UNE ACTION ENGAGéE POUR L EMPLOI, UNE MéTHODE CONFIRMéE, LA PROXIMITé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE ACTION ENGAGéE POUR L EMPLOI, UNE MéTHODE CONFIRMéE, LA PROXIMITé"

Transcription

1

2 UNE ACTION ENGAGéE POUR L EMPLOI, UNE MéTHODE CONFIRMéE, LA PROXIMITé Après le Congrès de Clisson en 2010, l Union Départementale CFDT de Loire-Atlantique tiendra son 47 ème Congrès les 24 et 25 mars 2014 à Nantes. Ce temps de démocratie interne est important pour la CFDT. C est le temps du bilan de la mandature passée, c est le temps de la validation de nos orientations pour tracer les lignes de nos engagements à venir. C est aussi le temps de fixer les objectifs à atteindre, à travers les interventions de syndicats, les débats sur les amendements ou encore sur l Europe. Ce rapport d activité n a pas pour objectif de reprendre de façon exhaustive les thématiques revendicatives portées par la CFDT, ni d y apporter un commentaire, un regard ou une appréciation. A quelques mois du Congrès confédéral de Marseille, et quelques mois après celui de l Union Régionale, l objectif poursuivi par l Union Départementale 44 est de mettre un focus sur les thématiques auxquelles nous avons contribuées ou initiées des actions et de porter un regard sur notre territoire et les évènements marquants de ce mandat. 4 années se sont écoulées depuis que nous nous sommes quittés à Clisson, sur cette ambition votée par les syndicats de se mobiliser pour défendre l emploi, en adoptant notamment de nouvelles pratiques syndicales. 4 ans que la situation de l emploi n est certainement pas propice à l utopie, au risque de ne pas tenir compte de notre réalité, mais 4 ans que la CFDT de Loire-Atlantique agit avec l ensemble des syndicats, membres du Conseil UD, militants d entreprises ou du territoire, pour transformer le quotidien des salariés, obtenir de nouveaux droits et faire face à la crise économique et sociale qui touche tous les salariés en Europe. En somme, être acteurs dans la construction d une société plus juste et solidaire Ce rapport traduit cette ambition, bonne lecture.

3

4 SOMMAIRE 1 Un mandat marqué par la crise Une Crise Economique persistante... 2 Un mandat traversé par de nombreuses opportunités... 4 Un mandat alimenté par de nombreux temps de débats... 6 Notre détermination affirmée Emploi, une priorité affichée et affirmée Engagés dans l action régionale... 9 Une mobilisation entière pour l emploi Engagés contre les discriminations La santé au travail, l environnement: des enjeux pour les salariés L intensification du travail se généralise Favoriser l équilibre vie pro/vie perso par un aménagement du territoire de qualité Notre système de protection sociale mis à mal L UD : une organisation en mouvement Le développement, notre force La représentativité notre légitimité La proximité, au-delà du vœu pieu, une réalité Assurer notre renouvellement par la formation Le juridique au service de l action syndicale Gagner en visibilité pour être reconnu La visibilité par notre présence sur le territoire La visibilité lors des manifestations La visibilité par un meilleur lien avec la presse La trésorerie La trésorerie Un bilan financier Quelques grands chantiers en cours

5 1 Un mandat marqué par la crise 1 Une Crise économique persistante Le début de mandat est marqué par les conséquences de la crise des «subprimes» de 2008/2009, avec un niveau de chômage qui ne cesse d augmenter. Pour autant, la situation en Loire-Atlantique est jugée «meilleure» qu ailleurs, ou moins mauvaise devrions nous dire. D ailleurs, dans de nombreuses entreprises industrielles, ces dernières années seront paradoxalement difficiles à cause d une reprise brutale d activité, avec un fort recours aux intérimaires pour pallier aux licenciements effectués précédemment, avec à la clé de vraies difficultés d organisation. Mais lentement, la tendance va à nouveau s inverser. Ce sont d abord de nombreux licenciements individuels ou ruptures conventionnelles dans de petites entreprises, loin de nos regards, des licenciements qui ne font pas l actualité. Cette réalité nous fera prendre conscience de la nécessité pour nous d aller vers ces salariés des petites entreprises. Viendront ensuite, et encore aujourd hui, l empilement de nouveaux plans sociaux. Tous les citer n aurait aucun sens, l exhaustivité serait difficile, et l intérêt limité. Toutefois, nous pourrons évoquer les cas de Goss, Alcatel, SFR, non pas par ordre d importance, mais plutôt parce que la violence du PSE, ou leur répétition, aura marqué les esprits. Parallèlement, de nombreuses entreprises ont été frappées par les restructurations, impactant fortement l emploi et les conditions de travail. Des évènements, qui bousculent les équipes, et modifient les conditions de la négociation en entreprise. L Euro et l Europe menacés A l échelle européenne, le syndicalisme avait formulé le vœu d un nouveau deal social, par le biais d investissements européens dans les nouvelles technologies, l innovation, l aide rapide et efficace en direction des travailleurs via un financement du chômage partiel, de formations, mais aussi le fait que la libre circulation des services n ignore plus les conventions collectives! Mais durant ce mandat, les Etats membres ont essuyé un véritable revers économique, politique et social qui a fragilisé l Union. Le modèle économique européen reposant sur une concurrence des marchés sans régulation et la toute relative stabilité monétaire de certains Etats a pendant un moment fait vaciller l Europe. A défaut de remèdes, face aux dérapages de la finance mondiale mais aussi aux risques d insolvabilité de certains pays comme la Grèce, l Italie ou l Espagne, les politiques drastiques d austérité imposées par la Commission Européenne ont durement touché les populations. Les Etats en phase de récession économique ont connu des taux de chômage, notamment chez les jeunes, encore jamais atteints en Europe. A la crise économique et sociale s est ajoutée une crise d identité et d adhésion à l Europe. En France, la situation sociale et économique de l Europe n a pas épargné les salariés. L activité économique au ralenti entraîne un accroissement constant du chômage, une augmentation de la précarité et la dégradation des conditions 2

