RAPPORT D ÉTUDE Date 30/07/2008 DRS B

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ÉTUDE Date 30/07/2008 DRS-08-71082-09108B"

Transcription

1 RAPPORT D ÉTUDE Date 30/07/2008 DRS B Programme ANR 2005 Capture et Stockage du CO2 - Géocarbone Monitoring Convention ANR-05-CO Synthèse des travaux de l INERIS sur le thème : Monitoring géochimique en phase gazeuse à la surface et dans la couverture intermédiaire des sites de stockage.

2 Programme ANR 2005 Capture et Stockage du CO 2 Géocarbone Monitoring. Convention ANR-05-CO Synthèse des travaux de l INERIS sur le thème : Monitoring géochimique en phase gazeuse à la surface et dans la couverture intermédiaire des sites de stockage. Direction des Risques du Sol et du Sous-sol Agence Nationale de la Recherche Personne ayant participé à l étude : Zbigniew POKRYSZKA, Référent Technique Emission et Transfert Souterrain de Gaz à la Direction des Risques du Sol et du Sous-sol Arnaud CHARMOILLE, Ingénieur à l unité Eaux Souterraines et Emissions de Gaz de la Direction des Risques du Sol et du Sous-sol Gaëtan BENTIVEGNA, technicien supérieur à l unité Eaux Souterraines et Emissions de Gaz de la Direction des Risques du Sol et du Sous-sol Page 1 sur 55

3 PREAMBULE Le présent rapport a été établi sur la base des informations fournies à l'ineris, des données (scientifiques ou techniques) disponibles et objectives et de la réglementation en vigueur. La responsabilité de l'ineris ne pourra être engagée si les informations qui lui ont été communiquées sont incomplètes ou erronées. Les avis, recommandations, préconisations ou équivalent qui seraient portés par l'ineris dans le cadre des prestations qui lui sont confiées, peuvent aider à la prise de décision. Etant donné la mission qui incombe à l'ineris de par son décret de création, l'ineris n'intervient pas dans la prise de décision proprement dite. La responsabilité de l'ineris ne peut donc se substituer à celle du décideur. Le destinataire utilisera les résultats inclus dans le présent rapport intégralement ou sinon de manière objective. Son utilisation sous forme d'extraits ou de notes de synthèse sera faite sous la seule et entière responsabilité du destinataire. Il en est de même pour toute modification qui y serait apportée. L'INERIS dégage toute responsabilité pour chaque utilisation du rapport en dehors de la destination de la prestation. NOM Qualité Zbigniew POKRYSZKA Référent Technique Emission et Transfert Souterrain de Gaz à la Direction des Risques du Sol et du Sous-sol Rédaction Vérification Approbation Arnaud CHARMOILLE Ingénieur à l unité Eaux Souterraines et Emissions de Gaz de la Direction des Risques du Sol et du Sous-sol Philippe GOMBERT Responsable de l unité Eaux Souterraines et Emissions de Gaz à la Direction des Risques du Sol et du Sous-sol Christophe DIDIER Directeur Adjoint des Risques du Sol et du Sous-sol Visa Page 2 sur 55

4 TABLE DES MATIÈRES RESUME CONTEXTE DETECTION DES FUITES DANS LA COUVERTURE INTERMEDIAIRE PAR LES MESURES GAZEUSES DANS LES FORAGES PROFONDS Objectif Principe et conception du système Construction d un prototype et essais en laboratoire Essais in situ sur un forage de 200 m de profondeur Instrumentation in situ Simulation et de détection des fuites de CO Essai de prélèvement à longue distance Bilan DEVELOPPEMENT DE MOYENS DE DETECTION ET DE MESURE DIRECTE DU FLUX DE CO 2 A L INTERFACE SOL/ATMOSPHERE Principe de la mesure du flux gazeux à la surface du sol Développements antérieurs relatifs à la mesure du flux de CO Essais et validation de la méthode pour la mesure de faible flux de CO Bilan TESTS DE LA MESURE DU FLUX DE CO 2 SUR SITES ANALOGUES NATURELS ET EVALUATION DES FUITES EN SURFACE Contexte et objectifs Site volcano-sédimentaire de Sainte-Marguerite Contexte géographique, géologique et particularités hydrogéologiques Mesures de flux de CO 2 à l interface sol/atmosphère Protocole expérimental Campagne de septembre Campagne de septembre Bilan des mesures du flux de CO Niveau global et structure spatiale des émissions Evolution temporelle à court terme du flux de CO Variation du flux global entre 2006 et Page 3 sur 55

5 4.2.3 Optimisation de la stratégie d échantillonnage Gisement de CO 2 de Montmiral Contexte géographique et géologique Résultats et discussion Influence de la présence du puits d exploitation du gisement de CO Caractérisation des émissions de CO 2 sur le site Conclusion des mesures sur le site de Montmiral Bilan de la validation de la méthode dans les conditions in situ Caractéristiques opérationnelles Répétabilité des mesures Bilan INTEGRATION DES METHODES DEVELOPPEES DANS LA STRATEGIE DE SURVEILLANCE DES SITES CONCLUSIONS BIBLIOGRAPHIE LISTE DES ANNEXES Page 4 sur 55

6 RESUME Une partie importante des travaux réalisés par l INERIS, dans le cadre du programme ANR GéoCarbone-Monitoring a porté sur des méthodes de suivi géochimique en phase gazeuse à la surface et dans la couverture intermédiaire des sites de stockage géologique du CO 2. Le travail a été ciblé sur deux approches particulières, souvent préconisées comme incontournables dans la surveillance des futurs sites de stockage : - une détection précoce (préalerte), au moyen de prélèvement et analyse de gaz au fond de forages de contrôle débouchant dans la couverture intermédiaire ; - la détection et la quantification du flux gazeux de CO 2 émanant du sol vers l atmosphère. Ces deux approches ont été successivement développées en laboratoire et ensuite appliquées et testées in situ dans les conditions réelles, les plus proches possible de celles de futurs sites de stockage. Elles présentent l avantage d assurer une mesure directe et de fournir les informations en temps réel sur la présence éventuelle ou au contraire sur l absence de fuite du CO 2 Les essais réalisés sur un forage de 200 m de profondeur ont montré que la détection des fuites de CO 2, traversant les couches de couverture intermédiaire, était possible par un prélèvement et une analyse en continu du gaz s accumulant en fond de forage. De bons résultats ont été, notamment, obtenus dans le cas de détection de petites bouffées de gaz arrivant en fond de sondage et pouvant constituer le signe précurseur d une fuite plus importante. De même, un prélèvement et un transit de gaz à longue distance ont pu être réalisés jusqu à 1000 m du point de prélèvement sans provoquer de déformation ni de dilution importantes du signal gazeux initial et ce même pour les fuites de faible ampleur. Ces résultats permettent d envisager à terme la mise en place d un système de détection et de suivi de fuites relativement simple à travers les horizons géologiques intermédiaires. Ce dispositif sera composé, pour une partie importante, par des capteurs de CO 2 industriels classiques disponibles dans le commerce. La mesure directe du flux gazeux émanant du sol est l une des méthodes les plus efficaces de contrôle et de suivi d un site de stockage. La méthode de chambre à accumulation de l INERIS, a été améliorée pour la mesure de faibles flux de CO 2. Elle permet, maintenant, de réaliser les mesures dans une large gamme de flux de CO 2 allant du domaine des émissions très faibles de 0,1 à 0,2 cm 3.min -1.m -2 jusqu à un niveau de flux extrêmement fort, de 3000 cm 3.min -1.m -2 environ. Ses caractéristiques métrologiques et opérationnelles ont été vérifiées et validées par les essais en laboratoire, sur un banc d essais, mais aussi par les mesures sur le terrain dans les conditions réelles de sites naturellement émissifs de CO 2 (sites analogues de Montmiral et de Ste Marguerite). Ces essais ont montré une pleine maturité technique de la méthode pour une application pratique à la détection et au suivi des émissions de CO 2 et de méthane à la surface du sol. Les mesures sur les sites analogues ont aussi permis de tester un certain nombre de scénarios d échantillonnage, en vu de caractériser le flux gazeux sur des superficies importantes comparables avec la surface de futurs sites de stockage du CO 2. Les deux méthodes expérimentées sont désormais opérationnelles et disponibles pour être intégrées dans la stratégie de surveillance de futurs sites de stockage. Elles peuvent en effet être utilisée dans toutes les étapes de la vie d un site de stockage ; la reconnaissance du site, l établissement de l état initial, l injection, la phase post-injection et le suivi résiduel après abandon. Page 5 sur 55

7 Page 6 sur 55

8 1. CONTEXTE Les développements et résultats présentés sont, pour la plus grande part, issus des travaux effectués au sein du programme ANR CO 2 Géocarbone-Monitoring. Ce projet a été accepté et financé dans le cadre de l appel à projets 2005 Capture et Stockage du CO 2. Il a été réalisé dans la période décembre juin 2008 et a réuni sept organismes partenaires : le BRGM, Gaz de France, l IFP, l INERIS, l INPL, Schlumberger et Total. Le projet Géocarbone-Monitoring est la continuation d une partie du programme de recherche PICOREF pour le dimensionnement d un pilote de stockage de CO 2 dans le Bassin Parisien. Son but principal était de développer, d évaluer et de tester les différentes méthodes de monitoring géophysique et géochimique des futurs sites de stockage qui pourraient être implantés dans ce contexte géologique spécifique (Fabriol et al., 2007). Les cibles préidentifiées pour la mise en œuvre d un site pilote de stockage sont : soit des réservoirs d hydrocarbures déplétés dans les formations carbonatées du Dogger (à des profondeurs allant de 1500 à 1800 m), soit des aquifères profonds dans le Dogger ou dans les formations argilo-gréseuses du Trias (profondeurs de 2000 à 2500 m). Les objectifs généraux du projet Géocarbone-Monitoring étaient : de répondre aux besoins techniques et scientifiques du contrôle de la sécurité des installations ; d'apporter des solutions pratiques pour pouvoir établir un bilan de matière, c est à dire le rapport entre le CO 2 effectivement stocké et celui susceptible d être réémis dans l atmosphère sous forme de fuites. Le programme de travail a été divisé en volets et sous-volets suivants : Volet 1 - Élaboration d une méthodologie intégrée de surveillance et de monitoring : 1.1 État de l art (général et spécifique au site Bassin parisien), 1.2 Inventaire des verrous et des manques de connaissance, 1.3 Rédaction d un guide de bonne pratique (alimenté par les volets 2 et 3). Volet 2 - Développement de méthodes adaptées : 2.1 Suivi de la migration du CO 2 (sismique 4 D et méthodes électriques et électromagnétiques, suivi microsismique) ; 2.2 Détection des fuites dans la couverture et les aquifères intermédiaires (développement de capteurs et de préleveurs de fonds spécifiques) ; 2.3 Détection de fuites en surface et proche surface (détection directe du CO 2 atmosphérique et de gaz dans les sols ; évaluation et quantification des fuites en surface). Volet 3 - Tests sur des cas réels ou des analogues naturels : 3.1 Cas réels : stockages saisonniers de gaz (suivi des déformations en surface par interférométrie satellitaire, test de microgravimétrie) ; sites d injection de CO 2 (traçages à K12B, interprétation des données de sismique 4 D et microsismiques acquises à Weyburn, Canada) ; 3.2 Réservoir naturel de CO 2 de Montmiral (Drôme) : analyses des fluides en forage et mesures en surface (gaz dans l atmosphère et les sols) ; 3.3 Site volcano-sédimentaire en Limagne à Sainte-Marguerite (Puy-de-Dôme) : fluides en forage et mesures en surface Page 7 sur 55

