Quand le montrer au néphrologue?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand le montrer au néphrologue?"

Transcription

1 Le diabétique néphropathe n : Quand le montrer au néphrologue? Journée e ANCA Le Puy en Velay, 8 juin 2007 Pierre-Yves Benhamou, CHU Grenoble 1

2 Le diabétique néphropathe n : Quels sont les enjeux? En présence d une insuffisance rénale ou d une protéinurie, savoir reconnaître l origine diabétique et surtout non-diabétique : diagnostic étiologique Evaluer la fonction rénale et sa vitesse de dégradation : diagnostic fonctionnel Choisir et planifier le traitement de suppléance : stratégie thérapeutique Gérer la phase urémique afin de limiter sa morbidité :thérapeutique 2/40

3 Le diabétique néphropathe n : quand le montrer au néphrologue n? Diagnostic étiologique Diagnostic fonctionnel et prise en charge Choix du traitement de suppléance Conclusion 3/40

4 Diagnostic étiologique 1.Il s agit d une glomérusclérose bien documentée - durée et histoire du diabète - progression lente de l albuminurie - rétinopathie - absence d autres étiologies / contexte clinique, BU, type protéinurie, HTA Histologie et investigations complémentaires mentaires non justifiées 4/40

5 Diagnostic étiologique 2. L anamnèse est atypique - diabète trop récent - progression rapide de l albuminurie - dégradation rapide de la fonction rénale - rétinopathie absente - imagerie (écho) atypique - HTA rebelle - hématurie, protéinurie mixte, contexte clinique Histologie, investigations complémentaires mentaires justifiées Avis néphrologiquen 5/40

6 Diagnostic étiologique 3. Il existe des éléments surajoutés à la glomérulopathie - obstacle urologique - contexte athéromateux - anomalies immunologiques (ACAN, cryo, IgA...) Des investigations complémentaires mentaires sont justifiées Avis néphrologiquen 6/40

7 Diagnostic étiologique SAR : sténose artère re rénaler 7/40

8 Mode de révélation r des SAR Découverte fortuite - petit rein unilatéral en écho - bilan d une d coronaropathie ou artériopathie riopathie Tableaux cliniques associés à une SAR: - HTA à début brutal < 50 ans HTA maligne ou accélérée e > 50 ans HTA rebelle > 3 hypotenseurs - insuffisance rénale r inexpliquée insuffisance rénale r sous IEC/ ARA2 8/40

9 Diagnostic étiologique La valeur prédictive de néphropathie n attribuée à la présence d une microalbuminurie est loin d être d parfaite, surtout chez l adolescent - les cas de microalbuminurie isolée, transitoire et réversible, r sont fréquents - les diagnostics de néphropathie n diabétique par excès, et les ttts par IEC/ARA2 en découlant, d ne sont pas exceptionnels Cas particuliers des néphropathies n normoalbuminuriques - il existe des formes de gloméruloscl rulosclérose rose authentifiée, e, sans albuminurie pathologique, avec altération fonctionnelle rénaler 9/40

10 Le diabétique néphropathe n : quand le montrer au néphrologue n? Diagnostic étiologique Diagnostic fonctionnel et prise en charge Choix du traitement de suppléance Conclusion 10/40

11 Histoire naturelle 11/40 LA Stevens, NEJM 2006

12 Histoire naturelle ml/min 12/40 Phase de latence Traitement de suppléance Filtration glomérulaire Insuffisance rénaler débutante Insuffisance rénaler patente Urémie Diabéto Néphro

13 Phase de latence En matière de néphropathie diabétique, les enjeux aux stades précoces sont : - dépistage : identifier les sujets à risque - prévention primaire : cibler les facteurs de risque chez les sujets à risque - prévention primosecondaire : renforcer l intervention lorsque les marqueurs précoces se positivent 13/40 HAS 2004

14 Phase de latence Suivi prospectif de 386 patients UAE + pendant 6+2 ans 14/40

15 Phase de latence 15/40 Patiente de 28 ans - aucun IEC pendant les 8 ans de suivi

16 16/40 Phase de latence

17 Phase de latence Les facteurs prédictifs de régression de l UAE sont : - HbA1c < 8% - PAS < 115 mmhg - cholestérol < 198 et Tg < /40

