SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE"

Transcription

1 Département de l Isère COMMUNE DU CHEYLAS SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE RAPPORT DE PHASE 3 PROPOSITIONS D AMENAGEMENTS Mémoire explicatif E , chemin du Bac à Traille CALUIRE ET CUIRE Tél. : Fax :

2 SOMMAIRE PREAMBULE... 3 PROPOSITIONS D AMENAGEMENTS... 4 I. TRAVAUX PROPOSES SUR LE RESERVOIR DE L ABBAYE... 4 I.1. Généralités... 4 I.2. Description des travaux proposés... 5 I.1. Montant des travaux proposés... 5 II. TRAVAUX PROPOSES SUR LE RESERVOIR DE MONJOMAD... 5 II.1. Généralités... 5 II.2. Scénario n 1 : Réfection de l ouvrage... 6 II.1. Scénario n 2 : Abandon de l ouvrage et alimentation depuis le Bas Service... 6 II.2. Montant des travaux proposés... 7 III. AMELIORATION DES CONDITIONS DE DEFENSE INCENDIE... 8 III.1. Généralités... 8 III.2. Description des travaux proposés... 8 III.3. Montant des travaux proposés... 8 IV. SECTORISATION PERMANENTE DES RESEAUX... 9 IV.1. Généralités... 9 IV.2. Description des travaux proposés... 9 IV.3. Montant des travaux proposés V. CONCLUSION : SYNTHESE DES TRAVAUX PROPOSES RECOMMANDATIONS POUR L EXPLOITATION DE L ALIMENTATION EN EAU DE SECOURS11 I. GENERALITES II. FONCTIONNEMENT HYDRAULIQUE ET CAPACITE D APPROVISIONNEMENT III. MODE D EXPLOITATION RECOMMANDE GESTION PATRIMONIALE I. INVENTAIRE DU PATRIMOINE ACTUEL I.1. Réseaux I.2. Ouvrages de stockage et de captage I.3. Compteurs II. PROGRAMME DE RENOUVELLEMENT DES STRUCTURES II.1. Renouvellement des réseaux de distribution II.2. Renouvellement des ouvrages de captage et de stockage II.3. Renouvellement des équipements de réseaux CONCLUSION

3 PREAMBULE L état des lieux établi dans la présente étude a permis de mettre en évidence le bon état général du système d alimentation en eau potable. En effet, les eaux produites sont de bonne qualité, disposent d un traitement adapté et d un réseau de distribution performant. Dans le détail, l état des lieux a toutefois permis de mettre en évidence certaines anomalies plus ou moins importantes : Alimentation en eau de secours : Les modalités d exploitation et la capacité réelle de l interconnexion récemment mis en place avec la commune de Pontcharra restent à ce jour à définir. Réservoirs d eau potable : Le génie civil du réservoir de Monjomad est relativement dégradé en raison d importantes infiltrations dans la chambre de vannes. La configuration hydraulique du réservoir de l Abbaye associé à un dimensionnement important (pour assurer la défense incendie) ne permet pas à ce jour d assurer un bon renouvellement des eaux de la cuve. Défense incendie : Certains secteurs ne bénéficieraient pas à ce jour de conditions de défense incendie optimales. Equipements de réseaux : Les réducteurs de pression actuellement en service ont bénéficié d une pose dans les «règles de l art», ceci permettant d assurer une bonne longévité aux appareils existants. Certains équipements devraient toutefois bénéficier d un renouvellement. Un plan de gestion patrimoniale devrait également être mis en place de manière à assurer un renouvellement régulier et durable du réseau. 3

4 Schéma directeur d alimentation en eau potable PROPOSITIONS D AMENAGEMENTS La présente partie a pour objet de proposer différents scénarii d aménagements à la commune pour répondre aux dysfonctionnements ou anomalies citées précédemment. I. TRAVAUX PROPOSES SUR LE RESERVOIR DE L ABBAYE I.1. Généralités Deux problématiques ont été mises en évidence sur cet ouvrage lors de la visite de reconnaissance effectuée dans le cadre de la présente étude : La présence de mousses en quantité importante sur le plafond et les parties hautes des parois de la chambre de vannes ; La mauvaise configuration hydraulique de la distribution associée à une part important du volume alloué à la défense incendie par rapport au volume total de la cuve. Photo n 1 : Aperçu des mousses se développant à l intérieur de l ouvrage 4

5 I.2. Description des travaux proposés Les travaux proposés sont donc les suivants : Lutte contre le développement de mousse / réfection de l ouvrage : Nettoyage complet des parois intérieures et du plafond de la chambre de vannes ; Obstruction de la fenêtre (la lumière favorise le développement des mousses) ; Reprise intégrale de l étanchéité du toit de la chambre de vannes : Nettoyage et mise en place d un enduit sur les façades extérieures de l ouvrage (protection contre l humidité). Reconfiguration de la distribution en eau potable : Abandon de la sortie de distribution actuelle et mise en place d une lyre incendie. I.1. Montant des travaux proposés Le montant des travaux proposés est le suivant : Nettoyage et traitements contre les mousses de la chambre de vannes : HT Reprise complète de l étanchéité du toit de la chambre de vannes : HT Nettoyage des murs extérieurs et pose d un enduit : HT Mise en place d une lyre incendie : HT TOTAL : HT. II. TRAVAUX PROPOSES SUR LE RESERVOIR DE MONJOMAD II.1. Généralités Une importante problématique d étanchéité a été constatée sur cet ouvrage située dans une zone de sources. L étanchéité actuelle de l ouvrage ne paraît pas suffisante à ce jour. La mauvaise étanchéité a été constatée sur la partie visible et accessible de l ouvrage, à savoir la chambre de vannes. Il est impossible de vérifier s il existe des infiltrations au niveau de la cuve. Un contrôle pourra être effectué lors du prochain nettoyage. Deux solutions peuvent être envisagées pour répondre à cette problématique : Scénario n 1 : Réfection de l étanchéité du réservoir ; Scénario n 2 : Abandon du réservoir et alimentation en eau directe depuis le réseau du Villard. 5