9 (gaz dans l atmosphère et les sols, microbiologie, hyperspectrale aéroportée etc). Volet 4 - Interaction avec les autres projets en cours, en particulier avec GéoCarbone-PICOREF pour la définition des spécificités propres au Bassin Parisien et avec GéoCarbone-Intégrité pour préciser les paramètres à surveiller. Une partie importante des travaux réalisés par l INERIS dans le cadre de ce programme a porté sur des méthodes de suivi géochimique en phase gazeuse à la surface et dans la couverture intermédiaire des sites de stockage géologique du CO 2. La mise au point et la formalisation des approches pour le suivi géochimique de gaz est essentielle pour l évaluation du fonctionnement et de l intégrité des futurs sites de stockage. Ces méthodes doivent en effet permettre une caractérisation fiable de l état initial du site et ensuite une détection efficace des fuites éventuelles de CO 2 vers la surface. Après la mise en évidence d éventuelles fuites, les méthodes de monitoring doivent aussi assurer l évaluation de leur ampleur et de leur étendue spatiale. Cette information est indispensable pour décider et entreprendre des actions réparatrices ou protectrices adaptées à la situation. Les travaux de l INERIS ont été ciblés sur deux approches particulières, souvent préconisées comme incontournables dans la surveillance des futurs sites de stockage : - une détection précoce (préalerte), au moyen de prélèvements et analyses de gaz au fond des forages de contrôle débouchant dans la couverture intermédiaire ; - la détection et la quantification du flux gazeux de CO 2 émanant du sol vers l atmosphère. Les deux approches ont été successivement développées en laboratoire et ensuite appliquées et testées in situ dans les conditions réelles, les plus proches possibles de celles de futurs sites de stockage. Le présent rapport constitue une synthèse de l ensemble des travaux réalisés par l INERIS concernant le domaine du monitoring géochimique en phase gazeuse. Ces travaux restent principalement en relation avec les sous-volets suivants du programme : Détection des fuites dans la couverture et les aquifères, avec comme sujet développé : la méthodologie de prélèvements en conditions de fond. Ce sujet est développé dans le chapitre 2. Détection de fuites en surface et proche surface, avec deux sujets traités : - développement de moyens de détection et de mesure directe du flux de CO 2 à l interface sol/atmosphère, présenté dans le chapitre 3 ; - évaluation et quantification des fuites en surface à partir des mesures ponctuelles (interpolation, flux global), développé dans le chapitre Essais des méthodes de mesure directe du flux de CO 2 sur les sites. Les résultats de ces essais sur les sites analogues naturels sont présentés dans le chapitre 4. Page 8 sur 55

10 2. DETECTION DES FUITES DANS LA COUVERTURE INTERMEDIAIRE PAR LES MESURES GAZEUSES DANS LES FORAGES PROFONDS 2.1 OBJECTIF Un des moyens de détecter et éventuellement prévenir les fuites du CO2 du site de stockage avant qu elles n atteignent la surface est le monitoring en profondeur dans des couvertures intermédiaires. Les techniques de surveillance des couvertures intermédiaires nécessitent le recours à des puits, permettant la collecte d échantillons gazeux ou la descente d instruments pour la réalisation d analyses directement au fond. Bien que déjà utilisées dans l industrie pétrolière, gazière ou encore minière, ces techniques nécessitent encore un travail important d adaptation et de développement pour le contexte particulier des sites de stockage géologique du CO2. Le travail entrepris par l INERIS dans le cadre du sous-volet «Méthodologie de prélèvements en conditions de fond» visait à développer un équipement technique permettant d assurer une instrumentation fiable, durable et suffisamment sensible des forages de contrôle non-ennoyés, profonds de quelques centaines de mètres. L objectif est de disposer de moyens techniques permettant de surveiller la composition gazeuse dans ces couches de couverture à une profondeur et avec une sensibilité suffisantes pour avertir l exploitant sur la présence d une fuite de gaz, sans devoir attendre sa manifestation en surface. Le cas échéant, la préalerte ainsi générée peut permettre à l exploitant d avoir plus de temps pour préparer et mettre en œuvre des actions curatives ou protectrices adéquates. 2.2 PRINCIPE ET CONCEPTION DU SYSTEME L instrumentation développé est destinée à prélever et à analyser en continu les composants gazeux principaux pouvant se classiquement présenter dans le milieu géologique profond. Il s agissait notamment du CO 2 pouvant se présenter en faible quantité relative dans les couvertures intermédiaires comme un signe précurseur d une fuite plus ou moins importante depuis le gîte de stockage vers la surface. L expérience acquise par l INERIS dans le cadre des mesures gazeuses réalisées dans les mines en exploitation et dans les mines arrêtées a permis de favoriser l option d'un prélèvement gazeux au fond du forage avec une pompe fonctionnant en continu et d'une analyse gazeuse à la surface au moyen d une station de mesure spécifique (Besnard et Pokryszka, 2005). Cette option présente plusieurs avantages : elle est peu tributaire du diamètre et de l encombrement du forage ; elle permet d éviter les difficultés d installation des capteurs de gaz dans l espace très restreint du tubage des forages ; l exposition des capteurs, qui constituent la partie la plus vulnérable du système, aux conditions souvent agressives du sous-sol est très limitée ; Page 9 sur 55

11 la constitution, l entretien et les modifications du dispositif de mesure et d acquisition des données sont facilitées. Un schéma de principe de la solution retenue pour la suite de ce travail est présenté sur la figure 1. Capteurs O 2 CO 2 CH 4 Télétransmission de données Radon Gaz traceur... pompe Acquisition et stockage de données Lignes de prélèvement et de réinjection de gaz Forage 100 à 1000 m Figure 1 : Prélèvement et analyse de gaz au fond des forages débouchant dans les couvertures intermédiaires. Schéma de principe Un certain nombre de difficultés et d inconnues devant être levées a été mis en évidence dans la phase de la conception du système. Il s agit notamment : - du problème de prélèvement de gaz à de longues distances. Ceci induit des pertes de charge importantes et la nécessité de trouver un dispositif de pompage adéquat pour transférer le gaz ; - du choix des capteurs suffisamment fiables et durables ; - de l adaptation de la sensibilité de ces capteurs afin de trouver un bon compromis entre un seuil de détection suffisamment bas, pour détecter de faibles fuites, et une plage de mesures suffisamment large pour éviter une saturation rapide des capteurs, dans le cas d une fuite plus importante ; - des problèmes liés à l humidité importante de l atmosphère des forages qui induit des phénomènes de condensation, conduit à un mauvais fonctionnement des capteurs et provoque des pertes de charge complémentaires dans les lignes de prélèvement. La résolution de ces problèmes fait partie des travaux réalisés lors du développement du système concerné. Page 10 sur 55

12 2.3 CONSTRUCTION D UN PROTOTYPE ET ESSAIS EN LABORATOIRE Dans un premier temps un prototype a été conçu et testé dans les conditions de laboratoire. Tout d abord, une revue de capteurs industriels de CO 2 disponibles sur le marché a été effectuée. Les essais préalables réalisés ont permis d identifier et de retenir pour la suite du développement deux constructions répondant, a priori, le mieux aux exigences requises. Il s agit : d un analyseur spécifique avec un seuil de détection très bas de l ordre de 1 ppm mais avec une échelle de mesure limitée à 2%. Il est appelé par la suite capteur 1. et d un capteur industriel ayant une résolution théorique moyenne de 0.01 % (100 ppm) mais offrant une grande étendue de l échelle de mesure (0 à 20 %). Il est appelé par la suite capteur 2. En parallèle, un système de prélèvement basé sur des tubes flexibles et sur une pompe à membrane a été conçu et testé. Ce système, destiné à la phase expérimentale, est relativement simple, mais permet d opérer à des profondeurs significatives atteignant 200 m ou plus. Des essais réalisés dans les conditions de laboratoire, ont en effet, montré que le prélèvement gazeux pourra être effectué sur plusieurs centaines de mètres avec un débit de gaz suffisant pour alimenter un ensemble classique de capteurs gazeux (O 2, CO 2, hydrocarbures gazeux ). Suite aux essais effectués en laboratoire, il importait de vérifier le fonctionnement de l ensemble du dispositif dans les conditions réelles, in situ. 2.4 ESSAIS IN SITU SUR UN FORAGE DE 200 M DE PROFONDEUR INSTRUMENTATION IN SITU En 2006, des visites ont été effectuées sur les deux sites naturels analogues de Sainte-Marguerite (63) et de Montmiral (26) choisis comme les sites expérimentaux du programme Géocarbone Monitoring (cf. chapitre 4). Ces visites nous ont permis de constater l absence sur ces deux sites de sondages profonds permettant de réaliser les essais envisagés pour le système développé. Par conséquent, il est apparu indispensable de trouver une solution alternative afin de réaliser les essais in situ. In fine, un autre site a été identifié, sur lequel les expérimentations pouvaient être envisagées. Il s agit d une mine de sel à Cerville-Buissancourt, où le gisement est exploité par dissolution depuis la surface. Afin d'étudier le comportement à long terme et de surveiller des cavités créées lors de cette l exploitation par dissolution, une expérimentation spécifique est entreprise dans le cadre du GISOS (Groupement d'intérêt Scientifique sur l'impact et la Sécurité des Ouvrages Souterrains) et avec la participation de ses partenaires (INERIS, BRGM, INPL et ENSMP). Sur ce site, il a été possible de profiter une autorisation donnée par l exploitant pour accéder à un forage profond (~200 m) débouchant sur une couche de sel. Le forage est cimenté et tubé jusqu'à un peu plus de 185 m de profondeur et reste sec. Page 11 sur 55

13 Pour les besoins de l étude GISOS, l INERIS a déjà installé en 2005 sur le sondage un dispositif réduit qui permet de mesurer certaines caractéristiques de l'atmosphère à l intérieur du sondage, notamment les teneurs en méthane et en oxygène. Ces mesures ont montré que l atmosphère du sondage était très peu modifiée et correspondait approximativement à la composition de l air atmosphérique. La reprise d exploitation et des activités de dissolution de ce forage n était pas envisagée par l exploitant avant deuxième semestre Ceci a donc laissé le temps à la réalisation d un certain nombre d expérimentations destinées à vérifier, dans les conditions réelles, le fonctionnement du dispositif développé. Le dispositif mis en place dans le cadre du programme ANR GéoCarbone- Monitoring permet de mesurer en continu les caractéristiques de l'atmosphère au fond de ce forage. Il est composé d une ligne de prélèvement de gaz au fond, d une ligne permettant une réinjection éventuelle dans le sondage du gaz prélevé, d une station d analyse de gaz pouvant accueillir les capteurs testés ainsi que d'un système d acquisition et de stockage des données mesurées (cf. figure 2). Les capteurs mis en place étaient ceux retenus pour la mesure de CO 2 dans la phase d essais en laboratoire, complétés par un capteur d oxygène permettant de contrôler l évolution générale de l atmosphère du sondage. O % capteurs CO 2 CO 2 rés 0,1% rés 1ppm Acquisition et stockage de données pompe Lignes de prélèvement et de réinjection Vannes 200 m Sondage Schéma de l instrumentation Tête du sondage instrumenté Figure 2 : Système mise en place pour les essais de simulation et de détection des fuites de CO 2 par les couvertures intermédiaires SIMULATION ET DE DETECTION DES FUITES DE CO 2 Des simulations de situations pouvant se produire lors du suivi des sites réels de stockage du CO 2 ont été réalisées à deux reprises en 2006 et en Elles ont consisté à simuler artificiellement, par une injection contrôlée de CO 2 dans le sondage, une fuite de gaz traversant les couches de couverture et diffusant vers l espace du forage. Le rôle du dispositif de prélèvement et de mesure mis en place était de détecter et de suivre la diffusion de cette «fuite» dans l atmosphère du sondage. Page 12 sur 55

