CENTRE DE SERVICES RESSOURCES HUMAINES :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CENTRE DE SERVICES RESSOURCES HUMAINES :"

Transcription

1 ESSEC MANAGEMENT EDUCATION Nom et Prénom: DI GALLO Véronique Date : 20 octobre 2005 Directeur de Mémoire : MERCK Bernard Spécialité : Ressources Humaines MEMOIRE Pour l obtention du Diplôme homologué Niveau II - Titre «Responsable de Gestion» Sujet : CENTRE DE SERVICES RESSOURCES HUMAINES : CŒUR DE L ORGANISATION RESSOURCES HUMAINES DE DEMAIN ACCORD DU COMITE PEDAGOGIQUE Nom : Date : Signature : ACCORD DU DIRECTEUR DE MEMOIRE Date : Signature : MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 1 20/10/2005

2 MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 2 20/10/2005

3 REMERCIEMENTS Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à toutes les personnes qui ont apporté leur concours à l élaboration de ce mémoire : Monsieur Bernard Merck, mon Directeur de Mémoire, pour sa disponibilité et ses conseils ; Les professeurs du cursus RH 1 an ainsi que le personnel administratif de l Essec, pour avoir animé cette année de formation ; Toutes les entreprises et personnes interviewées qui ont accepté de répondre à mes questions en m offrant généreusement de leur temps, et sans lesquelles cette étude n aurait pu être réalisée. J adresse un remerciement très particulier à mes amis Nathalie, Frédéric et Olivier qui se reconnaîtront, ainsi qu à mon compagnon Christian pour leurs soutiens et leurs encouragements. Enfin et le plus important pour moi, je dédie ce cursus et ce mémoire à mon fils Alessandro, afin qu il soit fière de sa maman! MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 3 20/10/2005

4 MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 4 20/10/2005

5 SOMMAIRE REMERCIEMENTS RESUME INTRODUCTION DEFINITION de la TERMINOLOGIE (cf. annexe n 1) SECTION I CONTEXTE ECONOMIQUE 1. Les constats 1.1. Contexte économique 1.2. Conséquences pour la fonction Ressources Humaines les attentes vis-à-vis des RH 1.3. La fonction Ressources Humaines d aujourd hui 1.4. La fonction Ressources Humaines de demain 2. Les nouvelles formes d organisation Ressources Humaines 2.1. Tendance à la mutualisation 2.2. La mutualisation en CSRH 2.3. La mutualisation en CSP 2.4. La mutualisation interentreprises 3. Qu est-ce que le CSRH? 3.1. Histoire et mode de fonctionnement 3.2. Les enjeux du CSRH MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 5 20/10/2005

6 SECTION II LA VALEUR AJOUTEE RESSOURCES HUMAINES 1. La valeur ajoutée attendue par les «acteurs» de l entreprise 1.1. Direction générale 1.2. Salariés 1.3. Managers 1.4. Syndicats 2. La valeur ajoutée pour la fonction Ressources Humaines 2.1. Professionnalisme/expertise 2.2. Implication/motivation 2.3. Reconnaissance SECTION III LES PROCESS RH : NECESSITE D UN REENGINEERING 1. POPSI 2. Les étapes des gains de productivité RH 3. Evolution des missions RH SECTION IV MISE EN PLACE D UN CSRH 1. Place du CSRH : Internalisation ou Externalisation? 1.1. Avantages 1.2. Inconvénients SECTION V DE NOUVEAUX METIERS 1. Des expertises et des compétences nouvelles 2. Les risques du métier 2.1. Risques de taylorisme? 2.2. Relation virtuelle : suppression de la relation «affective» entre les acteurs MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 6 20/10/2005

7 SECTION VI PRECONISATIONS 1. Eléments de réussite 1.1. Décision et implication des parties Sponsoring par la Direction Générale Engagement/contractualisation entre les acteurs opérationnels / DRH et CSRH 1.2. Utilisation raisonnée des TIC 1.3. Communication interne auprès des «acteurs» de l entreprise 1.4. Moyens de contrôle et mesure SECTION VII CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE et NOTES ANNEXES (terminologies, quelques définitions, documents) MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 7 20/10/2005

