L Etat et le financement de l économie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Etat et le financement de l économie"

Transcription

1 L Etat et le financement de l économie Présentation du rapport public thématique Jeudi

2 Le financement de l économie Intermédiation Epargne ménages secteur financier Etat sociétés non financières ménages administrations Crédit 2

3 Les placements financiers des ménages Liquide Livrets d épargne (livret A, livret de développement durable, livret d épargne populaire...), OPCVM monétaires Titres de créances, actions cotées, OPCVM nonmonétaires Sans risque 966 Md 439 Md Risquée 1467 Md 718 Md Comptes à terme, plan épargne logement (PEL), compte épargne logement (CEL), assurance vie en support euro Peu liquide Actions non cotées, assurance vie en unités de compte Source : Banque de France chiffres à fin

4 La transformation financière Dépôts de long terme Md Dépôts de court terme Md Institutions financières et monétaires (y compris les banques) Crédits de long terme Md Crédits de court terme Md Source : Cour des comptes à partir des comptes nationaux 4

5 Les encours de crédit bancaire Emprunteurs : Ménages 537 Md 829 Md Sociétés non financières 577 Md 781 Md Administrations publiques 151 Md 204 Md Total des crédits en 2005 : Md Non résidents 104 Md 194 Md Total des crédits en 2010 : Md Chiffre 2005 Chiffre 2010 Source : Autorité de contrôle prudentiel 5

6 Les problèmes d orientation de l épargne 1997 Actifs financiers Actifs immobiliers 2 025,6 Md 2 020,8 Md 2010 Actifs financiers Actifs immobiliers 3 994, 4 Md 6 827,3 Md Source : INSEE 6

7 Plus de crédits que de dépôts au bilan des banques Besoin de refinancement 1500 Crédits clientèle (Md ) Ressources clientèle (Md ) Source : Autorité de contrôle prudentiel 7

8 La chute de l autofinancement 120% 21,0% 110% 18,5% 100% 16,0% 90% 13,5% 80% 11,0% 70% 8,5% 60% 6,0% Taux d'autofinancement (épargne / investissement) Taux d'investissement (investissement/va) - échelle de droite Taux d'épargne (épargne / VA) - échelle de droite Source : INSEE VA: valeur ajoutée 8

9 La dette de l Etat et sa charge 70% 0.9% 60% 0.8% 50% 0.6% 40% 0.5% 30% 0.3% 20% 0.2% 10% % dette de l'etat au sens de Maastricht en % du PIB (échelle de gauche) charges d'intérêt (comptes nationaux) en % du PIB (échelle de droite) Source : Cour des comptes comptabilité nationale 9

10 Le financement de la dette de l Etat 80,0% 70,0% Dette négociable de l Etat détenue par des nonrésidents et par des résidents en % du PIB 60,0% 50,0% 40,0% 30,0% 20,0% 10,0% 0,0% Part résidente en % PIB Part non-résidente en % du PIB Source : Agence France Trésor Cour des comptes 10

11 Une économie qui s appauvrit Position financière nette de l économie française et comparaisons 11

12 Une crise globale de l endettement public et privé Point de PIB T12000T42001T32002T22003T12003T42004T32005T22006T12006T42007T32008T22009T12009T42010T3 France Allemagne Espagne Italie Zone euro Etats-Unis 12

13 Les enjeux de la nouvelle donne ménages? secteur financier Nouvelles normes prudentielles (Bâle III, Solvabilité 2) Nouveau rôle de l Etat? exportateurs Etat PME indépendantes collectivités Nouveau modèle d affaires Tensions spécifiques sur le financement 13

14 Le soutien public au secteur financier et ses limites Réduction du crédit, Repli immobilier, Choc de croissance. Plan de soutien, Garantie implicite, Participations. Secteur financier Achat de titres de dettes souveraines. Sphère publique Déficit public, Perte de crédibilité de la garantie implicite, Bilan fragilisé par les titres de dettes souveraines. 14

