs. Ainsi, la réduction du nombre de fournisseurs pousse les entreprises à rechercher la collaboration 86 Vol. 6 N, 008

9 comme facteur de construction des relations (87 % des entreprises estiment d ailleurs que la recherche de collaboration constitue l argument prépondérant dans la construction de la chaîne logistique amont, lorsque celle-ci est constituée d un nombre de fournisseurs compris entre 0 et 00). Les résultats nous permettent également de dégager une nouvelle tendance dans la prise en compte des TIC comme critère de sélection des fournisseurs, notamment en ce qui concerne les types d outils mobilisés et privilégiés. Les outils transactionnels (EDI, etc.) ont une grande importance dans la sélection, même si l on peut constater quelques modifications au niveau des donneurs d ordres qui intègrent aujourd hui de nouveaux outils collaboratifs (Fabbe-Costes, 00). Ces nouveaux outils portent sur le pilotage interne (APS, ERP, WMS, etc.) ou externe (CRM, SRM, place de marché, etc.) (Tableau 5). Cette prépondérance des outils transactionnels apparaît quel que soit le type de relations que l entreprise va mettre en œuvre avec ses fournisseurs (Tableau 6). On peut cependant constater que d autres types d outils, notamment de collaboration, internes et externes, jouent un rôle non négligeable. Les résultats de notre enquête montrent que leur évolution est de plus de 4 % ( % d avis favorables «Aujourd hui» contre 8 % «Depuis quelques années» pour les outils de collaboration externe) contre seulement % pour respectivement les outils transactionnels et les outils décisionnels (Tableau 7). Les entreprises mobilisent les outils transactionnels dans des relations de plus en plus focalisées sur la recherche de collaboration. Il peut paraître paradoxal que l apport des outils collaboratifs externes ne soit pas plus recherché par les entreprises. L explication tient probablement au fait qu elles n ont pas encore la maturité TIC nécessaire pour mettre en œuvre ce type de technologie. Les outils de collaboration interne semblent assez bien acceptés. Les autres critères de choix Parallèlement, cette étude permet d identifier les éléments de choix qui interviennent dans la sélection des fournisseurs. Elle confirme que la réduction de coûts (5,38), la recherche de capacité de production (5,36) et la recherche de savoir-faire spécifiques (5,0) constituent les trois critères prépondérants dans le processus de sélection (en particulier Tableau 5 : Les types de TIC dans le processus de sélection des fournisseurs Types d outils TIC dans le processus de sélection des fournisseurs Utilisation d outils transactionnels Utilisation d outils collaboratifs en interne Utilisation d outils collaboratifs en externe Utilisation d outils décisionnels Moyenne* 4,4 3,59 3,49,83 *Echelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord Ecart type,85,84,79,44 Tableau 6 : Les types de TIC selon les critères de choix d une chaîne logistique amont Types d outils TIC Types de relations Relations sur la confiance Relations sur la recherche d un avantage à LT Relations sur la recherche de collaboration Relations sur la recherche d un avantage à MT Relations sur la recherche d un avantage à CT Transactionnels 0,33* 0,33 0,36 0,30 0,5 Collaboratifs internes 0,7 0,9 0,9 0,0 0,3 Collaboratifs externes 0,0 0,0 0,5 0,0 0, Décisionnels 0, 0, 0,0 0,09 0,05 Total 0,3 0,4 0,0 0, *Fréquence observée Tableau 7 : Les types de TIC selon leur importance dans la chaîne logistique amont Types d outils TIC Types de relations Avant, peu important (plus de 0 ans) Depuis quelques années important (moins de 0 ans) Aujourd'hui, très important Transactionnels 0,35* 0,36 0,37 * Fréquence observée comme «Avis favorable» Collaboratifs internes 0,9 0,0 0,4 dans la décision d externalisation). Il convient de souligner que la proximité avec les marchés géographiques n apparaît pas être un critère déterminant comme, par ailleurs, ont pu le montrer certaines études (Min, 994 ; Humphreys et al., 998), et ce malgré la dimension internationale de notre échantillon. L impact du secteur d activité et le poids de la taille de l entreprise restent marginaux en ce qui concerne ces critères de choix. On constate, en effet, que plus de 85 % des entreprises interrogées considèrent le prix comme un critère essentiel pour la sélection des fournisseurs et 86 % le critère qualité. Le poids du secteur d activité et la taille n apparaissent que lorsque les entreprises sont interrogées sur d autres critères moins cruciaux tels que le Collaboratifs externes 0,8 0,8 0, Décisionnels 0, 0, 0, Vol. 6 N,

