Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Profil de l habitation Village urbain 13 Du Plateau GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 14"

Transcription

1 Profil de l habitation Village urbain 13 Volume 3 cahier 14 PORTRAIT DE GATINEAU

2 TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des soutiens principaux...4 Genre de ménage...5 Mobilité des ménages...5 Type de construction et âge du soutien principal...6 Type et période de construction...6 Besoins de réparations des logements...7 Groupe d âge et hypothèque...8 Genre de ménage et hypothèque...8 Coûts et abordabilité...9 Population, ménages et logements en location...1 Logements en location...1 Âge des soutiens principaux...1 Genre de ménage...11 Mobilité des ménages...11 Type de construction et âge du soutien principal...12 Type et période de construction...13 Besoins de réparations des logements...14 Coûts et abordabilité...15 Aperçu du sondage...16 Avis au lecteur : À moins d avis contraire, toutes les données présentées proviennent des recensements de Statistique Canada et portent sur les logements privés occupés. En raison des arrondissements effectués par Statistique Canada, certains totaux ne sont pas nécessairement égaux à la somme des parties.

3 Profil de l habitation 3 Présentation L habitation est une composante incontournable de la qualité de vie et du bien-être des citoyens et une préoccupation importante dans l ensemble des activités municipales. À ce titre, la connaissance des caractéristiques du parc de logement ainsi que celles des personnes qui y résident est un atout réel pour la compréhension des conditions de logement des ménages sur le territoire gatinois. D ailleurs, dans le but de permettre une offre équilibrée et diversifiée en habitation aux Gatinois, les plans d action annuels de la politique d habitation prévoient la production et la diffusion de profils sociodémographiques. C est dans ce cadre que ce portrait de l habitation a été développé. Il constitue le volume 3 du Portrait de Gatineau, série de volumes visant à fournir une description factuelle de divers aspects de la ville dans le but de mieux la faire connaître par une multitude d acteurs. Les premières étapes de réalisation de ce portrait ont été entreprises dans le cadre d une démarche régionale coordonnée par la Conférence régionale des élus de l Outaouais (CRÉO). Des profils exhaustifs de la région de l Outaouais, de la ville de Gatineau et des quatre municipalités régionales de comté (MRC) ont alors été produits 1. La première partie de ce portrait de l habitation présente des données clés sur l ensemble des villages urbains et des milieux de vie champêtre qui composent la ville de Gatineau. Principales sources de données quantitatives, les recensements de Statistique Canada de 1991 à 26 ont essentiellement été exploités. Quelques données tirées du plus récent recensement de 211 sont présentées, mais une publication prochaine, en accord avec les dates diffusions de l institution, fera un portrait à jour de l habitation à Gatineau. Seize documents individuels présentant distinctement les caractéristiques des ménages propriétaires et locataires ainsi que celles du parc immobilier sont également publiés pour chacun des villages urbains. Ils mettent également en évidence les faits saillants d un sondage téléphonique réalisé dans le cadre de la démarche régionale afin de souligner certains défis locaux. 1 Ces profils sont le résultat d une collaboration entre la CRÉO, les quatre MRC, la Société d habitation du Québec et la Ville de Gatineau. Pour les consulter :

4 POPULATION, MÉNAGES ET LOGEMENTS EN PROPRIÉTÉ Logements en propriété En 26, 71 % des 3 51 logements du village étaient occupés par un propriétaire comparativement à 75 % en 21, pour une augmentation de 67 % du nombre de propriétaires. En ce qui concerne la ville, cette part est respectivement de 64 et 59 % pour une hausse de 18 %. Âge des soutiens principaux À une proportion supérieure à celle de la ville (52 %), quelque 58 % des résidences du village sont occupées par un propriétaire âgé de 35 à 54 ans. L âge médian des principaux soutiens est de 4,4 ans comparativement à 48,9 ans pour la ville. Le principal soutien fait référence à la première personne dans le ménage qui effectue le paiement de l hypothèque, des taxes ou de l électricité, etc. Logements occupés par le propriétaire,, 21 et Principaux soutiens propriétaires selon le groupe d âge,, 26 3 % % 2 % Moins de 25 ans 9 % 25 à 34 ans 29 % 35 à 44 ans 22 % 45 à 54 ans à 64 ans 65 à 74 ans 36 % 75 ans et plus

5 Profil de l habitation 5 Genre de ménage Mobilité des ménages À l instar de la ville, la grande majorité (83 %) des ménages propriétaires de ce village urbain sont des ménages familiaux, surtout des couples avec enfants. Les ménages d une personne représentent quant à eux 15 % des ménages du village. À une proportion inférieure à celle de la ville (64 %), quelque 46 % des soutiens principaux propriétaires du village n ont pas changé d adresse entre 21 et 26. Ceux qui ont déménagé l ont fait essentiellement en provenance d autres villages de la ville. Le genre de ménage fait référence à la catégorie à laquelle appartiennent une personne vivant seule ou un groupe de personnes occupant un même logement. On distingue deux catégories : les ménages familiaux et les ménages non familiaux. La mobilité fait référence au lieu où résidait le soutien principal du ménage cinq années avant le recensement. Ménages propriétaires selon le genre,, 26 Mobilité des soutiens principaux propriétaires entre 21 et 26, Ménages propriétaires Ménages familiaux Comptant un couple sans enfants Comptant un couple avec enfants Comptant une famille monoparentale Autres ménages familiaux Ménages non familiaux Comptant une seule personne Comptant deux personnes ou plus N Gatineau % N % 8 % 27 % 38 % 1 % 4 % 2 % 18 % 2 % % 25 % 47 % 9 % 2 % 17 % 15 % 1 % 11 % 31 % 11 % 1 % 46 % Ménages n ayant pas déménagé Ménages ayant déménagé à l intérieur de la ville Ménages en provenance d ailleurs au Québec Ménages en provenance d une autre province Ménages en provenance d un autre pays