18 Phase de latence Marqueurs de risque proposés dans la littérature - ACE I/D - apo E - enos - NADPHox p22phox - RAGE G1704T - RANTES - connective tissue growth factor - hepatic lipase - Na/Li contre transport - TGF-ß - protéomique - MAPA: non-dippers 18/40

19 Phase de latence: en résumr sumé Malgré 20 ans de recherche, l identification des sujets à risque de néphropathie ne repose que sur - l histoire familiale (néphropathie, HTA) - l évaluation de la TA (MAPA++) - l HbA1c Tandis que la prise en charge thérapeutique précoce ne dispose que des interventions sur : - le contrôle glycémique - le contrôle tensionnel - le contrôle lipidique - le tabagisme - le blocage du SRA (dont le seuil d instauration est mal défini...) 19/40

20 Histoire naturelle ml/min 20/40 Phase de latence Traitement de suppléance Filtration glomérulaire Insuffisance rénaler débutante Insuffisance rénaler patente Urémie Diabéto Néphro

21 Insuffisance rénale r débutanted Le débit de filtration glomérulaire est estimée par la créatininémie - évaluation grossière mais souvent suffisante en pratique 8 fois sur 10, le DGF est < 60 ml/min quand la créatinin atininémie est : - > 137 µmol chez l hommel - > 104 µmol chez la femme 21/40 HAS 2004

22 Insuffisance rénale r débutanted Le débit de filtration glomérulaire est estimée par la créatininémie, mais la créatininémie est aussi fonction de : - la masse musculaire : Poids Sexe Age - l état d hydratation 22/40 HAS 2004

23 Diagnostic fonctionnel La relation entre filtration glomérulaire et créatininémie n est pas linéaire 23/40 LA Stevens, NEJM 2006

24 Insuffisance rénale r débutanted La relation entre filtration glomérulaire et créatininémie n est pas linéaire -la zone de créatinine la plus signifiante en terme de DFG est aussi la plus négligée - message #1 : surveiller la créatininémie - message #2 : regarder la créatininémie 24/40 Nephron 1976

25 Insuffisance rénale r débutanted Une même valeur de créatininémie peut correspondre à différents niveaux de filtration glomérulaire : ex pour une créatininémie de 100 µmol /l : - homme 30 ans 100 kg DFG ~ 135 ml/min - homme 70 ans 70 kg DFG ~ 60 ml/min - femme 80 ans 45 kg DFG ~ 28 ml/min Perte néphronique correspondant à l élévation de la créatinine chez un homme de 50 ans pesant 50 kg - 88 à 176 µmol/l - 50 ml/min à 264 µmol/l - 17 ml/min à 352 µmol/l - 8 ml/min 25/40

26 Insuffisance rénale r débutanted Au stade d insuffisance rénale débutante, l évaluation précise de la fonction rénale et de sa décroissance participe à l évaluation de la prise en charge thérapeutique Quel marqueur? - créatininémie - calcul du DFG selon Cockroft ou MDRD - clairance créatinine: forget it? - clairance inuline ou EDTA: forget it too? - cystatine C? Estimer la fonction rénale d un patient en routine n est pas simple...mais cela ne dispense pas de le faire 26/40

27 Insuffisance rénale r débutanted Histoire naturelle sans intervention thérapeutique DT1 - Stade 3 (microalb +) 80% aggravent UAE jusqu au Stade 4 en ans DT2 - Stade 3 : 20-40% s aggravent jusqu au Stade 4 - Stade 4 (protéinurie +) : réduction du DFG de 2-20 ml/min/an - - passage du Stade 4 au Stade 5 (EER) : 50% des patients en 10 ans 75% des patients en 20 ans 27/40 - passage du St 4 au St 5 : 20% des patients en 20 ans...mais risque CV... Recommandations ADA, Diabetes Care 2004

