CAHIER DE RECHERCHE : E5. Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : Quelle place pour les TIC?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAHIER DE RECHERCHE : 2010-01 E5. Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : Quelle place pour les TIC?"

Transcription

1 CAHIER DE RECHERCHE : 00-0 E5 Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : Quelle place pour les TIC? Blandine AGERON Alain SPALANZANI Unité Mixte de Recherche CNRS / Université Pierre Mendès France Grenoble 50 rue de la Chimie BP GRENOBLE cedex 9 Tél. : Fax :

2 Structuration de la chaîne logistique amont et processus de sélection des fournisseurs : quelle place pour les TIC? Blandine AGERON Université Pierre Mendès-France Grenoble II, France - Alain SPALANZAN Université Pierre Mendès-France Grenoble II, France - La recherche d une compétitivité de plus en plus grande dans les années 980 et la mondialisation des années 990 ont amené les entreprises à externaliser nombre de leurs activités et à délocaliser leurs unités de production. Le phénomène d externalisation a eu pour conséquence un déplacement des frontières des entreprises par la création de réseaux de partenaires, dont l articulation donne lieu à la formation d une chaîne logistique ou supply chain composée d un panel fournisseurs et sous-traitants. Les partenaires de cette chaîne sont à la fois de plus en plus sélectionnés, réduits en nombre, et de plus en plus éloignés géographiquement de la firme «pivot» donneuse d ordres. Cet éloignement pose un problème de densité organisationnelle et fait émerger avec une plus grande intensité le problème de la coordination-coopération entre chacun des maillons de la chaîne logistique. La question générale posée dans cet article est celle des critères qui fondent actuellement le choix des fournisseurs et donc la construction d une chaîne logistique. Plus spécifiquement, dans un contexte d éloignement des sources d approvisionnement et de recherche de partenariat, cette étude cherche à évaluer l importance des technologies de l information et de la communication (TIC) en tant que critère de choix d un fournisseur. On essaiera de répondre à deux questions : quel est, en 007, le poids relatif des TIC par rapport aux autres grands critères classiques? Quels sont les outils TIC que les entreprises privilégient dans la sélection de leurs fournisseurs? Introduction La recherche d une compétitivité de plus en plus grande dans les années 980 et la mondialisation des années 990 ont amené les entreprises à externaliser nombre de leurs activités et à délocaliser leurs unités de production. Le phénomène d externalisation a eu pour conséquence un déplacement des frontières des entreprises par la création de réseaux de partenaires, dont l articulation donne lieu à la formation d une chaîne logistique ou supply chain composée d un panel fournisseurs et sous-traitants (Fabbe-Costes et Jahre, 007). Les partenaires de cette chaîne sont à la fois de plus en plus sélectionnés, réduits en nombre, et de plus en plus éloignés géographiquement de la firme «pivot» donneuse d ordres (Goffin et al., 997 ; Oberoi et Khamba, 005 ; Chan et al., 007). Cet éloignement pose un problème de densité organisationnelle et fait émerger avec une plus grande intensité le problème de la coordination-coopération entre chacun des maillons de la chaîne logistique (Gupta et Krishnan, 999 ; Golicic et al., 00).

3 Vol. 6 N, 008 8

4 - Nous souhaitons remercier O. Lavastre et M.-L. Goury pour leur travail concernant la saisie des données. La question générale posée dans cet article est celle des critères qui fondent actuellement le choix des fournisseurs et donc la construction d une chaîne logistique. Plus spécifiquement, dans un contexte d éloignement des sources d approvisionnement et de recherche de partenariat, cette étude cherche à évaluer l importance des technologies de l information et de la communication (TIC) en tant que critère de choix d un fournisseur. On essaiera de répondre à deux questions : quel est, en 007, le poids relatif des TIC par rapport aux autres grands critères classiques? Quels sont les outils TIC que les entreprises privilégient dans la sélection de leurs fournisseurs (Fabbe-Costes, 00)? Apporter des éléments de réponse à ces questions soulève nécessairement un ensemble d interrogations plus vaste. Ainsi, admettre les TIC comme critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs nous conduit à aborder des questions relatives aux enjeux qui président à la prise en compte de ce «nouveau» critère. En effet, le fait de discriminer les fournisseurs dans le processus de sélection selon leur acquisition et/ou maîtrise des TIC, suppose que les donneurs d ordres aient été capables d identifier les TIC «essentielles» des TIC «secondaires» (c est-à-dire d avoir discuté et arbitré le choix des TIC «incontournables»), voire qu ils aient été également en mesure d évaluer l amélioration de performance organisationnelle issue de cette nouvelle exigence. Tout ceci implique que les donneurs d ordres soient capables d influencer, d accompagner et/ou de contraindre leurs fournisseurs dans l acquisition et le développement de ces TIC «incontournables». Il leur faut également pouvoir identifier les freins à la mise en place des TIC dans leurs relations avec leurs fournisseurs. Cette mise en perspective des TIC sera donc présentée au travers de résultats que nous présentons dans les paragraphes suivants. Pour finir, nous aborderons également l importance du contexte, sachant que sa prise en compte a été largement discutée et mise en évidence par de nombreuses études (Barua et al., 997 ; Scannel et al., 000 ; Graafland, 00 ; Holweg, 005). Nous discuterons ainsi de l importance de la taille des entreprises, du secteur d activité ainsi que la dimension internationale ou non du donneur d ordres, dans le processus de sélection des fournisseurs. La sélection du fournisseur Cadre théorique La sélection des fournisseurs s insère dans la traditionnelle problématique du make or buy qui trace le contour des frontières de l entreprise. La théorie des coûts de transaction de Coase Williamson a fourni un modèle explicatif de la ligne de partage entre «marché» et «hiérarchie» (Williamson, 975, 985). Ces dernières années, le marché semble l avoir emporté et les explications sont multiples : accès à des coûts de production plus bas, recherche de compétences, création de valeur partenariale, variabilisation des charges fixes, diminution du niveau des stocks, développement de l agilité et de la flexibilité et émergence des TIC. A travers une politique d externalisation, l entreprise se recentre sur son cœur de métier et doit faire le choix des «actifs spécifiques» qu elle décide de conserver, voire de développer (Oberoi et Khamba, 005). Le choix des partenaires, fournisseurs et sous-traitants, et la coordination de la chaîne logistique constituent deux compétences distinctives fortes des entreprises travaillant en réseau (Boulay et Isaac, 007). Les frontières de l entreprise sont donc le reflet d une nouvelle rationalité économique et cognitive qui repose sur l éternel débat de la dualité différenciation-coordination. L acheteur a la responsabilité de la qualité du portefeuille fournisseurs, donc de la différenciation, le supply chain manager (logisticien) celle de la coordination du réseau que constitue ce portefeuille. Si les métiers sont fondamentalement différents, la coopération interne est indispensable car la taille et la qualité du réseau constitué par les acheteurs seront déterminantes sur la capacité de commande que pourra en avoir le logisticien. Selon cette logique, les critères de choix des fournisseurs doivent refléter, au moins en partie, les préférences du logisticien dont la mission est la gestion performante des flux (mesurée principalement par le taux de service), du fournisseur le plus en amont au client final. Dans un contexte de mondialisation, les TIC, outils de maîtrise de la communication distante, deviennent l un des leviers de l efficacité du logisticien sur l ensemble de la chaîne logistique (Golicic et al., 00). Plus encore, les TIC doivent lui permettre de mettre en œuvre différents niveaux d intensité de coordination (Baiman et Rajan, 00). Elles doivent lui autoriser les niveaux de coopération et de collaboration permettant de tis- 8 Vol. 6 N, 008