6 6 Profil de l habitation Type de construction et âge du soutien principal Environ la moitié des logements du village dans lesquels le propriétaire réside sont des maisons individuelles non attenantes. Ces dernières sont surtout occupées par des propriétaires âgés de 35 à 44 ans. En fonction du type de construction, la représentation des groupes d âge du soutien principal peut cependant varier, les duplex et les immeubles de moins de cinq étages étant surtout occupés par des propriétaires âgé de 25 à 34 ans. Type et période de construction La grande majorité (91 %) des logements du village dans lesquels le propriétaire réside ont été construits dans la période allant de 1991 à 26. Les maisons individuelles ont constitué à l exception de la période allant de 1991 à 2, le premier type de construction dans le village. Comme deuxième type de construction, les maisons jumelées ont historiquement contribué à une part importante des constructions, mais leur poids s est récemment réduit au profit des immeubles de moins de cinq étages. Logements en propriété selon le type de construction et le groupe d âge du soutien principal,, 26 Logements en propriété selon le type de construction et la période de construction,, 26 Tous les logements () 29 % 36 % 22 % 9 % Tous les logements () 53 % 3 % 14 % Maison individuelle non attenante (53 %) Maison jumelée (3 %) Maison en rangée (1 %) Appartement, duplex (1 %) Appartement, immeuble de moins de cinq étages (14 %) Appartement, immeuble de cinq étages ou plus ( %) Moins de 25 ans 7 % 26 % 4 % 23 % 1 % 21 % 41 % 24 % 7 % 33 % 33 % 54 % 13 % 9 % 12 % % 2 % 4 % 6 % 8 % 25 à 34 ans 35 à 44 ans 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus 33 % 6 % 4 % 45 à 54 ans Avant 1981 (5 %) De 1981 à 199 (4 %) De 1991 à 2 (53 %) De 21 à 26 (38 %) Maison individuelle non attenante Appartement, duplex 12 % 44 % 63 % 59 % % 2 % 4 % 6 % 8 % Maison jumelée Appartement, immeuble de moins de cinq étages 49 % 29 % 7 % 3 % Maison en rangée 8 % Appartement, immeuble de cinq étages ou plus

7 Population, ménages et logements en propriété 7 Besoins de réparations des logements Par opposition à l entretien régulier ou aux réparations mineures, les réparations majeures sont nécessaires lorsque la plomberie ou l installation électrique est défectueuse ou lorsque des travaux doivent être effectués sur la charpente des murs, des planchers ou des plafonds. Logements possédés nécessitant des réparations majeures selon le type de logement,, 26 Logements possédés Logements possédés nécessitant des réparations majeures Réparations majeures selon le type de construction Maison individuelle non attenante Maison jumelée Maison en rangée Appartement, duplex Appartement, immeuble de moins de cinq étages Appartement, immeuble de cinq étages ou plus Autres N Gatineau % N % 6 % 62 % 9 % 6 % 11 % 9 % 2 % 1 % % 75 % 15 % % % 15 % % % En 26, 6 logements, soit 2 % des logements possédés nécessitaient des réparations majeures, une part inférieure à celle de la ville (6 %). À l instar de la ville, la majorité des logements ayant besoin de réparations majeures sont des maisons individuelles non attenantes.

8 8 Profil de l habitation Groupe d âge et hypothèque Dans une proportion supérieure à celle de la ville (68 %), la grande majorité des propriétaires du village (84 %) assument une hypothèque. La charge d une hypothèque peut varier considérablement en fonction du groupe d âge. Les personnes des plus jeunes groupes d âge sont plus nombreuses parmi les propriétaires payant une hypothèque. Les plus nombreux parmi ceux n en ayant pas ont entre 45 et 54 ans. Genre de ménage et hypothèque Quel que soit le statut de présence d une hypothèque, les ménages familiaux sont les plus représentés. En revanche, quelque 1 % des ménages sans hypothèque sont composés d une personne seule comparativement à 17 % pour les ménages payant une hypothèque. Ménages propriétaires selon le groupe d âge et la présence d une hypothèque,, 26 Genre de ménage selon le groupe d âge et la présence d une hypothèque,, 26 Tous les ménages () 29 % 36 % 22 % 9 % Tous les ménages () 72 % 9 % 15 % Avec une hypothèque (84 %) 33 % 37 % 2 % 6 % Avec une hypothèque (84 %) 7 % 9 % 17 % Sans hypothèque (16 %) 6 % 28 % 3 % 22 % 6 % Sans hypothèque (16 %) 82 % 1 % % 2 % 4 % 6 % 8 % % 2 % 4 % 6 % 8 % Moins de 25 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus 45 à 54 ans Ménages familiaux comptant un couple Ménages comptant une seule personne Ménages comptant une famille monoparentale Autres ménages