15 Les leviers d action de l Etat outils financiers secteur public financier prises de participation APE Fonds stratégique d investissement CDC Entreprises SPPE prêts Caisse des dépôts Fonds d épargne Oséo Banque Postale Dexia garantie SFEF Coface cofinancement subventions Etat Opérateurs et ODAC Collectivités territoriales dépense fiscale DLF / DGFiP outils régaliens régulation / supervision DG Trésor Autorité de contrôle prudentiel Autorité des marchés financiers autorités de supervision 15

16 Comparaison des interventions Md montant mobilisé au titre l année ,4 Md 19,6 Md 13,9 Md 3,8 Md 2 Md garantie (dette garantie uniquement) prêts (oséo + FE) dépense fiscale subventions participations (APE + FSI + CDC entreprises) cofinancement Source : Cour des comptes 16

17 Les aides à l investissement M Ressources propres Entreprises 601 M Etat ETAT M M Collectivités Collectivités territoriales territoriales Organismes divers Organismes Divers d Administration d administration Centrale centrale M M M Autres Ressources propres 117 M Ménages Source : Cour des comptes 17

18 L Etat actionnaire Recettes Dépenses ,72 Md 4,03 Md 2,08 Md ,76 Md 3,45 Md ,8 Md 2,98 Md ,71 Md 0,63 Md ,72 Md Source : Rapport relatif à l Etat actionnaire et note sur l exécution budgétaire de 2011 transmise par la Cour au Parlement 18

19 Les dépenses fiscales Investissement immobilier des ménages Epargne financière des ménages Capacité d autofinancement des entreprises M Source : Cour des comptes 19

20 La hausse de la dette garantie 150 Md 138 Md 124 Md 56 Md 61 Md 79 Md Dexia 36 Md SFEF* 77 Md Encours de la dette garantie par l Etat Dexia 8,8 Md FESF** 7,3 Md Source : Compte général de l Etat 20

21 Le secteur public financier secteur public financier Fonds stratégique d investissement CDC Entreprises SPPE Caisse des dépôts Fonds d épargne Oséo Banque Postale Dexia SFEF Coface Pilotage? Gouvernance? Fonds propres? Cohérence? Lisibilité? 21

22 La stratégie d ensemble Asseoir le financement de l économie sur une épargne financière de long terme Accompagner les PME et les collectivités territoriales Renforcer le pilotage par l Etat et la maîtrise des risques 22

23 Les réformes actuellement envisagées Doublement des plafonds du livret A et du LDD Banque publique d investissement 23

24 Le doublement des plafonds du livret A et du LDD Plus de ressources pour le fonds d épargne Fonds d épargne Mais: transfert depuis les livrets bancaires et l assurance-vie Mais: besoin de davantage de fonds propres Plus de capacité de prêts au logemement social Mais: plus de garanties publiques 24

25 Les recommandations de la Cour Soumettre les revenus tirés des dépôts pour leur partie supérieure au plafond actuel Répartir sur plusieurs années le doublement du plafond Mieux utiliser les ressources du Fonds d épargne 25

26 La Banque publique d investissement 49 % Etat 61,5 % Fonds stratégique d investissement CDC Entreprises 51 % Caisse des dépôts 27,2 % Oséo Directions territoriales Fonds propres Prêts 26

27 Les recommandations de la Cour Maintenir séparées les fonctions de prêteur et d investisseur en fonds propres Rationaliser les différents canaux de financement des entreprises Au sein du groupe CDC : étudier la possibilité de regrouper CDC Entreprises et le FSI au sein d une structure intermédiaire commune Améliorer, en région, la lisibilité des dispositifs vis-à-vis des entreprises 27

28 Les autres recommandations Plafonner la déductibilité des intérêts d emprunt de l impôt sur les sociétés Redéployer la fiscalité des entreprises dans un sens plus favorable à l investissement et aux petites entreprises Faire évoluer le modèle de financement des collectivités territoriales 28

29 L Etat et le financement de l économie Présentation du rapport public thématique Jeudi

30 ANNEXES

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Présentation Bpifrance

Présentation Bpifrance Présentation Bpifrance Sébastien RUL 17 septembre 2013 Castres-Mazamet Technopole CEEI 01. Qui sommes-nous? 02. Nos métiers 03.Nos nouveaux dispositifs Titre de la présentation 2 Qui sommes nous? 3 01.Qui

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE?