6 de travail. Dans le même temps, la nécessaire maîtrise des déficits publics n a pas été sans conséquence pour le maintien de nos services publics et notre système de protection sociale. Et demain? Relayer nos revendications pour une Europe juste et solidaire. Promouvoir la construction d une Europe politique forte. Développer une citoyenneté européenne. En Loire-Atlantique, les choix pris à l échelle européenne impactent les salariés, ainsi que des secteurs entiers de notre département qui sont touchés de plein fouet par la crise (filière agroalimentaire, industrielle, automobile, etc). Il existe pourtant des solutions en termes de développement des activités ou de reconversion des emplois, alors que certains grands groupes, tel qu Alcatel-Lucent, semblent davantage attentifs aux sirènes du marché. Une perte de confiance diffuse Les différentes élections politiques auront vu la montée simultanée du taux d abstention et des populismes, sans que les deux soient toujours corrélés. Par populisme, il faut entendre «attitude ou discours s adressant aux classes populaires, le plus souvent en critiquant le système, ses représentants et les élites, se posant ainsi en adversaire de la démocratie dite traditionnelle». A ce titre, les populismes se retrouvent bien à droite, comme à gauche. Il est toutefois difficile, voire dangereux de les comparer, tant l extrême droite allie aujourd hui son discours populiste avec des idées racistes, xénophobes, dangereuses pour la démocratie. Nous ne pouvons ignorer cette attirance des citoyens pour ce discours populiste, signe de désespérance, et encore moins stigmatiser les salariés tentés par ce vote. S indigner, comprendre, expliquer, convaincre, lorsque le racisme s installe dans l espace public, voilà quelques-uns de nos moyens d actions, activés dans cette période. La dangereuse irresponsabilité des acteurs publics Qu on parle du champ médiatique, politique ou bien des organisations syndicales et patronales, on assiste à une véritable crise de la responsabilité. Dans un monde en mutation, la construction d un modèle nouveau nécessite d affronter la réalité, de faire des propositions, de s engager, mais aussi d expliquer et de faire un peu de pédagogie. Or, les gouvernements n assument pas toujours leurs choix politiques, leur cap manque de lisibilité. Les médias relaient les évènements, sans objectivité, ni analyse. Le patronat ne s engage pas au-delà des accords nationaux, certains partis politiques et organisations syndicales s agitent, sans proposer ni clefs de lecture, ni solutions. Autant de comportements qui nourrissent les populismes et le sentiment d impuissance vécu par les salariés. Au-delà du constat, nous portons une responsabilité dans notre capacité à interpeller les acteurs publics. C est le sens de notre engagement pour la Responsabilité Sociale des Entreprises. Ainsi, pour donner du sens à la RSE, nous avons participé à des groupes de travail impulsés par certaines collectivités ; Nantes Métropole, Saint-Herblain, mais aussi par des collectifs de dirigeants d entreprises ; Escalade Entreprise, Centre des Jeunes Dirigeants. L occasion pour nous de mettre les préoccupations sociales et environnementales au cœur de l activité économique. C est l un des objectifs que nous portons lors des différentes rencontres avec les collectivités, le Conseil Général, le patronat. 3

7 2 Un mandat traversé par de Nombreuses opportunités Les aspirations à la démocratie des peuples Ce mandat aura été traversé par les révolutions arabes, appelées «printemps arabe». De la Tunisie à la Syrie, en passant par l Égypte, la Lybie et bien d autres pays, la rue arabe s est révoltée face aux dictatures, mais aussi face à la montée de la précarité et du chômage. S il est impossible de faire une analyse de ces situations, multiformes, en quelques lignes, ces événements nous rappellent combien la démocratie est précieuse, mais fragile. Durant le mandat, nous avons rencontré le collectif Nantes Redeyef, afin de débattre avec des syndicalistes tunisiens de la situation de leur pays. Ces temps d échanges nous permettent de comprendre, d avoir un regard plus objectif sur la situation particulière de ce pays. Des échéances électorales importantes Si les élections politiques, et notamment présidentielles, sont à classer dans la catégorie «échéances», ce ne serait pas trahir notre neutralité de dire que ce fut une réelle opportunité. Celle d apaiser le climat social, et de relancer le dialogue, celle de mobiliser la société civile à l initiative de la CFDT notamment autour d un «pacte social», celle d appuyer nos revendications sur les nécessaires réformes. En écrivant cela, il n est pas inutile de rappeler une réalité, la CFDT fait partie des rares organisations syndicales du département à ne pas avoir donné de consignes de vote lors du rassemblement du 1er mai 2012, assumant pleinement notre volonté «ni neutre, ni partisan». Des secteurs économiques porteurs La situation économique difficile ne doit pas nous faire oublier que de-ci de-là, certains secteurs, certaines entreprises connaissent de réelles opportunités de développement. Préserver l emploi, c est aussi en créer de nouveaux. Là aussi, difficile d être exhaustif tant les situations sont variées, mais l aéronautique fait partie des véritables moteurs de l industrie du département, ainsi que le développement de l éolien off-shore, sans oublier le bâtiment. A des degrés divers, et une tendance qu il semblerait bon de vérifier, le développement des services, dans les centres d appel, les services à la personne, furent créateurs net d emplois. Des secteurs qui se renforcent mais ne doivent pas occulter la précarité de certains salariés, et nous imposent de vérifier les écarts entre les annonces de créations d emploi et la réalité vécue dans les entreprises. Des négociations nationales qui produisent des droits nouveaux Deux réformes des retraites auront successivement été mises en œuvre, en 2010 et 2013, avec deux approches bien différentes. Et à chaque fois une CFDT mobilisée en ordre de bataille, dû notamment au fait que nous avions posé et tranché ce débat lors du Congrès de Tours, en Il n est pas question ici de faire le bilan de nos avancées, ou encore de la nécessité d une réforme systémique, il s agit plutôt de réaffirmer le rôle qu a pu jouer l Union Départementale, tant sur la mobilisation que sur les débats. La CFDT a été l un des acteurs principaux, réussissant au cours des semaines, voire des mois, une mobilisation croissante aux manifestations de De très nombreuses diffusions de tracts sur les territoires grâce à la grande force et au courage de notre réseau militant et dans les entreprises nous ont permis d être en phase avec les salariés. De nombreux temps de débat avec les militants ont été organisés. Ces actions 4

8 ont contribué à diffuser nos revendications pour une réforme des retraites juste et équitable, à permettre aux militants de se les approprier pour mieux les diffuser. L actualité ne s est pas arrêtée à ces deux réformes. D importantes négociations ont débouché sur des accords. L ANI jeunes, la qualité de vie au travail, l égalité professionnelle, la sécurisation de l emploi, les contrats de génération, autant d exemples du dynamisme de la négociation, et des résultats obtenus par la CFDT. Avec les conférences sociales et les résultats de ces négociations, c est une autre forme de syndicalisme qui est en marche, un syndicalisme qui s oppose, propose, négocie, et s engage. Le dialogue social n est pas un vain mot, il trouve ici une réalité, qui se décline sur la région et devra se construire sur le département. Là aussi, l objectif est de mesurer la contribution d une structure CFDT départementale. Alimenter la Confédération par notre analyse, outiller, informer, échanger et débattre avec les militants, c est permettre aux sections de porter ces enjeux, en toute sérénité, face à des organisations syndicales parfois hostiles. Eléments de perspectives : Permettre l expression militante. Confronter les points de vue. Renforcer notre capacité d analyse. Porter notre vision d un monde plus juste. La mesure de la représentativité des organisations syndicales : la CFDT renforcée 1 ère organisation syndicale en région! L écrire ainsi n est pas faire preuve d arrogance, mais plutôt d être conscient de notre responsabilité, sans nier notre légitime fierté. Le 10 octobre 2013, lors de la clôture du rassemblement des élus et mandatés à Paris, Laurent Berger, Secrétaire Général de la CFDT, l exprimait : «Ce résultat est le fruit de l activité de toutes celles et ceux qui quotidiennement, patiemment, énergiquement font vivre le syndicalisme CFDT auprès des salariés», c est notre résultat. Il vous appartient. Alors bravo! Il est aussi le fruit de notre positionnement, offensif, revendicatif, responsable. Il est le fruit de l action des militants CFDT dans les entreprises. Une action reconnue et légitimée par les salariés. Au niveau national, nous sommes deuxième organisation, à quelques dixièmes de la CGT. Présent et majoritaire dans de nombreuses branches. Le seul regret à pointer, est l absence de données par département, pour le moment. Accompagner les militants dans la mise en œuvre de ces accords constitue une étape décisive car ces accords doivent déboucher sur de nouveaux droits concrets pour les salariés. Voilà ce qui donne du crédit et de la légitimité à notre syndicalisme. Sur chacune de ces réformes, chacun de ces accords, l Union Départementale CFDT aura pesé de tout son poids, en mobilisant responsables et adhérents, en lien avec la région, sur les temps de formation, mais aussi en dégageant des moyens pour permettre un accompagnement de proximité des équipes, comme pour le contrat de génération. Rassemblement des élus et mandatés Paris - Octobre