9 Population, ménages et logements en propriété 9 Coûts et abordabilité Les propriétaires du village dépensaient en moyenne $ par mois en 26, soit 28 % de plus que ceux de l ensemble de la ville. À une proportion inférieure à celle de la ville (12 %), quelque 9 % des propriétaires consacraient au moins 3 % de leur revenu aux dépenses de propriété. Cette part est plus importante au sein des ménages ayant une charge hypothécaire. Ces derniers sont surtout Ménages propriétaires consacrant au moins 3 % de leur revenu aux coûts d habitation selon le genre et la présence d une hypothèque,, 26 composés de couples et de personnes seules; elles constituent en revanche la totalité des ménages qui n ont plus d hypothèque. Des différences liées à la part de revenu consacrée aux dépenses de propriété sont également observables selon le groupe d âge et la présence d une hypothèque. L abordabilité mesure la part du revenu que consacre un ménage aux frais de logement. Un logement est abordable si le ménage qui l occupe y consacre moins de 3 % de son revenu avant impôt. Cependant, tous les ménages consacrant plus de 3 % de leur revenu au logement n éprouvent pas nécessairement des problèmes d abordabilité. C est notamment le cas des ménages ayant un revenu élevé. Ménages propriétaires consacrant au moins 3 % de leur revenu aux coûts d habitation selon le groupe d âge du soutien principal et la présence d une hypothèque,, 26 Tous les ménages (9 %) 36 % 23 % 4 % Tous les ménages (9 %) 27 % 33 % 1 % 21 % Avec une hypothèque (11 %) 38 % 24 % 38 % Avec une hypothèque (11 %) 25 % 36 % 7 % 23 % Sans hypothèque (2 %) Sans hypothèque (21 %) 5 % 5 % % 2 % 4 % 6 % 8 % % 2 % 4 % 6 % 8 % Ménages familiaux comptant un couple Ménages comptant une seule personne Ménages comptant une famille monoparentale Autres ménages Moins de 25 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus 45 à 54 ans

10 POPULATION, MÉNAGES ET LOGEMENTS EN LOCATION Logements en location En 26, 29 % des 3 51 logements du village étaient occupés par un locataire comparativement à 25 % en 21, pour une augmentation de 97 % du nombre de locataires. est ainsi le village qui a connu la plus importante hausse de sa population de locataires. Pour la ville, cette part est respectivement de 36 et de 41 % pour une baisse de 4 %. Âge des soutiens principaux À une proportion supérieure à celle de la ville (61 %), environ les trois quarts des locataires sont âgés de 25 à 54 ans et 5 % ont 65 ans et plus. L âge médian des principaux soutiens du village en location est de 29,6 ans comparativement à 43,9 ans pour la ville. Le principal soutien fait référence à la première personne dans le ménage qui effectue le paiement du loyer, de l électricité et des autres charges. Nombre de ménages occupés par un locataire,, 21 et Principaux soutiens locataires selon le groupe d âge,, 26 3 % 2 % Moins de 25 ans 6 % 14 % 25 à 34 ans % 35 à 44 ans 45 à 54 ans % 39 % 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus

11 Profil de l habitation 11 Genre de ménage Mobilité des ménages Quelque 56 % des ménages en location du village sont des ménages familiaux, comparativement à 48 % à Gatineau. Un ménage locataire sur cinq du village est un couple sans enfant. Les ménages locataires d une seule personne représentent quant à eux plus du tiers de tous les ménages locataires comparativement à 46 % à Gatineau. Seulement 1 % des soutiens principaux en location dans le village n ont pas changé d adresse entre 21 et 26, une part inférieure à celle de la ville (38 %). La grande majorité d entre eux ont donc changé d adresse, la moitié au sein même de la ville. Le genre de ménage fait référence à la catégorie à laquelle appartiennent une personne vivant seule ou un groupe de personnes occupant un même logement. On distingue deux catégories : les ménages familiaux et les ménages non familiaux. La mobilité fait référence au lieu où résidait le soutien principal du ménage cinq années avant le recensement. Ménages locataires selon le genre,, 26 Mobilité des soutiens principaux locataires entre 21 et 26, Ménages locataires Ménages familiaux Comptant un couple sans enfants Comptant un couple avec enfants Comptant une famille monoparentale Autres ménages familiaux Ménages non familiaux Comptant une seule personne Comptant deux personnes ou plus N Gatineau % N % 48 % 17 % 13 % 15 % 3 % 52 % 46 % 6 % % 2 % 18 % 14 % 4 % 45 % 37 % 8 % 24 % 12 % 5 % 1 % 5 % Ménages n ayant pas déménagé Ménages ayant déménagé à l intérieur de la ville Ménages en provenance d ailleurs au Québec Ménages en provenance d une autre province Ménages en provenance d un autre pays