14 Les essais ont confirmé que l installation mise en œuvre permet de détecter et de mesurer des fuites de gaz arrivant vers un sondage profond avec une durée d émission et un débit très variables. Les deux capteurs de CO 2 testés ont très bien fonctionné in situ et ont bien montré leur utilité : de fortes fuites à des concentrations de CO 2 élevées ont pu être détectées efficacement par les deux capteurs, mais elles ont provoqué une saturation assez rapide du capteur le plus sensible (capteur 1). C est le capteur 2, moins précis mais d une étendue de mesure plus large qui a alors pris le relais pour suivre l évolution de la fuite ; de faibles fuites, très courtes ou à faible concentration ont été bien évidement mieux détectées et suivi par le capteur 1. Le doublement de l analyse de CO 2 avec des seuils détection et des étendues de mesure différentes a donc permis de mieux détecter et de suivre les différents cas de fuite pouvant se produire potentiellement. On remarquera qu il a été notamment possible de détecter des émissions extrêmement faibles le l ordre de quelques cm 3 /min. La figure 3 montre, à titre d exemple, la réponse du système à une fuite moyenne de 1 litre/ minute durant une minute (volume total de fuite de 1 litre) et à une très faible fuite de CO 2 de 1 cm 3 /min durant 3 minutes (volume total de fuite de 3 cm 3 ). a) CO2 (ppm) Injection de 1000 cm 3 CO 2 sur 1 min Injection Capteur 1 - résolution 1 ppm Capteur 2 - résolution 0,01% 11:00 11:30 12:00 12:30 13:00 13:30 14:00 Heure b) CO2 (ppm) Injection de 3 cm 3 CO 2 sur 3 min Injection Capteur 1 - résolution 1 ppm Capteur 2 - résolution 0,01% 09:30 10:00 10:30 11:00 11:30 Heure Figure 3 : Exemple de simulation et de détection de fuites dans un forage profond : a) une fuite moyenne de 1 litre de CO 2 sur 1 minute, b) une fuite très faible de 3 cm 3 de CO 2 sur 3 minutes. 2.5 ESSAI DE PRELEVEMENT A LONGUE DISTANCE Des essais effectués en laboratoire ont montré que le système de prélèvement conçu et mis en œuvre permet de réaliser les transferts de gaz avec un débit suffisant sur une distance de quelques centaines de mètres. Le bon fonctionnement de ce système à été confirmé lors des expérimentations in situ sur un sondage vertical de 200 m de profondeur. Page 13 sur 55

15 Une des interrogations identifiées dans cette phase était la faisabilité (et les modalités pratiques) d un prélèvement à des distances (profondeurs) plus grandes de l ordre de 1000 m, c est à dire à des profondeurs s'approchant davantage de celles des couches de couverture directe des futurs sites de stockage. En dehors du problème de la résistance aéraulique bien plus grande des lignes de prélèvement nécessitant l adaptation des moyens de pompage, un transit de gaz à des longues distances peut aussi conduire à une évolution de sa composition suite à une dilution et à une homogénéisation de la composition du mélange gazeux le long du parcours depuis le point de prélèvement jusqu à la station d analyse. Une bouffée de gaz arrivant au fond d un forage de contrôle constituant le signal précurseur d une fuite de CO 2 pourrait dans ce cas d être progressivement étalée et diluée pour devenir à terme indétectable une fois arrivée au niveau des capteurs (cf figure 4). Les éléments principaux influençant le transit de gaz sont dans ce cas le diamètre et la rugosité interne des lignes de prélèvement, la vitesse du transit (liée à la section de la ligne de prélèvement et au débit de la pompe) ainsi que les caractéristiques initiales du signal gazeux, représentées notamment par la concentration en gaz et la durée du signal. Concentration en CO 2 Signal dilué au-dessous du seuil de détection Sens du transit d'échantillon de gaz Seuil de détection Signal partiellement dilué Signal initial Concentration en CO 2 Analyse t Distance entre le point de prélèvement et le point d'analyse Prélèvement Figure 4 : Atténuation possible du signal gazeux généré par un fuite de CO 2 lors du prélèvement et du transit de gaz à longue distance du fond d un forage profond. Une approche analytique simplifiée a permis, tout d abord, d évaluer approximativement les caractéristiques des équipements permettant d arriver à un transit gazeux peu perturbé (notamment les caractéristiques aérauliques de la pompe et de la ligne de prélèvement). Le moyen le plus rapide et direct pour vérifier les simulations analytiques était de réaliser des essais spécifiques dans les conditions réelles. En l absence de disponibilité d un forage vertical très profond, une opportunité d expérimentation des principes de prélèvement gazeux à longue distance et dans les conditions plus proches de celles réelles s est présentée dans le cadre d une étude réalisée par l INERIS pour le compte du Ministère de l Industrie et des Finances, dans une mine arrêtée dans le bassin ferrifère lorrain. Cette étude vise à surveiller les vides miniers dont l atmosphère est susceptible de s appauvrir en Page 14 sur 55

16 oxygène et de s enrichir en CO 2, suite à un certain nombre de réactions géochimiques déclenchées ou amplifiées par l ennoyage du site. Une partie des travaux miniers souterrains, propice à la réalisation de l expérimentation, a été identifiée (galerie d Algrange) dans laquelle il est apparu possible d installer une ligne de prélèvement sub-horizontale d une longueur d un kilomètre reliant des vides post-miniers et un orifice débouchant à la surface. Une station associée d analyse de gaz et d acquisition de données, similaire à celle utilisé sur le site de Cerville, a été également construite, installée au jour et reliée à la ligne de prélèvement. Le schéma de l ensemble du dispositif mis en place est présenté sur la figure 5. Galerie d Algrange Pompe ~2 l/min Flexible de prélèvement φ 5 mm Tube φ 100 mm Station de mesure 1000 m Débit contrôlé de CO 2 Figure 5 : Système expérimental pour étudier le prélèvement et le transit de gaz à longue distance Il permet la réalisation de différentes expérimentations spécifiques concernant notamment : le fonctionnement du dispositif et les modalités du prélèvement depuis les vides miniers et la surface, sur les longues distances allant de plusieurs centaines de mètres jusqu à 1 km ; le mode et le temps de transit de gaz en fonction du débit de prélèvement ; l évolution éventuelle de la composition gazeuse lors du transfert à longues distances. Après avoir réalisé les premiers essais de mise au point, une campagne principale d expérimentation a été entreprise sur ce site en avril Elle a consisté à simuler artificiellement de faibles fuites fuite de CO 2 par une injection contrôlée de ce gaz dans l atmosphère de la galerie au bout de la ligne de prélèvement et à observer les caractéristiques d arrivée de ce gaz à la station d analyse via la ligne de prélèvement. Comme dans le cas des essais sur le sondage profond, deux capteurs de caractéristiques différentes ont été essayés : un capteur industriel ayant une résolution théorique de 0.01 % (100 ppm) et, en parallèle, un analyseur spécifique avec un seuil de détection de l ordre de 1 ppm. Page 15 sur 55

17 Ces essais ont montré qu il est possible de réaliser un transfert de gaz sur une distance de 1000 m avec un débit suffisant pour alimenter un ensemble classique de capteurs gazeux (O 2, CO 2, hydrocarbures totaux ). Dans le même temps, le transit d une bouffée (fuite) de CO 2 par le circuit de prélèvement et d analyse peut se faire avec un temps de réponse relativement court (15 à 30 min) et sans dilution excessive. La figure 6 montre un exemple de réponse du système à une très faible fuite de CO 2 pur de 1 cm 3 /min durant 10 minutes (volume du CO 2 injecté de 10 cm 3 ). 6 Capteur 2 : CO 2 résolution 0,1 % et capteur O CO2(%) 3 2 Injection debut : CO2 100%, 1cm3/min Injection fin CO2 O O2(%) :00 14:10 14:20 14:30 14:40 14:50 15:00 15:10 15:20 15: Capteur 1 : CO 2 résolution 1 ppm CO2 (ppm) injection de 10 cm 3 de CO 2 pur sur 10 min :00 14:10 14:20 14:30 14:40 14:50 15:00 15:10 15:20 15:30 Figure 6 : Exemple de détection d une faible fuite de CO 2 avec le transit de gaz prélevé sur 1000 m Le système développé a aussi permis un transfert et une analyse de mélanges gazeux injectés en quantité très faible et très peu chargés en CO 2. La figure 7 montre un exemple de transit et de détection de faibles fuites ponctuelles d azote (débit de 1 cm 3 /min) chargées d une très faible quantité du CO 2 (980 ppm). Le volume total de CO 2 injecté était inférieur à 10 mm 3. Page 16 sur 55

18 CO2 (%) 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0 Capteur 2 : CO 2 résolution 0,1 % et capteur O 2 Injection 1: 890 ppm CO2-1cm3/min - debut Injection 1 - fin Injection 2 : 890 ppm CO2-0,5cm3/min - debut Injection 2 - fin CO2 O2 08:40 08:50 09:00 09:10 09:20 09:30 09:40 09:50 10:00 10:10 10:20 10:30 21,8 21,6 21,4 21, ,8 20,6 20,4 20, ,8 O2 (%) CO2 (ppm) Injection sur 10 min. ~9 mm 3 de CO 2 à 890 ppm dans azote Capteur 1 : CO 2 résolution 1 ppm Injection sur 1 min. ~0,5 mm 3 de CO 2 à 890 ppm dans azote 08:40 08:50 09:00 09:10 09:20 09:30 09:40 09:50 10:00 10:10 10:20 10:30 Figure 7 : Exemple de transit et de détection de très faibles fuites gazeuses très peu chargées en CO 2. Volume total de CO 2 dans la fuite inférieur à 10 mm BILAN Les dispositifs développés et les expérimentations in situ, réalisées en s approchant le plus possible des conditions réelles, ont montré que la détection des fuites de CO 2 traversant les couches de couverture intermédiaires est réalisable par un prélèvement et une analyse de gaz s accumulant dans les forages de contrôle profonds. De bons résultats ont été notamment obtenus dans le cas de détection de petites bouffées de gaz arrivant au fond de sondage pouvant constituer le signe précurseur d une fuite plus importante. De même, un transit de gaz à longue distance a pu être fait jusqu à 1000 m depuis le point de prélèvement sans provoquer une déformation et une dilution importantes du signal gazeux, même pour les fuites de faible ampleur (volume de CO 2 inférieur à 1 cm 3 ). Ces résultats permettent d envisager un système de détection et de suivi de fuites à travers des couvertures intermédiaires relativement simple basé, pour une partie importante, sur des capteurs de gaz industriels classiques. Page 17 sur 55

19 Page 18 sur 55

20 3. DEVELOPPEMENT DE MOYENS DE DETECTION ET DE MESURE DIRECTE DU FLUX DE CO 2 A L INTERFACE SOL/ATMOSPHERE La mesure directe du flux gazeux émanant du sol est l une des méthodes les plus efficaces de contrôle et de suivi d un site de stockage. Cependant, elle représente un problème complexe d un point de vue technique et métrologique. Une des difficultés majeures est de disposer d un dispositif de mesure, d'une part, peu invasif, simple et facile à utiliser in situ et, d'autre part, respectant un certain nombre d exigences en terme de sensibilité et de fiabilité métrologique. Travaillant depuis plusieurs années sur des problèmes liés aux émissions de gaz, l'ineris a conçu et mis au point une méthode opérationnelle permettant de mesurer le flux gazeux à la surface du sol. Il s agit de la méthode de mesure par chambre à accumulation et à recirculation externe. Cette méthode est utilisée dans la pratique depuis plusieurs années dans le contexte de décharges, sols pollués et de mines fermées, pour mesurer le flux d'hydrocarbures gazeux (Pokryszka et Tauziède, 2000) et de certains polluants organiques volatils (Rouil et al., 2000). Le savoir-faire correspondant au concept et à la mise en œuvre de cette méthode est protégé par un brevet français et par un brevet européen d invention sous l'intitulé «Mesure de flux surfacique de gaz». Cette méthode peut être très utile dans le contexte du stockage géologique du CO 2, car elle permet de réaliser une mesure ponctuelle et très rapide de flux de gaz à la surface du sol. Cependant, du fait de l'insuffisance de la résolution analytique et du manque de fiabilité métrologique des appareils de mesure portables ou portatifs disponibles jusqu'à présent, la méthode n'était pas pleinement opérationnelle pour la mesure in situ de faibles flux de dioxyde de carbone. L adaptation de la chambre à accumulation de l INERIS pour détecter et quantifier de faibles flux gazeux de CO 2 a été faite dans le cadre du programme ANR GéoCarbone Monitoring en intégrant dans le système un analyseur portable d une bonne résolution. 3.1 PRINCIPE DE LA MESURE DU FLUX GAZEUX A LA SURFACE DU SOL L approche mise au point par l INERIS, appelée «méthode par chambre à accumulation et à recirculation externe», peut être classée comme une technique intermédiaire entre le principe statique et le principe dynamique. La méthode consiste à couvrir au moyen d une enceinte (chambre) une certaine surface de sol (dans le cas présent 0,25 m 2 ) d'une manière quasi hermétique sans modifier significativement le milieu. Cette opération crée un «effet d accumulation» qui constitue le mécanisme de base permettant de réaliser une mesure du flux local de gaz (en l occurrence, du CO 2 ). En effet, les gaz émis par la surface recouverte s'accumulent dans l atmosphère confinée de la chambre constituée initialement par de l air quasi exempt ou peu chargé en gaz à mesurer (CO 2 dans le cas présent). Page 19 sur 55