28 Insuffisance rénale r débutanted Au stade d insuffisance rénale débutante, quelle est la place du néphrologue? - aider au diagnostic différentiel - alerter sur une chute de DFG - être obsessionnel sur la maîtrise de l albuminurie et donc sur le blocage du SRA - expertise dans la gestion des ttts anti-hta - participer à la recherche clinique 28/40 Néphrologue? Place fortement suggérée

29 Histoire naturelle ml/min 29/40 Phase de latence Traitement de suppléance Filtration glomérulaire Insuffisance rénaler débutante Insuffisance rénaler patente Urémie Diabéto Néphro

30 Insuffisance rénale r patente Au stade d insuffisance rénale patente, quelle est la place du néphrologue? - gestion de l HTA - dépistage et gestion de l anémie - dépistage et prise en charge des troubles osseux - dépistage et prise en charge de la malnutrition - prise en compte de l altération de la qualité de vie - gestion du risque cardiovasculaire - éducation thérapeutique / prévenir l aggravation - anticiper le stade d EER Néphrologue? Place fortement recommandée à obligatoire! 30/40

31 Insuffisance rénale r patente Le dépistage des complications associées à la néphropathie est recommandé dès le stade de DFG<60 ml/mn 31/40 LA Stevens, NEJM 2006

32 Insuffisance rénale r patente Le dépistage des complications associées à la néphropathie est recommandé dès lestade de DFG<60 ml/mn 32/40 LA Stevens, NEJM 2006

33 Insuffisance rénale r patente La prévalence de l anémie chez le DT1 augmente avec le degré d altération rénale 33/40 MC Thomas, JCEM 2004

34 Insuffisance rénale r patente La morbidité cardiaque chez le DT1 augmente chez l anémique, en dehors de l atteinte rénale 34/40 MC Thomas, JCEM 2004

35 Histoire naturelle ml/min 35/40 Phase de latence Traitement de suppléance Filtration glomérulaire Insuffisance rénaler débutante Insuffisance rénaler patente Urémie Diabéto Néphro

36 Insuffisance rénale r patente Au stade d insuffisance rénale avancée, quelle est la place du néphrologue? - en plus des autres cibles thérapeutiques - choisir la stratégie de transplantation - choisir la stratégie de dialyse le recours trop tardif au néphrologue au stade d urémie (<30 ml/min) est établi comme facteur de sur-morbidité et sur-mortalité lors de la phase d EER 36/40 Néphrologue? Son absence ici serait criminelle!

37 Le diabétique néphropathe n : quand le montrer au néphrologue n? Diagnostic étiologique Diagnostic fonctionnel et prise en charge Choix du traitement de suppléance Conclusion 37/40

38 Choix du traitement de suppléance Une concertation entre le néphrologue et le diabétologue est justifiée pour définir la meilleure stratégie de suppléance : - greffe rein vs greffe rein + tissu endocrine pancréatique cela sous-entend un typage nosologique correct du diabète - greffe rein-pancréas vs greffe rein-îlots intégrer le pronostic CV 38/40

39 Le diabétique néphropathe n : quand le montrer au néphrologue n? Diagnostic étiologique Diagnostic fonctionnel et prise en charge Choix du traitement de suppléance Conclusion 39/40

40 Conclusion Du point de vue du néphrologue, quelle est la place du diabétologue? 40/40

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009

CAT devant une créatinine qui monte. EPU 29 avril 2009 CAT devant une créatinine qui monte EPU 29 avril 2009 Cas clinique Mme C., 63 ans est hospitalisée le 18/11/05 pour insuffisance rénale aigue Antécédents : - DNID ancien et compliqué - cardiopathie ischémique

Plus en détail

Cas cliniques Diabète

Cas cliniques Diabète Cas cliniques Diabète 2012 Cas clinique diabète N 1 Un homme de 57 ans, 1,70m pour 87 kg, consulte après la découverte d une glycosurie positive lors d une visite à la médecine du travail. Il ne présente

Plus en détail

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte

Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Evaluation du rapport albuminurie/créatininurie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte Décembre 2011 Service évaluation des actes