10 Tableau 8 : L impact du nombre de salariés sur la pondération des critères de choix Nombre de salariés Critères de choix Prix Taux de service et qualité Flexibilité Taille suffisante Capacité inter-opérationnelle des SI internes Capital confiance Perspective d échanges LT Maîtrise des SI internes Proximité géographique Possibilité de collaborer grâce aux SI Relations personnelles < >.000 Total *Nombre d entreprises ayant qualifié ce critère comme «extrêmement important» 5* Tableau 9 : Classement des critères de sélection des fournisseurs selon leur importance Importance des critères de choix dans le processus de sélection Prix Taux de service et qualité Flexibilité Taille suffisante Capacité inter-opérationnelle des SI internes Capital confiance Perspective d échanges LT Maîtrise des SI internes Proximité géographique Possibilité de collaborer grâce aux SI Relations personnelles *Echelle : =le plus important ; 3=le moins important - 4 entreprises ont moins de 50 salariés, entreprises ont entre 50 et 00 salariés, 3 entreprises ont entre 00 et.000 salariés, 5 entreprises ont plus de.000 salariés Moyenne*,36,36,36,36 4,35 4,78 5, ,77 7,9 8, Ecart type,053,860,4,754 4,078 3, , capital confiance, la taille suffisante du partenaire, les relations personnelles (Tableau 8). Les résultats montrent, si on prend l exemple de la taille suffisante du partenaire et du capital confiance, que ce sont plutôt les grandes entreprises (de taille supérieure à.500 salariés) qui qualifient ces critères comme peu importants. La relation de dépendance entre les donneurs d ordres, de grande taille, et leurs fournisseurs, de plus petite taille, semble expliquer le poids faible de la confiance dans les relations collaboratives amont. Enfin, notre étude montre que, si les TIC constituent bien un critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs, elles restent, toutefois, surclassées par les critères «traditionnels». En effet, selon les résultats de l enquête, 90 % des répondants définissent le prix et la qualité comme des critères de choix très importants, voire extrêmement importants, dans la décision de choisir un fournisseur. Il est toutefois intéressant de noter que les TIC, et plus particulièrement leur capacité inter-opérationnelle ainsi que la maîtrise des systèmes d information internes, ont une importance plus forte que certains critères de choix considérés comme traditionnels, telles la proximité géographique et les relations interpersonnelles (Tableau 9). Le Tableau 0 nous permet de constater l impact de la famille des TIC sur l importance accordée par le donneur d ordres aux autres critères de choix. Si le prix et la qualité restent de manière permanente les deux critères essentiels, force est de constater que la prise en compte des TIC modifie le poids de certains autres critères. Ainsi, le capital confiance et les perspectives d échange à long terme deviennent centraux au détriment de la capacité inter-opérationnelle des SI internes. Est ainsi réaffirmée l idée selon laquelle le processus de sélection des fournisseurs participe à la construction de la chaîne logistique amont dans laquelle les relations basées sur la confiance et les gains mutuels à long terme sont privilégiées. L acquisition de compétences L acquisition et le développement des compétences TIC au niveau des fournisseurs s effectuent sous la forme de l influence et de l accompagnement beaucoup plus que sous la forme de la contrainte (Tableau ). Même si peu d entreprises sont enclines à agir activement au niveau de leurs fournisseurs (seules 33 entreprises sur 90 ont eu une action au niveau de leurs fournisseurs), les résultats montrent cependant que celles qui ont eu à le faire constatent que leurs fournisseurs ont répondu positivement à leur demande. Cette réponse favorable a d ailleurs amélioré la relation, quel que soit le mode d acquisition et de développement. Les entreprises qui ont contraint leurs fournisseurs à acquérir et à déployer un outil SI ont pu constater l attitude assez positive, voire très positive, de ces derniers. Parmi ces entreprises qui ont utilisé la contrainte comme forme d acquisition, force est de constater qu une seule entreprise s est séparée de son fournisseur suite à son refus. Enfin, les outils de types EDI, ERP et sourcing ont donné lieu aux trois formes d acquisition et de développement de compétences précédemment citées. Le portail a été plutôt privilégié sous la forme de l accompagnement, à l inverse du tracing qui a fait l objet d une pression forte de la part du donneur d ordres (contrainte). L importance des ERP et EDI, déjà soulignée dans les résultats précédents, est à nouveau mise en évidence. Ces 88 Vol. 6 N, 008