9 3 Un mandat alimenté par de nombreux temps de débats Etre adhérent ou militant CFDT, c est être acteur du positionnement de l organisation. Pour ce faire, il est important de s approprier les enjeux sur différents thèmes. Sans nier les difficultés parfois traversées pour mobiliser, le résultat est satisfaisant. Nous avons pu débattre, soit en réaction, soit en amont de l actualité, de différentes thématiques listées ci-après. Loin d être une liste à la Prévert, il s agit de marquer notre volonté de renforcer notre capacité d analyse de la situation, de permettre aux militants de s approprier les enjeux, et de contribuer à alimenter nos positions. Des débats avec les adhérents «La Palestine, et si on en parlait?». Temps d échange sur la situation Israélo-Palestinienne, en présence de Philippe Réau, Secrétaire Confédéral, et l association «France-Palestine». «Débattre et comprendre les propos bleus marine», sur le Front National. Temps de réflexion sur Nantes et Saint-Nazaire, animés par Xavier Guillauma et Omar El Houmri, en charge de la lutte contre les discriminations pour l URI CFDT. Des temps organisés sur les territoires, autour de l insertion des salariés handicapés, l emploi, les questions d actualité. Des débats avec les syndicats Organisés en Conseil UD. Nous avons eu l occasion d élargir nos Conseils UD à de nombreuses reprises pour permettre aux exécutifs de syndicats de s approprier différentes thématiques. Ainsi, de façon régulière, avec des intervenants extérieurs, nous avons organisé des temps sur l égalité professionnelle Femme/Homme, la Session UD sur l Europe - 28 mars 2013 Responsabilité Sociale des Entreprises, la situation économique, les mesures en faveur de l emploi, les accords nationaux interprofessionnels, l école, les discriminations, la complémentaire santé, le handicap, la décentralisation, le développement, la représentativité, l évolution de l interprofessionnel, les enjeux du Congrès régional, l évolution de l ACENER. Sous la forme de sessions de recherche, comme ce fût le cas sur l Europe. L Union Départementale a souhaité ouvrir largement le débat sur l avenir de l Europe et les ambitions affichées par la CFDT. Audelà des points d actualité réguliers sur la situation économique et sociale en Europe, l UD a travaillé Franck Truong en charge du dossier Europe lors de 2 temps forts : une session de 2 jours le 9 & 10 janvier 2012 et une demi-journée de débat le mardi 28 mars Au-delà du contenu de ces journées, c est d abord la volonté de débattre avec les militants sur l Europe autour de 3 axes : Une manière de faire : Permettre la confrontation des points de vue en donnant d abord la parole aux militants des entreprises impactées par les questions de concurrence au niveau européen (STX, Airbus, Saulnier Duval, BTT, etc.). Un état d esprit : L ouverture pour élargir notre horizon en faisant intervenir des acteurs différents sur les questions européennes, et notamment la participation confédérale de Marcel Grignard, ou encore un économiste de l OCDE, Mathieu Plane, le syndicat allemand IG Métal, Henry Lourdel, membre de la CES et dernièrement Sylvie Goulard, Députée européenne. Un objectif : Faciliter l appropriation des enjeux sur nos revendications CFDT et mieux comprendre l Europe, ses objectifs, son fonctionnement et la crise économique qui la traverse. 6

10 4 Notre détermination affirmée Groupe jeunes Europe - Septembre 2013 Cette volonté d approfondir les questions européennes, nous a conduit à nous engager pour l Europe. Un engagement qui s est traduit par l adhésion de l UD à la Maison de l Europe. Structure située au carrefour des associations et institutions qui militent pour construire l Europe. Nous sommes la seule organisation syndicale présente, et avons pris toute notre part en co-animant différents temps de débats. Il s est aussi traduit par notre implication dans l initiative de l URI, qui a initié un parcours de formation «Europe pour de jeunes militants». Nous avons contribué à identifier 10 jeunes militants du 44 qui participent à cette formation. Sous la forme de journée de réflexion, comme sur les «Politiques de la ville», en présence d Ibrahima Dia, Secrétaire Confédéral, et de Patrick Mareschal, Président du Comité d Expansion de la Loire-Atlantique, pour mieux comprendre les enjeux, et définir des pistes d action. Sous la forme de temps d échanges, liés à une actualité territoriale. C est la réflexion menée sur les conséquences du transfert de l aéroport pour différentes entreprises du bassin d emploi de Bouguenais, et les conséquences pour les salariés. A travers un échange auprès d une dizaine de sections, nous avons pointé la nécessité d anticiper ce changement : allongement des temps de transports, crainte sur la pérennité de certains emplois, etc. C est aussi celles organisées autour de la cité sanitaire à Saint-Nazaire, et le déplacement du CHU à Nantes. Autant de sujets qu il faudra suivre de près dans les années à venir. L affirmation de notre soutien aux sections Durant toute la mandature, l UD s est mise au service des militants de sections en grève, ou confrontés à des difficultés. Toutes les citer seraient impossible, pour autant, on se souviendra des actions sur l avenir de la navale, des actions, contre l annonce de plans sociaux, comme à Alcatel, pour la qualité de l accueil dans les crèches, pour des moyens supplémentaires dans le secteur de la santé. Au-delà de la mobilisation, notre soutien se traduit par : Action Bobcat L accompagnement et le conseil en lien avec la nature du conflit, en répondant aux questions des militants, en faisant le relai vers les structures ou partenaires les mieux à même de répondre. Le soutien logistique, notamment pour la visibilité, avec les drapeaux, véhicules, chasubles, etc. Le soutien juridique, par le biais de la juriste. 7