5 ser des liens forts avec les partenaires de son réseau. Revue de la littérature Cette interrogation autour de la place stratégique des achats dans la construction de la chaîne logistique amont renvoie inéluctablement à la question de la sélection des fournisseurs comme le mettent en avant Pearson et Ellram (995), De Boer (998), Verma et Pullman (998) et Chan et al. (007). En effet, ceux-ci avancent le fait que la sélection des fournisseurs est certainement la phase la plus cruciale dans le processus d achat. Cette constatation est d autant plus fondée que l acheteur doit périodiquement évaluer la performance de ses fournisseurs, performance qui sera d autant plus élevée que la phase de sélection aura été rigoureuse et méthodique (Pearson et Ellram, 995). Parmi les nombreux travaux de recherche qui ont été conduits sur cette problématique de la sélection des fournisseurs, certains auteurs se sont intéressés : ) Aux modèles d évaluation, de sélection et d amélioration continue des fournisseurs (De Boer et al., 00 ; Sarkis et Talluri, 00 ; Chan, 003). Ces modèles, même s ils ne conduisent pas à mettre en évidence un one best way du processus de sélection des fournisseurs, permettent toutefois d aider les entreprises dans leurs décisions. Ils proposent une approche rigoureuse et structurée qui permet, si elle est suivie, d évaluer les fournisseurs quant à leur flexibilité, leur réactivité, leur capacité de compréhension et de fiabilité. Cette évaluation contribue à terme, comme le montrent ces auteurs, à réduire les risques et à maximiser la valeur créée pour le client. ) Aux critères de choix. Même si les discussions autour de ces critères de choix restent très disparates et controversées selon les auteurs (Cheraghi et al., 004), un certain consensus émerge autour de quatre grands critères classiques : le prix, la qualité, le délai et le service. A côté de ces critères traditionnels, d autres études s attachent à mettre en évidence des critères de choix tels que les caractéristiques intrinsèques du fournisseur (taille, localisation géographique, réputation, etc.), l offre proposée, ou la confiance entre acheteurs et fournisseurs (Donney et Cannon, 997). Par ailleurs, Pearson et Ellram (995) constatent que selon le maillon de la chaîne logistique, les critères de choix diffèrent. Ainsi, pour ce qui concerne le maillon industriel et manufacturier, sont généralement identifiés et analysés des critères relatifs à la qualité, au coût, au délai et à la capacité technique et/ou technologique de l entreprise (Dickson, 966 ; Dempsey, 978). Pour ce qui est du maillon commercial et de distribution, sont généralement énoncés des critères relatifs au respect des délais, à la qualité des produits livrés et, de façon plus générale, à la satisfaction des clients (Berens, 97 ; Shipley, 985). Ellram et Carr (994) ont également insisté sur les niveaux d information et d exigence des clients qui contraignent les entreprises à relayer la collaboration aval par une collaboration amont. L entreprise doit être en mesure de satisfaire pleinement ses clients à un coût minimum tout en maintenant un niveau de compétitivité et de productivité optimal. Enfin, il existe quelques écrits dont l objectif est d analyser l impact de certaines variables sur les critères de choix des fournisseurs. Brown et al. (993) étudie ainsi l effet des caractéristiques personnelles de l acheteur sur les critères de choix. De façon beaucoup plus spécifique, Swift et Gruben (000) étudient l effet du «genre» de l acheteur sur les critères de choix. 3) A la place des TIC dans le processus de sélection des fournisseurs. L importance des systèmes d information (SI) et des TIC pour développer de nouvelles formes d organisation telles que les réseaux ou les partenariats stratégiques ont été abordés, dès les années 990, par Ellram (990), Bakos et Brynjolfsson (993) et Mentzer et al. (000). De nombreuses études empiriques montrent ainsi que l échange d informations entre fournisseurs et clients permet le développement de réelles coopérations et collaborations entre ces partenaires (Hart et Saunders, 998 ; Lee et Kim, 00). Ce poids des TIC dans la chaîne logistique amont traduit aujourd hui un réel besoin de la part des entreprises qui doivent gérer simultanément des fournisseurs de plus en plus éloignés géographiquement et culturellement, et des clients de plus en plus exigeants en terme de satisfaction. Elles sont au cœur du système nerveux de la chaîne logistique globale (Cash et Konsynski, 985 ; Bakos et Brynjolfsson, 993 ; Sirkka et al., 994) et peuvent devenir un avantage concurrentiel (Dyer et Singh, 998). L importance des TIC dans la chaîne logistique amont traduit également un changement de comportement de la part des donneurs d ordres qui, grâce aux nouvelles technologies, travaillent de plus en plus à distance, sont de plus en plus engagés dans une logique d externalisation (Clemons et Row, 993). Elles constituent également pour les fournisseurs une réelle opportunité dans la Vol. 6 N,

6 mesure où elles leur permettent de gagner du pouvoir de négociation. Subramani (004) montre à cet égard que l utilisation d outils TIC permet la mise en place de relations collaboratives beaucoup plus approfondies et pérennes, dont le «bénéfice» sera réparti entre l ensemble des partenaires. Ainsi, le déploiement de TIC doit permettre des gains substantiels dans les coûts de transaction dans les domaines de la facturation et du paiement, de l inventaire et du développement de nouveaux produits (Ghosh et John, 999 ; Mukhopadhyay et Kekre, 00). La question de recherche Si l importance des TIC dans les relations inter-entreprises a été largement démontrée depuis de nombreuses années, leur prise en compte au niveau stratégique n a émergé que ces dernières années (Cash et Konsynski, 985 ; Mentzer et al., 000) et les études portant sur la sélection et l évaluation des fournisseurs restent marginales. Scott (000) a étudié le rôle du contexte industriel dans les critères de choix des fournisseurs et en particulier au niveau des TIC. Childerhouse et al. (003) se sont focalisés sur les flux d information dans les chaînes logistiques liées au secteur de l automobile. Monczka et al. (995) mettent en avant l étendue des liens technologiques dans les relations de collaboration. A partir de ces différents éléments théoriques et empiriques, nous allons tester l hypothèse suivante : Les TIC constituent un critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs Cette interrogation autour des TIC comme critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs soulève la question du poids relatif de ce critère par rapport aux autres grands critères classiques, le prix, la qualité, le délai et le service. Elle appelle également une discussion autour des types d outils TIC que les entreprises vont privilégier dans la sélection de leurs fournisseurs. Ce dernier point conduit d ailleurs à interroger la capacité des donneurs d ordres, d une part, à distinguer les TIC «primaires» des TIC «secondaires», d autre part, à discriminer les fournisseurs selon leur niveau d acquisition et/ou maîtrise de ces dernières. Ceci implique que les donneurs d ordres soient capables d influencer, d accompagner et/ou de contraindre leurs fournisseurs dans l acquisitionet le développement de ces TIC qualifiées d «incontournables» (Riggins et Mukhopadhyay, 994 ; Son et al., 005). Ils doivent également être en mesure d évaluer l amélioration de performance organisationnelle issue de cet investissement et pouvoir identifier les freins à la mise en place de ces TIC par leurs fournisseurs. L importance du contexte a été largement discutée et mise en évidence par de nombreuses études (Barua et al., 997 ; Scannel et al., 000). Il apparaît en effet que, selon le secteur automobile (Holweg, 005), textile (Graafland, 00) ou selon le support de sélection traditionnel ou Internet (Barua et al., 997) les résultats diffèrent. La prise en compte du contexte dans notre étude nous conduit à discuter de l importance de la taille des entreprises, du secteur d activité ainsi que de la dimension internationale du donneur d ordres dans le processus de sélection des fournisseurs. Méthodologie La structure du questionnaire Le questionnaire est articulé autour de trois parties. La première partie introductive présente le thème de ce travail, son objectif, sa visée et la confidentialité et l anonymat des informations recueillies. Une deuxième partie constitue le corps du questionnaire. Elle s attache à étudier le processus de sélection en caractérisant les relations générales que l entreprise établit avec ses fournisseurs. Des questions relatives aux types de relations entretenues dans les achats, aux critères de choix et de sélection des fournisseurs, à la capacité et à l aptitude du fournisseur à posséder, maîtriser les SI, ont ainsi été posées. Une troisième et dernière partie permet d obtenir les informations relatives aux répondants, notamment en ce qui concerne leurs caractéristiques personnelles (âge, sexe, etc.) et professionnelles (fonction, ancienneté, etc.). L administration et le traitement du questionnaire Le choix a consisté à administrer le questionnaire prioritairement en face à face. Ce type d administration est apparu plus pertinent compte tenu du nombre de questions et de la nécessité d accompagner le répondant. Par ailleurs, la complexité de ce questionnaire a, dans certains cas, nécessité de guider, voire d expliciter, certaines questions ou éléments de réponse. Toutefois, l éloignement géogra- 84 Vol. 6 N, 008