11 outils, déterminants dans le processus de sélection des fournisseurs, restent privilégiés en termes de compétences TIC, quelle que soit la forme d acquisition de compétences et de développement. TIC et amélioration de la performance L étude montre que les TIC ont permis aux entreprises d améliorer, notamment vis-à-vis de leurs expériences passées et des critères d évaluation mobilisés, leurs relations à leurs fournisseurs (Tableau ). Le taux de service, ratio de synthèse du respect simultané du délai, des quantités et de la qualité d une commande, constitue aujourd- hui le critère essentiel pour évaluer son fournisseur dès le stade de sélection. Le délai de traitement d une commande et la flexibilité montrent l importance de besoin de réactivité chez un fournisseur. Par rapport aux résultats précédents, il est intéressant de noter que les éléments de contexte n ont aucune influence sur les résultats. En effet, quels que soient la taille, le secteur d activité ou la dimension internationale du donneur d ordres, le poids de chacun des critères de choix reste identique. La lecture du Tableau 3 confirme l importance des TIC de type «transactionnel» au détriment des autres familles de TIC. Notons toutefois que la prise en compte des types de TIC modifie l ordre observé dans le Tableau des critères d amélioration de performance. Ainsi, l apport des outils transactionnels est plus fort sur le délai de traitement des commandes que sur la qualité ou la flexibilité qui n apparaissent qu en seconde position. Ce constat s explique par la nature même des outils transactionnels. En revanche, les critères tels que le taux de service, le délai fournisseur, la qualité ou le taux de service semblent bénéficier plus nettement de l apport des outils collaboratifs externes. Ce second constat s explique par l importance d une dimension partenariale et collaborative pour améliorer la valeur de ces derniers critères. Enfin, la plus grande homogénéité observée au niveau des outils collaboratifs internes exprime l importance d une grande cohésion au sein de l entreprise donneuse d ordres, en matière de prise de décision. Les difficultés et freins rencontrés Si l importance des TIC a été largement confirmée par notre étude, il est intéressant de constater que les entreprises se trouvent confrontées à un certain nombre de difficultés dans la mise en place des TIC avec leurs four- Tableau 0 : L impact des types de TIC sur les critères de sélection des fournisseurs Types d outils TIC Critères de choix Prix Taux de service et qualité Flexibilité Taille suffisante Capacité inter-opérationnelle des SI internes Capital confiance Perspective d échanges LT Maîtrise des SI internes Proximité géographique Possibilité de collaborer Relations personnelles Transac- Collaboratifs Collaboratifs tionnels internes externes 0,45* 0,45 0,36 0,45 0,8 0,4 0,33 0,9 0,30 0,9 0, 0,3 0,3 0,5 0,30 0,4 0,9 0,3 0, 0,7 0, 0, 0,8 0,9 0,3 0,30 0,4 0,9 0,3 0, 0,6 0, 0, Décisionnels 0,3 0,4 0,09 0, 0,08 0,3 0,09 0,09 0,0 0,09 0,06 Total 0,3 0,0 0,9 0,0 *Fréquence observée Tableau : Attitudes du donneur d ordres envers ses fournisseurs Attitudes du donneur d ordres Outils TIC EDI ERP Sourcing Site Web et portail Tracing Autres Influencé Contraint Accompagné Total 7* Total *Nombre d entreprises ayant utilisé cette forme d acquisition et de développement des outils Tableau : Facteurs d amélioration recherchés dans le processus de sélection des fournisseurs Amélioration de la relation aux fournisseurs grâce aux TIC Le taux de service Le délai de traitement des commandes La flexibilité Les erreurs de saisie de données La capacité à participer à l optimisation de votre gestion des stocks Le délai fournisseur La confiance entre les partenaires Le niveau de qualité Le prix d achat La capacité à résoudre rapidement des problèmes de qualité La capacité à faire bénéficier des innovations techniques Le délai de mise au point de nouveaux produits *Echelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord 5 Moyenne* Ecart type Vol. 6 N,