11 L affirmation de nos positions lors des intersyndicales L actualité agitée s est aussi traduite par de nombreuses intersyndicales. Loin d être linéaires, les relations intersyndicales, varient selon les sujets. Très concrètement, la réforme de la représentativité a provoqué un mouvement permanent dans les relations entre les différents acteurs. Seule Force Ouvrière reste stable à notre égard! Difficile, voire impossible de trouver des actions communes avec cette organisation, si ce n est au sujet de la reconnaissance de l amiante dans la fonction publique. L unité presque parfaite a été atteinte, autour de la lutte contre la réforme des retraites de Unité face à la contestation, mais pas dans la recherche de solution. Les tensions, notamment avec la CGT, se sont fortement révélées autour de l ANI sécurisation de l emploi, allant même jusqu à des agressions verbales dans certaines entreprises. Aujourd hui, nous avons renforcé nos relations interprofessionnelles avec l UNSA notamment, mais aussi sur certains sujets, comme le travail du dimanche avec la CFTC. Elles sont beaucoup plus tendues avec la CGT, Solidaires et la FSU mais inexistantes avec la CGC. Deux démarches se marquent, l une portée par une tendance à l opposition systématique, l autre par une volonté de réformer la société par la négociation et le compromis. Par ailleurs, l évolution marquante c est notre capacité à affirmer nos orientations, nos positions, à les défendre, sans faire de l unité syndicale un préalable. Nous exprimons notre volonté d affirmer ce que l on est, mais aussi ce que l on porte dans les entreprises et sur les territoires. L affirmation de notre action avec les fonctions publiques Le groupe «Fonction Publique» départemental a eu du mal à trouver une vitesse de croisière. Les syndicats de la fonction publique se retrouvent dans le groupe régional. Pour autant, des militants souhaitent se rencontrer sur le département. Concrètement, la pertinence de ces rencontres n a été effective que sur des thèmes précis. Ainsi, nous avons effectué un travail avec CATALYS, pour présenter l accompagnement proposé sur les questions de mobilité, de bilan de compétence, par exemple. Nous avons aussi initié des actions dans le cadre des élections «Fonction Publique» de 2011, production d un tract commun, conférence de presse, mise en relation des syndicats, soutien de l interpro, et mobilisation autour de la campagne nationale «1, 2, 3 public». Au-delà du groupe «Fonction Publique», c est aussi une action de soutien dans le cadre des manifestations spécifiques «Fonction Publique», et la formalisation d un axe de travail à approfondir autour de la formation des élus CHS qui voient leur mission s étendre aux conditions de travail. Ceci dit, le lien entre la commission régionale et l UD doit se renforcer pour nous permettre de mieux prendre en charge les orientations, notamment face à l enjeu des élections de jours fonction publique

12 2 Emploi, une priorité affichée et affirmée 1 Engagés dans l action régionale Notre implication dans le groupe régional Pour aller plus loin : Anticiper les mutations. Améliorer notre réactivité. Accompagner les équipes. Par le biais du groupe emploi, par la participation à des temps de formation, par notre capacité à agir de manière coordonnée avec la région, nous avons gagné en efficacité. Ainsi, ce travail nous a permis d analyser le contexte et de définir des leviers d actions, de former et d outiller les responsables interpro pour qu ils soient des ressources pour les équipes. C est aussi un soutien et une légitimité supplémentaire lorsque l interpellation des pouvoirs publics s avère nécessaire pour faire avancer les dossiers CFDT prioritaires. la consolidation du lien UD/URI sur les questions emploi/ formation L évolution de l interprofessionnel en région s illustre parfaitement sur les questions d emploi/formation. Le pilotage régional de cette action aura permis d articuler l action syndicale d entreprise, l éventuelle communication locale ou l ancrage territoriale avec les différentes institutions concernées, que ce soient les collectivités ou organismes de formation. Dans les entreprises, filières ou bassins d emploi, sur chacune de ces questions l Union Départementale aura contribué, participé aux travaux de l Union Régionale. On peut ici citer quelques exemples, comme le travail sur la filière automobile, notre participation aux états généraux de l industrie, les nombreuses commissions de revitalisation. Le renforcement du partenariat avec SYNDEX et CATALYS Le réseau régional de partenaires CFDT est aujourd hui bien ancré dans le paysage. Cette mandature aura permis de consolider des liens déjà bien établis, notamment sur l action économique et sociale. Dans ce domaine, notre action a été principalement concentrée avec les partenaires CATALYS et SYNDEX, de trois façons : Une rencontre de façon formelle et régulière, en début de chaque année, Des interventions en Conseil UD, lors des Assemblées Générales, pour présenter leur action, leur analyse de la situation dans le département et nous permettre de définir des actions, En anticipation ou réaction de problématiques rencontrées dans une entreprise. 9

13 2 Une mobilisation entière pour l emploi De nombreuses rencontres des organisations patronales et politiques Si la qualité du dialogue social se mesurait au nombre de rencontres des organisations patronales, ce mandat pourrait être considéré comme intéressant. Chaque année, ou lors de chaque période importante, nous avons rencontré le Medef, l UPA, la CGPME ou encore l association de commerçants. Malheureusement, ces rencontres n ont que trop peu produit de résultats. L absence de projet et la difficulté pour les organisations patronales d entrainer leurs mandants dans la période n aura pas permis de construire d actions concrètes dans le département. Côté politique, nous avons eu quelques occasions de débattre ou encore marquer notre soutien à des réformes, comme l ANI sécurisation de l emploi. Parallèlement, nous avons rencontré les pouvoirs publics, (collectivités, Préfecture, DIRECCTE) à plusieurs reprises, pour les alerter sur la situation économique de certaines entreprises, identifier de nouveaux leviers d action. La connaissance précise de la situation des entreprises, nous donne lors de ces rencontres de la crédibilité, contribue à avancer sur des sujets, comme pour les contrats de génération et participe à la mobilisation des élus locaux, comme pour Arcelor. des actions concrètes pour l emploi des jeunes l action avec les Missions locales Face à l augmentation du chômage des jeunes, l emploi des jeunes est une priorité. Par le biais de L ANI jeunes, les emplois d avenir, les missions locales sont positionnées au cœur de la lutte pour l emploi. L occasion pour nous de rencontrer les sections CFDT des missions 10 locales, mais aussi les directions et d intervenir lors des Conseils d Administration. Au-delà du commentaire, l objectif atteint fût de les pousser à s impliquer dans ces dispositifs, de mobiliser les sections et le patronat sur l emploi des jeunes. Plusieurs zones d emploi, comme Ancenis, sont très organisées et le lien entre le jeune et l entreprise est facilité. Par contre, la concrétisation, la réussite de cette mesure, sur Nantes et Saint- Nazaire demande beaucoup d énergie, tant les patrons sont frileux pour s investir. l action sur Les emplois d avenir En réunissant les sections le 26 novembre 2012, principalement des collectivités territoriales, l Union Départementale a permis aux militants de s approprier les modalités de mise en œuvre de ces emplois dans les collectivités, mais aussi de leur donner une approche syndicale : qualité de l emploi, formation, tutorat, etc. Si le déploiement de ces emplois fut laborieux, il convient aujourd hui de se dire que leur montée en puissance est une réelle opportunité dans un pays où 1 jeune de moins de 25 ans sur 4 est privé d emploi. l action sur les Contrats de génération Gérard Bourguenolle en charge du dossier Santé au travail Dans le sillage des «accords seniors», la mise en place des contrats de génération offre une nouvelle opportunité de négocier autour de l emploi, des compétences. Objectif ; maintenir les séniors dans l emploi et accueillir des jeunes. S il est difficile de faire un bilan qualitatif de ce contrat, tant la mise en œuvre est dépendante de la qualité du dialogue social dans l entreprise et de sa situation économique, l Union Départementale s est saisie de cette opportunité pour développer un projet d accompagnement des sections dans la mise en œuvre, en partenariat avec SYNDEX, et cofinancé par la DIRECCTE. Ce projet aura débouché sur l animation d une journée le 4 octobre 2012, avec une quarantaine de