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES

NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES CHAPITRE 11 NÉPHROPATHIES DIABÉTIQUES OBJECTIFS Connaître l épidémiologie de la néphropathie diabétique. Connaître et savoir diagnostiquer les différents stades de la néphropathie diabétique. Argumenter

Plus en détail

Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie

Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie Marqueurs de l atteinte rénale, classification de l IRC, conduite à tenir devant une ascension de la créatininémie Dr Marc Bauwens Service de néphrologiehémodialysetransplantation rénale CHU Poitiers DIU

Plus en détail

Recommandations pour la. artérielle

Recommandations pour la. artérielle Recommandations pour la artérielle Marion Gilbert Shazima Vally (HAS 2005) Prise en charge diagnostique Pourquoi mesurer la TA? Augmentation du risque de morbimortalité cardiovasculaire lié à l'élévation

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE Objectifs 1-Citer deux éléments qui peuvent interférer dans le dosage de la créatininémie

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

HyperTension Artérielle et Obésité

HyperTension Artérielle et Obésité HyperTension Artérielle et Obésité Vincent LAFAY Sce Cardiologie / Hôpital Nord Sce Médecine du Sport / Hôpital Salvator MARSEILLE Vous avez dit obésité? Définie par Indice de Masse Corporelle IMC = BMI

Plus en détail

- l exposition à des toxiques professionnels (plomb, cadmium, mercure)

- l exposition à des toxiques professionnels (plomb, cadmium, mercure) Un néphrologue nous explique les étapes de la maladie rénale Une lecture pour bien comprendre ce qui peut se passer après le dépistage Interview du Pr Didelot : Consultant en santé, auparavant néphrologue

Plus en détail

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101

Glomérulonéphrites CIM 10: N08 Code ANAM : L101 ΔϴΑήϐϤϟΔϜϠϤϤϟ ΔΤμϟΓέίϭ RRooyyaauumee dduu Maarroocc Mi iinni iisst tèèrree ddee llaa l SSaannt téé Recommandations de Bonnes Pratiques Médicales Affection Longue Durée ALD 25 (Selon l Arrêté Ministériel)

Plus en détail

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis

Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Stenting and Medical Therapy for Atherosclerotic Renal-Artery Stenosis Ce que l on sait déjà Néphropathie vasculaire évoluant sur le mode chronique 2 types de sténoses de l artère rénale: SAAR (90%) et

Plus en détail

Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble

Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) Pr Jean-Philippe Baguet Clinique de Cardiologie - CHU de Grenoble Variabilité de la PA Variations non cycliques - Stress physiques ou psychosensoriels

Plus en détail

Rétention urinaire et personnes âgées

Rétention urinaire et personnes âgées Rétention urinaire et personnes âgées Docteur Anne Marie Mathieu Chef de service Hôpital Corentin Celton AP-HP La rétention urinaire complète est une urgence diagnostique et thérapeutique. Risque vital

Plus en détail

Les diabètes et Les gens de mer

Les diabètes et Les gens de mer Les diabètes et Les gens de mer La vie à bord Confinement Eloignement Majoration des risques Les complications Accidents aigus hypoglycémie acido-cétose Complications dégénératives cardiovasculaire infections,

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU PATIENT DIABETIQUE PRESENTANT UNE ATTEINTE DE LA FONCTION RENALE

PRISE EN CHARGE DU PATIENT DIABETIQUE PRESENTANT UNE ATTEINTE DE LA FONCTION RENALE PRISE EN CHARGE DU PATIENT DIABETIQUE PRESENTANT UNE ATTEINTE DE LA FONCTION RENALE Comité organisation : Sociétes de Néphrologie (S.N.) et de Diabétologie (S.F.D.) Groupe de travail : F. Bonnet (Service

Plus en détail

Insuffisance rénale chronique

Insuffisance rénale chronique Insuffisance rénale chronique Recommandation de bonnes pratiques Version après validation : mai 2012 Auteurs : G. Van Pottelbergh, M. Avonts, H. Cloetens, M. Goossens, S. Maes, L. Van Heden, P. Van Royen