21 On observe alors une croissance progressive de la teneur moyenne en gaz à l intérieur de la chambre. Dans une première période, cette croissance est pratiquement proportionnelle au temps d accumulation et peut être assimilée à une fonction linéaire de la teneur en fonction du temps. Dans la méthode de l INERIS, c est cette partie du phénomène qui est observée et traitée pour en déduire le flux local de gaz. Pour ce faire, un système permet de prélever en continu une certaine quantité du mélange gazeux à l intérieur de la chambre. Le gaz prélevé est véhiculé par une conduite vers un analyseur et ensuite réinjecté dans la chambre, créant ainsi une recirculation des gaz. Le suivi de la vitesse d'enrichissement du mélange recirculé permet de déduire le flux local de gaz au point considéré. Un schéma de principe de la méthode est présenté sur la figure 8. Teneur en gaz Pompe Chambre d'accumulation Analyseur temps Sol Gaz Brevet d inventions F et EP B1 Flux de gaz cm 3.min -1.m 2 Figure 8 : Chambre à accumulation et à recirculation externe de l INERIS. Principe de la méthode. Afin de pouvoir réaliser une mesure correcte, il faut obtenir la partie linéaire du phénomène d accumulation sur une durée suffisante et avec une qualité et une régularité satisfaisantes. Ces caractéristiques dépendent de plusieurs éléments, dont les plus importants sont : l intensité du flux gazeux, le volume de la chambre et sa géométrie, l étanchéité de la chambre et de son contact avec le sol, la répartition des teneurs en gaz accumulé à l intérieur de la chambre et les caractéristiques du système d analyse de gaz. L ensemble de ces éléments a été étudié et optimisé dans la phase de conception et de validation de la méthode sur un banc d essai. Les essais de validation ont aussi montré que les écarts entre le flux mesuré et celui réellement émis peuvent être très significatifs. En effet, les échanges gazeux à l interface sol-air sont le plus souvent des phénomènes de faible intensité, très fragiles et très faciles à perturber. De très nombreux essais comparatifs entre le flux émis et celui mesuré ont été effectués, en examinant plusieurs configurations. En particulier, différents flux de gaz et sols de perméabilités différentes ont permis de déterminer les facteurs correctifs afin de compenser la perturbation provoquée par le dispositif de mesure sur le flux gazeux à mesurer. Page 20 sur 55

22 Il est aussi à noter que la validité métrologique de la mesure du flux de gaz a été vérifiée et confirmée (pour le cas du méthane) dans le cadre d un programme d'inter-comparaison des différentes méthodes, réalisé sous la direction de l'agence De l'environnement et de la Maîtrise de l'énergie (ADEME) sur un banc d essai et sur un site réel (Savanne et al., 1997). 3.2 DEVELOPPEMENTS ANTERIEURS RELATIFS A LA MESURE DU FLUX DE CO 2 En parallèle avec le développement, dans les années 1990, de la mesure du flux de méthane, un certain nombre d essais a été réalisé pour adapter la méthode au flux de CO 2. Cependant, ils n ont pas abouti à une solution opérationnelle, le principal obstacle étant la difficulté de trouver un analyseur fiable, compact, transportable sur le terrain et présentant en parallèle les qualités métrologiques exigées : il doit être d une part compatible avec les principes de fonctionnement de la chambre et d autre part présenter une résolution et une dynamique de réponse suffisamment bonnes pour répondre correctement en présence d un fond significatif de CO 2 atmosphérique (environ 400 ppm voire bien plus sur des sites fortement émetteurs). Une étude plus poussée a été réalisée entre 2003 et 2004 dans le cadre d un programme financé sur fonds propres de l INERIS, avec un appui du GISOS. Elle a permis in fine de démontrer la faisabilité d une mesure directe et opérationnelle du flux de CO 2 à la surface du sol. En effet, après avoir essayé différents analyseurs disponibles sur le marché, deux solutions techniques partiellement satisfaisantes, basées sur une détection IR, ont été trouvées : un appareil, Unor 710, caractérisé par une très bonne résolution (1 ppm), une bonne précision et une large gamme de mesure, mais difficile à utiliser in situ car nécessitant le transport dans un véhicule et une alimentation en 230 V ; un autre appareil, Dräger Multiwarn, très compact et portable mais donnant une résolution moins bonne (l ordre de 100 ppm). Par conséquent, il ne permet pas de mesurer des flux faibles inférieurs à 8 cm 3.min -1.m -2 et ne donne pas une bonne précision pour les flux moyens. Malgré ces inconvénients et limites, les mesures du flux de CO 2 sont devenues possibles. Les calages métrologiques en laboratoire sur un banc d essai émettant un flux contrôlé ont montré une assez bonne corrélation entre les flux réellement émis et le flux déduit à partir des mesures (voir figure 9). Page 21 sur 55

23 Mesure du flux de CO2 a) b) Mesure du flux de CO2 Chambre à accumulation et analyseurs : 1000 Chambre à accumulation et analyseurs : 20 Multiwarn II - résolution 100 pppm Multiwarn II - résolution 100 pppm Unor 710- résolution 1 ppm 900 Unor 710- résolution 1 ppm 18 Flux mesuré (cm 3 min/m 2 ) Multiwarn II Unor 710 flux mesuré = réel flux réel +/- 10% Flux mesuré (cm 3 min/m 2 ) Multiwarn II Unor 710 flux mesuré = réel flux réel +/- 10% Flux réel (cm 3 /min/m 2 ) Flux réel (cm 3 /min/m 2 ) Figure 9 : Essai de faisabilité de la mesure du flux de CO 2 avec les analyseurs provisoires. Corrélation entre le flux émis et le flux mesuré : a) flux faibles, b) l ensemble des mesures. En parallèle, une série d essais réalisée sur le terrain a permis de vérifier le fonctionnement pratique des nouveaux montages. Les mesures ont été faites dans le contexte d une émission du CO 2 d origine minière ou biogénique à la surface du sol (Pokryszka, 2006). Elles ont donné globalement de bons résultats mais ont confirmé, en parallèle, les faiblesses techniques ou métrologiques, précédemment évoquées, des deux solutions techniques développées. Par conséquent, la conception d un dispositif entièrement portable et assurant de bonnes précision et résolution dans le domaine des faibles flux, le plus pertinent pour le suivi des sites de stockage de CO 2, restait donc à faire. 3.3 ESSAIS ET VALIDATION DE LA METHODE POUR LA MESURE DE FAIBLE FLUX DE CO 2 Une amélioration et une nouvelle mise au point de la méthode pour détecter et quantifier de faibles flux gazeux de CO 2 ont pu être faites dans le cadre du programme ANR Géocarbone-Monitoring. Elles sont devenues possibles, grâce à un progrès technologique notable réalisé ces dernières années dans le développement des capteurs de CO 2 de bonne résolution (ordre de 1 ppm) et très compacts. Après un certain nombre d essais, l analyseur choisi in fine et intégré au dispositif de mesure est le Licor 820 basé sur une détection IR. Il assure une résolution de 1 ppm et une étendue de l échelle jusqu à 2000 ppm ou ppm selon le capteur (interchangeable) choisi. Grâce à sa taille très limitée, l analyseur a pu être installé sur la chambre elle-même. L ensemble constitue un dispositif transportable par une personne et aisément utilisable sur le terrain (cf. photo en figure 10). Page 22 sur 55

24 Figure 10 : Dispositif de mesure du flux de CO 2 à l interface sol/atmosphère. Chambre à accumulation de l INERIS couplée avec un analyseur portable de terrain travaillant avec une résolution de 1 ppm. Des essais de validation métrologique ont été effectués sur un banc d essai permettant de simuler un flux de CO 2 contrôlé émanant du sol. Ils ont montré un très bon fonctionnement du dispositif avec une possibilité de réaliser les mesures dans une large gamme de flux de CO 2 allant du domaine des émissions extrêmement fortes de 3000 cm 3.min -1.m -2 environ jusqu à un niveau de flux très faible. Le seuil inférieur de mesure est en effet très bas de 0,1 à 0,2 cm 3.min -1.m -2, soit une valeur largement inférieure au niveau habituel d émission d origine biogénique observé dans les conditions climatiques européennes ou similaires (Raich et Schlesinger, 1992 ; von Arnold et al., 2005). Le dispositif permet aussi de détecter un flux (ou son évolution) encore plus faible, de l ordre de 0,03 cm 3.min -1.m -2, avec cependant une incertitude plus importante. Ces essais ont également montré une très bonne linéarité générale de la réponse «flux mesuré-flux réel» dans l ensemble du domaine de mesure assuré par le dispositif, ce qui permet de l utiliser dans le cas des émissions très hétérogènes (cf. figure 11). Page 23 sur 55

25 a) Mesure du flux de CO 2 - banc d'essai b) Mesure du flux de CO 2 - banc d'essai Chambre à accumulation de l'ineris Chambre à accumulation de l'ineris Flux mesuré (cm 3 /min/m 2 ) mesures flux mesuré = réel flux réel +/-10 % Flux mesuré (cm 3 /min/m 2 ) mesures flux mesuré = réel flux réel +/-10 % Flux réel (cm 3 /min/m 2 ) Flux réel (cm 3 /min/m 2 ) Figure 11 : Validation du nouveau développement pour la mesure du flux de CO 2 sur un banc d essai. Comparaison entre le flux émis et le flux mesuré : a) flux faibles et moyens, b) l ensemble des mesures. Les écarts entre le flux réel et le flux mesuré observés sur le banc d essais, dans le domaine des flux les plus couramment rencontrés sur le terrain (0 à 500 cm 3.min -1.m -2 ), sont présentés sur la figure 12. Ils sont établis à partir de plusieurs séries de mesures réalisées pour différents niveaux du flux à raison de plusieurs mesures par série. On peut constater que ces écarts son globalement faibles, car leurs valeurs moyennes pour les différentes séries ne dépassent pas ± 5%. Pour les flux inférieurs à 150 cm 3.min -1.m -2, ces écarts sont répartis de manière aléatoire et assez symétrique autour de l écart nul, ce qui indique que le dispositif ne présente pas une tendance à sous-estimer ou à sur-estimer les valeurs mesurées. Une légère sous-estimation systématique de la mesure ne dépassant pas en moyenne 5 % a été observée pour les flux de 200 cm 3.min -1.m -2 ou supérieurs. Page 24 sur 55

26 20 15 Validation de la mesure flux CO 2 sur le banc d'essais Ecarts relatfs et répétabilité de mesures écarts des mesures ponctuelles écarts moyens des séries de mesures +/- 10 % 10 Ecart relatif (%) Flux réel (cm 3 /min/m 2 ) Figure 12 : Répétabilité des mesures et écarts constatés sur le banc d essais. On note aussi que la dispersion des mesures individuelles autour de la valeur de chaque série est limitée et ne dépasse pas 7 % du flux réellement émis. Ceci montre une bonne répétabilité des mesures, largement suffisante dans les conditions des sites réels. L ensemble de ces essais a été effectué dans une atmosphère calme, sans mouvement d air (vent) significatif. L influence du vent sur les mesures a été étudiée dans la phase de conception de la méthode et lors de sa validation pour la mesure du flux de méthane (Pokryszka et Jodart, 1994). Pour un vent atteignant 4,5 m.s -1, cette influence se traduit par une dispersion de mesures plus importante, mais tout à fait acceptable en pratique. En effet, les écarts relatifs complémentaires dus au vent étaient au maximum de 8 %. L influence du vent est liée aux principes généraux de fonctionnement d une chambre à accumulation et dépend très peu de la nature du gaz mesuré. L intégration du nouvel analyseur de CO 2 au dispositif existant n affecte nullement la construction et le mode de fonctionnement de la chambre elle-même. Les tests réalisés précédemment peuvent donc être globalement transposés à la mesure du flux de CO 2. Cet aspect pourra être encore vérifié en détail par des essais spécifiques lors de futurs affinements ou modifications de la méthode. Cependant les essais de mesure du flux de CO 2 sur les sites réels ont déjà montré un comportement normal de la méthode en présence de vent modéré (cf. chapitre 2.3). Page 25 sur 55