FLASH ÉCONOMIE. Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE? ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE septembre 1 N 7 Hiérarchie entre croissance et taux d intérêt et reprise du crédit : qu observet-on dans les grands pays de l OCDE? Le canal de transmission «normal» de la

Plus en détail

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Intervention de Jacques Fournier Directeur général des Statistiques Banque de France 16 janvier

Plus en détail

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L ETAT

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L ETAT ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 ENGAGEMENTS FINANCIERS DE L ETAT MAI 2014 Mission Engagements financiers de l Etat Programme 117 Charge de la dette et

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Juin 2014 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits, ou

Plus en détail

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012 I. Les changements règlementaires 1. Les changements règlementaires concernent non seulement les banques mais aussi l ensemble du système

Plus en détail

Medef Les propositions pour le développement et la compétitivité de nos TPE-PME-ETI «Exiger la PME Attitude»

Medef Les propositions pour le développement et la compétitivité de nos TPE-PME-ETI «Exiger la PME Attitude» Medef Les propositions pour le développement et la compétitivité de nos TPE-PME-ETI «Exiger la PME Attitude» Assemblée Permanente 19 juin 2012 1 I - RÉTABLIR LA COMPÉTITIVITÉ DES PME UN CONSTAT : UNE SITUATION

Plus en détail

La France après un an de crise

La France après un an de crise 1 La France après un an de crise Une crise sans précédent En France, une chute d activité un peu moins prononcée qu ailleurs 0% -1% -2% -3% -4% -5% Baisse cumulée du PIB trimestriel (2ème trimestre 2009

Plus en détail

Conférence de presse mardi 31 mai 2016. Lancement du prêt de haut de bilan bonifié Caisse des Dépôts Action Logement

Conférence de presse mardi 31 mai 2016. Lancement du prêt de haut de bilan bonifié Caisse des Dépôts Action Logement Conférence de presse mardi 31 mai 2016 Lancement du prêt de haut de bilan bonifié Caisse des Dépôts Action Logement 2 SOMMAIRE PRET DE HAUT DE BILAN BONIFIE CAISSE DES DEPOTS ACTION LOGEMENT FICHE TECHNIQUE

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

LE MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE DE DÉTAIL. Pierre Mathé

LE MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE DE DÉTAIL. Pierre Mathé LE MARCHÉ FRANÇAIS DE LA BANQUE DE DÉTAIL Pierre Mathé Journée Société Générale - 20 juin 2000 1 Sommaire Le marché en quelques chiffres Les évolutions récentes Les nouveaux challenges Journée Société

Plus en détail

RAPPORT BERGER LEFEBVRE DU 2 AVRIL 2013 L EPARGNE LONGUE

RAPPORT BERGER LEFEBVRE DU 2 AVRIL 2013 L EPARGNE LONGUE RAPPORT BERGER LEFEBVRE DU 2 AVRIL 2013 L EPARGNE LONGUE Tels les tables de la loi redescendues par Moïse du mont Sinaï, ce sont donc dix recommandations visant à «Dynamiser l épargne financière des ménages

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Octobre 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales

2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales Présentation CERC Ile de France, le 7 novembre 2013 Paris 2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales Thomas Rougier Martine Ly Directeur des Etudes Directrice Territoriale IdF Direction

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2014 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2014 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre

Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Ce que les banques vous disent, et pourquoi il est urgent de les entendre Il n'y a pas d'économie dynamique sans banques fortes. Pour restaurer la compétitivité, il faut être capable d'accompagner les

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2011. Mercredi 4 mai 2011

Résultats du premier trimestre 2011. Mercredi 4 mai 2011 Résultats du premier trimestre 2011 Mercredi 4 mai 2011 1 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de Boursorama.