12 12 Profil de l habitation Type de construction et âge du soutien principal La grande majorité (88 %) des logements en location du village sont situés dans des immeubles de moins de cinq étages comparativement à 6 % pour Gatineau. Aucun appartement en location ne se situe dans une maison en rangée alors que ce type de logement représente 6 % de tous les logements en location à Gatineau. En fonction du type de construction, la représentation des groupes d âge du soutien principal peut varier considérablement. À titre d exemple, aucune maison individuelle n est occupée par un locataire âgé de 25 à 34 ans alors que ce groupe représente près de 45 % des locataires des immeubles de moins de cinq étages. Logements en location selon le type de construction et le groupe d âge du soutien principal,, 26 Tous les logements () Maison individuelle non attenante (3 %) Maison jumelée (2 %) Maison en rangée ( %) Appartement, duplex (1 %) Appartement, immeuble de moins de cinq étages (88 %) Appartement, immeuble de cinq étages ou plus (5 %) 14 % 39 % 21 % 14 % 6 % 33 % 33 % 33 % 5 % 5 % 14 % 44 % 2 % 15 % 5 % 18 % 18 % 18 % 45 % % 2 % 4 % 6 % 8 % Moins de 25 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 65 à 74 ans 75 ans et plus

13 Population, ménages et logements en location 13 Type et période de construction La quasi-totalité des logements en location du village (96 %) ont été construits après 1991 comparativement à 14 % pour Gatineau. Comme principal type de construction du village, les immeubles de moins de cinq étages ont compté pour plus de 85 % des constructions locatives par période, à l exception de celle qui précède En revanche, entre 21 et 26, la part des immeubles de plus de cinq étages s est accrue. Logements en location selon le type de construction et la période de construction,, 26 Tous les logements () % 5 % Maison individuelle non attenante Maison jumelée Avant 1981 (2 %) 5 % % Maison en rangée De 1981 à 199 (2 %) Appartement, duplex De 1991 à 2 (3 %) De 21 à 26 (66 %) % 1 % 9 % 87 % 8 % 2 % 4 % 6 % 8 % Appartement, immeuble de moins de cinq étages Appartement, immeuble de cinq étages ou plus

14 14 Profil de l habitation Besoins de réparations des logements Par opposition à l entretien régulier ou aux réparations mineures, les réparations majeures sont nécessaires lorsque la plomberie ou l installation électrique est défectueuse ou lorsque des travaux doivent être effectués sur la charpente des murs, des planchers ou des plafonds. Logements en location nécessitant des réparations majeures selon le type de logement,, 26 Logements en location Logements loués nécessitant des réparations majeures Réparations majeures selon le type de construction Maison individuelle non attenante Maison jumelée Maison en rangée Appartement, duplex Appartement, immeuble de moins de cinq étages Appartement, immeuble de cinq étages ou plus Autres N Gatineau % N % 9 % 7 % 3 % 9 % 1 % 62 % 9 % % % % % % % % % En 26, 1 logements en location nécessitaient des réparations majeures, soit 1 % des logements du village, une part largement inférieure à celle de la ville (9 %). La totalité des logements ayant besoin de réparations majeures se situent dans des immeubles de moins de cinq étages comparativement à 62 % à Gatineau.

15 Population, ménages et logements en location 15 Coûts et abordabilité Les locataires du village dépensaient en moyenne 888 $ par mois en 26, soit 35 % de plus que l ensemble des locataires de la ville. Toutefois, 255 ménages locataires, soit 26 % d entre eux, dépensaient au moins 3 % de leur revenu aux coûts de logement. Cette part est de 36 % pour la ville. Par ailleurs, quelque 41 % de ces ménages (15) consacrent eux 5 % ou plus de leur revenu à ces coûts. Quelque 42 % des ménages locataires consacrant plus de 3 % de leur revenu aux coûts de logement sont des ménages d une seule personne. Pour la ville, cette part est de 59 %. Les autres types de ménages sont des familles monoparentales ou des couples. À une proportion supérieure à celle de la ville (16 %), 27 % des ménages locataires consacrant au moins 3 % de leur revenu au loyer ont un soutien âgé de 35 à 44 ans. Quelque 16 % de ces principaux soutiens sont âgés de 65 ans et plus, comparativement à 22 % à Gatineau. L abordabilité mesure la part du revenu que consacre un ménage aux frais de logement. Un logement est abordable si le ménage qui l occupe y consacre moins de 3 % de son revenu avant impôt. Cependant, tous les ménages consacrant plus de 3 % de leur revenu au logement n éprouvent pas nécessairement des problèmes d abordabilité. C est notamment le cas des ménages ayant un revenu élevé. Ménages locataires consacrant plus de 3 % de leur revenu au loyer selon le genre,, 26 Ménages locataires consacrant plus de 3 % de leur revenu au loyer selon le groupe d âge du soutien principal,, % 4 % 3 % Ménages familiaux comptant un couple Ménages comptant une famille monoparentale Ménages comptant une seule personne 12 % 8 % 4 % 4 % 15 % 31 % Moins de 25 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 54 ans 55 à 64 ans 24 % Autres ménages 27 % 65 à 74 ans 75 ans et plus