7 phique et/ou la difficile disponibilité des répondants, ont conduit à retenir l administration électronique comme seconde possibilité. Cette administration s est d ailleurs avérée extrêmement utile, puisque près de 30 % des réponses ont été obtenues selon ce mode d administration. Au total, 0 questionnaires ont été remplis, dont 0 se sont avérés inutilisables du fait du manque d information et/ou de réponses incomplètes. Ces résultats s expliquent par la modalité d administration qui nous a permis de veiller à la bonne instruction de l ensemble du questionnaire. L échantillon L échantillon a été construit en relevant la situation fonctionnelle du répondant comme seul critère de choix. Celui-ci devait être une personne en charge des achats, soit dans leur globalité (souvent les petites structures), soit sur une famille de produits (grands groupes). De plus, cette personne devait être concernée et impliquée par la sélection des fournisseurs. Ceci nous a conduit à interroger des acheteurs de plusieurs entreprises du secteur industriel et du secteur des services et ce quelle que soit leur taille (TPE, PME-PMI ou multinationale). Résultats Les premiers résultats portent sur la typologie d entreprises. Ils ont permis de mettre en évidence une forte présence d entreprises industrielles au détriment d entreprises de service. En effet, 50 % des entreprises relèvent du secteur manufacturier (au sens de la NAF), % du secteur des transports et communications, 6 % du secteur du commerce, 6% du secteur de la distribution d électricité et de gaz, 5 % concernent le secteur de la construction. Les autres secteurs d activité représentant chacun moins de 3 %. En ce qui concerne la taille des entreprises, on constate que l échantillon est largement constitué par des entreprises de grande taille. En effet, 57 % des entreprises ont plus de.000 salariés (5 entreprises), 0 % ont entre 00 et.000 salariés (3 entreprises) et 8 % ont moins de 00 salariés (6 entreprises dont 4 ont moins de 50 salariés). Enfin, la typologie des répondants conduit à la répartition suivante : 70 % sont acheteurs dans leur entreprise (sachant que selon les entreprises, on observe des dénominations différentes qui renvoient en réalité à des activités identiques). Il est à noter que la fonction achat reste fortement liée à la taille de l entreprise. En effet, seules les entreprises de plus de 00 salariés ont créé cette fonction. En dessous de ce seuil, la fonction achat est fréquemment prise en charge par le chef d entreprise (0 % des cas), le gestionnaire des moyens généraux (0 %) ou le responsable de production (0 %). L importance des TIC L importance des TIC dans la chaîne logistique amont, et plus précisément sa prise en compte dans le processus de sélection des fournisseurs, n est pas un fait nouveau, bien que le processus de sélection des fournisseurs ait évolué vers un processus de plus en plus complexe et multicritères. En effet, le dépassement de l approche volume qui plaçait le prix et la quantité au cœur du processus de sélection a laissé la place à d autres critères comme la qualité, la confiance, l excellence opérationnelle. Par ailleurs, l éloignement géographique des fournisseurs lié à l externalisation croissante des activités a conduit les entreprises à mettre en place des outils de gestion de la délocalisation. Les TIC, notamment à travers le Web-EDI, ont pris alors toute leur ampleur. Elles permettent aux entreprises de gérer cette distance tout en évitant les «pièges», notamment de «piratage des données», et favorisent et multiplient également la rapidité des échanges. Les premiers résultats de notre recherche confirment le fait que les TIC constituent un critère de choix non négligeable dans le processus de sélection des fournisseurs. En effet, parmi les entreprises interrogées, 5,7 % considèrent que les TIC sont un critère de choix important et 3,9 % estiment que la maîtrise des TIC par les fournisseurs n est pas indispensable (Tableau ). Ce dernier point s explique par le fait que les TIC constituent un investissement très important que nombre d entreprises ne peuvent supporter seules, en particulier les entreprises de petite taille (Riggins et Mukhopadhyay, 994). Les donneurs d ordres sont donc prêts à choisir des fournisseurs qui ne maîtrisent pas encore les TIC mais qu il conviendra d accompagner et d aider dans l acquisition et le développement de ces dernières. Tableau : La dimension TIC dans le processus de sélection des fournisseurs Les TIC sont un critère de choix Important A maîtriser D accord Sans opinion Pas d accord 5,7 % 6, % 3, % 5, % 6 % 3,9 % Vol. 6 N,

8 Tableau : Les TIC comme critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs Les TIC comme critère de choix Moyenne* Ecart type Avant, peu important (plus de dix ans) Depuis quelques années, important (moins de dix ans) Aujourd hui, très important *Echelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord Tableau 3 : Les critères de choix dans la mise en place d une chaîne logistique amont Types de relations entretenues avec le fournisseur Moyenne* Relations basées sur la confiance Relations basées sur la recherche d un avantage à long terme Relations basées sur la recherche de collaboration Relations basées sur la recherche d un avantage à moyen terme Relations basées sur la recherche d un avantage à court terme 5,8 5,8 5,08 5,04 3,54 *Echelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord Tableau 4 : L impact du nombre de fournisseurs sur les critères de choix d une chaîne logistique amont Nombre de fournisseurs Types de relations Relations basées sur la confiance Relations basées sur la recherche d un avantage à long terme Relations basées sur la recherche de collaboration Relations basées sur la recherche d un avantage à moyen terme Relations basées sur la recherche d un avantage à court terme Ecart type,480,47,533,38,874 < >000 Total La prise en compte des TIC dans le processus de sélection des fournisseurs et, donc, dans l élaboration de leur chaîne logistique amont semble être une préoccupation des entreprises, beaucoup plus importante ces dernières années (Tableau ). En effet, nombre d entreprises admettent que les TIC étaient, avant (depuis plus de dix ans) peu importantes et qu elles sont devenues peu à peu importantes, voire très importantes actuellement. Cette préoccupation a d ailleurs été largement amplifiée par la mondialisation des échanges et le phénomène d externalisation auxquels les entreprises ont été confrontées. L éloignement des sources d approvisionnement ainsi que la gestion de fournisseurs de capacité et/ou de compétences distants géographiquement ont donné aux TIC toute leur ampleur. Elles sont devenues, comme le prix, la qualité, les délais, un critère important de la sélection des fournisseurs Le chiffre d affaires en valeur d achat est devenu essentiel dans le coût de revient des produits (De Boer, 998). Ce facteur, lié à la réduction des sources d achat et d approvisionnement (Goffin et al., 997) et à un éloignement géographique des fournisseurs, pousse les entreprises à rechercher une gestion optimale de leurs relations partenariales. Dans ce contexte, les TIC deviennent des outils de maîtrise de la communication distante, des leviers d efficacité de la chaîne logistique amont. Par ailleurs, il apparaît que ce processus de sélection doit aboutir à la mise en place de relations basées sur la recherche d un avantage à long terme, organisées et centrées autour d une relation de confiance (Tableau 3). Cette notion de confiance, largement abordée et discutée (Donney et Cannon, 997 ; Gallivan et Depledge, 003), est donc réaffirmée par notre étude. En effet, la réduction du nombre de fournisseurs vers laquelle vont de plus en plus les entreprises, les poussent à rechercher tous les moyens pour limiter le risque. La recherche de confiance participe activement à cette gestion du risque, notamment par le fait qu elle «fidélise» les fournisseurs et «densifie» la chaîne logistique amont. Toutefois, il est important de noter que la confiance ne constitue pas un critère de choix en elle-même, mais n est qu une caractéristique nécessaire à la mise en œuvre de relations collaboratives durables. Aussi, ces résultats permettent également d affirmer que le processus de sélection des fournisseurs relève d une décision stratégique, une décision qui engage l entreprise sur le long terme. Cette décision qui s inscrit dans une logique collaborative, repose sur la confiance des partenaires les uns envers les autres. Cette notion de confiance est d ailleurs confirmée par notre étude. La durée moyenne des relations s établissant entre les donneurs d ordres et leurs fournisseurs est en effet de 33 mois. Cette logique partenariale au cœur de la construction de la chaîne logistique amont apparaît essentielle, quel que soit le nombre de fournisseurs avec lequel l entreprise est en relation. En effet, même si le nombre de fournisseurs est important, la confiance et la recherche d un avantage à long terme sont les bases importantes de construction d une relation (Tableau 4). Le nombre de fournisseurs n est toutefois pas neutre quant aux types de relation que les donneurs d ordres souhaitent établir avec leurs fournisseurs. Ainsi, la réduction du nombre de fournisseurs pousse les entreprises à rechercher la collaboration 86 Vol. 6 N, 008