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

Evaluation de la fonction rénale dans le syndrome cardio-rénal chez le patient âgé

Evaluation de la fonction rénale dans le syndrome cardio-rénal chez le patient âgé Evaluation de la fonction rénale dans le syndrome cardio-rénal chez le patient âgé Dr M Panaye / Dr S. Lemoine Hôpital Edouard Herriot Service Néphrologie-Dialysehypertension Pr Juillard. Pourquoi évaluer

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant la grossesse FEDERATION DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE Protocole n 10 Validation avril 2011 Diabète gestationnel Le diabète gestationnel est un trouble de la tolérance glucidique modéré survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003

Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003 Néphropathies Vasculaires (134) Professeur Philippe ZAOUI, Docteur Bénédicte JANBON, Docteur Frédéric THONY Mai 2003 Pré-Requis : Module Appareil Urinaire DCEM1 Résumé : Les reins, régulateurs de l homéostasie

Plus en détail

Place des biologistes et médecins. Jean-Michel Halimi, Tours

Place des biologistes et médecins. Jean-Michel Halimi, Tours Place des biologistes et médecins Jean-Michel Halimi, Tours Montpellier, 7 juin 2007 Etat des lieux «Epidémie» d insuffisance rénale chronique Qui rend le dépistage précoce indispensable Accord (AcBus

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

www.trajetdesoins.be info@trajetdesoins.be

www.trajetdesoins.be info@trajetdesoins.be INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE www.trajetdesoins.be info@trajetdesoins.be TABLE DES MATIÈRES Partie I - Informations générales A. Trajet de soins pour patients avec une maladie chronique : un nouveau concept

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007

Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2. Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Prise en charge thérapeutique des cofacteurs de risque dans le diabète de type 2 Dr Stéphanie Malvaux Octobre 2007 Introduction RCV plus important chez le DT2 DT2 par 2 à 4 le risque de maladie coronaire

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

XVII- DIABETE DU SUJET AGE

XVII- DIABETE DU SUJET AGE XVII- DIABETE DU SUJET AGE Du fait du vieillissement de la population et de la progression de l obésité, le nombre de diabétiques âgés ne cesse d augmenter. La prise en charge du diabète dans la population

Plus en détail

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consulta"on médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre

Code patient : _. Hospitalisation programmée Hospitalisation en urgence consultaon médicale préalable : Généraliste Cardiologue Autre Eléments à vérifier avant inclusion du patient dans l étude : Age 75 ans Fibrillation auriculaire (code CIM 10 : I 48) en diagnostic principal OU associé) Critère d exclusion : Patients en FA avec valve

Plus en détail

ESTIMATION DE LA FONCTION RENALE PAR LA FORMULE DU MDRD SIMPLIFIE AU CHU DE RENNES MDRD PRATIQUE

ESTIMATION DE LA FONCTION RENALE PAR LA FORMULE DU MDRD SIMPLIFIE AU CHU DE RENNES MDRD PRATIQUE ESTIMATION DE LA FONCTION RENALE PAR LA FORMULE DU MDRD SIMPLIFIE AU CHU DE RENNES MDRD PRATIQUE EVOLUTION D UNE NEPHROPATHIE 100 % 50 % Néphrons résiduels DFG Créatinine plasmatique 10 ml/min Début néphropathie

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique?

L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique? L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique? Pourquoi réadapter l artériopathe? => Impact santé publique, Recommandations Qu attendre de la réadaptation? =>Nombreux bénéfices Comment faire? =>Spécificités

Plus en détail

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations)

Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Item 17 : Principales complications de la grossesse HyperTension Artérielle (HTA) gravidique (Évaluations) Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) Date de création du document

Plus en détail

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg,

L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, Points essentiels L Insuffisance rénale aiguë (IRA) anurique n est que la face visible de l iceberg, l évaluation de la fonction rénale chez le nouveau-né reste très difficile et repose sur la clinique