Plus en détail

Cadre d intervention Outre-mer 2014-2016. 03 avril 2014

Cadre d intervention Outre-mer 2014-2016. 03 avril 2014 Cadre d intervention Outre-mer 2014-2016 03 avril 2014 1 0 Sommaire de la présentation 1. Contexte général 1.1 Poursuivre le rattrapage économique 1.2 et le rattrapage social 1.3 Un modèle de développement

Plus en détail

Définition et finalités de l analyse financière

Définition et finalités de l analyse financière Définition et finalités de l analyse financière FICHE I Définition L analyse financière recouvre un ensemble de techniques et d outils visant à traduire la réalité d une entreprise en s appuyant sur l

Plus en détail

LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2013

LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2013 LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2013 ENTRE REBOND DU MARCHE ACTIONS ET COLLECTE DECEVANTE 1 En France, les encours totaux sous gestion (mandats et OPC) ont augmenté en 2013 (+3,1%) franchissant le

Plus en détail

3- L ACTUALITE DU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS LOCAUX

3- L ACTUALITE DU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS LOCAUX 3- L ACTUALITE DU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS LOCAUX A- LA DEMANDE ET L OFFRE : OU EN EST-ON? 1) Anticipation des collectivités pour 2012, absence de visibilité pour 2013 L ACUF et l AMGVF ont lancé

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 STATISTIQUES MONETAIRES Décembre 2008 LISTE DES ABREVIATIONS BAM FHADES FMI CCP CEN D.T.S M OPCVM PL : Bank Al-Maghrib : Fonds Hassan II pour le développement économique

Plus en détail

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Le Groupe Crédit Mutuel Centre Est Europe Sud-Est Ile-de-France Savoie-Mont Blanc et CIC en 2007 Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Résultat net : 2 161 millions

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

Observatoire des communes de Polynésie française Tendances 2013. Agence AFD de Papeete Congrès de l ACCDOM 2014

Observatoire des communes de Polynésie française Tendances 2013. Agence AFD de Papeete Congrès de l ACCDOM 2014 Observatoire des communes de Polynésie française Tendances 2013 Agence AFD de Papeete Congrès de l ACCDOM 2014 Des budgets de fonctionnement contraints par la crise 114 112 110 108 106 104 102 100 98 96

Plus en détail

BASE DE DONNEES - FRANCE

BASE DE DONNEES - FRANCE BASE DE DONNEES - FRANCE SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne/Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la population

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

ECO France. Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat

ECO France. Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT. Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat Direction des Études Économiques Perspectives 2007 2008 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT Trimestriel N 12 Avril 2007 Contexte macro-économique : la croissance, défi du nouveau quinquennat En 2006, l économie

Plus en détail

Epargne longue: l intérêt des ménages

Epargne longue: l intérêt des ménages Epargne longue: l intérêt des ménages Didier Davydoff Entretiens de la FAIDER, 6 avril 2009 I A quoi sert l épargne longue? II Volumétrie de l épargne longue III Les produits d épargne longue 3 Motivations

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3

n 3 0 0 M a i 2 0 1 5 Données générales sur la dette page 3 BulletinMensuel Directeur de publication : Anthony Requin Rédaction : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais n M a i h t t p : / / w w w. a f t. g o u v. f r B l o o m b e r g T R E

Plus en détail

CIC Activité commerciale en hausse

CIC Activité commerciale en hausse Paris, le 28 juillet 2011 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale en hausse Résultats au 30 juin 2011 Résultats financiers - Produit net bancaire 2 420 M - Résultat brut d exploitation 927 M - Coût

Plus en détail

Evaluation complète des bilans bancaires Comprehensive assessment

Evaluation complète des bilans bancaires Comprehensive assessment Evaluation complète des bilans bancaires Comprehensive assessment Point presse du 21 octobre 2014 1 Le contenu de l exercice 1.1. Les objectifs de l évaluation complète des bilans Le règlement confiant

Plus en détail

BASE DE DONNÉES FRANCE

BASE DE DONNÉES FRANCE BASE DE DONNÉES FRANCE 2013 SOMMAIRE Partie I Démographie Partie II Retraite Partie III Economie générale Partie IV Epargne / Finances Partie V Finances publiques Partie I - Démographie Évolution de la

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011 10 novembre 2011 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

CLASSE 1 OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET OPÉRATIONS INTERBANCAIRES 10 CAISSE 101 Billets et monnaies 109 Autres valeurs 11 BANQUES CENTRALES ET OFFICES

CLASSE 1 OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET OPÉRATIONS INTERBANCAIRES 10 CAISSE 101 Billets et monnaies 109 Autres valeurs 11 BANQUES CENTRALES ET OFFICES CLASSE 1 OPÉRATIONS DE TRÉSORERIE ET OPÉRATIONS INTERBANCAIRES 10 CAISSE 101 Billets et monnaies 109 Autres valeurs 11 BANQUES CENTRALES ET OFFICES DES CHÈQUES POSTAUX 111 Banques centrales 112 Offices

Plus en détail

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal

Novembre 2013 Adamson RASOLOFO, Economiste Principal Les instruments de la politique monétaire et ses canaux de transmission Novembre 2013, Economiste Principal Plan de la présentation i. Les objectifs de la politique monétaire ii. Les instruments de la

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

Stock de dette extérieure, privée ou publique, et financement du déficit extérieur

Stock de dette extérieure, privée ou publique, et financement du déficit extérieur Stock de dette extérieure, privée ou publique, et financement du déficit extérieur 6 juin 212 N. 98 Certains pays de la zone euro (,, ) ont atteint la limite maximale acceptable pour leur dette extérieure

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE

TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE TRES. BOURGOIN-JALLIEU COLLECTIV MEYRIE Valorisation du compte de gestion 2014 Dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement sont divisées en six catégories: 1. Les charges à caractère général

Plus en détail

Entreprises du green business : comment financer votre développement?

Entreprises du green business : comment financer votre développement? Entreprises du green business : comment financer votre développement? Forum développement durable, 5 octobre 2015 Simon NARDIN, chargé d affaires innovation 01. Présentation de Bpifrance 07/10/2015 2 01.

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA DETTE DEPARTEMENTALE

RAPPORT ANNUEL RELATIF A LA DETTE DEPARTEMENTALE CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre Type : BP 2015 Service : DMI/FINANCES Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT Commission : Affaires Générales, Finances et Dvpt Durable RAPPORT ANNUEL

Plus en détail

I. Les entreprises concernées

I. Les entreprises concernées RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-81 du 2 juillet 2013 relative à la création de la Banque Publique d Investissement, entreprise commune de l État français et à la Caisse des Dépôts et Consignations

Plus en détail

Une équipe à votre disposition

Une équipe à votre disposition BANQUE POPULAIRE DE L OUEST Partenaire des Grandes Entreprises de la Région Ouest J acques PRUNEAU Directeur des Grandes Relations Entreprises 02 99 29 79 01 06 17 36 33 51 jacques.pruneau@ouest.banquepopulaire.fr

Plus en détail

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires.

BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. BANQUES FRANCAISES : Enjeux concurrentiels et réglementaires. Décembre 2015 I LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE AU CŒUR DU MODELE BANCAIRE FRANCAIS 2 Un modèle de banque universelle au service de tous les clients

Plus en détail

Préavis N 19-2011 au Conseil communal

Préavis N 19-2011 au Conseil communal Municipalité Préavis N 19-2011 au Conseil communal Fixation du plafond d'endettement et du plafond pour les cautionnements Responsabilité(s) du dossier : Direction de l administration générale, des finances

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Généralités sur l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Généralités sur l immobilier Statistiques de l immobilier L immobilier

Plus en détail

Résultats du 4 e trimestre et de l année 2009. Extrait de la présentation Crédit Agricole S.A. concernant le pôle Banque de proximité en France - LCL

Résultats du 4 e trimestre et de l année 2009. Extrait de la présentation Crédit Agricole S.A. concernant le pôle Banque de proximité en France - LCL Résultats du 4 e trimestre et de l année 2009 Extrait de la présentation Crédit Agricole S.A. concernant le pôle Banque de proximité en France - LCL Résultats consolidés de Crédit Agricole S.A. Avertissement

Plus en détail

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE?

FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS AUX ÉTATS-UNIS, FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES BANQUES DANS LA ZONE EURO : QUE NOUS A APPRIS LA CRISE? PATRICK ARTUS* Les entreprises aux États-Unis sont

Plus en détail

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité

Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Le patrimoine économique national en 2013 Deuxième année de stabilité Fabienne Monteil Direction générale des Statistiques Banque de France Sylvain Humbertclaude et Léa mauro Division Synthèse générale

Plus en détail

LIVRE VERT LE FINANCEMENT À LONG TERME DE L ÉCONOMIE EUROPÉENNE. (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) {SWD(2013) 76}

LIVRE VERT LE FINANCEMENT À LONG TERME DE L ÉCONOMIE EUROPÉENNE. (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) {SWD(2013) 76} LIVRE VERT LE FINANCEMENT À LONG TERME DE L ÉCONOMIE EUROPÉENNE (Texte présentant de l'intérêt pour l'eee) {SWD(2013) 76} L'Association Française des Sociétés Financières (ASF) représente les établissements

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

Résultats de l exercice 2011 : + 106 % de croissance, 32,9 M de marge brute et 5% de rentabilité avant impôts

Résultats de l exercice 2011 : + 106 % de croissance, 32,9 M de marge brute et 5% de rentabilité avant impôts Communiqué de Presse Igny, le 14 mars 2012 Résultats de l exercice 2011 : + 106 % de croissance, 32,9 M de marge brute et 5% de rentabilité avant impôts Croissance de 106 % du chiffre d affaires (171,4

Plus en détail

ASSISES DE L INVESTISSEMENT DIAGNOSTIC

ASSISES DE L INVESTISSEMENT DIAGNOSTIC ASSISES DE L INVESTISSEMENT DIAGNOSTIC Bpifrance ASSISES DE L INVESTISSEMENT 1 SYNTHESE L insuffisance de l investissement des entreprises, tant en volume qu en productivité, fait peser des menaces sur

Plus en détail

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris

Point sur la situation en Espagne. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris Point sur la situation en Espagne LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles - 75008 Paris 13 avril 2012 Depuis trois semaines, les marges de crédit de l Espagne sont sous pression Plusieurs événements

Plus en détail

n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3

n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3 Bulle nmensuel n 91 Août 1 Directeur de publica on : Ambroise Fayolle Rédac on : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais http://www.aft.gouv.fr Bloomberg TREX Reuters Actualité

Plus en détail

L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE

L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE L IMPACT DE BÂLE III SUR LES PRÊTS AUX PME : L HEURE DE VÉRITÉ APPROCHE JEAN-FRANÇOIS PONS* BENJAMIN QUATRE** Depuis la publication de la première mouture des accords de Bâle III en décembre 2010, et tout

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

le point sur l assurance française

le point sur l assurance française 2014 le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / mercredi 25 juin 2014 2014 le point sur l assurance française le bilan les perspectives 2 1/ La situation

Plus en détail

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i

s f r t s i e és e e t l i r t e i r on i yse t l s f a n ii A m i r sp s t e g e bud gr and i és t v i t ec l col ocal L t i éd acr i x e par esded e é s i ud or um Ét éal r s F e e d d L u on i i Ét esf r ect r o i t a D v a l bser O l t e 2

Plus en détail

PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A

PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A PROGRAMME DETAILLE AU CONCOURS INTERNATIONAL D ENTREE AU CYCLE DESS-A A/- EPREUVE DE CULTURE GENERALE ET FRANÇAIS 1- Les problèmes du monde contemporain 2- Les grands courants de la pensée moderne 3- Exercice

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

Présentation de la situation des placements mobiliers

Présentation de la situation des placements mobiliers Présentation de la situation des placements mobiliers Assemblée générale des délégués 2011 Portefeuille investi de la CARMF au 31 décembre 2010 PORTEFEUILLE TOTAL : 4,56 milliards d euros Une gestion de

Plus en détail

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique?

Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? Reformes, dette publique et croissance economique : quelle dynamique? La détermination d un niveau optimal de dette publique est un sujet complexe, autant lié aux exigences temporelles (soutenabilité de

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et. Juillet 2012. Avertissement

Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et. Juillet 2012. Avertissement COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Juillet 2012 L Etat et le financement de l économie Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et l utilisation du rapport de

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2012. 19 Février 2013

RESULTATS ANNUELS 2012. 19 Février 2013 RESULTATS ANNUELS 2012 19 Février 2013 Sommaire 1. L UFF : chiffres clés 2. Faits marquants et activité 2012 3. Résultat et dividendes 4. Perspectives 2013 19 / 02/ 2013 2 Chiffres clés Au 31.12.2012 1

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

ECO France Direction des Études Économiques

ECO France Direction des Études Économiques Direction des Études Économiques Note trimestrielle N 23 janvier 21 Perspectives 29-21 CROISSANCE & ÉPARGNE-CRÉDIT France : reprise incertaine de la demande domestique Le rebond de la croissance française

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

point sur l assurance française

point sur l assurance française le point sur l assurance française conférence de presse de la FFSA maison de l assurance / jeudi 29 janvier le point sur l assurance française ce qu il faut pour 2 Loi ALUR Publication Omnibus 2 L année

Plus en détail

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Conférence de presse 15 novembre 2011 1 Une compétitivité française qui se dégrade 2 La France a perdu des parts de marché depuis 2000 Part

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 COMMUNIQUÉ DE PRESSE ACTIVITÉS ET RÉSULTATS 2014 LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 UNE BANQUE LEADER SUR SON TERRITOIRE CONQUÉRANTE SUR DE NOUVEAUX MARCHÉS INNOVANTE DANS SES SERVICES ET TOUJOURS PROCHE DE

Plus en détail

RAPPORT AU PREMIER MINISTRE

RAPPORT AU PREMIER MINISTRE Karine BERGER Députée des Hautes Alpes Dominique LEFEBVRE Député du Val d Oise RAPPORT AU PREMIER MINISTRE DYNAMISER L EPARGNE FINANCIERE DES MENAGES POUR FINANCER L INVESTISSEMENT ET LA COMPETITIVITE

Plus en détail

Les actifs financiers les plus couramment

Les actifs financiers les plus couramment 2.1 Performance des placements sans risque Les actifs financiers les plus couramment détenus par les ménages sont les comptes ou livrets d épargne. Ils offrent une disponibilité immédiate des fonds et

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2008 D.G.G.D.C.F Juin 2009 Table des matières 1- Environnement International et National 1.1 Environnement International

Plus en détail

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013 Ville de Beaucourt Analyse financière rétrospective 2005-2012 Conseil municipal du 18 juin 2013 Sommaire Page Fiscalité 2 Budget de fonctionnement 7 Soldes intermédiaires de gestion 13 Investissements

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES

PLACEMENTS FINANCIERS DES MENAGES à Août 2012: DES EXCEDENTS EN FORT RETRAIT MALGRE LA MONTEE DES PRODUITS BANCAIRES ET DEFISCALISES 1 Numéro 190, novembre 2012 Une collecte nette globale historiquement basse depuis 2000, du fait d une baisse drastique de la collecte nette en assurancevie, et malgré des excédents sur les produits bancaires

Plus en détail

SEMINAIRE TECHNIQUE UMF Malte, le 23 novembre 2012

SEMINAIRE TECHNIQUE UMF Malte, le 23 novembre 2012 SEMINAIRE TECHNIQUE UMF Malte, le 23 novembre 2012 Novembre 2012 - Malte SOMMAIRE SITUATION DES MARCHES Immobiliers Financiers ACTUALITES REGLEMENTAIRES EXEMPLE D UNE OPTIMISATION D ENVELOPPE BUDGÉTAIRE

Plus en détail