16 APERCU Ç DU SONDAGE Dans le cadre de la démarche régionale de production d un portrait de l habitation, un sondage a été réalisé en avril 211 auprès d environ 1 4 ménages de la région. De ce nombre, quelque 8 ménages gatinois ont été rejoints. En plus de fournir quelques caractéristiques démographiques et socioéconomiques des répondants, cet aperçu présente les caractéristiques des répondants ainsi que les changements futurs, liés à l habitation, anticipés par ces derniers. Caractéristiques démographiques et socioéconomiques 43 ménages ont été rejoints dans le village urbain. Une population de 54,4 ans en moyenne. Plus de 81 % des répondants travaillent à temps plein et 14 % sont à la retraite. La quasitotalité des répondants ont une formation initiale égale ou supérieure au collégial (95 %). Essentiellement des couples, sans enfants (33 %) et avec enfants (42 %), 7 % de familles monoparentales et 12 % de personnes seules. La majorité des répondants vivent dans des maisons (77 %, incluant 35 % dans des maisons individuelles détachées). La grande majorité (81 %) de ces maisons ont été construites il y a moins de 2 ans La quasi-totalité des logements (98 %) sont en bon et très bon état. Seulement 2 % des logements nécessitent d importantes réparations extérieures. 84 % sont des propriétaires. 57 % des répondants locataires consacrent plus de 3 % de leur revenu au loyer. Besoins futurs 14 % pensent devoir consacrer une plus grande part de leur revenu au logement, 26 % pensent y consacrer une plus petite part. 26 % des répondants disent avoir besoin d un logement plus grand avec l arrivé d enfants et 9 % un logement plus petit avec le départ d enfants. 23 % disent avoir besoin d un aménagement particulier tel que l accessibilité. 14 % disent que des travaux majeurs devront être réalisés dans leur logement et pour 65 % des travaux d entretien courant.

17 Produit par le Service de l urbanisme et du développement durable, Ville de Gatineau, septembre 213. ISBN Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 213 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 213

18 Pour en savoir plus Consulter le site Web de la Ville de Gatineau à Consulter : Téléphone :

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec

Québec. Société d habitation du Québec. Un portrait de la copropriété au Québec. Le bulletin d information de la société d habitation du québec Société d habitation du Québec HABITATION Québec Le bulletin d information de la société d habitation du québec Volume 3, numéro 4, ÉTÉ 29 Un portrait de la copropriété au Québec Par Dany Dutil CONTEXTE

Plus en détail

Le marché locatif de la RMR de Montréal

Le marché locatif de la RMR de Montréal Le marché locatif de la RMR de Montréal DAVID L HEUREUX Analyste principal de marché, SCHL Votre clientèle locative Au programme L état du marché locatif Texte Votre clientèle locative Tendances et perspectives

Plus en détail

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION Logement Définitions Cet indicateur est calculé en divisant le nombre de ménages privés qui consacrent 30 % ou plus de leur

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

Portfolio des services du ROHSCO Mot de la direction C est avec un immense plaisir que nous vous remettons ce portfolio; fidèle portrait des services du ROHSCO. Au fil des années le Regroupement s est

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015

Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique. Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Marché de l occasion et exigences de rénovation énergétique Rencontre de l Observatoire 21 mai 2015 Logements neufs / logements d occasion 7 700 logements d occasion vendus en 2013 dans l aire urbaine

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

LES BESOINS EN LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

LES BESOINS EN LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST LES BESOINS EN LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST ) LES BESOINS EN LOGEMENT SOCIAL ET ABORDABLE DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST RAPPORT FINAL OCTOBRE 2014 302-P-0003306-900-UM-0001-0A

Plus en détail

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Rapport final Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Projet 13574-010 Décembre 2010 507, place d Armes, bureau 700 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone : 514-982-2464 Télécopieur : 514-987-1960

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX Page 1 ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX 1 Introduction La présente étude a pour objet de mettre en concurrence lʼinvestissement dans un ou plusieurs appartements,

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur Le 7400 St Laurent Décembre 2010 PRÉSENTATION DE LA FOHM La Fédération des OSBL d habitation de Montréal (FOHM) est une

Plus en détail

Sondage sur l endettement des propriétaires Banque Manuvie. Printemps 2015

Sondage sur l endettement des propriétaires Banque Manuvie. Printemps 2015 Sondage sur l endettement des propriétaires Banque Manuvie Printemps 2015 1 Points saillants Les propriétaires canadiens ont pris ou sont disposés à prendre des mesures concrètes pour se désendetter plus

Plus en détail

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II MINISTERE DES AFFAIRES ECONOMIQUES INSTITUT NATIONAL DE STATISTIQUE Statistique des permis d'urbanisme Rue de Louvain, 44 1000 Bruxelles Tél : 02/548.62.48 Statistique des permis d'urbanisme Modèle II

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

RÈGLEMENT INSTITUANT UN PROGRAMME DE CRÉDIT DE TAXES FAVORISANT LA CONSTRUCTION D IMMEUBLES LOCATIFS DE 50 LOGEMENTS ET PLUS

RÈGLEMENT INSTITUANT UN PROGRAMME DE CRÉDIT DE TAXES FAVORISANT LA CONSTRUCTION D IMMEUBLES LOCATIFS DE 50 LOGEMENTS ET PLUS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SEPT-ÎLES RÈGLEMENT N 2013-280 RÈGLEMENT INSTITUANT UN PROGRAMME DE CRÉDIT DE TAXES FAVORISANT LA CONSTRUCTION D IMMEUBLES LOCATIFS DE 50 LOGEMENTS ET PLUS ATTENDU QUE

Plus en détail

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations;

CONSIDÉRANT QUE la Ville désire attirer sur son territoire de nouvelles familles et favoriser la construction de nouvelles habitations; RÈGLEMENT NUMÉRO 252 INTITULÉ «RÈGLEMENT ÉTABLISSANT UN PROGRAMME DE REVITALISATION FAVORISANT LA CONSTRUCTION DE NOUVELLES HABITATIONS DANS CERTAINS SECTEURS DE LA VILLE» CONSIDÉRANT QUE la Ville désire

Plus en détail

Plan directeur des parcs Version finale

Plan directeur des parcs Version finale Plan directeur des parcs Version finale Piuze et associés consultants Juin 2012 ÉQUIPE DE TRAVAIL VILLE DE SHERBROOKE Chargé de projet Martial Larose, Chef, Division des parcs et des espaces verts Comité

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE COMMERCIAL À VENDRE 201, CHEMIN MONTRÉAL CORNWALL (ONTARIO) PRIX DEMANDÉ : 435 000 $ Caractéristiques Le Mouvement Desjardins désire vous informer de la mise en marché de l immeuble situé au 201

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

AMMONITIA Département Investissement Etude locative

AMMONITIA Département Investissement Etude locative AMMONITIA Département Investissement Etude locative PRESENTATION DE L ARRONDISSEMENT Démographie Paris 17 Paris Population en 2011 168 454 2 234 105 Variation population : taux annuel moyen entre 1999

Plus en détail

commerciaux : comment s y

commerciaux : comment s y J o u r n é e d e s b a u x c o m m e r c i a u x 1 4 n o v e m b r e 2012 o r g a n i s é e p a r l e b u r e a u d e s d i p l ô m é s d u M a s t e r d e M a n a g e m e n t I m m o b i l i e r d e

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL. Édition 2008. Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale

COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL. Édition 2008. Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale COUP D ŒD ŒIL SUR LA MRC L ASSOMPTIONL Par Josée Payette Technicienne en recherche psychosociale avec la collaboration de Marie-Ève Simoneau Agente de planification, de programmation et de recherche Direction

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL

MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL DE L AMORTISSEMENT ET DE LA VALEUR DU STOCK NET DOMICILIAIRE DIVISION DE L INVESTISSEMENT ET DU STOCK DE CAPITAL STATISTIQUE CANADA 15 FÉVRIER 2002 1 MÉTHODOLOGIE POUR LE CALCUL

Plus en détail

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles

CHAPITRE 2. Population, ménages et familles CHAPITRE 2 Population, ménages et familles Les faits saillants Enquête sur les conditions de vie en Haïti Distribution spatiale, structure par âge et par sexe de la population Le taux d urbanisation de

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD

PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ DE STUKELY-SUD RÈGLEMENT NUMÉRO 187-2011 POUR ABROGER LES RÈGLEMENTS 2006-113 ET 182-2010 ET LEURS AMENDEMENTS CONCERNANT LA POLITIQUE DE LOCATION DE

Plus en détail

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper!

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Recherche et rédaction Julien Michaud (Autorité des marchés financiers) Collaborateurs Vincent Ardouin (Cégep Marie-Victorin) Marylaine

Plus en détail

SONDAGE SUR LES COMMUNICATIONS À PRÉVOST

SONDAGE SUR LES COMMUNICATIONS À PRÉVOST SONDAGE SUR LES COMMUNICATIONS À PRÉVOST BILAN DU SONDAGE Sondage distribué du 1 er décembre 2012 au 28 mars 2013. Nombre de répondants : 72 PORTRAIT DES RÉPONDANTS Groupe d âge 24 ans et moins : 2,8 %

Plus en détail

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr

Les SCPI. François Longin 1 www.longin.fr Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire i «L investissement t immobilier» Les SCPI François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur les SCPI SCPI Borloo Plan Processus d investissement (sélection

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING 1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING Inédit en France, MonsieurParking.com, société spécialisée dans l achat, la vente et la location de places de parking, crée le 1 er baromètre de l immobilier

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-46 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de location d un appartement du secteur privé fondé sur l âge (Recommandation/Rappel à la loi)

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

RÈGLEMENTS DU CONSEIL DE LA VILLE DE SCOTSTOWN

RÈGLEMENTS DU CONSEIL DE LA VILLE DE SCOTSTOWN CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DU HAUT ST-FRANÇOIS VILLE DE SCOTSTOWN RÈGLEMENT NUMÉRO 412-13 abrogeant les règlements numéro 257-90 et 281-93 et 291-96 relatif aux subventions ayant pour objet de compenser

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU

Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Communiqué fiscal SECTION 1 IMPÔTS SUR LE REVENU Deux des mesures fiscales annoncées le 2 décembre 2014 1. Bonification de 800 000 $ à 1 million de dollars de l exonération des gains en capital sur les

Plus en détail

Réaménagement des espaces municipaux et communautaires (incluant l acquisition du bâtiment de la Caisse) Présentation publique 26 février 2015

Réaménagement des espaces municipaux et communautaires (incluant l acquisition du bâtiment de la Caisse) Présentation publique 26 février 2015 Réaménagement des espaces municipaux et communautaires (incluant l acquisition du bâtiment de la Caisse) Présentation publique 26 février 2015 Historique du projet Création du comité des bâtiments en juillet

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN Procès-verbal de la 1 ère séance d ajournement de la 1562 e session du conseil municipal de Saint-Roch-de-l Achigan, tenue

Plus en détail

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces

Cadre légal des CLD. Au Canada le développement socioéconomique relève de la juridiction des provinces Banque de terres Simon Ouellet Agent de développement rural Un outil pour le développement territorial CLD des Collines-de-l Outaouais Emmanuel Roy Agent de développement écologique Cadre légal des CLD

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

Le marché immobilier sur l Île-Perrot

Le marché immobilier sur l Île-Perrot Le marché immobilier sur l Île-Perrot Mini-conférence présentée le 22 octobre 2014 à l AGAIP Richard Beaumier, mba, fca, fcpa Courtier immobilier agréé Groupe-Sutton Distinction R.B. Aperçu Un peu d histoire

Plus en détail

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment

Impôts 2015. TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans. particuliers. professionnels du bâtiment Impôts 2015 TVA à 5,5% ou 10% - Travaux dans les logements de plus de 2 ans particuliers professionnels du bâtiment travaux relevant des taux réduits attestation Les principaux taux de TVA depuis le 1er

Plus en détail

S C P I. Le guide de l investissement en SCPI

S C P I. Le guide de l investissement en SCPI S C P I Le guide de l investissement en SCPI Version de Février 2013 Pourquoi ce guide? Jonathan DHIVER Fondateur de MeilleureSCPI.com En tant que spécialiste du conseil en investissement immobilier, nous

Plus en détail

Résidences du Pays d Auge

Résidences du Pays d Auge Etouvie fait peau neuve AMIENS > PARC D ETOUVIE Résidences du Pays d Auge 1, 3 et 5 place du Pays d Auge / 2 avenue du Périgord Contexte Étouvie : loger les salariés amiénois Etouvie a pris naissance au

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

Situation et comparaison des Agences Immobilières sociales en province de Luxembourg en 2008

Situation et comparaison des Agences Immobilières sociales en province de Luxembourg en 2008 Situation et comparaison des Agences Immobilières sociales en province de Luxembourg en 2008 Il semble utile de comparer nos AIS par rapport aux données du Fonds du Logement Wallon, du moins pour les années

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

6150, 6166 Route 112, Ascot Corner, Qc., J0B 1A0

6150, 6166 Route 112, Ascot Corner, Qc., J0B 1A0 6150, 6166 Route 112, Ascot Corner, Qc., J0B 1A0 Les renseignements qui sont au dossier sont issus de documents appartenant au propriétaire vendeur. Le propriétaire vendeur atteste la conformité des données

Plus en détail

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics

Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Pour l exclusion des offices d habitation des décrets sur le personnel d entretien des édifices publics Mémoire présenté au ministère du Travail dans le cadre de la consultation de la Loi sur les décrets

Plus en détail

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier

Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Assurer un complément de revenu dans un environnement fiscal hostile à l aide de l immobilier Animé par : Franck JOSELIN, rédacteur en chef adjoint - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Jean-Louis LE BOULC H

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Vous cherchez des solutions de défiscalisation attractives et efficaces? Tout en assurant fiabilité, sécurité et suivi?

Vous cherchez des solutions de défiscalisation attractives et efficaces? Tout en assurant fiabilité, sécurité et suivi? Vous cherchez des solutions de défiscalisation attractives et efficaces? Tout en assurant fiabilité, sécurité et suivi? Parce qu investir en Outre-Mer ne s improvise pas La convergence de 2 acteurs reconnus

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN

PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE JOLIETTE MUNICIPALITÉ DE SAINT-ROCH-DE-L ACHIGAN Procès-verbal de la 2 e séance d ajournement de la 1587 e session du conseil municipal de Saint-Roch-de-l Achigan, tenue

Plus en détail

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE DRUMMONDVILLE Le contenu de ce rapport a été rédigé et produit pour une utilisation par tous les services municipaux. Le Commissariat au commerce a colligé les données relatives au développement économique

Plus en détail

i ÉàÜx Étá á w w x {v tüåx õ ÄË õ ÄËÉÜ x w w x Ä Ä t c c Ät ÅxÜt x AVENIS Nov - 2011

i ÉàÜx Étá á w w x {v tüåx õ ÄË õ ÄËÉÜ x w w x Ä Ä t c c Ät ÅxÜt x AVENIS Nov - 2011 iéàüx Étá á wx v{tüåx õ ÄËÉÜ x wx Ät ctäåxüt x AVENIS Nov - 2011 Premium Village Palmeraie A l orée de la Palmeraie, à proximité des golfs et du centre ville, Premium Village prend forme. Des résidences

Plus en détail

Les aides pour les sociétés civiles immobilières

Les aides pour les sociétés civiles immobilières Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Les aides pour les sociétés civiles immobilières Des conditions d attribution spécifiques Des aides financières existent pour soutenir les particuliers qui

Plus en détail

coopératives d habitation

coopératives d habitation Répertoire des coopératives d habitation dans le quartier Rosemont à Montréal 2 Les coopératives d habitation Qui vit dans une coopérative Qu est-ce qu une coopérative C est une personne morale regroupant

Plus en détail

Prévisions économiques

Prévisions économiques Prévisions économiques 2014 2015 Prévisions économiques 2014-2015 : Faits saillants Considérant les tendances des mises en chantier résidentielles actuelles ainsi qu un ensemble de facteurs, l Association

Plus en détail

MESURES FISCALES ANNONCÉES À L OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

MESURES FISCALES ANNONCÉES À L OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC MESURES FISCALES ANNONCÉES À L OCCASION DU POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Le présent bulletin d information vise à rendre publiques les mesures fiscales annoncées par le ministre

Plus en détail

Femmes et logement à Côte-des-Neiges. Version préliminaire Mai 2013

Femmes et logement à Côte-des-Neiges. Version préliminaire Mai 2013 Femmes et logement à Côte-des-Neiges Version préliminaire Mai 2013 Femmes et logement à Côte-des-Neiges Ce document est le résultat d un travail de recherche par le Comité des femmes de la CDC de Côte-des-Neiges,

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

ACQSION 2% d honoraires 10, rue de SUEZ 13007 Marseille 04 86 12 51 12 RCS Marseille 503903270

ACQSION 2% d honoraires 10, rue de SUEZ 13007 Marseille 04 86 12 51 12 RCS Marseille 503903270 ACQSION 2% d honoraires 10, rue de SUEZ 13007 Marseille 04 86 12 51 12 RCS Marseille 503903270 Etude du bien appartenant à Sis à Aix en Provence Estimation par comparaison 2 Estimation par rentabilité

Plus en détail

Programme d accession à la propriété

Programme d accession à la propriété Information générale www.habitermontreal.qc.ca Formulaire de demande d aide financière Octobre 2010 Le programme Ce programme offre une aide financière aux nouveaux acheteurs de certains types d unités

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE VILLE-MARIE COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE, ROUYN-NORANDA RÈGLEMENT NUMÉRO 443

PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE VILLE-MARIE COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE, ROUYN-NORANDA RÈGLEMENT NUMÉRO 443 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE VILLE-MARIE COMTÉ DE TÉMISCAMINGUE, ROUYN-NORANDA RÈGLEMENT NUMÉRO 443 Concernant l imposition des taxes foncières, compensations pour services, taxes d eau, d égout, de vidanges,

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 2014-03

RÈGLEMENT NUMÉRO 2014-03 PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE LA MATANIE MUNICIPALITÉ DE BAIE-DES-SABLES RÈGLEMENT NUMÉRO 2014-03 DÉCRÉTANT UN PROGRAMME DE CRÉDIT DE TAXES FONCIÈRES EN VUE DE FAVORISER LA CONSTRUCTION RÉSIDENTIELLE DANS

Plus en détail

Profil statistique drummondvillois ----- démographie et économie

Profil statistique drummondvillois ----- démographie et économie -- Profil statistique drummondvillois ----- démographie et économie 0 Le contenu de ce rapport a été rédigé et produit pour une utilisation par tous les services municipaux. Le Commissariat au commerce

Plus en détail

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable

Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable Investissez dans la 1 ère SCPI qui conjugue immobilier d entreprise et développement durable ASSET MANAGEMENT PFO 2 : Un dispositif d épargne au service de vos objectifs patrimoniaux Avec PFO 2, vous investissez

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

150 conseils pour payer moins d impôts

150 conseils pour payer moins d impôts m a r i e l a m b e r t Illustrations d Anna Daffos 150 conseils pour payer moins d impôts, 2010, 2011 ISBN : 978-2-212-54880-8 Chapitre 3 Enfants : les pépites fiscales «Pourquoi est-ce qu en matière

Plus en détail

Document d information sur les inégalités sociales de santé et le logement. Laboratoire d innovation sociale sur le logement à Montréal

Document d information sur les inégalités sociales de santé et le logement. Laboratoire d innovation sociale sur le logement à Montréal Document d information sur les inégalités sociales de santé et le logement Laboratoire d innovation sociale sur le logement à Montréal 1 Table des matières 1 Introduction... 3 2 Portrait des enjeux du

Plus en détail

Commune de Cortaillod

Commune de Cortaillod Commune de Cortaillod République et canton de Neuchâtel Rapport du Conseil communal au Conseil général à l appui d une demande de crédit de 3'600'000 fr. pour financer la construction d un bâtiment abritant

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE

GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE GUIDE DU CO- PROPRIéTAIRE Avril 2013 Sommaire SYNDIC DE COPROPRIÉTÉ 6 FONCTIONNEMENT ET VIE DE LA COPROPRIÉTÉ Quel est son rôle? Comment est rémunéré votre syndic? Les différents acteurs Assemblée Générale

Plus en détail

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT

LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT LE GUIDE LOI PINEL 2015 OU COMMENT SE CONSTITUER UN PATRIMOINE IMMOBILIER À MOINDRE EFFORT L investissement Pinel, un Investissement immobilier Le site est édité par un groupement de conseillers en gestion

Plus en détail

Protection individuelle

Protection individuelle Protection individuelle Franchise annuelle Ce plan n'est plus offert 200 $ 900 $ depuis le 1er mars 2015 1 006 $ / / 18-24 87,88 $ 71,71 $ - 39,35 $ 37,08 $ 63,91 $ 25-29 91,38 $ 74,47 $ - 41,04 $ 38,86

Plus en détail

LES AIDES DISPONIBLES POUR AMELIORER SON LOGEMENT DRAGA- ARDÈCHE

LES AIDES DISPONIBLES POUR AMELIORER SON LOGEMENT DRAGA- ARDÈCHE LES AIDES DISPONIBLES POUR AMELIORER SON LOGEMENT DRAGA- ARDÈCHE AIDES DE l Anah (agence nationale de l habitat) Le logement doit être achevé depuis plus de 15 ans Les subventions sont accordées sous conditions

Plus en détail

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets

Mon épargne mon patrimoine. Une épargne, des projets Mon épargne mon patrimoine Une épargne, des projets Une épargne, des projets, toutes les solutions sont au Crédit Mutuel Que vous souhaitiez vous constituer une épargne disponible, un capital pour préparer

Plus en détail