Plus en détail

Thrombopénies et grossesse

Thrombopénies et grossesse Thrombopénies et grossesse Marie-Françoise Hurtaud-Roux Service d Hématologie Biologique Hôpital Robert Debré APHP, Paris Nouméa, le 22 octobre 2009 Plaquettes et grossesse Evolution des plaquettes durant

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque

Méthodes d évaluation du risque cardio-vasculaire global http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_464776/methodes-devaluation-du-risque Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1165635/surveillance-serologique-et-p Marqueurs cardiaques dans

Plus en détail

Traitements et essais thérapeutiques dans la PKD. D Chauveau. Néphrologie & Immunologie clinique CHU Toulouse

Traitements et essais thérapeutiques dans la PKD. D Chauveau. Néphrologie & Immunologie clinique CHU Toulouse Traitements et essais thérapeutiques dans la PKD D Chauveau Néphrologie & Immunologie clinique CHU Toulouse Conflit d intérêt (avec l industrie pharmaceutique) : non Traitements conventionnels dans la

Plus en détail

: Médicament d alerte élevée

: Médicament d alerte élevée Adultes Enfants Ambulatoire SÉCURITÉ: Courte durée Longue durée TENEURS ET FORMES DISPONIBLES AU CSSSL: Atorvastatine: comprimés de 10 mg, 20 mg, 40 mg et 80 mg Fluvastatine: capsules de 20 mg, 40 mg Fluvastatin

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

Évaluation du débit de filtration glomérulaire, et du dosage de la créatininémie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte

Évaluation du débit de filtration glomérulaire, et du dosage de la créatininémie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte RAPPORT D ÉVALUATION TECHNOLOGIQUE Évaluation du débit de filtration glomérulaire, et du dosage de la créatininémie dans le diagnostic de la maladie rénale chronique chez l adulte Décembre 2011 Service

Plus en détail

Dépistage des microangiopathies chez une population de diabétiques type 1 et type 2

Dépistage des microangiopathies chez une population de diabétiques type 1 et type 2 Dépistage des microangiopathies chez une population de diabétiques type 1 et type 2 I.Damoune, I.Yassine, H.El Ouahabi, F.Ajdi Service d endocrinologie diabétologie CHU Hassan II Fès Maroc 1. Introduction

Plus en détail

Quels switchs: Quand et comment?

Quels switchs: Quand et comment? Quels switchs: Quand et comment? Villemain Angers 1 Les avantages et inconvénients des différents immunosuppresseurs 2 CICLOSPORINE - NEORAL Avantages Inconvénients Pierre angulaire de la transplantation

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

L HbA1c pour le diagnostic. le point de vue du diabétologue

L HbA1c pour le diagnostic. le point de vue du diabétologue L HbA1c pour le diagnostic et le suivi du diabète ; le point de vue du diabétologue Pr. Etienne LARGER Diabétologie Groupe Hospitalier Hôtel Dieu/Cochin Faculté de Médecine Paris Descartes HbA 1c pour

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

CHAPITRE 19 HYPERTENSION ARTÉRIELLE DE L ADULTE

CHAPITRE 19 HYPERTENSION ARTÉRIELLE DE L ADULTE CHAPITRE 19 HYPERTENSION ARTÉRIELLE DE L ADULTE OBJECTIFS Expliquer l épidémiologie de l hypertension artérielle de l adulte. Connaître les différents modes de mesure de la pression artérielle et les critères

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

HTA d origine rénale parenchymateuse. Alexandre Karras Néphrologie HEGP

HTA d origine rénale parenchymateuse. Alexandre Karras Néphrologie HEGP HTA d origine rénale parenchymateuse Alexandre Karras Néphrologie HEGP INTRODUCTION Les néphropathies chroniques parenchymateuses sont la 1 ère cause d HTA secondaire (3 à 5 %) Toute HTA doit conduire

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux

Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs du contrôle de la glycémie et traitement non médicamenteux Objectifs pour la plupart des patients Valeurs normales à envisager lorsqu elles peuvent être atteintes sans danger Examens diagnostics

Plus en détail

Insuffisance rénale aiguë (IRA)

Insuffisance rénale aiguë (IRA) AU PROGRAMME Insuffisance rénale aiguë (IRA) Processus dégénératif Classiquement, on distingue l insuffisance rénale aiguë (IRA) de l insuffisance rénale chronique (IRC). L IRA, contrairement à l IRC,

Plus en détail

Contenu et Exercice du Métier de Cardiologue Perspectives-Propositions

Contenu et Exercice du Métier de Cardiologue Perspectives-Propositions Contenu et Exercice du Métier de Cardiologue Perspectives-Propositions JC Daubert, G Derumeaux, JJ Dujardin, R Isnard, C Ziccarelli Avec la participation de: JY Artigou, C Champion, F Fellinger, F Fossatti,

Plus en détail

Parcours de santé des diabétiques de type 2. Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS

Parcours de santé des diabétiques de type 2. Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS Parcours de santé des diabétiques de type 2 Docteur Mustapha MOULLA Docteur Rémi UNVOIS Parcours de santé des diabétiques de type 2 Le diabète :une maladie générale qui implique la plupart des Professionnels

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

Les médicaments au quotidien et les prescriptions

Les médicaments au quotidien et les prescriptions Les médicaments au quotidien et les prescriptions DCI DCI = dénomination commune internationale DCI = nom scientifique du médicament Eviter, si possible et si le médicament fait l objet de plusieurs spécialités,

Plus en détail

Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques Nutrition Guide pour la prise en charge du diabétique âgé 1ère édition Hors-série 1 Vol.

Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques Nutrition Guide pour la prise en charge du diabétique âgé 1ère édition Hors-série 1 Vol. Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques Nutrition Guide pour la prise en charge du diabétique âgé 1 ère édition 57892 Hors-série 1 Vol. 2 2008 Diabète Lipides Obésité Risques cardio-métaboliques

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL (DG)

LE DIABETE GESTATIONNEL (DG) LE DIABETE GESTATIONNEL (DG) 4 ANS APRES LES RECOMMANDATIONS ETAT DES LIEUX DANS LE DIAGNOSTIC ET LA PRISE EN CHARGE L EXPERIENCE DU GHICL Dr F. DELECOURT ENDOCRINOLOGIE-DIABETOLOGIE GHICL CH ST PHILIBERT

Plus en détail

Maladie rénale chronique de l adulte

Maladie rénale chronique de l adulte POINTS CRITIQUES DU PARCOURS DE SOINS Maladie rénale chronique de l adulte Dépister la maladie rénale chronique (MRC) Identifier la population à risque de maladie rénale chronique diabète hypertension

Plus en détail

Sommaire. Que font les reins?...p.11. Les principales causes de la maladie rénale chronique... p.23

Sommaire. Que font les reins?...p.11. Les principales causes de la maladie rénale chronique... p.23 Sommaire Que font les reins?........................p.11 I.Où se situent les reins?..................... p.12 0.2. Les reins et le squelette p.12 II.Formation de l urine......................... p.12 0.1.

Plus en détail

Objectifs d apprentissage. Insuffisance rénale chronique: du dépistage à la prise en charge des complications

Objectifs d apprentissage. Insuffisance rénale chronique: du dépistage à la prise en charge des complications Insuffisance rénale chronique: du dépistage à la prise en charge des complications PD Dr P. Saudan, Néphrologie, HUG Dr N. Marangon, Néphrologie, HUG et MV santé Dre F. Maggi-Duvernay, généraliste Dr C.

Plus en détail

Maladie Rénale. Y. Dimitrov Néphrologie CH Haguenau

Maladie Rénale. Y. Dimitrov Néphrologie CH Haguenau Maladie Rénale Y. Dimitrov Néphrologie CH Haguenau FMC Haguenau 09 avril 2015 LA NEPHROLOGIE, VUE DE L EXTERIEUR ON N Y COMPREND RIEN ON NE REVOIT JAMAIS LE PATIENT ON N A JAMAIS DE RENSEIGNEMENTS QUE

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 BONVA 3 mg solution injectable en seringue pré-remplie Boîte de 1 seringue pré-remplie en verre de 3 ml avec 1 aiguille : 376 871.8 Boîte de 4 seringues

Plus en détail

Devenir de la mère après un diabète gestationnel

Devenir de la mère après un diabète gestationnel Le réseau mère-enfant de la francophonie Lille le 1.6.04 Devenir de la mère après un diabète gestationnel P. Fontaine et A. Vambergue Clinique Marc Linquette- Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de Lille

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique

Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Le compagnon en insuffisance cardiaque de la SCC : faire le lien entre les lignes directrices et votre pratique Vous cherchez des réponses pratiques pour connaître les meilleures approches en soins de

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

Quel suivi pour une femme enceinte hypertendue?