9 comme facteur de construction des relations (87 % des entreprises estiment d ailleurs que la recherche de collaboration constitue l argument prépondérant dans la construction de la chaîne logistique amont, lorsque celle-ci est constituée d un nombre de fournisseurs compris entre 0 et 00). Les résultats nous permettent également de dégager une nouvelle tendance dans la prise en compte des TIC comme critère de sélection des fournisseurs, notamment en ce qui concerne les types d outils mobilisés et privilégiés. Les outils transactionnels (EDI, etc.) ont une grande importance dans la sélection, même si l on peut constater quelques modifications au niveau des donneurs d ordres qui intègrent aujourd hui de nouveaux outils collaboratifs (Fabbe-Costes, 00). Ces nouveaux outils portent sur le pilotage interne (APS, ERP, WMS, etc.) ou externe (CRM, SRM, place de marché, etc.) (Tableau 5). Cette prépondérance des outils transactionnels apparaît quel que soit le type de relations que l entreprise va mettre en œuvre avec ses fournisseurs (Tableau 6). On peut cependant constater que d autres types d outils, notamment de collaboration, internes et externes, jouent un rôle non négligeable. Les résultats de notre enquête montrent que leur évolution est de plus de 4 % ( % d avis favorables «Aujourd hui» contre 8 % «Depuis quelques années» pour les outils de collaboration externe) contre seulement % pour respectivement les outils transactionnels et les outils décisionnels (Tableau 7). Les entreprises mobilisent les outils transactionnels dans des relations de plus en plus focalisées sur la recherche de collaboration. Il peut paraître paradoxal que l apport des outils collaboratifs externes ne soit pas plus recherché par les entreprises. L explication tient probablement au fait qu elles n ont pas encore la maturité TIC nécessaire pour mettre en œuvre ce type de technologie. Les outils de collaboration interne semblent assez bien acceptés. Les autres critères de choix Parallèlement, cette étude permet d identifier les éléments de choix qui interviennent dans la sélection des fournisseurs. Elle confirme que la réduction de coûts (5,38), la recherche de capacité de production (5,36) et la recherche de savoir-faire spécifiques (5,0) constituent les trois critères prépondérants dans le processus de sélection (en particulier Tableau 5 : Les types de TIC dans le processus de sélection des fournisseurs Types d outils TIC dans le processus de sélection des fournisseurs Utilisation d outils transactionnels Utilisation d outils collaboratifs en interne Utilisation d outils collaboratifs en externe Utilisation d outils décisionnels Moyenne* 4,4 3,59 3,49,83 *Echelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord Ecart type,85,84,79,44 Tableau 6 : Les types de TIC selon les critères de choix d une chaîne logistique amont Types d outils TIC Types de relations Relations sur la confiance Relations sur la recherche d un avantage à LT Relations sur la recherche de collaboration Relations sur la recherche d un avantage à MT Relations sur la recherche d un avantage à CT Transactionnels 0,33* 0,33 0,36 0,30 0,5 Collaboratifs internes 0,7 0,9 0,9 0,0 0,3 Collaboratifs externes 0,0 0,0 0,5 0,0 0, Décisionnels 0, 0, 0,0 0,09 0,05 Total 0,3 0,4 0,0 0, *Fréquence observée Tableau 7 : Les types de TIC selon leur importance dans la chaîne logistique amont Types d outils TIC Types de relations Avant, peu important (plus de 0 ans) Depuis quelques années important (moins de 0 ans) Aujourd'hui, très important Transactionnels 0,35* 0,36 0,37 * Fréquence observée comme «Avis favorable» Collaboratifs internes 0,9 0,0 0,4 dans la décision d externalisation). Il convient de souligner que la proximité avec les marchés géographiques n apparaît pas être un critère déterminant comme, par ailleurs, ont pu le montrer certaines études (Min, 994 ; Humphreys et al., 998), et ce malgré la dimension internationale de notre échantillon. L impact du secteur d activité et le poids de la taille de l entreprise restent marginaux en ce qui concerne ces critères de choix. On constate, en effet, que plus de 85 % des entreprises interrogées considèrent le prix comme un critère essentiel pour la sélection des fournisseurs et 86 % le critère qualité. Le poids du secteur d activité et la taille n apparaissent que lorsque les entreprises sont interrogées sur d autres critères moins cruciaux tels que le Collaboratifs externes 0,8 0,8 0, Décisionnels 0, 0, 0, Vol. 6 N,

10 Tableau 8 : L impact du nombre de salariés sur la pondération des critères de choix Nombre de salariés Critères de choix Prix Taux de service et qualité Flexibilité Taille suffisante Capacité inter-opérationnelle des SI internes Capital confiance Perspective d échanges LT Maîtrise des SI internes Proximité géographique Possibilité de collaborer grâce aux SI Relations personnelles < >.000 Total *Nombre d entreprises ayant qualifié ce critère comme «extrêmement important» 5* Tableau 9 : Classement des critères de sélection des fournisseurs selon leur importance Importance des critères de choix dans le processus de sélection Prix Taux de service et qualité Flexibilité Taille suffisante Capacité inter-opérationnelle des SI internes Capital confiance Perspective d échanges LT Maîtrise des SI internes Proximité géographique Possibilité de collaborer grâce aux SI Relations personnelles *Echelle : =le plus important ; 3=le moins important - 4 entreprises ont moins de 50 salariés, entreprises ont entre 50 et 00 salariés, 3 entreprises ont entre 00 et.000 salariés, 5 entreprises ont plus de.000 salariés Moyenne*,36,36,36,36 4,35 4,78 5, ,77 7,9 8, Ecart type,053,860,4,754 4,078 3, , capital confiance, la taille suffisante du partenaire, les relations personnelles (Tableau 8). Les résultats montrent, si on prend l exemple de la taille suffisante du partenaire et du capital confiance, que ce sont plutôt les grandes entreprises (de taille supérieure à.500 salariés) qui qualifient ces critères comme peu importants. La relation de dépendance entre les donneurs d ordres, de grande taille, et leurs fournisseurs, de plus petite taille, semble expliquer le poids faible de la confiance dans les relations collaboratives amont. Enfin, notre étude montre que, si les TIC constituent bien un critère de choix dans le processus de sélection des fournisseurs, elles restent, toutefois, surclassées par les critères «traditionnels». En effet, selon les résultats de l enquête, 90 % des répondants définissent le prix et la qualité comme des critères de choix très importants, voire extrêmement importants, dans la décision de choisir un fournisseur. Il est toutefois intéressant de noter que les TIC, et plus particulièrement leur capacité inter-opérationnelle ainsi que la maîtrise des systèmes d information internes, ont une importance plus forte que certains critères de choix considérés comme traditionnels, telles la proximité géographique et les relations interpersonnelles (Tableau 9). Le Tableau 0 nous permet de constater l impact de la famille des TIC sur l importance accordée par le donneur d ordres aux autres critères de choix. Si le prix et la qualité restent de manière permanente les deux critères essentiels, force est de constater que la prise en compte des TIC modifie le poids de certains autres critères. Ainsi, le capital confiance et les perspectives d échange à long terme deviennent centraux au détriment de la capacité inter-opérationnelle des SI internes. Est ainsi réaffirmée l idée selon laquelle le processus de sélection des fournisseurs participe à la construction de la chaîne logistique amont dans laquelle les relations basées sur la confiance et les gains mutuels à long terme sont privilégiées. L acquisition de compétences L acquisition et le développement des compétences TIC au niveau des fournisseurs s effectuent sous la forme de l influence et de l accompagnement beaucoup plus que sous la forme de la contrainte (Tableau ). Même si peu d entreprises sont enclines à agir activement au niveau de leurs fournisseurs (seules 33 entreprises sur 90 ont eu une action au niveau de leurs fournisseurs), les résultats montrent cependant que celles qui ont eu à le faire constatent que leurs fournisseurs ont répondu positivement à leur demande. Cette réponse favorable a d ailleurs amélioré la relation, quel que soit le mode d acquisition et de développement. Les entreprises qui ont contraint leurs fournisseurs à acquérir et à déployer un outil SI ont pu constater l attitude assez positive, voire très positive, de ces derniers. Parmi ces entreprises qui ont utilisé la contrainte comme forme d acquisition, force est de constater qu une seule entreprise s est séparée de son fournisseur suite à son refus. Enfin, les outils de types EDI, ERP et sourcing ont donné lieu aux trois formes d acquisition et de développement de compétences précédemment citées. Le portail a été plutôt privilégié sous la forme de l accompagnement, à l inverse du tracing qui a fait l objet d une pression forte de la part du donneur d ordres (contrainte). L importance des ERP et EDI, déjà soulignée dans les résultats précédents, est à nouveau mise en évidence. Ces 88 Vol. 6 N, 008