6 Schéma directeur d alimentation en eau potable Photo n 2 : Aperçu des infiltrations d eau dans la chambre de vannes du réservoir II.2. Scénario n 1 : Réfection de l ouvrage Il est proposé dans ce premier scénario de reprendre de manière intégrale l étanchéité extérieure de l ouvrage, y compris la mise en place d un massif drainant (a priori inexistant à ce jour). Des investigations au niveau de la cuve resteront à réaliser de manière à identifier éventuellement un problème d étanchéité. Une opération de nettoyage des façades devrait également être réalisée de manière à éliminer les mousses actuellement présente. II.1. Scénario n 2 : Abandon de l ouvrage et alimentation depuis le Bas Service Il est proposé dans ce second scénario d abandonner le réservoir de Monjomad et d alimenter directement le Moyen Service par le Bas Service. L interconnexion sera permise par les structures existantes : Le by-pass situé Chemin du Merle ; La vanne d interconnexion située au rond-point de l avenue du Dauphiné. NB : Il est recommandé de procéder à la pose de deux nouveaux regards dans lesquels des débitmètres devraient être installés. 6

7 Les conditions de pressions ne seront que légèrement modifiés (moins de 1 bar d augmentation de pression). Les conditions de défense incendie ne devraient pas être plus défavorables que celles observées actuellement et le volume de réserve sera assuré par le réservoir du Villard. Toutefois, il est nécessaire de procéder à une vérification en situation réelle avant toute modification définitive. La capacité actuelle du réservoir du Villard suffit pleinement à assurer plus d une journée de distribution sur les deux services réunis (430 m 3 distribués pour 880 m 3 de volume utile en situation actuelle). II.2. Montant des travaux proposés Le montant des travaux à réaliser est estimé à : Scénario n 1 : Réfection du réservoir Réfection de l étanchéité : Inv. complémentaire à réaliser Scénario n 2 : Abandon du réservoir Mise en place de 2 regards de comptage : HT Le montant des travaux lié à une reprise de l étanchéité de l ouvrage reste très délicat à appréhender. Il conviendrait dans un premier temps de vérifier la bonne étanchéité de la cuve préalablement à toute démarche. La mise en œuvre du scénario n 2 conduira également à limiter le nombre de structures à exploiter, et par conséquent, à renouveler en temps voulu. Elle reste toutefois à valider avant toute modification définitive. 7

8 III. AMELIORATION DES CONDITIONS DE DEFENSE INCENDIE III.1. Généralités Bien que les résultats obtenus sur certains hydrants ne soient pas satisfaisant, les conditions de défense incendie sont à ce jour satisfaisante (pour les hydrants à la charge de la commune) en dehors du secteur de l Abbaye. Toutefois, d un point de vue hydraulique, aucun des hydrants testés ne devraient être classés non-conformes, y compris sur le secteur de l Abbaye où le débit à 1 bar théorique est estimé à près de 200 m 3 /h. Certains résultats nous apparaissent en effet anormalement bas, et ce notamment au regard de résultat obtenus sur des hydrants à proximité. III.2. Description des travaux proposés Il est donc proposé à la commune de procéder dans un premier temps à une vérification de l ensemble des vannes de sectionnements situés sur les antennes de distribution concernées. En effet, il arrive parfois que des vannes de sectionnement soient partiellement ouvertes et par conséquent, ne permettent pas d assurer de bonnes conditions de défense incendie. Si aucun résultat n est obtenu, des investigations complémentaires devront être au cas par cas réalisées de manière à définir l origine de la perte de charge singulière générée. III.3. Montant des travaux proposés Cette opération de contrôle peut être réalisée par l exploitant. 8

9 IV. SECTORISATION PERMANENTE DES RESEAUX IV.1. Généralités Les premières phases d étude ont permis de mettre en évidence la très bonne performance des réseaux de distribution d eau potable de la commune en matière de rendement. Cette bonne performance s explique essentiellement par les efforts consentis par la collectivité en matière de renouvellement de réseau associé à une bonne exploitation des structures par l exploitant. Toutefois, le maintien du rendement des réseaux est d autant plus difficile quand il est bon. C est pourquoi il est proposé de mettre en place une sectorisation permanente des réseaux. L opération consiste essentiellement à effectuer un suivi permanent des débits sur des parties indépendantes du réseau (pose de compteurs d ilotage). L exploitation des données permettra d assurer un suivi en temps réel de l état du réseau et améliorera l efficacité des opérations de maintien et d amélioration de rendements de réseau. Compte tenu de la configuration des réseaux, il est proposé de mettre en place un compteur de sectorisation Place de l Hôtel de Ville de manière à isoler deux secteurs sur le Bas Service (Ilot Chabert-Village / Ilot Merciers). IV.2. Description des travaux proposés Les travaux proposés consistent à mettre en place un regard de comptage équipé d un débitmètre au niveau de la Place de l Hôtel de Ville de manière à sectoriser le réseau du Bas Service en deux secteurs. Les données devront être rapatriées sur l actuel système de télésurveillance. Graphique 1 : Aperçu d un regard de comtage 9