14 militants, et l accompagnement de 6 sections syndicales d entreprise. De plus, de nombreuses sections auront sollicité le référent UD sur ce dossier, parfois, pour ne pas dire souvent, trop tard, à quelques jours d une signature, ou non d ailleurs, de l accord. Cette situation doit questionner l UD, tant dans sa pratique que celle des sections sur la négociation. une mobilisation pour la défense de tous les salariés Quelles priorités pour demain? Agir pour l emploi des jeunes. Porter les aspirations des salariés des TPE/PME. Lutter contre la précarité. Les salariés des TPE, un public cible Notre souci de l égalité des droits, nous a amené depuis plusieurs années à dénoncer les inégalités vécues par les salariés des TPE/PME. Secteurs, où les organisations syndicales sont peu présentes, et où les salariés n obtiennent de ce fait pas les mêmes droits. Les élections organisées en 2012, ont été un élément déclencheur dans la mise en œuvre de notre présence auprès de ces salariés comme nous l exprimerons dans le chapitre proximité. Toutefois, 2 actions sont à relever ici : L animation de temps sur la formation professionnelle Dans le cadre de la préparation des élections dans les TPE, nous avons organisé 2 rencontres autour de cette problématique, à Nantes et Saint-Nazaire. L objectif était de réunir des salariés des TPE, non-adhérents, autour de la formation professionnelle. Vaste sujet, non pris en charge par les employeurs, et sans visibilité pour les salariés. Si l on peut regretter la faible participation, les échanges furent de qualité, et certains salariés ont même obtenu quelques informations précieuses, par le biais de ces soirées. L enquête sur l organisation du travail dans les centres ville La mandature de l Union Départementale s ouvrait au lendemain d une offensive d IKEA sur l ouverture des commerces le dimanche, en décembre Ouverture ratée, notamment grâce à la mobilisation de la CFDT. Pour autant, chaque année, les commerces des centres villes ont poussé leurs revendications, jusqu à l obtention d une autorisation administrative d ouvrir deux dimanches avant les fêtes de fin d année sur Saint-Nazaire, en 2012 et A chaque fois, la CFDT s est mobilisée pour s opposer à ces ouvertures. Mais il faut être lucide, la mobilisation s appuie sur une trop faible poignée de militants. L Union Départementale a donc lancé en 2013 un vaste travail de proximité en direction des salariés, sur le travail du dimanche, mais plus globalement sur leur organisation du travail et leurs aspirations. Ce travail, dont nous avons tout juste les premiers résultats, doit permettre d alimenter l action de la CFDT durant la prochaine mandature, autour des conditions de travail, des rémunérations, des perspectives professionnelles et bien évidemment sur la question du travail du dimanche et des contreparties à exiger. Action TPE - Saint-Herblain 2012 Michel Bourdinot en charge du dossier Emploi 11

15 l intérim, un secteur à investir Le 30 mai 2013, une journée «intérim» fut organisée à destination des sections syndicales, 13 y ont participé. Cette journée est le fruit de deux constats, l un issu du groupe automobile régional, l autre du groupe emploi régional par le biais de SYNDEX : Journée intérim - Mai 2013 L intérim, fortement présent dans notre région industrielle, n est pas toujours pris en charge par les sections syndicales, faute de levier d action. La question de «l intérim» peut être prise sous l angle de l interrogation de la politique sociale de l entreprise. Construite et animée avec la Fédération des Services, cette journée s est parfaitement déroulée, au regard des différentes appréciations remontées. Là aussi, il s agit de regarder les choses en face. La mobilisation des militants fut difficile, la journée reportée, et au-delà du partage d expérience, de la rencontre de différents acteurs, de la réflexion intéressante, il est difficile d en mesurer les résultats, sauf à prolonger ce travail dans le cadre d une action conjointe syndicat/section. Pour ce faire, il nous appartient de cibler des équipes volontaires, et d engager un accompagnement. Les saisonniers, une action élargie A l initiative du syndicat Transfo Agro Produc de Nantes, la saison s est élargie en direction des salariés de l agriculture, et notamment du maraîchage autour du muguet, durant cette mandature. L Union Départementale CFDT y a pris toute sa place, tant dans la construction que la mise en œuvre. Parallèlement, nous avons investi de nombreux forum «jobs saison» sur le département, afin de diffuser de l information aux futurs embauchés. Le partenariat avec la JOC sur l action saison s est également renforcé, par la mise en place d une formation à destination des Jean-François Chapeau en charge du dossier Saison militants de ce mouvement, mais aussi une relation de proximité pendant la campagne. Le lien avec la Confédération Etudiante, a été plus qu aléatoire, pour ne pas dire inexistant Pour autant, nous avons participé à un temps de débat sur l emploi à la Faculté de Nantes, avec un stand information, qui nous a permis de rencontrer quelques jeunes. Enfin, nous avons poursuivi le travail initié autour de la Charte Hôtellerie Restauration, en l étendant à l animation. Saison agro ferme 3 moulins Action contre le travail du dimanche Ikéa - Novembre

16 3 Engagés contre les discriminations Agir pour en finir avec les discriminations raciales La CFDT a longtemps traité cette question autour du racisme en entreprise. Nous portons toujours ce débat, mais nous souhaitons agir pour la diversité dans l entreprise. En ce sens les sections Justice, égalité et respect des droits de l homme Des valeurs à faire vivre. et les syndicats du département, se sont fortement investis sur les discriminations. Ainsi, nous avons organisé 7 journées de recrutement, sur Nantes et Saint-Nazaire, dont 2 spécifiquement à destination du secteur public. Les journées recrutement ont plusieurs avantages. Elles mobilisent les équipes, les incitent à débattre de cette question dans l entreprise. Elles mobilisent les DRH, qui découvrent parfois qu il y a des richesses en compétences chez les jeunes issus de la diversité. Elles nous permettent de rencontrer et d agir avec des partenaires, institutionnels et associatifs. Elles sont bénéfiques aux jeunes, qui vivent souvent à leur premier entretien d embauche, ce qui peut produire un déclic. Dans le prolongement de ces journées, chaque année, des sections du 44 ont participé à la formation «Agir pour en finir avec les discriminations», afin d être acteurs dans leurs entreprises. Parallèlement, notre implication dans Tissé Métisse, d une part, autour des travailleurs sans-papiers d autre part, contribuent à donner du sens à nos valeurs. Journée recrutement - Nantes Lutter contre l homophobie Malheureusement, cette mandature ne nous aura particulièrement pas permis de nous investir sur ce champ. Non pas que l homophobie soit une nouveauté, ou une préoccupation nouvelle, mais différents événements graves ont eu lieu. Bien avant la «manif pour tous» qui, contrairement à ce que son nom pourrait laisser penser, a bien pour objectif de ne pas donner les mêmes droits à tous, ce sont des attaques qu a pu subir le centre LGBT à Nantes, avec notamment une vitrine brisée. Notre investissement se sera concentré autour de la «marche des fiertés», avec une participation à des temps d échanges et de préparation en amont, mais aussi une forte présence lors du défilé, que ce soit par le biais d un stand, l animation musicale ou encore le défilé de militants CFDT. De plus, nous avons contribué au groupe régional, producteur d une série d affichage à destination des militants de sections. Porter l égalité professionnelle Affiche Homophobie L égalité professionnelle a été prise en charge par le biais de différentes actions. Tout d abord un travail avec les sections, qui sont entrées dans un processus de négociation, la diffusion d un document pour les inciter à prendre le temps de la négociation, puis un travail de restitution de l enquête flash «Vie au travail genré», puis l organisation d un débat en Conseil UD ouvert aux syndicats, et la mobilisation d équipe sur la formation «Agir pour l égalité Femme/Homme». Sur les questions d égalité, nous avons aussi notre responsabilité, dans notre capacité à faire vivre la mixité dans toute la CFDT. Un pari qui demande d être offensif et volontaire. Réunion Egalité pro