27 3.4 BILAN Les développements et les essais effectués ont permis de perfectionner la méthode de l INERIS de mesure du flux de CO 2 à l interface sol/air. Une amélioration sensible a été apportée à la mesure des flux faibles et très faibles, grâce à la mise en œuvre d un nouveau capteur de très bonne résolution. L intégration de ce capteur a également rendu le dispositif de mesure réellement portable lui conférant une mise en œuvre rapide et aisée. Le temps nécessaire à une mesure unitaire (hors installation du dispositif) n excède pas 5 minutes permettant ainsi de réaliser un nombre important de mesures en un temps réduit. La phase de validation en laboratoire sur un banc d essais a donné de très bons résultats et nous a autorisés à passer à l étape suivante, consistant à tester et à valider la méthode in situ.. Page 26 sur 55

28 4. TESTS DE LA MESURE DU FLUX DE CO 2 SUR SITES ANALOGUES NATURELS ET EVALUATION DES FUITES EN SURFACE 4.1 CONTEXTE ET OBJECTIFS Dans le cadre du programme ANR Géocarbone monitoring, diverses méthodes de surveillance des futurs sites de stockage du CO 2 ont été développées et testées, par les participants au projet, sur deux sites considérés comme des analogues naturels des futurs sites de stockage du CO 2. Le présent chapitre va présenter les résultats obtenus sur le site volcanosédimentaire de Sainte-Marguerite dans le département du Puy-de-Dôme et l accumulation naturelle de CO 2 de Montmiral dans la Drôme. Selon les données antérieures disponibles, les deux sites présenteraient des caractéristiques d émission très différentes. Sur le site volcano-sédimentaire de Sainte Marguerite, les émanations gazeuses en provenance du sous-sol sont, a priori, omniprésentes et présenteraient, selon les mesures des teneurs dans le sol effectuées dans le passé, une forte hétérogénéité spatiale. Concernent le site de Montmiral, la source (gisement) du CO 2 est située à une profondeur de plus de 2000 m. La présence de fuites importantes en surface était de ce fait peu probable. Cependant, l existence d une certaine migration de gaz par les nombreuses failles subverticales traversant la couverture des couches productives était a priori possible. La caractérisation des émissions de CO 2 à l échelle de ces deux sites constitue donc un exercice adapté à la validation des méthodes du suivi géochimique en phase gazeuse. Les investigations géochimiques ont été menées durant deux campagnes de terrain en septembre 2006 et 2007 sur le site de Sainte-Marguerite et en juin 2006 et avril 2007 sur le site de Montmiral. Ces campagnes de terrain ont impliqué des équipes de l INERIS, de l IFP, du BRGM et de l INPL. Chaque organisme a mis en œuvre des techniques de monitoring différentes afin d évaluer et caractériser les émanations naturelles de CO 2 de chaque site. L objectif était de réaliser une intercomparaison des différents systèmes de mesure et de tester leur complémentarité pour un déploiement futur sur les sites de stockage. Durant les campagnes de mesure in-situ, l INERIS a principalement mis en œuvre sa méthodologie de mesure de flux surfacique de gaz. Les objectifs principaux des expérimentations in situ ont été : de tester les méthodes de détection et de mesure du flux gazeux en surface dans des conditions réelles d émissions très variées ; d expérimenter la stratégie d échantillonnage par des mesures ponctuelles réparties à la surface des sites, dans le but d évaluer le flux global et sa structure spatiale ; de fournir les données nécessaires pour analyser les méthodes d interpolation et d intégration des mesures ponctuelles. Page 27 sur 55

29 4.2 SITE VOLCANO-SEDIMENTAIRE DE SAINTE-MARGUERITE Après une description du contexte géologique et hydrogéologique du site de Sainte-Marguerite, nous présenterons les résultats obtenus durant les deux campagnes de mesures de flux réalisées sur le site. Viendra ensuite une interprétation des résultats obtenus en termes de mécanismes de migration et de caractérisation des émissions de CO 2 à l échelle locale. Enfin, nous testerons la méthode mise en œuvre d un point de vue méthodologique afin d optimiser la stratégie d échantillonnage CONTEXTE GEOGRAPHIQUE, GEOLOGIQUE ET PARTICULARITES HYDROGEOLOGIQUES La zone d étude se situe dans le département du Puy de Dôme, à 20 kilomètres au sud-est de Clermont-Ferrand sur la commune de Sainte-Maurice à proximité du hameau de Sainte-Marguerite (cf. figure 13). Sainte Marguerite Figure 13 : Contexte géographique et géologique du site de Sainte Marguerite (d après Rihs et al., 2000). La zone couverte par les expérimentations menées dans le cadre du projet ANR Géocarbone Monitoring se localise en rive droite de l Allier, en lieu et place d un ancien site thermal aujourd hui abandonné. La zone géographique investiguée peut être délimitée de la manière suivante. La limite ouest est constituée par l Allier, la limite est par la route départementale n 1 (figure 14). La limite nord de la zone d étude se situe au niveau du resserrement topographique qui induit un rapprochement de la route et de l Allier quant à la limite sud, elle est définie par l entrée de l ancien site hydrothermal. Page 28 sur 55

30 Limite de la zone investiguée Figure 14 : Localisation du secteur étudié (Carte IGN site Du point de vue du contexte géologique régional, le site analogue naturel de Sainte-Marguerite se situe au sud du bassin sédimentaire de la Limagne, dans la partie septentrionale du horst granitique de Sainte-Yvoine (figure 15) qui interrompt de manière ponctuelle les dépôts sédimentaires paléogène de la plaine de la Limagne. Ce horst est limité par deux accidents tectoniques : un premier situé à l est de direction nord-sud et un second de direction NW-SE sur sa bordure ouest. A la latitude du site de Sainte-Marguerite, le socle granitique est recouvert par une faible épaisseur (d ordre décamétrique) de sédiments oligocènes (calcaires-dolomitiques) et d alluvions anciennes et actuelles déposées par l Allier. Dans le détail, la coupe ouest-est présentée figure 16 décrit la structuration supposée des formations recouvrant le socle granitique. On observe trois âges différents de terrasses étagées (notées a, b, c sur la coupe du plus ancien au plus récent). La terrasse alluviale la plus récente est discordante sur le granit sousjacent et le niveau d arkose qui les surmontent. Les terrasses alluviales d âge moyen et ancien, comme noté sur la coupe (Figure 16), recouvrent l arkose et sont elles même surmontées par des dépôts de colluvions. La structure géologique ainsi décrite est la conséquence de phénomènes sédimentaires et érosifs récents. Le talus marquant la bordure des colluvions est particulièrement bien visible sur le terrain et borde vers l est l ancienne usine d embouteillage. La route départementale qui longe le site et marque la limite de nos investigations a, quant à elle, été construite sur les calcaires et dolomies de l Oligocène. Les données géologiques recueillies dans la littérature nous permettent donc de souligner que dans la partie basse du site, le socle granitique est uniquement recouvert par les alluvions récentes de l Allier. Dans la moitié est du secteur prospecté, le granit est surmonté par un empilement d arkose, de terrasses alluviales anciennes et de colluvions. Ces données auront une importance dans la suite de ce rapport en termes d interprétation des flux de CO 2 mesurés. Page 29 sur 55

31 Figure 15 : Situation géologique du site de Sainte-Marguerite (d après Michon, 2000). Figure 16 : Coupe du secteur du site expérimental de Sainte-Marguerite (d après Bourgeois et Mercie-Batard, 1982). Le contexte hydrogéologique quant à lui se singularise par la présence d émergences de type volcano-sédimentaires fortement minéralisées, jusqu à 7.2 g.l -1 d après les mesures réalisées par Bourgeois et Mercier-Batard, Le faciès chimique de ces sources est de type bicarbonaté sodique et calcique. L eau des différents exutoires est accompagnée de CO 2, sous forme dissoute ou gazeuse (Baubron et al., 1992). Ces émanations naturelles de CO 2 s expliquent par le contexte géologique régional fortement marqué par le volcanisme et la proximité du socle granitique lié, dans le cas des sources de Sainte-Marguerite, à la présence du horst de Saint-Yvoine. Page 30 sur 55

32 Deux familles de sources peuvent être différenciées. Une première famille de sources d origine profonde, fortement chargée en CO 2 et minéraux dissouts, et une seconde famille qui est un mélange de l eau des sources de la famille précédente avec des eaux ayant une composante superficielle. Ces sources sont donc moins minéralisées et ont une teneur en CO 2 moins élevée. Actuellement l eau de Sainte-Marguerite est embouteillée dans une usine se situant à quelques centaines de mètres du site expérimental. Figure 17 : Mécanisme de production du CO 2 sur le site de Sainte-Marguerite (d après Rihs et al., 2000). Plusieurs manifestions visibles en surface témoignent du caractère fortement émissif en CO 2 de la zone étudiée. En effet, mis à part les dégazages observables au niveau des différentes émergences, des phénomènes de «bullages» (mofettes subaquatiques) sont observables en rive droite de l Allier ainsi que dans des eaux stagnantes à une vingtaine de mètre au nord de l ancienne usine (Photo 1). Le geyser du Brissac (Photo 2) est également une manifestation spectaculaire des émissions de CO 2 importantes existant sur le site de Sainte-Marguerite. Page 31 sur 55

33 Photo 1 : Bulles de gaz dans une flaque. Photo 2 : Geyser du Brissac MESURES DE FLUX DE CO2 A L INTERFACE SOL/ATMOSPHERE PROTOCOLE EXPERIMENTAL Les mesures de flux sur le site de Sainte-Marguerite ont été réalisées à deux reprises en septembre 2006 et en septembre La stratégie d échantillonnage Page 32 sur 55

34 a été de type systématique avec un resserrement de la maille de mesure lorsque des flux importants étaient détectés. Ce protocole de mesure a été appliqué quand les caractéristiques topographiques et la densité de végétation le permettaient. La structure de l échantillonnage des deux campagnes est présentée sur la figure 18. La localisation des différents points de mesure est représentée sur la figure 18a pour la campagne 2006 (160 mesures) et sur la figure 18b pour la campagne 2007 (150 mesures). L ensemble de la surface investiguée représente une surface d environ m 2. Un certain nombre de bâtiments les plus importants est représenté sur ces cartes. Ils seront utilisés à plusieurs reprises au cours de l analyse et l interprétation des résultats. Le mode opératoire consiste pour la personne réalisant les mesures à déplacer le dispositif de mesure de flux surfacique d un point de mesure à l autre. Chaque mesure dure une quinzaine de minutes, incluant déplacements et installation du dispositif. La durée des mesures réalisées pour chaque campagne est d environ 4 jours. (a) (b) Figure 18 : Localisation des points (a) campagne de 2006 (b) campagne de Il est à noter que ces mesures, relativement denses (plus de 30 mesures/ha), ont été réalisées selon un plan pouvant être assimilé à l établissement d un état initial à la surface d un site de stockage CAMPAGNE DE SEPTEMBRE 2006 La figure 19 représente les différentes mesures de flux réalisées en septembre 2006 sur le site de Sainte-Marguerite. Les valeurs mesurées s échelonnent de 1,6 à 294 cm 3.min -1.m 2. La valeur moyenne du flux obtenue à partir de l ensemble des mesures est d environ 35 cm 3.min -1.m -2. Afin d évaluer le flux global de CO 2 sur la zone investiguée, nous avons spatialisé les mesures par krigeage. L interpolation Page 33 sur 55

35 géographique représentée figure 20 met en évidence la présence de deux zones fortement émissives. Figure 19 : Localisation des mesures réalisées en septembre 2006 et intensité ponctuelle du flux observé. Anomalie n 2 Flux de CO 2 cm 3.min -1.m -2 Anomalie n 1 Figure 20 : Spatialisation par krigeage du flux de CO 2 observé en 2006 sur le site expérimental de Sainte Marguerite. Page 34 sur 55