10 IV.3. Montant des travaux proposés Le montant des travaux proposé est de HT, hors missions annexes. V. CONCLUSION : SYNTHÈSE DES TRAVAUX PROPOSÉS Le tableau suivant illustre de manière synthétique les différents travaux proposés. Travaux sur le réservoir de l'abbaye Travaux sur le réservoir de Monjomad Travaux d'amélioration des conditions de défense incendie Sectorisation permanente des réseaux Tableau 1 : Synthèse des opérations d investissement proposées Travaux proposés Montant des travaux proposés (en HT) Réfection de l'ouvrage Reconfiguration de la distribution SOUS TOTAL : Scénario n 2 : Abandon du réservoir et alimentation directe depuis le Bas Service Scénario n 1 : Réfection de l'étanchéité de l'ouvrage Inv. complémentaires à réaliser SOUS TOTAL : Vérification du bon fonctionnement d'équipements de réseaux - SOUS TOTAL : - Sectorisation permanente des réseaux : SOUS TOTAL : TOTAL L impact sur le coût du service n est pas illustré car inférieur à 1 centimes par m 3 (dans la situation où tous les travaux sont autofinancés et que les volumes facturés soient de m 3 /an). 10

11 RECOMMANDATIONS POUR L EXPLOITATION DE L ALIMENTATION EN EAU DE SECOURS I. GÉNÉRALITÉS Une alimentation en eau de secours a été mise en place en 2012 avec la commune de Pontcharra via la pose d environ 4 km de canalisation en PEHD 160 mm (interconnexion avec le Bas Service au niveau de la Route de la Buissière). Le système d alimentation en eau potable de Pontcharra interconnecté est alimenté par le réservoir du Bourg situé à une altitude d environ 315 m (trop plein), soit une altitude proche de celle du réservoir du Villard. Aucune donnée complémentaire ne nous a été rendu disponible quant à la capacité d approvisionnement de cette interconnexion (débit, pression et volume disponible) et aucun essai n a été réalisé. II. FONCTIONNEMENT HYDRAULIQUE ET CAPACITÉ D APPROVISIONNEMENT En matière de fonctionnement hydraulique, on peut néanmoins supposer que : La mise en service de l interconnexion ne conduirait pas à une importante augmentation de pression sur le réseau du Bas Service. L alimentation en eau potable du réservoir du Villard ne nous paraît pas, a priori, possible par cette interconnexion (le réservoir du Bourg étant à une altitude très proche voir inférieure à celle du Villard). Ce phénomène conduirait par conséquent à revoir les conditions d exploitation du Moyen Service (maillage de l adduction vers le réservoir de Mojomad et le bas service ET/OU alimentation en eau directe du moyen service par le bas service). Dans tous les cas, nous ne pouvons garantir que cette interconnexion sera capable d assurer une alimentation en eau de secours de la commune. Des investigations complémentaires (essais sur hydrants et un modèle hydraulique permettraient d étudier de manière plus concrète les capacités de cette interconnexion dans la mesure où les contraintes minimales d approvisionnement sont fixées par la commune de Pontcharra). 11

12 III. MODE D EXPLOITATION RECOMMANDÉ La conception et l exploitation des interconnexions nécessitent toutefois des précautions particulières pour éviter que ces conduites ne créent des zones de stagnation préjudiciables à la qualité des eaux (temps de séjour important, création de dépôt et développement de biofilms). Le temps de séjour dans un réseau est un des paramètres majeurs à prendre en compte pour maintenir la qualité de l'eau potable. Dans ce contexte, il convient de rappeler que le critère de dimensionnement usuel d un réseau recommande un renouvellement intégral des eaux hebdomadaire. Il est évident que cette valeur ne peut être respectée dans les antennes isolées et notamment dans les conduites d alimentation d appoint dont la mise en service est liée à des évènements peu fréquents Aussi la norme EN 1717 préconise-t-elle un temps de séjour maximal de 1 mois, après quoi la conduite d'alimentation doit être purgée. Les vitesses d écoulement jouent elles-aussi un rôle prépondérant dans la qualité des eaux dans les réseaux. En effet, l'écoulement de l'eau limite la croissance bactérienne par un effet d'arrachage du biofilm. Ainsi, la qualité microbiologique de l'eau peut se dégrader avec une augmentation de la vitesse d'écoulement, surtout lorsque celle-ci est brusque, par exemple lors de la mise en marche d'une bouche d'incendie Des études ont montré que les problèmes de stagnation favorisant corrosion et dépôts apparaissent dès que la vitesse de l'eau est inférieure à 0.01 m/s et disparaissent au-delà de 0.1 m/s (TRICARD-1995). Dans notre cas, il conviendrait donc : D assurer un écoulement permanent de 0.55 m 3 /h afin d assurer : une vitesse d écoulement permanente de 0.01 m/s destinée à limiter le développement de dépôt ou de corrosion ; un renouvellement intégral des eaux hebdomadaire (âge de l eau spécifique de 4,7 jours sur le tronçon) ; De procéder à une purge mensuelle du réseau destinée à nettoyer le réseau (vitesse d écoulement de 1 m/s pendant 1 heure). Dans la situation étudiée, cette opération correspondrait à un tirage de 60 m 3 /h pendant 1 heure. Cette opération permettra de limiter la remobilisation de dépôts ou une dégradation de la qualité bactériologique des eaux lors d une mise en service effective de l interconnexion de secours. De procéder à la mise en place d un poste de javellisation autonome destiné à être mis en service en secours. Le volume annuel consommé s élèverait, dans les conditions d exploitation recommandées, à environ m 3 /an. On notera enfin qu il est fortement déconseillé de vidanger la connexion d appoint et de la remettre en service pour une distribution de secours (intrusion d eau polluée au droit des fuites, assèchement des joints entraînant des fuites passagères à la remise sous pression, difficulté de maîtriser la qualité des eaux en raison d une désinfection hâtive). 12

13 GESTION PATRIMONIALE La présente partie a pour objet de mettre à jour l état actuel du patrimoine de la commune en fonction des données disponibles. I. INVENTAIRE DU PATRIMOINE ACTUEL I.1. Réseaux Une estimation de la date de pose du réseau a été réalisée d après les données et les informations données par la commune. Tableau n 2 Année de pose des réseaux d alimentation en eau potable Période de pose >2010 inconnu Linéaire de réseau (en ml) L âge moyen des conduites est donc d environ 18 ans pour les conduites pour lesquelles les périodes de pose sont connus. 13

14 I.2. Ouvrages de stockage et de captage Les réservoirs de Monjomad et de l Abbaye ont été construits dans les années 1960 et Le réservoir du Villard date des années Le Puits de la Gare a été construit en I.3. Compteurs La réglementation actuelle en matière de compteur est fixée par les arrêtés du 6 mars et du 9 novembre En ce qui concerne les compteurs généraux, la réglementation impose notamment un renouvellement des compteurs de prélèvement tous les 7 ans (vérification ou renouvellement du mécanisme ou remplacement). Une note de l agence de l Eau de 2012 rappelle par ailleurs que les compteurs servant de référence pour le calcul pour la redevance doivent être placé à l immédiat du point de prélèvement (ce qui est le cas pour la commune du Cheylas). Le tableau dresse un bilan des équipements de comptage sur la commune et des échéances de renouvellement réglementaire. Tableau 3 : Liste des compteurs généraux en place Emplacement Nature Type Année de pose Année de renouvellement prévue Puits de la Gare Production / Prélèvement Compteur ITRON Woltmag DN Réservoir du Villard Ditribution Bas Service Débitmètre KROHNE DN Réservoir du Villard Adduction Haut Service Compteur ITRON Woltmag DN Réservoir de Monjomad Distribution Moyen Service Compteur ITRON Woltex DN Réservoir de l'abbaye Adduction / Distribution Haut Service Débitmètre KROHNE DN Un compteur d ilotage a été placé sur l adduction entre le réservoir du Villard et celui de Monjomad en 2012 (débitmètre ABB). L ensemble des équipements en place est conforme à la réglementation. La commune dispose actuellement d un parc de compteurs individuels d environ pièces. Les années de pose de ces équipements sont transcrits dans le graphique suivant (source : RAD VEOLIA Eau). 200 Pyramide 2011 des compteurs en service Effectif PREC Année de Pose On compte à ce jour environ 220 compteurs à renouveler à ce jour (la réglementation impose un renouvellement tous les 15 ans des compteurs de facturation). 14

15 II. PROGRAMME DE RENOUVELLEMENT DES STRUCTURES II.1. Renouvellement des réseaux de distribution Compte tenu du linéaire de réseau actuel et des ratios usuellement utilisés, il est recommandé à la commune de procéder au renouvellement d environ 140 ml de réseau par an. Le programme de renouvellement est à établir en fonction des plans de voiries, de l age des réseaux et des fréquences de casses constatées sur les réseaux. II.2. Renouvellement des ouvrages de captage et de stockage L ouvrage de captage est en bon état général et ne nécessitera pas à court ou moyen terme de renouvellement. Le Puits présente une capacité de production suffisante en situation actuelle et future. Un suivi permanent de la piézométrie de la nappe et de la productivité du puits est à mettre en place de manière à pérenniser l exploitation de l ouvrage. Ce suivi doit être associé à la réalisation de diagnostic forage régulier (incluant notamment un passage caméra dans l ouvrage) et des opérations de nettoyage si nécessaire. Le réservoir de Montjomad présente à ce jour un état vieillissant et devrait bénéficier d un renouvellement à court ou moyen terme si il est conservé (durée de vie recommandée inférieure à 60 ans, soit un renouvellement avant 2030). Son état est par ailleurs dégradé (étanchéité intégralement à reprendre). Plusieurs scénarios ont été étudiés dans la présente étude, notamment celui consistant à abandonner l ouvrage (validation nécessaire sur le terrain pour les problématiques de défense incendie). Son renouvellement reste donc à prévoir si son abandon n est pas souhaité ou réalisable compte tenu de son état dégradé. Le réservoir du Villard présente un bon état général en raison notamment de sa construction récente. Son renouvellement ne serait pas à prévoir d un point de vue structurel. Le développement prévisible de la commune d ici 10 ans (environ 700 habitants supplémentaires localisés pour immense partie sur l actuel bas et moyen service) devrait conduire à une augmentation significative des besoins en eau potable (environ 105 m 3 /jour sur la base d un ratio de 150 L/jour/habitant). Dans cette situation, le volume journalier distribué devrait s établir à 550 m 3 /jour en situation future pour le haut et moyen service. La capacité utile du réservoir, à savoir 880 m 3, est tout à fait adéquate aux besoins futurs. Aucun renouvellement de l ouvrage n est donc à prévoir à court ou moyen terme. Le réservoir de l Abbaye présente à ce jour un état satisfaisant et ne devrait pas bénéficier d un renouvellement à court terme d un point de vue structurel (durée de vie recommandée inférieure à 60 ans, soit un renouvellement avant 2030). Son volume utile, relativement limité (30 m 3 pour 20 m 3 /jour distribué), ne permettrait toutefois de satisfaire que les besoins en eau d environ 70 habitants supplémentaires (sur la base d une réserve utile correspondant à 24 heures de consommation en eau maximum). Cette population supplémentaire devrait être atteinte d ici 10 ans d après les dispositions du PLU en projet. 15

16 La construction d un nouvel ouvrage pourrait donc peut donc être envisagé à moyen terme compte tenu de l âge avancé de l ouvrage et des besoins en eau projetés sur le haut service (horizon ). En conclusion, on notera donc que la principale opération de renouvellement hors réseaux à prévoir serait le réservoir de Montjomad. L abandon de l ouvrage reste une solution a priori envisageable (à valider sur le terrain). II.3. Renouvellement des équipements de réseaux Il est recommandé de procéder au renouvellement de l ensemble des équipements constituant les deux chambres de réductions de pression situées Route du Trouillet. Cette opération est à intégrer dans le cadre d une gestion patrimoniale des structures d alimentation en eau potable de la commune. On estime le coût du renouvellement des équipements à environ 5000 HT par chambre. 16

17 CONCLUSION Les travaux proposés dans le cadre de la présente étude permettront d améliorer et de garantir une gestion durable du système d alimentation en eau potable. Bien qu aucun dysfonctionnement majeur n ait été mis en évidence, il conviendra pour les prochaines années de s assurer d un programme de renouvellement cohérent destiné à maintenir les bons rendements actuellement constatés. Les investissements proposés sont dans les faits très limités et visent essentiellement à limiter le nombre de structures ou à maximiser leur fonctionnement. 17

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1 Régie Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page

Plus en détail

Délégation du Service Public de l Eau Potable

Délégation du Service Public de l Eau Potable DEPARTEMENT DU RHONE Délégation du Service Public de l Eau Potable Dossier de Consultation des Entreprises Pièce n 2 Mémoire Explicatif 1 PRESENTATION DU SERVICE 1.1 Les ressources 1.1.1 Origine de l eau

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Programme Rencontre Technique ASCOMADE Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Présentation du logiciel de modélisation EPANET 1 Présentation du Logiciel Rôle

Plus en détail

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation...

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation... Exercice 2012 Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service Public de l Eau potable Eau du robinet : source de minéraux Des contrôles pour une eau sûre L exigence de qualité Syndicat des Eaux de

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres OPTIMISATION DU RESEAU D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE Ville de Thouars Deux Sèvres La Régie R de l Eaul Crée e fin 2001 ( reprise en Régie R suite à fin d un d contrat d affermage d ) Petite structure

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z Service de l Eau Potable Année 2007 RAPPORT

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution

eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution Les cahiers supplément technique du magazine eau service N 11 / NOvembre 2010 eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z Service de l Eau Potable Année 2013 Elaboré

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents?

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Maeve de France (Direction Technique, chef de projet métier SIG) Simon Le Grand (Direction Technique régionale IDF, service SIG/gestion patrimoniale)

Plus en détail

2013 RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE. Communauté d'agglomération de Montpellier / Ville de Montpellier

2013 RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE. Communauté d'agglomération de Montpellier / Ville de Montpellier 2013 RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE Communauté d'agglomération de Montpellier / Ville de Montpellier «Une année de performance et de gestion durable de votre service public de l eau» Gestion du document

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP Département du Finistère Commune de Saint-Thois Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP CAHIER DES CHARGES 1 CONTEXTE La commune de Saint Thois exploite son service d eau potable en régie. Le

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

MERLIN GESTION PATRIMONIALE. Groupe GESTION PATRIMONIALE. Définition d un programme de renouvellement

MERLIN GESTION PATRIMONIALE. Groupe GESTION PATRIMONIALE. Définition d un programme de renouvellement Groupe MERLIN Une tradition d innovations au service des hommes GESTION PATRIMONIALE GESTION PATRIMONIALE Définition d un programme de renouvellement Indépendance - Expériences - Expertises - Proximité

Plus en détail

inspection, nettoyage et désinfection

inspection, nettoyage et désinfection Réservoirs et canalisations d eau destinée à la consommation humaine : inspection, nettoyage et désinfection GUIDE TECHNIQUE Ce guide a été réalisé à l initiative du ministère chargé de la santé MINISTÈRE

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

Les outils de la gestion patrimoniale Le logiciel «Casses»

Les outils de la gestion patrimoniale Le logiciel «Casses» Les outils de la gestion patrimoniale des réseaux r d eau. d Le logiciel «Casses» Eddy RENAUD Périgueux le 3 septembre 2008 L équipe «Réseaux» du Cemagref CEMAGREF Groupement de Bordeaux Unité «Réseaux,

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

Etude de faisabilité

Etude de faisabilité Etude de faisabilité Modèle de cahier des charges pour chaufferie dédiée Ce modèle de cahier des charges d étude de faisabilité a été réalisé dans le cadre de la Mission Régionale Bois-Energie Il est un

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Thierry POLATO Agence Régionale de Santé Pays de la Loire Délégation territoriale de Maine-et-Loire

Plus en détail

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m Equilibrage & Maintenance des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires G R K N E T E v o l u t i o n La solution

Plus en détail

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif

Guide d entretien. de votre assainissement non collectif juillet 2009 Guide d entretien de votre assainissement non collectif Votre système d assainissement n est pas raccordé au «tout à l égout». Il est dit «non-collectif», «autonome» ou encore «individuel».