11 outils, déterminants dans le processus de sélection des fournisseurs, restent privilégiés en termes de compétences TIC, quelle que soit la forme d acquisition de compétences et de développement. TIC et amélioration de la performance L étude montre que les TIC ont permis aux entreprises d améliorer, notamment vis-à-vis de leurs expériences passées et des critères d évaluation mobilisés, leurs relations à leurs fournisseurs (Tableau ). Le taux de service, ratio de synthèse du respect simultané du délai, des quantités et de la qualité d une commande, constitue aujourd- hui le critère essentiel pour évaluer son fournisseur dès le stade de sélection. Le délai de traitement d une commande et la flexibilité montrent l importance de besoin de réactivité chez un fournisseur. Par rapport aux résultats précédents, il est intéressant de noter que les éléments de contexte n ont aucune influence sur les résultats. En effet, quels que soient la taille, le secteur d activité ou la dimension internationale du donneur d ordres, le poids de chacun des critères de choix reste identique. La lecture du Tableau 3 confirme l importance des TIC de type «transactionnel» au détriment des autres familles de TIC. Notons toutefois que la prise en compte des types de TIC modifie l ordre observé dans le Tableau des critères d amélioration de performance. Ainsi, l apport des outils transactionnels est plus fort sur le délai de traitement des commandes que sur la qualité ou la flexibilité qui n apparaissent qu en seconde position. Ce constat s explique par la nature même des outils transactionnels. En revanche, les critères tels que le taux de service, le délai fournisseur, la qualité ou le taux de service semblent bénéficier plus nettement de l apport des outils collaboratifs externes. Ce second constat s explique par l importance d une dimension partenariale et collaborative pour améliorer la valeur de ces derniers critères. Enfin, la plus grande homogénéité observée au niveau des outils collaboratifs internes exprime l importance d une grande cohésion au sein de l entreprise donneuse d ordres, en matière de prise de décision. Les difficultés et freins rencontrés Si l importance des TIC a été largement confirmée par notre étude, il est intéressant de constater que les entreprises se trouvent confrontées à un certain nombre de difficultés dans la mise en place des TIC avec leurs four- Tableau 0 : L impact des types de TIC sur les critères de sélection des fournisseurs Types d outils TIC Critères de choix Prix Taux de service et qualité Flexibilité Taille suffisante Capacité inter-opérationnelle des SI internes Capital confiance Perspective d échanges LT Maîtrise des SI internes Proximité géographique Possibilité de collaborer Relations personnelles Transac- Collaboratifs Collaboratifs tionnels internes externes 0,45* 0,45 0,36 0,45 0,8 0,4 0,33 0,9 0,30 0,9 0, 0,3 0,3 0,5 0,30 0,4 0,9 0,3 0, 0,7 0, 0, 0,8 0,9 0,3 0,30 0,4 0,9 0,3 0, 0,6 0, 0, Décisionnels 0,3 0,4 0,09 0, 0,08 0,3 0,09 0,09 0,0 0,09 0,06 Total 0,3 0,0 0,9 0,0 *Fréquence observée Tableau : Attitudes du donneur d ordres envers ses fournisseurs Attitudes du donneur d ordres Outils TIC EDI ERP Sourcing Site Web et portail Tracing Autres Influencé Contraint Accompagné Total 7* Total *Nombre d entreprises ayant utilisé cette forme d acquisition et de développement des outils Tableau : Facteurs d amélioration recherchés dans le processus de sélection des fournisseurs Amélioration de la relation aux fournisseurs grâce aux TIC Le taux de service Le délai de traitement des commandes La flexibilité Les erreurs de saisie de données La capacité à participer à l optimisation de votre gestion des stocks Le délai fournisseur La confiance entre les partenaires Le niveau de qualité Le prix d achat La capacité à résoudre rapidement des problèmes de qualité La capacité à faire bénéficier des innovations techniques Le délai de mise au point de nouveaux produits *Echelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord 5 Moyenne* Ecart type Vol. 6 N,

12 Tableau 3 : Facteurs d amélioration recherchés selon les types de TIC Types de TIC Amélioration de la relation aux fournisseurs Transac- Collaboratifs tionnels internes Collaboratifs externes Décisionnels Le taux de service 0.39* Le délai de traitement des commandes La flexibilité Les erreurs de saisie de données La capacité à participer à l optimisation de votre gestion des stocks Le délai fournisseur La confiance entre partenaires Le niveau de qualité Le prix d achat La capacité à résoudre les problèmes de qualité La capacité à faire bénéficier des innovations techniques Le délai de mise au point de nouveaux produits Total *Fréquence observée Tableau 4 : Les freins à la mise en place des TIC dans la chaîne logistique amont Les freins à la mise en place des TIC avec les fournisseurs Le coût financier La rentabilité financière de l investissement Les moyens humains La taille du fournisseur L incompatibilité des systèmes La rigidité du fournisseur L engagement de la direction La confidentialité La dépendance envers le fournisseur Les moyens matériels du fournisseur Les moyens matériels du donneur d ordres La sécurité Les expériences passées du donneur d ordres Moyenne* *Note : échelle de Lickert : =pas du tout d accord 7=tout à fait d accord Ecart type nisseurs (Tableau 4). Les résultats montrent, en effet, que parmi les freins fréquemment avancés et mis en évidence dans la chaîne logistique amont, les aspects financiers (montant et retour sur investissement) constituent un frein important. Par ailleurs, l acquisition et le développement de compétences et/ou d outils TIC constituent un investissement non négligeable pour les fournisseurs (Riggins et Mukhopadhyay, 994). La contrainte financière semble d autant plus active que les fournisseurs sont plutôt des entreprises de moyenne taille (59 % des fournisseurs ont moins de 00 salariés et 75 % moins de 500 salariés). On constate que cet élément de taille de l entreprise apparaît en quatrième position. Les différents freins mis en évidence précédemment ne sont pas du tout influencés par les types de TIC mobilisées dans le processus de sélection des fournisseurs (Tableau 5). En effet, les outils transactionnels restent prépondérants par rapport aux outils collaboratifs ou décisionnels et le coût financier constitue toujours le frein essentiel à la mise en place des TIC dans la chaîne logistique amont. Toutefois, la prise en compte du type d outils modifie la typologie des freins. Ainsi, la confidentialité devient un frein essentiel par rapport à l incompatibilité des systèmes ou à la taille du fournisseur, dans le cas des outils transactionnels. Le même constat peut être fait en ce qui concerne les outils collaboratifs où les moyens du donneur d ordres devancent ces mêmes freins. Conclusion L étude que nous avons menée, avait pour objectif de discuter de la place des TIC dans le processus de sélection des fournisseurs et de leur poids par rapport aux autres critères dans la structuration de la chaîne logistique amont. Les résultats que nous avons présentés nous paraissent instructifs sur deux points : ) Ils confirment le fait que les TIC sont devenues un critère de choix important dans le processus de sélection des fournisseurs, même si elles ne constituent pas l élément prépondérant (Bakos, 99 ; Riggins et Mukhopadhyay, 994 ; Bensaou, 997 ; Son et al., 005). Si le prix, le délai, la qualité, la flexibilité restent les grands critères déterminants de choix, ils ne se suffisent plus à eux-mêmes. L approche multicritères basée dans les années 980 sur le triangle «magique» délai-qualité-prix doit être enrichie d autres critères parmi lesquels les TIC ont pris une place importante. La raison en est simple, les TIC ont accompagné la vague d externalisation et d internationalisation, notamment en favorisant la multiplication des échanges amont et en résolvant une partie des problèmes liés à la distance avec les fournisseurs. La chaîne logistique se construit de plus en plus autour de la capacité des entreprises à réduire la distance et le temps, donc à maîtriser les TIC. ) Les outils du type «transactionnels» restent largement privilégiés par les entreprises au 90 Vol. 6 N, 008

13 détriment des outils collaboratifs ou décisionnels, bien que nous puissions constater l émergence significative de ces derniers. Ce constat s explique, à notre sens, par trois raisons. En premier lieu, la maturité des entreprises par rapport aux processus d acquisition, de développement et de déploiement des TIC, restent encore en devenir pour grand nombre d entreprises. Ensuite, la densification de la chaîne logistique se construit naturellement au sein d un maillon, puis de manière transactionnelle entre maillons. Enfin, la prépondérance constatée des outils de type EDI dont la mise en œuvre a plus de vingt ans ou des ERP illustre cette première recherche de densification organisationnelle par la coordination, à travers l échange de données à distance. Cependant, il est intéressant d observer l émergence d outils collaboratifs externes qui à notre avis résulte de la réduction du nombre de fournisseurs et de la recherche de partenariats forts et efficaces. Ce constat semble refléter l intention des entreprises à procéder à une seconde phase de densification de la chaîne logistique, à travers la recherche de coopération-collaboration. Une phase de recherche d excellence des réseaux et de la chaîne logistique semble succéder à celle d excellence organisationnelle des années 980 et 990. Cependant, cette étude ne permet pas de comprendre l apport qualitatif des TIC dans le processus de coopération-collaboration. Ce thème peut donner lieu à des recherches complémentaires. Enfin, cet article n a pas abordé la question de l arbitrage entre les critères retenus dans la sélection des fournisseurs. Il n a pas abordé non plus celui de la mesure pour chacun des critères. Nombreux sont les modèles développés par les entreprises autour de cette problématique de l agrégation multicritères, qu il serait bienvenu d explorer plus avant. Références bibliographiques Baiman S., Rajan M. (00), The role of information and opportunism in the choice of buyer-supplier relationships, Journal of Accounting Research, Vol. 40, n, pp Bakos Y. (99), Information links and electronic marketplaces : the role of interorganizational information systems in vertical markets, Journal of Management Information Systems, Vol. 8, n, pp. 3-5 Bakos Y., Brynjolfsson E. (993), Information technology incentives and the optimal Tableau 5 : Les freins à la mise en place des TIC dans la chaîne logistique amont selon les types de TIC Types de TIC Transac- Collaboratifs Les freins à la mise en place des TIC tionnels internes Collaborati Décision- fs externes nels Le coût financier 0.38* La rentabilité financière de l investissement Les moyens humains La taille du fournisseur L incompatibilité des systèmes La rigidité du fournisseur L engagement de la direction La confidentialité djustrightla dépendance envers le fournisseur Les moyens matériels du fournisseur Les moyens matériels du donneurs d ordres La sécurité Les expériences passées du donneurs d ordres Total *Fréquence observée number of suppliers, Journal of Management Information Systems, Vol. 0, n, pp Barua A., Ravindran S., Whinston A. (997), Efficient selection of suppliers over Internet, Journal of Management Information Systems, Vol. 3, n 4, pp Berens J. (97), A decision matrix approach to supplier selection, Journal of Retailing, Vol. 47, n 4, pp Bensaou M. (997), Interorganizational cooperation : the role of information technology, an empirical comparison of U.S. and Japanese supplier relations, Management Science, Vol. 4, n 9, pp Boulay J., Isaac H. (007), Contrôler les réseaux d entreprises avec les technologies de l information, Revue Française de Gestion, n 70, pp Brown G., Boya U., Humphresy N., Widing R. (993), Attributes and behaviors of sales people preferred by buyers : high socializing vs. low socializing industrial buyers, Journal of Personal Selling and Sales Management, Vol. 3, n, pp Cash J., Konsynski B. (985), IS redraws competitive boundaries, Harvard Business Review, Vol. 63, n, pp Vol. 6 N, 008 9