36 La première anomalie se situe au nord de l ancien hôtel de l établissement thermal ; elle s étend selon une direction nord-sud et montre les valeurs les plus élevées dans sa partie sud. La seconde se situe dans la partie est du terrain prospecté. Elle est moins marquée et se caractérise par un des valeurs de flux élevées mais plus dispersées que dans l anomalie fortement émissive n 1. Les valeurs de flux importantes ont un caractère erratique et l augmentation spatiale du flux est moins homogène que précédemment. L intégration de la surface de flux présenté figure 20 nous a permis d évaluer le débit global de CO 2 de la zone prospectée. Ce débit est important, car il atteint 1,6 m 3.min -1 (Pokryszka et al., 2007) CAMPAGNE DE SEPTEMBRE 2007 Les flux mesurés en 2007 sont plus importants que ceux de l année La gamme des flux mesurés s étale de 1,2 à environ 2800 cm 3.min -1.m 2. Les mesures réalisées en 2007 sont présentées figure 21. L anomalie n 1 fortement émissive au nord de l ancien hôtel détectée en 2006 est toujours présente. Dans ce secteur les flux maximaux mesurés atteignent 200 cm 3.min -1.m -2. Le résultat le plus marquant concerne l anomalie n 2 : elle est toujours présente en 2007 mais est beaucoup plus marquée qu en Les flux mesurés y atteignent 2800 cm 3.min -1.m 2. Les terrains concernés par ces flux importants sont spatialement plus étendus qu en Les caractéristiques d émission de cette zone se rapprochent de l anomalie n 1 avec des maxi ma plus élevés. Le débit global de CO 2 sur la zone prospectée est très important, car estimé à 3 m 3.min -1. Il est presque 2 fois plus élevé que celui observé en Figure 21 : Localisation des mesures réalisées en septembre 2007 et intensité ponctuelle du flux observé. Page 35 sur 55

37 BILAN DES MESURES DU FLUX DE CO NIVEAU GLOBAL ET STRUCTURE SPATIALE DES EMISSIONS Les mesures réalisées sur le site analogue de Sainte-Marguerite ont révélé la présence de fuites importantes de CO 2 en surface avec des flux parfois très élevés de l ordre de 3000 cm 3.min -1.m -2. La valeur moyenne du flux obtenu à partir de l ensemble des mesures s élève à environ 35 cm 3.min -1.m -2 en 2006 et à 130 cm 3.min -1.m -2 en Pour chacune des campagnes, les flux mesurés dépassent de plusieurs ordres de grandeurs le niveau habituel d émission naturelle d origine biologique. En effet, en Europe, le flux maximal de CO 2 d origine biologique du sol, observé en prairie ou en forêt, ne dépasse pas quelques cm 3.min -1.m -2 (Jones et al., 2005, von Arnold et al., 2005). Les flux de CO 2 que nous avons mesurés ont donc clairement une origine géologique et sont liés aux échanges géosphère-atmosphère. Les anomalies de flux détectées doivent donc correspondre à des zones privilégiées d échanges facilités par la perméabilité et les caractéristiques géologiques du milieu. La structuration spatiale du flux ainsi mise en évidence (Figure 20) se rapproche des anomalies décrites par Baubron et al. (1992) à partir de mesures de concentration en gaz du sol (CO 2, Rn, He). Les études précédemment réalisées à Sainte-Marguerite, notamment les études hydrogéologiques commandées par les thermes ou par l usine d embouteillage, peuvent nous aider à interpréter la structure spatiale du flux. Si l on s intéresse à l anomalie fortement émissive n 1, elle se situe à proximité immédiate de l Allier, dans une zone ou les alluvions recouvrent directement le socle granitique. Cette zone a une orientation globalement nord-sud qui se rapproche d une des directions de fracturation régionale. Ceci est cohérent avec l alignement de l anomalie n 1 avec les sources cap tées au nord de l hôtel ainsi que le geyser du forage de Brissac. Cette direction est également celle des discontinuités qui limitent le graben de Saint-Yvoine. Concernant l anomalie n 2, cette zone fortement émi ssive, et particulièrement active en 2007, correspond à la limite des colluvions (Figure 16) et à l intersection de deux failles mises en évidence par Baubron et al., en 1981 : une première faille orientée nord-sud (anomalie n 1) et une seconde app artenant à une famille de direction est-ouest. Ceci peut expliquer les flux importants mesurés au niveau de l anomalie n 2. Ces flux peuvent également être lié s à la présence du contact entre les alluvions récentes et l arkose, cette discontinuité lithologique constituant une zone de perméabilité forte qui autorise la migration du CO 2 depuis le socle vers la surface. Pour généraliser, la répartition spatiale du flux, mise en évidence lors des deux campagnes de mesures réalisées par l INERIS, est structurée par la fracturation du socle granitique (fracturation régionale) à laquelle viennent se surimposer les différentes zones à perméabilité variable des horizons géologiques superficiels (variations lithologiques locales ou anthropiques). Page 36 sur 55

38 EVOLUTION TEMPORELLE A COURT TERME DU FLUX DE CO 2 Les travaux réalisés sur le site analogue de Sainte-Marguerite ont également été l occasion de vérifier l évolution temporelle du flux de CO 2 sur quelques points particuliers situés au centre de la zone explorée. Tableau 1 : Mesures réalisées à Sainte-Marguerite sue 3 points tout au long de la campagne Ces mesures, présentées dans le tableau 1, ont été réalisées sur 4 jours durant la campagne 2007, à un rythme de 1 à 2 mesures par jour. On note que, pour chaque point, les flux mesurés ont gardé le même ordre de grandeur. Cependant, les variations de flux d un jour à l autre peuvent être assez sensibles, de 10 à 20 % en valeur relative. Ces évolutions significatives du flux de CO 2, au rythme journalier, peuvent être liées aux caractéristiques d émission du site étudié. Elles montrent cependant l importance d une reconnaissance exhaustive de l état initial d un site donné. Il apparaît notamment primordial de comprendre les mécanismes de transfert gazeux pouvant être très différents d un site à l autre VARIATION DU FLUX GLOBAL ENTRE 2006 ET 2007 La soustraction du flux calculé en 2006 à celui calculé en 2007 est présentée en figure 22. Elle montre une augmentation très sensible de l émission de CO 2 entre 2006 et 2007.Il apparaît que l augmentation de flux la plus importante est intervenue dans la zone n 2. Flux de CO 2 cm 3.min -1.m -2 Figure 22 : Spatialisation de l augmentation des flux de CO 2 entre 2006 et Page 37 sur 55

39 Plusieurs hypothèses peuvent être émises pour expliquer une telle augmentation d une année sur l autre : une modification des processus de production du CO 2 ; une modification de la structure d écoulement de l eau et du gaz dans des horizons géologiques proches de la surface. Nous avons notamment remarqué qu un nouveau point de captage avait été mis en place par l usine d embouteillage entre les deux campagnes de mesure. Les modifications hydrogéologiques induites par la présence d un forage peuvent être à l origine de l augmentation de flux mesurée, par la mise en communication de zones perméables à l origine non-connectées ou par l augmentation de la perméabilité d une formation ; un impact hydro-climatique sur les horizons de sub-surface ; en effet la teneur en eau du sol peut avoir une influence sur sa capacité à laisser s écouler le gaz. Plus le sol sera humide plus il sera imperméable au gaz et inversement. Il est cependant à noter que les mesures réalisées par l INERIS dans le cadre de l ANR Géocarbone Monitoring n ont pas pour finalité de déterminer la pertinence de l une ou de l autre des hypothèses émises ci-dessus. Les mesures gazeuses, complémentaires de la mesure du flux, réalisées par les autres partenaires du projet ANR Géocarbone Monitoring permettront, peut-être, de déterminer plus clairement quel mécanisme permet d expliquer cette variation de flux mesurée entre 2006 et 2007 sur la zone fortement émissive n 2. Notre objectif était de démontrer l adaptabilité de la mesure de flux surfacique à la surveillance, en surface, des sites de stockage du CO 2. Les mesures réalisées sur le site analogue de Sainte-Marguerite ont montré en effet l efficacité de la méthode pour évaluer le flux de CO 2 et ces variations dans le temps et l espace. Ces mesures ont confirmé aussi une pleine aptitude de la méthode à quantifier des flux extrêmement hétérogènes variant dans une fourchette de 0,1 à plus de 1000 cm 3 min -1 m OPTIMISATION DE LA STRATEGIE D ECHANTILLONNAGE L objectif de ce travail est le développement méthodologique et l optimisation des méthodes concernant l évaluation et la quantification des fuites en surface des futurs sites de stockage à partir de données ponctuelles fournies par les systèmes de mesure mis en œuvre. Le travail a consisté en priorité à fournir les premiers éléments de décision nécessaires au choix spacio-temporel des mesures ponctuelles du flux de CO 2 à la surface d un site de stockage, afin d assurer une surveillance optimale du site, en terme de nombre de points de surveillance et de quantité de mesures. La démarche a porté sur une analyse des différentes stratégies d échantillonnage pouvant être reconstituées à partir de l ensemble des mesures effectuées en 2006 et en 2007 sur le site de Sainte Marguerite. Ces mesures très denses (plus de 30 mesures/ha) et réalisées selon un plan régulier stratifié peuvent être en effet assimilées à l établissement d un état initial à la surface d un site de stockage. Dans la démarche appliquée, l ensemble, puis une partie choisie des mesures effectuées, ont été prises en compte afin de vérifier l influence du nombre et de la Page 38 sur 55

40 répartition spatiale des points de mesure, les résultats de l interpolation et l évaluation du flux global de la surface étudiée. Un exemple des simulations réalisées afin de tester la stratégie d échantillonnage et de vérifier la qualité de l évaluation globale du flux en fonction du nombre de mesures par unité de surface est présenté ci-après. Il est basé sur le traitement d une population de 150 mesures réalisées en septembre A partir de l ensemble des données, 3 séries de 10 échantillons, contenant chacune de 10% à 100% des mesures disponibles ont été constituées. Chaque échantillon a été constitué par tirage aléatoire, selon le principe présenté sur la figure 23. Figure 23 : Principe de constitution des trois séries de dix échantillons. Pour chaque échantillon appartenant à l une des 3 séries ainsi constituées, une évaluation du flux global de CO 2 a été faite et une cartographie de la structure spatiale du flux a été réalisée. Le graphique présenté sur la figure 24 représente l évolution de l écart absolu obtenu dans l évaluation du flux global de CO 2 sur le site de Sainte-Marguerite, en fonction du pourcentage de données utilisées dans le calcul (Charmoille et al., 2008). La référence correspond au flux global obtenu avec 100 % des mesures disponibles. Page 39 sur 55

41 Figure 24 : Evolution de l écart sur l estimation du flux global en fonction du nombre de mesures ponctuelles utilisées. Il apparaît que, jusqu à une utilisation de 70 % des mesures disponibles, les écarts sont faibles, quelle que soit la série de mesures analysée. En effet, les écart observés sur le flux global atteignent au maximum 15 %. De même, la structure spatiale du flux obtenu est concordante avec celle obtenu avec 100 % des données. Au contraire, pour une utilisation de moins de 70 % des données, suivant le tirage aléatoire réalisé et par la même la série d échantillons considérée, les écarts deviennent bien plus importants. Par exemple, l erreur par rapport à l estimation du flux avec l ensemble des données peut atteindre 40 % pour une utilisation de 50 % des mesures disponibles. L ensemble des résultats obtenus a montré que les caractéristiques d émission du site de Sainte-Marguerite autorisent une réduction de 30 % du nombre de mesures prévues initialement et réalisées sur le terrain (environ 30 mesures/ha). Cette diminution de la densité d échantillonnage se ferait sans perte significative de la qualité d information concernant la localisation spatiale des zones les plus émettrices et la quantification du flux global de CO 2 émis. Une réduction du nombre des mesures de 50 % (environ 15 mesures/ha) permet encore d apprécier globalement la répartition spatiale de l émission du CO 2. La perte d information était cependant trop importante, car certaines zones émissives n ont plus été identifiées (cf. figure 25). Le même plan d échantillonnage que celui utilisé en 2006 a été mis en œuvre lors de la campagne en Cette stratégie a montré qu elle permettait une bonne évaluation du flux et également la détection de variation de flux d une année sur l autre, variations que l on peut assimiler à un évènement de fuite sur les futurs sites de stockage du CO 2. Page 40 sur 55