12 Tableau 3 : Facteurs d amélioration recherchés selon les types de TIC Types de TIC Amélioration de la relation aux fournisseurs Transac- Collaboratifs tionnels internes Collaboratifs externes Décisionnels Le taux de service 0.39* Le délai de traitement des commandes La flexibilité Les erreurs de saisie de données La capacité à participer à l optimisation de votre gestion des stocks Le délai fournisseur La confiance entre partenaires Le niveau de qualité Le prix d achat La capacité à résoudre les problèmes de qualité La capacité à faire bénéficier des innovations techniques Le délai de mise au point de nouveaux produits Total *Fréquence observée Tableau 4 : Les freins à la mise en place des TIC dans la chaîne logistique amont Les freins à la mise en place des TIC avec les fournisseurs Le coût financier La rentabilité financière de l investissement Les moyens humains La taille du fournisseur L incompatibilité des systèmes La rigidité du fournisseur L engagement de la direction La confidentialité La dépendance envers le fournisseur Les moyens matériels du fournisseur Les moyens matériels du donneur d ordres La sécurité Les expériences passées du donneur d ordres Moyenne* *Note : échelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord Ecart type nisseurs (Tableau 4). Les résultats montrent, en effet, que parmi les freins fréquemment avancés et mis en évidence dans la chaîne logistique amont, les aspects financiers (montant et retour sur investissement) constituent un frein important. Par ailleurs, l acquisition et le développement de compétences et/ou d outils TIC constituent un investissement non négligeable pour les fournisseurs (Riggins et Mukhopadhyay, 994). La contrainte financière semble d autant plus active que les fournisseurs sont plutôt des entreprises de moyenne taille (59 % des fournisseurs ont moins de 00 salariés et 75 % moins de 500 salariés). On constate que cet élément de taille de l entreprise apparaît en quatrième position. Les différents freins mis en évidence précédemment ne sont pas du tout influencés par les types de TIC mobilisées dans le processus de sélection des fournisseurs (Tableau 5). En effet, les outils transactionnels restent prépondérants par rapport aux outils collaboratifs ou décisionnels et le coût financier constitue toujours le frein essentiel à la mise en place des TIC dans la chaîne logistique amont. Toutefois, la prise en compte du type d outils modifie la typologie des freins. Ainsi, la confidentialité devient un frein essentiel par rapport à l incompatibilité des systèmes ou à la taille du fournisseur, dans le cas des outils transactionnels. Le même constat peut être fait en ce qui concerne les outils collaboratifs où les moyens du donneur d ordres devancent ces mêmes freins. Conclusion L étude que nous avons menée, avait pour objectif de discuter de la place des TIC dans le processus de sélection des fournisseurs et de leur poids par rapport aux autres critères dans la structuration de la chaîne logistique amont. Les résultats que nous avons présentés nous paraissent instructifs sur deux points : ) Ils confirment le fait que les TIC sont devenues un critère de choix important dans le processus de sélection des fournisseurs, même si elles ne constituent pas l élément prépondérant (Bakos, 99 ; Riggins et Mukhopadhyay, 994 ; Bensaou, 997 ; Son et al., 005). Si le prix, le délai, la qualité, la flexibilité restent les grands critères déterminants de choix, ils ne se suffisent plus à eux-mêmes. L approche multicritères basée dans les années 980 sur le triangle «magique» délai-qualité-prix doit être enrichie d autres critères parmi lesquels les TIC ont pris une place importante. La raison en est simple, les TIC ont accompagné la vague d externalisation et d internationalisation, notamment en favorisant la multiplication des échanges amont et en résolvant une partie des problèmes liés à la distance avec les fournisseurs. La chaîne logistique se construit de plus en plus autour de la capacité des entreprises à réduire la distance et le temps, donc à maîtriser les TIC. ) Les outils du type «transactionnels» restent largement privilégiés par les entreprises au 90 Vol. 6 N, 008