8 MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 8 20/10/2005

9 RESUME Si la finalité naturelle des entreprises est de générer de la valeur et ceci dans un contexte d économie à présent globalisée, cette concurrence mondiale oblige toujours plus les dirigeants à l «impératif de création de valeur» lequel détermine à son tour les tâches des acteurs de l entreprise. Par ailleurs l économie du début du XXIème siècle est fondée principalement sur le savoir et repose sur des méthodes et outils liés aux Technologies de l Information et de la Communication (TIC). Or l arrivée des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) a considérablement changé le paysage organisationnel des entreprises et a eu un effet de «catalyseur» du changement. Mobiliser son intelligence pour être compétitif, gérer les compétences des acteurs et créer de la valeur, tels sont donc aujourd hui les credo dans de nombreuses entreprises. Identifier, gérer et mesurer le capital immatériel pour mieux valoriser les savoirs des experts devient une préoccupation dans le monde entreprenarial. En outre, les marchés, reflets de notre société, commencent à favoriser de façon croissante les placements éthiques étant très attentifs aux pratiques sociales des entreprises qui concourent au développement durable. Ainsi, dans la «chaîne de création de valeur», la fonction Ressources Humaines apparaît-elle de plus en plus comme étant l un des facteurs clé de la performance à long terme. Aujourd hui il est demandé à la fonction Ressources Humaines de faire plus, d être un contributeur en terme de gain de productivité tout en contrôlant ses propres coûts mais aussi de recommander de nouvelles manières d augmenter la profitabilité. En parallèle, il lui est demandé de retenir et motiver les employés encore plus que jamais. Le défi est ambitieux et la tâche peu aisée au quotidien alors même que le contexte économique et la stratégie de l entreprise sont en mouvement permanent. MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 9 20/10/2005

10 La fonction Ressources Humaines afin de se concentrer sur ses nouveaux objectifs d acteur actif du changement au service de la stratégie doit repenser ses priorités et son organisation, c est pourquoi de nouvelles solutions à la fois technologiques et d organisation s offrent à elle. Mettre les connaissances des acteurs en commun (le «knowledge management»), pouvoir les capitaliser afin de les thésauriser, tel est le nouveau défi à relever par la fonction Ressources Humaines. C est pourquoi, ce sont aujourd hui les hommes et les femmes de Ressources Humaines qui sont en ligne de mire des changements de notre économie. Habitués à repenser, redéfinir, réorganiser, restructurer,.. Les autres fonctions de l entreprise, les voici à présent dans l œil du cyclone organisationnel et technologique. La presse spécialisée en parle et comme nous prévient, le professeur Michel Kalika, «Attention les Directions des Ressourc es Humaines ne pourront échapper à la déferlante numérique, et devront être capables d'anticiper la pénétration de ces nouvelles technologies» Si depuis quelques temps l incontournable obligation de communiquer, d optimiser, de partager, d exceller, de rentabiliser, de maîtriser, de globaliser.. amène tout droit la fonction Ressources Humaines à redéfinir son rôle et devenir le «business partner» tant attendu au sein des entreprises ; alors il leur faut réinventer une nouvelle manière de travailler. Le leitmotiv : productivité, gain, économie, réduction,. est depuis quelques années sur toutes les lèvres de la communauté Ressources Humaines, mais encore une fois comment réduire, comment demain être non plus un centre de coût mais bien un centre de profit participant aux gains de l entreprise? Comment créer de la valeur ajoutée et mieux maîtriser ses coûts? De quelle manière la fonction Ressources Humaines peut-elle relever le défi du ROI, le retour sur investissement? MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 10 20/10/2005

11 Si certains continuent de se poser la question, d autres ont déjà élaboré une nouvelle manière d organiser la fonction et par la même augmenter sa contribution. C est donc dans un contexte de forte compétition auxquelles les entreprises sont soumises que le rôle de la fonction Ressources Humaines est essentiel. Une nouvelle forme d organisation tel que le CSRH (Centre de Services Ressources Humaines) constitue un défi pour cette fonction. Par voie de conséquence, on peut se poser les questions suivantes : Comment la fonction Ressources Humaines est-elle remise en cause, et s agit-il d une mode ou bien d une révolution profonde pour la fonction? Quel est l impact de ce nouveau type d organisation sur la culture, les métiers et les processus de la fonction? Le CSRH s inscrit-il dans une stratégie d entreprise? Est-ce une nouvelle orientation professionnelle pour les DRH? Aujourd hui la fonction sur le devant de la scène se doit d intégrer sa place au niveau le plus stratégique de l entreprise. Il s agit donc pour elle de participer à la transformation de l environnement concurrentiel de l entreprise en optimisant ses propres ressources, réduisant ses coûts, en gagnant en efficacité et rapidité. Dans ce contexte, le CSRH peut amener des bouleversements dans l organisation et les missions des professionnels RH d aujourd hui et de demain ; et puisque le changement semble s imposer alors pourquoi ne pas aller dans ce sens. Comme disait Charles Darwin : «Ce n est pas l espèce la plus forte qui survit ni la plus intelligente, mais bien celle qui s adapte le mieux aux changements». D autres plus contemporains comme Bernard Merck diront : «La fonction Ressources Humaines doit évoluer pour ne pas disparaître». (5) MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 11 20/10/2005