42 Flux en cm 3 /min/m % des donnés 50 % des donnés Figure 25 : Cartographie du flux de CO 2 sur le site de Sainte-Marguerite en a) cartographie obtenue à partir de l ensemble des 150 mesures. b) exemple de cartographie issue de 75 mesures choisies aléatoirement. L ensemble des résultats obtenus sur le site de Sainte-Marguerite donnent des premières indications concernant la stratégie d échantillonnage pour la mesure directe du flux de CO 2 à la surface des sites de stockage. Ils montrent cependant que la définition de cette stratégie nécessite une adaptation au contexte local d un site donné. Le travail d amélioration et d optimisation de la stratégie d échantillonnage est à poursuivre en développant une approche géostatistique plus fine. L objectif à terme est d arriver, lors du développement du plan de surveillance d un site, à définir un nombre de mesures par unité de surface minimale qui seront à réaliser pour obtenir une surveillance correcte d un stockage. Ce ratio sera propre à chaque site et dépendant de sa géologie, ainsi que des caractéristiques géochimiques, géographiques et climatologiques, etc. 4.3 GISEMENT DE CO 2 DE MONTMIRAL CONTEXTE GEOGRAPHIQUE ET GEOLOGIQUE Le village de Montmiral se situe dans la Drôme, à 70 km au SE de Lyon et 30 km au NE de Valence. Le gisement naturel de CO 2 de Montmiral est situé dans le sillon rhodanien. Le réservoir de CO 2 en lui-même est localisé dans les horizons sédimentaires du Rhétien jusqu à l Hettangien. La couverture imperméable du réservoir est constituée par les terrains du Lias. Viennent ensuite les terrains du Jurassique moyen et supérieur puis les terrains d âge crétacé. Ces derniers sont recouverts par les terrains oligocène et miocène discordants (figure 26). Page 41 sur 55

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007

Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 SENTINELLE. (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) Réf. : ANR-07-PCO2-007 Monitoring de surface de sites de stockage de CO 2 (Pilote CO2 de TOTAL Lacq-Rousse, France) SENTINELLE Réf. : ANR-07-PCO2-007 Ph. de DONATO (INPL-CNRS) (Coordonnateur) PARTENAIRES Durée : 3 ans + 7 mois

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007

Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Projet SENTINELLE Appel àprojets «CO 2»Déc. 2007 Philippe de DONATO Université de Lorraine/CNRS Co-auteurs: C. PRINET, B. GARCIA, H. LUCAS, Z. POKRYSZKA, S. LAFORTUNE, P. FLAMANT, F. GIBERT, D. EDOUART,

Plus en détail

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY

PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PROLONGATION DE LA CONCESSION DU STOCKAGE SOUTERRAIN DE CHÉMERY PIÈCE 4.2 : ÉTUDE D IMPACT SOUS-SOL RÉSUMÉ NON TECHNIQUE NOVEMBRE 2014 2 SOMMAIRE SOMMAIRE... 3 I. LE CONTEXTE DE LA NOTICE D IMPACT SOUS-SOL...

Plus en détail

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2

L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 L observation et le contrôle des sites de stockage de CO 2 Laurent Jammes, Guillemette Picard Schlumberger Carbon Services Technique Académie des sciences Paris 19 Mai 2009 Plan de la présentation 2 La

Plus en détail

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012

Ville de Clermont-Ferrand. Gestion de la ressource en eau potable. Journée technique 02.02.2012 Ville de Clermont-Ferrand Gestion de la ressource en eau potable Journée technique 02.02.2012 Plan Le circuit de l eau à Clermont-Ferrand Ouvrages de production d eau Sources et réservoirs L Usine Elévatoire

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables La surveillance de sites de stockage géologique de CO 2 : une approche géochimique combinant

Plus en détail

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA

ETUDE DE L ALEA D AFFAISSEMENT ET D EFFONDREMENT DU VIEUX VILLAGE DE BREIL SUR ROYA SOMMAIRE 1 Origine et définition de l étude 2 - Phénomènes naturels étudiés - Phénomène d affaissement - Phénomène d effondrement 3 Contexte géologique du village - Alluvions -Gypse 4 Eléments étudiés

Plus en détail

Mike Lane, The Baltimore Sun (2003)

Mike Lane, The Baltimore Sun (2003) Mike Lane, The Baltimore Sun (2003) 1 Les gaz rares peuvent-ils permettre de surveiller les sites de séquestration géologique de CO 2? Stéphane LAFORTUNE Institut de Physique du Globe de Paris Bilan radiatif

Plus en détail

Prospections géophysiques adaptées au socle

Prospections géophysiques adaptées au socle Prospections géophysiques adaptées au socle Viviane BORNE Sommaire 1 - La prospection électromagnétique VLF 2 - La tomographie électrique 3 - Les nouvelles prospections à mettre en oeuvre 2 Prospection

Plus en détail

GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR)

GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR) GÉOTHERMIE CAHIER DES CHARGES TYPE D UNE ÉTUDE DE FAISABILITÉ (CAS D'UNE OPÉRATION AVEC RÉSEAU DE CHALEUR) 1 RENSEIGNEMENTS SUR LE COMMANDITAIRE DE L ETUDE - Raison sociale du demandeur et statut juridique,

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

Le PROJET MICROGEO. Marc Altazin Directeur R et I

Le PROJET MICROGEO. Marc Altazin Directeur R et I Le PROJET MICROGEO Marc Altazin Directeur R et I ELÉMENTS DE CONTEXTE LE MARCHE EUROPEEN Le Marché des PAC Géothermale Marchés europeens marché très mature Filière du forage, très organisée Pas d intégration

Plus en détail

www.areelis.com www.areelis.com Centre de prestations scientifiques et de conception d installations expérimentales

www.areelis.com www.areelis.com Centre de prestations scientifiques et de conception d installations expérimentales Simulation numérique Conception de bancs d études Mesure Impression Gabel 02 32 82 39 39 - Conception : Nord-Ouest création 02 32 82 39 37 Technopôle du Madrillet 76801 Saint-Etienne-du-Rouvray Tél. 33

Plus en détail

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie

Les Méthodes Géophysiques. Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique. Appliquées à la Géothermie Les Méthodes Géophysiques Gravimétrie Magnétisme Polarisation spontanée Sismique Appliquées à la Géothermie Introduction Structure du globe Etude des ondes sismiques : caractériser les grandes discontinuités

Plus en détail

Marseille - rue de Rome

Marseille - rue de Rome Campagne de mesures temporaire - rue de Rome Du 22 septembre au 2 octobre 2000 Date de publication : janvier 2001 Référence dossier : PGR/YCM/RA/ 09-1000.13 AIRMARAIX pour la surveillance de l air de l

Plus en détail

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories Les pompes à chaleur ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds Elles valorisent les calories du sol ou de l eau des. nappes par le biais de réseaux de capteurs, de sondes ou de forages d eau.

Plus en détail

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles

Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Bio-lavage in-situ pour le traitement de 75 000 m 3 de sol contaminé par des huiles entières et solubles Dimensionnement, mise en œuvre et retour d expérience 30/11/12 Présentation du site Industriel situé

Plus en détail

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Version «organismes accrédités» SOMMAIRE Etablissements recevant du public concernés par la surveillance de la qualité de l air intérieur

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

Diagnostic de qualité de l air

Diagnostic de qualité de l air Diagnostic de qualité de l air Mesure de particules (PM10 - PM2,5) en air intérieur, chez un particulier, à proximité du chantier de travaux pour la rénovation du tunnel de la Croix-Rousse (Lyon 1 er )

Plus en détail

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement Qu est-ce que la géothermie? Définition La géothermie est l exploitation de l énergie thermique du sous-sol. Le gradient de la Terre est de 3

Plus en détail

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES

ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF CAHIER DES CHARGES Service : Contact Courriel: Objet Assainissement Non Collectif Sophie Ramette Vincent Brébant Cahier des charges étude de définition (D3) ETUDE DE DEFINITION DE LA FILIERE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES COLLECTIVITES LOCALES

MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES COLLECTIVITES LOCALES REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple - Un But - Une Foi =========================================================================== MINISTERE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ET DES COLLECTIVITES LOCALES Bamako

Plus en détail

GEOTHERMIE DE MINIME IMPORTANCE : cartographies des zonages réglementaires

GEOTHERMIE DE MINIME IMPORTANCE : cartographies des zonages réglementaires GEOTHERMIE DE MINIME IMPORTANCE : cartographies des zonages réglementaires Margaret Herbaux responsable thématique «Risques mouvement de terrain» Session 21 mai 2015 1/28 Plan 1) Rappel du contexte réglementaire

Plus en détail

GEO / EAU La Fosse Dionne, Tonnerre, 200 l/s >

GEO / EAU La Fosse Dionne, Tonnerre, 200 l/s > La Fosse Dionne, Tonnerre, 200 l/s > 1 Les aquifères en France Etat des lieux Christophe RIGOLLET, GEO Jean-François VERNOUX, EAU INTRODUCTION La connaissance géologique et hydrogéologique des AQUIFERES

Plus en détail

Comité Local de Suivi des injections dans C 4000

Comité Local de Suivi des injections dans C 4000 Marc Roussel / Total Comité Local de Suivi des injections dans C 4000 12 Février 2014 ORDRE DU JOUR RAPPEL HISTORIQUE EVOLUTION CADRE REGLEMENTAIRE SUIVI DES EFFLUENTS INJECTES OPERATION SUR LES PUITS

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

Caractérisation des réservoirs carbonatés du bassin de Paris pour l exploitation des hydrocarbures, le stockage de CO2 et la géothermie

Caractérisation des réservoirs carbonatés du bassin de Paris pour l exploitation des hydrocarbures, le stockage de CO2 et la géothermie Caractérisation des réservoirs carbonatés du bassin de Paris pour l exploitation des hydrocarbures, le stockage de CO2 et la géothermie D. Bonijoly, C. Rigollet, O. Serrano Établissement public de recherche

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES

SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES LISTE DES RÉFÉRENCES (Dernière mise à jour : 12/02/2013) SUIVIS QUANTITATIFS / QUALITATIFS / ANALYTIQUES IDEES-EAUX - AGENCE DE LA DRÔME - Depuis 2010 CHATUZANGE LE GOUBET (26) ONYX SANET : Réalisation

Plus en détail

LE CONTRÔLE DE FUITES, GRÂCE À L HÉLIUM

LE CONTRÔLE DE FUITES, GRÂCE À L HÉLIUM SOMMAIRE LE CONTRÔLE DE FUITES, GRÂCE À L HÉLIUM DETECTION DE FUITES SUR RÉSEAU ENTERRÉ RECHERCHE DE FUITES SUR RÉSEAU DE CHALEUR INSPECTION DE SPRINKLERS ET RÉSEAUX DE PROTECTION INCENDIE VERIFICATION

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2

Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2 Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2 Les nouvelles technologies énergétiques devant faire l objet de démonstrateurs de recherche de façon prioritaire ont été identifiées,

Plus en détail

Campagne d intercomparaison des procédures de calibrage de NO 2, NO, CO, O 3, SO 2 appliquées dans les pays membres de la Communauté Européenne

Campagne d intercomparaison des procédures de calibrage de NO 2, NO, CO, O 3, SO 2 appliquées dans les pays membres de la Communauté Européenne Campagne d intercomparaison des procédures de calibrage de NO 2, NO, CO, O 3, SO 2 appliquées dans les pays membres de la Communauté Européenne Annexe 2 Intercomparaison du 10 au 14 avril 2000 Contribution

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

Ingénierie du stockage souterrain de Gaz Naturel. Jacques GRAPPE, GEOSTOCK

Ingénierie du stockage souterrain de Gaz Naturel. Jacques GRAPPE, GEOSTOCK Ingénierie du stockage souterrain de Gaz Naturel Jacques GRAPPE, GEOSTOCK Ingénierie du stockage souterrain de gaz naturel: aujourd hui et demain 1. Généralités 2. Les principales composantes d un stockage

Plus en détail

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal

PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME. Sano Khokana Népal PROSPECTION GEOPHYSIQUE POUR L ORPHELINAT CHILDREN S HOME Sano Khokana Népal S.A.R.L GEOGEOPHY Jean-Marc Ragot FONDATION SOGREAH Les Taureaux Nord RAPPORT 10/03/686 26300 Besayes Mars 2010 Tel/Fax/rep

Plus en détail

LES TACHES D UN GEOLOGUE PROFESSIONNEL 1

LES TACHES D UN GEOLOGUE PROFESSIONNEL 1 LES TACHES D UN GEOLOGUE PROFESSIONNEL 1 Déclaration de National Association of State Boards Of Geology National Association of State Boards Of Geology (ASBOG) est une organisation à but non lucratif regroupant