17 3 La santé au travail, l environnement: des enjeux pour les salariés 1 L intensification du travail se généralise Dans tous les champs professionnels, du public et du privé, les salariés sont impactés par des évolutions liées aux restructurations, baisse des effectifs, augmentation de la productivité. Cela se traduit pour les salariés par une intensification du travail, la dégradation des conditions de travail et l augmentation des risques psychosociaux. Parallèlement, la reconnaissance de la pénibilité apparait enfin, par le biais d un accord national, et de son intégration dans la réforme des retraites. Il est clair, que la difficile conciliation vie pro/vie perso marque fortement les salariés. Avec la modernisation des moyens de communication, les limites entre les 2 sphères se chevauchent, c est l intrusion des mails dans la vie perso, l exigence d une disponibilité notamment chez les cadres. Outiller les militants pour agir avec eux Avec les journées santé au travail La tenue de journées Depuis 2010, 162 militants sur Nantes et 37 sur St-Nazaire, ont participé aux journées «Santé au travail». «Santé au travail» est toujours un moment apprécié par les militants CFDT. Tout au long de la mandature, plusieurs thèmes auront été abordés : Prévention et compensation de la pénibilité dans les entreprises, Accompagner les salariés dans la reconnaissance AT/MP, La compensation et le maintien dans l emploi. La journée du 31 mai 2011 à Nantes sera même l occasion de tenir une «Flashmob» en présence de 200 militants et François Chérèque, pour mettre en avant la pénibilité de Des projets à porter : Outiller les élus et mandatés CHSCT. Faciliter l expression des salariés. Renforcer le réseau des acteurs de la santé au travail. certains travaux, et le lien avec l organisation du travail. A noter toutefois que ces journées ne se sont pas tenues en Par le biais des enquêtes flash Formidable outil de proximité, les enquêtes flash «Vie au travail» ont été largement utilisées dans le département. Elles permettent de mieux connaitre les problématiques des salariés, et aux sections d appuyer leurs revendications sur ces apports. C est un outil qui alimente à la fois les équipes, mais aussi l ensemble des structures CFDT. Par les permanences AT/MP Les permanences accueillent des salariés qui sont envoyés par les syndicats, dont près de 90% sont déjà adhérents. Ces salariés viennent pour contester un refus de la CPAM de reconnaître un accident de 14

18 travail (AT) ou une maladie professionnelle (MP). Contester également un taux d incapacité insuffisant. Ou pour faire une demande de reconnaissance d un Accident du Travail ou une Maladie Professionnelle ou d aggravation. Dans plus de 80% des cas, l avis médical de l expert CFDT est indispensable pour contrer ceux des médecins conseil de la CPAM. Certains salariés se retrouvent licenciés du fait de leur handicap dont le travail a été responsable. Et dans ce cas les conséquences sont alors reportées en charge indue sur l assurance maladie et donc sur la collectivité et non sur la branche AT/MP qui est financée uniquement par les cotisations patronales. Nous sommes performants sur le code du travail, pourquoi ne pas l être aussi sur celui de la sécurité sociale? Ces permanences agissent en réparation mais le lien doit se faire avec l entreprise pour une meilleure prévention et un maintien dans l emploi. Par le renforcement de notre réseau Cette mandature aura vu un investissement plus particulier sur les services de santé au travail, notamment grâce à la loi qui permet une nouvelle gouvernance, et nous confère une place plus importante, à travers notamment le mandat de trésorier et la présidence de la commission de contrôle. Le renouvellement aura aussi été l occasion de revoir nos modes de mandatement, et de passer d un travail local à un travail régional, permettant entre autres, une mise en réseau et une meilleure formation de nos mandatés. Par la mise à jour de la liste de l ensemble des mandatés UD Le rassemblement des élus de 2011 nous aura mis devant la nécessité, ou plutôt offert l occasion de mettre à jour la liste des mandatés UD. Travail bénéfique car il aura mis en évidence notre bonne connaissance du réseau de mandatés, malgré certaines idées reçues. Si le fonctionnement mérite d être amélioré, tant dans la façon dont nous alimentons les mandatés de nos débats que dans la façon dont ils en rendent compte, globalement, le lien existe. 15 Favoriser l équilibre vie pro/vie perso par un aménagement du territoire de qualité 2 Les thématiques relatives à l aménagement du territoire n ont pas été fortement portées au niveau de l UD pendant ce mandat. Toutefois, afin de formaliser des revendications, dans l objectif de rencontrer les candidats en amont des élections municipales et de formaliser des axes de travail post Congrès, nous avons entamé une rencontre des syndicats et organisé une journée de réflexion autour des «Politiques de la ville». Ce travail nous a permis de formuler un certain nombre de constats. L amélioration des transports en commun ou encore le développement du transport «multimodal» n arrivent pas à changer la donne. Les périphéries se coupent du centre-ville, les espaces se «spécialisent». Nous dormons dans un lieu, travaillons dans un autre, ce qui déséquilibre un peu plus les rythmes de vie. Faciliter l accès au logement L accès au logement est difficile dans les centres villes, et notamment celui de Nantes qui concentre une grande partie de l emploi salarié du département. La sélection pour l accès à un logement s effectue en fonction du niveau de revenus, repoussant une partie du salariat vers la deuxième couronne de Nantes. Cet éloignement domicile/travail a des incidences importantes, comme notamment l augmentation du temps de transport, la problématique de garde d enfants ou encore l impact sur le pouvoir d achat. Ce regard lucide n aura pas suffi à nous permettre d agir sur la question, renvoyant la responsabilité difficile à assumer aux sections d entreprise, sans globalement réussir à suffisam- Les Politiques de la ville, l aménagement du territoire, l éducation, des préoccupations centrales dans la vie des salariés. Améliorer notre connaissance de leur vécu, et de leurs aspirations. Travailler avec les élus des CE. Rendre lisibles nos revendications.