12 MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 12 20/10/2005

13 INTRODUCTION Nous vivons aujourd hui de grands changements de tendances dans la manière de travailler. Ces changements se traduisent dans la vie économique par - les fusions et acquisitions se multiplient ; - les résultats financiers courts termes qui tendent à être privilégiés ; - le rythme des restructurations qui s accroît ; - les valeurs boursières qui sont très instables ; - les décisions qui se prennent de plus en plus rapidement ; et se combinent à des problèmes démographiques qui se répercutent sur le marché du travail par : - l augmentation de la demande de personnes à fort potentiel ; - le départ prochain des «papy boomers» en retraite (porteurs de compétences) ; - l arrivée insuffisante de jeunes sur le marché du travail ; - la concurrence de salariés des pays émergents ; cela enfin se traduit dans la manière dont la fonction Ressources Humaines devrait délivrer ses services par : - la création d une image de marque «employeur» - l application des concepts propres e-business à la fonction Ressources Humaines et à ses processus ; - la mesure de son retour sur investissement ; - une analyse marketing des composantes du marché de l emploi. MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 13 20/10/2005

14 A partir de ce qui précède, j ai choisi de traiter mon sujet tout d abord animée par un élan de curiosité. En effet, n ayant pas la moindre connaissance sur ce thème, ne l ayant jamais abordé auparavant dans ma vie professionnelle, j ai souhaité le découvrir, pour ensuite pouvoir partager le résultat, et peut-être susciter un intérêt auprès des lecteurs de ce mémoire, comme il a suscité le mien. Sur un plan purement professionnel, ce thème peut soulever de nombreuses interrogations et voire même des craintes. Moi-même dans la fonction Ressources Humaines depuis plus de douze ans et ayant occupé des fonctions de direction, il m est apparu au fil de mes lectures que ce sujet devrait être à la une de l actualité de notre profession. Méthode : Pour réaliser ce document j ai basé mes travaux sur des entretiens, la lecture d articles, d ouvrages. Le parcours fut long et plein d obstacles et souvent je me suis vue confrontée au manque d information. En effet, à ma grande surprise, très peu, voire quasiment aucun document, article ou livre n existait en France sur ce sujet. Pour enrichir mon mémoire il me fallu traverser l Atlantique et puiser dans les bases de données américaines (en particulier celle de SHRM). Sans aucun doute, les USA ont déjà quelques riches informations et expériences dans le domaine. J ai donc élargi mon angle de recherche et obtenu du matériel plus conséquent outreatlantique. En France, je souhaitais rencontrer un certain nombre de Dirigeants d entreprises afin de recueillir leurs attentes sur la Fonction Ressources Humaines, malheureusement leur accès s est révélé impossible, sauf Mr. F. Volpi DG de Hewlett Packard Espagne, car sans doute ancien DRH. J ai mené près de vingt entretiens auprès de Directeurs ou Responsables Ressources Humaines d entreprise multinationales par le biais de la Personnel Association, j ai rencontré Martine Fabre directeur du Centre de Services RH (CSRH) de Paris & Ouest Francilien de France Télécom, ainsi qu une dizaine de MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 14 20/10/2005

15 collaborateurs travaillant au sein de CSRH de FT, IBM, Intel, HP, François Geuze Professeur Associé, IAE de Lille, DESS MRH et Charles-Henri Besseyres des Horts - Professeur Groupe HEC Directeur MS Management Stratégique des Ressources Humaines m ont apporté des documents et de précieux conseils. J ai pu également approcher des consultants connaissant le sujet en tant que fournisseurs de solutions et prestataires externes aux entreprises. Bien heureusement, certains livres d auteurs français ont pu m éclairer dans mon cheminement et en particulier celui de Bernard Merck, sans lequel je serai restée «sans réponse» à nombreuses de mes interrogations. J ai observé au cours des entretiens que j ai mené que sans conteste, la fonction doit revoir ses finalités, son mode de fonctionnement, penser son futur! Au risque d être pour longtemps en dehors de la stratégie de l entreprise, de ses bouleversements et donc de la Société. Il a été très intéressant également de me rendre compte, au fur et à mesure que je progressais dans mes connaissances, que peu de professionnels de la fonction avaient entendu parler du sujet, et que les rares connaissant bien aujourd hui le thème des CSRH étaient peu loquaces, voire mal à l aise pour me répondre sur le sujet. J ai eu la sensation à plusieurs reprises que j osais «parler d un secret de famille qu il valait mieux taire». En outre, le vocabulaire est loin d être unifié! Au fil aussi de mes lectures j ai pu constater que l on attend de la Fonction Ressources Humaines une contribution visible, efficace et rapide aux résultats économiques. Plusieurs solutions cumulatives se présentent : elle peut décider de transférer une partie de ses activités en centres de services, elle peut mettre en œuvre de nouvelles technologies, et elle peut déléguer certaines tâches vers ses clients internes (managers et salariés). MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 15 20/10/2005