13 détriment des outils collaboratifs ou décisionnels, bien que nous puissions constater l émergence significative de ces derniers. Ce constat s explique, à notre sens, par trois raisons. En premier lieu, la maturité des entreprises par rapport aux processus d acquisition, de développement et de déploiement des TIC, restent encore en devenir pour grand nombre d entreprises. Ensuite, la densification de la chaîne logistique se construit naturellement au sein d un maillon, puis de manière transactionnelle entre maillons. Enfin, la prépondérance constatée des outils de type EDI dont la mise en œuvre a plus de vingt ans ou des ERP illustre cette première recherche de densification organisationnelle par la coordination, à travers l échange de données à distance. Cependant, il est intéressant d observer l émergence d outils collaboratifs externes qui à notre avis résulte de la réduction du nombre de fournisseurs et de la recherche de partenariats forts et efficaces. Ce constat semble refléter l intention des entreprises à procéder à une seconde phase de densification de la chaîne logistique, à travers la recherche de coopération-collaboration. Une phase de recherche d excellence des réseaux et de la chaîne logistique semble succéder à celle d excellence organisationnelle des années 980 et 990. Cependant, cette étude ne permet pas de comprendre l apport qualitatif des TIC dans le processus de coopération-collaboration. Ce thème peut donner lieu à des recherches complémentaires. Enfin, cet article n a pas abordé la question de l arbitrage entre les critères retenus dans la sélection des fournisseurs. Il n a pas abordé non plus celui de la mesure pour chacun des critères. Nombreux sont les modèles développés par les entreprises autour de cette problématique de l agrégation multicritères, qu il serait bienvenu d explorer plus avant. Références bibliographiques Baiman S., Rajan M. (00), The role of information and opportunism in the choice of buyer-supplier relationships, Journal of Accounting Research, Vol. 40, n, pp Bakos Y. (99), Information links and electronic marketplaces : the role of interorganizational information systems in vertical markets, Journal of Management Information Systems, Vol. 8, n, pp. 3-5 Bakos Y., Brynjolfsson E. (993), Information technology incentives and the optimal Tableau 5 : Les freins à la mise en place des TIC dans la chaîne logistique amont selon les types de TIC Types de TIC Transac- Collaboratifs Les freins à la mise en place des TIC tionnels internes Collaborati Décision- fs externes nels Le coût financier 0.38* La rentabilité financière de l investissement Les moyens humains La taille du fournisseur L incompatibilité des systèmes La rigidité du fournisseur L engagement de la direction La confidentialité djustrightla dépendance envers le fournisseur Les moyens matériels du fournisseur Les moyens matériels du donneurs d ordres La sécurité Les expériences passées du donneurs d ordres Total *Fréquence observée number of suppliers, Journal of Management Information Systems, Vol. 0, n, pp Barua A., Ravindran S., Whinston A. (997), Efficient selection of suppliers over Internet, Journal of Management Information Systems, Vol. 3, n 4, pp Berens J. (97), A decision matrix approach to supplier selection, Journal of Retailing, Vol. 47, n 4, pp Bensaou M. (997), Interorganizational cooperation : the role of information technology, an empirical comparison of U.S. and Japanese supplier relations, Management Science, Vol. 4, n 9, pp Boulay J., Isaac H. (007), Contrôler les réseaux d entreprises avec les technologies de l information, Revue Française de Gestion, n 70, pp Brown G., Boya U., Humphresy N., Widing R. (993), Attributes and behaviors of sales people preferred by buyers : high socializing vs. low socializing industrial buyers, Journal of Personal Selling and Sales Management, Vol. 3, n, pp Cash J., Konsynski B. (985), IS redraws competitive boundaries, Harvard Business Review, Vol. 63, n, pp Vol. 6 N, 008 9

14 Chan F. (003), Interactive selection model for supplier selection process : an analytical hierarchy process approach, International Journal of Production Research, Vol. 4, n 5, pp Chan F., Chan H., Lau H. (007), A decision support system for supplier selection in the airline industry, Journal of Engineering Manufacture, Vol., n 4, pp Cheraghi S., Dadashzadeh M., Subramanian M. (004), Critical success factors for supplier selection : an update, Journal of Applied Business Research, Vol. 0, n, pp Childerhouse P., Hermiz R., Mason-Jones R., Popp A., Towill D. (003), Information flow in automotive supply chains Identifying and learning to overcome barriers to change, Industrial Management & Data Systems, Vol. 03, n 7, pp Clemons E., Row M. (993), Limits to interfirm coordination through information technology : results of a field study in consumer packaged goods distribution, Journal of Management Information Systems, Vol. 0, n, pp De Boer L., Der Wegen L., Telgen J. (998), Outranking methods in support of supplier selection, European Journal of Purchasing & Supply Management, Vol. 4, n, pp De Boer L., Labro E., Morlacchi P. (00), A review of methods supporting supplier selection, European Journal of Purchasing & Supply Management, Vol. 7, n, pp Dempsey W. (978), Vendor selection and the buying process, Industrial Marketing Management, Vol. 7, n 4, pp Dickson G. (966), An analysis of supplier selection systems and decisions, Journal of Purchasing, Vol., n, pp Donney P., Cannon J. (997), An examination of the nature of trust in buyer-seller relationship, Journal of Marketing, Vol. 6, n, pp Dyer J., Singh H. (998), The relational view : cooperative strategy and sources of inter-organizational competitive advantage, Academy of Management Review, Vol. 3, n 4, pp Ellram L. (990), The supplier selection decision in strategic partnership, Journal of Purchasing & Materials Management, Vol. 6, n 4, pp Ellram L., Carr A. (994), Strategic purchasing : a history and review of the literature, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 30, n, pp Fabbe-Costes N. (00), Evaluer la création de valeur du supply chain management, Logistique & Management, Vol. 0, n, pp Fabbe-Costes N., Jahre M. (007), Supply chain integration improves performance The emperor s new suit, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 37, n 0, pp Gallivan M, Depledge G (003), Trust, control and the role of interorganizational system in electronics partnerships, Information Systems Journal, Vol. 3, n, pp Golicic S., Davis D., McCarthy T., Mentzer J. (00), The impact of e-commerce on supply chain relationships, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol., n 0, pp Goffin K., Szwejczewski M., New C. (997), Managing suppliers : when fewer can mean more, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 7, n 7, pp Graafland J. (00), Sourcing ethics in the textile sector : the case of C&A, Business Ethics : A European Review, Vol., n 3, pp Gupta S., Krishnan V. (999), Integrated component and supplier selection for a product family, Production and Operations Management, Vol. 8, n, pp Hart P., Saunders C. (998), Emerging electronic partnerships : antecedents and dimensions of EDI use from a supplier s perspective, Journal of Management Information Systems, Vol. 4, n 4, pp Holweg M. (005), An investigation into supplier responsiveness Empirical evidence from the automotive industry, International Journal of Logistics Management, Vol. 6, n, pp Humphreys P., Mak K., Yeung C. (998), A just-in-time evaluation strategy for international procurement, Supply Chain Management : An International Journal, Vol. 3, n 4, pp Lee H., Kim S. (00), Supplier selection and management system considering relations- 9 Vol. 6 N, 008

15 hips in supply chain management, IEEE Transactions on Engineering Management, Vol. 48, n 3, pp Mentzer J., Min S., Zacharia Z. (000), The nature of interfirm partnering in supply chain management, Journal of Retailing, Vol. 76, n 4, pp Min H. (994), International supplier selection, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 4, n 5, pp Monczka R., Callahan T., Nichols E. (995), Predictors of relationship among buying and supplying firms, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 5, n 0, pp Mukhopadhyay T., Kekre S. (00), Strategic and operational benefit of electronic integration in BB procurement processes, Management Science, Vol. 48, n 0, pp Oberoi J., Khamba J. (005), Strategically managed buyer-supplier relationships across supply chain : an exploratory study, Human Systems Management, Vol. 4, n 4, pp Pearson J., Ellram L. (995), Supplier selection and evaluation in small versus large electronics firms, Journal of Small Business Management, Vol. 33, n 4, pp Riggins F., Mukhopadhyay T. (994), Interdependant benefits from interorganizational systems : opportunities for business partner reengineering, Journal of Management Information Systems, Vol., n, pp Sarkis J., Talluri S. (00), A model for strategic supplier selection, Journal of Supply Chain Management, Vol. 38, n, pp Scannell T., Vickery S., Dröge C. (000), Upstream supply chain management and competitive performance in the automotive supply industry, Journal of Business Logistics, Vol., n, pp Scott J. (000), Faciliting interorganizational learning with information technology, Journal of Management Information Systems, Vol. 7, n, pp Shipley D. (985), Resellers supplier selection criteria for different consumer products, European Journal of Marketing, Vol. 9, n 7, pp Son J., Narashimhan S., Riggins F. (005), Effects of relational factors and channel climate on EDI usage in the customer-supplier relationship, Journal of Management Information Systems, Vol., n, pp Subramani M. (004), How do suppliers benefit from information technology use in supply chain relationships, MIS Quarterly, Vol. 8, n, pp Swift C., Gruben K. (000), Gender differences in weighting of supplier selection criteria, Journal of Managerial Issues, Vol., n 4, pp Verma R., Pullman M. (998), An analysis of the supplier selection process, Omega, Vol. 6, n 6, pp Williamson O. (975), Markets and hierarchies : analysis and antitrust implications, The Free Press, New York (NY) Williamson O. (985), The economic institutions of capitalism : firms, markets, relational contracting, The Free Press, New York (NY). Vol. 6 N,

16 94 Vol. 6 N, 008

CAHIER DE RECHERCHE n 2009-15 E5

CAHIER DE RECHERCHE n 2009-15 E5 CAHIER DE RECHERCHE n 2009-15 E5 Technologies de l information et de la communication de la chaîne logistique en amont : pratiques d entreprises. AGERON Blandine SPALANZANI Alain Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux COMPRENDRE L ACHAT INDUSTRIEL Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux Plan de la présentation Introduction La situation

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel

Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Contribution du SI à la valeur de l entreprisel Cadre d approche Y. Gillette, 4tivity C. Leloup, consultant www.4tivity.com www.afai.fr Plan Historique Problématique Mesure de la valeur de l entreprise

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com ADIS Innovation Partner 18 ans d activité opérationnelle dans le secteur du semi-conducteur

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

Les enquêtes de l Observatoire Cegos. Les stratégies d externalisation des entreprises françaises

Les enquêtes de l Observatoire Cegos. Les stratégies d externalisation des entreprises françaises Les enquêtes de l Observatoire Cegos Les stratégies d externalisation des entreprises françaises Janvier 2011 Panel de l étude 2 L Observatoire Cegos a réalisé cette enquête en Septembre-Octobre 2010,

Plus en détail

A - Quatre stratégies de sous-traitance

A - Quatre stratégies de sous-traitance Enjeux du secteur Les nouveaux enjeux de la sous-traitance A - Quatre stratégies de sous-traitance B - Des exigences spécifiques selon les clients C - Trois critères de positionnement des activités des

Plus en détail

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre Programme ESC 2 Les MAJEURES du semestre d automne 2013 Septembre à décembre Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte

Plus en détail

Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD. 18/20 du 2 avril 2012

Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD. 18/20 du 2 avril 2012 Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD 18/20 du 2 avril 2012 Performance et création de valeur de la fonction achats 2 idées force 1. Raccrocher l agenda des achats à l agenda de la DG Faire

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord

Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Changements institutionnels, Stratégie concurrentielle et performance Cas de l industrie des équipements télécommunications en Amérique du Nord Taïeb Hafsi et Imad-Eddine Hatimi Ecole des HEC Montréal

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique?

COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? COMMENT EXTERNALISER SA e-logistique? Lorraine La logistique, maillon essentiel du e-commerce, a un impact direct sur la satisfaction du client. Néanmoins, face à l accumulation des commandes, nombre d

Plus en détail

Matrice produit/marché d Ansoff

Matrice produit/marché d Ansoff 1 Matrice produit/marché d Ansoff Le modèle en bref La matrice d Ansoff propose une manière logique de déterminer l ampleur et l orientation du développement stratégique de l entreprise sur le marché.

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Maitriser la fonction approvisionnement

Maitriser la fonction approvisionnement Maitriser la fonction approvisionnement Comprendre les techniques de base : éviter les ruptures tout en minimisant le niveau de stocks. Maîtriser la relation quotidienne avec le fournisseur et être efficace

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : quelle place pour les TIC?

Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : quelle place pour les TIC? Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : quelle place pour les TIC? Blandine AGERON Université Pierre Mendès-France Grenoble II, France blandine.ageron@upmf-grenoble.fr

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN"

S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA SUPPLY CHAIN S INITIER AUX FONDAMENTAUX DE LA "SUPPLY CHAIN" Comprendre le rôle de la chaîne logistique. Acquérir des outils et méthodes indispensables à la maîtrise de la SCM Maîtriser la mise en place de solutions

Plus en détail

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION

Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION TABLE DES MATIÈRES Préface... 5 Remerciements... 7 Introduction... 9 Première partie CADRE POUR L IMPLÉMENTATION D UN INSTRUMENT DE PILOTAGE... 11 Chapitre 1 Un système nommé «entreprise»... 13 1. L approche

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises Le rôle des TIC sur le degré d exportation des PME : une étude exploratoire Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche

Plus en détail

Qui est concerné par la qualité des données?