19 ment les mobiliser autour du groupe régional sur le logement. Dans ce cadre, un travail revendicatif est à construire avec les syndicats pour être porte-parole des salariés sur cette thématique. La première chose est d identifier les tenants et les aboutissants des commissions logement des entreprises, ce qui demeure souvent pour l instant, assez flou pour la majorité des élus et mandatés. Améliorer les conditions de transports Difficile de faire vivre un groupe «Transports» dans le département, tant le sujet est complexe, les interdépendances nombreuses et les leviers minimes. Pour autant, l Union Départementale aura participé à quelques réflexions lors de débats avec l Union Locale des Retraités, ou dans la mise en place du tram/train. Au-delà du chantier en lui-même, l Interprofessionnel a ici trouvé toute sa place, notamment dans ce que l on pourrait qualifier, en toute humilité, d une gestion territoriale de l emploi et des compétences. Perte d emploi dans une entreprise de transport, augmentation dans une autre. La CFDT aura travaillé de concert pour interpeller les directions et le Conseil Général, sur des passerelles possibles, avec un bilan mitigé, notamment sur le repositionnement des salariés. Si l augmentation des transports collectifs, et du co-voiturage sont des propositions fortes, une réflexion sur la desserte des zones d emploi, la fréquence des passages, leurs correspondances avec les horaires atypiques, la négociation des plans de déplacement des entreprises, sont autant d actions, que nous aurons à mener avec les sections, pour que les entreprises se dotent d un plan de développement, qui ne soit pas un alibi mais un véritable outil. Campagne Ethique sur étiquette contre le sablage des jeans Développer une consommation responsable C est par le biais de 2 axes que nous agissons en ce sens, l ASSECO et «Ethique sur l étiquette». Association de consommateurs, l ASSECO a toujours eu pour particularité d apporter un regard syndical à l acte de consommer. L ASSECO aura travaillé sur l impact pour les salariés de nos choix de consommateurs, le commerce équitable, la défense de nos intérêts, l implantation de surfaces commerciales, et le travail du dimanche. Toutefois, en toile de fond, une modification profonde de l adhésion aura déstabilisé son fonctionnement puisqu elle n est plus couplée avec celle de la CFDT. Le collectif «Ethique sur l étiquette» est également une structure importante dans la consommation responsable. En effet, les derniers événements sur le Bengladesh montrent qu en tant que consommateurs, nous avons un pouvoir et que nous pouvons l exercer Il ne reste plus qu à nous mobiliser en ce sens, ce qui n est pas toujours inscrit dans nos actions. L aménagement du territoire influencé par différents chantiers De nombreux chantiers auront émaillé cette mandature sur notre département, ou sont à venir. A chaque fois, l Union Départementale s est investie au côté des syndicats, sections concernés, sans oublier les usagers. 16

20 Le déplacement du CHU La nécessité de moderniser le CHU de Nantes ne fait pas débat pour la CFDT. L urgence est même là. L offre privée de soins s organise autour de la métropole nantaise, par le biais de groupes mutualistes ou capitalistiques. L enjeu est donc d offrir un CHU moderne, accessible et ouvert à tous. L actualité nantaise aura plus porté sur l affrontement politique autour du lieu d implantation du CHU Nantes Nord, Ile de Nantes. Pour la CFDT, l enjeu est avant tout le nombre de lits, l emploi et l accessibilité. Pour amener ce débat sur la place publique, la CFDT aura communiqué dans la presse, rencontré des députés, organisé un débat avec ses militants, non sans effet. Notre système de protection sociale mis à mal 3 Notre système de protection sociale érigé en modèle pendant des décennies fait l objet récurrent de critiques dans un contexte économique et social où sa pérennité demeure un facteur essentiel de cohésion sociale et de protection. Certes, pensé dans un contexte de plein emploi juste après la guerre, notre système de protection sociale doit faire face, tout à la fois, à une diminution de ses recettes liée à la perte de vitesse de notre croissance économique mais aussi à l augmentation de ses dépenses liée à l évolution de notre société. L ouverture de la Cité Sanitaire de Saint-Nazaire Le projet de la cité sanitaire pérennise l hôpital sur Saint-Nazaire, et permet d organiser l offre de soins entre la mutualité et l hôpital de Saint- Nazaire. La CFDT a donné un avis favorable à ce projet, et nous avons organisé des temps d échanges avec les salariés des 2 structures, mais aussi avec les usagers adhérents, et les directions des établissements. Pour autant, ce projet innovant, est affaibli par des problèmes de conditions de travail, de moyens, humains et financiers, dénoncés par les deux sections bien en amont de l ouverture, et aujourd hui encore, avec à chaque fois un soutien de l UD. Contrôler les nouveaux moyens de communication La modernisation des moyens de communication est une chance, à priori. Le monde a porté de main, tout le temps, partout! Cette affirmation générale ne tient pas compte des disparités entre territoires, notamment en matière de déploiement de 3G ou d ADSL. Ni les disparités entre catégories sociales, dont l accès reste difficile pour une partie de la population. Cette affirmation ne tient pas compte de l impact sur toute une partie du salariat, dont les mails sont une intrusion permanente dans leur sphère privée, l ordinateur, le portable des excroissances de l entreprise dans son foyer. Face à ce constat, l Union Départementale a organisé un travail de réflexion, des soirées débats avec notamment la CFDT Cadres. 17 L accès aux soins aujourd hui doit tenir compte de nombreux facteurs tels que le développement des maladies chroniques, l allongement de la durée de vie, le maintien à l autonomie, les problématiques de désertification médicale, etc. Toutes ces évolutions ont un coût. Préserver notre système de protection sociale, c est tenir compte de ses évolutions, maitriser nos déficits sociaux mais aussi les conjuguer avec un choix de société, préserver un modèle de justice sociale et de solidarité face aux aléas de la vie. C est le choix d une CFDT pragmatique mais aussi revendicative qui nous a conduit à défendre notre système de protection sociale mais aussi les salariés qui la font vivre au quotidien. C est dans ce même état d esprit que l UD a relayé les initiatives régionales ou confédérales permettant à chacun de mieux saisir des enjeux liés à la réforme des retraites. Elle a également proposé en Conseil de l UD un débat sur l ANI et la généralisation de la complémentaire santé. Au-delà de la simple appropriation, c est aussi irriguer l organisation tout entière, mais c est aussi alimenter la Confédération de nos réflexions. Enfin, les systèmes de protection sociale, sont structurés avec un certain nombre de mandatés, à la CAF, la CPAM par exemple, qui sont organisés régionalement, pour la plupart. Nous n avons que trop peu travaillé avec ces militants pendant ce mandat, alors que leur apport serait complémentaire avec les ressentis des sections, des usagers, et contribuerait à formuler des axes revendicatifs. Ce rapport illustre une action revendicative riche et intense, une organisation en mouvement. Cela se vérifie aussi sur nos fonctionnements internes.

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

PROJET DE RÉSOLUTION Un nouveau modèle de développement porteur de progrès social pour tous. PROJET DE RÉSOLUTION Une vingtaine de débats au programme

PROJET DE RÉSOLUTION Un nouveau modèle de développement porteur de progrès social pour tous. PROJET DE RÉSOLUTION Une vingtaine de débats au programme 48 E CONGRÈS CONFÉDÉRAL SOMMAIRE CONGRÈS CONFÉDÉRAL Une étape décisive pour la CFDT CONGRÈS CONFÉDÉRAL Mode d emploi RAPPORT D ACTIVITÉ Retour sur quatre ans d action PROJET DE RÉSOLUTION Un nouveau modèle

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Résolution générale de l Union Régionale interprofessionnelle CFDT Rhône-Alpes 2012-2016

Résolution générale de l Union Régionale interprofessionnelle CFDT Rhône-Alpes 2012-2016 Résolution générale de l Union Régionale interprofessionnelle CFDT Rhône-Alpes 2012-2016 Une CFDT Rhône Alpes rassemblée, efficace, proche des salariés, offensive dans un monde en mutation CFDT en Rhône-Alpes

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3

PROJET SENIOR COMPETENCE. Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 PROJET SENIOR COMPETENCE Présentation synthétique 1. L OBJECTIF DU PROJET...2 2. LE PARTENARIAT LOCAL ET TRANSNATIONAL...3 3. ACTIONS ET CALENDRIER DU PROJET...5 3.1. ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC (1 ER

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales http://www.unsa.org/_ Bagnolet, le 29 mai 2013 Aux secrétaires généraux des unions régionales Aux secrétaires généraux des unions départementales Aux secrétaires généraux des organisations syndicales adhérentes

Plus en détail

LA RSE, levier d action syndicale

LA RSE, levier d action syndicale Confédération Française de l Encadrement - CGC LA RSE, levier d action syndicale Dialogue social Gouvernance Développement humain Respect de l écosystème de l entreprise Nouvelle boussole pour la performance

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015

DOCUMENT D ORIENTATION. Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des. formations professionnelles 2011-2015 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES DOCUMENT D ORIENTATION Contribution à l élaboration du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles 2011-2015 Direction régionale des entreprises,

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique." Programme. Michel Petiot.