Plus en détail

GMAO Alain Giuriani 1

GMAO Alain Giuriani 1 GMAO Alain Giuriani 1 Genève et l activité Eau Potable EP Genève c est: 1 canton 45 communes 470.000 habitants L activité EP, c est 130 collaborateurs 60 mio m3 d eau potable produits par année Un réseau

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique Commune de Peseux Conseil communal R A P P O R T du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 1'910'000.- pour la rénovation des conduites d'eau, de gaz, d'électricité,

Plus en détail

Documentation Partenaire. ajoutez une corde à votre arc

Documentation Partenaire. ajoutez une corde à votre arc Documentation Partenaire ajoutez une une corde à à votre arc arc Vous venez d installer un dispositif anti-intrusion My Home qui garantit une protection globale des espaces intérieurs et extérieurs. Avec

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif. François GIBERT directeur EKLOR. Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant

COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif. François GIBERT directeur EKLOR. Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant COLLOQUE Solaire thermique & Habitat collectif 20 FÉVRIER 2013 : EUREXPO SALON DES ENR François GIBERT directeur EKLOR Instrumentation et régulation : la vision d un fabricant 1 2 2 3 3 Les fonctions d

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

MISE EN CONFORMITÉ DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE DU VILLAGE D'ENGOLLON

MISE EN CONFORMITÉ DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE DU VILLAGE D'ENGOLLON Commune de Val-de-Ruz Conseil communal MISE EN CONFORMITÉ DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE DU VILLAGE D'ENGOLLON d engagement de CHF 160'000 Version : 1.0 TH 143498 Date : 08.09.2014.2014 Page 1/ Révisions

Plus en détail

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE

RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE Bureau Alpes Contrôles bac.bourg@alpes-controles.fr - RAPPORT D ENQUETE DE TECHNIQUE NOUVELLE REFERENCE: BT120018 indice 0 NOM DU PROCEDE: MODULES PHOTOVOLTAIQUES ASSOCIES EN POSE PORTRAIT OU PAYSAGE:

Plus en détail

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr

Économisons. l eau. Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne. www.eau-adour-garonne.fr Économisons l eau Une exposition de l agence de l eau Adour-Garonne Des économies faciles à réaliser Á confort égal, économiser 30% d eau avec des petits équipements adaptables, rentabilisés en moins d

Plus en détail

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11

p. 4-5 p. 6-7 p. 8-9 p. 10-11 L eau est une ressource essentielle partagée par tous. Elle est indispensable à l équilibre des écosystèmes, au développement durable et à notre survie même. L eau fait partie des préoccupations prioritaires

Plus en détail

Classification des pièces. Toutes. Supérieur et de confinement. Intermédiaire, supérieur et de confinement.

Classification des pièces. Toutes. Supérieur et de confinement. Intermédiaire, supérieur et de confinement. Commentaires spécifiques à certains points du formulaire de conformité. Dans la deuxième colonne, les classifications marquées en jaune sont celles pour lesquelles des changements ont été recommandés par

Plus en détail

Manuel d utilisation du modèle

Manuel d utilisation du modèle Manuel d utilisation du modèle FLOWMAX-90 Chauffe-eau à condensation 85 000 BTU AVERTISSEMENT Si les consignes suivantes ne sont pas attentivement respectées, un feu ou une explosion peut se produire et

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L HERAULT COMMUNE DE PUECHABON SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE

DEPARTEMENT DE L HERAULT COMMUNE DE PUECHABON SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE DEPARTEMENT DE L HERAULT 1/46 COMMUNE DE PUECHABON SCHEMA DIRECTEUR D ALIMENTATION EN EAU POTABLE Rapport final Bureau d études Méditerranéen pour l Eau et l Assainissement Mas Caussignac 1140, Avenue

Plus en détail

Toitures et charpentes

Toitures et charpentes Toitures et charpentes 1/7 Toiture-terrasse Domaine d application Cette fiche vise à établir les principales interfaces au niveau des toitures-terrasses, accessibles ou non. Les ouvrages considérés sont

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide.

Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES. Guide. Mon installation d assainissement non collectif PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU ET RESPECTER LES MILIEUX AQUATIQUES Guide d entretien Aillevans - Athesans Etroitefontaine - Autrey Le Vay - Beveuge - Bonnal

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges

SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges SYTEPOL Syndicat de Transport d Eau Potable de l Ouest de Limoges Origine du projet et création du SYTEPOL Face à des difficultés d approvisionnement en eau potable constatées sur le Sud- Ouest du Département

Plus en détail

Mairie de Colligny 4, rue Principale 57530 COLLIGNY

Mairie de Colligny 4, rue Principale 57530 COLLIGNY Monneren le 04 avril 2014 Mairie de Colligny 4, rue Principale 57530 COLLIGNY Agrandissement et réhabilitation de la mairie COLLIGNY LOT N 08 VENTILATION - PLOMBERIE - SANITAIRES DÉCOMPOSITION DU PRIX

Plus en détail

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires 01 La règlementation concernant la qualité des eaux destinées à la consommation humaine s applique sans restriction aux installations d eau à l

Plus en détail

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE COMMENT REHABILITER UN CHATEAU D EAU? INTRODUCTION Historique de la construction: Construits entre 1920 et 1980, mais depuis 1950 pour 70% du parc actuel.

Plus en détail

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER

GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS CONNECT TO BETTER Q-BIC PLUS 1. #LesRèglesOntChangé CONNECT TO BETTER CONNECT TO BETTER GESTION ET ASSAINISSEMENT DES EAUX PLUVIALES Q-BIC PLUS #LesRèglesOntChangé Q-BIC PLUS 1 LES NOUVELLES RÈGLES DE LA GESTION DES EAUX PLUVIALES COMMENCENT ICI Wavin Q-Bic Plus, nouveau système de rétention/infiltration

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

Caractéristiques des eaux utilisées en industrie agroalimentaire

Caractéristiques des eaux utilisées en industrie agroalimentaire Caractéristiques des eaux utilisées en industrie agroalimentaire DANGERS Cette fiche ne prétend pas être exhaustive. Elle vise à enrichir (et non limiter) la réflexion des professionnels sur le sujet des

Plus en détail

PREAMBULE. Le réseau d Alimentation en Eau Potable (A.E.P.) de la commune de SAINT- SAUVEUR est exploité en régie communale.

PREAMBULE. Le réseau d Alimentation en Eau Potable (A.E.P.) de la commune de SAINT- SAUVEUR est exploité en régie communale. 1 PREAMBULE Le réseau d Alimentation en Eau Potable (A.E.P.) de la commune de SAINT- SAUVEUR est exploité en régie communale. Les élus souhaitent disposer d'une analyse exacte de la situation actuelle,

Plus en détail

Guide. Recherche de Fuites. Code : 1.2.3 GUI2. Date de rédaction : 20 juin 2013. Version : 23 septembre 2013. Version finale

Guide. Recherche de Fuites. Code : 1.2.3 GUI2. Date de rédaction : 20 juin 2013. Version : 23 septembre 2013. Version finale Guide Recherche de Fuites Code : 1.2.3 GUI2 Date de rédaction : 20 juin 2013 Version : 23 septembre 2013 Version finale Note aux lecteurs Les prescriptions techniques générales s appliquent aux opérations

Plus en détail

Equipements pour la recherche de fuites et le diagnostic de réseau d eau

Equipements pour la recherche de fuites et le diagnostic de réseau d eau Equipements pour la recherche de fuites et le diagnostic de réseau d eau Relever le défi L'augmentation de la demande globale en eau potable, une urbanisation accrue, un climat imprévisible et les risques

Plus en détail

Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents

Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents Concevoir et organiser son aire de remplissage, de lavage et de stockage des effluents 1 Ce document a été rédigé fin 009, dans le cadre du groupe de travail ECOPULVI, animé par l Institut Français de

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013. sur le prix et la qualité du service public d eau potable COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA RÉGION DE MOLSHEIM-MUTZIG

RAPPORT ANNUEL 2013. sur le prix et la qualité du service public d eau potable COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA RÉGION DE MOLSHEIM-MUTZIG RAPPORT ANNUEL 201 sur le prix et la qualité du service public d eau potable COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LA RÉGION DE MOLSHEIM-MUTZIG Communauté de Communes de La Région de Molsheim-Mutzig Syndicat des Eaux

Plus en détail

2013 RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE. Syndicat de Production des Eaux du Nord-Ouest-Isère

2013 RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE. Syndicat de Production des Eaux du Nord-Ouest-Isère 2013 RAPPORT ANNUEL DU DELEGATAIRE Syndicat de Production des Eaux du Nord-Ouest-Isère «Une année de performance et de gestion durable de votre service public de l eau» Conforme au décret 2005-236 du 14

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013. sur le prix et la qualité du service public d eau potable SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ADDUCTION D EAU DE STRASBOURG-NORD

RAPPORT ANNUEL 2013. sur le prix et la qualité du service public d eau potable SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ADDUCTION D EAU DE STRASBOURG-NORD RAPPORT ANNUEL 201 sur le prix et la qualité du service public d eau potable SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ADDUCTION D EAU DE STRASBOURG-NORD Syndicat des Eaux de Strasbourg- Nord Syndicat des Eaux et de l

Plus en détail

Consignes pour la remise des données RESEAU

Consignes pour la remise des données RESEAU Consignes pour la remise des données RESEAU Le système RESEAU permet principalement de transférer et de regrouper des géodonnées provenant de différentes bases de données des services des eaux (= fichier

Plus en détail

Comment concevoir son lit biologique

Comment concevoir son lit biologique santé - sécurité au travail > RISQUE PHYTOSANITAIRE Gestion des effluents phytosanitaires Comment concevoir son lit biologique > Choix du procédé > Méthode de conception > Construction du lit biologique

Plus en détail

Diamètres 3" 4" 6" 8" Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD

Diamètres 3 4 6 8 Type de Bride PN 16 PN 16 PN 16 PN 16. Orangé-rouge (RAL 2002) Agrément CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD CE/APSAD Description En général, un poste d'alarme à eau est composé de:. Un clapet d'alarme relié à un gong hydraulique.. Un ensemble de vannes et by-pass permettant l'essai du système.. Une vanne de vidange..

Plus en détail

Comment aménager un stockage de fioul ou gas-oil

Comment aménager un stockage de fioul ou gas-oil Sept. 2004 EXPLOITATIONS AGRICOLES Comment aménager un stockage de fioul ou gas-oil? Guide pratique à destination des techniciens et des agriculteurs lorrains Que dit la réglementation : En fonction du

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Branchement. d eau potable

GUIDE PRATIQUE. Branchement. d eau potable GUIDE PRATIQUE Branchement d eau potable Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser un branchement d eau potable SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel Qui sont vos interlocuteurs

Plus en détail

CCTP. Vérifications periodiques des ERP. Maître d'ouvrage. Maître d'oeuvre. Mairie de Gradignan Allées Gaston Rodrigues BP 105. 33 173 Gradignan Cedex

CCTP. Vérifications periodiques des ERP. Maître d'ouvrage. Maître d'oeuvre. Mairie de Gradignan Allées Gaston Rodrigues BP 105. 33 173 Gradignan Cedex Vérifications periodiques des ERP CCTP Maître d'ouvrage Mairie de Gradignan Allées Gaston Rodrigues BP 105 33 173 Gradignan Cedex Maître d'oeuvre Direction des Services Techniques de la Mairie de Gradignan

Plus en détail

Mise en œuvre de les capteurs dans la gestion de l eau

Mise en œuvre de les capteurs dans la gestion de l eau Mise en œuvre de standards OGC pour les capteurs dans la gestion de l eau Forum OGC France Journée de l interopérabilité 5 décembre 2012 Simon Le Grand 09/12/2012) Veolia Eau Ile de France Direction Technique