16 L objet de ce mémoire est donc de mettre en évidence comment la fonction va évoluer dans un contexte de création de CSRH et quelle est la valeur ajoutée générée pour chacun des divers acteurs de l entreprise. Ce document souhaite répondre aux questions que l on peut se poser en abordant ce nouveau type d organisation. Ce sont toutes ces raisons qui sont venues renforcer mon intérêt pour ce sujet que vous allez lire, et j espère pouvoir contribuer à faire œuvre de prosélytisme. Lors de mes recherches j ai délibérément écarté de mon sujet les aspects liés à la technologie, à la fonction Ressources Humaines en tant que «Business Partner», le «partage» de la fonction ainsi que la mutualisation de la fonction Ressources Humaines avec d autres fonctions de l entreprise dans des CSP ; et même si ces thèmes sont évoqués, j ai choisi de ne pas les développer, d autres auteurs l ayant fait déjà fort bien. Il en est ainsi également pour la partie Reengineering et l accompagnement du changement auprès des Personnels. Voici donc l histoire d un nouveau modèle MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 16 20/10/2005

17 SECTION I CONTEXTE ECONOMIQUE 1. Les constats Depuis quelques années l univers de compétition féroce et de globalisation contraint toutes les entreprises à être en quête permanente d une efficacité accrue et de conduire des changements appropriés dans des délais de plus en plus courts et ceci face à des clients/consommateurs mieux informés et plus exigeants. La moindre défaillance peut mettre en cause l indépendance ou la survie de l organisation. Le secteur public n est pas épargné, avec un décalage temporel important, il commence aussi à faire face aux mêmes contraintes économiques, avec une attente plus forte des usagers. C est un mouvement qui va sans doute encore s amplifier dans les années à venir Contexte économique Tout change! Avec le nouveau siècle, la société post industrielle émerge et sa mise en place s inscrit dans la durée. Jusqu alors agricole et rurale, la société industrielle n est devenue une réalité de vie, pour la majorité des français qu à partir des années 60. Et déjà un nouveau panorama économique nous environne qui semble bien éloigné de celui de nos aïeux. Les règles du jeu économique évoluent et la richesse au XXIème siècle semble basée sur le savoir! Le phénomène de mondialisation dans lequel les mouvements économiques mondiaux se développent actuellement crée un univers de compétitivité de plus en plus fort et les enjeux qui en découlent sont ardus. Afin de demeurer concurrentielles sur leur marché, les organisations, quelque soit leur taille, doivent s adapter plus rapidement et réagir aux exigences de leurs clients et ceci sur un échiquier géographique de plus en plus large. MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 17 20/10/2005

18 Elles sont dans une mouvance qui demande une forte remise en question, une évolution des métiers et des structures en permanence. Et comme le souligne B. Merck (5) : «Dans un univers peu prévisible, c est la vitesse de réaction qui crée la différence». Les maîtres mots sont souvent : réactivité, créativité et flexibilité. Michel Bon ex. Président de France Télécom (5), parle du : «capital humain de l entreprise qui doit s adapter». Dans un contexte tel, l enjeu de l entreprise est de créer de la valeur ajoutée, à partir de ce postulat tout devient une question de productivité et de rentabilité. Il est crucial que la masse de salariés constituant la principale force de l activité de l entreprise soit «solide» et que le service des Ressources Humaines (RH), l institution interne qui gère ce capital, soit lui également en pleine capacité de répondre aux attentes stratégiques et d accompagner les changements d orientation qui se dessinent tout en préparant les hommes et femmes qui mèneront ces changements. De ce fait l aspect «coût» devient essentiel et constitue un paramètre décisif. Comme nous l avons déjà noté, toute la littérature du monde des affaires fait le même constat, le paysage économique de l entreprise est de plus en plus complexe et fluctuant : internationalisation des échanges, localisation géographique de plus en plus dispersée, des sites sur plusieurs continents (l entreprise étendue), l implication et la pression de parties prenantes multiples et dont les objectifs divergent souvent, une pénurie de main d œuvre annoncée depuis fort longtemps accompagnée d une pyramide des âges totalement déséquilibrée, une forte pression financière et un besoin de transparence et d éthique indiscutable. Mais c est aussi la déferlante des nouveaux outils informatiques de plus en plus sophistiqués et incontournables qui participe à la modification du périmètre de l entreprise et de son mode de fonctionnement. MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 18 20/10/2005

19 Pour illustrer ces propos voici quelques schémas : Évolution des TIC dans l entreprise Optimiser l organisation Mutualiser les connaissances Travailler en commun SIRH Échanger et communiquer Thesaurus Modification de l organisation Modélisation des connaissances Mailing lists SIRH E- procurement Méta-annuaire Messagerie Indexation Moteur de recherche Bases de données Accès à l information Personnalisation Structuration de «web-publishing» Single Sign On Forums Workflow B to E Travail coopératif B to C B to B E- business E-learning ERP Intranet- Management Business intelligence source F. Geuze Une construction de plus en plus complexe irriguée par les TIC. Vers une nouvelle entreprise? Notion d entreprise étendue Systèmes d information INFORMATION DISTRIBUEE Modes de travail TELE TRAVAIL NOMADISME TRAVAIL COLLECTIF PARTENAIRES EXTERNALISATION? Applicatifs DATA WAREHOUSE Produits et services GAMME DUREE DE VIE DEMANDE CROISSANTE DE HAUTS DEBITS source B. Merck Entreprise ayant des centres d activités dispersés géographiquement avec un personnel travaillant à distance grâce à une utilisation des NTIC (nouvelles technologies de l information et de la communication). MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 19 20/10/2005

20 Les «Parties Prenantes» Actionnaires Gouvernements Environnement Holdings Bourse ONG Courtiers Groupes de défense Droits de l homme ENTREPRISE Banquiers Assureurs Syndicats Consommateurs Chaîne de distribution Chaîne d appro. Sous-traitants Organismes certificateurs source B. Merck «L entreprise sous influence!» Une pyramide des âges déséquilibrée Pyramide des âges population active Europe > Plus d un tiers de la population active aura atteint l âge de la retraite dans les 10 ans Ces départs concerneront 55% des cadres. source B. Merck «Sans Knowledge Management, C est la perte de savoir assuré!» MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 20 20/10/2005

21 Or dans les années 70, l arrivée des NTIC dans l entreprise et dans son sillage l apparition de nouveaux modes de travail possibles (grâce aux avancées technologiques du type logiciels et télécommunications) sont au cœur des améliorations apportées dans la gestion quotidienne de l activité. Elles permettent une plus grande transparence des processus de l entreprise, et par la même, plus de visibilité et de lisibilité entre les différentes fonctions de l organisation. Les NTIC modifient la façon de travailler Le travail coopératif Groupware Messagerie Partage de fichiers Workflow Le bureau satellite Mais aussi Le travail Le travail nomade à domicile Occasionnel Permanent Le self service (saisie directe) Information en ligne 24/24 et 7/7 Source B. Merck Puisque l accroissement de la compétitivité et la globalisation de l économie nécessitent comme on vient de le dire, de grandes capacités de réactivité, de flexibilité et d innovation, force est de constater que les formes «traditionnelles» d organisation ne permettent plus d atteindre le niveau exigé par le marché. La forte pression des nouvelles technologies, la demande des clients, la concurrence, les nouvelles exigences des managers, la pression des marchés financiers et des actionnaires pousse l entreprise à modifier son organisation interne. MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 21 20/10/2005

22 L impact du facteur technologique dans la mondialisation de l économie concerne donc toutes les organisations mais se vérifie particulièrement dans le secteur des services, où des pans d activité entiers qui ne dépendent pas d un contact physique direct peuvent être déplacés à des milliers de kilomètres, sans que cet éloignement ne constitue une entrave, sans même le plus souvent que les personnes utilisatrices aient conscience cet éloignement. C est ainsi que l on voit apparaître de nouvelles formes d organisation de travail, tels que : Les Equipes Virtuelles ; (cf. détail en annexe n 7) Le Télétravail ; (cf. détail en annexe n 7) Les Centres d Appels et les Centres de Services. Ces nouvelles formes d organisation ne viennent pas se substituer aux formes d organisation «traditionnelles» mais elles sont des compléments apportant à l entreprise de la flexibilité, plus de réactivité, des fonctionnalités permettant le partage des documents et l effacement de la dimension espace/temps. (15) Fortement médiatisées depuis le début des années 90, NTIC sont présentées dans la littérature (Craipeau et Faguet-Picq, 1997 ; Perin, 1998 ; Hilt et Turoff, 1994) comme un vecteur majeur de changement économique, organisationnel et social. En brisant, les frontières spatiales et temporelles des organisations qui les délimitaient autrefois ; le facteur technologique ouvre la porte à de nouveaux partenariats potentiels qui ne se limitent plus à un territoire national ou à un fuseau horaire donnés. Comme le confirme J. Racoul (68), le développement croissant des TIC : «a ouvert de nouveaux champs à l entr eprise pour améliorer son efficacité globale, modifier la relation avec ses clients, se s fournisseurs et ses employé s, introduire de nouveaux modes de management et repenser son organisation». MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 22 20/10/2005

23 C est donc ainsi que l on voit apparaître dans le domaine organisationnel : deux nouvelles approches, celle de la qualité et celle du service au client, ce qui mène l entreprise à des actions de reengineering de ses processus, des actions de réorganisation aboutissant à l aplatissement des pyramides hiérarchiques, le développement des relations transversales, la démarche dite «par projet», le travail en groupe et enfin des structures en réseau. A partir de ce constat, il est une évidence que la FRH (fonction ressources humaines) est impactée dans son mode de fonctionnement, ses outils et méthodes et ses processus. En fait, l introduction des NTIC dans la GRH (gestion des ressources humaines) n est pas récente comme l indique F. Silva (11) qui distingue plusieurs phases de développement des TIC depuis les applications informatiques pour la GRH des années 70 avec la naissance des logiciels de paie. Ensuite les années 80 ont vu se développer un grand nombre de solutions locales sur mini et micro-informatique avec pour conséquence principale le développement du «Babel informatique» ; et ce n est qu à partir du début des années 90 que l on a vu apparaître les premiers véritables SIRH (système d informations ressources humaines) dont l objectif est d intégrer un certain nombre d informations et de pratiques auparavant très disparates. Deux périodes doivent néanmoins être distinguées dans le développement des SIRH : une première (les années 90) durant laquelle les SIRH sont basés sur une technologie classique client-serveur avec un réseau propre à la FRH, avec très peu d implication des managers opérationnels. La seconde période commence à la fin des années 90 avec l utilisation des technologies internet/intranet dans les SIRH pour constituer le e-rh : cette utilisation représente un changement potentiel profond de la FRH dans ses structures et processus (Peretti, 2001 ; Ulrich 2001 ; Silva 2001). (11) On voit ainsi la transformation du SIRH, et donc le passage d un système centralisé à un système partagé du fait de l introduction de l intranet RH. Les conséquences pour la GRH sont de deux ordres : d une part, les activités transactionnelles traditionnelles (paie, congés, etc.) peuvent être automatisées, et d autre MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 23 20/10/2005

24 part, une partie des processus RH (recrutement, gestion des compétences, formation, mobilité, etc.) peuvent être pris en charge directement par les acteurs concernés (managers, salariés). C est ainsi, comme le fait remarquer D. Ulrich (2001) que : «le rôle de la FRH change profondément de nature et se positionne plus proche de l activité business». Et F. Silva de préciser : «la contribution du SIRH dans l évolution de la fonction est es sentielle, en particulier dans les gains de productivité. Ce sont ces outils qui, modifiant la nature de l information, sa diffusion et ses circuits, sont au cœur des changements de l organisation du travail administratif». (11) 1.2. conséquences pour la Fonction Ressources Humaines «La Fonction Ressources Humaines doit évoluer pour ne pas disparaître» Bernard Merck (5). Tout d abord un peu d histoire, la FRH ayant connu des sédimentations de rôles successifs, il paraît opportun de retracer son évolution. C est ainsi que C.H. Besseyre des Horts (23) évoque les six étapes de la fonction RH depuis 1945 jusqu à nos jours : Evolution de la Fonction RH : Sédimentation de Rôles Successifs Partage du MRH Juridique Administratif Stratégique Gestionnaire Psychologique Innovateur Expertise Logique de l EGALITE Logique de l EQUITE La fonction passe alors d une «logique de l égalité» à une «logique de l équité». MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 24 20/10/2005

25 En parallèle, et sur la même période, la culture d entreprise évolue également. La différenciation des activités Une évolution de plus en plus rapide. Activités : Activités protégées Marché concurrentiel Marché très concurrentiel Capitalisme Mondial Hyper Concurrence Règles du jeu économique Appliquer la règle Optimiser l application de la règle Faire mieux que les concurrents Inventer de nouvelles règles Organisation Taylorienne Staff & Line Matricielle En réseau Évolution Rares Révolution! Périodiques Fréquentes Equipes projets Continuelles Right Sizing! Décision Au sommet Comité de direction Equipes de travail Réactivité / Terrain source B. Merck Savoir mobiliser et motiver les ressources de l entreprise est une nécessité. Ainsi la FRH joue un rôle primordial dans le développement et la performance des organisations, pour participer à la création de valeur tant pour l entreprise que pour le client final. Performance que la FRH est priée de rechercher elle aussi. Le levier de la performance d une DRH réside dans sa position de plus en plus stratégique de «business partner», il faudra par conséquent prévoir une décentralisation des tâches relevant des RH vers les Managers/Salariés. Le métier de DRH (Directeur des Ressources Humaines) est en train de changer. Ainsi, selon le 1 er baromètre de Liaisons Sociales, les axes d amélioration de la politique RH sont : impliquer la hiérarchie dans la gestion RH (55%) ; améliorer la gestion des compétences clés (40%) ; apporter de nouveaux services aux managers (30%) ; repenser le partage des rôles RH-Manager et central local (26%). MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 25 20/10/2005

26 On constate déjà certaines évolutions du poste de DRH pour intégrer une dimension plus stratégique par la nomination de DRH aux postes de Directeurs Généraux ou de Vice- Présidents. Ainsi il faut repenser le périmètre de la FRH et les conséquences pour la GRH. Quel rôle? C est la question que pose Michel Bon, ex. Président de France Télécom : «Comment une fonction RH repensée en termes d organisation pourra assister le manager dans ses responsabilités de «1er RH» et favoriser cette pris e de «pouvoir RH» par le management ainsi que la qualité de l appui que peuvent lui apporter les spécialistes RH?». (5) On constate que les projets e-rh représentent une réponse aux enjeux de la fonction, par la maîtrise des coûts (enjeu numéro Un pour un responsable sur deux interrogés par le cabinet d études Markess International) (72), par la réduction des effectifs administratifs et la recherche d une mutualisation des ressources RH, par l amélioration de la productivité (deuxième priorité des entreprises), par la fluidification et l automatisation des processus RH à faible valeur ajoutée. Leurs effets sont structurant pour la fonction et favorisent son déploiement. (11) Cependant, la stratégie e-rh subit très souvent des pressions qui viennent freiner son développement. Elles peuvent être d ordre : - techniques : liées à l état de l infrastructure du système d information (réseaux, systèmes), à l intégration des applications e-rh avec les systèmes et applications existants, etc. ; - humaines : réticences au changement (du management et/ou des employés), manque de connaissance des outils, définition du nouveau rôle de chacun, etc. ; MEMOIRE DE VERONIQUE DI GALLO PAGE 26 20/10/2005

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain.

RESSOURCES HUMAINES. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Yourcegid Ressources Humaines, des solutions pour les entreprises qui s investissent dans leur capital humain. Solutions de gestion RESSOURCES HUMAINES Parce que votre entreprise est unique, parce que

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés 16ème Université d'été: Mieux être au travail et performance de l entreprise Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés Raouf Mhenni, General Manager HR

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES

CBRH. Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES CBRH Solutions RH pour PME RESSOURCES HUMAINES 1 Yourcegid Ressources Humaines CBRH : Paie et administration du personnel Activité GPEC : Compétences et carrière / Entretien / Formation IDR Contrôle de

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014

La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations. Hélène Beaugrand juillet 2014 La mobilité interne, enjeu d efficacité des organisations Hélène Beaugrand juillet 2014 1 Sommaire 1 Qu entend-on par mobilité? 2 Les grands enjeux de la mobilité 3 La mobilité professionnelle en pratiques

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local

Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Alain MULARD Consultant-Formateur Elu local Quelles approches de la mutualisation sur la gestion des hommes et des compétences? Consultant-Formateur Elu local Une question bien embarrassante! Parce qu elle renvoie à la capacité d une organisation

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre

94160 SAINT MANDE. Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre 5-7 AVENUE DU GENERAL DE GAULLE 94160 SAINT MANDE Accord de Développement de l Emploi et des Compétences (ADEC) Plasturgie en Région Centre - Actions individuelles : diagnostic RH et accompagnement des

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Gestion des ressources humaines et SI RH : grandes tendances, innovations et usages

Gestion des ressources humaines et SI RH : grandes tendances, innovations et usages Gestion des ressources humaines et SI RH : grandes tendances, innovations et usages Une solution organisationnelle : le Centre de Services Partagés Le 7 novembre 2006 1 Sommaire Ineum consulting en quelques

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

GRH1: Etre Responsable Formation

GRH1: Etre Responsable Formation 10 FORMATION ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES GRH1: Etre Responsable Formation - Présenter les enjeux et politiques de la fonction de responsable - Avoir une vision globale du métier et de ses évolutions

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Rigueur et Professionnalisme de la Fonction RH :

Rigueur et Professionnalisme de la Fonction RH : Rigueur et Professionnalisme de la Fonction RH : Apport de la Révolution Digitale Assoc Prof Charles-Henri Besseyre des Horts, PhD HEC Paris besseyre@hec.fr Une Fonction RH malmenée Une fonction qui se

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES V.18 avril 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTÉRIEL DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le protocole d accord du 21 novembre 2006 relatif à la formation professionnelle

Plus en détail

PROFESSIONNALISATION DE LA FILIERE RESSOURCES HUMAINES DE GAZ DE FRANCE

PROFESSIONNALISATION DE LA FILIERE RESSOURCES HUMAINES DE GAZ DE FRANCE PROFESSIONNALISATION DE LA FILIERE RESSOURCES HUMAINES DE GAZ DE FRANCE Le Groupe Gaz de France Une ambition : être un leader de l énergie en Europe Une stratégie : développer ses activités sur l ensemble

Plus en détail

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet

Campus TKPF. Centre de compétences. Synthèse du projet Campus TKPF Centre de compétences Synthèse du projet 1 UN ESPACE D INFORMATION, D ORIENTATION, D ACCOMPAGNEMENT & DE VALORISATION DE SON PARCOURS PROFESSIONNEL UNE INGENIERIE INTEGREE DU SYSTEME FORMATION

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

JOURNÉE PORTES OUVERTES

JOURNÉE PORTES OUVERTES JOURNÉE PORTES OUVERTES Approfondir l utilisation d outils RH vers une gestion dynamique et prospective des RH 7 octobre 2014 Mission Conseils et Organisation RH Face aux contraintes d activités, l évolution

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 -

MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - MARKETING DE LA FORMATION Les nouvelles donnes - NOTE DE REFLEXION JUIN 2013 - Avec un chiffre d affaires total de 3.5 Milliards d euros par an, la formation professionnelle est un secteur apparemment

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh

L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh L impact des technologies du Web sur la Gestion des Ressources Humaines : Emergence de l e-rh Professeur : Jacques Naymark Etudiante : CHEN Shengyuan PLAN 1. Introduction 2. L apport des Nouvelles Technologies