Maréchal Ardans-Vilain. Denis. Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique. Programme. Michel Petiot. Canton Meudon - Chaville élections départementales Denis Cécile Maréchal Ardans-Vilain Alice Carton Michel Petiot Programme "Nos priorités : la jeunesse, la solidarité et le développement économique."

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions

CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP. Relevé des conclusions PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Paris, le 11 décembre 2014 CONFERENCE NATIONALE DU HANDICAP Relevé des conclusions A l occasion de la Conférence nationale du handicap du 11 décembre 2014,

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica.

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica. ARS : un an après leur création, l Observatoire de la Régionalisation dresse un premier bilan de leurs actions et de la montée en charge de la loi HPST et Direct Research créent l Observatoire de la Régionalisation.

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots N 489 - Semaine du 22 avril 2014 Austérité n ayons pas peur des mots Tout son poids dans la balance François Hollande

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire

Intervention de Marisol TOURAINE. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des. femmes. Maison de Santé Pluridisciplinaire 1 Intervention de Marisol TOURAINE Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Maison de Santé Pluridisciplinaire Magny-en-Vexin Vendredi 20 février 2015 Seul le prononcé fait

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer

Réforme du crédit à la consommation. Statut des enseignants chercheurs. Point sur les États généraux de l outre-mer LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSÉE LE MERCREDI 22 AVRIL 2009 A L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE A DIFFUSÉ LE

Plus en détail

La représentativité syndicale Loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation d e la démocratie sociale

La représentativité syndicale Loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation d e la démocratie sociale La représentativité syndicale Loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation d e la démocratie sociale Quelles sont les nouvelles règles pour la CFTC? 1 A RETENIR : Désormais 2 conditions pour rester

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises

La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises mardi 22 septembre 2009 La Région débloque plus de 1,3 million d euros spécifiquement dédiés à des actions anti-crise pour la formation des salariés et des entreprises Baptiste MAUREL 04 67 22 80 35 ///

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens

La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens La charte parisienne de la participation Dix clefs pour la participation des Parisiennes et des Parisiens Page 1 Première clef La démocratie participative est une aide à la prise de décision publique.

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales

Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales L ÉCHO Des Pharmacies et des Laboratoires d Analyses Médicales édito SAVOIR DIRE NON AU RECUL SOCIAL! EDITO : Savoir dire non au recul social! P. 1 OFFICINES : Compte rendu de la paritaire mixte du 2 juillet

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs ------------------------------------------ Page 1 Source : Liaisons Sociales Quotidien 12 février 2015 Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours,

Plus en détail

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste

Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste Contribution du Secrétariat National Economie Sociale et Solidaire à la Convention Egalité Réelle du Parti Socialiste L ESS OU LA PRATIQUE DE L EGALITE REELLE DANS L ECONOMIE Les entreprises de l ESS ont

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Les Groupements de coopération

Les Groupements de coopération Les Groupements de coopération Intégrer les salariés dans la mise en œuvre des restructurations Une nécessité pour la CFDT Santé Sociaux MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Audition du 7 septembre

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

La prévention et la lutte contre les discriminations dans les contrats de ville

La prévention et la lutte contre les discriminations dans les contrats de ville La prévention et la lutte contre les discriminations dans les contrats de ville Le Réseau RECI propose, par le biais de cette note, des apports méthodologiques visant la prise en compte de la dimension

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre Revisitez votre politique de flexibilité au regard des nouvelles dispositions issues de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 IAE de Toulouse Conférence

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL CPNAE 2012-2014. I. PRESENCE DANS LES ENTREPRISES / AFFILIATION (Niveau des affiliés et des travailleurs)

PLAN DE TRAVAIL CPNAE 2012-2014. I. PRESENCE DANS LES ENTREPRISES / AFFILIATION (Niveau des affiliés et des travailleurs) PLAN DE TRAVAIL CPNAE 2012-2014 I. PRESENCE DANS LES ENTREPRISES / AFFILIATION (Niveau des affiliés et des travailleurs) DOMAINES OBJECTIFS 2012-2014 Moyens / Mesures - Vue sur notre présence syndicale

Plus en détail

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes

Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Insertion des personnes handicapées : La réponse novatrice et responsable des assureurs mutualistes Une approche volontariste et ambitieuse Favoriser l intégration des personnes handicapées demandeuses

Plus en détail

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance

ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL. Partageons plus que l assurance ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Partageons plus que l assurance Partageons plus que l assurance Plus d accompagnement Les établissements de santé sont aujourd hui

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION

LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION Formation professionnelle LA PÉRIODE DE PROFESSIONNALISATION La période de professionnalisation permet aux publics peu bénéficiaires de formation, notamment les seniors ou les femmes, d accéder à une qualification.

Plus en détail

Le «Grand Dialogue» de La Poste

Le «Grand Dialogue» de La Poste Le «Grand Dialogue» de La Poste Dominique Bailly Directeur du développement RH et de l innovation social du groupe La Poste Frédéric Petitbon Directeur général délégué du cabinet de conseil en management

Plus en détail

LE SYSTÈME DE RETRAITE

LE SYSTÈME DE RETRAITE LE SYSTÈME DE RETRAITE Le contexte Les questions posées Les réponses Les enjeux syndicaux > Le contexte Un système universel mais disparate 100 ans pour étendre la couverture vieillesse de base à toute

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

www.premier-ministre.gouv.fr

www.premier-ministre.gouv.fr Portail du Gouvernement Site du Premier ministre Les Chantiers EN PERSPECTIVE Projets pour la France Tableau de bord du Gouvernement LES THÈMES Garantir la sécurité routière Les derniers titres Les dossiers

Plus en détail

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service»

Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» Domaine 1. «Conduite de la définition et de la mise en œuvre du projet d établissement ou de service» DANS LE RESPECT DU PROJET ET DU FONCTIONNEMENT DE LA PERSONNE MORALE, EN CONFORMITE AVEC LA LEGISLATION

Plus en détail

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE)

Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Projet pilote : Création d un tableau de bord 0-5 ans pour Municipalité amie des enfants (MAE) Réflexion sur les enjeux municipaux et pistes d action en lien avec le dossier de la petite enfance André

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail