Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dr Lydia GUITTET CHU de Caen"

Transcription

1 Dr Lydia GUITTET CHU de Caen

2 Taux pour personnes années Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Taux d incidence du CCR 500 Population cible Age en 2005 Homme Femme

3 Nombre de cas annuels (France) Dépistage du cancer colorectal en population générale (risque moyen) Trop âgés ( 75 ans) Age du dépistage (50-74 ans) Trop jeunes (<50-74 ans) Homme Femme Total

4 Quel type de test? Tests basés sur les selles Recherche de sang occulte dans les selles Recherche d ADN tumoral dans les selles Tests sanguins Visualisation du tube digestif Recto-sigmoïdoscopie Coloscopie Coloscopie virtuelle

5 Quel type de test? Tests basés sur les selles Recherche de sang occulte dans les selles Limites prévisibles : 1 ) Parmi la population cible - Acceptabilité d un prélèvement de selle à domicile? - Acceptabilité de la multiplication des prélèvements? - Acceptabilité de la répétition des cycles de dépistage? 2 ) Chez les participants - Un saignement digestif peut avoir une autre origine FP - Tous les cancers digestifs ne saignent pas FN - Lorsqu ils saignent, ils ne saignent pas en permanence FN (2/3 cancers ou gros adénomes saignent au moins 1 fois / semaine) - Un cancer peut apparaître après un test négatif... - Sensibilité pour les lésions pré-néoplasiques < 100% - Apparition de nouvelles lésions pré-néoplasiques dans la population cible

6 Pers ans aσ, sans FR Test positif Test FOBT Test négatif 2 ans 5 ans Coloscopie diagnostique Vrais négatifs Faux positifs Cancer ou lésions pré-cancéreuses (Vrais positifs) Faux négatifs FOBT: Recherche de sang occulte dans les selles

7 Recherche de sang occulte dans les selles: Le test au gaïac Hemoccult II Mise en évidence de l activité pseudo-peroxydasique de l hème Gaïac réduit (incolore) + Hèmes Péroxydases H2O2 Gaïac oxydé (bleu) Lecture visuelle de la réaction colorimétrique 2 prélèvements / selle 3 selles consécutives 6 prélèvements au total

8 Recherche de sang occulte dans les selles: Le test au gaïac Hemoccult II Viandes (FP) Vitamine C (FN) Gaïac réduit (incolore) + Hèmes Péroxydases x H2O2 Gaïac oxydé (bleu) Légumes (FP) Hémoglobine (saignement digestif) Hème (origine alimentaire) Hémoglobine Colon-rectum Fer Hème Globine Acides aminés Protoporphyrine Pemptoporphyrines Hémoglobine intacte Deuteroporphyrine Porphyrines dérivées de l hème Hème intact Selles

9 Dépistage par test au gaïac en population à risque moyen Performance du test au gaïac: Sensibilité : Cancers invasifs : 50-60% Adénomes à haut risque : 20-25% (la répétition périodique du test peut permettre de découvrir plus tard ceux, qui en augmentant de taille, vont commencer à saigner ou se mettre à saigner plus) Spécificité : 97% ~ 60 à 80% des cancers invasifs < adénome

10 Asymptomatique Dépistage Diagnostic Symptomatique PDPC Temps Lésion pré-cancéreuse Lésion cancéreuse Stade d extension du CCR au diagnostic Taux de survie relative à 5 ans > diagnostic T12 N0 M0 87 % T34 N0 M0 82 % N1 M0 66 % M1 19 % Dépistage

11 Comment évaluer le gain réel en survie? Avance au diagnostic Temps Analyse de survie Gain apparent en survie «Lead-time bias» Biais d avance au diagnostic T0 = diagnostic de tumeur

12 Comment évaluer le gain réel en survie? Avance au diagnostic Gain réel en survie Temps Analyse de survie Gain apparent en survie Avance au diagnostic Gain réel en survie Différence de survie impossible à décomposer T0 = diagnostic de tumeur

13 Comment évaluer le gain réel en survie? Temps Essai contrôlé randomisé : T0 = date de randomisation Avance au diagnostic Mortalité spécifique par cancer / Mortalité toute cause T0 = date de randomisation

14 Comment évaluer le gain réel en survie? Avance au diagnostic Gain réel en survie Temps Avance au diagnostic T0 = date de randomisation Gain réel en survie

15 Comment évaluer le gain réel en survie? Diagnostic PDPC Survie Temps PDPC: phase de détectabilité pré-clinique PDPC Survie Temps Longueur de la PDPC liée au Pronostic Proba (Dépistage +) liée à la longueur de la PDPC «Length-time bias» Biais de sélection des formes favorables

16 Comment évaluer le gain réel en survie? Avance au diagnostic Gain réel en survie Temps Avance au diagnostic T0 = date de randomisation Cancers dépistés du bras dépistage Tous cancers du bras dépistage Cancer du bras témoins

17 Balance bénéfices-risques théorique -Baisse de la mortalité spécifique par cancer -Amélioration de la survie des malades -Allégement des traitements -Faux négatifs -Angoisse des faux positifs -Complication des examens complémentaires -Surdiagnostic / surtraitement éventuels

18 Test au gaïac: résultats des essais randomisés Stade d extension du CCR* au diagnostic Taux de survie relative à 5 ans M1 19% N1 M0 66% T34 N0 M0 82% T12 N0 M0 87% Stade avancé Stade précoce Hewitson P, et al. Am J Gastroenterol 2008; 103:1541-9

19 Test au gaïac: résultats des essais randomisés Mortalité cumulative par cancer colorectal -Cancers mieux traités -Moins de cancers Diminution de la mortalité spécifique par CRC de 16% au total, et de 23% chez ceux ayant participé Hardcastle JD, et al. Lancet 1996;348:

20 Test au gaïac: résultats des essais randomisés Incidence cumulative du cancer colorectal Diminution de l incidence du CRC de 17% 1. Sur-incidence 2. Baisse de l incidence Sur-diagnostic de cancer très faible Mandel JS, et al. NEJM 2000;343:1603-7

21 Organisation française du dépistage organisé du cancer colorectal Caisses d Assurance Maladie Listing de sujets non trié Structure de gestion Envoi d une invitation postale au patient 1-2 relances postales Rémunération spécifique du médecin Remise médicalisée du test Envoi du test par la poste 15% de réalisation du test > envoi par la poste Consultation du médecin traitant Réalisation du test par le patient à son domicile Exclusion des patients si CI au dépistage organisé 85% de réalisation du test > remise par le généraliste Envoi du test par le patient au centre de lecture dans une enveloppe T

22 Historique français: test au gaïac 1998 : Conférence de consensus recommandant la mise en route d études pilotes pour évaluer l intérêt du dépistage par Hemoccult 2002 : Expérimentation de la mise en place du dépistage du CCR en France 22 départements pilotes 2006 : Début de généralisation Parution au JO du cahier des charges du dépistage des cancers

23 250 positifs Tx de participation: 42% Pers. cibles Test au gaïac négatifs «Fidélisation» Imparfaite+++ 2 ans 5 ans Coloscopie diagnostique Compliance à la coloscopie: 85% Vrais négatifs 175 Faux positifs Tx Pos: 2 à 3% VPP: Cancer 10% AHR 20% 25 Cancers invasifs 50 Adénomes à haut risque 25 Cancers de l intervalle

24 Performance du test au gaïac: effet de l âge ans ans ans ans ans Tx. Positivité 2,2% 2,6% 3,0% 3,2% 3,5% VPP Cancer 4,6% 6,7% 10,3% 10,8% 14,6% Tx détect. Cancer 0,8 1,4 2,5 2,8 4,1 Le taux de positivité augmente avec l âge La Valeur Prédictive Positive du test augmente avec l âge Goulard H, Bilan des données du programme pilote. Avril

25 Balance bénéfices-risques tests coloscopies cancers AHR coloscopies ( tests) 2-5 perforations 4-8 hémorragies 1 décès

26 Quel type de test? Tests basés sur les selles Recherche de sang occulte dans les selles Tests au gaïac Tests immunologiques

27 Recherche de sang occulte dans les selles: Les tests immunologiques Spécifiques de la globine humaine Hémoglobine (saignement digestif) Hème (origine alimentaire) Hémoglobine Colon-rectum Fer Hème Globine Acides aminés Protoporphyrine Pemptoporphyrines Hémoglobine intacte Deuteroporphyrine Porphyrines dérivées de l hème Hème intact Selles

28 Recherche de sang occulte dans les selles: Les tests immunologiques Spécifiques de la globine humaine Capables de détecter un saignement plus faible Quantitatifs Variation du nombre de prélèvements (id. Hemoccult II) Variation du seuil de positivité Lecture automatisée Test gaïac OC Sensor FOB Gold Magstream (Eiken) (Beckman Coulter) (Fujirebio)

29 Seuil (UI) Se Sp 2,5 UI 0,77 0,89 1 UI 0,93 0,69

30 Performance du test immunologique Magstream (2 prélèvements) Guittet L, et al. Gut 2007;56:210-4

31 Performance du test immunologique OC Sensor (1 prélèvement) Spécificité NA identique Sensibilité meilleure Taux de positivité + élevé <-> VP Hol L, et al. Br J Cancer 2009; 100:

32 RSN Performance des tests immunologiques Magstream Détection des néoplasies avancées OC Sensor 3 2,5 Sensibilité + Spécificité + Magstream 2 prélèvements 2 Magstream 1 prélèvement 1,5 Hemoccult II 1 Hemoccult II 6 prélèvements 0, ,5 1 1,5 2 2,5 3 RFP MG1 MG2+ Park DI, et al. Am J Gastroenterol 2010; 105: Grazzini G, et al. Br J Cancer 2009; 100: Hol L, et al. Br J Cancer 2009; 100: Van Rossum et al. Br J Cancer 2009; 101: Guittet L, et al. Int J Cancer 2009; 125:

33 Intense & constant Faible ou intermittent

34 UN ou DEUX prélèvements performance identique en moyenne, en population

35 Analyse coût-efficacité: test immunologique Magstream (2 prélèvements)

36 Van Roon AHC. (2011) Levi Z. (2010) Shuhaibar M. (2010) Cole SR. (2003) Hoffman RP. (2010) Van Rossum LG. (2008) Hol L. (2009) Federici A. (2005) Test au gaïac Test immunologique Modalité Participation Modalité Participation selle 62% selles 61% 3 selles (spatule) (Hemoccult SENSA) Pas de régime 3 selles (spatule) Pas de régime 3 selles (spatule) (Hemoccult SENSA) Régime 3 selles Régime 3 selles (spatule) Pas de régime 3 selles (spatule) Pas de régime 3 selles (spatule) Régime 29% 3 selles (brosse) Réfrigérateur Pas de régime 47% 2 selles (brosse) Pas de régime 23% 3 selles (spatule) Pas de régime 2 selles (brosse) Pas de régime 55% 2 selles Pas de régime 47% 1 selle (brosse) Pas de régime 50% 1 selle (brosse) Pas de régime 30% 1 selle (brosse) Pas de régime 26% 58% 31% 40% 68% 60% 62% 36%

37 Plus sensibles Voire également plus spécifiques (fct du seuil) Moins de prélèvements Meilleure participation probable Mais: Plus coûteux (impact variable selon le seuil de positivité) Sensibles aux températures élevées

38 Historique français: tests immunologiques 2001 : Début des expérimentations avec les tests immunologiques 2008 : Rapport de la Haute Autorité de Santé «Place des tests immunologiques de recherche de sang dans les selles (ifobt) dans le programme de dépistage organisé du cancer colorectal en France» 2009 : Plan Cancer Mesure 16.3 «Déployer progressivement l utilisation du test immunologique de dépistage du cancer colorectal sur l ensemble du territoire» Expérimentation test immunologique

39 Perspective internationale : Tests immunologiques intégrés: Aux recommandations américaines Aux recommandations européennes (Guidelines parues en 2010) Plusieurs pays utilisent déjà les tests immunologiques en routine Italie Australie Japon

40 Perspectives à court / moyen terme Changement de test de recherche de sang dans les selles Choix du test immunologique (~ 3 tests candidats) Choix du seuil de positivité / nombre de prélèvements Organisation de la lecture automatisée / changement du cahier des charges (JO) Amélioration du taux de participation (encore < 50%) Lutte contre les inégalités sociales d accès au dépistage

41 Inégalités sociales de participation au dépistage organisé du cancer colorectal Pornet C, et al. JECH 2010; 64:318-24

42 A plus long terme? Tests basés sur les selles Recherche de sang occulte dans les selles Recherche d ADN tumoral dans les selles Tests sanguins Visualisation du tube digestif Recto-sigmoïdoscopie Coloscopie Coloscopie virtuelle

43 Merci de votre attention

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal :

Dépistage du cancer colorectal : Dépistage du cancer colorectal : Quels enjeux? Robert Benamouzig Gastro-entérologie Hôpital Avicenne Bobigny Le cancer colorectal dans le monde 3ème cause de cancer Augmentation 1975 : 500 000 cas 1990

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques

Plus en détail

Le dépistage de masse du cancer colorectal

Le dépistage de masse du cancer colorectal Le dépistage de masse du cancer colorectal M. YCHOU C.R.L.C. Val d Aurelle CHU Monpellier Mortalité par cancer colorectal par région 36000 nouveaux cas 17000 décès annuels Hommes Femmes Conditions optimales

Plus en détail

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE

ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16 RUE BONAPARTE 75272 PARIS CEDEX 06 TÉL : 01 42 34 57 70 FAX : 01 40 46 87 55 RAPPORT Au nom d un groupe de travail * émanant de la Commission I (Biologie) Dépistage organisé

Plus en détail

Dépistage organisé du cancer colo rectal en Drôme Ardèche : Le test immunologique enfin disponible

Dépistage organisé du cancer colo rectal en Drôme Ardèche : Le test immunologique enfin disponible Dépistage organisé du cancer colo rectal en Drôme Ardèche : Le test immunologique enfin disponible Gilles d Abrigeon 9 eme soirée médicale 19 novembre 2015 Un cancer fréquent et grave en augmentation 42

Plus en détail

le cancer de l intestin

le cancer de l intestin le cancer de l intestin Programme de dépistage en Communauté française www.cancerintestin.be Table des matières Introduction L adhésion des partenaires L engagement des gastro-entérologues 1. Le cancer

Plus en détail

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL

PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL DEPISTAGE ET PREVENTION DU CANCER COLO RECTAL Le cancer colo-rectal (ccr) 3è cancer, 42000 cas/an 2è cause de décès après le cancer du poumon 17500/an (accidents de la route 3200 décès ) 1 homme/14 et

Plus en détail

Le dépistage du cancer colorectal :

Le dépistage du cancer colorectal : Le dépistage du cancer colorectal : Indications - Résultats Pr. Côme LEPAGE Service d hépato gastroentérologie et oncologie digestive CHU Dijon, INSERM CRI 866 Proportion des cancers colorectaux sporadiques

Plus en détail

Dépistage Organisé des cancers du sein et du cancer colorectal en Saône et Loire. Campagne 2012 Dr Nassime TOUILLON Médecin Coordonnateur

Dépistage Organisé des cancers du sein et du cancer colorectal en Saône et Loire. Campagne 2012 Dr Nassime TOUILLON Médecin Coordonnateur Dépistage Organisé des cancers du sein et du cancer colorectal en Saône et Loire Campagne 2012 Dr Nassime TOUILLON Médecin Coordonnateur Plan 1- Le surdiagnostic dans le dépistage du cancer du sein : les

Plus en détail

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures

Le plan «bien vieillir» = 9 axes de travail et 29 mesures Plan National «BIEN-VIEILLIR» 2007-2009 Commission économique pour l Europe: Groupe de travail sur le vieillissement 1ère réunion - Genève 1er décembre 2008 Dr. Anne-Marie TAHRAT, Chargée de mission Direction

Plus en détail

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON FICHE 1 : Le dépistage organisé du cancer du sein : pour les femmes de 50 à 74 ans Chaque année en France, ce sont près de 49 000 femmes chez qui un cancer

Plus en détail

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques Evaluation des procédures diagnostiques Objectifs pédagogiques Evaluer un signe, un examen, une décision médicale en calculant leur sensibilité et leur spécificité, leurs valeurs prédictives positives

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

Principes des études diagnostiques

Principes des études diagnostiques Contexte Principes des études diagnostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker symptômes 1 2 Démarche diagnostique Objectifs d une étude diagnostique Symptômes, histoire de la maladie, ATCD,

Plus en détail

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Un K fréquent, mortel, guérissable dépendant du stade de découverte Donc dépistage organisé Résultats mitigés : participation,

Plus en détail

La génétique en cancérologie: une démarche progressive

La génétique en cancérologie: une démarche progressive La génétique en cancérologie: une démarche progressive UCP: A partir d observations cliniques et/ou biologiques (âge, ATCDs) émettre une hypothèse diagnostique poser l indication d une consultation d oncogénétique

Plus en détail

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme

Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Formation programme vaudois de dépistage du cancer du colon Présentation générale du programme Dr Reto Auer, Dr Kevin Selby, Pr Jacques Cornuz, PMU Dr Jean-Luc Bulliard, IUMSP Dr Cristina Nichita, Pr Gian

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

Formation des médecins généralistes

Formation des médecins généralistes Formation des médecins généralistes libéraux au dépistage des cancers Données épidémiologiques Nombre de cas et de décès par types de cancers en France en 2012 Testicule Col de l'utérus Larynx Oesophage

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie

Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie Description et analyse de l accès des patientes aux établissements de chirurgie projet REPERES (Recherche Évaluative sur la Performance des REseaux de Santé) Comité de présentation des résultats 09 juin

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Rapport du comité scientifique constitué par l INSPQ. Institut national de santé publique du Québec. septembre 2007

Rapport du comité scientifique constitué par l INSPQ. Institut national de santé publique du Québec. septembre 2007 revue systématique des études cliniques randomisées évaluant l efficacité du dépistage populationnel du cancer colorectal de la population à risque moyen Rapport du comité scientifique constitué par l

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

Les trois niveaux de prévention

Les trois niveaux de prévention Dépistage Les trois niveaux de prévention Que dépister? Facteurs étiologiques de maladie : causant la maladie Ex VIH pour le SIDA Facteurs de risque pour une maladie : induisant un accroissement de la

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014

Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Hormonothérapie de substitution (THS) : sa place en 2014 Raffaella Votino Service gynécologie et andrologie Plan : Définition Types de THS Débat dernières années Balance risques bénéfices THS et ostéoporose

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Service d Urologie CHI Haute Saône Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Palascak P., Gomez Orozco W., Nader N., Sauvain J.L., Sachova J., Palmero X. SOMMAIRE Epidémiologie Dépistage

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

MOURIR D UN CANCER DU SEIN, OU MOURIR AVEC : TELLE EST LA QUESTION. Julien Gelly

MOURIR D UN CANCER DU SEIN, OU MOURIR AVEC : TELLE EST LA QUESTION. Julien Gelly MOURIR D UN CANCER DU SEIN, OU MOURIR AVEC : TELLE EST LA QUESTION Julien Gelly Déclaration de liens d intérêts Chef de clinique de médecine générale Département de médecine générale, Université Paris

Plus en détail

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS.

FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. FRÉQUENCE -GRAVITE Ò 37000 NOUVEAUX CAS PAR AN.45000 CAS VERS 2020 Ò DEUXIÈME CANCER PAR ORDRE DE FRÉQUENCE. 15 % DES CANCERS. Ò LE RISQUE DEVIENT APPRÉCIABLE VERS 45 ANS ET AUGMENTE AVEC LES DÉCENNIES.

Plus en détail

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir!

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! DOSSIER DE PRESSE 2 Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! Le vendredi 10 avril 2015, de 10h à 18h, le Comité du Rhône de la Ligue contre le Cancer,

Plus en détail

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI

LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI LA MALADIE OLIGOMETASTATIQUE PRISE EN CHARGE DES METASTASES CEREBRALES DR JL BARAT-DR J. ESKANDARI CyberKnife System Conçu pour traiter des tumeurs dans le corps entier. Utilise un système de guidage

Plus en détail

INFORMATION Information et questionnement sur le dépistage organisé des cancers colorectaux Titre anglais à venir

INFORMATION Information et questionnement sur le dépistage organisé des cancers colorectaux Titre anglais à venir ACADÉMIE NATIONALE DE MÉDECINE 16, rue Bonaparte - 75272 PARIS CEDEX 06 Tél. : 01 42 34 57 70 Séance du 25 février 2014 INFORMATION Information et questionnement sur le dépistage organisé des cancers colorectaux

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés?

Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? Faut-il encore opérer les cancers de l œsophage localement avancés? controverse : pour Delphine BONNET Fédération digestive - Hôpital Purpan - TOULOUSE définitions Type histologique : adénocarcinome /

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL en Franche-Comté

DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL en Franche-Comté DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL en Franche-Comté sommaire 1. Présentation synthétique de l opération 2. Programme des actions coordonnées par l ADECA 3. Cartographie des actions 4. Le dépistage en pratique

Plus en détail

Modélisation médico économique du dépistage du cancer colorectal. Idir Ghout, Isabelle Durand- Zaleski et Iradj Sobhani

Modélisation médico économique du dépistage du cancer colorectal. Idir Ghout, Isabelle Durand- Zaleski et Iradj Sobhani Modélisation médico économique du dépistage du cancer colorectal Idir Ghout, Isabelle Durand- Zaleski et Iradj Sobhani Classement d une stratégie nouvelle par rapport à la stratégie de référence (Rappel)

Plus en détail

Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71

Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71 Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71 Dr Catherine HAMEL Médecin Coordonnateur 2013 Les cancers en France 1980 2010 170 000 nouveaux cas 365 000 nouveaux cas > 100 % en 30 ans

Plus en détail

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Congrès de l AORLQ - Octobre 2012 L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Moein Alizadeh, William Guertin, Louise Lambert, Louis Guertin, Manon Bélair, Luc

Plus en détail

La lutte contre le cancer Une priorité en Auvergne. Alors prenez soin de votre santé, faites-vous dépister!

La lutte contre le cancer Une priorité en Auvergne. Alors prenez soin de votre santé, faites-vous dépister! La lutte contre le cancer Une priorité en Auvergne Alors prenez soin de votre santé, faites-vous dépister! Dépistage du cancer du sein A partir de 50 ans, le dépistage du cancer du sein tous les 2 ans,

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

Statistiques et essais cliniques

Statistiques et essais cliniques Hegel Vol. 3 N 1 2013 DOI : 10.4267/2042/49204 21 Statistiques et essais cliniques François Kohler Laboratoire SPI-EAO, Faculté de Médecine, Vandœuvre-les-Nancy francois.kohler@univ-lorraine.fr Introduction

Plus en détail

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008

LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES. Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 LES DYSFONCTIONS THYROÏDIENNES SUBCLINIQUES Dre Andrée Boisselle endocrinologue CRSSS-RN Octobre 2008 Objectifs Au terme de cet exposé, les participants pourront 1- identifier les états cliniques correspondants

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD

CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD CHIMIOTHERAPIE ADJUVANTE DANS LE CANCER COLIQUE DE STADE II ALEXANDRE GIRAUD I - CANCER COLIQUE Le colon : en amont de la jonction recto-sigmoïdienne,, plus de 15 cm de la marge anale en rectoscopie. Adénocarcinome

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL

DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL 11 septembre 2015 DEPISTAGE ORGANISÉ DU CANCER COLORECTAL Nouveau test, nouvelle organisation 1 Communiqué 11 septembre 2015 Dépistage organisé du cancer colorectal Nouveau test, nouvelle organisation

Plus en détail

Le Dépistage Mammographique

Le Dépistage Mammographique Le Dépistage Mammographique (Femme non Mutée) avant 50 ans Pour Qui, Pourquoi? Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Et mes Remerciements à I. Thomassin- Naggara Point de Référence

Plus en détail

Actualités et nouveaux outils dans le dépistage du cancer colorectal

Actualités et nouveaux outils dans le dépistage du cancer colorectal Actualités et nouveaux outils dans le dépistage du cancer colorectal Dr Patrice Pienkowski Clinique du Pont de Chaume-Montauban Objectifs pédagogiques -Quels sont les résultats actuels du dépistage organisé

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012?

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Toulouse le 5 avril 2013 Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique?

L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique? L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique? Pourquoi réadapter l artériopathe? => Impact santé publique, Recommandations Qu attendre de la réadaptation? =>Nombreux bénéfices Comment faire? =>Spécificités

Plus en détail

La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge. Preventie en screening binnen het Kankerplan. Anne Vandenbroucke Guido Van Hal

La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge. Preventie en screening binnen het Kankerplan. Anne Vandenbroucke Guido Van Hal La prévention et le dépistage dans le cadre du Plan Cancer belge Preventie en screening binnen het Kankerplan Anne Vandenbroucke Guido Van Hal Action 2 : dépistage et accompagnement des personnes à risque

Plus en détail

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin MICI et cancers Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin Généralités Espérance de vie Non différente de celle de la population générale Un peu réduite dans la MC Incidence globale et

Plus en détail

Questions «tendance»: COMMENT MESURER LA QUALITE DANS UN CENTRE D ENDOSCOPIE

Questions «tendance»: COMMENT MESURER LA QUALITE DANS UN CENTRE D ENDOSCOPIE Questions «tendance»: COMMENT MESURER LA QUALITE DANS UN CENTRE D ENDOSCOPIE Arrière-plan objectif: La sécurité des patients : données internationales 10% (4-16%) des patients hospitalisés présentent des

Plus en détail

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé)

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) COLORATION ET/OU TATOUAGE DE LA PAROI DU TUBE DIGESTIF, AU COURS D'UNE ENDOSCOPIE DIAGNOSTIQUE (code : HZHE004 sous-chapitre : 18.02.07.03) ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) MAI 2006 Service évaluation des

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal : état des lieux et futur. J FAIVRE (Dijon)

Dépistage du cancer colorectal : état des lieux et futur. J FAIVRE (Dijon) Dépistage du cancer colorectal : état des lieux et futur J FAIVRE (Dijon) Problème du dépistage du cancer colorectal 37 400 nouveaux cas cancers colorectaux / an (2005) Parmi 10 000 personnes + 50 ans,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 décembre 2007 ELIGARD 45 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 seringue pré remplie de poudre et 1 seringue pré remplie de solvant (CIP: 382 633-8) Laboratoire

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse r Orlando, le 2 juin 2009 Roche-EDIFICE : de nouvelles données publiées dans le cadre du congrès de l ASCO confirment l intérêt d un programme structuré de dépistage systématique dans

Plus en détail

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal SOFOMEC - Jeudi 17 mars 2011 1 Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal OUI!... Puisque Sine materia... En fait : NON But de cette présentation

Plus en détail

Les journées du Trocadéro

Les journées du Trocadéro Les journées du Trocadéro 21 Octobre 2014 lparois@club internet.fr Faut il avoir peur de ses patients? Dans quel cas sommes nous indéfendables? Cas n 1 a Mme O, âgée de 67 ans, consulte pour diarrhée chronique

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

Questions / Réponses

Questions / Réponses Questions / Réponses Participation au dépistage du cancer du sein : Recommandations de la HAS pour les femmes de 50 à 74 ans Quelques données sur le dépistage du cancer du sein en France en 2012 : 52 588

Plus en détail

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de

Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE. Fier commanditaire de Septin9 UNE AVANCÉE DANS LA DÉTECTION DU CANCER COLORECTAL UNE SIMPLE ANALYSE SANGUINE VOUS DONNERA UNE RÉPONSE Fier commanditaire de 1 TEST DE DÉPISTAGE SEPTIN9 Votre professionnel de la santé peut utiliser

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Surveillance générale de la sigmoïdoscopie flexible Rapport du groupe d experts - 2 e version

Surveillance générale de la sigmoïdoscopie flexible Rapport du groupe d experts - 2 e version Surveillance générale de la sigmoïdoscopie flexible Rapport du groupe d experts - 2 e version 3 juin 2010 Table des matières Membres du groupe d experts...3 Objectif du présent document...4 Résumé... 4

Plus en détail

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France P. Tuppin, S. Samson, P. Perrin, A. Weill, P. Ricordeau, H. Allemand Caisse nationale d assurance maladie des

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER

RÉDUISEZ VOTRE RISQUE DE CANCER Je suis heureuse de venir parler de prévention car les conseils de prévention devraient être l objet de davantage de «prescriptions» de la part des personnels de santé. Pour prévenir le cancer, tant que

Plus en détail

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Faculté de Médecine Paris 7 - Denis Diderot Département de FMC LES TUMEURS DE LA PROSTATE Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Professeurs Vincent DELMAS et Alain EDDI 1 Classement des cancers par

Plus en détail

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse

Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse Après Paris, Lyon, Marseille et Reims : Côlon Tour 2 et 3 avril 2012 Bourg-en-BresseBresse marché couvert Prévention du cancer colorectal : dépistage et diététique Contact : Dr Anne Bataillard 04 74 45

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente Apprentissage Matériel et locaux adaptés Informations et ordonnances envoyées Indications

Plus en détail

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux INTRODUCTION-CANCER DU COL Ces vingt dernières années, le CANCER

Plus en détail