Plus en détail

Principales tendances touchant l activité des conseillers clientèle

Principales tendances touchant l activité des conseillers clientèle Principales tendances touchant l activité des conseillers clientèle UNE HAUSSE DU NIVEAU D EXIGENCE ENVERS LES CONSEILLERS CLIENTÈLES SUR LES SAVOIRS DE BASE Compétences relationnelles à l oral et à l

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT

CONSEIL INGENIERIE FORMATION MANAGEMENT CONSEIL MANAGEMENT Assurer la responsabilité opérationnelle d une équipe Développer son leadership au sein d une équipe Pratiquer la délégation Conduire une réunion Conduire un entretien individuel-professionnel

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Version du 1 er décembre 2008 REFERENTIEL INTERMINISTERIEL

Version du 1 er décembre 2008 REFERENTIEL INTERMINISTERIEL Version du 1 er décembre 2008 REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE LA FONCTION «RESSOURCES HUMAINES» DU CADRE DE PROXIMITE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel récapitule les éléments de la

Plus en détail

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants

Présentation presse. Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Présentation presse Le marché du conseil : tendances et facteurs déterminants Le pourquoi de l étude Contexte Un marché du conseil en profonde mutation Une décroissance du chiffre d affaire en 2002 et

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES SERVICES PAIE ET RH

7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES SERVICES PAIE ET RH 7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES SERVICES PAIE ET RH LES 7 INNOVATIONS QUI TRANSFORMENT LES RH C est en 1970 qu apparurent les premiers logiciels destinés au monde des ressources humaines et plus particulièrement

Plus en détail

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME

PACK ON DEMAND. Solution SaaS pour PME PACK ON DEMAND Solution SaaS pour PME 1 Yourcegid RH Pack On Demand : Solution de gestion de la Paie et des Ressources Humaines, dédiée aux PME, en mode SaaS. Un grand souffle sur les ressources humaines

Plus en détail

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières

Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Global sourcing : Externalisation et Centres de Services Partagés, les nouvelles stratégies des Directions Financières Conférence IDC Ernst & Young Thierry Muller, Associé «Technologies, management et

Plus en détail

La GPEC : Une opportunité en temps de crise

La GPEC : Une opportunité en temps de crise La GPEC : Une opportunité en temps de crise Présentation issue de l atelier Campus merlane du 28/03/2013 Petit historique Un effet de mode Une connotation PSE Une volonté d exhaustivité des outils Un exercice

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

PARCOURS TREMPLIN MANAGER Tout employé d un site logistique ayant dans le cadre de son activité professionnelle la responsabilité quotidienne du management d une équipe 10 jours 7,5 heures 8 à 14 Professionnaliser

Plus en détail

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE

Management par les processus les éléments structurants. Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE Management par les processus les éléments structurants Lionel Di Maggio Master 1 MIAGE 1 1. Objectifs et définitions 2. Le retour sur investissement des démarches 3. Les éléments structurants 4. Mise en

Plus en détail

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale

3 clés pour faire. de la communication managériale un levier de performance. Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale 3 clés pour faire de la communication managériale un levier de performance Baromètre Afci-ANDRH-Inergie 2013 sur la communication managériale L Afci, l ANDRH et le cabinet Inergie mènent depuis 2006, tous

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

Vous accompagner dans votre fonction RH

Vous accompagner dans votre fonction RH Vous accompagner dans votre fonction RH Les entreprises sont de plus en plus confrontées à l évolution de leur organisation. Celle- ci peut être le fruit d une croissance organique ou externe (création

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe

chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe chapitre 4 L innovation dans Le GRoupe 4.1 définir L innovation selon l insee, l innovation est un changement significatif de nature technique, commerciale, organisationnelle, structurelle ou de logique

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

Quels managers pour demain?

Quels managers pour demain? Quels managers pour demain? REFLEXIONS DE L OBSERVATOIRE SOCIAL INTERNATIONAL Trois évolutions concomitantes Transformant les missions des managers : 1. L irruption de la société civile dans l entreprise

Plus en détail

La carte d achat, c est quoi ça?

La carte d achat, c est quoi ça? La, c est quoi ça? C est un outil mis à disposition des structures publiques et privées qui modifie et simplifie l acte d approvisionnement : C est une carte bancaire nominative et sécurisée qui permet

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? 1 Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement collectif

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

L ORGANISATION COMMERCIALE

L ORGANISATION COMMERCIALE L ORGANISATION COMMERCIALE I. Les structures commerciales L équipe commerciale est définie, au sens large du terme, comme l ensemble des acteurs intervenant dans le processus de vente. Organiser l équipe

Plus en détail

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel

Présentation des PARTENARIATS possibles entre. L Education Nationale et le Monde Professionnel 1 G MADELIN 25 Mai 05 Présentation des PARTENARIATS possibles entre L Education Nationale et le Monde Professionnel Les grands débats autour de l école et de la formation professionnelle. La récente loi

Plus en détail