14 Chan F. (003), Interactive selection model for supplier selection process : an analytical hierarchy process approach, International Journal of Production Research, Vol. 4, n 5, pp Chan F., Chan H., Lau H. (007), A decision support system for supplier selection in the airline industry, Journal of Engineering Manufacture, Vol., n 4, pp Cheraghi S., Dadashzadeh M., Subramanian M. (004), Critical success factors for supplier selection : an update, Journal of Applied Business Research, Vol. 0, n, pp Childerhouse P., Hermiz R., Mason-Jones R., Popp A., Towill D. (003), Information flow in automotive supply chains Identifying and learning to overcome barriers to change, Industrial Management & Data Systems, Vol. 03, n 7, pp Clemons E., Row M. (993), Limits to interfirm coordination through information technology : results of a field study in consumer packaged goods distribution, Journal of Management Information Systems, Vol. 0, n, pp De Boer L., Der Wegen L., Telgen J. (998), Outranking methods in support of supplier selection, European Journal of Purchasing & Supply Management, Vol. 4, n, pp De Boer L., Labro E., Morlacchi P. (00), A review of methods supporting supplier selection, European Journal of Purchasing & Supply Management, Vol. 7, n, pp Dempsey W. (978), Vendor selection and the buying process, Industrial Marketing Management, Vol. 7, n 4, pp Dickson G. (966), An analysis of supplier selection systems and decisions, Journal of Purchasing, Vol., n, pp Donney P., Cannon J. (997), An examination of the nature of trust in buyer-seller relationship, Journal of Marketing, Vol. 6, n, pp Dyer J., Singh H. (998), The relational view : cooperative strategy and sources of inter-organizational competitive advantage, Academy of Management Review, Vol. 3, n 4, pp Ellram L. (990), The supplier selection decision in strategic partnership, Journal of Purchasing & Materials Management, Vol. 6, n 4, pp Ellram L., Carr A. (994), Strategic purchasing : a history and review of the literature, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 30, n, pp Fabbe-Costes N. (00), Evaluer la création de valeur du supply chain management, Logistique & Management, Vol. 0, n, pp Fabbe-Costes N., Jahre M. (007), Supply chain integration improves performance The emperor s new suit, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 37, n 0, pp Gallivan M, Depledge G (003), Trust, control and the role of interorganizational system in electronics partnerships, Information Systems Journal, Vol. 3, n, pp Golicic S., Davis D., McCarthy T., Mentzer J. (00), The impact of e-commerce on supply chain relationships, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol., n 0, pp Goffin K., Szwejczewski M., New C. (997), Managing suppliers : when fewer can mean more, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 7, n 7, pp Graafland J. (00), Sourcing ethics in the textile sector : the case of C&A, Business Ethics : A European Review, Vol., n 3, pp Gupta S., Krishnan V. (999), Integrated component and supplier selection for a product family, Production and Operations Management, Vol. 8, n, pp Hart P., Saunders C. (998), Emerging electronic partnerships : antecedents and dimensions of EDI use from a supplier s perspective, Journal of Management Information Systems, Vol. 4, n 4, pp Holweg M. (005), An investigation into supplier responsiveness Empirical evidence from the automotive industry, International Journal of Logistics Management, Vol. 6, n, pp Humphreys P., Mak K., Yeung C. (998), A just-in-time evaluation strategy for international procurement, Supply Chain Management : An International Journal, Vol. 3, n 4, pp Lee H., Kim S. (00), Supplier selection and management system considering relations- 9 Vol. 6 N, 008

15 hips in supply chain management, IEEE Transactions on Engineering Management, Vol. 48, n 3, pp Mentzer J., Min S., Zacharia Z. (000), The nature of interfirm partnering in supply chain management, Journal of Retailing, Vol. 76, n 4, pp Min H. (994), International supplier selection, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 4, n 5, pp Monczka R., Callahan T., Nichols E. (995), Predictors of relationship among buying and supplying firms, International Journal of Physical Distribution & Logistics Management, Vol. 5, n 0, pp Mukhopadhyay T., Kekre S. (00), Strategic and operational benefit of electronic integration in BB procurement processes, Management Science, Vol. 48, n 0, pp Oberoi J., Khamba J. (005), Strategically managed buyer-supplier relationships across supply chain : an exploratory study, Human Systems Management, Vol. 4, n 4, pp Pearson J., Ellram L. (995), Supplier selection and evaluation in small versus large electronics firms, Journal of Small Business Management, Vol. 33, n 4, pp Riggins F., Mukhopadhyay T. (994), Interdependant benefits from interorganizational systems : opportunities for business partner reengineering, Journal of Management Information Systems, Vol., n, pp Sarkis J., Talluri S. (00), A model for strategic supplier selection, Journal of Supply Chain Management, Vol. 38, n, pp Scannell T., Vickery S., Dröge C. (000), Upstream supply chain management and competitive performance in the automotive supply industry, Journal of Business Logistics, Vol., n, pp Scott J. (000), Faciliting interorganizational learning with information technology, Journal of Management Information Systems, Vol. 7, n, pp Shipley D. (985), Resellers supplier selection criteria for different consumer products, European Journal of Marketing, Vol. 9, n 7, pp Son J., Narashimhan S., Riggins F. (005), Effects of relational factors and channel climate on EDI usage in the customer-supplier relationship, Journal of Management Information Systems, Vol., n, pp Subramani M. (004), How do suppliers benefit from information technology use in supply chain relationships, MIS Quarterly, Vol. 8, n, pp Swift C., Gruben K. (000), Gender differences in weighting of supplier selection criteria, Journal of Managerial Issues, Vol., n 4, pp Verma R., Pullman M. (998), An analysis of the supplier selection process, Omega, Vol. 6, n 6, pp Williamson O. (975), Markets and hierarchies : analysis and antitrust implications, The Free Press, New York (NY) Williamson O. (985), The economic institutions of capitalism : firms, markets, relational contracting, The Free Press, New York (NY). Vol. 6 N,

16 94 Vol. 6 N, 008

CAHIER DE RECHERCHE n 2009-15 E5

CAHIER DE RECHERCHE n 2009-15 E5 CAHIER DE RECHERCHE n 2009-15 E5 Technologies de l information et de la communication de la chaîne logistique en amont : pratiques d entreprises. AGERON Blandine SPALANZANI Alain Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux COMPRENDRE L ACHAT INDUSTRIEL Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux Plan de la présentation Introduction La situation

Plus en détail

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris

Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Jeudi 27 juin 2013 Au Grand Hôtel Opéra, Paris Une étude sur : «La Supply Chain comme facteur clé de compétitivité» A l'initiative de Réalisée par Pour le compte de Une étude basée sur un nombre significatif

Plus en détail

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES

EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES EXTERNALISATION : LOGIQUE FINANCIERE ET LOGIQUE DE COMPETENCE SONT LIEES Bertrand Quélin Professeur HEC François Duhamel Etudiant du Doctorat HEC Bertrand Quélin et François Duhamel du Groupe HEC ont mené,

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

COMPRENDRE LE ROLE STRATEGIQUE DES ACHATS DANS LES PROCESSUS QUALITE

COMPRENDRE LE ROLE STRATEGIQUE DES ACHATS DANS LES PROCESSUS QUALITE COMPRENDRE LE ROLE STRATEGIQUE DES ACHATS DANS LES PROCESSUS QUALITE R&D ACHATS QUALITE 27 septembre 2012 Fabian MATHURIN Consultant en management des achats fmathurin@achat-performance.com 1 EVOLUTION

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

La Chine reste attractive

La Chine reste attractive É t u d e La Chine reste attractive En dépit des difficultés économiques, les multinationales maintiennent et renforcent leur présence en Chine. C est ce qui résulte de la seconde enquête «China Manufacturing

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude

CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude CSP Financiers en France : Etat des lieux et perspectives Synthèse de l étude *connectedthinking Démarche de notre étude et profil de notre panel Slide 2 Une étude présentant le panorama des pratiques

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

Thèse en sciences de gestion de S. Lacoste 19/05/10. Résumé thèse

Thèse en sciences de gestion de S. Lacoste 19/05/10. Résumé thèse Résumé thèse Le développement de nouvelles formes «hybrides» de l échange vertical, combinant des aspects transactionnels et relationnels, analysées du point de vue du Grand Compte global En marketing,

Plus en détail

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES

LOGISTIQUE &TRANSPORT FABRICANT D ECONOMIES LOGISTIQUE &TRANSPORT 2014 FABRICANT D ECONOMIES Notre Cabinet Notre Cabinet A propos Notre activité Notre Méthodologie DoubleV Conseil accompagne ses clients de façon opérationnelle dans la réduction

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

Market intelligence. After work groupe métier Centraliens Achats. 26 mars 2013. Delphine Douroux. Eric Salviac Eric.salviac@fr.ey.