Plus en détail

Le chauffe eau à accumulation électrique

Le chauffe eau à accumulation électrique Le chauffe eau à accumulation électrique I) Composition d un chauffe eau électrique Leurs constitutions sont sensiblement les mêmes entre chaque fabriquant : Habillage Départ eau chaude Isolant Cuve Anode

Plus en détail

Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012

Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse. CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012 Bilan annuel 2012 Dépôt Pétrolier de Lespinasse CSS Nord de TOULOUSE 14 décembre 2012 Formation et sensibilisation Personnel du site : extrait des formations suivies en 2012 (12 personnes) : Nb de personnes

Plus en détail

cap urba CAP SUR LES SMART GRIDS, EN ROUTE POUR LES SMART CITIES!

cap urba CAP SUR LES SMART GRIDS, EN ROUTE POUR LES SMART CITIES! Des réseaux intelligents pour une Smart City cap urba Salon national de l'aménagement et des projets urbains 28-30 Mai 2013 Lyon - Eurexpo L EXPOSITION SMART GRIDS ET SON COLLOQUE CAP SUR LES SMART GRIDS,

Plus en détail

les années quatre-vingt - l ère nucléaire

les années quatre-vingt - l ère nucléaire Grue à benne traînante Maid Marion de 50 m 3 L aspect le plus mémorable des années est l entrée d Énergie NB dans l ère nucléaire signalée par l inauguration de la centrale nucléaire de Point Lepreau.

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Numéro 2 Aon Parizeau Inc. LA PROTECTION INCENDIE Guide pratique à l intention des universités VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Dans ce bulletin Préambule Entretien des systèmes de gicleurs

Plus en détail

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS

SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER. d AURILLAC. 1er congrès de l AFGRIS SERVICES TECHNIQUES CENTRE HOSPITALIER henri MONDOR d AURILLAC 1er congrès de l AFGRIS METHODE D ANALYSE ET DE PREVENTION DES RISQUES ET CERTIFICATION ISO 9002 Un couple pertinent pour les services techniques

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

Installations de plomberie

Installations de plomberie Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Installations de plomberie Guide à l intention des propriétaires pour l interprétation des règlements municipaux de la ville de Winnipeg concernant

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

SDESR, Aquapro Journée technique du 20 janvier 2010

SDESR, Aquapro Journée technique du 20 janvier 2010 SDESR, Aquapro Journée technique du 20 janvier 2010 1 DIRECTIVES SSIGE W3 ÉTABLISSEMENT D INSTALLATIONS D EAU DE BOISSON Jean-Jacques Hasler, Responsable du Contrôle des installations intérieures Eau et

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU (Indiquer le nom de l installation) Directions Régionale et Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales du Nord-Pas-de-Calais Ministère de l emploi,

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation

Manuel d installation et d utilisation Manuel d installation et d utilisation ADOUCISSEURS D'EAU NSC14ED NSC17ED NSC25ED Qualité et facilité, l assurance du 1 er fabricant mondial. Réf. 3208 ATTENTION! NE CONCERNE QUE LE MODELE NSC 25 ED By-pass

Plus en détail

HORAIRES D OUVERTURE :

HORAIRES D OUVERTURE : Tel : 04 90 82 82 81 Fax : 04 90 82 82 83 E-Mail : location@sudimmo-avignon.fr LE GUIDE DU LOCATAIRE HORAIRES D OUVERTURE : Du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 18h30 Le samedi de 9h30 à

Plus en détail

Résidentiel. gagnez. sérénité

Résidentiel. gagnez. sérénité Résidentiel gagnez en sérénité en sérénité Vous venez d installer un dispositif anti-intrusion My Home qui garantit une protection globale des espaces intérieurs et extérieurs. Avec My Home, vous bénéficiez

Plus en détail

TERME DE REFERENCE POUR L ENQUETE DES DONNEES TOPOGRAPHIQUE DES POINTS D EAU DANS LES TERRITOIRE DE RUTSHURU ET DE LUBERO WASH CONSULTANT

TERME DE REFERENCE POUR L ENQUETE DES DONNEES TOPOGRAPHIQUE DES POINTS D EAU DANS LES TERRITOIRE DE RUTSHURU ET DE LUBERO WASH CONSULTANT 1 TERME DE REFERENCE POUR L ENQUETE DES DONNEES TOPOGRAPHIQUE DES POINTS D EAU DANS LES TERRITOIRE DE RUTSHURU ET DE LUBERO WASH CONSULTANT Lieu: Rutshuru et Lubero, Nord Kivu Responsable: Sebastien PENNES,

Plus en détail

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES

NOUVELLES POUR LE STOCKAGE DES NOUVELLES RÈGLES SOMMAIRES POUR LE STOCKAGE DES PRODUITS PÉTROLIERS Depuis septembre 2006, suivant le décret de Juillet 2004 STOCKAGE AU REZ-DE-CHAUSSEE OU EN SOUS-SOL D'UN BATIMENT Les réservoirs et équipements

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation

Manuel d installation et d utilisation Réf. 3209 Manuel d installation et d utilisation Adoucisseurs NSC 42L & NSC 57L Qualité et facilité, l assurance du 1 er fabricant mondial. Table des matières PRECAUTIONS D USAGE... 3 EXIGENCES D INSTALLATION...

Plus en détail

Contrat d objectifs du service public de l eau de Paris

Contrat d objectifs du service public de l eau de Paris Contrat d objectifs du service public de l eau de Paris révisé par délibération du conseil de Paris de mars 2012 et du conseil d administration de la régie Eau de Paris d avril 2012 Sommaire Préambule

Plus en détail