Quel suivi pour une femme enceinte hypertendue? Quel suivi pour une femme enceinte hypertendue? Résumé : L hypertension artérielle (HTA) de la grossesse se définit comme une pression artérielle (PA) supérieure ou égale à 140/90 mmhg. C est un symptôme

Plus en détail

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE Modifications pharmacocinétiques liées à l âge Modifications pharmacodynamiques liées à l âge Pathologies associées Facteurs de risques sociaux et environnementaux Poly

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 Suite à la demande du ministre chargé de la Santé et de la Sécurité Sociale, la commission réexamine la spécialité suivante : MEDIATOR 150 mg, comprimé enrobé

Plus en détail

Les complications chroniques du diabète sucré

Les complications chroniques du diabète sucré Les complications chroniques du diabète sucré Facteurs Environnementaux Nutrition Obésité Inactivité physique Apparition Du diabète ATG complications incapacité Sensibilité génétique décès Résistance à

Plus en détail

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) Définition et objectifs - Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes ayant

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

BALANCE DE FITNESS 7850.02

BALANCE DE FITNESS 7850.02 POUR UN SUCCÈS MESURABLE BALANCE DE FITNESS 7850.02 Evaluation des résultats de mesure www.soehnle-professional.com La Balance de Fitness 7850 se base sur vos données personnelles pour calculer votre structure

Plus en détail

Diabète Gestationnel Recommandations pour la pratique clinique

Diabète Gestationnel Recommandations pour la pratique clinique Diabète Gestationnel Recommandations pour la pratique clinique INADPSG (Mars 2010) CNGOF (Décembre 2010) Dr M Houhou 9èmes Journées Médicales de Biskra Email: bhouhou@hotmail.com Définition OMS Trouble

Plus en détail

INSUFFISANCE RENALE AIGUË

INSUFFISANCE RENALE AIGUË INSUFFISANCE RENALE AIGUË 1 DEFINITION : Diminution du débit de filtration glomérulaire responsable d un syndrome d urémie aiguë (élévation créatininémie et urémie) Constitution brutale ou rapidement progressive

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE

PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PRISE EN CHARGE DU RISQUE CARDIO-VASCULAIRE EN PREVENTION PRIMAIRE PLAN : 34 diapositives ASPECTS EPIDEMIOLOGIQUES DEFINITION OBJECTIFS LA PREVENTION PRIMAIRE: 2 diapositives(6 étapes essentielles) LE

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE :

RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE : RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE : DIAGNOSTIC ET SUIVI DE L OBSERVANCE DU RÉGIME SANS GLUTEN LES AUTOANTICORPS ANTI-RETICULINE (ARA) Classement NABM : chapitre 7-03 Auto-immunité - code :

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 avril 2011 JEXT 150 microgrammes, solution injectable en stylo pré-rempli - B/1 stylo pré-rempli de 0,15 ml de solution (CIP : 498 549-3) JEXT 300 microgrammes, solution

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Néphropathie diabétique. Lionel Couzi CHU de Bordeaux, CNRS-UMR 5164, Université de Bordeaux

Néphropathie diabétique. Lionel Couzi CHU de Bordeaux, CNRS-UMR 5164, Université de Bordeaux Néphropathie diabétique Lionel Couzi CHU de Bordeaux, CNRS-UMR 5164, Université de Bordeaux plan Epidémiologie Histoire naturelle Diagnostic Histologie Complications Traitement Epidémiologie La néphropathie

Plus en détail