Plus en détail

ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, MADAGASCAR

ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, MADAGASCAR ETUDE DES GISEMENTS D OR PAR PROSPECTION ELECTRIQUE ET ELECTROMAGNETIQUE DANS LA COMMUNE DE BRIEVILLE, Résumé MADAGASCAR Rajaomahefasoa R.E 1, Rakotondramano H S 1, Andriamirado L.C 1,2, Rasolomanana E.H

Plus en détail

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses

Table des matières. LIMAIR - Rapport de mesures et d'analyses Site : Atelier de réparation des véhicules de la ville de Limoges Localisation : commune de Limoges Date : du 18 au 26 juillet 2012 Paramètres étudiés : Benzène et dioxyde d'azote NO 2 ETD/2012/10 Table

Plus en détail

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS

Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Résumé - CHAPITRE 6 LE STOCKAGE ET SES VARIATIONS Table des matières Introduction 1 Les stocks d'eau de surface 1 Les stocks d'eau souterraine 2 L'eau du sol 2 L'eau du sous-sol ou souterraine 3 Les stocks

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

CRITERES DE CHOIX DE LA TECHNIQUE N 1

CRITERES DE CHOIX DE LA TECHNIQUE N 1 CHANTIER DE REFERENCE Traitement des sols par bioventing associé à une biostimulation et traitement des eaux de la nappe après pompage et écrémage avec réinjection sur site Site de : Balaruc-les-Bains

Plus en détail

La géothermie (exploitation par forage)

La géothermie (exploitation par forage) 22 Plusieurs codes réglementaires sont impliqués. La réglementation instaurée par le code de l environnement encadre la géothermie suivant son usage domestique ou non. Ainsi, l article R.214-5 du code

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

RÉSUME NON TECHNIQUE. Risque acceptable. Chute de glace. Projection de glace. Risque acceptable. Risque acceptable

RÉSUME NON TECHNIQUE. Risque acceptable. Chute de glace. Projection de glace. Risque acceptable. Risque acceptable RÉSUME NON TECHNIQUE I.3.8.4. CARTOGRAPHIE DES RISQUES POUR L EOLIENNE N 4 Carte 13 : Éolienne n 4 s liés à la chute et à la projection de glace (Source : BE Jacquel et Chatillon) Carte 12 : Éolienne n

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU

EXCAVATION PUIS TRAITEMENT PAR VENTING ET OXYDATION CHIMIQUE IN-SITU USINE DE FABRICATION D EMULSION A SAULGE (86) CONTEXTE Origine des travaux : Enjeux Le site a accueilli une société de fabrication d émulsion bitume. Une pollution des sols et des eaux souterraines au

Plus en détail

Union Régionale Vie et Nature

Union Régionale Vie et Nature LES GAZ DE SCHISTES Note succincte d information MESSAGES CLES Les gaz de schistes représentent une source d énergie fossile non conventionnelle, diffuse, à de fortes profondeurs et difficile à extraire.

Plus en détail

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives

Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE. Secteur de l Energie Emissions Fugitives Atelier sur les Inventaires de Gaz à Effet de Serre du GCE Nom :. Secteur de l Energie Emissions Fugitives 1. Quel est le facteur le plus important pour déterminer la quantité d émissions de méthane provenant

Plus en détail

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments

Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments .Un préalable indispensable : Caractérisation des sédiments / Connaissance de l impact environnemental Projet CaPMoS : Capteurs Passifs et Outils de Monitoring des Sédiments Claire Alary (Mines Douai)

Plus en détail

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm

Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris. S. Lopez, V. Hamm Géothermie profonde pour la production de chaleur en France l exemple du bassin de Paris S. Lopez, V. Hamm le BRGM > le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) est le service géologique national

Plus en détail

Rapport d expertise :

Rapport d expertise : Rapport d expertise : Saint-Ferjeux (25) Découverte d une cavité karstique sur un site RTE BRGM/RP-61330-FR janvier 2011 Cadre de l expertise : Appuis aux administrations Appuis à la police de l eau Date

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages

Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Analyse et contrôle de la qualité des données utilisées lors des expertises de barrages Corinne Curt et Aurélie Talon JFMS10 24-26/03/2010 - Toulouse Evaluation de la fiabilité et de la sécurité des barrages

Plus en détail

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne

Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Les risques liés aux cavités L exemple de la région parisienne Anne-Marie Prunier Leparmentier Inspection générale des Carrières 4 avril 2013 CFGI SGF - CNAM 1/45 Sommaire I. Des incidents à la création

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Institut National de la Recherche Agronomique Etablissement Public à caractère Scientifique et Technologique Centre INRA de LILLE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Réalisation, Fourniture

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince

Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Ministère des Travaux Publics, Transports et Communications (MTPTC) Ministère de la Planification et de la Coopération Externe (MPCE) Aléa sismique et microzonage de l agglomération de Port-au-Prince Le

Plus en détail

Maîtrise de Risques liés aux cavités souterraines

Maîtrise de Risques liés aux cavités souterraines CFMR Séance du 8 décembre 2011 Maîtrise de Risques liés aux cavités souterraines Mehdi GHOREYCHI Ancien président du CFMR, INERIS Les principaux gisements miniers souterrains français Charbon Sel Fer Aluminium

Plus en détail

Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile"

Synthèse de l étude ADEME 2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile mai 2007 Synthèse de l étude ADEME "2 roues motorisés Euro3 : progrès environnementaux et comparaison à l automobile" Contexte de l étude La mise en application de la nouvelle étape réglementaire Euro3

Plus en détail

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch GEothermie 2020 La géothermie c est quoi? Plus de 99% du volume terrestre présente une température de plus de

Plus en détail

Séance technique du CFGI

Séance technique du CFGI Séance technique du CFGI La géothermie de minime importance du 21 mai 2015 Xavier du CHAYLA Directeur de GEOTHER 2/20 rue Salvador Allende 92 000 Nanterre Tel : 01 55 17 16 10 Document protégés par Copyright.

Plus en détail

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES

SURVEILLANCE DES EAUX SOUTERRAINES : LES 17 octobre 2014 Gestion des sites et sols pollués Caractérisation et surveillance des milieux (eaux, sols, gaz du sol et air intérieur), exposition et évaluation des risques sanitaires (bioaccessibilité...)

Plus en détail

INERIS DRA-14-141797-09789B

INERIS DRA-14-141797-09789B RAPPORT D ÉTUDE 24/11/2014 INERIS DRA-14-141797-09789B Addendum au cahier applicatif du complément technique de la vulnérabilité du bâti aux effets de surpression version 1 référencé DRA-08-9946115249A

Plus en détail

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE

À FORMATION DU PÉTROLE À PARTIR D UNE ROCHE MÈRE PLANCTONIQUE Géosciences Aux débuts de la prospection en Pennsylvanie en 1860, les méthodes étaient "hautement scientifiques". (À l ombre des derricks, Morris, éditions Dupuis, 1997) Depuis, la consommation de pétrole

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface

Prospection géophysique sur le site potentiel d'un CET. UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface UMR 8148 IDES Intéractions et Dynamique des Environnements de Surface Université de Paris Sud - Bât 504 & 509 91405 ORSAY Cedex, France Prospection géophysique sur le site potentiel d'un C.E.T. Imagerie

Plus en détail

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération

TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT. SyPACV2. Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération TECHNOLOGIES EXPERTISES RECHERCHES ANALYTIQUES EN ENVIRONNEMENT Ingénierie SyPACV2 Système de prélèvement automatique compact - 2 ème génération 2012 SOMMAIRE 1. Le service Ingénierie 2. Qu est-ce que

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

A la recherche de solutions durables pour la gestion à long terme des déchets radioactifs des catégories B et C

A la recherche de solutions durables pour la gestion à long terme des déchets radioactifs des catégories B et C A la recherche de solutions durables pour la gestion à long terme des déchets radioactifs des catégories B et C Dans le monde entier, des recherches sont en cours pour trouver des solutions pour la gestion

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp Septembre 2005 Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp L'IFP inscrit les travaux sur la réduction des émissions de CO 2 au cœur de ses programmes de recherche. La stratégie de l'ifp

Plus en détail

Transformer L énergie

Transformer L énergie Chapitre IV : Les récepteurs hydrauliques. IV.1 Introduction : Les récepteurs hydrauliques transforment l énergie hydraulique en énergie mécanique. On distingue : - Les récepteurs pour mouvement de translation

Plus en détail

Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques?

Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques? Quels risques de pollution pour les nappes phréatiques? Alain Rorive, Nicolas Dupont Université de Mons Faculté Polytechnique - Service de Géologie Fondamentale et Appliquée 1 Quels risques de pollution

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire

Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Recherche d'eau sur la commune de Rouziers-de- Touraine en Indre-et-Loire Etude prévisionnelle de l'influence d'un captage sur la nappe du Cénomanien par simulation mathématique Etude réalisée dans le

Plus en détail

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers

La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Symposium on Innovation and Technology in The Phosphate Industry - SYMPHOS May 6-10, 2013 Agadir, Marocco La surveillance appliquée à la gestion des risques géotechniques miniers Méthodes et Technologies

Plus en détail

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II.

Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 II. 0 Sommaire Parties engagées... 2 Préambule... 2 I. Synthèse des résultats et conclusion de ces tests.... 3 1. Réduction de la consommation de carburant... 4 2. Réduction des émissions de gaz polluants...

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

Le stockage géologique du CO 2

Le stockage géologique du CO 2 Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables Le stockage géologique du CO 2 Les solutions IFP Energies nouvelles pour un déploiement

Plus en détail

MAINTENANCE DU SITE WEB DEDIE AUX TRAVAUX DU LCSQA

MAINTENANCE DU SITE WEB DEDIE AUX TRAVAUX DU LCSQA MAINTENANCE DU SITE WEB DEDIE AUX TRAVAUX DU LCSQA Laboratoire Central de Surveillance de la Qualite de l'air Convention 31/2001 C. MEUNIER Direction des Risques Chroniques Décembre 2002 MAINTENANCE DU

Plus en détail

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir

238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir 238 Chapitre 4 Le traitement des pollutions : comment et jusqu où intervenir Huile Eau Huile de saturation résiduelle Toit de la nappe Pompe d écrémage Huile flottante Pompe de rabattement Figure 4.15

Plus en détail

ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE

ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE ETUDES GEOTECHNIQUES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES TYPE Maître d ouvrage : Opération : Situation des études et travaux : Version 1.0 Février 2005 SOMMAIRE Chapitre 1 - Dispositions générales...

Plus en détail

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement

5.04 PROTECTION DES EAUX SOUTERRAINES PROBLÉMATIQUE ET ENJEUX. INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE RESPONSABLE Office de l environnement INSTANCE DE COORDINATION Office de l environnement AUTRES INSTANCES CONCERNÉES Service de la santé publique Service de l aménagement du territoire Service

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

développement d'un Micro- système de mesure

développement d'un Micro- système de mesure Qualité chimique des eaux Application de la DCE développement d'un Micro- système de mesure Ph. Namour, N. Jaffrezic Université de Lyon/Cemagref Micro-capteur Environnementaux Besoins métrologiques Dispositif

Plus en détail

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 Particularités du sel Abondance géologique Faible porosité (étanche) = 1%, K=10-21 m 2 Grande solubilité (lessivage)

Plus en détail

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS

BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Environnement Région de l Ontario Direction générale Canada de la protection de l environnement BATS SUR LES SITES CONTAMINÉS Programme des sites contaminés - Sites Fédéraux Ce bulletin fait partie d'une

Plus en détail

Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN

Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN 02 Novembre 2009 Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN 1 ROLE DES SYSTEMES INFORMATISES DANS LES CENTRALES NUCLEAIRES Les centrales nucléaires sont de plus en plus pilotées

Plus en détail

De la Wallonie d hier, nous créons celle de demain. Le processus de réhabilitation d une friche industrielle polluée

De la Wallonie d hier, nous créons celle de demain. Le processus de réhabilitation d une friche industrielle polluée De la Wallonie d hier, nous créons celle de demain Le processus de réhabilitation d une friche industrielle polluée SPAQuE est l expert de la Région wallonne en matière de réhabilitation de décharges et

Plus en détail