Market intelligence. After work groupe métier Centraliens Achats. 26 mars 2013. Delphine Douroux. Eric Salviac Eric.salviac@fr.ey. Market intelligence Delphine Douroux Eric Salviac Eric.salviac@fr.ey.com After work groupe métier Centraliens Achats 26 mars 2013 Sommaire 1. Intelligence Vous avez dit Market Intelligence? 2. Enjeux et

Plus en détail

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises.

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Mai 2009 Préface Les PME ont aujourd hui accès aux technologies déjà déployées dans les grandes entreprises. En

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

Les études de benchmarking de l ASLOG

Les études de benchmarking de l ASLOG Newsletters Source: http://www.aslog.org/fr/index.php Le 06 Janvier 2006 Le benchmark outil d'amélioration continu Le benchmark compare nos processus logistiques avec ceux des meilleurs, pour améliorer

Plus en détail

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs

Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Les leviers de performance du pilotage du processus achats/fournisseurs Synthèse Petit-déjeuner «Démat-finance» Octobre 2012 SOMMAIRE I. LA PERFORMANCE DU PROCESSUS ACHATS FOURNISSEURS 2 II. GRANDS ENSEIGNEMENTS

Plus en détail

Les activités numériques

Les activités numériques Les activités numériques Activités de l entreprise et activités numériques de l entreprise convergent de plus en plus au sein de la chaîne de valeur, c est-à-dire la manière avec laquelle une entreprise

Plus en détail

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com ADIS Innovation Partner 18 ans d activité opérationnelle dans le secteur du semi-conducteur

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT STRUCTURE & PILOTAGE DES FLUX. NRJ Nov. 2005 Page 1

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT STRUCTURE & PILOTAGE DES FLUX. NRJ Nov. 2005 Page 1 Page 1 Robert Nondonfaz Professeur adjoint HEC-ULg Professeur invité HEMES-GRAMME Chargé de cours H.E. CHARLEMAGNE Chargé de cours H.E. TROCLET Co-responsable scientifique du programme SCM [ IAG-SBS-HEC.ULg

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice

Josée St-Pierre, Ph.D. Directrice Éditorial La mondialisation des marchés, la réduction de la durée de vie des produits et la compétition accrue entre petites et grandes organisations sont des facteurs qui incitent les entreprises à se

Plus en détail

Les basiques du Supply Chain Management

Les basiques du Supply Chain Management V3 - Mai 2011 Les basiques du Supply Chain Management Héritage et évolutions Le concept de Supply Chain est un héritage et une évolution des pratiques logistiques, industrielles et managériales. On y retrouvera

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies

Chapitre V La mise en œuvre des stratégies Chapitre V La mise en œuvre des stratégies 1 Les forces dynamiques dans l évolution de l entreprise Base Base de de l l avantage concurrentiel dans dans l industrie Action stratégique Environnement de

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Hélène CHEUTIN. Master 2 ISMAG 2005-2006

Hélène CHEUTIN. Master 2 ISMAG 2005-2006 Hélène CHEUTIN Master 2 ISMAG 2005-2006 SRM ((Supplliierr Rellattiionshiip Managementt)) INTRODUCTII ION Les entreprises cherchent sans cesse à améliorer leurs performances et notamment à réaliser des

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

La dynamique d évolution des marchés

La dynamique d évolution des marchés R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Aligner sa Supply Chain sur la stratégie de l entreprise Depuis plusieurs années, les entreprises ont consenti d importants efforts pour améliorer la

Plus en détail

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Corinne Blanquart (Inrets-Splot) 1 et Valentina Carbone (Esce et Escp-Eap) 2 L utilisation des modes alternatifs de transport

Plus en détail

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels

Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels Le développement de services aux entreprises : les enjeux de la proximité pour les territoires industriels AUTEURS Fabienne PICARD, Nathalie RODET-KROICHVILI, Nafaa HAMZA-SFAXI RÉSUMÉ L objectif de cette

Plus en détail

Étude : les PME à l heure du Cloud

Étude : les PME à l heure du Cloud Étude : les PME à l heure du Cloud Synthèse des principaux enseignements 27 avril 2012 1 FICHE TECHNIQUE DE L ETUDE Echantillon : 301 entreprises de 20 à 499 salariés. Représentativité assurée par des

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE Observatoire régional information économique des CCI des Pays de la Loire ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE perspectives & compétences Édition 2006 Les CCI, première source d information

Plus en détail

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat

Chapitre I. Politique d entreprise et politique d achat Chapitre I Politique d entreprise et politique d achat Nous venons de voir que les objectifs de l entreprise étaient de créer du profit tout en respectant les attentes des clients. Lorsque l entreprise

Plus en détail

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE COMMENT CONSTRUIRE UN PROJET STRATEGIQUE POUR LA REUSSITE ET LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE JACKY BOUDEVILLE PROFESSEUR ESCP EUROPE CONSULTANT ADMINISTRATEUR DE SOCIETES PLAN D INTERVENTION UN TITRE

Plus en détail

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques

Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques Salon Logistics 360 2011 Parc Exposition La Beaujoire Nantes Achats de prestations logistiques : les bonnes pratiques par Philippe de COUESBOUC, cabinet conseil Creach Partenaire, administrateur CDAF (Compagnie

Plus en détail

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI

Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Thèse de doctorat de sciences de gestion axe finance, présentée par Mohamed Ali KHALDI Sujet : Impact des mécanismes de gouvernance sur la création et la répartition de la valeur partenariale Thèse soutenue

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable?

Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable? Deuxième enquête destinée aux professionnels du Développement Durable dans les Collectivités Collectivités, que faites-vous avec les entreprises de votre territoire en faveur du Développement Durable?

Plus en détail

Pour une innovation productive

Pour une innovation productive Pour une innovation productive Par Didier Givert, Directeur Associé de PRTM Et Jean-Marc Coudray, Directeur Général de PlanView France Mots clés : Gestion de Portefeuille, Gouvernance informatique, Pilotage

Plus en détail

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation

Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Thème Sens et portée de l étude Notions Thème EM 3 - Les principes de fonctionnement d une organisation 3.3 Les stratégies de l organisation Les stratégies sont globales ou de domaine. Les stratégies globales

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices

ENTREPRENEURS CONSEIL MBS. Etude ROI Navision. Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices ENTREPRENEURS CONSEIL MBS Etude ROI Navision Vers une rationalisation du choix d ERPet une tangibilisationde ses bénéfices * Vers une rationalisation du choix d ERP et une tangibilisation de ses bénéfices

Plus en détail

Les pratiques du sourcing IT en France

Les pratiques du sourcing IT en France 3 juin 2010 Les pratiques du sourcing IT en France Une enquête Solucom / Ae-SCM Conférence IBM CIO : «Optimisez vos stratégies de Sourcing» Laurent Bellefin Solucom en bref Cabinet indépendant de conseil

Plus en détail

Jones Lang LaSalle Supply Chain & Logistics Solutions

Jones Lang LaSalle Supply Chain & Logistics Solutions Jones Lang LaSalle Supply Chain & Logistics Solutions Mathieu de Saint Albin I Bruno Montigny I Jean Marie Guillet I Alexis Trochu Paris, mars 2012 Vos questions? Problématiques associées à la chaîne de

Plus en détail

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1

Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Les mesures pairées : exploration d un outil de collecte de données clients prometteur 1 Relation client & Innovations méthodologiques Line Ricard Hélène Sicotte Marc- Antoine Vachon Hélène Vidot Delerue

Plus en détail

ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES

ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES Alain Alleaume ACHATS POUR NON-SPÉCIALISTES Mettre en œuvre des stratégies d achats efficaces Maîtriser les budgets Développer son capital fournisseur Mesurer et piloter la

Plus en détail

Restitution de l Etude. Animation de la Table Ronde. Isabelle BADOC. Cathy POLGE

Restitution de l Etude. Animation de la Table Ronde. Isabelle BADOC. Cathy POLGE Restitution de l Etude Isabelle BADOC Animation de la Table Ronde Cathy POLGE AGENDA Phase 1 : Quelle est la bonne périodicité d analyse des indicateurs et des tableaux de bord? Les 3 aspects du développement

Plus en détail

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique

Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Le rôle des technologies de l information dans la performance logistique Prof. Dr. Werner DELFMANN Département planification opérationnelle et logistique, Université de Cologne (Allemagne) Dipl- Kfm. Martin

Plus en détail

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats.

Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. DEMATERIALISATION DES FACTURES FOURNISSEURS : PROJET ACHATS OU PROJET D

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières

Master de Recherche : Stratégie STRATEGIE. Table des matières STRATEGIE Table des matières 1 INTRODUCTION : l impact de l environnement sur la performance S appuyer sur une étude 1970 dans une entreprise Générale Electrice avec le thème : «performance driven» en

Plus en détail

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte

L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte D. Brochard Université Paris I L adoption des politiques de rémunération en entreprise : un choix sous contrainte Contexte théorique et empirique Depuis le début des années 80, dans un contexte de mutations

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

VOTRE EXPERT MÉTIER. www.ordirope.fr commercial@ordirope.fr

VOTRE EXPERT MÉTIER. www.ordirope.fr commercial@ordirope.fr VOTRE EXPERT MÉTIER 2, quai du Commerce - C.P. 731 69256 LYON CEDEX 09 Tél : 04 72 53 33 33 Fax : 04 72 53 33 34 www.ordirope.fr commercial@ordirope.fr Éditeur de Ordirope, éditeur de Nous partageons le

Plus en détail

Directeur Achats. 17 e Conférence Annuelle. Dii conférences. Comment faire de la fonction Achat un Business-Partner de l entreprise

Directeur Achats. 17 e Conférence Annuelle. Dii conférences. Comment faire de la fonction Achat un Business-Partner de l entreprise 17 e Conférence Annuelle Directeur Achats Comment faire de la fonction Achat un Business-Partner de l entreprise Dii conférences Guy Elien Directeur conseil Clarans consulting Paris, 4 février 2014 Dii

Plus en détail

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011

APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 APPEL À PROJETS Réalisation d exploitations complémentaires à l enquête Relations professionnelles et négociations d entreprise (REPONSE) 2010-2011 L enquête Relations professionnelles et négociations

Plus en détail

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux

Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril 2015 Les «commerciaux» dans les Entreprises de Propreté : état des lieux Les enquêtes de l Observatoire de la Propreté n 9 Synthèse Avril

Plus en détail

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche

Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés. Nos convictions et notre approche Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés Nos convictions et notre approche Cédric Damiens Directeur - ALDEA ALDEA - www.aldea.fr Enjeux et perspectives des Centres de Services Partagés :

Plus en détail

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 <

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 < Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL > 26 mars 2012 < Table des matières Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre Programme ESC 2 Les MAJEURES du semestre d automne 2013 Septembre à décembre Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte

Plus en détail

4 pages de recherche

4 pages de recherche 4 pages de recherche L ADOPTION DE PROGICIELS DE GESTION INTEGREE DANS LES PME : DES DEBUTS PROMETTEURS François DELTOUR, Télécom Bretagne, Laboratoire ICI, M@rsouin Jocelyne TREMENBERT, Télécom Bretagne,

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Management des Systèmes d Information

Management des Systèmes d Information Spécialité Réseaux (RES) UE: Management des systèmes d'information [mnsi, NI303] M2IRT 2012 1 ère année Management des Systèmes d Information Unité 2 - Les principaux types de SI dans l entreprise Gilles

Plus en détail

numéro 205 juin-juillet 2010

numéro 205 juin-juillet 2010 numéro 205 juin-juillet 2010 SOMMAIRE 9 Ont contribué à ce numéro 13 L entreprise et son projet. Les médiations du pouvoir managérial Jean-Pierre Bréchet 37 L envie de financer un créateur néophyte. Approche

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MASTERS CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offre. 8 e ÉDITION

SUPPLY CHAIN MASTERS CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offre. 8 e ÉDITION Octobre 2013 Pour vos appels d offre CABINETS DE CONSEIL EN SCM 8 e ÉDITION SUPPLY CHAIN MASTERS SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NOM DU CABINET SUPPLY CHAIN MASTERS

Plus en détail

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D'

INFORMATION. L innovation technologique est traditionnellement NOTE D' NOTE D' INFORMATION ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE 98.26 AOÛT Parmi les établissements de crédit et les sociétés d assurances de plus de vingt personnes,

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM

Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM Gestion de la relation client-fournisseur CRM / SRM ENICarthage 2015 / 2016 Chapitre I : GRC-F : Concepts fondamentaux 2 CRM / SRM?? Logistic Core Operations with SAP Procurement, Production and Distribution

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

Chaîne logistique & TIC

Chaîne logistique & TIC Chaîne logistique & TIC (from commerce to e-commerce to c-commerce). 1 2 3 4 Les Les méthodologies méthodologies m ECR ECR Mise Mise en en œuvre œuvre d une d une d chaîne chaîne logistique intégrée. grée.

Plus en détail

CAPGEMINI CONSULTING CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offre. 9 e ÉDITION

CAPGEMINI CONSULTING CABINETS DE CONSEIL EN SCM. Pour vos appels d offre. 9 e ÉDITION ctobre 2014 Pour vos appels d offre CABINETS DE CNSEIL EN SCM 9 e ÉDITIN CAPGEMINI CNSULTING SupplyChainMagazine.fr 19, rue Saint-Georges - 94700 Maisons-Alfort 1. NM DU CABINET Capgemini Consulting 2.

Plus en détail

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT)

Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) Programme de management et sciences de gestion CPGE Économique et commerciale, option technologique (ECT) 1) 0rientations générales L enseignement de «management et sciences de gestion» intègre des approches

Plus en détail

La stratégie de diversification : tentative de clarification

La stratégie de diversification : tentative de clarification La stratégie de diversification : tentative de clarification Par Djamel Fellag (Lycée Robert Schuman Metz) La question des stratégies corporate concernant le développement des entreprises est une question

Plus en détail

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique

Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Extraits Préface Claude Revel Déléguée interministérielle à l intelligence économique Ma première année à la tête de la Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) m a permis de mesurer

Plus en détail

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe

L externalisation des activités bancaires en France et en Europe ÉTUDES L externalisation des activités bancaires en France et en Europe Si l externalisation des activités (outsourcing) est un phénomène courant au sein des entreprises non financières en Europe, comme

Plus en détail

Introduction : du management au e-management.

Introduction : du management au e-management. Introduction : du management au e-management. Henri Isaac, Université Paris dauphine, Observatoire du e-management Dauphine-Cegos. L émergence du terme e-management a suscité de nombreuses interrogations

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ

PROGRAMME DE FORMATION SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ CV315 SAVOIR VENDRE AVEC EFFICACITÉ 1. Identifier les objectifs commerciaux Les 4 objectifs clés du commercial L esprit de conquête, clé de la performance La psychologie du vendeur face à l acheteur 2.

Plus en détail

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus

Prof. Dr. Stephan M. Wagner Rolf Jaus Développement des collaborateurs et évolution des salaires dans le secteur des achats Etude 2014 Prof. Dr. Stephan M. Wagner Chaire de gestion logistique Département Management, technologie et économie

Plus en détail

Finance et «Immatériels»

Finance et «Immatériels» Finance et «Immatériels» Franck Bancel Professeur ESCP-EAP Doyen Associé à la Recherche 25 novembre 2004 - SFEV 1. Introduction Sommaire 2. Comment les reconnaître? 3. Comment les évaluer? 4. Comment les

Plus en détail

Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD. 18/20 du 2 avril 2012

Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD. 18/20 du 2 avril 2012 Prix «ACA O. BRUEL» C.H. VOLLET E. SALVIAC F. BERNARD 18/20 du 2 avril 2012 Performance et création de valeur de la fonction achats 2 idées force 1. Raccrocher l agenda des achats à l agenda de la DG Faire

Plus en détail

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals

Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Centralisation et décentralisation des Achats : Analyses et tendances Une enquête de Resources Global Professionals Conduite fin 2009, cette étude porte sur les différents types d organisations des Achats

Plus en détail

Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique?

Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique? Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique? La chaîne d approvisionnement ne saurait plus fonctionner sans EDI. L enjeu est à présent d accélérer

Plus en détail

Votre partenaire idéal

Votre partenaire idéal Technologie Partenaire Votre partenaire idéal Avnet Supply Chain Solutions Nos partenaires 2 Avnet Supply Chain Solutions Votre partenaire idéal Confiez votre logistique à un spécialiste Dans l environnement

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

yourcegid Trade, optimiser le pilotage de votre activité de négoce : Achats, stocks, ventes, analyse de la rentabilité Comptabilité

yourcegid Trade, optimiser le pilotage de votre activité de négoce : Achats, stocks, ventes, analyse de la rentabilité Comptabilité RADE TRADE 1 yourcegid Trade, optimiser le pilotage de votre activité de négoce : Achats, stocks, ventes, analyse de la rentabilité Finance Comptabilité Gestion Commerciale Vente Comptoir Business Intelligence

Plus en détail