Qui est concerné par la qualité des données? INTRODUCTION Qui est concerné par la qualité des données? Plus que jamais, les entreprises sont confrontées à des marchés de plus en plus exigeants, réclamant une réponse immédiate et adaptée à des besoins

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché

Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché INFO # 28 Conformité et efficience de la délégation de gestion : vers une norme de marché CONTEXTE ACTUEL DE LA DÉLÉGATION DE GESTION Une accélération sensible des mutations autour de l activité de délégation

Plus en détail

Actuate Customer Day

Actuate Customer Day Le conseil opérationnel par les processus Observatoire 2007/2008 Actuate Customer Day Romain Louzier Associé & Philippe Crabos Senior Manager louzier@audisoft-consultants.com 06 86 68 84 57 www.audisoft-consultants.com

Plus en détail

Utiliser Internet pour les achats

Utiliser Internet pour les achats L évolution de la fonction achats, ces dernières années, s est encore accélérée sous l impulsion d Internet. La conjonction d éléments différents, tels la reconnaissance de l importance économique des

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE

JLD Consulting STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE FORMATION EN ACHATS STRATÉGIE, ORGANISATION ET MANAGEMENT D ENTREPRISE , cabinet conseil spécialisé en stratégie, organisation d entreprise vous assiste dans vos choix stratégiques et vous accompagne dans

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Audit combiné qualité/supply chain

Audit combiné qualité/supply chain CHRISTIAN HOHMANN Audit combiné qualité/supply chain Sécuriser ses relations client-fournisseurs, 2004 ISBN : 2-7081-3219-9 Avant-propos Les entreprises du 19 e siècle partagent un fonds culturel commun,

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation?

satisfaction client Relation client : satisfaction? fidélisation? Relation client : satisfaction? fidélisation? Un pilier fondamental de la GRC : la satisfaction client La gestion de la relation client Les missions de l entreprise Créer de la valeur pour les clients

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION

ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION ERP SURVEY 2014 1 ÈRE ENQUÊTE EN FRANCE AUTOUR DE LA SATISFACTION DES UTILISATEURS D ERP ET DE PROGICIELS DE GESTION SURVEY ERP : LES OBJECTIFS Mesurer la satisfaction des utilisateurs d ERP / de progiciels

Plus en détail

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme

Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Étude : Les PME à l heure du travail collaboratif et du nomadisme Synthèse des principaux enseignements Octobre 2012 sfrbusinessteam.fr FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 300 entreprises de 20 à

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30%

Les entreprises qui considèrent la supply chain comme un atout stratégique génèrent une rentabilité accrue de 30% ! Direction Communication 63 rue de Villiers, 92200 Neuilly-sur-Seine Tél. 01 56 57 58 59, Fax 01 56 57 81 80 Communiqué de presse "#$%&'%(!)! *+",!-./0$1!"#2/3&2/%,!45!67!68!99!:7,!;1/1$1

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Système d'information Page 1 / 7

Système d'information Page 1 / 7 Système d'information Page 1 / 7 Sommaire 1 Définition... 1 2 Fonctions du système d information... 4 2.1 Recueil de l information... 4 2.2 Mémorisation de l information... 4 2.3 Traitement de l information...

Plus en détail

Synthèse et retour d expérience Groupe multi-réseaux AXEO Marine

Synthèse et retour d expérience Groupe multi-réseaux AXEO Marine Stratégie Industrielle Synthèse et retour d expérience Groupe multi-réseaux AXEO Marine 2006-2009 1 Contexte de la filière navale civile Marché de la croisière Du produit de luxe au tourisme de masse Une

Plus en détail

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11 Liste des études de cas Liste des tableaux et des figures XI XII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Ms. Martine Boutary, PhD Lecturer at the Toulouse Business School, m.boutary@esc-toulouse.fr

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com

aux entreprises textiles Le parte n aire dédié www.sc-2.com Mail : commercial@sc-2.com 8 rue des 2 communes 94300 Vincennes, France Fax : +33 (0)1 70 70 21 30 SC-2 accompagne les entreprises textiles en leur apportant ses compétences multiples et significatives acquises au sein d enseignes

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

Présentation de l épreuve

Présentation de l épreuve MÉTHODO Présentation de l épreuve 1. Programme de l arrêté du 22 décembre 2006 DURÉE DE L ENSEIGNEMENT ÉPREUVE N 11 CONTRÔLE DE GESTION (à titre indicatif) : 210 heures 18 crédits européens 1. Positionnement

Plus en détail

Marketing opérationnel

Marketing opérationnel Programme MASTER Les MAJEURES du Spring Semester 2011 Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte 210 heures de cours. Pôle

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail